Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Deuxième partie. Le fil du métier. Hommes et femmes dans la rubanerie

Chapitre IV. La famille-atelier

Texte intégral

  • 25 Y. LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise, 1848-1914, Lyon, PUL, 1977, vol. 1, p. 271.

1Les « étonnantes monades du tissage » évoquées par Yves Lequin25 comme une réalité qui s’efface peu à peu devant la grande usine au tournant du XXe siècle, dans la région lyonnaise, subsistent d’une manière étonnamment vivace dans la rubanerie stéphanoise jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Dans les ateliers décrits par Gabriel Clerc en 1913, ou, pour la période de l’entre-deux-guerres, par les passementiers et passementières que nous avons interrogés, plusieurs membres d’une même famille (père, mère, enfants, parfois collatéraux ou ascendants) travaillent ensemble à la fabrique, l’atelier attenant au logement. C’est ce que nous avons appelé « la famille-atelier », unité de production qui perdure aujourd’hui, de façon marginale il est vrai, chez les derniers tisseurs de jacquard des environs de Saint-Etienne, où l’on rencontre non plus des familles, mais des « couples-ateliers ».

2L’importance de l'économie familiale a été largement soulignée dans les études sur le XIXe siècle. La révolution industrielle, loin d’avoir cassé les solidarités familiales, a pu, à l’inverse, les réactiver, en particulier dans le textile, où l’on assiste à des formes d’intensification du travail familial. C’est précisément le cas dans la passementerie stéphanoise, avec l’arrivée de l’électricité dans les ateliers de tissage à partir de 1895. L’électrification, qui permet peu à peu de substituer aux compagnons les femmes et les filles de la famille, referme l’atelier sur le groupe familial. On peut dire que la famille-atelier n’employant que ses propres membres et recourant, de façon épisodique seulement, à un compagnon (lequel est de plus en plus remplacé par une ouvrière salariée), a connu sa période d’apogée au tout début du XXe siècle, grâce à l’électricité : paradoxes de la modernité.

3Ce cadre de vie et de travail de type ancien, qui renvoie à l’économie pré-industrielle, nous a semblé propice à l’étude des activités, des compétences, des rôles dévolus à chaque sexe, ainsi que des représentations attachées à la figure du père, de la mère et de la fille aînée. Doublement liés par la parenté et le travail, les membres de la famille-atelier sont réunis dans l’espace réduit de la fabrique, qui, dans les mémoires, devient parfois un lieu de vie idéal, car il permettait de « vivre entre soi ». Les ateliers familiaux, qui ne sont pas tous des familles-ateliers, sont la structure de production dominante dans la rubanerie au tout début du XXe siècle, puisqu’ils occupent, en 1904, les deux tiers des ouvriers et ouvrières de ce secteur. Mais ils régressent rapidement devant la production usinière après la Première Guerre mondiale, fragilisés par les crises successives. « Sauver l’atelier de famille » revient alors fréquemment sous la plume des enquêteurs, mais aussi des fabricants et des syndicalistes, dans leur journal, Le Réveil des tisseurs. Le consensus est quasi général autour de l’indispensable maintien de cette forme d’activité, où les femmes jouent un rôle grandissant dans les stratégies de survie d’une profession qui se sent de plus en plus menacée.

1 - La place des femmes dans les stratégies familiales passementières

4Nous utiliserons ici l’expression de stratégies familiales au sens de stratégies non finalisées de façon consciente. Afin d’analyser le rôle qu’y jouent les femmes, nous avons eu recours à des reconstitutions de familles du quartier de Côte-Chaude qui ont de fait privilégié, de manière délibérée, les familles stables, fortement enracinées dans ce quartier et dans le métier. Les enquêtes orales ont également été précieuses pour cette étude.

« Une femme pour ouvrière, une ouvrière pour femme »

  • 26 Ibid., p. 231-232.

5La très forte endogamie professionnelle des tisseurs a déjà été soulignée par Yves Lequin pour le milieu du XIXe siècle : « L’organisation du travail en petites unités familiales favorise le mariage à l’intérieur du métier, beaucoup plus qu’ailleurs. La cérémonie consacre des liens noués la plupart du temps avec le compagnon ou la compagne du métier »26. Cette endogamie est encore renforcée par un enracinement géographique particulièrement marqué chez les rubaniers. A Côte-Chaude, quartier sur les hauteurs, un peu à l’écart de la ville, où se côtoient passementiers et mineurs, les alliances matrimoniales sont pourtant de plus en plus fréquentes entre les deux groupes professionnels dominants au début du XXe siècle. Les filles de mineurs sont presque toutes allées, à la sortie de l’école primaire, faire un apprentissage dans un atelier de ruban du quartier, où il arrive parfois qu’elles rencontrent leur futur époux. C’est le cas de Madame Basset, née en 1911, fille de mineur, qui épouse en 1931 le fils de ses patrons. Mais celui-ci ne reprend pas le métier de ses parents. Ce sont donc bien des ouvrières passementières que les jeunes passementiers épousent, même si elles sont filles de mineurs. En effet, pour s’établir comme chef d’atelier, il est indispensable que l’épouse soit « du métier » ; si ce n’est pas le cas, elle devra l’apprendre rapidement.

6« Dans la profession, il fallait être deux » : ainsi, lorsque le père de Madame Jurine, fils de jacquardaires du quartier de Tardy, épouse en 1896, à trente ans, une jeune femme de neuf ans sa cadette, originaire de Saint-Agrève en Ardèche, placée comme bonne dans une épicerie du quartier, celle-ci doit se mettre au tissage, non sans mal, au dire de sa fille, car « elle n’était pas du métier ». Une ouvrière pour femme, une femme pour ouvrière : le mariage comme nécessité professionnelle est une réalité bien connue dans le monde de l’artisanat et du petit commerce. De fait, les hommes célibataires, passementiers, sont rarement chefs d’ateliers, à moins de prendre la succession de leur père trop âgé ou décédé, tout en continuant à vivre avec la mère, veuve, ou une sœur occupée elle aussi à la fabrique familiale.

  • 27 L’ouvrière, dans un atelier familial, reçoit une demi-façon, c’est-à-dire la moitié du prix du cha (...)

7Dans le cas précis de cette famille du quartier de Côte-Chaude, le frère aîné, célibataire, devenu chef d’atelier à la mort de son père, a pu le rester grâce au célibat de ses sœurs. Frères et sœurs forment des couples ou des trios qui sont une autre variante de la famille-atelier. Il arrivait cependant que les fabriques soient dirigées par de vieux garçons sans parentèle. Mademoiselle Bonche a travaillé pendant seize ans à Saint-Genest-Lerpt, dans les années 1920-1930, chez un passementier, invalide de guerre, qui employait deux ouvrières : « C’était propre chez lui, mais son dîner il ne le faisait pas, il le prenait au café, il arrivait parfois qu’il s’oublie un peu ». Cas évoqué avec une pointe de commisération par cette ouvrière, elle-même célibataire, mais situation certainement rare, car ce type d’atelier ne devait guère être rémunérateur pour son propriétaire qui payait deux « demi-façons » à ses ouvrières27. La faiblesse du revenu dégagé était sans doute compensée par la pension d’invalidité.

Différents types de familles ateliers : le cas des Dumas

Différents types de familles ateliers : le cas des Dumas

8L’épouse ouvrière mais non salariée offre un avantage certain. C’est le thème implicite d’un article du Réveil des tisseurs de février 1926, intitulé : « Pour les passementiers célibataires ». Fiction ou réalité, peu importe, une jeune femme (la voix du syndicat) commente une annonce matrimoniale : « Un jeune homme de 31 ans, célibataire, propriétaire, recherche une demoiselle passementière, catholique et très sérieuse ». C’est le prétexte pour critiquer vertement « un certain Billot, réfractaire impénitent au tarif » qui propose à sa jeune voisine le mariage en ces termes : « Nous ferions un bon mariage, nous achèterions des enfants qui rendraient bien service plus tard, voyez les Martinon, ils n’ont pas besoin de chercher des ouvrières, toute la famille travaille » Bien sûr, le père de l’heureuse élue, « vétéran syndicaliste bien connu » intervient et chasse le « ventre jaune » ; et la pseudo-rédactrice de conclure : « Depuis ce jour, Billot a recours aux agences matrimoniales pour trouver une femme pour ouvrière et une ouvrière pour femme. » La leçon de morale syndicale laisse filtrer l’importance déterminante de l’épouse, mais aussi des enfants dans le bon fonctionnement de l’atelier de famille. Or, au tournant du siècle, ce sont les filles plus que les garçons qui sont requises pour continuer le métier.

Les filles « à la barre »

9« J’y ai été par force ; on nous demandait pas notre avis ; j’aurais préféré faire autre chose mais il n’y avait pas le choix » nous ont dit des femmes âgées rencontrées au Club du troisième âge de Saint-Genest-Lerpt. Pour les jeunes filles de ce bourg limitrophe de Saint-Etienne, ou bien du quartier voisin de Côte-Chaude, nées au début du siècle (elles terminent leur scolarité primaire autour de 1914), « aller à la barre » c’est-à-dire apprendre à tisser, est une quasi-obligation, surtout si l’on est fille de passementier. La barre est la pièce de bois avec laquelle on manœuvrait le métier et dont l’usage est supprimé avec l’électrification ; mais « barrer » signifie toujours conduire un métier. Dès l’enfance, filles et garçons sont de toute façon mis à contribution dans la fabrique familiale. « On rentrait de l’école, on changeait de blouse et on montait à l’atelier ; les gosses tournaient autour des métiers ». Madame Jurine, née en 1903, se rappelle ces jeudis où, à dix-douze ans, elle faisait des canettes et de conclure : « Quand on est élevé autour du métier, on sait le faire rapidement ». Cette remarque suggère un télescopage significatif entre le métier-objet et le métier-savoir-faire : la présence concrète du métier à tisser dans l’univers quotidien est déjà une manière d’apprentissage. Il y a une sorte d’imprégnation progressive des gestes du métier, née de la cohabitation permanente, depuis la toute petite enfance, avec ces métiers en activité dont le bruit est resté imprimé dans les mémoires, rythme régulier autant que rassurant. Le silence dans les fabriques est de mauvaise augure, car il signifie souvent « la chôme ». Rythme cadencé qui, paraît-il, berçait les enfants : l’image du berceau accroché au battant (la pièce qui porte les navettes) est revenue souvent, soulignant cette proximité entre les corps et l’outil de travail. Les menus objets qui traînent à l’atelier - bobines, billots, navettes, canettes - tiennent lieu de jouets. La familiarisation avec le tissage est donc très précoce. Aussi la question du choix d’un métier, pour les enfants de passementiers ne se pose-t-elle pas. Jusque dans les années 1910, une fois le certificat d’études passé, ils vont à la barre, garçons et filles.

