Version classiqueVersion mobile

Cheminots en usine

 | 
Christian Chevandier

Chapitre II. Des hommes et des métiers

Texte intégral

Venir à Oullins pour travailler aux Ateliers

1- « Y’avait une association. C’étaient des ch’minots d’la boîte. Y v’naient du Midi. Y’l’app’laient la Cigale ».

2- « Que des gens du Midi ? »

3- « Y pouvait pas bien y’avoir des Bretons... ». Aux Ateliers, les gens du Midi étaient largement en nombre. Il aurait été pour le moins malaisé aux Bretons de pouvoir fonder une association. Dans ce cas, et l’économie eût été appréciable, il n’auraient pas eu besoin, comme pour les fêtes de la Cigale, de louer la grande salle de l’Eden. 3 Bretons en 1906, 2 en 1921, 5 en 1936 : les cheminots d’Oullins originaires de la façade atlantique sont rares. De l’ouest d’une ligne Caen-Pau, ils ne viennent que 6 en 1906, 11 en 1921 et 14 en trente-six. Mais c’est pays rural, rien là de vraiment surprenant ? C’est surtout pays distant. Le septentrion industriel n’envoie que guère de ses enfants sur les bords de l'Yzeron. Arrivant des départements du Nord et du Pas-de-Calais, un ouvrier du site en 1906, six au lendemain de la guerre, cinq aux jours du Front populaire.

4Avec le temps, le nombre de ces cheminots à l’origine lointaine s’accroît : venant, hors de la Seine et des deux départements qui l’enserrent, du nord d’une ligne Mézières-La Rochelle, neuf travailleurs des Ateliers en 1906. Ils sont vingt-quatre quinze années plus tard, et vingt-neuf après une nouvelle période de quinze ans. Là, comme pour l’Ouest, la rupture s’est faite au moment de la Grande Guerre. Si la progression peut sembler importante, puisque triple le nombre des ouvriers venant de si loin, la proportion est toujours infime, rapportée aux effectifs du site. Au début du siècle, les Ateliers ne recrutent pas très loin, d’autant moins que le règlement proscrit l’embauche de cheminots étrangers, et que ceux nés hors du territoire métropolitain sont toujours rares : trois, six, onze, à peine plus nombreux que les Bretons. Peu, donc, de travailleurs originaires de départements éloignés, sauf, en 1906 et 1921, une petite dizaine venant d’Indre-et-Loire.

5Après la guerre contre la Prusse, des ouvriers venant des territoires annexés à la nouvelle Allemagne sont venus travailler aux Ateliers d’Oullins. Vingt-huit en 1906, alors qu’ils ne sont plus que cinq en 1921, quatre en 1936. Il pourrait sembler tentant de lier ce surcroît apparent du début du siècle au statut de ces territoires. Peut-être les choses sont-elles plus complexes. Certes, des hommes de toutes conditions, dont des employés du réseau de l’Est, ont quitté les terres devenues allemandes, et la moitié des ouvriers de 1906 natifs de ces trois départements avaient au moins quatorze ans lorsque Bazaine s’illustrait à Sedan, ce qui n’est pas le cas du cinquième des ouvriers du site recensés à Oullins. Mais la source s’est tarie, seuls deux d’entre eux sont nés dans l’ancien Bas-Rhin, un et cinq ans après qu’il ait été intégré dans l’Empire allemand. Et seuls cinq des travailleurs du site originaires de ces départements n’avaient pas dix ans au jour de la dépêche d’Ems. Mais l’immigration d’ouvriers alsaciens venant travailler aux Ateliers ne doit pas tout à Bismarck. En 1861, un tourneur des Ateliers né dans le Haut-Rhin épousait à Sainte-Foy une jeune savoyarde, et sept ans plus tard, c’est à Oullins qu’un employé du site, originaire du Bas-Rhin, se mariait avec une jeune fille née dans l’autre département alsacien. Si les ouvriers de 1906 d’origine alsacienne sont de tous types et niveaux de qualification, les trois hommes nés dans la partie devenue allemande de l’ancien département de la Meurthe, parmi lesquels deux frères, sont manœuvres. A Oullins, ces hommes ne se sont pas installés dans une rue, dans un quartier. Lorrains ou Alsaciens, ils se sont parfaitement intégrés à Oullins, ont épousé pour les plus jeunes d’entre eux des Oullinoises et, depuis le début du siècle, ont procréé dans l’agglomération lyonnaise. En 1921, tous ou presque avaient atteint l’âge de la retraite. Quelques-uns étaient peut-être retournés sur le nouveau réseau et ils ne restaient que cinq sur les bords de l’Yzeron.

6L’histoire des Ateliers d’Arles explique le nombre important de travailleurs des Ateliers de réparations ferroviaires d’Oullins originaires des Bouches-du-Rhône, venant pour la plupart des portes de la Camargue. Pourtant, si une quarantaine d’ouvriers natifs de ces contrées travaillent sur le site Oullinois en 1906 comme trente ans plus tard, il s’agit là de deux populations distinctes. Ceux du début du siècle sont des ouvriers des Voitures : 13 d’entre eux exercent des métiers pratiqués sur ce site, alors que seulement huit sont des métallos exerçant sans doute aux Machines. Ils sont déjà, autre caractéristique, d’un certain âge pour beaucoup d’entre eux : 32 sur 37 ont plus de 34 ans. C’est donc qu’ils avaient plus de 16 ans au moment où arrivaient les premiers wagons dans l’usine de la rive droite de l’Yzeron, pour laquelle on faisait venir des ouvriers d’Arles, dont l’Atelier des Alyscamps cessait alors une partie de ses activités. Et 21 de ces 32 avaient alors entre 17 et 28 ans, 16 entre 17 et 22 ans. A travers ces quelques chiffres semble apparaître un homme assez jeune en 1889, pouvant aisément migrer mais en âge d’avoir une qualification. Le premier recensement de l’après-guerre révèle une population fort dissemblable. Avoir eu 17 ans en 1889 semble toujours être un élément discriminant pour ces ouvriers ; 16 des 29 ouvriers de 1921 sont dans ce cas, et la population originaire des Bouches-du-Rhône a beaucoup vieilli. Mais 10 autres avaient alors moins de 13 ans, fils de cheminots. Trois autres travailleurs du site de l’après-guerre ont vu le jour dans ce département à la fin du siècle mais rien ne semble les raccrocher à des installations ferroviaires. Un apport certain de la population laborieuse des Ateliers d’Arles, native des Bouches-du Rhône, quoique plus limité que ne l’aurait laissé penser l’histoire de l’usine des bords de l’Yzeron. Encore la plupart de leurs enfants sont-ils nés à Oullins : la place des fils de travailleurs des Ateliers d’Arles travaillant sur le site oullinois ne se limite point au nombre de ceux qui ont vu le jour au soleil du Midi. Outre les trois métiers de l’encadrement correspondant à des fins de carrière, les vétérans exercent toujours des métiers des Voitures, alors que les fils sont devenus métallos. Et, après quinze autres années, la communauté cheminote du site abrite toujours une quarantaine d’ouvriers originaires des Bouches-du-Rhône. Plus aucun n’est en âge d’avoir été parmi les premiers travailleurs des Voitures.

