Version classiqueVersion mobile

Cheminots en usine

 | 
Christian Chevandier

Chapitre III. Sociabilités, hérédités, corporatisme

Texte intégral

Sociabilités

  • 101 C.A.-C.G.T.U., 4/5/1934.
  • 102 Alors que, après la Libération, le terme de copain fut de plus en plus employé dans les comptes re (...)

1Plus d’une soixantaine d’équipes, aux Machines, regroupent chacune une douzaine, une quinzaine de travailleurs. Mais ils peuvent se trouver une trentaine dans certaines, à la « démole », au Montage. Ces équipes réunissent des ouvriers d’une même qualification ou de spécialités différentes. La plupart du temps, en leur sein, coexistent manœuvres, aides et ouvriers de métier mais, parfois, il n’y a que des spécialistes. Dans d’autres, on ne retrouve que des manœuvres. Sous l’autorité d’un chef d’équipe ou de brigade, qu’on appelle encore brigadier, secondé par un sous-chef, un sous-brigadier, parfois un maître ouvrier, ces équipes, ces brigades, sont regroupées en sections dirigées par des contremaîtres. Mais, comme à la Chaudronnerie, un contremaître principal peut « avoir sous ses ordres » un quart de millier d’hommes, son « pouvoir de commandement » étant alors celui de certains chefs d’atelier. L’ambiance qui prévaut au sein de ces équipes est un élément fondamental de ce que ressent de son travail l’ouvrier. Le travail effectué est aussi d’une indéniable importance. Lorsqu’un groupe s’affaire sur une locomotive, les relations en son sein n’ont rien de commun avec celles que l’on peut trouver le long d’une batterie de tours où un ouvrier à la fonction de régleur a précisé l’ouvrage pour plusieurs jours. Souvent, les rapports qui s’installent sont d’autant plus cordiaux que le travail est pénible. « Des fois, quand on [fout] en l’air deux locos à deux équipes, on [fait] la course. C’[est] vraiment sympa ». La seule association formelle dont le but est le regroupement de travailleurs d’un même atelier est celle des Amis de la Chaudronnerie de fer, car c’est dans cette cathédrale industrielle des années 80 que naissent le plus facilement des amitiés, que les solidarités sont les plus fortes, les conflits avec la maîtrise parmi les plus durs. Même si l’on a la chance de n’y rester que peu de temps, le souvenir de cette convivialité occulte en partie celui de l’horreur des conditions de travail. Dans quelque atelier qu’elle se trouve, quels que soient sa structure, ses effectifs, le partage qui y est établi des qualifications, l’équipe est la cellule de base du site. Censée rester stable et suivre l’évolution du labeur, elle unit les travailleurs dans une commune finalité productive. En changer trop souvent la composition est ressenti comme une brimade, dont l’on ne sait trop si elle vise le chef ou les compagnons. Les compagnons..., le terme en lui-même fait si professionnel qu’il n’est employé que lorsque cette dimension de la relation semble prévaloir. On prête son outil à un compagnon, mais celui-ci devient un copain dès qu’il s’agit de casser la croûte ou de trinquer un coup. Même les syndicalistes se sont ralliés au terme de copain. C’est en 1934, en pleine dynamique de réunification, que le mot est pour la première fois inscrit dans un compte rendu syndical, et sert à désigner des syndicalistes101. Mais les militants du syndicat chrétien délaissent ce terme, dont l’étymologie est la même que celle de compagnon, et s’en garderont longtemps102. Leur attachement est constant au vocable de camarade, qu’ils ont appris lors de leur passage à la C.G.T. et qu’ils utilisent dès leur réunion constitutive, comme si son usage les lavait de cette suspicion de collaboration de classe que leur assènent de temps à autre leurs « camarades » de la C.G.T...

2« L’été, quand il [fait] chaud, ceux du matin [font] plus que la norme et abrègent leur casse-croûte pour que ceux du soir aient moins de travail parce qu’avec la chaleur, c’[est] pas possible. La semaine suivante, les équipes [changent] et ce sont les seconds qui [travaillent] pour les premiers. Cette solidarité, on en [est] assez fiers ». C’est à l’atelier de robinetterie, repaire de syndicalistes et de mauvais esprits, que la scène se passe. Elle est plutôt inhabituelle. Les relations entre les différentes équipes ne relèvent pas toujours de cet esprit de solidarité dont aiment à se prévaloir les militants. Plus souvent qu’on ne le dit, la mesquinerie est de règle. Passe encore lorsque se résolvent les problèmes à coup d’émulation, comme dans la course pour « [foutre] en l’air deux locos », mais quand deux équipes se succèdent sur une même tâche, une le matin, l’autre l’après-midi, se fait jour parfois « une rivalité, les gens de l’après-midi [ne sont] pas contents de ceux du matin ». Et comme, la semaine suivante, les horaires sont inversés... Quand, « pour boucher un trou », un compagnon travaille une journée ou deux avec des ouvriers d’une autre équipe que la sienne, « il leur [fait] la gueule et ils lui [font] la gueule », et lorsqu’il retourne dans son équipe, il n’a de cesse de conter son calvaire. Ces antagonismes rendent la vie impossible lorsque l’on est muté, et font que l’intégration dans une nouvelle équipe, pour peu que l’on n’ait pas changé de section, appauvrit les relations avec les membres de l’ancienne. Tout cela est parfois avivé par les petits chefs, qui en profitent pour affirmer la cohésion de leur groupe, mais est déploré par les contremaîtres et regardé avec mépris par les ingénieurs.

3C’est avec les compagnons de l’équipe que l’on fait la pause. Entre huit et neuf heures, on s’arrête, on sort le casse-croûte, on souffle. Théoriquement, c’est interdit. Pratiquement, les contremaîtres font semblant de l’interdire mais n’y parviennent jamais, et leur intervention donne une plus forte intensité au moment, temps quotidien de provocation, de solidarité. C’est le moment où l’on mange un fruit, où l’on boit un verre de rouge, où l’on fume une cigarette. C’est le moment aussi où l’on parle en groupe, où la conversation n’est plus simple dialogue comme le reste du temps. C’est le moment où l’on émet des propos qui se veulent drôles, mais c’est aussi celui où l’on peut parler, entre hommes, de ses gamins. C’est le moment où se disent le trop plein du travail, mais où ne se fomentent pas les grèves. C’est un moment où l’on est bien. C’est peut-être aussi un moment qui permet de se remettre à l’ouvrage.

4Les copains des Ateliers, pas forcément de son équipe, on les retrouve à la sortie. La longue pause de deux heures qui coupe la journée de travail, le plus souvent entre onze et treize heures, est communément l’occasion d’être ensemble. Nombre d’Oullinois, de Mulatins, ou même de Lyonnais en profitent pour rentrer à leur domicile, mais ce n’est déjà plus possible pour celui qui habite Brignais ou Vénissieux. Il y a aussi « tous ceux qui [préfèrent] rester avec les copains pour casser la croûte ». Finalité première de cette pause, la formalité de la restauration n’en occupe pas tout le temps. On va bien dans une des nombreuses gargotes qui entourent les Ateliers, mais plus souvent pour manger la gamelle déjà préparée que pour commander un repas. On arrose d’un canon du patron, on peut même prendre un petit café, mais deux heures, c’est long. Alors on fait passer le temps, on joue, un peu aux boules, beaucoup aux cartes. Certains ont des activités moins communes, pénètrent dans leur atelier, font voler avec un carburant de leur composition un modèle réduit fabriqué en perruque. D’autres s’installent au bord du Rhône, attendent de longs moments et « tirent les ampoules », cassent à coup de pierres les bouteilles vides qui dérivent au fil du fleuve. On commente longuement les mérites respectifs des marchandises que proposent les camelots qui se sont installés sur les places et trottoirs qui longent les Ateliers et la rue de la Gare. On y négocie cravates et rasoirs aux « lames qui coupent plus ou moins bien », denrées alimentaires de toutes sortes. S’il fait beau, on flâne sur les bords de l’Yzeron ou du fleuve. Mais on ne pénètre pas vraiment dans la Saulaie, les cafés que l’on fréquente sont rue de la Gare, à Oullins, ou à la Mulatière, le long de la rivière. Parfois, lorsque le temps s’y prête, on va boire un coup avec des copains verriers, ou de Trayvou, dans un café mulatin. Mais il est rare que l’on s’éloigne, sauf pour rentrer chez soi. On se retrouve parfois aussi, le soir ou encore les jours de repos, au cours d’activités associatives, syndicales, politiques ou en dehors de toute structure. On peut profiter du permis gratuit pour se rendre ensemble à un match, loin de Lyon, mais le plus souvent on n’a qu’à traverser le fleuve pour se retrouver à Gerland. On se voit pour arroser un événement quelconque.

5Ce sont surtout les copains de l’équipe que l’on voit, mais les affinités militantes, personnelles, confessionnelles, la présence de « pays », enlèvent à ces compagnons leur spécificité cheminote. Les amis que l’on s’est faits, ce sont surtout des camarades d’enfance, d’association, de quartier. S’ils sont cheminots, cela peut être le fruit du hasard. Ce sont plus rarement des relations uniquement professionnelles. Parfois, d’ailleurs, comme on fuit le quartier pour mieux partir de l’Atelier, on s’éloigne des compagnons pour mieux quitter le travail. Il est cependant un élément de sociabilité qui semble n’être que peu utilisé, l’usage du surnom. Si ce ne sont ceux, zoonymes, qui enrichissent le bestiaire des petits chefs, il n’en est qu’un seul qui soit véritablement parvenu à traverser le temps, et qui servait exclusivement à désigner celui qui en était affublé. Louis Faure doit à sa carrure le sobriquet de « Gros But », tout comme son cadet est redevable à une apparence plus chétive de celui de « Petit But ». C’est aussi à une particularité physique que les quelques « Binocleux », « Petit Jules », « Gros Pierre », « Jacques-le-barbu », doivent leur appellation. D’autres surnoms rappellent l’origine ou le lieu de villégiature de quelques cheminots, « l’Ardéchois », « Bron », « Saint-Symph ». Nonobstant, l’usage du surnom est moribond en ce vingtième siècle, signe à la fois de l’intégration du prolétariat et de l’abandon des références marginalisatrices en milieu ouvrier. Mais « les copains du boulot, c’est quelque chose » soupire celui-là même qui vient d’expliquer sentencieusement qu’il faut savoir « quitter la boite à l’heure », et que la boîte, ce sont aussi les gens qui y travaillent. En fait, si le discours est ambigu, la pratique l’est moins : des copains, on en a partout où il y a des hommes de son âge, de sa région, de sa qualification, où des hommes partagent les mêmes goûts, les mêmes espoirs. Et on en a aussi aux Ateliers. Parce qu’aux Ateliers, il y a tout cela, il y a des gens avec qui l’on passe la journée. Les voir en dehors de l’usine, ce n’est pas forcément se retrouver au boulot. Et l’on voit aussi des copains qui ne sont pas cheminots. S’il y a, à Oullins, une sociabilité aux Ateliers, elle ne phagocyte pas celle que l’on peut pratiquer dans la localité.

6Il est une sociabilité que l’on peut quantifier. Lors des mariages d’ouvriers des Ateliers au XIXème siècle, 65 des 156 témoins exercent des métiers pratiqués aux Ateliers. Il s’agit là du plus grand groupe socioprofessionnel. Le second est composé des petits commerçants, traditionnellement présents en ces cérémonies car leur activité leur en laisse le loisir beaucoup plus aisément qu’aux autres travailleurs du monde urbain. Mais ils ne sont qu’une quarantaine, en comptant les débitants de boissons que l’on peut aller chercher si vient à manquer un témoin, et auxquels cela ne déplaît pas, trop heureux qu’ils sont de pouvoir accueillir, dès la fin de la cérémonie, la noce dans leur estaminet. Les agriculteurs ne sont que six à être présents comme témoins, bien que de nombreux jeunes époux soient issus de milieux agricoles. Signe du peu de sociabilité dont peuvent se prévaloir les époux, le garde champêtre est souvent de la noce : les jeunes mariés font appel a ses services cinq fois à Sainte-Foy, c’est-à-dire dans plus d’un tiers des mariages, une seule fois à Oullins. Est-ce le signe d’une moindre insertion à Sainte-Foy-lès-Lyon, ou plutôt la conséquence d’une plus importante concentration de bistrots dans le quartier de la mairie d’Oullins ? Un total de 97 témoins oullinois pour ces 39 noces : même si sont plus nombreux les mariages célébrés à Oullins, la proportion des témoins habitant la commune d’Arlès-Dufour est écrasante. Il est difficile de savoir quelles sont les raisons pour lesquelles sont choisis les témoins car, à Oullins comme à Sainte-Foy, le rapport avec l’un des mariés n’est noté par le secrétaire de la mairie que s’il est familial. 15 témoins sont de la parenté de l’épouse, 11 sont de la famille de l’homme. Mais la part des oncles, ces hommes de la génération précédente, n’explique pas le nombre de témoins âgés d’au moins une décennie de plus que l’aîné des mariés : au nombre de 76, ils forment presque la moitié des effectifs des témoins. S’agit-il d’individus choisis pour satisfaire les familles ? Une telle hypothèse semble bien aléatoire, beaucoup d’entre eux se trouvant lors de noces où les parents sont décédés. Il apparaît, en revanche, que beaucoup de ces témoins d’un certain âge sont d’une qualification proche dans le même type d’activité que les ouvriers dont ils sont les témoins. S’agit-il alors du choix comme témoin d’un ancien de l’équipe, de l’atelier du jeune époux ? Mais pas plus Clément-Désormes que Parent et Schaken ou le P.L.M. ne délègue l’encadrement : seuls deux petits chefs sont témoins lors de ces noces. En fait, à travers ces mariages et l’activité déclarée par les témoins pouvant exercer sur le site, apparaît une constante de la sociabilité. En dehors des témoins qui le sont du fait des liens familiaux, existe une sociabilité de la qualification entre des hommes d’un même âge : si l’ancien est là quel que soit son niveau de qualification et celui du jeune marié, les témoins du même âge pouvant travailler sur le site sont d’un niveau de qualification proche de celui du marié. Le manœuvre fréquente le frappeur de son âge, mais l’ajusteur prend plutôt comme témoin son conscrit menuisier.

  • 103 Ne se retrouve pas, chez les ouvriers du début du siècle, ce phénomène constaté à la fin du siècle (...)

7202 des 1662 ouvriers recensés comme travaillant aux Ateliers à l’occasion du dénombrement de 1906 se sont mariés pour la première fois dans la commune, que ce soit cette année-là ou une autre, à peine un sur huit. Quels que soient les détails et conditions du rite ou l’influence du lieu d’habitat de l’épouse, la proportion est bien basse et en dit long sur le rôle d’attraction de cette usine qui fixe dans la localité de nombreux ouvriers. Ces mariages se font en présence de quatre témoins qui ne semblent pas si difficiles à trouver, et toutes les activités de l’agglomération, et surtout de la localité, sont exercées par ceux-ci. Il n’y a d’ailleurs pas que des actifs parmi eux, et trois rentiers viennent être témoins d’un homme qui, avant de travailler dans un bureau au P.L.M., exerçait la profession de clerc de notaire. Les témoins d’occasion sont rares, et l’on ne fait appel que 3 fois au garde champêtre, et 9 à un employé de la mairie. Mais 24 fois à des tenanciers de débits de boisson ne faisant pas partie de la famille, dont 20 tiennent taverne rue Voltaire ou place de la Mairie. En fait, près de quatre fois sur dix, les témoins exercent une profession leur permettant de travailler sur le site. Le plus souvent, ils sont ouvriers et revendiquent une qualification. La hiérarchie est généralement absente de ces cérémonies, du moins pour témoigner, puisque l’on ne retrouve que 7 cadres comme témoins à ces noces. L’autre extrémité de la notoriété sociale n’est pas vraiment représentée, puisqu’il n’y a que 20 témoins qui soient manœuvres ou aides. Or, ces témoins le sont le plus souvent lors du mariage d’un autre manœuvre. Se retrouve ici cette sociabilité de la qualification, ou de l’absence de qualification. On a dix fois plus de chances d’avoir un témoin manœuvre ou aide si l’on est peu ou pas qualifié que si l’on ne déclare pas un très bas niveau de qualification, alors que les ouvriers de métier ont souvent comme témoins des ouvriers qualifiés, quelle que soit leur qualification. Comme à la fin du siècle précédent, le menuisier, le forgeron ou le tourneur témoin au mariage de son compagnon ajusteur n’est pas seulement anecdotique et, tout comme au siècle précédent, le témoin d’une autre génération est fréquent103.

8Un peu plus nombreux qu’au siècle précédent, les agriculteurs n’en sont pas moins peu présents lors de ces mariages oullinois. Cette absence est significative d’une rupture relative avec le milieu d’origine, puisque de nombreux travailleurs du site ont grandi en milieu rural. 88 de ces jeunes mariés oullinois avaient en 1906 leur carte du groupe d’Oullins du Syndicat national des ouvriers et employés des chemins de fer. L’âge de leurs témoins n’est pas sensiblement différent. Si les syndiqués sont un peu moins rares que leurs compagnons à être sous-qualifiés lors de leur mariage, leurs témoins sont aussi un peu plus souvent peu ou pas qualifiés. La profession de ces témoins est révélatrice d’une idée de la sociabilité syndicale. D’abord, point de chef, ou presque : seul un sous-chef d’atelier témoigne au mariage d’un comptable du site, fils d’un autre comptable des Ateliers. Mais sont témoins beaucoup de travailleurs pouvant exercer sur le site, plus de la moitié, alors qu’ils ne sont pas quatre sur dix pour l’ensemble de ces noces. Ces syndiqués qui choisissent donc comme témoins d’autres travailleurs potentiels du site le font-ils parce qu’ils sont bien insérés dans l’entreprise ou parce qu’ils le sont mal dans la cité ? Le métier des témoins, comparé à celui des jeunes mariés, permet de voir que, chez eux aussi, le niveau de qualification est déterminant de la sociabilité : un ouvrier qualifié a plus souvent comme témoin des ouvriers de métier, mais ils sont encore moins de sa qualification. Le choix d’être syndiqué n’est pas fait, semble-t-il, sans parfois un besoin d’une sociabilité de groupe, de corps. Les syndiqués oullinois ne sont pas les seuls à se marier dans la localité dans laquelle ils sont recensés en 1906. 51 de ces mariages ont ainsi pu être comparés avec ceux des ouvriers syndiqués oullinois : 8 à Lyon, 9 à la Mulatière, 16 à Pierre-Bénite, 6 à Sainte-Foy-lès-Lyon, autant à Saint-Genis-Laval et 3 à Brignais, 2 à Irigny, un à Francheville. Leurs témoins, lorsqu’ils ne sont pas agriculteurs, sont proportionnellement aussi nombreux que ceux des Oullinois à être les aînés d’au moins dix ans du plus âgé des conjoints. Assurément, le syndiqué n’habitant pas Oullins a plus de facilités à trouver un témoin que son compagnon oullinois mais 2 des 8 Lyonnais, ainsi qu’un Mulatin, mettent à contribution un patron de bistrot. Les compagnons potentiels sont aussi moins nombreux. Et plus l’on s’éloigne de la grande ville (et non des Ateliers), moins l’on prend comme témoins des hommes exerçant un métier qui pourrait les faire travailler sur le site, mais plus l’on a des agriculteurs parmi ses témoins. Lorsque l’on s’éloigne des zones ouvrières, la sociabilité des Ateliers se perd parce qu’en existe une autre, plus forte apparemment. S’il est une tradition qui se joue des limites communales, c’est bien la sociabilité du niveau de qualification mais pas, là non plus, du type de qualification.

Les témoins des mariages des ouvriers des Ateliers P.L.M. d’Oullins de 1906. (d’après les actes de mariages)

9Au temps du Front populaire comme au début du siècle, les mariages des ouvriers ont lieu n’importe quel jour de la semaine, l’après-midi ou le matin, pendant le temps du travail. Dans les années trente, les employés municipaux chargés des écritures n’indiquent pas l’âge des témoins et deux suffisent alors. Peut-être est-ce ce qui explique le caractère moins hétéroclite de l’activité de ceux-ci. Sur 86 d’entre eux, 56 pourraient travailler sur le site. Et il n’y a que 6 commerçants, et seulement un patron de bistrot. Les relations semblent, plus encore que pour leurs aînés, s’étendre aux travailleurs des autres entreprises, notamment grâce à des proximités d’habitat. Les cultivateurs sont au nombre de six. Et l’habitude qui s’acquiert de choisir des femmes comme témoins fait que les inactifs sont un peu plus nombreux. Elles ne sont pourtant que quatre à se dire sans profession, dont une voisine d’une épouse et deux sœurs d’épouses. En fait, les femmes qui deviennent témoins, si elles sont encore rares, sont surtout là pour la jeune mariée. Car si la femme peut toujours se permettre de prendre ses oncles, ses cousins, ses frères et ses beaux-frères comme témoins, l’homme n’ose que présenter une sœur (et dans un seul cas). 6 des 7 femmes choisies comme témoins semblent l’être du fait de leur rapport avec l’épouse. Les petits chefs apparaissent plus nombreux lors de ces épousailles. Il est une tradition qui semble décidément ne pas se perdre, c’est celle de la sociabilité de la qualification. Et s’il n’y a toujours pas une flagrante similitude des métiers des témoins et des mariés, les ouvriers qualifiés fréquentent encore des ouvriers qualifiés. Cette sociabilité fait fi de l’Yzeron : l’ouvrier dont la qualification est exercée aux Voitures ne boude pas celui des Machines. L’ajusteur et le menuisier semblent toujours être bien proches...

10Plus peut-être que le choix des témoins, son interprétation ne peut manquer de poser problème. Rien ne nous est dit de la raison réelle d’une telle élection. Tout au plus peut-on constater que bien des éléments se perpétuent, se retrouvent dans les caractéristiques de ces témoins : le nombre restreint des cadres, une faible part des agriculteurs, qui ne se déplacent que rarement, et généralement pas de très loin, pour une telle occasion, mais surtout cette sociabilité du niveau de qualification. Aux tous premiers temps des Ateliers comme dans les années trente, alors que la rationalisation a eu le temps de faire son œuvre, c’est le manœuvre qui demande au manœuvre de bien vouloir être témoin à son mariage et peu chaut à l’ouvrier qualifié le métier de son témoin, pourvu que celui-ci en ait un...

Les femmes et les étrangers

11Le recueil de l’expression orale de la mémoire et les documents écrits ne se contredisent pas : c’est pendant la Grande Guerre que des femmes sont embauchées aux Ateliers où, outre la réparation plus difficile des locomotives et matériels roulants, s’effectue une production d’obus. Elles ne rentrent pas aux Ateliers en août, ni même en septembre quatorze, et leur nombre est généralement assez restreint. Ainsi, à la fin du printemps dix-sept, elles ne sont que cent onze, et leur part dans le personnel des Ateliers de réparations ferroviaires de l’agglomération est sans commune mesure avec l’importance du personnel féminin dans l’entreprise métallurgique que la guerre fait croître à Vénissieux : une femme pour 4 hommes chez Berliet, une pour 19 dans les Ateliers du P.L.M. La comparaison avec les usines de Marius Berliet l’explique en partie : alors qu’en 1917 les Ateliers d’Oullins n’ont accru leurs effectifs que de moins de 10 % depuis le début du conflit, la population laborieuse de chez Berliet, à peine moins nombreuse avant-guerre que celle des Ateliers, a presque triplé. Le retour sur le site des bords de l’Yzeron de jeunes retraités permet aussi de combler des départs, d’autant moindres que les affectés spéciaux sont toujours aux Ateliers. Mais, même si elles ne sont pas en nombre, des femmes travaillent sur le site, le plus souvent à statut précaire, moins payées.

  • 104 Elles retournèrent à la production-pour reprendre l'expression d'un syndicaliste du site de la fin (...)

12En 1919, elles se trouvent dans de nombreux ateliers, même les plus durs : l’Ajustage, la Chaudronnerie de cuivre, la Peinture, le Garnissage, l’Ebénisterie-menuiserie, et, en nombre plus réduit, dans les Fonderies, la Chaudronnerie de fer. Dans l’après-guerre, la Compagnie se défait d’elles, même lorsqu’elle doit embaucher à la suite de la loi des huit heures. Mais, même si l’on renvoie alors de nombreuses journalières, des femmes resteront dans les Ateliers, les bureaux ou les magasins, et au Garnissage des Voitures, où elles travaillent sur une batterie de machines à coudre104. Pendant la guerre cependant, un nouveau type de cheminot est né : la cheminote. Le terme restera, et est utilisé dès les lendemains du conflit. Lors du premier recensement de l’après-guerre, l’agent du dénombrement en déniche 55, dont 21 vivants dans le ménage d’un autre travailleur du site. Elles sont avant tout employées à des travaux de bureau ou de peu de qualification. Surtout, elles ne déclarent pas vraiment de métier, puisque 32 d’entre elles ne se disent qu’employées. Trois sur cinq, alors que ce plus petit dénominatif commun ne sert qu’à 11 % de leurs camarades masculins. Elles sont cependant 9 à déclarer travailler dans un bureau, en proportion dix fois plus importante que les hommes, et même les deux magasinières, la nettoyeuse et la dégraisseuse semblent perdues hors des bureaux. Plus souvent, plutôt qu’un métier, elles déclarent une absence de qualification ou de statut. Elles sont en général plus jeunes que les hommes des Ateliers mais, et l’élément féminin fait là preuve d’originalité, jeunesse et qualification vont de pair : aucune employée de bureau ou dactylo n’a plus de 28 ans, alors que les manœuvres et journalières en ont, sauf l’une d’entre elles, au moins 32. Le profil de la cheminote restée sur le site un peu plus de deux ans après la fin des combats est bien conforme à ce qu’en a fait la guerre : on a embauché des jeunes qui ont pu acquérir une qualification, dans un métier considéré comme féminin, et les travaux moins gratifiants, plus pénibles et plus précaires, ont été assurés par des femmes plus âgées. En 1931, elles ne sont plus que 41 recensées à Oullins comme travaillant aux Ateliers ; 26 estiment qu’il leur suffit de se dire employées, 3 s’affirment ouvrières. Les manœuvres sont au nombre de 3 et les aides-ouvrières 2. Aussi, les métiers énoncés ne le sont que par peu de personnes, et l’on ne retrouve qu’une garnisseuse, une dégraisseuse, une employée de bureau, deux comptables et deux infirmières. Cinq années plus tard se sont renforcés les caractères de la dénomination de la profession. Si ce n’est l’infirmière, au métier « féminin » s’il en est, aucune femme ne se réclame d’une qualification précise : 2 se disent ouvrières, vocable vague, et 43 ne se présentent que comme employées. Il n’y a plus une femme parmi les 19 travailleurs des Ateliers recensés comme exerçant un emploi de bureau. La sous-qualification est de plus en plus affirmée, avec 7 manœuvres. Et si la jeunesse était une caractéristique de la cheminote du début des années vingt, cela n’est plus le cas au cours de la décennie suivante, alors que les âges des femmes des Ateliers sont fort proches de ceux des hommes.

  • 105 On trouve proportionnellement plus de femmes aux Voitures.

13S’il n’y a qu’un ménage solitaire de cheminote en 1921, elles sont 8 employées des Ateliers à vivre seules 15 années plus tard. Comme l’agent du dénombrement ne peut se résoudre à considérer une femme comme « chef de ménage », il mentionne dans la colonne ad hoc sa situation matrimoniale et indique que les cheminotes de 1936 sont souvent divorcées ou veuves. Une évolution assez sensible s’est produite entre ces deux recensements, alors que l’état du marché de l’emploi de 1936 n’a plus rien de commun avec celui de l’après-guerre. En 1921, elles ne sont que 7 à rapporter l’unique salaire qui fait vivre le ménage. Quinze années plus tard, elles sont 12. En revanche, 30 vivent avec leurs époux aux temps du Front populaire, alors qu’elles n’étaient que 20 en 1921. L’accroissement de l’âge moyen est sans doute un facteur de cette évolution. Ces conjoints travaillent de plus en plus aux Ateliers, et se perpétue la pratique du temps où les Compagnies de chemins de fer n’embauchaient d’autre femme que les épouses de leurs agents. Le nombre de ces femmes faisant partie du ménage d’un cheminot des Ateliers était pourtant important en 1921 : outre les dix épouses, l’on retrouvait sept filles, deux sœurs, une cousine et une nièce d’ouvriers du site. Ces hommes, dont un élément féminin du ménage travaille dans l’usine en 1921, sont le plus souvent ouvriers dans un atelier, rarement aux Voitures105, et de toutes qualifications sans cependant que se trouve parmi eux un seul membre de l’encadrement.

  • 106 Situation qui se retrouve en 1936, d’autant plus paradoxale que, s’il y a à Oullins un habitat non (...)

14Elles sont le plus souvent en lien avec le P.L.M., même lorsque personne dans leur ménage n’œuvre sur le site : si ce n’est le père, le conjoint, l’oncle ou le cousin qui travaille aux Ateliers, le fils y suit son apprentissage. Les travailleuses des Ateliers qui habitent Oullins semblent bien résider là où loge leur époux ou leur père. Rares, plus encore que leurs compagnons, à la Saulaie, elles y demeurent surtout lorsque celui que l’employé du dénombrement recense comme chef de ménage travaille aux Tanneries. Les deux ouvrières des Ateliers dont un membre du foyer travaille chez Martin-et-Moulet habitent tout près de l’usine de moteurs d’avions. Même les six cheminotes qui logent rue de la Gare (entre la voie ferrée et la rue Dubois-Crancé) sont dans un ménage dont le « chef » est cheminot106. Autre caractéristique de ces femmes, dissemblables en cela à leurs compagnons du site : elles ne viennent pas à Oullins parce qu’il y a les Ateliers, mais viennent souvent aux Ateliers alors qu’elles sont nées à Oullins, et la proportion de Rhodaniennes sur le site est bien plus grande que celle des Rhodaniens. Le poids des filles des Bœufs est sans doute déterminant dans cette particularité de la population féminine du site. En fait, ce qui caractérise la carrière d’une cheminote dans l’entre deux-guerres, c’est sa brièveté. Aucune des 55 cheminotes oullinoises de 1921 ne travaille sur le site en habitant à Oullins quinze années plus tard, alors que c’est le cas d’un ouvrier sur quatre. La jeunesse des cheminotes de l’après-guerre aurait dû, au contraire, les faire rester sur le site plus longtemps. Cette très forte mobilité, qui relève plus de l’abandon que du changement, doit relativiser l’impression que donne l’absence de qualification et de revendication d’un métier. Après tout, ne sont-elles pas quelque temps employées par le P.L.M., plutôt qu’employées du RL.M. ? Et un emploi de manœuvre n’est-il pas le lot d’un travailleur arrivant, plus encore si son état laborieux n’est que transitoire.

  • 107 C.A. - C.G.T., 5/5/1919 et A.G. - C.G.T.,22/10/1935 et 29/4/1936.
  • 108 A.G. - C.F.T.C., 22/10/1937.

