Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Deuxième partie. Le fil du métier. Hommes et femmes dans la rubanerie

Chapitre III. Travaux de femmes, travaux d'hommes

Texte intégral

1Une évaluation claire et précise de la place respective des hommes et des femmes dans la passementerie n’est pas chose aisée. En effet, les chiffres fournis par les sources écrites sont parfois contradictoires, souvent vagues, et l’on ne sait pas toujours quelle aire géographique ils recouvrent. Ainsi, lorsqu’on donne le nombre des métiers à Saint-Etienne et dans ses environs, il peut s’agir de l’arrondissement de Saint-Etienne, qui inclut une partie du Pilat, ou du ressort de la Chambre de Commerce, qui va jusqu’à Montbrison. D’autre part, les chiffres fournis dépassent la plupart du temps le cadre strict de la passementerie, c’est-à-dire l’étape du tissage du ruban. Ainsi sont englobés, dans la rubrique « ouvriers et ouvrières du ruban » les ouvrières des moulinages des vallées du Pilat ou les ouvriers teinturiers du quartier de la Rivière, au sud de la ville, qui n’ont rien à voir avec le monde de la passementerie.

  • 3 Chambre de Commerce de Saint-Etienne, CCISE, Enquête commerciale sur les traités de 1860. Rubaneri (...)
  • 4 Enquête citée (sans indication des sources utilisées) par H. BARET, Histoire locale du travail, Sa (...)
  • 5 ADL 54 M 8, Dénombrement de 1891

2En 1870, la Chambre de Commerce affirme que les femmes représentent les deux tiers des 60 000 « ouvriers du ruban » de la région, le terme étant pris dans son acception la plus large3. On retrouve la même proportion dans les résultats d’une enquête préfectorale de 1878 sur les ouvriers du textile de Saint-Etienne et de Saint-Chamond4. Cet ordre de grandeur est confirmé par le dénombrement de 1891, qui, à partir du recensement de cette même année, classe la population par profession5. Il y aurait 60,8 % de femmes parmi les « ouvriers et ouvrières du textile », mais ce pourcentage mérite d’être majoré car, dans une note d’introduction au dénombrement, il est précisé que « lu femme lors même qu’elle aiderait son mari dans la profession, devra être classée à la famille, à moins qu’elle n’ait elle-même une profession distincte ». Ce comptage laisse donc de côté les épouses des chefs d’ateliers, femmes qui « aident », mais qui officiellement n’ont pas de statut professionnel.

1 - Une prédominance féminine

  • 6 CCISE, Enquête parlementaire sur les industries textiles. Réponse au questionnaire, Saint-Etienne, (...)

3La prépondérance des femmes dans le ruban stéphanois est une des composantes de cette association privilégiée entre les femmes et le textile qui est un phénomène général, plus accentué encore dans le domaine particulier de la soierie. Au début du XXe siècle, la place des femmes va se renforçant dans le secteur précis du tissage, effet réel, mais surestimé à l’époque, de l’électrification des métiers. C’est aussi le reflet des difficultés d’une profession que les hommes ont tendance à déserter, car elle devient de moins en moins rémunératrice (sauf dans le cas particulier du ruban jacquard), et de plus en plus incertaine. On commence même à poser la question de l’apprentissage pour les jeunes filles, indice certain de l’abandon du métier par les garçons. Mais, là aussi, les chiffres fournis par la Chambre de Commerce en 1904, manquent de précision. Les femmes représenteraient « les trois ou quatre cinquièmes de la population qui vit de l’industrie du ruban »6.

  • 7 M. PERRIN, Saint-Etienne et sa région économique. Un type de vie industrielle en France, Tours, 19 (...)

4Après la Première Guerre mondiale, les statistiques sur la rubanerie se font plus rares, et la distinction entre les sexes n’est plus faite, que ce soit dans les enquêtes du Réveil des tisseurs, (celle de 1927, par exemple), ou dans l’étude de Maxime Perrin sur l’économie stéphanoise dans les années 1930. Dans l’entre-deux-guerres, l’activité passementière devient « l’affaire des femmes » pour reprendre l’expression d’André Vant7, puisqu’elles représentent 71,3 % des actifs du ruban au recensement de 1926. Malgré nos réserves sur la source, celle-ci confirme une féminisation grandissante et qui se renforce encore dans les décennies suivantes ; dans le quartier de Côte-Chaude, lors du recensement de 1954, 92 % des passementiers sont des passementières. Métier de plus en plus féminin, la passementerie est, jusque dans les années 1920-1930 une activité presque inévitable pour nombre de femmes dans les quartiers rubaniers de Saint-Etienne ou des communes alentour.

Le métier obligé pour beaucoup de Stéphanoises

5« Il fallait apprendre la passementerie ; j’aurais préféré faire autre chose mais il n’y avait pas le choix » nous a déclaré une ancienne ouvrière de Saint-Genest-Lerpt, née en 1904.

6Nous ne disposons pas de données exhaustives à l’échelle de la ville mais, d’après les comptages effectués à partir des recensements de 1872, 1906, 1931 et 1946, pour les quartiers de Côte-Chaude, Valbenoite, du centre-ville et de Solaure, passementières et plus généralement ouvrières en soie arrivent en tête dans les professions déclarées.

