Version classiqueVersion mobile

Cheminots en usine

 | 
Christian Chevandier

Chapitre IV. Coalitions et organisation

Texte intégral

Le dix-neuvième siècle

1Février 1848, un cortège venu de Lyon, drapeau rouge en tête, dévaste à la Saulaie, en face du tout nouveau site métallurgique, le Pénitencier Saint-Joseph, établissement religieux employant à bon compte enfants et adolescents, concurrent de poids des canuts lyonnais. Mais les ouvriers de l’usine de Clément-Désormes ne sont pas au rendez-vous, pas plus que l’an suivant ils ne participent au soulèvement lyonnais qui s’oppose au prince-président. Il faut attendre les débuts de l’Empire pour qu’un mouvement social se déclenche sur le site, un des premiers signes tangibles d’une opposition ouvrière au régime. L’usine emploie en ce temps 337 personnes, et aux premiers jours d’avril 1853, avançant des revendications de type économique, une centaine de fondeurs arrêtent le travail, 300 ouvriers s’attroupent devant l’usine... et une quinzaine de grévistes se retrouvent en prison. Au mois d’octobre 1855, ils sont une trentaine de forgerons à déclencher un mouvement qui entraîne le millier d’ouvriers de l’entreprise, mais n’est qu’éphémère.

2Même lors des grèves qui atteignent le régime finissant, il n’est pas question des Ateliers du P.L.M. Pourtant, les grèves lyonnaises de 1869 sont l’objet de la plus grande attention de la part de l’Association Internationale des Travailleurs, qui intervient directement dans leur déroulement. Mais si les Ateliers d’Oullins recèlent en leur sein une des figures marquantes des groupes lyonnais de l’Internationale, Sipel, ancien carbonaro et ouvrier à la Chaudronnerie des Ateliers P.L.M., l’A.I.T. privilégie l’intervention au cours des grèves et non leur déclenchement... Et lorsque les Parisiens montent à l’assaut du ciel, ou quand Michel Bakounine tente en vain de soulever les Lyonnais, Oullins n’est que le théâtre des revirements de Gustave Arlès-Dufour, actionnaire parmi les plus important du P.L.M., saint-simonien distingué et maire de la cité pendant dix-huit mois après la chute de l’empereur auquel il se proclamait fidèle quelques mois plus tôt, et rien ne vient déranger la quiétude de l’Atelier du P.L.M., et surtout pas ses ouvriers.

  • 160 A.D.R. 10 MP C6, rapports des 18/2 et 8/4/1872.
  • 161 Archives nationales (indiquées A.N. infra.), lettre du ministre de l’Agriculture, 2/5/1874, et div (...)

3En 1870, des ouvriers d’Oullins avaient adhéré à l’Internationale et inspiraient alors des tentatives de regroupement dans la métallurgie, le bâtiment. La Commune écrasée, l’Internationale proscrite, ses militants pourchassés, les organisations syndicales toujours prohibées, l’embouchure de l’Yzeron semble calme. Nonobstant, les grèves sont souvent objet de conversation dans les bistrots que fréquentent les ouvriers des Ateliers, qui estiment qu’elles « sont tout au plus bonnes pour les célibataires, mais on devrait laisser travailler les ouvriers qui ont des enfants parce que les secours que l’on reçoit pendant la grève sont complètement insuffisants », craignent « qu’après la grève, on [soit] encore moins avancé qu’avant, [...] mal vu des patrons et [renvoyé] à la moindre occasion », se plaignent d’une pression exercée « pour les forcer à faire grève160 ». A toujours débusquer des manœuvres visant à faire débrayer les ouvriers des Ateliers d’Oullins, les policiers finissent par ne plus y croire et être surpris au moindre chômage. Le 20 avril 1874, 139 forgerons cessent de travailler. « Ces hommes se plaignent de la mauvaise qualité du charbon qui réduit le salaire de ceux qui travaillent à la pièce ». La Compagnie donne « des explications » et le travail reprend deux jours plus tard, alors que « la plus parfaite tranquillité [n’a cessé] de régner ». Au ministre de l’Agriculture qui s’inquiète, le préfet précise : « Cette grève n’a présenté qu’un caractère digne de remarque, c’est la promptitude avec laquelle elle avait éclaté [...]. La veille du jour où les forgerons présentaient leur réclamation, rien n’avait fait prévoir leur sentiment. Toutefois, le travail ayant repris presqu’aussitôt, il n’a pas été possible de constater s’il y avait eu une propagande exercée dans les Ateliers d’Oullins161 ».

  • 162 Le Petit Lyonnais, 15/11/1889.
  • 163 La plupart des documents ayant servi de source à la relation de cet épisode se trouvent aux A.D.R. (...)
  • 164 L'Action sociale, 24/11/1889.

4Quinze années plus tard, lorsqu’à la mi-novembre 1889 court aux Ateliers d’Oullins le bruit qu’une circulaire arrive de la direction parisienne de la Compagnie, diminuant le tarif de 20 à 30 %, lorsqu’à l’atelier de précision les ouvriers refusent que leur soit appliqué ce nouveau tarif, lorsqu’un cadre confirme ces rumeurs de manière peu habile, un quotidien en conclut : « Une crise peut donc éclater d’un moment à l’autre162 ». Le travail des 1 550 ouvriers et manœuvres, dont 440 sont dans le nouvel Atelier, est rémunéré à la tâche, souvent après un marchandage pour les travaux spéciaux de précision. Le commissaire spécial, qui s’est rendu aux Ateliers pour enquêter, est affirmatif : « Aucun rabais n’a été imposé aux ouvriers travaillant sur les chantiers d’Oullins, contrairement à ce que la presse locale affirme ». En fait, semble persuadé le policier, la direction sait quelle est l’origine de toute cette agitation : « Depuis quelques semaines [...] des menées et des tentatives d’insubordination se produisent parmi les derniers ouvriers embauchés [...]. A Oullins, on craint que cette grève éclate, mais jusqu’à ce jour aucun ouvrier n’a abandonné son travail ». En somme, un complot, d’autant plus odieux que les dirigeants de l’Atelier ont assuré le commissaire spécial du caractère fantaisiste des rumeurs concernant ce rabais. Quatre jours plus tard, son collègue Oullinois précise que « la diminution de salaire qui vient d’être opérée aux Ateliers d’Oullins ne frappe que les ouvriers travaillant à la tâche et ne porte que sur le produit des bénéfices dont le pour cent va se retrouver réduit ». Quoique sceptique à propos de l’extension d’un éventuel chômage, le commissaire d’Oullins estime qu’« il pourrait se faire que quelques ouvriers [...] abandonnassent le travail en signe de protestation », mais ce ne serait que parce qu’ils sont « excités par les socialistes militants163 ». Il est vrai que les adhérents de la nébuleuse socialiste trouvent là une bonne aubaine : « Qui donc a dit que la bourgeoisie ne veut pas de la Révolution ? Elle fait plus que la vouloir, elle la cherche, elle la provoque. Voici en effet qu’aux Ateliers d’Oullins, non contente d’exploiter son personnel en le faisant de plus en plus s’exténuer pour gagner une journée avec le prix qu’elle donne aux pièces pour chacun des objets à produire, elle vient de diminuer encore les tarifs accordés jusqu’à ce jour164 ».

5Mais la grève éclate aux Ateliers ferroviaires... de Levallois et des Batignolles pour les mêmes raisons que celles qui mettent Oullins en ébullition : six jours de grève, et les ouvriers obtiennent satisfaction. Avisé par dépêche qu’ils ont repris le travail, le chef d’Atelier d’Oullins s’empresse de le faire savoir à son personnel. En fait, les ouvriers de l’Ouest ont un autre sujet de préoccupation, dans la continuité de leur mouvement. Les syndicats sont légaux depuis quelques années et pourraient se former dans les ateliers des Compagnies. C’est de ces ateliers que Prades, un des leaders du comité de grève, crée une organisation dont va naître quelques mois plus tard la Chambre syndicale des ouvriers et employés des chemins de fer. Le souci des travailleurs oullinois est le même. Une « commission composée de dix ouvriers » des Ateliers fait inclure dans le Petit Lyonnais du 15 décembre une longue « tribune ouvrière » appelant à la constitution d’un syndicat professionnel et annonçant que la commission des dix « demandera [aux ouvriers] dans quelques jours [leurs] adhésions pour la formation d’une chambre syndicale compacte » et, « pour qu’il ne puisse y avoir aucune victime », les adhésions sont demandées par service et non personnellement. Annonçant qu’il faut affirmer bien haut qu’« aux ateliers d’Oullins le maximum du labeur possible est atteint ainsi que le minimum du prix du travail », les signataires rédigent un texte qui associe plaidoyer humaniste, revendication de dignité et argumentation constitutionnelle et juridique d’où il ressort que, si la Compagnie ne veut pas « accepter l’organisation d’un syndicat professionnel », elle fait « acte de révolutionnaire » en s’insurgeant « contre un fait légal ».

6Mis au courant de la tentative de création d’une organisation syndicale aux Ateliers d’Oullins, les militants du tout nouveau Syndicat des ouvriers mécaniciens et similaires de Lyon délèguent quelques-uns des leurs chargés de proposer aux ouvriers des Ateliers d’Oullins « d’adhérer purement et simplement au syndicat de Lyon au lieu d’en créer un nouveau ». Le principal argument, qui ne fait point mouche, est que, « pour éviter tout renvoi d’ouvriers du P.L.M., il convient que les administrateurs du syndicat soient indépendants et n’appartiennent pas par conséquent au personnel de la Compagnie ». Pour qu’une telle démonstration doive être mise en œuvre, les métallos des Ateliers d’Oullins se sentent déjà bien « cheminots », avant même qu’en existe le mot.

7Ces ouvriers du P.L.M., à Oullins, sont donc, pour la première fois, en train de créer une organisation de type syndical. Car si n’a pas eu lieu la grève, c’est comme moyen de riposte à une diminution du salaire que les ouvriers s’organisent. Cette genèse de l’organisation n’est pas spécifique aux Ateliers du P.L.M. d’Oullins. Dans la corporation du rail, la Chambre syndicale est le produit d’un conflit répondant à des mesures du même type que celles prises à Oullins. Dans l’agglomération, c’est pour s’opposer à la réduction de vingt à quinze minutes de la pause déjeuner par la direction de l’O.T.L. que naît la même année le Syndicat des employés de tramways, et c’est un ancien ouvrier des Ateliers d’Oullins qui en est à l’origine. Pourtant, les renseignements sur lesquels policiers et ingénieurs bâtissent un complot ne sont point qu’affabulation. Prades, le sellier de l’Ouest, et Dubois, le dessinateur du P.L.M., tous deux principaux fondateurs de la Chambre, sont socialistes, l’un possibiliste, l’autre au P.O.S.R. Louis Normand, l’ancien ajusteur des Ateliers d’Oullins, leader des traminots et un des fondateurs de leur syndicat, militant socialiste, n’est pas tout à fait pour rien dans la constitution du syndicat des Ateliers. Et dans le site même, ce sont des militants socialistes qui en sont parmi les premiers organisateurs. Cette première année, le syndicat se construit discrètement car la Compagnie n’est pas vraiment décidée à le laisser se développer, et parce que les militants, malgré leurs proclamations, se croient mieux protégés par leur nombre que par la loi.

  • 165 Les rapports de police concernant les Ateliers pendant les années 1890 et 1891 se trouvent aux A.D (...)

8240 ouvriers des Ateliers d’Oullins du P.L.M. se réunissent à la mi-avril 1890 pour décider que le travail sera suspendu le premier mai, puis adressent une supplique à l’Ingénieur en chef « pour le prier de demander la fermeture générale des Ateliers ce jour-là ». La Compagnie s’y refuse, bien évidemment. Le premier mai oullinois se place alors sous le patronage des verriers, qui constituent la majeure partie des participants à une assemblée où il est surtout question des absents. Les orateurs estiment « qu’il [est de leur] devoir d[’]apporter la parole qui ne peut être dite par les ouvriers des Ateliers parce que ceux-ci ne jouissent pas de leur indépendance ». Puis l’un des verriers s’exclame : « Au nom des ouvriers des Ateliers d’Oullins, je proteste contre la direction des chemins de fer qui n’a pas voulu leur donner un jour de congé pour le Ier Mai tandis qu’elle [leur] a accordé une demi-journée pour le Vendredi Saint », avant de prendre à partie ceux au nom desquels il parlait : « Si la direction a eu l’avantage de vous flageller, vous en êtes la cause parce que vous avez peur et depuis que l’on vous impose des rabais sur vos salaires vous courbez l’échine sans protester [...]. Votre dignité ne se révolte pas ? Pourquoi ne venez-vous pas avec nous ? Parce que vous pensez au lendemain ; ceci est de l’égoïsme et vous devez disparaître ». Magnanime, il accorde cependant, « malgré l’heure tardive », l’occasion de se racheter, faute de quoi l’inertie des ouvriers donnera aux dirigeants locaux de la Compagnie l’occasion de dire : « Nos ouvriers sont rentrés, c’est qu’ils n’ont rien à réclamer et qu’ils sont contents165 ».

9Au jour dit, une compagnie et une section et demi d’infanterie ont investi Oullins, prêtant main forte aux sergents de ville et aux gendarmes. La veille au soir, un leader verrier narguait les travailleurs du P.L.M. : « Aujourd’hui on vous dit « vous ne sortirez pas » et vous acceptez parce que vous n’osez pas revendiquer vos droits ». Le premier mai, ceux-ci ne le détrompent point : sur 1700 ouvriers, deux seulement manquent à l’appel. Le 3 août se tient à Paris l’assemblée constitutive de la Chambre syndicale des employés et ouvriers des chemins de fer. Prades en est l’un des artisans. Il se trouve à Oullins le dimanche 2 novembre pour une réunion à la Brasserie des Chemins de fer devant 400 à 450 participants, venu inviter les Oullinois à s’affilier à la Chambre syndicale. Il stipule que la démarche syndicale est légale, et que les ingénieurs qui viendraient à s’y opposer se placeraient d’eux-mêmes en dehors de cette légalité. « Nous ne devons pas nous occuper de politique, que je repousse systématiquement » explique-t-il, « notre but est de travailler pour nos intérêts et de faire vivre nos femmes et nos enfants et de bien les élever [sic] ». Le public lui est acquis : la « question de savoir si une section de la Chambre syndicale doit exister à Oullins » reçoit, à l’unanimité, une réponse positive. Claude Saint-Marc, un tourneur célibataire de 38 ans, originaire des environs de Beaune, devient secrétaire général de la section. Quelques jours plus tard, un concert est donné à la brasserie au profit du syndicat. Le lundi 10, « organisée par la section à l’effet de recevoir les adhésions des ouvriers et employés », une courte réunion se tient.

10Administré par 32 délégués représentant chacun une section, le syndicat a reçu cinq jours plus tard l’adhésion de 1 017 ouvriers. Mais si le commissaire ne peut connaître le nom des délégués « qui opèrent sous le sceau du secret », il a repéré, outre Saint-Marc, qui a fait l’objet d’un rapport spécial, quatre « meneurs ». Tous quatre, comme Saint-Marc, habitent Oullins. Parmi ceux-ci, Jean-Louis Nicod et Jean Moiroud, deux militants socialistes fort actifs, organisateurs de la réunion du 2 novembre. Le premier est né dans l’Ain fin 1859, est marié, élève deux enfants. D’abord agriculteur, il a travaillé sur les terres de d’Aubarède, robin local, à Saint-Genis-Laval. Puis, à presque trente ans, il s’est embauché, manœuvre, aux Ateliers. Une dizaine d’années après, il a acquis une qualification de tourneur qu’il exerce à l’atelier des Roues. Le second, de cinq ans son aîné, est natif de la commune, fils d’un ouvrier de l’usine du temps de Monsieur Clément, et est entré à l’âge de quinze ans aux Ateliers, comme pilonnier, puis est, lui aussi, devenu tourneur et, comme son compagnon, est marié et père de deux enfants. Il y a aussi Joseph Brun, entré à 27 ans aux Ateliers après avoir été mineur en Ardèche. Mouleur, il est aussi marié, mais a eu quatre enfants. Un autre « meneur » est, lui, petit chef : logeant avec son épouse et ses six enfants tout près du chantier des Maisons Mangini, dans ce qui reste de l’ancien Pénitencier, Joseph Bourchet n’est que depuis une douzaine d’années aux Ateliers, après avoir travaillé quinze ans chez son père, comme serrurier. A la Compagnie, il est brigadier-ajusteur, gagne 6,30 francs par jour, alors que Nicod et Moiroud en touchent respectivement quatre et cinq. Il ne s’agit en tout cas pas des « derniers ouvriers embauchés » repérés par le commissaire spécial de la préfecture quelques mois auparavant. À la fin du mois de novembre, ils sont 1 140 à avoir adhéré, 1 300 en décembre, sur 1 700 travailleurs aux Ateliers. Parmi ces syndiqués, les ouvriers qualifiés sont en nombre, et tous les militants les plus en vue ont un métier. Sur les dix-sept dont la police précise l’emploi dans ses rapports, pas un employé de bureau. Pas un seul de ces manœuvres qu’un syndicaliste lyonnais, au cours d’une réunion à la Brasserie des Chemins de fer, « critique vivement [...], traite de vendus, de mouchards et d’hommes néfastes, les accusant de mettre des entraves au groupement ». Pas un seul manœuvre, mais sept tourneurs, deux serruriers, un ajusteur, un brigadier ajusteur, un mouleur, deux peintres, un distributeur, un garnisseur et un seul ébéniste.

  • 166 Guy Chaumel, Histoire des cheminots et de leurs syndicats, Paris, 1948, p. 53. La dénomination des (...)

11En 1891, deux semaines avant le premier mai, le commissaire d’Oullins croit savoir que « Saint-Marc [...] n’est pas partisan d’aucune manifestation sur la voie publique mais il est d’avis de ne pas travailler ce jour-là et de se reposer au sein de sa famille ». Lors du Congrès de la Chambre syndicale, la question du premier mai est le principal point de l’ordre du jour. Alors que, selon les estimations des policiers ou celles des journalistes, la Chambre ne compte que 17 000 membres, la section d’Oullins fait tant figure de référence166 que Saint-Marc préside la première séance du congrès. Représentant Oullins avec Nicod et un autre ouvrier, il a reçu à l’assemblée du 17 avril un mandat souple et clair : « Si la réunion [d’Oullins] vote qu’il faille manifester le 1er Mai et que le Congrès décide le contraire, il y aura lieu de se soumettre à cette décision. Néanmoins, si les ateliers [croient] pouvoir manifester, ils [pourront] le faire, mais en ne pouvant compter que sur eux-mêmes et en dehors de toute solidarité avec le Conseil d’Administration de Paris ». Or, la première décision que prend le Congrès est « de rayer de l’ordre du jour la question du 1er Mai ». Lorsque les délégués d’Oullins veulent intervenir à ce sujet, la parole leur est refusée. Le vote émis par l’assemblée est significatif : seuls les Oullinois et quelques Lyonnais se prononcent pour une manifestation.

12Malgré la décision de la Chambre syndicale, l’Ingénieur en chef estime qu’« il est probable qu’un grand nombre d’entre eux ne se rendront pas au travail le 1er Mai. Si des ouvriers prennent d’eux-mêmes ce congé, il n’a pas encore été décidé si une mesure disciplinaire doit être prise à leur égard. Néanmoins, il peut se faire, sans cependant l’affirmer, qu’il ne soit pris aucune mesure immédiate vis-à-vis des ouvriers ». La veille du premier mai, les employés des Ateliers sont 400 à la Brasserie des Chemins de fer pour entendre Saint-Marc faire le compte rendu du congrès et expliquer : « La question du 1er Mai a donc été tranchée. Je pense qu’il n’y a pas lieu de manifester [...] et je suis d’avis que les ouvriers se rendent à leur travail comme à l’ordinaire ». Il précise : « Quant à moi, j’y serai à six heures ». Mais avant de rendre la parole, il veut apporter une précision qui lui tient à cœur : « Avant notre départ pour Paris, nous avons été appelés par notre sympathique ingénieur qui nous a invités à aller voir à Paris l’ingénieur principal ». Or, cette entrevue a fait que l’« on a accusé les délégués d’être vendus à la Compagnie ». Saint-Marc croit bon de préciser : « L’ingénieur principal nous a fait connaître que la Compagnie est très bien disposée pour la Chambre syndicale des ouvriers des chemins de fers. Les ouvriers, a-t-il dit, sont de braves gens et nous leur accorderons tout ce qu’ils demanderont à condition cependant que leurs demandes soient justes ». Rapidement, son discours terminé, largement applaudi, sans vote, chacun s’en retourne. L’Echo du 2 mai peut titrer, précisant qu’il n’y a pas eu de grève aux Ateliers : « Une journée calme et de repos [sic !] à Oullins ». Après avoir sacrifié le premier mai à la construction de leur syndicat, les travailleurs des Ateliers d’Oullins viennent d’immoler le second sur l’autel de l’unité de la Chambre syndicale. Ce sont pourtant ses suites qui vont profondément marquer l’organisation syndicale Oullinoise.

13Le 9 juin au soir la section réunit un grand nombre de ses membres à la Brasserie des Chemins de fer. S’il est décidé de se cotiser pour les militants que la Compagnie du Paris-Orléans vient de révoquer, d’intervenir auprès des parlementaires afin que le P.O. revienne sur les licenciements, la motion adressée, sur proposition de Saint-Marc, aux secrétaires des sections et aux administrateurs de la Chambre est dépourvue d’ambiguïté : « Considérant qu’un syndicat doit être fondé dans le but d’éviter les grèves et non de les fomenter et qu’on ne devrait jamais y penser avant d’avoir une solide organisation et un régularité mathématique qui n’existent pas, considérant qu’un syndicat ne devrait jamais être mêlé à la politique, ce qui a cependant eu lieu, proteste énergiquement contre toute idée de grève générale ou même partielle actuelle ». La section oullinoise, dont les effectifs n’ont pas cessé de croître et qui compte, à la fin du printemps 1891, 1 273 adhérents, s’installe dans la durée. De cette réunion, le policier chargé de la suivre estime qu’elle « a eu pour résultat principal d’éloigner toute appréhension de grève pour le moment, la majorité des ouvriers syndiqués n’en ayant [...] pas envie ». Mais deux décisions sont significatives des orientations esquissées, tout autant pour le mode de fonctionnement interne que pour l’action syndicale. L’assemblée décide de faire imprimer les statuts du syndicat, que chaque syndiqué devra avoir en sa possession, et une commission de travail de 17 membres est nommée, qui « aura pour mission de se rendre auprès des ingénieurs et des chefs d’ateliers pour trancher les conflits qui pourraient se produire avec les ouvriers ». Il s’agit bien de gérer le quotidien.

14La position oullinoise est adoptée, toute idée gréviste abandonnée. C’était compter sans la Compagnie d’Orléans, qui renvoie deux syndiqués ; aussitôt, ses ouvriers cessent le travail. Le quatorze juillet, les grévistes sont plusieurs milliers. Le dix-sept au soir, les agents oullinois du P.L.M. prennent le chemin de la Brasserie des Chemins de fer. « La salle est littéralement comble, jamais on n’a vu autant de monde à une réunion ». Cette assemblée se résume en quelques chiffres, d’autant plus importants qu’avec 1 428 syndiqués sur les deux milliers d’adhérents que compte la Chambre dans l’agglomération, Oullins joue un rôle sans égal dans la région lyonnaise, dans le réseau. Sur ces plus de 1 400 syndiqués, environ 800 assistent à la réunion, et 20 d’entre eux seulement se prononcent pour la grève. Des réunions préparatoires ont été tenues la veille dans chaque groupe. Tous, à une forte majorité, ont voté contre l’arrêt du travail. L’assemblée en conclut dans son ordre du jour qu’« il y a lieu de localiser le conflit aux sections de Paris actuellement en grève [...] et les soutenir moralement et pécuniairement jusqu’à complète satisfaction ».

15A Paris, la grève continue. A Lyon, le mouvement ne prend pas. Lors d’une réunion tenue le 18 au soir, un syndicaliste lyonnais explique : « Les Parisiens ont marché trop vite. Oullins ne veut pas les suivre, et sans Oullins on ne peut rien faire ». Un employé parisien du P.L.M., venu de la capitale, rapporte qu’avant d’arriver sur les bords du Rhône, il était persuadé que les Ateliers d’Oullins étaient en grève. Et Saint-Marc de se justifier : « Nous ne sommes pas prêts, nous n’avons pas d’argent, nous n’avons aucune organisation, j’ai pu le constater. Et puis on ne cesse pas le travail sans savoir pourquoi et hier encore nous ignorions les motifs qui avaient déterminé les Parisiens à la grève. Ah ! Si sur les 350 000 agents des chemins de fer français nous étions 100 000 syndiqués bien résolus, si nous avions de l’argent, alors oui, nous pourrions présenter des revendications et les faire aboutir. Malheureusement nous n’en sommes pas là, organisons-nous donc et attendons ». Mais le mouvement s’effrite. Le 21 juillet, ceux-là même qui avaient déclenché la grève doivent reconnaître leur échec. A Oullins, la réunion prévue se transforme en un procès des promoteurs du mouvement. Il y est question de la constitution d’un syndicat spécial à chaque Compagnie. Saint-Marc explique : « Je suis absolument opposé aux grèves en général et en particulier à celles des employés de chemin de fer. J’ai eu l’occasion de me présenter devant les ingénieurs et les directeurs de la Compagnie qui m’ont donné l’assurance qu’ils accorderont les réformes logiques et possibles que nous demanderons, et, de plus, ils m’ont assuré que, quand les circonstances le permettront, ils nous accorderont des modifications et des avantages qui dépasseront nos désirs. Que voulez-vous exiger de plus d’une Compagnie qui vous parle ainsi ? ». Son discours, qui se termine par la réprobation des grèves qui « ne font que des victimes, sans profit pour la cause des travailleurs », est chaleureusement applaudi.

16Lorsque s’achève la première tentative de grève sur le réseau ferré français, la section oullinoise de la Chambre syndicale des ouvriers et employés du chemin de fer semble être indemne. Pourtant, en quelques semaines, les choses ont bien changé. Les syndicalistes oullinois sont en partie à l’origine de cet échec : si Lyon n’a pas suivi, c’est du fait de l’abstention des ouvriers d’Oullins, et une grande ville de province dans l’action, occupant de surcroît une position centrale dans un réseau d’une telle importance, aurait pu avoir un rôle déterminant dans la suite des événements. Il n’en fut rien, et le bouillant Saint-Marc qui, à la tête des seuls Lyonnais et Oullinois, préconisait le chômage le premier mai se prend, deux mois et demi plus tard, à avoir la grève en horreur. Il en explique lui-même les raisons : il a rencontré des ingénieurs et directeurs qui ont su le convaincre que la Compagnie fera un jour mieux que ce que demandent aujourd’hui ses agents. Convaincu par ses supérieurs, il a su convaincre ses camarades, qui peut-être n’attendaient que cela.

17Subsiste néanmoins dans l’Atelier des bords de l’Yzeron un syndicat puissant, largement majoritaire. Et, quelles que soient les options de ses dirigeants qui, en tout état de cause, ne sont pas stipendiés par la Compagnie, une telle force demeure un handicap pour le P.L.M. Les autres syndicalistes lyonnais, ceux de Perrache-Guillotière, de la Mouche et de Vaise, se méfient de la place que prennent les militants des bords de l’Yzeron dans le projet d’un syndicat spécifique aux employés du P.L.M., pour des raisons d’ordre explicitement corporatiste : « C’est nous qui sommes les employés des chemins de fer, les autres ne sont que des ouvriers et nous ne voulons pas être commandés par eux ». Ces dissensions n’empêchent pas Saint-Marc de convoquer en août, à Chagny, soutenu par les grandes sections syndicales de l’agglomération, mais aussi celles d’Ambérieu, de Givors, de Saint-Etienne, un congrès des organisations du réseau pour créer un Syndicat des travailleurs du P.L.M. dans le but d’organiser de manière fédérale, réseau par réseau, la Chambre. Mais, d’après le policier qui tente d’analyser le mouvement, pour les agents lyonnais du P.L.M., loin de considérations stratégiques sur le fonctionnement de l’organisation, toutes ces péripéties importent peu. Leurs soucis sont d’un tout autre ordre : « Il s’agit [...] surtout de faire tomber Oullins qui cherche à prendre la tête du mouvement ». Ils n’en auront ni l’occasion ni la peine.

18« La Compagnie a, en effet, l’intention d’éliminer [sic] un certain nombre d’ouvriers, mais rien n’est définitivement décidé, le projet est encore à l’étude à la direction centrale à Paris » explique le 30 août 1891 l’adjoint du commissaire spécial, alors que le P.L.M. a décidé de licencier six à sept cents agents des Ateliers d’Oullins par petits groupes en cinq ou six mois : « La Compagnie est inspirée dans toute cette affaire par le désir de se débarrasser des ouvriers qu’elle soupçonne d’hostilité à son égard, et d’éviter ainsi toute complication du genre de celle dont elle a été récemment menacée, mais elle mettra en avant le projet de faire faire à l’industrie privée tous les travaux dont l’exécution ne réclame pas le concours de spécialistes ». Il n’a pas non plus tort, l’Ingénieur, de dire que « le projet est à l’étude ». Une circulaire, inspirée par des instructions de Noblemaire, a été envoyée le 12 août à l’Ingénieur en chef par la direction de la Compagnie : « En présence des difficultés soulevées par nos ouvriers sur beaucoup de points, le Conseil d’Administration a absolument décidé de réduire le plus possible l’importance des Ateliers, et de charger l’industrie privée de l’exécution de majeure partie [sic] des travaux que nous faisons nous-mêmes en ce moment ; ce sera le résultat le plus certain de l’agitation qui semble persister sur différents points, malgré l’insuccès de la grève de Paris. Il n’est pas mauvais que les ouvriers le sachent bien et nous devons nous tenir prêts à en déférer au Conseil. C’est le but de l’étude que je vous demande en ce moment ». La motivation économique n’est donc pas primaire dans ce dessein, et cela est explicite dès le début. L’Ingénieur parisien demande que soient recensés, pour chaque « nature de travail », le nombre d’ouvriers nécessaires. Voulant « tout d’abord supprimer absolument tout ce qui est construction », il estime « certain » le besoin de conserver le montage, le tournage, les ateliers des roues et de réparation proprement dite. La moindre hypothèse prévoit la suppression des deux fonderies et le projet de regroupement sur les bords de l’Yzeron de tous les ateliers de la Compagnie est définitivement délaissé.

19Les syndicalistes tentent de réagir, mais n’ont point le moindre succès. Une pétition circule, dont les signataires renient le syndicat. Les militants se réunissent, et si les plus nombreux veulent décider des actions « de résistance », Saint-Marc parvient à les faire se contenter d’une autre pétition, elle aussi hostile à la grève, contraire aux « intérêts de la Compagnie, de ses ouvriers et de leur famille », dont la rédaction ne sera jamais véritablement achevée. La requête, élaborée par les agents « fidèles » se déclarant « satisfaits de [leur] situation actuelle », reconnaissant attendre « de la bienveillance de [leurs] chefs les améliorations qu’il leur plaira d’apporter dans l’avenir » et regrettant « les actes d’insubordination auquel certains agents ont été poussés », est colportée par un chef d’équipe et n’a droit qu’à un accueil peu enthousiaste. Mais le désarroi est tel que le syndicat éclate et qu’un de ses anciens leaders en vient à faire parapher la pétition de soumission dont les signataires sont communément traités de lâches, de renégats.

  • 167 Voir note 14.

20A la fin du mois, aucun licenciement n’a eu lieu, mais les travailleurs des Ateliers, hostiles ou favorables au syndicat, n’en multiplient pas moins les interventions auprès de quiconque est censé avoir la moindre influence. Autorités locales et élus sont parmi les plus empressés à tenter de faire revenir les dirigeants du P.L.M. sur leur décision, ou à les dissuader de la rendre définitive. Un licenciement collectif « aurait les plus fâcheux résultats et provoquerait certainement une très grave agitation dans la région oullinoise ». Parmi ces notables locaux, Maurice Chabrières-Arles, saint-simonien après l’heure, trésorier général du département, qui écrit à Noblemaire le 28 août. Celui-ci lui répond aussitôt, partant le lendemain « pour prendre trois semaines d’un repos qu’[il croit] avoir bien gagné »167, confirme sa « détermination de changer son fusil d’épaule » et de confier à l’industrie privée des travaux effectués jusqu’à présent dans les Ateliers de la Compagnie. Le trésorier général du Rhône s’en doute bien qui se rend aussitôt à Paris pour le rencontrer, mais il est bien qui en villégiature. Chabrières-Arles mène alors l’enquête, décèle un conflit, à l’intérieur même du conseil d’administration du P.L.M. et peut rassurer : « Je ne crois pas qu’il puisse être jamais question de la suppression de nos ateliers, mais évidemment on ne leur donnera pas l’extension que Monsieur Noblemaire avait projetée ». Quant à l’Ingénieur en chef des Ateliers d’Oullins, « il serait ravi » de l’abandon de tout projet de réduction de l’activité : « Comme ses émoluments sont en rapport des travaux exécutés dans les ateliers, il a un grand intérêt à ne pas les voir diminuer ». Les autres travailleurs du P.L.M. ne font pas preuve d’une quelconque solidarité : « Les ouvriers ont tort de vouloir imposer leur volontés à la Compagnie » expliquent des roulants.

21L’organisation syndicale Oullinoise est mal en point. La liste de soumission comporte le 10 septembre 720 signatures, dont au moins 600 de syndiqués. Des militants partent. Un peintre et un ébéniste des Voitures ont préféré demander leur compte pour « pour pouvoir dire qu’ils sont sortis librement ». Une liste est dressée par la Compagnie, qui recense ainsi les ouvriers à licencier et les employés à déplacer. Ils ne sont que dix à Oullins, mais aucun des principaux syndicalistes n’est oublié. La dissension règne de plus à l’intérieur du syndicat. « Saint-Marc, qui devait être complètement écarté [...], sera peut-être quand-même nommé trésorier du conseil parce que la majeure partie des syndiqués le considèrent comme un honnête homme ». Mais son rôle au niveau national, où il se pose en opposant à Prades, est un handicap : dans les autres sections de l’agglomération, il apparaît surtout comme un dirigeant de tendance. Les troupes aussi s’amenuisent. Alors que, début août, le syndicat comptait environ 1 440 membres, les réunions fin septembre ne rassemblent pas même une centaine de participants et, en novembre, la plupart des syndiqués se refusent à régler leur cotisation. Qu’importe alors que les militants reviennent sur la scission du congrès de Chagny, qu’ils se retrouvent au sein de la Chambre, que Nicod et Saint-Marc se rendent au Congrès de Paris en octobre, ce dernier bien décidé à attaquer Prades sur sa gestion. Et qu’importe que Prades passe la main ou qu’Eugène Guérard lui succède, les ouvriers d’Oullins ont des préoccupations d’un tout autre ordre.

  • 168 Cet épisode est développé in Christian Chevandier : « Quand le P.L.M. annonçait la fermeture d’un (...)

22Ainsi, rapidement, sans vraiment léser ses intérêts, la Compagnie a réussi à terrasser une organisation puissante. Peut cependant sembler paradoxal le fait que ce soit justement l’organisation qui avait fait échouer la grève de l’été qui soit ainsi frappée, alors que les Ateliers du P.L.M. sont certainement une des rares grandes usines de la banlieue sud-ouest de Lyon à n’avoir pas connu une grève significative, pas même un arrêt de travail depuis dix-sept ans. Noblemaire en explique la raison, dans sa lettre à Chabrières-Arles : « A Oullins, ainsi que vous me le dîtes, il n’y a pas eu de grève, on a même désapprouvé la grève de Paris. Mais les termes même de cette désapprobation montraient qu’on la désapprouvait surtout parce qu’on la considérait comme prématurée ». La cause de toute cette agitation est bien dans l’appréhension que peut avoir la direction de la Compagnie, estimant plus potentiellement dangereuse que réellement rassurante la position modérée des militants syndicalistes. Il n’est plus question, dès les derniers jours de l’été, de fermer une partie des Ateliers, si cela a jamais été réellement envisagé, mais le projet, ancien de près de dix ans, de regroupement des Ateliers du P.L.M. n’est plus qu’un souvenir168.

  • 169 Les rapports de police cités infra sont déposés aux A.D.R., dossiers 10 MP 06, C6, 037, 041, C45, (...)

23Lorsque s’estompe la crise occasionnée par l’annonce de la réduction d’activité, le syndicat est localement affaibli169. Les rumeurs achèvent de décourager les ouvriers. « On dit tout bas que les meneurs du syndicat ont tous été achetés par la Compagnie et que, par conséquent, il est complètement inutile de vouloir lutter plus longtemps ». Quant aux militants, Saint-Marc en tête, ils semblent avant tout préoccupés par l’évolution du mouvement national. Le second congrès de la Chambre, repoussant à près de six mandats contre un les structures fédératives que prônaient les Oullinois et dont Saint-Marc avait fait son affaire, n’a ajouté qu’une déception supplémentaire à son parcours. La tentative de syndicat autonome, dès lors à nouveau impulsée, est aussi un échec et ce qui reste des sections retourne à la Chambre.

24Cette série de déboires a raison de l’ardeur militante de Claude Saint-Marc. Il s’était lancé à corps perdu dans l’aventure du mouvement ouvrier. Il a presque quarante ans et ne croit plus en rien, n’est même plus syndiqué. Il vivra toujours seul dans son petit appartement de la rue de la Gare, ne retournera pas dans sa Saône-et-Loire après sa retraite et lorsqu’il mourra, dans les années vingt, c’est la police qui, plusieurs jours après le décès, découvrira le cadavre. Pourtant, il reste aux Ateliers, la liste noire de septembre 1891 ayant été mise à jour. Pourquoi se défaire de personnages qui rappellent que l’engagement ne mène qu’à l’impasse ? Ceux qui n’ont pas compris, la Compagnie s’en débarrasse, trouve de toute façon quelque grief à leur encontre, professionnel comme il se doit. C’est début mars que « le nommé Brunier, ouvrier tourneur aux Ateliers d’Oullins [est] mis à la porte pour avoir mal fait plusieurs pièces qui lui étaient confiées » ; depuis quelques temps, « il faisait une propagande acharnée en faveur du syndicat P.L.M. »... Moiroud, entré vingt-trois ans auparavant, à l’âge de quinze ans, aux Ateliers, est révoqué. Ces sanctions produisent « une profonde émotion parmi les ouvriers des Ateliers qui font encore partie du syndicat » et les démissions se multiplient parmi les adhérents.

  • 170 Le Père Peinard, 3/7/1898. Est remarquable, cette année-là, l'utilisation du terme cheminot. Sur l (...)
  • 171 Le Nouvelliste, 17/10/1898.

25Pourtant, parmi le personnel des Ateliers, l’organisation survit. En 1896, il y a, dans l’agglomération, trois groupes du Syndicat national des travailleurs des chemins de fer, et Oullins, bien sûr, est du nombre. Mais les réunions sont rares, peu fréquentées, l’action est surtout de se perpétuer et la dernière décennie du siècle n’est toujours pas, pour les ouvriers des Ateliers, celle du premier mai. En avril 1898, le congrès du Syndicat national décide de préparer « la » grève et donne au nouveau conseil d’administration le mandat de lancer aux Compagnies un ultimatum. Les militants de la région lyonnaise ne sont pas vraiment enthousiastes : « ... le moment est mal choisi », « ... la grève générale est impossible pour le moment ». D’autres sont plus lyriques : « Hardi les cheminots ! Ne foirez pas ! » titre début juillet le Père Peinard170. Mais le mouvement s’accélère. Au cours de la nuit du 12 au 13 octobre, la décision est prise : « Que partout le travail s’arrête en même temps ; que la vie sociale soit suspendue ; que la bourgeoisie capitaliste inhumaine apprenne enfin ce que peut faire le peuple soulevé ». Alors, les installations ferroviaires sont investies par l’armée. Le 14, les fantassins bivouaquent sur les bords de l’Yzeron et stationnent dans les allées, entre les énormes bâtiments du site. A Oullins, Louis Normand, l’ancien ajusteur des Ateliers devenu maire, télégraphie au préfet : « Demande retrait troupe pour sortie des Ateliers Oullins affirme aucune agitation n’importe quels degrés contrairement présence forces incite à récriminations regrettables ». Si ce n’est ce que Normand considère comme un « déploiement ridicule de troupes », cette journée n’est pas vraiment particulière. Aucun ouvrier n’a arrêté le travail. Même les malades sont allés travailler, « ne voulant pas se faire suspecter de gréviste », comme l’écrit le commissaire d’Oullins. À l’échelle nationale, la grève est un échec. Dans l’agglomération, il y a huit grévistes aussitôt révoqués. Le Nouvelliste n’a pas tort de se gausser de « la fameuse grève sans gréviste des chemins de fer171 ».

  • 172 La Tribune de la voie ferrée, 16/9/1899.

26Les militants oullinois étaient peut-être opposés à cette grève, mais la question de leur participation ne pouvait se poser comme au début de la décennie. Ainsi que l’écrit l’un d’entre eux à la fin du siècle, « depuis [cette époque], le groupe d’Oullins s’est reconstitué mais, malgré tous nos efforts, nous n’avons jamais pu jusqu’ici le relever complètement172 ». Un calme certain règne sur les Ateliers au cours des premières années du vingtième siècle. N’émerge que la figure de Jean Rouchon, le secrétaire du Syndicat, ferblantier ardéchois venu travailler à Oullins en compagnie de son frère. Forte personnalité, toujours prêt à vouloir « démontrer aux bourgeois que le peuple veut quelque chose et qu’il se remue », il est hostile à l’intérieur du syndicat aux pratiques qu’il juge trop réformistes, comme pendant le congrès national de 1907, lorsqu’il s’oppose à ce que le Syndicat national envoie des délégations au ministère. Plus en retrait, plus discret, Bournat-Quérat commence à militer plus activement à la veille des années dix.

27Cette seconde moitié de la décennie est pour le syndicat celle d’un renouveau complet. Car, s’il n’y a pas de grand mouvement, un travail en profondeur se fait, visant à donner quelque force au syndicat, rappelant par sa discrétion et l’absence d’action d’envergure la tentative de 1890. Mais là se limite l’analogie. La syndicalisation n’a pas la fulgurance d’alors. D’un peu plus de 500 syndiqués en 1904, l’organisation atteint 1 000 adhérents l’année suivante, plus de 1 350 en 1906, le millier et demi en 1907, un peu plus l’année d’après et 1 650 en 1909. En cinq ans, les effectifs du syndicat ont été multipliés par plus de trois, dépassant les meilleurs chiffres de 1890. Les places fortes se situent dans les deux sites. Ainsi, en 1906, alors que le groupe est divisé en 23 sections, cinq d’entre elles ont au moins une centaine de membres. Les grands bataillons sont ceux de la métallurgie. Le plus important, qui recrute là où sont plus pénibles les conditions de travail, est celui de la Chaudronnerie de fer. Puis viennent l’Ajustage, la Fonderie de fer ; celle de cuivre, avec 97 syndiqués, atteint presque la centaine. Et si l’on excepte les Forges et le Montage aux Machines, la Peinture et le Garnissage aux Voitures, les autres sections ne regroupent pas 50 adhérents. Et brillent par leur absence les employés de bureau.