15Alors qu’elle sont plus de cent sur le site au milieu de l’année 1917, les premières adhésions au syndicat ne se font qu’en 1918. Et on n’en parle pour la première fois que pour soumettre à l’assemblée, au mois de mai 1918, la proposition d’une égalité de taux de cotisation « pour les femmes syndiquées », alors que leur salaire est inférieur. Un an plus tard, lorsqu’il faut augmenter le prix du timbre, la hausse est plus forte de cinq centimes pour les hommes que pour les femmes dont, entre temps, des représentantes sont admises en tant que « camarades féminines », avec une déléguée et une suppléante, au conseil d’administration du syndicat. L’une d’entre elle est même assesseur lors de l’assemblée générale précédant la seconde grève de 1920. En 1919, lorsque le syndicat est plus fort et présent que jamais, elles sont 104 à être syndiquées, dont une trentaine dans les deux ateliers de l’ajustage. Aussi vivent-elles comme les hommes les côtés désagréables d’une syndicalisation : l’une d’entre elles est radiée pour n’avoir pas suivi un mot d’ordre de débrayage, une autre donne avec précipitation sa démission de l’organisation à la veille d’un mouvement et des femmes se retrouvent aux premiers rangs lors des bagarres de mai 1920, pour harceler les forces de l’ordre comme pour, lorsqu’elles restent « fidèles » à la Compagnie, être prises à partie par leurs compagnes en grève. Mais, même syndiquées, elles n’en sont pas moins considérées comme mineures, irresponsables : au lendemain du premier mai 1919, le conseil d’administration du syndicat, au sein duquel siège une « camarade féminine », décide de faire sanctionner par sa section un « camarade dont la femme a travaillé ce jour ». Au milieu des années trente, le syndicat a évolué, et « au sujet du travail des femmes » n’hésite pas à « réclam[er] à travail égal, salaire égal ». Les revendications ont peut-être quelque peu changé, mais l’image de la travailleuse semble avoir été bien stable, peut être en lien avec l’instabilité professionnelle des cheminotes, et aucun dirigeant syndical n’est une dirigeante. La place des femmes ne semble pas vraiment se trouver, même pour les syndicalistes, dans le syndicalisme lorsque l’on évoque, à la veille de la secousse du printemps trente-six, « une volonté d’action plus virile » en pensant à une grève107. Ce n’est en tout état de cause pas l’avis des militants du syndicat professionnel qui, en cet avant-guerre, ne voient pas les femmes à l’usine. Ce ne sont pas les travailleurs, et encore moins les travailleuses, mais les « ménagères et mères de familles [qui] attendent une augmentation de salaire108 ».

Taille des ménages des travailleurs des Ateliers P.L.M. d'Oullins en 1936.

Taille des ménages des femmes travaillant aux Ateliers d'Oullins en 1936.

16Des femmes travaillent aux Ateliers depuis la Grande Guerre. Toujours en nombre restreint, elles sont confinées dès les années vingt dans certaines tâches jugées féminines, au dégraissage et au garnissage, aux magasins, à l’infirmerie. Si la sous-qualification est leur lot plus que de raison, elles omettent le plus souvent de préciser à l’agent du recensement leur profession. Pourtant, par leur trop fréquent manque de qualification et de statut, par leur rapport familial avec un autre travailleur des Ateliers, par leur dispersion dans la ville, par la brièveté de leur carrière, les cheminotes sont des cheminots atypiques. Et la taille de leurs ménages évoque plus celle de l’épouse qui travaille d’un cheminot que celle de leurs compagnons du site. La cheminote n’est pas vraiment un cheminot.

17Il est d’autres travailleurs du site qui présentent bien des caractéristiques observées chez les travailleuses, ne serait-ce que leurs effectifs réduits. L’immigration n’est pas tout à fait un phénomène étranger aux Ateliers d’Oullins. Un des derniers jours de l’hiver 1862, un serrurier de 24 ans, né dans le nord de la péninsule et fils d’un marchand de draps italien resté au pays, épouse une couturière lyonnaise de trois ans sa cadette. Rares, les ouvriers des Ateliers nés à l’étranger ne sont pourtant jamais tout à fait absents des Ateliers, et peuvent parfois se trouver à l’origine d’un mouvement d’immigration restreint par regroupement d’une famille. Ainsi, à la fin du siècle, des environs du lac de Lugano, un jeune Suisse arrive dans la région. Menuisier, il parvient à se faire embaucher à l’Atelier d’Oullins Voitures. De là, il fait venir son beau-frère et sa famille qui, très vite, s’intègrent, et le père installe même son atelier à un rez-de-chaussée de la rue de l’Église. Le statut et des conventions spécifiques interdisent aux étrangers, sinon l’emploi, du moins la titularisation, c’est à dire l’emploi stable, un des rares avantages du travail dans les chemins de fer, au sein d’une Compagnie. Spécificité juridique touchant d’autant plus les Ateliers de réparations ferroviaires dépendant des Compagnies que la métallurgie est, et plus encore après la Grande Guerre, un des bastions du travail immigré. Mais, à Oullins, l’étranger est plutôt l’homme de la peau ou du verre. Il est rare, travaille dans les usines de la localité où les conditions de travail sont les plus dures, le plus souvent à des postes déqualifiés.

18Pas d’étranger aux Ateliers, du moins en principe, mais quelques hommes venus d’ailleurs. Sur les 1351 Oullinois recensés en 1906 comme travaillant aux Ateliers, ils sont trois à être nés hors du territoire métropolitain. Quinze années plus tard, ils se retrouvent au nombre de six et sont onze lors du dénombrement de 1936. Pour le recenseur de 1906, pas d’autre droit que celui du sol : les trois ouvriers des Ateliers nés à l’étranger sont étrangers. Mais les deux « Italiens » et l’« Egyptien » en question sont inscrits le plus régulièrement du monde sur les listes électorales de la commune. En fait, l’agent du dénombrement a rempli systématiquement la colonne « nationalité » de ses registres en fonction du lieu de naissance. Ainsi, les deux épouses d’« Italiens » sont nées dans la péninsule, donc « Italiennes ». Tandis que l’épouse de l’« Égyptien », née à Lyon, est bien sûr française. Agés de 46 à 52 ans, ces trois hommes sont parmi les aînés des Ateliers, mais n’en ont pas pour autant une qualification de fin de carrière. Si le natif de l’Égypte est chaudronnier, un métier qui permet, au prix de terribles conditions de travail, de ne plus être manœuvre, un « Italien » est, lui, manœuvre. Le second « Italien », après avoir longtemps travaillé dans le bâtiment, se retrouve mouleur, une qualification qui n’est pas non plus parmi les plus nobles. Son fils de dix-huit ans est manœuvre aux Tanneries, tâche et lieu souvent réservés aux populations allogènes.

19Les cheminots d’origine étrangère travaillant aux Ateliers en 1921, qui ont tous entre 30 et 45 ans, sont bien différents de ceux qui y travaillaient quinze années plus tôt. Dans cette après-guerre, peu prolifiques, ils logent dans des quartiers où les étrangers sont en nombre. Surtout, si les trois « étrangers » de 1906 avaient cinq années plus tard conservé leur place aux Ateliers, seul sur les six cheminots de 1921 natifs de terres situées hors de la métropole, le menuisier suisse et resté sur le site. Cinq ans plus tard, le journalier algérien est balancier chez Trayvou, le manœuvre italien est manœuvre chez Plissonier, la journalière suisse s’occupe de son enfant et les deux autres manœuvres n’habitent plus dans la localité. C’est donc une population qui se caractérise plus par son origine étrangère que par sa spécificité cheminote qui, en 1921, est recensée. En fait, cet apport étranger au personnel du site dans les années vingt concerne, du fait même de cette mobilité, plus de personnes que ne le laisseraient supposer ces effectifs somme toute restreints de l’hiver vingt et un. À tel point qu’en faire l’inventaire s’avérerait œuvre impossible et n’aurait, de par cette fugacité, que peu d’intérêt. L’échantillon du premier recensement de l’après-guerre reprend les caractères des autres cheminots d’origine étrangère retrouvés à Oullins cinq et dix ans plus tard. Lorsqu’en 1936 l’agent du recensement fait sa tournée à Oullins, les étrangers sont dans la commune au nombre de 1483. La crise a fait ses ravages ; quinze années plus tôt, ils étaient une cinquantaine de plus. Parmi ceux-ci, un seul travaille aux Ateliers, un employé de trente ans de nationalité helvétique. Trois autres natifs de Suisse, un tourneur, un ajusteur et un mécanicien, sont à ce point intégrés dans la vie de la commune qu’ils sont tous trois inscrits sur les listes électorales. Quatre autres cheminots sont nés en Algérie, deux dans la région d’Alger et deux dans celle de Constantine. S’ils sont natifs des mêmes régions que les Algériens travaillant aux Ateliers dans les années vingt, leurs noms révèlent l’origine européenne. Trois autres, un forgeron et deux employés, sont nés à l’étranger : un en Espagne, un en Italie et un en Belgique. Disséminés sur l’ensemble du territoire de la commune, ces hommes n’ont rien pour les distinguer des cheminots nés en métropole. Tous ont épousé des natives de la métropole.

  • 109 Le second conflit mondial a reproduit le même phénomène en faisant venir aux Ateliers un nombre in (...)

20Les travailleurs d’origine étrangère des Ateliers d’Oullins ont de tout temps été rares, et c’est sans aucun doute un des caractères qu’a pu donner à cette banlieue la communauté cheminote. Mais, parmi ces rares allogènes, deux catégories différentes correspondent à des moments spécifiques. Au début du vingtième siècle, il y a les ouvriers nés à l’étranger. Et puis il y a ceux de l’après-guerre. Les premiers, qualifiés, Français, peu mobiles, sans lieu d’habitat spécifique, ne sont en rien distincts des autres cheminots. Les seconds, peu ou pas qualifiés, souvent étrangers, excessivement mobiles, habitant des quartiers d’immigrés, sont des cheminots étranges. « On était obligé d’être Français » explique des années plus tard un retraité des Ateliers. Et il précise : « C’était pour la défense... » Lorsque la défense est en jeu, il semble bien que l’on ne soit plus obligé d’être Français aux Ateliers109.

Générations

21« Que des vieux, que des vieux, que des vieux. Le chef d’équipe qui le faisait exprès pour m’impressionner. Le premier jour, on est un peu perdu... Plein de farces désagréables. Le gars qu’était à côté de moi, y’avait deux rats crevés dans son casier. J’étais malade. Y faisaient de la fumée exprès. J’y suis retourné l’après-midi parce que j’savais pas où aller. J’m’en suis rappelé toute ma vie. Après j’me suis occupé de l’accueil des jeunes pour pas laisser refaire ça ». Ce témoignage est exceptionnel. D’abord parce que l’on parle rarement de ce jour. Ensuite parce que la leçon qui en était le plus souvent tirée impliquait la reproduction de ces pratiques.

22Un jeune ouvrier qui se présente aux Ateliers n’est pas inévitablement dans la même situation que son compagnon qui franchit pour la première fois la porte de l’Yzeron en même temps que lui. Il peut être déjà cheminot, venant d’un autre Atelier ou d’un dépôt. C’est aussi l’ancien manœuvre de Saint-Gobain, le verrier qui n’« en [peut] plus de voir les fours depuis tout gamin », l’imprimeur sur étoffe qui n’a plus de travail, le gardien de la paix qui vient de démissionner parce qu’il se marie. Il y a aussi le spécialiste, l’ajusteur de chez Martin-et-Moulet ou de la S.O.M.U.A., le chaudronnier de chez Terreux-et-Verdet, le tourneur de Trayvou, le fondeur ou le noyauteur de chez Fournier qui profitent des embauches que fait le P.L.M. après la loi des huit heures, puis celle des quarante heures, la répression et les révocations qui ont suivi les grèves de 1910 ou de 1920. Parfois, ils trouvent à s’embaucher en dehors de ces périodes exceptionnelles. Généralement, ils gardent ou retrouvent rapidement leur qualification. Ce ne sont pas là véritables nouveaux.

  • 110 Et dont la dimension sexuelle n’est presque jamais précisée. Lorsqu’elle apparaît, comme dans l’an (...)

23« Un véritable nouveau, c’[est] un jeune ». Celui qui trouve aux Ateliers son premier emploi, « l’arpète qui vient de finir ». Mais aussi le jeune paysan qui, au sortir de la ferme de ses parents, laisse la terre et se fait embaucher aux Ateliers. Même certains jeunes manœuvres qui ont « fait deux ou trois boîtes pas longtemps » sont considérés comme des nouveaux. Ils ont droit à un régime spécial, des brimades d’une intensité plus ou moins forte, d’une nature qui n’est pas aisée à déterminer110. Ce sont souvent les dimensions professionnelles qui peuplent les souvenirs qui semblent narrables. C’est le jeune ouvrier auquel on fait démonter la soupape de sûreté au sommet du dôme d’une locomotive, et qui « se retrouve tout bête, là-haut », avec son pesant fardeau dans les bras sans pouvoir redescendre. C’est celui auquel on fait nettoyer une boîte à fumée le lundi matin, alors que son bleu est propre. C’est le jeune peintre sur lequel on renverse par inadvertance un seau de peinture. « Les anciens [attendent] de voir ce qu’il a dans le ventre ». Toutes ces cérémonies plus ou moins minables, tous ces rites humiliants ont pour finalité de permettre à celui qui a su les supporter de s’intégrer dans le groupe. La fonction est aussi interne à ce groupe, et permet au petit chef de se mettre dans la poche les compagnons. Il semble que l’organisation de ces rituels soit assez souvent assurée par le sous-brigadier ou le maître-ouvrier qui en fait fonction. Il est certain que ces pratiques marquent profondément ceux qui en sont victimes, qui ressentent des décennies plus tard une réelle gêne lorsqu’il pourrait être question de les évoquer. Même après être passé sous ces fourches, il semble que l’intégration ne soit pas effective. Il faut attendre généralement plusieurs années de présence avant de pouvoir prendre une part active à ces cérémonies. Lorsqu’elles se produisent quelque temps après son arrivée, l’ouvrier se contente d’une position de spectateur plus ou moins compatissant. C’est d’ailleurs généralement bon signe, puisque cela signifie qu’un jeune vient de rentrer dans l’équipe, donc un potentiel copain car l’amitié ne transcende que rarement les générations. Entre les jeunes et les vieux, on ne se comprend pas. Et même lorsque le temps a passé, il ne fait pas doute que « les vieux, ils étaient vraiment céhohenne [sic] ». Les relations se nouent avec des hommes du même âge : « On [a] les mêmes goûts, les mêmes sorties, les mêmes souvenirs, et en plus ils [ont] des sœurs ». Ce qui n’empêche pas les compagnons plus âgés d’avoir des filles. Mais, « avant, c’[est] une relation de travail ; après, c’[est] un beau-père ».

24Cette séparation qu’instaurent les ouvriers du site, trouvant surtout des personnes fréquentables lorsqu’elles ont leur âge, met en évidence l’importance de l’éventail des générations œuvrant dans l’usine. Les benjamins sont en âge d’être les petits-fils des doyens. L’écart tend cependant à se resserrer. Si cinquante-trois années séparent en 1906 le plus jeune ouvrier de son compagnon le plus âgé, la différence n’est plus que de quarante-six ans en 1936, dix de moins si l’on ne tient pas compte des quatre plus âgés et des cinq plus jeunes. Si l’on élimine le centième le plus jeune des effectifs et la même proportion des plus âgés, on trouve quarante-deux années de différence en 1906, quarante-trois en 1921, mais plus que trente-neuf dix ans plus tard et trente et un en 1936. Cette évolution de l’éventail des âges est conjoncturelle. Le profil d’âges, en 1906, est marqué par une longue période de calme, où les générations se renouvellent, où la seule anomalie est cet arrêt de la croissance du nombre des hommes lorsqu’ils atteignent vingt ans qu’explique aisément la conscription. Mais l’événement important pour les Ateliers, qui pouvait apparaître lors d’une étude prenant en compte les différentes régions d’origine, est bien caché ici : sur cette courbe ne sont point visibles les recrutements effectués au moment de l’ouverture de l’Atelier des Voitures. Restent quelques travailleurs sexagénaires, la décrue est évidente dès les fatidiques cinquante-cinq ans mais amorcée bien plus tôt. Le profil démographique évoque la politique de la main d’œuvre des Compagnies. On arrête de recruter des ouvriers s’ils ont plus de trente ans. Alors, de quatorze à trente ans, une croissance sensible des effectifs par année de naissance s’établit, sauf lorsque les intéressés sont en âge de se retrouver sous les drapeaux. Puis, pendant quatre ans, un nombre à peu près égal de travailleurs du même âge, alors que s’amorce une régression des effectifs des travailleurs de plus trente-quatre ans, continue jusqu’aux ouvriers de cinquante-cinq à cinquante-sept ans. Certes, certaines classes sont moins présentes, et c’est ainsi que les natifs de 1862 sont deux fois moins nombreux que leurs aînés d’une année, mais lorsqu’un regroupement par contingents de deux ou trois années de naissance est opéré, ces disparités s’estompent.

25Se retrouve en 1921 cette fin de carrière brutale, avec, évident, un léger retard qui s’explique par les mesures prises pour retarder les départs à la retraite d’une main d’œuvre précieuse, avec une chute des effectifs des ouvriers âgés de plus de cinquante-six ans dans l’année. Mais le profil du recrutement ne correspond plus à rien, si ce n’est à ces coupes sombres effectuées dans les générations du feu ; ce sont leurs cadets, qui ont vingt-huit ans et moins, qui se retrouvent en nombre. Assurément, les embauches de la loi des huit heures et de l’après-grève ont permis un rajeunissement certain du personnel du site. Dix années plus tard, le mouvement perceptible en 1906 peut à nouveau être constaté : une augmentation rapide du nombre des ouvriers jusqu’à ce qu’ils aient la trentaine, puis une décrue progressive lorsqu’arrivent les cinquante-cinq années. Le déficit des classes nées de 1887 à 1892 s’est résorbé. Etrange, d’ailleurs, cette évolution : alors que chaque classe d’âge voit ses effectifs diminuer après le recensement qui suit son trentième anniversaire, ces hommes nés en 1887 et 1888 sont plus nombreux en 1931 que dix années plus tôt, alors même qu’ils ne peuvent pas avoir été embauchés par le P.L.M. Il y a là, sans nul doute, un apport important d’ouvriers originaires d’autres installations de la Compagnie. Il y a aussi une quasi-disparition des très jeunes. Disparition des aînés aussi, mais le départ des doyens correspond à une tendance plus profonde, alors que le nombre restreint des très jeunes n’est qu’un retard à l’embauche, et le chiffre tout comme la proportion des plus jeunes progressent. L’accentuation du rajeunissement du personnel du site est un signe que n’était pas accidentel, lié aux recrutements de 1919 et 1920, l’âge relativement bas de nombreux cheminots de 1921. Ce qui, en 1921, est en rapport avec les dimensions tant économiques que démographiques du contexte, c’est bien la part importante des plus âgés. Limitation de l’éventail des âges perceptible en 1931, la tendance n’est plus discutable en 1936. Un seul ouvrier a plus de 60 ans, deux seulement moins de 20 ans. Mais cette baisse n’est pas sensible qu’aux marges les plus extrêmes : les ouvriers de plus de 55 ans dans l’année ne correspondent qu’à 1,3 % des effectifs, et les moins de 25 ans ne forment même pas un centième des ouvriers du site. Pire, alors que l’effectif des moins de 30 ans s’élevait cinq années auparavant au quart de celui du personnel, ils n’en forment même plus le dixième. Ce resserrement de l’éventail des âges impressionne. Le mécanisme en est simple : atteinte par la crise, la Compagnie P.L.M. a procédé à des réductions drastiques de personnel mais les dispositions statutaires élaborées dans l’immédiat après-guerre ont grandement limité les possibilités de la Compagnie qui n’avait pas hésité à licencier à plusieurs reprises la moitié au moins des ouvriers des Ateliers. Les cheminots apprennent à apprécier leur statut, du moins ceux qui peuvent en disposer dès 1931, le personnel non commissionné est congédié, tandis qu’une politique de départ anticipé permet à ceux qui le désirent de prendre leur retraite avec quelques années d’avance. On n’embauche plus de jeunes, sauf, semble-t-il, des orphelins de cheminots, on fait partir les anciens. Le personnel de 1936 est ainsi marqué : personnel d’une entreprise en crise, personnel de crise, sans jeune ni vieux, sans mémoire ni avenir, personnel qui peut sembler porteur de nouvelles crises.

Aux Machines dans les années trente : lorsqu'une photographie est aussi éloquente qu'une pyramide des âges.

26Cette division du personnel par âges laisse évident un clivage. Il est d’autant plus important que certaines générations ont été fortement marquées par le drame du premier conflit mondial. Si la réputation de « planqué » colle à l’image du cheminot oullinois du fait des affectations spéciales, elle ne correspond pas vraiment à la réalité parce que beaucoup de jeunes ouvriers des Ateliers sont partis se battre dès réception de leur ordre de mobilisation. Leur carrière a subi une brutale interruption et la Compagnie a essayé de les réembaucher à taux réduit, soit en ne tenant pas compte de leur ancienneté, soit en leur faisant effectuer des essais paraissant particulièrement difficiles. Mais, surtout, les nombreuses embauches de 1919 et 1920 ont amené sur le site un contingent d’anciens combattants qui ont localement leurs propres organisations. Il y a l’Association nationale des cheminots anciens combattants. Cette association est une branche issue de l’A.R.A.C. dont Simonet, un des leaders du syndicat, est dans l’immédiat après-guerre un des animateurs locaux. Jusqu’à la fondation de l’A.N.C.A.C., l’A.R.A.C. entretient des rapports de proximité avec le syndicat. Les militants de l’A.N.C.A.C. ont leur siège à la Maison du Peuple, mais c’est dans un estaminet de la rue de la Gare que se réunissent les membres actifs de l’Union nationale des cheminots anciens combattants. Discrètement soutenue par la Compagnie, ostensiblement dirigée par quelques cadres des Ateliers, l’U.N.C.A.C. regrouperait au début de l’année 1936 environ huit cents travailleurs du site. Ces organisations se revendiquent comme étant à l’origine d’avantages dont les syndicalistes pensent qu’ils n’ont été obtenus que par l’action syndicale. Alors que les unitaires se contentent au début des années trente de régler quelques problèmes ponctuels et de diffuser un périodique édité par la Fédération à l’intention des anciens de la Grande Guerre, les militants du syndicat unifié prennent en charge de manière beaucoup plus affirmée cette population à partir du printemps trente-six. Mais l’action du syndicat consiste surtout à caresser ces travailleurs dans le sens des franges du drapeau. Ainsi, dès cette année, la C.G.T. participe en tant que telle aux commémorations du onze novembre, drapeau (rouge) en tête, et désigne une dizaine de militants pour assurer le service d’ordre, brassard (tricolore) au côté. Cette année-là, les militants du syndicat réunifié peuvent rejoindre leurs camarades du syndicat professionnel qui, depuis plusieurs années, participent au défilé du onze novembre et déposent une palme au pied du monument. En fait, ce ralliement des syndicalistes à des conceptions qu’ils avaient jusque-là combattues leur permet, dans le cadre plus général d’une accélération de la syndicalisation, de mettre en contact avec le mouvement ouvrier des petits cadres qui jusqu’alors étaient pour le moins réservés.

27Certains de ceux qui, embauchés auparavant, ont fait leur temps dans les années 1920, ont pu se forger des souvenirs dans des pays lointains, ont fait la guerre du Rif, sont partis en Orient, au Levant, dans les pays rhénans. Il n’y a pas de corps de prédilection pour ces cheminots : on retrouve des chasseurs, des marins, des artilleurs, des aviateurs, des coloniaux, et beaucoup de fantassins aux Ateliers d’Oullins. Peu d’entre eux s'étaient engagés avant de rentrer aux Ateliers : la politique qui faisait qu’au XIXème siècle les Compagnies recrutaient de préférence parmi les anciens militaires, leurs aptitudes fussent-elles douteuses, n’est plus de mise.

  • 111 C.A. - C.G.T., 7/4/1919 et 19/2/1936, A.G. - C.G.T., 20/11/1936 et 10/3/1937, C.A. - C.G.T. min, 8 (...)

28La gestion des problèmes des anciens combattants n’est pas le seul abord par les syndicalistes de la spécificité des différentes générations. Dès sa constitution, l’organisation est confrontée au fait que des différences d’âge sont appréciées comme divergences d’intérêts. Toujours en porte à faux lorsque s’expriment des antagonismes apparaissant déterminés par l’âge, l’organisation syndicale oscille entre des revendications d’anciens, dénonçant de prétendus privilèges dont seraient bénéficiaires les jeunes, ou « demandant que les nouveaux entrés occupent à tour de rôle avec les anciens les travaux pénibles », et la mise en valeur d’éléments spécifiques aux plus jeunes, quitte à ce qu’« un camarade jeune syndiqué proteste contre le syndicat qui ne s’occupe pas assez des jeunes ». Le syndicat met en avant le rôle pédagogique des anciens, qui doivent montrer la voie à leurs cadets, déclamer les épopées glorieuses, car de leur attitude et de leur manière de transmettre la mémoire dépend l’engagement des néophytes : « Il y a des défaitistes de l’organisation, [...] certains anciens camarades qui font que les jeunes ne se syndiquent pas ». Surtout, la jeunesse apparaît comme le sang nouveau de la lutte syndicale, de la vie de l’organisation. Lors des recrutements massifs des quarante heures, alors que sont embauchés des ouvriers ayant déjà travaillé dans d’autres secteurs, l’on s’inquiète de l’adhésion de ces « camarades jeunes syndiqués dans l’industrie et venus aux cheminots » pour se féliciter quelques mois plus tard de la présence de ces « jeunes recrues actives ». Ce sang neuf peut d’ailleurs inquiéter. C’est au moment où commencent à s’exprimer quelques velléités revendicatrices que les leaders du syndicat professionnel essayent avec succès de spécifier les revendications des plus remuants de leurs adhérents et convoquent une réunion chargée de traiter plus spécialement les revendications des jeunes, dont « la situation [...] n’est pas enviable111 ». En fait, pour les organisations syndicales, cette jeunesse qui régénère tient pour le moins du mythe.

29Une politique de l’embauche qui ne laisse que peu de place aux plus jeunes et aux plus âgés, des effectifs qui tendent vers un profil type, avec une montée régulière pour aboutir à une pointe du nombre des travailleurs qui ont la trentaine, puis une très lente décrue jusqu’à une chute après cinquante-cinq ans, l’âge du départ à la retraite, mais surtout une politique le plus souvent à court terme. Certes, il n’est pas possible de ne pas tenir compte des saignées de la Grande Guerre, mais les générations du feu voient leur nombre croître tout au long de ces années. La crise et ses effets sociaux, atypiques dans les chemins de fer, sont révélateurs de cette courte vue. A travers ces effectifs apparaît une gestion du personnel qui n’aurait que nostalgie d’une époque où il était possible d’ajuster les effectifs aux besoins immédiats. Ce que le statut pouvait y avoir de positif, l’aspect fort dynamisant d’une structure d’employés qu’il est possible de gérer sur le long terme, tout cela semble fortement occulté par une politique dont les dirigeants du P.L.M. perçoivent surtout les inconvénients : empêcher la direction de la Compagnie de se débarrasser des travailleurs dès qu’elle n’en a plus besoin.

  • 112 Dossier sous-commission d’épuration.

30La Compagnie n’ignore pas de quels travailleurs elle a le plus besoin... « Vulgairement, on appelle cela de la frousse » s’emporte l'Ingénieur en chef d’Oullins-Machines, pestant contre deux ajusteurs qui, en ce début d’automne 1942, refusent d’aller travailler en Allemagne. Puis il précise : « Comme anciens apprentis, votre conduite est indigne112 ». Un ancien apprenti, en effet, ce n’est pas n’importe qui. En 1906, il n’existe pas de centre d’apprentissage. Et un apprenti est tout simplement un jeune ouvrier qui vient s’initier sur le tas, avec les compagnons. Ils sont sept à être recensés à Oullins comme apprentis au P.L.M. parmi la vingtaine d’ouvriers les plus jeunes du site, mais le benjamin est un manœuvre de quatorze ans. L’apprenti, c’est un jeune ouvrier, embauché à l’essai en attendant d’avoir pu acquérir une qualification. Mais alors, pourquoi n’est-ce pas un aide-ouvrier ? Parce qu’il est le fils d’un cheminot qui vient apprendre son métier là où travaille, ou travaillait, son père. Est-il donc nécessaire de préciser qu’aucun d’entre eux n’est syndiqué en 1906 ? Et pas un seul des pères. Faire embaucher son fils comme apprenti à la boîte, cela se ferait donc plutôt lorsque l'on se sent bien aux Ateliers, ce qui n’est pas forcément le cas du fiston : quinze années plus tard, un seul de ces sept arpètes de 1906 habite toujours Oullins et travaille toujours aux Ateliers, comme ajusteur.

31Un apprenti avant la Grande Guerre, c’est un fils de cheminot qui se forme, sur le tas, à un métier de la métallurgie. Mais le conflit, la nécessité de pouvoir disposer de professionnels formés, et bien formés, persuade la Compagnie de la nécessité de l’ouverture d’un centre d’apprentissage sur le site. Il ouvre aux derniers jours du premier hiver de guerre. Et accueille pour trois années des promotions d’une douzaine de garçons. La formation est en partie théorique, avec deux heures de cours par jour, mais surtout pratique. Un concours, à l’issue de chaque trimestre, sanctionne les acquis de l’apprentissage. Et au bout de deux ans, une épreuve passée avec les garçons de deux autres centres d’apprentissage du P.L.M., Marseille et Villeneuve, peut permettre aux jeunes dont la note obtenue est supérieure à seize sur vingt d’être embauchés sur-le-champ, cette « faveur » les dispensant de la troisième année d’instruction. Contrairement aux apprentis du début du siècle, qui se retrouvent dans un atelier du site dès le premier jour, les jeunes du centre d’apprentissage ne sont pas en contact avec les ouvriers, ce en quoi ils sont de véritables apprentis plutôt que de jeunes ouvriers. Ce qui ne les empêche pas, si l’occasion s’en présente, de se sentir en phase avec des mouvements sociaux qui agitent les Ateliers, trop heureux de jouer ainsi les grands. Un tel engagement coûte d’ailleurs leur carrière cheminote aux arpètes qui, au printemps 1920, se lancent à fond dans la grève. Si la Compagnie fait à ce moment preuve d’une mansuétude certaine à l’égard des stagiaires qui, pour la plupart, ne subissent qu’un report de titularisation, elle est sans pitié pour les trublions du centre d’apprentissage, renvoyés sans autre forme de procès.

32Coupés des ouvriers du site, les jeunes engagés subissent une formation qui n’en reproduit pas moins certains inconvénients qu’aurait apportés une promiscuité. Ainsi, pour les former au travail de chaudronnerie, on leur donne une plaque de cinq centimètres d’épaisseur, qu’ils doivent ramener à coups de marteau à une grosseur d’un seul centimètre, avec une feuille de papier coincée sous le bras, qu’il ne faut surtout pas faire tomber. Les travaux de limage sont du même ordre : on a sa lime, il faut travailler avec un dixième de millimètre de tolérance, il y a des copeaux partout, on se coupe les doigts. « C’est le métier qui rentre ». A cet égard, la pédagogie n’est en rien dissemblable de ce que subit un ouvrier apprenant sur le tas. « On ne peut pas aller faire pipi à deux en même temps... il y a un jeton... on doit le prendre pour aller pisser... et faut faire vite... si on met plus de cinq minutes, on se fait engueuler ». La manière dont est déterminée l’orientation est parfois à la mesure de la pédagogie. Après une année probatoire, une spécialisation est amorcée, toujours dans la métallurgie. On se forme pour être forgeron, tourneur, ajusteur. C’est le jeune ouvrier qui choisit, mais celui qui veut faire ajusteur à la fin de sa première année, surpris au cours d’un chahut monstre, peut très bien se retrouver « condamné » à devenir tourneur. Cette spécialisation en cours se retrouve dans la manière de se dire à l’agent du recensement. En 1926, pour six qui ne se disent qu’apprentis trois se précisent apprentis tourneurs et sept apprentis ajusteurs. Le P.L.M. paye ses apprentis en fonction, dit-on, de leur résultat, en fait, de l’ancienneté au centre. La Compagnie a d’ailleurs une politique de rémunération et de formation de son personnel assez surprenante. Alors qu’il est d’usage d’utiliser à bon prix pour divers travaux des apprentis qui n’apprennent alors pas grand-chose, le P.L.M. paye convenablement des garçons dont il ne se sert pas. Pratique étrange et qui va en s’accentuant, mais l’apprenti n’est jamais ressenti comme un ouvrier, jamais il ne se fait recenser comme tel, malgré l’argent qu’il gagne.