Lieux de naissance des cheminots d'Oullins en 1906.

  • 63 Près d'un cadre recensé comme tel sur dix est fils d'un probable ouvrier des Ateliers d'Arles dépl (...)

7Apparaissent cependant, clairement, deux populations distinctes. Il y a d’abord les fils des ouvriers transplantés d’un site à l’autre, une dizaine nés avant 1890. Ce sont des hommes qui ont fait carrière dans la Compagnie, six sont des cadres subalternes et deux sont devenus ingénieurs. Et puis il y a vingt hommes, nés entre 1902 et 1910, qui font que la population originaire de ces départements est bien plus jeune que celle de l’ensemble du site. Ces ouvriers, pour beaucoup, sont originaires d’Arles, et semblent n’être venus que récemment dans la région lyonnaise. Qualifiés, ils le sont aussi, mais dans la métallurgie, et plus du tout spécialisés dans les métiers des Voitures : alors que l’on trouvait quatre peintres originaires des Bouches-du-Rhône en 1921, il n’y en a plus un seul en 1936, pas plus que d’ouvrier du bois ou du garnissage. Quant à la troisième population, dix hommes nés entre 1891 et 1899, ni arlésienne, ni autant que celle de ses aînés implantée dans la hiérarchie, rien ne la distingue des autres ouvriers du site : ni la qualification, ni les spécialités, ni même un séjour plus long dans le lieu de naissance. Trois types de population différents, avec encore, près d’un demi-siècle après, des séquelles du déménagement partiel d’Arles63. Il est cependant une particularité de cette population, encore discernable seize années après l’ouverture du site, qui a disparu dans l’après-guerre : les Maisons Mangini, construites pour ces ouvriers venant d’Arles, logent plus d’un quart des cheminots originaires des Bouches-du-Rhône en 1906, mais à peine quelques-uns en 1921. Et l’habitat de ces cheminots nés entre Rhône, Durance et Méditerranée, est avant tout, en 1936, conditionné par leur fonction dans l’entreprise : avec, encore, une dizaine de cadres, ils ont pu s’installer en nombre cité Jacquard.

Lieux de naissance des cheminots d'Oullins en 1921.

  • 64 Ainsi que trois gardiens, fonction peu valorisante.

8Autre population que l’on retrouve sur les bords de l’Yzeron : les ouvriers nés en Savoie. Ces départements, français depuis peu, ont envoyé aux Ateliers d’Oullins nombre de leurs enfants : 94 en 1906, 81 en 1921, et seulement 59 en 1936. La source tend d’autant à se tarir que les effectifs oullinois du site se sont accrus et que, si les Savoyards représentent 7 % du personnel des Ateliers en 1906, ce rapport chute à 3,2 % trente années plus tard, tandis que l’apport des deux départements est entre temps devenu plus proche. Près de six ouvriers natifs de Savoie pour un de Haute-Savoie en 1906, un peu plus de cinq quinze années plus tard, et un peu plus de deux en 1936. Pas de génération savoyarde sur le site en 1906, ni en 1921, ni en 1936, mais des métiers. En 1906, le Savoyard est déqualifié : pour six ajusteurs, autant de frappeurs, autant de chaudronniers, et six fois plus de manœuvres64. En 1921, le Savoyard est encore déqualifié : pour trois ajusteurs, quatre chaudronniers et trente-cinq manœuvres. En 1936, le Savoyard est toujours moins qualifié que ses compagnons des Ateliers : vingt manœuvres, mais un seul frappeur, un seul chaudronnier, alors qu’il y a sept ajusteurs, et surtout deux petits chefs. L’accès des Savoyards à l’encadrement est significatif d’une sortie de leur position de sous-qualifiés, d’ouvriers qui se trouvaient dans les ateliers les plus durs, à tel point que les rares promotions qu’ils pouvaient acquérir l’étaient au prix d’une excessive pénibilité du travail. Chaudronniers et forgerons renvoyaient certes à une proto-industrialisation dans laquelle la métallurgie tenait un rôle indéniable, mais effectuaient des travaux parmi les plus durs du site. Et lorsque, du fait des nouvelles installations, les forges emploient moins d’hommes, et dans de meilleures conditions, les Savoyards délaissent ce qui était devenu leur spécialité : cinq forgerons savoyards en 1906, dix quinze années plus tard, mais plus que trois lors du dernier recensement de l’entre-deux-guerres. Tout se passe comme si le vivier savoyard, où l’on a pu puiser des Français de fraîche date dans un secteur où l’immigration italienne était proscrite, avait permis de procurer des manœuvres en nombre aux Ateliers, puis devenait peu à peu moins exclusif, le Savoyard se transformant en un cheminot comme les autres. C’est, du moins, ainsi qu’il est resté dans la mémoire des ouvriers du site : si l’on parle encore beaucoup des manœuvres de l’Ardèche, pas un mot sur ceux de la Savoie. Ce phénomène d’une spécificité qui disparaît tend à se retrouver dans d’autres communautés de cheminots. Ainsi, parmi les 28 travailleurs venus du Vaucluse, dix ouvriers du bois en 1906, plus du tiers des effectifs. Mais plus que quatre, quinze années plus tard, et trois en 1936. Il semble que se retrouve chez les ouvriers nés dans ce département, qui fournissaient une partie du personnel du site des Alyscamps, le phénomène observé à propos de ceux qui sont originaires des Bouches-du-Rhône. Mais il s’inverse dans d’autres communautés, avec un partage au sein même d’une région. C’est surtout du Puy-de-Dôme et d’Allier que sont venus les Auvergnats. Là, le partage s’est établi : autant d’ajusteurs que de menuisiers, dans le Puy-de-Dôme, en 1906, et pas de secteur spécifique dont les travailleurs viennent de l’Ailier. Pas de changement notable remarqué après la guerre, mais cinq ouvriers du bois venant de l’Ailier en 1936, et huit des onze natifs du Puy-de-Dôme manœuvres cette année-là, alors qu’il n’étaient que trois sur vingt en 1906, un seul sur treize en 1921. Mais comment étudier une population aussi réduite que peut l’être celle de départements comme le Jura ou la Côte d'Or ? Il suffit de deux frères, trois cousins, quatre copains et un inconnu, embauchés la même année, travaillant plus ou moins ensemble, pour faire de la Côte-d’Or de 1936 un département de mouleurs, alors que rien ne l’y prédisposait en 1906 et 1921.