10Mais l’obligation se relâche au lendemain de la Première Guerre mondiale, surtout pour les garçons, l’offre de travail étant plus large pour eux, à Saint-Etienne, du côté de la mine ou de la métallurgie (dans le cycle, par exemple). Le cas du couple Vital est révélateur. Il est né en 1911, elle en 1912 ; tous deux sont enfants uniques de couples de passementiers de Côte-Chaude. A huit ans, Monsieur Vital fait des canettes mais « ça ne m’intéressait pas la passementerie, parce que, pour tout vous dire, ça gagnait pas beaucoup d’argent ». Le pensait-il vraiment dans ces termes à l’époque, ou est-ce une réflexion a posteriori ? De fait, il n’apprend pas le métier et, après son certificat d’études, entre à l’Ecole technique privée Sainte-Barbe, puis passe le concours de l’Ecole pratique de Commerce et d’industrie. Il devient menuisier, et entre en 1930 à la Manufacture française d’Armes et de Cycles, « chez Mimard ». La grande « grève des Cent jours » chez Manufrance, en 1937, est la seule occasion pour lui de « tenir un métier » dans la fabrique paternelle ! Quant à Madame Vital, dont les parents ont aussi une fabrique de deux métiers à la limite de Côte-Chaude et de Saint-Genest-Lerpt, elle s’entend dire à douze ans : « Tu as la fabrique toute prête, tu n’as pas besoin d’aller en ville ». L’essentiel est dit : pour une fille, aller à la barre signifie bien sûr que l’on continue la tradition familiale, mais surtout que l’on reste dans le quartier, chez soi, ou à quelques maisons de là chez un patron, dans un espace connu, familier.

11L’interdit, explicite pour les filles, de quitter le métier familial et l’espace rassurant du quartier est autant maternel que paternel, et d’une manière générale, nous avons remarqué que l’autorité des mères pèse aussi fort, sinon plus, que celle des pères quand il s’agit de l’avenir des filles. Ainsi Madame Basset, née en 1911, dont le père est mineur et la mère passementière, travaille-t-elle d’abord, après son certificat d’études, dans un petit atelier de peausseries de Côte-Chaude, avec des enfants de son âge. Elle s’y plaît, mais sa mère décide au bout de quelques mois de la placer chez un chef d’atelier qui deviendra d’ailleurs son beau-père ; « mes frères avaient appris un métier, il fallait que j’en apprenne un » et elle ajoute à propos de sa mère : « Chez les mineurs, c’était souvent la femme qui menait les enfants », comparaison implicite avec l’épouse du passementier dont le mari était beaucoup plus présent à la maison.

12Au seuil des années 1930, la situation des filles évolue. L’obligation d’aller à la barre se dissout peu à peu, et d’abord à cause de la crise économique : le ruban se porte en effet de plus en plus mal. Il faut tenir aussi compte des transformations des mentalités et du marché du travail, mais aussi du développement de l’enseignement post-primaire. La pénétration des femmes dans le monde des bureaux, grande mutation de l’emploi féminin entamée au début du siècle, se poursuit dans l’entre-deux-guerres. Le processus est cependant plus lent à Saint-Etienne, ville encore très industrielle. Le choix par les filles d’une autre profession a pu être plus précoce dans certaines familles passementières, à condition que l’une des filles reste à la fabrique familiale : c’est souvent la fille aînée. Madame Vivien, née en 1908, fille de jacquardaires du quartier de Tardy, devient sténodactylo, au début des années 1920 chez un commissionnaire en rubans ; sa sœur aînée, de trois ans plus âgée, travaille avec les parents et n’abandonne le métier qu’en 1945, pour un emploi de lingère dans une clinique : elle restera célibataire.

Filles aînées ou filles uniques, célibataires par nécessité ?

13Le célibat de la fille aînée, ou de la fille cadette si l’aîné est un garçon, ou encore de la plus jeune sœur quand la fille aînée est mariée, semble une règle assez commune dans les familles de passementiers que nous avons reconstituées. Le phénomène concerne au moins 60 % d’entre elles, comme si, par une sorte de nécessité interne à la famille-atelier, il fallait que l’une des filles se dévoue, a fortiori quand elle est fille unique. Ouvrière de ses parents et plus précisément de son père, la fille prend souvent, à partir de treize ans, le relais de sa mère devant l’un des deux métiers de la fabrique, cas de figure le plus courant à l’époque. Elle décharge ainsi sa mère d’une activité lourde à assumer, car il faut, en même temps que le tissage, tenir la maison, et assurer le quotidien. Madame Jurine, née en 1903, fille unique d’un couple de jacquardaires, se souvient du soulagement éprouvé par sa mère lorsqu’elle l’a remplacée en 1918, à quinze ans. Celle-ci n’était plus obligée de se lever à cinq heures du matin pour aller à la buanderie sortir sa lessive avant de « commencer sa journée de travail ». Ainsi, de même que l’épouse ouvrière est précieuse dans les premières années du mariage (période où le jeune couple, après avoir cohabité avec les parents de l’un ou l’autre, s’installe dans sa propre fabrique), la fille ouvrière le devient à son tour lorsqu’elle peut être substituée à sa mère. Elle ne reçoit pas non plus de rémunération, et sa présence fidèle aux côtés du père exclut de fait le mariage, celui-ci venant rompre l’équilibre de la famille-atelier.

14Le malthusianisme progressant au début du XXe siècle, à Saint-Etienne comme partout en France, on rencontre de plus en plus d’enfants uniques dans les généalogies passementières reconstituées. Quand ce sont des fils, il est bien rare qu’ils restent à la fabrique familiale. S’ils demeurent dans le ruban, c’est parfois pour devenir dessinateurs par le biais de l’Ecole Nationale Professionnelle, ou par l’Ecole des Beaux-Arts, promotion que ne connaissent pas les filles, puisque, nous l’avons vu, le dessin de tissage ne leur est proposé et réellement ouvert que très tardivement. Lorsqu’il y a plusieurs enfants, comment interpréter cette prédisposition fréquente des aînés, et surtout des aînées, à continuer le métier parental ? Parmi le faisceau des possibles, il y a sans doute la valorisation attachée à la poursuite d’une tradition familiale, souvent assignée aux aînés, et la responsabilisation précoce, dès l’enfance, des filles surtout. Elles sont requises pour aider leur mère aux divers travaux, y compris à l’atelier ; alors que pour les frères et sœurs, la situation se présente tout autrement, sauf quand la fabrique est plus importante et que le trio père-mère-fille ne suffit pas. Les effets du rang dans la famille (être l’aînée), et de la catégorie de sexe (être fille), se redoublent pour tracer une destinée professionnelle toute prête à ces femmes qui deviennent alors les gardiennes de l’héritage familial, à la fois matériellement et symboliquement. On voit parfois des successions qui les favorisent nettement au détriment de leurs frères et sœurs. Ainsi, Marie Didier, qui est d’ailleurs une cadette et dont la trace a été retrouvée par les archives des Hypothèques, est privilégiée au moment du partage des biens familiaux. Elle est née en 1880, sa sœur aînée, Jeanne est née en 1878, son frère Nicolas en 1887. Ce dernier meurt pendant la Grande Guerre, laissant une jeune veuve et cinq orphelins. Marie, célibataire, n’a jamais quitté l’atelier de ses parents et elle hérite, à 55 ans des « métiers et rouets », de tout le linge de la maison et du quart des autres biens, tandis que sa sœur aînée est partiellement déshéritée. Non seulement celle-ci ne s’est pas dévouée à la fabrique familiale, mais elle a aussi divorcé. Or, dans une société stéphanoise qui reste tardivement imprégnée par le catholicisme - particulièrement chez les passementiers - le divorce est sans doute considéré à cette époque, comme une faute grave. On peut lire la décision parentale comme une sanction à la fois morale et économique de l’aînée, la cadette recueillant les fruits de sa longue patience. Trace rare de conflit dans un groupe social qui construit son image sur un idéal de consensus, y compris au cœur des familles. Le célibat des filles n’est pas toujours définitif, et, de temps en temps, il s’achève par un mariage tardif, autre composante de ces stratégies de survie des fabriques.

Le mariage tardif des filles comme substitut au célibat

15Plusieurs cas de mariages tardifs ont été relevés dans les itinéraires familiaux reconstitués, dont celui d’un fils, le dévouement pouvant aussi se conjuguer au masculin. Jean-Baptiste Sorel, né en 1877 a une sœur aînée qui s’est mariée jeune (à vingt ans), et une sœur cadette également mariée tôt. En 1911, à 34 ans, il vit avec sa mère, veuve, et c’est lui qui est indiqué comme « patron » dans le registre du recensement. Il ne se marie que deux ans plus tard avec Anaïs Bérard, passementière comme il se doit, dont il aura deux enfants. Le départ précoce des deux sœurs a sans doute retardé les projets matrimoniaux du frère.

