Version classiqueVersion mobile

Le Premier Rimbaud

 | 
Steve Murphy

X. Chorégraphie du Balai

Texte intégral

  • 1 Manifeste du Surréalisme, Gallimard, 1970, p. 47.
  • 2 Cité par E. Gaubert, op. cit., p. 47.

Et je ne parle pas de la conscience poétique des objets, que je n'ai pu acquérir qu'à leur contact spirituel mille fois répété.
André Breton1
Selon moi, ce qui distingue M. Coppée, c'est justement le merveilleux outil qu'il emploie. On dirait qu'il n'a passé par le groupe parnassien que pour exercer sa forme et la rompre à toutes les difficultés. Il est le seul qu'aucun mot n'embarrasse. Il fait tout entrer dans son œuvre. Il a des trouvailles de simplicité adorable, il descend sans platitude aux détails réputés jusqu'ici les moins poétiques.
Emile Zola2

1Lors d'une brillante analyse du premier vers du Balai rimbaldien, Jean-Pierre Chambon affirma que l'on devrait « pousser l'analyse du poème dans son entier ». Et l'auteur d'ajouter : « nous croyons savoir que Steve Murphy s'y emploiera sous peu » /1985, 65 n. 11/. Les soupçons de l'éminent lexicographe étaient justifiés, comme l'attestent les quelques lignes qui suivent et qui constituent, nous l'espérons, un mode d'emploi du balai zutique.

Le Balai
C'est un humble balai de chiendent, trop dur
Pour une chambre ou pour la peinture d'un mur.
L’usage en est navrant et ne vaut pas qu'on rie.

Racine prise à quelque ancienne prairie
Son crin inerte sèche : et son manche a blanchi,
Tel un bois d'île à la canicule rougi.
La cordelette semble une tresse gelée.
J'aime de cet objet la saveur désolée
Et j'en voudrais laver tes larges bords de lait,
O Lune où l'esprit de nos Sœurs mortes se plaît.
F. C.

  • 3 Breton, op. cit., pp. 14-15.
  • 4 Baudelaire, Œuvres complètes, t. II, p. 617 : « Je crois que l'art est et ne peut être que la repro (...)

2Dans ce dizain, Rimbaud reprend son inépuisable filon coppéen. Le sceau de la poésie de Coppée étant le réalisme — « la clarté confinant à la sottise, la vie des chiens », disait Breton en commentant « l'attitude réaliste3 » — Rimbaud en décèle les coordonnées et les implications de classe. Malgré le jugement de Zola, Coppée ne pouvait tout faire entrer dans ses poèmes et Rimbaud ausculte les lacunes, distorsions et interpellations tacites de son idéologie. De fait, cet objet, on ne peut plus réel pourtant, n'échappe-t-il pas à l'emprise du réalisme de Coppée ? Confirmation, si l'on veut, de l'avis de Baudelaire, suivant lequel le réalisme était largement incapable de poursuivre le réel même dans ses aspects les plus matériels4.

3Or, le balai témoigne d'une tradition littéraire digne d'intérêt. En diachronie, on citera la superbe Méditation sur un balai de Swift (et, par un glissement métonymique, l'hymne taxonomique à la gloire des torcheculs de Rabelais) et Le Balai, poëme héroï-comique en XVIII chants (1761) de Dulaurens. En synchronie, on peut relever aussi l'omniprésence de balais dans la caricature républicaine. Il s'agit d'un défi thématique résolu, d'une « nature morte » dans l'esprit zutique. Ce dizain à la louange du balai, digne du recueil ultérieur des Dixains réalistes où Nouveau, Cros et autres écorchaient le réel de Coppée, s'insère dans un réseau important d'allusions à des objets imputables aux « Intérieurs » poétiques de leur ami en voie d’embourgeoisement. De l'irrigateur subodoré par Cros/AlbZ 167/aux instruments insolites mis en scène dans Les Remembrances du vieillard idiot, les ustensiles hygiéniques ne manquent pas à l’appel. Au-delà de l'humour le plus nettement potachique, tenant à l'irruption incongrue de ces objets dans le monde rigoureusement désinfecté de Coppée, le poème représente une agression de plus contre l'image d'Epinal du foyer, continuant une polémique ouverte dans Les Etrennes des orphelins.