Lieux de naissance des cheminots d'Oullins en 1936.

9« Non ! Y’avait pas des Parisiens ». Pour lui, le « Parisien » vient de Paris et de sa région. Un demi-siècle plus tard, l’ancien ouvrier est affirmatif. Il a tort : il y avait des Parisiens. Peu, d’abord, moins d’une quinzaine en 1906 et 1921, tous originaires de la Seine, et quarante-cinq en 1936, dont huit de Seine-et-Oise, et quatre de Seine-et-Marne. Qualifiés en 1906, déjà quelques manœuvres en 1921, cette perte de qualification est sensible encore en 1936, alors que six natifs de la Seine sont manœuvres. Et, si exerce aux Ateliers d’Oullins, en 1936, un ingénieur né à Paris, c’est plutôt le petit encadrement qui vient de la capitale, de moins en moins d’ailleurs si l’on songe à la part grandissante des Parisiens et des contremaîtres sur le site : deux contremaîtres en 1906, un seul en vingt et un, et trois en trente-six. Les natifs de la Seine étaient relativement âgés en 1906, et leur répartition par âge en 1921, révélant un sensible rajeunissement, n’a fait que leur donner une ressemblance avec l’ensemble des personnels du site, qu’ils conservent en 1936. En revanche, les « Parisiens » de Seine-et-Oise et de Seine-et-Marne, dont aucun n’a plus de quarante-deux ans, sont plus jeunes. Mais cette population, émigrée de la capitale et de ses larges environs, a perdu aux alentours de la Première Guerre mondiale la spécificité que l’on pouvait discerner au début du siècle.

  • 65 Yves Lequin, op. cit., t. 1., p. 236.

10En 1906, en 1921, en 1936, près de la moitié des travailleurs du site sont nés dans huit départements, que ceux-ci soient voisins du Rhône ou que, du Sud, ils drainent des ouvriers le long du fleuve et des voies ferrées qui viennent du Puy, de Marseille. Il y a ceux de Saône-et-Loire, 67 en 1906, plus du double trente années plus tard. Et le mouvement semble n’avoir point été brutal, puisqu’ils étaient cent neuf en 1921. De prime abord, peut surprendre une telle évolution. Il y eut, parmi eux, Claude Jordéry, et l’on serait tenté de voir en lui le prototype de l’ouvrier creusotin venu travailler sur les bords de l’Yzeron. Ouvrier chez Schneider, arrivé à Oullins après l’exode ouvrier du début du siècle, embauché aux Ateliers, il est resté dans la ville le symbole de l’immigration creusotine. La réalité de cette migration est plus complexe. Certes, en 1906, avec sept ajusteurs et sept forgerons pour sept manœuvres, le personnel venu de Saône-et-Loire est qualifié. Rien là de très surprenant, les Creusotins sont traditionnellement les métallurgistes de la région lyonnaise65. L’âge, la plupart du temps légèrement supérieur à la trentaine, de ces ouvriers, comme les lieux de naissance de leurs enfants, laissent penser qu’ils arrivent effectivement de chez Schneider. Le RL.M. peut avoir profité de l’occasion pour se doter de personnel formé, jeune, et supposé n’être que modérément enthousiaste face à la perspective de se jeter à nouveau dans l’aventure d’une lutte sociale. Au-delà de cet accident, le recrutement se diversifie. En 1921, il y a 22 manœuvres pour 12 ajusteurs, 39 manœuvres pour 17 ajusteurs en 1936, et les lieux de naissance des enfants des ouvriers de 36 ne révèlent pas de passage dans la ville des Schneider. Les ouvriers du bois, qui sont sept, puis huit, puis quinze, témoignent aussi d'un recrutement lié moins directement à la métallurgie.

  • 66 Et, ces trois années-là, un ingénieur - jamais le même individu - était originaire du Creusot.

11Visiblement, les ouvriers arrivés du Creusot au début du siècle, ou leurs fils qui alors n’étaient plus vraiment des enfants, terminent bien leur carrière puisqu’en Saône-et-Loire sont nés sept contremaîtres des Ateliers d’Oullins de 1936, alors qu’il n’y en avait pas un seul en 1906, et déjà 3 en 192166. Cette part croissante de l’encadrement ne devrait pas durer, puisqu’elle correspond à une légère hypertrophie de la part de ces ouvriers nés entre 1881 et 1888 : ils sont 30, alors que la répartition par âges des natifs de Saône-et-Loire n’a rien d’anormal pour les autres années.

12Autre département fournissant nombre d’ouvriers : l’Ain. Si une progression des effectifs venant de cette partie de la région s’accroît entre 1906 et 1921, alors que, 54 au début du siècle, ils sont 71 après la Grande Guerre, ils subissent une stagnation dans l’entre-deux-guerres, et sont 76 en 1936. L’évolution des qualifications décèle un recrutement autre. 12 manœuvres pour 9 ajusteurs en 1906, 19 pour 15 au sortir de la guerre, mais trois fois plus de manœuvres que d’ajusteurs en 1936, alors que les ouvriers venus de l’Ain ne sont plus que 7 à pratiquer ce métier. Cette évolution, inverse de celle que l’on peut constater sur le site, traduit un changement notable de la place de cette communauté aux Ateliers et s’explique par le tarissement de certains axes de recrutement de manœuvres, auquel semblent remédier les natifs de l’Ain.