28Gonflement important des effectifs et activité non revendicative intense : en ce début de siècle, réellement, le syndicat est en train de se construire. Il abandonne son arrière-salle de bistrot de la rue de la Gare pour installer, fin 1904, son siège au bout de la rue du Pont, s’équipe de meubles, d’un dictionnaire Larousse, se fait fabriquer un tampon, acquiert du papier à en-tête du Syndicat national, fournit les syndiqués en insignes du Syndicat national, fait tisser fin 1908 un drapeau rouge frangé d’or, fait l’acquisition d’ouvrages que ses membres peuvent emprunter, organise une caisse de solidarité dès 1905, tandis que les finances propres du groupe sont scrupuleusement tenues et s’accroissent régulièrement, participe à la vie ouvrière de la commune. Les ouvriers du site se retrouvent avec les traminots et les verriers pour monter une Bourse du travail à Oullins, rue de la République. Systématiquement, un ou deux délégués, en essayant d’instaurer une certaine rotation, sont envoyés à chaque congrès du Syndicat national.

29L’activité revendicative reste limitée : pas de participation aux chômages des premier mai, pas de grande grève. On pense bien à faire venir Guérard de temps en temps, on défend les militants victimes de sanctions, et l’avocat du syndicat, le socialiste Marius Moutet, est le meilleur spécialiste de droit social de l’agglomération, formé à bonne école. On colle des affiches, on distribue des centaines de brochures pour la journée de huit heures ou sur tout autre sujet. Mais ce que fait le syndicat, c’est quand même avant tout le syndicat. Il a fallu près de vingt ans pour que se reconstruise l’organisation après la défaite sans combat de 1891, mais ce n’est pas seulement le nombre qui est un atout pour les militants : est à prendre en compte aussi la culture qu’ils se sont forgée, l’identité qu’ils se sont créée. On défile, à l’orée des années dix, derrière le drapeau du groupe, on porte à la boutonnière l’insigne et il est devenu normal, dès le milieu de la décennie, d’être syndiqué, surtout quand on est ouvrier. Surtout quand on est métallo. C’est le chaudronnier s’abstenant de l’adhésion qui est hors norme et les militants sont à l’aise, tout autant dans le Syndicat national des travailleurs des chemins de fer que parmi ceux des autres corporations, dans leur banlieue ouvrière. Alors, en ce début de siècle, l’organisation ouvrière aux Ateliers est, et elle a forme syndicale. Il a fallu près de vingt ans, presque une génération, pour que soient pansées les plaies de 1891.

Les années dix

30En ce début d’automne 1910, le samedi 8 octobre, à Tergnier et aux ateliers parisiens de La Chapelle, quelques cheminots déclenchent un conflit qui, s’il est fulgurant, semble localisé les premiers jours aux réseaux du Nord et de l’État. Dans une atmosphère d’intrigues internes au Syndicat national, appel est lancé à la grève générale dans les chemins de fer. Le même jour, Aristide Briand fait appeler les cheminots à une période d’instruction militaire de trois semaines. Dès le lendemain, les Compagnies révoquent à tour de bras tandis que la troupe occupe gares et aiguillages avant de manœuvrer les locomotives. Le jeudi, Dussaix, ajusteur mécanicien aux Ateliers d’Oullins et secrétaire général du comité de réseau P.L.M., parti animer le comité de grève dans la capitale, prend connaissance de sa révocation ; les membres du comité de grève sont arrêtés à Paris.

31C’est ce soir-là, près d’une semaine après les premiers soubresauts, que les cheminots d’Oullins tiennent leur première réunion dans un quartier où patrouillent biffins et cavaliers. Un comité de grève est déjà formé par le groupe du Syndicat national. C’est en son nom que Bournat-Quérat exprime sa certitude que « la bataille engagée sera un triomphe pour les revendications trop longtemps méconnues des cheminots ». D’autres orateurs abondent en son sens et une nouvelle assemblée est annoncée pour le lendemain, à 5 h. 30, avant la rentrée des Ateliers : il s’agira alors pour chacun de prendre les dernières nouvelles, d’entendre les dernières consignes et de récupérer sa carte de grève. Bournat insiste, conseillant aux assistants d’être calmes et « de laisser la liberté du travail à ceux qui ne seraient pas disposés à suivre le mouvement ». Un ordre du jour acclamant la grève est voté à une grande majorité. Après le dernier appel d’un militant à « ne pas narguer les soldats envoyés à Oullins », la sortie se déroule dans le plus grand calme. Dans la nuit, Massot, secrétaire du groupe d’Oullins depuis quelques semaines, se prépare à monter à la capitale dès le lendemain matin.

  • 173 Les sources policières, principal élément de l’étude de grèves, sont largement lacunaires en ce qu (...)

32Le vendredi 14 au matin, le Progrès titre en page intérieure : « À Oullins, la Grève Générale des Ateliers de Voitures et de Machines est votée173 ». Comme décidé la veille, les Ateliers sont en grève et le Nouvelliste, quotidien conservateur et clérical de la bourgeoisie lyonnaise, estime même dans son édition du lendemain que le débrayage des cheminots oullinois est « le gros événement de la journée à Lyon ». De bon matin, un petit millier de cheminots sont résolus à ne pas aller travailler. Bournat prend la parole avant le départ et recommande le calme le plus absolu ; une manifestation parcourt les rues de la cité, regagne la Brasserie des Chemins de fer avant d’aller à la sortie des Ateliers. Puis le peloton de 25 cavaliers du 7ème Cuirassiers qui protégeait l’opération pénètre dans la cour des Machines. À la mi-journée, sur les énormes portes des Ateliers, la Compagnie fait apposer des affiches indiquant aux ouvriers que, s’ils ne reprennent le travail dans les vingt-quatre heures, ils encourent la révocation pure et simple. Déjà, Massot est révoqué.

  • 174 Il s’agit là du type même de mesure visant à créer un climat d’exception : le décalage des horaire (...)

33A la reprise de treize heures, les entrées sont encore moins nombreuses que le matin. C’est la moitié du personnel qui a, alors, cessé le travail. Une manifestation s’ébranle, précédée par une quinzaine de femmes d’ouvrier des Ateliers, dont deux portent un bébé dans les bras, pour rejoindre les cheminots lyonnais. Ils se retrouvent à environ 4 000 employés du P.L.M., à la Bourse du travail de Lyon. On réclame « Nos cent sous », on chante l’Internationale ou on fredonne une rengaine composée pour l’occasion : « Nous les aurons nos cent sous, Tontaine, nos cent sous nous les aurons, Tonton ». On commence, aussi, à conspuer : « A bas les jaunes ! » A Oullins, ceux-ci sont sortis à 16 h 30, une heure plus tôt qu’à l’accoutumée, sans le moindre incident. Pour les jours suivants, la direction des Ateliers a décidé de retarder d’une heure l’embauche du matin et le fait savoir à la presse174. Ce vendredi soir, Oullins est en ébullition. Mais peut-être la situation n’est-elle pas aussi brillante que peuvent le croire les militants. Comme le souligne le lendemain l’éditorialiste du Nouvelliste, « la grève des Ateliers, si importante soit-elle, ne présente au contraire aucune conséquence fâcheuse et ne préoccupe que peu la Compagnie ». Le mouvement, au niveau national, semble marquer le pas.

34Avant la rentrée de six heures, les grévistes se rassemblent à la Brasserie des Chemins de fer pour une rapide réunion qui se conclut par une manifestation. La rentrée s’est effectuée sans incident ; la direction recense environ 70 défections supplémentaires, mais un nombre à peu près similaire d’ouvriers se présente pour reprendre le travail, en vain puisqu’ils sont invités à faire demi-tour en attendant... leur révocation. Une nouvelle réunion se tient après le déjeuner, où Jean-Louis Nicod, un des fondateurs du syndicat, le seul des compagnons de Claude Saint-Marc qui milite encore dans le mouvement syndical des Ateliers, devenu depuis un peu moins de six mois maire de la commune, essaye de prendre la parole pour, dit-il, exprimer ses craintes sur l’issue du mouvement. Mais des militants l'empêchent de mettre son projet à exécution. La manifestation s’ébranle donc en direction de Vaise, quartier lyonnais pour lequel les Oullinois parcourent huit kilomètres, drapeau au vent, toujours précédés par des femmes de grévistes et encadrés par des cuirassiers. « Rangés en ligne de quatre, ils défilent avec ordre, lentement, avec une discipline toute militaire ». « Ne sommes-nous pas mobilisés ? » rappelle un manifestant aux journalistes. Lorsque passe un train, presque au terme de la manifestation, il est accueilli par une bordée de sifflets et de huées. A leur retour à la Saulaie, le journaliste du Nouvelliste note que « l’usine ressemble à une caserne ». Les effectifs déployés par les autorités montrent bien que, dans la région, c’est à Oullins que se situe l’épicentre du mouvement gréviste. Mais des pierres ont été lancées contre les soldats qui, vers Trayvou, gardent le tunnel de la Mulatière.

35Le dimanche 16 octobre, dans la nuit, une affiche appelant les femmes et les enfants à « faire les cornes » aux non-grévistes a été placardée un peu partout en ville. La production dominicale de Lyon Républicain s’arrache : ce sont les grévistes oullinois qui font la une, avec une magnifique photographie du premier rang féminin de la manifestation. Une nouvelle cependant, répercutée par toutes les gazettes, affecte la communauté. La veille au soir, a Nimes, Dussaix a été arrêté. Trouvé porteur d’ordres de grève et d’une somme de 800 francs, mais aussi de son ordre de mobilisation et, si l’on en croit le Nouvelliste, d’un revolver chargé et de quinze cartouches, il a été écroué sous l’inculpation de port d’armes prohibées, vagabondage et insoumission à la loi militaire. La matinée est calme ; 150 candidats à l’embauche se présentent ce matin-là aux Ateliers pour une visite médicale. Un médecin de la Compagnie les déclare bons pour un service qu’ils doivent prendre le lendemain matin. De nouveaux bruits confus et persistants de révocation circulent et, comme l’explique le chroniqueur du Nouvelliste, « la population se montre très surexcitée par ces mesures de répression et des incidents sont à craindre ». En début d’après-midi, la réunion publique se clôt par une manifestation. Mais - et la provocation n’a rien de bénin - les grévistes portent à leur couvre-chef, ou attachée au bras, leur feuille de mobilisation. Et le syndicat a déboursé deux thunes pour pouvoir parer de coquelicots et d’églantines la boutonnière des militants. Le lendemain soir, a la Bourse du travail d’Oullins, les syndicats des terrassiers, des verriers, de la métallurgie, du bâtiment, des tanneries réuniront leurs adhérents. Les ordres du jour sont peu variés : « la grève des cheminots » ou « la grève générale ». A Paris, l’Humanité du dimanche soir annonce pour le lendemain matin une manifestation monstre.

36C’est ce lundi que tout doit se décider. Plus encore que les jours précédents, Oullins est quadrillé. Le pont d’Oullins est infranchissable : aujourd’hui, les cheminots des Ateliers ne rencontreront pas leurs compagnons des dépôts. Plus que le nombre d’agents ou de cavaliers, c’est celui des ouvriers se remettant à la tâche qui chagrine les syndicalistes, car ils rentrent ce matin, de plus en plus nombreux. La majorité des ouvriers du site ont repris le travail dès le matin, et ils sont encore plus nombreux après la pause de la mi-journée. Peu de grévistes, mais pas de manifestants non plus, car le préfet a interdit tout cortège et s’est donné les moyens de se faire entendre. Au reste, les militants ne semblent pas avoir la moindre velléité de passer outre. « Le désarroi [est] grand parmi le petit groupe des grévistes. Un des meneurs [pleure] de rage » note, lyrique, l’échotier du Nouvelliste. « L’un d’eux [tient] une pancarte avec ces mots : Camarades ! Tous à la réunion Brasserie des Chemins de fer ». C’est en effet dans ce haut lieu de la grève que se tient l’assemblée de la désillusion tandis que sortent des Ateliers les ouvriers, escortés par fantassins et cavaliers. L’ordre du jour qui est adopté rend encore plus évident le trouble et l’absence de prise sur la réalité des organisateurs du mouvement : « Les cheminots d’Oullins en grève [...] décident que tous les camarades d’Oullins ayant repris le travail doivent le cesser immédiatement et reprendre place dans les rangs des grévistes ». Le soir même, les verriers d’Oullins et de la Mulatière, les terrassiers, les maçons et les ouvriers du bâtiment décident d’une grève de solidarité d’une journée, mais 78 ouvriers des Ateliers ont été congédiés. Au niveau national, le recul est à la mesure de la situation oullinoise : devant l’afflux des troupes, le comité de grève a décommandé la manifestation parisienne et, le soir même, il appelle à la reprise du travail.

37Mardi matin, seules les autres corporations qui viennent de se lancer dans une courte grève motivent les cheminots qui ne veulent pas, pas encore, se résigner à rentrer. La tactique gouvernementale est appliquée avec brio par le préfet du Rhône : s’il fallait absolument empêcher toute démonstration la veille, journée décisive, peu importe aujourd’hui que ce qui reste des troupes grévistes se réunisse ! Le mercredi, le Nouvelliste qui, tous les jours depuis le début du mouvement, en annonce la fin, finit par avoir raison. Tous ceux qui le peuvent ont repris le travail, et la Compagnie a même écrit à nombre de révoqués pour leur intimer de se présenter dans les bureaux de leurs chefs d’Atelier.

  • 175 D.C.M.O., 25/10/1910.

38Vient alors l’heure des bilans. Pour le syndicat, c’est aussi l’heure de revenir sur les faits de la semaine et de remâcher sa rancœur. Il fait apposer le samedi 22 des affiches intitulées « Après la grève » et envoie un communiqué à la presse : « Le conflit est terminé. C’est un échec, mais non une défaite. [...] Notre beau mouvement a échoué [...] par la complicité, consciente ou non, de certains individus dont les manœuvres louches ont jeté le désarroi dans nos rangs et fait fléchir une partie des combattants. Rejetez ceux qui n’ont pas craint de venir s’embaucher à la Compagnie pendant la grève, prenant la place de ceux qui se battaient pour le bien de tous ». Ainsi mis en cause, Jean-Louis Nicod se justifie : « Mon action dans les réunions préliminaires a été celle d’un cheminot, adhérent à son syndicat. Ma situation de maire ne m’autorisait pas plus qu’un autre à prendre la tête du mouvement, peut-être moins [...]. J’ai donc cru devoir m’effacer et n’apporter, ni dans un sens, ni dans l’autre, l’influence de ma fonction175 ». Le groupe du Syndicat national ne va pas tarder à chasser de ses rangs Monsieur le Maire, un de ses fondateurs. C’est l’heure des comptes aussi pour ceux qui ont perdu leur emploi. Ils sont au nombre de soixante et l’optimisme qui prévalait dans les jours qui ont suivi la reprise, au moment où les révoqués se voyaient convoqués par les ingénieurs pour être réintégrés, n’est plus de mise. Leur situation est d’autant plus tragique que, mis à l’index par le patronat, ils ont, malgré leur qualification, le plus grand mal à retrouver un emploi dans de brefs délais.

  • 176 L'Humanité, 19/10/1910.
  • 177 Georges Ribeill, op. cit., t. 2, p. 329.

39Il en est un autre qui doit faire ses comptes ces jours-là, au fond de son cachot à Montluc. Dussaix a été ramené entre deux gendarmes et sa situation judiciaire tient plus de Jarry que de Kafka : déjà révoqué lorsqu’il est convoqué en tant que réserviste, que peut-il en être de son insoumission ? C’est sur cette incongruité que s’appuie, pour demander sa libération, son avocat, personnalité du socialisme lyonnais. Marius Moutet s’adresse directement à un Président du Conseil qu’il connaît bien : « Avocat habituel des syndicats ouvriers, vous pouvez d’ailleurs être assuré, si l’on croit devoir maintenir cette mesure, que je saurai mettre à profit pour soutenir sa protestation les leçons que j’ai reçues de vous-même lorsque, avocat des ouvriers, vous m’admettiez à l’honneur de combattre à vos côtés176 ». Mis au secret, Dussaix est relâché après bien des atermoiements de la justice, mais sa carrière de cheminot n’a connu qu’une éclipse puisqu’il sera réintégré à l’Atelier d’Arles. Quant à sa carrière de syndicaliste, elle ne s’achève pas non plus. Il sera en 1920 l’un des plus virulents opposants à la ligne de Bidegaray, leader à la dimension charismatique aux grands Ateliers des portes de la Camargue177, et reviendra parfois sur les bords de l’Yzeron à l’occasion de tourner de propagande.

  • 178 C.A. - C.G.T., 5/3/1912 et A.G. - C.G.T., 19/3/1912.

40Plus tard viendra l’heure des analyses un peu plus élaborées, mais aussi des refoulements, et l’on entendra Roudil expliquer un an et demi après l’automne 1910 que « beaucoup de camarades ont lâché le syndicat sous prétexte qu’on a fait la grève un peu imprudemment ». À peu près au même moment, des militants soulignent en assemblée générale pour les stigmatiser, que « les poseurs [...] ont fait œuvre de jaunes pendant la grève, et ils les qualifient encore comme tels », sans remarquer que, gagnant à l’époque à peu près la moitié de ce que touchait un ouvrier d’Atelier, ils n’étaient pas les moins concernés par la revendication de la thune. En fait, le syndicat est au lendemain du conflit dans un état de réelle décrépitude. Le nombre d’adhérents a chuté, la plupart de leaders ont été révoqués, et ce n’est pas en biffant dans un compte rendu « qu’après la grève les camarades assistaient très peu nombreux aux réunions et que beaucoup de délégués ne devaient pas représenter la majorité des idées syndicales de leur groupe178 » que l’on résout les problèmes.

41Pourtant subsiste l’énigme du lundi matin. Pourquoi ces cheminots, fort nombreux à chômer le samedi, manifestant encore en masse, et longuement, la veille, ont-ils été si rares pour continuer le mouvement après le tournant de la semaine ? Certes, le lundi matin est toujours le moment le plus propice aux reprises du travail. Sans aucun doute apparaissent au niveau local les faiblesses d’un mouvement peut-être précipité par le pouvoir. Le jeu des éléments les plus vindicatifs, profitant de la présence à Toulouse des dirigeants réformistes, laissant de côté des militants socialistes tandis que ceux-ci tempèrent, a un écho bien particulier en ce que vit Nicod. Surprend aussi le caractère peu violent du mouvement, dans un contexte d’occupation militaire et policière de la cité, de recours aux briseurs de grève, de chantage permanent au licenciement, qui prête particulièrement aux débordements. Il convient enfin d’apprécier à sa juste mesure la pratique des autorités préfectorales, répercutant avec un usage fort brillant la politique d’un Président du Conseil connaissant parfaitement, et pour cause, le mouvement ouvrier. Le P.L.M., en réussissant à neutraliser au moindre coût un syndicat pourtant puissant, ne s’est pas non plus vraiment mal démené. Il n’est cependant pas possible de parler de bilan globalement négatif. Sans même évoquer le régime de retraites enfin appliqué - mais il était à l’ordre du jour à la veille du conflit - le souvenir sans cesse rappelé des révoqués jouera dans la décennie qui s’annonce un rôle indéniable dans la maturation des militants novices, permettant au groupe du Syndicat de récupérer beaucoup plus rapidement qu’après le désastre précédent.

  • 179 C.A. - C.G.T., 21/7/1911. Nous disposons des procès-verbaux des réunions du syndicat le plus impor (...)

42Les lendemains de grève durent près de quatre ans, pendant lesquels les militants oullinois reviennent sans cesse sur ce qu’ils appellent « les événements de mille neuf cent dix ». Pour beaucoup de révoqués, le retour se fait au bout de quelque temps. La plupart sont restés dans l’agglomération lyonnaise, voire dans la commune, et reviennent aux Ateliers. Mais ceux qui ne sont pas repris reviennent hanter leurs camarades des Ateliers. Ainsi, lorsque le groupe envoie au XXIIème congrès du Syndicat national Fleury Bony, un tourneur d’une cinquantaine d’années passé à travers les révocations de l’automne, mais dont le tour viendra rapidement, le seul mandat non boutiquier qu’il reçoit est « d’obtenir les réintégrations par tous les moyens possibles179 ». Parmi ceux qui restent, beaucoup ne sont plus au syndicat : l’intimidation, le renvoi de grévistes ont fait hésiter plus d’un, mais aussi l’absence de perspective à terme. Il y a aussi toutes ces réticences par rapport à un mouvement où l’on s’est senti entraîné, à certaines pratiques sectaires des syndicalistes-révolutionnaires, car si aucune voie de fait n’a été exercée contre des non-grévistes, le sort réservé au maire qui désire être réadmis dans le groupe, peut en choquer plus d’un. Et puis, tout simplement, il y a les exclusives : comment se retrouver en nombre lorsqu’est prononcé l’interdit envers ceux qui étaient au travail alors que les grévistes n’étaient plus qu’une poignée ? Et quand l’anathème est jeté sur ceux dont les cotisations ont quelques mois de retard ? Au conseil du 5 septembre 1911, il « est décidé de faire paraître sur la presse un article amnistiant les camarades en retard de cotisation », et le seul fait que l’on use à nouveau du vocable « camarade » confesse que la faute est redevenue vénielle. Il est cependant une faute plus grave, celle de ces citoyens - et l’on se reprend lorsqu’à leur propos échappe le mot « camarade » - qui n’ont pas « fait leur devoir » lors des journées d’octobre 1910. Il faut attendre une réunion du 5 mars 1913 pour que « l’assemblée accepte l’amnistie pleine et entière », et encore n’est-ce qu’à l’issue d’« une violente discussion » à laquelle « prennent part un grand nombre de camarades ». Mais, malgré toutes ces démarches, d’octobre 1910 à juin 1914, le nombre d’adhérents stagne entre 450 et 600, sans réellement se stabiliser. De même, tout au long de ces années-là, le nombre de militants oscille entre 100 et 230.

43Les principaux dirigeants du syndicat ont été licenciés, mais n’en continuent pas moins à militer un moment aux côtés de leurs anciens collègues. Mais ce n’est là que subterfuge, chacun en est conscient et, près d’un an après la grève, lorsque les révoqués, au cours d’une de leurs réunions, « désign[ent] deux des leurs pour aider le conseil d’administration à relever la situation plutôt précaire », une longue discussion s’engage et ils ne « sont acceptés qu’à titre de camarades-conseil, c’est à dire qu’ils ne prendront pas part aux votes ». C’est qu’il s’agit d’assurer la relève : en ces moments, les volontaires ne sont pas légion, et ce sont des militants déjà un peu engagés qui franchissent le pas. Barthélémy Veyret, un chaudronnier habitant Pierre-Bénite, très vieil adhérent au syndicat, remplace Bournat-Quérat qui reste dans les parages, prend la parole lors de nombreuses réunions, prête son nom pour, en 1914, mettre à l’abri une partie des fonds du syndicat. Son successeur se trouve mal dans ce rôle, argue de « son manque d’instruction » pour ne pas représenter le groupe lors du congrès de 1912. Parmi les militants qui apparaissent alors, tous sauf Béranger n’auront qu’une éphémère carrière syndicale.

  • 180 Jean-Jacques Becker, Le Carnet B, Paris 1973, p. 170 et A.D.R., 4 M 301, rapports du commissaire s (...)

44De ces syndiqués qui émergent, l’âge varie entre 30 et 50 ans, l’origine est le plus souvent rurale et non rhodanienne, tandis que la qualification laisse apparaître une sur-représentation des manœuvres. Ce n’est pas vraiment surprenant : cette catégorie se retrouve rarement dans les instances et n’est là que pour prendre la relève lorsqu’en sont licenciés les membres. L’impression domine que l’on a pris qui l’on a trouvé, et que la peur d’une nouvelle répression a largement joué, non sans raison puisqu’en janvier et septembre 1912 deux syndicalistes de la nouvelle équipe sont révoqués. Cette partie de la décennie ne voit pas le moindre mouvement, signe s’il en est de la précarité d’une convalescence, car à quoi sert un syndicat si n’est tentée aucune action revendicative ? Même la journée du premier mai ne fait pas l’objet de la moindre discussion en conseil ou assemblée. Alors, que font les militants ? Ils remâchent les rancœurs nées de la grève, règlent le tout-venant, courent après l’argent qu’a pris Fauchet, s’abonnent aux revues militantes et en résilient l’abonnement au gré des tendances, préparent les congrès, vont aux congrès, rendent compte des congrès. En cette veille de cataclysme, cela occupe bien. Pourtant, le monde bouge. Il va trembler et chacun le sait. Dès le début de la décennie, il est prévu que « la gendarmerie d’Oullins fera le cinquième jour [de la mobilisation] les arrestations à Oullins et à la Mulatière, appuyée par un détachement de un sous-officier et trente hommes du 109ème Régiment Territorial et assistée de deux agents de la Sûreté. Les individus arrêtés seront conduits à Lyon, à l’usine des câbles électriques ». Au moins cinq cheminots d’Oullins, autant de révoqués, dont Bournat-Querat et le secrétaire de la Bourse du travail, sont inscrits au carnet B180. Et que préparent pendant ce temps ces dangereux révolutionnaires ? Alors que la C.G.T. envoie aux syndicats des circulaires « pour la propagande qu’il y aurait à faire concernant les menaces de déclaration de guerre, le conseil [du groupe d’Oullins] décide de laisser les camarades libres de leurs opinions à ce sujet ».

45Ce samedi premier août 1914, alors que l’Humanité n’est qu’un immense faire-part, dans les grands Ateliers du bord de l’Yzeron, on mûrit la reconversion d’une partie de la production. Les affiches annonçant la mobilisation ne sont pas lacérées. Le carnet B ne sert à rien. A l’assemblée générale du 12 août, devant un petit nombre d’assistants, on parle surtout... de l’orphelinat. Devant la bourrasque, on s’est demandé si les cotisations devaient encore être perçues. Cela se fera, car, « plus que jamais elles seront nécessaires pour assurer la vitalité de notre Orphelinat qui devient, vus les événements actuels, de plus en plus nécessaire ». Le principal problème des militants est leur petit nombre : peu aux réunions, peu à militer, peu à payer leur cotisation. Près de 400 syndiqués au premier trimestre 1914, ils ne sont qu’à peine 200 une année plus tard. La chute, brutale, du nombre de cotisants s’est effectuée au tournant de ce tragique été. L’année 1915 est pour les syndicalistes oullinois la plus longue. Les effectifs ont atteint leur plus bas niveau, stagnant avec constance aux environ de 200. Lors de la seule assemblée générale dont le compte rendu est consigné dans le gros « livre des procès-verbaux » relié de toile noire, Béranger, le secrétaire du groupe, « demande aux camarades présents de faire le plus de propagande possible auprès des hésitants et isolés pour les ramener dans le rang ». En fait, en dehors de l’habituelle activité syndicale (renouvellement du bureau, rapport de la commission de contrôle sur « la tenue irréfutable des livres », etc...), l’essentiel de la réunion est consacrée à la fête donnée en faveur... de l’orphelinat, institution dont Béranger « fait ressortir la grande utilité [...] et invite les camarades à rappeler leurs devoirs aux cheminots pères de famille ».

461916 ne commence pas sous de meilleurs auspices. Pourtant, la chute des effectifs du syndicat est enrayée. Il y a même, au printemps, une cinquantaine de nouvelles adhésions. Pour la première fois depuis l’avant-guerre, le syndicat organise au cours du premier trimestre 1916 une réunion de propagande. Le renouveau d’activité est avant tout axé sur des revendications de type syndical classiques, en particulier salariales. Dans le même temps, se mettent en place des rapports de collaboration entre organisation syndicale et direction de la Compagnie. Au début du mois de septembre, Béranger fait partie de la délégation qui rencontre Noblemaire, le directeur du P.L.M., qui ne manque pas d’« [inscrire] les revendications ». Il n’existe nulle part la moindre trace d’activités antimilitaristes, ou simplement pacifistes, des cheminots d’Oullins. Trois d’entre eux, pourtant, sont « punis de prison pour motif sérieux ».

  • 181 Annie Kriegel, op. cit., pp. 374-375.

47C’est aussi en cette fin d’année que s’instaurent, non pas des pratiques, mais un débat sur un sujet généralement tabou en ce type d’assemblée. Laurent, un cheminot qui allie un militantisme syndical pur et dur à des convictions humanistes fort proches de l’anarchisme, propose de « faire appel à la solidarité des syndiqués en leur demandant de verser une certaine somme pour offrir des gratifications à ceux des nôtres qui n’en ont pas ». Le débat s’instaure, la proposition est « vivement discutée », et finalement repoussée par des syndicalistes plus pragmatiques. Puis, venu de la plupart des syndiqués qui « demande [...] si on ne pourrait pas offrir de par un moyen quelconque des gratifications à ceux qui n’en ont pas », le débat rebondit à la mi-décembre. La réponse du conseil est on ne peut plus classique : « On ne peut, vues les difficultés de la vie, faire appel aux camarades », « ceci créerait un précédent », et d’inviter les « camarades qui n’ont pas eu de gratification à réclamer collectivement » ! En fait, la crainte de voir les candidats à la syndicalisation refréner leurs ardeurs explique pourquoi sont si effarouchés les syndicalistes. Un tel partage « porterait plutôt le découragement aux camarades qui voudraient adhérer ». C’est que le gonflement des effectifs est à l’ordre du jour. Avec le règlement de leur cotisation par 610 travailleurs des Ateliers, se précise une dynamique qui fut brisée net par la grève de l’automne 1910. Cette évolution n’est pas propre aux groupe d’Oullins, puisqu’elle atteint l’ensemble du Syndicat national, du fait notamment de la campagne menée cette année-là pour une indemnité de cherté de vie181.

48Le 28 janvier 1917, réussit une fusion de la plus grande portée et est formée la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer, devenue la première au sein de la C.G.T. Le débat engagé autour de cette opération n’intéresse que peu les cheminots d’Oullins et, comme toujours en pareil cas, la terminologie usitée mettra longtemps à s’adapter à l’évolution. Malgré la substitution rapide de la carte confédérale au carnet du Syndicat, des mois plus tard, Béranger se présente comme « secrétaire général du groupe d’Oullins ». Il faudra attendre la rupture et la scission, les deux fédérations concurrentes, l’émergence aussi du syndicat professionnel, pour que l’appellation correcte soit utilisée, et il s’agira surtout à ce moment de savoir de quoi l’on parle. Plus qu’une fusion concernant avant tout le personnel roulant, c’est l’afflux de nouveaux adhérents qui transforme l’ancien groupe devenu syndicat. Ils sont 1036 cotisants au cours du premier trimestre 1917, presque 5 fois plus qu’un an auparavant, et 1285 fin juin, deux fois plus nombreux à la Saint-Jean qu’à Noël. Le mouvement continue les mois suivants.

49Plus nombreux les cotisants, plus nombreux les militants : dès janvier 1917, les candidats aux différents postes ne sont plus introuvables, et les sections sont vite pourvues de collecteurs. Plus nombreux aussi les participants aux réunions : moins d’absents aux conseils, même lorsque leurs sessions deviennent bimensuelles après mai 1918, plus de présents aux assemblées. Cet afflux génère aussi ses inconvénients. L’orphelinat et d’autres institutions risquent d’être amenés à « déposer leur bilan » devant l’inflation de cotisants, demandeurs éventuels. C’est pourquoi le conseil d’administration, lors de sa séance du 13 avril 1917, décide « que les syndiqués n’ayant pas six mois de stage au syndicat n’[ont] pas droit aux renseignements gratuits de l’avocat de l’Organisation ». Syndiqués stagiaires ! La distinction entre l’ancien et le néophyte n’est plus seulement d’ordre honorifique, mais a des répercussions statutaires sur la nature même des rapports entre le syndicat et ses membres. Parmi les nouveaux adhérents, ces femmes qui ont pénétré dans une usine qui, jusque-là, les ignorait. Organisées jusqu’en 1918 dans un groupe spécifique, elles intègrent alors les sections d’atelier et y payent leurs cotisations. Elles sont aussi présentes aux assemblées générales du syndicat, entre une quinzaine et une vingtaine. Malgré ces changements, les activités du syndicat sont souvent élaborées en fonction de l’urgence qu’il peut y avoir « à présenter un rapport à l’assemblée tendant à fusionner toutes les sociétés de couronnes existantes » ou à décider qu’« une commission chargée de ce travail [soit] nommée par l’assemblée ».

50Le syndicat d’Oullins n’est pas uniquement préoccupé par ce qui se passe sur les rives de l’Yzeron et les militants locaux participent à la vie des structures nationales. Aux différents congrès, les Oullinois envoient leurs représentants, souvent sans les mandater, ce qui ne manque pas de poser parfois problème, et c’est ainsi que Laurent et Béranger partent au congrès confédéral de juillet 1918 alors que, « après une discussion assez longue, l’assemblée [a décidé] de laisser toute latitude aux délégués ». Sur place, ils sont pris d’une crise de scrupules en plein congrès et envoient au conseil, en catastrophe, une dépêche pour donner « l’ordre de faire le vote ». Parfois, « les deux délégués [ont] un mandat ferme sur l’ordre du jour », mais la fermeté de la position ne va pas de pair et, au congrès fédéral de juin 1918, ils doivent rester « neutres sur l’affaire Bidegaray ». En fait absences de mandat ou instructions pour le moins timorées ressemblent fort à un moyen d’éviter tout débat pouvant faire s’opposer les militants. Même lorsque, après discussions, le syndicat « accepte d’envoyer un délégué » au congrès organisé dans une ville de Saint-Etienne en situation quasi insurrectionnelle, « il est démontré clairement que le délégué ne pourra pas être mandaté, la communication [...] étant parvenue trop tard ».

  • 182 A.N., dossier F7 13683 rapport du commissaire spécial de la gare de Dijon, 25/7/1918.

51Mais l’action syndicale n’en est pas moins engagée. Outre la traditionnelle demande de réintégration des révoqués de l’automne 1910, le syndicat reprend à son compte les revendications du personnel : amélioration des conditions de travail, y compris dans leur aspect disciplinaire, réduction du temps de travail, meilleure rétribution de ce labeur, et ceci intervient après trop d’années d’inaction, et dans un contexte trop chargé, pour ne pas mériter attention. Très prosaïquement, les syndicalistes des Ateliers demandent « le retour à la journée de 10 heures ». Ils sont d’ailleurs à ce point en phase avec les désirs des ouvriers que, au grand dam des militants, ceux-là les débordent. Ici et là, sans les leaders et contre leur avis, des actions se déclenchent. « Sans critiquer [les ateliers où il a démarré] de leur mouvement », un militant parisien venu à Oullins « regrette que des ordres ne soient pas venus et explique que le projet pouvait en être gêné ». Entre l’administration et l’organisation syndicale, des discussions se mènent, en effet, à ce sujet, et sont sur le point d’aboutir. Midol rencontre, le jour même de l’assemblée générale oullinoise, un officier supérieur du 2ème bureau182. Ce n’est pas seulement dans son aspect quantitatif que la durée du travail provoque l’ire des ouvriers. Passe encore que l’on travaille, au moins, 66 heures hebdomadaires, mais que soit respecté le repos dominical !

52Mais la principale préoccupation, celle qui sans cesse revient, est pécuniaire. On travaille beaucoup plus, on gagne beaucoup moins. Quoi d’étonnant, donc, à ce que, par un biais ou par un autre, la paye revienne, sujet le plus brûlant, au cours des réunions syndicales. La principale cible est le travail à la tâche, générateur d’arbitraire, d’insécurité. C’est pour en obtenir la suppression que, début mars 1918, le syndicat déclenche un mouvement dont la forme, hybride, semble allier grève du zèle et grève administrative. A en croire Galland, un militant de Perrache, « ce travail fait dans les Ateliers pour la suppression du travail à la tâche [obtient] un résultat assez favorable [...] qui a permis de mettre un terme à un marchandage honteux ». Lorsque la Compagnie tarde à mettre en application l’octroi de nouveaux tarifs, le syndicat préconise le refus de la paye, et un « mouvement en faveur de l’indemnité de résidence » est très suivi. Qu’ils en soient conscients ou non, les militants oullinois semblent avoir compris que c’est par une campagne en faveur d’une indemnité de « cherté de vie » que s’est amorcée, en 1916, la résurrection du Syndicat national. Les démarches locales s’inscrivent bien, en ce second semestre 1918, dans la politique fédérale d’élaboration commune, avec les autorités, de textes régissant la vie des cheminots. Comme l’explique Béranger en septembre 1918, « le ministre des Travaux Publics ayant à l’étude le statut du personnel, les cheminots doivent prendre bon espoir de voir aboutir la nationalisation des Compagnies de Chemins de Fer ».

  • 183 Georges Ribeill, op. cit., t. 1, pp. 157 et 164.
  • 184 Il fallut attendre la guerre suivante pour que, dans un local de la rue des Ateliers, sur le site (...)

53Pour la première fois, la direction des Ateliers ne considère pas le syndicat uniquement comme l’ennemi, le gêneur dont il faut absolument se débarrasser, mais l’intègre dans sa gestion de la main d’œuvre en tant que partenaire. L’Ingénieur en chef s’adapte d’ailleurs si bien à cette pratique qu’il donne l’impression d’une longue expérience, arrivant à gêner les militants en recevant l’un d’entre eux en l’absence des autres. En étant l’interlocuteur du syndicat de « son » Atelier, l’Ingénieur en chef reste somme toute dans son rôle. Il l’outrepasse parfois, et précède l’intervention de l’organisation. Ainsi, à la veille de l’automne 1917, il prend de court le syndicat. Tandis qu’un tourneur des Machines est en train d’établir pour l’organisation syndicale un rapport « au sujet du prix exagéré que la Compagnie fait payer la houille à ses agents », il est déjà intervenu, en même temps que la Renaissance, auprès de la division des charbons. Ce n’est là que détail. Plus importants, et sans aucun doute originaux, sont les rôles que se répartissent, dans un autre domaine, direction et syndicat. La guerre fait tourner à plein régime les Ateliers. Wagons, voitures, machines sont dans un tel état ! Et l’on travaille au moins dix ou onze heures par jour. Dans ces conditions, on n’a pas envie de tramer pendant la pause de la mi-journée, car plus vite on reprend, plus vite on pourra repartir le soir. La pause est vite réduite à 90 minutes, au grand contentement des tenanciers d’estaminets des alentours, car on n’a plus le temps de rentrer chez soi. Alors, pourquoi ne pas organiser confection et distribution des repas ? Mais qui en prendrait en charge l’initiative et l’organisation ? Traditionnellement, le P.L.M. préfère ne pas gérer directement ce type d’institution, confie l’administration de réfectoires à un concessionnaire et, comme la Compagnie de l’Est, privilégie le développement de sociétés coopératives plutôt que d’impulser des économats183. Cet été 1918, c’est le syndicat qui organise cette cantine. A l’assemblée générale du premier juin, il est décidé « qu’une commission d’étude sera nommée dans une réunion qui se tiendra [une semaine plus tard] pour étudier le mode à employer pour la formation d’une cantine à Oullins ». À celle de début août, c’est « le principe de la cantine gérée [par les sociétaires eux-mêmes qui] est adopté à l’unanimité ». Une salle est fournie par la Compagnie qui, moins d’un mois plus tard, confie un local rue des Ateliers, sur le site même des Machines. Tout est préparé. Tout est prêt. Et rien ne sera mangé ! Le retour de la paix, la journée de travail qui va singulièrement rétrécir quelques mois plus tard, les relations plus tendues entre les dirigeants des Ateliers et les syndicalistes, les éléments s’accumulent qui ne donnent pas au projet déjà bien avancé l’occasion de se concrétiser184.

54La prime de résidence, la cantine, cinq ajusteurs payés comme aide-ajusteur, les préoccupations des syndicalistes des Ateliers semblent bien dérisoires tout au long de ces deux dernières années de guerre : il n’est fait que trois fois allusion au conflit lors des réunions syndicales et une seule fois la Révolution russe. Certes, on clôt les assemblées par des formules du type « Vive l’émancipation des travailleurs qui sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes », mais à aucun moment les cheminots d’Oullins ne participent aux mouvements qui touchent, dans l’agglomération, les grandes usines, et notamment les unités de production de l’industrie de guerre. Au syndicat des Ateliers d’Oullins, on ne doit faire « aucune politique [...] au sein de l’organisation ». C’est plus prudent en effet. Mais pourquoi alors certains d’entre eux se retrouvent-ils en prison ?

55Ainsi, à la fin de la guerre, le syndicat a une physionomie qui n’a plus rien de commun avec celle d’avant l’été quatorze. Une croissance fulgurante, qui ne s’arrête pas lorsque se taisent les canons, a aussi modifié les positions politiques : même si les militants n’en pensent pas moins, ils se gardent de faire prendre parti au syndicat. S’engage d’ailleurs une véritable relation dialectique entre le nombre et la radicalisation, et le syndicat des deux dernières années de guerre n’est plus celui qui excluait le maire. Combien significatives sont, de ce point de vue, tout autant la volonté de ce chef d’équipe à quelques mois de la retraite, qui tient absolument à se syndiquer, que la valse-hésitation des militants avant qu’ils ne l’acceptent.

56Le nombre n’a pas édulcoré l’identité de l’organisation, mais lui a donné les moyens d’amplifier par des pratiques nouvelles sa crédibilité et l’expérience de ses militants. Si les rapports avec la direction locale demeurent la plupart du temps conflictuels, ils peuvent avoir une autre dimension, et une pratique constructive de prise en charge directe par l’organisation de projets concrets s’est amorcée. Si les événements qui s’accélèrent ont souvent empêché la réalisation de ces chantiers, il est remarquable de voir que celui de la cantine, le plus avancé, se réalisera lors de la guerre suivante. Et s’il est une bataille qu’a désertée le syndicat, c’est celle de la guerre. Les syndicalistes des Ateliers, avant-guerre, n’étaient pas très virulents, et plutôt que de déclarer la guerre à la guerre, préféraient « laisser chacun libre de ses opinions », et pas plus la « der des ders » qu’Octobre ne font vibrer les cheminots d’Oullins.

Dix-neuf et vingt, les années cruciales

57Dès janvier, le soldat démobilisé, qui retourne aux Ateliers, y trouve d’autres soldats encore mobilisés, ces poilus que le syndicat organise et qui ont des réunions spécifiques à la Bourse du Travail. Baisse de la durée quotidienne du temps de travail, arrivée des démobilisés, l’habitude endémique d’un second emploi dans une autre entreprise devient une préoccupation pour le syndicat dont ces cheminots, épuisés et en situation pas vraiment régulière, ne peuvent être des militants modèles... Les syndicalistes se mettent à « récriminer contre ceux qui [...] travaillent à l’extérieur ». À la fin de l’hiver, deux ouvriers « travaillant chez Martin en dehors des heures d’atelier » s’expliquent devant le conseil syndical. Au début de l’été, c’est même un manufacturier qui estime devoir envoyer un courrier au syndicat « au sujet des ouvriers du P.L.M. travaillant chez lui après l’heure ». Sans jeter l’anathème, l’organisation fait mine de réprouver ces comportements, mais parfois se contente de prendre acte. Quête d’une respectabilité, mais sans aucun doute plus encore rapport de convenance avec cette déontologie ouvrière qui veut que le travail effectué soit conforme aux possibilités du travailleur et que les changements indispensables soient le plus efficient possible : lors d’une réunion, un conseiller du syndicat « invite Béranger à signaler à Midol la mauvaise volonté des dirigeants pour augmenter et moderniser l’outillage commun ». Mais - et la conduite tenue lors des derniers mois de guerre n’est pas objet de rupture - les dirigeants locaux sont avant tout considérés comme des interlocuteurs. Les sujets abordés lors des entrevues relèvent de la gestion à court terme des préoccupations des salariés. De nombreuses rencontres, qui s’inscrivent donc dans le cadre d’une politique fédérale pour les syndicats et nationale pour les Compagnies, tiennent du recours.