7Dans le quartier de Côte-Chaude, le tissage est bien souvent l’unique perspective pour les filles de passementiers mais aussi pour celles des mineurs, au moins jusque dans les années 1930. Là comme à Saint-Genest-Lerpt, l’isolement relatif par rapport à la ville renforce le phénomène. On hésite à envoyer les jeunes filles faire l’apprentissage d’un autre métier qui obligerait à « descendre en ville », dans ce centre ville géographiquement proche, mais mentalement lointain. L’abandon de la passementerie par les hommes se lit bien en 1931 ; l’écart s’est nettement creusé à Côte-Chaude entre hommes et femmes. En 1946, dans ce quartier, le métier est devenu tout à fait résiduel chez les hommes, mais il occupe encore une active sur quatre. Cette présence de plus en plus affirmée des femmes ne signifie pas pour autant une sorte d’hégémonie féminine à tous les niveaux de la profession. En effet, quand on analyse la place qu’occupent les deux sexes aux différentes étapes de la fabrication du ruban, une séparation très précise des tâches et des espaces se dessine, en particulier pour les activités qui se situent à l’amont et à l’aval de la phase du tissage proprement dit.

2 - La séparation des tâches et des espaces

8Le recueil des « Usages corporatifs pratiqués par les industries soumises à la juridiction du Conseil de Prudhommes pour les tisseurs de la ville de Saint-Etienne », rédigé en juin 1899, énumère l’ensemble des professions se rapportant au ruban. Du côté des hommes, ce sont les fabricants, les teinturiers, les mouliniers (il s’agit des patrons) et puis des mécaniciens, liseurs, cylindreurs, moireurs, apprêteurs, gaufreurs, glaceurs de fils, fabricants de peignes, navetiers et autres dessinateurs. Quant aux femmes, elles sont appareilleuses, enfileuses, dévideuses, ourdisseuses, plieuses, caneteuses, découpeuses. La nomenclature fournie par cette liste trace clairement la frontière entre travaux masculins et travaux féminins, à la fois dans la préparation des soies, et dans la phase terminale, une fois le tissage effectué. Il n’y a pas d’ourdisseurs ou de plieurs, ni de mécaniciennes ou de dessinatrices. Hommes et femmes travaillent dans des lieux différents, alors que dans les ateliers de tissage, ils sont ensemble, même si le partage des tâches est codifié selon le sexe.

En amont du tissage

- Aux femmes, la préparation des soies

  • 8 CCISE M, Enquête commerciale..., op. cit.
  • 9 ADL 88 M 7, Travail des femmes et des enfants, 1850-1902.
  • 10 ADL 88 M 19, Procès-verbaux des commissions de surveillance, 1850-1895.

9Quand les soies grèges arrivent en flottes des filatures cévenoles, ou, de plus en plus à la fin du XIXe siècle, d’Extrême-Orient, elles sont tout d’abord traitées dans les moulinages, usines installées souvent le long d’un cours d’eau qui fournit la force motrice, d’où leur implantation fréquente dans les vallées du massif du Pilat. Le travail consiste à donner, par des opérations de torsions, de doublage, une plus grande résistance aux fils de soie. Cette activité est exclusivement féminine, et ce sont de toutes jeunes filles qui, dans les années 1870-1880, travaillent dans les moulinages, plus nombreux dans les environs de Saint-Etienne que dans l’agglomération même. On en trouve cependant quelques-uns en ville : en 1870, deux établissements de taille modeste, ateliers plutôt qu’usines, sont évoqués par le président de la Chambre de Commerce8, l’un dans le quartier du Bas-Treuil, qui emploie dix à douze fillettes de 13-14 ans, l’autre à Valbenoite, avec vingt ouvrières et sept à huit enfants. Ce dernier compte en 1879, parmi ses ouvrières, une fillette de onze ans qui ne sait pas lire. La durée de la journée de travail est de onze heures9. La loi de 1874 sur le travail des enfants et des filles mineures n’est donc pas appliquée mais le patron de l’atelier explique que « les exigences de l’industrie ne permettent pas de faire autrement », argument fréquemment utilisé à l’époque par le patronat rubanier stéphanois. En 1883, les procès verbaux des commissions de surveillance chargées de veiller à l’application de la loi, font état de quatre moulinages où celle-ci n’est pas respectée, les ouvrières étant très jeunes et souvent sans instruction primaire10. Le travail dans les moulinages ne nécessite quasiment pas d’apprentissage et le salaire est faible : en 1870, une ouvrière gagne 1,25 F par jour ; à la même date, une passementière peut gagner 2,50 F, un passementier 4 F ; la discipline est particulièrement rigoureuse : autant de caractéristiques propres à l’emploi d’une main-d’œuvre féminine, jeune, recherchée avant tout pour ce que l’on a appelé parfois sa « virginité sociale ».

10Une fois moulinée, la soie part vers les teintureries, petites usines installées pour la plupart sur les rives du Furan, dans les quartiers de Valbenoite et de la Rivière. Là, les hommes sont majoritaires ; le travail, aux dires des sources écrites et orales, y est sale et pénible. Un rapport de police de 1923 donne pour les dix-huit teintureries recensées dans la ville, le chiffre de 1 088 ouvriers, dont 200 femmes.

  • 11 A. LIMOUSIN, Enquête industrielle et sociale des ouvriers et chefs d’ateliers rubaniers, Saint-Eti (...)

11Comme le moulinage, le dévidage est affaire de femmes. Les dévideuses doivent enrouler le fil de soie, disposé en écheveaux, sur de grosses bobines ou « roquets » qui partiront ensuite vers les ateliers d’ourdissage. Ce travail se fait soit à domicile, soit en atelier : activité pénible à l’époque où l’ouvrière devait actionner son rouet avec le pied, situation que décrit en 1848 Antoine Limousin11 : « Les dévideuses sont les ouvrières les plus malheureuses, exposées aux varices des jambes par la station debout et l’activité continuelle des membres inférieurs ». Cet auteur, au propos parfois misérabiliste, ne noircit cependant pas à l’excès le tableau, puisqu’en 1878 le président de la Chambre de Commerce reconnaît que le travail des fillettes dans les ateliers de dévidage est plus pénible que celui des ouvrières des mines. Les dévidoirs mécaniques installés à la fin du siècle grâce à l’électrification allègent la peine des ouvrières, mais le salaire reste faible. Activité ne nécessitant pas elle aussi d’apprentissage - une semaine tout au plus au début des années 1920 - le dévidage n’est pas tenu pour un métier, à la différence de l’ourdissage.