  • 67 En fait, le travail de graissage était plutôt, sur les machines-outils ou les locos au sortir du M (...)
  • 68 Alors que la présence d'installations ferroviaires au Teil, sur la rive droite du Rhône, non loin (...)

13Il est un département dont la qualification des natifs, ou plutôt leur absence de qualification, est connue. Lorsque l’historien tente d’expliciter son projet, les bonnes volontés ne manquent pas pour lui faire gagner le temps du recueil et du traitement des données quantitatives : « Faudra parler des Ardéchois. C’était surtout des manœuvres ». A tel point, mépris du non-qualifié tout autant que du rural, qu’un sobriquet a été forgé pour désigner l’ouvrier un peu simplet. On dit de lui qu’il est « graisseur de l’Ardèche », même s’il est né à Oullins67. Une étude de trois recensements révèle un accroissement de cette tendance : 52 en 1906, 79 en 1921, 81 en 1936, les manœuvres et aides sont de plus en plus ardéchois dans cette usine où il y en a ces années-là 378, 370 et 420. Tout au long de ces années, alors que les effectifs des ouvriers originaires d’Ardèche se sont accrus de plus d’un tiers entre 1906 et 1921, atteignant deux cents pour ensuite stagner, cette déqualification, liée à un âge légèrement plus élevé des Ardéchois au cours des trois recensements, correspond à des carrières à la mobilité réduite. Pourtant, il n’y avait pas que des manœuvres à venir d’Ardèche : 13, 22, puis 25 ajusteurs ardéchois en témoignent. Le personnel d’encadrement originaire de l’Ardèche, en nombre plus que restreint, est aussi significatif de cette relative absence de carrière68 : aucun grand ou petit chef en 1906, un chef comptable et un chef manœuvre (bien sûr...) en 1921, trois petits cadres en 1936, comme chez les natifs de la Seine, qui sont six fois moins nombreux aux Ateliers que ceux de l’Ardèche. Pour la tradition, un Ardéchois était manœuvre. Les chiffres sont toujours plus nuancés, mais en ce cas, cette nuance même est une éclatante confirmation : l’Ardèche fournit aux Ateliers ses manœuvres et, tout au long de ces années, cet achalandage ne se résorbe point.

14De l’autre côté du Rhône, viennent d’autres hommes. La croissance des effectifs suit un même mouvement : d’un peu moins d’une soixantaine en 1906, les natifs de la Drôme se retrouvent aux environs de 75 en 1921 et 1936. Mais là s’arrête l’analogie : 14 manœuvres en 1906, le taux du manque de qualification est bien moindre que parmi les natifs d’Ardèche, et encore inférieur à celui du site. Si les recensements de 1921 et 1936 font entrevoir chez ces travailleurs une proportion de non-qualifiés fort proche de celle de l’ensemble du personnel du site, elle est en légère régression dans l’entre-deux-guerres, alors qu’une faible progression est perceptible sur les Ateliers, et plus encore chez les Ardéchois. Les ajusteurs, en revanche, s’ils ne sont que 6 en 1906, sont 15 en 1921 et 13 en 1936. Dans l’après-guerre, la progression du nombre d’ajusteurs originaires de la Drôme est plus forte encore que celle de l’effectif total de ces ouvriers spécialisés. En fait, venus de la Drôme, de toute la Drôme puisque l’on retrouve en 1906 comme trente ans plus tard des hommes originaires de la région de Dieulefit, de Montélimar, mais aussi des Diois, des fils de bergers du Vercors, des anciens tailleurs de pierre de Saint-Restitut, ces travailleurs sont pour la plupart qualifiés. Pourtant, la rive gauche du Rhône, entre Saint Rambert et Bollène, ne donne pas aux Ateliers des travailleurs d’une seule spécialité mais des professionnels de toutes branches, et en cela la population venue de la Drôme n’a rien de commun avec celle descendue des montagnes de l’Ardèche.

15Autre département proche de l’Ardèche, qui la prolonge vers le sud, le Gard. Proche de l’Ardèche, mais proche tout autant des Ateliers d’Arles : certains des ouvriers de 1906, venant du Gard, ont fait étape en Arles. Tout comme d’autres, venus du Vaucluse, ils permettent de prendre la mesure de l’arrivée en 1889 d’ouvriers venus des portes de la Camargue. Un apport dont l’irrégularité évoque celui des Bouches-du-Rhône, mais bien plus important en 1936. Un haut niveau de qualification avant et après la Grande Guerre, mais un accroissement du nombre des manœuvres au temps du Front populaire : alors qu’ils n’étaient, trente années auparavant que quatre, et un de plus au début des années vingt, ils se retrouvent treize en 1936, avec une population bien moins marquée que lors des deux autres recensements étudiés, tandis que c’était des ouvriers professionnels qui venaient en grande partie de ce département. En 1936, le tableau est bien dissemblable : 13 manœuvres et aides-ouvriers, et 20 ouvriers dont les qualifications permettent de connaître l’atelier : si le nombre des non qualifiés s’est accru de manière considérable, celui des hommes possédant un métier a stagné, alors que beaucoup d’entre eux ont pris du grade. L’étude de l’âge de ces ouvriers permet de penser qu’aux travailleurs plus ou moins arlésiens du début du siècle, et à leurs fils, ont succédé des ouvriers recrutés comme leurs collègues ardéchois. La répartition géographique, à l’intérieur du département, des communes d’origine de ces deux catégories n’est pas significative. En revanche, l’évolution de l’habitat observée pour les natifs des Bouches-du-Rhône se retrouve pour ceux du Gard : un seul de ces ouvriers en 1921 dans les maisons Mangini, alors qu’ils étaient quatre quinze années plus tôt, et qu’ils se retrouvent en nombre cité Jacquard en 1936 : là encore, la fonction explique l’habitat.