58Certes, retour d’une pratique oscillante, on dénie l’autorité des petits cadres, mais le principe d’une division hiérarchique du travail n’est pas remis en cause, et l’organisation « demande aux manœuvres spécialisés de donner par écrit à leur administrateur leur idée au sujet du passage d’un manœuvre non spécialisé en catégorie supérieure », et c’est de l’Ingénieur que des conseillers syndicaux tentent d’obtenir que, pour le pont du quinze août, « les permissions soient accordées à tous ceux qui les [demandent ou,] si la chose n’est pas possible, [qu’il fasse en sorte] que le pourcentage [de ces permissionnaires] soit [...] élevé ». C’est que, cette-année-là, l’Assomption tombe un vendredi, que les ouvriers semblent résolus à profiter d’un long week-end et que le syndicat, après avoir organisé un référendum à ce sujet, craint une action venue de la base. Et puis reviennent certaines revendications du temps des premières coalitions : au cours d’une assemblée générale, un « camarade chauffeur de four prend la parole et demande que le combustible employé pour ces fours soit de meilleure qualité, le rendement ne pouvant être le même avec le charbon de qualité inférieure ».

59La direction de la Compagnie montre plus que des réticences à s’affairer au chantier du statut du personnel. Pour accélérer le mouvement, et dans un contexte fort peu discret de dissensions fédérales, l’Union des syndicats du P.L.M. lance pour le 25 janvier un mot d’ordre de grève, d’une heure pour les ouvriers d’ateliers. Deux jours avant le mouvement, au cours de l’assemblée générale, après de longs palabres sur les gratifications, les infirmiers, l’audition des rapports moral, financier, de la caisse de solidarité, de la commission de contrôle, de la commission des cueillettes, de la commission sur le devenir des sociétés des couronnes et « le renouvellement du conseil d’administration », les syndiqués peuvent entendre « le camarade Béranger [faire] un pressant appel à tous les camarades présents dans la salle et les [exhorter] à observer plus que jamais la discipline syndicaliste nécessaire dans tous les moments troublés [traversés] actuellement ». Le mouvement est bien suivi sur tout le réseau, à tel point que Midol se retrouve en prison. Les Oullinois, dès qu’ils l’apprennent, décident « en vue des événements qui pourraient se produire la formation d’un comité de grève. Les noms [de ses membres] doivent rester inconnus ». Il est prévu que le nouveau bureau, élu à bulletins secrets lors de cette réunion, « fera le nécessaire pour organiser une assemblée générale si l’ordre de grève arrivait ». Mais ni la Fédération ni la C.G.T. ne veulent se laisser entraîner dans une aventure qu’elles n’ont pas voulue. Un chef monteur, un brigadier ajusteur et une employée, veuve d’un ancien syndiqué des Machines, n’en sont pas moins exclus, ayant fait connaître leur opposition au mouvement. « Les ex-réfractaires » au précédent mouvement qui ont participé à celui du 25 janvier « seront sur leur demande réintégrés au syndicat ». En revanche, ceux qui « étaient malades ou permissionnaires [ce jour-là] devront faire une déclaration écrite comme quoi ils adhèrent à [ce] mouvement ».

60Traditionnel, le chômage du premier mai prend cette année-là une autre ampleur. La Chambre adopte à la hâte le 23 avril la loi des huit heures quotidiennes, réforme en partie mise en place une semaine plus tard au sein des Compagnies. La Fédération lance cependant un mot d’ordre de chômage dont la durée varie de trois minutes à vingt-quatre heures selon les services. Pour les Ateliers, c’est le maximum... Il faut attendre la dernière semaine d’avril pour que les syndicalistes d’Oullins, à la fin de la réunion du conseil, énumèrent les « mesures à prendre pour le 1er mai ». Le lundi 28 au matin, les membres de la délégation se rendent auprès de l’Ingénieur afin de « l’avertir de [leur] intention de chômer le premier Mai et pour les dispositions à prévoir dans ce cas ». Puis le lendemain, à 18h.30, se réunit l’assemblée générale. Après adoption à l’unanimité du procès-verbal de la réunion précédente, on élit les délégués au congrès fédéral. Puis on nomme la commission chargée de la préparation et de l’organisation de « la fête qui sera donnée prochainement au profit de l’orphelinat ». Et ce n’est qu’ensuite que « le camarade Béranger aborde [...] la question de la journée du 1er Mai ».

61Le jeudi premier, il faut aller retirer dès 8h.l5 sa carte de chômage dans la cour du patronage de la rue Diderot, puis se rendre « Place des Ecoles de la Bussière choisie comme Forum où a lieu le Meeting annoncé », et se retrouver l'après-midi à la Saulaie pour la manifestation. Pendant plus de quatre heures, le cortège parcourt Oullins, mais aussi Pierre-Bénite et la Mulatière, puis s’étire « aux accents de l’Internationale » devant la mairie où Jordéry reçoit une délégation. La grève a été bien suivie ; les défections sont surtout le fait des journaliers, en situation plus que précaire puisque c’est le moment ou beaucoup d’entre eux sont sur le point d’être commissionnés... ou congédiés. Ils risquent d’être au premier rang des victimes « des conduites envisagées par certains camarades pour ceux qui n’ont pas participé au 1er Mai », car, c’est devenu une habitude, plutôt que de s’attarder à dresser un bilan de l’action, on châtie ceux qui l’ont boudée. Le conseil d’administration, à la rubrique « sanctions du 1er Mai », élabore une nomenclature toute en nuances. L’abstention lors des cérémonies est vénielle, mais hiérarchisée : « Pour le militant, blâme pour faute syndicale et pour [les] syndiqués, réprimande ». Quant à « ceux qui n’ont pas de motif valable pour n'avoir pas chômé le 1er Mai, mise à la porte du syndicat » ! Mais « chaque administrateur remettra [la] carte [de] chômage à ceux qui donneraient [des] justifications suffisantes pour ce 1er Mai ». Mais à ne voir que les côtés négatifs de ce mouvement, largement mis en valeur par les syndicalistes eux-mêmes, on occulte ce qui est la première réussite d’une action de cette ampleur depuis l’échec de 1910. À l’assemblée générale du 10 mai, « Béranger remercie les camarades pour leur bonne tenue et leur unanimité à fêter le 1er Mai, et en particulier les camarades poilus qui sans hésitation et dans un ensemble parfait se sont joints à la manifestation de ce jour ». Signe, en effet, de ce succès, la participation de ces cheminots à part, exposés à un surcroit de répression. La révolution n’a pas eu lieu. Mais les cheminots d’Oullins ont fait grève, et ce n’est déjà pas si mal...

62Les congrès syndicaux, celui de la Fédération à la mi-mai 1919 et celui de la C.G.T. en septembre, où se jouent le pouvoir et les places, ne passionnent pas les militants oullinois. Le congrès fédéral restreint, qui se tient à Paris fin janvier, n’est même pas évoqué lors des réunions oullinoises. Le congrès fédéral de mai se réunit aussi à Paris. L’assemblée générale du 29 avril désigne les délégués : Sol et Thomas, mais aussi Laurent. Béranger, quant à lui, est présent du fait de ses responsabilités au niveau de l’Union des syndicats P.L.M. Ils n’ont pas de « mandat déterminé » et au cours des séances « ils se prononc[ent] pour la méthode suivie par la Fédération ». Sol, Laurent, Béranger, Thomas même, qui se rallient à Bidegaray ? Comment reconnaître là ces syndicalistes-révolutionnaires, plus ou moins anarchisants ? Dans la justification d’une telle décision, qu’explicite Béranger lors de l’assemblée générale suivante : « Ils ne voulurent point émettre un vote d’après leurs idées personnelles, et s’inspirèrent de l’opinion de leur groupe. Il regrette que tous les cheminots par manque d’éducation et de résolution ne lui aient pas permis de se joindre aux minoritaires ». Désir de mettre leurs mandants en face de ce qu’ils considèrent comme des responsabilités ? Ou tout simplement honnêteté foncière ? Peut-être un peu tout cela à la fois, mais ce n’est en rien mis en avant au cours de la discussion qui s’engage et où une telle attitude leur est reprochée par des militants qui affirment « que les délégués auraient dû s’abstenir puisqu’ils n’avaient pas de mandat ». C’est Bournat-Quérat, venu pour présider la séance, qui prend leur défense, un tel débat provoquant quelque réminiscence : il « ne veut pas désapprouver les délégués qui ont voté selon les conceptions de leur groupe dont mieux que quiconque ils connaissent la mentalité. Il constate qu’après quinze ans de propagande, plus de quatre ans de guerre, Oullins ne se sent pas capable d’une action énergique ». Et d’expliquer que « c’est l’ignorance et l’indolence de la masse qui par son nombre détermine l’orientation modérée de la Fédération ».

63Le congrès suivant est confédéral et se tient à Lyon. C’est le conseil d’administration du syndicat d’Oullins qui, le 26 août, élit à bulletin secret les trois hommes chargés de le représenter, choix ratifié par l’assemblée générale du surlendemain. « L’assemblée fait confiance à ses délégués au congrès pour juger les actes antérieurs de la commission exécutive et du bureau confédéral, en s’inspirant toutefois de l’ordre du jour voté par l’assemblée à la conférence du camarade Mont mousseau ». Mandatés implicitement, et dans un sens qui ne leur déplait pas, les délégués d’Oullins votent contre le rapport moral. Lors du compte rendu que font les délégués à l’assemblée suivante, « à l’unanimité la conduite des trois délégués [...] est approuvée ». Alors, les reproches qu’ils ont dû affronter après le congrès fédéral ont eu raison des positions timorées (et des scrupules) des militants ? Peut-être, mais un autre facteur a pu jouer. Prévue depuis longtemps par la C.G.T., repoussée pour être concomitante avec une action du même type menée par les syndicats belges, britanniques et italiens, une journée de grève est prévue le 21 juillet « pour la démobilisation complète, pour l’amnistie, pour l’arrêt des expéditions en Russie et en Hongrie... » Et, si la grève générale se déclenche, il est question de poursuivre le mouvement jusqu’à la prise du pouvoir. A Oullins, si l’on se donne rendez-vous à 6 heures au patronage pour la « distribution des cartes de chômage », les illusions sur la suite du mouvement sont relatives puisque, outre les gardes de service ce jour-là, « divers camarades chauffeurs de four seront autorisés à travailler ».

64Tout est prêt, mais dans la nuit du 18 au 19 juillet, les membres de la commission administrative confédérale suspendent l’ordre de grève. Cela n’évite cependant point aux « réfractaires au mouvement » de se faire exclure du syndicat d’Oullins car, à la veille du jour prévu, les démissions sont arrivées en masse au syndicat et le conseil qui se réunit quelques jours plus tard décide que « la radiation des Froussards de la veille du 21 [...] sera soumise » à l’assemblée générale, qui décide effectivement de les « radier sans tenir compte de leur démission ». Béranger donne alors lecture de la liste des 27 syndiqués soumis ainsi à la vindicte de leurs compagnons. Parmi eux, cinq femmes, dont trois célibataires, à un moment où les Compagnies remercient leur contingent féminin. Les autres radiés offrent un profil assez varié : sur 9 d’entre eux habitant Oullins et travaillant aux Ateliers deux ans plus tard, deux manœuvres, trois employés de bureau, un ouvrier, un gardien, et deux agents se disant « employé P.L.M. » sans plus de précision. Pas, donc, de petit cadre, mais les actions de janvier et du premier mai avaient largement fait fuir ceux d’entre eux qui n’étaient pas vraiment motivés, et des formalités discriminatrices dissuadaient leur adhésion. Aucun n’est né dans le Rhône et, à l’exception d’un ouvrier natif de Bourg-en Bresse, l’origine rurale prévaut. Rien de très original, dans cette liste, si ce n’est la présence... d’un syndicaliste, Thomas, délégué au précédent congrès fédéral, administrateur qui avait pu se charger de tâches diverses. Le procès-verbal ne souligne pas la personnalité du démissionnaire, mais son nom est le premier de la liste. Étrange, la désertion de ce responsable, avant même que ne soient déclenchées les hostilités. En fait, il s’agit là d’un de ces militants qui s’engagent lorsque, l’organisation se développant à un rythme accéléré, le besoin de cadres syndicaux se fait sentir tandis qu’une responsabilité devient plus valorisante. Les militants ont été d’autant plus heureux de son engagement que les employés de bureau, formés pour des tâches pouvant relever du syndicalisme mais toujours proches géographiquement et idéologiquement de l’encadrement, ne sont pas vraiment dans les Ateliers de la fin de cette décennie une réserve de militants. Emporté par la croissance du syndicat, impressionné peut-être du fait de la campagne d’intimidation menée par les dirigeants des Compagnies, se rappelant sans aucun doute les suites de la grève de 1910 qu’il a vécue, pourquoi ne serait-il pas soucieux de conserver les avantages de plus de quinze ans d’ancienneté, car si l'éducation de ses deux enfants aînés est achevée, il a une petite dernière de deux ans ? Cet été-là, c’en est fini de sa vie militante.

65Les péripéties de la seconde quinzaine de juillet ont aussi renforcé l’opposition du syndicat aux réformistes majoritaires dans le syndicalisme français, et singulièrement à la Fédération des cheminots. Car il est somme toute mal venu de tolérer des dirigeants confédéraux et fédéraux ce que l’on ne pardonne au syndiqué qui préfère s’abstenir d’un mouvement plutôt que risquer de se retrouver sans travail. Au premier semestre, et les positions lors des congrès en témoignent, les syndicalistes d’Oullins ont plutôt cherché à comprendre, voire à concilier, plutôt qu’à s’engager. Ainsi, après le fiasco du 25 janvier, le conseil convient, « pour conserver toute [...] liberté de discussion lors du jugement de l’attitude [...] de tous ceux qui étaient chargés de l’administration syndicale du réseau », de n’assister à aucune réunion convoquée par un autre syndicat « pour y entendre faire le procès de ceux-ci, le Congrès seul étant qualifié pour cela ». Mais passe le premier mai, ne se passe pas le 21 juillet, et c’est la « circulaire Midol au sujet du mouvement prévu pour le 21 juillet », rassemblant les critiques émises par les minoritaires, dont « le conseil décide à l’unanimité moins deux voix [qu’elle] sera lue en assemblée générale sauf le passage critiquant l’action Bidegaray ».

66En fin d’année, les militants les plus sensibles aux idées radicales n’ont plus de scrupules pour affirmer leurs positions... et utiliser les mandats dont ils disposent. Mais les pratiques réformistes, d’un usage fréquent dans le syndicalisme cheminot, ne sont pas remises en cause, loin de là. L’assemblée précédant le congrès de l’Union adopte une motion demandant la réunion de commissions de délégués « pour discuter de la modalité de ce statut ». La position adoptée par les syndicalistes oullinois, cette année-là, est bien exprimée par Béranger, en butte aux critiques après le congrès fédéral, qui « réplique qu’il n’a pas voulu s’abstenir sur l’orientation de l’organisation ». « Il est d’avis que les tendances sont nécessaires, les deux opinions se complètent l’une l’autre et concourent au bien de l’organisation ». Et Roudil surenchérit : « Deux tendances sont inévitables, le point essentiel étant que tous les camarades restent unis et solidaires ». Cette gestion de débats fort politiciens ne peut que s’accompagner d’affirmation des grands principes : « Les cheminots d’Oullins [...] déclarent se solidariser avec leurs camarades slaves et prennent la décision de suivre les ordres donnés par la Confédération du Travail [sic] pour l’affranchissement de la classe ouvrière russe, question intéressant les prolétariats du monde entier, [et] se séparent aux cris de vive la révolution russe, vive l’internationale ouvrière, vive la C.G.T. »

67Les cheminots d’Oullins prennent leur part aux activités réformatrices du syndicalisme de ce temps, mais passent encore plus de temps à gérer ce tout-venant quotidien qui est le lot des militants ouvriers, un quotidien qui n’est d’ailleurs pas forcément en rupture complète avec les grandes idées d’égalité, de fraternité. Dès le début de l’année, comme le préconisent la Fédération et l’Union, les militants du syndicat décident de s’opposer aux primes individualisées, qu’ils considèrent comme une pratique éhontée. L’idée est de collecter une partie de l’argent des gratifications, l’agent en ayant bénéficié reversant une somme calculée en fonction du montant de celles-ci, pour la répartir de manière équitable entre l’ensemble des syndiqués, et notamment ceux qui, pour des raisons statutaires n’y ont pas droit : « Elles seront servies aux poilus syndiqués ayant au moins six mois de cotisation ainsi qu’aux femmes journalières dans les mêmes conditions ». L’assemblée générale décide à l’unanimité du caractère obligatoire du versement pour tous les syndiqués, l’affaire étant bien entendu interne au syndicat. Pour les militants, il s’agit de détourner en une leçon de solidarité et de justice les méthodes de la Compagnie : lors de cette réunion, « Thomas fait l’historique [...] des avantages moraux que procurera la répartition équitable des gratifications ». Malgré quelques refus, on n’en parle plus jusqu’aux jours où est prévue « la répartition des gratifications ». Elle se fait, les comptes ne sont pas très bien bouclés, mais le léger déficit est comblé en prélevant un peu d’argent sur le pécule récolté lors des assemblées : « le sou de location de la salle » versé par chaque participant est largement suffisant lorsque les cheminots se retrouvent à plus de deux milliers ! Tout se passe bien, car l’acte n’était pas gratuit et il est toujours malaisé de parvenir à réaliser un partage, le nombre étant plutôt un handicap ; à la fin de l’année, lorsque la Fédération avance trois propositions : « répartition [...] à ceux qui n’ont pas eu de gratification, abandon total de celle-ci à une œuvre philanthropique quelconque, refus de toucher les gratifications par geste de protestation en faveur du statut du personnel qui seul [...] donnera satisfaction », c’est la première proposition, la moins onéreuse d’ailleurs, qui « est adoptée par l’assemblée moins un dixième des voix ».

68L’année qui suit l’armistice a consacré le tournant opéré au cours des deux dernières années de la guerre. Béranger n’a pas tort d’estimer que le syndicat représente « la classe des cheminots en général et ceux d’Oullins en particulier ». Une immense partie du personnel des deux sites est syndiquée, plus de 2 800 agents ont pris leur carte au cours de cette année, les sections sont au nombre de 25, dont 5 regroupent plus de 200 adhérents. Dans plus de la moitié des sections, il y a des femmes, qui sont une centaine à cotiser. Et ces syndiqués ne se contentent pas de régler leurs cotisations, ils participent nombreux aux réunions. D’ailleurs, même lorsque les autorités, leur faisant interdire le cinéma Eden et la Brasserie des Chemins de fer, tentent d’empêcher les cheminots de se réunir, ils dénichent toujours un endroit pour cela, au besoin en se retrouvant à plusieurs centaines au milieu d’un verger, dans ce coin d’Oullins que l’on nomme le Bel-Air. Regroupant et faisant participer la plus grande partie des travailleurs des Ateliers, implanté dans l’ensemble des services, capable de mener des actions d’envergure et d’exclure ensuite les récalcitrants sans que ses effectifs en souffrent véritablement, se chargeant de résoudre un certain nombre de problèmes quotidiens, en permanent contact avec les dirigeants locaux du P.L.M., reconnu aussi comme interlocuteur par d’autres dirigeants d’entreprise, célébrant comme jamais sur les bords de l’Yzeron le premier mai, jouant au sein de la communauté cheminote un rôle de juge de paix, pouvant collecter et redistribuer des sommes importantes pratiquement sans anicroche, voyant le rêve décennal de Maison du Peuple en train de devenir réalité, le syndicat est devenu une force d’importance au sein des Ateliers. Pourtant, dans l’esprit des contemporains, c’est encore le « groupe », terminologie en usage avant la formation de la Fédération nationale. Il lui faudra un dur baptême du feu pour y gagner sa véritable identité. Le fait que ses militants les plus engagés n’hésitent plus en fin d’année à prendre parti pour la faction la plus révolutionnaire contribue à rendre plus explosive la situation aux bords de l’Yzeron.

69Le 24 février au matin, alors que des sanctions prises par le P.L.M. contre un militant de Villeneuve-Saint-Georges ont déclenché un conflit qui se répand, une délégation se rend chez le sous-chef d’Atelier « pour lui faire connaître la décision de la Fédération de cesser le travail [ce jour] à une heure pour des motifs connus ». Elle « a offert de désigner un certain nombre de grévistes pour effectuer les travaux urgents, mais on lui a répondu que tous les travaux étaient urgents et que dans ces conditions, tout le monde devait travailler. La délégation s’est retirée en ajoutant qu’elle ne pouvait que se conformer à l’ordre de cessement de travail lancé par la Fédération ». A onze heures, donc, chacun sort et se retrouve, pour une assemblée générale en plein air, sur le terrain de la rue Orsel que le syndicat vient d’acquérir pour la Maison du Peuple. Béranger « fait un pressant appel à tous pour que le travail cesse immédiatement et flétrit les camarades hésitants qui n’auraient pas le courage de la défense des droits syndicalistes ». L’ordre du jour par lequel les participants s’engagent à déclencher la grève l’après-midi même est adopté à l’unanimité des présents.

  • 185 Rapport du commissaire d’Oullins, A.D.R., 10 MP C7. Sauf indication contraire, les archives polici (...)

70En début d’après-midi, le commissaire d’Oullins peut écrire : « J’ai l’honneur de rendre compte à Monsieur le Secrétaire Général pour la Police qu’il ne s’est produit aucun incident à l’heure des rentrées des Ateliers de la Compagnie P.L.M., elles ont d’ailleurs été nulles. Monsieur l’Ingénieur en Chef a décidé que demain, et jusqu’à nouvel ordre, les portes ne seraient pas ouvertes. Les ouvriers, trois cents environ, qui étaient venus se rendre compte si des défections parmi eux se produisaient, se sont retirés sans manifester185 ». Les membres du Conseil du syndicat mettent alors en place les modalités du conflit : les cartes de grève sont remises à tous les collecteurs qui se chargent d’en faire la distribution, puis de les pointer après chaque assemblée générale sous le contrôle de cinq administrateurs ; un comité dit de vigilance, chargé de recueillir l’identité des non-grévistes, est formé d’un militant par section, et ainsi personne ne pourra en réchapper ; un cycliste est désigné pour assurer la liaison entre Oullins et Lyon. Le comité de grève, composé d’une vingtaine de militants se relayant toutes les cinq heures, doit siéger en permanence de 7 h.30 à 22h. Enfin, « tout le personnel des Ateliers étant en grève, il ne doit pas y avoir de défection tant pour les apprentis que pour tout employé ». Puis les conseillers s’accordent un quart d’heure de pause avant de se rendre à une nouvelle assemblée générale où les grévistes sont nombreux. Ils votent un ordre du jour où il est question de « calme et [de] dignité », ce que le commissaire traduit dans son rapport par « ordre et sagesse ». La circulaire de l’Union des syndicats P.L.M., arrivée dans la nuit du 24 au 25, signale que l’arrêt de travail sera général à partir de ce jour. Puis consigne est donnée d’apporter d’éventuels ordres de réquisition ou de révocation au comité de grève qui doit se charger de les retourner à l’expéditeur.

71Jeudi 26, comme le mouvement semble prendre son rythme de croisière, il n’y a plus qu’une assemblée générale par jour. Comme la veille, un militant révèle l’identité de ceux qui viennent de rentrer dans les Ateliers. On vote la poursuite de la grève et, avant la fin de la séance, on évoque des rumeurs de révocations. Laulagner, secrétaire adjoint du syndicat, Louche, un conseiller municipal de l’équipe de Jordéry, et quelques autres sont concernés. Ces mesures, et là-dessus policiers et syndicalistes sont d’accord, ne semblent intimider personne. Dans la nuit du vendredi au samedi, un « appel aux cheminots sensés » est placardé dans la commune par un énigmatique et récent syndicat, qualifié bien sûr de jaune par les militants de la C.G.T. On y parle du patriotisme des cheminots. On engage à ce « bon mouvement » que serait la reprise du travail. C’est sur la lecture de ce libelle que s’ouvre l’assemblée générale du jour. Bien que, au petit matin, les gendarmes aient apporté à certains cheminots une convocation militaire, Béranger conclut son intervention à l’assemblée générale en déclarant que « tout marche à souhait ». Puis vient le moment de la lecture publique de la liste des non-grévistes.

72Le lundi 1er mars, les cheminots se retrouvent au Patronage, au nombre de 3 000 selon les organisateurs, 1 500 selon la police. « Béranger comme d’habitude remonte le moral des grévistes et leur annonce que la Renaissance coopérative du P.L.M. est disposée à ouvrir un crédit de quinze jours à ses sociétaires et que d’autres mesures de secours vont être prises pour les cheminots besogneux ». Le commissaire d’Oullins, rédacteur de ce rapport, n’a pas tort de traiter de prime abord ce point. L’année 1920 est celle d’un après-guerre, les années ne sont folles que pour quelques-uns et les salaires vont être encore amoindris du fait du mouvement. Si les grévistes revendiquent le paiement des journées de grève, ce n’est pas uniquement pour une question de principe. Avant de se séparer, les ouvriers des Ateliers « s’engagent à continuer la lutte, même s’il y a des arrestations parmi les leurs ». C’est que, ce jour-là, la tension atteint son paroxysme. Nombre de cheminots sont réquisitionnés et peu leur chaut. Le rapport du commissaire spécial au préfet du Rhône recense 183 cheminots au travail, dans l’agglomération, sur les 1 217 qui ont été mobilisés. Si les rentrées, qui s’effectuent sans incident, sont « à peu [près] milles » dans la journée, le commissaire oullinois note qu'« un certain fléchissement se manifeste chez ceux qui, au début, se montraient les plus ardents. Beaucoup d’entre eux font entendre que le succès de leur entreprise leur paraît douteux ». Ils ont tort, car les Compagnies cèdent sur les cinq points dont la Fédération avait fixé l’acceptation comme condition de la cessation du mouvement.

  • 186 Cette pratique n’est pas aussi inhabituelle que nous poumons le supposer, voir Michelle Perrot, op (...)

73Le deux mars, il n’est pas une heure et l’ordre de reprendre le travail est donné par la Fédération, avec des modalités qui échelonnent l’opération. S’ils pressentent un rebondissement, les Oullinois sont dans l’expectative lorsqu’ils se réunissent comme d’habitude au Patronage de la rue Diderot. La séance commence par un petit bilan, fort éloigné de toute idée de reprise, qui doit prouver « qu’au point de vue financier [les grévistes] peuvent tenir plus longtemps qu’on ne pense », puis un militant intervient pour déclarer « que seuls les ordres de la Fédération seront suivis pour la reprise du travail ». Comme d’habitude, la journée se passe sans le moindre incident, et le commissaire d’Oullins, qui croit dénombrer 4 000 grévistes au meeting de l’après-midi, rapporte au préfet : « La situation demeure très calme, pas d’excitation dans les esprits ». Mais personne ne sait vraiment ce qu’il en est, et les militants ne sont pas les plus assurés. L’assemblée générale qui se tient le 3 mars est significative de cet état d’esprit. Si une série de bilans est dressée, le terme de contremaître à nouveau accolé à celui de renard, dont le syndicaliste chargé du comité de vigilance « signale qu’il tient des photographies à la disposition des camarades186 », les commerçants oullinois ou mulatins ayant su faire preuve de générosité sont cités. Au moment de se séparer, ce sont les revendications qui achoppent au niveau national, payement des jours de grève et abandon des sanctions, qui font l’objet de la détermination des grévistes. Réapparaît la dichotomie estompée depuis quelques jours. Et, alors que l’ordre de la Fédération est connu, les participants « s’engagent à ne reprendre le travail que sur un ordre émanant de l’Union des syndicats P.L.M. [...] et lèvent la séance en continuant la lutte jusqu’à nouvel ordre ». Le problème est bien là, et les militants lyonnais et oullinois, reçus par l’Inspecteur principal, « ont déclaré que les grévistes reprendraient le travail dès que l’ordre serait confirmé par Midol » tandis que « le représentant de la Compagnie leur assure qu’aucune mesure disciplinaire ne frappera les grévistes pour fait de grève et que tous seraient réintégrés dans leur emploi respectif ». Dans la soirée, Midol envoie un télégramme au comité de grève, mais il faut une conversation téléphonique pour convaincre les réticents, sceptiques à propos de l’authenticité de la dépêche.

74Le jeudi 4 mars, à Oullins, la dernière assemblée générale du mouvement est celle des congratulations. Si l’on parle « de laisser les renards de côté », tout est préparé pour que « le travail reprenne en bon ordre et dans le calme » à 13 heures et une délégation s’est déjà rendue chez l’Ingénieur en chef pour en mettre au point les modalités. Le commissaire d’Oullins remarque que la « décision de reprise du travail [est] accueillie avec un soulagement manifeste par l’assemblée. Aucun incident ne sera soulevé avec les ouvriers qui n’ont pas participé à la grève. C’est la recommandation expresse du sieur Béranger, secrétaire général du syndicat ». Deux jours et demi après l’ordre de reprise de la Fédération, les ouvriers se regroupent aux alentours du pont d’Oullins pour rejoindre le poste qu’ils avaient déserté. Le commissaire de la localité peut écrire en début de soirée que tout s’est passé « dans le plus grand calme ».

75En franchissant la Porte de l’Yzeron, en cet après-midi d’hiver, les cheminots peuvent établir un bilan positif de leur grève. Le cas n’est pas si courant qu’il faille le mépriser. D’abord, et ce n’est pas rien, les revendications, du moins les cinq points mis en avant par la Fédération, ont été satisfaites. Il a fallu un mouvement dur pour cela, du moins sur le réseau P.L.M., le plus touché. Et si les Ateliers, et pas seulement sur les bords de l’Yzeron, ont été au premier rang, la Traction, dont la défection avait coûté la défaite de 1910, a cette fois participé au mouvement. De plus, la communauté cheminote ne s’est pas effilochée : malgré le zèle de quelques syndicalistes à la vocation inquisitoriale, les non-grévistes ont été en trop petit nombre pour que la fin de la grève voit s’exprimer des rancœurs qui, au demeurant, n’auraient guère de justifications. Alors que les grèves de ces semaines ont été émaillées de nombreux incidents, Oullins n’en a pas été le théâtre. La solidarité s’est manifestée assez forte dans le reste de la population, les cheminots ont bien résisté aux pressions et l’ordre d’appel militaire est resté sans effet. Les deux mots, revenus comme un leitmotiv tout au long du conflit, calme et dignité, ne semblent pas hors de propos lorsque reprend le travail. Pourtant, perceptible, subsiste quelque amertume à voir interrompre un processus pour lequel certains militants avaient peut-être envisagé une autre issue : au soir du 25 février, les mots de « dictature prolétarienne » résonnaient sous les lambris de la salle de réunion. Lors de l’assemblée générale du 16 mars, un militant « proteste contre la décision de la Fédération pour la reprise du travail et termine par ces termes : victoire des Cheminots mais trahison de la Fédération ». Il a fallu toute l’autorité de Midol pour, une fois arrachées les concessions des Compagnies, faire rentrer les travailleurs du rail de l’agglomération lyonnaise. Mais si la Vie Ouvrière va parler d'« une victoire qui fait honte », c’est quand même un succès dans une histoire ouvrière jalonnée de revers.

76Tout se passe donc bien. Cependant, alors que calme et dignité sont toujours à l’ordre du jour, la direction des Ateliers annonce que le montant d’une mensualité de salaire fixe sera ajouté à la paye des ouvriers qui n’ont pas suivi de bout en bout le mot d’ordre du syndicat, les quelques-uns qui n’ont pas attendu deux jours la confirmation par l’Union P.L.M. du mot d’ordre de la Fédération. Un certificat est même délivré à ces agents « à titre de fidélité ». C’est plus qu’il n’en faut pour que réagissent des ouvriers certains de ne pas toucher leur paye. Des incidents éclatent. À l’Ajustage, il faut séparer deux travailleurs qui en sont venus aux mains. Ailleurs les médailles du syndicat portées par ceux que l’on qualihe de renégats leur sont retirées de force. L’ambiance se détériore si rapidement que le conseil d’administration du syndicat se réunit le lendemain, fait le point et mandate Béranger qui part à Dijon rencontrer Midol « pour faire l’action nécessaire pour le paiement des journées de grève ». Le changement de ton dans la rédaction du compte rendu est significatif du changement de mentalité : avec quelques deniers la Compagnie a su fabriquer des traîtres, et les « diplômes [reprenant] la citation de la Compagnie à ses chers renards », s’ils sont moins onéreux, ont un effet tout autant remarquable. Mais l’activité de l’Atelier doit reprendre ; il n’est pas très facile de concilier exigence productive et gestion plus ou moins provocatrice des suites du mouvement. Les ingénieurs, dont certains sont issus de milieux ouvriers, ressentent assez mal ces manœuvres. Et les ouvriers qui ont repris le travail un jour avant leurs camarades, mais alors que le conflit était virtuellement terminé, ne leur apparaissent peut-être pas comme moins répréhensibles.

  • 187 Rapport du 3/4/1920.

77La Compagnie a su frapper juste, et les mois de mars et avril vont être placés sous le signe de la division. Le syndicat d’Oullins se renseigne ainsi auprès d’autres organisations pour connaître l’attitude de cheminots des Ateliers détachés au moment de la grève. Visiblement, il y a une volonté de mise au ban. Béranger fait grief au cours d’une assemblée générale tenue deux semaines après la reprise à ceux « qui fréquentent [les non-grévistes] et qui n’ont pas le courage de les tenir constamment à distance », et le conseil syndical décide « l’impression de tracts et affiches contenant les noms des beaux-poils à seule fin d’en faire parvenir dans les syndicats de la région pour y donner la plus grande publicité ». Commencent alors les « conduites » : au cours des mois de mars et d’avril, « plusieurs agents non-grévistes sont molestés par leurs camarades ». Comme l’explique dans son style le commissaire d’Oullins, « on appelle conduite un groupe d’ouvriers n’ayant pas travaillé pendant toute la durée de la grève des cheminots, qui attendent un ouvrier ayant lui-même travaillé pendant la grève, l’entourent et l’accompagnent jusqu’à son domicile, en passant par les rues principales de la localité de la sortie de l’atelier chez lui187 ». Ces cérémonies marquent une rupture dans les pratiques syndicales, ou péri-syndicales, et déterminent aussi une ligne de fracture entre les catégories de cheminots : celui qui a fait un ou deux jours de grève, voire dans ce cas neuf jours d’une grève qui en a compté dix, n’est plus un gréviste. Le 30 mars, « le conseil d’administration [du syndicat d’Oullins] décide que tous ceux qui ont recommencé le travail avant l’heure donnée par le groupe d’Oullins, c’est-à-dire 1 heure le 4 mars 1920, seront considérés comme renards ». Et si le travailleur hésite encore sur son engagement, le fait d’être victime d’une conduite ne lui laisse pas vraiment de choix. Ces conduites ne sont pas officiellement impulsées par les dirigeants syndicaux, et Béranger n’a de cesse d’expliquer qu’elles sont inopportunes. Mais les pressions physiques, ou au moins le chantage à l’exclusion de la communauté, étaient dans la logique du comité de vigilance mis en place par le syndicat. Le « trappeur de renard », un des trois secrétaires généraux adjoints du syndicat, est intervenu à toutes les assemblées générales au cours de la grève, des moyens peu habituels, comme la prise de clichés photographiques, ont été utilisés, et si les entrées et sorties de l’usine se sont déroulées sans incident, les grévistes étaient parfois plusieurs centaines à être présents, sans autre raison que l’intimidation.

78C’est aussi pendant ces deux mois que, pour la seule fois tout au long de ces années, un contradicteur, ancien militant C.G.T. venu seul à une assemblée générale, est « sorti de la réunion par des copains énergiques » à l’initiative d’un membre du bureau. Division dans le mouvement syndical aussi, puisqu’est créée le 8 avril à Oullins une section du Syndicat professionnel des chemins de fer. Il ne s’agit pas d’un syndicat patronal, elle ne se présente jamais comme tel et est constituée à l’initiative de trois employés, tous trois syndiqués à la C.G.T. depuis plusieurs années, dont l’aide-ébéniste des Voitures exclu de l’assemblée générale de la C.G.T. le 28 avril. D’autre part, et c’est peut-être plus grave pour le syndicat, se crée dès les premiers jours de mars une Amicale des brigadiers et chefs d’équipe, dans la confusion de l’après-grève qui fait croire à certains que cette amicale est patronnée par le syndicat et encouragée par Béranger.

79La vague de grèves qui a touché la France, accompagnant le conflit des cheminots, a reflué. À Oullins, les grévistes de Plissonnier, des tissages Fournier, de Trayvou, de Schappe, se sont remis au labeur, tout comme leurs camarades cheminots. Ceux-ci continuent à venir nombreux aux assemblées pour entendre un hommage à « l’évolution totale de la classe ouvrière vers les hautes destinées qui lui reviennent, étant la seule artisane de la richesse du monde ». Pour le premier mai, une manifestation est prévue à Oullins, mais, si rien n’est sûr pour les autres cheminots de l’agglomération, le préfet du Rhône explique que « seuls, les agents des ateliers P.L.M. [...] cesseront le travail à cette occasion ». Mais ce conflit ne saurait ressembler aux précédents, la Fédération des cheminots n’est plus la même, les minoritaires sont devenus majoritaires et les syndicats du P.L.M. sont parmi les plus ardents artisans de ce renversement. Les nouvelles instances ont décidé d’une grève pour le 30 avril ; parmi les revendications, la nationalisation des Compagnies figure en bonne place. Ainsi, pour les Oullinois, la Fédération n’est plus ce repaire de traîtres et il est vrai que la situation est toute différente : la dégradation de l’ambiance dans la communauté du personnel des Ateliers n’a été possible que parce que la Compagnie a su s’appuyer sur les divergences existant entre Fédération et Union P.L.M.

80Le 27 avril, le directeur de la Sûreté générale du ministère de l’Intérieur télégraphie au préfet du Rhône : « Je suis avisé que de nombreux ouvriers de la Compagnie P.L.M., aux Ateliers d’Oullins [...], seraient tout disposés à travailler en cas de déclaration de grève [sic !] et même le jour du premier mai, pourvu qu’ils ne soient pas exposés aux sévices de leurs camarades. Je vous prie, en conséquence, de bien vouloir prendre les mesures nécessaires pour que la liberté du travail puisse être assurée d’une manière efficace ». Localement, le commissaire de police estime que « certains cheminots sont partisans d’une grève générale mais les autres, plus nombreux, dont les ressources pécuniaires sont épuisées par le récent chômage, se montrent hostiles à cette prétention ». Et il est vrai que c’est en cette fin du mois d’avril que, par le jeu des délais de versement des salaires, on ressent le plus rudement les retenues consécutives au mouvement de l’hiver.

81La veille de la grève, lorsque Laulagner explique que les cheminots doivent être unis dans la nouvelle lutte qui va commencer, un son discordant se fait entendre : les stagiaires sont au nombre de 600 dans les deux Ateliers et sont plus vulnérables aux pressions de la Compagnie que leurs compagnons commissionnés. Embauchés en nombre lors de l’application des mesures instaurant la journée de huit heures, ils sont un an plus tard dans cet état statutairement précaire, et la direction du P.L.M. fait tarder une éventuelle titularisation. Ces ouvriers « s’en prennent au syndicat », dont les militants plaident l’irresponsabilité. Autre atout dans le jeu du P.L.M., les petits cadres, et surtout les brigadiers qui auparavant étaient de toutes les assemblées, désertent les réunions. Comme le rapporte le policier, cela « jette un froid dans l’assemblée ». Si seuls les contremaîtres ont été pris à partie par les militants, les chefs de brigade, toujours prêts à s’identifier au dernier niveau d’une espérée promotion, ont pris pour eux les mises en cause. De son côté, la direction a su jouer aussi sur ce registre. Alors, malgré le changement intervenu à la tête des institutions fédérales, l’assurance est moindre que ce qu’elle fut au cours de l’hiver, à tel point que si le chômage est bien sûr décidé pour le samedi premier mai, des réserves sont émises en ce qui concerne la poursuite du mouvement le lundi matin.

  • 188 Le Temps, 1/5/1920, cité par Georges Ribeill, op. cit., t. 2, p. 267. Cet ouvrage, et principaleme (...)

82Le matin du premier mai, comme prévu, le mot d’ordre de grève est massivement suivi aux Ateliers, malgré la défection de nombreux brigadiers et employés de bureau. Dans le Temps, un journaliste explique pourquoi le mouvement sera un échec. Parmi les deux raisons qu’il avance, il situe en premier le fait que « les extrémistes ne représentent que le tiers du personnel des réseaux, ne comprenant guère que des ouvriers d’ateliers et des hommes d’équipe188 ». Alors que les membres du conseil étaient tous présents lors de la réunion de la veille, ils sont déjà moins nombreux ce dimanche 2 mai. Les lettres de démission affluent au syndicat et la désillusion s’exprime lors de la réunion des conseillers. L’un d’eux, qui n’est pourtant pas l’un des moins virulents, « exprime sa pensée au sujet du mouvement et craint que demain [ils ne soient] obligés de rentrer ». L’organisation matérielle de la grève, mise au point lors de cette réunion, n’est pas aussi sophistiquée que deux mois auparavant. Dans le même temps, le bruit se répand dans la ville que, le lendemain, chacun reprendra le travail. Le commissaire d’Oullins participe à la morosité ambiante estimant dans son rapport que « la réunion [...] n’a été marquée par rien d’intéressant ». Il termine en expliquant au préfet qu'« il est à prévoir que cette grève qui est contraire aux idées de la majeure partie des Cheminots d’Oullins n’aura pas lieu ».

83Le lundi matin, ces prévisions policières se révèlent quelque peu légères et la grève continue. Environ 400 cheminots, selon le commissaire de police de la commune, se retrouvent à leur poste tandis que leurs compagnons, deux fois plus nombreux que la veille, assistent à l’assemblée générale. Béranger explique que, bien qu’aucun ordre fédéral ne soit parvenu, le mouvement doit se poursuivre. Malgré quelques avis divergents, les participants se rallient d’autant plus facilement à cette proposition que quelques chauffeurs et mécaniciens sont venus assurer que la Traction va s’engager à fond dans le mouvement. A une heure de l’après-midi, malgré la présence d’un fort contingent de grévistes, les rentrées, un peu moins nombreuses que le matin, s’effectuent sans incident.

  • 189 Rapport du commissaire de police d’Oullins, 4/5/1920.

84Au cours de l’assemblée où les cheminots se retrouvent en nombre, les discussions n’ont comme principal objet que la décision de la Compagnie de ne pas verser directement la paye aux grévistes « attendu qu’elle les considère comme démissionnaires », mais de leur faire parvenir à une date non précisée des mandats postaux. Il faut toute l’autorité des membres du bureau du syndicat pour que s’abstiennent « les cheminots qui étaient partisans d’une manifestation et d’autres moyens violents » pour aller récupérer leur argent. Le secrétaire du syndicat, avant d’appeler à la réunion du lendemain, « invite les cheminots à ne plus stationner en masse aux portes des Ateliers de la Compagnie au moment des rentrées et des sorties afin d’éviter tout incident189 ». Un nouveau comité de vigilance est mis en place et c’est ainsi que le collecteur de la section syndicale du Garnissage est surpris alors qu’il se rend à son poste. Le rythme de deux assemblées générales quotidiennes, à 9 et 15 heures, est adopté. La journée se termine dans le plus grand calme, qui prévaut les deux jours suivants. Le souci le plus immédiat est cette paye de la seconde quinzaine d’avril que la direction s’obstine à ne pas verser. Une délégation rencontre l’Ingénieur du Matériel d’Oullins-Machines qui « convient que ladite paye sera adressée individuellement, par la Poste, au domicile des intéressés ».

