Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Deuxième partie. Le fil du métier. Hommes et femmes dans la rubanerie

Le fil du métier. Hommes et femmes dans la rubanerie

Texte intégral

  • 1 L’étude la plus récente sur la rubanerie stéphanoise est celle de Brigitte REYNAUD, L’Industrie ru (...)
  • 2 L. REYBAUD, Etudes sur le régime des manufactures. Condition des ouvriers en soie, Paris, Michel L (...)

1La rubanerie est à Saint-Etienne, dans le cadre chronologique de notre étude, une activité essentielle, à la fois par le nombre d'ouvriers et d'ouvrières qu'elle emploie (près d'un ouvrier stéphanois sur trois travaille dans ce secteur à la fin du XIXe siècle) et par l'aspect emblématique qu'elle revêt dans l'imagerie locale1. Nulle part, l'homme ne s'agite avec plus d'énergie et plus de fruit écrit Louis Reybaud en 1859, à propos de Saint-Etienne : « Le mineur dans les villes souterraines (...), l'ouvrier en métaux devant ses forges (...), le passementier enfin, placé là dirait-on par contraste, dont les métiers produisent ces rubans merveilleux, si frais, si délicats, que le moindre contact suffirait pour les froisser »2.

2Variante régionale du grand complexe textile qui s'étend sur le sud-est de la France, le ruban stéphanois occupe d'abord les femmes, à qui sont presque exclusivement réservées les tâches de préparation et de finition : ce sont les ouvrières en soie, moulineuses, dévideuses, ourdisseuses et plieuses ; les passementières, elles, tissent le ruban. L'utilisation du terme de passementerie pour désigner la rubanerie, est un usage local, le passement étant un type particulier de ruban, le galon d'ornementation.

3Alors que les hommes étaient, au XIXe siècle, plus nombreux que les femmes au tissage, le rapport entre les sexes tend à s'inverser au début du XXe siècle, avec l'électrification des métiers, révolution technologique qui renforce, pour un temps, les ateliers familiaux. Ceux-ci offrent un lieu privilégié pour l'étude de la distribution des rôles et des tâches entre hommes et femmes qui s'y côtoient quotidiennement ; ce n'est pas le cas pour les deux autres pôles d'activité stéphanois, la mine et la métallurgie où les femmes sont peu nombreuses.

Notes

1 L’étude la plus récente sur la rubanerie stéphanoise est celle de Brigitte REYNAUD, L’Industrie rubanière dans la région stéphanoise (1895-1975), Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1991.

2 L. REYBAUD, Etudes sur le régime des manufactures. Condition des ouvriers en soie, Paris, Michel Lévy, 1859.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search