Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Première partie. Scolarisation et encadrement des filles : deux modèles concurrents à la fin du xixe siècle

Chapitre I. Les congrégations, un modèle ségrégationniste

Texte intégral

  • 1 Archives Nationales, AN F17 9347, Rapport de l'inspecteur primaire, 31/1/1861.

1En 1861, un inspecteur primaire présentant un bilan des écoles « spécifiques aux filles » dans l’arrondissement de Saint-Etienne, indique que « les populations se montrent généralement moins disposées pour l’éducation des filles que pour celle des garçons (...). Les villes ont confié la direction des écoles communales à l’ordre de Saint-Charles ou de Saint-Joseph (...). Elles n’oublient pas (les religieuses) qu’elles sont appelées à former des mères de famille vertueuses et dévouées (...). Les bonnes méthodes ne sont pas toujours appliquées avec toute l’intelligence désirable ; les progrès sont lents mais incontestables, et les élèves ne quittent les classes qu’après avoir acquis des notions solides sur les principes de la religion »1.

2Forte influence congréganiste, instruction réduite et surtout religieuse, tels sont les caractères dominants de l’éducation des filles à la fin du Second Empire dans le bassin stéphanois. L’esprit du siècle est à la ségrégation. Celle-ci est fondée sur la place spécifique assignée aux femmes dans la société : elle doivent être mères, épouses, ménagères. Pour l’Eglise, les congrégations enseignantes sont l’un des instruments de reconquête de la famille. En 1880, le département de la Loire est l’un de ceux où l’emprise congréganiste est la plus forte, particulièrement pour les filles ; 80,7 % d’entre elles sont dans les écoles tenues par des Sœurs, que l’enseignement soit public ou privé alors que 49 % des garçons sont chez les Frères. Au-delà de l’école, suivie jusqu’à la première communion, cette influence persiste - au moins jusqu’à la Première Guerre - lors de la mise au travail précoce des filles dans les couvents-ateliers et dans les usines-internats. Les ouvroirs, créés après les lois de laïcisation de 1882, et entretenus par les compagnies des Mines du bassin de Saint-Etienne jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre, sont une survivance de cette influence congréganiste. Mais dès le milieu du XIXe siècle, les progrès de la scolarisation des filles montrent que l’idée qu’il faut instruire les femmes, y compris celles des classes populaires, fait son chemin. Au plan national, elle a été soumise à une accélération brutale, par la prise de conscience des retards accumulés avant les lois d’obligation de Victor Duruy en 1867, puis de Jules Ferry au début des années 1880. La demande sociale d’instruction qui émerge dans la première moitié du XIXe siècle est aussi liée au travail des femmes dans l’industrie, qui leur impose de placer leurs enfants pendant les heures de travail ; à Saint-Etienne, cette nécessité s’est fait sentir très tôt.

1 - Le poids de l'enseignement congréganiste pour les filles

Un long monopole au XIXe siècle.

3La présence d’écoles primaires congréganistes est attestée à Saint Etienne dès le début du XIXe siècle : en 1805, le conseil municipal inscrit à son budget des sommes dues « aux dames institutrices des écoles gratuites de filles ». Les Frères de la Doctrine chrétienne s’occupent de cinq cents garçons, et une dizaine de Sœurs de Saint-Charles accueillent sept cents « filles pauvres » dans quatre écoles. Ces religieuses enseignent aux deux tiers des élèves uniquement la lecture et le catéchisme, pour les préparer à la première communion. Une cinquantaine de filles, dans la seconde classe, apprennent la couture. Les garçons, au même niveau, reçoivent un enseignement de mathématiques et s’exercent à l’écriture.

  • 2 Archives Municipales de Saint-Etienne, AMSE 1R74, Rapport au maire, 16/9/1839.

4Au cours du XIXe siècle, le développement des congrégations, moteur de la scolarisation des filles, est favorisé par la politique municipale et par l’action de l’Etat. Les congrégations fondent quatre établissements d’instruction pour les filles pendant le Premier Empire, quatre sous la Restauration, neuf sous la Monarchie de Juillet, huit sous le Second Empire et deux seulement entre 1870 et 1874. Ces congrégations répondent à une demande sociale forte, qui a émergé dès le début du siècle : « Le conseil municipal est débordé par l’ampleur d’un mouvement que personne n’avait pressenti ». Les Sœurs elles-mêmes font part à la mairie des plaintes incessantes des parents « dont elles sont obligées de recevoir les filles », ce qui aboutit à une surcharge des classes : en moyenne 126 élèves en 18392. En trente ans, le nombre d’élèves est ainsi multiplié par trois, en raison de la croissance de la ville et de l’offre de travail industriel pour les femmes, spécialement dans la rubanerie. Les congréganistes ont donc un monopole de fait, né de la confiance des familles et de l’abandon aux mains des religieuses, par la municipalité, de l’enseignement gratuit pour les filles pauvres, moyen sûr et économique. Ce monopole soulève cependant des oppositions dès 1841, et une méfiance persistante se manifeste au conseil municipal à l’égard des religieuses. Trop grande indépendance, et surtout incompétence : tels sont les deux griefs principaux qui leur sont faits en permanence, jusqu’aux décisions de la municipalité républicaine de 1865 qui crée des écoles laïques. En 1863, dans la ville de Saint-Etienne, 87,5 % des 6500 filles qui fréquentent les écoles, sont instruites par les Sœurs. A l’exception d’un école protestante, toutes les écoles publiques sont congréganistes. Un petit nombre d’élèves (732) sont dans des écoles privées, qui n’ont souvent qu’une seule classe, et sont tenues par des laïques.