- L’ourdissage : un vrai métier ?

  • 12 G. CLERC, Passementiers stéphanois en 1912. La crise du ruban, Saint-Etienne, 1913,198 p.

12Cette opération consiste à préparer la chaîne du ruban. Elle s’effectue dans des ateliers installés dans les magasins des fabricants, en général au centre ville. Voici la description qu’en fait Gabriel Clerc en 1912 : « Ourdir la soie, c’est disposer dans un certain ordre les fils de chaîne, c’est-à-dire les fils du ruban envisagé dans sa longueur. L’ouvrière reçoit une feuille d’ourdissage sur laquelle sont notés la couleur, le nombre de fils que doivent recevoir les billots (bobines que le tisseur fixera à l’arrière de son métier). Elle prend autant de bobines qu’il y a de fils de soie à sa disposition. Elle les passe à des broches disposées sur un cadre ; elle réunit tous les bouts de chaque bobine et les encroise avec un fil de coton, qui séparera les pairs des impairs pour éviter qu’ils ne s’embrouillent. Elle fait alors enrouler sur l’ourdissoir (qu’on appelle aussi « la poule ») la longueur fixée par la feuille, puis la relève sur les billots : c’est l’opération préliminaire au tissage exigeant le plus de soin et d’attention12 ». En effet, les fils de soie sont très fins, délicats à manipuler ; la sélection des couleurs doit être rigoureusement conforme aux consignes de la feuille d’ourdissage, la moindre erreur rejaillissant sur le tissage. Aussi l’ourdisseuse doit-elle être adroite, précise dans ses gestes, et douée d’une excellente vue.

Les porteuses de cartons de rubans. - Carte postale de Johannes Merlat
1910 environ, Coll. part.

  • 13 H. GUITTON, L’Industrie des rubans de soie en France, Paris, 1928, 296 p.

13« Une bonne ourdisseuse, c’était une vraie ouvrière, nettement au-dessus de la dévideuse ou de la plieuse » nous a-t-on dit à plusieurs reprises. Les fabricants le savaient bien ; dans une brochure datée de 1921, le Groupe d’Etudes de l’industrie textile constate que « la valeur professionnelle de l’ouvrière joue un rôle prépondérant dans l’utilisation de l’ourdissoir (...). Lorsque la mode est aux ombrés - dégradés de coloris très subtils - ou aux rayés, il convient de faire ourdir par des ouvrières qualifiées ». Cette qualification, tardivement reconnue par les fabricants, est acquise au terme d’un apprentissage qui dure de six mois à un an, soit dans un atelier d’ourdissage, soit, à partir de 1920 à l’Ecole d’Ourdissage fondée par les fabricants au moment où les ourdisseuses commençaient à se faire rares. Là, une vingtaine d’ourdisseuses sont formées chaque année mais « les apprenties ne deviennent utiles qu’à partir du cinquième mois » nous dit Henri Guitton13, indice clair de la complexité de ce travail et de la nécessité d’acquérir ce savoir-faire, ce « coup de main » qui caractérisent l’ourdisseuse.

  • 14 H. DE BOISSIEU, « La rubanerie stéphanoise », in P. PIC et J. GODART (éd.), Le Mouvement économiqu (...)

14Reconnue dans les discours, la qualification des ourdisseuses n’est pas pour autant rémunérée comme telle. Certes, elles gagnent un peu plus que les dévideuses ou les plieuses : 3 F par jour en 1913 d’après Gabriel Clerc, alors qu’une « bonne dévideuse » ne gagne que 2 F à 2,50 F. Mais l’horaire de travail est assez élastique en période de « presse » ; Madame Vivien évoque ces ourdissoirs que l’on apercevait à travers les fenêtres d’une grande maison de la place Marengo : « La nuit, c’était joli, bleu, rouge, on les voyait tourner ». De plus, les ouvrières doivent, selon un usage ancien encore en vigueur dans de nombreuses maisons de ruban jusqu’en 1914, faire de petits travaux annexes comme le port des cartons pour les livraisons, souvent après leur journée de travail, et sans rémunération supplémentaire. Henri de Boissieu décrit en 1901 « ces théories de femmes et de filles portant sous le bras un ou deux cartons : ce sont les employées, plieuses, ourdisseuses, effectuant les livraisons à domicile »14. Dix ans plus tard, Gabriel Clerc insiste sur la jeunesse de ces porteuses de cartons : « Des fillettes de 13, 14, 15 ans, portent des cartons chez les fabricants ou les commissionnaires, toujours deux à deux, en tablier de toile blanche ou grise, des ciseaux pendant aux côtés, se mirant aux glaces, s’arrêtant, déposant leurs paquets sur des bancs, babillant toujours, s’amusant aux riens de la rue, elles s’en vont rieuses et mutines ». Le tableau est charmant, et il est vrai que ces petites employées de magasins avaient peut-être là une liberté de mouvement que n’avaient pas nombre de filles de leur âge.

  • 15 Le Mémorial de la Loire, 28/12/1913.
  • 16 ADL 10 M 101, Affaires politiques, janv.-juil. 1914.