  • 5 « Vous avez craché sur l'âme, comme rien ! », « Eh bien ! n'est-ce pas, vous ? Merde à ces chiens-l (...)

4Jean-Pierre Chambon a observé que le vers « C'est un humble balai de chiendent, trop dur », pose un problème métrique. Lu normalement, le premier vers du dizain ne contient qu'onze syllabes au lieu de douze. Pour assurer l'intégrité de l'alexandrin, il faut diviser le mot chiendent de manière cocasse, par une diérèse surprenante. On rappellera à cet égard la vocalisation peut-être dialectale de ri-en et de chi-ens dans Le Forgeron/v. de Cornulier 1982, 145-146 n. 1/5. Le résultat phonétique serait, selon Jean-Pierre Chambon, [š i-ε d ã], poussant le lecteur vers « une seule lexie, rigoureusement imprononcée, balai de chiotte »/Chambon 1985, 57/. Cependant, Jacques Cellard et Alain Rey soupçonnent le mot chiottes de dater d'environ 1880/CellR 184-185/. Serait-ce pour cette raison que cette « lexie » s'avère « rigoureusement imprononcée » ? En fait, il convient plutôt de se méfier de la datation proposée assez dubitativement par Cellard et Rey. Quoi qu'il en soit, le mot blanchi, à la rime, constitue assurément un autre indice suffisamment éclairant.

5On remarquera en passant que la subtilité de Rimbaud consiste ici à refouler non des signifiés, mais des signifiants, en laissant en vue toutefois les éléments graphiques ou phoniques des solutions : tactique de la lettre volée de Poe. Telle est d'ailleurs exactement la feinte montrée par Marc Ascione et Ida Zajdel dans Oraison du soir, où des variantes sur le mot bière émaillent le sonnet sans que le signifiant y apparaisse en toutes lettres. Antoine Fongaro commente en ces termes l'interprétation de Jean-Pierre Chambon :

Pour Le Balai, il faudrait être bouché à l'émeri pour ne pas y voir à la première lecture le balai de chiottes /1988, 53 [1986]/.

6L'objectif de l'exégèse critiquée était loin cependant de porter sur cette identification d'un signifié (« les suggestions du dizain pouvant même être jugées un peu lourdes », observait Jean-Pierre Chambon).

7A propos de la diérèse de chi-endent, Jean-Pierre Chambon ajoutait qu'elle sollicite « une analyse, partielle, d'un lexème insécable en synchronie », dans la mesure où « l'analyse chien-dent "dent de chien" n’est accessible qu'en diachronie ». Autrement dit, si l'on nous permet une paraphrase béotienne, le lecteur de l'époque n'a pu attribuer aux mots chiens et dents visibles dans chiendent une quelconque pertinence contextuelle. Nous avons cependant l'intuition que les zutistes, fort capables de démonter et de disséquer un dizain de Coppée, pouvaient tout aussi bien casser le mot chiendent pour en retirer la substantifique moelle. Pourquoi les chiens et les dents n'auraient-ils pas ici droit de cité ? Comme pour confirmer notre hypothèse, le poème suivant de l'Album zutique a pour sujet un « pitoyable caniche » qui semble « déshonore[r] / L'honnête race du toutou ! ».

  • 6 Rabelais, dernier chapitre de Pantagruel et Queneau, Exercices de style (s.v. homéotéleute).
  • 7 C. Courouve, op. cit., p. 106 et n. 2.