33Le P.L.M. rémunère les apprentis, mais est loin de faire son possible pour les garder. Aussi, il n’est pas rare de retrouver un apprenti du P.L.M. de 1926 chez Martin-Moulet ou chez Fournier, deux métallurgistes oullinois, cinq années plus tard. Mieux, lorsque vient la crise et que la Compagnie se défait du personnel estimé en surnombre, les ouvriers formés dans le centre, et qui ne sont pas encore commissionnés, sont tout simplement renvoyés. Si certains d’entre eux, licenciés en 1931, sont réembauchés trois années plus tard, la Compagnie semble avoir délibérément choisi de se débarrasser d’ouvriers qu’elle avait formés à grands frais. Qu’elle avait formés, mais ne forme plus, car le centre est fermé l’année suivant celle où elle licencie ses anciens apprentis. Au printemps 1931 il fonctionne toujours : à Oullins, ils sont seize apprentis du P.L.M. à être recensés cette année-là, âgés de seize à vingt ans. Sur ces seize garçons, treize vivent avec leur père, cheminot actif ou retraité des Ateliers d’Oullins, mais un des trois autres est neveu d’un marteleur du P.L.M. et un autre beau-frère d’un soudeur de la Compagnie. Quant au dernier, son père était, avant de succomber lors d’un accident survenu dans l’enceinte même de l’usine, manœuvre aux Ateliers. Comme avant-guerre, lorsque l’apprenti n’était qu’un nouvel ouvrier, il est le fils ou le proche d’un agent du site, dont il ne fera pas forcément le métier, et beaucoup d’apprentis ajusteurs, la qualification en vogue, son fils de fondeur, de garnisseur, de tourneur. Les treize pères représentent assez bien l’éventail des professions de la métallurgie et des niveaux de qualification ou de place dans la hiérarchie, puisque l’on trouve parmi eux un manœuvre, un aide-ouvrier, un visiteur, un contremaître. Le P.L.M. ne choisit pas ses apprentis parmi la progéniture des ouvriers d’une qualification précise ni même, à ce moment-là, parmi les bons agents puisque l’on peut trouver des fils de militants et même des fils d’anciens grévistes révoqués, à l’automne 1920, lorsqu’il faut suppléer aux renvois des fortes têtes de l’apprentissage.

341932 : le P.L.M. ferme le centre d’apprentissage d’Oullins-Machines. 1937 : le P.L.M. ouvre un nouveau centre d’apprentissage à l’Atelier des Machines d’Oullins. La nationalisation qui s’annonce, l’intérêt que porte le maire d’Oullins à l’enseignement professionnel, la réduction de la durée du travail, la conscience qu’ont pu acquérir les responsables des réseaux des effets catastrophiques à long terme de l’absence d’une politique de formation, plusieurs facteurs ont pu jouer. Mais cette décision s’inscrit dans une attitude plus générale de la Compagnie, qui ouvre à nouveau, lors des années de l’immédiat avant-guerre, huit centres. La première promotion du nouveau centre, quelques mois avant la nationalisation, est de 19 garçons, âgés de 14 à 16 ans. Cette fois, pas d’exclusive, et on peut se présenter si l’on n’est pas fils de cheminot, mais comme une telle ascendance apporte quelques points de bonification à l’examen qui détermine l’entrée... Ainsi que dans l’ancien centre, une première année de préparation est suivie de deux ans de spécialisation, et on en sort avec un C.A.P. C’est toujours à des professions de la métallurgie que l’on forme : tourneur, chaudronnier, et, bien sûr, ajusteur. Le métier est choisi par la direction du centre, qui n’est pas tenue de demander aux intéressés leur avis, mais ne manque cependant pas de le faire. Et en cette fin des années trente, le P.L.M. innove enfin : il faut attendre ces années-là, alors que les sites sont électrifiés depuis deux décennies, alors que certaines voitures bénéficient d’équipement électrique, qu’une petite partie du réseau est électrifiée et qu’il est question d’électrifier la ligne Paris-Lyon pour que l’on se mette à former des électriciens, qui ne sont pas spécialisés dès leur formation dans l’entretien et la réparation des locomotives électriques, passant moins de temps à étudier la traction électrique que l’électricité du bâtiment. Des électriciens qui en ressortent, donc, avec leur diplôme reconnu dans l’ensemble de l’industrie. Et comme l’instruction dispensée en les centres du P.L.M. est d’une excellente qualité, les apprentis qui sortent, formés, et bien formés, du centre, sont parfois l’objet de sollicitations d’entreprises qui, si elles n’offrent pas une sécurité d’emploi, appréciée tout au long de la crise qui vient de se terminer, payent bien mieux.

Une promotion d'apprentis pose devant les nouvelles nefs du Montage.

35Lors de la signature du contrat d’apprentissage, les parents « s’engage[nt] à faire entrer leur fils à la fin de cet apprentissage, dans le personnel permanent » du réseau, sous réserve de l’agrément du futur employeur, mais rien n’est certain. Le parent signataire pour son enfant mineur, au paragraphe suivant, « reconnaît avoir été spécialement avisé que la situation des effectifs d’une part, et l’importance des résultats obtenus pendant la durée de l’apprentissage d’autre part, sont susceptibles d’empêcher cette admission ». Outre l’instruction de type professionnel, une formation générale comprenant des mathématiques, du français, de l’histoire, est assurée. Il y a même de la musique au centre d’Oullins, avec un prof qui joue (bien) du piano. Gymnastique, sports individuels ou collectifs, l’activité physique est intégrée dans le programme, où elle occupe une place d’importance. Toutes les matières, qu’elles soient professionnelles ou non, sont objets d’évaluation, et les résultats comme « les progrès réalisés » sont communiqués aux parents ou tuteurs par l’intermédiaire d’un carnet d’apprentissage mis à jour régulièrement, comportant les « notes de l’apprenti et [les] observations auxquelles sa conduite et son travail ont donné lieu ». Comme leurs aînés du premier centre, les nouveaux apprentis sont rémunérés, en fonction notamment des notes qu’ils obtiennent aux différents contrôles de connaissances. En cas de rupture du contrat, les signataires s’engagent à verser l’équivalent d’une semaine de salaire à l’autre partie sauf pendant les deux premiers mois de la première année, « considérés comme un temps d’essai ». Il n’y a pas rupture du contrat si le jeune est congédié car reconnu inapte physiquement par le service médical, dont les médecins suivent régulièrement les recrues du centre d’apprentissage. Les rémunérations, c’est prévu dans le contrat, peuvent être modifiées unilatéralement par la Compagnie et peuvent être réduites ou suspendues « en cas de mauvais services (inconduite, paresse, absences non justifiées, etc...) ». D’autres sanctions sont prévues, allant du retard d’avancement au renvoi, et doivent bien sûr être communiquées aux adultes responsables du jeune fautif, mais ne sont jamais appliquées, la pédagogie, toujours celle « des coups de pompes dans le derrière », semblant bien suffisante pour éviter d’en arriver à de telles extrémités. L’aptitude à l’avancement des apprentis des années vingt va se retrouver chez leurs cadets, et le nouveau centre se prolongera en une formation qui permettra à certains d’entre eux de devenir très rapidement contremaîtres. Deux des apprentis de la promotion trente-sept pourront en bénéficier.

36Ainsi, ces gamins, qui entrent aux Ateliers pour suivre une formation d’ouvrier, deviendront pour beaucoup d’entre eux des cadres. Peut-être est-ce ce qui explique cette attitude de la Compagnie, qui semble subventionner à fonds perdus des formations pouvant profiter à d’autres entreprises. Implicitement, et sans jamais l’avouer, le P.L.M. forme dans son centre ses petits cadres. Fils de cheminots, entrés par ce biais dans la Compagnie, ayant fait dans un Atelier de réparation toute leur carrière, beaucoup auront l’esprit P.L.M. Cela valait le coup d’investir et cela pourrait expliquer la dureté de la répression frappant les apprentis turbulents du printemps 1920. Quand la Compagnie attend de quelqu’un qu’il devienne contremaître à trente-cinq ans, elle ne supporte pas qu’il soit gréviste à quinze.

37Pas de gréviste à quinze ans, mais retraité à cinquante-cinq. Si les horaires du mécanicien et du chauffeur, sur leur loco jour et nuit, entraînent un type d’incapacité spécifique aux travailleurs qui, pendant des années, ont dû faire fi de leurs rythmes circadiens, le métallurgiste d’une Compagnie ferroviaire n’a pas plus de raison de partir à la retraite de bonne heure que son compagnon qui effectue chez Berliet un similaire ouvrage. Arrivé à cinquante-cinq ans, il part pourtant. Cette capacité est ressentie comme un privilège par le reste de la population laborieuse. A une telle possibilité s’ajoute le fait qu’il n’est pas très bien vu dans la communauté cheminote de « rempiler ». Cette dernière pratique est rare, souvent découragée par la Compagnie, sauf dans le cas de quelques agents dirigeants, dont de toute façon l’activité professionnelle a commencé plus tard, après une longue formation, auxquels l’expérience apporte un surcroît de qualification, et dont le travail est valorisant et n’a pas la pénibilité qui rend si agréable le fait de s’arrêter. Le P.L.M. a même eu, lors de la crise des années 1930, une politique d’incitation au départ anticipé en retraite, permettant à certains ouvriers du site de cesser le travail à l’âge de cinquante-deux ans et à l’un d’entre eux de bénéficier de sa retraite pendant plus d’un demi-siècle.

38Même en partant après avoir accompli tout son temps, on n’a que cinquante-cinq ans. Cela fait, dans une ville comme Oullins, une part importante de la population, encore jeune et déjà retraitée, après la loi de 1911 et la généralisation du commissionnement des ouvriers d’Ateliers. Retraité, le cheminot reste à Oullins, ou retourne au pays. Sur 57 ouvriers des Ateliers recensés en 1936, 20, soit un peu plus du tiers, vivent encore à Oullins un demi-siècle plus tard, quatre fois plus qu’ils ne furent à y voir le jour. La proportion est encore plus forte chez les veuves des ouvriers des Ateliers. Malgré le relativement jeune âge de départ à la retraite, il ne fait pas de doute que la présence de la grande usine métallurgique constitue un élément de fixation de la population ouvrière dans la commune. Dans la commune, mais pas immédiatement autour : si les localités des alentours n’ont qu’un attrait limité, le reste du département a su séduire après leur départ à la retraite bon nombre de ces ouvriers qui, au temps du labeur quotidien dans les Ateliers de la Compagnie, ne pouvaient se permettre d’aussi longs voyages, d’autant qu’il ne s’agit pas pour ces gens de retourner dans la localité de leur naissance. Le retour au pays s’effectue lorsque l’on vient de plus loin et est surtout le fait de l’homme. Tant que l’époux est là, la femme ne retourne pas dans la localité de sa naissance. Et même lorsqu’elle est veuve, elle reste le plus souvent là où elle est, ce qui explique le nombre des veuves oullinoises et la mobilité des ménages dont l’homme est en vie. Aucun changement de commune de résidence n’a été le fait d’une veuve, et toutes celles qui ont déménagé l’ont fait du vivant de leur époux. La fixation dans la commune concerne les cheminots des Ateliers, et bien plus encore leurs épouses. Le retour au pays est le plus souvent le fait d’un ouvrier ayant acquis une qualification.

39Si les préposés oullinois ont leurs sacoches un peu plus lourdes le jour où arrive la Vie du Rail, les bistrots de la rue Pierre-Sémard ne sont pas fréquentés par une troupe d’anciens cheminots nostalgiques. Lorsque les derniers copains sont eux aussi partis à la retraite, on ne retourne plus dans le quartier, autour du site. S’ils reviennent parfois avec leurs petits-enfants entre les grands bâtiments du site lors des journées portes ouvertes, ils perdent petit à petit leurs habitudes. C’est que le départ des Ateliers ne se fait pas en catimini. Alors qu’une fête collective est organisée une fois par an pour les ouvriers de la plupart des dépôts lyonnais, la dernière journée de l’ouvrier des Ateliers d’Oullins évoque plutôt le dernier train du tractionnaire. Moment très fort de la vie professionnelle, le départ en retraite est préparé longtemps à l’avance par un copain de l’atelier, souvent le collecteur si le futur retraité est syndiqué. Il y a d’abord une cueillette, « où chacun donne ce qu’il veut », mais où un tarif informel semble être élaboré, tenant compte de nombreux critères : ancienneté dans la section, sur le site, dans la qualification ou dans le grade, origine géographique, liens de parenté... On donne plus s’il s’agit d’un pays mais moins pour un beau-frère. D’autres critères sont moins aisés à cerner. L’appartenance syndicale ou politique permet de donner à la fête une coloration jamais verbalisée de prosélytisme mais une confession commune ou, plus encore, un service militaire effectué dans la même arme doit aussi être pris en compte. Avec l’argent récolté, un présent, bien sûr choisi en fonction des centres d’intérêt du cheminot, est offert. Un second cadeau, encore plus personnalisé, est fabriqué, croit-on, en perruque. Mais « ça se [fait] au vu et au su de tout le monde », « le patron [ferme] les yeux ». Peut-on encore parler de perruque ? Ce sont, en tout cas, de véritables objets d’art populaire qui sont ainsi produits, du petit coffre-fort que l’on offre à la caissière aux modèles réduits de compresseur ou de bogies pour l’ouvrier qui a travaillé des années sur ces pièces. Lorsque cette production n’est pas en relation avec le poste de travail, elle concerne l’activité qui passionne le jeune retraité : c’est un modèle réduit (« qui marche ») de motocyclette pour le motard, c’est une maquette topographique des montagnes de l’Ardèche dont est originaire le cheminot, c’est un jeu dont toutes les cartes sont personnalisées, des personnages qui ont les traits des compagnons au trèfle en forme de chaudière de locomotive.

  • 113 La Voix du Peuple, 22/12/1934.

40La cérémonie a lieu le jour même du départ en retraite, le vieux travailleur offre à boire à ses compagnons qui, à l’heure de la sortie, lui font « la conduite », l’accompagnent jusqu’au Lambert. La terminologie, tout comme la nature même du cadeau fabriqué dans l’usine, attestent de l’origine d’une telle cérémonie. La conduite, le chef-d’œuvre, lorsque le retraité est à la C.G.T., c’est une canne qui lui est offerte par le syndicat, fabriquée d’abord en perruque avant que la déontologie syndicale ne prohibe de telles pratiques : l’influence (l’origine ?) compagnonnique ne fait aucun doute dans cette usine où les ouvriers du bois ont toujours été en nombre. Une fois dehors, après un petit tour d’honneur plus ou moins discret dans les rues du quartier, plusieurs tournées d’apéro se prolongent par un repas, le plus souvent pris dans un des nombreux restaurants qui entourent les Ateliers. Il faut alors attendre la fin de la journée, le rite ne considère le travailleur comme retraité que le lendemain du dernier jour de labeur, et, vers une heure du matin, « ses meilleurs amis le raccompagnent chez lui où il paye le champagne ». En attendant l’aube, on évoque les meilleurs moments passés à l’Atelier. Moment festif, le départ se doit d’être unanimiste. Tout ce qui a pu ou peut encore diviser est passé sous silence. Même les références à un engagement ne sont qu’implicites. Les livres offerts avec l’argent de la collecte pas plus que les cadeaux en perruque ne renvoient à un engagement civique ou confessionnel. Et comme le jour du départ tombe souvent un vendredi, il faut régler l’épineux problème protidique du repas : ne proposer que du poisson risque de froisser les sans dieu, tandis que donner la possibilité de consommer un plat carné peut choquer les pratiquants... Unanimité, oubli des mésintelligences passées, le militant communiste qui a fait (ou laissé) publier un article commençant par « Avec la venue du froid les mouches s’en vont » a transgressé cette règle facilitant le travail de deuil du jeune retraité dont la communauté affirme avec force qu’elle le reconnaît. Et l’article que consacre l’hebdomadaire régional du P.C. à ce brigadier qui « s’en va honni, non seulement des ouvriers mais aussi par ses chefs qui savaient l’apprécier à sa juste valeur113 », fait figure d’exception : en dehors de ce cas, jamais un départ en retraite n’est abordé en ces termes, la discrétion et l’abstention étant en ce type d’occasion une manière relativement forte de marquer son hostilité.

41Une année avant l’article sur le brigadier bourrelier, la Voix du Peuple avait, sous la signature du syndicat unitaire des cheminots d’Oullins, évoqué la fête organisée lors d’un départ à la retraite. Mais, malgré le rappel polémique de la création du syndicat confédéré comme d’un « geste criminel de militants qui prétendent défendre les ouvriers », l’article se voulait surtout pédagogique et ne comportait pas la moindre attaque contre Justin Roudil, désigné dans le papier comme un « camarade » et auquel était offert un vin d’honneur. Le départ en retraite est aussi un moment de la vie militante, et les festivités organisées au sein du cénacle syndical renforcent l’unanimisme de la cérémonie principale, avec cadeaux et conduite. Il y a bien sûr, présent supplémentaire, la canne. Depuis le mois de janvier 1936, une petite bague sur laquelle est indiquée « offert par le Syndicat des Cheminots d’Oullins » dépiste les similitudes. Mais quand affluent les adhésions, l’organisation prend la sage décision de ne remettre la « canne de mise à la retraite » qu’après une année de syndicalisation. Le militant du syndicat professionnel a lui aussi droit à « un petit souvenir », remis au cours d’une réunion où il est félicité « du bon exemple [dont] il a toujours fait preuve en tant que syndicaliste depuis de nombreuses années ». L’honneur suprême est, bien sûr, la présidence d’une réunion le jour même de son départ en retraite, après un discours d’un leader rappelant « le caractère exemplaire de la vie » de l’ouvrier qui quitte les Ateliers, « son sens du devoir ». Si un regain d’intérêt se fait sentir de la part des syndicats en faveur des retraités dans les années trente, c’est aussi parce que, ces années-là, l’on requiert leur engagement. Tandis que le syndicat professionnel parvient à regrouper ses retraités en un vague patronage grâce auquel est mise à profit leur capacité d’apporter « aux jeunes camarades » leurs « conseils éclairés », c’est sur impulsion fédérale que le syndicat unitaire organise à partir de l’été trente-trois une section de retraités, qui se réunissent de façon autonome et avancent des revendications spécifiques. Malgré la participation comme membre de droit d’un de leur représentants au conseil syndical de l’organisation réunifiée, la section retraitée survit péniblement jusqu’au printemps trente-six. Les événements de l’été lui font connaître une croissance comparable à celle du syndicat, et elle quadruple ses effectifs en six mois, les multiplie par dix en moins d’un an, le courant d’adhésions se tarissant alors peu à peu, dès mai trente-sept. Le dynamisme du leader local des retraités, un bouillant syndicaliste-révolutionnaire de l’après-guerre, n’y est certes pas pour rien, mais son empressement à affirmer « l’impatience des retraités » n’a pas toujours l’heur de plaire à des dirigeants syndicaux pour le moins timorés.

42Le cheminot retraité, de par sa (relative) jeunesse, est un élément important de la vie de la commune. Mais, justement parce que sa vie ne s’arrête pas le jour de son départ à la retraite, parce que les rites de départ sont forts efficients, d’autant plus nécessaires qu’une retraite prise de bonne heure est encore plus pathogène si elle est considérée comme une mort sociale, la retraite est souvent pour ces hommes un (re ?)commencement plutôt qu’une fin. Leur engagement syndical, relativement faible d’ailleurs, est le fait d’hommes ayant eu une vie professionnelle active menée sous la bannière d’une organisation, et ne les ramène pas vraiment sur les bords de l’Yzeron. Les retraités des Ateliers ne se situent pas comme tels, et c’est peut-être ce qui permet à la localité de ne pas acquérir un caractère uniquement lié à une entreprise.

La race cheminote dure-t-elle plus d’une génération ?

4339 ouvriers des Ateliers se marient lors du premier quart-de-siècle du site en précisant à cette occasion qu’ils y sont employés. 12 n’ont plus leur mère. 14 n’ont plus leur père. 9 d’entre eux n’ont ni père ni mère. L’occupation ou l’identité même de 9 autres pères n’est pas indiquée sur l’acte de mariage, tout comme celle de 9 mères. 9 mères, ainsi qu’un père, se déclarent sans profession, et 3 d’entre elles se disent ménagères. Il ne reste plus qu’une dizaine des mères à déclarer une activité rémunérée. Une travaille le cuir avec son époux. Les huit autres travaillent la terre. Les activités des pères sont plus variées : on retrouve un cordonnier, un sabotier, mais aussi un portefaix, un employé, un journalier, un manœuvre et surtout 7 cultivateurs, tous époux des mères cultivatrices, dont 4 précisent qu’ils sont propriétaires. Ces ouvriers sont surtout issus de milieux agricoles, voire enfants de petits artisans, mais pas de travailleurs de la métallurgie, ce qui eût été pour le moins surprenant en ce temps. Au début du siècle suivant, Lyon s’est étendue, sa vocation métallurgique, déjà indéniable du temps de Vaïsse, s’est affirmée, mais il n’y a qu’à peine un tiers des pères des ouvriers de 1906 se mariant à Oullins qui, au moment des noces de leur fils, déclarent une profession ou un niveau de qualification pouvant correspondre à un exercice sur le site. Si les métallurgistes en forment presque la moitié, les ouvriers du bois, au nombre de 8, ont aussi leur part. Les métallurgistes qui marient alors leur fils travaillent surtout dans les ateliers les plus durs. On ne retrouve que 2 pères ajusteurs, mais 5 mouleurs, un fondeur, 2 forgerons, 2 ébarbeurs, un aide-chaudronnier. Ces travailleurs des Ateliers du site sont fils des classes laborieuses : pas un seul rejeton de la bourgeoisie, grande ou moyenne, mais, en nombre limité, des enfants de travailleurs des différentes branches d’activité de l’industrie de la banlieue sud-ouest. Ils sont moins nombreux que les cultivateurs, qui, au nombre de 45, constituent toujours la part la plus importante des pères. Les ouvriers syndiqués aux Ateliers en 1906, recensés hors d’Oullins la même année dans la ville qui est indiquée par l’état nominatif des adhérents du groupe d’Oullins du Syndicat national, et qui se sont mariés dans la même localité, reproduisent de manière exagérée l’importance du vivier agricole de cette classe ouvrière. De tous les Brignairots, Fidésiens, Franchevillois ou Irignois qui se marient, les pères se disent cultivateurs. On retrouve 2 agriculteurs sur 3 pères déclarant une activité à Saint-Genis, 2 sur 6 à Pierre-Bénite. Une dizaine de pères de ces travailleurs non oullinois des Ateliers pourraient alors exercer sur le site, dont 3 seulement sont métallos et un seul, comme son fils, charpentier. Seul, un serrurier lyonnais est travailleur actif d’une autre branche.

44Pour ces travailleurs du début du siècle, il n’y a pas d’héritage du type de qualification ni de régression du niveau de qualification entre une génération de travailleurs vivants et la suivante, et il y a souvent progression alors même que le père et le fils sont à des moments différents de leur vie professionnelle. Aucun enfant d’ouvrier de l’industrie ou du bâtiment, quel que soit le niveau de qualification du père, à être peu ou pas qualifié au moment de ses noces. Les travailleurs du site recensés à Oullins trente années plus tard, et mariés dans la localité, ont une ascendance quelque peu différente. Parmi ces pères, beaucoup moins de cultivateurs, et, comme si n’y suffisaient plus les enfants d’agriculteurs, le personnel peu ou pas qualifié se recrute aussi parmi les enfants de travailleurs de l’industrie et du bâtiment. Les mères des ouvriers de la première moitié du XXème siècle ne sont pas nombreuses à exercer une activité rémunérée lors du mariage de leur fils. Celles qui travaillent à la maison se disent communément sans profession. Ou ne disent rien, si ce n’est une vingtaine de ménagères au début du siècle à Oullins. Tout comme les pères, les mères du début du siècle travaillent la terre : c’est le cas de plus de la moitié de celles qui déclarent une activité rétribuée. Le travail de toutes ces femmes est en partie fonction de l’activité de leurs époux, mais elles n’exercent pas plus souvent un travail rétribué lorsqu’elles sont veuves. Seule constante, il n’existe aucune activité agricole lorsque l’époux travaille dans un autre secteur de l’économie.

  • 114 En fait, il serait tout aussi intéressant de savoir quels cultivateurs envoyaient leurs fils aux A (...)

45Une classe ouvrière qui vient des travailleurs de la terre en grande partie114, mais de moins en moins lorsque passent les années. Un rare caractère héréditaire du métier, mais jamais la moindre régression du niveau de la qualification, pas de manœuvre fils d’aide-ouvrier, pas d’aide-ouvrier fils de chaudronnier, pas de chaudronnier fils d’ajusteur, une classe ouvrière qui semble ne se reproduire que pour s’améliorer.

46Le cheminot est fils. Il est parfois père. La plupart des ménages des travailleurs du site ne comportent que trois ou quatre personnes. Celui de ces foyers qui est le plus peuplé regroupe, au temps du Front populaire, une douzaine d’individus. Vivant avec ses dix enfants, âgés de cinq à vingt-quatre ans, le manœuvre qui en est, selon la terminologie en usage, le chef, n’est pas seulement exceptionnel par la taille de son ménage, il l’est aussi par sa prolificité. Au début du siècle, comme après la « der des ders » ou avant la suivante, la plupart des cheminots recensés avec leurs enfants n’en ont pas plus de deux. La famille avec trois, quatre ou cinq enfants semble l’exception. Ce sont les dossiers de la Caisse de retraite qui permettent de mieux connaître les pratiques démographiques des cheminots. 117 d’entre eux, présents à Oullins et travaillant sur le site au début de l’année 1936, n’ont eu, au total, que 178 enfants, un petit peu plus d’un et demi chacun ; 20 d’entre eux, plus du sixième de l’échantillon, n’ont pas eu d’enfant, et parmi ceux-ci les deux seuls célibataires. Mais ce qui est remarquable, c’est surtout le nombre des couples n’ayant eu qu’un seul enfant : 46. Et 32 ont eu deux enfants. Ce qui fait que les 19 travailleurs ayant eu trois enfants ou plus sont peu représentatifs, et presque tous en ont eu trois ou quatre. Un seul en a eu 6. Ces quelques chiffres sont sans appel : plus de la moitié de ces travailleurs n’ont qu’un enfant, ou n’en ont pas. Plus du quart des enfants de cheminots sont uniques, plus du tiers n’ont qu’un collatéral. Très peu de familles nombreuses : le constat est là, la limitation des naissances est une pratique courante en ce milieu de cheminots d’Ateliers. Resterait à en connaître les raisons, les conséquences. Si certaines de celles-ci, concernant la place des enfants ou des adolescents dans la cité, peuvent apparaître d’emblée, d’autres ne doivent pas être laissées de côté pour autant. Ainsi, tout discours mettant en avant un prétendu renouvellement endogène des effectifs du site se heurterait à une impossibilité démographique. Mais, en dehors même d’une logique toute arithmétique, d’autres éléments se doivent d’être pris en compte. Ainsi, ces enfants uniques, ou n’ayant qu’un seul frère ou une seule sœur, sont appelés à avoir une place spécifique dans les stratégies familiales. On n’investit pas semblablement dans la carrière de son enfant s’il est seul, ou si plusieurs peuvent être en mesure de participer aux projets parentaux.

  • 115 Ceux-ci, entrés aux Ateliers moins de sept mois avant la naissance de leur enfant conçu en dehors (...)

47Quatorze de ces cheminots se sont mariés alors qu’ils attendaient un heureux événement, dont 9 pour le semestre suivant. Ce taux de conception prénuptial, à peine supérieur au dixième, concerne surtout des travailleurs jeunes, peu ou pas qualifiés, originaires de zones rurales. Pour six d’entre eux, cela a d’ailleurs été l’occasion d’entrer à la Compagnie115. Mais, une fois l’enfant né, c’est dans ce domaine que l’histoire de ces hommes se distingue encore de celle de leurs compagnons. Ils ont eu un peu plus d’enfants, mais les intervalles inter génésiques furent autrement plus importants, donnant l’impression que ces couples savaient dorénavant maîtriser leur fécondité. « Y’avait des classes avec que des gosses de cheminots. Pourtant, y’avait pas que des cheminots à Oullins » explique un vieil Oullinois. Il n’y avait pas que des cheminots à Oullins, en effet. Ces cheminots ne procréaient que bien peu, et il n’est en rien usurpé de parler ici de malthusianisme, mais un tel témoignage n’est pas sans valeur, il est simplement signe de l’importance que pouvaient avoir les Ateliers dans la ville. « Il y avait la sécurité de l’emploi, la retraite, la maladie [sic]. On pouvait avoir envie que son fils devienne cheminot. Y f’sait ben c’qu’y voulait ». Les précautions oratoires de l’ancien ouvrier des Ateliers rendent compte de la difficulté à saisir le devenir des enfants des travailleurs de l’usine. Hors des légendes, qui font rentrer au paradis ferroviaire tous les gosses de cheminots ou qui les voient fuir l’enfer de leur père, la réalité est plus complexe, et fort malaisée à appréhender.

  • 116 Seule la primonuptialité est étudiée.

48De 1906 à 1937, 42 hommes recensés avec leur père cheminot à Oullins en 1936 ont contracté un premier mariage116. Un quarante-troisième convole à Caluire en 1955. Ce sont surtout des pères métallurgistes ou peu qualifiés en 1906 qui assistent ainsi aux noces de leurs fils devenus, lors de leur mariage, métallos pour beaucoup d’entre eux. Seuls, neuf de ces hommes déclarent alors une profession qui n’est pas exercée dans les chemins de fer. En une génération, il ne s’est opéré aucune régression en matière de qualification, sauf dans un cas. S’il y a ascension sociale en une génération, il y a aussi mobilité de la qualification. Ainsi, aucun des huit jeunes mariés ajusteurs n’est fils d’un (ancien) jeune marié ajusteur, même si deux d’entre eux sont devenus, au jour de leur mariage, fils d’ajusteurs, seuls témoignages d’une qualification acquise à l’aube d’une carrière professionnelle alors que le père n’y a accédé que bien longtemps après avoir commencé à travailler. Ces fils se marient avec des jeunes filles, dont plus de la moitié déclare un métier. Les vingt qui se déclarent sans profession sont filles ou belles-filles d’une inactive. Plus de la moitié de celles qui déclarent une activité travaillent dans le textile. Il faut attendre les dernières années de la Première Guerre mondiale pour qu’apparaissent des métiers d’autres secteurs, travail de bureau, commerce, services. Et ce n’est qu’en 1928 qu’une institutrice épouse un petit cadre du commerce, dont les parents, tous deux enfants d’agriculteurs, étaient, lors de leur mariage, manœuvre et domestique.

