Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Première partie. Scolarisation et encadrement des filles : deux modèles concurrents à la fin du xixe siècle

Scolarisation et encadrement des filles : Deux modèles concurrents à la fin du xixe siècle

Texte intégral

1Dans l’histoire de l’éducation, la question de la discrimination à l’égard du sexe féminin a été formulée de manière relativement récente. L’ouvrage fondateur à cet égard est celui d’E. Belotti, Du côté des petites filles, traduit en français en 1974, qui insiste sur la reproduction par les mères et les institutrices, d’un modèle d’éducation incitant à la passivité et à la soumission. Cependant, dès 1968, Antoine Prost avait souligné dans son Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, l’inégalité des sexes à l’école primaire au XIXe siècle et la spécificité de l’enseignement secondaire féminin. Dix ans plus tard, Maurice Crubellier insiste, lui, sur l’importance des autres lieux de socialisation et d’éducation : la famille, la communauté villageoise ou le quartier urbain. D’après son analyse, l’école est pour les filles, malgré un certain décalage chronologique avec les garçons, le terrain de l’égalité voire de la confusion des sexes.

2L’historiographie de l’éducation, guidée par les sources, a emprunte deux voies majeures : le registre du quantitatif et celui des nombreux textes réglementaires et des manuels scolaires. Mais les statistiques scolaires n’ont pas toujours été interrogées dans leur mode de fabrication : ainsi, l’enseignement privé et particulièrement celui qui était réservé aux filles, a été sous-estimé dans la première moitié du XIXe siècle puis surestimé dans la seconde, lors de la lutte entre l’Eglise et l’Etat républicain. Par ailleurs, l’apprentissage d’un rôle peut-il se mesurer à l’aune des discours véhiculés par les manuels scolaires ? On ne connaît pas l’usage qui était fait de ces livres par les maîtresses et par leurs élèves, d’où la difficulté d’étudier l’impact de ces textes normatifs sur une réalité complexe et mouvante.

3Malgré ces réserves sur les sources, les archives étudiées dans le cadre du bassin stéphanois, nous ont permis d’établir une chronologie qui voit se succéder un modèle plutôt ségrégationniste né dans le giron de l’Eglise catholique puis une nouvelle forme d’encadrement des filles mise en place par la municipalité de Saint-Etienne et par l’Etat, à partir de 1865. Cette volonté politique est relayée par une demande sociale qui va grandissant, les familles manifestant le désir de voir leurs filles accéder à l’instruction.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search