15Le port de cartons, qui pour les fillettes peut avoir des aspects ludiques, est aussi imposé à des femmes, pratique de plus en plus contestée dans les années 1910. Ainsi, en décembre 1913, trois cents ourdisseuses réunies à la Bourse du Travail protestent contre ce qu’elles considèrent comme « des abus, des corvées vexatoires », que plusieurs maisons ont d’ailleurs supprimés15. La protestation, prise en charge par le syndicalisme tisseur, prend la forme d’un appel à l’opinion publique, placardé sur les murs de la ville en mars 191416. L’argumentation syndicale mérite que l’on s’y arrête : plus que l’exploitation économique des ouvrières (obligées de fournir un travail gratuit), c’est la contrainte physique (les cartons sont parfois lourds et volumineux) et les dangers pour l’hygiène et la santé de ces femmes et de leur famille qui sont mis en avant : l’ouvrière, mère de famille est obligée de rentrer tard chez elle, et ne peut donc prendre le temps de préparer un vrai repas. La nécessité de protéger les femmes, y compris contre elles-mêmes, est une constante du langage syndical de l’époque. Mais l’affiche se termine ainsi : « Ouvrières qualifiées, travaillant aux pièces, il n’y a pas de raison qu’on les emploie sans les rétribuer à des travaux autres que ceux pour lesquels elles ont été embauchées ». La qualification est ainsi clairement revendiquée à cette occasion.

16« J’aimais bien le travail compliqué », nous a dit Mademoiselle Borel, ourdisseuse de 1924 à 1973. Née en 1908, troisième d’une famille de quatre enfants, son père, d’abord mineur, est ensuite entré à la Manufacture nationale d’Armes ; sa mère était passementière « chez des patrons ». Juste après le certificat d’études, en 1921, elle fait un apprentissage d’un an chez « des demoiselles », place Mi-Carême, qui avaient trois métiers. Là, elle s’initie au canetage, au dévidage et à l’ourdissage, tout en faisant les courses (au sens de livraisons à domicile). Après un passage à l’usine Forest, elle entre à seize ans à la Maison Staron, place Jacquard, « une maison de nouveautés qui faisait du bel article ». Elle y fait une longue carrière, interrompue durant la Deuxième Guerre mondiale par une année de travail à la Manufacture nationale d’Armes, suivie d’un bref passage dans une autre maison de rubans où elle dit s’être ennuyée car l’on ne faisait que du velours uni. De retour chez Staron, elle devient en 1942 « maîtresse ourdisseuse », la précédente étant décédée ; situation qu’elle occupe jusqu’à sa retraite en 1973.

  • 17 ADL fonds Epitalon, 8 J 200-210, Livres de paie (pliage, ourdissage, recette), 1912-1945.

17Cette demoiselle dont la grande amie, ouvrière dans le même atelier, est aussi célibataire, nous a semblé tout à fait représentative d’un métier où le célibat paraît presque de règle. En effet, les célibataires sont très nettement majoritaires dans les ateliers d’ourdissage du début du siècle. « C’était en général des femmes qui n’étaient pas mariées » nous a-t-on dit souvent. Les livres de paie de la Maison Epitalon confirment cette impression. Ainsi, en mai 1912, les 55 ourdisseuses de la Maison sont toutes célibataires à l’exception - atypique - de la maîtresse. En juillet 1914, sur 43 ouvrières, 4 seulement sont mariées. En revanche, en mai 1919, les femmes mariées sont un peu plus nombreuses, 10 sur 55 ; c’est l’effet de la guerre, période où les femmes de mobilisés ont cherché à s’embaucher, sans doute d’anciennes ourdisseuses ayant abandonné le métier après leur mariage et qui reviennent à l’atelier par nécessité. Si, en mai 1921, la proportion des célibataires est à nouveau écrasante (91,5 %), celles-ci ne dominent plus aussi fortement dans les années qui suivent, même si elles demeurent majoritaires : 69 % de l’effectif en 1926, 59 % en 1932, 54 % en 1936. Mais à cette date, le nombre des ourdisseuses a fondu, à cause de la crise économique : elles ne sont plus que treize ! Le dernier chiffre disponible est celui de 1942 : il n’y a plus que cinq ourdisseuses, toutes célibataires : mais on sait que dans cette période, les femmes mariées ont été invitées à rentrer dans leur foyer17.

18Le célibat des ourdisseuses n’est pas seulement celui de la jeune fille avant le mariage, cas de figure très fréquent chez les ouvrières des moulinages ou chez les dévideuses ; c’est aussi le célibat définitif. Mesurer son ampleur réelle est difficile, faute de sources cohérentes : les livres de paie de la Maison Epitalon ne mentionnant pas la date de naissance des ouvrières, on ne peut connaître leur âge. Certes, les ourdisseuses rencontrées au fil des recensements de Côte-Chaude, toutes célibataires sauf une épouse de mineur en 1931, sont plutôt jeunes, mais l’échantillon est restreint.

19Au début des années 1920, un vieillissement de la profession est constaté, indice de son déclin selon Henri Guitton, qui cite une statistique - sans références précises - de 1178 ourdisseuses dont un tiers ont plus de 50 ans. En mars 1923, Le Réveil des tisseurs voit dans ce phénomène le résultat de la baisse des salaires : « Les jeunes ouvrières se retournent vers des industries plus rémunératrices, il ne reste maintenant plus que des femmes âgées qui elles-mêmes disparaissent peu à peu ». Le déclin du métier dans les années 1920 est associé au recul du ruban façonné, le jacquard, devant l’uni ; pour ce dernier, le travail de l’ourdisseuse n’est effectivement plus aussi fondamental. Le tarif de 1923 prévoit bien un salaire de 12 à 14 F par jour, convenable pour l’époque, mais a-t-il vraiment été appliqué ? Les chiffres soigneusement alignés dans les livres de paie de la Maison Epitalon laissent perplexe par leur diversité. Il est vrai qu’il y a plusieurs types d’ourdisseuses : les journalières, payées comme leur nom l’indique, à la journée ; celles « du dedans », travaillant dans les ateliers ; celles « du dehors », qui ont un ourdissoir chez elles, et les ourdisseuses sur machines ; les ouvrières de ces deux dernières catégories sont peu nombreuses : 6 sur 51 en mai 1919. A l’intérieur de chaque groupe, salaires horaires, journaliers et mensuels varient d’une ouvrière à l’autre ; l’ancienneté dans la maison, le rendement du travail, le nombre effectif de journées de travail (très variable selon les femmes) sont autant de données, qui, combinées, aboutissent à des écarts de salaires qui vont parfois du simple au double. En mars 1926, le salaire mensuel le plus faible est de 200 F, le plus élevé de 580 F, un bon salaire : c’est celui de la maîtresse ourdisseuse. Figure de l’autorité dans l’atelier, ancienne dans la maison, celle-ci est toujours présentée comme une « maîtresse femme ».