85Le samedi 8 mai, alors que d’autres groupes professionnels s’engagent dans la grève, alors que la C.G.T. décide, pour passer le cap du lundi 10, de lancer d’autres forces dans le conflit selon la tactique dite des « vagues d’assaut » qui fait entrer dans la grève les différentes corporations, alors que partout en France se multiplient les arrestations de grévistes, le préfet du Rhône télégraphie à son ministre : « Légère détente aux Ateliers d’Oullins où cinquante rentrées ont été constatées ce matin. Pas d’incident à signaler. » Alors que la situation est plus incertaine en d’autres lieux, aucun rapport de police rendant compte de l’ambiance à Oullins n’a terminé sur une autre conclusion.

86Le dix mai, c’est l’apogée, 400 000 métallos, les mineurs, les dockers,... se joignent au mouvement. À Oullins, les ouvriers de Plissonnier arrêtent le travail. Aux Ateliers, alors que la direction escomptait pour ce jour une tendance à la reprise, l’arrivée de troupes fraîches dans le mouvement revivifie celui-ci. Et le commissaire se félicite : « J’ai l’honneur de rendre compte [...] que, ainsi que je le prévoyais, il ne s’est produit aucun incident ». Toujours pas le moindre incident pour la pause de midi, bien qu’une centaine de grévistes se soient retrouvés au pont d’Oullins, tandis que patrouillaient les cuirassiers. À la sortie de cinq heures, c’est sous la protection de ces soldats que les non-grévistes, dont le nombre reste sensiblement égal, regagnent leur domicile. « Cent cinquante curieux environ stationnaient Place du Pont et quelques huées ont été poussées à leur passage. » Le commissaire semble apprécier la tactique des dirigeants syndicaux qui convoquent les réunions, auxquelles sont désormais invités femmes et enfants, aux heures d’entrée et de sortie et « [occupent] l’assistance par des discours sans grand intérêt ». Désirant laisser aux faits leur juste place, il précise au préfet : « Malgré les plaintes qui vous parviendront de certaines personnes qui voudraient voir à Oullins le plus grand désordre, je puis vous assurer [...] que tout, dans ce moment où les esprits commencent à être tendus, se passe sans incident grave ». Mais l’esprit du préfet n’est peut-être pas particulièrement détendu car il télégraphie, le jour même, au directeur de la Sûreté générale du ministère de l’Intérieur une dépêche chiffrée d’une toute autre teneur : « Suis informé que dans conversations particulières dirigeants milieux syndicalistes envisagent dans deux ou trois jours au plus mouvement révolutionnaire violent si déclenchement deuxième cartel ordonné par confédération générale du travail demeure sans effet. Stop. Le mouvement aurait pour objectif arrestation des autorités et investissement du siège des administrations. Stop. Insiste pour que forces à ma disposition soient complétées extrême urgence par envoi 200 gendarmes 1 500 cavaliers et 2 500 fantassins ».

  • 190 A.N., dossier F7 13274, rapport du commissaire spécial, 20/5/1920.

87Le mardi 11 mai, en début d’après-midi, part du pont d’Oullins une manifestation d’un demi-millier de grévistes qui sont dispersés rue de la Gare. Sur la petite place de la Gare, l’affrontement est plus violent entre ouvriers et cavaliers d’abord accueillis aux cris de « Vivent les poilus ». Une femme d’équipe venant prendre son service est blessée par ses compagnons. Puis un groupe de grévistes se dirige vers l’usine Galland où, à nouveau, des heurts se produisent. Les dirigeants locaux du P.L.M., qui trouvent le service d’ordre peu énergique, harcèlent de coups de téléphone les autorités préfectorales. Mais « la sortie de cinq heures dépasse en violences tout ce que l’on avait vu jusqu’alors. Pendant plusieurs centaines de mètres, les agents fidèles [doivent] défiler entre deux haies compactes d’une foule hurlante, vociférante, menaçant du poing et de la matraque. Lors de la dislocation du cortège [des non-grévistes, au pont d’Oullins], des isolés [sont] pourchassés de boutique en boutique, traînés à terre et malmenés jusqu’à leur domicile190 ». Les non-grévistes sont poursuivis jusqu’à leur logis et les échauffourées entre ouvriers et soldats ou policiers durent encore après le crépuscule. De Perrache, l’Inspecteur principal du P.L.M. écrit le soir même au secrétaire général pour la police à la préfecture du Rhône, et est pour le moins critique envers le commissaire d’Oullins : « Il semble qu’avec les forces dont dispose le service d’ordre, ces manifestations violentes auraient pu être évitées si les premiers attroupements avaient été dispersés de suite ».

  • 191 Rapport du commandant de gendarmerie de Givors, 11/5/1920.

88Pourquoi, dans ce mouvement d’où avait été bannie toute violence physique, ressurgissent les conduites de Grenoble de l’après-grève de février ? Comment expliquer que, d’un calme toujours souligné dans les rapports de police, on en soit passé à l’émeute ? Certes, dans le pays, la tension n’a fait que s’accroître, mais interviennent des éléments locaux. Ainsi, les ouvriers des Ateliers ne sont plus seuls à manifester, de nombreux travailleurs de la banlieue sud-ouest les ont rejoints191 et le dirigeant local du P.L.M. qui, ce soir-là, évalue de 3 000 à 4 000 le nombre des manifestants, sait très bien qu’ainsi les effectifs des Ateliers sont dépassés. L’élargissement du conflit à d’autres groupes professionnels a joué un certain rôle, donnant au mouvement une autre connotation que strictement corporatiste. D’ailleurs, pour désigner les émeutiers, aucun policier ou gendarme ne parle plus de « cheminots ». Il est certain cependant que les agents de la Compagnie eux-mêmes ne sont pas restés inactifs, seule leur masse pouvait donner une telle ampleur aux incidents et ce ne sont pas les raisons qui semblent leur manquer : pas de paye depuis huit jours, le mouvement qui traîne en longueur, le double salaire et le diplôme des « renards » de février. C’est en connaissance de cause que les leaders du syndicat avaient demandé à leurs compagnons de ne plus se masser aux abords des Ateliers lors des prises de service, et le stratagème qui consistait à faire traîner les meetings pour que soit passée l’heure de la sortie n’avait pas échappé au commissaire. Sans doute les dirigeants syndicaux ne s’y livraient-ils pas sans raison. En tout cas, l’hypothèse d’une provocation policière semble à écarter, car le commissaire d’Oullins en aurait été une des victimes et elle se serait faite à l’insu du préfet qui, le 13 mai, écrit au ministre de l’Intérieur que « le commissaire chargé du service d’ordre [lui] paraît avoir été surpris par les événements » et lui adjoint « un de ses collègues ».

89Le douze mai au matin, la Compagnie fait placarder sur les portes des Ateliers un avis annonçant la fermeture de l’usine et, à une heure où les grévistes participent à leur meeting, congédie les travailleurs qui se trouvent sur le site, les jugeant insuffisamment protégés. Ils sont ainsi 800 qui, à un moment ou à un autre, sont allés travailler pendant que leurs compagnons chômaient. Les bruits les plus fous se propagent, et la presse du lendemain les reprendra à son compte. A en croire certains, un train de marchandises a été pillé en gare d’Oullins. Pour d’autres, le poste de police a été investi par les émeutiers. Le préfet, qui écrit le lendemain au ministre de l’Intérieur pour demander des renforts, en profite pour assurer que « cette information est complètement inexacte » et précise qu'« il est cependant vrai que des discussions violentes ont eu lieu, sur cette commune essentiellement ouvrière, entre grévistes et non-grévistes, et que des coups ont été échangés ».

  • 192 Sources orales.

90On se bat encore le lendemain, et une locomotive qui amène des wagons nécessaires au cantonnement de l’escadron de cavaliers installés à demeure dans les Ateliers fermés est lapidée lorsqu’elle passe à la hauteur de l’Yzeron. Oullins est quadrillé, des usines transformées en casernes. Ce n’est pas pour déplaire à tout le monde, et les gamins qui obtiennent ces jours l’autorisation de leurs parents pour « faire des grimaces » et « dire des gros mots » aux gendarmes en garderont, toute leur vie, un souvenir ému192. De nouveaux affrontements ont lieu le vendredi 14, et une femme d’équipe venant prendre son service est rouée de coups de pieds. L’agitation s’est emparée de toute l’agglomération mais la grève s’essouffle, les autres corporations ne suivent pas.

91À Oullins, la fermeture des Ateliers et la radicalisation des antagonismes ont cassé une dynamique déjà très relative. Si les assemblées votent à l’unanimité la continuation du mouvement, elles rassemblent de moins en moins de monde. La troisième semaine de grève est celle de la confusion, d’une violence diffuse, mais aussi de l’entêtement. Dans l’agglomération, les cheminots sont maintenant seuls dans le mouvement, et à la fin de la semaine le C.C.N. de la C.G.T. a appelé à la reprise du travail. Les Ateliers sont toujours en grève et la Compagnie est prête à faire redémarrer leur activité. Simplement, elle exige des ouvriers qui veulent rentrer une demande écrite et subordonne la réouverture à la réception d’un minimum de 1 600 demandes. Le dimanche 23, elle n’en a reçu qu’une centaine, bien moins que le nombre de cheminots ayant, un jour ou l’autre, refusé de faire grève. Le préfet du Rhône fait parvenir aux ministres de l’Intérieur et des Travaux Publics une minute qui détaille la situation sur les bords de l’Yzeron : « La reprise du travail aux Ateliers d’Oullins présenterait en effet le plus grand intérêt, non seulement au point de vue du rétablissement du calme dans le milieu particulièrement agité d’Oullins, mais encore au point de vue de l’influence qu’elle ne manquerait pas d’avoir sur l’ensemble des cheminots de Lyon et de l’agglomération lyonnaise encore en grève ».

92Le mardi 25, à l’assemblée de six heures et demi, Laurent prend la parole pour faire un « exposé sommaire de la situation ». Puis il « fait remarquer [aux participants] que le moment approche où [ils] pourron[t] escompter une victoire ». Béranger, de son côté, « entrevoit avec plaisir la fin du conflit qui doit se terminer par une victoire définitive des cheminots ». Edouard Herriot a sollicité une entrevue des dirigeants du syndicat d’Oullins. Le maire de Lyon est aussi ancien ministre des Travaux publics, et Béranger ainsi qu’un autre militant doivent le rencontrer dans l’après-midi pour, préciseront-ils au conseil le lendemain, un « simple échange de vues ». Si cette entrevue n’a aucun effet à court terme, peut-être le Président du Conseil du Cartel des gauches s’en souviendra-t-il lorsque, quatre années plus tard, il tentera d’imposer aux Compagnies la réintégration des révoqués et l’amnistie administrative en faveur des agents punis de peines disciplinaires. Mais à Oullins, ce jour-là, il n’est toujours pas question de retour au calme. La Compagnie n’a pas tout à fait payé ce qu’elle doit aux ouvriers des Ateliers qui ont fini par recevoir un mandat et, si les Oullinois organisent des tournées de propagande jusqu’à Saint-Chamond, quelques-uns d’entre eux, un riveur, un frappeur, arrêtés à la suite d’échauffourées, sont emprisonnés.

93« Votre repli n'est pas une défaite ». C’est par cette phrase qu’est ponctué l’ordre de reprise que donne le vendredi 28 mai, pour le lendemain, la commission exécutive de la Fédération. Pourtant, une semaine plus tard, les immenses cheminées du bord de l’Yzeron ne fument toujours pas. Trois jours après la décision fédérale, le préfet écrit au général commandant la subdivision du Rhône pour lui confirmer que les mesures de protection sont levées sur le territoire du département, à l’exception de deux communes où il le prie de ne pas retirer troupes et gendarmerie : « Oullins et la Mulatière où les Ateliers de la Compagnie P.L.M. demeurent momentanément fermés ». Il faut attendre le lundi 7 juin pour que la reprise se fasse. Entre temps, les révocations ont été prononcées et les réunions du conseil du syndicat servent aussi à annoncer que la S.O.M.U.A., entreprise villeurbannaise dont la production requiert les mêmes qualifications que celles des ouvriers des Ateliers d’Oullins, « demande des ouvriers chaudronniers et menuisiers ». L’assemblée générale du 12 juin se tient « à seule fin de rendre compte de la situation générale ». Et les ouvriers peuvent parler de « ceux des leurs qui gémissent dans les geôles républicaines », onze ouvriers des Ateliers. Parmi eux, Simonet, le « trappeur de renard » de la grève de février, le propre neveu de Béranger.

  • 193 C.A. - C.G.T., 10/6/1920. Sur le récapitulatif du trésorier du syndicat, figure au nom du cheminot (...)
  • 194 D.C.M.O., 5/6/1920.

94Les cheminots ne sont qu’un peu moins de la moitié des personnes interpellées sur le territoire de la commune et écrouées. L’un des ouvriers des Ateliers a été arrêté en même temps que son épouse, qui ne travaillait pas au P.L.M. mais participait activement aux manifestations, et ils sont jugés ensemble. Le cas n’est d’ailleurs pas isolé, puisqu’un manœuvre d’une autre usine, demeurant dans une rue contiguë à Oullins-Voitures, est arrêté avec sa concubine. La manifestation, voire l’émeute, se révèlent comme des pratiques relevant ici d’une triple démarche d’appartenance à un groupe : classe sociale, communauté d’idées, couple. « Entrave à la liberté du travail », « jet d’objets sur la voie publique », « insultes à agent », « rébellion », les chefs d’inculpation sont tous liés aux affrontements dont la commune a été le théâtre. Pour les onze cheminots, l’organisation syndicale, dont ils sont tous membres, paye les frais de justice et les émoluments de l’avocat. Dans un cas, le conseil syndical va jusqu’à décider « de payer les témoins à décharge193 ». Quatre agents des Ateliers ne sont pas condamnés. Pour les sept autres, les peines sont fermes, totalisent près de trois ans de prison, dont plus de la moitié pour l’un d’entre eux. Pour la plupart, les condamnés n’ont qu’une petite qualification et, à l’exception de Simonet, pas de responsabilité syndicale. Ne se trouve parmi eux aucun Oullinois d’origine. Des quêtes sont organisées à leur profit dans les Ateliers, leurs lettres décrivant l’univers carcéral lues en réunions. Les assemblées générales se terminent avec un « vive[nt] ceux qui sont emprisonnés » au milieu d’un « vive l’Internationale ouvrière » et « vive l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes ». Ils reçoivent le « salut fraternel » du conseil municipal d’Oullins réuni hors séance194 et quand ils sortent des cachots, une délégation se rend auprès d’eux pour leur « apporter les sympathie du groupe ».

  • 195 Il fut entre autres accusé de « faire le jeu des grévistes », Le Nouvelliste 13/5/1920.

95Mais ces gestes de sympathie ne doivent dissimuler un sentiment confus de tristesse, de rancœur. Ils sont 250 ouvriers des Ateliers d’Oullins à être révoqués, la part est immense, quatre fois supérieure aux effets de la répression pratiquée sur le reste du réseau. Certains stagiaires ayant été grévistes durant tout le mouvement ne sont pas congédiés, mais doivent recommencer leur stage. Beaucoup, engagés début 1919 sans être commissionnés dans les délais normaux, ne seront vraiment admis au cadre qu’en mai ou juin 1921. En contrepartie, le P.L.M. n’hésite pas à se défaire d’agents ayant une certaine ancienneté. En fait, comme cela fut le cas après la grève de 1910, beaucoup espèrent que la Compagnie reviendra sur les décisions de révocations, et lorsqu’à une réunion un syndiqué émet le désir « que les révoqués prennent l’engagement de rentrer tous ensemble ou pas du tout », deux autres « demandent que chacun rentre quand il sera rappelé ». C’est ne pas comprendre la politique des réseaux, bien décidés à vider l’abcès. Malgré la solidarité matérielle dont font preuve ceux qui restent, très rapidement chacun prend conscience de ce qu’il en est et cherche un autre emploi. Autre victime de cette grève, le commissaire de police, objet d’une violente campagne de la droite195, sans même attendre l’été, part découvrir d’autres horizons.

  • 196 A.D.R., 10 MP C67, rapport du 20/9/1920.
  • 197 A.N., F 7 13684, note du 20/6/1920.

96Ces départs, il faut les compenser. La Compagnie en a d’autant plus besoin que le travail ne recommence pas dans l’enthousiasme et que, comme toujours lorsqu’un conflit connaît une telle issue, les ouvriers qui reprennent travaillent le plus mal possible. Il en va certes du ressentiment d’agents qui vont subir la perte d’un mois et demi de salaire, d’autant plus cruelle que, comme le souligne le commissaire spécial, « personne n’a trouvé du travail ailleurs pendant la grève196 ». Il y a le plaisir de voir que, s’il est possible de faire rentrer les ouvriers, en tirer quelque chose est autre chose. Et puis, tout espoir n’est pas perdu, et si on produit peu et mal, les « dirigeants [finiront bien] par se rendre compte » que l’absence des révoqués n’y est pas pour rien, et que, « vu le désagrègement dans les Ateliers, d’ici peu, beaucoup de révoqués seront réintégrés ». En fait, le P.L.M. sait très bien de quoi il en retourne et, une semaine après la réouverture des Ateliers, l’Ingénieur en chef du Matériel et de la Traction adresse une note confidentielle à ses ingénieurs régionaux pour les mettre en garde contre des consignes de sabotage du travail « disant aux ouvriers de ne pas produire sinon de faire des malfaçons197 ».

97Il faut attendre la rentrée scolaire suivante pour que la première année d’apprentissage fasse l’objet d’un recrutement plus étoffé. Les apprentis de la promotion précédente, qui ont par trop voulu jouer aux grands en mai et juin, n’ont pas eu droit au moindre pardon, contrairement aux stagiaires. La sélection ne tient pas compte des antécédents familiaux et c’est ainsi que Fernand, le fils d’Etienne Pavoux qui vient d’être révoqué des Ateliers, franchit à quatorze ans la porte de l’Yzeron. Il aura une carrière mouvementée et, le jour de son départ, pourra dire à son chef : « Vous vous rendez-compte ! Je pars à la retraite alors que j’ai été révoqué trois fois ! ». Mais il n’est pas le seul mouton noir parmi ces nouveaux de l’après-grève. Ainsi, parmi eux, se trouvent de futurs syndicalistes, tel Alexis Ferrier recruté le 10 janvier 1921, et de nombreux ouvriers qui participeront régulièrement, comme Ferdinand Coudène embauché le premier juin 1920, aux activités du syndicat, qui en aura bien besoin car il sort de la bataille dans un état peu brillant.

  • 198 A.D.R., 10 MP C67 et A.N., F7 13684, rapport du 27/7/1920.

98Tous les membres du bureau sont révoqués, le conseil d’administration a subi des coupes sombres, les démissions ne cessent d’affluer. Dans un rapport envoyé fin juillet, le commissaire spécial précise : « Le personnel des Ateliers d’Oullins, qui comptait avant la guerre plus de 3 000 adhérents au Syndicat national, ne compte plus aujourd’hui que 150 cotisants. Cependant, il faut tenir compte qu’une grande partie des employés et ouvriers syndiqués n’ont pas pris part à la grève du mois de mai, restent dans l’expectative198 ». Le chiffre du policier contredit celui que donnent les syndicalistes qui, deux jours plus tard, disent se compter au nombre de 1200. Une telle affluence, même si elle ne correspond qu’aux espérances des syndicalistes, est bien moindre que celle d’avant-grève ! Plus que les cotisants, les responsables font défaut. Ceux-ci, ayant été sanctionnés, sont devenus des révoqués qui continuent à assumer leur responsabilités, à tel point qu’il faut rechercher des « non révoqués [pour] avoir la signature officielle et assurer les délégations ». Pourtant, très rapidement, le syndicat se restructure. Dès le 25 juin, un conseil d’administration rescapé et clairsemé désigne un nouveau bureau. Un secrétaire général, Grollet, chaudronnier à la fonderie de cuivre des Machines, est élu.

99Le coup est dur, pour les cheminots qui reprennent entre deux haies de gendarmes, après un mois et demi d’un conflit qu’il n’ont souvent pas voulu, pour des militants qui y ont peut-être cru, à cette révolution prolétarienne acclamée à l’issue des meetings, avant d’aller faire le coup de poing contre cavaliers et policiers qui, sans être absolument débonnaires, n’ont a aucun moment tiré sur la foule, pour des hommes comme Béranger qui ont consacré leur vie au syndicat, à ses débats, à ses espérances de regroupement d’une classe messianique : un an plus tôt, ne parlait-il pas de « la lourde tâche d’être les promoteurs du progrès social » ? A l’assemblée générale du 29 juillet, il est confirmé comme administrateur du réseau, et acquiesce après avoir obtenu le mandat de conserver l’orientation définie avant le mouvement. Mais cela ne permet pas de vivre. A l’assemblée générale suivante, « les camarades sont unanimes à verser chacun » une cotisation mensuelle de cinquante centimes « et à conserver Béranger ».

100La position de Béranger n’est pas si aisée qu’il paraît. Tout militant puise une partie de ses motivations dans la vie au travail, et les mesquineries du milieu professionnel donnent une autre dimension aux accrocs dans l’organisation. Mais quand le syndicat devient le travail, quel intérêt trouver dans des rivalités minables et des querelles dérisoires ? Au conseil du 16 novembre, six mois après la fermeture des Ateliers, Grollet donne lecture d’« une lettre du camarade Béranger déclarant qu’il ne peut continuer à rester à son poste parce que trop de critiques existent et que, contrairement à ce que certains croient, il n’est pas un arriviste ». Ajusteur, il n’a eu aucun mal à trouver un travail. « Il a un emploi à partir du premier janvier mais si le conseil le décide, il s’en ira de suite ». L’ensemble des conseillers « renouvelle sa confiance au camarade Béranger et le remercie pour tous les services rendus ». Trois jours plus tard, c’est l’assemblée générale unanime d’un millier de personnes qui lui vote une « motion de félicitation ». Dans l’ordre du jour qui sera publié par la presse, il est question de la « confiance intangible et inaltérable à leur dévoué ancien Secrétaire Général Béranger qui continue son œuvre d’éducation syndicale avec une abnégation exemplaire ». En fait, il reste encore un mois, et ses camarades ont d’autant plus tendance à le retenir que son successeur n’est pas vraiment à la hauteur. C’est encore à lui que l’on fera appel à la première crise pour venir prêcher l’union. Il est devenu le sage, celui que l’on invoque parfois, mais il n’est plus un leader cheminot, même s’il préside plus de deux ans après sa révocation certaines assemblées. Sans aucun doute, la période transitoire qu’il vient de vivre lui a permis de mieux supporter ce qui s’était passé. Un peu plus de cinq années après la grève, il a cinquante ans lorsqu’une maladie fulgurante lui est fatale. La collecte alors effectuée pour sa veuve dans les Ateliers recueille une somme jamais atteinte dans l’usine en de telles circonstances.

Division et réunification

101La catastrophe n’est pas à la mesure de ce qui s’est passé dix ou trente ans plus tôt. Le syndicat affirme regrouper 1 200 adhérents quelques semaines après la réouverture et 800 cheminots assistent aux assemblées générales du début de l’année suivante. Pour la première fois dans l’histoire de l’organisation syndicale des Ateliers, une défaite ne se traduit pas par un anéantissement. Certes, le coup est dur : les meilleurs ont été révoqués, les plus nombreux en ont conclu que rien n’est vraiment possible, les violences ont, pour longtemps, empoisonné le climat à l’intérieur de l’usine, et font maintenant partie de l’histoire sociale locale. Quand il y a un conflit, c’est les compagnons qui ne sont pas d’accord que Ton moleste, pas les ingénieurs ni les agents de la force publique. La Fédération semble vouloir très vite passer l’éponge et fin janvier, moins d’un an après les événements, fait parvenir au syndicat une circulaire suggérant « l’amnistie en faveur de ceux qui n’ont point fait leur devoir syndicaliste au moment de la grève de mai 1920 ». A Oullins, il faudra attendre encore trois ans pour accepter « les renards de 1920 », après une longue discussion, parce qu’« il serait assez difficile de les refuser du moment [où ont été] accepté[s] ceux venant de Perrache ou de la Mouche sans leur demander s’ils avaient fait grève ou non ». Il ne reste plus qu’à « de plus en plus se resserrer autour du drapeau syndical, seul emblème pouvant [...] conduire jusqu’à la victoire définitive, soit la suppression du capital oppresseur ». L’emblème en question va être de moins en moins seul.

102Cet après-guerre est celui des divisions dans le mouvement ouvrier. À Oullins, la majorité de la section S.F.I.O., dont tous les conseillers municipaux socialistes et le maire, rallie le tout nouveau parti communiste. Le mouvement syndical lui-même est touché par une scission. Les cheminots d’Oullins s’intéressent aux débats, y participent. Lors de l’assemblée préparant le congrès fédéral de Paris, la discussion n’est pas longue et seules deux mains se lèvent contre la motion Lardeux. Grollet, Cumin et Michard partent donc à Paris « avec un mandat bien ferme, celui de respecter l’orientation à gauche », en risquant cependant, si l’occasion se présente, un « vote de conciliation ». C’est ce qu’ils appellent, adoptant à l’unanimité l’ordre du jour, « respecter la tendance qu’ils ont toujours observée ». Bien que les réformistes aient repris le contrôle de la Fédération, les comptes rendus que donnent les délégués de retour sur les bords de l’Yzeron n’évoquent aucune rancœur. Simplement, on se contente de donner mandat à Mallet et Béranger, qui partent pour le congrès confédéral d’Orléans, de « combattre tout fonctionnarisme dans le sein des organisations syndicales ». Au cours de l’assemblée, les militants se déclarent « résolus à faire aboutir leurs revendications par eux-mêmes, en dehors de toute dictature » et « à se démunir de tous les parasites qui peuvent porter ombrage aux directives de la classe ouvrière organisée ».

  • 199 Remarquons, quatre années après la création de la Fédération, l’utilisation dans la même phrase de (...)

103Les débats confédéraux ont des échos sur les bords de l’Yzeron. Si « la question de l’adhésion à la Troisième Internationale » est toujours repoussée à la réunion suivante, les assemblées se terminent sans ambiguïté aux cris de « Vive l’Internationale ouvrière » ou « Vive la Révolution russe ». Pour les congrès, l’assemblée, « se rappelant et se pénétrant des principes d’avant-garde dont le syndicat des cheminots d’Oullins a toujours été le pionnier et voulant respecter fidèlement les vieilles traditions qui ont toujours été le souci du groupe d’Oullins, [...] à l’unanimité, donne mandat ferme aux délégués de continuer à suivre le chemin de la lutte tracé par ses prédécesseurs et insiste tout particulièrement pour que [illisible] délégués votent contre toute exclusion de syndicats minoritaire199 ».

  • 200 A.G. - C.G.T.U., 23/1/1924.

104Au syndicat des Ateliers, Ernest Bouhatier, un ajusteur syndicaliste révolutionnaire d’un peu plus de trente-cinq ans, né à Trévoux, sur les bords de la Saône en amont de Lyon, qui habite, avec son épouse et son fils de sept ans, un appartement avec une magnifique vue sur Oullins-Machines, est la personnalité qui émerge après la relative mise à l’écart de Grollet. Au grand dam de ces Oullinois qui, fin juillet, se persuadent encore « que seul un regroupement compact de tous les travailleurs du rail peut faire luire à l’horizon des jours meilleurs », la scission est déjà effective chez les cheminots depuis leur congrès fédéral et les militants des Ateliers « s’engagent par tous les moyens en leur pouvoir à faire triompher leurs idées d’avant-garde et apporter une collaboration intense à la Fédération Sémart [sic] ». Mais à l’enthousiasme et à la participation des cheminots aux activités du syndicat, que n’avait pas tout à fait brisés le revers du printemps, la division porte un coup sévère. Des 800 participants aux assemblées de début 1921, il ne reste plus, dans le meilleur des cas, que quelques centaines. De plus en plus espacées, les réunions ne déplacent « qu’un nombre infime de camarades ». Il est bien un moyen de les faire venir, ces syndiqués de plus en plus passifs, c’est de leur présenter « une bête curieuse dont tous les journaux ont publié la photographie », comme ne craint point de se présenter Midol200, qui parvient à emplir, début 1924, la salle Marivaux. Il revient huit ans plus tard tenir une autre réunion, suivi quelques semaines plus tard par Tournemaine qui parvient à attirer 350 ouvriers des Ateliers. Mais le succès, très relatif d’ailleurs, n’est plus au rendez-vous dès que la distribution est moins prestigieuse.

  • 201 A.G. - C.G.T.U., 18/2/1930.
  • 202 C.A. - C.G.T.U., 21/7/1931. Le cotisant, qui se contente de payer son timbre, est opposé au syndiq (...)

105La crise entraînée par la scission a découragé les volontés militantes. L’absentéisme des syndicalistes - et leur comportement reflète celui des travailleurs - est parfois tel que le conseil d’administration doit en être annulé. Souvent, les conseillers du syndicat n’assistent même pas aux assemblées générales. Mondy, le secrétaire général de 1930 qui leur en fait grief, incite les syndiqués présents « à faire eux-mêmes leur contrôle sur ceux qu’ils ont élus201 ». Le nombre des syndiqués lui-même est décourageant. Loin du millier d’adhérents de l’immédiat après-grève, les militants unitaires espèrent 300 cotisants début 1923. Les effectifs atteignent le chiffre de 400 en janvier 1924, 600 en février 1925, environ 700 en 1925. Le nombre de cotisants reste alors stationnaire avant de régresser au début de la décennie suivante. Cette baisse des effectifs entraîne d’ailleurs un débat au sein du syndicat oullinois. Est-ce que « cela provient de la nouvelle orientation de la fédération » ou, tout simplement, sont-ce les militants qui s’acquittent mal de leurs tâches ? Et la question fuse alors, habituelle dans le mouvement syndical : « [Sont-ce] des cotisants ou des syndiqués que l’on veut202 ? » Les différents mouvements scissionnistes dont est victime le syndicat unitaire, les départs ou les exclusions de militants et de cotisants, qui partent rejoindre les rangs confédérés ou s’abstiennent de tout engagement, détériorent l’état de l’organisation. Le nombre des cotisants semble être un bon indicateur de son influence : lors d’élections de délégués ayant lieu en 1926 et 1927, alors que les effectifs du syndicat sont localement à leur zénith, les listes présentées par la C.G.T.U. obtiennent de très bons résultats, ses candidats étant élus à une importante majorité. En revanche, au début des années trente, la baisse du nombre de cotisants s’accompagne d’un déclin électoral. Mais les succès électoraux ont leurs limites, et c’est une organisation largement majoritaire aux élections qui décide au printemps 1928 de ne plus apposer sur les listes de souscriptions un tampon syndical qui dissuadait plus qu’il n’encourageait.

106Dans cet entre-deux-guerres, le but du syndicat n’est pas de survivre, comme cela fut le cas lors d’autre périodes de reflux. Les activités syndicales classiques sont au premier rang des préoccupations des militants. D’abord, il y a la propagande, fin en soi car permettant d’affirmer la présence, l’existence du syndicat, face aux patrons comme face à la concurrence, professionnelle ou confédérée. Cette activité est loin d’être exempte de tout risque : le P.L.M. révoque pour distribution de tracts dans l’enceinte de l’établissement en 1924, sanctionne « du dernier avertissement » en 1931 un ouvrier surpris en train de coller des papillons. Même la perspective de la distribution des journaux syndicaux dans les vestiaires, sas entre vie professionnelle et vie privée, terrain souvent investi par les salariés, fait l’objet d’un long débats, avec plusieurs interventions, douze ans après la grève.

107Rares, les actions du syndicat unitaire sont d’autant moins couronnées de succès qu’il se veut pur, et se retrouve à cent lieues des préoccupations réelles des ouvriers de l’Atelier. Ainsi, le 19 septembre 1927, pour commémorer le dixième anniversaire de l’arrivée des contingents américains, de grandioses cérémonies sont organisées en France par l’American Legion. Ce jour est déclaré férié. Or, l’association d’anciens combattants américains avait fait pression pour que soit refusée toute grâce aux militants anarchistes Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Ce jour-là, les Ateliers doivent être fermés, et les militants unitaires se présentent à l’Ingénieur pour obtenir que l’usine reste ouverte au personnel « comme de coutume ». Il s’agit, suivant les directives de la Fédération, de boycotter cette fête. Bien qu’elle ait éconduit la délégation, la direction locale prend néanmoins l’initiative de laisser œuvrer ceux qui voudraient bien venir. La Compagnie ayant prévenu que chacun toucherait sa journée, ils sont peu à se lever de bon matin pour aller travailler en ce début d’automne.

108Les actions plus traditionnelles commencent assez rapidement. Dès l’automne 1922, la Fédération unitaire, pour s’opposer aux remises en cause de la journée de huit heures, est à l’initiative d’une « grève des bras croisés à partir de la huitième heure de travail ». A Oullins, « le principe [en] est adopté à l’unanimité » par l’assemblée à deux reprises, mais on se contente d’en rester au principe. Au plus chaud de l’été 1925, le syndicat organise une manifestation à la sortie des Ateliers pour protester contre le licenciement d’un manœuvre des Machines. « Le nombre insuffisant de camarades présents » fait annuler la démonstration, ce qui n’est peut-être pas plus mal pour l’agent en question puisque la Compagnie décide finalement de le garder. Un mois plus tard, face à des directives fédérales « au sujet de 24 heures » d’arrêt de travail, Bouhatier, « devant l’impossibilité d’une action quelconque », préconise plutôt « pour les cheminots d’Oullins un moyen pour marquer le coup : la vague de paresse de 24 heures ». L’assemblée préfère rester dans un domaine connu... et extérieur aux Ateliers : c’est une manifestation qui est prévue. À la fin des années vingt, les cheminots touchent une indemnité de « cherté de vie » calculée en fonction de zones où résidence et vie sont censées être plus onéreuses : Lyon bénéficie d’un indice supérieur à celui de la banlieue où sont situés les Ateliers. Alors, le syndicat décide de mettre sur pied « une commission [...] chargée d’enquêter à Oullins et à Lyon sur les prix des denrées, loyers et autres, afin de faire la preuve qu’il fait aussi cher vivre dans les deux localités ». Ce travail d’une commission d’experts syndicaux désirant argumenter chiffre en main s’accompagne de l’envoi de délégations et d’insertion de communiqués dans la presse régionale. Une pétition est rédigée ; bien accueillie, elle recueille près de 2 000 signatures.

109Lorsqu’il s’agit d’actions coupées totalement des préoccupations du personnel des Ateliers, le succès n’est plus au rendez-vous. Lorsque, au plus beau de sa période ultra-gauchiste, le P.C. fait relayer par une C.G.T.U. largement épurée l’ordre du Komintern d’une grève contre la guerre et pour la défense de l’U.R.S.S., les militants oullinois ne se font aucune illusion sur l’écho que pourrait rencontrer parmi les ouvriers des Ateliers la consigne d’un débrayage d’un quart d’heure donnée par la Fédération et décident, avec les autres syndicats unitaires de la commune, de tenir un meeting où se rendent quelques centaines d’habitants de la banlieue Sud-ouest après leur travail. Le bilan que font de la journée les syndicalistes tient en deux mots : « Aucun résultat ». L’année suivante, il n’est même pas question de grève aux Ateliers, tout juste un meeting à dix-sept heures à la Maison du Peuple. L’idée même de refuser les heures supplémentaires s’inscrit dans la campagne que mène le syndicat unitaire contre cette pratique. On discute même sur la proposition d’un militant confédéré de « faire comprendre [aux camarades] qu’ils doivent faire le moins possible de production ». Les militants unitaires ne sont pas très chauds : « Ce n’est pas une solution », « prendre l’engagement de moins produire n’est pas possible, car la Compagnie saura prendre des dispositions pour nous faire produire ». L’action est souvent bien plus symbolique, mais n’en est pas moins le grain de sable qui perturbe plus qu’il ne faut. Ainsi en est-il, début 1931, du refus de parapher sa « note d’attitude ».

  • 203 A.D.R., 10 MP C144, rapport du commissaire d’Oullins, 1/5/1924 et A.G. - C.G.T.U., 28/4/1924. Il n (...)

110Tout au long de ces années, il est une date qui n’a rien perdu de sa valeur symbolique, tout au moins pour les militants... Pas question, bien sûr, d’une quelconque action au 1er mai 1921. Les syndicalistes sont tout à leur scission et les cheminots se considèrent comme des rescapés du précédent premier mai. L’année suivante, Bouhatier est fort clair : « En présence des circonstances actuelles que tout le monde connaît et pour éviter, d’une part un échec certain, [...] et d’autre part de nouvelles victimes », les travailleurs des Ateliers doivent se contenter d’un meeting interprofessionnel à l'Eden-Cinéma et de verser « le montant de leur journée de salaire au profit des affamés russes et de l’orphelinat des cheminots par égalité ». Semblables perspectives l’année suivante. Pour le 1er mai 1924, c’est un meeting, place de la Gare, et une manifestation qui sont prévus, mais les organisateurs ont été quelque peu optimistes, car « la manifestation projetée [ne peut] avoir lieu, faute de manifestants. Le meeting [échoue] également du fait que les ouvriers des Ateliers P.L.M. pour qui il avait été organisé n’y [prennent] pas part. Ils [défilent] devant la tribune sans s’arrêter203 ».

111En 1925, comme l’écrit le commissaire de police d’Oullins, « la journée du 1er Mai [est] des plus calmes ». Pour l’année vingt-six, c’est une manifestation, partant de la place de la Gare et se terminant à la Maison du Peuple, c’est-à-dire quelques dizaines de mètres plus loin, qui constitue l’essentiel du programme. En trente-et-un, la Fédération propose un arrêt de travail d’une heure. Bouhatier, sachant qu’une telle tentative serait forcément vouée à l’échec, suggère plutôt une rentrée tardive, mais les militants doivent « encore [...] se contenter du meeting à la sortie qui fut comme les années précédentes [une] conclusion sans lendemain ». Les premier mai se suivent, se ressemblent, et les cheminots oullinois ne sont pas au rendez-vous. Fort peu dissemblables, ils sont bien à l’image de ce que peut être la combativité des cheminots d’Oullins lors de ces années. Quelques militants, combatifs, presque mystiques, qui n’en finissent pas de ne pas entraîner la masse de leurs compagnons indifférents.

  • 204 A.G. - C.G.T.U., 12/2/1923 et C.A. - C.G.T.U., 9/3/1923.

112Ces militants unitaires cultivant avec passion leur pureté, assaillis de directives fédérales n’ayant aucune prise sur la réalité, sont pourtant dans cette usine, dans laquelle ils travaillent chaque jour, cotoyant le personnel, ne pouvant réagir tout à fait comme si le monde correspondait à l’idée qu’ils s’en font. Ils doivent bien, par exemple, rencontrer les représentants locaux de la Compagnie, et pas seulement pour leur faire de grandes proclamations. Les entrevues valorisent les militants en les posant comme interlocuteurs de ceux dont ils ne seraient, sans cela, que les subalternes, mais aussi légitiment le syndicat. Comment estimer représenter le personnel des Ateliers si on ne le représente nulle part ? Et quand d’autres, professionnels ou confédérés, ne se privent pas de rencontrer la direction ? Les dernières années de la décennie de la guerre ont été marquées par une multitude d’interventions syndicales auprès de la direction locale, souvent couronnées de succès. Les militants qui ont vécu cela, à partir du début de l’année 1923, reçoivent de leur fédération une consigne relativement claire : les délégations auprès des directions, menées par des délégués élus par le personnel, « sont à peu près inopérantes », et l’on préconise plutôt pour l’avenir des délégations syndicales. Si la querelle peut sembler byzantine, elle n’est en rien casuiste : la délégation du personnel, bien qu’issue d’une organisation syndicale, tient sa légitimité de l’élection par laquelle les ouvriers ont désigné ses membres, tandis que la délégation syndicale ne représente que l’organisation. Or, si les délégués du personnel ont droit de cité et un statut qui fait que la direction leur refuse rarement une audience, la délégation syndicale n’a pas la moindre existence statutaire. Une première tentative vise à imposer cette dernière en demandant aux délégués du personnel de refuser de siéger après avoir été élus, à tels point qu’ils « doivent s’engager d’honneur et par écrit à donner leur démission sur l’ordre de l’Union204 ». En fait, cela n’aura pas de suite, et la tactique consiste tout au long des années vingt à envoyer d’abord une délégation syndicale, que l’Ingénieur refuse de recevoir, et qui est aussitôt suivie par les délégués du personnel qui obtiennent une entrevue sur-le-champ plus souvent qu’un rendez-vous.

  • 205 C.A. - C.G.T.U., 17/12/1931 et .A.G. - C.G.T.U., 10/3/1932.
  • 206 C.A. - C.G.T.U., 11/12/1932.

113Il est un autre type de délégation, qui semble efficace et dont la pratique n’est exposée et discrètement recommandée qu’une seule fois en réunion syndicale. Il s’agit de ces délégations où les ouvriers se représentent eux-mêmes, donc en nombre, comme à l’été 1931, lorsque vingt fondeurs de cuivre, constatant la diminution du montant de leur prime, se précipitent dans le bureau de leur chef d’atelier... qui leur promet la prime habituelle dès le mois suivant. Et après l’intervention d’un militant qui préconise « cette manière de faire [...] partout où il sera possible », on passe vite au point suivant de l’ordre du jour, « le congrès de la C.G.T.U. qui doit se tenir au mois de novembre ». Ce continuel refus de la délégation du personnel n’a que très peu d’écho et les unitaires « [ne peuvent pas obtenir] des cheminots qu’ils s’en désintéressent ». Lorsqu’à l’été 1931 la Fédération boycotte les élections des délégués à la sécurité et les unitaires oullinois décident de déposer dans l’urne « à la place du bulletin de vote une protestation », cette initiative est si malheureuse qu’au scrutin suivant, pour la délégation du personnel, des délégués sont présentés par le syndicat unitaire. Cette hostilité est d’autant plus difficile à perpétuer que ni les professionnels ni surtout les confédérés n’ont le même discours. Cependant, au début de l’année 1932, les consignes que reçoit de la Fédération le syndicat d’Oullins changent du tout au tout. Le même Mondy qui, fin décembre, « rappelle que [les unitaires se sont] prononcés en principe contre ces délégations », trois mois plus tard « explique pourquoi [ils doivent] être pour la délégation du personnel205 ». Ce qui permet à Philibert, un vieux militant qui a tourné dans un grand nombre d’ateliers du site, passablement désabusé, de dire qu’il « pense que la Fédération a fait une assez grande volte-face au sujet des délégués et pense que cela [...] fait beaucoup de tort » au syndicat206.

114Les changements de positions du syndicat unitaire, le décalage complet entre ce qu’il explique et ce que ressentent les cheminots, ne sont pas l’unique raison des réticences de ces derniers. « Le syndicat ne doit pas faire de politique », tel est l’argument que mettent en avant non seulement les ouvriers qui ne sont pas adhérents, mais aussi des syndiques et des militants pour exprimer leurs réserves face à certaines actions, tels les mouvements avortés des 1er août 1929 et 1930. Cela avait pourtant commencé plutôt sur le mode syndicaliste-révolutionnaire, avec un rejet de tout ce qui pouvait être considéré comme une dérive bureaucratique. C’est déjà pour « combattre tout fonctionnarisme dans le sein des organisations » que, au premier jour de l’automne 1920, les syndiqués de la C.G.T. des Ateliers donnent mandat à leurs délégués qui se rendent au congrès confédéral. Moins de deux ans plus tard, c’est pour l’initial congrès de la nouvelle confédération qu’ils mandatent leurs représentants afin d’interdire la « rééligibilité des membres du bureau ». Début 1923, une « discussion [...] assez vive » anime l’assemblée générale lorsqu’il s’agit de limiter à trois ans, non renouvelables, le temps de mandat des permanents rétribués. Et cela n’empêche pas Bouhatier d’émettre « l’avis qu’a la tête de l’Organisation soit un camarade en activité de service ». Le principe en est simplement énoncé : un permanent, moins au fait des réalités, ne peut militer correctement ; et perce toujours la critique d’arrivisme qui, quelques années plus tôt, avait fini par convaincre Béranger de passer la main. Le débat rebondit trois ans plus tard, par un autre biais : « Il n’est un secret pour personne que le cumul des mandats fait qu’inévitablement tous ne peuvent être remplis convenablement malgré toute la bonne volonté ». Mais c’en est fini et les permanents qui ne savent plus ce que c’est que travailler tout comme les militants accumulant les fonctions sont passés dans les mœurs.