16Avec Marie Dancer, née en 1889, nous retrouvons une fille aînée. Ses quatre frères, nés entre 1893 et 1903, quittent tous la fabrique familiale, prenant soit un métier très différent (il y a un armurier et un employé de banque), soit une activité encore proche du ruban : le troisième frère est imprimeur sur étoffes, le quatrième gareur de métier à tisser en usine. Marie est la dernière à se marier, après vingt années de travail avec ses parents, et à près de quarante ans ; elle n'aura pas d'enfants.

17Gabrielle Petit, née elle aussi en 1889, est une fille cadette. Sa sœur aînée se marie à 34 ans. C’est seulement à la mort de ses parents que Gabrielle, à plus de quarante ans, épouse un employé de commerce. Elle a mené un métier dans l’atelier de famille pendant plus de vingt-cinq ans.

18Antonia Dumas, née en 1899, est l’aînée de trois filles. La cadette devient religieuse, la dernière épouse un employé du Crédit Lyonnais, mais elle meurt jeune. Quelques années après, Antonia épouse son beau-frère, veuf, à plus de cinquante ans : bel exemple de clôture de la famille sur elle-même.

19Enfin, la plus jeune parmi ces passementières venues tard au mariage, Jeanne Gabion, est née en 1907. C'est la dernière d'une famille de cinq enfants, et, une fois de plus, c'est après le décès de sa mère que Jeanne, qui jusque là travaillait dans l'atelier familial, se marie à quarante ans, après avoir été quelque temps ourdisseuse en ville. Dans ce cas précis, la sœur aînée est morte à vingt-six ans de la grippe espagnole, les deux autres sœurs sont mariées. L’une d’elles rachète, au moment du règlement de la succession des parents, la maison familiale et les métiers aux enchères, indice évident d’un conflit familial autour de l’héritage.

  • 28 M. PERROT, Postface à A. FARGE et C. KLAPISCH-ZUBER (éds), Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de (...)

20Des femmes dont nous avons brièvement suivi la trajectoire personnelle, deux seulement étaient des filles aînées. Le mariage tardif serait-il plus accessible aux cadettes ou aux petites dernières, libérées plus tôt que leurs aînées de la nécessité du travail auprès des parents, quand ceux-ci disparaissent ? Le paramètre de l’âge n’est effectivement pas négligeable. Ce phénomène du célibat parfois obligé des filles, avec comme corollaire épisodique le mariage tardif, traverse l’ensemble de la société française au XIXe siècle, avec « ces cohortes de tantes, gardiennes des armoires, mémoires des familles » évoquées par Michelle Perrot28. On le retrouve, au début du XXe siècle, dans des contextes socioprofessionnels variés. N’oublions pas les effets de l’hécatombe de 1914-1918, qui renforce encore l’éventualité du célibat pour toute une génération de femmes, dans cette période. Dans le cas de la passementerie, la nécessité économique s’ajoute à l’exigence communément admise du dévouement de l’une des filles à la famille, pour imposer, de préférence aux aînées, une condition qui a pu être vécue comme un sacrifice personnel. Mais ce célibat contraint renferme un paradoxe : il permet à court terme le maintien de la fabrique familiale mais, à long terme, il contribue à sa mort naturelle puisqu’il n’y aura pas de descendants susceptibles de prendre le relais à la génération suivante.

Généalogie de la famille Dancer

Généalogie de la famille Didier

Généalogie de la famille Dumas

Généalogie de la famille Gabion

21Les femmes, en tant qu’épouses ou filles, sont donc au cœur des stratégies familiales chez les passementiers ; mais il arrive que pour des raisons d’abord liées à la maternité, elles ne soient plus disponibles, au moins temporairement. D’autres femmes interviennent alors, et ce sont souvent des parentes.

Le recours aux femmes de la parentèle

  • 29 L. REYBAUD, Etudes..., op. cit., p. 226.

22Quand l’épouse d’un chef d’atelier doit arrêter le travail pour un accouchement, et dans les mois voire les années qui suivent, afin d’élever ses enfants, il est fréquent qu’une sœur ou une belle-sœur vienne la remplacer devant son métier. En effet, la mise en nourrice, fréquente chez les passementiers au milieu du XIXe siècle d’après l’enquête de Louis Reybaud29, semble avoir disparu, au début du XXe siècle, alors qu’elle subsiste largement chez les commerçants, par exemple. Ce type d’organisation, qui fait appel aux femmes de la famille, au sens de la parenté élargie, nous a été rapporté plusieurs fois. Les indices fournis par les recensements sont plus rares, car la parenté n’est pas forcément logée sur place ; elle peut habiter de l’autre côté de la rue. On en trouve cependant quelques cas ; ainsi, en 1906, à Côte-Chaude, Jean Duval, chef d’atelier et son épouse Annette, ont deux enfants de trois et cinq ans. La jeune sœur d’Annette, âgée de quinze ans, habite avec eux et est indiquée sur la feuille de recensement comme « ouvrière passementière chez Duval ». Elle est sans doute venue prendre le relais, pour quelque temps, de sa sœur occupée par les soins aux jeunes enfants, la tenue de la maison et peut-être quelques travaux de canetage et d’émouchetage. Cette formule présente un double intérêt : elle permet à la jeune sœur de faire son apprentissage et évite l’embauche d’une ouvrière étrangère à la famille. L’avantage est à la fois financier (la jeune apprentie ne reçoit généralement pas de salaire) et psychologique : on reste dans le cadre de la famille, « entre soi ».

23La présence de sœurs, belles-sœurs, cousines parfois, qui circulent pour leur apprentissage mais aussi comme remplaçantes d’un atelier à l’autre, participe de tout un système d’échanges et de services qui sont assurés par les femmes dans le cadre de la parentèle élargie. L’espace du quartier s’y prête : la proximité géographique est grande entre les membres d’une même famille. Il n’est pas rare qu’un ou deux enfants, mariés, habitent la même maison que leurs parents. La propriété de la maison, fréquente chez les passementiers, renforce cette cohabitation des générations. En 1921, place de la République, à Côte-Chaude, François Arnaud, patron passementier âgé de 44 ans, vit avec sa femme et ses trois enfants, à la même adresse que sa mère âgée de 71 ans, veuve, et que sa sœur, divorcée, revenue vivre auprès de celle-ci. Ce passementier a une fabrique de quatre métiers (nous le savons par les Hypothèques), sur lesquels il travaille avec sa sœur, sa mère et une ouvrière. Son épouse doit s’occuper des enfants et assurer les repas pour tous. Parfois, la proximité n’empêche pas une relative autonomie entre les générations. Ainsi, quand les parents de Madame Courtial se marient en 1921, la grand-mère paternelle, qui est veuve, partage la fabrique afin que son fils et sa belle-fille aient leur propre atelier ; le jeune ménage s’installe dans les deux pièces situées au même étage que leur fabrique, tandis que la belle-mère habite au-dessous. Il n’y a pas à proprement parler de cohabitation, y compris dans le travail, puisque la grand-mère a une ouvrière, dans sa propre fabrique. Mais on imagine aisément l’aide réelle qui pouvait être fournie en menus services, de part et d’autre. Cependant une telle proximité devait aussi engendrer des contraintes ; « tout se savait ». Cette remarque revient fréquemment dans les entretiens, avec une charge critique non dissimulée.

24L’importance des solidarités familiales mises en œuvre par les femmes, est, dans notre cas d’étude, un élément essentiel pour la survie d’un métier sur le déclin. L’analyse des stratégies familiales passementières permet de mesurer la place déterminante des femmes, dont le statut personnel est largement déterminé, plus encore que pour les hommes, par les impératifs économiques mais aussi sociaux et psychologiques de la famille-atelier, où chacun est affecté à des tâches précises dans cette fabrique installée au cœur même de la maison.

2 - Le partage des tâches dans la fabrique familiale

La fabrique, un lieu qui s’inscrit dans l’espace quotidien

25A Saint-Etienne, on ne parle pas d’ateliers mais de fabriques : « une chambre, une cuisine, la fabrique », voilà le cadre dans lequel vivent et travaillent passementiers et passementières à domicile. Gabriel Clerc nous livre une description précise des logements d’ouvriers rubaniers en 1912 : « Nous frappons à la porte du premier étage. Personne bien entendu ne vient nous répondre, le bruit du métier étouffant celui de nos pas. Toute la vie de la maison s’est réfugiée à l’arrière, dans l’atelier, et la cuisine où nous pénétrons est déserte ; une canetière, près de la table attend l’ouvrière ; les cuivres d’un fourneau reluisent. Dans un renfoncement et caché par de lourds rideaux, un lit ; une horloge antique, au lourd balancier de cuivre fait entendre son tic-tac régulier. Par une porte ouverte, nous apercevons la chambre à coucher avec son mobilier vernissé, la grande glace et les portraits de famille sur la cheminée (...). Mais, en pénétrant dans la cuisine, nous avons fait retentir une sonnerie dans l’atelier et voici que s’en ouvre la porte, voilée d’un rideau de cretonne et derrière laquelle nous apercevons les métiers ; nous entrons dans la fabrique ». La proximité entre la fabrique et la cuisine est particulièrement grande dans cette description, puisqu’un rideau seulement les sépare, et la présence d’une canetière, petite machine servant à la préparation des canettes, dans la cuisine, montre bien l'imbrication entre l'espace du travail et celui du quotidien.

  • 30 J.-P. BURDY, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Etienne, 1840-1940, Lyon, P.U.L., 1989, 270 p.