Les « écoles sauvages » des Béates

  • 3 AN F17 10455, pièce 508.
  • 4 F. BUISSON, Dictionnaire de pédagogie et a enseignement primaire, Paris, 1887, Première partie, to (...)

5A ces statistiques scolaires échappent cependant les rassemblements d’enfants autour « de personnes pieuses et charitables », les Béates. « Leur nom - déclare le recteur de l’académie de Dijon - vient de ce que l’on considère comme bienheureuses ces jeunes personnes qui renoncent au monde pour consacrer leur vie au Seigneur »3. Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, les activités des Béates ont beaucoup préoccupé les autorités administratives, rectorales ou ministérielles. Le pédagogue Ferdinand Buisson leur consacre plusieurs pages dans son Dictionnaire de pédagogie de 1887, considérant que les Béates appartiennent à la catégorie des « écoles sauvages »4. Leurs cas a surtout été étudié pour le département de la Haute-Loire, où elles étaient très nombreuses : 882 sont recensées en 1880, qui instruisent alors 16 785 élèves, dont 12 215 filles. Une part notable de la population féminine stéphanoise du XIXe siècle, originaire de Haute-Loire, a été en partie formée par ces « saintes femmes ».

6Leur origine remonte à la fin du XVIIe siècle quand, sous l'impulsion du directeur du Séminaire du Puy-en-Velay, des filles ayant accompli leur noviciat au sein de la Congrégation de l’Enfant Jésus, sont envoyées dans les quartiers urbains, puis dans les campagnes, pour enseigner le catéchisme aux enfants des deux sexes, et l’art de la dentelle aux filles. Le statut des Béates est ambigu, car elles n’ont pas prononcé de vœux : un quart d’entre elles sont même des laïques, et n’ont pas fait de noviciat. Mais elles sont les auxiliaires des curés dans les campagnes où elles disent les vêpres, les offices de Carême, de l’Avent, et du mois de Marie. Elles gardent aussi les malades, s’occupent de médecine et de pharmacie, veillent et enterrent les morts. Précieuses dans une région au climat rude, où la mauvaise saison est longue, elles sont appréciées des populations rurales qui les nourrissent et les logent en leur cédant ou en leur construisant une petite maison, propriété de la communauté villageoise, reconnaissable à la cloche qui en surmonte le toit. Les Béates vivent d’une mince rétribution scolaire. Elles enseignent aux filles la lecture, le catéchisme, et la dentelle. Tous les mois, elles « relèvent » les dentelles, et vont les vendre au Puy, en même temps qu’elles font un jour de retraite dans leur congrégation. Instruments de christianisation des campagnes, « femmes qui aident » dans les villages, elles remplissent les fonctions d’institutrice, de contremaîtresse et d’infirmière. Mais elles sont vigoureusement dénoncées à la Chambre des députés en 1879, car elles représentent, pour l’administration républicaine, un frein à la scolarisation et à la laïcisation de l’enseignement féminin.

  • 5 J. PERREL, « L'enseignement féminin sous l'Ancien Régime. Les écoles populaires en Auvergne, Bourb (...)
  • 6 Archives Départementales de la Loire, ADL T 1546, Rapport de l'inspecteur primaire 2/3/1880.

7La présence des Béates est attestée dans la Loire, non seulement dans le sud rural du département (campagnes du mont Pilat, monts du Forez, canton de Saint-Bonnet-le-Château), mais aussi dans le bassin industriel stéphanois : au Chambon-Feugerolles, à Firminy, à Roche-la-Molière, à Saint-Genest-Lerpt, les Béates sont aux portes de la ville industrielle. Il semble que, comme à Sainte-Florine, aux confins de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, la présence de leurs établissements soit liée aux compagnies minières5. Ainsi le local de La Malafolie, au Chambon-Feugerolles, appartient-il en propre à la Compagnie des Mines : la Béate y assure la lecture et le catéchisme. En 1880, l’inspecteur primaire note dans son rapport que la tenue, la propreté et la discipline sont médiocres, et « l’enseignement nul »6. Selon ce rapport, les locaux s’apparentent à une chapelle : dans toutes les classes, au fond de la pièce, se dresse un autel fermé par un rideau blanc pendant l’horaire scolaire. Les fillettes s’assoient sur des bancs, et il n’y a pas de tables. Le soir, surtout au mois de mai, les habitants s’y réunissent pour la prière. Ulcéré, l’inspecteur primaire conclut que dans ces écoles, « tableaux noirs, cartes de géographie et tableaux d’histoire naturelle sont inconnus ; on n’y trouve que les tableaux du chemin de croix ». La fréquentation est irrégulière. Les fillettes apprennent à lire dans la Bible et le catéchisme, mais ignorent les premières opérations de l’arithmétique. Ici, la couture et la broderie remplacent le travail de la dentelle.

8On retrouve constamment, dans les appréciations des inspecteurs primaires, le thème de l’ignorance des Béates ; ils estiment généralement qu’elles n’assurent qu’une simple garderie religieuse dans une « chapelle-école ». Celles-ci font de fait concurrence aux écoles de hameaux dont la création a été décidée en 1882. L’installation des Béates aux portes de la ville industrielle surprend. En fait, elles sont un instrument commode et peu coûteux pour garder et catéchiser, avant leur entrée dans les usines, les filles d’une population minière non encore stabilisée, et marquée par ses origines rurales, particulièrement dans le canton du Chambon-Feugerolles proche des plateaux vellaves. Avec la disparition progressive des Béates à partir de la fin du XIXe siècle dans le bassin industriel, les compagnies des Mines prennent elles-mêmes en main cette activité, et organisent des ouvroirs, animés eux aussi par des religieuses. Mais les Béates continuent à s’occuper des très jeunes enfants, au moins jusqu’à la Première Guerre, dans les cantons ruraux proches.

