Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Deuxième partie. Le fil du métier. Hommes et femmes dans la rubanerie

Chapitre V. Lois et légitimité du travail féminin, débats et réalités

Texte intégral

  • 49 F. et M. PELLOUTIER, La Vie ouvrière en France, Paris, 1900, rééd. en fac-similé, Paris, Maspero, (...)

1« La question du travail des femmes est assurément de celles qui ont le plus contribué à hâter l’éclosion de la question sociale », écrivent en 1900 Fernand et Maurice Pelloutier, dans leur enquête sur la vie ouvrière en France49. Cette question dépasse largement le cadre de notre recherche, mais il nous a semblé utile de reprendre, dans le cas particulier de Saint-Etienne, les termes du débat qui s’est déroulé dans le dernier tiers du XIXe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale. Débat d’autant plus vif que nous sommes dans une période d’intense activité législative de l’Etat républicain dans ce domaine avec, en particulier, les lois de 1874 et 1892. Mal accueillies par le patronat stéphanois, et surtout les rubaniers, ces lois ne s’appliquent guère, en fait, aux ateliers de famille. Mais le syndicalisme tisseur, malgré ses réticences devant la place grandissante des femmes dans la branche, va s’employer à faire respecter cette législation. Au-delà des débats sur la légitimité et les conditions concrètes du travail féminin, une réalité reste bien vivante dans les mémoires stéphanoises : celle des milliers de passementières, souvent ouvrières, parfois patronnes, qui ont travaillé dans la période 1900-1950.

1 - L'état réglemente

La loi de 1874 : protéger les enfants et les filles mineures

2La loi de 1874 concerne le travail des enfants et des filles mineures dans l’industrie, titre intéressant qui assimile d’emblée les jeunes filles mineures - de moins de vingt et un ans donc - aux enfants, tandis que les garçons, à partir de douze ans et, de toutes manières au-delà de seize ans, sont considérés comme des adultes, au moins pour ce qui concerne les conditions de travail. La distinction entre les sexes, qui n’apparaît pas dans la loi de 1841 sur le travail des enfants, est ici clairement établie. Cette loi interdit l’embauche des enfants, filles ou garçons, avant l’âge de douze ans révolus, à l’exception de quelques industries. La journée de travail est limitée à douze heures coupées par un repos. Le travail de nuit est interdit pour tous les enfants jusqu’à seize ans, ainsi que pour les filles mineures de seize à vingt ans. Mais cette interdiction se limite, dans ce dernier cas, aux usines et manufactures : elle ne concerne donc pas l’atelier de famille, majoritaire à Saint-Etienne dans cette période. Enfin, enfants et filles mineures ne pourront être employés les dimanches et fêtes, même pour le rangement de l’atelier. Dans sa section III, la loi s’élargit aux femmes, qui, comme les enfants et filles mineures, ne seront plus admises dans les travaux souterrains, mines et carrières ; leur présence y a de toujours été marginale en France, à la différence de l’Angleterre. Ces interdictions s’accompagnent d’une exigence d’instruction pour les enfants, filles ou garçons, qui doivent pouvoir, s’ils travaillent avant douze ans, fréquenter les classes d’une école « pendant le temps libre du travail ». De même, aucun enfant de moins de quinze ans ne pourra travailler plus de six heures par jour, « s’il ne justifie, par la production d’un certificat de l’instituteur ou de l’inspecteur primaire, visé par le maire, qu’il a acquis l’instruction primaire élémentaire ».

3La loi de 1874 associe enfants et filles mineures, et n’inclut que de manière épisodique les femmes pour l’interdiction du travail souterrain. Celle de 1892 réunit ces trois groupes : les femmes sont donc explicitement considérées comme une catégorie de la population nécessitant une protection particulière.

La loi de 1892 : protéger les femmes

4La loi du 2 novembre 1892 traite du travail des enfants, des filles mineures et des femmes, « dans les usines, manufactures, mines, minières et carrières, chantiers, ateliers et leurs dépendances, de quelque nature que ce soit, publics ou privés, laïcs ou religieux » (article 1) ; mais « sont exceptés les travaux effectués dans les établissements où ne sont employés que les membres de la famille sous l’autorité soit du père, soit de la mère, soit du tuteur ». L’atelier de passementerie échappe donc à la loi puisque celle-ci, comme celle de 1874, s’arrête au seuil de l’atelier de famille. Néanmoins, « si le travail s’y fait à l’aide de chaudière à vapeur ou de moteur mécanique, l’inspecteur aura le droit de prescrire des mesures de sécurité ». En théorie, l’électrification des ateliers qui démarre à partir de 1894-1895, devrait permettre ce contrôle. L’âge de la mise au travail des enfants est dorénavant établi à treize ans révolus, mais les enfants pourront être embauchés dès douze ans s’ils ont obtenu leur certificat d’études ; leur journée de travail ne pourra excéder dix heures. Celle-ci est limitée à onze heures pour les enfants de moins de seize ans, les filles mineures et les femmes. Le travail de nuit, de neuf heures du soir à cinq heures du matin, est interdit aux enfants de moins de dix-huit ans, filles et femmes, avec toutefois la possibilité de travailler de quatre heures du matin à dix heures du soir, s’il y a deux postes ouvriers. La section II consacrée au travail de nuit et au repos hebdomadaire est révélatrice de l’esprit d’une loi qui prévoit déjà de nombreuses dérogations. Ainsi, « il sera accordé pour les femmes et filles âgées de plus de dix-huit ans, dans certaines industries (...) la faculté de prolonger le travail jusqu’à onze heures du soir, à certaines époques de l’année, pendant une durée totale qui ne dépassera pas soixante jours ». Cette tolérance concerne au premier chef les usines et ateliers textiles et, dans le cas de Saint-Etienne, les ateliers de pliage et d’ourdissage des magasins. Enfin, le repos hebdomadaire est institué « pour les enfants de moins de dix-huit ans et les femmes de tous âges » (il faut attendre 1906 pour qu’il soit généralisé). L’interdiction du travail souterrain est réaffirmée pour les filles et femmes, à la section III. Celles-ci, comme les enfants, ne pourront être employées « dans les établissements insalubres ou dangereux où l’ouvrier est exposé à des manipulations ou à des émanations préjudiciables à sa santé ».

  • 50 Y. KNIBIEHLER, « Les médecins et la nature féminine au temps du Code civil », Annales ESC juil.-ao (...)

5Limitation de la journée de travail, interdiction du travail de nuit et des travaux dangereux, repos hebdomadaire, cette loi est toujours présentée comme un tournant important pour les femmes ouvrières, qui semblent, du moins sur le papier, favorisées par rapport aux ouvriers, au nom de la nécessaire protection du sexe faible. C’est le résultat, outre les arguments moraux et démographiques, de tout un discours à la fois juridique et médical, sur la faiblesse des femmes, largement développé depuis la fin du XVIIIe siècle50. L’un des rédacteurs du Code civil, Portalis, ne déclarait-il pas en l’an IX, lors d’une séance du Corps Législatif : « la femme a besoin de protection parce qu’elle est faible et que la prééminence de l’homme indiquée par la constitution même de son être, est la source du pouvoir de protection que la loi reconnaît au mari ». L’Etat, en cette fin du XIXe siècle, a tendance à se substituer au mari dans ce rôle protecteur.

  • 51 ADL 13 J, carton 141, dossier 7.
  • 52 ADL 88 M 13, Commissions de surveillance, 1850-1902.

6La loi de 1892 est mal appliquée à Saint-Etienne comme dans l’ensemble du pays, surtout en matière de durée de la journée de travail. Elle a aussi des effets pervers, excluant de fait les femmes de certains travaux, et pas forcément les plus pénibles. Cette loi est aussi souvent contournée dans les années qui suivent sa promulgation. Pourtant, les décrets qui la complètent en 1893 et 1895 entérinent de nombreuses dérogations. Ainsi la circulaire n°13 du 30 juillet 1895 confirme-t-elle l’autorisation des soixante veillées jusqu’à 23 heures dans l’année, pour les femmes employées à la broderie, passementerie, confection de chapeaux, lingerie, fourrures, au pliage et à l’encartonnage des rubans. Cette tolérance est obtenue à la suite d’une intervention de la Chambre de Commerce de Saint-Etienne et de la Chambre syndicale (patronale) des tissus51. Malgré ces assouplissements, les infractions sont nombreuses, d’autant que les amendes sont symboliques. Dans la Loire, les commissions de surveillance se réunissent peu, et fonctionnent mal : le Conseil général en fait le constat en août 189952. Il n’y a d’ailleurs jamais de femmes dans ces structures, que ce soit dans la représentation patronale, ou parmi les délégués ouvriers.

  • 53 G. MARTIN, Le Tissage à domicile dans les campagnes du Velay, Le Puy-Paris, 1913.

7Les difficultés dans l’application de la loi sont encore renforcées, dans le cas de la passementerie stéphanoise, par la structure familiale des ateliers. La loi de 1892 va pourtant au-delà de celle de 1874 - qui s’arrête effectivement au seuil de la maison -, puisque la présence d’un moteur mécanique peut justifier la visite de l’inspecteur, même si l’atelier est strictement familial. Mais, à la veille de la Première Guerre, G. Martin remarque que « dans l’atelier de famille, les lois relatives à la durée du travail, ne sont pas appliquées »53. Son étude porte plutôt, il est vrai, sur le tissage rural. Du côté du patronat rubanier, on est de toutes façons hostile par principe à toute réglementation.