26Lorsque la fabrique est plus nettement séparée de l'habitation selon le modèle, fréquent à Côte-Chaude comme à Saint-Genest-Lerpt, d'une organisation sur deux niveaux, le logement étant situé en dessous de la fabrique, c'est dans l'usage de l'espace que se lit cette imbrication. On peut repérer deux indices révélateurs : d'abord les lits installés dans l'atelier. Avant l'électrification, il arrivait que les compagnons soient logés par le chef d’atelier : on en trouve plusieurs au recensement de 1872. Dans ce cas, la soupente installée au niveau de la « mécanique » du métier (terme utilisé pour les métiers jacquard) servait de chambre, sommairement aménagée : un type d’installation que l’on retrouve chez les canuts lyonnais à la même époque. Madame Basset a vu des lits à côté des métiers juste après la Première Guerre mondiale : la raison en est l’étroitesse des logements, réduits le plus souvent à deux pièces. Ainsi, dans la famille de Madame Vivien, autour de 1910, les parents occupaient la chambre, les deux filles avaient leur lit à la cuisine tandis que le fils couchait à la fabrique. Autre indice de cette imbrication entre lieu de vie et lieu de travail, la toilette du dimanche qui se faisait souvent dans l’atelier. « Mon beau-père allumait le feu le dimanche matin dans sa fabrique, et faisait sa toilette dans un baquet ; il aimait bien faire tout ça dans sa fabrique, parce qu’il y avait de la place ; il la chauffait, ma belle-mère devait y aller après. On se lavait à la fabrique pour ne pas salir la cuisine ». Espace disponible, où l’intimité peut être plus facilement protégée qu’à la cuisine où tout le monde circule, la fabrique est beaucoup plus que le lieu strict du travail. Elle est aussi un lieu de vie tout court, abritant le sommeil, la toilette, moments forts de la vie privée où l’exigence de pudeur est très lisible. Nous retrouvons ici ces stratégies minuscules de l’intimité analysées par Jean-Paul Burdy dans l’organisation des logements des ouvriers du quartier stéphanois du Soleil30.

27C’est l’activité de la fabrique qui rythme le temps quotidien. Nous avons déjà évoqué le bruit des métiers, signe du travail, très présent dans les mémoires ; la composante auditive mérite une attention particulière dans les enquêtes orales. « Les enfants se réveillaient quand les métiers s’arrêtaient » nous a dit Madame Fioretto, établissant implicitement la différence entre ce bruit familier, tout à fait supportable puisqu’il endort les enfants, « et celui des usines de maintenant ». Ce n’est pas l’avis de Madame Basset qui en garde plutôt un souvenir désagréable : « C’était très pénible, il fallait s’y habituer ». Elle se rappelle au contraire les hurlements de sa fille lorsqu’on l’emmenait voir ses grands-parents qui avaient encore une fabrique, car justement elle ne supportait pas ce vacarme : « C’était très fort comme bruit, si bien qu’on a tous pris l’habitude de parler fort ». Points de vue contradictoires, mais significatifs aussi de l’importance de cet environnement sonore qui influe sur les comportements des individus, jusque dans leur manière de parler. Mais la fabrique est avant tout le lieu de la production et du travail où domine, à première vue, la figure du chef d’atelier, qui est aussi le père de famille.

Le père, chef d’atelier, chef de famille

28« Ce n’est pas pour diminuer les dames, mais là où il n’y avait pas de chef d’atelier » La phrase de monsieur Vital est restée inachevée, mais on en devine aisément la conclusion : une fabrique suppose un chef d’atelier qui, par définition, doit être un homme. Quand il y a une famille-atelier, c’est bien sûr le père qui exerce cette fonction, à moins que, le grand âge arrivant, un fils ou une fille, souvent célibataire, ne le remplace. Le père cumule donc plusieurs fonctions d’autorité. Il a tout d’abord, comme tout père de famille jusqu’à une époque très récente, l’autorité paternelle, d’ordre juridique et social, conférée par le Code civil. Il a, d’autre part, un pouvoir économique puisqu’il « fait travailler » femme et enfants, embauche, le cas échéant, une ouvrière ou de plus en plus rarement un ouvrier. Enfin, il est aussi contremaître dans sa fabrique, surveillant le travail dont la qualité et la rapidité d’exécution font la réputation de l’atelier, capital précieux dans une profession où la concurrence est féroce.

29L’autorité paternelle a de plus un fondement matériel : c’est le père qui, le plus souvent, a apporté les métiers au moment du mariage. En effet, dans les contrats de mariage, systématiques chez les passementiers (indice de la possession d’un patrimoine mais aussi tradition régionale), c’est l’homme qui apporte les métiers dont le fronton porte souvent les initiales du père ou du grand-père. Quand en 1875, Christophe Thivillier, passementier à Saint-Genest-Lerpt, épouse Rosalie Brun, de Roche-La-Molière, passementière elle aussi, celle-ci apporte un trousseau d’une valeur de 300 F et une somme de 400 F, tandis que son époux apporte un vestiaire très modeste évalué à 50 F, deux métiers et un rouet estimés à 600 F, du mobilier et une somme de 1 000 F. Lorsque leur fils unique, Joseph, se marie à son tour en 1912 avec Agathe Morel, une passementière originaire de Saint-Just-sur-Loire, celle-ci apporte un trousseau d’une valeur de 300 F et une somme de 1 200 F. De son côté, l’époux apporte deux métiers évalués à 1 500 F et également une somme de 1 200 F. Dans les deux cas, les métiers sont vraisemblablement donnés par les parents à leur fils afin que celui-ci « s’installe en fabrique », expression couramment employée. Le don n’est pas toujours de règle ; il arrive aussi que le fils rachète un métier à son père : c’est ce que fait le père de Madame Jurine lorsqu’il se marie en 1897.

30Cette transmission des métiers à tisser de pères en fils s’interrompt à partir des années 1910, quand les fils quittent peu à peu la profession. Les filles héritent alors à leur tour mais le célibat ou le mariage tardif, qui empêche la venue d’enfants, ainsi que la conjoncture très aléatoire des années 1930, mettent un terme définitif à cette transmission. Les femmes sont souvent les dernières détentrices d’un patrimoine qui, dès les années 1930, a perdu beaucoup de sa valeur : combien de métiers ont été bradés après la Deuxième Guerre mondiale, « au poids du bois », ont déploré plusieurs de nos interlocutrices.

31Dans l’atelier familial, le père a la charge d’un métier qu’il conduit aux côtés de son épouse, de sa fille, ou bien d’une ouvrière préposée au deuxième métier : c’est le cas de figure le plus courant. Dans les récits recueillis, la fonction d’autorité du père est souvent énoncée, mais de manière très générale : « C’était lui qui dirigeait la fabrique », situation qui va de soi, sans autres précisions. Or, quand le travail est décrit dans ses modalités concrètes, on s’aperçoit que chaque individu, homme ou femme, dispose d’une réelle autonomie dans son travail. Chacun conduit son métier, est responsable de son chargement, le rythme du travail étant de toute façon fixé par la distribution du courant électrique. Même quand il est question du réglage d’un métier, de petites réparations, le chef d’atelier n’intervient pas systématiquement. Le seul cas explicite de surveillance effective du travail par le chef d’atelier nous a été rapporté par une ouvrière dont le patron ne conduisait pas de métier : « Monsieur Chaize, c’était vraiment quelqu’un. Il regardait bien mon travail, il était un peu sévère mais enfin, il était bon ouvrier ». La pesanteur du contrôle est compensée par une sorte de déférence à l’égard du bon ouvrier dans le discours de cette ouvrière : mais elle ne travaille pas dans le cadre d’une famille-atelier, et le chef d’atelier a, du coup, le statut de patron-contremaître surveillant ses ouvrières.

32Figure officielle de l’autorité dans la fabrique, le père a, de manière paradoxale, en général moins marqué les mémoires que la mère, et cela aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Il est vrai qu’il a souvent disparu avant elle, et la cohabitation prolongée avec une mère veuve peut expliquer ce relatif effacement paternel ; mais celui-ci tient peut-être aussi à la multiplicité des fonctions exercées par la mère, qui la rendent plus présente dans les récits.

La mère providence

  • 31 Ch. LEPROUX, Monographie du passementier stéphanois : agonie, causes, remèdes, Saint-Etienne, 1909 (...)
  • 32 J. SCHNETZLER, Les Industries et les hommes de la région stéphanoise. Etude de géographie humaine,(...)
  • 33 ADL 88 M 1, pièce 49, Lettre du président du Conseil des prud’hommes de Saint-Etienne au sous-préf (...)

33« La femme M. comme toutes les femmes de passementiers n’est pas paresseuse et elle a de multiples occupations » écrit en 1909 Charles Leproux dans l’une de ses monographies passementières31. Figure centrale de la fabrique familiale, plus difficile à cerner que celle du père, dont les tâches sont clairement circonscrites, la mère est toujours occupée. Deux visions de l’épouse passementière alternent au XIXe siècle : celle de « la pauvre esclave de son intérieur, travaillant comme une mercenaire », décrite en 1848 par Antoine Limousin, au propos, nous l’avons dit, volontiers misérabiliste ; et celle, tout aussi biaisée, de « la précieuse auxiliaire » de Louis Reybaud, quelques années plus tard. Cette image a été reprise plus récemment par Jacques Schnetzler, quand il parle de « la main d’œuvre auxiliaire familiale des ateliers »32. Portraits bien réducteurs de femmes dont l’activité se caractérise par l’addition de tâches variées, qui, bien qu’indispensables, ne sont jamais vraiment reconnues comme du travail, y compris par les femmes elles-mêmes. « Je ne travaillais pas beaucoup », nous a dit l’une d’elles, née en 1928, en nous parlant de son activité dans les années 1950, « j’aidais à monter les chargements, je venais donner un coup de main, je remplaçais mon mari, je faisais les canettes ; je ne tenais pas un métier ». Ce dernier point est essentiel ; le fait de ne pas conduire un métier, de manière continue, à l’atelier, signifie que l’on ne travaille pas. Et pourtant, « l’épouse ne perd aucun instant dans la journée » remarque Leproux. Elle doit assurer tous les travaux dits annexes. Ainsi, elle participe à la mise en train, c’est-à-dire à l’installation d’un nouveau chargement sur le métier, opération longue, surtout pour le jacquard, durant laquelle toute la famille est requise. Il faut mettre en place les bobines ou ensouples sur lesquelles s’enroule la chaîne, placer l’enfilage, puis procéder au tordage, c’est-à-dire rattacher les fils de l’ancienne chaîne à ceux de la nouvelle, travail pour lequel on fait souvent appel à des tordeuses spécialisées. Cette mise en train, parfois longue, est effectuée plutôt le samedi ou le dimanche afin de ne pas entamer « les heures courantes » où l’on peut tisser. La mère s’occupe également du canetage ou préparation des canettes, petites bobines montées sur les navettes, qui portent le fil de trame. La canetière, machine inventée dans les années 1830, « qui permit de faire, à l’aide d’un femme ce que l’on obtenait autrefois avec six ou huit enfants »33, d’abord à pédale, devient électrique à la fin du XIXe siècle. La tâche est importante lorsqu’il y a de nombreuses couleurs (c’est le cas du jacquard), et l’on embauche parfois une caneteuse, à moins que les enfants ou encore une grand-mère douée d’une bonne vue, ne soient mis à contribution.

en haut : La caneteuse
en bas : L'émoucheteuse
Cartes postales de J. Merlat - environ 1910 - coll. part.