20Du moulinage à l’ourdissage, parmi toute ces ouvrières qui participent aux différentes étapes de la préparation des soies, les ourdisseuses sont les seules à exercer une activité qui s’apparente à un véritable métier, même si celui-ci n’est pas vraiment reconnu comme tel par la Fabrique. En effet, il requiert un apprentissage relativement long, il exige des qualités particulières, un savoir-faire. Fe célibat fréquent des ourdisseuses peut-il être mis en relation avec la maîtrise de ce métier ? Plusieurs lectures sont possibles ; le métier, malgré sa rémunération modeste, offre une alternative à l’éventuelle nécessité économique du mariage, mais il et aussi synonyme d’enfermement dans un univers strictement féminin, fortement imprégné de religiosité, où les hommes n’ont guère de place. Tous les récits mentionnent la présence d’autels de la Vierge que l’on fleurissait pour le huit décembre ou durant le mois de mai, dans les ateliers des magasins, mais aussi dans les usines. Cette pratique religieuse, y compris sur le lieu de travail, attestée jusque dans les années 1950, est certes un élément sur lequel le paternalisme des fabricants s’est appuyé, mais on peut l’envisager aussi comme une des composantes irréductibles d’une culture féminine qui s’affirme au XXe siècle autour du fait religieux ; phénomène qui ne concerne pas seulement les femmes de la bourgeoisie, mais traverse l’ensemble de la société.

- Aux hommes, la conception du ruban : dessin, mise en carte, lisage

  • 18 J. SIMON, L’Ouvrière, Paris, Hachette, 1861, 444 p., p. 25.

21Si la préparation des soies est affaire de femmes, hormis l’étape de la teinture, la conception du ruban, c’est-à-dire le dessin, la mise en carte puis le lisage, sont des activités masculines. Sous le Second Empire, Jules Simon s’étonne de l’absence de femmes parmi les dessinateurs de la Fabrique lyonnaise : « On croirait au premier abord que l’industrie du dessinateur pour étoffes est faite exprès pour les femmes. C’est un joli travail sédentaire, peu fatigant, bien rétribué, qui ne demande en apparence que du goût, et qui ne sait mieux que les femmes choisir un dessin ou assortir des couleurs ? »18. Cette situation à première vue paradoxale est vite justifiée : les femmes ont certes du goût, mais, selon Jules Simon, elles ne peuvent « créer » : jugement largement partagé par ses contemporains qui tracent des frontières étanches entre les compétences dévolues à chaque sexe.

  • 19 ADL, CCSE, 13 J, carton 51.
  • 20 AMSE, 1 R 146, 1919.

22Un demi siècle après les observations de l’auteur de L’Ouvrière, la situation n’a guère évolué dans les ateliers de dessin stéphanois qui dépendent, la plupart du temps, d’une maison de rubans pour laquelle ils créent des modèles en exclusivité. Les quelques jeunes filles qui fréquentent les Beaux-Arts sont toutes en dessin général, et aucune femme n’assiste aux cours de dessin de tissage et de mise en carte. Aussi les dessinatrices sont-elles rares dans les ateliers de dessin des années 1930. Pourtant, l’idée de former des dessinatrices en ruban apparaît dès 1899 à Saint-Etienne. En effet, le directeur de l’Ecole des Beaux-Arts constate que la carrière est de plus en plus abandonnée par les hommes, de même que celle de graveur sur armes. Il propose alors, dans une lettre au conseil municipal19, l’ouverture aux jeunes filles d’une profession « toute indiquée pour le sexe féminin ». Après avoir affirmé le droit pour la femme « d’être munie des mêmes connaissances que l’homme », il insiste sur « la position honorable que peut conférer à une femme ce métier qui l’attache à son intérieur (...), lui crée une occupation, dirige sainement son imagination, épure son goût naturel, lui crée un gagne-pain assuré ». La femme a d’ailleurs, selon lui, des prédispositions particulières : « La femme est plus studieuse que l’homme, moins distraite, plus concentrée sur l’occupation par elle choisie. Comme conséquence, elle assimile rapidement et d’une façon durable (...). Le ruban n’est-il pas essentiellement féminin ? Sa destination, ses différentes applications, son désir et sa mode ne sont-ils pas mieux sentis par les femmes ? Pourquoi ne pas la consulter et ne pas lui laisser aussi le soin de le concevoir ? ». Au propos moderniste (l’égalité des sexes devant la connaissance, la nécessité pour une femme de gagner son pain) se mêle l’idée du « métier féminin », mettant en œuvre des « qualités féminines » sur un support féminin, le ruban et dans le cadre rassurant du foyer. La lettre se termine par un programme détaillé d’ouverture de cours « de dessin, plantes, fleurs peintes, modelage, composition, mise en carte, gravure », exclusivement réservés aux jeunes filles et assurés par cinq professeurs. Aucune suite n’est donnée à ce projet dans les dix années qui suivent. Puis, en 1910 et 1911, quelques jeunes filles sont admises dans les cours où le nombre de garçons est stationnaire, voire en baisse. Il faut cependant attendre 1919 pour que s’ouvre « un cours pour les dames de dessin industriel appliqué aux tissus »20.