49Les filles de travailleurs des Ateliers P.L.M. d’Oullins se marient plus souvent sur le territoire du département, plus souvent encore sur celui de la commune, tribut payé à la tradition, comme l’âge moins élevé de ces jeunes femmes lors de leurs noces, mais aussi à une mobilité moindre, peut être liée à une activité moins généralisée puisque si tous les fils et gendres de travailleurs du site déclarent un métier lors de leurs mariages, vingt-cinq filles se disent sans profession. Comme les épouses des fils d’ouvriers du site, ces femmes travaillent surtout dans le textile, et il faut attendre la Première Guerre mondiale pour que soient citées d’autre branches d’activité, l’enseignement, les bureaux, le commerce. Ces années-là, plus du tiers des nouveaux gendres des ouvriers des Ateliers sont métallurgistes ; 17 exercent des professions qui ne sont pas celles de travailleurs des Ateliers, mais seuls un gendre verrier, un gendre balancier et un gendre tanneur témoignent de l’existence dans la commune d’autres grandes industries. Encore la fille qui épouse un tanneur et celle qui convole avec un balancier se marient-elles avec des compagnons de travail de leurs frères, et celle qui épouse un verrier habite-t-elle dans un immeuble qui jouxte les bâtiments de la veuve Saumont. Ces trois mariages sont célébrés à Oullins et deux de ces couples habitent la commune au temps du Front populaire. Le balancier et le tanneur sont alors tous deux ajusteurs aux Ateliers : si le compagnon de travail ne devient pas gendre, le gendre peut devenir compagnon de travail... Les pères des gendres des ouvriers des Ateliers sont de toutes professions. Huit métallurgistes, pères le plus souvent d’un métallo. La mobilité sociale, courante, n’est pourtant pas généralisée, mais elle est toujours ascendante : aucun fils ne se marie à un niveau de qualification déclaré inférieur à celui que déclare son père vivant au même moment. La reproduction de certaines situations familiales et sociales apparaît cependant lorsque ces filles d’ouvriers du site épousent un manœuvre. Six d’entre elles le font. Leurs époux ont été fils de cultivateurs, et, parmi eux, quatre le sont encore. Cinq de ces femmes de manœuvres ont été filles de manœuvres. Quatre sont petites-filles d’agriculteurs. Les manœuvres, fils de cultivateurs, sont épousés par des filles de manœuvres, petites-filles de cultivateurs.

50Aucun fils d’ouvrier des Ateliers P.L.M. d’Oullins n’exerce, lors de son mariage, la profession qu’exerçait un de ses grands-pères lors du mariage de son père. Il y a mobilité sociale, évidente. Tout aussi évidente, l’ascension sociale à laquelle elle correspond le plus souvent. Rester dans la métallurgie n’est pas vraiment une règle, peut-être une opportunité d’autant plus fréquemment observée qu’Oullins est une ville de métallos, mais un ouvrier du site n’est pas condamné à transmettre cet état, rarement congénital, à son fils ni à subir le choix d’une fille trouvant son époux là ou travaille son père, même si le gendre peut alors plus aisément entrer dans la grande usine. Le site ne semble pas exercer une attraction telle que le devenir des enfants ou la sélection des gendres puissent y être systématiquement mêlés.

La multiplicité des associations

  • 117 A.G. - C.G.T.U., 29/6/1934.

51Pas de doute, il faut faire barrage au « péril clérical croissant ». Et pour cela quoi de mieux que le sport ? Telle est l’argumentation développée par un tourneur des Ateliers dans son discours saluant la création dans la commune du Patronage laïque d’Oullins, un après-midi d’août 1912. Le cheminot qui parle est Louis Nicod, maire de la localité. Trois années plus tôt, un autre patronage se trouvait porté sur les fonts baptismaux. La Fraternelle d’Oullins se donne pour but « de développer par l’emploi rationnel de la gymnastique, du tir et des sports, les forces physiques et morales des jeunes gens, de préparer au pays des hommes robustes et de vaillants soldats, et de créer à tous ses membres [sic] des liens d’amitiés et de fraternité ». Le sabre donc, mais aussi le goupillon, puisque la Fraternelle d’Oullins est l’œuvre, toujours selon Nicod, de « la diplomatie active du curé Périchon », cet ecclésiastique venu à la Saulaie en terre de mission. Depuis ce temps, la vie sportive oullinoise semble marquée par le conflit entre la Frat et le P.L.O. Le cœur des cheminots aurait plutôt tendance à pencher du côté du P.L.O., même si, au milieu des années trente, certains syndicalistes des Ateliers estiment qu’« on ne doit plus porter [sa] confiance au Patronage laïque qui est devenu semi-clérical117 ». C’est cependant sous le préau du patronage que se réunissent, lors des mouvements sociaux de mai 1920, les cheminots d’Oullins en grève. Et si des ouvriers des Ateliers sont parmi les initiateurs, les animateurs, les conseillers du P.L.O., on n’en retrouve pas un seul parmi les membres du premier bureau ou les présidents successifs de la Frat.

52Il est pourtant une association sportive Oullinoise gérée uniquement par des cheminots et fondée presque au même moment que la Frat et le P.L.O. C’est en 1910 qu’Adolphe Roussel crée le Club athlétique et sportif d’Oullins. Le principe de recrutement est corporatif, s’effectue principalement parmi les cheminots et leurs familles. Boxe, poids et haltères, éducation physique, on s’entraîne à tout cela dans la cour d’honneur du château de la Bussière, chemin du Buisset, là où se trouve le siège social du club. On va aussi au Champ d’Asile, non loin des aqueducs de Beaunant, pour l’athlétisme et le football. Dans l’immédiat après-guerre disparaissent les sections de boxe et poids et haltères. En 1930, le C.A.S.O. devient le Club athlétique sportif des cheminots Oullins-Lyon, désignation qui, si elle prend enfin en compte le caractère corporatif de l’association, n’en est pas moins un peu prétentieuse puisque ce sont toujours des ouvriers et employés des Ateliers qui constituent la majorité des membres d’un C.A.S.C.O.L. n’attirant pas les Lyonnais. Mais qui recrute des Oullinois, même s’ils ne sont pas cheminots. Progressivement, « tout en restant fidèle à son principe corporatif », le club s’ouvre aux sportifs sans rapport avec le P.L.M., veillant néanmoins à ce que fassent partie de la corporation la plupart des membres de chacune des sections, qui à ce moment sont au nombre de six. Il y a toujours l’athlétisme et le foot, les boules bien sûr, mais aussi le tennis, le rugby et la préparation militaire. De nouvelles activités sont proposées : le basket-ball dès 1931, et quatre années plus tard une section de ski-montagne. C’est que les cheminots, bénéficiant de congés payés et de permis gratuits sur les lignes de leur réseau, n’auront pas à attendre 1936 pour jouir de certains plaisirs. Le foot disparaît en 1932 car le terrain du Champ d’Asile, objet de récriminations d’équipes adverses, est reconnu non réglementaire. Le C.A.S.C.O.L. participe aux compétitions de l’Amicale sportive des cheminots du Sud-Est, et même à celles de l’Union internationale des cheminots, ce qui n’empêche pas ses sections de s’intégrer, conformément aux statuts du club, aux fédérations de disciplines et d’être présentes aux compétitions régionales ou nationales qu’elles organisent : on est sportif avant d’être cheminot. Les dirigeants du club travaillent aux Ateliers : ce sont des cheminots de l’usine des bords de l’Yzeron, petits cadres issus du rang, qui président le club, à l’exception d’un bref intermède d’une année.

53« Y’a pas besoin qu’un type soit cheminot pour que je joue au foot avec. » Certes, mais cela peut aider. Pour les parties de boules aussi, activité si prisée sur les bords de l’Yzeron, puisqu’existe, en sus de la section bouliste du C.A.S.C.O.L., la Boule P.L.M. Cela peut aider, mais sans plus : lorsque le club sportif prend son nouveau nom, il ne regroupe que trois cents sociétaires, ce qui est peu si l’on pense que parmi ceux-ci il y a des fils de cheminots, des retraités et déjà des étrangers à la corporation. En fait, les cheminots sportifs préfèrent jouer à la Frat ou au P.L.O., et notamment dans ces équipes de basket si populaires dans la cite. Les jeunes apprentis persistent souvent dans les activités qu’ils pratiquaient avant le « certif » dans les clubs scolaires. Pour ne prendre parti pour les uns ni les autres, les rouges ou les curés, on peut aller faire du sport au C.A.S.C.O.L. mais on va surtout avec les copains, pas forcément cheminots, au P.L.O., à la Frat, partout où il n’est pas besoin d’une carte pour faire du sport, se baigner dans le Grand Trou de l’Yzeron, aux aqueducs de Beaunant. Et il y a au C.A.S.C.O.L. des étrangers à la corporation cheminote. Ce club n’est pas celui des cheminots. Est-il seulement vraiment cheminot ? Deux de ses trois présidents agents de la Compagnie sont natifs d’Oullins, qualité rarissime chez les ouvriers des Ateliers. Pour cela aussi, et pas seulement parce que les employés lyonnais du P.L.M. le boudent, le club des cheminots semble avant tout la troisième association sportive de la localité.

  • 118 Le Progrès, 22/12/1938.

54Se retrouver entre cheminots... Dehors il fait froid. Mais dans la Maison du Peuple de Pierre-Bénite, il ferait plutôt chaud. « Les couples, fort nombreux, [tournoient] jusqu’à l’aube aux rythmes tour à tour endiablés et langoureux de The Comœdia Orchestra Jazz118 » au traditionnel bal annuel du Motocycle-Club P.L.M. Entre cheminots des Ateliers, on se retrouve au C.A.S.C.O.L., à la Boule P.L.M., au groupe cyclotouriste cheminot, à la Gaule P.L.M. pour élever ses asticots et faire l’ouverture. Au club Saint-Hubert P.L.M., on fait l’ouverture et des festins « avec du gibier ». Banquets, bals, vins d’honneur, vins d’adieu, pots d’arrivée, arrosage de la naissance du petit dernier ou du mariage de l’aînée, anniversaires, jubilés, fêtes de quelconques saints patrons, tout est prétexte dans ces diverses associations pour faire bombance, multiplier les libations, parler des fêtes, convoquer aux fêtes, rendre compte des fêtes. Progrès, Nouvelliste, Voix du Peuple, Lyon Républicain, la presse est pleine de ces appels ou relations. Si les raisons sont multiples, on ne se retrouve « qu’entr’hommes », on mange, on boit, on chante, on rit. Cette finalité conviviale n’est pas tue. Ainsi, dans les années trente, un groupe de copains de la même section fonde une « société économique » informelle, « La Richarde ». « On [verse au cheminot qui coordonne tout cela] une cotisation, lui il [place] l’argent, il l’[fait] fructifier par des opérations ». Parfois, on gagne de l’argent. Parfois on en perd. Peu importe. « En somme, c’[est] encore un moyen d’se réunir [...], après y’[a] de temps en temps une réunion [...] pour faire part du bilan ». Et faire « un gueuleton ».

55Si on ne se retrouve pas pour une activité précise, on se réunit parce que l'on a quelque chose en commun, que l’on travaille au même endroit, comme les Amis de la Chaudronnerie de fer, que l’on vient du même endroit, comme les membres de la Cigale, cette association qui regroupe des cheminots originaires du midi, que l’on est né la même année et que l’on travaille au même endroit, comme ceux de la Classe 1916 des Voitures. A côté de toutes ces coteries mues par le même intérêt convivial, les amicales à la finalité franchement énoncée sont rares. Il y a bien sûr quelques groupements d’achat, parfois discrètement favorisés par la Compagnie, comme cette Association de chauffage des retraités P.L.M. qui permet d’obtenir à bas prix des sacs de charbon, relief dans les années trente de la Grande Guerre. Il y a aussi le Radio-club P.L.M. : quelques bénévoles organisent des causeries émises sur les ondes à l’aide d’un matériel acheté grâce aux cotisations versées par les membres. Les thèmes sont variés, on parle des métaux rares, des centrales hydrauliques, des pierres précieuses, de la téléphotographie, de sujets techniques ou scientifiques jamais en rapport avec la traction ou la métallurgie. Parmi toutes ces ligues, une société se donne « pour but le rapprochement, dans un intérêt purement intellectuel, de tous les Cheminots s’intéressant aux diverses manifestations artistiques ». Fondée à Oullins le 27 septembre 1933, divisée en une section A (« dessin et dérivés ») et une section B (« théâtre, musique et littérature »), l’Association artistique et littéraire P.L.M. de l’agglomération lyonnaise organise gratuitement pour les enfants de cheminots des cours de violons, des cours mixtes de dessin et peinture suivis par une trentaine d’entre eux. Chaque mois, les sociétaires peuvent participer à des soirées musicales et littéraires, sans compter les nombreuses « sorties collectives, récréatives et instructives, excursions de familles, visites de monuments », et les longues soirées organisées deux fois par mois où se succèdent des conférences entrecoupées de morceaux de symphonies ou de récitals de chants.

  • 119 Ce qui ne l’empêcha pas, devenue après la nationalisation Association artistique et littéraire des (...)

56Le recrutement de PA.A.L.PL.M. est corporatif, « exclusivement » précisent les statuts. La cooptation qui préside à l’admission renforce l’aspect corporatiste. La qualité de membre de PA.A.L.P.L.M. se perd, outre les éventualités de démission ou de défaut de payement des cotisations, « par l’exclusion prononcée par le Conseil d’administration pour motif graves, tels que : manquements aux lois de l’honneur, condamnation infamante, rixe, propos injurieux ou malveillants, et tous agissements de nature à semer la discorde ou susceptibles de porter atteinte au bon fonctionnement et à la considération de l’Association Artistique et Littéraire P.L.M. ». De même, la section Théâtre, Musique et Littérature « s’interdit l’exécution de toute œuvre littéraire ou musicale présentant un caractère immoral ». Évidemment, les jeux d’argent sont absolument prohibés. Neutre, PA.A.L.P.L.M tient à l’être absolument. Le statut prévoit qu’elle est fondée, sous certaines conditions, à « apporter son concours artistique aux sociétés de secours mutuels, coopératives ou autres œuvres de bienfaisance, à l’exclusion de celles ayant un caractère politique ou religieux119 ». Dans une semblable finalité, « toutes discussions syndicale, politique ou religieuse sont formellement interdites au sein de l’Association ». Une neutralité bienveillante si ouvertement affichée cache souvent une idéologie inspirée par la direction. Le comité d’honneur de l’association, présidé par Pierre Lavie, l’Ingénieur en chef des Ateliers d’Oullins, comporte dans son Comité d’honneur, outre Herriot et Jordéry, le préfet du Rhône, le directeur de la Compagnie, huit cadres supérieurs du P.L.M. dont quatre de l’usine des bords de l’Yzeron, et un tel aréopage arguerait en ce sens. En fait, cette neutralité n’est pas que de façade. Lors de l’assemblée générale qui entérine les statuts de l’association, en novembre 1933, le mouvement ouvrier est dans un tel état de division que risquer quelque peu de reproduire les clivages dans une amicale en entraînerait à court terme l’implosion. Un petit paragraphe des statuts, en apparence anodin, atteste la réalité de cette neutralité : « Au cas de dissolution [...,] les fonds disponibles au moment de la liquidation seront versés aux Orphelinats des Chemins de fer ». Même pour les orphelins, PA.A.L.P.L.M refuse de s’inscrire dans un débat, et reconnaît comme aussi légitime l’orphelinat de la Fédération nationale que celui des dames patronesses. Les patrons ne sont là, à une place honorifique, que pour témoigner de l’honorabilité de l’association. Des ouvriers et même un manœuvre font partie du conseil d’administration et sont parmi les principaux animateurs. En fait, l’appui apporté par les autorités du P.L.M. semble plus être un gage d’honorabilité, un soutien peu onéreux qu’une main-mise, et s’est manifesté a posteriori. Déjà, au début des années trente, était créée l’Union artistique des cheminots d’Oullins. Si le président en est un inspecteur d’Oullins-Voitures, la vice-présidente est une infirmière. Ce n’est d’ailleurs pas la seule cheminote de son conseil d’administration, puisque l’on y retrouve aussi une auxiliaire. Les sections sont bien celles qui vont former l’A.A.L.P.L.M. : « arts sonores, musique, arts manuels, dessin, poésie, bibliothèque ». Parmi les animateurs, ceux des Machines sont majoritaires, et sur dix-neuf administrateurs, tous membres du personnel des Ateliers, il n’y en a que trois qui travaillent aux Voitures. L’ensemble de l’éventail hiérarchique est présent, malgré la discrétion du personnel peu ou pas qualifié puisqu’il n’y a qu’un seul manœuvre spécialisé. Mais un inspecteur du matériel, un sous-chef de bureau, deux contremaîtres, un dessinateur (qui dans l’Union est professeur de dessin...), une infirmière, un employé, sept ouvriers. Et quatre employés non commissionnés. C’est cette union artistique qui devient trois années plus tard l’A.A.L.P.L.M.

57S’associer pour se réunir, pour se retrouver, quoi de plus normal. Etre conçu dans un cadre plus ou moins institutionnalisé valorise n’importe quel regroupement, lui donne une impression de solidité et de durée possible que n’a pas une assemblée informelle. Un cadre professionnel permet en outre d’écarter les femmes de telles activités, ce qui ne peut que rendre plus attractives de telles pratiques. En cela, l’A.A.L.P.L.M. présente bien des dissemblances avec beaucoup des autres associations cheminotes oullinoises, car il s’agit de promouvoir des activités prenant en compte la famille, sans éliminer les femmes. Multiples, diverses, différentes, toutes ces associations d’ouvriers des Ateliers constituent dans la localité un ensemble de lieux de sociabilité mais aussi d’identité. Si beaucoup de sociétés ont une dimension qui peut transcender la commune ou le site, dans l’entre-deux-guerres, aucune ne se nomme en utilisant une référence à l’usine, sauf pour donner une dimension plus restrictive, les Voitures ou la Chaudronnerie de fer par exemple.

58Le nombre des associations corporatives et le fait que beaucoup de leurs membres pensent et disent qu’ils sont « indépendants » ne doivent occulter ni la participation à des activités organisées hors de ces cadres, ni l'engagement des ouvriers d’Oullins dans des associations sans rapport avec le P.L.M. Comme dans les clubs sportifs qui ne dépendent pas du C.A.S.C.O.L., on retrouve des cheminots dans toutes sortes de groupes oullinois, a l'harmonie, dans tous les clubs de boules qui ont leur siège dans un café, au moins une vingtaine dans la commune. Ce sont des apprentis d’Oullins-Machines qui animent dans la localité, au temple de la rue de la Sarra, la troupe d’éclaireurs unionistes. C’est Fernand Pavoux, un ouvrier des Ateliers, qui assure dans les années trente le secrétariat fédéral des Amis de l’U.R.S.S. Ce qui ne l’empêche pas, par ailleurs, d’être secrétaire du Motocycle-club P.L.M., ni de jouer de la clarinette dans une fanfare. Parfois même, le syndicat qui s’abstient d’une telle démarche pour les sociétés cheminotes, peut déléguer des représentants dans des associations locales à caractère non corporatiste. Convivialité cheminote, mais pas création d’un ghetto corporatiste : l’attitude de la Compagnie, qui peut encourager discrètement, mais n’impulse pas de club, n’y est pas pour rien. Mais la volonté des ouvriers, « bien contents de se retrouver entre [eux] à la boîte mais pas plus mal avec d’autres ailleurs », joue un rôle tout aussi déterminant. La prestation servie par l’association corporative, qui bénéficie par le biais des permis d’une logistique de la Compagnie et s’adresse, du moins jusqu’à l’été trente-six, à des ouvriers bénéficiant de congés annuels que les autres n’ont pas, est le principal argument des usagers et militants de ces groupements qui ne dédaignent pas pour autant de participer à des activités d’associations accueillant tous. Le caractère cheminot semble être même parfois repoussant : « Je [n’irai] pas dans un truc fait qu’avec des cheminots. Y’[a] pas d’raison qu’y’en ait pas d’autres ». Et, malgré leurs statuts ou grâce à eux, toutes ces associations s’ouvrent plus souvent qu’il ne paraît à des étrangers à la corporation, participant bien plutôt à l’intégration du personnel de l’usine dans la population de la ville qu’à une mise à l’écart de celui-ci.

Cheminots et coopérateurs

59Ils ne sont pas une dizaine quand le photographe arrive. Il y a même un piou-piou avec une grande capote. Surviennent trois gamins. Avec leurs paniers. Le plus jeune, qui n’a pas une dizaine d’années, en pull jacquard, bottines et béret de marin, prend un tonnelet pour le brandir vers l’objectif. Quand on entre dans la cour pour un autre cliché, les gamins suivent, mais pas le soldat. La troupe s’est étoffée. Ils sont bien une vingtaine, deux en chapeau mou, dont un imposant barbu. Presque tous en casquette. Des casquettes de toutes sortes. Portées de toutes les façons. Et de ces moustaches ! La plus belle est celle de cet ouvrier qui est vite allé chercher sa bicyclette après la première prise de vue pour pouvoir poser. Il y a aussi un homme en chapeau melon, cravate, l’air très sérieux, toujours une main dans la poche de son pardessus. On prend quelques-unes des barriques pour s’asseoir. On met les brouettes au premier plan. Sur l’une d’elles est peint en belles lettres « Coopérative P.L.M. ». Le benjamin y pose son petit tonneau, s’assied dessus, sourit au photographe. Bien des années plus tard, une vieille dame n’aura qu’une de ces cartes postales, écornée, tachée, pour montrer à ses visiteurs. Avec, en casquette, le pied sur la brouette, l’image de son grand-père.

60La première tentative date de 1863. À leur coopérative d’alimentation, les ouvriers de l’Atelier que le P.L.M. n’exploite que depuis deux ans donnent le nom d’« Union ouvrière ». Cinq années plus tard, ils sont 258 à adhérer à une des 25 coopératives de l’agglomération, seuls des 4000 coopérateurs de Lyon et des environs à ne pas se recruter parmi les métiers de la Fabrique. Si cette initiative est une des initiales, ce n’est pas la seule à Oullins. Au début du siècle, la plus florissante est « la Ruche syndicaliste » oullinoise, gérée par la plupart des organisations ouvrières de la localité. Le groupe d’Oullins du Syndicat national des ouvriers et employés des chemins de fer en possède des actions, ainsi que d’autres, d’ailleurs, de la Laborieuse, de l’imprimerie Saint-Quentinoise, de la coopérative de Saint-Claude, de la Ruche de Villeneuve-Saint-Georges, de la Ruche givordine, de la Boulangerie coopérative lyonnaise, de la Chapellerie ouvrière d’Esperasa, du salon coopératif de coiffure d’Oullins. La Ruche a sa boucherie, sa boulangerie, et organise des loisirs pour les gamins. Moins engagée, la Société coopérative des agents des chemins de fer, fondée en 1901 par un groupe de cheminots de la localité sous l’impulsion de l’un d’entre eux, Collovray, n’est à l’origine qu’un moyen pour se procurer à bon marché du charbon, réservé aux seuls agents des Ateliers. Très rapidement, les transactions s’étendent à l’huile et au savon, puis au vin. Et c’est vite une véritable épicerie qui s’installe rue de la Gare, entre les deux Ateliers. En 1907, alors que les coopérateurs sont presque au nombre d’un millier, la Société acquiert deux parcelles contiguës rue Orsel, fait édifier ses immeubles et inaugure dès l’année suivante son magasin d’épicerie. Elle est devenue le 28 juin 1907 la Renaissance P.L.M. Sur un réseau qui prohibe l’économat et encourage la coopération, la Renaissance est l’une des 6 coopératives réservées aux agents des chemins de fer sur les 87 qui existent dans le département. Largement tributaire de ce que peuvent vivre les travailleurs, la coopérative est sur le point de déposer son bilan pendant la Grande Guerre. L’après-guerre et les prix prohibitifs pratiqués par les commerçants devraient permettre un fulgurant redémarrage, mais les conflits sociaux de 1920, avec les pertes de salaires, les révocations de syndicalistes dont certains, rarement les plus en vue, sont des coopérateurs actifs, la division même du mouvement syndical, sont sur le point de porter un coup fatal à la coopérative, et c’est surtout au début de la décennie suivante que le nombre d’adhérents enfle de manière significative, passant de 1100 en avril 1929 à 2500 cinq ans plus tard. Une telle croissance rend rapidement insuffisantes les installations. Après quelques aménagements intérieurs, le conseil d’administration décide de modifier plus conséquemment les bâtiments.

61C’est un véritable ensemble immobilier qui se trouve dans le quartier situé entre la Saulaie et le centre-ville, au milieu des années trente. Le vieux bâtiment, rue Orsel, comprend, au-dessus de l’ancienne boutique qui sert d’entrepôt, le logement du gérant ainsi que deux salles de réunion. Mais, quand les cheminots parlent de la coopérative, il s’agit de la bâtisse édifiée au milieu de la décennie, reliée à l’ancienne par une galerie de caves où sont stockés par hectolitres les liquides les plus divers. Au rez-de-chaussée, une énorme boutique. Dès que l’on y pénètre, par la rue Orsel, on se trouve face au comptoir des vins et liqueurs. On prend un ticket, qui détermine l’ordre dans lequel les sociétaires sont servis. À gauche, c’est le rayon de la droguerie. À droite, c’est la charcuterie, et, tout au long, l’interminable banque de l’épicerie. À l’étage, des pièces de réserves et d’autres boutiques, de vêtements, de quincaillerie, de produits photographiques. On y vend aussi quelques meubles et des appareils de chauffage, d’éclairage. Au dernier étage, couvrant toute la surface du bâtiment, des greniers contenant les produits les plus hétéroclites. Toujours dans le nouvel immeuble, la boulangerie, accessible par la rue Charton grâce à une seule des portes, l’autre étant réservée à la sortie. Une circulation à sens unique est en effet établie dans cette pièce. C’est qu’il s’agit, à l’heure de la sortie des Ateliers, de servir en quelques minutes plusieurs centaines de personnes. Pour les habitués, le pain est préparé à l’avance mais pour le cheminot aux habitudes moins régulières, il faut prendre la commande, peser la marchandise, inscrire le prix sur le compte du sociétaire, tout cela en moins d’un quart d’heure pour 500 ou 600 personnes. C’est dans le sous-sol de la boulangerie que se trouvent la réserve de mazout et la chaudière du chauffage central, mais c’est au bois ou au charbon que sont chauffés les fours. Entre l’épicerie et la boulangerie, le local de torréfaction des cafés. La coopérative est pourvue des plus modernes équipements : torréfacteur, peseuse-ensacheuse pour les céréales, les poudres, les farines, monte-sacs, plusieurs monte-charges, deux caisses enregistreuses, « équipées avec des moteurs électriques », des pendules électriques dans la plupart des pièces, le chauffage central, un réseau téléphonique interne reliant les rayons de vente, les bureaux, les entrepôts. Si la rationalisation a eu quelques difficultés à s’imposer aux Ateliers, les coopérateurs l’ont adoptée sans sourciller au milieu des années trente. Il s’agit d’une entreprise de taille respectable, avec ses employés, ayant pour la plupart une profession, et surtout ses employées, sous-qualifiées ou vendeuses. Le personnel féminin est parfois recruté dans les familles des sociétaires, c’est à dire des cheminots. Mais pas toujours.

62Des installations impressionnantes. Des résultats qui le sont aussi. Pendant l’hiver 1933-1934, ce sont vingt porcs qui sont achetés chaque semaine. La boulangerie produit jusqu’à deux tonnes de pain par jour, près du double le samedi. Après 1936, il y a entorse aux grands principes avec l’ouverture de la boulangerie le samedi matin. Le rayon des alcools vend près d’un millier d’hectolitres chaque année, dont les deux tiers de gros rouge. Et ce sont chaque jour plus d’une trentaine de kilogrammes de café qui sont vendus. Les chiffres globaux ne doivent pas faire illusion. Ce ne sont après tout que 14 grammes de café que chaque sociétaire achète par jour à la Renaissance. 125 ménages qui se partagent un porc pendant une semaine, cela ne fait pas énormément de tranches de saucisson par jour et par personne. Pour les liquides alcoolisés, c’est encore plus flagrant. Même s’il ne faut point céder aux fantasmes d’une classe d’alcooliques, 40 litres de boissons par an, ce n’est pas grand-chose. Le pain, en revanche, avec l’achat quotidien moyen de 800 grammes par sociétaire, semble avoir plus de succès. La coopérative utilise là l’emplacement privilégié dont elle dispose, sur le chemin du retour des ouvriers qui, à midi, rentrent chez eux. Mais l’affluence de la mi-journée n’empêche pas la vente de se faire à d’autres moments, et un sociétaire peut très bien acheter du pain pour des voisins qui ne sont pas cheminots. Pour le vin, les faibles performances témoignent d’autres sources d’approvisionnement. On préfère la production familiale ou celle de la famille des copains, d’autant plus attirantes que les permis de circulation donnent la possibilité d’aller les chercher à bas prix et qu’il y a encore une production viticole dans la commune, des vignes au-delà de la Bussière.

63Liés d’abord à d’autres coopératives, les syndicalistes ne peuvent se désintéresser de celle des ouvriers de Ateliers, pas plus que les coopérateurs ne peuvent ignorer les événements sociaux, accordant lors de la première grève de 1920 un crédit de deux semaines aux sociétaires. Après un mouvement de retrait, notamment des unitaires à la fin des années vingt, les syndicalistes du temps du Front populaire, même s’ils estiment la Renaissance trop liée à la Compagnie, ne se préoccupent pas moins de son fonctionnement, envoyant en tant que tels deux représentants du syndicat au conseil d’administration de la Renaissance. La personnalité même de ceux-ci, Machizaud et Chillard, les leaders de chacune des tendances, témoigne de l’importance accordée par les militants ouvriers à la coopérative, et pas uniquement en une démarche pragmatique, mais aussi parce que, comme l’explique Raoul Baudru, « un syndicaliste et un coopérateur [sont] deux qualificatifs que l’on ne devrait jamais dissocier ».

  • 120 Du moins avant la Seconde Guerre mondiale : les restrictions, renforçant l’importance de la coopér (...)

64Parfaitement intégrée dans le quartier, la Renaissance est, dans les années vingt, une entreprise relativement importante à Oullins. Concurrent de poids pour quelques petits commerçants, surtout ceux du quartier et les boulangers, elle n’en est pas moins supportable pour le Grand Bazar d’Oullins, situé sur la grande rue, éloigné d’à peine deux cents mètres, plus ancien que la coopérative. Le personnel, en n’étant pas issu exclusivement du milieu des agents de la Compagnie, en logeant dans les différents quartiers de la localité, contribue à faire l’entreprise plus oullinoise que cheminote. Et l’absence de spécificité de l’approvisionnement, tout comme l’absence des liens de dépendance si importants dans le cas des économats, enlève aux magasins ce côté patronal, donc ouvrier, qui peut exister dans d’autres cas. L’intérêt que peut porter le syndicat à des coopératives concurrentes renforce cette dimension de relativité. Sans être pour les ouvriers mêmes un des éléments fondateurs de leur identité120, la coopérative n’en contribue pas moins à accréditer l’idée d’une communauté cheminote ayant son propre caractère. Si l’on se fait acheter du pain, bon et pas cher, par son voisin, c’est bien parce qu’il est cheminot. Et pour les habitants de cette banlieue sud-ouest qui ont l’habitude de traverser la localité à la mi-journée, Oullins, c’est ce faubourg où les hommes se promènent leur pain sous le bras. Ce pain, à l’indéniable dimension symbolique, est un élément déterminant de la perception par la population, plus que par les ouvriers des Ateliers eux-mêmes, d’une spécificité cheminote.

Le syndicat, la grande association

65La principale organisation de cheminots est le syndicat, car aucune, qu’elle unisse des anciens combattants ou des adeptes du jeu de boule, ne peut regrouper autant d’adhérents sans leur proposer de service pécuniairement intéressant. Le nombre des syndiqués est inégal, mais, depuis le début des années 1890, ils sont toujours plusieurs centaines à participer plus ou moins régulièrement aux activités, et plus encore à verser leur obole. Il existe même des périodes où celui qui n’a pas sa carte syndicale est considéré comme ayant un étrange comportement. Lors des premiers mois de l’organisation, mais aussi aux lendemains de l’armistice et du printemps trente-six, les syndiqués sont les plus nombreux et les syndicalistes des interlocuteurs reconnus. Même en dehors de ces périodes, le syndicat est la principale organisation. Par l’engagement des militants, le temps qu’ils y passent, le cœur qu’ils y mettent, les risques qu’ils encourent : le syndicat est sans aucun doute la seule association de cheminots dont l’adhésion peut entraîner la perte de cette essence cheminote.