34Autre activité dévolue à la mère, l’émouchetage ; émoucheter signifie débarrasser le ruban de toutes les imperfections superficielles, petites bourres, fils qui traînent. C’est une vérification qui suppose de « resuivre le ruban » en l’installant sur un petit bâti de bois appelé l’homme. Or le ruban peut mesurer plusieurs dizaines de mètres. « Quand maman pouvait le faire dans la journée, ça allait, mais parfois, c’était le soir » : c’est pourquoi la mère de Madame Jurine ne lisait jamais le journal, d’après sa fille, alors que son père y consacrait régulièrement une partie de ses soirées, « une fois sa journée de travail terminée ». Alors que le temps de travail du père est clairement circonscrit, celui de la mère peut s’étirer tard dans la soirée ; après avoir émoucheté, il faut plier soigneusement ce ruban. Au canetage et à l’émouchetage, activités de préparation et de finition, périphériques au tissage, ne requérant effectivement aucune qualification particulière, mais plutôt des qualités considérées comme spécifiquement féminines, telles que la dextérité, la patience, ainsi qu’une bonne vue, s’ajoute une tâche d’un tout autre ordre : « les courses en ville ».

- « Faire les courses »

  • 34 A. AUDIGANNE, Les Populations ouvrières..., op. cit., p. 320-321.

35Dans la rubanerie stéphanoise, cette expression revêt un sens bien particulier. Il s’agit d’aller chercher ou de rapporter l’ouvrage au magasin du fabricant, en ville donc. Concrètement, cela signifie transporter du magasin à l’atelier familial les soies enroulées sur de grosses bobines, les peignes, cartons (pour le jacquard). En sens inverse, il faut rapporter le ruban tissé : « On portait les coupes bien comme il faut, pliées dans un linge qu’on appelait « le mouchoir de magasin », dans de grandes corbeilles ». Dans les localités rurales, y compris à Saint-Genest-Lerpt, c’est un commissionnaire qui assure ce transport, mais, à Saint-Etienne, les passementiers le font eux-mêmes, et plus souvent encore, les passementières. Armand Audiganne remarque déjà au milieu du XIXe siècle qu’à Saint-Etienne, « les femmes sont le plus souvent chargées des transactions extérieures ; elles vont prendre elles-mêmes l’ouvrage chez le fabricant et elles débattent des prix de façon, tandis que le chef de famille reste à son métier. Ainsi le conseil des Prudhommes les admet-il à sa barre dans les contestations qui s’élèvent à ce sujet, pour expliquer les stipulations arrêtées qu’elles connaissent mieux que leurs maris »34.

36Evoquant l’entre-deux-guerres, Madame Jurine rend compte d’une réalité qui n’a guère évolué depuis le Second Empire : « Vous savez, on en a traîné des charges, on descendait le matin avec ma mère, à huit heures au magasin ; on portait la corbeille, chacune d’un côté. Ma mère restait au magasin parce qu’il fallait que le ruban soit reçu, qu’il soit auné, alors c’était des attentes très longues et moi je remontais bien vite à la fabrique ». Cette famille de jacquardaires habitait rue de la Sablière, sur les hauteurs du quartier de Tardy, et la mère et la fille, pour aller de l’atelier au centre-ville, descendaient et remontaient la colline à pied. Au-delà du transport de charges parfois lourdes (les travaux pénibles ne sont pas toujours réservés aux hommes), faire les courses signifie avant tout assurer le lien entre la fabrique familiale et le magasin. Il faut discuter des modalités techniques du tissage et, bien sûr, du prix de façon. Celui-ci est normalement indiqué sur la feuille de chargement, en principe enregistrée auprès du syndicat. L’épouse, quand elle s’occupe des courses, joue donc un rôle essentiel puisqu’elle doit négocier le travail et assurer le rendu : tâches parfois délicates, car la concurrence est rude, et les employés du magasin le savent fort bien.

  • 35 J. SIMON, L’Ouvrière, op. cit., p. 99.

37Cette pratique des courses plutôt réservée aux femmes n’est pas spécifique à la rubanerie stéphanoise. Jules Simon la relève aussi chez les canuts lyonnais sous le Second Empire. Pour ce moraliste soucieux de préserver l’intégrité de la famille ouvrière, « quand la femme est jolie et que le patron ou ses commis sont jeunes, il peut assurément en résulter des abus au point de vue des mœurs »35. Un article du Réveil des tisseurs de février 1906 évoque aussi les privautés que se permet parfois le commis. Mais il y a plus grave encore, selon Jules Simon : « C’est quelque chose de regrettable pour le bon ordre de la famille que de donner à la femme une trop grande importance dans la conclusion des marchés et par conséquent dans la direction des affaires communes ». Faut-il voir dans cet usage, la possibilité pour les femmes d’exercer un réel pouvoir ? Sans doute, puisque de leur capacité de négociation dépend l’activité ou la chôme de l’atelier familial. Mais d’autres éléments viennent tempérer cette hypothèse. Tout d’abord, les courses représentent une perte de temps considérable. Le Préfet de la Loire, dans une conférence qu’il fait en 1913, déplore ces allées et venues où les tisseurs gaspillent un temps infini, s’étonnant par exemple de l’absence d’abonnés au téléphone à Saint-Genest-Lerpt, situation « qui ferait rire », dit-il, « un Allemand ou un Anglo-saxon ». Or comme souvent l’épouse ne conduit pas un métier, elle se déplace plus facilement sans que l’activité de la fabrique en soit trop perturbée. De plus, nous avons vu que son temps de travail est élastique. Enfin, quand Madame Vallin explique que c’était sa grand-mère qui faisait les courses, car « elle était plus souple, alors que le grand père ne voulait pas quémander », on mesure toute l’ambiguïté de ce partage entre hommes et femmes. La négociation pour obtenir du travail est difficile, et dans un contexte de concurrence permanente entre ateliers, « il fallait mendier l’ouvrage », nous a-t-on dit souvent. Le prestige personnel du passementier, son amour-propre sont en jeu. Son épouse aurait-elle moins d’états d’âme, ou bien est-elle tout simplement contrainte au réalisme ? Même s’il lui faut parfois transiger et se montrer conciliante au magasin, c’est tout de même elle qui rapporte le travail et cet acte a sans doute des répercussions sur les relations de pouvoir et d’autorité au sein du ménage.

38Mais les courses sont aussi, pour les femmes, l’occasion d’échapper, de temps en temps à l’atmosphère confinée de la fabrique : « Ma belle-mère, c’était pour elle une sortie ; descendre en ville, prendre le tram, on en rencontrait d’autres, elle adorait ça. Elle faisait son tour de ville, voir sa nièce, faire des achats, c’était une belle journée ». Moments rares et précieux de liberté, flâneries devant les vitrines du centre-ville, circulations féminines différentes des parcours masculins, car les hommes font parfois les courses, mais c’est en général pour traiter directement avec le commis de barre ou le liseur, avec un détour rituel par le café.

39Outre les courses, le canetage et l’émouchetage, la mère doit aussi tenir sa maison, d’où une interpénétration constante entre les activités liées au tissage et les travaux domestiques. Elle doit être à tout moment, dans une relation de service, à la disposition de l’atelier familial. Il faut, bien sûr, préparer les repas, faire le ménage (réduit, il est vrai : « le ménage, vous savez, avec deux pièces ! »). Elle relaie de temps en temps le mari ou la fille devant l’un des métiers : « Quand papa mangeait la soupe, à la pause du matin, maman prenait la barre ». Temps morcelé, où les activités se succèdent, se télescopent parfois : « Les femmes sautaient de la fabrique à la cuisine, de la cuisine à la fabrique ». Le rythme du travail domestique obéit aussi à la distribution du courant électrique. « A 11 h 30, ma mère arrêtait son métier pour préparer le dîner ; un peu avant 14 h, mon père s’installait devant le sien avec son journal ». Le courant était en effet coupé pour les métiers entre 12 h et 14 h. La contrainte horaire est aussi forte qu’à l’usine, mais au lieu d’être imposée de l’extérieur par une sonnerie, elle est complètement intériorisée. Ce qui contredit l’opposition souvent énoncée, dans les discours passementiers, entre l’atelier de famille, espace supposé de liberté, et l’usine, lieu de contrainte.