16Il est un autre département qui jouxte l’Ardèche. La Haute-Loire envoie 28, puis 54, puis 76 de ses enfants travailler sur les bords de l’Yzeron en 1906, 1921, 1936. Les manœuvres sont au nombre de 8 en 1906. Mais trois fois plus nombreux quinze années plus tard, et seulement 22 en 1936. Ce mouvement pendulaire de la proportion de travailleurs non ou peu qualifiés en provenance de Haute-Loire peut surprendre. En fait, cette anomalie s’explique par l’étrange contingent de manœuvres de 1921. Un tiers, bien que relativement jeunes, ont une relation de type familial avec l’agglomération stéphanoise, que leur épouse ou que leurs jeunes enfants y soient nés. Et ceux-ci se retrouvent, lors de recensements suivants, gratifiés d’une qualification. Faut-il voir là une politique de recrutement évoquant celle de ces hommes ayant transité par le Creusot au début du siècle, dans des conditions politiques, sociales, d’organisation du travail, fort dissemblables ? C’est le même phénomène qui explique l’évolution du nombre d’ajusteurs, deux, puis sept, et toujours sept, et surtout du nombre des forgerons, un, puis deux, puis huit. L’infime part des chaudronniers, aucun en 1906 ni en 1921, et seulement trois en 1936, souligne aussi cette dichotomie entre de vrais manœuvres, qui le restent ou ne peuvent acquérir que certaines qualifications, et de faux manœuvres, dont la qualification est rapidement reconnue.

17L’évolution quantitative la plus significative est celle des ouvriers originaires de la Loire. Là encore, il est malaisé de discerner une différence de qualification ou de branche d’activité entre les ouvriers natifs de l’agglomération stéphanoise et ceux venus du reste du département. Il est vrai que, si le type d’activité y est différent, existent dans ce département deux zones industrielles, au nord et au sud du bassin du Forez. Le surcroît de manœuvres que l’on parvient à distinguer au début des années vingt semble relever de la même politique que celle qui a entraîné un tel phénomène chez les travailleurs venus de Haute-Loire, et cette évolution de la sous-qualification pourrait bien cacher une régression. De 21 en 1906, ils se retrouvent 32 quinze années plus tard et 37 au temps du Front populaire, alors que le nombre d’ouvriers des Ateliers d’Oullins originaires de la Loire passe ces années-là de 88 à 139 puis 190. Pas de doute, il s’agit là d’une population qualifiée, dans les métiers de la métallurgie surtout, formée pour travailler sur des machines. Rien d’étrange donc à ce que, lorsque cette population vieillit, on retrouve, en trente-six, cinq petits cadres et un ingénieur natifs de la Loire. Et c’est peut-être aussi ce qui pourrait expliquer que se trouvent quatre natifs de ce département parmi les 19 ouvriers les plus âgés, et que 37 d’entre eux aient plus de cinquante ans, proportion une fois et demi plus importante que pour les autres travailleurs du site. Il n’y a pas que les cheminots natifs de la Loire qui soient parmi les doyens. Ceux de l’Isère peuvent aussi faire figure de vétérans. Trois des dix travailleurs les plus âgés du site en 1936 viennent de l’Isère. Population âgée sans aucun doute : la moitié de ces hommes ont plus de quarante-trois ans, les trois quarts plus de trente-cinq ans, et deux seulement moins de vingt-huit ans. Trois parmi les dix plus âgés, un seul parmi les soixante et un plus jeunes : la population de l’Isère vieillit, car cette caractéristique est à peine perceptible en 1921, inexistante en 1906. Population qui diminue, elle est ainsi passée de 125 à 118, puis 90 individus, soit 9,2 %, puis 7,1 %, puis 4,9 % des effectifs des Ateliers d’Oullins. Si la communauté venue de l’Isère est encore importante au début du siècle, elle n’est plus qu’anecdotique au temps du Front populaire. Cette désaffection frappe l’ensemble du département, touche tout autant les individus venus des marches du Vercors que ceux qui arrivent du Grésivaudan ou ceux qui ont quitté les toutes proches mines de Communay ou Ternay, si près des Ateliers d’Oullins en prenant le bac à traille à Vernaison. C’est cette absence de renouvellement qui explique l’étrange changement du nombre des qualifiés. Quarante-cinq manœuvres en 1906, mais plus que 28 quinze années plus tard car on n’a pas embauché dans l’après-guerre sur la rive gauche du Rhône, en aval du confluent, puis vingt-six en 1936, avec une régression du nombre des déqualifiés. Ainsi, le mouvement lui aussi pendulaire des effectifs des ajusteurs s’explique : huit en 1906, seize quinze ans plus tard, mais plus que sept à la veille du Front populaire. Ces huit départements ont fourni, du début du siècle à la veille de la nationalisation, environ la moitié des effectifs du site. Mais cet apport s’est fait de façon inégale, avec de grandes disparités géographiques selon les moments, mais aussi selon les qualifications. S’il est possible d’évoquer une grande région lyonnaise en prenant connaissance des chiffres globaux de l’origine des ouvriers du site, une étude plus discriminative ne permet que de percevoir des populations différentes, et qui changent.

18En 1906 : 26 %. En 1921 : 29 %. En 1936 : 26 % : c’est toujours un peu plus du quart des ouvriers du site qui, entre le second recensement du siècle et le dernier de l’entre-deux-guerres, viennent du département du Rhône. « Dans le voisinage d’une grande ville qui seule peut fournir le personnel d’ouvriers nécessaires », tel est, au siècle précédent, le principal attrait des Ateliers d’Oullins pour les dirigeants du P.L.M. La tentation est grande de parler d’ouvriers lyonnais plutôt que d’ouvriers rhodaniens. Y céder serait fallacieux. En 1906, 1921 et 1936, sur cinq ouvriers venus du Rhône, un seul est né dans la grande ville et la proportion des Lyonnais d’origine dans le personnel du site est toujours constante, située ces années-là entre 5,5 % et 5,7 % des effectifs. Constante aussi est la similitude entre les âges de ces ouvriers et ceux de l’ensemble des travailleurs du site.