  • 207 C.A. - C.G.T.U., 28/8/1923.
  • 208 A.G. - C.G.T.U., 23/1/1924.
  • 209 C.A. - C.G.T.U., 27/8/1929.

115Très rapidement, c’est l’influence du Parti communiste et le rôle qu’il joue au sein du syndicat qui pose problème. Discutant d’une motion émanant de la minorité de la C.G.T.U. lors d’un congrès fédéral, Bouhatier en conclut qu’il n’est pas « prouvé que l’autonomie syndicale a été violée par »... mais Martinet, le secrétaire qui prend note des débats pour le compte rendu, doit barrer « le parti communiste » et inscrire « l’I.S.R.207 ». Quelque mois plus tard, pour l’assemblée générale qui, au début de chaque année, tire un bilan de l’action du syndicat, les Oullinois ont fait venir Midol de retour de Suisse. Parmi d’autres sujets, « il touche à ce qui, pour certains, est la subordination du syndicalisme au parti communiste, c’est-à dire les commissions syndicales de ce parti. À son avis [...], elles ne comportent nullement de danger, car les autres sectes ou partis dans le syndicalisme discutent également de leur conduite dans cet organisme, mais font contrairement au parti communiste qui le fait au grand jour208 ». Honnêtement offusqués d’une pareille mise en cause, les militants communistes s’estiment dans leur droit et n’argumentent jamais en expliquant qu’aux Ateliers C.G.T. et S.F.I.O. sont bien proches, que tous les leaders confédérés locaux sont des militants socialistes. Peu à peu, le rôle du P.C. au sein de la C.G.T.U. passe dans les mœurs, et même après le premier août 1929, alors qu’un militant critique le suivisme d’une confédération qui « aurait pu faire le mouvement du premier août un autre jour », Mondy se réfère à la Charte d’Amiens pour lui expliquer « que peut-être en ayant raison il a tort, car [il ne faut] pas tant chercher d’où viennent les mots d’ordre mais [...] plutôt [...] chercher à savoir s’ils sont justes ». Et un autre conseiller « explique [qu’] il est pour l’autonomie du syndicat mais lorsqu’un parti mène une même campagne que nos syndicats, nous devons marcher coude à coude209 ».

116La C.G.T.U. de la fin de la décennie n’est plus l’organisation des militants que Jouhaux faisait exclure dans l’après-guerre, inquiet que ses opposants se retrouvent en position de force. En pleine période « classe contre classe », les militants du P.C. n’hésitent plus à faire circuler des listes de souscription pour l’Humanité pendant les réunions générales du syndicat unitaire des cheminots d’Oullins et Mondy, toujours lors de l’une de ces assemblées, « explique une fois de plus ce qu’est le rôle dirigeant du parti communiste ». Quel que soit son rôle, il existe une cellule communiste aux Ateliers P.L.M. d’Oullins depuis le milieu des années vingt. En 1926, 21 de ses présumés membres sont fichés par la police. Assez jeunes, puisque 9 ont moins de 30 ans et 3 seulement plus de 36, ils ne sont pas vraiment implantés dans la localité, et 7 seulement habitent Oullins, autant à Lyon, et le même nombre dans les autres communes de la banlieue Sud-ouest. Parmi eux, aucun cadre, aucun employé de bureau, mais 13 travailleurs peu ou pas qualifiés, tandis que 8 sont des ouvriers professionnels, dont 6 métallos et 2 ouvriers du bois. La part importante de la catégorie des travailleurs les moins qualifiés s’explique en partie par l’âge de ces ouvriers, et il serait un peu hâtif d’en tirer des conclusions sur une organisation politique présentée dès lors comme un parti de manœuvres. L’origine géographique de ces travailleurs est assez diverse et, si ce ne sont quatre Savoyards, ne présente aucun aspect remarquable. À part, peut-être, l’absence de natif de la commune. Leur activité politique est, pour presque une décennie, fort discrète. Ce qui n’empêche pas la cellule, quelques années après sa création, de compter en son sein deux rabcor de l’hebdomadaire local du P.C. Parmi ces militants communistes, beaucoup sont, bien sûr, des syndicalistes unitaires connus, mais sont loin de constituer la plus grande partie de ceux-ci.

117En pleine assemblée, le secrétaire du syndicat se croit obligé de rappeler ce qu’est le rôle dirigeant du Parti communiste. C’est que l’influence des militants du P.C. est devenue sans partage à l’intérieur du syndicat unitaire. On n’est plus fin 1927, lorsque Clément, protestant contre « les condamnations qui frappent les militants des organisations d’avant-garde » pouvait citer pêle-mêle ceux « de la C.G.T.U., du P.C. ou anarchistes », ou même quelques années plus tôt, lorsque le syndicat achetait pour sa bibliothèque La Conquête du pain de Pierre Kropotkine. Tandis que se précise la domination du P.C. sur la C.G.T.U., des militants partent du syndicat, sans bruit, pour se trouver, au début de la décennie suivante, chez les confédérés dont ils deviennent les dirigeants. Chillard, Bonnot, Ferrier ou Baudry ont fait à la C.G.T.U. leurs premières armes syndicales ; c’est à la C.G.T. qu’ils vont réellement exercer leurs talents.

118Régulièrement, l’Internationale Syndicale Rouge tient un congrès. En 1930, elle prévoit de le réunir au mois d’août à Moscou et des délégués doivent venir de tous horizons, même des bords de l’Yzeron, puisque c’est Mondy qui, « parmi les cheminots désignés », doit représenter la région lyonnaise. Mais, essuyant le refus de la Compagnie de lui accorder ses congés et celui de la préfecture de lui remettre son passeport, il n’aura pas l’occasion d’effectuer le voyage au pays des Soviets. Même en restant entre le chemin de Pierre-Bénite et le quai de la Mulatière, les militants unitaires Oullinois ont des préoccupations à la mesure du monde. À plusieurs reprises, référence est faite explicitement à la situation internationale lors des réunions syndicales. Après l’occupation de la Ruhr par les troupes françaises, les Compagnies envoient certains de leurs agents en territoire occupé, mais les candidats ne se pressent pas, et elles profitent de l’aubaine pour offrir aux révoqués de 1920 l’occasion de revenir par un acte qui les coupe de leurs anciens camarades. Parmi les volontaires pour un séjour outre-Rhin, aux Ateliers, un ouvrier de plus de cinquante ans syndiqué depuis au moins une vingtaine d’années. À la mi-1926, au cours d’une assemblée générale unitaire, cet « ex-camarade [...] étant parti pour la Ruhr comme volontaire, le président met sa radiation du syndicat aux voix, qui est adoptée à l’unanimité ». Lorsqu’il revient, dix-huit mois plus tard, et sollicite sa réintégration dans le syndicat, « après discussion, à l’unanimité le conseil refuse d’accepter cet ex-camarade ». Lors des événements du Rif, les militants Oullinois envisagent « la possibilité d’un comité d’action contre la guerre du Maroc ». Mais ce sont aussi la collecte « en faveur de nos camarades mineurs allemands en grève » à la sortie de l’assemblée générale, l’ordre du jour d’une autre réunion qui se conclut par l’envoi « de l’expression de [la] sympathie [des cheminots d’Oullins] aux vaillants prolétaires chinois en lutte pour leur libération du joug impérialiste et colonisateur ».

119Mais quand est terminée la guerre civile et que sont apaisées ses séquelles immédiates, la Russie intéresse beaucoup moins les unitaires. En août 1921, au temps où les assemblées se séparent aux cris de « Vive la Révolution Russe », un conseil de presque deux heures se tient, au cours duquel « une seule question urgente a pu être discutée utilement », celle d’un appel « en faveur de la Russie ». Passés ces premiers temps, la situation en Russie puis en U.R.S.S. ne revient plus avec régularité ponctuer les délibérations des syndicalistes des Ateliers. Deux jours après la mort de Lénine, Midol est à Oullins, et ne dit pas un mot au sujet du disparu. Plus le Parti communiste acquiert d’influence à l’intérieur du syndicat, moins on y parle de ce qui est, pour ses militants, la patrie du socialisme. À tel point que l’hégémonie du PC entraîne la disparition des références à l’U.R.S.S ou aux événements qui s’y déroulent. Aucune des réunions préparant ou commentant les premier août n’évoque même cet Etat.

120Il y a peut-être encore aux Ateliers une organisation qui est « le » syndicat, mais elle n’est plus seule. Assez rapidement, un syndicat rattaché à la Fédération Lafayette s’implante sur les Ateliers ; son leader local est un des principaux militants du syndicat d’avant la scission, Justin Roudil. Au premier jour de l’automne 1922, quelques semaines après que fut effectif le schisme confédéral, le conseil du syndicat unitaire d’Oullins décide d’intégrer dans le bureau « deux camarades pour l’entente avec les autres organisations », dans le cadre d’une riposte aux remises en cause de la loi des huit heures. Déjà, à peine séparés, confédérés et unitaires, mais aussi professionnels, se réunissent au sein d’un cartel destiné à faire échec au décret Le Troquer, ce qui permet à Bouhatier de lancer un « vibrant appel pour le regroupement de tous les cheminots d’Oullins, regroupement qu’il espère prochain » et de faire se conclure une assemblée aux cris de « Vive l’Unité Syndicale retrouvée dans la Fraternité de tous les Travailleurs ».

  • 210 A.G. - C.G.T.U., 23/2/1923.

121Une dizaine de jours après cette belle proclamation, les confédérés organisent leur première réunion publique salle Marivaux, l’ancienne Brasserie des Chemins de fer, et y appellent par affiches. Le placard annonce une brillante distribution, puisqu’on y trouve Guillet, un cheminot du réseau Nord, tout comme Vivier-Merle, un syndicaliste déjà célèbre dans l’agglomération. Mais les unitaires s’installent en nombre dans la salle et, dix minutes avant d’en proclamer l’ouverture, Roudil « annonce que le citoyen Guillet ne viendra pas » et, malgré la présence de Vivier-Merle, annule la réunion. « Bouhatier prend alors la parole pour demander aux camarades présents de bien vouloir tenir séance quand même et d’envoyer un nom comme président de séance ». C’est celui de Brouillet, un leader unitaire, qui « est lancé par l’assemblée, mis aux voix et adopté ». Et la réunion tourne au procès des confédérés. Chavassieux, un conseiller municipal communiste de l’équipe de Jordéry, « tient à dire deux mots pour accuser le citoyen Vivier d’avoir semé la division ». Sellier « fait le procès de la tendance réformiste ». Roudil prend alors la parole, prêche pour l’unité, mais se fait interrompre par un militant lui faisant grief d’avoir « fondé un autre syndicat à côté de celui existant ». Après quelques joutes oratoires l’assemblée se sépare aux cris de « A bas les traîtres ! Vive la Fédération Sémard ! Vive la C.G.T.U. ! Vive l’Union Nationale et Internationale des Travailleurs !210 ». Malgré une situation peu propice à de tels agissements, puisque l’action contre les décrets Le Troquer devrait logiquement trouver les militants de différentes organisations assez unis, la première intervention publique des confédérés, très peu implantés, s’achève sur une affirmation des positions du principal syndicat des Ateliers, tandis que les minoritaires, rattachés pourtant à une centrale majoritaire, sont accusés de trahison. La création d’une autre C.G.T. aux Ateliers est vécue comme une scission, ce qu’elle est.

122Ceux qui vivent le plus mal cette division des syndicats cheminots, à Oullins, ne sont plus cheminots. Les révoqués, en effet, se sont constitués en Amicale, tiennent régulièrement réunion salle Marivaux en présence de représentants des C.G.T. des Ateliers. C’est là que Bouhatier a l’occasion de rencontrer le citoyen Roudil, qui est redevenu pour lui « le camarade Roudil », et c’est au cours d’une réunion de révoqués, le dimanche 2 mars 1924, qu’est décidée la mise en place d’une commission composée de quatre membres de chaque organisation « pour pouvoir causer de l’unité ». C’est tôt, très tôt, et il s’agit peut-être, en France, de la première initiative de ce type. Elle se veut prophétique : il s’agit d’« arriver à faire l’unité à Oullins d’abord et plus haut ensuite ». Un mois et demi plus tard, Bouhatier peut tirer un bilan de ce « comité mixte ». « Il a grand espoir [qu’il soit possible de] faire l’unité à Oullins et faire des assemblées générales [...] pour pouvoir discuter [des] revendications ». Mais, dans le même temps, sur une directive de l’Union de réseau, le syndicat unitaire « fait appel aux unitaires, confédérés et même non syndiqués pour former un comité d’atelier ». Le comité d’atelier est différent du comité mixte puisque celui-ci est une émanation des deux organisations syndicales tandis que celui-là est l’objet d’une démarche du syndicat unitaire en direction des non-syndiqués et des adhérents confédérés, par-delà leurs structures. Cela n’empêche pas Bouhatier de conclure une de ses interventions lors d’une réunion du conseil, en disant que « les réformistes cherchent par tous les moyens à ne pas [...] faire » l’unité. Est-ce la simultanéité des deux tentatives ? Toujours est-il qu’elles sont l’une et l’autre vouées à l’échec. Le comité mixte ne se réunit plus et les travailleurs des Ateliers ne sont pas enthousiasmés par le comité d’atelier, ce qui n’empêche pas Roudil d’intervenir lors d’un meeting de la C.G.T.U.

123Trois ans après la scission fédérale, deux ans après la scission confédérale, dix-huit mois après que soit réellement apparu un autre syndicat d’une sensibilité proche, et en tout cas d’une origine commune, non seulement l’idée de réunification est avancée, mais elle est admise comme étant de bon sens et, malgré des querelles continuelles, se maintient une structure, regroupant des représentants des syndicats unitaire et confédéré, dont la finalité même est la réunification. Une longue période de brouille ne s’en instaure pas moins entre les deux syndicats frères et ennemis. C’est l’époque où les unitaires s’engagent, pour faire pression sur les leaders des autres syndicats, « à faire toute l’agitation nécessaire auprès des camarades des syndicats, professionnels, confédérés et inorganisés pour [...] réaliser le front unique », mais l’effet est inexistant auprès de militants de la C.G.T. et même les adhérents unitaires ne sont pas vraiment empressés. Subsiste pourtant un élément constant : malgré une multitude de démarches contradictoires, la dernière annihilant les effets de la précédente, même aux périodes les plus exacerbées de la division, se maintient en permanence l’affirmation de ce désir d’unité.

124Début 1926, il s’agit de former un comité d’entente, une nouvelle formule, à ne pas confondre avec le comité mixte ou le comité d’atelier ! Les unitaires écrivent aux instances locales des syndicats confédéré et professionnel. Mais les militants de la C.G.T. font la sourde oreille, ce qui ne les empêche pas, au demeurant, d’assister aux assemblées unitaires ou de recevoir des militants unitaires dans leurs assemblées qui regroupent, d’après ceux-ci, une trentaine de participants et où les orateurs disent « un peu de vérité et beaucoup de mensonges ». Avec les professionnels, mais sans les confédérés, le comité d’entente n’obtient qu’un succès pour le moins mitigé, « ses deux meetings ne [réunissant] qu’un nombre infime de cheminots », ce qui n’est pas très grave parce que, toujours pour l’unité, on va passer à une autre formule. Début 1927, les confédérés diffusent un tract traitant de l’unité. Aussitôt, les unitaires leur écrivent pour leur proposer une réunion « pour discuter sur les moyens pratiques de réaliser l’unité ». Pour eux, « elle est immédiatement réalisable par la fusion simultanée à la base sous le contrôle d’une commission paritaire composée des deux bureaux des deux C.G.T. ». La réponse est un acquiescement, et les deux bureaux se rencontrent. « Rien de plus n’est fait en faveur de l’unité ».

125Le mois suivant cette entrevue infructueuse, une structure mixte des services parisiens du réseau de l’Etat adopte un texte inspiré par « les propositions d’unité du dernier C.C.N. de la C.G.T.U. » qui est repris par la Fédération unitaire dont le syndicat des Ateliers demande promptement une entrevue aux confédérés oullinois « pour étudier la question de l’unité sur cette nouvelle base ». Mais tout cela n’a pas de suite et, au début de l’année suivante, Mondy dénonce « l’odieuse attitude des confédérés », dont « le parti pris certain », la « mauvaise volonté évidente » et l’« incompréhension manifeste des moyens à donner à la classe ouvrière pour se défendre contre ses exploiteurs » ont privé celle-ci « du regain d’activité qui sortirait d’un mouvement syndical réunifié ».

126Tout cela semble de plus en plus tourner à la rengaine. Ainsi que l’explique Mondy à la fin de l’été 1929, il faut s’« attacher à l’unité avec les masses plutôt qu’avec les confédérés ». Certes, mais les unitaires continuent à s’intéresser de fort près aux militants de la C.G.T., vont à leurs réunions, les reçoivent au cours de leurs assemblées, dépouillent leurs productions. Et lorsque les unitaires essayent de trouver quels moyens adopter pour s’opposer efficacement aux heures supplémentaires, il y a bien sûr un militant pour juger « que pour pouvoir faire quelque chose, il faudrait s’entendre avec les autres organisations ». Ainsi, à la veille des années trente, en pleine troisième période du Komintern, alors que l’Humanité titre sur « l’hypocrisie social-fasciste », la C.G.T.U. des Ateliers persiste à accorder intérêt à l’autre force syndicale du site et cette attention, après tant de positions fluctuantes, est toujours explicitement sous-tendue par une volonté d’efficacité.

127Entrent aussi en jeu d’autres phénomènes. Les syndicalistes de la C.G.T. ne sont pas étrangers à ceux de l’autre C.G.T. Roudil était un militant en vue du syndicat d’avant la scission, et le fait qu’il milite dans une autre organisation se réclamant de la même histoire, des mêmes idéaux que le syndicat majoritaire aux Ateliers, rapproche les deux organisations tout en soulignant l’inconvenance de leur éloignement, en rendant plus intenses les tensions. Au moins n’a-t-il jamais été à la C.G.T.U. ; ce n’est pas le cas des nouveaux militants. Ainsi Alexis Ferrier. Né à Briançon, en 1897, il arrive rapidement à Oullins, son père ayant du travail dans un autre établissement de l’entreprise de textile dans laquelle il vient de passer contremaître. Chaudronnier, plombier, zingueur, il exerce plusieurs métiers dans des entreprises métallurgiques de la région, d’autant plus facilement que beaucoup d’hommes sont au front. Il les rejoint, en août 1916 pour faire preuve de ce que l’on appelle « une conduite héroique », est blessé deux fois. Il en ressort, comme tant de jeunes hommes de sa génération, profondément meurtri, devient pacifiste, donc admirateur de Jaurès, donc socialiste. Ecœuré par ce qu’il a vécu, il croit donner plus de crédibilité à sa haine de la guerre en faisant croire qu’il y croyait en partant et que, trichant sur son âge, il s’est engagé à 17 ans. Il revient aux premiers jours de l’automne, et il lui faut un peu plus d’une année pour entrer aux Ateliers, début janvier 1921, n’ayant pas voulu profiter des suites immédiates de la grève de 1920, quand la Compagnie débauchait dans les entreprises alentour pour relever les révoqués. Il se retrouve aux Voitures, ouvrier zingueur, et le restera jusqu’à sa retraite, 31 ans plus tard. C’est à ce moment qu’il s’installe dans sa petite maison de la rue Lafayette, à un peu plus d’un kilomètre de l’entrée du site. Proche alors du Parti communiste naissant à cause de la guerre, de la révolution russe, du traité de Versailles, vivant, selon sa propre expression, « les intrigues et querelles des milieux ouvriers », il finit par s’éloigner du PC. Dans le syndicalisme aussi, écorché vif, il ne supporte pas certaines mises en cause et quitte alors le syndicat unitaire pour rejoindre la C.G.T. Adhérant bientôt à la S.F.I.O., il a gardé de son expérience dans l’extrême-gauche et de son issue une haine féroce du Parti communiste, mais aussi, paradoxalement, une certaine tendresse, un réel respect pour ses militants, un peu comme il déteste la guerre sans haïr les soldats. Partisan résolu de l’unité du mouvement ouvrier, sa certitude de voir partout un complot de la bourgeoisie et de ses complices moscovites relativise sa volonté unitaire. Cet homme, dont l’enfance a été fort dure, marquée par la séparation de ses parents, cultive la provocation au point d’en faire sa dialectique, mais est d’une insoupçonnable probité, ne recherchant jamais son propre intérêt, et courant plutôt, avec un certain succès, après les ennuis. Il séduit ou on le déteste, mais il ne laisse indifférent.

128Alexis Ferrier est parmi les confédérés qui participent, sans y être invités, à la première assemblée unitaire des années trente, tandis que sont discutées les tactiques à mettre en œuvre pour revenir enfin à ces huit heures de 1919. Il défend la semaine anglaise, explique que les confédérés ont lutté « à leur manière » contre les heures supplémentaires, « mais que c’est l’avachissement des cheminots qui a obligé son syndicat à ne pas participer à [l'] agitation » unitaire, et invite les militants de la C.G.T.U. à présenter leurs propositions au syndicat confédéré. Puis il laisse la parole à Clermontel, un autre syndicaliste de la C.G.T., qui préconise aux assistants « de faire comprendre autour d’eux qu’ils doivent faire le moins possible de production ». Mais leur discours ne passe pas, d’autant moins que les militants unitaires présents préfèrent temporiser, expliquer que « ce n’est pas une solution », « ce n’est pas possible »... et inviter les adhérents « à ne pas toujours regarder les autres ». L’année trente se passe ainsi : les uns assistent aux réunions des autres et les autres à celles des uns. On parle, on s’écoute, on ne s’entend pas...

  • 211 C.A. - C.G.T.U., 23/10/1931.

129Malgré les attaques des unitaires, l’influence de la C.G.T. ne cesse de croître : « Malgré tout, les cheminots vont chez eux » explique Mondy. La question de l’unité, cinq années après le comité d’entente, sept après la commission mixte, redevient le principal point de l’ordre du jour lors des réunions de l’automne 1931. Un conseiller propose alors, sans ambages, de « réunir les deux bureaux [et] garder l’argent des cotisations pour priver [les] deux centrales de fonds ». Les expressions qu’il emploie, « Jouhaux et sa clique », mais aussi « Mon mousseau et sa clique », si elles acquièrent toute leur saveur lorsque l’on sait que le militant en question est aussi membre de l’harmonie municipale, n’en sont pas moins révélatrices de la persistance d’un courant syndicaliste-révolutionnaire au sein de la C.G.T.U. Un autre militant demande que, dans la réponse aux confédérés, soit ôté « le passage leur rappelant que ce sont eux les dissidents », et obtient gain de cause211. Déjà, des militants proposent de « ne pas faire d’adhérents » avant la réunification. D’autres proposent la réunion des deux bureaux comme première étape dans une démarche de réunification, ce qui doit correspondre à un tabou dans les circonvolutions de la fédération unitaire car elle suscite des réactions hostiles de la part des leaders, parmi lesquels Joseph Machizaud. Il est d’origine rurale, car on a beau naître et habiter à quelques kilomètres des Ateliers, Irigny, c’est la campagne, et Jean-Simon Machizaud, le père de Joseph, est cultivateur et ne fréquente pas vraiment d’ouvrier. Appelé avec sa classe et incorporé en avril 1918, Joseph Machizaud passe les deux derniers mois du conflit au front, puis quinze mois en Rhénanie avant d’être libéré en juin 1921. Embauché l’année suivante, en février, comme manœuvre aux Ateliers, sur le site des Machines où il fera toute sa carrière, il acquiert en de brefs délais une qualification de conducteur de machines-outils. Rapidement adhérent au syndicat unitaire, il participe même avec Soulier, en 1925, trois ans après son embauche, au congrès confédéral. Il devient en janvier 1926 secrétaire adjoint du syndicat C.G.T.U. des Ateliers. Célibataire endurci, il est à la tête du syndicat un Saint-Marc qui aurait trouvé dans le Parti communiste sa vérité. Comme beaucoup de militants consacrant leur vie à leur idéal, désarçonné si ses convictions sont mises à bas, il ne supporte pas de tirer le moindre avantage de son engagement.

  • 212 A.G. - C.G.T.U., 4/3/1927.

130Depuis une décennie, le mouvement syndical est divisé. Seuls tout d’abord, puis vite en butte à une concurrence de plus en plus redoutable, les unitaires, les militants du « vieux syndicat », ont dès les premiers jours proclamés leur désir de l’unité, quitte à empêcher la tenue de la première réunion publique confédérée. Malgré les insultes, les rancœurs, ils ont toujours été persuadés d’« œuvrer sans relâche pour le rapprochement des deux tronçons212 ». Les propositions précises du syndicat, l’une annulant parfois la précédente qui trouvait un début de concrétisation, ont été au moins au nombre de sept, en ne comptant point celles mises en avant par des militants et rejetées par le syndicat, ou adoptées sans qu’il n’en soit plus jamais question : le comité mixte, le comité d’atelier, le comité d’entente, la fusion simultanée à la base, une unité court-circuitant toute structure, un comité d’unité sur le lieu de travail regroupant unitaires, confédérés et inorganisés, une commission qui seconde les bureaux dans leurs rencontres.

131Les unitaires, qui en 1923 proposaient aux confédérés de les rallier sans autre forme de procès, voient huit ans plus tard la proposition s’inverser. Entre militants des deux syndicats, on discute, on s’invective, on palabre, on s’insulte, on fait concours d’effets oratoires, mais on travaille dans le même atelier, on affronte, y compris physiquement, les mêmes petits chefs, on boit ou on mange dans les mêmes gargotes. Et tout au long de ces années, même lorsque les virages du P.C. ou les crispations de la S.F.I.O. poussent certains à une profonde rupture, même lorsque quelques initiés en arrivent à se persuader de la version satanique d’une quelconque formule-telle la « réunion des deux bureaux » qui au début des années trente effarouche tant les militants communistes de la C.G.T.U.-, une volonté d’unité syndicale persiste, revenant de manière constante dans les discours de militants qui voient en une réunification la potentialisation des forces ouvrières. Mais jamais, en dehors de quelques proclamations, de quelques rencontres, ces démarches ne s’approfondissent.

132L’autre finit toujours pour beaucoup par être le traître, vendu aux capitalistes ou asservi à un P.C. qui n’a que faire des ouvriers. Images qui sont moins caricaturales qu’erronées, car, quel que puisse être son engagement politique, un militant de la trempe d’un Maurice Fichet, venant de Saône-et-Loire pour devenir manœuvre à la Fonderie de cuivre, n’imagine pas un instant demander quelque consigne avant de se déterminer en réunion du conseil syndical. Et croire Joseph Baudry inféodé à la Compagnie est peu sérieux. Ce Lyonnais qui n’a pas quarante ans, mouleur ayant travaillé successivement dans les quatre fonderies des Machines, milite au P.C. après Tours. Syndicaliste unitaire au point d’en présider une assemblée en 1923, il se sent poussé vers la C.G.T., et finalement la S.F.I.O., lorsqu’il ne comprend ni ne supporte les invectives de la bolchevisation du milieu des années vingt. Pas de réunification, une division qui se porte bien, mais chez beaucoup de militants une volonté persiste d’unité, une conscience profonde de l’absurdité de la situation dans ce mouvement syndical de l’entre-deux-guerres.

  • 213 Le Nouvelliste, 14/5/1920. Cinq jours auparavant, le même quotidien relatait la manifestation, à V (...)

133La constitution à Oullins, entre les deux grèves de 1920, d’une section du Syndicat professionnel des cheminots de France est de fait une scission. C’est une scission parce que les trois cheminots qui sont à l’origine du Syndicat professionnel, les trois membres du premier bureau, les trois seuls participants à la réunion initiale, viennent du vieux syndicat, parce que la dimension syndicale est, là encore, mise en avant, parce que l’on veut connaître « la théorie du droit syndical », parce que l’on affirme « la nécessité du syndicat », parce que l’on revendique « la nécessité d’une doctrine sur laquelle s’appuiera le syndicat pour être viable et fort ». C’est une scission parce que l’on s’organise de façon analogue, bureau, conseil, réunion générale, parce que la terminologie utilisée est celle que l’on a apprise à la C.G.T., dont le fameux « camarade ». Ils sont donc trois, ce jeudi 8 avril 1920, à constituer la section oullinoise de ce Syndicat professionnel qui existe déjà depuis quelques années. Le président de la toute nouvelle section, Paul Aubert, est employé de bureau au Magasin des Voitures. Le secrétaire, Marin Rocher, est aussi employé principal, mais aux Machines. Quant au trésorier, Félix Tortel, il est aide-ébéniste aux Voitures. Ils ont entre 36 et 46 ans, habitent Oullins, au-delà de la Grand-rue, sont pères de famille et seuls travailleurs rémunérés de leurs ménages. Tortel a six enfants, âgés de un à douze ans. Ils sont tous trois catholiques, tous trois originaires de petits villages dans des départements, Haute-Loire et Drôme, où l’identité est depuis quatre siècles grandement fonction de la confession. Sans que la section y prenne part en tant que telle, des adhérents oullinois participent pendant la grève du mois de mai à une réunion qui se tient à Lyon, dans une salle de la rue Saint-Jean où ils écoutent un « véritable réquisitoire contre la C.G.T. dont [l’orateur] dénonce les doctrines néfastes, antipatriotiques, antireligieuses, révolutionnaires et contraires à la Fraternité sociale213 ».

134C’est lorsque la situation est redevenue plus calme, et quand commencent à se fermer les premières plaies, qu’a lieu la première réunion générale constitutive. L’adjoint de Rocher, Renoult-Gentil, est lui aussi ancien adhérent de la C.G.T., mais surtout un des principaux organisateurs de la Passion qui, chaque année, anime lors des fêtes pascales le quartier de la Saulaie. Tourneur ayant épousé une couturière, il en a eu un fils, Charles, lui aussi tourneur aux Ateliers qui épousera une couturière avant de devenir un des leaders locaux du syndicat chrétien. Le nouveau bureau comprend onze membres dont, outre les trois déjà cités, au moins quatre Oullinois : deux manœuvres, un sellier, un garnisseur. Il ne s’agit pas d’une organisation de « privilégiés » de l’usine. L’éventail des générations s’élargit, ainsi que celui des origines géographiques, puisque si il n’y a toujours point le moindre Oullinois ou Lyonnais de naissance, ils viennent d’Isère, de Saône-et-Loire, de la Drôme encore et du Rhône, de Bourg-de-Thizy. L’origine rurale n’est plus la règle, puisque l’un est né à Mâcon et l’autre à Montélimar. Pas de ménage élargi, mais moins de prolificité : le plus jeune est célibataire, sans doute en garni, et seul le plus âgé a un enfant. Apparaît encore plus nettement une sous-représentation des professionnels de la métallurgie, et l’implantation aux Voitures s’affirme. Dès sa création, la section oullinoise du Syndicat professionnel s’intègre au niveau national dans le mouvement et envoie Rocher au congrès de Paris, qui décide la transformation du syndicat en Fédération et son affiliation à la jeune C.F.T.C. Le Syndicat s’installe alors au dix-sept de la rue de la Convention, c’est à dire dans un local paroissial de la Saulaie. Ses militants n’ont pas à attendre très longtemps pour que leurs soucis, leurs activités, se rapprochent de ceux de leurs camarades unitaires et confédérés.

  • 214 C.F.T.C., 6/10/1922, C.A. - C.G.T.U., 2/11/1922 et A.G. - C.G.T.U., 16/11/1922.

135Quand, en septembre 1922, le décret Le Troquer remet en cause les huit heures, le syndicat réunit ses adhérents qui, « après avoir étudié les différents moyens pour faire échec au décret, [estiment que] le seul qui puisse être retenu est une protestation auprès des pouvoirs publics ». Mais les militants présents n’en décident pas moins de s’unir en « cartel » avec les autres syndicats. A la C.G.T.U., on lit la lettre de Rocher, on y répond, mais cela ne va pas plus loin214. Pour les unitaires, le syndicat professionnel est toujours ce qu’en pensaient les cégétistes d’avant la scission. Béranger, à l’automne 1920, « fait ressortir ce qu’est cette organisation », à savoir un ramassis de « parasites ». Bouhatier lui fait écho près de trois ans plus tard en évoquant le « syndicat jaune ». Mais les rapports entre professionnels et unitaires évoluent rapidement. Lorsque le syndicat professionnel édite un tract ou envoie une lettre aux autres organisations, ces documents sont lus en réunion sans commentaire présentant les auteurs de manière désobligeante, leurs positions sont énoncées en réunion unitaire de la même manière que celles des confédérés.

136Petit, le syndicat professionnel n’en est pas moins vif. Au début des années trente, le nombre de syndiqués s’élève à quelques dizaines, celui des participants aux réunions étant de l’ordre de la dizaine. L’organisation s’installe dans la durée. Début 1925, de Saint-Vianney à Saint-Martin, le siège est transféré « provisoirement » et pour plus d’un demi-siècle dans les locaux paroissiaux de la rue Voltaire. Les réunions de bureau deviennent hebdomadaires, les militants rédigent et diffusent des tracts, rencontrent l’Ingénieur, planchent sur la rationalisation, les horaires du travail, le service médical, protestent contre les licenciements, envoient des représentants aux différents congrès. Se crée aussi une sociabilité : on fête les départs à la retraite, « au régiment », on fait des petites fêtes, des sorties familiales. En une dizaine d’années, le syndicat professionnel a changé et ses militants se sont renouvelés. Sur les trois fondateurs d’avril 1920, seul Tortel milite encore aux Ateliers. Rocher et Aubert ont eu une autre affectation tandis que sont apparus des nouveaux : Joseph Autier, Lyonnais d’origine, chaudronnier de 44 ans est en 1931 le président du syndicat ; Joseph Eme, un manœuvre qui n’a pas trente ans, vient d’arriver aux Ateliers et est conseiller du syndicat dès 1931. Plus encore qu’un rajeunissement relatif, apparaissent significatifs certains traits qui persistent, dont la sous-représentation des métallurgistes et l’origine rurale des adhérents. Mais surtout, ce syndicat qui se veut, qui s’affirme « professionnel » est, plus encore que dix ou douze ans plus tôt, une organisation de sous-qualifiés : six manœuvres ou aides-ouvriers, cela fait deux syndicalistes sur trois. L’origine rurale est bien sûr liée à cette qualification, tout comme les départements dont viennent certains militants.

137Les effectifs du syndicat unitaire stagnent encore en 1932, et les réunions sont toujours désertées. Des sections aussi importantes que celle du Montage, aux Machines, périclitent alors que les conditions de travail n’ont pas vraiment été améliorées par l’édification des trois nouvelles nefs. Sémard vient à Oullins le 15 novembre 1933. Certes, sa venue se place dans le cadre plus large de « la régression de la Fédération des cheminots », mais la situation oullinoise n’en préoccupe pas moins les unitaires. Une vision par trop négative n’en serait pas moins simplificatrice. Ainsi, le syndicat s’ouvre sur l’extérieur, et invite René Laplace, un de ces pédadogues qui, à Oullins, réfléchissent et travaillent sur des bases nouvelles. Cette intervention n’aurait rien d’étrange si l’instituteur n’était pas un militant connu de la S.F.I.O. locale et si cette intervention n’avait pas lieu en septembre 1933, donc en pleine période « classe-contre-classe », plusieurs mois avant le prochain tournant du Komintern. L’action purement syndicale est, pendant ces deux années, des plus réduites, et la célébration du premier mai s’avère fort discrète. Est-ce la crise économique qui anesthésie ainsi les militants ? Elle n’est que rarement évoquée lors des réunions, et toujours dans le cadre de ses répercussions sur le travail aux Ateliers ou la corporation.

138La principale préoccupation qui, sans cesse, revient est l’unité. Faisant le point début trente-trois sur l’activité du syndicat dans le cadre du traditionnel rapport moral, Clément croit pouvoir affirmer que « le désir d’unité qui se manifeste dans l’ensemble de la classe ouvrière et que nous ne cessons de réclamer a été une des bases de son travail ». Mais lorsque Sémard vient à Oullins, à la fin de l’année, ce n’est pas pour faire l’apologie de l’unité. « Il s’étend longuement sur les erreurs du front unique, [...] du comité d’action ». « Ce qu’il faut maintenant, c’est expliquer aux cheminots le rôle [des] différentes organisations et les raisons qui ont fait que nous avons rompu » explique-t-il aux militants unitaires oullinois pour lesquels, jusqu’à présent, c’était toujours les confédérés qui coupaient court. Son intervention, méthodologique autant que didactique, pendant laquelle il s’attarde sur ce que le rapporteur appelle « notre ligne politique, la seule juste », suscite un débat au cours duquel l’unité, à laquelle n’était consacrée qu’une partie de son intervention, en devient l’élément principal. Ainsi, la désunion est devenue, pour les unitaires, la règle, pas seulement du fait des fins de non-recevoir des confédérés, mais aussi parce que les consignes venues d’en haut sont strictes.

  • 215 C.A. - C.G.T.U., 19/2 et 7/3/1934, A.G. - C.G.T.U., 23/2/1934, Le Progrès, Le Nouvelliste et Lyon (...)

139Après le 6 février 1934, le pays est en ébullition. On parle de coup de force. Le mouvement ouvrier se mobilise. A Oullins, unitaires et confédérés se réunissent le 8 ou le 9 et appellent pour le samedi à une réunion commune. La participation, pour une fois, n’est pas médiocre. 284 cheminots se prononcent pour une action, mais l’assemblée devient vite confuse, et rien de concret n’est décidé. Le lundi 12 au matin, journée prévue par syndicats et partis de gauche pour une grève générale, les ouvriers des Ateliers travaillent comme de coutume. Mais, à la sortie de onze heures, les militants cheminots des deux C.G.T. se réunissent et décident la rentrée tardive après la pause de midi, une grève d’un quart d’heure. Près de 150 ouvriers, dont 107 unitaires et 21 confédérés, rentrent à 13 h. 15 après avoir, rue des Ateliers, chanté l’Internationale. Le premier appel à la grève depuis 1920, s’il n’a pas véritablement déclenché l’enthousiasme des foules, a été suivi d’effet. Les plus combatifs des unitaires ne sont d’ailleurs pas forcément de la fête, ayant pu prendre leur congé pour la journée de lundi ou, malgré leur participation à la réunion de onze heures, n’attendant pas la fin du quart d’heure. Comme l’explique l’un d’entre eux, conseiller du syndicat, « ayant vu entrer pas mal de militants au dernier moment, cela l’a écœuré et il est entré également215 ». Le 23 février, Mondy tire le bilan de cette journée et de ses suites. « Il souligne le front unique qui s’est réalisé partiellement contre le fascisme. Il croit [que les unitaires doivent] proposer à [leurs] camarades confédérés de continuer dans cette voie et, à l’avenir, travailler en commun en commençant par des réunions communes des deux organisations ».

140Deux semaines plus tard, lors de la réunion du conseil qui revient sur ces événements, il peut déclarer que « l’unité est en bonne voie dans notre localité ». Elle est d’autant mieux engagée que, bien involontairement, les dirigeants du P.L.M. vont donner un petit coup de pouce. C’est que le coup du 6 février n’a pas compté que des adversaires aux Ateliers. L’Action française a quelques partisans sur le site, notamment parmi la maîtrise, et un contremaître « brime » à leur rentrée tardive quelques ouvriers de la Fonderie de cuivre. Mal lui en prend car à la sortie, comme cela aurait été le cas deux ans plus tôt pour un de ses collègues, il est l’objet d’une conduite de Grenoble. La direction locale ne peut laisser faire, et sanctionne quatre ouvriers, choisissant judicieusement des syndiqués de la C.G.T.U. et de la C.G :T., et amenant ainsi les deux organisations à les défendre de concert.

141Parmi les quatre sanctionnés, Mondy est révoqué. Après plusieurs meetings, la Compagnie se résout à le muter, comme ses trois camarades, et Machizaud devient secrétaire général du syndicat.

  • 216 A.D.R. 10 MPC 145, rapport du commissaire spécial de la préfecture du Rhône, 27/4/1934.

142Le premier mai n’est pas l’occasion que certains attendaient. Malgré les inquiétudes du commissaire spécial qui estimait qu’« en ce qui concerne les cheminots, il se confirme que seuls les ouvriers d'Oullins sont susceptibles de cesser momentanément le travail216 », il n’y a pas la moindre défection. En faisant le compte rendu, Machizaud, plutôt sectaire jusqu’à ce jour, « souligne les faiblesses de part et d’autre, et surtout le manque de coordination ». Il explique : « Il faut savoir que les deux congrès [fédéraux] vont bientôt se tenir et que des deux côtés on doit défendre âprement notre position sur l’unité ». « On », « notre position » : dans le langage, l’unité est déjà inconsciemment structurée... De même, c’est sur proposition de la C.G.T.U. que Chillard, secrétaire du syndicat C.G.T., a été désigné comme délégué à la sécurité. Or le processus d’unité syndicale a forcément une dimension politique car les leaders confédérés, Chillard, Ferrier, Baudry, sont à la S.F.I.O., tandis que ceux du syndicat unitaire, Mondy, Bouhatier, Machizaud, sont au P.C. Pourtant, la division est encore de règle, et il faudra attendre la fin du mois pour que s’amorce officiellement le virage du P.C. vers l’union. Dès lors, dans le mouvement ouvrier français, qu’il soit syndical ou politique, les choses évoluent très rapidement. Il est incontestable cependant que, dans la grande entreprise métallurgique de la banlieue sud-ouest de Lyon, les militants des deux C.G.T. ont, sinon anticipé, du moins précédé ce mouvement national. Et que le six février a été l’élément déterminant de cette évolution, débloquant une situation et donnant aux militants l’occasion d’enclencher enfin un processus qu’ils espéraient depuis si longtemps.

143La dynamique engagée donne une nouvelle vigueur au syndicat unitaire auquel, au cours des six premiers mois de l’année trente-quatre, 106 cheminots d’Oullins adhèrent, dont une soixantaine au mois d’avril, l’élan se brisant à la fin du printemps. Cela ne comble d’ailleurs pas d’aise les responsables fédéraux, et Sémard écrit aux Oullinois pour exprimer ses « craintes [...] au sujet des modalités d’adhésion ». A Paris, en mai, s’est tenu le congrès fédéral unitaire. Bouhatier en revient assez enthousiaste. Il a d’ailleurs retrouvé un autre Oullinois, Alexis Ferrier, envoyé par le syndicat C.G.T. pour assister à une journée du congrès unitaire. Bouhatier explique « que l’unité syndicale a été la base de la discussion, et donne l’assurance [...] que le mouvement d’unité va grandissant et les organismes centraux pourront être dépassés par les masses ». Très fier, il fait savoir que « les camarades de Paris, principalement le camarade Midol, ont reconnu le bon travail exécuté à Oullins », que « c’est le réseau P.L.M. qui aura réalisé le premier l’unité ». Et il ne s’est pas privé d’« indiquer à Sémard que ses paroles prononcées aujourd’hui ne reflétaient pas celles qu’il a prononcées il y a un an ». « Notre position a été justifiée par les faits, et ce sera la réponse à certains pessimistes qui nous condamnaient ».

