Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Deuxième partie. Le fil du métier. Hommes et femmes dans la rubanerie

Chapitre VI. Les frontières indécises du masculin/féminin

Texte intégral

1Le masculin et le féminin sont des catégories sociales construites, inscrites dans une histoire. L’adéquation ou les décalages observés entre les modèles de comportement assignés de façon plus ou moins contraignante aux individus, et les conduites réellement adoptées par les hommes et les femmes, constituent sans doute une piste de travail riche d’avenir pour l’histoire des femmes et des rapports entre les sexes. Mais il y a un écueil majeur pour l’historien et l’historienne : la difficulté à cerner des pratiques concrètes à travers le prisme déformant des sources dont ils disposent. L’enquête orale peut être un recours précieux, qui livre à la fois des faits de réalité et, plus souvent encore, des représentations à la limite du stéréotype. Le travail historique, par la nature même de son objet et de ses méthodes, ne peut, de toute façon, prétendre à la restitution d’une réalité « objective ». Il peut, au mieux, la rendre intelligible, même s’il existe toujours une marge d’incertitude irréductible.

2Nous analyserons, tout d’abord, les effets de la révolution technologique que constitue l’électrification des métiers dans les fabriques familiales, puis la façon dont pratiques et représentations s’entrecroisent à propos de la maîtrise de la technique. Nous verrons enfin comment toute une profession, dans son essence même, renvoie, sur le plan symbolique, au féminin, dans un jeu d’opposition avec le monde viril de la mine.

1 - Les effets d'une révolution technologique : l'électrification des ateliers stéphanois

  • 85 ADL 13J carton 82, dossier 7, Recensement des métiers à tisser.

3La première apparition de l’électricité dans la rubanerie locale a lieu à l’usine Colcombet de la Séauve-sur-Semène, en 1873. Dix ans plus tard, à Saint-Etienne, le fabricant Lorest équipe son usine de métiers mécaniques mus par l’électricité : dans tous les ateliers familiaux, on travaille encore « à bras », ce qui explique le nombre important de compagnons salariés. La grande mutation technologique s’opère à la fin du siècle. La Compagnie électrique de la Loire, fondée par le teinturier François Gillet en 1891, fusionne en 1894 avec celle du Lignon, puis avec la Société Edison de Saint-Etienne : elle obtient en 1895 de la ville l’autorisation d’installation d’un réseau de distribution du courant électrique. Les premiers ateliers sont équipés dès 1896, et les moteurs électriques se généralisent rapidement : 82 % des métiers en 1905. L’électrification est achevée, à quelques exceptions près, peu avant la Première Guerre85. Le succès tient à deux facteurs : tout d’abord la simplicité de l’opération sur le plan technique. L’installation d’une ligne électrique, d’un compteur, d’un moteur et des courroies de transmission ne nécessite pas de gros travaux. D’autre part, fabricants et passementiers accueillent favorablement cette transformation, puisqu’elle ne remet pas en cause la structure même de la production : au contraire, l’électricité renforce l’atelier à domicile face à la concurrence de l’usine. En effet, la productivité des métiers s’accroît, comme le souligne en 1902 Henri de Boissieu : « La différence de production entre le métier à petit moteur et celui à barre est d’un quart ou d’un tiers en sus ; on peut exécuter avec le nouvel instrument absolument tous les articles qui se faisaient à la barre ». Et il ajoute : « On travaille même mieux avec la force (électrique) parce que l’homme qui barre a toujours des « à coups » à certaines heures de la journée ». Mais ce gain réel de productivité est rapidement absorbé par la baisse des prix de façon ; c’est le résultat de la concurrence acharnée que se livrent les fabricants, mais aussi de la féminisation de plus en plus nette de la profession.

Avec l’électricité, la mise en valeur des « qualités féminines »

4La substitution progressive des ouvrières aux compagnons est une réalité attestée par toutes les sources. Elle était d’ailleurs prévue par les fabricants, comme l’exprime un rapport au Conseil de perfectionnement de l’Ecole pratique de jeunes filles daté du 27 octobre 1897, l’électrification est alors à peine entamée : « Il pourra être utile d’apprendre aux jeunes filles le tissage du ruban sur les métiers mûs par l’électricité. Dès lors que la force corporelle ne sera plus nécessaire et que le travail consistera dans la surveillance de la soie, le passage des fils, leur entretien en état de netteté, le chargement des canettes, on trouvera l’emploi des qualités d’assiduité et de délicatesse qui se rencontrent habituellement chez les jeunes filles, et qui leur donne une supériorité sur les ouvriers ordinaires »85. L’argumentation est limpide : les femmes, et les jeunes filles surtout, présentent des qualités particulières qui font d’elles une main-d’œuvre « supérieure », qu’il convient d’encourager d’autant plus vivement qu’elle devrait être moins exigeante du côté des salaires : le raisonnement n’est pas nouveau, et reste promis à un bel avenir

  • 86 M. MANGINI, La Transformation du travail par le moteur électrique, Saint-Etienne, 1904.

5L’électrification a effectivement modifié le contenu précis du travail devant le métier à tisser. La force physique était indispensable pour actionner la barre mettant le métier en mouvement, au point qu’il fallait souvent se relayer dans la journée, une personne seule ne pouvant y suffire. Avec l’électricité, « le métier fonctionne tout seul », et le travail consiste dès lors à surveiller sa bonne marche, et à l’approvisionner régulièrement. L’un des administrateurs de la Compagnie électrique de la Loire écrit en 1904 : « L’attention, la patience, prennent une place prédominante, toute la supériorité de l’homme s’évanouit »86. Cette transformation technologique, introduite au cœur même des ateliers, est relativement discrète puisqu’elle ne modifie pas le paysage des fabriques, hormis quelques courroies et le bruit nouveau du moteur électrique qui a tant marqué la mémoire populaire des bruits industriels. Mais elle est en même temps décisive, puisque désormais les femmes peuvent effectivement remplacer les hommes dont les qualités spécifiques - résumées de manière fort réductrice à la force physique - ne sont plus valorisées. « La force cède la place à la patience », écrit en 1904 Henri de Boissieu : l’opposition entre le masculin et le féminin ne peut être plus clairement énoncée.