Catéchisme et lecture, finalités de l’éducation des filles

  • 7 ADL T 1565, Circulaire du Ministre de l'Instruction publique et des Cultes au Préfet de la Loire, (...)

9Les écoles religieuses représentent le paradigme de l’éducation pour les jeunes filles telle qu’elle est définie au XIXe siècle par la hiérarchie catholique, de Monseigneur Dupanloup au pape Pie IX ; une éducation morale et religieuse devant régénérer la société par l’intermédiaire des femmes. Cette préoccupation est aussi celle que le gouvernement avait exprimée au moment du vote de la loi Falloux, rappelée peu après dans une circulaire au préfet de la Loire : « Il est inutile de rappeler ici que l’un des plus grands intérêts de la société est d’aider à la sécurité du foyer domestique par une religieuse et saine éducation donnée aux filles (...) Ce but dont l’utilité est incontestable ne peut être atteint que par la propagation rapide des écoles de filles »7.

10Cet enseignement est différencié et hiérarchisé selon les classes sociales : ce ne sont pas les mêmes ordres religieux qui instruisent les Demoiselles et les filles du peuple. Leur adaptation aux différentes couches sociales peut expliquer en partie le succès des congrégations. Les Sœurs de la Visitation à Saint-Etienne, les Ursulines à Saint-Chamond, accueillent en internat, sur le mode conventuel, les jeunes filles de la bonne société. Il s’agit de pensionnats payants, pour une quarantaine d’élèves, que les parents placent ici, pour vivre loin du monde, dans l’exercice des vertus chrétiennes, selon un modèle diffusé depuis la Contre-Réforme. La grand-mère paternelle de l’académicien Jean Guitton (natif de Saint-Etienne), fille de rubaniers, a ainsi glissé du couvent dans le mariage : figure particulièrement sévère, devenue mère d’une nombreuse famille, alors que sa vocation semblait initialement toute religieuse. Les Sœurs de Saint-Joseph et de Saint-Charles se consacrent, en externat gratuit, à l’instruction des couches sociales moins aisées.

  • 8 AN F 17 9347, Rapport de l'inspecteur primaire, 31/1/1861.
  • 9 AMSE 1R 74, Rapport de l'inspecteur primaire au maire, 3/1871.

11Les pratiques réelles à l’intérieur de ces écoles sont difficiles à percevoir : il n’en subsiste que peu de traces dans les archives écrites. Les conditions d’enseignement, qui sont mieux connues, permettent cependant d’évaluer les modalités de cette éducation. L’immense majorité des institutrices congréganistes n’a pas de formation ; il n’y a pas d’Ecole normale de filles dans la Loire avant 1882. Depuis l’ordonnance du 23 juin 1836, mise à part une brève période en 1848, la lettre d’obédience tient lieu de brevet de capacité pour les congrégations autorisées ; un accord du recteur demandé par la Mère supérieure, et un certificat de bonnes mœurs du maire, telles sont les pièces qui suffisent pour enseigner. En 1878, dans la première circonscription de Saint-Etienne, 90 % des institutrices congréganistes n’ont pas le brevet de capacité. L’absence de formation nuit sans doute à la qualité de l’enseignement. Mais un inspecteur note que « si les Sœurs laissent parfois à désirer sous le rapport de l’instruction et de l’aptitude, elles y suppléent par leur zèle »8. Un autre obstacle est la surcharge des classes : 126 élèves en 1839, 80 élèves par classe vingt ans plus tard, 73 encore en 1865. L’efficacité de l’enseignement dispensé dans ces conditions peut paraître illusoire. En 1865, un incident - une punition corporelle signalée parce qu’elle entraîne une enquête du commissaire de police - est un de ces « signes, traces, pistes » dont parle l’historien italien Carlo Ginzburg ; une Sœur, excédée, assomme une fillette à coups de sabots. La surcharge des classes est bel et bien une constante, et un frein objectif à une instruction efficace. S’y ajoute un absentéisme chronique. Les inspecteurs dénoncent l’insouciance des parents qui autorisent à leurs enfants de fréquentes absences, en particulier dans le quartier du Soleil. En mars 1871, un pointage dans les écoles stéphanoises relève que ne sont présents que trois garçons sur quatre, et deux filles sur trois9. Cette distorsion entre inscription et fréquentation, particulièrement marquée pour l’élément féminin, souligne le caractère aléatoire des effets de la scolarisation, y compris en ville. L’instruction, même gratuite, est une charge pour les familles, puisqu’elle les prive d’une aide, ce qui explique nombre de départs précoces - vers neuf ou dix ans -, en particulier chez les garçons, embauchés très jeunes comme « petits aides », y compris par les compagnies minières. La fréquentation irrégulière est très marquée chez les filles : certaines fillettes suivent uniquement le catéchisme, en vue de la première communion, et se dispensent des autres leçons avec l’autorisation de la Supérieure.

  • 10 ADL T 1546, Rapport du 26/2/1880.