23Vingt années se sont écoulées entre le projet et sa mise en œuvre, très modeste, puisque la présence de dessinatrices dans les ateliers de dessin stéphanois de l’entre-deux-guerres est bien difficile à déceler. Comment expliquer cette absence des femmes ? Deux hypothèses, en fait complémentaires, peuvent être avancées. Tout d’abord, le dessin de tissage est bien autre chose que le dessin d’agrément : il suppose la maîtrise d’une technique compliquée, à laquelle les femmes, à Saint-Etienne, n’ont pas accès. D’autre part, la profession a vraisemblablement résisté à l’entrée de celles-ci. Mademoiselle Dorel, secrétaire-comptable dans une maison de rubans après la Deuxième Guerre mondiale, se souvient fort bien des difficultés rencontrées par la première dessinatrice entrée dans l’entreprise en 1978 !

Ateliers de la maison Forest vers 1890 (ADL)
en haut : l'ourdissage - en tablier blanc, la « maîtresse-ourdisseuse »
en bas : l'encartonnage - sur le mur du fond, un autel fleuri

24Quand la mise en carte est achevée, les cartes sont envoyées dans les ateliers de lisage. Précisons que cette opération ne concerne que le ruban jacquard. Le lisage comporte plusieurs opérations distinctes : la lecture de la carte et sa traduction par un jeu complexe de cordes, le piquage des cartons, et leur assemblage. Dans la liste des métiers du ruban établie en 1914 par la Chambre de Commerce pour préciser les modalités de paiement de chaque catégorie d’ouvriers, on trouve des liseurs, des piqueurs, et des enlaçeuses. Hormis l’enlaçage qui s’apparente à la couture, le lisage n’est pas un travail de femmes avant la Première Guerre mondiale. Il n’y a pas de liseuses dans les cinq ateliers stéphanois, qui en 1913, selon Gabriel Clerc, emploient en moyenne dix à douze ouvriers. Dans l’entre-deux-guerres, on voit apparaître des liseuses mais, d’après un ancien liseur qui a débuté dans la profession à la fin des années 1930, « il fallait dans un atelier au moins un vrai professionnel qui devait très bien connaître la théorie du tissage », ce qui supposait une formation par les cours de dessin de tissage et de mise en carte, et « c’était donc toujours un homme ». Mais le lisage décline lui aussi dans cette période, car il est directement lié au ruban jacquard ; il n’y a plus que trois ateliers de ce type à Saint-Etienne en 1940.

25La séparation rigoureuse entre travaux féminins et masculins a l’intérieur de la longue phase préparatoire au tissage du ruban se répète de la même façon dans sa phase terminale.

En aval du tissage : aux hommes l’apprêt, aux femmes le pliage

26La nomenclature des métiers de 1914 est encore une fois éclairante. A l’apprêt travaillent des cylindreurs, moireurs, apprêteurs et gaufreurs. Le cylindrage ou calandrage, consiste à faire passer le ruban dans un cylindre chauffé afin de lui donner « tantôt de la force et de la fermeté, tantôt du moelleux, de la souplesse ». L’apprêt a pour but d’augmenter l’épaisseur du tissu par un bain ou une vaporisation de liquide. Quant au moirage, c’est le fait de faire passer le ruban entre des cylindres qui, en écrasant le grain du tissu par endroits, produisent des pleins et des creux sur lesquels joue la lumière, d’où l’effet de moire. Enfin, le gaufrage imprime un dessin sur les rubans, en particulier les rubans de satin qui sont plaqués sur des rouleaux de cuivre gravés et chauffés. Tous ces travaux sont présentés par Gabriel Clerc comme masculins. Les seize maisons d’apprêt qu’il recense en 1913 emploient peut-être quelques femmes, puisque l’on retrouve, au fil des recensements, un petit nombre « d’apprêteuses ». Ce travail n’a rien à voir avec le tissage, il s’apparente plutôt aux manipulations effectuées en teinturerie, travaux sur machines, travaux d’hommes.

27Tout à fait différent par le contenu et les conditions de travail, le pliage, ultime étape de cette longue chaîne du ruban, est en revanche exclusivement assuré par des femmes, dans les magasins de la Fabrique. C’est là que les rubans sont rapportés par les passementiers et passementières, ces dernières étant, nous le verrons plus loin, fréquemment chargées des « courses ». Si le tissage est effectué en dehors de Saint-Etienne, c’est un commissionnaire qui s’occupe du transport. Les rubans sont, à leur arrivée, vérifiés, aunés (mesurés) puis pliés soit sur des « planchettes », cartons plats de forme rectangulaire, soit sur des « tambours », cylindres de bois ou de carton. C’est le travail des plieuses, d’abord à la main au XIXe siècle, puis sur une machine à pédale qui est électrifiée au début du XXe siècle.

  • 21 Groupe d’études de l’industrie textile, tissage, études techniques, Saint-Etienne, 1925, t. II, p. (...)
  • 22 ADL 92 M 160, pièce 21, Grèves de l’industrie textile, 1909.