40La vision critique de ce va-et-vient permanent entre fabrique et cuisine, métier et fourneau, n’apparaît que très rarement dans les descriptions. Nous ne l’avons rencontrée, clairement exprimée, qu’une seule fois, de la part d’une femme dont le langage se distinguait des propos habituellement tenus dans le milieu des passementiers. D’une famille de mineurs, faisant volontiers référence à son grand-père syndicaliste, cette passementière, épouse d’un mécanicien du PLM, avait un regard plus distant, plus critique sur la profession et la mentalité des rubaniers. C’est notre interlocutrice la plus jeune, née en 1941, qui a le plus insisté sur les avantages, selon elle, de cette interférence entre le lieu du travail et celui de la vie domestique : « Mon fils, je lui donnais le biberon entre les métiers, je pouvais faire mon dîner en travaillant, il y avait bien quelques casses mais enfin... » (cela se passe en 1972). Revendication d’un mode de vie d’autant plus vigoureuse que celui-ci est devenu marginal ?

  • 36 J.-P. BURDY, M. DUBESSET, M. ZANCARINI-FOURNEL, « Rôles, travaux et métiers de femmes dans une vil (...)

41La question se pose alors de la valeur attribuée au travail de la mère. Un passage de la monographie de Charles Leproux est éclairant à cet égard. Etudiant le budget de la famille M. pour l’année 1908, budget dans lequel figure une rubrique intitulée « Travail de la mère », il conclut : « On ne peut attribuer aucun salaire au travail que la mère fait dans le ménage, pour la propreté de l’habitation, la préparation des aliments, l’entretien de la famille, les soins aux enfants ; on peut évaluer son travail de blanchissage à 12 F par mois ». Cette réduction pour le moins surprenante du travail de la mère (dans son évaluation monétaire), à la lessive, est somme toute logique. Le blanchissage étant la seule activité qui puisse être donnée à l’extérieur de chez soi, celle-ci acquiert de ce fait une valeur marchande, et devient un vrai travail, tout le reste n’étant qu’occupations. L’occultation du travail de la mère est donc double : il y a celle, classique, des activités de la sphère domestique, jamais reconnues comme un travail à part entière et puis celle du travail directement lié au tissage mais considéré comme périphérique (canetage, émouchetage, courses) et jamais rémunéré36. Au début du XXe siècle, une femme mariée ne peut, selon la loi, être salariée de son mari. La notion de relations de travail entre époux apparaît dans les années 1930 avec l’impôt sur le revenu et les Assurances sociales, mais elle n’est vraiment codifiée que bien après la Deuxième Guerre mondiale.

  • 37 Y. KNIBIEHLER, C. FOUQUET, Histoire des mères, du Moyen-Age à nos jours, Paris, Montalba, 1977.
  • 38 H. GUITTON, L’Industrie..., op. cit., p. 170.

42Faut-il pour autant conclure à une forme de sur exploitation des épouses, des mères, pour reprendre une terminologie empruntée à certaines composantes du féminisme contemporain ? Ce n’est pas l’impression qui se dégage des récits que nous avons recueillis. Les mères, nous l’avons dit, sont souvent beaucoup plus présentes que les pères dans les mémoires ; elles apparaissent comme le centre de gravité de la famille-atelier. Les réduire au statut de dominées, dans le cadre d’un système de type patriarcal, dont les ingrédients semblent à première vue réunis, nous parait une vision toute théorique, bien décalée par rapport au fonctionnement de ce qui est à la fois une structure de production et un lieu de vie. Parmi les thèmes redondants, il y a d’abord celui de l’autorité morale de la mère, notion certes floue mais qu’on ne petit négliger sous prétexte qu’elle n’a pas de fondement économique et juridique précis. Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet ont montré l’émergence d’un pouvoir maternel parfois redoutable au XIXe siècle37, dont la littérature de l’époque se fait d’ailleurs l’écho. Henri Guitton écrit en 1928 que « les femmes avaient une influence dominante dans l’atelier de famille »38 : affirmation reprise par Madame Courtial quand elle évoque sa grand-mère Claudine, née en 1857, « intelligente, indépendante d’esprit, au courant de tout, qui savait lire et écrire à la différence du grand père et qui régentait la famille ». Il est bien question ici d’autorité et de pouvoir.

  • 39 M. PERROT, « La ménagère dans l’espace parisien au XIXe siècle », Annales de la Recherche urbaine (...)

43Autre indice de cette autorité maternelle, la mère est, selon l’expression fréquemment employée dans les récits, le ministre des finances du ménage. Sur ce point, l’unanimité est quasi générale et l’on retrouve chez les passementiers le constat fait par Michelle Perrot à propos des ménagères parisiennes au XIXe siècle39. Mais la pratique des courses introduit une dimension nouvelle : en effet ce sont les femmes qui souvent rapportent le paiement des chargements, donc l’argent du ménage, situation finalement assez rare. Si la ménagère, épouse d’ouvrier, a souvent des difficultés pour obtenir l’intégralité de la paie du mari, le problème ne se pose pas pour les épouses de passementiers. Paradoxe intéressant : la mère, dont les tâches spécifiques ne reçoivent pas de rémunération, rapporte et gère un argent dont la circulation est, dans bien des cas, entièrement sous son contrôle. Autorité morale et maîtrise des finances peuvent être lues comme de puissantes compensations pour les épouses.

44Entre le père, chef d’atelier en titre et la mère-providence, apparaît une troisième figure constitutive de la famille-atelier des années de l’entre-deux-guerres : la fille, ouvrière de la fabrique paternelle.

La fille, ouvrière du père

45« C’est la fille qui travaille le plus ordinairement avec le père, tantôt ensemble tantôt séparément » : cette remarque de Charles Leproux, à propos de la famille M. en 1908, est confirmée par l’ensemble des sources. Même si elles ne restent pas définitivement célibataires, filles aînées et surtout filles uniques travaillent une partie de leur existence aux côtés de leurs parents et surtout de leur père, puisque la mère est requise pour d’autres tâches que la conduite du métier. Ainsi Madame Jurine a-t-elle passé vingt années, de 1918 à 1938, dans la fabrique de ses parents, passementiers jacquardaires, dont l’atelier était parfois visité par les clients anglais du fabricant pour lequel ils travaillaient : « Nous avions la préférence parce qu’on savait que, sans avertir, ils trouvaient la fabrique en état. C’était toujours bien tenu, mon père était très méticuleux ». La figure paternelle surgit sans cesse dans ce récit ; c’est le père initiateur, qui a appris le métier à sa fille, le compagnon de travail de tous les instants, car ils conduisent chacun leur métier, à quelques mètres de distance. Le père est objet d’admiration, à la fois par son savoir-faire - il a fait un peu de mise en carte dans sa jeunesse et connaît donc très bien le métier -, et aussi pour la dignité qui le caractérise dans ses relations avec les fabricants : « Il n’aurait jamais travaillé en dessous du tarif, d’ailleurs, il s’occupait du syndicat ».

46Ce type de couple père-fille, fortement soudé, apparaît dans l’une des descriptions de Gabriel Clerc. Visitant un atelier de jacquardaires de la rue du Puy, il rencontre « la jeune fille du maître qui a le culte de son père et des beaux rubans ». Celle-ci lui montre les collections paternelles, faites de chutes gardées précieusement. Madame Jurine a fait de même, feuilletant avec nous, lors de l’entretien, l’album d’échantillons de rubans commencé par son grand-père paternel et continué par son père. Outre les données d’ordre psychologique, éclairées par la psychanalyse, sur les relations entre pères et filles, on imagine aisément que vingt années de travail en commun, dans l’espace restreint d’un atelier, ont pu nouer des liens très forts. Du coup, la mère est renvoyée au second plan dans le récit de sa fille. Elle n’apparaît que de façon fugitive et, le plus souvent comme une femme accablée par les tâches quotidiennes, à l’opposé de ces femmes douées d’initiative et détentrices d’un réel pouvoir, fréquemment évoquées dans les autres récits. La relation de dépendance-fascination à l’égard du père, aboutit, dans ce cas précis, à un déni de la mère et le travail de la mémoire, par un processus de reconstruction/sélection du passé, gomme les conflits et tensions inévitables entre père et fille.

47De quinze à trente-cinq ans, cette jeune femme n’a jamais reçu de salaire : « J’ai jamais été payée, de temps en temps, j’avais droit à une petite... », et le propos rebondit immédiatement sur la simplicité et la frugalité du mode de vie de ses parents, comme pour justifier ce qui apparaît aujourd’hui comme une anomalie. Bien qu’elle conduise un métier, qu’elle soit responsable d’un chargement pour lequel une ouvrière recevrait la demi-façon, la fille ne reçoit aucune rémunération pour le travail qu’elle fournit. Cette forme de confiscation du salaire des enfants, même à l’âge adulte, n’est pas propre à la famille-atelier et ne concerne pas seulement les filles. Monsieur Vital, fils de passementiers, donne l’intégralité de son salaire de menuisier à ses parents - soit 1 000 F -, jusqu’à son mariage en 1939, et il ajoute en souriant : « On me donnait de temps en temps royalement 100 F ». Il reçoit donc un peu d’argent de poche, pratique normale pour un garçon, très rare pour une fille. Cette situation, transitoire pour le jeune homme ou la jeune fille qui se marie, devient définitive dans le cas des enfants célibataires, à moins qu’ils n’accèdent au statut de patrons après le décès de leur père.

  • 40 M. GODELIER, L’Idéel et le réel, Paris, Fayard, 1984.