2 - L'attitude du patronat rubanier : le refus de la loi

Une constante : les protestations patronales

  • 54 ADL 88 M 2.
  • 55 ADL 13 J, carton 141, dossier 7.
  • 56 ADL 88 M 3.
  • 57 ADL 88 M 18, pièce 18.

8En 1837 déjà, la Chambre de Commerce, peuplée de fabricants et d’industriels du textile, s’inquiétait lorsqu’il était question de limiter à douze heures la journée de travail des enfants de 12 à 16 ans, mesure discutée dans le cadre de la préparation de la loi qui sera votée en 1841. Celle-ci est d’ailleurs fort peu respectée dans la région, au point que le ministre de l’Intérieur demande au préfet de la Loire, en 1864, de prendre des mesures fermes pour sa mise en œuvre54. Le travail de nuit dans les moulinages du Pilat est même justifié de manière adroite par le président de la Chambre de Commerce, en 1870 : « Les jeunes filles âgées de dix-neuf ans en moyenne, travaillent alternativement de minuit à minuit. Elles sont logées sur place en internat. Venant des campagnes alentour, elles ne pourraient pas, en travaillant uniquement de jour, rentrer chez elles, à cause de la distance et celles qui le font sont alors requises pour d’autres occupations, et ont donc une vie plus fatigante »55. Durant la Troisième République, la Chambre de Commerce est, plus encore que sous le Second Empire, sous l’influence de la Fabrique : les résistances patronales s’expriment donc ouvertement à propos de la loi de 1874. Ainsi, les fabricants de lacets de Saint-Chamond disent leur « consternation » dans une lettre datée du 27 mai 187556. En 1887, les jeunes ouvrières des moulinages ruraux font encore des journées de douze heures trente à treize heures trente. L’année suivante, les inspecteurs constatent que, d’une manière générale, la limitation de la durée du travail n’est pas respectée dans les usines et ateliers de tissage et de moulinage du département. Un rapport daté du 12 juillet 1890 précise que dans la plupart des établissements employant des hommes, la durée du travail a été abaissée à dix heures, alors que dans les industries employant des femmes (le textile surtout), la journée de travail est maintenue à douze heures. L’inspecteur conclut qu’il « est regrettable que certains industriels exigent encore de la femme un travail de deux heures plus long »57, situation paradoxale dans une période où s’élabore une législation qui entend « protéger les femmes » : on mesure ici le décalage entre législation, discours, et réalités.

  • 58 ADL 88 M 20, pièce 104.

9Parmi les dix-sept cas d’infractions relevés par les inspecteurs départementaux, entre 1886 et 1889, la grande majorité concerne le textile, secteur féminin par excellence, mais aussi plus fréquemment contrôlé. On y trouve, à parts égales, les usines (tissages, moulinages, fabriques de lacets), et les ateliers de passementerie et magasins de rubans. Ainsi, le 19 janvier 1889, à 15 heures, l’inspecteur constate chez Offrey, passementier place de l’Hôtel de Ville, que les trois ouvrières de 14, 15 et 18 ans n’ont pas de livret. Le même jour, chez un fabricant de la rue de la République, il trouve quatre ouvrières âgées de 12 à 15 ans et demi, là aussi sans livret ; il n’y a pas de registre, ni d’affichage de la loi. Mais, dans les deux cas, il ne semble pas y avoir d’infraction à la réglementation horaire, à l’inverse de l’usine-internat de Saint-Paul-en-Cornillon, au-delà de Firminy, où, au mois de mars de la même année, l’inspecteur note que des fillettes originaires pour la plupart d’Ardèche, de Haute-Loire et des environs de Firminy, travaillent quatorze heures par jour58.

La lutte pour les dérogations, au nom du particularisme rubanier

  • 59 ADL 88 M 22, pièce 12.

10La loi du 2 novembre 1892 est, elle aussi, mal accueillie par les fabricants et industriels du ruban, qui ont fait pression, nous l’avons vu, pour obtenir le décret de 1895 autorisant les soixante veillées annuelles pour le pliage et l’encartonnage des rubans. L’argument toujours répété est celui des « contraintes propres au métier ». Dès le 21 novembre 1892, le président de la Chambre de Commerce, dans une lettre au ministre du Commerce et de l’Industrie, insiste sur la nécessité de prolonger l’horaire de travail dans les magasins pour l’expédition urgente des marchandises. Le caractère saisonnier de la profession est systématiquement mis en avant. Ainsi, en janvier 1892, quelques mois avant la promulgation de la loi, la Maison Colcombet avait demandé au préfet l’autorisation de faire travailler ses plieuses « tard dans la soirée », afin d’honorer une commande urgente de rubans noirs pour la Cour d’Angleterre, à la suite de la mort du duc de Clarence59.

  • 60 ADL 13 J, carton 81, dossier 4.

11Dans cette résistance à la fois ouverte et larvée à la réglementation peu à peu imposée par l’Etat, il faut distinguer deux cas de figure. Il y a tout d’abord les usiniers, patrons-mouliniers, propriétaires d’usines-internats, comme Colcombet à La-Séauve-sur-Semène, en Haute-Loire, qui sont directement confrontés à l’application de la loi dans leurs usines et ateliers, et soumis à des contrôles, mêmes si ceux-ci sont assez systématiquement l’occasion de dissimulations patronales restituées par la mémoire ouvrière. Ainsi la mère de monsieur Liogier, née en 1888, employée à 12 ans dans un moulinage de Dunières, en Haute-Loire, était-elle régulièrement cachée dans un placard lors des visites de l’inspecteur. Les exemples stéphanois identiques ne manquent pas, même si la ville de Saint-Etienne n’est que peu concernée : mis à part les établissements Giron et Forest, les usines sont plutôt rurales. La situation des fabricants donneurs d’ordre stéphanois est différente : la majorité d’entre eux ne possèdent pas d’usine. Il y a certes les ateliers des magasins et le problème épineux du travail en soirée des plieuses et ourdisseuses, parmi lesquelles nombreuses sont les jeunes filles. Mais, d’une manière générale, la question de la réglementation du travail est en fait reportée au cœur de l’atelier familial. Or celui-ci, nous l’avons dit, a justement tendance à échapper à la loi, ce qui convient parfaitement aux fabricants, qui se déclarent en 1903 « partisans de l’indépendance absolue de l’atelier de famille où l’ouvrier doit pouvoir travailler aux heures qui lui conviennent »60.

12Pourtant, même si la Chambre de Commerce revient en 1904 sur ce thème - « C’est une industrie de luxe où la demande étant des plus capricieuses, la durée du travail ne peut être réglementée » -, la limitation de la journée de travail s’impose peu à peu avec la loi Millerand de 1900 qui ramène progressivement la durée journalière du travail à dix heures pour les femmes, celle des hommes pouvant aller jusqu’à douze heures, à condition que l’horaire hebdomadaire ne dépasse pas soixante heures. En 1904, d’après les données fournies par la Chambre de Commerce, la loi semble respectée dans l’industrie de la soie, sauf justement en période de presse. Et quand, en février 1910, les dérogations prévues par la loi de 1892 et les décrets qui l’ont suivie, sont supprimées, la protestation des fabricants est immédiate et efficace puisqu’un nouveau décret leur donne satisfaction le 23 novembre de cette même année. C’est finalement la conclusion d’un accord entre le Syndicat des tisseurs stéphanois et la Compagnie Electrique de la Loire, en 1907, limitant à dix heures par jour la distribution du courant électrique dans les ateliers de la ville, à partir du 1er mai 1908, qui entérine la journée de travail de dix heures, pour les hommes comme pour les femmes, employés dans les fabriques familiales. D’après un article du Mémorial du 27 août 1909, l’horaire est strictement respecté en ville. En été, le travail commence à six heures le matin, s’achève à six heures le soir, avec une coupure de deux heures au milieu de la journée ; en hiver, on tisse de sept heures du matin à sept heures du soir. Mais le courant électrique coupé à heures fixes ne signifie pas forcément l’arrêt du travail, surtout pour les femmes. Déjà en octobre 1899, Le Mémorial, très hostile à la journée de dix heures, constatait que les passementières avaient tendance à reporter certains travaux jusque là effectués dans la journée, en dehors de celle-ci : le canetage par exemple, pour lequel on employait une caneteuse et qui, désormais incombe aux femmes de la famille. « On travaillait beaucoup après le travail, le soir, pendant le temps de midi », nous a dit Monsieur Granger, né en 1896. D’après lui, la réglementation horaire ne daterait que des années 1930. Le décalage chronologique restitué par la mémoire est significatif : toujours perçue comme plus tardive dans les récits, la réglementation était sans doute souvent détournée. « On était là jusqu’à dix heures, onze heures du soir ; on profitait de nos heures pour faire tourner le métier et tout le reste on le faisait à côté », nous a expliqué madame Vacher encore en activité en 1985. Ce « reste » échoit bien souvent aux femmes : ce sont tous les travaux de préparation et de finition décrits précédemment, à la limite du non-travail, invisibles dans les statistiques et rarement évoqués dans la presse syndicale pourtant très préoccupée par la stricte application de la loi.