  • 121 A.G. - C.G.T.U., 29/1/1926.
  • 122 C.A.. - C.G.T.U., 23/10/1931.

66Le trésorier du syndicat C.G.T.U. des cheminots d’Oullins termine le rapport financier de l’année écoulée : « L’argent fait la force du capitalisme ; il contribue également pour une large part à celle de la classe ouvrière121 ». L’argent a même eu une fonction maïeutique pour l’organisation, puisque c’est pour s’opposer à une réduction des tarifs qu’est créée, à la fin du XIXème siècle, la première organisation syndicale des Ateliers. Le premier souci des militants en septembre 1914 est de mettre à l’abri une partie des avoirs du groupe. L’argent fait rimer syndiqué avec solidarité lors des actions de répartition des primes de l’après-guerre. Des velléités prématurées d’unification, à l’automne 1931, amènent des militants de la C.G.T.U. à proposer de « garder l’argent des cotisations pour priver [les] deux centrales de fonds » et les obliger ainsi à l’unité122. C’est à propos d’un supplément de cotisation qu’éclate une des deux principales crises à l’intérieur de l’organisation locale au temps du Front populaire. C’est en excluant pour défaut de payement de ses cotisations le principal protagoniste qu’est résolue la seconde. Et souscrire pour mille francs à l’emprunt lancé par le gouvernement Blum est ressenti comme un moyen de le soutenir pendant l’été trente-six. Mais là ne s’arrête pas son rôle. « Pour la marche du syndicat [...], la tâche principale, [c’est] les cotisations ». L’argent est ce qui fonde le syndicat car la cotisation fait le syndiqué.

67L’argent est signe. Signe de crise : après l’échec de la grève de 1910, de celle de 1920, au début la guerre, le syndicat manque d’argent, doit se passer de certains services, ne plus chauffer son local, imprimer moins de tracts, faire appel aux talents bénévoles de médecins ou d’avocats. Mais lorsqu’après le printemps du Front populaire le syndicat accroît le nombre de ses membres, le trésorier se félicite que « l’avoir du syndicat augmente de mois en mois ». Les fonds viennent exclusivement, ou presque, des syndiqués : le nouvel adhérent verse une somme lors de l’adhésion, puis régulièrement, avec une périodicité trimestrielle le plus souvent, une cotisation. Ne pas régler plusieurs mois de suite sa cotisation met le syndiqué devant le dilemme : « payer son retard ou faire une nouvelle adhésion ». Une partie de leur montant est versé à des instances nationales, fédérales ou départementales, qui ne laissent qu’une portion congrue à la structure locale. Cette cotisation est la principale source de revenus du syndicat, mais lorsque les syndiqués se font rares, d’autres apports prennent une réelle importance. Ainsi, en 1915, le montant des intérêts de la somme placée à la Ruche est bien plus important que la part locale des cotisations des syndiqués. Les sommes que le syndicat possède sont souvent assez conséquentes, et placées à la Caisse d’Épargne, dans un coffre-fort en banque, voire en actions de coopératives. La seule tentative que fait le syndicat d’investir dans le capital ferroviaire se termine par une perte conséquente. Le montant de la cotisation est relativement modique. En 1908, l’adhésion revient à cinquante centimes et la cotisation trimestrielle à un franc. Ce n’est pas une journée de travail par an qu’il en coûte pour être syndiqué, mais c’est trop. En 1917, le principal débat qui suit cet événement du syndicalisme cheminot qu’est la création de la Fédération tourne autour du montant de la cotisation. Lorsque la grève de 1920 a clairsemé les rangs et que les dirigeants de la Fédération se refusent à renoncer à l’argent de la cotisation due pour le temps de la grève, les militants locaux s’efforcent de « choisir le moment opportun pour les faire payer », tout comme ils profitent d’un rappel versé par la Compagnie pour lancer une souscription en faveur de la Maison du Peuple.

  • 123 A.G. - C.G.T.U., 17/12/1929.

68Toutes les augmentations de cotisation font l’objet de longs palabres, et les mêmes justifications s’opposent aux mêmes objections : il faut de l’argent pour faire tourner le syndicat, donc il faut augmenter le montant de la cotisation, mais l’augmentation des cotisations va entraîner une baisse du nombre de syndiqués, donc une diminution des moyens matériels de l’organisation. Débats sans cesse renouvelés, pour lesquels on convoque même une « commission composée de tous les collecteurs [...] pour étudier cette question ». C’est ce sujet qui permet à Mondy, le secrétaire du syndicat unitaire, de proférer ce chef-d’œuvre de la logique stalinienne : à un militant qui n’est pas vraiment enthousiaste à l’idée d’un accroissement du montant de la cotisation, il « dit qu’il prend ici l’attitude des minoritaires qui refusent l’augmentation pour gêner l’action de [l’]organisation123 ». Lorsqu’est revenue l’heure de l’unité, le premier conseil du syndicat réunifié commence, après les discours grandiloquents soulignant le caractère historique de la réunion, par une longue suite de lamentations sur la cotisation que les travailleurs « trouvent trop chère » et qui est ainsi un frein à la syndicalisation. Quatre jours plus tard, la première assemblée traite longuement ce sujet. Mais si les militants se disputent sur l’influence que peut avoir son montant sur la marche de l’organisation, le principe n’est pas remis en cause, et personne ne dit mot lorsqu’un syndicaliste « déclare qu’il faut savoir si vraiment les syndiqués veulent se défendre, si oui, il faut des munitions, c’est à dire de l’argent ».

69Cet argent, ce nerf de la guerre, à quoi peut-il servir ? Lors des six premiers mois de l’année 1916, plus de 40 % de l’argent des cotisations sert à payer une allocation trimestrielle de quinze francs... au trésorier. Le montant en a été multiplié par trois, car aux temps de la grève des cent sous, c’est cette somme revendiquée pour la tâche d’une journée à la Compagnie qui était versée au trésorier quatre fois par an. Ce qui n’empêchait pas celui-ci d’arrondir l’obole en question au moyen d’indemnités pour « perte de temps ». Ces allocations dont bénéficient certains militants se révèlent parfois conséquentes, un syndicaliste pouvant toucher en une année jusqu’à l’équivalent d’une semaine de salaire pour une « allocation de bureau ». D’être stipendié ne pose pas problème aux syndicalistes. Lorsqu’un militant propose, à un moment où les finances de l’organisation sont dans un état catastrophique, que les allocations dont bénéficient certains leaders du syndicat soient supprimées, Veyret, le secrétaire du groupe, n’hésite pas à faire « remarquer que, s’il est obligé de venir passer beaucoup de son temps disponible à la Bourse, il restera chez lui » si cette proposition est adoptée. En fait, cette pratique, qui fait des militants des employés de l’organisation, tend à disparaître après la guerre. Les syndicalistes-révolutionnaires de 1919 touchent encore des allocations, votées en conseil et précisément étalonnées selon les responsabilités : 50 francs pour le secrétaire général, 25 francs pour le trésorier général, 12,50 francs pour les secrétaires et trésorier adjoints, 5 francs pour les archivistes et 10 francs pour quelques délégués appelés à représenter le syndicat lors de certaines réunions. Mais les lendemains de grève, la désyndicalisation, la division, font perdre ces habitudes. A peine l’adhérent qui, dès livraison des Tribunes, prend son vélo pour faire le tour des syndiqués et distribuer les journaux a-t-il droit à une ristourne de cotisation. Et il n’est plus dès lors question de compenser par une somme les « demi-journées perdues les dimanches de réunion » ni de « désintéresser de ses frais de tramway pour Lyon » le militant qui habite à la Guillotière et vient aux réunions à la Brasserie des Chemins de fer. Les sommes qui sont manipulées par les militants, si elles ne sont point démesurées, n’en sont pas pour autant négligeables. Aussi, un contrôle est-il exercé sur collecteurs et trésoriers, et l’on se dote de livres de comptes, sans manquer de se féliciter de leur « tenue irréfutable », de louer les « hommes francs et loyaux » qui assurent la comptabilité. Ces mesures ne sont d’ailleurs pas toujours suffisantes.

  • 124 Il s’agit d’un pseudonyme.

70Monté dans la hiérarchie syndicale à l’occasion de l’appel d’air qui suit les révocations de la grève des cent sous, Benoît Fauchet124 est un militant qui fait une très rapide carrière syndicale. Natif de la commune, vivant avec sa mère, il entre aux Ateliers à l’âge de 27 ans, après avoir été employé dans des petites usines de l’agglomération. Bien qu’ayant une pratique, sinon une formation, de menuisier, il est affecté à la Serrurerie des Voitures, baigne dans cette atmosphère syndicaliste et acquiert dans l’année sa carte au syndicat. Après la grève, pendant laquelle il n’apparaît pas en tant que leader, il prend des responsabilités dans l’organisation. En avril 1912, alors qu’il n’a qu’une trentaine d’années et qu’il est syndiqué depuis un peu plus d’une demi-décennie, il représente ainsi le groupe d’Oullins au XXIIIème congrès du Syndicat national. Un peu plus de six mois plus tard, lors d’une séance du conseil d’administration du groupe, dès qu’est achevée la lecture du procès-verbal de la réunion, un militant « demande au trésorier s’il a envoyé l’argent des différentes quêtes [dont il vient d’être question], le trésorier répond qu’il ne l’a pas envoyé, qu’il a été obligé de se servir de cet argent pour payer d’autres dépenses ». La séance est presque entièrement consacrée à ces problèmes pécuniaires. Les militants sont choqués par l’utilisation à des fins de fonctionnement de fonds provenant de souscriptions effectuées en faveur de grévistes et de l’orphelinat, et peinés du fait que le trésorier ait caché aux conseillers la précarité de l’état des finances du groupe.

71Ce n’est que deux mois plus tard, lors du conseil suivant, que les choses se précisent. Après lecture du procès-verbal de la séance de novembre, Fauchet demande la rectification d’une phrase qui, à ce qu’il prétend, « peut être interprétée de plusieurs façons », et met en exergue le fait que le trésorier n’a pas lu en réunion le détail des dépenses et recettes mensuelles. Justin Roudil, secrétaire adjoint du syndicat et auteur du procès-verbal de la séance précédente, le rabroue : « Il ne peut pas rectifier cette phrase qui est exactement le sens et la vérité de ce qui s’était dit à cette précédente réunion ». Bien que chacun se souvienne que, en effet, le détail n’avait pas été édicté, « après un échange de vues de plusieurs camarades, le conseil conseille [sic] au camarade Roudil de retirer [la partie du texte incriminée] et Roudil consent, sans qu’il soit fait un vote là-dessus ». Fauchet pousse alors l’avantage, essaye de faire justifier au cours d’une discussion le bien-fondé de sa gestion. Puis on passe aux points suivants de l’ordre du jour, qui se termine par une correspondance de la Ruche refusant de donner satisfaction à une demande d’emprunt sans exposé de la situation financière du syndicat. La querelle rebondit, et lorsque Fauchet explique qu’il n’a pas pu envoyer « l’argent des quêtes [et] qu’il n’a pas d’argent », il se fait vertement réprimander : « C’est très mal de sa part ». Déjà, des incohérences apparaissent. Quelques accusations s’ébauchent. Lassé, le trésorier répond « que c’est à la commission de contrôle [de] vérifier et qu’il sera à leur disposition » une semaine plus tard.

72Ce jour-là, les militants de l’Union P.L.M., membres de la commission de contrôle, se plongent quelques instants dans les comptes, puis convoquent presque sur-le-champ une assemblée générale extraordinaire du groupe. Le rapporteur « s’étend longuement sur la manière dont a procédé le trésorier pour arriver à jeter le désarroi dans la commission ». Le réquisitoire commence : « La tenue des livres et de la comptabilité sont dans un état lamentable ». A un tableau noir, le trésorier est invité à expliquer la part de la cotisation qui revient à chaque instance syndicale. Mis face à ces opérations, Fauchet reconnaît la discordance « mais il demande qu’on lui donne quelques jours pour vérifier ces livres, car il ne comprend pas qu’il ait pu faire une telle erreur ». « Des protestations s’élèvent de toutes parts ». On propose de mettre les livres sous scellés. Des membres de la commission de contrôle qui avaient clos l’exercice 1911 se rappellent avoir alors vérifié les comptes, établis au centime près et correspondant précisément à la somme en caisse. Au fait, cette caisse, où se trouve-t-elle ? Fauchet ne répond pas. Un militant se lève : « S’il est un homme, car c’est un homme qui lui parle, s’il n’a rien à se reprocher sur la conscience, qu’il aille chercher la caisse ». L’assemblée décide alors que deux militants doivent accompagner le trésorier jusqu’à son domicile pour revenir avec cette fameuse caisse. La séance est suspendue, chacun commente les événements. Puis l’on commence à perdre patience : Fauchet n’habite pas loin du lieu de la réunion. On apprend qu’il a feint un évanouissement en arrivant sur le seuil de son logis. Les deux militants reviennent, avec la caisse mais sans le trésorier. Le bureau de l’assemblée effectue alors la « vérification de la caisse, mais hélas elle est bien maigre car le malheureux n’a plus rien en caisse à part une somme de soixante-sept francs trente-cinq et quelques pièces fausses dont le montant s’élève à quatre francs cinquante qui sont venues s’échouer dans la caisse du groupe ». Si la rédaction du compte rendu trahit une certaine émotion, celle-ci s’estompe rapidement. « L’individu doit avoir été acheté par quelqu’un pour nous désorganiser » suppose-t-on, ce qu’un ouvrier précise quelques jours plus tard en suggérant : « Si l’ex-trésorier a été poussé par la Compagnie, on devrait le faire mettre au clou séance tenante ». Avant de se quitter, les militants prennent la décision de nommer un trésorier provisoire et de consulter Marius Moutet, l’avocat du syndicat, pour savoir quelle attitude adopter.

73Trois jours plus tard, l’assemblée se réunit à nouveau. Gêné par la lecture du procès-verbal de la précédente réunion, un militant fait remplacer le mot « perquisitionner » par « accompagner »... Puis on en vient aux suites à donner à l’affaire. Plusieurs actions sont envisageables, de la signature d’une reconnaissance de dette en présence du juge de paix à une demande de « saisie sur sa paye à raison de dix pour cent chaque mois ». C’est, bien sûr, une commission qui est désignée pour régler les aspects matériels du problème et qui reçoit mandat de « faire rentrer l’argent qui a été détourné [...] par les moyens les plus rapides tout en agissant d’abord sans le concours de la police ». La somme est évaluée au mois de février à 1072 francs, puis 1312. C’est énorme, comparé aux cinq francs quotidiens réclamés lors de la grève des cent sous. Mais les nouvelles qui arrivent petit à petit, l’imprimerie que l’on boycottait depuis qu’elle s’était permis de réclamer le payement de factures déjà acquittées, le passif de l’orphelinat et les factures qui s’accumulent, portent la somme à près de 1500 francs. En faisant rembourser mensuellement vingt francs par Fauchet, le syndicat devrait récupérer ses fonds au bout de six ans. C’est cette solution qui est adoptée. Chaque mois, Fauchet remet à son successeur la somme fixée. La créance est peu à peu remboursée quand survient le conflit mondial. Lorsque le syndicat est au plus bas, l'ex-trésorier en profite pour interrompre ses versements. Une lettre recommandée, une négociation avec les militants, les échéances qui s’étalent, et il ne verse plus que cent francs par an à la fin de la guerre, à échéance trimestrielle. Mais des versements moins importants rendent plus long le temps du remboursement. En 1921, plus de huit ans après les faits, il tente, en vain une fois de plus, de profiter de la scission pour abandonner ses versements.

  • 125 Outre le livre de compte du groupe pour ces années, C.A. - C.G.T., 26/11/1912, 31/1/1913 (certains (...)

74L’affaire est pénible pour les syndicalistes. On parle de la « crise que le groupe est en train de subir ». On commence les réunions sans donner lecture du procès-verbal de la séance précédente, « voyant que tous les camarades [savent] très bien tout ce qui s’était discuté à la précédente réunion ». Lorsqu’une parole à son égard se veut moins agressive, on précise bien que Fauchet « est un sieur et non un camarade ». Mais, à aucun moment n’a été rapportée l’éventualité d’une action violente. Les militants se sont surtout demandé comment cela pouvait arriver. Ils comprennent mal, envisagent la possibilité d’un complot de la Compagnie. Dans leur attitude même, ils font preuve d’une certaine déontologie. Lorsque le mot « perquisitionner » est noté dans un compte rendu, ils le font remplacer. Ils ne veulent point recourir à la police, à la justice. Ce qui ne les empêche pas de trouver inspiration dans ce qui pourrait être ses décisions. La solution d’abord retenue d’un remboursement mensuel de vingt francs n’est pas vraiment éloignée des 10 % du salaire que, d’après l’avocat, le juge de paix aurait accordé au syndicat125.

75Une nouvelle affaire, qui pourrait évoquer les détournements de l’avant-guerre, éclate au début des années trente. En août 1932, la réunion du conseil du syndicat unitaire se clôt par l’évocation de l’affaire à laquelle on donne le nom du principal intéressé, un syndicaliste de vingt-huit ans, ouvrier de métier aux Voitures, père d’un petit garçon, militant communiste. Fort en gueule, courageux, influent dans son atelier, sachant devenir rapidement compétent dès qu’un problème lui est confié, très « lutte de classes », il serait le parfait militant de cette troisième période s’il n’avait pas parfois quelques velléités anarchisantes. Le secrétaire du syndicat, « prenant la parole sur cette affaire, explique qu’il [...] devait déjà de l’argent de l’année dernière mais que [...], faisant bien son travail de membre du bureau, le bureau lui avait accordé de se liquider de cette dette toutes les payes ». Il verse une part de ce qu’il doit au début de l’année, mais recommence dès avril à ne pas remettre au trésorier du syndicat les sommes qui transitent par lui. Devant les appels du bureau, il fait parvenir une lettre de démission et verse 200 des 504 francs dont il est débiteur. Convoqué au bureau, il s’y rend et a lieu une discussion où il se montre « en tous points arrogant ». Il n’en signe pas moins « un papier reconnaissant [...] devoir cette somme ». Lorsque ce récit est terminé, la première intervention est celle d’un militant qui se dit « partisan que le syndicat le mette à la porte ». Plus que de ses dettes, c’est de son attitude qu’il lui est fait grief. Le conseil vote à l’unanimité l’exclusion du délinquant et décide, à l’unanimité moins une voix, de rendre publique cette mesure. L’assemblée générale suivante ratifie la décision et un court communiqué paraît fin août dans l’organe de l’Union P.L.M. des syndicats unitaires : « Le syndicat unitaire des cheminots d’Oullins porte à la connaissance de tous ses adhérents que le Conseil syndical, dans sa séance du jeudi 4 août, a exclu l’ex-camarade [...] pour indélicatesse. En prendre note ». Comme le remboursement des dettes ne se fait qu’à une échelle peu consistante, le conseil, quelques mois plus tard, « donne mandat au bureau de réclamer 25 francs par mois » au militant indélicat. Mais l’ouvrier n’a pas de dettes qu’auprès de ses camarades, des procédures judiciaires ont été engagées à son encontre par d’autres débiteurs, et il demande « que l’on attende la fin des oppositions qu’il a actuellement sur son salaire ». Alors que le syndicat envisageait d’« intenter des poursuites contre lui », chacun se range à l’avis d’un conseiller des Voitures qui propose de temporiser. L’affaire en reste là, l’ancien syndicaliste s’acquitte de sa dette et il est réintégré dans le conseil du syndicat un an plus tard par un scrutin acquis à cinquante-cinq voix contre une. Sa première intervention lors de la réunion suivante n’est pas pour autant modérée, puisqu’il commence par critiquer les faiblesses et les manques de l’organisation... Ainsi, celui-là même que l’on avait exclu dix-huit mois plus tôt, à l’encontre duquel on envisageait des poursuites une année auparavant, qui avait été nommément dénoncé dans la presse syndicale, revient au sein du conseil.

  • 126 C.A.. - C.G.T.U., 4/8/1932, 24/2 et 16/3/1933, 7/4 et 4/5/1934, A.G. - C.G.T.U., 29/9/1932, La Voi (...)

76Certes, les circonstances ont joué : la réunion du conseil au cours de laquelle il est réintégré est celle qui suit la mutation précipitée de Mondy, secrétaire au moment de l’exclusion du jeune ouvrier, procureur lors de la séance où elle fut décidée. Et c’est à la suite de l’intervention de Machizaud, le successeur de Mondy, et de Bouhatier, mémoire et principal leader du syndicat, vieux syndicaliste-révolutionnaire fort proche en bien des points du militant sanctionné, que ce dernier est réintégré au conseil. C’est surtout le moment d’une dynamique de réunification qui fait que pourrait être appréciable l’action d’un militant de la qualité de celui dont on s’était débarrassé. Son attitude lors des journées de février trente-quatre a pu impressionner les syndicalistes, puisqu’il n’a pas hésité à s’engager alors que beaucoup d’entre eux hésitaient. Et, même à l’intérieur de la C.G.T.U., certains peuvent penser qu’il ne peut avoir qu’une influence positive en pleine période de réunification, mais à un moment où les instances fédérales sont pour le moins réticentes. Sincère partisan de l’unité syndicale, vigilant face aux confédérés sans être sectaire, ses positions ne sont pas éloignées de celles de Machizaud, et encore moins de celles de Bouhatier. Il n’en reste pas moins que ce militant accusé d’avoir gardé par devers lui des fonds du syndicat est investi, un an et demi après son exclusion, de responsabilités126.

  • 127 Ne serait-ce que parce que, outre le montant de sa cotisation, le syndicaliste doit subir une rest (...)
  • 128 C.A. - C.G.T., 11/1/1912.

77Ces deux affaires de détournement sont symptomatiques par la manière dont elles sont traitées, chacune étant gérée au jour le jour par des militants, soucieux surtout par principe de récupérer l’argent de l’organisation. En fait, ces escroqueries, tout comme l’insistance des syndicalistes de l’entre-deux-grèves à toucher leur obole, tendent à montrer que l’argent et le syndicalisme ne font pas si mauvais ménage. Le militant est amené à manipuler des sommes importantes. Ces sommes, il en est conscient, et il a même tendance à exagérer cet élément, fondent en partie la force du syndicat. Que soient tentés des hommes aux revenus fort modestes n’a rien d’étonnant. Mais que soient acceptées les prétentions des syndicalistes qui n’hésitent pas à expliquer que sans argent ils ne militeraient pas, que ne soient pas réprimées outre mesure des pratiques frauduleuses de détournement de fonds, tout cela relativise, grandement, cette image de pur et de dur que veulent donner d’eux, en ce domaine, les syndicalistes, et qui correspond pour la plupart d’entre eux à une réalité127. Probes, désintéressés, la plupart des militants le sont. Ils ne sont pas choqués outre mesure lorsqu’un de leurs camarades ne l’est pas mais, lorsqu’un responsable de l’Union de réseau leur demande de prêter de l’argent à cette instance tout en assurant les Oullinois qu’ils percevraient alors des intérêts sur les sommes dues, ils n’en ont pas moins tendance à penser :« Nous sommes des camarades à nous rendre service fraternellement et non des capitalistes pour exiger l’intérêt comme on le fait dans les banques128 ».

78Laisser de côté la convivialité parmi les motivations des syndiqués serait une omission de taille. Le syndicat, c’est d’abord le lieu où l’on est bien avec les autres, que l’on retrouve après le travail car « les copains du syndicat, ce sont les copains du dehors ». Cette réelle camaraderie souligne d’élans lyriques les péripéties des structures. Un an après la réunification, l’ex-unitaire Ernest Bouhatier ne va-t-il pas jusqu’à interpeller l’ex-confédéré Joseph Chillard en des termes pour le moins choisis : « Le passé est bien mort et [...] une vie nouvelle nous attend » ? Mais ces relations rendent plus dures les ruptures, les scissions, et la dimension sentimentale parachève l’aspect politique.

79Avril 1917 : les effectifs du syndicat sont en train de s’accroître à un rythme qui surprend les quelques anciens qui, depuis le début de la guerre, se sentaient bien seuls. L’un de ceux-ci « propose que les syndiqués n’ayant pas six mois de stage au syndicat n’aient pas droit aux renseignements gratuits de l’avocat de l’organisation ». Entre la société d’assurance mutuelle et le devoir de solidarité, le cœur du syndicat a ses raisons. Les quêtes, les cueillettes comme l’on dit, sont le plus souvent organisées sous l’égide du syndicat. Ce sont, quelques jours avant Noël 1908, les syndiqués qui se cotisent à la fin de l’assemblée pour « les nécessiteux de Paris ». Mais les listes de souscriptions qui circulent dans les Ateliers restent communément destinées à une seule personne. Le cas du « camarade dans le malheur » auquel on vient en aide est bien sûr pour le moins douloureux, comme celui de ce syndiqué « malade depuis quatre mois et père de quatre enfants ». Le cheminot veuf qui a des enfants, la veuve du travailleur du site, sont particulièrement pris en charge. La pratique de ces quêtes est si courante qu’un « trésorier des collectes » est régulièrement nommé par le conseil syndical pour éviter une trop grande imprécision.

80La principale initiative syndicale en la matière est la Caisse de solidarité. Existant au début du siècle, cette institution qui fonctionne avec de l’argent perçu en sus de celui des cotisations, et à laquelle peut seul adhérer le syndiqué, sans que soit alors toujours obligatoire l’affiliation à cette Caisse de solidarité, connaît bien des vicissitudes. Critiquée régulièrement, que ce soit parce que « certains abusent de la Caisse de solidarité » ou simplement du fait des jalousies que suscitent les versements qu’elle effectue, elle est à plusieurs reprises dissoute pour renaître de ses cendres quelque temps plus tard. Les allocations versées par la Caisse sont fixées en fonction d’un barème fort précis, discuté en conseil, parfois même en assemblée. La modicité du début du siècle laisse vite la place à des sommes plus conséquentes. Si trois francs sont versés fin 1905 à l’occasion d’une hospitalisation, c’est cinquante francs qui sont alloués dès la fin de la première décennie du siècle en cas de révocation ou de décès, le même montant au début des années vingt en cas de maladie ou de réforme, cent cinquante francs pour les veuves lors du décès d’un adhérent en 1932, somme qui au demeurant peut être complétée par le produit d’une quête. La Caisse de solidarité est partie intégrante du syndicat ; son trésorier et certains membres de son bureau sont, à certains moments, « membres de plein droit du conseil d’administration du syndicat ». Les unitaires, trouvant cette pratique « réformiste » et contraire à un esprit de lutte de classes, la délaissent, puis la reprennent, puis l’abandonnent à nouveau à la fin des années vingt, après en avoir vidé pour une part sa substance en réduisant des deux tiers le montant de la cotisation. Mais comme les confédérés l’ont conservée, en lui adjoignant un caractère d’obligation, le problème se pose au moment de la réunification de la rendre commune. Les ex-unitaires se rallient d’autant mieux à la proposition de leurs anciens concurrents que, comme l’explique un militant communiste, elle « aurait surtout pour but d’attirer les camarades à l’organisation et de les garder ».

81Le syndicat lui-même assume parfois la solidarité financière, prenant sur son budget au début du siècle comme dans l’entre-deux-guerres pour payer des timbres à des militants en difficulté et qui ne veulent pas « refaire une nouvelle adhésion », démarche apparaissant peu honorable. Des collectes sont organisées à l’issue des réunions pour payer les cotisations des syndiqués malades, et parfois le montant de la cotisation est retenu sur le produit de la cueillette organisée dans l’atelier du militant. La marche elle-même de l’histoire oblige à certains frais, et des crédits sont votés par le conseil à la veille de Noël 1917 pour assurer la distribution de jouets aux orphelins de guerre. Bien souvent, c’est dans ses rangs et du fait de leur action syndicale que l’organisation doit secourir des cheminots, notamment ceux qui sont révoqués à la suite des grèves de 1910 ou 1920 ; elle doit le faire dans des proportions assez restreintes car ils sont nombreux. Les allocations pour chômage versées aux militants révoqués pour action syndicale en dehors des périodes de forte répression sont plus élevées, mais dépassent rarement l’équivalent de deux semaines du plus bas salaire. Mort professionnelle, la révocation donne droit aux mêmes prestations que le décès... Il y aussi les séjours dans les « geôles de la République ». Lorsque les forfaits imputés aux militants sont en rapport avec l’action syndicale, l’organisation prend en charge les frais de justice, met à la disposition du prévenu l’avocat, généralement brillant, du syndicat, verse parfois une allocation permettant de subvenir aux besoins de la famille du militant pendant le temps de l’incarcération.

82Mais cette solidarité a ses limites... qu’il faut savoir fixer. C’est ordinairement « pour ne pas créer de précédent et encourager par ce fait les tromperies de camarades peu scrupuleux » que sont refusés certains secours, qu’il s’agisse de l’organisation d’une cueillette après la perte par un leader du syndicat de sa paye ou de la participation au financement de « soins coûteux ». C’est le même argument qui est avancé lorsque, dans un premier temps, le conseil syndical repousse la proposition que fait Laurent de redistribuer les gratifications de fin d’année entre tous les syndiqués. Si les problèmes financiers du militant sont en liaison directe avec son activité syndicale, lorsque le collecteur perd des timbres syndicaux ou le montant de cotisations, cela ne pose pas le moindre problème. L’assemblée générale accepte même à l’unanimité de percevoir un sur-cotisation de dix centimes pour tous les syndiqués afin de payer l’argent égaré par un collecteur. En fait, malgré les discours, les sommes dont s’acquittent les syndiqués sont généralement modestes, et correspondent la plupart du temps, jusqu’au milieu des années trente, à un versement compris entre deux et sept centimes par participant à une réunion.

83Une association requiert spécialement la sollicitude des militants : l’orphelinat, mais pas n’importe quel orphelinat, car il en existe deux, destinés à accueillir les orphelins des travailleurs des Compagnies. Il y a d’abord l’Orphelinat des chemins de fer, créé en 1891, qui prend rapidement le nom d’orphelinat Flamand, et les personnes qui l’animent se nomment elles-mêmes « dames patronnesses », se réunissent tous les mois dans un café de la rue de la Gare et effectuent de charmantes visites des locaux de l’orphelinat. Et puis il y a l’Orphelinat national des employés de chemins de fer, que l’on appelle plutôt, pour ne pas le confondre avec le susnommé, l’orphelinat d’Avernes et du Vésinet, du nom des lieux de ses installations. Créé en 1904 par le Syndicat national, il a rapidement des adhérents à Oullins. Au nombre de dix au début de l’année suivante, ils voient leurs effectifs croître et atteindre plusieurs centaines à la veille de 1910. La grève d’octobre, les coups alors portés à l’organisation syndicale atteignent de front l’Orphelinat dont les cotisants ne sont mêmes plus une centaine au sortir du conflit. L’impulsion est brisée, la « crise passagère » dure, renforcée par la guerre, la grève, la division syndicale. Après la réunification, après les vagues d’adhésions de 1936 et 1937, alors que les syndiqués sont près de trois milliers, les adhérents de l’orphelinat ne sont que 180.

  • 129 A.G. - C.G.T. min, 28/4/1922 et A.G. - C.G.T., 30/1/1935.
  • 130 A.G. - C.G.T., 5/8/1937.