La féminisation, ou les glissements de la mémoire

  • 87 E. DUBOIS, Les Moteurs électriques dans l’industrie à domicile, Bruxelles, 1902.

6Le thème de la « vague féminine » chassant les compagnons des fabriques est redondant dans la presse syndicale du début du siècle. Il renvoie certes à un fait statistique qui a visiblement frappé les contemporains, mais dont l’ampleur est sans doute exagérée. On peut surtout y lire la hantise de la concurrence, dans le travail, entre hommes et femmes, peur très prégnante à l’époque, et illustrée par quelques conflits symptomatiques, comme la retentissante Affaire Couriau, dans le Livre lyonnais, en 1913. A lire les textes stéphanois, on pourrait croire que, jusqu’à l’arrivée du courant électrique, il n’y avait guère de femmes devant les métiers, ou encore qu’elles n’étaient occupées qu’aux tâches dites annexes. « Avant l’électricité, c’étaient les hommes qui barraient », nous a-t-on dit bien souvent : « Les femmes ne pouvaient barrer qu’avec difficulté, et bien des circonstances leur interdisaient souvent le maniement fatiguant du métier à la barre », écrit en 1902 Ernest Dubois87. Pourtant, au détour d’un récit, on rencontre « la grand-mère Claudine qui barrait, l’été, en chemise » : madame Jurine a souvent vu sa mère, avant que l’électricité n’arrive, relayer son père à la barre pendant qu’il mangeait la soupe. De nombreuses femmes ont « barré » pendant la Première Guerre, lors des longues coupures de courant. Cela nous a été rapporté à plusieurs reprises : « Elles savaient donc le faire... ». Plusieurs auteurs précisent, il est vrai, qu’une minorité de femmes étaient capables de travailler à la barre : même si c’était effectivement une activité essentiellement masculine, elle n’était donc pas exclusivement réservée aux hommes, comme pourraient le faire croire la plupart des textes. L’occultation de cette réalité, dans le cas des entretiens, peut avoir plusieurs significations. On peut tout d’abord rappeler que la plupart de nos interlocutrices et interlocuteurs n’ont pas connu personnellement, sauf pour les plus âgés, l’époque qui précède l’électrification. D’autre part, il est difficile de dire, et donc d’admettre, que les femmes ont pu, à certains moments, faire un « travail d’hommes » : cela met en cause le partage des rôles entre les sexes, d’où l’insistance sur la situation « anormale » qui s’instaure pendant la Première Guerre. Il est aussi possible que le silence qui entoure cette question soit lié à l’interdiction de « barrer à la main », qui accompagne la réglementation horaire négociée entre le Syndicat des tisseurs et la Compagnie électrique de la Loire en 1907. Le courant étant automatiquement coupé, celui ou celle qui barrait au-delà de l’horaire - à la main donc -, était dénoncé par la rumeur publique dans le quartier. Un article du Réveil des tisseurs de février 1924 décrit, sur le mode humoristique, l’épidémie de « philobarromanie » qui sévit dans le quartier de Côte-Chaude : « Les accès se produisent presque toujours en dehors des heures de travail, et en particulier de midi à deux heures, alors que le courant électrique est interrompu. A ce moment, les malades, au lieu de prendre leurs repas comme tout le monde, saisissent frénétiquement une longue tige appelée vulgairement « barre ». Ils enfilent cette barre dans les brasses d’un métier, et s’agitent d’une façon inconsidérée et rythmique qui les fait ressembler à des fous. Pour éviter la contamination, nous donnerons prochainement leurs noms, de façon à ce qu’on les évite le plus possible ». Barrer à la main est, pour la génération d’hommes et de femmes que nous avons interrogés, synonyme d’infraction. On peut se demander si celle-ci ne se substitue pas dans les mémoires, à une autre infraction d’ordre symbolique cette fois : celle de la femme qui barre. Glissement de la mémoire, brouillage qui se répète dans le domaine de la maîtrise concrète du métier et de la technique.

2 - Usages et représentations de la technique

  • 88 J. VALLERAND, « Tisseurs lyonnais ; de l’armure textile au tissu social », Ethnologie Française, a (...)

7« C’est un métier où il faut savoir un peu tout faire ; il fallait connaître non seulement l’ABC du tissage, mais aussi savoir se débrouiller pour la mécanique » : la mémoire passementière stéphanoise confirme la description que fait Jacques Vallerand de l’atelier des canuts lyonnais comme « fabuleux réservoir d’astuces ingénieuses »88, mais aussi comme lieu secret où l’on n’entre pas facilement, et où la complexité technique et des savoir-faire, en particulier pour les métiers Jacquard, frappe l’observateur extérieur.

  • 89 M. DUBESSET, « Femmes photographiées : images, représentations d’ouvrières et d’employées. Saint-E (...)