12D’après les inspecteurs primaires qui vont dans les classes et interrogent les élèves pour vérifier les acquisitions, dans toutes les écoles de filles, le système métrique et les opérations sont négligés. Lecture et catéchisme sont les deux axes fondamentaux des apprentissages. Mais « la lecture qui est convenable pour la prononciation est parfois insuffisante pour le sens des mots ». Égrènement du chapelet, récitation des prières au début et à la fin des classes (parfois aussi au milieu), questions-réponses stéréotypées du catéchisme, cantiques très fréquents - particulièrement au mois de mai pendant lequel les dévotions mariales sont nombreuses -, tous ces éléments composent la base d’une éducation fondée plus sur la répétition que sur la compréhension. « L’éducation est convenable, mais l’instruction négligée », concluent les rapports d’inspection. La situation s’aggrave particulièrement lorsqu’on s’éloigne de la ville vers les limites du bassin industriel : à Unieux et dans la vallée de l'Ondaine, à Roche-la-Molière, à Rive-de-Gier et dans les autres villes-usines du Gier, « l’instruction est en souffrance »10.

Le retard de l’alphabétisation des filles

  • 11 A. LIMOUSIN, Enquête industrielle et sociale des ouvriers et chefs d’ateliers rubaniers, Saint-Eti (...)
  • 12 AMSE 5 14, Tableau des pourcentages d'hommes et de femmes sachant signer au mariage en 1881.

13Enquêtant en 1848 chez les rubaniers stéphanois, A. Limousin soulignait déjà que parmi « tous ceux sachant lire et écrire, combien peu sont capables de tirer les fruits d’une lecture ! Combien ne comprennent pas le sens ni la valeur des mots qu’ils prononcent ! ». A cette date, d’après le comptage fait par les passementiers eux-mêmes, 17 % des femmes savaient lire et écrire, et 25 % savaient lire seulement. Plus d’une femme sur deux ne lisait ni n’écrivait : « Mais nous ne craignons pas d’affirmer que parmi ceux qui savent lire et écrire, ils savent généralement former des lettres pour en faire des mots ; mais il n’y en a pas 10 sur 100 qui soient capables de rédiger à peu près une lettre »11. Ce savoir, quand il n’est pas entretenu par une pratique constante et courante de la lecture et de l’écriture, périclite : les études récentes sur l’illettrisme confirment ces hypothèses. Les statistiques établies en 1881 par le Bureau d’Hygiène de la ville de Saint-Etienne, montrent qu’il y a deux fois plus de femmes que d’hommes qui ne signent pas leur acte de mariage : 145 femmes (soit 16 % des conjointes) contre 70 hommes (8 % des conjoints) qui ont quitté l’école entre 1864 et 1869, et ne savent pas encore signer le jour du mariage12. Pour celles et ceux qui l’ont fait, le sens à donner à cette signature peut être discuté : la qualité des signatures permet de distinguer ceux et celles qui ont une maîtrise constante de l’écriture, de ceux et celles qui ne l’ont pas. Les travaux de François Furet et de Jacques Ozouf montrent qu’en 1866 Saint-Etienne partage avec Brest et Perpignan le « privilège » des taux les plus élevés de personnes sachant seulement lire, parmi les villes de plus de 20 000 habitants ; même si le taux d’analphabétisme est un peu inférieur à celui de la cité industrielle voisine de Firminy. On peut dès lors classer Saint-Etienne dans le groupe des villes, de l’Ouest et du Sud surtout, où l’irrégularité de la fréquentation scolaire, le rendement médiocre des classes surchargées, le travail industriel précoce, et l’occupation des mères dans le travail artisanal ont freiné l’alphabétisation des filles. L’obligation scolaire et les lois limitant le travail des enfants, en imposant l’instruction dans certaines familles, vont provoquer le mouvement décisif qui permet d’achever le processus d’alphabétisation des filles, et de scolarisation élémentaire de tous les enfants. Le poids des congrégations, les structures économiques et sociales du bassin industriel se conjuguent donc pour expliquer le décalage stéphanois au début des années 1880, par rapport aux moyennes nationales.

La première communion, terme de l’enseignement catholique

14L’instruction chrétienne inculque aussi une discipline du corps et de l’esprit. La prière et la confession régulièrement répétées visent à développer l’humilité envers Dieu, la douceur, la tempérance dans l’expression de la joie et des désirs. Pour que les discours soient intériorisés, ils doivent s’appuyer sur les techniques du corps - l’incorporation d’un habitus, selon les termes de Bourdieu - matérialisées par exemple dans les classes par l’usage du claquoir, instrument fait de deux plaquettes de bois reliées par une charnière qui permet de donner des commandements (y compris ceux des exercices scolaires) et de faire évoluer les élèves, souvent très nombreuses, en silence. Son utilisation dans les écoles religieuses stéphanoises a été confirmée jusqu’au milieu du XXe siècle.

  • 13 Abbé SALESSE, Histoire du pèlerinage et du sanctuaire de Valfleury, Saint-Etienne 1886, p. 47