28Madame Collard, née en 1905, fille d’un ébéniste et d’une domestique, entre à douze ans et demi, à l’automne 1917, chez un fabricant de rubans, rue de la Paix : elle commence par y faire les « courses », montant et descendant à longueur de journée les quatre étages de l’immeuble. Lors de la consultation au Bureau d’hygiène municipal, indispensable pour pouvoir s’embaucher avant treize ans (l’âge légal du travail), le médecin avait déclaré : « les courses, ça lui fera du bien ! » Rapidement, la fillette s’initie au pliage, « on regardait faire les autres », le travail est vite appris. « N’importe qui pouvait le faire », nous a dit Madame Frachon, ancienne passementière, avec une petite pointe de commisération. En 1921, les fabricants reconnaissent qu’il est plus facile de recruter de jeunes apprenties dans le pliage que dans l’ourdissage, l’apprentissage étant moins long et moins difficile21. Les plieuses ont d’ailleurs un salaire inférieur à celui des ourdisseuses. Leur mode de rémunération est différent : à la veille de la guerre de 1914-1918, les plieuses sont payées à la journée et non au tarif, comme dans l’ourdissage. C’est justement l’objet d’un conflit avec les fabricants qui préféreraient la formule du tarif. Ainsi, en avril 1909, les vingt plieuses de la Maison Vallat-Peyronnet, place de l’Hôtel-de-Ville, se mettent en grève car elles refusent le tarif proposé. Leurs arguments : la faiblesse de ce tarif, et surtout le fait que le travail est irrégulier, peu suivi : « Un tarif ne peut exister dans notre corporation, il est contraire à tous les usages » disent-elles22. Les fabricants renoncent à cette idée, mais ils ont toujours la possibilité de laisser chômer leurs ouvrières quand l’ouvrage manque.

29Comme à l’ourdissage, l’atelier est sous la haute main d’une maîtresse, la « maîtresse-plieuse » qui surveille le travail et s’occupe de l’encartonnage, c’est-à-dire du rangement des rubans qui, soigneusement pliés dans des cartons, partent chez les clients. Madame Collard se souvient de « Mademoiselle Louise » ou de « la grande Jeanne », femmes d’âge mûr, qui appelaient les ouvrières par leur prénom, interdisaient de parler en travaillant : « on n’avait pas le droit de parler, alors on chantait ». Chanter pendant le travail, une façon de contourner la rigueur du règlement ou une habitude dans la rubanerie ? Les passementières à domicile disent avoir beaucoup chanté devant leur métier, qui, de plus, donnait la cadence : « l’échantillonneuse avait une belle voix, le dimanche, elle allait écouter les chanteuses sur le cours Victor Hugo et elle rapportait des chansons ; le lundi, on les apprenait à l’atelier ». Cette frénésie de chansons à la mode, Madame Collard l’attribue à la jeunesse de ses compagnes de travail, qui, comme elle, quitteront l’atelier une fois mariées.

30Métier de jeunes femmes célibataires, vite abandonné après le mariage ? ce n’est pas si sûr ; il y a parmi les plieuses de la Maison Epitalon, un pourcentage non négligeable de femmes mariées : elles représentent en mai 1912, comme en juillet 1914, 38 % de l’effectif. Pendant la Première Guerre mondiale, les femmes mariées sont encore plus nombreuses : 46 % en mai 1915, 41 % en mai 1916. Le pliage a pu être vite appris par les femmes de mobilisés. Après la guerre, le nombre des femmes mariées diminue sensiblement, elles ne sont plus que 14,8 % en avril 1920, mais à partir de 1926, et dans les années 1930, célibataires et femmes mariées sont à égalité dans une période où le nombre des ouvrières de la Maison Epitalon se resserre, nous l’avons vu pour les ourdisseuses ; il n’y a plus que 24 plieuses en 1932, 13 en 1936, cinq fois moins qu’en 1912. Moins qualifiées, moins rémunérées que les ourdisseuses, les plieuses sont aussi moins souvent célibataires. Est-ce le signe d’un attachement plus ténu à ce qui ne peut être considéré comme un métier ? Le pliage est surtout une activité d’attente avant le mariage et après celui-ci, un recours, une activité d’appoint, c’est un emploi plus qu’un métier. Par ailleurs, les ateliers de pliage semblent moins imprégnés par l’élément religieux. Madame Collard n’a pas connu, dans l’entre-deux-guerres, de pratiques de dévotion comparables à celles qui nous ont été rapportées à propos des ateliers d’ourdissage. Ces rituels supposent sans doute une stabilité du groupe professionnel qui est moindre au pliage. Moins spectaculaire que chez les ourdisseuses, le célibat reste malgré tout une donnée importante.

- Le magasin : un lieu symbolique de la séparation des sexes

  • 23 Cf. la cartographie de cet espace de la Fabrique par A. Vant, op .cit.

31Le magasin, à Saint-Etienne comme à Lyon, n’est pas un magasin au sens ordinaire du terme : c’est un ensemble d’ateliers (ourdissage, pliage), de bureaux (celui du fabricant, des dactylos, la recette) d’entrepôts (pour les soies, peignes, navettes, cartons fournis aux passementiers) qui sont installés sur un ou plusieurs étages d’un immeuble. Les magasins sont toujours situés au centre-ville dans un espace très circonscrit23.

32En 1910, il y a 200 fabricants à Saint-Etienne dont 180 ne possèdent que les ateliers de pliage et d’ourdissage au magasin, les autres ayant par ailleurs une usine, rarement en ville, plutôt dans les campagnes environnantes comme celle d’Epitalon à Lapte, de Colcombet à la Séauve-sur-Semène, en Haute-Loire. Il y a cependant à Saint-Etienne, outre l’usine Giron, celle des frères Forest. Parmi ces fabricants, il en est d’importants, que nous venons de citer, mais aussi de plus modestes comme celui chez qui a travaillé Madame Collard, entre 1920 et 1933. Le magasin qu’elle nous a décrit était situé au quatrième étage d’un immeuble de la rue de la République, où il occupait deux des quatre côtés de la cour intérieure. Par le grand escalier, on accédait aux bureaux tandis que l’escalier de service desservait les ateliers et la recette. Il n’y avait pas d’atelier de dessin, cette petite maison s’adressant pour ses modèles à des commissionnaires spécialisés.

  • 24 J. SIMON, L’Ouvrière, op. cit., p. 9.