8Les sources écrites sont très discrètes sur la question des savoir-faire, des manières de travailler. Elles ne décrivent presque rien de ce qui pouvait se passer concrètement et au quotidien dans les ateliers. De même, l’iconographie - gravures, photographies, cartes postales - nous fournit certes des images d’ouvriers et ouvrières au travail, mais le geste est souvent interrompu, et les postures, par définition, figées89. Il faut donc se contenter d’indices, de traces ténues, par exemple la liste des accidents - d’ailleurs peu nombreux - survenus dans les ateliers stéphanois en 1903 ; cette liste figure dans la réponse de la Chambre de Commerce à l’Enquête parlementaire déjà citée. C’est ici que l’enquête orale donne toute sa mesure, surtout lorsqu’elle peut être mise en œuvre dans les rares ateliers encore en fonctionnement, présentant des caractéristiques techniques qui restent très proches de celles de l’entre-deux-guerres, sinon du début du siècle. Même quand le métier à tisser était absent, cas le plus fréquent lors de l’entretien, il ressurgissait dans le récit à travers une gestuelle très variée.

« Ce qui revenait aux hommes »

9C’est un passementier qui a dit de la manière la plus explicite ce que d’autres femmes ou hommes suggéraient plus indirectement : « Il y a des choses qui revenaient aux hommes ». Si l’on décompose les diverses activités, les gestes précis à accomplir lorsqu’on conduit un métier, il y a tout d’abord les opérations ponctuelles qui accompagnent la surveillance du tissage : approvisionnement des navettes en canettes nouvelles, vérification des lisières du ruban, rattachage des fils quand il y a des « casses », des « fricassées ». L’ouvrière porte en permanence sur elle ses ciseaux et sa passette, objets personnels qui nous ont souvent été montrés lors des entretiens. Elle doit parfois utiliser une loupe à cause de la finesse des matériaux, un miroir quand il s’agit de rubans « double-face » dont il faut surveiller les deux côtés. Pour le velours, il faut vérifier fréquemment le réglage du rasoir qui sépare, au fur et à mesure, les deux rubans tissés conjointement. Attention de tous les instants afin d’éviter les « fausses passures » (des fils liés ensemble par une bourre qui les fait flotter anormalement), rapidité du coup d’œil (plusieurs pièces sont tissées simultanément), minutie de tous les instants, sont les qualités requises qui font « la bonne ouvrière ». Mais celle-ci est, dit-on, vite démunie lorsqu’il est question de régler son métier. L’autre aspect du travail passementier est la surveillance de « la mécanique » (en jacquard), ou des « raquettes » (pour le métier-tambour) : il faut veiller au réglage de la tension des fils, intervenir sur les multiples pièces de bois mobiles, aux noms parfois pittoresques, comme ces « marionnettes », actionnées par des bielles qui commandent les navettes. Toutes ces opérations d’ordre mécanique supposent la maîtrise du processus du tissage et la connaissance très concrète du métier, pris au sens d’outil de travail.

  • 90 G. MARTIN, Le Tissage à domicile..., op. cit., p. 185.

10« Je ne dis pas que l’homme ne soit pas encore indispensable. Il l'est comme mécanicien et metteur au point », écrit Germain Martin en 191390. Le consensus est général sur la compétence technique dévolue aux hommes, et la difficulté pour les femmes à « se débrouiller avec la mécanique ». « Les patrons se débrouillaient mieux que les patronnes » nous dit, à plusieurs reprises Mademoiselle Bonche. « Il y a quand même des choses, malgré que vous soyez une bonne ouvrière, qui sont assez dures ». Monsieur Fioretto, gareur en usine dans les années 1930, était souvent sollicité pour venir régler les métiers chez ses voisines à Saint-Genest-Lerpt, en particulier chez des veuves qui, selon lui, n’avaient pas l’habitude de faire ce travail. Cette unanimité de la mémoire renvoie à une évidence : comment maîtriser le processus de fabrication et l’outil de travail sans, d’une part un minimum de connaissances théoriques, et d’autre part, une initiation très concrète à la mécanique ? Aucune jeune fille ne fréquente, au moins jusque dans les années 1930, les cours de tissage de l’Ecole Professionnelle. Sur une carte postale du début du siècle intitulée « Dressage d’une passementière », on voit un chef d’atelier penché sur la banquine de son métier, en train d’effectuer un réglage derrière le battant, tandis que l’ouvrière, dont le visage est tourné vers le photographe, attend que l’opération soit terminée. Cette photographie accentue sans doute le contraste entre la jeune femme passive, et l’homme en action. Mais elle laisse surtout filtrer, ne serait-ce que par la position des individus par rapport au métier, le peu d’initiative laissé à l’ouvrière, en dehors bien sûr des gestes de surveillance et d’approvisionnement décrits plus haut. Faut-il pour autant en conclure à une division étanche des gestes du travail, des compétences entre les sexes ? Une fois de plus, certains indices dessinent un paysage plus varié qu’il y paraît.

La réalité mouvante des compétences de chaque sexe

11« Il était très bricoleur, le passementier ; même nous, les filles, on avait appris à bricoler, on montait aux raquettes, on mettait l’échelle, on changeait les cordes. Les femmes, elles en ont fait, de la gymnastique » : madame Basset raconte aussi comment elle avait dû, pendant une absence des patrons chez qui elle était jeune ouvrière, en 1930 environ, se fabriquer une marionnette, car l’une d’elles s’était cassée sur le métier. Madame Vallin savait régler son métier-velours, dans les années 1920. D’après Monsieur Fioretto, certaines femmes savaient changer leur battant, la pièce très importante où se trouvent enchâssés les peignes, et qui porte les navettes. Il y a bien sûr des variations infinies d’un individu à l’autre : la capacité d’initiative, la curiosité, les conditions concrètes du travail dans une fabrique, obligeaient de toute façon l’ouvrière à s’initier peu à peu à certains problèmes mécaniques. « En jacquard, il fallait être deux, tout seul, c’était pas possible », affirme madame Jurine, qui se souvient des longs moments passés à chercher l’origine d’un petit défaut, son père perché en haut du métier, elle, en bas, s’efforçant de trouver le fil défectueux.