3 - Les ambiguités du syndicalisme tisseur

Le syndicalisme, une affaire d’hommes

  • 61 ADL 13 J, carton 26 A, Liste des syndicats ouvriers.
  • 62 M. GUILBERT, Les Femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Paris, CNRS, 1966. Les chiffres qu (...)
  • 63 ADL 13 J, carton 101, dossier 105.

13Autour de 1900, les organisations syndicales sont nombreuses dans le tissage stéphanois. Une liste établie par la Chambre de Commerce au moment de l’enquête parlementaire de 1904, répertorie douze syndicats ouvriers pour Saint-Etienne seulement, et huit organisations patronales61. Cette diversité est liée à la multiplicité des statuts (chefs d’ateliers, compagnons et ouvrières des ateliers familiaux, ouvriers et ouvrières d’usine), des spécialités (rubaniers, veloutiers, tisseurs sur étoffe) auxquels s’ajoutent les particularismes de quartiers : on trouve par exemple le Syndicat indépendant des tisseurs de Saint-Roch, ou celui des tisseurs de Beaubrun. L’ensemble des organisations ouvrières regrouperait, pour Saint-Etienne et sa région, 8 000 membres en 1903, soit près d’un ouvrier sur quatre, mais il s’agit beaucoup plus d’ouvriers que d’ouvrières. Ainsi, le principal syndicat, celui des travailleurs de l’industrie textile, qui édite Le Réveil des tisseurs, compte en 1904-1905 5 500 adhérents dont seulement 400 femmes, soit 7,3 % de l’ensemble. Ce nombre est légèrement inférieur au pourcentage national de femmes dans les syndicats ouvriers, évalué à 8,3 % par Madeleine Guilbert pour l’année 190462. Un seul syndicat est majoritairement féminin, le petit Syndicat des tisseurs sur étoffe, dont 88 des 105 membres sont des femmes en 190263 ; rien d’étonnant à cela, car l’étoffe (le canut, selon l’expression stéphanoise) se fait en usine où la prépondérance féminine est encore beaucoup plus marquée que dans les ateliers familiaux.

  • 64 ADL 93 M 2, Statuts des syndicats, 1864-1903.

14A l’orée du XXe siècle, le syndicalisme tisseur à Saint-Etienne est bien une affaire d’hommes. Certes, les statuts des syndicats mentionnent de manière quelque peu rituelle « les ouvriers et ouvrières des deux sexes », mais les femmes n’existent à part entière dans la structure syndicale, que lorsqu’elles sont veuves. Une brochure éditée en 1892 par la Chambre syndicale des chefs d’ateliers tisseurs de Saint-Etienne et de la région64 précise que la société est formée de chefs d’ateliers de vingt et un ans et plus, et de veuves ayant un ou plusieurs métiers : une femme chef d’atelier, avant 1914, est presque toujours veuve. Le veuvage, souvent synonyme de drame personnel et de paupérisation, est en même temps pour les femmes la condition d’accès à certains lieux de décision, le mari n’étant plus là pour assumer cette fonction. Les rares femmes siégeant dans les instances syndicales sont la plupart du temps des veuves, comme cette madame Veuve Rocher, assesseur en 1909 au conseil d’administration du Syndicat des ouvriers et ouvrières liseurs et piqueuses de dessin de Saint-Etienne. Bien que très minoritaires dans le syndicalisme tisseur, les femmes participent pourtant largement à la grande grève de la rubanerie qui se déroule entre le 18 décembre 1899 et le 8 mars 1900.

Les femmes dans la grève de 1900

  • 65 ADL 92 M 89, Grève des tisseurs, 1900.
  • 66 Sur cette grève, B. REYNAUD, op. cit. ; J. LORCIN, « Un essai de stratigraphie sociale. Chefs d’at (...)
  • 67 ADL 92 M 90.
  • 68 M. PERROT, Les Ouvriers en grève. France, 1871-1890, Paris-La Haye, Mouton, 1974, t. 2, p. 320. ; (...)

15Hasards du calendrier social ou indice d’une combativité grandissante du côté des tisseuses, deux mois plus tôt, le 15 septembre 1899, une grève éclate à l’usine Giron où les ouvrières canutes, tisseuses de velours, réclament le paiement du tordage (l’une des opérations de la mise en train) non rémunéré comme tel à Saint-Etienne, alors qu’il l’est à Lyon. Sur les 195 grévistes, il y a 170 femmes65. La grève s’achève le 22 septembre, la reprise du travail s’étant faite en ordre dispersé, d’où des heurts entre grévistes et non-grévistes, signalés par les rapports de police. Les ouvrières n’ont pas obtenu le paiement du tordage ; elles doivent se contenter d’une modeste augmentation de salaire. Mais leur mouvement a incité d’autres usines de la région à se mettre en grève pour la même raison, et il annonce, par le contenu même de la revendication, la grève générale de la profession qui démarre en décembre et constitue un événement social majeur dans le Saint-Etienne de 1900. Le clivage entre chefs d’ateliers et compagnons est un des traits fondamentaux de cette grève qui, votée le 17 décembre, touche deux jours plus tard l’ensemble des ateliers de la ville et aussi quelques usines. La police comptabilise, selon diverses sources, de 15 250 à 16 800 grévistes, ce qui représente à peu près 80 % des tisseurs stéphanois66. Réunions, manifestations se succèdent fin décembre et début janvier. La ville est d’autant plus en effervescence que, parallèlement, se déroule une grève des mineurs lancée au lendemain de Noël, les deux mouvements restant toutefois très séparés. Dans l’enthousiasme des premiers jours, les grévistes sont nombreux à se rendre aux réunions. Le 18 décembre, ils sont un millier d’après la police, dont 400 femmes67. C’est « une femme, d’âge mûr, ayant l’apparence d’une ménagère », qui porte le drapeau tricolore lors de la première manifestation, rapporte Le Mémorial du 19 décembre, avec un regard de réprobation : « On était fort étonné de la voir en semblable affaire ». Le 20 décembre, toujours selon Le Mémorial, « les femmes formant un lot nombreux, s’étaient assemblées et ne se mélangeaient guère aux éléments masculins. Il est à remarquer qu’elles étaient beaucoup plus exubérantes que ceux-ci, et qu’elles reprenaient ce refrain (La carmagnole des tisseurs) avec beaucoup de verve ». Cortèges gais avec drapeaux et tambours, foules ouvrières chantant La Carmagnole, voilà qui rappelle les grèves étudiées par Michelle Perrot dans les années 1870-1890. Les femmes ne sont certainement pas étrangères à la proposition d’organiser des charivaris devant les magasins des fabricants qui ne veulent pas appliquer le tarif. Mais les ouvrières et employées des magasins ne semblent guère s’être associées au mouvement, du moins volontairement, car la grève se prolongeant, leur activité s’est fortement ralentie. Il faut dire aussi que plieuses et ourdisseuses travaillent quasiment sous l’œil des fabricants. Elles sont également plus isolées que les ouvrières d’usine. Ces dernières, malgré un cadre de travail plus propice à la grève, cèdent d’ailleurs assez vite devant les pressions patronales. Au fil du mois de janvier, les usines ont tendance à reprendre le travail, à la différence des ateliers familiaux. A l’usine Bayard, dans le quartier du Treuil, les ouvrières ont demandé au comité de grève l’autorisation de reprendre le travail, un comportement très légaliste que l’on retrouve fréquemment chez les femmes grévistes à cette époque68.

16Nombreuses dans les manifestations et les assemblées, souvent porte-drapeaux, « donnant de la voix et du geste » pour reprendre l’expression de Michelle Perrot, les femmes peuvent aussi se montrer violentes ; mais ce n’est le fait que d’une petite minorité, voire d’individualités. Lors de la manifestation du 4 janvier 1900 qui tourne à l’émeute dans la soirée, sur la place Marengo, « une femme se distingue (...) ; elle frappe les agents avec la hampe d’un drapeau et avec énergie » rapporte Le Mémorial du lendemain. C’est d’ailleurs la seule journée de violences à Saint-Etienne : quelques barricades, des feux de joie allumés avec les chaises des grands cafés, le tramway renversé et, geste de révolte traditionnel des grèves de l’époque, les vitres des magasins de fabricants cassées chez Staron, Forest, Colcombet... les plus prestigieux. Parmi les trente-cinq personnes arrêtées ce soir-là, il n’y a que quatre passementiers, dont une femme, une caneteuse de 27 ans, Catherine Salichon, femme Thiollière, du quartier du Crêt-de-Roc. La violence oppose parfois grévistes et non-grévistes, y compris du côté des femmes. Le Mémorial du 5 janvier rapporte que « les femmes de Sainte-Sigolène (bourg de Haute-Loire, à une trentaine de kilomètres de Saint-Etienne) ont empoigné les femmes de Saint-Didier-en-Velay, venues les inciter à la grève, et les ont obligées à quitter la place. Voyant cela, les hommes se sont mis à crier et les 150 grévistes de Saint-Didier ont pris peur et ont battu en retraite sous les huées et les jets de pierres ». Les messieurs semblent dans cette affaire plus spectateurs qu’acteurs, au dire du journal. Nous n’avons pas trouvé de cas d’affrontements analogues à Saint-Etienne, où la grève fait beaucoup plus l’unanimité. Dans les campagnes et les bourgs de la région, tisseurs et tisseuses sont rarement syndiqués, souvent isolés, surtout dans le cas des passementiers-paysans ; et puis des rivalités de clocher viennent peut-être aggraver le conflit entre partisans et adversaires de la grève.