8Là où le quasi infaillible lexicographe se méprend, selon nous, c'est en proposant la transcription phonétique [š i - Ɛ d ã] et surtout en niant la pertinence des chiens et des dents. Il a, certes, mille fois raison d'y voir le verbe chier et donc balai de chiottes, surgissant de la diérèse, mais la décomposition (chien + dent) du mot chiendent est permise par la présence du mot canicula, utilisé plus loin. On aura déjà mis en accusation, sans doute, le -cule affiché du mot. On sait qu'il s’agit d'une combinaison de lettres fort affectionnée par la littérature satirique, de Rabelais jusqu'à Queneau. Qu'il nous suffise de citer celui-là : « sçavoir est articulant, monorticulant, torticulant, culletant, couilletant et diabliculant, c'est-à-dire callumniant » et celui-ci : « Un jour de canicule sur un véhicule où je circule, gesticule un funambule au bulbe minuscule, à la mandibule en virgule et au capitule ridicule »6. Ce genre de « blague » s'automatise, de sorte que Verlaine métamorphosera le titre de Baudelaire, Crépuscule du matin, pour en faire Prépucecul du matin /VB 1 105/. Germain Nouveau verra dans éculer un substitut convenable d'enculer7. Comment oublier, par ailleurs, le verbe absorculer utilisé par Rimbaud dans la « lettre de Laïtou » de mai 1873 ? Ici encore, on ne saurait négliger l'aiguillage scato-sémantique de ce suffixe.

9Au vrai, le lecteur n'aura probablement pas trop de mal à trouver le chien dans cani-. Canicula, nom latin de l'étoile Sirius qui a donné son nom par métonymie à la canicule estivale, signifie en effet « petite chienne ». D'où, par fausse extrapolation morphologique...

m.

f.

chien

chienne

chat

chatte

chiot

*chiotte

  • 8 René Crevel, Les Pieds dans le plat, Jean-Jacques Pauvert, 1974, p. 154.

10Cellard et Rey ont observé que chez Céline, le signifiant chiots possède le même sens que chiottes/CellR 184-185/. Chez René Crevel, on trouve le calembour « Les chiots aux chiottes »8.

11Notre interprétation canine de la canicule est confirmée par un poème publié par Léon Valade et Albert Mérat dans Avril, Mai, Juin (1863), « source » ou pré-texte important qui a pu passer inaperçu de la critique, sans doute parce que Le Balai lui-même a été négligé. En effet, avant d'écrire La Mort des cochons avec Verlaine, et avant la composition du Sonnet du Trou du Cul par Verlaine et Rimbaud — attribué à Mérat — Valade et Mérat avaient publié ce sonnet curieux, empreint, dirait-on, d’un style d'ores et déjà coppéen :

Canicule
Le soleil darde à plomb... La voûte des berceaux
Aux faiblesses d'amour prête une ombre immorale.
Tout Paris, alangui, fait de la pastorale
Et s'éprend tout de bon pour les petits ruisseaux !

Au nez des chiens hardis qui boivent dans les seaux
La lune épanouit sa face sépulcrale.
— L'esprit fort, arrêté devant la cathédrale,
Songe qu'on est au frais sous les profonds arceaux...

  • 9 V. notre explication de la douce ombre dans Etat de siège ?

L’honnête homme, en passant sous leur muraille sombre,
Jalouse les coquins : — parce qu'ils sont à l’ombre9 !
— Dans les bains à trois sous beaucoup d’exploits se font...

  • 10 Léon Valade, Œuvres. Poésies. Avril, Mai, Juin. - A Mi-Côte, Lemerre, 1887, p. 84.

Et dans son parc touffu, sous les chênes superbes,
L'austère homme d’Etat trouve un charme profond
A se mettre à plat ventre et le nez dans les herbes10.

12Dans ce sonnet où se combinent le réalisme et la caricature, Valade et Mérat laissent subodorer on ne sait trop quels exploits bizarres et associent le chien à la canicule, à la lune, à des seaux.

  • 11 Nisard croyait en effet qu'il fallait prononcer [ʃ j ε - 1 i]. Fait pour le moins curieux, si Nisar (...)