« Le dressage d'une passementière » - Carte postale de Johannes Merlat
1910 environ, Coll. part.

12La période de la Première Guerre est un cas limite. Madame Basset nous a rapporté le témoignage d’une amie dont la mère avait continué à mener l’atelier familial de jacquard, son mari étant parti au front : « Elle a passé des nuits entières sur sa mécanique, elle disait : « il faut que je trouve le défaut pour pouvoir travailler demain » ». On peut noter au passage que les heures passées à résoudre les problèmes mécaniques ne sont pas considérées comme du travail, le métier ne fonctionnant pas. Confrontées alors à une nécessité impérieuse et brutale - remplacer les hommes absents -, certaines femmes ont pu s’approprier un savoir technique. On relève la même tendance, plus progressive, dans les années 1920-1930, avec le déclin de la passementerie qui voit les hommes quitter les ateliers, dans lesquels les femmes continuent à travailler. Madame Frachon, après avoir été contremaîtresse en usine, s’installe à son compte en 1936 : elle dit s’être alors « formée peu à peu dans la mécanique » grâce à des voisins complaisants. Elle sait ainsi « ranger ses aiguilles », pièces qui appartiennent à la raquette, alors qu’une ancienne ouvrière comme mademoiselle Bonche ne sait pas le faire. L’ouvrière, subordonnée au patron ou à la patronne a moins d’initiative, mais elle possède tout de même un savoir-faire qui est au minimum de l’ordre « du bricolage », pour reprendre un terme fréquemment employé. Tout le monde s’accorde à reconnaître que ce savoir-faire est bien supérieur à celui des ouvrières d’usine qui, au moindre problème, doivent appeler le gareur préposé au réglage des métiers. Sur ce point, il faut cependant se méfier de la vision volontiers schématique du travail en usine qui traverse les récits. Nettement dévalorisé, il est sans cesse opposé au travail « en fabrique » peint sous un jour souvent idyllique. On peut aussi se demander si les discours tenus aujourd’hui sur les compétences propres à chaque sexe ne s’alimentent pas aux pratiques de l’usine, qui ont justement codifié de manière de plus en plus rigide tâches masculines et tâches féminines.

13Le décalage entre les compétences réelles des femmes et les représentations qui en sont données, permet d’affiner l’énoncé parfois abrupt de la division sexuelle du travail, même si celle-ci reste une donnée structurelle que nous ne prétendons pas remettre en cause. En effet, les sources orales révèlent une sorte de mémoire commune qui fige hommes et femmes dans des territoires bien délimités : aux hommes, la maîtrise d’une technique, synonyme d’initiative, d’invention ; aux femmes, la fonction nourricière, supposée passive, de l’approvisionnement et de la surveillance du métier. Mais ces mêmes sources nous fournissent aussi des indices qui viennent infléchir cette dichotomie. De l’ouvrière d’usine à la patronne passementière se dessine toute une gamme d’attitudes, une variété de savoir-faire qui soulignent, une fois de plus, la diversité de la rubanerie. Il y a pourtant une profonde unité dans l’image que la profession veut donner d’elle-même, et dont tant d’aspects renvoient à ce que l’on appelle communément le féminin.

La femme et le ruban, le mineur et le métallurgiste : allégorie de Saint-Étienne
Frontispice du Guide de Saint-Étienne et ses environs, St Étienne 1908

3 - Un métier du féminin.

14Le frontispice du Guide de Saint-Etienne et ses environs, édité en 1908, présente une femme assise, figure centrale en train de dérouler un ruban ; au second plan, on aperçoit un mineur et deux métallurgistes : évocation, parmi bien d’autres comparables, d’une ville laborieuse représentée par cette femme dont le visage est prolongé par la coupole de l’Hôtel de ville. Cette allégorie est aussi celle de l’industrie du ruban, univers féminin opposé à ceux de la mine et du métal.

Tissus, rubans et tissages, univers de femmes

  • 91 Cité par M. PERROT, « De la nourrice à l’employée », in Travaux de femmes, Le Mouvement social no  (...)
  • 92 A. FINE, « A propos du trousseau, une culture féminine », in M. PERROT (éd.), Une Histoire des fem (...)