144Les confédérés aussi ont eu leurs congrès. À celui de leur union de réseau, à Nice, ils ont fait largement circuler la « résolution d’Oullins », établie par le comité. « Il faut reconnaître que nos camarades confédérés ont fait du bon travail concernant l’unité » commente Machizaud. Il n’en tempère pas moins les ardeurs : « C’est à nous tous de défendre notre position, sans s’occuper des résultats des congrès ». L’unité prend forme : « Dorénavant, dans les réunions de propagande, un confédéré et un unitaire iront ensemble porter la bonne parole d’unité des camarades d’Oullins ». Et Bouhatier annonce que l’I.S.R. vient, « à sa grande surprise », de remettre aux cheminots d’Oullins un drapeau. Rouge, frangé d’or, sur une hampe démontable qui se termine par un fer de lance ajouré dans lequel s’inscrivent la faucille et le marteau, il porte en lettres dorées « A la meilleure section du P.L.M. de la Fédération unitaire des cheminots de la France, les cheminots du réseau du Midi de l’U.R.S.S. ». Emu, Bouhatier rend hommage à Mondy, « qui a été, on peut le dire, le premier à élaborer une résolution tendant à unir les deux syndicats », en omettant de préciser que, deux ans et demi auparavant, le même Mondy déclarait : « La fusion des deux syndicats à Oullins ne serait pas l’unité ». Il « associe à cet honneur [ses] camarades confédérés d’Oullins ». Et la proposition est faite « d’organiser une fête à l’occasion de la remise du drapeau, et de profiter de l’occasion [pour faire] une démonstration d’unité avec sortie dans la rue ».

  • 217 C.A. - C.G.T.U., 11/6/1934.

145La Russie, dont il n’avait plus été fait mention depuis les temps de la guerre civile, est à nouveau évoquée. Lors de la réunion du conseil de la mi-juin, Crapier, un permanent unitaire venu à Oullins, cite en modèle cette « Russie où le prolétariat est maître ». Dans un discours étrange, il ne consacre que peu de temps à l’unité, pour approuver les réunions communes de propagande, pour « indique[r] sa satisfaction de voir dans la salle des camarades confédérés », mais aussi pour dire qu’« il faut une fois de plus que chaque camarade présent sache bien ce qu’il veut », que « c’est avec la clarté dans les paroles et dans les faits [qu’il faut] réaliser cette unité ». A sa suite, Chillard prend la parole : « Le premier travail, c’est de réaliser l’unité, et après on pourra être un peu plus fort pour arrêter l’offensive des Compagnies » précise le secrétaire confédéré avant de terminer : « À Oullins, le comité d’unité existe en attendant le syndicat unique217 ». Un autre dirigeant unitaire, vraisemblablement de l’Union de réseau, Chambon, participe au conseil syndical de septembre. Et son discours, dans une salle où ne se trouve pas de militant C.G.T., est franchement hostile aux confédérés : « Oui, l’unité, la C.G.T.U. la veut mais sans abdication d’aucune sorte », « Les hautes sphères de la C.G.T. sont débordées par le courant de la base ». Lors de la même réunion, Machizaud donne connaissance d’une résolution votée par les deux syndicats des Ateliers sur le rôle des délégués du personnel. En fait, les unitaires se sont alignés sur la position confédérée. Machizaud ne s’en cache pas : « [Il faut] prendre la résolution telle qu’elle est, car ce qui importe c’est l’unité. Le courant le plus fort l’emportera, il suffit de garder nos conceptions et de faire du travail de pénétration syndicale, et en avant pour l’unité totale ».

  • 218 C.A. - C.G.T.U., 10/9/1934.

146Lorsque se termine l’été, l’unité n’est donc même plus une question de temps, les cheminots d’Oullins en sont certains. Quelques discours donnent même l’impression que se préparent les discordes prochaines. D’autres, ailleurs, ont été plus rapides puisqu’en août une centaine de syndicats de la corporation ont été réunifiés. Si les leaders fédéraux et confédéraux sont toujours d’un enthousiasme très relatif, si les dirigeants des deux C.G.T. vont encore attendre un mois et demi avant de se rencontrer pour parler unification et, finalement, ne pas se mettre d’accord, la question ne se pose plus dans les établissements. Une certaine ferveur se perçoit même chez les militants. Paradoxalement, l’unité prend une dimension d’autant plus mythique que l’échéance semble inéluctablement se rapprocher. On parle surtout de cela dans les réunions, et, en en faisant presque une fin, les syndicalistes semblent oublier que tout n’allait pas forcément pour le mieux au temps du vieux syndicat. Autre effet induit par la tournure que prend le débat, le rôle moteur des militants dans ce processus renforce leur place au sein même du syndicat. De plus en plus, il y a un fossé, perceptible depuis la fin de la seconde décennie du siècle, entre - pour reprendre les expressions de Machizaud - les « camarades simples syndiqués » et « les militants, qui eux sont des responsables218 ».

147Ils sont 43 à participer à la première réunion du conseil du syndicat fusionné à la Maison du Peuple. Chillard assure la lecture de la correspondance, traditionnellement premier point de l’ordre du jour de ces séances, puis Machizaud fait un petit discours sur cette réunion, « élément réconfortant pour les militants car il met un terme à cette funeste scission ». Et il ajoute « Donc, aucun camarade ne doit venir avec une arrière-pensée, il faut regarder devant soi, le travail ne manque pas, que tous les militants réunis ce soir aient confiance les uns [en les] autres ». On parle, bien sûr, des problèmes locaux de la réunification, ou plutôt de la « fusion », et l’emploi même de ce terme, malgré les allusions à la scission, évoque la combinaison de deux éléments allogènes plus qu’un retour à une situation antérieure bien oubliée il est vrai, comme en témoigne la personnalité des principaux militants intervenant lors de ces premières réunions, Benoît, Machizaud, Bonnot, Chillard, qui est celle d’ouvriers n’ayant pas véritablement connu une situation effective d’unité, alors que la division ne date que d’une douzaine d’années.

148La réunification fédérale est une des préoccupations des militants. Pas, là non plus, de divergences : à Machizaud qui explique qu’il ne faut pas se couper des fédérations respectives, « ceci pour [les] obliger [...] à réaliser l’unité », à Benoît qui pense que « les unions sauront faire le maximum pour faire comprendre aux fédérations ce que la masse des cheminots attendent », Baudru suggère « de s’entendre avec les autres unions et de menacer les fédérations de les quitter si elles n’activaient pas l’unité ». Raoul Baudru est né en Avignon en avril 1908, ce qui lui a permis d’échapper à l’épreuve des tranchées. Fils d’employé, une fois acquis son certificat d’études primaires, il poursuit dans la cité des papes une formation d’employé de bureau. Après avoir occupé quelques emplois dans sa branche, il entre à l’âge de 18 ans aux Ateliers d’Oullins, où il retrouve un emploi après son temps sous les drapeaux. Il trouve aussi aux Machines son futur beau-père, un mouleur, militant au temps du vieux syndicat. Mais si la future madame Baudru est née à Oullins, sa famille est originaire de Pertuis, à une soixantaine de kilomètres d’Avignon. Père deux ans plus tard d’une fille, son unique enfant, il milite activement dans la C.G.T. des Ateliers, avant d’être un des leaders du syndicat réunifié, et beaucoup moins activement à la S.F.I.O... Mélomane, excellent pianiste si l’on en croît ses auditeurs, Raoul Baudru est doté d’une personnalité fort complexe. Mais, malgré sa propension à ne pas toujours opérer une stricte distinction entre militantisme syndical et démarche d’ordre privée, peut-être parce qu’il éprouve une certaine répulsion face à toute attitude provocatrice, il ne parvient pas, même en des temps où les dissensions à l’intérieur du mouvement ouvrier peuvent entraîner des haines farouches, à générer une profonde antipathie de la part des militants des autres tendances.

149Quatre jours après ce premier conseil, toujours à la Maison du Peuple, toujours sous la présidence de Benoît, se tient la première assemblée générale du syndicat fusionné. « L’unité est réalisée, l’obstacle de division est franchi, il nous reste beaucoup de travail à faire » commente Machizaud. Lorsque commence l’année 1935, le processus d’unification, difficilement envisageable un an auparavant, fait déjà partie du passé. L’attitude à adopter vis-à-vis des presses fédérales devient objet de débat. A un militant qui se demande s’il faut encore distribuer les deux Tribunes, la confédérée et l’unitaire, « car les articles écrits de part et d’autre sont nuisibles à l’unité », ses camarades retournent l’argumentation : « Il faut [les] distribuer [...] pour montrer les articles qui sont pour ou contre l’unité ». Le choix que font souvent les syndicalistes de cacher ce qui, dans des instances nationales en complet déphasage par rapport à la réalité, peut troubler l’adhérent est violemment repoussé à Oullins ; cela permet au demeurant de nuancer l’image du « simple syndiqué », qui n’est pas jugé si simpliste qu’il ne comprendrait pas les subtilités du débat et les dissemblances entre les positions des ex-unitaires ou des ex-confédérés d’Oullins et celles de leurs fédérations respectives. Machizaud explique que « les syndiqués ont le devoir d’exiger les Tribunes et de lire attentivement les articles qui sont insérés », et comme les fédérations n’enverront jamais leurs organes en nombre suffisant pour que tous les syndiqués d’Oullins puissent avoir un exemplaire de chacune d’entre elles, ce sont des échanges de Tribunes après lecture qui sont organisées.

  • 219 A.G. - C.G.T., 29/11/1935.

150Ce n’est que lors de l’assemblée générale de fin novembre 1935, moins d’un an après la réunification, qu’éclate le premier incident. L’occasion en est une proposition du syndicat de Villeneuve demandant l’intégration de Midol au bureau de l’Union P.L.M. Or Midol est membre du comité central du P.C.F., et de surcroît député de Corbeil. Pour Chillard, il y a « incompatibilité entre mandat politique et mandat syndical » et la réponse à cette proposition en découle. Machizaud intervient alors, estimant nécessaire la présence de Midol au bureau de l’Union « vues ses connaissances et capacités et sa droiture syndicale ». Le débat s’engage, différents ouvriers interviennent. On passe alors au vote. « Une grande confusion règne, des camarades interviennent de tous les côtés de la salle. Des incidents regrettables se déroulent, il est impossible de continuer la réunion ; ceci occasionné par l’indiscipline de certains camarades. La séance est levée, le conseil syndical se réunit immédiatement pour délibérer sur ces fâcheux incident219 ».

151Cette pomme de discorde n’a pas mûri sans raison. L’incompatibilité entre ces deux types de mandat a toujours été le cheval de bataille de ceux qui s’indignent de l’emprise du Parti communiste sur une partie du mouvement syndical, et ils ne manquent pas d’arguments dans une corporation cheminote dans laquelle les principaux leaders unitaires sont aussi connus pour leur engagement au P.C. Sémard, secrétaire général du parti du printemps 1924 jusqu’en novembre 1929, membre du praesidium du comité exécutif de l’Internationale jusqu’à ce moment, dirigeant la Fédération après la réunification, était une des principales cibles de la campagne menée contre le cumul des mandats. Et c’est cela qui choquait le plus les militants de sa tendance, car Sémard était doté d’un réel charisme. S’il s’est plus d’une fois accroché avec Bouhatier, de trois ans son aîné, cela n’en a que renforcé sa popularité sur les bords de l’Yzeron car les deux hommes avaient gardé de leur passé gauchiste une franchise qui faisait qu’un débat houleux unit plus qu’il ne sépare. Pas imbu de ses fonctions, capable de pousser la chansonnette avec les militants, « toujours la Carmagnole, il savait pas d’autres chansons », chaleureux, d’autant plus populaire aux Ateliers qu’il a été cheminot sur leur réseau et qu’il est, comme plus d’un, originaire de la Drôme, Sémard passe sans aucun doute pour « un sacré bonhomme », ainsi que le décrit un tourneur oullinois. Il est même devenu un personnage, accédant à cet unique honneur d’être parfois dans les procès-verbaux des réunions « Pierre Sémard », presque en un seul mot, et pas seulement « le camarade Sémard » ou « Sémard ». Le fait que les adversaires du cumul des mandats étaient pour la plupart, et Chillard le premier, membres de la S.F.I.O. apparaissait aux militants du P.C. comme le signe même de l’hypocrisie qui prévalait à l’énoncé de leurs arguments. À tort d’ailleurs, car les leaders ex-confédérés des Ateliers étaient foncièrement attachés à l’indépendance syndicale, organisés dans leur parti sur des bases géographiques, et non professionnelles ou d’entreprise. Bien que les militants socialistes ne manquaient pas chez les cheminots qui, avec les enseignants, étaient l’armature de la section d’Oullins, jamais un militant syndicaliste n’aurait distribué le moindre tract de la S.F.I.O., ou vendu le Populaire à la sortie des Ateliers, ce qui obligeait des militants n’appartenant pas à la corporation à se charger de cette tâche.

152Quelque chose vient de se briser. Alors que, depuis un an, les militants s’efforçaient de ne pas reproduire les divergences du temps de la division, le clivage va pouvoir être déterminé de manière nette. C’est que, aux lendemains de la réunion qui a quelque peu dégénéré, un militant ex confédéré a lancé un référendum « au sujet des questions qui n’ont pu se résoudre à l’assemblée dernière » qui provoque une nouvelle joute en bureau dont les membres se mettent d’accord pour convoquer à bref délai une nouvelle assemblée, « distribuer un tract indiquant les questions litigieuses et [...] faire voter [à] bulletins secrets question par question ». L’assemblée extraordinaire a lieu une semaine après la précédente. Les cheminots sont venus en nombre, à plus de 600. Tout au long des scrutins, la participation chute, passant de 604 à 527 votants. Pour l’admission de Midol au C.A. de l’Union, la structure de la nouvelle fédération et le cumul des mandats, ce sont les positions ex-unitaires qui sont adoptées par 60 % à 63 % de l’assemblée. Mais pour la dernière, demandant de rendre obligatoire un référendum en cas de grève, mesure à laquelle les ex-unitaires sont hostiles, c’est la proposition ex-confédérée qui est adoptée avec 275 voix sur 527. Machizaud et Chillard prennent acte des résultats, remercient pour leur discipline les adhérents et concluent : « Ceci sera un désenchantement pour les camarades qui croyaient que l’unité n’était pas encore réalisée ». La séance est levée, les cheminots se séparent en chantant l’Internationale et aux cris de « Vive l’unité syndicale ».

153L’affaire est close, mais apporte un certain nombre d’éléments. Pour la première fois est évoquée publiquement l’existence de membres du syndicat hostiles à l’unité : ces « camarades » qui se retrouvent donc désenchantés. Pour la première fois, le rapport de forces est établi, à environ trois contre deux en faveur des ex-unitaires. Assurément, l’épreuve engagée par les ex-confédérés a tourné à leur désavantage, mais les résultats du dernier vote montrent que cette majorité, si elle est réelle, n’est pas monolithique. Plusieurs dizaines de syndiqués, d’accord avec les militants influencés par le P.C. pour estimer qu’un syndicaliste a le droit d’avoir une activité politique sanctionnée par une responsabilité, n’en restent pas moins partisans de ce qui apparaît comme un élément primordial de démocratie directe. Le fait qu’il n’y ait pas eu, loin de là, unanimité à ce sujet indique bien que les leaders ex-unitaires n’ont pas voulu céder sur un point après tout secondaire, avec cette habitude en milieu syndical, lorsque s’affrontent deux tendances, qui fait que même le plus petit point de détail, insignifiant, prend valeur de dogme.

154La leçon essentielle est bien la certitude d’un rapport de forces. Tout autant que d’ex-unitaires et d’ex-confédérés, on pourrait parler de majoritaires et de minoritaires. La volonté des ex-unitaires est apparue au grand jour lorsque, en cette fin novembre qui marque l’ultime moment de la période unanimiste, Chillard, délégué pour un congrès et ne pouvant s’y rendre, demande que soit nommé son remplaçant, « si possible un camarade ex-confédéré ». Immédiatement, Poizat se lève pour dire que « les tendances ne doivent plus jouer, [d’autant plus] que ce camarade aura un mandat impératif ; il importe peu que ce soit un ex-confédéré ou un exunitaire ». Cela importe si peu qu’un vote est organisé sur le-champ, que les deux candidats, Ferrier et Poizat, sont chacun d’une tendance, que c’est Poizat qui est élu, avec plus de deux fois plus de voix que Ferrier.

155Les majoritaires, confortés par les suites de la crise ouverte sur le cumul des mandats, décident rapidement de renforcer leurs positions dans les instances du syndicat. À Chillard qui, à la mi-décembre, s’inquiète de manière maladroite de la composition du futur conseil, Machizaud répond que « la parité ne devrait pas jouer indéfiniment, ce qu’il faut, ce sont des camarades qui soient les meilleurs ». Lorsque le bureau de 1936 est présenté, sur huit militants, on retrouve cinq membres du P.C. et trois de la S.F.I.O. Légèrement amplifié, le rapport de forces de l’assemblée se projette dans l’exécutif du syndicat, même si, au dernier moment, Ferrier, qui ne peut jamais faire l’unanimité, est remplacé par René Salomon. Originaire de l’Yonne, ce jeune militant, qui n’a pas 28 ans lorsqu’il est nommé au bureau du syndicat, est donc de la génération de ceux qui n’ont connu ni la guerre, ni la période d’avant la scission. Dessinateur, membre de la S.F.I.O. -mais cela se sait à peine-, René Salomon a plutôt une vocation de conciliateur et est toujours persuadé que tout va s’arranger. Le fait d’habiter dans les H.B.M. de la rue Claude Michel, d’avoir comme voisins, et comme copains, des militants communistes, de venir parfois au travail en compagnie d’Achille Eme, leader du syndicat C.F.T.C. et allergique comme lui aux boissons alcoolisées qui « ravalent l’homme au rang de la bête », n’est peut-être pas pour rien dans la sympathie qu’il éprouve pour les autres militants du mouvement ouvrier.

  • 220 C.A. - C.G.T., 7/3/1935.

156Ce débat n’est pas la première polémique au sein du syndicat que suscite l’action du Parti communiste. À la fin de l’hiver 1935, la cellule communiste des Ateliers, qui compte dans ses rangs nombre de syndicalistes ex-unitaires, fait diffuser un tract à la sortie de l’usine. Quelques jours plus tard, les militants de la tendance opposée interviennent lors d’une réunion du conseil. Parmi ceux qui prennent la parole pour condamner, Louis Rampon, un mouleur natif de Lyon, presque quinquagénaire, ancien militant du vieux syndicat, à une époque pendant laquelle il était lié d’amitié avec Laurent. Pour lui, « cela portera un grand tort au recrutement et il faut incriminer la cellule communiste ». C’est Poizat qui lui répond, pour « s’étonner que dans une réunion syndicale on parle de partis politiques ». Machizaud surenchérit sur le même thème. Mais Ferrier enfonce le clou, parle de « manœuvre contre l’unité syndicale », d’« indépendance du syndicalisme » à Machizaud qui finit par répondre « que les membres du bureau sont étrangers au tract ». Un long débat s’engage avant que Machizaud propose de « ne pas condamner la cellule communiste qui est libre de faire ce qu’elle veut ». Chillard, lui, suggère d’envoyer à la presse une motion condamnant le papier en question. Un vote a lieu. Sur les 34 présents, il y a une abstention, 16 voix pour la motion Machizaud, et 17 pour celle de Chillard : « Le comité directeur du syndicat unifié des cheminots d’Oullins, réuni le 6 mars 1935, après discussion sur une feuille distribuée par la cellule des cheminots communistes, condamne le contenu du premier article qui ne peut être que préjudiciable pour notre unité, se déclare partisan résolu de l’indépendance du syndicalisme [...]220 ».

157Après la réunification, et malgré elle, l’état du syndicat, ses effectifs, sont pour les militants cause de déception. Tout au long des années vingt, et plus encore au début de la décennie suivante, les discours n’ont cessé sur ces cheminots qui ne se syndiquaient pas du fait de la division. A force d’entendre leurs compagnons rétifs le répéter, les militants avaient fini par se persuader qu’une fusion aurait la propriété d’attirer les ouvriers. La déception n’en est que plus intense. Dès la première assemblée générale du syndicat réunifié, Machizaud « avec regrets constate une fois de plus le non empressement des cheminots, et même des syndiqués, à [...] assister aux réunions, et pourtant l’unité est réalisée, l’obstacle de la division est levé ».

  • 221 A.G. - C.G.T., 18/9/1935.

158Les adhésions n’affluent pas, et si, après en avoir espéré une quarantaine au premier janvier, les trésoriers en ont enregistré une centaine à la fin du premier mois de l’année, c’est peu par rapport aux plus de 690 membres venus des deux syndicats, 268 de la G.G.T. et 423 de la C.G.T.U. Le mouvement en reste là : ils ne sont que 13 à adhérer en février, et pas plus de 10 au cours du trimestre suivant. Deux éléments semblent retenir les cheminots. Même les militants ne sont pas vraiment enthousiastes, et, dès la seconde réunion du conseil, l’absentéisme fait des ravages et, très rapidement, école auprès des adhérents. Le déroulement des réunions, particulièrement répulsives, explique peut-être ce succès pour le moins mitigé, et le joli lapsus d’un secrétaire de séance qui note, reprenant les paroles de Machizaud, que « le devoir minimum du syndiqué n’est pas d’assister aux assemblées générales, surtout [...] celle de ce soir où [vont] être discutées des revendications et des réformes de la Caisse de solidarité », se conçoit facilement pour quiconque a le courage de prendre connaissance du contenu du procès-verbal de la réunion en question221. Mais le mouvement de syndicalisation, s’il ne comble pas les attentes des militants, n’est pas négligeable. Ils sont 884 syndiqués à la mi-octobre, 50 en sus un mois et demi plus tard ; parmi eux, plus du quart ont adhéré depuis la réunification. Ces adhésions se font tout au long de l’année, avec quelques temps forts, comme après un meeting ou au lendemain du premier mai. Il faut pourtant vraiment vouloir y croire pour adhérer au syndicat au lendemain du premier mai 1935...

159Le 1er Mai devrait être un jour de grève générale, plus particulièrement cette année, mais devant l’impossibilité de parvenir à un mouvement général, et l’Union l’a bien compris, le syndicat d’Oullins suivra les directives », explique Machizaud. Un rassemblement est prévu à la sortie du travail, attendant le retour d’une délégation qui est allée porter à l’Ingénieur en chef un cahier de revendications. Ils se retrouvent à plusieurs centaines, « au nombre de 400 au maximum » selon le commissaire de la localité, « à plus de 1 000 » d’après un compte rendu de l’Union de réseau. Mais rien de vraiment extraordinaire, même si les rédacteurs de l’ordre du jour ont su retrouver des accents délaissés depuis quelques années : « Les travailleurs d’Oullins [...] s’affirment une fois de plus pour une lutte sans merci contre tous [leurs] exploiteurs, qui sera pour tous les exploités le signal de leur libération totale du joug capitaliste, national et international ».

160Les cheminots Oullinois ne restent pourtant pas sur cette frustration. Au milieu de l’été, Laval, le président du Conseil, fait publier une trentaine de décrets-lois déflationnistes. Travailleurs de l’Etat, du rail, des arsenaux, une bonne partie de la classe ouvrière voit ses salaires réduits d’une proportion pouvant atteindre un dixième. À Oullins, les cheminots se réunissent le 31 juillet pour un meeting à la Maison du Peuple. La préfecture interdit toute manifestation et le bureau du syndicat a prévu qu’après la réunion chacun rentrera sagement chez soi. Deux responsables de l’Union, un ex-confédéré et un ex-unitaire, doivent être là pour haranguer les ouvriers des Ateliers. Mais les deux orateurs ne viennent pas, les cheminots arrivent bien plus nombreux que prévu, ne peuvent tous entrer dans la salle, stationnent rue Orsel. Le commissaire, inquiet car bien conscient de ne pouvoir avec ses quelques gendarmes et agents faire respecter l’interdiction préfectorale, parvient à rencontrer Machizaud et Chillard, dont on ne saura jamais s’ils lui ont assuré qu’aucune manifestation n’aurait lieu. Il a dû, dans ce cas, être fort désagréablement surpris car, à l’issue de la réunion, sans que la plupart des membres du bureau n’y puissent rien, plusieurs centaines de cheminots se forment en cortège et partent en direction de l’hôtel de ville rencontrer Jordéry, réélu quelques mois plus tôt, qui les assure de son soutien.

161Plutôt que de se réjouir de voir enfin ce qu’ils souhaitaient depuis si longtemps, les syndicalistes des Ateliers font grise mine. Les uns, les plus nombreux, parce qu’ils ont été débordés. Quelques autres parce qu’ils estiment que le syndicat n’a pas été à la hauteur de sa tâche. Et les réunions suivantes voient apparaître d’autres frontières que celles des tendances. Chillard et Machizaud « [reconnaissent] les erreurs que le bureau [...] a commises [et même ses faiblesses] », mais interrogent : « Quel est le camarade le plus optimiste qui aurait pu prévoir un tel succès ? ». « Il faut remonter aux journées combatives de 1920 pour avoir vu pareille foule » expliquent-ils, eux qui ne les ont pas connues. Et de s’étonner que « certains camarades se soient crus [autorisés à] suivre une ligne qu’ils ne s’étaient pas tracée ». C’est Jacob, un militant communiste, qui leur fait le reproche le plus dur, faisant allusion aux rumeurs accusant les deux leaders syndicalistes oullinois d’avoir donné leur parole au commissaire qu’il n’y aurait pas de manifestation. Ferrier, qui abonde dans son sens, ne veut cependant pas croire qu’un tel engagement ait été pris envers le commissaire. Mais c’est Poizat qui apporte la critique la plus élaborée : « Sans acrimonie, [il] indique que l’autocritique doit se faire sans pour cela condamner tel ou tel camarade ». La réunion, explique-t-il, a été un succès, « mais justement les camarades ont sous-estimé la combativité de la foule qui était venue pour manifester ». « Si la parole avait été donnée au commissaire de police, eh bien, elle ne tenait pas devant la masse » conclut-il.

  • 222 Bureau C.G.T., 5/8/1935, C.A. - C.G.T., 6/8/1935, Le Progrès, Le Nouvelliste, Lyon Républicain, 1/ (...)

162Mais- et toutes les interventions convergentes en ce sens - la surprise a été telle qu’il serait un peu vain de chercher un bouc émissaire au sein du syndicat d’Oullins. Heureux hasard, deux fédéraux, « paraît-il, n’ont pas cru devoir être [au] poste dont ils avaient été investis », et ils ont beau invoquer « un cas de force majeure », Machizaud ne manque pas de faire « remarquer que leur présence aurait pu complètement modifier les événements ». Bref, tout vient de la défaillance des deux permanents, unis dans l’opprobre par-delà leurs tendances. Unanime, le conseil décerne « un blâme aux deux camarades défaillants » et, dans un même élan, vote la confiance aux membres du bureau. Ce qui permet à Machizaud, qui s’était défait de ses responsabilités lorsque commençait la réunion du conseil, de retirer sa démission dès que s’en approche le terme222.

163Un autre militant Oullinois n’est pas vraiment mécontent de cette conclusion. Mis en cause lors de la réunion de bureau précédent celle du conseil, Jean Bonnot regrette de ne pas avoir mis le bureau au courant de son entrevue, « toute personnelle », avec Jordéry. C’est que, bien que se disant jusqu’à la fin de ses jours « syndicaliste révolutionnaire », il est lui aussi membre de la S.F.I.O. après avoir été proche, si ce n’est adhérent, du P.C. Mais sa mutation dans un dépôt de Lyon a mis entre parenthèses le fait qu’il ait été, au début des années vingt, un des militants les plus actifs du syndicat C.G.T.U. des cheminots d’Oullins, délégué auprès du chef de service, représentant du syndicat au congrès de l’U.D. de 1923, administrateur et même trésorier du syndicat unitaire. De retour à Oullins alors que l’unité est en train de se faire, alors qu’il a, comme tant d’autres, rejoint la C.G.T. lors de l’évolution sectaire de la C.G.T.U., son trajet n’a pas laissé les cicatrices qui feront qu’un Baudry ou qu’un Ferrier seront toujours un peu des renégats pour les anciens militants unitaires.

164Les décrets lois ne seront pas abrogés, mais n’en ont pas moins généré deux innovations. D’abord, les adhérents du syndicat professionnel, pour la première fois, ont manifesté derrière le flot des syndiqués de la C.G.T. C’était frileux, c’était court, mais ils étaient là. Et puis, surtout, il y a eu ces ouvriers qui pour la première fois depuis l’après-guerre se sont retrouvés en nombre dans la rue, contre l’avis des autorités publiques, en dépit de celui de leurs leaders syndicaux, avant de retourner chez eux, laissant les syndicalistes à leurs éternelles complaintes sur ces cheminots qui n’affluent pas vraiment les jours de réunion. Le torrent d’adhésions qui suit la manifestation de juillet se tarit avec rapidité. Ils sont soixante-douze à adhérer en août, mais environ une quinzaine à chacun des deux mois suivants, cinq en novembre, et un seul en décembre.

165Mais de réunification en manifestation d’ampleur inégalée depuis une quinzaine d’années, les syndicalistes n’en vivent pas moins leur routine. Une évolution peut cependant être perçue. Sous l’impulsion des ex-confédérés, les ex-unitaires se sont ralliés à la pratique de la délégation, et, malgré les proclamations de Machizaud qui se gausse du peu d’efficacité des « parlotes de cabinet avec les directeurs », les militants acceptent, comme au temps de l’apogée du vieux syndicat, de nouer des relations privilégiées avec les dirigeants des Ateliers. Un peu trop, peut-être, car l’Ingénieur va même trouver au mois de septembre Bouhatier à son propre domicile pour parler délégation. Significative de cette évolution est la position adoptée à propos des délégués à la sécurité, sujet auquel sont sensibles les cheminots. Machizaud, peu de temps auparavant moins enthousiaste pour une telle institution, invite les syndiqués à être « des auxiliaires des délégués à la sécurité ». Chollet, qui sait pourtant fort bien à quoi s’en tenir, intervient alors pour demander « si le délégué à la sécurité, prévoyant un accident, peut l’empêcher c’est à dire [...] faire arrêter tel travail exécuté dans de mauvaises conditions ».

  • 223 A.G. - C.F.T.C., 27/10/1933 et A.G. - C.G.T., 22/10/1935.

166Les militants de la C.G.T. ne sont pas les seuls à s’intéresser à l’hygiène, à la sécurité, aux conditions de travail de leurs compagnons. A la fin de l’automne 1933, ce sont ceux du syndicat professionnel qui mènent l’enquête pour déterminer si la machine raboteuse de la menuiserie des Voitures « répond [...] aux mesures d’hygiène et de sécurité tant par le dégagement des poussières que par le manque de place pour le conducteur chargé de les conduire ». L’enquête est faite de manière si ostensible que, après plus d’un demi-siècle, un menuisier se souviendra de sa surprise d’avoir rencontré à cette occasion des « syndicalistes qui n’étaient pas du syndicat ». C’est que lorsque Machizaud se réjouit deux ans plus tard-« Notre syndicat devient le Syndicat des cheminots tout court223 »-, peut-être est-il un peu présomptueux.

167La petite organisation syndicale continue d’organiser des conférences où pieux syndicalistes et doctes abbés s’efforcent à faire en sorte que leurs auditeurs retiennent « que l’Eglise guidée par l’encyclique du pape Léon XIII, favorisée également par ses successeurs, a toujours défendu le droit des travailleurs et précisé leur union dans des syndicats chrétiens pour la défense de leurs justes droits et en collaboration avec le patronat ». Mais ses militants n’en ont pas moins des préoccupations de syndicalistes. Ils s’inquiètent des licenciements du début de la décennie, puis de la réintégration des agents touchés par ces mesures, demandent eux aussi des imperméables pour les ouvriers travaillant exposés aux intempéries. Comme à la C.G.T., la compatibilité des engagements devient sujet de polémique. Lors d’une réunion générale, un militant intervient pour s’inquiéter « que des camarades faisant partie du bureau syndical aient appuyé de leurs noms des candidats qui se réclament des idées d’ordre et de justice » et exprimer ses craintes du préjudice qu’un intempestif amalgame pourrait causer au syndicat. Le président lui répond qu’un « militant syndicaliste, comme tout autre membre faisant partie d’un syndicat, peut, en dehors de l’organisation, être militant dans une organisation politique mais qu’il n’a pas le droit de se prévaloir de son titre de syndiqué ».

168Au cours des années trente, avec l’arrivée et surtout l’accession à des postes de responsabilités de militants ne venant pas de l’ancienne C.G.T., éprouvant moins le besoin de s’en démarquer, ce syndicat apparaît de moins en moins en dehors du temps, en dehors des Ateliers. Ainsi, lorsqu’en février 1934 un chef de brigade subit une « conduite dite de Grenoble », les adhérents du syndicat professionnel, qui sont nombreux à avoir signé la pétition que font circuler les deux C.G.T. pour défendre les quatre ouvriers menacés de sanctions, se réunissent pour discuter de l’attitude à avoir face à la répression qui frappe les organisateurs du charivari. Lors de la discussion qui suit, toutes les interventions, loin de là, ne relèvent pas de la condamnation indignée de ces pratiques. Et, pour la première fois, les professionnels, participent, fin août 1935 à une action de rue pour s’opposer aux décrets lois, après avoir même, pour certains d’entre eux, assisté aux réunions de section du syndicat réunifié. Aussi, il est impossible aux militants des autres organisations de les ignorer et, si la réunification a fait s’ébaucher la crainte que le P.L.M. n’utilise le syndicat affilié à la C.F.T.C. pour, dans un cartel avec les différentes amicales, faire un contrepoids face à la nouvelle G.G.T., ces préventions ont rapidement fait place à des rapports plus sereins.

169L’année 1935 n’est pas uniquement l’année suivant la réunification. Dans le mouvement syndical des Ateliers, beaucoup de choses changent, d’abord parce que le syndicat devient plus important : il y a en novembre une organisation syndicale comptant deux fois plus d’adhérents que le principal syndicat du site une année plus tôt. Cette croissance s’accompagne d’une volonté de se trouver plus près des réalités et des désirs du personnel. Des relations se nouent entre syndicalistes et dirigeants locaux du P.L.M., qui ne peuvent plus se contenter de traiter par le mépris l’organisation syndicale. Une réflexion se fait, plus approfondie, sur les champs d’action du syndicalisme. Et même les manœuvres sordides et les querelles de tendances, dont on pouvait croire qu’elles ne s’étaient qu’estompées le temps d’une réunification, ne réapparaissent pas avec l’ampleur qu’aurait pu laisser pressentir plus d’une décennie d’affrontements verbaux. L’unanimité se fait le plus souvent, tandis que les lignes de clivages ne recoupent pas les anciennes tendances, comme le démontre l’épisode de la manifestation du 31 juillet, qui traumatise tant les leaders, toutes tendances confondues. En fait, la seule différence qui existe encore entre ex-confédérés et ex-unitaires tient du dogme, tient des dogmes, concernant les rapports entre syndicat et parti. C’est peu, car les Ateliers ne sont pas un des faubourgs du Palais Bourbon et cela ne passionne plus grand monde quand des centaines d’ouvriers des Ateliers sont dans la rue.

Front populaire et lieux de pouvoir dans le syndicat

  • 224 Le Cheminot syndicaliste, 10/1/1936.
  • 225 Bureau C.G.T., 16/3/1936 et C.A. - C.G.T., 22/4/1936.

170Sur les bords de l’Yzeron, les syndicalistes n’apprécient pas à sa juste valeur l’humour du commentaire avec lequel l’organe de l’Union des syndicats P.L.M. salue les adhésions du dernier mois de 1935 : « Pour décembre, ce n’est pas mal, mais c’est loin de répondre à nos espérances Souhaitons que janvier 1936 nous apporte une reprise énergique224 ». C’est qu’il n’y a eu qu’un seul nouvel adhérent aux Ateliers ce mois-là. Et janvier, alors que traditionnellement la syndicalisation est plus forte, n’est pas si prolifique cette année-là : 42 nouvelles adhésions pour le nouvel an, ce n’est pas la moitié de la centaine de janvier 1935. Pourtant, les fédérations ont fini par se réunir et, pour le premier congrès fédéral unifié, Oullins envoie Machizaud. À l’assemblée générale suivante, après avoir évoqué la « joie de voir côte à côte Jouhaux et Racamond », il rappelle les positions du syndicat mais ne résiste pas au plaisir d’égratigner les ex-confédérés, qui se réclament sans cesse de l’indépendance syndicale, en demandant : « Nos camarades mineurs n’ont-ils pas comme secrétaire désigné par leur Congrès le camarade Ramadier, député ? » Tout au long des cinq premiers mois de l’année, l’accord se fait, et les orateurs ne manquent généralement pas de souligner à quel point ils s’entendent. Pour éviter que ne revienne semer le trouble cette fameuse semaine anglaise de quarante-huit heures par récupération qui, affirme Chillard qui a certainement raison, « a la faveur des camarades », mais qui fut pomme de discorde au temps de la division, décision est prise « de s’en tenir à la semaine de quarante heures ». « Après le congrès [de l’Union des syndicat P.L.M.] et tenant compte du point de vue exprimé, nous envisagerons ce qu’il y aura lieu de faire ». C’est que les ouvriers des Ateliers ne sont pas vraiment chauds pour continuer à sacrifier leur samedi après-midi au nom de grands principes et il sera peut-être temps de voir au printemps comment faire en sorte que les quarante-huit heures hebdomadaires soient réparties de manière différente. Dans le compte rendu de ce congrès, à peine un mois plus tard, Bouhatier présente « la semaine anglaise de quarante-huit heures » comme « une revendication importante225 ». Le syndicat ne profite pas de sa position de relative force pour, comme en 1919, obtenir ponctuellement satisfaction chaque fois que s’en présente l’occasion. Les objets des entrevues avec la direction locale sont plus tragiques puisque, après une série d’accidents très graves dont au moins un fut mortel, un tourneur qui n’avait pas trente ans décède dans des conditions horribles, à l’Atelier, sous les yeux de ses camarades. À plusieurs reprises, le délégué à la sécurité et l’ensemble de la délégation du personnel sont reçus par l’Ingénieur en chef, lui aussi fort affecté. Une de ces entrevues dure trois heures.

  • 226 A.D.R., 10 MPC 146, rapports du commissaire de police d’Oullins, 25/4 et 2/5/1936, C.A. - C.G.T., (...)

171Et puis, toujours présent dans les discours sinon dans les préoccupations, il y a le premier mai. Dès le début de l’année, Machizaud, évoquant les décrets lois, en « profite [pour] indiquer [...] que celui de 1936 devra avoir un autre éclat que celui des années écoulées », ce qui au demeurant ne devrait pas être trop malaisé. Mais le 26 avril a lieu le premier tour des élections législatives et le 3 mai le second tour. Les partis du Front populaire devraient l’emporter et on s’intéresse plus à Oullins aux élections qu’au pèlerinage annuel à la Maison du Peuple. Machizaud ne désespère d’ailleurs pas que « l’empressement mis aux réunions électorales » ait un écho dans les assemblées syndicales, sans se faire trop d’illusions. Le bureau ne croit pas en la possibilité d’une action, même limitée, de type gréviste, et seule une manifestation est prévue à l’issue du travail. Machizaud se rassure en expliquant : « Les cheminots ne [font] pour le 1er Mai qu’un geste symbolique, ce [n’est] qu’une toute petite action, nous pensons que ce sera le début d’une action plus efficace, que les cheminots se réveilleront226 ».

172Si le nombre symbolique d’un millier de syndiqués est atteint à la mi-avril, si, fin avril, trois jours après le premier scrutin législatif, Machizaud doit, pour une fois, « [reconnaître] que les cheminots ont un peu mieux répondu à l’appel de leur syndicat », rien ne laisse prévoir aux militants qui se lamentent fin mai du peu d’intérêt des cheminots pour les actions syndicales que, un mois plus tard, le syndicat devra embaucher un vacataire pour pouvoir remplir les formulaires d’adhésions. Ils sont 558 à prendre leur carte syndicale ce mois de juin 1936, 200 de plus que lors de l’année et demie qui a suivi la réunification. Si une légère impulsion peut, a posteriori, être perceptible dans les chiffres d’avril et mai, mois creux de la syndicalisation, pendant lesquels 7 ouvriers avaient adhéré en 1935, mais 41 l’année suivante, la croissance n’en est pas moins considérable et ne s’arrête pas avec le printemps. Pensant placer la barre un peu haut aux environs du 14 juillet en assenant : « Nous ne serons satisfaits que lorsque nous seront deux mille », Machizaud doit se sentir comblé deux mois et demi plus tard. Cet engouement pour le syndicat s’explique, mais pas en ne regardant que ce qui se passe sur les rives de l’Yzeron.

173Fin février 1936, pour justifier le montant élevé des cotisations, Machizaud explique à l’assemblée générale des cheminots d’Oullins : « Les camarades qui pourraient croire que l’action réside seule dans la grève se trompent ». Mais, un peu moins d’un mois plus tard, les militants discutent pour conclure que « la discussion devra surtout porter sur les moyens d’action propres à faire aboutir ces revendications ». La semaine suivante, lors de l’assemblée générale au cours de laquelle il fait le compte rendu du congrès de Toulouse, Machizaud revient sur les méthodes du mouvement ouvrier : « Il y a tant de moyens d’action qui peuvent s’appliquer sans pour cela tout casser, mais il ne faut pas non plus rayer le mot grève du vocabulaire, 1920 a tout de même apporté des avantages dont nous profitons ». Au cours d’une autre réunion, après le débat qui s’engage sur le manque de perspective pour le premier mai, et au cours duquel un conseiller prend la parole pour dire qu’« une action dans les Ateliers serait très dangereuse, car dans l’action il faut tous les cheminots », Machizaud conclue que « même [...] une petite action, [...] doit réunir la majorité des ouvriers ». Un mois plus tard, la Chambre compte 376 élus du Front populaire et 214 de droite. Léon Blum forme le gouvernement, sans se presser.

174Les mouvements sociaux qui se déclenchent au mois de mai, alors que Blum attend l’issue des délais constitutionnels pour former son cabinet, sont d’une nature nouvelle. Les grévistes ne quittent pas l’usine, mais s’y installent. On appelle ça une « occupation ». Dès le mardi de la dernière semaine de mai, les métallos de la région parisienne commencent à débrayer. Le jeudi 28 au matin, ce sont les ouvriers de Renault qui occupent leur usine. Le soir-même, les conseillers du syndicat des cheminots d’Oullins tiennent à la Maison du Peuple leur réunion mensuelle. Après la formalité de l’approbation du procès-verbal de la réunion précédente, Machizaud attaque : « Les militants ont l’air de se reposer sur la victoire du Front populaire alors qu’ils devraient se mettre activement à la tâche ». « Il faudra apporter le maximum d’efforts pour [que] nous arrivions à la cessation du travail » conclut-il la première partie de son exposé... en parlant du premier mai 1937. Puis, après un rapide rappel de l’actualité, au cours duquel il souligne l’originalité des méthodes de lutte adoptées par les grévistes, il en fait l’éloge : « En occupant les usines, les jaunes sont dehors et les gardes mobiles ne peuvent se servir de leurs armes, la population se lie un peu plus avec les grévistes, même les élus du Front populaire viennent encourager l’action entreprise ».

175Le discours du syndicaliste lie la solidarité avec les grévistes et le soutien au gouvernement : « Pour bien appuyer le gouvernement, il ne faut pas le laisser isolé et le Front populaire a un grand rôle à jouer où la C.G.T. a sa large place ». Mais nulle trace dans son discours d’une éventuelle action gréviste des cheminots, et les exhortations, grandiloquentes comme à l’accoutumée, n’en semblent pas moins un peu vaines : « Pas de victoire sans lendemain ; si nous laissions passer cette occasion unique, je pense qu’alors nous serions mûrs pour la trique, il faut aller vers une marche ascendante, quand on n’avance pas, on recule, faisons le maximum d’efforts, [etc...] ». Et si Salomon et Guérin se déclarent d’accord avec Machizaud, aucun intervenant, ni Baudru, ni Ferrier, ni Chillard, ni Mallet, ni Laurent qui participe au conseil comme représentant de la section des retraités, n’émet un avis divergent.