15Entre religion prescrite et religion vécue, le décalage peut être grand, mais le culte marial, qui connaît son âge d’or au milieu du XIXe siècle, a, semble-t-il, contribué à forger un univers féminin spécifique. Les oratoires dédiés à Marie fleurissent dans les écoles, sur les places et dans les ateliers. Les pèlerinages consacrés à la Vierge connaissent une grande affluence, comme à Valfleury, près de Saint-Chamond13, où la statue de Notre-Dame est une des premières couronnées par le pape en 1860 (après Notre-Dame du Puy, et Notre-Dame-des-Victoires de Marseille, en 1853). La ville de Saint-Etienne et le canton de Saint-Chamond lui sont consacrés le 16 avril 1873. La célébration du mois de mai, caractéristique de la piété ultramontaine, galvanisée par la proclamation de l’immaculée Conception en 1854, connaît une grande faveur à Saint-Etienne. Au-delà des écoles, elle se poursuit tardivement dans les ateliers et les usines. Marc Giron, héritier d’une dynastie de manufacturiers stéphanois du textile - leur manufacture est fondée en 1820 -, le confirme lors d’un entretien effectué en 1984 : (...) « Ordinairement, dans chaque atelier, il y avait un petit oratoire avec la statue de la Vierge illuminée au mois de mai ; j’ai entendu y réciter le chapelet avant la Deuxième Guerre ». Madame Joly, née en 1914, ancienne raseuse de velours interrogée en 1982, rappelle que « les ouvrières de Giron avaient une heure, le huit décembre, pour visiter les chapelles des autres ateliers ; et au mois de mai, on faisait dire le chapelet aux jeunes, chacune son tour (...) ». Ce culte de la Vierge est stimulé par les apparitions successives (comme à La Salette en 1846), qui deviennent des lieux de pèlerinage : elles contribuent à l’élaboration d’un univers du merveilleux. La Vierge, figure de femme à la fois chaste et mère, représente un idéal qu’on tente d’approcher, ne serait-ce que par la robe de première communiante, dont l’usage se développe dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Élèves d’une institution religieuse, alignées devant la statue de la vierge
Carte postale du début du XXe siècle – Coll. part.

  • 14 P. PIERRARD, L'Eglise et les ouvriers en France, 1840-1940, Paris, 1984.

16« Les parents envoient leurs filles à l’école dans le but unique de faire la première communion », écrit, en 1873, un inspecteur primaire après une visite dans une école des Sœurs de Saint-Joseph, à Izieux, où une Sœur, « capable et zélée », s’occupe uniquement de l’instruction des pensionnaires payantes, mais dispense à toutes le catéchisme. En effet, le terme normal de l’enseignement catholique est la première communion : l’affirmation est unanime dans la seconde moitié du XIXe siècle. Pierre Pierrard a dit cependant la difficulté à recenser le nombre d’enfants ouvriers qui faisaient effectivement leur première communion14 : valable dans le Nord, la remarque s’applique aussi au bassin stéphanois. La seule mention chiffrée concerne l’école d’Unieux, près de Firminy, fondée par la famille des maîtres de forges Dorian, et dirigée par une institutrice protestante. L’inspecteur primaire y fait pour cette raison une visite approfondie en 1873 ; il précise dans son rapport que sur les 72 élèves que compte la classe, 10 sont protestantes, et 13 préparent effectivement leur première communion, parmi lesquelles 6 seulement sont capables de réciter correctement le catéchisme, qui est pourtant enseigné en classe. Les règlements scolaires des écoles publiques laïques rendent compte cependant, de l’importance de cet acte social et religieux. L’article 7 du règlement de 1880 stipule que « les élèves seront envoyés au catéchisme pour les exercices religieux en dehors des heures de classe (...). Toutefois, dans la semaine qui précède la première communion, l’institutrice autorisera les élèves à quitter l’école aux heures où les devoirs religieux les appellent à l’église ». Cette tolérance dans les écoles laïques est liée à la pression sociale, compte tenu de l’importance de la pratique de la communion, et sans doute aussi de la concurrence entre écoles laïques et écoles congréganistes.

  • 15 C. LEPROUX, Monographie du passementier stéphanois, Saint-Etienne, 1909, p. 12

17Au XIXe siècle, la cérémonie elle-même devient de plus en plus complexe. Elle est consacrée à la Vierge, précédée par une retraite et des séances intensives de catéchisme. Dans la procession qui précède la messe, les fillettes, vêtues d’une robe et d’un voile de tulle qui évoque celui des mariées, portent des cierges de hauteur et de grosseur différentes selon la fortune des parents : à Saint-Etienne, ville du ruban, les ceintures sont particulièrement ouvragées. Mais la première communion est aussi un rite d’initiation, le passage de l’enfance à l’état de jeune fille : passage déterminé par l’usage et légitimé en 1882 par les bornes de l’obligation scolaire. A la fin du XIXe siècle, cette cérémonie est une sorte de passeport obligatoire pour être embauchée dans nombre d’ateliers ou manufactures textiles. Le recul de l’âge de la première communion, à onze ou douze ans, qui est généralisé dans les diocèses français au milieu du XIXe siècle, a pu, indirectement, faire reculer l’âge de la mise au travail industriel pour les filles. Dès la fin du siècle, la première communion marque souvent un terme à la pratique religieuse. Charles Leproux en visite, en 1909, chez un passementier qui a deux enfants - un fils né en 1888, une fille née en 1891 -, s’entend dire que « les aînés ont fait leur première communion, mais comme une simple formalité, pour faire comme tout le monde, et pour éviter toute critique. Depuis, ils n’ont plus fréquenté les milieux religieux »15. Au XXe siècle, ce sont désormais l’obligation scolaire et le certificat d’études primaires qui jouent le rôle de borne entre l’école et l’atelier.

2 - Encadrement et mise au travail précoce : Le role des religieuses

18Les témoignages oraux qui traitent des réalités sociales de l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950 rendent compte des choix limités qui sont proposés aux jeunes filles de l’agglomération industrielle au sortir de l’école primaire : c’est la barre (du métier à tisser), ou l’ouvroir des religieuses, où l’on apprend la couture, la broderie, et où l’on prépare son trousseau. Ceci est surtout vrai dans le cas des jeunes filles pour qui l’éloignement de la grande ville et la pression d’une famille nombreuse constituent une contrainte majeure. Le modèle ségrégationniste du XIXe siècle perdure donc partiellement jusqu’au milieu du XXe siècle. La place qu’ont tenue les religieuses, à partir de 1840, dans les modalités de la mise au travail précoce des filles, paraît essentielle : cette place peut être centrale, dans les couvents-ouvroirs, ou annexe, dans les usines-internats.