15Les femmes entretiennent un rapport millénaire au tissage. La formule souvent citée d’un rapport ouvrier de 1867, ne fait donc que reprendre des évidences anciennes, en les appliquant à la société industrielle alors en plein développement : « A l’homme, le bois, le métal ; à la femme, le tissu, le vêtement »91. Cette relation privilégiée est à plusieurs sens. Tout d’abord, ce sont les femmes, le plus souvent, qui assurent la production des tissus : elles ont été, et sont toujours, majoritaires dans l’industrie textile. Ce sont elles aussi, plus que les hommes, qui en ont l’usage. Elles s’occupent, dans la sphère domestique, du linge, accumulant dans des armoires les trousseaux dont Agnès Fine a montré la valeur symbolique92. On sait, par ailleurs, l’importance du vêtement, ornement du corps des femmes. Le ruban y tient justement une grande place, en particulier sous le Second Empire : « C’était l’époque où l’on disposait sur les crinolines les velours étroits en séries de dix à douze rangs », explique Gabriel Clerc. Selon lui, le ruban s’est ensuite diffusé dans toutes les classes sociales, mais au prix d’une dégradation de sa qualité. « Depuis une trentaine d’années - son livre est publié en 1913 - les femmes du peuple portent le ruban ; les prix de la soie ayant baissé, les rubans coûtent peu. Les paysannes, en même temps qu’elles abandonnaient la coiffe régionale agrémentée souvent de rubans brochés et façonnés fort beaux, se jetèrent avec avidité sur le chapeau de Paris. On le leur donna, bourré de rubans de basse qualité ». Puis la mode change avec l’apparition, vers 1895, du costume tailleur, du « chic anglais » ; le costume s’est « défanfreluché », et le ruban subit la concurrence de la broderie et de la dentelle, même si l’on note, juste avant la Première Guerre, un retour aux ornements. Il est surtout menacé par cette mode qui, désormais, moule le corps féminin : « Le costume a rendu les dessous très étroits : les nœuds et autres combinaisons de lingerie qui prenaient de la place, ont été réduits (...), or le ruban y entrait pour une bonne part ». Même s’il perd de son importance du fait des fluctuations de la mode, le ruban demeure profondément lié au costume féminin, et au corps de la femme : « Tant que vous porterez/ Ces dessous admirables/ Femmes vous resterez/ Jeunes et désirables », déclame un poète local dans une « Ode au ruban » publiée dans la petite revue L’Araignée laborieuse, en 1948. Les caprices de la mode, thème largement exploité par les fabricants pour justifier leur refus systématique de toute réglementation du travail, ne sont-ils pas, dans l’imaginaire social, le produit de l’inconstance des femmes ? La presse se félicite d’ailleurs des renaissances cycliques du ruban. « Ces dames sont bien gracieuses maintenant avec leurs petits chapeaux garnis de beaux nœuds de ruban ou de velours. Allons, Mesdames, prononcez solennellement ce vœu : « Pour être toujours aussi jolie, je porterai toujours sur mes chapeaux les soyeux rubans et les velours de Saint-Etienne », peut-on lire dans Le Mémorial du 14 mars 1939. Jusque dans sa matérialité, sa texture, le ruban n’est-il pas douceur, légèreté, fantaisie, symbole de séduction : attributs féminins par excellence ? Par un effet d’assimilation entre l’objet et celles qui le portent, c’est alors toute une profession qui est marquée au sceau du féminin.

Un mode de vie qui renvoie au féminin

16La passementerie est plus qu’un métier, elle est aussi un mode de vie. Plusieurs constantes traversent les discours tenus sur cette « culture quotidienne de la profession » dont parle Jacques Vallerand à propos des canuts lyonnais. Sources écrites et sources orales convergent constamment sur ce point. On y dit sans cesse le sens de l’épargne, les qualités d’ordre, de propreté, de minutie des rubaniers ; leur goût et même une certaine distinction qui se traduit par le souci du vêtement ; l’attrait pour la musique et une pratique religieuse longtemps importante. Cette énumération apparaît comme une sorte de condensé des fondements de l’éducation proposée aux jeunes filles par le XIXe siècle bourgeois, même si plusieurs de ces valeurs ne leur sont pas réservées.

17« Le tisseur est par dessus tout laborieux et économe », écrit en 1909 Charles Leproux. « C’était obligé, il n’allait pas à la paie tous les mois, il fallait toujours penser à l’avenir, en se privant de beaucoup de choses ; on vivait chichement », renvoient en écho plusieurs témoins. Tous les récits reprennent ce thème. La nécessité absolue de l’épargne est associée à la précarité de l’offre de travail - c’est une réalité - mais aussi au projet d’installation dans une « maison à soi », dont on sait l’importance à la fois matérielle et symbolique. « Il fallait vivre avec les économies faites pendant la presse ; ils étaient propriétaires de leur maison à force d’économiser », dit madame Basset parlant de ses beaux-parents. Monsieur Fioretto, le plus jeune de nos interlocuteurs, affirme plus crûment : « Le passementier était radin », en racontant comment certains passementiers cachaient leur argent dans « la couronne du métier », le châssis placé à l’arrière et qui supporte les poulies. Cet esprit d’économie se conjugue avec des habitudes d’ordre et de propreté, autres vertus passementières : « C’était toujours bien tenu chez nous, l’appartement était aussi bien tenu que le métier était soigné... ». La Chambre de Commerce affirme en 1904, « qu’au point de vue de l’hygiène, les tisseurs, sobres et très propres, sont dans des conditions satisfaisantes par rapport aux ouvriers des autres professions ». Maxime Perrin évoque en 1937 « la cuisine luisante de propreté du passementier stéphanois ». Le maniement de tissus de couleurs claires, de soies et de velours, nécessite évidemment beaucoup de soin et de propreté. Madame Courtial se souvient ainsi de l’attention que tisseurs et tisseuses devaient porter à leurs mains, l’hiver surtout, pour ne pas érailler les rubans. Or, la propreté est justement devenue, au début de ce siècle particulièrement, une valeur majeure dans la vie domestique, territoire féminin par excellence - au moins dans les discours tenus sur celle-ci-. Du soin porté au ruban, à la « mise soignée » considérée comme une caractéristique du mode de vie passementier, il n’y a qu’un pas.

18La fréquentation quotidienne avec de « belles choses » est souvent avancée comme explication première de ce « goût » et de « l’allure soignée », qui distingueraient les passementiers des autres ouvriers. Le souci de la présentation de soi, qui n’est en réalité pas spécifique aux seuls passementiers, est dit commun aux hommes et aux femmes : « Le passementier était plus coquet, il se tenait mieux (...), c’est le métier qui veut ça ». Dans l’imagerie véhiculée par la chanson, ce sont les ouvrières qui sont toujours coquettes : c’est « l’ourdisseuse rieuse..., le dimanche coquette » de Pierre Philippon. En 1848 déjà, Antoine Limousin expliquait que les ourdisseuses avaient des frais de toilette, car elles allaient travailler en ville. La « bonne tenue » est certainement un élément non négligeable dans la négociation du travail, fréquemment menée par les femmes, au magasin. Descendre en ville est aussi l’occasion, nous l’avons vu de se tenir au courant de la mode.