13Quant au terme chiendent, il faut préciser que le zutiste se devait de le prononcer, à l’instar de chienlit11, [š i - ã - d ã] : la diérèse suggère la coprophagie (« chie-en-dents »), trait cynique par excellence du chien. Les dents ressurgissent donc « en synchronie ». Relisons Le Chien et le flacon, de Baudelaire, où le narrateur invective un chien qui a méprisé un flacon du plus merveilleux parfum :

— Ah ! misérable chien, si je vous avais offert un paquet d'excréments, vous l'auriez flairé avec délices et peut-être dévoré. Ainsi, vous-même, indigne compagnon de ma triste vie, vous ressemblez au public, à qui il ne faut jamais présenter de parfums délicats qui l'exaspèrent, mais des ordures soigneusement choisies.

14Le chien paraît avoir suscité à l'époque de nombreuses images scatologiques. Le narrateur aime en effet la saveur du balai. Impossible de négliger, dans le contexte de chiendent, le sens premier du mot : « Qualité perçue par le sens du goût » (Petit Robert). « Blague » que Coppée n'aurait pas appréciée, dans un goût tout à fait zutique.

15Cependant, Le Balai ne prétend-il pas assumer un rôle hygiénique ? Dans ce contexte impérieux, il faut rappeler que laver est pour ainsi dire l'étymon de latrine (lavare lavatrina latrine). Cela nous amène d'ailleurs à relire quelques vers des Poètes de sept ans :

[...] L’été
Surtout, vaincu, stupide, il était entêté
A se renfermer dans la fraîcheur des latrines :
Il pensait là, tranquille et livrant ses narines.

Quand, lavé des odeurs du jour, le jardinet
Derrière la maison, en hiver s'illunait,
Gisant au pied d'un mur, enterré dans la marne [...]

16L'enchaînement, comme d'autres que nous avons déjà examinés, se fait par le biais de pivots linguistiques.

  • 12 Gautier, Lettres à la Présidente, pp. 36-37. V. aussi De Landes, op. cit, s.v. racine.

17Le Coppée du dizain ne demande pas la lune mais, plus entreprenant, rêve d'en laver les larges bords de lait à l'aide de son balai, lui conférant de la sorte une indéniable dignité cosmique. Ce vœu subit une manière de relecture psychanalytique, profitant d'autres significations de lune. La lune sous-entendue est simultanément, ou alternativement, le cul et la lunette sanitaire. Les bords de lait peuvent être ceux des fesses (v. Sonnet du Trou du Cul) ou les rebords blancs de la cuvette. Mais la fonction grammaticale indécise de « de lait » permet en outre de laver ces bords de la lune avec du lait, le balai étant conçu ainsi comme un instrument phallique éjaculant des larmes séminales entre les fesses de l'aimé[e] — ce dernier e étant hautement invraisemblable. Le mot manche (v. 5) possède une signification obscène traditionnelle, comme l'observe Delvau : « Manche (Le). Le vit, que la femme empoigne quand elle désire en être cognée »/DelvEr/. Ainsi, le syntagme son manche a blanchi peut laisser sous-entendre qu'il a blanchi quelque chose, cette transitivité potentielle s'accordant avec les larmes de lait séminal qui peuvent, effectivement, blanchir l'objet du désir. L'analogie avec le bois d'île (bois des Iles, exotique ?) paraît s'expliquer par un changement de couleur. Cette coloration rouge produite par la canicule paraît présupposer l'interprétation canine et scatologique du mot, plutôt que son acceptation météorologique. Le mot racine possède souvent le même sens phallique que manche (sous-entendu), comme par exemple chez Gautier : « il faut attendre une vacance ou se tenir au bord du con, sa racine à la main, pour la planter [...] »12. Le crin de cette racine représenterait donc les poils pubiens. L'anthropomorphisme porte, comme dans Etat de siège ?, sur les tendances de Coppée à essayer d'élever tout ce qui est humble, pour lui conférer un statut poétique et donc noble.

  • 13 Paul Ducatel, Histoire de la Commune et du Siège de Paris vue à travers l'imagerie populaire, éd. J (...)