84Les vicissitudes du mouvement ouvrier français s’expriment aussi à travers cette institution, que ce soit en 1922, lorsque les syndicalistes « s’engagent à verser en principe le montant de leur journée de salaire [du premier mai] au profit des affamés russes et de l’Orphelinat des cheminots par égalité », ou treize années plus tard, quand un militant ex-unitaire se lamente « que l’unité [ait] été préjudiciable à l’intérêt de l’Orphelinat » parce que les syndicalistes ont préféré ne pas diffuser de billets n’ayant pour en-tête que celui de la C.G.T.U.129 Mal discernable, la dimension tactique de l’orphelinat au moment des luttes de tendances n’en est pas moins perceptible. Malgré ces ombres, malgré ce très relatif succès, l’œuvre n’en reste pas moins un siège de l’identité syndicale. C’est aussi l’occasion de tricheries humanitaires : comme un décès survient parfois après une longue période de maladie, il est fréquent qu’un adhérent de l’Orphelinat ne soit pas à jour de ses cotisations, ne serait-ce que parce qu’il n’a pas eu l’occasion de les régler lors de son séjour à l’hôpital ou quand son salaire est réduit. Le bureau décide alors presque systématiquement de financer de manière rétroactive la mise à jour des cotisations, tout comme il paye en 1916 celles des « camarades mobilisés ». Mais, et c’est sans doute ce qui fait la force et l’importance de cette institution, « les principes fondamentaux de l’orphelinat » recoupent l’engagement personnel des militants, en tant que travailleurs, mais aussi en tant que pères. Eux qui combattent cette société au jour le jour peuvent vibrer en entendant parler d’« éducation rationnelle », du « cerveau de l’enfant, capital le plus précieux, [qui doit être] respecté », d’« éducation laïque et syndicaliste ». Le discours joue sur ce registre : « Pour trois francs par mois, deux sous par jour, le cheminot aura l’assurance, si malheur arrive, que son enfant ne sera pas un enfant de la charité, mais au contraire un enfant élevé grâce à la solidarité de tous les cheminots130. »

85Ce n’est pas seulement lors des occasions pénibles que le syndicat est présent. Sa dimension de sociabilité, de solidarité, apparaît en d’autres moments, qui tous ne sont pas investis de la même manière. Si l’organisation joue un rôle spécifique lors du départ en retraite, donnant un cadeau au jeune retraité, alors que c’est souvent le collecteur de la section qui organise la conduite, il ne semble pas qu’elle apparaisse lors des cérémonies initiatiques d’accueil ni de manière spécifique à l’occasion des mutations. Les événements de la vie civile, mariage ou naissance d’un enfant, ne sont pas investis par l’organisation. Lorsque le syndiqué est sous les drapeaux, le syndicat lui fait parvenir pour Noël le « colis du soldat », d’une valeur égale au quart de la somme allouée à la veuve lors du décès d’un cheminot syndiqué, mais l’âge relativement élevé des travailleurs du site, le retard à la syndicalisation, tous ces éléments font que ces colis ne concernent que fort peu de syndiqués. La seule cérémonie à laquelle participe en tant que tel le syndicat est la dernière. Crêpe de deuil pour le drapeau, couronnes généralement prises en charge dans le cadre de la Caisse de solidarité, présence de membres du bureau ou du conseil aux obsèques, les pratiques s’affirment, se codifient de manière fluctuante.

  • 131 CA. - C.G.T., 17/9/1918.
  • 132 C’est encore le cas au début des années 1990.
  • 133 C.A. - C.G.T., 3/10/1919 et A.G. - C.G.T.U., 18/1/1924. La possession d’obligations de Compagnies (...)
  • 134 C.A. - C.G.T., 1/7/1936.
  • 135 A.G. - C.G.T.U., 23/1/1923. Il s’agit bien d’un lapsus : Martinet, secrétaire de séance, a en d’au (...)

86Sociabilité, solidarité entre les travailleurs du site. Leur dimension et leur objet peuvent permettre de savoir à quels groupes se réfèrent les militants. La première organisation syndicale s’est forgée dans le refus d’une affiliation métallurgiste, affirmant cette volonté de se retrouver entre « employés et ouvriers des chemins de fer », malgré l’enthousiasme très relatif des chauffeurs, mécaniciens et employés des gares, et il ne fut jamais question, depuis, de revenir sur cette affiliation. Les ouvriers de Badan qui désirent se syndiquer aux côtés des ouvriers d’Oullins et qui font état de leur volonté de « retrait de collaboration avec les chauffeurs et mécaniciens » voient leurs desiderata transmis à l’Union des syndicats P.L.M.131 Cette appartenance cheminote, on en est fier : Béranger harangue les militants à la veille du premier mai 1919 en leur parlant du « rôle social prépondérant des cheminots pendant la guerre », les présentant comme « premiers ouvriers de France ». Il fait assaut d’éloquence quelques mois plus tard en réaffirmant sa confiance en la combativité de « la classe des cheminots en général et de ceux d’Oullins en particulier » et, à l’issue d’une assemblée générale, a lieu « l’audition du chant des cheminots ». Dans cet immédiat après-guerre, alors que les travailleurs du rail n’ont pas encore laissé aux métallurgistes le rôle phare de la lutte des classes, les métallos des Ateliers d’Oullins sont persuadés qu’ils sont des cheminots132. Les références sont constantes au rail. Les assemblées générales se terminent en des proclamations tout aussi corporatistes qu’emphatiques : « Vivent les travailleurs militants du rail ! », « Vivent les cheminots groupés sous la bannière syndicale ! ». Les militants suivent de près l’actualité du rail, ses malheurs, ses accidents, les négociations qui aboutissent à l’élaboration du statut des cheminots, se désespèrent de ses retards, s’intéressent aux cheminots des autres pays, des Britanniques en grève que l’on salue aux Soviétiques dont on ne manque pas de « souligner par des applaudissements » l’exposé des conditions de vie et de travail « fait avec des comparaisons avec la situation des cheminots français ». On se sent cheminot. Les seuls boursicotages du syndicat portent sur des actions des Chemins de fer de l’Etat et lui coûtent en 1923 près de mille francs133. Mais être cheminot, ce n’est pas si facile lorsque l’on est métallo, et qu’échoue la tentative impulsée par la direction fédérale unitaire de créer un seul syndicat regroupant les cheminots d’Oullins, de Lyon et de Vénissieux. Les souscriptions qui circulent dans les Ateliers sont toujours au profit de travailleurs du rail. Lorsque c’est un maçon, au demeurant anarchiste, qui doit en être le bénéficiaire, le conseil sait y mettre bon ordre134... Le syndicat est un lieu indéniable de sociabilité, pôle important de solidarité, et contribue à donner aux métallos d’Oullins une identité de cheminots. Mais c’est aussi un lieu où des hommes s’investissent, risquent leur carrière, donnent beaucoup d’eux-mêmes. C’est après une longue période de querelles qu’un militant, lors d’un rapport annuel, « constate la stabilisation des affectifs et, sans en être satisfait, croit que dans les moments que nous traversons, c’est néanmoins un résultat135 ».

87Cette sociabilité, elle se mérite. « J’préférais m’lever à cinq heures et d’mi sachant qu’j’allais d’abord differ les tracts qu’à six simplement pour aller bosser ». Le retraité, toujours syndiqué, rejoue Servitude et grandeur militantes mais il a mauvaise mémoire : avant la Seconde Guerre mondiale, les tracts sont distribués lors de la sortie du personnel, que ce soit lorsque commence la pause de midi ou à la fin de la journée. Trois à cinq militants se postent aux sorties des Machines, deux ou trois à celle des Voitures, et les papiers sont distribués mais ainsi ne rentrent pas aux Ateliers et sont lus, lorsqu’ils le sont, au domicile ou au bistrot. Avant de faire appel aux services du facteur des postes, ce sont les membres du conseil eux-mêmes qui, au début des années 1910, distribuent samedi soir et dimanche matin le journal syndical qu’ils sont allés chercher en gare d’Oullins. Ils tiennent permanence au siège tous les soirs, à tour de rôle. Les soirs de paye, ce sont les deux trésoriers qui siègent à la Bourse. Pendant la guerre, les jours où Ton travaille le dimanche, on tient même (quelque temps...) une permanence dominicale. Et puis il y a les réunions. Réunions de section au moins une fois par mois, assemblées générales et conseils d’administration du syndicat, chacun à un rythme mensuel, réunions hebdomadaires du bureau, délégations, réunions d’organismes où l’on représente le syndicat : la Bourse, l’Union départementale, l’Union P.L.M., les Aigles rouges, le comité de Front populaire, etc... Sans compter les réunions de préparation de ces réunions, parfois plus nombreuses que les réunions préparées lorsque Ton se réunit (discrètement) par tendance pour discuter tactique ou stratégie...

88Comme les réunions sont la plupart du temps longues, communément d’une durée de deux heures pour les assemblées ou les conseils, qu’elles commencent vingt à quarante minutes après la sortie du boulot et qu’elles se prolongent dans les bistrots des alentours, c’est une bonne partie du temps du travailleur qui est consacrée à l’activité syndicale. Quoi d’étonnant alors à ce que les militants ménagent leurs forces, leur temps ? L’absentéisme revient constamment dans les plaintes des leaders. Absentéisme des syndiqués qui boudent les réunions, sauf peut-être lorsqu’est annoncée une « bête curieuse » comme se présente lui-même Midol lors d’une séance dans une salle oullinoise. Absentéisme des militants lors des conseils et des bureaux, sauf peut-être lorsqu’il se passe quelque chose. Au cours de la réunion du conseil de la mi-avril 1919, lorsqu’il ne fait de doute pour (presque) personne que la révolution est à Tordre du jour du début du mois suivant, deux administrateurs seulement sont manquants. L’un est malade et l’autre s’est fait excuser. Tous ne présentent d’ailleurs pas des excuses, et elles sont généralement le fait de militants ordinairement assidus, comme cet administrateur, militant exemplaire, qui est désolé de ne pouvoir se rendre à une réunion du conseil parce que « malade et à l’hôpital ».

89La lutte contre l’absentéisme aux réunions, d’une indéniable gravité pour une organisation qui ne s’appuie pas avant tout sur son institutionnalisation, s’effectue de deux façons. Il s’agit d’abord d’attirer les travailleurs, et Ton use de convocations verbales, mais aussi d’impression de tracts (en nombre parfois inférieur à celui des cotisants). On fait parvenir des convocations individuelles, ou imprimer des affiches placardées aux abords du site. Il s’agit aussi d’empêcher les syndiqués de ne pas venir, transformant ainsi en obligation une démarche librement choisie. Il y a les rappels à l’ordre individuels ou tel camarade est solennellement prévenu d’« avoir à être plus assidu ». Et puis il y a les mesures préventives. Régulièrement, le syndicat fait imprimer des cartes de grève, de meeting, de premier mai. Délivrées à chaque syndiqué par le collecteur de sa section, elles sont destinées à être tamponnées lors de la manifestation ou de l’assemblée générale. Cette méthode est largement utilisée dans les années vingt, à tel point que des pratiques frauduleuses s’instaurent, certains adhérents faisant pointer leur carte par un copain, et un pointage collectif est même organisé en 1920 pour les grévistes habitant certaines localités. Un ouvrier est alors délégué pour assister au meeting, faire pointer les cartes de ses voisins, et (éventuellement) leur faire un compte rendu. Peu à peu, la division, un changement peut-être des militants, font évoluer cette pratique. Si elle existe encore à la fin du temps du P.L.M., elle a perdu son caractère de coercition et a trouvé une dimension honorifique. Mais Machizaud n’a pas tort, l’été 1936, d’expliquer que « le baromètre du syndicat, c’est l’assemblée générale ». Ce qu’il n’a pas l’air de comprendre, c’est que la pression est fonction de l’action. S’il se passe quelque chose, comme dans les dix-huit mois qui suivent l’armistice, les assemblées peuvent se succéder au rythme, parfois, de deux par jour, sans que l’affluence se relâche, mais que l’on se contente de paroles apaisantes, d’un petit tour autour d’autres installations industrielles que celles de la Compagnie, comme au temps du Front populaire, et les travailleurs se lassent vite.

  • 136 L’expression est de Georges Ribeill, op. cit, t. 2., p. 127. Il situe son apparition lors de la cr (...)

90Cette pratique de rappel à l’ordre des syndiqués s’inscrit dans une hiérarchisation des rapports au sein de l’organisation. Les conflits de personnes recoupent ceux de tendances et « les querelles intestines qui divisent le Conseil » cachent souvent des divergences tactiques, politiques, ou des conceptions antinomiques de la lutte syndicale. Il est pourtant un point sur lequel se retrouvent les militants des diverses tendances, au moment de la crise révolutionnaire de la fin de la décennie de la guerre comme au milieu des années trente, c’est pour distinguer le militant du syndiqué, cette « figure passive troublante136 ». Le militant, le « responsable », n’a de cesse de se différencier des autres syndiqués. Pour le premier mai 1919 les « administrateurs et commissaires », c’est-à-dire les membres du conseil d’administration et ceux de la commission de contrôle du syndicat, s’insèrent dans le cortège en se distinguant par le port d’un brassard. En d’autres temps, ils arborent un ruban rouge surmontant leur insigne syndical. On assiste dans l’immédiat après-guerre à un renforcement de l’individualisation de l’ostentation syndicale. Si, au début du siècle, des insignes étaient mis à la disposition des militants qui désiraient en faire l’acquisition, ce sont tous les adhérents qui, à partir de l’été 1919, en reçoivent un en même temps que leur carte de l’organisation. Cette pratique s’accompagne d’une réactivation des signes collectifs, et principalement de l’usage du drapeau. Acquis au cours de l’été 1908, subissant le baptême du feu pendant la grève des cent sous, c’est dans l’immédiat après-guerre qu’il fait l’objet d’une ritualisation précise, avec nomination d’un, puis plusieurs porte-drapeaux, avec titulaire et suppléants, cumulant cette fonction au sein du bureau ou du conseil avec celle d’archiviste.

91Dès l’après-guerre, la suprématie des syndicalistes est ainsi matérialisée. Mais les syndiqués n’en ont pas moins leur mot à dire lorsque sont prises les décisions. Si les travailleurs n’arrivent pas à imposer leur combativité au milieu des années trente, ils parviennent cependant à limiter les velléités des leaders lorsqu’elles semblent aller largement au-delà des possibilités. Les initiatives impulsées malgré les réticences de la plupart des travailleurs se soldent par des échecs, et c’est justement lorsque le volontarisme des militants rencontre une certaine volonté des travailleurs qu'a lieu, en février 1934, de manière très limitée, le premier arrêt de travail après les mouvements de 1920. Même pour le traitement de sujets ponctuels, les leaders n’estiment pas forcément avoir réponse à tout, et la manière la plus commune de trouver une solution est la création d’une commission ou d’une structure qui en est proche. Cela se fait en d’innombrables occasions, pour la fusion des sociétés de couronnes, pour l’affaire Fauchet, pour savoir que faire de ce syndiqué révoqué pour maladie qui se fait embaucher dans un grand magasin en grève, pour moraliser et unifier les cueillettes, pour préparer les cueillettes, pour distribuer le produit des cueillettes. Les solutions déjà élaborées suscitent plutôt de la méfiance, et le réflexe de se rallier « à la position de la Fédération » est encore marginal dans les années trente. Le pouvoir suprême, au sein du groupe ou du syndicat, est aux mains de l’assemblée générale, qui le délègue en partie au conseil. La volonté de l’assemblée ou du conseil s’exprime par un scrutin. La plupart du temps, le vote a lieu à main levée, mais le vote à bulletin secret est une pratique courante depuis le début du siècle. Si certaines décisions sont prises à bulletin secret, le recours à cette pratique est fréquent lorsque sont en cause des individus, lorsque l’on est censé choisir un responsable en fonction de ses capacités, avec, d’ailleurs, une certaine hiérarchisation : si, en janvier 1920, on a recours au bulletin secret pour élire le secrétaire et le trésorier du syndicat, l’élection de leurs adjoints se fait à main levée. De même, les délégués aux congrès confédéraux sont désignés à bulletin secret alors que c’est à main levée que sont choisis les motions ou les amendements déposés ou votés. S’il est évident que ce sont les questions d’orientation qui priment, il n’en reste pas moins que les qualités humaines, ou tout simplement les capacités, sont prises en compte. Si des militants de l'envergure de Laurent ou de Béranger sont élus (à bulletin secret) à l’unanimité ou presque, des syndicalistes moins brillants font des scores plus discrets.

  • 137 Michelle Perrot, op. cit., pp. 593-594.
  • 138 Voir chapitre IV.

92Mais le référendum à bulletin secret apparaît aussi comme le moyen le plus sûr de régler les divergences. La présence et l’influence de militants syndicalistes-révolutionnaires, d’hommes comme Ernest Bouhatier, plus d’une fois persuadé que « seul un référendum pourrait donner une solution satisfaisante », perpétuent la popularité de cette pratique au sein du syndicat unitaire pendant la période de division. Il semble que cette habitude ne se perde pas non plus dans les rangs confédérés, dont les militants font du recours au référendum en cas de grève leur cheval de bataille après la réunification, réussissant même à mettre en minorité les ex-unitaires sur ce terrain. En fait, il semble surtout que les leaders syndicaux apprécient cette pratique lorsqu’ils sont sûrs d’obtenir pas ce biais gain de cause ou caution des syndiqués... Le bulletin secret peut devenir aussi le moyen de prouver la validité du blanc-seing accordé par les conseillers lors d’une sombre histoire d’accusation de détournement de fonds. Par cette pratique devenue courante, sous couvert de ne pas vexer les militants dont on est censé juger la capacité, utilisée aussi comme un moyen de prouver une bonne foi, il y a rupture avec la perception de la fin du siècle précédent, lorsque « le scrutin secret, préconisé par les patrons, l’administration, répugne aux militants comme une concession à l’individualisme, un obstacle à la transparence, une prime à la lâcheté137 ». Les militants donnent l’impression d’avoir fait leurs les préventions patronales face au vote à main levée mais le scrutin secret n’a pas de valeur en lui-même, il n’est utilisé que lorsqu’il apparaît plus efficace aux yeux des militants. Après l’assemblée houleuse de fin 1935, quand se précisent les parts d’influence des tendances syndicales, c’est un vote à bulletin secret qui est organisé par les syndicalistes qui se lamentent deux ans plus tard qu’une utilisation à mauvais escient d’un type de scrutin ait empêché (dans un premier temps...) les leaders de parvenir à leur fin dans une affaire où ils sont opposés à un militant138.

93« On sortait pas de grandes écoles. Et pourtant on tenait la dragée haute aux patrons » explique Fernand Pavoux. Il ne fait pas de doute qu’il tenait, en effet, la dragée haute aux patrons. Mais s’il ne sortait pas de grandes écoles, s’il avait « juste [son] certificat d’études » sa vie entière a été une longue université, et il peut, à plus de quatre-vingts ans, improviser une discussion forte érudite sur la civilisation maya. Cette volonté de savoir, de connaître, est commune à de nombreux militants et présente dans toute l’organisation. Il y a d’abord la lecture de la presse syndicale : les organes des différentes structures, comme le Peuple, confédéral, et surtout les journaux de l’Union des syndicats P.L.M., sont épluchés. Il y a même des réunions spécifiques pour les abonnés de la Tribune, l’organe de la Fédération. On lit aussi les journaux syndicalistes de tendance, comme la Vie Ouvrière la Bataille syndicaliste, auxquels est parfois abonné le syndicat. Et puis il y a les journaux politiques, comme l’Humanité qui fait l’objet d’une souscription pendant les assemblées générales du syndicat unitaire. Ces journaux, on les lit, on les épluche parfois, on en discute, on les compare même lorsque, au milieu des années trente, la réunification oullinoise s’est faite malgré la division fédérale et que les deux fédérations continuent à publier chacune leur Tribune et l’envoient encore à leurs affiliés respectifs. Ces lectures s’ajoutent à celle d’autres périodiques, et notamment du Progrès, référence constante de la banlieue à ce moment. La « grande presse » n’est d’ailleurs pas absente des débats et des proclamations, que ce soit pour être fustigée en étant présentée comme celle « de la [ou des] Compagnie[s] », de « la bourgeoisie », du « mensonge », ou pour insérer dans ses colonnes des communiqués syndicaux, lorsque l’on n’invite pas « un rédacteur du Progrès s’intéressant à la question ouvrière » à prendre connaissance de telle ou telle situation.

94Le syndicat s’est aussi doté d’une bibliothèque. Dès la fin du siècle, il met à la disposition des syndiqués un nombre important d’ouvrages, d’un fond renouvelé avec régularité. Y cohabitent les grands classiques, Balzac, Tolstoï, Dumas, Zola bien sûr, mais aussi Flaubert, Stendhal, Gorki, avec des œuvres plus théoriques, de Jaurès, de Kropotkine même. La polémique ou les enquêtes sociales plus contemporaines n’y manquent pas, et le militant peut tout autant revenir sur l’affaire Dreyfus par la lecture d’un ouvrage d’un anticléricalisme très au goût du début du siècle que s’enquérir des conditions de travail des boulangers grâce à un livre de Justin Godart. D’autres manuels sont à visées plus pédagogiques. Au fil des ouvrages, le syndiqué peut faire connaissance avec une série de personnages, « le savant », « le bourgeois », « l’avocat », « le médecin », « l’écrivain », auxquels sont consacrés quelques opuscules à caractère légèrement sociologique. Une série de livres de vulgarisation, la plupart d’un très bon niveau, des traités d’art, parfois fort spécialisés, comme ce Décor de la pierre du début des années 1920, dressent un tableau des thèmes qu’aiment à voir traiter les syndiqués ou que les syndicalistes aimeraient que les syndiqués apprécient, car il y a sans aucun doute une volonté de ne pas vouloir laisser à la bourgeoisie le monopole de la connaissance et du goût qui apparaît en cette liste. À en croire le billet fixé en chacun de ces ouvrages, les militants se font un devoir de conseiller les adhérents. À la fin des années trente, ce sont véritablement des travaux pratiques qui sont organisés dans la section des bureaux, puisque, entre deux réunions, chaque syndiqué doit enquêter sur un sujet déterminé et faire ensuite part de ses travaux à ses compagnons. En fait, la hausse du niveau culturel de la classe ouvrière semble être pour les syndicalistes non seulement un but du mouvement ouvrier, mais presque une condition. Comment interpréter autrement les arguments de ce secrétaire du groupe qui, en 1912, invoque son manque d’« instruction » pour refuser d’être délégué au congrès du Syndicat national ?

95Cette fierté qui fait que le syndicaliste ne veut pas en savoir moins que son patron, on peut la retrouver dans d’autres domaines. Le militant veut donner de lui une image de probité, d’honnêteté. S’est mise en place, et se précise dans l’entre-deux-guerres, une véritable déontologie du syndicaliste qui fait mine de refuser les solutions individuelles lui apparaissant comme remettant en cause la perspective d’une solution globale, conduites dont il doit d’ailleurs d’autant plus se défier qu’elles rendent possible une répression dont il ne manquerait pas d’être la cible privilégiée. Le syndicaliste s’abstient plus que ses compagnons de pratiquer le coulage et la perruque, il essaye de ne pas arriver en retard, il fait attention à modérer sa consommation d’alcool, s’acquitte avec sérieux de son travail, à tel point que sont mal vécus par les militants les rites d’appartenance passant par des pratiques censées être déviantes, et qu’il y gagne une image qui, quoi qu’il en dise, est valorisante. Cette éthique implique une attitude qui prend en compte de multiples données. On ne doit pas « trop raconter ce qui se passe en réunion ». « Toute lettre anonyme est non avenue ». Et l’apparition après la guerre de plusieurs types d’adhérents implique différents niveaux de responsabilité. L’on peut passer au « simple syndiqué » ce que l’on n’accepte pas d’un « responsable ». Plus que tout autre, un membre du bureau se doit d’« observer la discipline ». Et si un collecteur est repéré par un « comité de vigilance » en train de pénétrer dans l’usine un jour de grève, c’en est fini de sa respectabilité...

  • 139 A.G. - C.G.T.U., 17/12/1928.
  • 140 C.A.. - C.G.T., 19/2/1936.

96Mais même ces méthodes de « trappeurs de renards » rendent méfiants des militants, de ceux qui, lors de l’affaire Fauchet, font ôter le verbe « perquisitionner » du procès-verbal à ceux qui se refusent à enquêter pour la « répartition des cueillettes » car cela implique des « méthodes inquisitoires ». Ces exigences vont même plus loin, et au moment où la chasse est faite dans les syndicats unitaires aux militants anarchistes ou mal pensants le secrétaire du syndicat explique au cours de l’assemblée générale où est fait le bilan de l’année précédente : « Vous manqueriez à votre devoir de syndiqué si vous n’interveniez pas dans le débat si le rapport moral ne vous satisfait pas139 ». Par ses pratiques comme par sa finalité même, par l’attitude parfois réservée de ses militants, par la réelle abnégation dont ils font preuve, par cette volonté de ne pas s’en laisser imposer par la hiérarchie, par cette démarche d’acquisition de moyens intellectuels, les militants apparaissent, parfois plus que de raison, comme des individus dotés de beaucoup de qualités. Ce n’est pas forcément prosélytique... « Pour certains, c’est être prétentieux que d’être syndiqué » explique un militant en (février...) 1936. « Il en conclut que c’est là un malaise moral140 ».

97Pratique régulière, quotidienne et à long terme, le syndicalisme existe surtout dans la mémoire du fait des moments paroxystiques de son évolution. C’est l’événement qui fonde une certaine mémoire, et les crises apparaissent comme essentielles dans l’activité d’une organisation. Crises sociales, grèves et conflits se veulent seuls l’histoire du syndicalisme, du mouvement ouvrier, de la classe ouvrière. Mais, à un degré moindre, et sans même aborder les différentes péripéties schismatiques, les crises internes individuelles semblent aussi dignes d’intérêt. Première de ces crises, celle qui fait qu’un syndiqué se retrouve en dehors du syndicat, que ce soit de son fait ou de celui de l’organisation. L’exclusion est, théoriquement, la sanction suprême, la mort syndicale ; elle doit être prononcée par l’assemblée générale et prend effet sur-le-champ. Aggravée si elle est rendue publique, elle a alors un caractère accentué d’ignominie. Cette sanction est généralement requise lorsque le coupable a porté atteinte d’une manière ou d’une autre à l’organisation. Les manquements à la probité entrent dans ce cadre, mais c’est surtout l’attitude lors des conflits sociaux qui est ainsi stigmatisée. Le seul employé syndiqué qui, à l’automne 1918, n’a pas participé à l’action en faveur de l’indemnité de résidence est radié, tout comme ceux qui n’ont point pris part aux mouvements suivants, et la représentation syndicale dans le petit encadrement s’en trouve d’autant réduite. Les mois de l’après-guerre, fort fertiles en rebondissements syndicaux et sociaux, sont parsemés de radiations, et cela s’explique sans doute par l’activité importante du syndicat mais aussi parce qu’en font partie des cheminots moins motivés, et que le caractère identitaire de l’organisation est à ce moment à son apogée.

98Les arrière-pensées politiques des proscripteurs sont souvent évidentes, que ce soit lorsqu’est chassé Aymard, militant radical-socialiste, au temps du Front populaire, ou quand est banni Nicod, un des fondateurs du syndicat mais maire de la localité, après la grève des cent sous à laquelle, d’ailleurs, il a participé. Les traces de telles motivations sont virtuelles en ces condamnations brandies pour forcer des syndiqués à s’acquitter des « cotisations spéciales » : en leur demandant de régler, sous peine d’ostracisme, leur quote-part de sommes destinées à un usage précis, les militants donnent ainsi à l’objet de ces cotisations un statut privilégié. Ne pas payer le timbre du syndicat entraîne d’ordinaire la radiation du syndicat, et étendre la peine au refus de l’acquittement d’autres sommes est loin d’être innocent : c’est la résistance à un engagement auprès des révoqués au début du siècle, ou des loyalistes espagnols en 1937, qui peut entraîner un tel bannissement. Mais on expulse plus communément un adhérent pour son comportement au travail que pour un engagement de nature plus politique : pour un mortaiseur radié parce que volontaire pour aller travailler dans la Ruhr occupée au printemps vingt-trois, combien de pointeaux ou de petits chefs exclus car faisant leur travail ? Les dissensions à l’intérieur du syndicat pourraient aussi procurer leur lot de refoulés, car les discussions sont parfois plus âpres qu’il ne le faudrait, et l’on propose l’exclusion d’un syndiqué « disant [que] le secrétaire général est vendu à la Compagnie ». A un autre moment, un syndicaliste « demande qu’il soit pris des sanctions envers l’administrateur qui porterait des accusations sans preuve contre un membre du bureau ».

99Autre procédure inquisitoriale révélant l’importance d’une appartenance à une organisation syndicale, les entretiens ou mises au point préalables à l’adhésion d’un cheminot connu pour son engagement ou son attitude hostile à l’organisation : c’est bien sûr lorsque des ouvriers réfractaires de longue date au syndicat font une demande d’adhésion que se met en place une procédure de ce type. Or, ce n’est certes pas au creux de la vague syndicale qu’ont lieu de telles conversions. Elles surviennent donc aux moments de renforcement de l’organisation, que ce soit dans l’immédiat après-guerre ou au cours des premiers mois du gouvernement Blum. L’exclusion a un caractère avilissant. Aussi ceux qui risquent d’en être victimes prennent-ils parfois les devants. Mal leur en prend le plus souvent, car l’assemblée générale décide alors de les radier après avoir refusé de tenir compte de leur démission. Cela peut apparaître d’autant plus lamentable lorsque ces démissions sont arrivées en nombre à la veille d’un mouvement annulé au dernier moment. Les déserteurs peuvent bénéficier d’une amnistie, mais cela nécessite rédemption. La démission est un épisode pénible, caché, alors que la radiation se veut exemplaire. Le vocabulaire de l’exclusion syndicale se distingue de celui des Compagnies : on est, selon son statut, congédié ou révoqué du P.L.M., mais on est radié du syndicat. Celui du départ volontaire est indifférencié : on est « démissionnaire » ou « démissionné ». Si la radiation doit être affichée, est didactique, la démission est cachée, presque honteuse. Constat d’échec du militant ou de l’adhérent, qui ne trouve plus dans l’organisation ce qu’il en attendait, elle est le plus souvent départ discret, sans bruit, à l’occasion d’une reprise de carte, ou si le militant est un peu connu et ne peut sans sembler déchoir laisser tomber sur le lieu même de son engagement, elle se fait lors d’une très opportune mutation. Toute différente est la démission discrètement suscitée d’un administrateur « ayant commis un acte d’indélicatesse », qui n’est qu’une mise à l’écart ne recourant pas aux sanctions prévues en ce cas.

  • 141 Le nec plus ultra étant de se démettre en conseil, puis de revenir sur sa démission lors de l’asse (...)

100On se défait aussi de responsabilités en restant dans l’organisation. Mais si les radiations connues sont représentatives de cette forme de départ, les démissions ostensibles ont un caractère artificiel. On démissionne, avant de revenir sur cette décision, pour bien faire savoir que l’on est pas d’accord, pour faire bouger les syndicalistes. Cela peut être un moyen de faire déclencher par le syndicat une procédure de conciliation. Constat d’échec, une certaine publicité donnée à un geste de retrait peut vouloir en faire porter la responsabilité par d’autres, pratique courante du syndicaliste qui ne trouve pas auprès de ses compagnons l’ardeur dont il est lui-même porteur. Aussi, très souvent, la démission n’est qu’un des rites d’une cérémonie au cours de laquelle le militant se fait prier de conserver son poste. Rares sont les leaders n’ayant pas, à un moment ou un autre, recouru à ce stratagème. L’épisode se résume souvent dans les comptes rendus par cette phrase : « Le camarade retirant sa démission, l’incident est clos ». Laurent, Béranger, en sont passé par là, et Machizaud en a même fait un usage pour le moins abusif141.