19Goût du paraître, goût pour la musique, qui va de la chanson fredonnée pendant le travail à la pratique d’un instrument dans le cadre d’une harmonie comme à Côte-Chaude. Cette pratique est le plus souvent masculine : « Mon beau-père était musicien, il aimait jouer ; quand il avait un bon travail, une fois qu’on l’avait mis en route, si la chaîne était bonne, qu’il n’y avait pas grand chose à faire, il allait chercher son cor anglais. Il en a joué de la musique dans sa fabrique ! » Madame Jurine se rappelle les soirées passées chez des voisins jacquardaires dont la fille jouait du violon. Avec les tisseurs de jacquard, nous sommes aux frontières du monde ouvrier et de la petite bourgeoisie. Dans la mémoire stéphanoise, ce sont « des espèces d’artistes ».

20« Les tisseurs fournissent moins d’alcooliques que la plupart des autres professions » : ce constat fait par la Chambre de Commerce en 1904 est bien différent de celui d’A. Audiganne dans sa description des ouvriers de Saint-Etienne, un demi-siècle plus tôt. La sobriété passementière, thème fréquent dans les entretiens, est souvent associée aux habitudes de travail et surtout à ce mode de vie très casanier qui exclut, pour les hommes, le passage quotidien par le café, à la différence d’autres catégories ouvrières ; on pense bien sûr aux mineurs, dont la réputation est solidement établie en la matière. Cela ne signifie pas pour autant que les passementiers ne fréquentent pas les cafés. Ils en ont l’occasion lorsqu’ils descendent en ville traiter avec le commis de barre ou le liseur. Mais s’ils s’attardent au café du quartier, c’est plutôt, dit-on, pour une partie de billard. A ce sujet, une anecdote est revenue plusieurs fois, celle du passementier essuyant soigneusement la queue de billard après qu’un mineur s’en soit servi geste lourd de sens sur les relations entre les deux groupes professionnels. La distance entre la mine et le ruban est très lisible lors de la grève de 1900, où passementiers et mineurs engagés dans des mouvements simultanés, ne se mêlent pas dans les cortèges ; La Carmagnole, vite abandonnée par les tisseurs, laisse parfois la place à des cantiques : on imagine mal un même comportement chez les mineurs français, en attendant l’arrivée des mineurs polonais après la Grande Guerre...

21La pratique religieuse est en effet importante dans la profession, même si Le Réveil des tisseurs est volontiers anticlérical. Le quartier de Côte-Chaude, comme celui du Soleil, est certes classé au début des années 1950 dans les zones de faible pratique religieuse, mais les passementiers sont devenus à ce moment-là très minoritaires. La plupart des tisseurs et tisseuses rencontrés dans ce quartier sont des catholiques pratiquants qui se souviennent non sans humour de « ces hommes qui, pendant la messe, au fond de l’église, se racontaient leurs chargements ; d’ailleurs, le seul loisir des femmes, c’était la messe, à six heures le matin, les hommes allaient à celle de huit heures ». Lors de la fête corporative, à Côte-Chaude comme à Saint-Genest-Lerpt, au mois de septembre, on transporte la Vierge en procession. Des vertus ménagères à la fréquentation régulière de l’église, nous sommes dans le registre du féminin, face à l’univers viril de la mine.

En contrepoint, le monde masculin de la mine

22« Ce n’était pas les mêmes gens, vous ne pouvez pas vous imaginer la différence de mentalité, de façon de vivre qu’il y avait... ». L’affirmation d’une identité passementière se fait presque toujours implicitement ou explicitement par référence aux mineurs, et ce d’autant plus que les uns et les autres se côtoient quotidiennement, à Côte-Chaude par exemple. Si l’on reprend chacune des qualités attribuées aux tisseurs dans le portrait idéal que la profession veut donner d’elle-même, il suffit de renverser la proposition pour voir se dessiner, en négatif, l’autre, le mineur, sorte de paradigme de la virilité. Les textes abondent dans la littérature, l’enquête sociale, sur l’image virile du mineur. La force physique, les risques du métier, apanages masculins, sont emblématiques de la mine. Plusieurs récits associent à cela le grand nombre d’enfants des mineurs, par opposition au malthusianisme des tisseurs. Or, au début du XXe siècle, les mineurs adoptent eux aussi des conduites malthusiennes ; mais il est vrai que dans les cas, devenus rares dans l’entre-deux-guerres, de familles nombreuses rencontrées au fil des recensements, ce sont souvent des familles de mineurs qui entretiennent ainsi l’image d’un groupe prolifique. Autre opposition souvent affirmée, celle des vertus d’ordre et d’économie des tisseurs contrastant avec le laisser-aller, la dépense facile des mineurs : « Les femmes de mineurs, elles ne s’en faisaient pas ; ils vivaient plus large, ils allaient à la paie chaque quinzaine ». Madame Basset se souvient de l’inquiétude de ses beaux-parents, passementiers à Côte-Chaude, lorsqu’elle a épousé leur fils en 1931 : « Ils avaient peur qu’étant fille de mineur, je ne sache pas mener ma barque ; pour eux, une femme de mineur ne savait pas économiser ». L’allusion fréquente à l’usage par les épouses de mineurs, du crédit, de « l’ardoise » chez les commerçants, est généralement assortie de remarques sur les dépenses beaucoup plus grandes pour la nourriture, et surtout pour le vin : « Les mineurs buvaient beaucoup, c’était le métier qui le voulait ! » Au-delà d’une réalité sociale incontestable, encore faudrait-il pouvoir mesurer les écarts sociaux et culturels réels, en comparant par exemple des budgets ouvriers.