18Dans Un Fils, dans Les Humbles, Coppée évoque le « calembour stupide et dont il faut qu'on rie ». Rimbaud paraît faire allusion au syntagme en disant du balai que « L'usage en est navrant et ne vaut pas qu'on rie ». On tombe sur un calembour assez évident au vers 9, où bords de lait laisse entendre bordelais. Une telle allusion était amusante à l'époque parce que le gouvernement de Versailles avait siégé jadis à Bordeaux ; une caricature d'Alexis montre Thiers en « Chef de cuisine bordelaise »13. De Bordeaux, il faut néanmoins passer au bordel, à celui, plus précisément, d'un poème de Léon Valade et de Paul Verlaine. Il s'agit d'un texte zutique mentionné par Verlaine dans une lettre à Coppée, le 18 avril 1869 :

Le dîner des Cygnes sive des Vilains bonshommes a toujours lieu.
Il s’est enrichi d’un album où toutes les ignominies sont seules admises. Sonnets féminin et autres, la mort des Cochons, l'ami de la Nature, etc., décorent cette institution que fleuriront dessins obscènes (pas d’autres !) musique « imitative », mauvais conseils et « pensées » infâmes. — On compte sur votre retour pour ajouter de nouvelles pierres à ce monument gougnotto-merdo-pédérasto-lyrique /Z 1976, 50/.

19La complicité de Coppée — moins conformiste sur ce plan qu'on ne le dit généralement — saute aux yeux. De deux ans plus âgé que Verlaine, Coppée publia des vers satiriques dans Le Hanneton, avant que la censure impériale ne supprime la revue de Vermersch, aussi bien que dans Le Parnasse satyrique ; il faut ajouter qu'il aida Verlaine à publier Les Amies, son recueil de poèmes « saphiques », chez Poulet-Malassis, le grand éditeur de textes érotiques/v. Petitfils 1981, 66/. Voici donc selon nous l'autre pré-texte important du Balai, qui était assez bien connu à l'époque/v. Pia 1943, Pakenham 1989, 62/ :

La mort des cochons.
Paroles de Baudelaire
(Musique de M. le Comte Auguste
Mathias Villiers de l'Isle-Adam.)

Nous reniflerons dans les pissotières
Nous gougnotterons loin des lavabos
Et nous lécherons des eaux ménagères
Au risque d'avoir des procès-verbaux.

Foulant à l'envi les pudeurs dernières
Nous pomperons les vieillards les moins beaux
Et fourrant notre nez au sein des derrières
Nous humerons la candeur des bobos.

Un soir plein de foutre et de cosmétique
Nous irons dans un lupanar antique
Tirer quelques coups longs et soucieux

Et la maquerelle, entrouvrant les portes
Viendra balayer, — ange chassieux —
Les spermes éteints et les règles mortes.
L. V. — P. V.

20L'expression pomper les vieillards, faisant allusion à la fellation, paraît être calquée sur pompeur de dard /v. DelvEr/. Le verbe gougnotter, formé à partir du substantif gougnotte au sens de « lesbienne » (v. la lettre de Verlaine que nous venons de citer), possède visiblement une signification obscène précise. Cependant, le verbe renifler, qui risque de passer sans commentaire, possède à l'époque des connotations tout aussi solides, comme en témoigne un livre du policier François Carlier, Les Deux Prostitutions :

  • 14 F. Carlier, op. cit., p. 109. V. aussi A. Tardieu, op. cit., p. 21 et J. La Rue, s.v. On a pratiqué (...)

Cet acharnement à choisir des water-closets comme point de rendez-vous paraîtrait incroyable, si nous ne disions tout de suite que l'odeur qu'exhalent ces sortes d'endroits est une des conditions recherchées par une catégorie fort nombreuse de pédérastes, aux plaisirs desquels elle est indispensable. On verra plus loin que tous les waterclosets publics, notamment ceux construits sur les bords de la Seine, que tous les recoins malpropres et puants, servent spécialement de lieux de rendez-vous. Ceux que leurs goûts pervertis poussent à rechercher cette singulière condition de bien-être — et ils sont très nombreux — forment la classe des renifleurs. L’ironie se devine. L’absence de sens moral chez tous les vrais pédérastes entraîne avec elle l’oubli de toute dignité de soi-même14.