17Mais la violence demeure l’exception, aussi bien du côté des hommes que des femmes ; plus fréquente est la dérision, érigée en arme à la fois contre les fabricants et contre les non-grévistes, et les femmes sont alors bien de la partie. Ainsi, d’après Le Forézien du 2 janvier 1900, des tisseuses grévistes ont déposé trois petites soupières pleines de soupe sur la tombe d’un fabricant qui « avait eu l’impudence de dire à ses ouvrières qu’on ne pouvait se plaindre quand on pouvait prendre chaque jour trois soupes chaudes ». L’expression « les trois soupes » est devenue à partir de ce moment-là presque emblématique dans la profession. Le Mémorial du 4 janvier rapporte un charivari qui s’est déroulé sous les fenêtres d’un passementier, chef d’atelier non-gréviste, mettant en scène son épouse non-gréviste et sa sœur gréviste. Une centaine de personnes y assistent : « Le vacarme est indescriptible jusqu’à deux heures du matin », selon Le Mémorial, évidemment hostile à ce genre de désordre, et finalement la sœur gréviste, présente parmi les manifestants, reçoit un seau d’eau sur la tête, lancé par sa belle-sœur ; l’affaire est portée devant le juge de paix. Cette scène révèle l’aspect ludique de la grève mais aussi la diversité des attitudes à l’intérieur même des familles. Le journal ne nous dit pas si la sœur gréviste travaillait chez son propre frère ou chez un autre chef d’atelier, mais son comportement est bien le signe d’une certaine indépendance ; la solidarité familiale si souvent revendiquée dans la profession passe au second plan dans le contexte-exceptionnel il est vrai - de la grève.

  • 69 ADL 92 M 94.

18Cette grève s’achève le 8 mars 1900, après de longues et complexes négociations. Malgré les manœuvres de division menées par les fabricants, le paiement de la mise en train et le fameux tarif sont obtenus, mais leur application sera de courte durée. Les lendemains de la grève s’accompagnent en effet d’une ruralisation accélérée de la profession, les fabricants faisant jouer la concurrence entre ville et campagne, comme à Lyon dans les années qui suivirent les révoltes de canuts des années 1830-1840. Cette concurrence est fréquemment dénoncée par les syndicalistes stéphanois, et parfois de façon caricaturale ; Le Réveil des tisseurs montre ainsi du doigt, en août 1912, « ces gens de la montagne qui ne respectent pas le tarif et qui font cuire des pommes de terre qu’ils mangent le dimanche, se contentant la semaine d’épluchures... » (sic). Mais une autre concurrence, déjà souvent évoquée par ce même journal dans les années 1890, refait surface juste après la grève, celle qui oppose hommes et femmes. Lors du grand meeting du 27 mai 1900 qui réunit 2 400 personnes dont la moitié sont des femmes, Régis Faure, l’un des leaders de la grève, déclare : « Les grandes usines occupent de préférence les femmes parce qu’elles sont payées moins cher, si cela continue, les femmes feront du velours et les hommes la cuisine !69. Si la première affirmation est tout à fait fondée, la seconde relève plutôt du fantasme. Il est vrai que les lendemains de la grève sont durs, beaucoup d’ateliers urbains chôment ; la méfiance à l’égard des femmes reprend le dessus dans le discours syndical après la parenthèse de la grève.

La dénonciation du travail féminin

19« Depuis de longues années, la situation de la femme a fait naître bien des polémiques et bien des controverses. Les unes et les autres ne font que graviter autour d’un point qui se résume en cette question : la femme doit-elle travailler (...). De tout cela il appert que le sort de la femme, dans notre société est déplorable et, de quelque côté que se dirige la jeune fille pauvre, les issues lui sont fermées. Elles le sont surtout parce qu’elle ne se dirige que hors de la famille, alors que là seulement est sa place, le lieu propre à l’exercice de ses facultés et de ses sentiments, et parce qu’elle veut usurper les fonctions masculines qui ne sont pas en rapport avec ses aptitudes morales et physiques. D’après notre tradition, notre devise devrait donc être : « L’homme à l’atelier, la femme au foyer familial ». Il y a un vice terrible dans notre organisation économique, vice générateur de misère, c’est la suppression de la vie de famille ».

  • 70 M. PERROT, « Le syndicalisme français et les femmes : histoire d’un malentendu », CFDT Aujourd’hui(...)
  • 71 M. GUILBERT, Les Femmes..., op. cit., p. 405 et suivantes.
  • 72 CCISE, Enquête parlementaire..., op. cit.
  • 73 Dans les Postes, par exemple, P. PEZEKAT, « femmes sans maris, les employées des Postes », in Mada (...)

20Avec cet extrait d’un article intitulé « De la femme » du Réveil des tisseurs de décembre 1902, nous entrons au cœur du débat sur le travail des femmes qui traverse le syndicalisme français dans les années 1880-1910 ; un syndicalisme dont Michelle Perrot a montré le malaise, l’attitude souvent crispée sur cette question70. Dans son étude sur Les femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Madeleine Guilbert, qui a dépouillé la plupart des journaux ouvriers n’a trouvé que quelques textes affirmant clairement le droit à l’exercice d’une profession par les femmes, le plus souvent du côté de la presse libertaire71. La majorité des journaux expriment des réserves quand ce n’est pas une hostilité déclarée. Avec Le Réveil des tisseurs, nous retrouvons, à l’échelle d’une profession et d’une ville, le même désarroi devant le travail féminin effectivement encouragé par l’électrification des métiers et une stratégie délibérée de la Fabrique stéphanoise dont les usines, installées surtout dans les campagnes, drainent une main-d’œuvre presque exclusivement féminine. Un article de novembre 1903 consacré à cette question met d’emblée en relation l’introduction des femmes dans le tissage et l’avilissement des prix de façon ; puis vient une description assez noire de la condition de la passementière à domicile qui, « après avoir trimé dix heures devant sa banquine, est obligée d’attraper le rouet à canettes ou encore une coupe à émoucheter. Il est vrai que de temps à autre, elle a pour se reposer la buanderie ». Les principaux accusés sont « les gros potentats de l’industrie qui détruisent la famille, car la mère travaille dans leurs bagnes pour 1,25 F pendant que le père, sans travail, court les bistrots et que les enfants sont sans surveillance dans la rue ». La conclusion est péremptoire : « la cause de notre misère est la main-d’œuvre féminine, joignons nos efforts pour la supprimer, du moins pour enrayer son essor ». Cette argumentation renvoie certes à des faits de réalité, mais elle les gauchit au nom de présupposés idéologiques. Ainsi, l’intensification du travail quotidien pour l’épouse d’un chef d’atelier, tenant à la fois son métier et son ménage grâce à la fée électricité, est-elle certainement une réalité très concrète autour de 1900. De même, la baisse des prix de façon est attestée par toutes les sources, et la Chambre de Commerce ne cache pas qu’elle est liée à « la tendance à remplacer l’homme par la femme »72. L’embauche des femmes pour faire pression sur les salaires est une politique délibérée dans de nombreux secteurs de l’industrie et jusque dans le service de l’Etat73. Mais les syndicalistes, en dénonçant ce fait, ont vite tendance à s’en prendre aux femmes elles-mêmes, tenues pour responsables d’une situation qui, bien sûr, leur échappe. C’est ce que fait l’auteur de cet article dans sa conclusion, après avoir repris le cliché, fréquent dans la presse ouvrière de l’époque, du père désœuvré, pilier de bistrot tandis que la mère s’échine dans le bagne qu’est l’usine. Or la grande usine est rare à Saint-Etienne, et les ouvrières sont surtout des jeunes filles beaucoup plus que des femmes mariées. Le cas de figure évoqué ici pourrait à la rigueur fonctionner en temps de crise : l’atelier familial étant condamné à l’inactivité, l’épouse du passementier chercherait alors à s’embaucher à l’usine. En réalité, (et sur ce point sources orales et écrites convergent), si la fabrique chôme complètement et de façon durable, à Côte-Chaude par exemple, le père entre à la mine et ce sont les filles plus que les mères qui vont travailler, au moins un temps, dans les usines de tissage. Derrière le stéréotype, on peut lire le refus fondamental du travail en usine pour les femmes.

  • 74 M. PERROT, « Le syndicalisme... », op. cit., p. 43. Ces chiffres sont des minimums, étant donné l’ (...)