19La qualification des travailleurs venus de la grande ville présente des caractéristiques indéniables. De moins en moins de manœuvres et d’aides, malgré une croissance des effectifs lyonnais égale à celle des ouvriers du site, et toujours en proportion inférieure à ce que l’on trouve dans l’usine. 19, 14, 13 ouvriers peu ou pas qualifiés : la proportion est presque deux fois moindre aux jours du Front populaire que sur l’ensemble du site. Cette évolution s’explique par la possibilité d’acquérir un métier sans forcément posséder une réelle qualification : les Lyonnais deviennent de plus en plus chaudronniers. Cette année-là, si seul un manœuvre sur 33 est né à Lyon, c’est le cas d’un chaudronnier sur 5. Les ajusteurs, bien sûr, sont en nombre. Les tourneurs, sans être plus rares à venir de Lyon que du reste du pays, ne sont plus si nombreux à arriver de la capitale des Gaules. Alors qu’un tourneur sur 9 était lyonnais en 1906, ce n’est plus que le cas d’un sur 18 trente années plus tard. Cependant, ce sont bien les métiers de la métallurgie qui sont le fait de Lyonnais ces années-là. Ni les métiers du bois, ni ceux de la peinture, ni les métiers de bureau, ni les fonctions d’encadrement, ni le dessin, ni les professions du garnissage, de la bourrellerie et de la sellerie, ne semblent tenter les travailleurs du site nés à Lyon et habitant Oullins. Surtout, étrangement car cette dénomination par trop générique pourrait sembler suffire pour un ouvrier venant de loin, mais n’en présente pas moins beaucoup d’incertitudes, les « employés » ou « agents » voient leurs effectifs croître largement : 4 en 1906, 19 en 1921, puis 22 en 1936.

20A Lyon n’est née aucune travailleuse du site habitant Oullins en 1936, alors qu’elles étaient quatre en 1921. Les Oullinoises d’origine, et qui le restent, sont bien plus nombreuses : 19 lors du premier recensement qui permet de se rendre compte de la présence de femmes sur le site, et encore 12 lors de celui de l’avant-guerre. Tout comme les travailleuses natives de la commune, les travailleurs nés dans la localité sont nombreux : 104 en 1906, 179 en 1921, 172 en 1936. Pourtant, malgré ce chiffre, la proportion est bien restreinte : il n’y a, au moment où elle est la plus importante, qu’un ouvrier des Ateliers sur dix né dans la localité. Pas plus que la grande ville toute proche, la commune ne peut assurer le renouvellement du personnel du site, et c’est ce qui explique l’appel constant à la migration. Les Oullinois de naissance et les migrants n’exercent pas les mêmes métiers. Aux Oullinois, la qualification, et dans la métallurgie. Ainsi, les ajusteurs sont aux nombres de 24, 50, 55 ces années-là. Mais, comme pour les Lyonnais, la proportion de tourneurs en leur sein est encore plus flagrante. Alors que ces spécialistes de la métallurgie différenciée, ouvriers de métier de l’outillage, ne sont Oullinois que dans moins d’un cas sur cinq au début du siècle, c’est plus d’une fois sur quatre dans l’après-guerre et au temps du Front populaire. Aussi, les manœuvres et les aides sont rares à être originaires de la localité, et les métiers d’anciens manœuvres ne sont que peu exercés. En cela, la population d’origine oullinoise est fort différente de celle qui vient de Lyon. Peu de peintres, peu de travailleurs du garnissage, mais déjà plus de travailleurs du bois après le début du siècle, comme si les Oullinois avaient attendu que s’installe l’Atelier des Voitures, ou que partent les ouvriers venus jeunes d’Arles et qui empêchaient l’emploi de leurs cadets dans ces métiers. Et puis, l’ouvrier du bois possède un métier, traditionnellement parmi les plus prestigieux de la classe ouvrière française, et dans cette usine où, sans que l’on s’en rende vraiment compte, les traditions compagnonniques sont respectées, ce prestige n’est sans doute pas sans importance.

21Des ouvriers de métier, mais pas forcément des petits chefs. Les Ateliers ne trouvent pas leurs cadres sur place : un contremaître en 1906, trois contremaîtres et deux chefs d’atelier en 1921, bien moins d’Oullinois que d’Ardéchois, alors que les niveaux de qualification de ceux-ci ne les prédisposent pas à une fonction d’encadrement. Ce qui pourrait s’expliquer pour le recrutement des patrons, dont la carrière est à la dimension du réseau, semble étrange pour celui des cadres subalternes. Pourtant, le nombre important des dessinateurs en 1936, ces ouvriers dont un stage dans les bureaux est le premier pas vers des fonctions d’encadrement, permet de comprendre que cette situation est en partie artificielle. Le P.L.M. a pour habitude d’imposer lors de certaines promotions, et surtout au moment de l’accès à un poste d’encadrement, une mobilité géographique. Le petit chef fait alors plusieurs demandes de mutation avant de pouvoir regagner l’Atelier de sa jeunesse. Assurément, les Oullinois ne reviennent pas toujours, même après leur retraite. Ces départs expliquent la relative jeunesse des natifs de la localité. En 1906, plus de la moitié des quarante-quatre mineurs sont nés dans la commune. Quinze années plus tard, les quarante-quatre plus jeunes ouvriers ont au plus vingt et un ans, et la moitié d’entre eux sont nés à Oullins. En 1936, si le benjamin du site est un Oullinois né après les recrutements des huit heures quotidiennes, trente et un ouvriers ont moins de vingt-quatre ans, mais huit seulement sont nés à Oullins. Cette année-là, pourtant, comme quinze années auparavant, comme trente ans plus tôt, l’ouvrier né à Oullins est souvent plus jeune que ses compagnons des Ateliers. Reste une autre particularité peu aisée à comprendre, le faible nombre de manœuvres en 1921, alors que beaucoup de jeunes commencent leur carrière avec cette absence de qualification qui ne trompe personne. Peut-être s’agit-il seulement d’un effet de cette pratique lors du recrutement, et les jeunes Oullinois entrés en 1919, lors des embauches des huit heures, auraient eu le temps de devenir professionnels ; tandis que de nouveaux ouvriers étaient embauchés comme manœuvres après la grève, les jeunes Oullinois auraient pu d’autant plus rapidement prendre du galon que, si la Compagnie a été clémente avec les stagiaires, nombre d’ouvriers qualifiés ont été révoqués.