23Quand Gabriel Clerc arpente en 1912 la rue du Puy dans le quartier de Tardy, il traverse d’abord le secteur habité par les mineurs : « Une marmaille innombrable, de grosses femmes mal peignées, des mineurs noirs de fumée qui reviennent du travail (...) puis, la rue se fait plus proprette, les bâtisses moins noires ». L’opposition ne peut être plus clairement formulée. On la retrouve exprimée jusque dans les manières de parler des uns et des autres ; les mineurs parlent fort, dit-on, ils s’expriment bruyamment et pas seulement les hommes ; « Une sortie de messe à Saint-Genest et à Roche-La-Molière (localité proche, plus marquée par la mine), c’était pas la même chose ! » Cette manière de pointer à tout prix la différence va jusqu’à nier les comportements communs : « On a été élevés à hurler quand on parle, à cause du bruit des métiers, surtout des métiers-velours », dit-on en même temps qu’on dénonce le même comportement chez les mineurs que l’on côtoie au quotidien dans l’espace des quartiers mixtes. La dichotomie toujours proclamée ne fonctionne pas si bien et ce, d’autant moins que les deux groupes entretiennent des relations qui vont du voisinage au lien familial.

24Au-delà des images, il existe, dans certains quartiers ou communes proches de Saint-Etienne, des liens réels entre le ruban et la mine. La fréquentation souvent temporaire de la mine par les tisseurs est une habitude ancienne qui va se renforçant dans l’entre-deux-guerres avec ces « passementiers-mineurs » relativement nombreux sur les listes nominatives des recensements. Ils sont en général employés comme manœuvres à la surface, et non au fond : c’est le cas des tisseurs de Saint-Genest-Lerpt pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le passage vers le monde de la mine dans les lignées de passementiers devient définitif selon deux modalités ; d’abord par les femmes, lorsqu’une fille de passementier épouse un mineur, phénomène de plus en plus fréquent à Côte-Chaude au début du XXe siècle. Autre cas de figure, quand un fils quitte la fabrique familiale pour aller à la mine ; c’est plus souvent le fait du cadet.

25La fréquentation quotidienne des mêmes espaces dans un quartier situé à la périphérie de la ville tisse des liens entre les individus ; les mineurs sont souvent les locataires des passementiers, et les mariages ne sont plus rares. Et pourtant, quand on s’adresse aujourd’hui à l’Amicale laïque de Côte-Chaude, où les veuves de mineurs sont nombreuses, celles-ci vous expliquent « qu’ici c’est pas passementier », et qu’il faut aller voir l’autre association de quartier pour rencontrer d’anciens tisseurs. On retrouve le même phénomène à Saint-Genest-Lerpt, bien que dans les années 1950-1960, il y ait eu de nombreux couples mixtes. « C’était une bonne clientèle vous savez, la passementière était mariée au mineur », nous a dit la sagefemme du bourg. Aux hommes la mine, aux femmes le tissage, dernière étape d’une évolution qui rétablit les partages traditionnels du masculin et du féminin.

***

26Au terme de cette étude sur les rapports entre les sexes dans la rubanerie stéphanoise, on peut tout d’abord faire le constat désormais classique de la division sexuelle des tâches et des espaces, et de la dépendance qui en résulte pour les femmes. En effet, si l’on considère d’abord l’ensemble du cycle du ruban, les femmes, nettement majoritaires, sont affectées à certaines étapes de la production où elles effectuent des travaux spécifiques dont la plupart ne requièrent aucune qualification. Lorsque cette dernière existe, attestée par la longueur d’un apprentissage et le consensus autour d’un savoir-faire (c’est le cas pour l’ourdissage), elle n’est pas réellement reconnue puisque non rémunérée comme telle. A l’inverse, tout ce qui concerne la conception du ruban, l’encadrement technique dans les ateliers ou à l’usine, et bien sûr la sphère du pouvoir dans les magasins, sont affaire d’hommes. La hiérarchie entre les sexes est très lisible, et nous retrouvons, à travers l’exemple particulier de la rubanerie, une des conclusions qui traversent l’ensemble des études sur le travail féminin, en particulier pour le textile : celle de l’exploitation économique d’une main-d’œuvre jeune, où les célibataires sont nombreuses et strictement encadrées ; exploitation d’autant plus intense que le patronat rubanier stéphanois se montre longtemps rebelle à toute réglementation en cette fin du XIXe siècle où l’Etat légifère pour protéger d’abord les mères. Dans le même temps, le syndicalisme ouvrier, lieu d’expression avant tout masculin, met en cause la légitimité du travail féminin, au nom d’une division plus fondamentale encore des rôles entre les sexes.

27L’atelier de famille qui est parfois une famille-atelier, particularité stéphanoise qui connaît une brève apogée autour de 1900, est aussi le lieu de multiples contraintes pour les femmes. Leur statut personnel dépend, plus que pour les hommes, des stratégies familiales mises en œuvre pour assurer la survie de la fabrique. Filles aînées presque obligées au célibat, mères-providences toujours occupées sont les figures d’un dévouement féminin qui a peu d’équivalents du côté masculin. Que dire enfin de ces destinées individuelles d’ouvrières célibataires dont la stabilité chez un patron ou plus rarement une patronne, est volontiers interprétée comme le signe d’une fidélité toute féminine ? C’est aussi le résultat du choix de plus en plus restreint du lieu de travail, car la profession décline. Itinéraires marqués au sceau de la solitude, y compris à l’atelier : il n’y a guère que deux ou trois personnes dans les fabriques des années 1929-1930. Enfin la vieillesse est souvent précaire pour ces femmes parfois obligées de continuer tardivement leur activité, les retraites étant bien maigres.