48Comment cette dépendance matérielle parfois très longue était-elle vécue ? Nous touchons ici à une question essentielle pour l’histoire des femmes, celle du consentement : notion clé proposée par Maurice Godelier pour l’étude des groupes dominés40. Madame Jurine affirme n’avoir jamais revendiqué : « Je ne demandais pas ». Peut-être ne s’est-elle jamais posé la question à l’époque ; c’était dans l’ordre des choses, comme le fait de devenir passementière. En effet, après trois années d’école professionnelle, entre 1915 et 1918, elle revient chez ses parents ; fille de jacquardaires, les aristocrates du ruban, elle n’est pas mise à la barre dès la sortie de l’école primaire comme la plupart des filles de tambourinaires de Côte-Chaude : « C’était décidé, j’ai pas cherché à faire autre chose ; je suis rentrée à la maison, ça m’a paru normal, je ne m’y suis pas opposée du tout ». Le consentement est ici clairement exprimé. Outre les composantes liées à une personnalité particulière, de nombreux facteurs externes s’additionnent pour que cette attitude soit quasi inévitable. D’abord la catégorie de sexe ; pour les jeunes filles, au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, il y a peu d’alternatives professionnelles à Saint-Etienne. Ensuite le fait d’être fille unique, donc le seul recours pour les parents. Enfin une mise au travail dans une période de presse, juste après la guerre, dans un atelier qui travaille pour des maisons renommées, ce dont la famille tire un certain prestige. Autant d’éléments qui peuvent éclairer cette acceptation apparemment facile d’une destinée toute tracée. Mais la crise économique des années 1930, avec son cortège de chômages et d’incertitudes, interrompt l’activité de la fabrique familiale, et madame Jurine s’embauche pour quelques mois dans les bureaux « chez Mimard (Manufrance), la maison où il y avait toujours du travail ». Est-ce l’effet d’une relative liberté prise à l’égard de parents ? Peu de temps après, elle se marie avec un boulanger-pâtissier, lui aussi fils de passementiers. Devenue commerçante par son mariage, elle travaille de longues journées, ouvrant la boutique dès six heures le matin, sans jamais prendre de congés entre 1938 et 1959. En hiver, les dimanches après-midi sont occupés à emballer des chocolats, avec l’aide de sa fille. Un seul moment de révolte surgit dans cette mise en scène d’une vie de travail irréprochable : l’épisode de la mise en nourrice de sa fille née en 1938. Notre interlocutrice invoque les contraintes tout à fait réelles du petit commerce, mais son insistance à raconter un moment qui fut douloureux est peut-être aussi une manière de justifier la délégation à une autre femme de ses devoirs de mère.

49Ne faut-il voir, dans le comportement de cette femme, que soumission, avec le regard de commisération que porte parfois l’observateur sur des personnes dont l’univers mental et culturel est éloigné du sien ? Ce type de conclusion, outre son caractère réducteur et univoque, n’apporte en fait aucune explication. Or, lorsqu’on écoute attentivement ce qui est dit, répété dans ce récit, un fil directeur relie l’époque de la vie de jeune fille dans la fabrique familiale et le temps de la boutique conjugale, il se résume à cette courte phrase : « On vivait entre soi », qui exprime l’adhésion à un mode de vie clairement revendiqué.

3 - La fabrique comme lieu de vie idéal

50Parmi la série de cartes postales éditées par le photographe stéphanois et militant laïque Johannès Merlat, vers 1910, sur la vie des tisseurs, une des photographies nous paraît révélatrice d’une apologie de la vie de famille qui renvoie bien sûr à une époque mais aussi à une profession. Il s’agit d’une scène de genre, dont la composition a été visiblement soignée. Le père, assis près de la fenêtre, lit son journal, tandis que la mère, accoudée sur la table, observe son jeune fils et sa fille, écoliers occupés à faire leurs devoirs. Une jeune fille, sans doute une ouvrière, peut-être la belle-sœur, installée à l’arrière du métier à tisser que l’on aperçoit sur la droite, fait un ouvrage de couture. Portrait idyllique d’une famille de tisseurs, photographiée au moment de la pause de midi, comme l’atteste l’heure à l’horloge, mais qui n’a rien à voir avec un instantané pris au vol. Cette photographie apprend beaucoup, à la fois par les détails concrets qu’elle fournit et par l’attitude des différents personnages. La présence de deux lits dont un lit d’enfant juste en face du métier confirme l’imbrication entre espaces du travail et du quotidien. Chacun est occupé à une activité qui correspond au partage entre les sexes et les générations, donné à voir dans ce que l’on pourrait appeler une mise en scène du quotidien : le père à son journal, la jeune fille à sa couture. Quant aux jeunes enfants en train de lire (la petite fille) ou d’écrire (le garçon) c’est peut-être le signe de l’importance accordée à l’école dans ce milieu rubanier en quête d’une certaine distinction sociale.

« Vivre entre soi »

  • 41 M. VACHON, « Saint-Etienne », in Le Tour de France. Description pittoresque des sites, vues, monum (...)
  • 42 J. SCHNETZLER, Les Industries..., op. cit., p. 221.

51« J’aimais beaucoup mon métier, parce qu’on était chez soi ». Affirmation maintes fois répétée au fil des entretiens, qui traverse les générations : nous l’avons entendue aussi bien de la part de femmes et d’hommes nés dans les années 1900 que de celle de Madame Fioretto, née en 1941. Or, être chez soi, c’est d’abord être en famille, avec ce que cela signifie de sécurité matérielle et affective, mais aussi de contraintes. L’esprit de famille est érigé en modèle de la vie sociale stéphanoise, à la fin du XIXe siècle par des hommes comme Marius Vachon quand il décrit, par exemple, la maisonnée d’une fabrique partant gaiement dans les bois les dimanches41. Beaucoup plus récemment, Jacques Schnetzler présente la Haute-Loire comme un conservatoire, à l’échelle régionale, des pratiques et des comportements, où la cohésion familiale est renforcée par le tissage à domicile qui suppose « une vie sédentaire, tranquille et sans distraction »42. Quand Madame Jurine évoque ses années de jeunesse dans l’entre-deux-guerres, ce vivre entre soi signifie aussi vivre, au-delà des liens stricts de la parenté, dans la grande famille passementière dont Henri Guitton déplore, en 1928, que l’esprit se perde peu à peu : « On n’avait pas tellement de distractions... les voisins..., et comme le quartier, c’était tous des passementiers... Ma grande amie, qui est devenue institutrice, était née dans la maison voisine, une fille de passementier. On se retrouvait de temps en temps le samedi soir, on prenait un petit quelque chose, c’était manière de discuter ». Cette familiarité entre voisins fonctionnait y compris pendant la journée de travail. Le thème de la soupe mangée avec les voisins de palier, à la pause du matin, jusque dans les années 1920, revient très souvent dans les récits recueillis : difficile de faire le partage entre la réalité et le cliché.

La vie du tisseur en famille
Carte postale de J. Merlat, environ 1910-part

  • 43 H. DE BOISSIEU, La Rubanerie..., op. cit., p. 69
  • 44 M. PERRIN, Saint-Etienne..., op. cit., p. 305.

52La famille-atelier, cellule de base de la rubanerie au début du siècle, présente par ailleurs, aux yeux des industriels et des hommes politiques, de multiples avantages. Elle est d’abord un gage de moralité et donc d’ordre social. La Chambre de Commerce, en 1890, « croit ne pas devoir insister sur le côté moral de cette organisation, qui permet au passementier de travailler et de vivre au milieu des siens ». En 1901, Henri de Boissieu affirme « le caractère moral du travail en ménage et en famille »43. Marcel Perrin reprend le même thème dans les années 1930, lorsqu’il décrit « cette pépinière de vie saine où les membres de la famille vivent et travaillent dans l’ambiance la plus favorable, loin des promiscuités et des entraînements de l’usine »44. L’opposition soulignée dans cet ouvrage de 1937, entre l’usine, lieu de perdition, et l’atelier familial, refuge des valeurs morales, rappelle les analyses de Jules Simon, vantant sous le Second Empire « les mérites du travail isolé » pour l’ouvrière, qui devait rester dans « le sanctuaire de la famille ». Le thème court dans les écrits des moralistes et enquêteurs, comme dans les discours des réformateurs sociaux et des militants du mouvement ouvrier, à tout le moins depuis la première révolution industrielle : il n’est pas totalement éteint à l’heure actuelle.

  • 45 A. VANT, Imagerie..., op. cit.
  • 46 Poème de M. PAUZE, 1935, cité p. A. VANT, ibid., p. 190.

53Le modèle familial est même étendu à l’ensemble de la société stéphanoise, par toute une littérature régionale de l’entre-deux-guerres : une manière, comme le suggère André Vant, de nier les conflits sociaux, parfois aigus dans cette période45. Ce discours, qui est bien sûr celui de la réconciliation des classes, fortement connoté politiquement, vise à exalter l’énergie au travail qui caractériserait les ouvriers de Saint-Etienne, stéréotype permanent dans l’imagerie de la ville « où l’on respire la passion du travail, du travail sous terre et dans la vaste usine, mais aussi dans l’atelier modeste, près du foyer et mêlé à la vie de famille »46. Et quand, en mars 1941, le maréchal Pétain vient à Saint-Etienne, il visite un atelier de passementerie afin d’honorer « la belle tradition familiale française », selon les termes du Mémorial du 9 mars. Mais la droite autoritaire n’a pas le monopole de cette idéologie familialiste qui imprègne, à l’époque, l’ensemble de la société française.

  • 47 L. VINSON, L’Industrie du ruban à Saint-Etienne. Essai sur son évolution probable et son avenir, S (...)