176Le 2 juin, le bureau du syndicat des cheminots d’Oullins ne tient pas sa réunion hebdomadaire, et les militants se séparent après lecture de la lettre de l’avoué du syndicat au sujet des suites juridiques d’un accident mortel. Rien au cours des deux réunions suivantes ne peut faire penser que se déroule dans le pays un mouvement social d’une ampleur inégalée. Si une lettre de l’Union aborde rapidement les « faits de grève » après le compte rendu d’une délégation sur les facilités de circulation accordées aux agents, le syndicat reçoit cependant une consigne ferme concernant une action à mener pour la partie du personnel toujours en position très précaire : « Pour les journaliers, ne rien entreprendre sans directives ». Les adhésions, pourtant, affluent. Un tract est même édité pour les non-syndiqués. Le 8 l’assemblée générale est prévue... pour le soir du 17. Et l’ordre du jour de la réunion de bureau, qui se tient deux jours auparavant, est pour le moins limité.

177Les ouvriers des Ateliers se réunissent donc le 17 juin, à la Maison du Peuple, en nombre, cette fois. « Il faut consolider cette victoire, faire le point et calmer les impatiences » commence Machizaud. Il passe alors la parole à Gaget, un orateur de l’Union, qui précise : « Pour nous cheminots, pas d’impatience, laissons à notre fédération le temps nécessaire pour que rien ne soit oublié ; il vaut mieux retarder de quelques jours l’obtention de revendications que d’aller trop vite, courant le risque de commettre des erreurs qui seraient préjudiciables à tous ». Assurément, il faut savoir ne pas commencer une grève mais son discours est témoin des velléités d’action des cheminots d’Oullins. Pour clore l’assemblée, très courte puisqu’elle se termine à 18h30 alors que les précédentes, celles du 27 mars et du 29 avril, avaient fini à 19h 15, alors qu’aucun autre intervenant n’est mis à contribution et qu’aucun débat n’est engagé, Machizaud propose « de se rendre en cortège devant les usines occupées par les ouvriers, ce sera pour eux un réconfort moral en voyant les cheminots suivre avec intérêt leur mouvement revendicatif ». « L’assemblée est unanime, le cortège se forme et, drapeau en tête, les cheminots se dirigent vers les usines » rapporte Bouhatier. Passant devant quelques petites entreprises et devant la fonderie Fournier, sur le boulevard Emile-Zola, les cheminots arrivent devant l’usine de Martin et Moulet. Là, les ouvriers des Tanneries les rejoignent. Des travailleurs de nombreuses usines, et de toutes branches, affluent vers la Bussière, rarement en cortège, souvent en famille, avec les gamins qui en garderont un souvenir impérissable.

178Il fait chaud ce soir. Le café Morel, là où, aux bords de l’Yzeron, divergent les deux boulevards, n’a jamais fait de si bonnes affaires. Le métallo communiste, l’instit socialiste, le maçon libertaire, restent jusqu’à la tombée de la nuit à refaire le monde, attablés autours d’un canon ou assis sur les berges de la rivière presque tarie. Autour de l’usine de moteurs d’avions, on tourne plusieurs fois. Des farandoles s’esquissent. Des pères enseignent à leurs fils les subtilités du jeu de boules à la lyonnaise. Avant que ne tombe la nuit, les Oullinois se sont forgé leur souvenir de juin 1936. Le lendemain, le patron de l’usine Martin-et-Moulet reçoit les délégués. Les ouvriers ont obtenu satisfaction, et reprennent le travail.

179Au début de l’été, les membres du bureau mettent au clair un léger cahier de revendications, essentiellement composé de propositions de reclassements statutaires. Au conseil de la mi-juillet, Machizaud fait le point sur la situation sociale et développe : « Il faut surtout ne pas être impatient et la C.G.T. estime qu’il ne faut pas que les grèves sur le tas durent par trop longtemps, ce serait dangereux pour la classe ouvrière ». Si, fin mai, les occupations d’usines étaient considérées comme convaincantes, elles ont un mois et demi plus tard perdu tout charme : « Nous n’avons plus à occuper les usines, nous sommes maintenant assez forts pour reprendre la lutte comme par le passé par la grève en dehors de l’usine ». Et le syndicat continue à soutenir le gouvernement, y compris de ses deniers, se procurant sur proposition de Ferrier un bon de mille francs de l’emprunt. Machizaud joue toujours sur le même registre ; lors du conseil de fin août, il développe le thème utilisé depuis la mi-mai : « Certes, tout n’a pas été obtenu, mais nous pouvons être fiers des résultats obtenus par notre C.G.T. La première session du gouvernement a apporté tout ce qu’il avait promis et cela dans un laps de temps assez court. [...] Pour l’adaptation des lois sociales votées, pas d’impatience envers un gouvernement qui ne nous a pas déçus ». A l’assemblée du 28 août, largement suivie, il retrouve les mêmes accents : « Le gouvernement, dans un temps assez court a tenu parole, de graves problèmes restent à résoudre, nous n’avons pas dit que nous allions tout briser [...]. Il faut faire confiance au gouvernement ». Et son discours ne subit aucune critique digne d’être rapportée dans le compte rendu.

180En fait, les cheminots viennent de vivre, une semaine auparavant, une seconde soirée dans la rue. Le 19, à la sortie, les ouvriers des Ateliers voient courir vers eux un groupe de travailleurs du bâtiment. Un de leurs compagnons, Marius Quétaud, arrêté au début de la semaine, avait été libéré après « un passage à tabac appliqué dans les règles de l’art ». Or Quétaud est un militant connu du mouvement ouvrier oullinois. Les maçons oullinois, les seuls dans la commune chez lesquels existe une C.G.T.-S.R., sont peut-être ceux qui sympathisent le plus avec les cheminots. Il arrive même que, lorsque l’un d’entre eux est dans une grande gêne, des collectes circulent dans les Ateliers, ce qui n’arrive jamais pour d’autres étrangers à la corporation du rail. Quétaud, le maçon anarchiste, est grand copain avec Bouhatier, le cheminot communiste, et voilà qu’il vient à nouveau d’être interpellé.

181De quelques chantiers, des compagnons partent à la gendarmerie, sont fort mal reçus. Un des gendarmes dégaine, pointe son arme sur les ouvriers. Alors on fait le tour des chantiers, on court chercher les cheminots à la sortie de cinq heures, on part à plus d’un millier à la gendarmerie. Le cortège s’enfle, des commerçants ferment leur échoppe, se joignent à la manifestation. Et comme Quétaud a été transféré, on part chercher Jordéry à la mairie, où l’on rencontre... Quétaud, relâché depuis quelques instants. Et tous de se retrouver à la Maison du Peuple pour écouter le maçon « remercier les camarades, dans une brève allocution ». Chacun insiste sur les dimensions spontanée et interprofessionnelle de cette action. C’est Machizaud qui explique : « Comme nous devons n’être pas trop corporatifs, nous avons appliqué la solidarité pour notre camarade Quétaud ». C’est Baudru qui écrit : « Les cheminots ont montré qu’ils étaient prêts à secourir leurs camarades de l’industrie privée, à quelque corporation qu’ils appartiennent ».

  • 227 A.G. - C.G.T., 20/11/1936. Il y a par ailleurs erreur sur le millésime de l’action contre le trava (...)

182Après tous ces moments d’unanimité, la première parole discordante, à la mi-octobre, vient de Laurent qui, leader de la section des retraités, parle de leur « impatience ». Une semaine plus tard, lors de l’assemblée générale, Machizaud peut retrouver sa vieille habitude de déplorer la trop faible participation. Il soutient toujours le gouvernement, dont il explique que « le but que poursuit le capital est [son] renversement ». Et il met en garde : « Que les cheminots ne se laissent pas entraîner par ceux qui préconisent une action pour soi-disant activer l’obtention de nos revendications, la Fédération estime, et c’est juste, que ce serait aller à l’encontre des intérêts des cheminots ». Un mois plus tard, l’assemblée générale se tient sous la présidence d’honneur de Salengro, qui s’est suicidé quelques jours plus tôt. Machizaud explique à l’assistance que, « dernière victime en date du fascisme français, il a payé de sa vie la faiblesse du gouvernement dans la non-application de la loi aux factieux ». Quelques cheminots s’élèvent contre la passivité des ouvriers des Ateliers et des militants : « Nous avons manqué d’action », « Nous, nous n’avons jamais rien fait ». Et un ancien rappelle même un vieux mouvement qui, en son temps, fut efficace : « En 1918, nous avons été capables de supprimer le travail à la tâche », mais ces quelques interventions ne trouvent aucun écho dans l’assemblée227.

183Revenant longuement sur l’année écoulée lors du traditionnel bilan moral, un peu bâclé cette année-là, et après avoir déploré le nombre restreint de participants - mais 700 à 800, ce n’est pas si mal, même si les adhérents sont plus de 2 000 -, Machizaud n’est pas vraiment réjoui : « Certes, nous n’avons pas fait de merveilles, nous aurions peut-être pu faire mieux, mais dans la mesure où nous aurions été suivis ». Il devient par contre plus critique à la mi-février, « [faisant] remarquer que le gouvernement de Front populaire est trop nonchalant vis-à-vis de ceux qui tiennent justement à la perte de ce Front populaire ». A Baudru, qui avance que « si les fonctionnaires et les cheminots étaient trop exigeants, le cabinet Blum pourrait peut-être sauter », le secrétaire général du syndicat rétorque : « Le gouvernement devrait prendre l’argent chez les riches, et [...] on ne doit pas crever en criant Vive le Front populaire et [...] la C.G.T. avec ses cinq millions d’adhérents devrait être plus un peu plus exigeante pour la situation des ouvriers, car la population est plus malheureuse [illisible] qu’au mois de juin ». Dix jours après, lors d’une séance du conseil, il sermonne : « Le gouvernement doit se rappeler de l’appui [des] fonctionnaires et cheminots lors des événements de juin ». L’appui, lors de ces « événements », a consisté en un refus de toute action, et Machizaud, dans ce discours, exprime ce qui n’a jamais été dit jusqu’à présent.

  • 228 A.G. - C.G.T., 31/5/1937.

184A l’assemblée générale de mars, pour Machizaud, les « résultats probants », ainsi qu’ils les appelait en juillet, du « gouvernement qui ne nous a pas déçu », comme il le nommait en août, sont devenus « nos petits avantages que nous avions eus au mois de juin dernier ». Il n’en affirme pas moins, début avril 1937 : « Notre confiance vis à vis du Front populaire n’est pas ébranlée, mais il faut que le gouvernement justifie cette confiance jusqu’au bout ; [...] les lois votées depuis 10 mois doivent être appliquées sans faiblesse, et si on nous a brandi le spectre du mur d’argent, et bien il n’y a qu’un moyen, faire payer les riches ». Mais la démonstration use de moult circonvolutions et Ferrier « trouve [l’exposé de Machizaud] un peu complexe », ce à quoi Guérin réplique : « Notre secrétaire n’a pas critiqué le gouvernement [mais] les 200 familles dont les avantages sont intacts ». Plus d’un an après les grandes grèves surgit le premier incident. Lors de la dernière assemblée du printemps, Laurent, le vieux syndicaliste révolutionnaire, « n’est pas satisfait de la C.G.T. et du gouvernement de Front populaire », il rappelle des promesses « faites lors de l’avènement de Blum » et qui n’ont pas été tenues, avant de clore son intervention sur, comme l’écrit le secrétaire de la séance, « un terme malheureux et montrant toute son hostilité au Front populaire et à la Fédération228 ».

185L’attrait que pouvait exercer sur les cheminots la situation politique et sociale, qui les faisait assister en nombre aux réunions électorales des candidats des partis de gauche un an plus tôt, peupler comme jamais depuis 1920 les assemblées du syndicat, descendre en nombre dans la rue, tient de plus en plus du souvenir. Ainsi la fête du Front populaire, censée célébrer le premier anniversaire de la victoire, ne réunit dans les communes de la banlieue Sud-ouest que cent cinquante personnes, parmi lesquels Machizaud n’a remarqué qu’une vingtaine de cheminots. « Piteuse assistance », commente-t-il, « piteuse fête ». Lors du conseil du 29 juillet, un peu plus d’un mois après la démission de Blum, Machizaud analyse la situation : « Ce ministère n’a pas eu assez d’énergie », puis revient sur l’an précédent : « Les capitalistes ont eu peur, ainsi que le Sénat, fauteur paraît-il de la chute de Blum, mais à ce moment, les ouvriers étaient dans les usines, combatifs, décidés ». Et de suggérer « le reproche que l’on peut faire de ne pas avoir été plus loin ». Il fait même souligner cette phrase par le secrétaire dans le compte rendu de la séance. Mais, aller plus loin, il n’en est de toute façon plus question : la moitié de la centaine de ses membres n’assistent pas aux sessions du conseil, les réunions de section et les assemblées générales sont de plus en désertées. Lorsque, à l’occasion de l’assemblée du 17 juin 1936, alors que les adhésions affluaient, que les grévistes occupaient les usines, une combativité certaine se manifestait parmi les travailleurs des Ateliers, les leaders locaux, parlant de ne pas céder à l’impatience, ont bien su s’y prendre. Echaudés par le rassemblement du trente et un juillet précédent où, débordés, ils avaient ressenti comme un camouflet - « un échec » disaient-ils - la première grande manifestation des cheminots d’Oullins depuis le printemps 1920, ils n’ont pas laissé la salle proposer quoi que ce soit, entraînant les travailleurs loin des Ateliers, là où d’autres métallos luttaient.

186Tout au long de cette période, les leaders locaux des deux tendances jouent la même partition. Lors de la réunion du conseil qui suit la victoire électorale, lorsque Machizaud estime que « les cheminots ont l’air de se reposer sur la victoire du gouvernement », qu’il loue ces « autres méthodes de lutte » que sont les occupations d’usine, Salomon déclare qu’« après l’exposé clair et précis fait par Machizaud, il faut compter sur la force syndicale pour obtenir nos revendications et, en retrouvant leur énergie, les camarades devront quand on le leur demandera cesser le travail et par cela permettre de créer le bien-être dans les foyers ouvriers ». La grève qui crée le bien-être dans les foyers ouvriers : il a fallu moins d’un demi-siècle pour que ce qui, aux temps de Saint-Marc et de Noblemaire, apportait désolation, misère, malheur, génère le bonheur dans l’esprit des ouvriers des Ateliers. Mais personne, et pas plus Salomon ou les ex-confédérés que les ex-unitaires, ne s’aventure à proposer pareille chose et le plus grand accord règne tout au long des temps du ministère Blum entre les syndicalistes des deux tendances, c’est à dire entre membres de la S.F.I.O. et du P.C.

187Lorsque Martinet, un vieux militant communiste, charron venu de la Savoie et membre du bureau du syndicat, se fait réprimander par Machizaud à cause de ses « discussions dans les Ateliers, car c’est desservir l’organisation », tout ce qu’il trouve à dire, pour se défendre, c’est que « les camarades ont peut-être mal compris lorsqu’il plaisantait ». Défense, donc, de discuter. Quand Machizaud, plus du tout « classe contre classe », dissuade le conseil du syndicat de voter un blâme aux membres de l’assemblée du palais du Luxembourg, parce qu’« il faut tenir compte de quelle façon sont élus les sénateurs qui ont des attaches avec la paysannerie et la classe moyenne », personne ne trouve rien à redire. L’imprudent conseiller ayant proposé cette motion se repent : « Je n’ai pas voulu, par cette demande de vote, faire contre le Front populaire, je loue ses efforts en faveur des ouvriers ». Lors des premiers mois du gouvernement, tout ce qui pourrait être objet de conflit entre les deux tendances est passé sous silence. Ainsi que l’explique Baudru un mois avant la chute du cabinet Blum, « le syndicalisme a un but final, c’est la société sans classe que demain nous apportera si nous savons tous comprendre ce que c’est », et il n’est pas très difficile, au sein de la C.G.T. de s’entendre sur ce point. C’est le moment où les références communes sont privilégiées. On parle comme rarement de Jaurès.

188Le seul conflit qui s’envenime, d’origine politique, quoique les dimensions personnelles ne doivent pas être sous-estimées, met en scène un syndiqué peu connu. Aymard, adhérent à la C.G.T., mais ne payant plus ses cotisations depuis le début de l’année, a écrit une lettre au syndicat de cadres, qu’il veut intégrer, se disant « dégoûté de la politique faite au sein de la C.G.T. ». Or, son adhésion n’a pas été acceptée par cette organisation, en train de négocier son entrée à la Fédération de la C.G.T. et qui a informé Chillard et Baudru, chargés d’instruire l’affaire, de cette démarche. Celui-ci, qui présente le cas lors d’une séance du conseil, qualifie le cheminot en cause de « mauvais camarade », puis demande son exclusion, qui est votée à l’unanimité. Fin mai, lors de l’assemblée suivante qui, souveraine, doit ratifier le bannissement, Baudru, après avoir expliqué le « cas Aymard » et précisé « la sentence prononcée par [...] le conseil », invite le prévenu à s’expliquer. Celui-ci prend la parole, parle alors d’amnistie, est assez habile pour que le scrutin lui soit favorable. Machizaud parlera plus tard de son « admirable défense ». Surpris, les leaders du syndicat essayent de réagir. Machizaud détaille les « forfaits » imputés à l’agent, mais un vote est un vote.

189Deux jours plus tard, le bureau se réunit. Machizaud attaque : « avec son tempérament et sa loyauté de militant », il se dit « dégoûté » de l’attitude qu’auraient eue Chillard et Baudru. A celui-ci, il reproche : « Tu avais [dit] que tu te chargerais de son exécution [sic !] parce que tu connaissais Aymard et que tu avais en main des preuves que ce citoyen était vraiment un dégoûtant. Tu avais un mandat, et du bureau et du conseil syndical, c’était de faire prévaloir [...] son exclusion, et il a semblé que tu as cherché à le ménager. Pourquoi ce changement ? ». Il est vrai que Baudru n’a pas fait savoir à l’assemblée que le syndicat des cadres l’avait refusé et que Chillard, qui présidait la réunion, s’est aventuré jusqu’à avancer qu’Aymard n’était pas le seul à ne pas avoir réglé ses dernières cotisations, alors que ce retard est à lui seul un motif suffisant pour une sanction allant jusqu’à l’exclusion.

190Or, entre le conseil et l’assemblée, Chillard et Baudru ont rencontré Aymard. Et Machizaud dit avoir « l’impression qu’il y ait eu un compromis entre [ces] camarades et Aymard ». C’est, hiérarchie syndicale oblige, Chillard qui se défend le premier. Il commence en disant qu’il ne doit pas y avoir de méfiance entre « les uns et les autres ». Puis il s’adresse directement à Machizaud : « Les paroles qui ont été dites entre nous deux, je te les ai redites. [...] Aymard devait te voir à la Maison du Peuple et tu n’as pas voulu le recevoir. Alors, est-ce que tu penses que j’ai mal fait de lui parler ? Il est venu chez moi et je lui ai dit tout ce que le bureau pensait de lui, et que, l’A.G. étant souveraine, qu’il vienne s’expliquer ». Et il termine en assurant qu’il n’y a pas eu de compromis. Puis vient le tour de Baudru. Il affirme, d’abord, qu’il est normal de permettre à un accusé de venir se défendre. Puis il reconnaît n’avoir pas été assez énergique, mais il était persuadé que l’exclusion serait ratifiée. « Il se faisait tard, les camarades voulaient partir, et [j’ai été] le premier étonné de l’attitude de la salle » précise-t-il avant de se dire indigné par les mots de « tractations » et de « compromis ». « Aymard est un saligaud » affirme-t-il, mais, s’il assure regretter profondément la sentence de l’assemblée, il est encore plus peiné par « les paroles du camarade secrétaire » : « On ne peut travailler s’il y a méfiance entre les camarades du bureau ». Bouhatier, toujours embarrassé lorsqu’un débat prend une telle tournure, essaye de retirer toute passion du débat. « Tous les humains commettent des fautes » dit-il, avant de proposer une réunion extraordinaire du conseil. Au cours de l’échange de vues qui suit, un syndicaliste avance que si le scrutin avait été fait à bulletin secret, le résultat en eut été différent, et il est vrai qu’une telle sanction est difficile à prononcer ouvertement lorsque l’accusé se défend, se prétend attaché à l’organisation. Une semaine plus tard, en réunion de conseil, c’est bien sûr Machizaud qui présente le cas, l’« autocritique faite au bureau », réitère ses reproches à Chillard et Baudru tout en estimant, cette fois, « qu’il n’y a pas eu de compromis ».

191La discussion qui suit est révélatrice. D’abord par le vocabulaire utilisé, car parler de « délinquant », c’est assimiler la coutume et les us syndicaux au droit pénal. Mais surtout parce qu’il éclaire la conception qu’ont les syndicalistes oullinois des responsabilités des diverses instances de l’organisation. Un des premiers à prendre la parole est un cheminot qui donne sa démission de membre du conseil « et dit que c’est normal, puisque le bureau et le conseil syndical ont été mis en minorité ». Ferrier, bien sûr, ne peut se retenir : « Le bureau et le conseil devraient démissionner ». Mais ces deux réactions sont marginales. « On vient de recevoir une leçon » estime un syndiqué qui ne voit « qu’une seule solution : la grande éducation des camarades », car « ce ne sont ni le conseil, ni le bureau qui ont été défaillants ». Comme l’explique Benoît, « les camarades à l’A.G. auraient dû suivre les décisions du bureau et du conseil ». Le diagnostic paraît simple : « Il y a eu non-compréhension à l’A.G. ». Le conseil est donc unanime. Machizaud se dit satisfait « des explications de tous les camarades, car il vaut mieux s’expliquer ici qu’au bistrot ou à la boîte », les Ateliers étant toujours un lieu où, entre syndicalistes, on ne devrait pas discuter. Le démissionnaire du début ne se démet plus, « reste au conseil syndical ». Et, pour faire bonne mesure, « un vote de confiance est fait aux camarades du conseil [sic] ». La crise n’est pas ouverte. Mais l’assemblée générale, souveraine, a tranché dans un sens contraire à ce qu’avaient décidé le bureau et le conseil. Cette décision a choqué les militants, qui ne l’ont acceptée qu’à contrecœur, parce qu’ils n’avaient pas le choix.

192Assurément, les participants de l’assemblée sont perçus comme mineurs, insuffisamment éduqués, trop sensibles à une argumentation qui « fait jouer les sentiments », alors que les conseillers et les membres du bureau sont responsables, comprennent les enjeux, mais n’en restent pas moins respectueux des statuts et Aymard va donc rester au syndicat. Quelque temps. Car son épouse travaille chez Novalis et, lors de la grève des chimistes oullinois, à l’été 1937, elle « fait le jaune ». « Avec le consentement, peut-on dire, de son mari », ce qui est là, à n’en pas douter, « attitude anti syndicaliste ». Les femmes sont toujours pour les militants ouvriers d’éternelles mineures ne pouvant agir qu’avec le consentement de leur époux. Et comme il se trouve qu’Aymard n’est toujours pas à jour de ses cotisations, Laurent peut demander « qu’on applique les statuts ». Pour la première fois, au cours de cette réunion, allusion est faite à l’engagement radical d’Aymard.

  • 229 Bureau C.G.T., 5 et 12/4, 2/6, 2 et 9/8 et 13/9/1937, C.A. - C.G.T., 26/5, 9/6, 29/7 et 15/9/1937, (...)

193A l’assemblée suivante, c’est Machizaud qui, cette fois, se charge du rôle de procureur. Après un court exposé d’un délégué de chez Novalis, c’est à l’unanimité que la décision est acquise. Les cheminots votent « l’exclusion du citoyen Aymard, coupable de faute syndicaliste grave », et la décision est rendue publique. L’incident est significatif de la conception qu’ont alors les syndicalistes de la répartition des rôles et de ce que doivent être les pouvoirs au sein de l’organisation : l’assemblée générale n’a plus de légitimité que statutaire. Dès que les membres du bureau et du syndicat ont eu l’occasion de faire revenir l’assemblée des syndiqués sur la décision qui avait été ressentie comme un désaveu, ils se sont empressés. L’unanimité qui s’est dégagée de l’assemblée est signe que cette conception des syndicalistes est partagée par les syndiqués. Le « syndiqué », cette « figure passive troublante » apparue une vingtaine d’années plus tôt, accepte, entérine son impuissance. Il ne peut pas, il ne peut plus, car seuls les « militants » possèdent la compétence229.

194L’assemblée générale n’est plus dans la pratique l’instance suprême, deux autres lui étant de fait supérieures. Elles ont agi de concert lors de l’affaire Aymard. Leur position commune ne laisse pas la possibilité de savoir quel est, des deux, le collège qui prévaut. Lorsque le bureau houleux du 2 juin a convoqué le conseil extraordinaire, cette dernière instance put apparaître comme étant l’organe réel de décision, le bureau qui en est l’émanation n’étant somme toute que l’exécutif chargé de résoudre les problèmes à court terme.

195Une autre crise, se déclenchant quatre jours après la fin de la précédente, permet de préciser la réalité des pouvoirs respectifs. 1937 est surtout l’année de la bataille de Guadalajara, du bombardement de Guernica, des émeutes de Barcelone. En France, la solidarité s’organise plus ou moins, prise en charge par diverses institutions. La Fédération nationale des cheminots a sa part dans ce mouvement. C’est l’orphelinat d’Avernes qui accueille une vingtaine d’orphelins, ce timbre mensuel d'un franc émis par la Fédération qui va servir à envoyer aux Espagnols un train de vivres ainsi qu’une ambulance. Lorsque, à la suite d’une circulaire fédérale et d’un courrier de l’Union de réseau, il en est question au syndicat d’Oullins, le bureau décide de voir en assemblée générale la marche à suivre. Le principe du timbre de solidarité est approuvé mais son acquisition demeure facultative. Des militants renâclent, constatent que « ce sont toujours les mêmes qui donnent ». Aussi, ce point se trouve à l’ordre du jour du conseil suivant, dont les membres décident à l’unanimité de faire à l’assemblée générale de septembre la proposition de rendre obligatoire le timbre. A un conseiller demandant « quelle sera la position du collecteur si un syndiqué refuse le timbre espagnol », il est répondu que, « l’A.G. étant souveraine, si le vote est acquis pour, le camarade devra s’incliner devant la décision ». À cette assemblée, « avec peine, Machizaud fait constater qu’au point de vue solidarité », le syndicat d’Oullins se place dans les derniers rangs, mais « certaines réflexions justifiées de camarades » ont convaincu bureau et conseil « de le rendre obligatoire ». « Comme l’Assemblée générale est souveraine, que le bureau et le conseil ne peuvent prendre de décision sans l’acceptation de l’Assemblée », c’est à elle de trancher. A l’unanimité moins deux voix, elle « accepte le timbre de solidarité ».

196Une dizaine de jours plus tard, alors que sont placés les premiers timbres d’octobre, les membres du bureau s’aperçoivent que tout ne va pas pour le mieux, même s’il est trop tôt pour « faire [une] statistique officielle des cas d’indiscipline qui se sont produits ». Rumeurs et sous-entendus se répandent dans les Ateliers, « un tel [dit] que c’[est] de la dictature, un autre que c’[est] Machizaud imposant sa volonté ». Au milieu du mois d'octobre, « d’apres les statistiques officieuses, il apparaît qu’un certain nombre de syndiqués ont refusé le timbre que l’assemblée avait accepté ». L’enjeu est clair. Soit on persiste en imposant ce « timbre espagnol », et un mouvement de désyndicalisation risque de s’amorcer, soit on ferme les yeux, mais c’est alors laisser remettre en cause sans réagir une décision de l’assemblée, créer un précédent, n’accorder aucune importance à une résolution élaborée dans les règles. Aussi les membres du bureau, unanimes, se rallient à une formule de compromis : si le timbre demeure obligatoire pour le mois d’octobre, ainsi qu’il en a été décidé, il prend un caractère facultatif pour les mois suivants.

197Au conseil suivant, comme chacun connaît la position du bureau, que « certains esprits se plaisent à dire » que les « responsables [...] se dégonflent », Baudru précise les enjeux : il s’agit d’avoir « le souci d’arriver au but assigné, d’aider pécuniairement nos camarades espagnols et sans pour cela que l’effectif syndical ne soit diminué ». Car le refus du timbre espagnol concerne environ 400 syndiqués, et la première motivation du bureau est bien « de garder le nombre ». Puis, après des grands mots où il est question de « leur devoir de classe », il laisse les conseillers engager le débat. L’un déclare qu’il faudrait « épurer les syndiqués », un autre propose de « refaire un vote à bulletin secret ». Mais la salle est partagée, car si le mouvement de refus risque de s’étendre le mois suivant, beaucoup n’en font pas moins une question de principe, parlent de « premier pas vers l’abdication », affirment préférer « la qualité [à] la quantité ». Les ex-confédérés interviennent en faveur de la position conciliante du bureau, mais beaucoup d’ex-unitaires, moins disciplinés, en restent à leur décision du mois précédent. Lorsque le vote se fait, il y a 4 abstentions, 23 voix pour la proposition de conciliation du bureau et 29 pour un timbre mensuel obligatoire. Débordé, le bureau est mis en minorité. Ses membres se rencontrent discrètement le lendemain.

198Lorsque, devant une assistance pour une fois nombreuse, commence l’assemblée générale, fin octobre, Machizaud explique ce qui motive ce timbre : « Question politique, oui... mais aussi question purement humanitaire et c’est un devoir pour les syndicalistes et les syndiqués que d’aider nos camarades espagnols ». Puis il « entre dans le vif du sujet et explique en quelques mots la position du bureau ». Alors Baudru rappelle l’homogénéité du bureau, dit que « tout ce qui est proposé en assemblée générale reflète la position du bureau en entier », avant de revenir sur la solidarité à l’Espagne républicaine. Mais, malgré l’intervention de Claude Paris, un jeune manœuvre d’une trentaine d’années, conseiller du syndicat et proche, sinon membre, du P.C., demandant « que les décisions du conseil syndical soient connues de l’assemblée », pas un mot sur le débat, sur le vote de l’avant-veille. Le bureau du syndicat occulte complètement la position d’un conseil dont il est l’émanation.

  • 230 Bureau C.G.T., 2/8, 4 et 18/10, 17/11/1937, C.A. - C.G.T., 15/9, 26/10 et 17/11/1937, A.G. - C.G.T (...)

199Toutes les interventions relevées par le secrétaire de la réunion, à l’exception de celle d’un cheminot qui aimerait que les assemblées générales soient consacrées à autre chose qu’à l’Espagne, vont dans le sens de la proposition du bureau, ce que relève d’ailleurs Machizaud. Beaucoup sont le fait d’ex-confédérés, et aucun des intervenants de la précédente session du conseil ne prend la parole. Peut-être les interventions des principaux leaders, faisant de certains conseillers des diviseurs, des complices des dirigeants des Compagnies, ont-elles impressionné. Lorsque se lèvent les bras pour la décision, « une grosse majorité est pour la nouvelle proposition du bureau », tandis qu’une cinquantaine de syndiqués réitèrent leur vote du mois précédent. L’épilogue a lieu trois semaines plus tard, lors d’une séance du conseil du syndicat. Après la lecture de la lettre de démission de Claude Paris, que ce dernier commente et que le conseil accepte, on annonce le placement de 2 500 timbres espagnols en novembre. Pour les membres de bureau, « ce chiffre se passe de commentaires » et ils demandent au conseil de « l’approuver ou le désapprouver concernant la position prise pour le timbre de solidarité ». Après plusieurs interventions, un vote est émis qui entérine les positions et l’attitude du bureau230.

200Cette seconde crise montre où se trouve le pouvoir dans le syndicat. Il n’est pas dans l’assemblée générale. Le cas Aymard l’a démontré et, même s’il a fallu y mettre les formes, une décision pourtant de peu d’importance, mais se situant en faux par rapport aux desiderata du bureau et du conseil, a été battue en brèche. Il n’est donc pas non plus au sein du conseil et là les leaders n’ont pas pris de gants, passant par-dessus l’instance qui les a élus pour faire approuver par l’assemblée le contraire de ce qu’avait décidé ledit conseil, sans même expliquer qu’elle en était la position et s’il a été question, à plusieurs reprises, de démission lorsque bureau et conseil se trouvaient désavoués par l’assemblée, seul Claude Paris a su se démettre après l’affaire du timbre espagnol. Le spectre des tendances n’est jamais évoqué pour la seconde crise, alors qu’il est aisément perceptible. Les plus purs et durs dans l’affaire du timbre espagnol sont proches du PC., et ce n’est pas un hasard si c’est un conseil en majorité ex-unitaire qui rompt quelque temps avec le bureau. Mais le bureau est aussi en majorité d’une telle sensibilité, ce qui n’empêche pas tous ses membres présents de s’opposer violemment au conseil.

  • 231 Le même phénomène se retrouva dans l’après-guerre. Aux leaders du bureau essayant de faire passer (...)

201L’enjeu est bien, par-delà toute querelle de tendances, celui du pouvoir au sein de l’organisation. Et dans ce syndicat aux effectifs impressionnants, la dizaine de leaders a, auprès des adhérents, une aura qu’elle n’a pas pour les conseillers, militants se trouvant quotidiennement à leurs côtés231. Un autre élément est à prendre en compte : investis de responsabilités, les membres du bureau ont tendance à faire prendre moins de risque à l’organisation, et le même individu peut avoir des positions bien plus modérées en étant à un poste de direction dans l’organisation que s’il se trouve avec des responsabilités moindres. En dehors même de la question du pouvoir, enjeu primordial, les membres du bureau ne voulaient pas prendre le risque d’un reflux de la syndicalisation, beaucoup plus facile à assumer par les conseillers. Il n’en reste pas moins qu’à la fin des années trente, un nouvel afflux d’adhérents a provoqué un phénomène semblable à celui de la fin de la guerre précédente, une nouvelle stratification. Il y eut dès les lendemains de la guerre les syndiqués et les syndicalistes. Avec le Front populaire, apparaît une nouvelle couche. Pour reprendre trois termes employés par Machizaud, en leur rendant la signification qu’il leur accordait, on se trouve en présence de syndiqués, de syndicalistes, de responsables.

202Contrairement à ce qui peut se voir dans d’autres entreprises, l’Espagne ne divise pas socialistes et communistes, bien que ces derniers soient plus actifs lorsqu’il s’agit d’organiser meetings ou quêtes. Quelques cheminots n’en sont pas moins persuadés que tout se joue de l’autre côté des Pyrénées, que tout le reste devrait passer après. C’est le cas de Jacquin, le représentant du syndicat au Comité d’accueil aux réfugiés espagnols qui, fin mai 1937, se démet de cette fonction : son syndicat n’accorde pas assez d’importance à « la question espagnole », il ne le supporte plus. Le débat qui suit sa démission, très boutiquier, montre qu’il n’a peut-être pas tort. Car c’est surtout en dehors de leur organisation syndicale que les cheminots d’Oullins qui « veulent faire quelque chose pour les Espagnols » s’y appliquent. Dans diverses organisations, mais aussi à titre individuel, plusieurs d’entre eux, de toutes tendances du mouvement ouvrier ou sans engagement de type politique, hébergent de longs mois, en partie à leurs frais et dans des logements souvent exigus, des familles de réfugiés espagnols. Les mêmes, ou d’autres, recueilleront en 1939 et au début de 1940 d’anciens combattants loyalistes.

203A la fin des années trente, quand les ouvriers des Ateliers d’Oullins s’intéressent à ce qui se passe hors de France, et qu’ils ne scrutent pas Poutre-Pyrénées, ils regardent du côté de la Volga. Le syndicat adhère même aux « Amis de l'U.R.S.S. ». Par la suite, le syndicat suit d’assez près les activités de l’association. Le plus connu des « Amis de l’U.R.S.S. » de l’agglomération est le maire radical-socialiste de Lyon qui gardera toujours un souvenir impérissable, lui, de son voyage dans l’Ukraine de 1933. Mais le secrétaire de cette organisation est un ajusteur. Né à Oullins en mars 1906, d’un père manœuvre aux Ateliers, Fernand Pavoux pénètre pour la première fois dans l’usine à l’âge de quatorze ans, quatre mois après que son père, gréviste du printemps 1920, en ait été révoqué. Ses trois ans d’apprentissage terminés, il reste aux Machines jusqu’à son départ pour l’armée, avant de revenir une fois son temps effectué. Commissionné en avril trente, il échappe donc aux licenciements de la crise. Sans occuper jamais de responsabilité syndicale avant-guerre, il a cependant une telle personnalité et une telle réputation que son chef d’atelier, un jour de grève où les cheminots d’Oullins travaillent, lui interdit de quitter sa machine-outil et lui « fournit » un manœuvre à seule charge de l’approvisionner en pièces. Se déclarant alors pestiféré, il trace à la craie, autour de lui-même et de sa machine, un grand cercle qui doit l’isoler des ouvriers qu’il risque de contaminer. Personnage fort attachant, tentant de cacher sa sentimentalité sous des dehors désabusés, d’une grande culture, d’une indéniable intelligence et d’une prodigieuse mémoire, il est toujours là pour les tâches pratiques. À l’en croire, il attendra les premiers jours du second conflit mondial pour adhérer au PC. Mais, là, personne n’est obligé de le croire. Et l’homme est trop malin pour que soit innocent le fait que son discours se recoupe mal sur ce point.

20415 adhésions en avril 1936, 558 en juin, 234 en juillet, 125 en août, le mouvement se poursuit, quoique décroissant. Ralenti au tournant de la saison, il se ressaisit en novembre, et il y a 148 adhésions en janvier 1937, 165 en février, autant que parmi les employés parisiens de la Compagnie, et 149 en mars, souvent des nouveaux embauchés des quarante heures, ouvriers ou employés qualifiés, confirmés et déjà syndiqués chez leurs anciens employeurs, même si tous ceux qui, au printemps, ont pris leur carte dans leur entreprise ne se soucient pas de renouveler leur adhésion lorsqu’ils s’embauchent au P.L.M. En avril ainsi qu’en mai 1937, le nombre des adhésions avoisine chaque mois la centaine, mais n’atteint trente ni en juin ni en juillet, alors qu’en août, rentrée toujours assez faste pour la syndicalisation, ils sont un peu plus d’une quarantaine à intégrer le syndicat, mais à peine une trentaine en septembre, une dizaine en octobre et une dizaine en novembre. Une progression fulgurante, les effectifs du syndicat ayant été multipliés par deux et demi, et qui s’est tôt amorcée. En effet, si c’est en juillet que les adhésions à la Fédération sont les plus nombreuses, les effectifs syndicaux oullinois s’enflent d’importance en juin. Les autres gros syndicats de l’agglomération, Vénissieux, Badan où il y a deux fois moins d’adhésions en juin qu’en mai, Lyon bien sûr, mais aussi l’Atelier d’Arles battent tous leurs records en juillet. Et une baisse de la croissance s’amorce en tous lieux dès août. Alors, Oullins en avance ? Peut-être, mais pas seul : en juin aussi, le syndicat de Paris des cheminots du P.L.M. et celui de Villeneuve-Saint-Georges obtiennent d’emblée leur plus grand nombre d’adhésions. Or, dans la région parisienne, les grèves des métallos ont été précoces, et c’est dans les jours qui suivent la manifestation devant chez Martin que les cheminots d’Oullins ont adhéré en masse. Les autres font grève, alors les cheminots adhèrent. Les effectifs totaux du syndicat deviennent plus importants. Machizaud tempère les ardeurs début juillet : « Nous ne serons satisfaits que lorsque nous serons deux mille » ; ils sont 1 800 à la fin du mois et le cap des deux milliers est largement dépassé quand se termine l’année puisque le trésorier peut donner le nombre de 2 210 en janvier, 2 500 en mars, 2 750 en juillet, puis les effectifs stagnent alors entre 2 800 et 2 900.

205Les effectifs des militants pourraient croître tels ceux des adhérents. Ils étaient quelques centaines avant la victoire électorale et les grèves du printemps, 600 à l’assemblée générale de décembre 1935, à peu près 700 à la manifestation du premier mai. Ils sont un peu plus nombreux en juillet, mais l’affluence n’est pas à la hauteur des espérances qu’ont pu générer les adhésions. L’assemblée d’août, en revanche, voit une recrudescence de la participation. « Le baromètre du syndicat, c’est l’assemblée générale, c’est pour cela que nous vous demandons toujours plus que vous ne faites » s’excuse Machizaud, et son expression est significative de ce que l’assistance aux assemblées est signe d’une potentialité. Le bonheur du secrétaire général n’est que de courte durée car les assemblées ne rassemblent bientôt plus que les habitués. Certes, 700 ou 800, ce n’est pas négligeable, et les mêmes syndicalistes qui s’en plaignent auraient été comblés d’une telle affluence deux ou trois ans auparavant, mais cela ne correspond en rien à ce que pourraient faire espérer des effectifs supérieurs à deux milliers. « Beaucoup se contentent de prendre leur timbres » regrette, début août 1937, un membre du bureau. En dehors des journées exceptionnelles, dont le moins que l’on puisse dire est que les syndicalistes des Ateliers ne les mettent pas vraiment à profit, le nombre de cheminots qui peuvent être mobilisés, ou simplement intéressés par autre chose que l’achat mensuel de deux vignettes, ne dépasse pas le millier et la centaine de militants assez engagés pour faire partie du conseil ne font pas toujours même acte de présence. Il arrive que la moitié d’entre eux déserte une réunion du conseil et, lorsqu’ils sont soixante-dix, c’est à dire lorsque trois sur dix ne viennent pas, « Machizaud est heureux de [le] faire constater ». Même les leaders, avec le temps, se lassent. « Après un bon départ, on a l’impression que les camarades n’ont plus l’allant du début, il faut savoir une fois pour toutes si les camarades qui ont été investis d’une responsabilité tiennent à l’assumer » se lamente Machizaud auprès des membres du bureau dès mars 1937. Il ajoute que « la valeur des camarades est en rapport [avec le] travail fourni ». C’est ce qui permet de comprendre que, fin juin, les membres du bureau « inflige[nt] un blâme » à Bouhatier, « ce camarade ayant été investi d’un travail concernant la délégation, travail qui devait être terminé le 26 juin [alors que] le 28 rien n’est fait ». Et comme le contrevenant n’est pas là, « il faudra demander à ce camarade si le bureau du syndicat peut compter sur lui ». Il n’y aura pas de réponse. Gravement malade, n’arrivant pas à s’en sortir, l’ajusteur qui depuis plus de quinze ans anime le syndicat est en train de laisser tomber. Il devient « syndiqué », et il faudra le peu de clairvoyance de la police ou de l’Ingénieur en chef pour voir en lui un meneur sous l’Occupation.

206Le syndicat n’avait pourtant pas que des partisans dans la grande usine des bords de l’Yzeron. Dès juillet, quelques adhésions posent problème, comme celle de cet ouvrier des Voitures dont tous les compagnons se rebellent : il « a toujours dénigré les organisations syndicales », il a surtout réussi à dissuader de nombreux « jeunes » de rejoindre le syndicat et, enfin, « auprès de ses camarades de travail, il a une très mauvaise presse ». Mais il tient absolument à adhérer, se rend à une réunion de bureau pour faire amende honorable, « reconnaît être un bavard », avoue n’avoir dit « bien des choses [...] que par contradiction », et argue de sa présence comme d’une « preuve de loyalisme ». Au nom du bureau magnanime, Machizaud « veut bien passer l’éponge ». La séance, éprouvante, dure assez longtemps et, après avoir assené quelques phrases comme « Nous voulons bien [...] croire que par bavardage tu dises le contraire de ce que tu penses », Machizaud le menace : « Nous prenons ton bulletin d’adhésion, mais nous t’avertissons que si tu dénigres le syndicat, non seulement nous prononcerons ton exclusion publiquement, mais nous irons plus loin, le syndicat est assez fort pour aller jusqu’à une conduite ».