28Exploitation économique, contraintes, dépendance, tous ces constats ne suffisent pourtant pas à cerner la réalité du travail et de l’existence des passementières et ouvrières en soie. D’autres éléments permettent d’infléchir et d’approfondir l’analyse des rapports entre les sexes. Les femmes peuvent être, à certains moments, actrices à part entière. Elles peuvent aussi exercer un pouvoir, une autorité et même s’approprier, dans certaines conditions, un domaine traditionnellement considéré comme masculin. Lors de la grande secousse sociale de 1900, la vitalité des cortèges féminins est soulignée par la presse locale, et si la grève est dirigée par les hommes, les femmes participent activement aux charivaris organisés contre les non-grévistes, tout en chantant des cantiques durant les défilés. La timide émergence d’un syndicalisme féminin à coloration chrétienne, quelques années plus tard, est bien le signe d’une prise en charge des problèmes du travail par des femmes ; comportement qui, même s’il ne conteste pas l’ordre social (d’où sa marginalisation dans le mouvement ouvrier) est nouveau. La place prépondérante qu’y tiennent les célibataires invite à réfléchir sur la signification et les conséquences du célibat féminin, synonyme parfois de sacrifice et de repli, mais aussi de libertés et d’initiatives souvent impensables, dans cette période, pour la plupart des femmes mariées. Mais celles-ci ont cette fois, dans le cadre de la famille-atelier, de réels pouvoirs. Souvent chargées de la négociation du travail, ce sont les femmes qui rapportent l’ouvrage et l’argent du ménage dont elles sont le « ministre des Finances ». Il y a peut-être une sorte d’effet en retour de ce pouvoir maternel et domestique qui constitue à la fin du XIXe siècle l’une des formes les plus puissantes de compensation pour les femmes. Mais au lieu d’être cantonnée dans les limites strictes de la gestion du quotidien, l’autorité de la mère s’étend à la sphère du travail dans la mesure où celui-ci s’effectue précisemment dans le cadre de l’espace privé, qui inclut logement et atelier. Centres de gravité de la fabrique et de la maisonnée, les mères sont des figures très présentes dans les mémoires.

29Enfin, quand, sous la pression d’événements personnels ou historiques (le décès d’un conjoint, la guerre, une crise économique) une femme devient chef d’atelier par défaut, la survie de sa fabrique suppose l’acquisition, au prix de multiples difficultés, d’une maîtrise des techniques jusque-là réservée aux hommes. Des circonstances exceptionnelles, une structure de production intégrée à l’espace privé (seul lieu de souveraineté reconnue à cette époque aux femmes), ou encore le célibat, sont peut-être les conditions particulières qui permettent l’émergence même temporaire d’un pouvoir, d’une autorité féminine.

30L’étude des représentations fournies par l’enquête orale et par les sources écrites a montré tout d’abord l’importance du couple masculin/féminin comme référent permanent lorsqu’il s’agit de décrire et de justifier la division des tâches, la diversité des compétences et aussi leur hiérarchisation. Ce sont les fameuses qualités féminines, mises en valeur par l’arrivée de l’électricité, ou bien le monopole masculin des savoir-faire dans le domaine de la mécanique mais aussi du dessin de tissage. Or ce jeu d’oppositions ne dit pas la complexité d’une réalité bien souvent en décalage par rapport aux représentations qui en sont faites. Mais on peut aussi faire bon usage des clichés afin d’analyser les images d’un métier, d’un univers de travail, en se situant résolument cette fois dans l’ordre du symbolique. Dans le cas de la rubanerie, la référence au féminin est envahissante ; cela peut expliquer le recours si fréquent, de la part des hommes de la profession, à ce partage entre ce qui était affaires d’hommes, et ce qui revenait aux femmes. Une manière peut-être de se rassurer sur leur propre identité menacée par le risque d’une confusion des genres ?

Notes

85 ADL 13J carton 82, dossier 7, Recensement des métiers à tisser.

86 M. MANGINI, La Transformation du travail par le moteur électrique, Saint-Etienne, 1904.

87 E. DUBOIS, Les Moteurs électriques dans l’industrie à domicile, Bruxelles, 1902.

88 J. VALLERAND, « Tisseurs lyonnais ; de l’armure textile au tissu social », Ethnologie Française, avril-juin 1981, p. 103-120.

89 M. DUBESSET, « Femmes photographiées : images, représentations d’ouvrières et d’employées. Saint-Etienne, 1890-1940 » in M. PERONI et J. ROUX, (éds) Le Travail photographié, Programme pluri-annuel en sciences humaines Rhône-Alpes, CRESAL, Saint-Etienne, juin 1991, 425 p., p. 107-126., et Éd. CREAPHIS, Paris, 1993

90 G. MARTIN, Le Tissage à domicile..., op. cit., p. 185.

91 Cité par M. PERROT, « De la nourrice à l’employée », in Travaux de femmes, Le Mouvement social no 105, p. 7.

92 A. FINE, « A propos du trousseau, une culture féminine », in M. PERROT (éd.), Une Histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984.

Table des illustrations

Légende « Le dressage d'une passementière » - Carte postale de Johannes Merlat1910 environ, Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende La femme et le ruban, le mineur et le métallurgiste : allégorie de Saint-Étienne Frontispice du Guide de Saint-Étienne et ses environs, St Étienne 1908
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 670k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search