21Le droit au travail pour les femmes, au sens du travail salarié, n’est pas encore entré dans l’univers mental de la société française, en ce début du XXe siècle. C’est, rappelons-le, un phénomène tout récent. Mais dans ce domaine, comme dans bien d’autres, la réalité devance parfois les représentations qu’une société a d’elle-même. Ainsi, en 1906, le taux d’activité des femmes françaises est-il l’un des plus élevés d’Europe : à cette date, d’après le recensement, 20 % environ des femmes mariées exercent une activité professionnelle74. Quand la CGT lance en 1913 une longue campagne pour la semaine anglaise (le samedi après-midi libre), la brochure de propagande insiste certes sur les charmes de la vie de famille, composante fondamentale de la culture ouvrière, mais elle montre aussi une femme mère de famille en train de travailler comme repasseuse ou tisseuse, la semaine anglaise lui permettant précisemment de concilier tâches ménagères et professionnelles. Le travail salarié des femmes, même s’il est vilipendé et accusé des pires maux, est de fait reconnu, ce qui n’exclut pas, bien sûr, de possibles remises en cause en temps de crise économique, c’est le cas dans les années 1930.

Se résigner à l’évidence

22Le discours syndical évolue après la Première Guerre mondiale. On ne trouve plus de condamnations explicites du travail féminin. Marcelle Capy, journaliste de renom, socialiste, pacifiste, signe, dans Le Réveil des tisseurs, en janvier 1922, un article intitulé « Le rôti et la fumée » : « quand on veut éclairer les gens, surtout les femmes, il faut commencer par ne point plonger dans la nuit des phrases, des mots pédants, des formules abstraites ». Puis elle fait une sorte de tour de France de l’exploitation des ouvrières. Parmi elles, les ouvrières d’une fabrique de lacets d’Andrézieux, (localité située au nord de Saint-Etienne), qui, pour neuf heures de travail par jour, gagnent 5 à 6 F, salaires effectivement dérisoires ; et de conclure : « la vérité est que les patrons mangent le rôti, les ouvriers ont la fumée mais les ouvrières n’ont, elles, que l’ombre de cette fumée ».

23Si le travail féminin n’est donc plus systématiquement remis en cause, les femmes sont encore, aux yeux du syndicat, des mineures qu’il convient d’éduquer : un article de décembre 1923 du Réveil des tisseurs veut « attirer l’attention des camarades mineurs dont la femme ou la fille occupe un atelier de tissage, (situation de plus en plus fréquente dans l’entre-deux-guerres) ; nous leur demandons de s’occuper de vérifier si le travail pris par leur femme est bien payé au tarif, et si elles ont fait enregistrer leurs feuilles. A ceux qui ont des filles ouvrières passementières, nous leur demandons de s’occuper de savoir si elles sont bien payées suivant les bases du tarif ». Préoccupation tout à fait compréhensible, mais on remarque que la défense des intérêts de l’ouvrière doit être assurée par le chef de famille lui-même, ce qui laisse supposer que les femmes sont jugées bien peu capables de se défendre par elles-mêmes.

24Dans les années 1920-1930, la question du travail féminin n’est presque plus abordée dans les colonnes du Réveil des tisseurs. Elle n’a certainement plus l’acuité qu’elle revêtait deux décennies plus tôt dans la rubanerie. La profession décline et, de fait, se féminise de plus en plus : les termes du débat ont donc changé. Un seul article, signé en juin 1935 par

25Jeanne Chenevard, revient sur le problème de la femme salariée. C’est en fait le point de vue officiel de la CGT qui est donné. La question de fond posée d’emblée : « Les femmes garderont-elles le droit au travail salarié ? » est finalement esquivée au nom de l’indispensable « fraternité entre les sexes en temps de crise économique ». Une fois de plus, le propos oscille entre des affirmations de principe d’ordre général : « le travail sera toujours toute la dignité de l’individu, ne l’oublions pas », et la nécessité de faire reconnaître la maternité comme fonction sociale première des femmes : « combien seraient heureuses de cesser ce rude travail pour se consacrer entières à leur foyer, à leur famille et ce, avec une immense satisfaction... ».

26La réglementation du travail féminin, imposée par l’Etat républicain à la fin du XIXe siècle, bien que mal accueillie par un patronat rubanier particulièrement conservateur, s’est peu à peu imposée dans les faits, entre autres par le biais inattendu de l’électrification. Quant à l’hostilité manifestée par le syndicalisme tisseur à l’encontre de ce qu’il considère comme une dangereuse concurrence pour la classe ouvrière masculine, elle laisse place à plus de réalisme. Au-delà des discours, des débats d’idées, la réalité est là, incontournable, d’un travail féminin aux formes multiples.

4 - Patronnes et ouvrières passementières des années 1900-1950

27Avant de dresser une typologie des ouvrières passementières à Saint-Etienne dans la première moitié du XXe siècle, on peut relever l’apparition d’un syndicalisme féminin au tout début du siècle, qui reste statistiquement marginal dans le ruban, mais est néanmoins l’indice d’un ancrage des femmes dans la profession.

« L’Aiguille » et « La Soie stéphanoise », ou la timide émergence d’un syndicalisme féminin

  • 75 D’après M. GUILBERT, Les Femmes..., op. cit., p. 34, il y aurait en 1900 31 syndicats féminins en (...)
  • 76 M. LUIRARD, La Région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (1936-1951), Saint-Etienne, Centr (...)

28Un article du Nouvelliste du 14 novembre 1903 annonce la création de deux syndicats d’ouvrières à Saint-Etienne : « L’Aiguille stéphanoise » qui s’adresse aux couturières, modistes, lingères, et brodeuses ; et « La Soie stéphanoise », pour les plieuses, ourdisseuses et passementières. Le phénomène n’a rien d’original, des organisations de ce genre fleurissant un peu partout dans le pays autour de 190075. Les buts de ces deux syndicats féminins sont « le progrès des adhérentes par la création de cours professionnels, la création d’offices de renseignements et de bureaux de placement, l’organisation d’institutions de prévoyance et d’assistance mutuelle ». Ils s’adressent aux ouvrières et aux petites patronnes employant de une à cinq ouvrières. Pour adhérer, il faut avoir quinze ans révolus, être « de bonnes mœurs », et se faire présenter par deux membres du conseil. « La formation d’une élite d’ouvrières et d’employées » est l’objectif clairement énoncé, et référence est faite à « la Fabrique stéphanoise et aux industriels qui savent encourager toutes les initiatives qui ont pour but, l’ordre, la paix et la fécondité dans le travail ». Parmi les membres du Comité de prévoyance, figurent deux épouses de fabricants. Nous sommes bien loin du syndicalisme incarné par Le Réveil des tisseurs. Il s’agit plutôt là d’organisations de type corporatiste, d’inspiration chrétienne, prônant la réconciliation sociale - la grève de 1900 n’est pas si lointaine - et qui s’inscrivent tout à fait dans le sillage de l’Encyclique « Rerum Novarum » publiée en 1891, étape importante dans la formulation de la doctrine sociale de l’Eglise catholique. Le syndicalisme chrétien a d’ailleurs fait sa première apparition à Saint-Etienne chez les passementiers, dès les années 1880, mais ses effectifs demeurent modestes. Il semble qu’il ait mieux réussi parmi les employés que chez les ouvriers, puisqu’en 1920, la toute nouvelle CFTC remporte aux élections prud’homales l’ensemble des sièges dans le textile à Saint-Etienne et dans la région dans la catégorie employés, parmi lesquels on comptait sans doute un bon nombre de dames ou demoiselles des magasins, caissières, dames de recettes, employées des bureaux de la Fabrique76.

  • 77 ADL 93 M 3.

29Les femmes sont, depuis le XIXe siècle, plus liées à l’Eglise catholique que les hommes, et ce, dès l’enfance ; nous avons vu précédemment l’importance persistante des congrégations pour la scolarisation des petites filles jusqu’au début du XXe siècle. Il n’est donc pas étonnant qu’elles se tournent plus aisément vers les syndicats chrétiens, d’autant plus que ceux-ci proposent souvent un cadre strictement féminin, plus sécurisant que celui du syndicalisme majoritaire, mixte, mais de fait d’expression presque exclusivement masculine. En 1911, au Conseil Syndical de « L’Aiguille » comme à celui de « La Soie », siègent deux demoiselles. En 1919, ce sont encore quatre demoiselles qui dirigent le syndicat de « La Soie »77. Cette prépondérance des célibataires peut se lire de deux manières. Elle est, et c’est là presque une évidence, le signe d’une disponibilité personnelle dont ne jouissent pas les femmes mariées. Mais elle est aussi une indication sur l’aire de recrutement du syndicat : il y a de fortes chances pour que les 220 adhérentes de « La Soie », en 1911, soient essentiellement ourdisseuses, plieuses, employées de magasins : des ouvrières souvent jeunes et célibataires chez qui, nous l’avons dit, la pratique religieuse est fréquente.

  • 78 AN F22 467.

30Quant aux passementières des ateliers familiaux, à qui s’adresse aussi ce syndicat, un bon nombre d’entre elles sont soit des femmes mariées, épouses des chefs d’ateliers, soit des jeunes filles travaillant avec leur père : on peut imaginer qu’elles sont le plus souvent non-syndiquées (comme le déplore d’ailleurs régulièrement Le Réveil des tisseurs), ou à la rigueur qu’elles adhérent au même syndicat que le père ou le mari, hypothèse confirmée par l’enquête orale. Une fois de plus, le statut personnel est déterminant pour les femmes. La marge d’autonomie et d’initiative est quasiment nulle pour une femme mariée dans un domaine, le syndicalisme, qui, en France surtout, confine au politique. Le veuvage ou le célibat laissent parfois plus d’espace et d’initiative : la seule femme membre de la Commission départementale du Travail, qui compte 23 personnes en 1932, est une célibataire, mademoiselle Vincent, secrétaire générale des syndicats professionnels féminins78.