101Cette pratique peut d’ailleurs être cause d’inconfortables quiproquos. Le conseil d’administration, fin janvier 1919, insiste pour que soit maintenu dans ses fonctions le trésorier général du syndicat, qui affirme, « étant seul et fatigué, [ne pouvoir] continuer à [les] remplir » ; un peu plus de deux mois plus tard, c’est sur l’annonce de son décès que s’ouvre la séance du conseil. La démission, lorsqu’elle est réelle, n’est pas abdication ; le responsable qui démissionne ne fait souvent que parvenir à l’aboutissement d’une démarche de retrait déjà largement amorcée. Bournat-Quérat comme Béranger y ont recours, et l’on a alors la décence de ne pas demander plus d’explication à des militants dont s’est débarrassé le RL.M. La démission se fait par paliers. On abandonne d’abord un poste de haut niveau, tout en gardant de moindres responsabilités, avant de s’en aller tout doucement. Ainsi, l’ancien secrétaire adjoint reste administrateur, l’ancien trésorier adjoint reste collecteur. Le retrait doit être justifié, si possible par écrit. Ses motifs sont discutés, la démission étant « acceptée car les critiques sont justifiées ». Mais, même dans ce cas, le syndicaliste est considéré comme ayant failli.

  • 142 Mais aussi l’histoire du site. Les violences oullinoises sont présentées par Annie Kriegel comme e (...)

102La crise, parfois, sort de l’organisation. S’il n’est pas aisé de le déterminer, le syndicat a un rôle dans la violence ouvrière, mais aussi dans sa mythification. Les conduites dites de Grenoble peuplent l’imaginaire ouvrier. Évoquées sur le site par les syndicalistes, qui ne les reprennent pas a leur compte, à la suite de la grève du premier mai 1919, elles sont à nouveau envisagées aux lendemains de la grève de l’hiver 1920, et leur éventualité en est encore repoussée. La seconde grève de cette année-là, malgré la volonté des leaders, se termine par une suite de violences. L’impression qu’elles produisent en marque profondément le souvenir142.

  • 143 C.A.-C.G.T.U., 16/2/1932 et 7/3/1934, La Voix du Peuple, 10, 17 et 21/4/1934, A.G. - C.F.T.C., 24/ (...)
  • 144 A cet égard, alors que la Libération n’a pas été l’occasion de violence contre pétainistes et coll (...)

103Nourrissant la mémoire, colportées par la presse du P.C. du début des années trente, les conduites de Grenoble, ces cortèges au cours desquels un individu est accompagné et malmené, sont pratiques rares, et liées à des disfonctionnements des équipes de travail. Dans les années trente, deux épisodes sont mis en avant. Début trente-deux, un contremaître venant de Marseille subit une conduite. En février trente-quatre est venu le tour d’un chef de brigade de la Fonderie de cuivre. Ces deux incidents ont plusieurs éléments en commun. Les acteurs malheureux en sont des petits chefs auxquels l’on reproche des injustices, particulièrement dans la répartition de la prime. Mais ils surviennent aussi en des périodes de relative unité syndicale. Début trente-deux, confédérés et unitaires font circuler ensemble des listes de souscription en faveur des chômeurs de la commune. Quant à la conduite de 1934, elle est un épisode de la réunification qui suit les 6 et 12 février, et joue même un rôle de catalyseur de ce processus, entraînant la mutation du secrétaire unitaire ayant incarné le syndicat au cours de la période sectaire et touchant de concert des militants des deux C.G.T. Ressenties positivement par les travailleurs, ces pratiques le sont à tel point que les leaders du syndicat professionnel se sentent obligés d’insister sur le fait que, « certes, [leur] organisation réprouve les abus intolérables qui se produisent parfois dans les Ateliers, par exemple au sujet des primes de rendement, en reconnaissant que certains petits chefs ne craignent pas de brimer les camarades », avant d’oser proférer : « Il existe d’autres moyens de prévenir ces abus, et notre organisation ne croit pas que ces questions puissent se régler dans la rue143 ». Lorsqu’arrive le temps du Front populaire, elles ont brandies explicitement comme une menace par les syndicalistes envers des adhérents qui semblent peu sûrs. C’est Machizaud menaçant en cercle restreint un candidat à l’adhésion d’un « Nous irons plus loin. Le syndicat est assez fort pour aller jusqu’à une conduite ». Mais ces pratiques, qu’elles soient effectives ou brandies, restent limitées aux agents, souvent membres de la hiérarchie, considérés comme hostiles au mouvement ouvrier. Jamais des militants n’en sont menacés, qu’il s’agisse de Fauchet après ses détournements ou des militants d’autres syndicats au début de la division, lorsque Roudil ne craint pas de polémiquer dans une salle qui lui est en majorité hostile144.

104Refoulements, renonciations, ruptures, les crises marquent la vie des hommes. Elles marquent aussi celle d’une organisation, d’un lieu de travail. Elles sont symptomatiques de l’engagement des travailleurs, de leurs volontés, de leurs espérances comme de leurs appréhensions. Elles sont surtout révélatrices de l’impuissance du syndicat dès qu’il s’agit de gérer sereinement des situations conflictuelles. Même lorsqu’elle sort du syndicat, et qu’il essaye d’en récupérer le déroulement, la crise échappe à l’organisation. Mais n’est-ce pas justement parce qu’une organisation syndicale n’est jamais réellement en mesure d’assumer des conflits dans lesquels des travailleurs peuvent se trouver opposés ? N’est-ce pas aussi parce que, se produisant en période de croissance du syndicat, ces crises sont justement des crises de croissance ?

  • 145 Les syndicats C.G.T. et C.F.D.T. m’ayant seuls donné la possibilité de travailler sur leurs archiv (...)

105Convivialité, traditions, pratiques, rites, conflits, c’est au cours de l’année 1919 et au début de la suivante que tout cela est le plus significatif dans « le » syndicat, parce que, justement, il est « le » syndicat. Malgré la constitution, en avril 1920, d’une section oullinoise du Syndicat professionnel des chemins de fer, il faut attendre l’échec de la grève et la scission nationale du mouvement syndical pour qu’apparaissent réellement d’autres organisations. Or, celles-ci, qu’il s’agisse du syndicat confédéré ou du syndicat professionnel, qui devient peu à peu le syndicat chrétien, ont aussi leur convivialité, leurs traditions, leurs pratiques, leurs rites, leurs conflits145.

  • 146 Il s’agit là du prix dont doit s’acquitter l’adhérent, qui peut comprendre d’autres éléments oblig (...)
  • 147 C.A. - C.F.T.C., 6/5/1932.

106Pour être adhérent, il faut régler sa cotisation. Si celle du syndicat confédéré est la même que celle de l’autre C.G.T., les adhérents du syndicat professionnel doivent s’acquitter d’une somme moindre. Ainsi, en 1924, le prix de la cotisation unitaire est de trois francs, tandis que celle du syndicat professionnel est de deux francs. Dix ans plus tard, l’adhérent du syndicat chrétien doit payer moins de cinq francs, tandis qu’il en coûte six francs et cinquante centimes si l’on veut faire partie du syndicat réunifié146. L’absentéisme lors des réunions de la petite organisation n’a rien à envier à celui dont se plaignent les leaders des C.G.T., et les militants ont beaucoup de mal à « démontrer aussi [aux adhérents] qu’ils ne sont pas des machines à cotiser ». Si les confédérés ont une politique plus suivie que les unitaires en ce domaine et maintiennent la Caisse de solidarité, les militants du syndicat professionnel instaurent dès 1925 une Caisse de secours. Trois fois moins onéreuse que les caisses des C.G.T., elle a le même principe d’assurance, et la présentation qui en est faite en réunion générale statutaire insiste sur cet aspect : son but est « de venir en aide à nos camarades malades ou blessés faisant partie de notre organisation ». Comme dans « le » syndicat, « les camarades qui [ont] perdu du temps [sont] rétribués » après une distribution de tracts147.

  • 148 Le syndicat professionnel réinvente même à la fin des années trente le principe du stage : l’indem (...)

107Dans les différents aspects du fonctionnement du syndicat professionnel, la référence au grand syndicat est constante. Bureau, conseil, réunion générale, les structures sont les mêmes. Trésoriers, secrétaires, adjoints, conseillers, commissaires, collecteurs, les postes sont les mêmes, certains étant cependant pourvus plus longtemps. Le turn over militant n’est pas sensiblement différent dans les syndicats unitaires et professionnels du début des années trente, les préoccupations des travailleurs sont bien semblables, vues de la Maison du Peuple ou de locaux paroissiaux, et les revendications sont souvent les mêmes, que l’on s’inquiète des licenciements de la crise ou du renvoi des apprentis, que l’on quête après les C.G.T. en faveur des chômeurs de la localité, que l’on demande des permis de circulation, que l’on proteste contre les décrets Laval, ou que, bien entendu, l’on revendique des imperméables pour les ouvriers soumis aux intempéries. En dehors même du fonctionnement statutaire et des revendications, la pratique quotidienne présente bien des similitudes. Le choix des individus se fait à bulletin secret, tandis que les autres scrutins ont lieu à main levée. L’organisation se dote d’une « bibliothèque syndicale ». On démissionne lorsque l’on est « écœuré » par des tractations douteuses. On joue la même pièce de la démission reprise à la demande unanime des camarades. On organise les retraités, on leur remet un petit cadeau lors de leur départ en retraite. On pense aussi aux « adhérents partant au régiment ». Les « camarades en retard de cotisation sont sollicités de se mettre à jour sous peine de radiation ». Même dans la terminologie, le mimétisme est repérable : on parle de « radiation », de « démission », on s’appelle « camarade », à l’exclusion de tout autre vocable, le mot « frère » étant utilisé pour désigner les travailleurs restés en dehors de l’organisation148.

  • 149 Il existait à la Saulaie, renforcé après l’échec de la grève de 1910, un groupe relativement impor (...)
  • 150 Mais l’insigne n'est généralisé dans le syndicat C.G.T. qu’à ses moments de quasi hégémonie.

108Beaucoup de similitudes, mais quelques particularités. D’abord, des fêtes et sorties sont organisées pour les familles des militants et adhérents. Ce souci de la dimension familiale de l’individu se retrouve dans un autre aspect spécifique au syndicalisme chrétien local. Un véritable culte de la personnalité est organisé et rendu, on se donne sans retenue du titre de président et lorsque celui-ci reçoit une invitation pour représenter l’organisation à la fête des cheminots catholiques de la Saulaie149, il peut se permettre de dire qu’il « estime que cette lettre lui est personnelle ». Dans cette atmosphère, on parle de « notre cher syndicat professionnel », de « notre vaillant militant », de « sa chaude parole ». Quoi d’étonnant alors à ce que, au cours d’un repas, un militant, « dans un magnifique poème, a su montrer la maîtrise et le courage presque surhumain de la vaillante compagne du président » ? Cette emphase des comptes rendus, fait apparaître un côté patronage - probablement peu conforme à la réalité - de ce syndicat professionnel, où les discussions sont « amicales » mais surtout « animées ». Si l’on excepte certains signes ostentatoires, comme l’insigne dont il n’est jamais fait mention150 ou le drapeau qui n’existe pas, si l’on excepte une tendance moins belliqueuse à régler des problèmes apparemment moins nombreux, et une phraséologie enjouée propre aux associations ouvrières catholiques, le syndicat professionnel ressemble fort aux grands syndicats. Est-ce parce que ses fondateurs sont issus de celui que militants unitaires et confédérés appellent le « vieux syndicat » ? Est-ce par manque d’imagination ? Est-ce parce que de telles caractéristiques communes sont inhérentes à des organisations de type syndical ?

Le cheminot chez lui

109Ils ne sont, entre la construction des Ateliers et l’écrasement de la Commune de Paris, que 39 à se marier à Oullins et Sainte-Foy-lès-Lyon et à se dire explicitement travailleurs aux Ateliers d’Oullins. Ce sont les seuls ouvriers de ce quart-de-siècle dont on peut dire avec certitude qu’ils se marient en étant employés du site. Leurs épouses, un peu plus nombreuses à être originaires du département que leurs maris, ont en moyenne presque deux ans de moins qu’eux. L’endogamie départementale ne se retrouve pas au niveau communal : si les deux tiers des Rhodaniens épousent une Rhodanienne, un seul de ces natifs du département se marie avec une femme née dans la même commune que lui, à Oullins. Seuls 4 ouvriers nés dans un autre département épousent une native de leur département, mais 5 se marient avec une femme venue d’un département limitrophe à celui de leur naissance. Ces ouvriers qui se marient au début de la seconde moitié du XIXème siècle habitent encore, pour 7 d’entre eux, chez leurs parents. C’est le cas de 19 de leurs épouses, pas même la moitié d’entre elles. Elles exercent de plus en plus des professions typiques des milieux féminins périurbains : on retrouve 6 cuisinières, 11 blanchisseuses ou repasseuses, 4 domestiques, 9 travailleuses du textile, ainsi qu’une relieuse de livres et une cultivatrice. Ces activités sont celles de ces femmes, pas de leurs mères ou belle-mère, puisque deux seulement d’entre elles font la même déclaration que leur propre mère et aucune ne revendique l’exercice de la même activité que la mère de son époux. Sur les 28 beaux-pères de travailleurs des Ateliers dont la profession est précisée sur l’acte de mariage, 6 seulement exercent des professions qui pourraient leur permettre de travailler aux Ateliers. Un seul, un contremaître, précise qu’il y est employé. Aussi les pères employés dans d’autres secteurs ou branches d’activités ne sont-ils pas rares, témoins de l’apport d’autres corporations. Les ouvriers ou employés ne sont pas nombreux, au nombre de 5, dont un tailleur de pierres et un tanneur. Les petits patrons sont au nombre de 4, parmi lesquels un patron de café et 2 marchands de vin. Ce sont les travailleurs de la terre qui marient leurs filles aux ouvriers des Ateliers à ce moment-là : 13 agriculteurs deviennent ainsi beaux-pères de travailleur du site.

110Ayant en moyenne 27,1 ans à ce moment, les travailleurs oullinois des Ateliers du début du siècle suivant, qui se marient pour la première fois, sont un peu plus jeunes que leurs aînés qui, lors de leurs noces, déclaraient travailler aux Ateliers. Cette évolution n’a rien de spécifique, pas plus que l’abaissement de l’âge moyen de leurs épouses à ce moment, qui passe à 23,8 années. L’écart, d’un peu plus de 3 ans, est aussi fort près des moyennes observées. Si les hommes sont généralement plus âgés que leurs épouses, il n’y a qu’un tiers des couples où l’âge des conjoints diffère de moins de 3 ans. L’écart le plus important est de 12 années, et si les hommes effectuent leur premier mariage entre 21 et 43 ans, l’éventail féminin des générations est plus élargi, la doyenne étant âgée de 47 ans et la benjamine n’en ayant que 16. Beaucoup de Rhodaniennes parmi ces mariées : elles sont au nombre de 90, dont 50 Oullinoises et 14 Lyonnaises alors que les natifs du Rhône ne sont que 61, dont 26 sont nés à Oullins et 8 à Lyon, et que presque 2 sur 3 épousent des Rhodaniennes.

111À défaut d’épouser un pays ou une payse, c’est vers un voisin ou une voisine que se porte le choix : 64 de ces mariages, soit presque le tiers, concernent des personnes déclarant à l’agent du dénombrement habiter dans le même pâté de maisons ou groupe d’immeubles, ou dans un appartement situé dans la même rue, sans que les deux portes cochères en soient éloignées de plus de cent mètres. Et 40 d’entre eux déclarent franchement la même adresse. Ces déclarations semblent révéler un habitat commun dès avant le mariage. Lorsqu’il y a voisinage, la fille est encore, le plus souvent, chez ses parents, tandis que le travailleur des Ateliers qui va convolé n’habite plus avec les siens. Ces pratiques, déclarées ou envisageables, de cohabitation prénuptiale ne doivent pas faire omettre que ces hommes et surtout ces femmes déclarent de plus en plus habiter chez leurs parents au moment des noces.

112Près des deux tiers des femmes ayant épousé un personnage recensé comme travailleur aux Ateliers d’Oullins en 1906 déclarent une profession au moment de la cérémonie, et plus de la moitié de ces travailleuses exercent dans le textile. Si l’on tient aussi compte des 34 lingères ou repasseuses, ce sont plus des quatre cinquièmes qui exercent une activité en rapport avec l’habillement. Les cuisinières ne sont que 10, filles et belles filles de cultivateurs, tandis qu’il y a 2 coiffeuses et 5 employées du commerce, mais pas de cultivatrice, pas d’ouvrières d’autres branches, pas d’employées du tertiaire non marchand. Dans ces activités, pas de mimétisme : deux seulement d’entre elles, couturières, revendiquent la même profession que leur mère ; seule une belle-mère, elle aussi couturière, déclare la même activité que sa belle-fille. Dans un cas, la profession de la belle-fille renvoie à celle de son beau-père : elle est ourdisseuse et il travaille dans la soie. Beaucoup plus que les professions des pères des ouvriers des Ateliers, celles de leurs beaux-pères évoquent leur activité. Plus de la moitié des pères des épouses qui déclarent une profession pourraient travailler aux Ateliers. 14 filles d’agriculteur épousent un fils d’agriculteur mais les fils de métallo ou d’ouvrier du bois n’ont pas de préférence pour les filles des travailleurs de leur spécialité. Si les beaux-pères peuvent attirer leur gendre là où ils travaillent, il n’y a pas de lien fréquent entre le métier de l’ouvrier des Ateliers et celui de son beau-père pouvant exercer sur le site. Tout au plus peut-on remarquer une tendance à un mariage entre des hommes peu ou pas qualifiés et des filles d’hommes peu ou pas qualifiés. De même, il n’y a pas de rapport pouvant être établi entre les professions des 194 témoins dont l’officier d’état civil a remarqué qu’ils faisaient partie de la famille de la femme et la profession du mari. Tout au plus peut-on relever une plus légère proximité des professions peu ou pas qualifiées.

  • 151 Cette évolution était déjà perceptible au début du siècle.

113Les ouvriers qui travaillent aux Ateliers trente années après le recensement de 1906 se marient plus jeunes, suivant ainsi une tendance plus générale, et leur âge n’est plus alors en moyenne que de 24,9 ans. Les épouses sont aussi plus jeunes à ce moment, à 22,2 ans, mais la baisse a été moins importante, et l’écart est en train de s’amoindrir. L’éventail masculin est de 19 à 41 ans, bien proche de celui de leurs épouses, qui ont de 18 à 42 ans. Toujours de 12 années, l’écart le plus important en est donc d’autant exceptionnel. Au nombre de 19, près de la moitié des couples sont composés de conjoints ayant moins de 3 ans de différence, et plus d’une fois sur quatre, l’épouse est plus âgée que l’époux. Ces ouvriers et leurs épouses, s’ils sont plus jeunes, sont moins mobiles géographiquement. 9 hommes et 16 femmes sont nés à Oullins. Le Lyonnais, ou la Lyonnaise, sont toujours rares, puisqu’ils ne sont que 3 et 4. Un tiers des mariés sont natifs du département et les deux tiers des épouses sont rhodaniennes. Ce recrutement qui semble moins large n’empêche pas des mariages entre personnes d’origine géographique différente : il n’y a que 2 mariages entre Oullinois, pas le moindre entre Lyonnais, et seulement 9 entre Rhodaniens. Si 2 de ces mariés sont voisins, n’habitant ni l’un ni l’autre chez leurs parents, on retrouve ici 11 couples, plus du quart de l’effectif total, déclarant loger à la même adresse, et 6 habitent seuls. Si la proportion des femmes déclarant habiter chez leurs parents au jour de leur noce n’a pas sensiblement changé, celle des hommes en cette situation s’est accrue. Autre changement : l’inactivité des jeunes épouses se développe. Si les travailleuses du textile ou de la couture sont toujours les plus nombreuses, il ne reste plus qu’une seule lingère. Cette évolution à long terme, qui amplifie celle observable dans la population du pays, est significative d’une amélioration du statut de ces ouvriers des Ateliers et de leurs épouses. Alors que c’était l’activité de l’épouse du travailleur du site la plus fréquente à l’époque de Clément-Désormes et aux premiers temps du P.L.M., la femme du cheminot oullinois du Front populaire ne lave plus le linge des autres151. Plus aucune cuisinière, plus aucune domestique, toujours pas de travailleuse du verre ou des Tanneries chez ces jeunes mariées, mais 8 employées et 2 dactylos. Ces femmes ne trouvent pas l’inspiration chez leurs mères ou leurs belle-mère : seule une commerçante, la mère d’un cheminot, déclare une activité lors du mariage d’un de ses enfants. Les mères ne déclarent pas d’activité, mais les pères le font la plupart du temps. Si 6 cheminots sont fils d’agriculteurs, ce n’est le cas que de 3 de leurs épouses. Et 21 beaux-pères de cheminots déclarent une profession qui leur permettrait de travailler sur le site. Seuls 5 d’entre eux, sans être agriculteurs, revendiquent une activité qu’ils ne pourraient exercer aux Ateliers. Les pères des mariées, pas plus que leurs 9 frères ou leurs 11 oncles qui ont été choisis comme témoins, ne semblent avoir eu une influence prépondérante sur l’activité professionnelle des jeunes maris.

  • 152 Adélaïde Blasquez, Gaston Lucas, serrurier, Paris, 1976, p. 72.

114« Dès que je l’ai vue, elle m’a plu. Son père était, lui aussi, employé aux chemins de fer152 ». L’endogamie des agents des Compagnies est légendaire. Certes, les épouses sont souvent, et de plus en plus, et dans une proportion qui croît encore plus rapidement que chez leurs époux, natives du département, souvent de la localité même. Si l’agglomération et ses environs ne parviennent point à fournir aux Ateliers ses ouvriers, elle permet à ceux-ci de trouver une compagne. Mais d’autres éléments donnent la possibilité de comprendre que l’attitude face au mariage n’est pas vraiment spécifique dans cette population : la baisse de l’âge de la primonuptialité, mais aussi un moindre écart de l’âge des conjoints entre le début du XXème siècle et le début du second tiers-de-siècle. Autre dynamique remarquable, la baisse du nombre des femmes déclarant une activité, qui au demeurant ne renvoie presque jamais à celle de leur mère ou de leur belle-mère, comme si l’activité de la femme à marier ne pouvait être celle de la femme mariée. Mais l’évolution la plus sensible est celle du milieu socio-professionnel dont sont issues ces futures épouses d’ouvriers des chemins de fer. Si, au début de la seconde moitié du XIXème siècle, ce sont surtout des filles d’agriculteurs qui épousent des ouvriers du site, le début du siècle suivant trouve bien plus de possibles travailleurs du site parmi les beaux-pères, mais encore beaucoup d’agriculteurs. Cette source est presque tarie pour les ouvriers du Front populaire, alors que l’on retrouve parmi les beaux-pères de plus en plus d’ouvriers pouvant exercer sur le site. Mais quoi d’étonnant à ce que le beau-père ait une activité plus proche de celle de l’ouvrier qui se marie que le père de celui-ci ? Tout autant que la reproduction par le fils, le choix du gendre renvoie à des stratégies d’identité professionnelle.

115L’ouvrage des cheminots d’Oullins n’est en grande partie possible que grâce aux femmes qui assurent le travail domestique. Sur les 1351 Oullinois déclarant travailler aux Ateliers en 1906, 1073 ont dans leur foyer une épouse qui n’indique pas de profession à l’agent du recensement. En 1921, ils sont 1199 sur 1607, et 1524 sur 1788 en 1936. Quatre sur cinq en 1906, plus encore en 1936, et seulement les trois quarts en 1921, la proportion est bien écrasante de ces femmes ne déclarant pas d’activité rémunérée et se consacrant à la reproduction et à l’entretien de la force de travail. Si l’on n’omet point les mères, les filles, les sœurs, les belles-mères, les belles-filles, les belles sœurs, les tantes, les nièces, ils sont près de neuf sur dix à ne voir leur travail rendu possible que par l’activité exclusivement domestique d’une femme. Lorsque les hommes viennent à être privés de ce travail, leur vie en est bouleversée, et ils font alors parfois appel à des associations confessionnelles pour avoir l’appui matériel qui leur permet de franchir cette passe difficile. Presque toujours, si l’on en croit l’agent du recensement, la vie en commun a été officialisée par un passage devant l’officier d’état civil. Le nombre de cheminots déclarant vivre en concubinage est infime. Malgré une cohabitation pouvant en laisser supposer la pratique dans un cas en 1906 et deux autres 5 années plus tard, c’est dans l’après-guerre que l’on se revendique à Oullins comme pratiquant ce mode de vie. 6 couples sont recensés en 1921 comme vivant en union libre. En 1936 sont dénombrés 4 cheminots vivant en concubinage à Oullins, dont un couple formé d’un ajusteur et d’une employée du P.L.M. Ils avaient été recensés comme époux 5 ans plus tôt, la femme portant alors pour le recenseur le patronyme de l’homme, et la vie commune hors des liens du mariage est une pratique difficile à dépister.

116Neuf épouses de travailleurs des Ateliers sur dix ne déclarent pas une activité rémunérée. Elles ne sont que 78 à se réclamer d’un métier en 1906, 116 en 1921, 125 en 1936. Si le nombre des épouses de cheminots oullinois déclarant une activité augmente constamment, la proportion des travailleuses reconnues parmi les femmes d’ouvriers du site ne progresse réellement qu’entre 1906 et 1921, passant de 6,7 % à 8,5 %, alors qu’en 1936 elle n’est que de 7,5 %. Est donc discernable une régression certaine de l’activité à laquelle se prête, il est vrai, la conjoncture. Plus encore que par un accroissement, c’est par le type même du travail qu’est sensible une évolution. Aucune épouse d’ouvrier des Ateliers n’est en 1906 institutrice. Elles sont 8 en 1921, ainsi que 2 professeurs dont un de piano, et 13 en 1936, plus d’une sur dix. Parmi les femmes de travailleurs des Ateliers qui déclarent une activité, le salariat progresse tout autant que la qualification. 50 travailleuses dites indépendantes en 1906, 9 de moins 15 années plus tard, puis leur effectif baisse encore. Le nombre de travailleuses salariées, en revanche, croît sans cesse, particulièrement dans l’entre-deux-guerres, alors qu’elles sont plus de la moitié des épouses d’ouvriers des Ateliers précisant quel est leur employeur. Si les salariées du tissage restent en nombre constant, à peine plus d’une dizaine, si stagnent les effectifs des épouses employées aux Tanneries, si les travailleuses du verre, 6 en 1906, ne sont plus que 2 quinze et trente ans plus tard, de nouvelles branches d’activité sont investies par la population féminine laborieuse. Après la Grande Guerre, le personnel féminin du site est souvent recruté parmi les épouses de travailleurs des Ateliers, qui fournissent aussi un contingent de plus en plus important d’employées de la coopérative. Le nombre des épouses travaillant aux Ateliers ou à la Renaissance croît d’importance : pas une seule en 1906, mais 11 dans l’après-guerre, et 27 aux heures du Front populaire. L’entreprise métallurgique Martin-et-Moulet, qui occupe une importante main-d’œuvre féminine, emploie une dizaine d’épouses de cheminots oullinois au printemps 1936. Le nombre de travailleuses de la santé s’est aussi accru. Elles ne sont que 3 en 1906, et 3 aussi quinze années plus tard, mais une douzaine en 1936. Il n’y a pas de catégorie professionnelle correspondant à une qualification ou une branche d’activité de l’épouse, à l’exception des manœuvres dont le conjoint est souvent manœuvre lui aussi. Les ingénieurs du P.L.M. ont des épouses qui restent à la maison, ne déclarant aucune activité. Quel que soit le travail de l’épouse, il ne détermine en rien l’habitat, sauf si elle est institutrice. Ainsi, 6 des 8 ménages et 10 des 13 foyers regroupant en 1921 et 1936 un cheminot et une institutrice habitent une école.

  • 153 Rapport du commissaire spécial de la préfecture, 7/5/1920, A.D.R., 10 MP C 67.
  • 154 C.A. - C.G.T., 5/5/1919, A.G. - C.G.T., 28/4/1920, A.G. - C.F.T.C., 22/10/1935.

117Mai 1920 : les cheminots d’Oullins dans le mouvement, dans la grève, dans la rue. Une réunion a lieu place Kellermann, à la Saulaie. « Un des militants s’adressant particulièrement aux femmes les a priées de seconder leurs maris dans leurs efforts, pour leur permettre d’aboutir dans leurs justes revendications. Il est nécessaire, a-t-il dit, que la femme ne soit pas obligée de travailler pour pourvoir à l’existence de ses enfants et le mari doit gagner suffisamment pour ne pas mettre sa femme dans cette pénible obligation et la laisser à son ménage où elle a assez à faire153 ». Pour le syndicalisme des Ateliers, une femme est une épouse de travailleur avant d’être une travailleuse. Dans l’immédiat après-guerre, si, cheminote, elle ne fait pas grève, son mari syndiqué peut être sanctionné par l’organisation, qui va jusqu’à faire pression sur les « cheminots syndiqués dont la femme et les enfants refusent de se syndiquer à la Tannerie ». A la fin des années trente, malgré des proclamations plus égalitaires, le travail d’une épouse pendant une grève est toujours motif à exclusion du syndicat. Pour le syndicat chrétien, le problème ne se pose pas, les femmes sont « ménagères et mères de familles » et c’est en tant que telles qu’« elles attendent une augmentation de salaire »... de leur époux154. Hors d’Oullins, le travail déclaré des épouses de travailleurs des Ateliers semble plus répandu ; en proportion cinq fois supérieure à celle des épouses d’Oullinois, elles exercent surtout en 1906 des professions dites indépendantes.

11883 en 1906, 76 en 1936, les cheminots semblent de moins en moins nombreux à vivre seuls. La proportion des solitaires dans l’ensemble de la population des travailleurs des Ateliers a chuté d’un tiers en trente années, passant de 6,4 % à 4,2 %. Le schéma d’une classe ouvrière abandonnant peu à peu le célibat ou le veuvage est séduisant mais trompeur, et les 157 ménages cheminots solitaires de 1921 viennent perturber une si belle démonstration. 157 sur 1662, presque un sur dix : un peu plus de deux années après la fin de la guerre, moins de deux après que fut achevée la démobilisation de la plupart des combattants, le nombre d’ouvriers des Ateliers vivant seuls s’explique aisément. Sur ces 157 ouvriers, il y a 57 manœuvres, en une proportion sans commune mesure avec celle de l’ensemble de la population cheminote. Les solitaires sont jeunes, pour beaucoup d’entre eux, ou âgés, n’ayant que rarement entre 30 et 45 ans. A côté des solitaires qui ont vu mourir conjoint et partir enfants, à côté des toujours rares célibataires, il y a un nombre important de jeunes ouvriers recrutés pour les huit heures une année avant le recensement, ou pour remplacer les révoqués au cours des mois précédents ; ils n’ont pas encore pu convoler ou eu la possibilité de faire venir leur épouse.

119Les politiques de recrutement pratiquées auparavant par la Compagnie expliquent le nombre important de solitaires lors du premier recensement effectué au sortir de la Grande Guerre. Mais la politique de compression du personnel qu’a pu mener depuis une demi-décennie le P.L.M., renvoyant les non-commissionnés, puis allant rechercher ces hommes lorsque se faisait sentir le besoin d’une main-d’œuvre accrue mais non renouvelée, n’embauchant pas alors de jeune ouvrier, explique que, tandis que les effectifs oullinois sont supérieurs, aux heures du Front populaire, à ce qu’ils furent aux lendemains de la guerre, le nombre des ménages solitaires est plus de deux fois inférieur en 1936 à ce qu’il était quinze années auparavant. La part des manœuvres n’y est plus importante puisque, même en comptant les autres ouvriers sous-qualifiés, la proportion de travailleurs sans qualification en ménage solitaire est inférieure, au temps du Front populaire, à celle des cheminots d’Oullins vivant seuls. Les possibilités offertes de départ prématuré à la retraite ou les entraves mises à un prolongement d’activité au-delà du temps réglementaire, toujours dans un contexte plus large d’augmentation du personnel sur quinze années, n’ont pas empêché que le plus grand nombre de solitaires se trouve précisément dans cette population plus âgée.