Le couvent-ouvroir, substitut de la puissance paternelle

19La mise à sac des couvents de la ville de Saint-Etienne lors des manifestations ouvrières d’avril 1848 a révélé la concurrence que représentait, aux yeux des ouvrières de la ville, le travail effectué par les religieuses et leurs pensionnaires. Ces manifestations de luddisme, où métiers à tisser et ourdissoirs ont été brûlés (ainsi que les fenêtres et portes matérialisant la clôture), ont respecté la propriété privée, puisqu’aucune maison particulière n’a été attaquée. Les objets du culte ont aussi été respectés, mais avec un détournement de leur sens : les femmes les plus actives de la manifestation se sont approprié les crucifix et les statues de la Vierge du couvent de la Providence, et les ont promenés jusqu’au centre ville en l’honneur du Christ, symbole de charité et d’humilité.

  • 16 AMSE 2 Q 48, Lettre de la Supérieure au maire, 2/5/1838.

20Il semble cependant que la part du travail dans l’activité des couvents ait été surestimée par les manifestants de 1848 ; en effet, il ne vient qu’en complément de la fonction principale de l’établissement qui est l’éducation religieuse et la « régénération morale », comme le montre l’exemple du couvent du Refuge. Ce sont les religieuses de l’ordre de Saint-Joseph qui créent ce couvent dans le quartier de Tardy, avec autorisation municipale en date du 12 août 1839. Leurs objectifs sont de « recueillir toutes les filles que la misère a conduites à la débauche, et qui mènent publiquement une vie déréglée (...), de détruire le goût et l’habitude de la corruption et de donner celle du travail et d’une conduite régulière »16. Le taux d’encadrement est important : environ une Sœur pour deux pensionnaires. Les ressources du Refuge sont les subventions municipales, la dot des religieuses, les dons et legs des particuliers, et le produit du travail fait en commun. Le refuge de Saint-Etienne est affilié à la Congrégation première de Rome, consacrée au culte de la Vierge souffrante (Notre-Dame-des-Sept-Douleurs). La place accordée aux pratiques ascétiques dans les pratiques de rééducation est considérable, et vise à créer, au sens fort de la formule, une seconde nature. L’entreprise rencontre un grand succès : le nombre des pensionnaires et des religieuses double en une décennie, et les locaux sont plusieurs fois agrandis.

  • 17 AN BB 18 1456 (4604), Rapport du Procureur du Roi, 31/10/1847.

21En 1847, les pratiques des religieuses du Refuge sont dénoncées dans un journal parisien, La Démocratie pacifique. Sous le titre « Séquestrations odieuses », l’article déplore les conditions d’entrée au Refuge, souvent à l’initiative de dames patronnesses qui ne demandent pas toujours leur consentement aux parents. Il dénonce les punitions exercées par les Sœurs : « Le corset de force descend à peu près à mi-cuisses, les manches en sont très longues ; quand il est attaché, la victime a les mains un peu croisées sur le ventre, elle ne peut prendre à boire ni à manger ; quelquefois cet instrument trop serré meurtrit les chairs et cause des plaies. On a dans le cachot de l’eau et de la soupe ; mais ne pouvant faire usage de ses mains, la recluse est obligée d’attendre qu’on la fasse manger, comme les petits enfants. Dans le cachot, comme si le corset et la faim ne suffisaient pas, les captives ont une coiffe dont les attaches leur passent dans la bouche comme le mors des chevaux. Le cachot a quatre ou cinq pieds de large sur six ou sept de long, tout au plus ; il est planchéié et presque neuf. On l’a construit parce que l’ancien était tout bonnement bâti sur le sol humide et que plusieurs de ces prisonnières, qui cependant n’ont jamais paru devant la justice, y ont contracté des infirmités incurables. Quelquefois, à titre de châtiment, on met un corset en grosse toile aux jeunes filles qui ne sont pas au cachot. Ce corset ne torture pas autant que l’autre (...) ». Une description qui évoque, bien sûr, Surveiller et punir de M. Foucault. Le procureur du Roi, chargé de l’enquête consécutive à la parution de cet article, confirme les principaux faits décrits17. Il précise que les pensionnaires sont enfermées en application de l’article 375 du Code civil dans le cadre de la « période de correction » sur demande des parents, ou en cas d’inconduite notoire. Il n’y a donc ni enlèvement, ni séquestration comme le journal l’a écrit, mais application stricte de la loi. L’emploi du temps établi par le procureur montre que, après un lever matinal (quatre heure et demie en été, cinq heures en hiver), la journée est consacrée alternativement aux prières et au travail, dans le silence le plus absolu, à l’exception des cantiques. Aucune sortie, ni contact avec l’extérieur : la visite des parents est autorisée une fois par mois, en présence d’une religieuse. Les punitions vont du mauvais point à la chaise d’infamie au milieu de l’atelier. Les cas les plus graves, comme l’insubordination, sont sanctionnés par le cachot et le corset de toile, qui ôte l’usage des mains : c’est le seul aspect qui paraît intolérable au procureur. Pour le reste, il estime que cette « maison est d’un grand secours à Saint-Etienne, atelier plutôt que ville qui renferme une grande population ouvrière ». Le Refuge et ses dispositifs de coercition sont à l’évidence l’un des éléments de l’entreprise de normalisation des « classes dangereuses », centrée sur la moralité des femmes.