33Le magasin est un espace très cloisonné : « Ça se tenait tout, mais chacun était dans son coin ». Restée treize ans dans la maison, notre interlocutrice n’a jamais pénétré dans l’atelier d’ourdissage, situé dans une autre aile de l’immeuble et d’ailleurs elle n’a pas du tout fréquenté les ourdisseuses qui, pourtant, prenaient le même escalier qu’elle, chaque matin. La seule personne autorisée à circuler d’un atelier à l’autre est « la maîtresse ». L’horizon des ouvrières se limite donc strictement à l’espace de l’atelier, soigneusement balayé et rangé chaque soir, après la journée de travail. Parfois la monotonie des heures est brièvement interrompue par le passage du « grand Jules », le cousin du fabricant qui fait office de commis de barre, c’est-à-dire d’intermédiaire entre le fabricant et les passementiers. Les hommes sont très peu nombreux dans cette maison, il y a l’homme de peine qui monte le charbon, le « grand Jules », et bien sûr le fabricant, dirigeant lointain malgré l’exiguïté des locaux, dont le bureau est le lieu réservé aux fournisseurs et à la clientèle. Fait intéressant, son épouse ne vient jamais au magasin. Jules Simon s’était étonné, à Lyon, de « l’oisiveté des femmes de fabricants, qui n’aident pas leur mari dans leurs comptes, leur correspondance, dans la surveillance des magasins, comme cela se fait avec beaucoup d’avantages dans les autres industries »24. Madame Collard nous a confirmé cette absence de l’épouse, pour enchaîner sur les relations, bien sûr clandestines, qui existaient parfois entre le fabricant et les maîtresses d’ateliers. Dans d’autres récits, le thème de la « promotion des maîtresses » revient fréquemment : réalité objective ou fantasmes complaisamment entretenus à propos de ces femmes dont l’accès à une fonction d’autorité est suspect aux yeux des ouvrières ? Il y a plusieurs lectures possibles : la réaction « de classe » d’ouvrières qui dénoncent sur un mode moraliste celles qui frayent avec le patron, mais aussi et peut-être en même temps le sentiment d’une transgression inadmissible : une femme qui commande est elle vraiment à sa place ? Le partage des rôles entre les sexes est à ce point intériorisé par les femmes elles-mêmes que tout ce qui pourrait le remettre en question devient objet de scandale.

34La rubanerie stéphanoise connaît donc une réelle féminisation au début du XXe siècle, même si la profession, au sens large du terme, était déjà majoritairement féminine au siècle précédent. La place des femmes se renforce encore au moment où s’amorce le déclin irrésistible du ruban : déclin et féminisation vont souvent de pair. La séparation des tâches et des espaces entre les sexes est très évidente à l’amont comme à l’aval du tissage, mais qu’en est-il dans le cadre précis de la « famille-atelier » où hommes et femmes, parents et enfants travaillent ensemble dans l’espace restreint d’une « fabrique » ?

Notes

3 Chambre de Commerce de Saint-Etienne, CCISE, Enquête commerciale sur les traités de 1860. Rubanerie de Saint-Etienne. Rapport des délégués, Saint-Etienne, 1871, 32 p.

4 Enquête citée (sans indication des sources utilisées) par H. BARET, Histoire locale du travail, Saint-Etienne, 1932.

5 ADL 54 M 8, Dénombrement de 1891

6 CCISE, Enquête parlementaire sur les industries textiles. Réponse au questionnaire, Saint-Etienne, 1904, 52 p. Voir également B. REYNAUD, op. cit.. p. 6 et suivantes.

7 M. PERRIN, Saint-Etienne et sa région économique. Un type de vie industrielle en France, Tours, 1937 ; A. VANT, Imagerie et urbanisation. Recherches sur l’exemple stéphanois, Saint-Etienne, Centre d’Etudes Foréziennes, 1981, p. 533.

8 CCISE M, Enquête commerciale..., op. cit.

9 ADL 88 M 7, Travail des femmes et des enfants, 1850-1902.

10 ADL 88 M 19, Procès-verbaux des commissions de surveillance, 1850-1895.

11 A. LIMOUSIN, Enquête industrielle et sociale des ouvriers et chefs d’ateliers rubaniers, Saint-Etienne, 1848, 56 p. p. 19-22.

12 G. CLERC, Passementiers stéphanois en 1912. La crise du ruban, Saint-Etienne, 1913,198 p.

13 H. GUITTON, L’Industrie des rubans de soie en France, Paris, 1928, 296 p.

14 H. DE BOISSIEU, « La rubanerie stéphanoise », in P. PIC et J. GODART (éd.), Le Mouvement économique et social dans la région lyonnaise, Lyon, 1902, p. 96.

15 Le Mémorial de la Loire, 28/12/1913.

16 ADL 10 M 101, Affaires politiques, janv.-juil. 1914.

17 ADL fonds Epitalon, 8 J 200-210, Livres de paie (pliage, ourdissage, recette), 1912-1945.

18 J. SIMON, L’Ouvrière, Paris, Hachette, 1861, 444 p., p. 25.

19 ADL, CCSE, 13 J, carton 51.

20 AMSE, 1 R 146, 1919.

21 Groupe d’études de l’industrie textile, tissage, études techniques, Saint-Etienne, 1925, t. II, p. 96 et suivantes.

22 ADL 92 M 160, pièce 21, Grèves de l’industrie textile, 1909.

23 Cf. la cartographie de cet espace de la Fabrique par A. Vant, op .cit.

24 J. SIMON, L’Ouvrière, op. cit., p. 9.

Table des illustrations

Légende Les porteuses de cartons de rubans. - Carte postale de Johannes Merlat 1910 environ, Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Ateliers de la maison Forest vers 1890 (ADL) en haut : l'ourdissage - en tablier blanc, la « maîtresse-ourdisseuse »en bas : l'encartonnage - sur le mur du fond, un autel fleuri
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search