120L’arrivée de quelques femmes dans les Ateliers, absentes en 1906 et rares en 1921 et 1936, ne renforce pas dans un premier temps la part de cet habitat solitaire mais, quinze années plus tard, une cheminote vit souvent seule. L’origine géographique n’a donc rien de déterminant, du moins à long terme, sur la propension à vivre seul mais le faible nombre de solitaires natifs d’Oullins, de Lyon ou des communes du Sud-ouest lyonnais incite à penser que, lorsque l’on en a la possibilité, on préfère cohabiter. Les seuls Oullinois de naissance qui, en 1936 ou 1921, vivent seuls sont des hommes ou des femmes ayant quelques années auparavant partagé leur appartement avec leur conjoint, et parfois leurs enfants. Solitaires, ils vivent en un petit appartement, en une maisonnette s’ils sont âgés et que les enfants ont déserté, laissant, seul, le père dans le logis trop grand pour lui.

121Mais l’habitat typique du solitaire est le garni. Les agents du dénombrement ne prenant pas tous la peine d’apporter cette précision, les 31, 14 et 17 ouvriers des Ateliers recensés en 1906, 1921 et 1936 comme vivant en garni ne sont sans aucun doute que quelques-uns de ceux logeant ainsi. Encore faudrait-il savoir si ce terme de « garni » ne cache une cohabitation préconjugale sous un toit parental : il y a beaucoup de jeunes filles dans les ménages de ces logeurs qui ne louent un garni que le temps d’un recensement et il n’est pas rare de retrouver le locataire du garni marié avec la fille de son logeur cinq années plus tard. Dans 2 cas, sur les 14 de 1921, un enfant est conçu pendant cette période de vie en garni, avant que le jeune cheminot n’épouse la fille de ses logeurs, dont l’homme aussi travaille aux Ateliers. Et semble étrange l’habitat de ces deux jeunes Oullinois ayant quitté en 1906 le domicile paternel situé dans la commune pour loger en un garni, d’autant plus étrange qu’ils font partie des six ouvriers des Ateliers logés en garni cette année-là et épousant la fille de leur logeur avant la fin de la décennie. Le logement en garni des ouvriers des Ateliers ne se circonscrit pas dans un périmètre déterminé, et se pratique dans toute la commune. Le plus souvent jeune, l’habitant du garni est en début de carrière ; il est donc normal que l’on retrouve toujours plus du tiers de manœuvres parmi ces hommes. La plupart du temps, le garni abrite un homme vivant seul. La participation à la vie locale est bien sûr moindre pour ces ouvriers : nouveaux, allogènes, ils ne sont que peu à être inscrits sur les listes électorales mais cette qualité de citoyen qu’ils ne pratiquent pas dans la cité, ils la revendiquent dans l’usine, où ils se syndiquent plus facilement.

122Si la croissance des effectifs de ménages solitaires entre 1906 et 1921 est résorbée 15 années plus tard, le nombre absolu des cheminots vivant à deux progresse encore, même si sa proportion dans la population cheminote régresse de manière peu signifiante et est toujours supérieure au quart. Quelques-uns de ces ouvriers vivant dans des ménages de deux personnes vivent seuls avec leur enfant mais ils ne sont jamais plus d’une vingtaine à élever seuls des enfants qui ne sont pas encore dans la vie active. La moitié au moins n’ont alors qu’un enfant, et ils n’en ont à leur domicile jamais plus de trois. C’est le ménage de trois personnes qui est le plus courant, et l’est de plus en plus. En constante progression, la part de ces foyers passe de 31,6 % à 33,2 %, puis 38,2 % lors des années étudiées. Le ménage de quatre personnes, concernant environ un foyer cheminot sur cinq, après une régression de sa proportion entre 1906 et 1921, rattrape en partie son déficit lors des quinze années suivantes. Les ménages de cinq personnes, toujours en nombre inférieur à la moitié de ceux de quatre personnes, sont rares. Comme pour ceux-ci, une progression dans les années vingt et trente ne permet pas de revenir au niveau du début du siècle, et c’est de toute évidence une étrangeté que de vivre dans un tel ménage, puisque c’est le cas, en 1906, d’un ouvrier des Ateliers sur dix et de moins encore les années suivantes.

  • 155 Jean Luc Pinol, Espace social et espace politique, Lyon à l’époque du Front populaire, Lyon, 1980, (...)

123La singularité est surtout celle du foyer où vivent de nombreuses personnes. Ils sont toujours moins d’un ménage cheminot sur vingt à comporter plus de 5 individus, passant de 64 à 54, puis 49 entre 1906 et 1936, ne représentant que 4,9 %, 3,3 %, puis 2,7 % des foyers des ouvriers des Ateliers. Rares, les familles nombreuses le sont de plus en plus. Et les très nombreuses sont l’exception, n’atteignant jamais la dizaine, sauf, en 1936, le ménage de ce manœuvre, exceptionnel au point de se faire remarquer près d’un demi-siècle plus tard par un historien155. Singularité, mais pas détermination : autant un profil du solitaire est aisé à esquisser, autant le membre de l’imposant foyer n’a rien de particulier. Certes, on ne trouve pas parmi ceux-ci de jeune ouvrier, et cela s’explique aisément car la plupart des membres de ces ménages sont les enfants du cheminot. Mais, en dehors donc de l’âge, rien ne semble destiner un ouvrier des Ateliers à vivre dans un tel foyer, ni l’origine géographique ni la qualification, et la taille du ménage ne prédispose pas non plus à loger dans un quartier plutôt que dans un autre, à se syndiquer ou s’inscrire sur les listes électorales plus ou moins que si l’on est moins nombreux à vivre sous le même toit. Ce peu de corrélations entre la taille du ménage et d’autres éléments se retrouve dans le caractère souvent fugace de l’importance numérique du foyer. On ne vit pas toute son existence d’ouvrier des Ateliers dans un ménage restreint, ou avec de nombreux autres individus. Si l’on observe les foyers des travailleurs du site recensés à Oullins à quinze années d’intervalles, force est de constater que, quels que soient les éléments qui les composent, la taille de la plupart de ces ménages a changé. Les ménages nombreux sont devenus d’une taille plus commune, tous ceux regroupant plus de six individus ont vu leur taille diminuer. Les ménages restreints se sont le plus souvent accrus. Tout se passe comme si les inégalités de revenus, les différences d’éducation et de culture forgées par une enfance à la ferme ou en cité industrielle, ne pouvaient plus influencer mentalités et comportements démographiques, ayant reflué devant un modèle familial malthusien où prédomine le couple vivant seul ou avec un, voire deux enfants, car ce sont toujours au moins les trois quarts des ménages cheminots qui ne sont composés que de 2, 3 ou 4 personnes.

  • 156 Les pourcentages des ménages nucléaires par rapport à l’ensemble des ménages oullinois non solitai (...)

124« A l’époque, on vivait pas comme maintenant : les enfants, les parents, c’est tout. Y’avait le tonton, la mémé, les cousins... Y’avait une crise du logement. C’était pas pour le plaisir... Fallait bien s’loger » se rappelle, au milieu du dernier quart du siècle, le cheminot retraité. En oubliant qu’il n’a jamais, lui, hébergé longtemps le tonton. Ni la mémé. Ni les cousins. Chaque fois que l’agent recenseur s’est présenté chez lui, il n’a trouvé que les enfants, les parents, c’est tout. Il est loin d’être le seul. En 1906, comme en 1921 et 1936, plus de huit cheminots sur dix ne vivant point seuls n’ont dans leurs ménages que leur conjoint et/ou leur(s) enfant(s). Après une stagnation au début du siècle, cette tendance s’accentue156. La plupart de ceux dont le foyer a un recrutement légèrement plus large vivent avec leurs parents, ou ceux de leurs épouses. Il s’agit d’ailleurs de ménages de natures fort dissemblables : de l’adulte qui est encore chez ses parents, du jeune couple qui vit au logis de la famille de l’un des conjoints, ou du couple déjà plus mûr qui héberge l’un des parents d’un de ses membres, l’histoire est différente ; 28 du site sans conjoint sont encore chez leurs parents non-cheminots en 1906, 71 en 1921, et 32 en 1936. L’hébergement des parents par le couple, ou du couple par les parents, est une pratique qui se répand. Concernant au début du siècle un ménage sur soixante-cinq, elle représente plus de 3 % des foyers cheminots d’Oullins au temps du Front populaire. Elle correspond le plus souvent à l’hébergement de parents ou de beaux-parents d’un certain âge, et l’exercice par ceux-ci d’une activité rémunérée n’est que rarement la règle. Seule évolution notable tout au long de ces années : alors qu’au début du siècle, c’était avant tout les parents de l’épouse qui se trouvaient dans le foyer, les maris font peu à peu venir leurs propres parents au sein de leurs ménages. Tandis que le nombre des parents de cheminots présents dans le ménage de leur enfant ne constituait pas le tiers de celui des beaux-parents en 1906, il en atteint plus de la moitié en 1921, les trois quarts en 1936.

125L’hébergement de cousins, de neveux ou de nièces est toujours une donnée extrêmement rare, ne concernant qu’environ 1,2 % des ménages des travailleurs du site. Lorsqu’il y a un neveu ou une nièce, sans ses parents, à la maison, l’épouse du cheminot, qui est toujours présente dans le foyer, n’exerce pas d’activité rémunérée. Là encore, il y a une différence essentielle entre le neveu ou la nièce, jeune adulte hébergé chez son oncle et sa tante, exerçant une activité professionnelle, et l’enfant ou l’adolescent élevé dans une famille proche de la sienne. Dans presque deux cas sur trois, il s’agit du second type d’hébergement. Une évolution apparaît nettement cependant : alors que le neveu ou la nièce est le troisième membre du foyer lors des premières années du siècle, il s’intègre, au début ou à la fin de l’entre-deux guerres, dans une famille plus fournie. Si fillettes et garçonnets sont à peu près en nombre égal dans ces ménages, quelle que soit l’époque, les adultes hébergés dans les foyers de leurs oncles et tantes sont de plus en plus souvent des hommes. Le niveau de qualification, souvent élevé, de ces hommes qui hébergent leurs neveux et nièces adultes s’explique en partie par leur âge. Les manœuvres qui élèvent leurs neveux et nièces sont de jeunes hommes, et leurs hôtes sont souvent encore des bambins.

  • 157 A l’exception des domestiques.

126La cohabitation au sein d’un même foyer d’un cheminot, de son conjoint et d’un de leurs frères ou sœurs est une pratique en progression, surtout dans l’entre-deux-guerres, mais ne concerne encore qu’un nombre restreint de ménages, à peine un sur cinquante au temps du Front populaire. Cette vie commune correspond à des situations différentes : au jeune frère que l’on loge, ou au collatéral aîné chez qui l’on habite en 1921, succède en 1936 le frère ou la sœur célibataire, qui a déjà atteint un certain âge, et qui s’est fixé au sein du ménage. La sœur qui supplée l’épouse absente dans les tâches maternelles, figure rare dans l’immédiat après-guerre, est devenue plus commune à la fin des années 1930. S’il est courant de vivre avec ses enfants, cela est plus rare lorsque l’un d’eux se marie : le nombre des ménages où le cheminot héberge son gendre ou sa belle-fille est en augmentation au milieu du siècle, mais ne concerne jamais un ménage sur cent. L’évolution qui fait passer de 4 en 1906 et 1921 à 13 en 1936 le nombre de ces ménages est peut-être plus liée à l’urbanisme qu’aux pratiques familiales. Beaucoup de ces ménages sont logés dans des petits pavillons construits depuis les années 1920, et dans lesquels le recenseur peut compter à sa convenance un ou deux ménages. Les gendres qui vivent en leur sein travaillent souvent aux Ateliers. Il est rare aussi de vivre chez son oncle ou sa tante. Car lorsqu’existe un tel ménage, c’est bien de cela qu’il s’agit. Le cheminot qui héberge son oncle et/ou sa tante âgé(e) et sans activité n’existe pas à Oullins. Ces ménages sont toujours composés d’un cheminot jeune, marié ou non, et de son oncle ou tante en activité. La présence de personnes sans lien de parenté157 avec les autres éléments du ménage n’est pas plus commune : trois en 1906, autant en 1921, mais personne en 1936. Ce sont le plus souvent des nourrissons ou des enfants qu’héberge le couple, mais parfois aussi l’associée de l’épouse qui tient petite boutique.

  • 158 Ce qui peut expliquer que les défections lors des mouvements grévistes soient plus rares dans des (...)

127Les ménages non nucléaires sont nombreux, dans lesquels une autre activité, un autre revenu, permet de ne pas dépendre du seul salaire du travailleur du P.L.M.158, d’avoir l’apport d’une culture et d’une identité professionnelle qui ne soient pas celles d’une seule personne. Le nombre de ménages qui disposent de plusieurs revenus s’accroît après le premier conflit mondial. De 230 en 1906, il passe à 429 en 1921, puis 409 aux jours du Front populaire. Cet autre revenu est celui de l’épouse, dans 78, 116 puis 136 cas. Mais, dans 152, 313 puis 235 cas, alors qu’il n’y a pas d’activité exercée par un éventuel conjoint, il s’agit de celui d’un ou plusieurs autres membres du ménage. C’est ainsi moins d’un foyer sur cinq en 1906, d’un sur trois en 1921, d’un sur quatre en 1936, dans lequel un autre revenu est assuré, une autre activité accomplie.

128Sauf en 1921, alors que, du fait des conditions des récents recrutements, la nature même de bien des ménages est transitoirement atypique, les trois quarts au moins des foyers ne disposent que du revenu du travailleur du site, ne peuvent se référer à une autre pratique professionnelle. Ces autres activités sont avant tout exercées dans les services et l’industrie. Les 6 cultivateurs et les 2 jardiniers de 1921 sont l’exception, pères ou beaux-pères de jeunes ouvriers vivant dans les zones les moins urbanisées de la localité. Si l’on retrouve des ouvriers de certaines grandes industries de la commune, comme 16 tanneurs et 9 travailleurs du verre en 1906, si tant de filles de travailleurs du site tissent dans les grands ateliers de Roux, de Giraud, de Fournier, une entreprise aussi implantée localement que l’O.T.L. n’a qu’un seul de ses employés dans le foyer d’un ouvrier des Ateliers. Mais si sont aussi fort rares parmi les membres de ces ménages les travailleurs de la Compagnie ne travaillant pas aux Ateliers, de nombreux métallurgistes en font partie. Ainsi, les ouvriers de chez Trayvou sont au nombre de 17 en 1921, ceux de chez Martin-et-Moulet sont 27 en 1936. Et l’on retrouve des travailleurs de presque toutes les grandes usines de la métallurgie dans ces foyers : Berliet, la S.O.M.U.A., la Buire, Fournier, Ailloud, l’Arsenal, Five Lille, Plissonnier...

129Si n’apparaissent pas de manière évidente des corrélations entre les activités de ces autres membres du ménage, certaines données sont cependant perceptibles. Ainsi les autres travailleurs de la métallurgie sont généralement qualifiés. Le métier du travailleur du site et celui de son frère sont les plus souvent forts proches, alors que celui du père est communément d’un autre ordre, d’un autre domaine, d’une qualification inférieure. Sauf lorsqu’elles exercent apparemment ensemble, il est rare que la mère travaille quand la fille a une activité. Sans même prendre en compte les jeunes en formation au centre d’apprentissage, plusieurs ménages comptent en leur sein plus d’un travailleur du site : 49 en 1906, 62 en 1921, 34 en 1936. Mais les recrutements massifs de 1919 et 1920 n’expliquent pas tout à fait l’accroissement du nombre de ces ménages au sortir de la Première Guerre mondiale. 54 de ces couples de cheminots sont formés du père et du fils, et le seul trio est composé d’un père et de ses deux fils, tout comme les 6 ménages formés en 1906 de trois travailleurs des Ateliers, alors qu’ils n’y en a plus aucun en 1936. Dans 13 de ces ménages vient, en 1906, s’ajouter un autre revenu. C’est encore le cas dans 14 d’entre eux en 1921, 8 en 1936. Le recul du nombre de ces foyers où cohabitent deux travailleurs des Ateliers est d’autant plus important si l’on ne prend pas en compte les ménages dont les conjoints travaillent sur le site. Passant ainsi de 49 à 52, puis 13, la proportion de ces foyers est de 3,8 %, puis 3,2 % et 0,7 %.

  • 159 J’ai décidé d’entériner ce choix. Afin de ne point rendre caduques certaines analyses, la présence (...)

130Vivant dans le foyer, les domestiques sont, aux yeux de l’agent du dénombrement, des membres du ménage159. Elles sont ainsi 16 en 1906, 6 en 1921, 8 en 1936, à vivre sans autre membre de leur propre famille chez leur patron, un ouvrier du site. Un quart de ces travailleurs de 1906 n’ont pas d’épouse à leur domicile, parmi lesquels un ajusteur qui loge une nourrice élevant sa fille âgée de deux années. Les trois autres sont des ouvriers sans épouse et ayant charge d’enfants, pas forcément en bas âge. Ce n’est plus le cas quinze ou trente années plus tard, alors que tous les cheminots ainsi servis sont mariés. La plupart des domestiques sont jeunes : elles ont entre 17 et 27 ans pour 12 d’entre elles en 1906, 3 en 1921, 5 en 1936. La domestique qui aide l’épouse petite patronne est une image qui correspond de moins en moins à la réalité : sept fois sur seize en 1906, mais une seule fois en 1921, et plus du tout en 1936. Une fois en 1921, deux fois en 1936, c’est dans le ménage d’un cheminot qualifié et d’une institutrice que l’on a nécessité et usage de main-d’œuvre ancillaire. Si les natives des communes de l’agglomération sont rares, la domesticité puise largement dans le vivier rural, du moins pour les plus jeunes de ces femmes.

131« Une domestique chez un cheminot ! C’était pas possible ! Peut-être chez un ingénieur, mais pas chez un travailleur ». Le vieux militant n’a pas la mémoire défaillante. Tout processus mnésique est sélectif. Simplement, voulant opposer pour l’usage de domesticité les cadres et les autres travailleurs, il a tort. De moins en moins d’ailleurs : des domestiques au service de 3 cadres en 1906, 2 en 1921, 6 en 1936. Cela ne laisse que 13, puis 4, puis 2 travailleurs productifs faisant appel à ce type de service. Ce qui différencie la domesticité du cadre de celle de l’ouvrier, c’est le statut de la patronne. L’ouvrier qui emploie une domestique n’a pas d’épouse au sein de son ménage, ou bien elle travaille. Le cadre, dès le grade de contremaître, a une épouse, qui ne déclare aucune activité, et une domestique à domicile. En dehors de cela, des travailleurs de différentes qualifications peuvent bien avoir une domestique. C’est même le cas de deux manœuvres en 1906 ; il est vrai que les manœuvres en question sont souvent appelés « patron »... dans le bistrot de leur épouse, tout comme Jean-Louis Nicod, qui n’est pas encore maire, mais n’en est pas moins parmi les militants ouvriers les plus virulents. Une domestique chez un cheminot ! Non seulement le seul fondateur du syndicat encore dans l’entreprise quinze années après les événements des années 1890 a à son service une domestique, mais au moins 8 des 13 ouvriers qui emploient une de ces domestiques sont, cette année-là, adhérents du groupe d’Oullins du Syndicat national... Et, en 1906 comme 30 ans plus tard, les travailleurs du site usant des services d’une domestique sont tous inscrits sur les listes électorales. Quel que soit son grade et sa qualification, l’agent du P.L.M. des Ateliers d’Oullins qui a recours à ce type de service n’est en rien un marginal.

132Un usage de plus en plus restreint de la domesticité, sauf chez les cadres : si cette évolution des ménages des travailleurs des Ateliers d’Oullins n’en concerne qu’un nombre très réduit, l’apport croissant d’un autre revenu est de plus en plus courant. Il n’en reste pas moins que ces ménages ne vivent, pour la plupart, que d’un seul revenu. Le caractère limité de cette évolution, effectuée avant tout à l’occasion de la Grande Guerre, laisse encore à la veille de la nationalisation la plus grande partie du personnel dans la dépendance complète des subsides de la Compagnie.

Notes

101 C.A.-C.G.T.U., 4/5/1934.

102 Alors que, après la Libération, le terme de copain fut de plus en plus employé dans les comptes rendus de la C.G.T., les militants de la C.F.T.C. n'en usèrent point. Même en mai 1968, les militants C.F.D.T. n'employèrent dans leurs comptes rendus que les mots « camarade » et « gars ».

103 Ne se retrouve pas, chez les ouvriers du début du siècle, ce phénomène constaté à la fin du siècle suivant qui faisait qu'un ancien de la qualification venait pour être témoin au mariage du plus jeune ouvrier de métier.

104 Elles retournèrent à la production-pour reprendre l'expression d'un syndicaliste du site de la fin des années quarante-avec la guerre mondiale suivante, parfois dans des sections aux conditions de travail pénibles, comme la robinetterie de la Fonderie de cuivre. Cependant, après ce conflit, des femmes restèrent dans certains ateliers, notamment au Bobinage.

105 On trouve proportionnellement plus de femmes aux Voitures.

106 Situation qui se retrouve en 1936, d’autant plus paradoxale que, s’il y a à Oullins un habitat non-cheminot des cheminotes, il n’y a pas d’habitat cheminot des cheminots.

107 C.A. - C.G.T., 5/5/1919 et A.G. - C.G.T.,22/10/1935 et 29/4/1936.

108 A.G. - C.F.T.C., 22/10/1937.

109 Le second conflit mondial a reproduit le même phénomène en faisant venir aux Ateliers un nombre indéterminé de manœuvres nord-africains au printemps quarante, une centaine de travailleurs allemands prisonniers de guerre de l’été quarante-cinq à l’été quarante-six, et un peu plus d’une centaine de métallurgistes indochinois en formation après leur démobilisation, pour une année à partir de la fin de 1945.

110 Et dont la dimension sexuelle n’est presque jamais précisée. Lorsqu’elle apparaît, comme dans l’anecdote des cadavres de rats, elle n’est que rarement explicite. Le seul cas qui m’ait été rapporté est typique au demeurant d’un rite d’initiation, de passage ici matérialisé d’un pouvoir : dans une équipe de la Menuiserie, chaque compagnon tournait en perruque un sculpture phalloïde lors de l’arrivée d’un jeune ouvrier. Les poches des habits de ville du nouveau en étaient emplies au moment de la sortie, au soir de son premier jour de travail.

111 C.A. - C.G.T., 7/4/1919 et 19/2/1936, A.G. - C.G.T., 20/11/1936 et 10/3/1937, C.A. - C.G.T. min, 8/2/1922, A.G. - C.G.T.U., 29/3/1927 et A.G. - C.F.T.C., 6/5/1936.

112 Dossier sous-commission d’épuration.

113 La Voix du Peuple, 22/12/1934.

114 En fait, il serait tout aussi intéressant de savoir quels cultivateurs envoyaient leurs fils aux Ateliers. Et surtout quelle était la place de ces fils dans la fratrie. Les sources ne le disent. La seule chose qu’elles indiquent est que, sur onze frères d’un fils de cultivateur vivant étant témoins au mariage et eux-mêmes cultivateurs, neuf sont plus âgés que le marié ; il ne s’agit là que des mariages des travailleurs de 1906, aucun frère de marié n’est témoin au mariage d’un cheminot de 1936 fils de cultivateur.

115 Ceux-ci, entrés aux Ateliers moins de sept mois avant la naissance de leur enfant conçu en dehors des liens du mariage, ont tous été embauchés à un poste de manœuvre. Cela n’est pas qu’anecdotique, mais est bien signe de ce que, à un moment où il faut avoir une situation stable, le P.L.M. apparaît comme pouvant l’apporter. Tous les six ont terminé leur carrière en étant devenus ouvrière qualifiée.

116 Seule la primonuptialité est étudiée.

117 A.G. - C.G.T.U., 29/6/1934.

118 Le Progrès, 22/12/1938.

119 Ce qui ne l’empêcha pas, devenue après la nationalisation Association artistique et littéraire des cheminots de la région lyonnaise, de donner des concerts en juillet 1941, mars et mai 1942 pour la Légion française des combattants.

120 Du moins avant la Seconde Guerre mondiale : les restrictions, renforçant l’importance de la coopérative et donnant de ce fait à la population oullinoise l’impression trompeuse qu’il y avait là privilège corporatif, induisirent une autre perception de la Renaissance sous l’Occupation et dans l’après-guerre.

121 A.G. - C.G.T.U., 29/1/1926.

122 C.A.. - C.G.T.U., 23/10/1931.

123 A.G. - C.G.T.U., 17/12/1929.

124 Il s’agit d’un pseudonyme.

125 Outre le livre de compte du groupe pour ces années, C.A. - C.G.T., 26/11/1912, 31/1/1913 (certains passages repris dans le texte ont été biffés dans le compte rendu de cette réunion), 15/3/1913, 11/8/1916, 17 et 30/1, 20/2/1917, 22/3/1921, A.G. - C.G.T., 8/2 et 5/3/1913.

126 C.A.. - C.G.T.U., 4/8/1932, 24/2 et 16/3/1933, 7/4 et 4/5/1934, A.G. - C.G.T.U., 29/9/1932, La Voix des cheminots, juillet-août 1932.

127 Ne serait-ce que parce que, outre le montant de sa cotisation, le syndicaliste doit subir une restriction du montant de ses primes, un ralentissement, voire un blocage, de carrière, lorsque ce n’est pas un licenciement. La faculté de se glorifier de son sacrifice ne rend que plus étrange cette désinvolture face à l’argent du syndicat.

128 C.A. - C.G.T., 11/1/1912.

129 A.G. - C.G.T. min, 28/4/1922 et A.G. - C.G.T., 30/1/1935.

130 A.G. - C.G.T., 5/8/1937.

131 CA. - C.G.T., 17/9/1918.

132 C’est encore le cas au début des années 1990.

133 C.A. - C.G.T., 3/10/1919 et A.G. - C.G.T.U., 18/1/1924. La possession d’obligations de Compagnies ferroviaires (Rhône-et-Loire et le P.L.M.) est la seule trace de capital non foncier et non numéraire détenu par des travailleurs du site ayant, entre 1858 et 1891, passé contrat lors de leur mariage devant le notaire de Sainte-Foy-lès-Lyon.

134 C.A. - C.G.T., 1/7/1936.

135 A.G. - C.G.T.U., 23/1/1923. Il s’agit bien d’un lapsus : Martinet, secrétaire de séance, a en d’autres occasions su orthographier « effectifs ».

136 L’expression est de Georges Ribeill, op. cit, t. 2., p. 127. Il situe son apparition lors de la croissance syndicale de la fin de la guerre. Une telle évolution peut être localement discernée à cette époque, renforcée, avec une stratification plus élaborée, au moment de la nouvelle poussée syndicale du Front populaire ; voir chapitre IV.

137 Michelle Perrot, op. cit., pp. 593-594.

138 Voir chapitre IV.

139 A.G. - C.G.T.U., 17/12/1928.

140 C.A.. - C.G.T., 19/2/1936.

141 Le nec plus ultra étant de se démettre en conseil, puis de revenir sur sa démission lors de l’assemblée suivante, cédant devant les demandes unanimes...

142 Mais aussi l’histoire du site. Les violences oullinoises sont présentées par Annie Kriegel comme exemplaires, op. cit., pp. 454-455.

143 C.A.-C.G.T.U., 16/2/1932 et 7/3/1934, La Voix du Peuple, 10, 17 et 21/4/1934, A.G. - C.F.T.C., 24/3/1934.

144 A cet égard, alors que la Libération n’a pas été l’occasion de violence contre pétainistes et collaborateurs, la grève de l’automne 1947 fut le théâtre d’une série de violences dirigées en priorité contre des militants ouvriers, qu’il s’agisse de militants de la S.F.I.O., de la C.F.T.C. ou de dissidents de la C.G.T. Complètement anachroniques en 1947, ces violences ont fortement marqué les Ateliers, coûtant politiquement fort cher au P.C., mais n’ont pas eu de postérité. Ainsi, en mai 1968, les militants du comité de grève interceptant sur le quai du Rhône un « provocateur » se contentèrent de relever son identité. Le jalon de 1947 explique la mémoire encore vive de ces pratiques.

145 Les syndicats C.G.T. et C.F.D.T. m’ayant seuls donné la possibilité de travailler sur leurs archives, l’approche du syndicat confédéré ne peut qu’être ébauchée.

146 Il s’agit là du prix dont doit s’acquitter l’adhérent, qui peut comprendre d’autres éléments obligatoires que le timbre, et non de la somme payée à la fédération, généralement la seule à être prise en compte dans les approches historiques.

147 C.A. - C.F.T.C., 6/5/1932.

148 Le syndicat professionnel réinvente même à la fin des années trente le principe du stage : l’indemnité de naissance ne peut être allouée qu’aux syndiqués depuis un an au moins.

149 Il existait à la Saulaie, renforcé après l’échec de la grève de 1910, un groupe relativement important, dans lequel la personnalité du curé de la paroisse, « directeur régional de l’Union catholique des chemins de fer », avait un rôle indéniable. Se réunissant chaque premier vendredi du mois, les membres de l’Union, si beaucoup soutenaient le syndicat professionnel, n’en étaient pas moins relativement tenus à l’écart. Est-ce le folklore, nettement marqué à droite, de cette association qui a rebuté certains militants ? Il est vrai que l’hymne - « Le cheminot veut Dieu pour père, le cheminot veut Dieu pour roi » - tout comme l’étendard, « portant une locomotive entourée de vapeur ardente et un Sacré-Cœur fixé au centre d’un écusson tricolore surmonté de la croix », donnaient un côté désuet, voire, pour certains, ridicule, à cette association, et pouvait servir de repoussoir à des ouvriers attirés par le syndicat chrétien.

150 Mais l’insigne n'est généralisé dans le syndicat C.G.T. qu’à ses moments de quasi hégémonie.

151 Cette évolution était déjà perceptible au début du siècle.

152 Adélaïde Blasquez, Gaston Lucas, serrurier, Paris, 1976, p. 72.

153 Rapport du commissaire spécial de la préfecture, 7/5/1920, A.D.R., 10 MP C 67.

154 C.A. - C.G.T., 5/5/1919, A.G. - C.G.T., 28/4/1920, A.G. - C.F.T.C., 22/10/1935.

155 Jean Luc Pinol, Espace social et espace politique, Lyon à l’époque du Front populaire, Lyon, 1980, p. 61.

156 Les pourcentages des ménages nucléaires par rapport à l’ensemble des ménages oullinois non solitaires comportant en leur sein au moins un travailleur des Ateliers sont ces années-là de 84,8 %, 84,5 %, puis 86,7 %. Si le cheminot se trouve dans un ménage nucléaire constitue de lui-même, de ses parents, avec ou sans des collatéraux, il est compté comme vivant dans un ménage dit parental.

157 A l’exception des domestiques.

158 Ce qui peut expliquer que les défections lors des mouvements grévistes soient plus rares dans des foyers de ce type.

159 J’ai décidé d’entériner ce choix. Afin de ne point rendre caduques certaines analyses, la présence d’une domestique ne modifie point le caractère, nucléaire ou non, des ménages. Il ne constitue pas non plus un revenu supplémentaire.

Table des illustrations

Légende Les témoins des mariages des ouvriers des Ateliers P.L.M. d’Oullins de 1906. (d’après les actes de mariages)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Taille des ménages des travailleurs des Ateliers P.L.M. d'Oullins en 1936.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Taille des ménages des femmes travaillant aux Ateliers d'Oullins en 1936.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende En 1906.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende En 1921.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende En 1931.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende En 1936.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Aux Machines dans les années trente : lorsqu'une photographie est aussi éloquente qu'une pyramide des âges.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Une promotion d'apprentis pose devant les nouvelles nefs du Montage.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16598/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search