21Rimbaud fera allusion à cette acception à plusieurs reprises dans ses poèmes satiriques (Chant de guerre Parisien, Accroupissements, L'homme juste).

  • 15 D. Laporte, op. cit., p. 54 : « une gamme excessivement raffinée sous le rapport de l'ordre, de l'h (...)

22Verlaine ne se moque pas de ces renifleurs qui risquent selon lui, et en réalité, des procès-verbaux. Une description des « lieux à l'anglaise » — très réputés à l'époque15 — qu'il donne à Lepelletier, se termine sur la mention de

jeunes garçons, qui pour deux sous vous brossent des pieds à la tête ; j'ignore ce que pour un peu plus ils doivent faire aux bien informés, mais ils ont l'air formidablement suspects avec leur petit costume collant et leurs figures généralement charmantes /VB 1 62, lettre de novembre 1872/.

23« Ouff ! et dire que j'ai encore plus à te dire sur ce précellent sujet, plus inépuisable encore que ces pissotières insondables pourtant », écrit encore Verlaine à Lepelletier, le 8 novembre 1872/VB 1 58/...

  • 16 V. D. J. Enright, « Mother or Maid ? An Introduction », in Fair of Speech. The Uses of Euphemism, é (...)
  • 17 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Gallimard, 1966, t. I, p. 308.
  • 18 Voir Benveniste, op. cit., 1974, t. II, pp. 256-257.

24Moins ouvertement pédérastique que La Mort des cochons, Le Balai adopte la forme coppéenne par excellence de l'euphémisme qui peut, par sa forme, se métamorphoser sans crier gare en obscénité, en « dysphémisme »16. Or, si euphémisme signifiait notamment « dire des paroles de bon augure », instituant, comme l'écrit Benveniste, « un euphémisme de l'euphémisme » (puisqu'on entend « éviter les paroles de mauvais augure »)17, l'obscène vient du latin obscenus, signifiant proprement « de mauvais présage »... La décharge émotive permise par le juron et l'édulcoration du propos qui caractérise l'euphémisme sont d'autant plus solidaires que la constitution de la catégorie même de l'obscène tient évidemment au refoulement18. Le réalisme de Coppée s'avère défectueux, par le fait même de ne dire que des paroles de bon augure, euphémiques, et d'omettre les mots de mauvais présage. Zola a tort : Coppée ne peut tout dire.

  • 19 Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Payot, 1982, p. 272.

25Nous avons vu que Le Balai, retenant plusieurs éléments de La Mort des cochons, en radicalise le contenu. La représentation parodique de l'homosexualité, dans les deux cas, est moins univoque qu'il ne le semble, car Verlaine et Rimbaud savent pertinemment qu'ils « en sont », comme on disait à l'époque. Selon Marc Angenot : « Traiter l'adversaire de "scatophage" — ainsi que Baudelaire faisait pour les Français — c'est apparemment nier son propre rapport à l'excrément »19. De manière générale, ce jugement porté sur la littérature polémique paraît juste. Dans le cas de Rimbaud, il faut être plus prudent. Il ne s'agit peut-être pas simplement de ridiculiser Coppée en en faisant l'auteur d'un poème scabreux. Au sérieux plat et monologique de Coppée, Rimbaud oppose un discours caractérisé par des procédés ludiques, sinon carnavalesques. Il réintroduit le refoulé du discours coppéen, ce que l'hygiénisme s'égosillait à taire autour de lui. Au-delà du portrait satirique, on peut se demander si Rimbaud n'entend pas réintégrer le refoulé, dans une perspective quasi rabelaisienne, non plus à titre négatif, mais pour interdire à la poésie de jeter des interdits.

  • 20 Nous reconnaissons que nous n'avons pas trouvé d'explication satisfaisante des Sœurs mortes, à moin (...)