207Il n’y a pas que des « bavards » qui veulent adhérer. L’extrême-droite est implantée et même organisée dans les Ateliers. Tout au long de la décennie, quelques militants de l’Action française se réunissent, discrètement pensent-ils, dans un local privé à plus de deux kilomètres du pont des Bœufs. Parmi les convaincus et les sympathisants, quelques petits cadres dont le contremaître qui, en se faisant molester en février 1934, a donné un sérieux coup de main aux syndicalistes partisans de l’unité, mais aussi des employés de bureau et, avant la crise et les licenciements, quelques journaliers. Dans la communauté cheminote, ils sont organisés au sein d’une association, « pas fasciste », le Rail, qui présente des candidats aux élections professionnelles et a un certain succès dans les rangs des travailleurs des bureaux. Dont un Oullinois qui est même, pour cette organisation, « délégué du personnel auprès du chef local ». Celui-ci, Louis Guiraud, est arrivé à Oullins en 1932, à l’âge de 25 ans. Il affirme « milite[r] dans les rangs de l’Action Française » depuis 1925 ; il avait alors 18 ans. Père de deux petites filles, il loge dans un des appartements de la cité Jacquard. Il a, à l’en croire, attaqué la Compagnie devant le Conseil de Prud’hommes de Lyon, en 1935. Le premier août 1936, il envoie à Baudru, « Monsieur le Secrétaire de la Section Technique Cadres et Bureaux » du syndicat d’Oullins, une lettre où, « reniant un passé de militant d’extrême-droite » selon ses propres termes, il brigue une adhésion « à la C.G.T. ». Plutôt surpris par un pareil retournement, ne serait-ce que parce qu’à peine deux mois plus tôt le royaliste en question était intervenu au nom du Rail dans une réunion, Baudru, en termes toujours bien choisis, demande à son « cher Collègue » de confirmer son premier courrier, ce que s’empresse de faire celui-ci.

  • 232 Bureau C.G.T., 3/8/1936, C.A. - C.G.T., 26/8/1936, A.G. - C.G.T., 28/8/1936, Le Cheminot syndicali (...)

208Tout cela se fait très vite. Du premier au trois août, chaque jour produit sa missive. Le trois au soir, lors de la réunion de bureau, Baudru donne connaissance de la correspondance échangée en commentant : « Guiraud est capable et pourra rendre des services à l’organisation ». Si le bureau accepte l’adhésion, il est cependant « décidé qu’aucune fonction de responsable [ne] lui sera attribuée ». Et tandis que Chillard propose que la correspondance soit transmise à l’Union pour publication dans Le Cheminot syndicaliste, ce qui sera fait, Martinet et Machizaud « font part de leur intention de ce que Guiraud explique devant la prochaine assemblée les raisons de son changement total de conception ». Moins d’un mois après qu’il a pris la plume pour écrire à Baudru, il « s’explique en quelques mots » devant l’assemblée générale232. Si d’autres demandes d’adhésion, souvent de petits cadres, soulèvent quelques discussions, aucune n’est rejetée, car celle de Guiraud a créé une telle jurisprudence qu’aucun a priori ne peut plus être opposable.

209La routine est toujours le lot le plus fréquent des activités syndicales, parfois pimentée de quelques nouveautés consécutives aux grèves et à leurs conséquences. L’embauche de nouveaux ouvriers début 1937 a singulièrement rajeuni la population cheminote, et une vieille coutume, qui date du temps du syndicalisme révolutionnaire, peut alors faire une éphémère réapparition : comme des jeunes ouvriers ont eu le temps de prendre leur carte syndicale avant de partir servir leur pays, on prépare à leur intention « le colis du soldat ». Les revendications aussi impressionnent par leur indigence. On ne trouve pas grand-chose à demander, sauf quelques reclassements statutaires, le classement comme ouvriers, et non plus aides-ouvriers, des noyauteurs des fonderies. Même les délégations auprès de l’Ingénieur ne donnent pas l’impression qu’un nouveau rapport de forces est instauré. Leur objet est souvent très ponctuel. Un jour même, au lendemain d’une longue réunion au cours de laquelle sont abordées des questions ayant trait à l’hygiène et à l’entretien d’un atelier, ce sont quatre manœuvres que le responsable de l’atelier en question sanctionne, pratique somme toute assez classique. Les syndicalistes, s’apercevant « que l’on [dresse] les agents contre les délégués », doivent à nouveau intervenir auprès de la direction locale.

210Bien sûr, on négocie avec la direction pour que, après l’application des quarante heures, les agents soient totalement en repos le samedi. Les bruits de pétition des commerçants contre les quarante heures tout comme l’appréhension qui en résulte signent bien le peu de confiance qu’ont les travailleurs des Ateliers en leurs propres forces, à peine six mois après l’été 1936. La seule recommandation aux délégués de Machizaud, maintenant bien converti à l’institution, de ne « pas avoir peur de se faire connaître, ni par les contremaîtres, ni par l’Ingénieur », est significative de la persistance d’un sentiment de crainte qui ne trompe pas les interlocuteurs des syndicalistes : le nouvel Ingénieur qui arrive aux Machines à la fin de la décennie s’amuse, chaque fois que l’occasion lui en est donnée, à tourner en ridicule la délégation. Même pour le premier mai, les hasards du calendrier et les accords Matignon ne laissent pas aux cheminots le plaisir d’un arrêt de travail.

  • 233 C.A. - C.F.T.C., 6/5 et 5/6/1936, A.G. - C.F.T.C., 18/6 et 17/7/1936.

211Lorsque Machizaud exhorte ses camarades pour qu’ils fassent « comprendre aux égarés que leur place est [au sein de la C.G.T.] et non avec ceux qui, par leur origine, sont des ennemis de la classe ouvrière », il évoque le syndicat professionnel qui, pour chacun, devient de plus en plus le syndicat chrétien et commence la saison, deux jours après le deuxième tour des élections législatives, par une réunion de son conseil consacrée aux revendications des jeunes, dont « la situation [...] n’est pas enviable ». La réunion générale suivante, au lendemain de la manifestation devant Martinet-Moulet, est pour une fois assez houleuse233. En fait, l’organisation rivale du syndicat réunifié est réellement en crise, ne distribue plus que confidentiellement des circulaires internes qui parviennent d’autant mieux entre les mains des militants de la C.G.T. que plusieurs transfuges changent de carte, et ceux-ci sans problème, parfois après avoir essayé, dans un premier temps, de promouvoir une unité d’action.

212Le syndicat chrétien s’attribue l’origine de la plupart des retombées des accords Matignon : « Relèvement des Salaires [...], Contrat Collectif [...] pour mettre l’Ouvrier à l’abri des injustices du Patronat, Congés payés [...], Quarante Heures », mais souligne les disparités de conception des deux organisations syndicales locales. Face à la « C.G.T. lutte de Classes », il y a la « C.F.T.C. Collaboration des Classes, pour faire quelque chose de bien et de durable pour le plus grand bienfait de la société ». Les réunions du syndicat chrétien sont souvent houleuses lors de l’été 1936, puis la tension retombe, les discussions redeviennent de routine. Mais les militants ont beau se réjouir d’assistances nombreuses à leurs réunions, de salles combles, l’autosatisfaction le plus souvent de règle dans cette organisation ne cache que mal une progression très relative. Dans le pays, la C.F.T.C. décolle réellement. Chez les métallos, son essor est foudroyant et en quelques semaines leur syndicat lyonnais passe de trois cents à mille adhérents. Mais il s’agit là d’organisations ayant participé aux mouvements, et dans les entreprises où, comme aux Ateliers d’Oullins, le syndicat chrétien s’est opposé à toute action, fût-elle la plus minime, le développement est très limité. Leur attitude timorée tout au long de ces journées a joué un rôle certain dans une progression si relative que, si on la rapporte à l’explosion numérique de la C.G.T. locale, il s’agit plus d’une régression que d’une stagnation. Pas de réel accroissement des effectifs, pas de renouvellement des cadres, faute d’avoir été à la hauteur de la situation : le syndicat chrétien semble être en ces derniers temps des Compagnies grandement disqualifié au sein des Ateliers P.L.M. d’Oullins.

213Les modalités d’engagement politique des cheminots d’Oullins changent, elles aussi. Il y a d’abord la cellule communiste des Ateliers, qui existe depuis le milieu des années 1920, regroupe aux premiers temps une vingtaine d’ouvriers, s’étoffe petit à petit, fait sa première apparition publique en 1935. Subissant de plein fouet les effets de 1936, ses effectifs se gonflent à tel point qu’elle se scinde au cours de l’année. Il y a une cellule aux Voitures, mais la plus importante est au Machines. Dès 1937, son secrétaire est Jean Enjolvy. Né en juin 1909 à Saugues, dans la Haute-Loire, il entre à 27 ans, fin 1936, à Oullins-Machines après un essai fructueux. Marié à une modiste quelques mois avant d’être embauché à la Compagnie, il est commissionné après une année de stage. Cet ajusteur, type parfait du militant communiste des années trente, discipliné mais prêt à discuter pendant des heures sur un point du dogme, courageux à la tâche et capable de payer physiquement de sa personne, est le véritable « patron » du P.C. sur les Ateliers. C’est sous son impulsion que les cellules recrutent, comptant aux premiers temps de la S.N.C.F. plus d’une centaine de cotisants. L’influence du P.C. ne se limite pas à ces cellules, qui sont les plus importantes parmi celles des établissements ferroviaires de l’agglomération, puisque, outre les nombreux sympathisants et les adhérents discrets qui prétendent ne pas en faire partie, quelques militants sont organisés sur leurs quartiers, à la Saulaie pour certains d’entre eux. Les réunions se font, pour la plupart, au café de l’Unité. Que les cheminots appellent bien sûr « l’unitaire ».

214C’est aussi dans un bistrot de la rue de la Gare qu’ont lieu les assemblées de l’Amicale socialiste des cheminots d’Oullins. Bien que dotée d’une commission exécutive et fonctionnant régulièrement, elle est loin de regrouper tous les socialistes des Ateliers, dont beaucoup préfèrent militer au niveau de la commune tandis que les syndicalistes s’abstiennent de toute action politique sur l’entreprise. Créée fin 1936 par des cheminots de la section locale de la S.F.I.O., ses activités n’ont que peu de chose en commun avec celles des cellules du P.C. Elle se cantonne dans l’organisation de conférences sur la vie de Karl Marx, les rapports entre le parti radical-socialiste et la S.F.I.O., sujet parfois brûlant dans la banlieue de la ville d’Herriot et d’André Philip qui, avec son ami Claude Jordéry, membre de la commission parlementaire pour la défense des employés des chemins de fer, participe parfois à ces conférences ainsi qu’aux fêtes organisés par l’association. L’Amicale se contente de ces activités, et assure plus une présence qu’un véritable travail de pénétration politique.

215A gauche de ces deux principales forces politiques des Ateliers, il n’y a rien de structuré. On retrouve bien quelques anarchistes et il reste bien sûr quelques syndicalistes-révolutionnaires, qui diffusent même la Révolution prolétarienne à la sortie du site, mais la plupart de ceux qui l’étaient dans les années dix ou vingt ont, comme Bouhatier, rejoint le Parti communiste ou, comme Baudry, adhéré à la S.F.I.O. Quelques cheminots socialistes paraissent proches de la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert, mais ils ne feront pas le pas, au moment décisif, d’adhérer au P.S.O.P. Il y a aussi, à la périphérie du mouvement ouvrier, une douzaine de pacifistes intégraux qui militent au Centre syndical d’action contre la guerre. Parmi eux, plus de la moitié sont des anciens combattants. Tous syndiqués bien sûr, ils sont surtout implantés aux Voitures. Leur activité se limite à la diffusion de quelques tracts et, chaque semaine, à une vente de la Patrie humaine. Il y a aussi quelques membres ou sympathisants d’autres organisations, ces syndicalistes chrétiens qui s’engagent à droite, des radicaux-socialistes comme André Lafarge-Dutheil, âgé d’une trentaine d’années, tourneur aux Machines et conseiller municipal à la Mulatière. Si l’implantation locale de l’Action française n’a pas survécu au Front populaire, apparaît une extrême droite populiste plus proche des modèles italien et allemand. Le parti de Déat semble n’avoir qu’un seul adhérent, un fort discret ouvrier des Voitures. Les doriotistes sont deux, un ouvrier du bois et un métallo, que rejoint en 1938 un autre métallo, ancien militant communiste de la région parisienne.

216Une période de vingt mois fort féconds en événements s’achève lorsque les Ateliers P.L.M. d’Oullins deviennent les Ateliers S.N.C.F. d’Oullins. Si la vie quotidienne de la classe ouvrière fin 1937 a changé de manière significative, la seule évolution que ressentent les cheminots d’Oullins est la liberté du samedi. Mais même des souvenirs que se sont forgés les ouvriers de nombreuses usines, les ouvriers des Ateliers des bords de l’Yzeron ne pourront pas vraiment s’en prévaloir. Une, deux manifestations, destinées à faire céder d’autres que ses propres patrons, n’affirment pas l’identité syndicale d’une communauté. Ce qui est la marque de cette période, dans le mouvement syndical du site, c’est l’absence d’une réelle action. L’envie n’en a peut-être pas manqué aux travailleurs, mais les syndicalistes ont su s’y prendre pour qu’il ne se passe rien, sans forcément comprendre ce qui, justement, se passait. Les discours de Machizaud, volontariste lorsque rien ne semble possible, exhortant à la patience quand piaffe l’assemblée générale, puis reprochant aux cheminots de ne rien avoir fait lorsque l’heure n’est plus à l’action, sont significatifs tout autant d’une absence d’appréhension des événements que de cette volonté d’empêcher tout mouvement des cheminots. Le fait qu’il soit ex unitaire, c’est à dire communiste, n’est pas un élément fondamental : les leaders ex-confédérés, c’est à dire socialistes, n’ont, pas plus que lui, été le moins du monde vigoureux. Les seules, rares et faibles volontés combatives sont venues des rangs ex-unitaires, et leurs auteurs ont été rapidement mis au pas par les dirigeants de leur tendance. Malgré cela, les effectifs du syndicat se sont accrus de manière spectaculaire. Le phénomène n’est pas oullinois, et la Fédération des cheminots, une corporation qui s’est abstenue de tout mouvement au long de ces mois, a multiplié par trois et demi ses effectifs entre 1935 et 1937.

217Ce qui frappe à l’issue de ce processus, est l’absence de renouvellement des leaders syndicaux. Aucun syndicaliste ne semble s’être formé dans ce qui, somme toute, n’a pas été réellement un mouvement, peut-être d’ailleurs parce que le personnel syndical ne manquait pas. Là non plus, on ne retrouve pas une des caractéristiques des grèves du Front populaire. Autre constatation après cette période, malgré la réunification des deux principales organisations, la division du mouvement syndical s’est ancrée. Si le syndicat affilié à la C.F.T.C. ne s’est pas développé à l’occasion de ces événements, il n’en reste pas moins présent et, contrairement à ce que d’aucun espéraient ou redoutaient aux premiers jours de l’été 1936, il n’a pas disparu.

218Mais « le » syndicat n’a pas pu acquérir au sein de l’usine la place qu’aurait pu lui faire espérer le fait que de plus en plus d’employés se regroupaient sous sa bannière. Si l’Ingénieur peut se permettre de traiter souvent par le mépris les syndicalistes, c’est bien parce que ceux-ci ne doivent pas ce qui fait leur influence à une action menée sur le site. Et, dès qu’en est écartée la possibilité, ils se remettent en quête d’un mouvement qui les légitimerait. Même si cela semble moins sûr à mesure que passent les mois, c’est sur un sentiment de potentialité que l’on reste à la fin de l’année 1937. Un Parti communiste, seule véritable force politique, puissamment implanté, avec des militants d’une réelle qualité, des ouvriers syndiqués en nombre, prêts à se mobiliser dès qu’il s’agit de faire autre chose que d’entendre des discours. Des militants bien organisés, assez mûrs, représentatifs de l’ensemble des employés, un syndicat concurrent impuissant dès qu’il s’agit de s’opposer à un mouvement : il reste, aux Ateliers P.L.M. d’Oullins l’impression d’une force ouvrière qui n’a pas encore donné.

Epilogue : fin des locomotives à vapeur

219Pour l’historien, il n’est jamais aisé de trouver un terme. Il est peut-être encore plus difficile de s’acquitter de cette tâche que de fixer un moment initial. Même lorsque fermeront les Ateliers, là ne sera point l’instant du dénouement de l’histoire de leurs ouvriers. Il reste encore leur devenir, leur mémoire, l’empreinte qu’ils ont su durablement laisser. Mais un fait est assuré, c’est qu’il est artificiel de voir en la nationalisation une date charnière de l’histoire des travailleurs ou du mouvement ouvrier aux Ateliers. La mémoire n’en a rien gardé : lorsque, un demi-siècle plus tard, les cheminots d’alors racontent leur vie, le grand tournant, le grand changement se situe lors des dernières semaines de l’été 1939, mais plusieurs moments pourraient être déterminés comme marquant une rupture dans l’histoire de l’engagement des ouvriers des Ateliers d’Oullins. Cela aurait pu être 1934, la réunification. Il y eu encore novembre 1938, la fin des espérances nées quelques années plus tôt, septembre 1939, la guerre, le désarroi des communistes, le déclin du syndicat. Mais aussi, surtout, la fin de l’année 1947, rupture sociale, syndicale, politique, mais encore, avant tout, professionnelle : c’est à ce moment que les ouvriers qui réparaient les grosses locomotives à vapeur se mettent à travailler sur des motrices électriques. Mais les années de l’électricité sont déjà en gestation dans la fin de la vapeur. De plus, à Oullins, les destructions que les troupes du Reich, en retraite, ont fait subir à l’Atelier des Machines ont permis une plus facile reconversion. Pourquoi alors, ne pas voir, une demi-décennie après le drame de l’été 1939, un de ces moments charnières dont, décidément, le site et ses travailleurs n’ont pas été frustrés ?

220Pas plus qu’en 1937, les travailleurs des Ateliers d’Oullins ne peuvent cesser le travail le premier mai 1938, un dimanche, ni l’année suivante, la C.G.T. n’appelant, « en raison des événements, ni à la cessation du travail, ni à des défilés ». La première césure dans le syndicat intervient à l’occasion de Munich. Lors de l’assemblée du 28 septembre, les interventions des ex confédérés, discrètement munichois, et celles des ex-unitaires, plutôt hostiles à la tenue de la conférence, sont bien différenciées. Des militants en profitent pour exprimer leur rancœur contre la C.G.T. qui a fait « cesser les occupations d’usine » et ne fait rien pour l’Espagne. La faille s’élargit avec l’échec de la grève du 30 novembre 1938, lorsque les militants ne peuvent dissuader les ouvriers d’aller travailler dans l’usine occupée par les troupes coloniales et finissent par, la rage au cœur, aller pointer.

  • 234 Il ne s’agit ici que d’une approche de l’histoire du mouvement ouvrier aux Ateliers à cette époque (...)

221Le pacte Hitler-Staline change d’autant plus facilement le rapport de forces à l’intérieur du syndicat dont les militants communistes, complètement désemparés, abandonnent la direction, mais réorganisent leur parti dès octobre dans les Ateliers, et sont les initiateurs des luttes qui marquent les années de l’Occupation. C’est sur leur initiative qu’en octobre 1942 s’engage aux Ateliers un mouvement de grève qui s’étend à toute la zone sud. En avril 1943, en mai et juillet 1944, ces cheminots, qui avaient perdu le goût de la grève depuis plus d’une vingtaine d’années le redécouvrent. Dans le même temps, toujours sur l’impulsion des militants du P.C., un groupe F.T.P.F. d’usine se structure, s’arme, mène de nombreuses actions dans la banlieue Sud-ouest de Lyon. C’est en grande partie sur lui que comptent les dirigeants du P.C. pour l’insurrection dans l’agglomération mais, dans un contexte régional de répression des mouvements de Résistance, et particulièrement des F.T.P. dont l’état-major est décimé, une rafle de la Gestapo aux Ateliers la veille d’une grève générale suffit pour qu’Oullins ne soit pas la place forte escomptée234.

222Lorsque, aux premiers jours de la Libération, les ouvriers viennent reprendre leur travail dans un Atelier en partie en ruines, un certain engouement fait que, quelques semaines, la Bataille de la Production n’est pas l’affaire que de rares convaincus. Rapidement, une opposition de gauche à la ligne impulsée par le P.C., tout puissant quelques mois aux Ateliers, s’exprime sur le thème « travailler d’accord, revendiquer aussi ». Elle est le fait, entre autres, de militants de la J.O.C., syndiqués à la C.G.T. comme à la C.F.T.C., mais encore d’autres jeunes ouvriers ayant, eux aussi, dans les combats de la Résistance, forgé une légitimité dont ils estiment qu’elle leur permet d’avoir leur mot à dire.

223Les désaccords réapparaissent entre ex-confédérés et ex-unitaires, c’est-à-dire, encore après la guerre, entre socialistes et communistes. Une grève a lieu en juin 1947 qui, avec accordéon sous les voûtes et parties de boules sur les immenses dalles, permet aux cheminots d’Oullins de vivre le juin trente-six dont ils ont été frustrés ; elle est bientôt suivie par une scission, dès juillet, dans le syndicat des Ateliers. Fa grève qui se déclenche en novembre, très dure, marquée par des affrontements entre ouvriers, des attaques contre les non-grévistes menées à dix contre un, des passages à tabac de cheminots de la C.F.T.C. ou de la S.F.I.O., marque une profonde rupture, non seulement dans l’histoire syndicale des Ateliers, mais aussi dans l’histoire politique de la localité. Les principaux leaders communistes des années trente et quarante sont alors mutés et le passage à la réparation des locomotives électriques peut se faire sans problème. N’est-ce pas là l’essentiel ?

224L’Histoire a alors ballotté ou emporté bien des ouvriers qui s’étaient révélés dans les années trente les acteurs d’un mouvement si malaisé à cerner. Machizaud, démissionnaire pendant quelques jours après la grève de novembre 1938, l’est réellement dans les journées qui suivent le pacte Hitler-Staline et le début de la guerre. Il est relevé de son affectation spéciale au début de l’année 1940. Se rendant cependant à son poste de travail, il se heurte à l’Ingénieur en chef d’Oullins-Machines qui prévient la police. Il est alors révoqué de la S.N.C.F., passe dans la clandestinité, se réfugie en Provence où il dirige les syndicats clandestins de cheminots. Revenant à Oullins fin 1944, il est réintégré à la S.N.C.F. et reprend sa place à la tête du syndicat, remplaçant Marius Guérin qui a participé aux luttes clandestines dans les Ateliers sous l’Occupation et qui, en désaccord avec la ligne suivie alors, démissionne de toutes ses responsabilités à l’été 1946. Permanent et donc en position de détachement au cours de la grève de novembre 1947, pendant laquelle il joue un rôle modérateur lors des incidents entre grévistes et non-grévistes, Machizaud est le seul leader du syndicat à n’encourir aucune sanction lors de la reprise du travail. Célibataire jusqu’à la fin de ses jours, il meurt à Givors dans les derniers jours de l’année 1977.

225Alexis Ferrier a un itinéraire fort différent. Parmi les rares munichois avoués du syndicat, il intervient en assemblée générale, estimant que « trois millions de Tchèques ne valent pas que trente millions de victimes se fassent tuer ». Lorsqu’est déclarée la guerre, malgré ses presque 42 ans, il tente de s’engager dans les troupes combattantes mais, à cause d’une infirmité, séquelle du conflit précédent, n’en a pas la possibilité. Quand surviennent la débâcle et la première occupation de Lyon, il freine la production pour que « le travail ne profite pas aux Allemands ». Secrétaire adjoint du syndicat officiel sous Vichy, il ne participe à aucun mouvement de grève et intervient même au cours des conflits sociaux pour souligner les risques de répression. Réunissant dans un même opprobre « militaristes allemands » et « nationalistes russes », n’attendant rien « du capitalisme anglais comme du capitalisme en général », il estime que le régime d’Union sacrée qui s’installe après la Libération est tout aussi bourgeois que celui de Vichy, participe cependant en 1943 au freinage de la production dans son équipe de mouleurs. Toujours aussi friand de paradoxes et de provocations, ses proclamations et plaisanteries anglophobes et antisoviétiques lui attirent l’hostilité de ses camarades, ce qui ne l’empêche pas d’interpeller lors d’une réunion officielle un ministre de Vichy, François Chasseigne, à l’itinéraire politique tout aussi sinueux, sur « la pénurie en bleus, en chaussures et en pommes de terre », ni d’intervenir auprès de lui pour obtenir la grâce d’un syndicaliste condamné à mort, qui effectivement en réchappe. Il combat, avec succès, les tentatives des légionnaires pour infiltrer le syndicat. Planquant, dans sa petite maison de la rue Lafayette, des réfractaires au S.T.O. auquel il fournit certificats de travail et fausses cartes d’identité, il passe, après des journées de travail de dix heures, des nuits entières à discuter de politique, de philosophie, d’économie, d’histoire, avec un militant communiste recherché par la Gestapo et qu’il héberge en juin 1943. Du haut de son incontestable bonne foi, il est « partisan de la Charte du travail car [il a] toujours été d’accord pour un syndicat unique et obligatoire, bien que le reste de la Charte soit [pour lui] un désastre ». Lorsque, à l’été 1944, sonne l’heure des combats décisifs, « parce qu’un socialiste n’a pas le droit d’être défaitiste », il participe à la mise sous pression d’une locomotive destinée à être précipitée sous un tunnel pour protéger les Ateliers contre l’intrusion d’un train blindé de la Wehrmacht. Mais lorsqu’est partie l’armée allemande, une pétition de 103 signatures, fruit d’une intrigue, demandant sa comparution devant une commission d’épuration entraîne son arrestation. Restant près de deux mois et demi à la prison Saint-Paul, il est la principale victime d’une épuration qui fut bien plus douce à d’autres. Ainsi, le contremaître ayant désigné un de ses ouvriers aux militants d’extrême-droite qui vont le tuer est muté en Arles, ville dont il est originaire et dans laquelle il demandait son affectation depuis des années. Ferrier n’en parvient pas moins à gêner considérablement les membres de la sous-commission locale en adoptant une défense politique. Ils s’en sortent par une pirouette, glosant sur son tempérament à l’origine d’altercations inévitables, « à moins qu’il ne soit berger dans le Briançonnais ou gardien de phare » commentent-ils, se souvenant des montagnes dont est originaire le zingueur. À l’issue de cet épisode, il regagne les Voitures où il reste jusqu’à l’heure de la retraite, en avril 1952 et meurt à Oullins quelques années plus tard.

226Baudru, quant à lui, est devenu sous l’Occupation secrétaire de ce syndicat officiel, mis en place sous l’autorité de celui qu’avant-guerre Machizaud appelait « le camarade Belin », ce ministre du travail que Pétain est allé chercher dans la tendance « syndicats » de la C.G.T. Moins scrupuleux et désintéressé que Ferrier, il s’en tire bien mieux, n’encourant qu’une exclusion de la C.G.T. et de la S.F.I.O., ce qui ne l’empêche pas, lui, de mener une belle carrière syndicale à la C.G.T. -Force Ouvrière et de finir chef de bureau de seconde catégorie à Paris avant de prendre sa retraite à l’été 1964, de rentrer dans sa Provence natale, d’y mourir en août 1986. Les autres ex-confédérés ont fait un choix différent lorsque Vichy installait un petit patron à la place de Jordéry, déporté. Bonnot qui se dit toujours « syndicaliste révolutionnaire », Chillard, Salomon qui avait succédé à Machizaud comme secrétaire général du syndicat en septembre 1939, Baudry, sans s’engager autant que d’autres dans la Résistance à l’occupant et à ses séides, n’en ont pas moins participé aux grèves et manifestations des années noires. Ils reprennent leur place dans la C.G.T. à nouveau réunifiée à la Libération avant de jouer un rôle, y compris au niveau fédéral, dans le processus de scission qui, plus tôt chez les cheminots, annonce F.O.

227La C.F.T.C. a réglé, très discrètement, le cas de certains de ses militants et de son président après la Libération. On a exclu et on n’en a plus parlé. Car ce syndicat a pu acquérir la légitimité qui lui manquait grâce à la part prise dans les combats de la Résistance et dans les luttes sociales par ses jeunes militants. Ainsi que l’explique Marius Bonazzi, un des dirigeants de la Résistance communiste des Ateliers : « Avant la guerre, on disait, ils sont du côté des curés, c’est des calotins [...]. A la vérité, on a vu que les gars de la C.F.T.C. étaient assez consciencieux. A la suite des événements, ils reconnaissaient que le travail fait par la C.G.T. et le syndicat clandestin était très important. Il y avait de bons éléments, la meilleure preuve c’est que la plupart sont devenus des dirigeants C.F.D.T. ».

228Les ex-unitaires ont tous choisi le même camp. Et quand ce n’était pas vraiment clair, les dirigeants locaux de la S.N.C.F. et les policiers faisaient le choix pour eux. Georges Benoît a suivi un itinéraire semblable à celui de Machizaud, renvoyé, dénoncé par l’Ingénieur, passant dans la clandestinité avant de revenir aux Ateliers à la Libération et d’en être muté après la grève de novembre 1947 - alors qu’il fut certainement, cet hiver-là, un de ceux qui dissuadèrent des entreprises les plus folles. Fernand Pavoux a, dès que la répression a désorganisé le P.C., reconstitué avec d’autres communistes peu en vue, Viot et Guérin, les structures du Parti sur l’entreprise. Mais ces néophytes de la clandestinité sont bien vite tombés et, après un passage en section disciplinaire, Pavoux est devenu un dirigeant de la Résistance communiste dans la région, côtoyant alors ceux dont les discours faisaient avant-guerre la une de l’Humanité. Ayant préparé l’insurrection et donné de sa personne, il fait partie de ces héros qui, la guerre terminée, sont retournés au militantisme quotidien, sans médaille, et au travail. Révoqué après la grève de 1947, alors que le prestige acquis dans la Résistance lui a permis d’être parmi ceux qui ont pu dire non aux consignes les plus insensées, il a vu cette sanction transformée en mutation à la Guillotière. Il ne revient à Oullins, aux Voitures cette fois, que cinq ans plus tard, part à la retraite en 1961 et meurt dans l’hiver 1988.

229Jean Enjolvy, relativement peu repéré, reconstruit après sa démobilisation le Parti communiste sur l’entreprise, qui vient de subir un coup certain avec l’arrestation des trois membres du premier triangle clandestin de direction, mais compte plus d’une cinquantaine de militants. C’est lui qui convainc ses camarades, au matin du 13 octobre 1942, de se lancer dans un mouvement d’une ampleur inégalée dans la zone sud et qui détermine physiquement l’action en allant déclencher la sirène des Machines, bousculant quelque peu les contremaîtres qui s’interposent. Seul à respecter les consignes de sécurité et à ne pas dormir chez lui, il est aussi le seul à échapper la nuit suivante à la rafle organisée par la police et à la préparation de laquelle les dirigeants locaux des Ateliers se sont affairés. Il passe alors dans la clandestinité. Membre de la commission du Front national en 1944, il reprend une activité professionnelle en 1948 et ne revient plus à Oullins. Permanent syndical en 1951, il prend sa retraite au premier août 1964, et retourne alors dans son Sud-ouest. Fait chevalier de la Légion d’honneur au début du premier septennat de François Mitterrand, il meurt un jour d’août 1987.

230Cette grève du mois d’octobre 1942 a donné à beaucoup d’acteurs de l’histoire syndicale des Ateliers des années trente un rôle qu’ils auraient préféré ne pas jouer. Deleuze, Bouhatier, ils sont une trentaine d’ouvriers à être arrêtés avant l’aube suivante, à partir des listes établies par la police et actualisées la nuit même par les Ingénieurs des Ateliers. Pour trois d’entre eux, Fichet, Malosse, Soulier, le commissariat d’Oullins est la première étape d’un voyage qui conduit à Buchenwald. Germain Jacob n’en réchappe qu’en s’évadant. Même s’ils sont incontestablement les plus nombreux, les communistes ne sont pas les seuls à résister et à se sacrifier. Ainsi, André Lafarge-Dutheil, le conseiller municipal rad’soc de la Mulatière, membre du Coq enchaîné, est arrêté dans l’enceinte des Ateliers avant d’être interné à Montluc et déporté.

La sortie des Machines et la passerelle des Bœufs.

Notes

160 A.D.R. 10 MP C6, rapports des 18/2 et 8/4/1872.

161 Archives nationales (indiquées A.N. infra.), lettre du ministre de l’Agriculture, 2/5/1874, et divers rapports déposés aux A.D.R., 10 MP C6.

162 Le Petit Lyonnais, 15/11/1889.

163 La plupart des documents ayant servi de source à la relation de cet épisode se trouvent aux A.D.R., dossier 10 MP C6.

164 L'Action sociale, 24/11/1889.

165 Les rapports de police concernant les Ateliers pendant les années 1890 et 1891 se trouvent aux A.D.R., dossiers 10 MPC 6 et 10 MPC 136.

166 Guy Chaumel, Histoire des cheminots et de leurs syndicats, Paris, 1948, p. 53. La dénomination des syndicats de cheminots utilisée dans le présent ouvrage, parfois peu orthodoxe, reprend des expressions qui ont été tirées de documents locaux contemporains à l'époque étudiée.

167 Voir note 14.

168 Cet épisode est développé in Christian Chevandier : « Quand le P.L.M. annonçait la fermeture d’un Atelier parce que ses ouvriers n’avaient pas fait grève », Revue d’histoire des chemins de fer, no 3, 1990, pp. 21-36.

169 Les rapports de police cités infra sont déposés aux A.D.R., dossiers 10 MP 06, C6, 037, 041, C45, 042.

170 Le Père Peinard, 3/7/1898. Est remarquable, cette année-là, l'utilisation du terme cheminot. Sur la diffusion du mot et son rôle, voir Philippe Corcuff, « Le catégoriel, le professionnel et la classe. Usages contemporains de formes historiques », Genèses, no 3, 1991, pp. 55-72.

171 Le Nouvelliste, 17/10/1898.

172 La Tribune de la voie ferrée, 16/9/1899.

173 Les sources policières, principal élément de l’étude de grèves, sont largement lacunaires en ce qui concerne les dimensions locales de la grève de 1910, malgré un dépouillement exhaustif des dossiers des A.D.R. et des A.N. pouvant les recéler. La presse est donc devenue la première source de cette recherche, le temps d’un conflit.

174 Il s’agit là du type même de mesure visant à créer un climat d’exception : le décalage des horaires de travail doit plus au soleil qu’aux grévistes et a lieu chaque année le 15 octobre.

175 D.C.M.O., 25/10/1910.

176 L'Humanité, 19/10/1910.

177 Georges Ribeill, op. cit., t. 2, p. 329.

178 C.A. - C.G.T., 5/3/1912 et A.G. - C.G.T., 19/3/1912.

179 C.A. - C.G.T., 21/7/1911. Nous disposons des procès-verbaux des réunions du syndicat le plus important de l’usine depuis 1911, déposés à l’Institut Rhône-Alpes d’histoire sociale C.G.T.. Afin de ne pas alourdir l’appareil critique de cet ouvrage, les citations non référencées de la partie infra proviennent de ces documents. Les références précises se trouvent évidemment dans les travaux universitaires dont ce livre est la version abrégée.

180 Jean-Jacques Becker, Le Carnet B, Paris 1973, p. 170 et A.D.R., 4 M 301, rapports du commissaire spécial, 28/9 et 7/10/1911, rapports du 2ème bureau de la direction de la Sûreté générale, 10/10/1911 et 24/4/1914.

181 Annie Kriegel, op. cit., pp. 374-375.

182 A.N., dossier F7 13683 rapport du commissaire spécial de la gare de Dijon, 25/7/1918.

183 Georges Ribeill, op. cit., t. 1, pp. 157 et 164.

184 Il fallut attendre la guerre suivante pour que, dans un local de la rue des Ateliers, sur le site même des Machines, administrée par un conseil de gérance auquel participent des délégués ouvriers, la cantine des Ateliers serve jusqu’à 700 repas par jour.

185 Rapport du commissaire d’Oullins, A.D.R., 10 MP C7. Sauf indication contraire, les archives policières utilisées pour la relation de cette grève sont issues de ce carton.

186 Cette pratique n’est pas aussi inhabituelle que nous poumons le supposer, voir Michelle Perrot, op. cit., p. 514.

187 Rapport du 3/4/1920.

188 Le Temps, 1/5/1920, cité par Georges Ribeill, op. cit., t. 2, p. 267. Cet ouvrage, et principalement ses pages 209 à 444, est indispensable, tout comme l’op. cit. d’Annie Kriegel, pour une compréhension de la grève de mai 1920.

189 Rapport du commissaire de police d’Oullins, 4/5/1920.

190 A.N., dossier F7 13274, rapport du commissaire spécial, 20/5/1920.

191 Rapport du commandant de gendarmerie de Givors, 11/5/1920.

192 Sources orales.

193 C.A. - C.G.T., 10/6/1920. Sur le récapitulatif du trésorier du syndicat, figure au nom du cheminot pour lequel il est fait appel à ces témoignages la mention « espèces : 257,00 ».

194 D.C.M.O., 5/6/1920.

195 Il fut entre autres accusé de « faire le jeu des grévistes », Le Nouvelliste 13/5/1920.

196 A.D.R., 10 MP C67, rapport du 20/9/1920.

197 A.N., F 7 13684, note du 20/6/1920.

198 A.D.R., 10 MP C67 et A.N., F7 13684, rapport du 27/7/1920.

199 Remarquons, quatre années après la création de la Fédération, l’utilisation dans la même phrase des mots « syndicat » et « groupe » pour désigner la même entité.

200 A.G. - C.G.T.U., 23/1/1924.

201 A.G. - C.G.T.U., 18/2/1930.

202 C.A. - C.G.T.U., 21/7/1931. Le cotisant, qui se contente de payer son timbre, est opposé au syndiqué, plus actif. Il y a donc ici inversion sémantique, le syndiqué étant auparavant la figure passive menée par le militant.

203 A.D.R., 10 MP C144, rapport du commissaire d’Oullins, 1/5/1924 et A.G. - C.G.T.U., 28/4/1924. Il n’est pas fait mention du premier mai dans le rapport moral de l’année 1924, A.G. - C.G.T.U., 12/2/1925.

204 A.G. - C.G.T.U., 12/2/1923 et C.A. - C.G.T.U., 9/3/1923.

205 C.A. - C.G.T.U., 17/12/1931 et .A.G. - C.G.T.U., 10/3/1932.

206 C.A. - C.G.T.U., 11/12/1932.

207 C.A. - C.G.T.U., 28/8/1923.

208 A.G. - C.G.T.U., 23/1/1924.

209 C.A. - C.G.T.U., 27/8/1929.

210 A.G. - C.G.T.U., 23/2/1923.

211 C.A. - C.G.T.U., 23/10/1931.

212 A.G. - C.G.T.U., 4/3/1927.

213 Le Nouvelliste, 14/5/1920. Cinq jours auparavant, le même quotidien relatait la manifestation, à Villeneuve-Saint-Georges, de « 80 grévistes à bicyclette avec un couteau entre les dents ».

214 C.F.T.C., 6/10/1922, C.A. - C.G.T.U., 2/11/1922 et A.G. - C.G.T.U., 16/11/1922.

215 C.A. - C.G.T.U., 19/2 et 7/3/1934, A.G. - C.G.T.U., 23/2/1934, Le Progrès, Le Nouvelliste et Lyon Républicain, 13/2/1934, La Voix du Peuple, 17/2/1934, ainsi qu’un témoignage tardif de Jean Bonnot dans Rhône socialiste du 5/7/1947.

216 A.D.R. 10 MPC 145, rapport du commissaire spécial de la préfecture du Rhône, 27/4/1934.

217 C.A. - C.G.T.U., 11/6/1934.

218 C.A. - C.G.T.U., 10/9/1934.

219 A.G. - C.G.T., 29/11/1935.

220 C.A. - C.G.T., 7/3/1935.

221 A.G. - C.G.T., 18/9/1935.

222 Bureau C.G.T., 5/8/1935, C.A. - C.G.T., 6/8/1935, Le Progrès, Le Nouvelliste, Lyon Républicain, 1/8/1935, La Voix du Peuple, 3/8/1935 et Le Cheminot syndicaliste, 10/8/1935. Ce périodique, organe de l’Union des syndicats du P.L.M., relate les « exposés » des deux orateurs de l’Union...

223 A.G. - C.F.T.C., 27/10/1933 et A.G. - C.G.T., 22/10/1935.

224 Le Cheminot syndicaliste, 10/1/1936.

225 Bureau C.G.T., 16/3/1936 et C.A. - C.G.T., 22/4/1936.

226 A.D.R., 10 MPC 146, rapports du commissaire de police d’Oullins, 25/4 et 2/5/1936, C.A. - C.G.T., 8/1, 22/4 et 28/5/1936, A.G. - C.G.T., 29/4/1936, Bureau C.G.T., 18/5/1936.

227 A.G. - C.G.T., 20/11/1936. Il y a par ailleurs erreur sur le millésime de l’action contre le travail à la tâche. Pour saisir les raisons de la position modérée de la Fédération, voir la partie de la biographie de Pierre Sémard consacrée à 1936, par Serge Wolikow, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, 1992, volume 41, p. 238.

228 A.G. - C.G.T., 31/5/1937.

229 Bureau C.G.T., 5 et 12/4, 2/6, 2 et 9/8 et 13/9/1937, C.A. - C.G.T., 26/5, 9/6, 29/7 et 15/9/1937, A.G. - C.G.T., 31/5 et 5/8/1937, le Cheminot syndicaliste, 25/8/1937.

230 Bureau C.G.T., 2/8, 4 et 18/10, 17/11/1937, C.A. - C.G.T., 15/9, 26/10 et 17/11/1937, A.G. - C.G.T., 5/8, 23/9 et 28/10/1937.

231 Le même phénomène se retrouva dans l’après-guerre. Aux leaders du bureau essayant de faire passer la ligne productiviste de la Reconstruction s’opposèrent quelques conseillers, ayant tout autant que les dirigeants syndicaux des Ateliers, sinon plus, acquis leurs lettres de noblesse dans les combats clandestins. Mais ce furent les adhérents, moins engagés et impressionnés par la réputation des leaders, qui soutinrent la ligne officielle.

232 Bureau C.G.T., 3/8/1936, C.A. - C.G.T., 26/8/1936, A.G. - C.G.T., 28/8/1936, Le Cheminot syndicaliste, 10/7 et 25/8/1936 (ce dernier numéro reproduit la correspondance entre Guiraud et Baudru), Le Rail, 16/8/1936. Comme pour l'ensemble des citations reproduites dans le présent ouvrage, l'orthographe et l'usage des majuscules sont respectés.

233 C.A. - C.F.T.C., 6/5 et 5/6/1936, A.G. - C.F.T.C., 18/6 et 17/7/1936.

234 Il ne s’agit ici que d’une approche de l’histoire du mouvement ouvrier aux Ateliers à cette époque. Pour une analyse prenant en compte de nombreux éléments (conditions de travail, influence de la guerre sur les déroulements de carrière), cf. Christian Chevandier, « Clivages et continuités dans les perceptions et les comportements ouvriers : les Ateliers d’Oullins de la S.N.C.F. », in Denis Peschanski, Jean-Louis Robert, (dir. de), Les Ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, C.N.R.S., 1992, pp. 431-441.

Table des illustrations

Légende La sortie des Machines et la passerelle des Bœufs.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search