  • 79 ADL 92 M 160.
  • 80 ADL 93 M 7.

31Le syndicat de « La Soie stéphanoise » a laisse peu de traces dans les archives et les mémoires. On ne le voit pas apparaître aux côtés des plieuses de la maison Vallat-Peyronnet qui protestent en 1909 contre l’application d’un nouveau tarif79, ou bien des ourdisseuses qui, en décembre 1913, refusent de continuer à porter les cartons, un mouvement d’ailleurs repris en main par le syndicat des ouvriers du textile80. La seule activité que nous avons pu repérer est mentionnée par Henri Guitton : il s’agit de pourparlers avec les fabricants, au début des années 1920, portant sur le tarif d’ourdissage et le salaire minimum pour les ouvrières à domicile, instauré par la loi de juillet 1915. Bilan bien maigre, du moins dans le champ habituel des luttes syndicales : il faudrait voir ce qu’il en est du côté professionnel, mais les sources restent pour cela trop lacunaires.

Des femmes chefs d’ateliers, patronnes par défaut

32Une femme chef d’atelier est, jusque dans les années 1910, presque toujours une veuve. En 1911, à Côte-Chaude, les veuves représentent 10 % de l’ensemble des chefs d’ateliers. Mais peu avant la Première Guerre mondiale, une situation nouvelle commence à se dessiner. Ainsi, au recensement de 1911, nous avons trouvé, sur un ensemble de 23 femmes chefs d’ateliers, 14 veuves de passementiers, 4 filles célibataires vivant avec leur mère et indiquées comme patronnes, mais aussi trois épouses de mineurs, la femme d’un employé de banque, et celle d’un ébéniste. L’apparition de ces couples mixtes, où l’épouse s’occupe de la fabrique tandis que le mari est à la mine ou exerce une autre activité industrielle, est liée à la crise du métier : en 1910, la situation est conjoncturellement catastrophique. Mais c’est peut-être aussi le signe d’une timide ouverture sur l’extérieur, dans un milieu jusque là très homogame. La Grande Guerre a multiplié brutalement le nombre des femmes chefs d’ateliers, les maris étant mobilisés au front. Beaucoup d’épouses, jusque là ouvrières de leur mari, ont dû en effet reprendre la fabrique familiale, dans des conditions souvent difficiles, à cause entre autres des coupures fréquentes d’électricité ; l’industrie stéphanoise est, dans cette période, entièrement mobilisée pour l’effort de guerre, et l’approvisionnement en énergie est prioritairement affecté aux usines travaillant pour la Défense Nationale. « Pendant la guerre, ma mère faisait des ceintures ; mon père étant mobilisé, elle a fait à certains moments du travail de nuit, à cause du courant ».

33Le retour au travail de nuit pour les femmes, à l’usine comme à domicile, est une situation fréquente pendant la guerre, la législation de protection étant suspendue. « Moi j’étais gamin, je regardais le métier, et puis ma mère me couchait » : la mère de monsieur Vital, né en 1911, a travaillé seule dans sa fabrique durant toute la guerre ; « de temps en temps, un voisin venait donner un coup de main, aider à la mise en train ». On imagine les difficultés concrètes que ces femmes ont dû affronter, la nécessité quasi vitale pour elles de s’approprier au plus vite un savoir technique jusque là réservé aux hommes. Combien étaient-elles à diriger leur fabrique en l’absence du mari ? Il est impossible de donner un chiffre précis, faute de sources cohérentes, d’autant plus qu’un certain nombre de passementières ont, comme beaucoup d’épouses de mobilisés, pris le chemin des usines de guerre où les salaires étaient relativement élevés, même si les conditions de travail étaient très dures.

34Les hommes de retour, la famille-atelier a-t-elle repris son visage habituel ? L’immédiat après-guerre coïncide avec une période faste pour le ruban ; mais l’embellie est de courte durée, car, dès la fin de l’année 1920, la conjoncture s’assombrit. Au recensement de 1921, à Côte-Chaude, le nombre des ménages où le mari est mineur et la femme passementière est en nette augmentation par rapport à 1911. On peut en déduire que les chefs d’ateliers ont de plus en plus tendance à s’embaucher temporairement, voire définitivement à la mine, qui à cette époque recrute largement, ou bien dans d’autres secteurs d’activité comme la métallurgie. L’enquête orale et les reconstitutions de familles permettent d’approcher de manière plus fine la réalité de cette mutation. « Quand le travail était tellement incertain, il y avait des femmes qui sont restées à la fabrique, et le mari a été à la mine ; mon beau-père y a été un temps mais il n’avait pas la santé, il n’a pas tenu », nous a dit madame Basset, évoquant les années 1930. « A Saint-Genest-Lerpt, il y avait beaucoup de familles où la femme était passementière et le mari mineur, surtout après les chômages, cette crise formidable alors les maris ont tous été à la mine, et quand ils avaient fini leur poste, ils remplaçaient les femmes sur les métiers ». Madame Vallin, née en 1895, nous a expliqué que son mari, passementier-veloutier, s’embauchait parfois deux ou trois mois à la mine, à Côte-Chaude, dans les années 1929-1930 quand l’ouvrage manquait à la fabrique. Ces allées et venues entre l’atelier familial et la mine expliquent la dénomination de passementier-mineur fréquemment rencontrée au fil des recensements de l’entre-deux-guerres. Mais le recours à la mine n’est pas systématique. Ainsi, lorsque la passementerie est fortement enracinée dans l’histoire familiale - c’est le cas des familles que nous avons suivies -, les chefs d’ateliers se tournent plutôt vers d’autres secteurs d’activité. Antoine Teuillon, né en 1893 dans une famille où l’on est passementier depuis au moins deux générations, épouse Marie Frappa, passementière ; ses deux sœurs sont restées célibataires. Mais au recensement de 1921, il est métallurgiste, tandis que sa femme tient la fabrique. Dix ans plus tard, c’est lui qui est indiqué comme passementier patron dans le registre du recensement. Ils sont toujours tisseurs en 1946, et leurs deux filles âgées de vingt-trois et seize ans le sont également, mais le fils est employé de bureau. L’embauche temporaire ou définitive à la mine semble plus fréquente dans les familles où la passementerie est une activité moins exclusive d’une génération à l’autre. Ainsi Gabriel Chaize, né en 1871, vit et travaille en 1891 avec ses parents qui ont une fabrique. Au recensement de 1906, il est mineur, sa femme étant tisseuse patronne. En 1911, c’est lui qui cette fois est indiqué comme patron, employant son épouse et leur fille unique, âgée de dix sept ans. Mais en 1921, il est devenu passementier-mineur et il n’y a, à cette date, aucune mention de profession pour sa femme ; leur fille est toujours là avec la mention passementière. Ils ont à ce moment-là des pensionnaires : un couple d’Italiens dont le mari est mineur. C’est un revenu d’appoint traditionnel pour les ménages du bassin industriel, dans une période où les étrangers arrivent nombreux dans les mines stéphanoises.

35Le départ des chefs d’ateliers vers la mine ou vers d’autres secteurs d’activité, amorcé dès les années 1910, mais qui va s’amplifiant dans l’entre-deux-guerres, est bien révélateur du déclin global de la profession. Mais il faut distinguer plusieurs cas de figure, qui sont autant de situations concrètes diverses pour les conjointes devenues de fait les gardiennes des métiers, et donc du métier. En effet, l’embauche ponctuelle de l’époux à la mine, pour quelques semaines ou quelques mois, ne modifie pas forcément les relations de travail dans la fabrique familiale. Avec le système des postes, le mari, rentré tôt dans l’après-midi, reprend sa place au métier ; il s’occupe alors des réglages, suit l’activité de l’atelier. Madame Frachon qui s’installe à son compte « en fabrique » en 1936, à Saint-Genest-Lerpt, et dont le premier puis le second mari n’étaient pas du métier, se souvient d’avoir envié ses voisines, passementières comme elle, qui pouvaient compter sur leur époux en cas de difficultés : ceux-ci étant pour le plupart des mineurs de fraîche date qui « savaient tous bricoler un métier ». En revanche, le départ définitif à la mine ou ailleurs du chef de famille transforme profondément la famille-atelier : le terme n’est d’ailleurs plus tellement approprié dans ce cas là, puisque celle-ci se réduit alors au couple mère-fille. La fille, à l’âge adulte, est souvent déclarée comme « patronne », prenant le relais de sa mère. Une patronne sur dix est dans ce cas à Côte-Chaude en 1926. Mais il est rare qu’une fabrique soit dirigée longtemps par une femme. Nos interlocuteurs et interlocutrices ont souvent évoqué « l’incompétence technique des femmes », sujet plus complexe qu’il n’y paraît, et dont nous traitons plus loin. D’autres données sont à prendre en compte, dont l’âge auquel une épouse devient patronne : une femme déjà âgée a peu de chances de tenir longtemps, comme on le constate dans le cas des veuves. « Mon beau-père est mort assez jeune, il n’avait pas soixante ans, c’était en 1951 ; ma belle-mère a continué le métier toute seule, la pauvre, elle a bataillé jusqu’au jour où elle s’est arrêtée. Elle s’est installée avec sa sœur, veuve elle aussi ». Il y aussi le contexte économique : dans les années 1930, le chômage devient de plus en plus chronique dans le ruban. De plus en plus dirigées par des femmes, les fabriques familiales vivotent, fournissant seulement un revenu d’appoint, en attendant des jours meilleurs qui ne viendront qu’après la Deuxième Guerre mondiale, et seulement pour certaines fabrications. Dans bien des cas, la seule issue pour ces patronnes par défaut, surtout lorsqu’elle sont veuves, est de s’embaucher comme ouvrières dans d’autres ateliers.