  • 18 AMSE 2 Q 48.

22Mis à sac en avril 1848, le couvent du Refuge ne transforme pas les modalités d’accueil des pensionnaires, mais réorganise la nature des travaux effectués : selon le règlement de 1853, « il n’est pas possible que les jeunes personnes travaillent la soie », mais fonctionnent des ateliers de lingerie, de blanchisserie et de repassage. Les religieuses « ne doivent accepter aucun travail à plus bas prix que les ouvrières de la ville ». Cependant, la fonction première de l’établissement n’a pas changé : c’est la moralisation du peuple, et le remplacement des parents « impuissants à retenir leurs filles sur les pentes du vice »18. Une fiche de présence de février 1885 permet de comprendre pourquoi, à cette date, des filles entrent au Refuge : ce sont des filles de quinze à dix-huit ans, pour lesquelles on a constaté l’absence provisoire ou définitive du père. Celui-ci peut être décédé, séparé de la mère, ou commis-voyageur, ou « en Italie ». On peut citer le cas de Rosine Allary, placée au Refuge à 15 ans : sa conduite pose à ses parents de graves inquiétudes. Le sieur Allary est cantonnier, sa femme est malade, il ne peut exercer lui-même la surveillance nécessaire. Il faut attendre les lois sur l’obligation scolaire et l’interdiction des congrégations enseignantes pour constater un changement : les filles (elles sont quatre-vingt-dix en 1906) ne sont plus admises qu’après treize ans. Mais certaines formes de l’enfermement traditionnel persistent : à la veille de la Première Guerre, les entrantes s’engagent par écrit à rester jusqu’à l’âge de 21 ans. Quelques-unes restent au Refuge toute leur vie ; peut-être ont-elles trouvé là une forme de sécurité. La clôture initiale s’est cependant progressivement assouplie, et la surveillance est devenue moins rigoureuse : en témoigne la baisse du taux d’encadrement, qui renvoie également à la crise des vocations religieuses. En 1906, on ne compte plus qu’une dizaine de religieuses pour un peu moins d’une centaine de pensionnaires. En 1926, le Refuge est transformé en « foyer d’accueil pour les jeunes filles isolées » qui travaillent à Saint-Etienne, et qui paient pension.

  • 19 D. SCHNAPPER, « La correction paternelle et le mouvement des idées », Revue Historique, 1980, p. 3 (...)

23L’exemple du Refuge, à la fois significatif et tout à fait exceptionnel par sa rigueur, montre par quels moyens peut s’exercer la puissance paternelle telle que l’a définie le Code Napoléon. La statistique générale des prisons révèle, à l’échelle nationale, que les filles sont proportionnellement plus « corrigées pour leur inconduite » que les garçons : alors qu’elles ne représentent que 10 à 20 % des prévenus des Tribunaux correctionnels ou des Cours d’assises entre 1846 et 1914, elles sont 41 % des 74 090 mineurs qui subissent la correction paternelle, dans laquelle s’était spécialisée la Congrégation du Refuge. Cette pratique tombe peu à peu en désuétude à partir du début du XXe siècle : la scolarisation accrue fait diminuer le « vagabondage des filles »19. L’Etat, avec la loi du 22 juillet 1912 qui institue les tribunaux pour enfants, prend la succession du père pour le châtiment des mineures. Le rôle des religieuses dans ce domaine s’amenuise donc. Mais dans le cas stéphanois, il semble bien que l’évolution des mentalités ait été lente et tardive ; ce décalage est peut-être à mettre en relation avec des structures familiales qui, dans la population ouvrière stéphanoise, sont largement héritières d’un monde rural encore largement patriarcal.

Une survivance tardive : les ouvroirs des Mines

24Selon la Revue du Diocèse de Lyon de juillet 1899, les ouvroirs et ateliers de charité occuperaient, dans l’arrondissement de Saint-Etienne, 2 000 jeunes gens et jeunes filles. Ce nombre est sans doute surestimé, puisqu’en 1893 une liste officielle des ouvroirs et orphelinats patentés dans ce même arrondissement ne comprend que dix établissements, avec environ 500 filles, et un établissement accueillant une trentaine de garçons. Traditionnellement, les orphelins et orphelines, dès leur plus jeune âge, sont placés dans des ouvroirs où leur travail paie leur nourriture. Au Chambon Feugerolles, ville de métallurgie traditionnelle, les orphelins fabriquent des clous ; à Saint-Etienne, ils réparent des chaussures. Quant aux filles, plus nombreuses, elles cousent ou blanchissent du linge, sous la houlette des religieuses. Madame Collard raconte par exemple que sa mère, née en 1872, orpheline jeune dans une famille de six enfants est placée chez les sœurs, à l’orphelinat de Valfleury. Elle doit accomplir chaque jour une tâche précise terminée parfois à la bougie.

  • 20 ADL Archives des Houillères, dossier H 562.