22Moins encore qu’Oullins, les communes qui forment aussi la banlieue Sud-ouest de Lyon ne lèvent de légions de cheminots. La Mulatière, Francheville, Pierre-Bénite, Sainte-Foy-lès-Lyon et Saint-Genis-Laval ne fournissent qu’une cinquantaine de leurs enfants aux Ateliers. 48 en 1906, 47 en 1921, 53 en 1936, des chiffres progressant peu masquent mal une assez nette régression, dès le début du siècle, de l’apport relatif du voisinage. Mais le petit nombre, qui interdit de reconnaître comme significatif un changement, est en lui-même intéressant. Ainsi, de la Mulatière, la commune sur laquelle est implanté le site initial, ne viennent à Oullins que peu d’hommes. Au moins ceux qui s’y installent sont-ils qualifiés, et dans la métallurgie. De Pierre-Bénite aussi, les natifs sont qualifiés, alors que les travailleurs venus de Francheville sont plus souvent manœuvres. C’est dans la population originaire de Sainte-Foy et Saint Genis qu’une évolution, malgré le petit nombre, est sensible. A un recrutement d’ouvriers peu qualifiés, en 1906, s’est substitué en une quinzaine d’années une classe ayant atteint un niveau de réelle qualification. Ainsi, dans l’entre-deux-guerres, si ce ne sont les Franchevillois, les ouvriers des Ateliers d’Oullins originaires des environs de la commune ressemblent fort à leurs compagnons nés dans la localité.

23Lyon, Oullins, la banlieue Sud-ouest, ils sont pourtant un tiers des Rhodaniens à ne pas venir de ces communes. Leur nombre est important : ils sont toujours plus d’une centaine et arrivent de l’ensemble du département. Peu mise à contribution, la banlieue Est de la grande ville fournit quelques (rares) ouvriers qualifiés. Venant de Vénissieux, deux travailleurs en 1906, cinq en 1921, deux en 1936. Venant de Villeurbanne, un ouvrier en 1906, quatre en 1921, six en 1936. Le fleuve est encore une frontière, un espace difficilement franchissable... pour qui n’est pas lyonnais. En fait, des Monts du Lyonnais, du Beaujolais, de la vallée de la Brévenne, c’est de tout le département qu’arrivent des Rhodaniens. D’un âge, tout au long de ces années, qui ne les distingue en rien des autres travailleurs du site, ils ont des qualifications qui semblent aussi bien proches de celles de leurs compagnons. Lorsqu’ils sont qualifiés. Ces Rhodaniens, en effet, sont souvent manœuvres ou aides. En 1906, et trente années plus tard, c’est le cas de plus d’un tiers d’entre eux. Mais ces manœuvres ne sont pas tous les Rhodaniens. Ils viennent de régions éloignées des centres urbains du département, alors que les natifs des villes sont plus souvent qualifiés, et de plus en plus, surtout dans l’entre-deux-guerres. Le nombre des ouvriers de la métallurgie d’origine rhodanienne connaît une progression indéniable, qui est surtout le fait des travailleurs d’origine urbaine et péri-urbaine nés hors de l’agglomération lyonnaise. L’Arbresle et sa très proche périphérie envoient surtout à Oullins des ouvriers qualifiés. Les dix Givordins travaillant aux Ateliers et habitant à Oullins en 1936 ont un métier. En fait, plus encore que chez leurs compagnons venus d’ailleurs, ces ouvriers nés dans le Rhône, hors des proximités de la grande ville, ont beaucoup voyagé et cette arrivée tardive sur le site expliquerait peut-être l’âge sensiblement plus élevé de ces hommes.

24Toujours un peu plus du quart des ouvriers du site viennent du Rhône. Ces populations sont si différentes, des jeunes Oullinois aux ouvriers plus âgés venus de Tarare, des chaudronniers lyonnais aux manœuvres du Beaujolais, qu’une approche qui engloberait tous ces Rhodaniens en donnerait une vision bien tronquée, bien imparfaite.

25Pas de doute, les vingt-quatre travailleurs des Ateliers d’Oullins nés dans les Hautes-Alpes, a fortiori lorsque ce fut dans de petits villages, ne peuvent qu’être fils d’agriculteurs. Mais lorsque, dans douze cas, l’on peut connaître le métier du père, force est de constater qu’il déclare travailler dans l’industrie, ce qui ne l’empêche certainement pas de prendre en charge quelque culture. Même lorsque l’on trouve des ouvriers, tous originaires d’une même localité dont tout indique qu’ils ne sont issus que de milieux agricoles, lorsque leurs pères, leurs mères, leurs familles, les témoins des différents actes d’état civil qui les concernent, sont cultivateurs, lorsqu’eux-mêmes ont déclaré avoir antérieurement travaillé la terre, lorsqu’ils sont embauchés comme manœuvres à la Compagnie, et que leur carrière se termine par une qualification dans les métiers du bois, comment ne pas se rappeler que Corveissiat, ce village de l’Ain d’où ils sont originaires, est une localité où tout le monde est agriculteur ? Mais aussi où tout le monde travaille le buis...

26Mais cette recherche est surtout imprécise car elle ne prend en compte que les ouvriers des Ateliers résidant à Oullins et il semble fort probable que la localité de résidence soit en partie fonction de celle où l’on a vu le jour. Aucune source ne permet de connaître l’ensemble des travailleurs du site à un moment donné mais l’état nominatif des adhérents du groupe d’Oullins du Syndicat national, dressé en 1906, permet, en étant recoupé avec les recensements effectués cette année-là, de retrouver 214 syndiqués du site ne logeant pas à Oullins. Les travailleurs des Ateliers d’Oullins, habitant à la campagne, sont souvent nés dans la commune même de leur résidence et tous, à l’exception de l’un d’entre eux, natif de Haute-Loire, ont vu le jour dans le département. L’on ne retrouve pourtant pas, dans les autres lieux de résidence des travailleurs du site, cette proportion d’autochtones. Qualifiés à la Mulatière, les Lyonnais d’origine le sont moins à Pierre-Bénite et Sainte-Foy. Mais, en dehors de cette plus grande part du recrutement local, les caractéristiques des travailleurs des Ateliers observées à Oullins cette année-là se retrouvent chez leurs pays syndiqués sur le site et habitant hors d’Oullins. Ainsi, plus de la moitié des Ardéchois sont manœuvres ou journaliers.

  • 69 Yves Lequin, op. cit., t. I, cartes pp. 528, 529 et 530. Sur Trayvou, cf François Robert, Mobilité (...)