26Malgré l'avis de Pascal Pia, qui ne reconnaît pas la « griffe » lexicale et stylistique de Coppée (le chiendent du pauvre, les mots humble, dur, navrant, Sœurs mortes20), nous croyons que, même sans les initiales qui suivent le dizain, tout zutiste digne de ce nom aurait reconnu le sceau indélébile de son ami. Il aurait reconnu aussi peut-être les motivations paradoxales et mélangées dont ce poème fait preuve. Pour trouver l'exemple le plus marquant de cette parodie carnavalesque, il convient de lire le Sonnet du Trou du Cul, composé par Verlaine et Rimbaud.

Notes

1 Manifeste du Surréalisme, Gallimard, 1970, p. 47.

2 Cité par E. Gaubert, op. cit., p. 47.

3 Breton, op. cit., pp. 14-15.

4 Baudelaire, Œuvres complètes, t. II, p. 617 : « Je crois que l'art est et ne peut être que la reproduction exacte de la nature (une secte timide et dissidente veut que les objets de nature répugnante soient écartés, ainsi un pot de chambre ou un squelette) ».

5 « Vous avez craché sur l'âme, comme rien ! », « Eh bien ! n'est-ce pas, vous ? Merde à ces chiens-là ! ».

6 Rabelais, dernier chapitre de Pantagruel et Queneau, Exercices de style (s.v. homéotéleute).

7 C. Courouve, op. cit., p. 106 et n. 2.

8 René Crevel, Les Pieds dans le plat, Jean-Jacques Pauvert, 1974, p. 154.

9 V. notre explication de la douce ombre dans Etat de siège ?

10 Léon Valade, Œuvres. Poésies. Avril, Mai, Juin. - A Mi-Côte, Lemerre, 1887, p. 84.

11 Nisard croyait en effet qu'il fallait prononcer [ʃ j ε - 1 i]. Fait pour le moins curieux, si Nisard faisait dériver chien de chéaulz « enfants », il revenait à l'espèce canine en faisant remonter lit à lice « chienne » !

12 Gautier, Lettres à la Présidente, pp. 36-37. V. aussi De Landes, op. cit, s.v. racine.

13 Paul Ducatel, Histoire de la Commune et du Siège de Paris vue à travers l'imagerie populaire, éd. Jean Grassin, 1973, p. 74.

14 F. Carlier, op. cit., p. 109. V. aussi A. Tardieu, op. cit., p. 21 et J. La Rue, s.v. On a pratiqué de nombreuses études du fétichisme olfactif, comme en témoigne par exemple le livre d'Iwan Bloch Hagen, Sexuelle osphrésiologie (1901).

15 D. Laporte, op. cit., p. 54 : « une gamme excessivement raffinée sous le rapport de l'ordre, de l'hygiène, et par surcroît de la beauté, d'appareils qui, en France comme ailleurs, porteront désormais le label de leur Nation d'origine au point qu'on ne parlera plus à la fin du XIXe siècle que de "cuvettes à l'anglaise" et d'"urinoirs anglais" ». Verlaine a sans doute perçu, en revanche, les dessous de l'hygiénisme britannique.

16 V. D. J. Enright, « Mother or Maid ? An Introduction », in Fair of Speech. The Uses of Euphemism, éd. D. J. Enright, Oxford University Press, 1986, pp. 2 et 6.

17 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Gallimard, 1966, t. I, p. 308.

18 Voir Benveniste, op. cit., 1974, t. II, pp. 256-257.

19 Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Payot, 1982, p. 272.

20 Nous reconnaissons que nous n'avons pas trouvé d'explication satisfaisante des Sœurs mortes, à moins qu'il ne s'agisse d’une référence parodique à La Sœur novice (Les Humbles), où une sœur meurt en respirant « Une fleur exhalant un souvenir mondain ». Sœur signifiait en tout cas « prostituée » en argot, ce qui peut être pertinent dans le contexte de La mort des cochons.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search