25Mais le phénomène le plus intéressant est celui des ouvroirs ouverts par les Compagnies des Mines, après la loi de laïcisation de 1882, et qui subsistent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale20. Seules les filles des ouvriers ou des veuves de mineurs, munies de leur certificat de communion, sont admises entre 13 et 15 ans, à l’ouvroir qui répond à une triple vocation : moraliser la famille ouvrière, y maintenir la tradition chrétienne, éviter l’embauche précoce à la mine ou dans les fabriques avoisinantes. Pendant onze heures par jour, à la fin du XIXe siècle, huit heures dans les années 1930, les jeunes filles apprennent à coudre, à raccommoder et à repasser, soit pour la Compagnie, soit pour leur propre famille. A partir de la deuxième année, si elles effectuent des travaux pour la Compagnie (confection de vêtements de travail pour les ingénieurs et contremaîtres, entretien du linge des hôpitaux des Mines, confection de rideaux pour les bureaux, etc.), elles peuvent se constituer un pécule qui est versé sur un livret de caisse d’épargne par la Mère supérieure, et qui leur est remis lorsqu’elles quittent l’ouvroir. Le travail est entrecoupé de cantiques, de récitations du chapelet, et de lectures de l’Evangile. Le catéchisme y est dispensé trois fois par semaine par un prêtre, souvent rémunéré par la Compagnie. Le nombre de filles qui fréquentent chacun de ces ouvroirs est constant jusqu’à la Première Guerre : entre 25 et 35 apprenties. Puis il baisse au lendemain de la guerre ; l’ouvroir de Roche-la-Molière, qui s’apparente plus à une œuvre paroissiale, n’est alors fréquenté que par une quinzaine de filles, mais celui de Lachau, à Firminy, fonctionne comme un vrai centre d’apprentissage pour une soixantaine de lingères et brodeuses. En 1928, l’accent est désormais mis, à l’ouvroir de Roche, sur l’éducation ménagère : balayage, cirage, repassage, et aussi, à partir de la deuxième année, sur les travaux de lingerie et broderie. Cette réorganisation, qui coïncide avec la crise économique (précoce dans le bassin stéphanois) et la raréfaction du travail industriel, explique la croissance rapide des effectifs : on passe de 20 apprenties en 1928 à 80 en 1935. Pendant la Deuxième Guerre, les effectifs des ouvroirs gonflent jusqu’à tripler : un nouveau centre est alors ouvert dans la cité de Beaulieu, à Roche-la-Molière. Subventionnés par l’Etat, les ouvroirs se sont désormais transformés en écoles ménagères.

26Les ouvroirs des Houillères, qui existent jusqu’à la nationalisation, au lendemain de la Deuxième Guerre, ne concernent qu’un nombre limité de jeunes filles. Leur action est localisée aux zones minières de Roche-la-Molière, de Firminy et du Soleil à Saint-Etienne. Leur existence est cependant un indice de la persistance durable de l’influence de l’Eglise dans l’éducation des filles, au-delà de l’obligation scolaire légale. Elle témoigne également de l’alliance traditionnelle entre le charbon et le goupillon, sans aucun doute favorisée par la présence massive d’ouvriers polonais à partir de la Première Guerre, qui ont conservé des pratiques religieuses vivaces. Par contraste, la part des entreprises sidérurgiques ou métallurgiques dans l’organisation ou le financement des ouvroirs ou des activités liées à l’éducation religieuse des filles est négligeable sur la longue durée. Quant aux entreprises textiles, elles n’interviennent pas, au-delà des pratiques religieuses tolérées voire favorisées à l’intérieur même de certains ateliers.

27L’ouvroir constitue donc une survivance minoritaire, mais tardive, de la ségrégation des sexes ; celle-ci est cependant battue en brèche par la mise en place, dès la fin du XIXe siècle, d’un réseau scolaire quasiment à l’identique pour les filles et les garçons, aussi bien pour l’enseignement primaire que pour le post-primaire.

Notes

1 Archives Nationales, AN F17 9347, Rapport de l'inspecteur primaire, 31/1/1861.

2 Archives Municipales de Saint-Etienne, AMSE 1R74, Rapport au maire, 16/9/1839.

3 AN F17 10455, pièce 508.

4 F. BUISSON, Dictionnaire de pédagogie et a enseignement primaire, Paris, 1887, Première partie, tome second, articles Haute-Loire (p. 1650-1652) et Loire (p. 1644).

5 J. PERREL, « L'enseignement féminin sous l'Ancien Régime. Les écoles populaires en Auvergne, Bourbonnais, Velay », Cahiers d'Histoire, 1978.

6 Archives Départementales de la Loire, ADL T 1546, Rapport de l'inspecteur primaire 2/3/1880.

7 ADL T 1565, Circulaire du Ministre de l'Instruction publique et des Cultes au Préfet de la Loire, 19/8/1850.

8 AN F 17 9347, Rapport de l'inspecteur primaire, 31/1/1861.

9 AMSE 1R 74, Rapport de l'inspecteur primaire au maire, 3/1871.

10 ADL T 1546, Rapport du 26/2/1880.

11 A. LIMOUSIN, Enquête industrielle et sociale des ouvriers et chefs d’ateliers rubaniers, Saint-Etienne, 1848, p. 42

12 AMSE 5 14, Tableau des pourcentages d'hommes et de femmes sachant signer au mariage en 1881.

13 Abbé SALESSE, Histoire du pèlerinage et du sanctuaire de Valfleury, Saint-Etienne 1886, p. 47

14 P. PIERRARD, L'Eglise et les ouvriers en France, 1840-1940, Paris, 1984.

15 C. LEPROUX, Monographie du passementier stéphanois, Saint-Etienne, 1909, p. 12

16 AMSE 2 Q 48, Lettre de la Supérieure au maire, 2/5/1838.

17 AN BB 18 1456 (4604), Rapport du Procureur du Roi, 31/10/1847.

18 AMSE 2 Q 48.

19 D. SCHNAPPER, « La correction paternelle et le mouvement des idées », Revue Historique, 1980, p. 319-349.

20 ADL Archives des Houillères, dossier H 562.

Table des illustrations

Légende Élèves d’une institution religieuse, alignées devant la statue de la viergeCarte postale du début du XXe siècle – Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search