Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Introduction

Texte intégral

  • 1 G. DUBY et M. PERROT (eds), Histoire des femmes en Occident, 5 tomes, Paris, Plon, 1991-1992, trad (...)

1Une histoire des femmes est-elle possible ? La vaste fresque dirigée par Georges Duby et Michelle Perrot intitulée Histoire des femmes en Occident1, vient de fournir une belle réponse à cette question, longuement débattue depuis une quinzaine d’années. Elle donne en outre sa légitimité à ce champ nouveau de la recherche historique, dans lequel s’inscrit notre étude.

2Dans un premier temps, nous avons cherché à retrouver les traces des Stéphanoises qui n’avaient guère de place dans l’historiographie d’une ville, Saint-Etienne, souvent associée au noir de la mine, au rouge des grèves ouvrières et plus récemment au vert du stade de football, univers d’hommes par excellence. Nous voulions faire un état des femmes sur la longue durée, du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe, autour de trois domaines, le travail, la maternité, le quotidien, de façon à repérer les permanences mais aussi les transformations qui les affectent dans une ville de la première révolution industrielle, encore marquée, au tournant du XXe siècle, par les origines rurales d’une grande partie de sa population.

3Les interrogations très contemporaines sur la question de l’identité, de l’évolution des rapports entre les sexes, l’apport des autres sciences sociales comme l’ethnologie ou l’anthropologie, nous ont amenées à infléchir la démarche initiale en introduisant les notions de culture et de représentations, essentielles pour l’étude des comportements et des itinéraires féminins mais aussi masculins. Dès lors, il ne s’agissait plus de décrire, de manière impressionniste, la situation des femmes stéphanoises, envisagées comme un groupe dont on pourrait cerner les contours en l’isolant du reste du corps social. Nous avons au contraire voulu analyser comment, dans un espace-temps donné, - le temps des apprentissages, celui du métier, le temps de la maternité - pouvaient naître des potentialités, jouer les rapports entre hommes et femmes, se dessiner des parcours de vie à l’échelle des individus, mais aussi du groupe familial. Il s’agissait de comprendre, dans cette perspective, comment fonctionnent la séparation entre les sexes (qui n’est pas forcément la ségrégation), le partage des rôles et des pouvoirs et les hiérarchies implicites ou explicites qui les accompagnent. Ici l’histoire des femmes s’infléchit vers celle des relations entre les sexes. On sait, grâce à de nombreuses recherches, en particulier anglo-saxonnes, qu’elles sont en grande partie des constructions sociales dont on peut faire l’histoire. L’étude diachronique, sur une période relativement longue, de 1880 à 1950, permet ainsi de repérer les permanences, les évolutions voire les ruptures, d’où le cadre chronologique qui s’étend de la naissance de l’égalité scolaire à celle de l’égalité civique entre hommes et femmes.

4Avec le temps des apprentissages, nous avons privilégié la place de l’école comme facteur de changement dans les années 1880-1900. En analysant la mise en place d’une infrastructure scolaire pour les filles, nous nous proposons de mesurer le poids de l’encadrement religieux puis l’impact des transformations induites par l’intervention de l’Etat. Nous voulons aussi interroger la question-clé de la séparation/ségrégation entre filles et garçons, qu’il convient de relier à la demande sociale d’éducation de la part des familles.

5Au tournant du XXe siècle, les femmes sont de plus en plus nombreuses dans l’univers professionnel de la rubanerie, grâce à l’électrification des métiers. Cette révolution technologique offre un terrain propice à l’analyse des transformations des relations entre hommes et femmes dans le cadre des ateliers familiaux, où espaces de vie et de travail sont profondément imbriqués. On voit alors se dessiner les partages réels et imaginaires du masculin et du féminin, le respect ou non de la codification des rôles, les moments, les occasions de glissements.

6Expérience essentielle dans la vie d’une majorité de femmes, la maternité est au centre d’une culture féminine parfois idéalisée par l’ethnologie contemporaine. Dans la France de l’entre-deux-guerres, marquée par les craintes officielles de dépopulation, mères et enfants font l’objet d’une attention accrue de la part des autorités. Le maintien tardif, à Saint-Etienne, de l’accouchement à domicile malgré une importante infrastructure hospitalière, nous a intriguées et nous avons voulu l’expliciter en partie par l’enquête orale, en recueillant le point de vue des mères et des sages-femmes.

7Les parcours professionnels des accoucheuses s’intègrent au dernier volet de l’étude, consacré à des vies de travail et à des carrières professionnelles de femmes, de l’entre-deux-guerres aux années 1950. La sage-femme exerce l’un des rares métiers traditionnellement féminins qui bénéficie d’une reconnaissance sociale. Quant aux ouvrières et employées de la Maison Casino, une entreprise stéphanoise fort connue, nous nous proposons de mettre en lumière, à travers une approche structurelle de leurs parcours professionnels (effectuée aussi pour les hommes), les mécanismes de répartition des emplois, des qualifications, de la promotion, selon le sexe et d’examiner comment jouent pour les femmes l’effet maternité, le célibat ou encore le capital scolaire.

8Au fil de cette recherche, l’analyse des pratiques sociales tient une place essentielle mais nous avons également tenté d’appréhender les décalages qui se dessinent entre celles-ci et les représentations qui en sont données : c’est ici qu’interviennent plus particulièrement les enquêtes orales, une source précieuse même si elle doit être utilisée avec précaution. Le champ du symbolique et les rapports complexes qu’il entretient avec la réalité qui le nourrit, constituent une référence constante quand on s’attache à l’étude des relations entre hommes et femmes.

9Cette recherche n’aurait pu être menée sans le soutien d’Yves Lequin qui a dirigé ce travail et de Michelle Perrot, initiatrice de l’histoire des femmes en France. Nous voulons aussi remercier toutes celles et tous ceux, qui, à Saint-Etienne, nous ont accompagnées et particulièrement les personnes qui ont accepté de nous livrer une part de cette mémoire individuelle et collective qui est aussi matériau de l’histoire. Notre gratitude va aussi à Françoise Thébaud qui a largement contribué à la publication de cet ouvrage.

10N.B. Cet ouvrage est la version abrégée d’une thèse d’Histoire pour le Doctorat de l’Université Lumière-Lyon 2, soutenue en mars 1988. Nous renvoyons au tapuscrit original pour le texte complet, les développements méthodologiques et l’appareil scientifique.

11Pour préserver l’anonymat des personnes interrogées et des familles reconstituées, à l’exception des personnalités connues comme Antoine Pinay, tous les patronymes utilises ont été choisis parmi les plus courants dans les recensements de la population.

Notes

1 G. DUBY et M. PERROT (eds), Histoire des femmes en Occident, 5 tomes, Paris, Plon, 1991-1992, traduction française de Storia delle donne, Rome-Bari, Laterza, 1990.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search