Les ouvrières des ateliers familiaux : solitudes féminines

36Les anciennes ouvrières que nous avons rencontrées, celles qui nous ont été décrites dans les enquêtes orales, ou celles que l’on retrouve par les sources écrites, sont très souvent des femmes seules, célibataires ou devenues veuves, jeunes. Le veuvage peut permettre l’accès au statut de patronne, mais il signifie plus souvent encore un retour au salariat, voire un premier contact avec la condition salariée qui pouvait être perçue comme une régression sociale, surtout quand on avait travaillé « à son compte » auparavant. Ainsi nombre de veuves, avant 1914, s’embauchent-elles comme caneteuses à la journée, et vont faire ici et là un chargement, ou bien s’installent comme devideuses à domicile, pour un travail fort mal payé. Dans les récits, l’évocation de ces ouvrières est souvent teintée d’un certain apitoiement. Du côté des célibataires, il faut distinguer deux catégories d’ouvrières. Nombre de jeunes filles sont embauchées comme apprenties pour un an, et ne font que passer dans les ateliers. En règle générale, le mariage, et surtout la naissance du premier enfant entraînent l’arrêt du travail salarié. Au passage relativement bref des jeunes filles, on peut opposer la stabilité des célibataires définitives. Madame Jurine nous a cité le cas d’une ouvrière restée vingt-cinq ans chez son beau-père, dans les années 1880-1910. Mademoiselle Bonche, née en 1907, a travaillé pendant trente huit ans, entre 1920 et 1958, dans quatre ateliers de Saint-Genest-Lerpt ; elle est restée seize ans chez un de ses patrons. Quant à mademoiselle Capozzi, née en 1908, elle est arrivée d’Italie avec sa famille en 1920 ; on la met en apprentissage dans un atelier après un bref passage à l’école. Elle entre ensuite dans une petite usine pour quelques années, puis reste de 1927 à 1939 chez un patron pour lequel travaille aussi sa jeune sœur. Après deux années d’usine au début de la Deuxième Guerre, elle trouve un autre atelier où elle passera vingt-six ans, jusqu’en 1968, date à laquelle elle tombe malade, peu après le décès de sa mère. C’est l’arrêt définitif après quarante six années de travail, pratiquement sans interruption, si ce n’est pour soigner des parents malades qu’elle n’a jamais quittés. Ses deux sœurs cadettes se sont mariées, abandonnant l’une la couture, l’autre la passementerie. On retrouve une fois de plus cette coïncidence entre la position d’aînée et le célibat, bien qu’il n’y ait pas, cette fois, de famille-atelier : le père était mineur, et la mère faisait un peu de couture.

37La faible mobilité des ouvrières est souvent opposée aux circulations des compagnons qui travaillaient dans les ateliers avant l’électrification. « C’étaient des gens qui se déplaçaient facilement », dit madame Jurine qui se souvient en avoir vu dans le quartier de Tardy, peu avant la Première Guerre mondiale, lorsqu’elle était enfant. Le comportement de ces ouvriers, qui quittaient facilement l’atelier pour s’embaucher ailleurs, explique en grande partie le refus des chefs d’ateliers d’appuyer la revendication du paiement séparé de la mise en train, lors de la grande grève de 1900. Ils craignaient en effet qu’une telle mesure n’aggrave encore le vagabondage des compagnons. Indépendance masculine, fidélité féminine, le contraste effectif dans les attitudes et prégnant dans les mémoires, mérite explication. Rappelons d’abord qu’entre 1900 et les années de l’entre-deux-guerres, le contexte économique a beaucoup évolué. L’horizon du travail s’est rétréci pour les ouvriers et les ouvrières des ateliers familiaux : ils n’ont plus autant le choix du lieu de travail que les générations précédentes. De plus, les jeunes filles sont, plus souvent que leurs frères, cantonnées dans l’espace limité du quartier, et les impératifs familiaux pèsent lourd sur elles. Mademoiselle Bonche, dernière d’une famille de quatre enfants, dont la mère, ouvrière passementière, épouse de mineur, a été abandonnée par son mari, n’a jamais quitté Saint-Genest-Lerpt, ni sa mère. Les ateliers où elle a travaillé étaient situés dans un périmètre très réduit à proximité du logement. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la famille (la mère, les deux fils, mineurs de fond, et les deux sœurs) vit dans une grande pièce. En fin de semaine les femmes sont occupées à de volumineuses lessives : « Avec deux mineurs, vous savez... ».

38Les années de travail passées dans la même fabrique tissent des liens entre les individus. Mais si une ancienne patronne, évoque volontiers la « familiarité » qu’elle entretenait avec ses ouvrières (c’est l’un des maîtres-mots des relations sociales dans les petites entreprises stéphanoises), une ouvrière se souvient aussi du paiement du courant électrique, imposé par sa patronne, pratique fréquente au début de l’électrification, et objet de nombreux conflits. Dans le récit de cette ouvrière, le seul moment de révolte s’exprime à propos des étrennes dérisoires : « Moi ça me serrait, je lui disais : je veux pas ». Une autre tisseuse, très discrète sur les tensions qui pouvaient se produire avec les chefs d’ateliers, s’en prend elle aussi à une femme, l’épouse de l’un de ses patrons « qui faisait faire son travail ; elle envoyait chercher son dîner chez sa sœur qui tenait un café » : une attitude jugée sévèrement par l’ouvrière. On peut se demander si la relation réelle de dépendance et d’exploitation n’est pas ressentie comme plus insupportable encore quand c’est une femme qui est investie de l’autorité, directement en temps que patronne, ou indirectement comme épouse du patron. D’où l’expression beaucoup plus franche d’un ressentiment qui s’accroche à des souvenirs très précis et concrets.

  • 81 Le Réveil des tisseurs, août 1912.
  • 82 Le Réveil des tisseurs, mai-juin 1923.

39L’ouvrière reçoit la moitié de la façon, soit la moitié du prix du chargement qu’elle effectue, l’autre étant perçue par le chef d’atelier, au titre des frais divers. C’est une règle ancienne dans la profession. Au XIXe siècle, les compagnons-veloutiers percevaient les deux tiers de la façon ; c’était avant l’électrification, et les métiers-velours étaient particulièrement difficiles à barrer. Le salaire des ouvrières, quand il n’est pas amputé par le paiement du courant électrique ou du chauffage, est tributaire de l’activité de la fabrique et des aléas du tarif. Celui-ci enregistre parfois des baisses spectaculaires, comme en 1912 avec une diminution de 25 % pour les jacquards et les velours unis81, mais aussi des hausses rapides. Ainsi, après quinze jours de grève du 7 au 23 mai 1923, les fabricants acceptent des augmentations importantes pour les articles de nouveauté, allant pour certaines jusqu’à 75 % : mais l’embellie est brève82. Encore faut-il que le tarif soit réellement appliqué. Il arrivait que le chef d’atelier accepte la pratique, régulièrement dénoncée par le syndicat, de la double feuille de chargement : une feuille officielle visée par le syndicat et une autre, portant un tarif inférieur imposé par le commis de barre, condition pour obtenir le chargement. L’ouvrière en subissait les conséquences. On peut, sans grand risque d’erreur, affirmer que les ouvrières des ateliers familiaux ont, dans la première moitié du XXe siècle, une rémunération fort modeste. Mais leur situation n’est pas aussi dramatique que celle des ouvrières à domicile, isolées, à propos desquelles se développe une importante campagne de presse juste avant 1914 qui débouche sur la loi de juillet 1915. Là encore il faut tenir compte de la diversité de la profession (le jacquard est plus rémunérateur que l’uni), et des aléas de la conjoncture : « En période de presse, on gagnait bien sa vie », ce qui permettait de tenir pendant les chômes.

  • 83 ADL M104. Rapport de 1938.
  • 84 Le Réveil des Tisseurs, avril 1936 - Voir aussi B. REYNAUD, L'Industrie rubanière... op. cit. deux (...)