54Au-delà des considérations idéologiques, la famille, cette fois comme structure de production, représente aussi un avantage économique. L’usine au logis, fruit de l’électrification des métiers dans les ateliers familiaux, est en 1904, d’après Henri de Boissieu, une formule tout à fait intéressante et d’une grande souplesse. Le fabricant Vinson fait le même constat en 1910, estimant que l’atelier de famille, quand il a des métiers bien outillés, peut lutter contre l’usine la plus perfectionnée47 ; il a lui-même une usine de 80 métiers. La mobilisation de la main-d’œuvre familiale permet effectivement, en cas de presse, d’obtenir un rendement et une qualité de travail supérieurs à ceux de l’usine. Si la demande change brusquement, ce qui est fréquent dans une industrie très liée à la mode, l’atelier de famille peut s’adapter plus rapidement. Monsieur Granger se souvient d’une période où le velours était très demandé : « On installait pour un ou deux ans un métier velours, puis quand la mode passait, on pliait le métier, on le montait au grenier, et l’on se remettait au tambour ». Mais cette souplesse tant vantée par les fabricants a son revers brutal. En période de chôme, ce sont les ateliers de famille qui subissent de plein fouet la morte-saison, plus que les usines, qui produisent de la qualité ordinaire, moins exposée aux aléas de la mode. C’est encore au nom de la souplesse (que l’on nommerait aujourd’hui flexibilité), que les fabricants s’insurgent contre la réglementation horaire imposée par le syndicalisme tisseur, à partir de 1911.

55Les syndicalistes défendent eux aussi, l’atelier de famille, comme le montre un article du Réveil des tisseurs de mars 1899, intitulé « L’esprit de famille » : « Etre chez soi, avec sa femme, ses enfants, est certes, sans contredit, une faveur toute spéciale qui ne se trouve nulle part aussi grande que dans la soierie (...). Ici pas de cloche d’appel pour rentrer à l’atelier, une porte à franchir, et, de la cuisine à l’atelier, il n’y a qu’un pas (...). Se voir à chaque instant, n’avoir pas d’appréhension pour les siens (...). Une surveillance paternelle constamment exercée sans effort mais plutôt avec amour ». Cette description qui pourrait sembler un hymne à la vie de famille se termine pourtant par un jugement sévère sur « cet état d’âme du passementier qui le rend casanier, peureux, égoïste (...). Son chez soi tranquille et paternel l’empêche de voir au-delà de son horizon étroit et borné ». La conclusion, assez brutale, porte la signature des compagnons, majoritaires à cette date dans l’organisation syndicale. Mais on décèle aussi dans ce texte la revendication d’une autonomie individuelle, loin des contraintes de l’usine. Vivre entre soi dans le cadre familial ou à l’échelle de la profession, suppose un environnement stable ; il n’est dès lors pas étonnant que la maison soit l’objet d’un investissement matériel et affectif très important chez les passementiers.

L’importance matérielle et symbolique de la maison

  • 48 M. HALBWACHS, L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, Alcan, 1933.

56A l’inverse des mineurs et métallurgistes du quartier du Soleil, rarement propriétaires de leur logement, jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, les passementiers possèdent très souvent un appartement ou une maison, avec parfois un petit jardin y compris dans la ville. Louis Reybaud l’avait déjà remarqué, au milieu du XIXe siècle : « Si les caisses d’Epargne n’ont qu’un petit nombre de clients, c’est que le passementier trouve l’emploi naturel de ses épargnes dans l’achat de métiers qui constituent un capital important et dans l’acquisition d’une maison ». Les enquêtes de 1872 constatent que les passementiers, plus encore que les armuriers, qui travaillent aussi à domicile, préfèrent à tout autre placement l’achat d’une maison et d’une pièce de terrain. Ce comportement est beaucoup plus proche de celui de la petite bourgeoisie en quête de distinction sociale, que des attitudes ouvrières analysées par Maurice Halbwachs, dans les années 193048. Les reconstitutions de familles et les enquêtes orales confirment ce phénomène. La quasi-totalité des personnes interrogées, à l’exclusion, bien sûr, des ouvrières célibataires travaillant chez autrui, possédaient leur propre fabrique et le logement attenant. L’installation dans la même maison de deux, voire trois générations d’une même famille, était fréquente ; il y a parfois des cas étonnants d’immeubles-ateliers familiaux. Ainsi monsieur Granger, né en 1896, a vécu toute son enfance dans une maison située rue de la Roche-du-Geai, à Côte-Chaude, où ses parents occupaient le rez-de-chaussée avec une fabrique de deux métiers ; au premier étage étaient installées sa grand-mère maternelle, veuve, et ses deux tantes célibataires qui avaient également un atelier de deux métiers ; au second étage, c’était une autre tante, mariée, qui tenait avec son époux une fabrique de trois métiers.

57La vague de constructions liées aux périodes de prospérité du ruban du milieu du XIXe siècle, a laissé des traces dans le paysage urbain et dans les mémoires. « Du temps de mon grand-père, toute la ligne de maisons de la rue de la Sablière s’était construite (...) par des passementiers, parce qu’il y avait eu de grosses presses (...) ils faisaient des cravates pour les Chinois ». Certes le mouvement ralentit avec les crises successives de la fin du siècle, mais la volonté d’accéder à la propriété reste tenace. Les grands-parents de Madame Courtial qui, dans les années 1890, habitaient près de la place Jacquard et avaient une fabrique de trois métiers tambours, font construire en 1897 une maison à Saint-Genest-Lerpt ; ils ont, à l’époque, un peu plus de quarante ans. Leur petite fille, qui possède toujours ladite maison, explique, non sans fierté, que c’était, à ce moment là, la plus grande maison de la rue avec ses trois étages, et qu’elle avait été payée au comptant, 17 000 F, somme importante pour l’époque. Détail intéressant, la location des pièces du rez-de-chaussée à des mineurs, pratique très fréquente chez les passementiers, avait pour but explicite de rapporter un petit capital afin d’assurer les vieux jours, capital calculé de façon à fournir l’équivalent d’une retraite de mineur. Rappelons au passage que les passementiers ont été longtemps réticents à cotiser aux caisses de retraite ou aux Assurances sociales. Plusieurs de nos interlocuteurs ont associé cette réticence à l’esprit d’économie poussé à l’extrême, ainsi qu’à un état d’esprit foncièrement individualiste : « Le passementier, pour lui faire comprendre, la mutuelle, les Assurances sociales (...) c’est vrai que ça ne leur payait pas une maison ! ». Et l’on revient toujours à cette maison, garantie d’un chez soi, permettant aussi de se distinguer des mineurs. Outre l'importance symbolique que peut revêtir la maison, il y a aussi sa fonction très concrète d'assurance pour la vieillesse, au moins jusque dans l'entre-deux guerres.

58L'analyse du fonctionnement de la famille-atelier révèle que, si les femmes sont, dans leurs destinées individuelles, plus tributaires que les hommes des exigences de cette structure de production, elles ne sont pas forcément perdantes dans le partage des tâches qui s’opère. Les compensations sont fortes, les pouvoirs réels. Quant à la fabrique donnée à voir comme un lieu de vie idéal, ne serait-elle pas, au début du XXe siècle, ce lieu idéal du travail féminin ? Une manière de résoudre la question du travail des femmes qui suscite à l’époque une abondante littérature.

Notes

25 Y. LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise, 1848-1914, Lyon, PUL, 1977, vol. 1, p. 271.

26 Ibid., p. 231-232.

27 L’ouvrière, dans un atelier familial, reçoit une demi-façon, c’est-à-dire la moitié du prix du chargement qu’elle effectue, l’autre moitié revenant au chef d’atelier.

28 M. PERROT, Postface à A. FARGE et C. KLAPISCH-ZUBER (éds), Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Montalba, 1984, p. 299.

29 L. REYBAUD, Etudes..., op. cit., p. 226.

30 J.-P. BURDY, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Etienne, 1840-1940, Lyon, P.U.L., 1989, 270 p.

31 Ch. LEPROUX, Monographie du passementier stéphanois : agonie, causes, remèdes, Saint-Etienne, 1909, 40 p.

32 J. SCHNETZLER, Les Industries et les hommes de la région stéphanoise. Etude de géographie humaine, Saint-Etienne, 1975, p. 106.

33 ADL 88 M 1, pièce 49, Lettre du président du Conseil des prud’hommes de Saint-Etienne au sous-préfet, janvier 1838.

34 A. AUDIGANNE, Les Populations ouvrières..., op. cit., p. 320-321.

35 J. SIMON, L’Ouvrière, op. cit., p. 99.

36 J.-P. BURDY, M. DUBESSET, M. ZANCARINI-FOURNEL, « Rôles, travaux et métiers de femmes dans une ville industrielle, Saint-Etienne, 1900-1950 », Le Mouvement Social no 140, juil.-sept. 1987.

37 Y. KNIBIEHLER, C. FOUQUET, Histoire des mères, du Moyen-Age à nos jours, Paris, Montalba, 1977.

38 H. GUITTON, L’Industrie..., op. cit., p. 170.

39 M. PERROT, « La ménagère dans l’espace parisien au XIXe siècle », Annales de la Recherche urbaine no 9, automne 1980, p. 3-23.

40 M. GODELIER, L’Idéel et le réel, Paris, Fayard, 1984.

41 M. VACHON, « Saint-Etienne », in Le Tour de France. Description pittoresque des sites, vues, monuments, coutumes, mœurs et usages de la France, Paris, Debon, 1876, p.638.

42 J. SCHNETZLER, Les Industries..., op. cit., p. 221.

43 H. DE BOISSIEU, La Rubanerie..., op. cit., p. 69

44 M. PERRIN, Saint-Etienne..., op. cit., p. 305.

45 A. VANT, Imagerie..., op. cit.

46 Poème de M. PAUZE, 1935, cité p. A. VANT, ibid., p. 190.

47 L. VINSON, L’Industrie du ruban à Saint-Etienne. Essai sur son évolution probable et son avenir, Saint-Etienne, 1910.

48 M. HALBWACHS, L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, Alcan, 1933.

Table des illustrations

Titre Différents types de familles ateliers : le cas des Dumas
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Généalogie de la famille Dancer
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Généalogie de la famille Didier
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Généalogie de la famille Dumas
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Généalogie de la famille Gabion
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende en haut : La caneteuse en bas : L'émoucheteuse Cartes postales de J. Merlat - environ 1910 - coll. part.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende La vie du tisseur en famille Carte postale de J. Merlat, environ 1910-part
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16692/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 374k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search