40Le travail en usine serait-il plus rémunérateur ? Il a certes l’avantage d’être plus régulier, plus sûr ; mais aux dires de plusieurs ouvrières qui ont dû fréquemment s’embaucher à l’usine, pendant les périodes de chôme des fabriques, dès que la reprise s’amorçait, elles revenaient à l’atelier. Préférence souvent énoncée pour un lieu de travail plus familier ? Choix d’ordre financier ? Rappelons que la plus grande usine textile de la ville, celle des frères Giron, avait la réputation - justifiée pour autant qu’on puisse en juger - de mal payer son personnel. Ce n’est cependant pas le cas de toutes les entreprises. Ainsi madame Fraction, qui a travaillé pendant dix ans chez Linossier, de 1925 à 1935, se souvient « d’une bonne maison qui payait bien et s’occupait bien de son personnel ». Il faut préciser que cette ouvrière a un emploi de contremaîtresse lorsqu’elle quitte l’usine pour s’installer à son compte. Elle gagne en 1934, 700 F par mois, un salaire correct à l’époque pour une femme nous dit-elle. A la fin des années 1930, un rapport établi par l’inspectrice départementale du Travail indique que les salaires des ourdisseuses et tisseuses de ruban en usine sont en moyenne plus élevés que ceux des ouvrières des ateliers familiaux83. A la faiblesse de leur salaire s’ajoute, pour ces dernières, leur déclaration tardive aux Assurances sociales. La loi du 30 avril 1930, qui entre en application le 1er juillet, et qui prévoit, outre l’assurance maladie, une assurance vieillesse, rencontre bien des résistances parmi les chefs d’ateliers qui doivent cotiser pour leurs ouvrières. Les retenues opérées sont considérées comme autant de manques à gagner, et nombre d’entre elles hésitent à s’inscrire. « J’ai eu une ouvrière que j’ai dû laisser au moment des lois sociales », nous a dit madame Largier, par ailleurs très virulente à l’égard des fabricants. Il faut attendre 1936 pour que les passementiers à domicile deviennent tous assurés sociaux, devant obligatoirement inscrire leur épouse et leur ouvrière84.

41Ainsi la plupart des ouvrières nées au début du siècle ont-elles eu des retraites très modestes, qui les ont parfois obligées à travailler jusqu’à un âge avancé. Mademoiselle Thirard, née en 1900, est mise au travail dans l’atelier de ses parents au début de la guerre de 1914-1918, pour remplacer son père mobilisé. Elle travaille là jusqu’en 1960, date à laquelle elle vend ses métiers. Mais elle continue alors à faire à domicile des collections pour une maison de ruban dirigée par des cousins : il s’agit de disposer soigneusement rubans et étiquettes tissées dans des boîtes pour l’expédition, selon la qualité et les coloris. Ces collections occupent ses journées jusqu’à l’âge de quatre-vingts ans... Autre issue possible, la reconversion vers un autre emploi : mademoiselle Bonche quitte le métier en 1958, à 51 ans, visiblement sans regrets, pour devenir femme de ménage dans une école maternelle. Madame Largier explique, non sans humour, qu'elle a trouvé la solution en se mariant. Ce mariage à plus de soixante ans avec un ingénieur en retraite lui a permis de connaître une aisance matérielle dont elle n'aurait jamais bénéficié avec sa petite retraite de tisseuse. Certaines femmes, à Côte-Chaude comme à Saint-Genest-Lerpt, étaient, sur leurs vieux jours, plus à l'abri de la nécessité : les épouses de mineurs qui, devenues veuves, percevaient la pension versée par les Compagnies. C'est parmi celles-ci que se recrutait un type particulier d'ouvrières, les tordeuses et les enfileuses, travaillant à la journée. Elles ne sont pas passementières, mais leur activité s’intègre dans le cycle du ruban.

Les indépendantes : tordeuses et enfileuses

42Dans les dernières pages du Réveil des tisseurs on pouvait parfois lire, comme dans le numéro de juin 1933, des petites annonces proposant les services d’une tordeuse ou d’une enfileuse à la passette, telle « Madame Roche-Villard, 46 rue J-B. David, appareilleuse, tordeuse sur métiers velours et jacquard ». Ces ouvrières interviennent dans la phase initiale de la mise en train. L’enfileuse (à Lyon, la remetteuse) fait passer les fils de chaîne dans les maillons des lisses à l’aide d’une passette munie d’un petit crochet, selon les indications de la note d’enfilage. Cette ouvrière manie des dizaines de milliers de fils. Quant à la tordeuse, son travail consiste à remettre bout à bout, fil à fil, l’ancienne et la nouvelle chaîne, par un geste de torsion. Ces travaux sont exclusivement féminins. Il n’y a ni tordeurs ni enfileurs, même si certains passementiers savent tordre. A Côte-Chaude, toutes les tordeuses rencontrées sur les listes des recensements sont filles ou femmes de mineurs. Travail occasionnel, le tordage convient à des femmes qui ne peuvent exercer une activité professionnelle régulière à cause des rythmes de la mine et de la lourdeur des tâches domestiques. Les tordeuses sont présentées comme un groupe particulier, un peu comme les limeurs de cadres ambulants dans l’industrie du cycle : « il y avait trois ou quatre tordeuses dans le quartier qui allaient chez les uns et les autres ; elles prisaient toutes ». A la différence des passementières, très sédentaires (sauf pour les courses), ces femmes circulent d’une maison à l’autre, au gré de la demande, le tordage occupant selon le type de ruban une, voire deux ou trois journées. Deux images se superposent dans les récits : celle de la simple d’esprit et celle de la commère, forte femme. En effet, connues de tout le quartier, elles colportent les nouvelles. Femmes indépendantes, au franc-parler, leur liberté d’allure tranche avec la réserve attribuée habituellement aux passementières, et renvoie à l’image des laveuses professionnelles des buanderies de quartier. Les tordeuses sont payées à la tâche, au mille de fil ; une bonne ouvrière tord mille fils à l’heure. « C’était un métier de femme, d’ailleurs les femmes aimaient bien ça » : la remarque a été faite fréquemment par nos interlocuteurs masculins. Cette mise en valeur des qualités dites féminines d’adresse, de rapidité, de patience, est peut-être une manière d’affirmer haut et fort ce partage des compétences masculines et féminines, dans une profession où la frontière n’est pas toujours aussi claire.

Notes

49 F. et M. PELLOUTIER, La Vie ouvrière en France, Paris, 1900, rééd. en fac-similé, Paris, Maspero, 1975, p. 92.

50 Y. KNIBIEHLER, « Les médecins et la nature féminine au temps du Code civil », Annales ESC juil.-août 1976.

51 ADL 13 J, carton 141, dossier 7.

52 ADL 88 M 13, Commissions de surveillance, 1850-1902.

53 G. MARTIN, Le Tissage à domicile dans les campagnes du Velay, Le Puy-Paris, 1913.

54 ADL 88 M 2.

55 ADL 13 J, carton 141, dossier 7.

56 ADL 88 M 3.

57 ADL 88 M 18, pièce 18.

58 ADL 88 M 20, pièce 104.

59 ADL 88 M 22, pièce 12.

60 ADL 13 J, carton 81, dossier 4.

61 ADL 13 J, carton 26 A, Liste des syndicats ouvriers.

62 M. GUILBERT, Les Femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Paris, CNRS, 1966. Les chiffres qu’elle présente pour la Loire sont contestables par omission.

63 ADL 13 J, carton 101, dossier 105.

64 ADL 93 M 2, Statuts des syndicats, 1864-1903.

65 ADL 92 M 89, Grève des tisseurs, 1900.

66 Sur cette grève, B. REYNAUD, op. cit. ; J. LORCIN, « Un essai de stratigraphie sociale. Chefs d’ateliers et compagnons dans la grève des passementiers de Saint-Etienne en 1900 », Cahiers d’Histoire no 2, 1968.

67 ADL 92 M 90.

68 M. PERROT, Les Ouvriers en grève. France, 1871-1890, Paris-La Haye, Mouton, 1974, t. 2, p. 320. ; également Cl. AUZIAS et A. HOUEL, La Grève des ovalistes, Lyon juin-juillet 1869, Paris, Payot, 1982.

69 ADL 92 M 94.

70 M. PERROT, « Le syndicalisme français et les femmes : histoire d’un malentendu », CFDT Aujourd’hui no 66, mars-avril 1974, p. 41-49.

71 M. GUILBERT, Les Femmes..., op. cit., p. 405 et suivantes.

72 CCISE, Enquête parlementaire..., op. cit.

73 Dans les Postes, par exemple, P. PEZEKAT, « femmes sans maris, les employées des Postes », in Madame ou Mademoiselle ?, op. cit.

74 M. PERROT, « Le syndicalisme... », op. cit., p. 43. Ces chiffres sont des minimums, étant donné l’occultation et le sous-enregistrement du travail féminin.

75 D’après M. GUILBERT, Les Femmes..., op. cit., p. 34, il y aurait en 1900 31 syndicats féminins en France (représentant 15 % des femmes syndiquées), et 162 en 1911 (soit près d’une femme syndiquée sur quatre).

76 M. LUIRARD, La Région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (1936-1951), Saint-Etienne, Centre d’Etudes foréziennes, 1980, p. 58.

77 ADL 93 M 3.

78 AN F22 467.

79 ADL 92 M 160.

80 ADL 93 M 7.

81 Le Réveil des tisseurs, août 1912.

82 Le Réveil des tisseurs, mai-juin 1923.

83 ADL M104. Rapport de 1938.

84 Le Réveil des Tisseurs, avril 1936 - Voir aussi B. REYNAUD, L'Industrie rubanière... op. cit. deuxième partie, chapitre III.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search