27Autre sujet d’insatisfaction, la limitation dans le temps de l’étude de cette population. Certes, les recensements antérieurs à celui de 1906 ne relevaient pas la nature de l’employeur, et il est déjà fort heureux que les Oullinois eurent plus de rigueur que les Mulatins, largement en retard d’un recensement. Il n’en reste pas moins que ces hommes ne sont pas arrivé à Oullins en 1905, et que le personnel des Ateliers a déjà une histoire plus que demi-séculaire lorsque l’agent du recensement prend mention pour la première fois de l’identité de l’employeur. Une recherche dans les actes de mariage établis à Oullins et Sainte-Foy-lès-Lyon, entre 1844 et 1871, a permis de retrouver près de quarante d’entre eux ayant déclaré travailler sur le site. Quelques indications sont perceptibles. Le recrutement local est déjà fort faible, puisque deux seulement de ces trente-neuf sont nés à Oullins, mais la petite localité rurale n’aurait jamais pu y suffire. Cinq sont Lyonnais ; assurément, la grande ville joue le rôle de pourvoyeuse que lui ont assigné les initiateurs de l’usine. Mais ils ne sont que douze à être nés dans le Rhône, le département semble n’être pas assez grand pour fournir en main d’œuvre le site. Alors, se dégage une géographie du recrutement que l’on ne va pas vraiment retrouver au siècle suivant. Certes, l’Isère, le département dont, hors du Rhône, arrivent au XIXème siècle le plus de travailleurs du site, sera encore, au début du siècle suivant, une terre d’origine de nombreux ouvriers. Mais l’Ardèche n’envoie qu’un seul de ses enfants, le fils d’un modeleur qui épouse la fille d’un marchand de vin de la localité. Et il n’est même pas manœuvre ! Les deux natifs de Saône-et-Loire ne sont pas nés dans la région du Creusot, pas plus que les deux ouvriers originaires de la Loire ne sont natifs de l’agglomération stéphanoise. Et le recrutement est beaucoup moins méridional. Le seul jeune marié originaire du Sud de la France, un « ouvrier employé au grand atelier », est né en Avignon. En revanche, la Nièvre, l’Ailier, le Jura, toute cette périphérie septentrionale et occidentale envoie des enfants. Trois viennent de Savoie, dont deux sont nés sujets du Duc. Et deux ont vu le jour en Alsace, alors terre de France. Ce déplacement, du Nord vers le Sud, de l’aire de recrutement entre le début de la seconde moitié du XIXème siècle et le début du siècle suivant, se retrouve dans les recherches menées par Yves Lequin69. Bien que les populations aient été déterminées différemment, certains éléments existent alors, dont cette présence, qui ne durera pas, d’ouvriers originaires du Sud-ouest. Par contre, parmi les métallurgistes mariés à Oullins entre 1851 et 1860, dont la plupart devaient travailler dans l’usine des bords de l’Yzeron, de nombreux ouvriers venus de Saône-et Loire, et particulièrement du Creusot et de ses environs. Cette population échappa à ma perspicacité, tout simplement car le métallurgiste du Creusot, son métier dans la tête, ne trouvait aucune nécessité à préciser qu’il travaillait aux Ateliers du Grand Central. Riches d’enseignements sont aussi les deux cartes dressées de l’origine des ouvriers métallurgistes et des cheminots mariés à Oullins entre 1902 et 1911. Même si Perrache n’est pas loin, même si Trayvou emploie déjà plus de trois cents ouvriers, ces cheminots doivent être bien métallos, et ces métallos doivent être bien cheminots... Or, les cartes ne se recoupent pas. Celle des métallurgistes, plus large, parce que l’on se dit plus facilement ajusteur ou chaudronnier qu’employé du P.L.M., suit vers le sud la vallée du Rhône, draine quelques travailleurs de l’Est, alors que celle des cheminots, plus concentrée, est bien restreinte. Assurément, les ouvriers du site ne se réclament pas du même métier s’ils sont nés dans la région ou s’ils viennent de plus loin. Mais leur provenance n’est en rien semblable à celle des verriers migrants mariés au début du siècle dans la banlieue sud, et, comparées à celle des ouvriers du verre, les cartes des métallos et cheminots ne manquent pas de se ressembler.

28L’histoire internationale a été un facteur faisant que des ouvriers, que rien ne prédisposait à un tel séjour, sont venus travailler sur les bords de l’Yzeron. Le rôle de l’histoire de la Compagnie est indéniable : le transfert d’une partie du potentiel des Ateliers d’Arles a amené dans la région lyonnaise des ouvriers venus du Midi, alors que les régions méridionales n’avaient pas pourvu le site oullinois. Venant des Bouches-du-Rhône, mais aussi du Vaucluse et du Gard, cette population s’est intégrée dans la banlieue lyonnaise, et a fait souche de travailleurs oullinois des Ateliers. Certaines évolutions semblent conjoncturelles : cette spécificité du travail du bois qui disparaît peu à peu chez les natifs du Vaucluse renvoie sans aucun doute à l’extinction de la population venue des Ateliers d’Arles. La diversification des qualifications des métallurgistes venant de Saône-et-Loire renvoie aux événements creusotins du tournant du siècle, et peut-être à des modifications de la production de Schneider. Ces recrutements liés à des problèmes limités dans le temps expliquent la stratification par âge de certaines qualifications. Le recrutement géographique des petits cadres n’est souvent que l’effet à long terme de ces arrivées sur les bords de l’Yzeron d’ouvriers de métier(s). Mais d’autres éléments semblent plus structurels : le recrutement constant de manœuvres venus de l’Ardèche, l’arrivée croissante de travailleurs peu ou pas qualifiés en provenance de l’Ain. Surgit aussi le rôle du Rhône, ce fleuve qui, frontière difficilement franchissable (sauf à proximité du delta...), distingue travailleurs de la Drôme et de l’Ardèche.

Métiers, qualifications, travail

29Ce jour-là, ils n’ont pas mis leurs sabots. Ils ont enfilé, qui ses bottines, qui ses godillots cloutés. Et ils ont revêtu, habit inhabituel, la chemise blanche, unie ou à rayures. Le col dur et, pourquoi pas, le nœud papillon autour du cou. Et puis le gilet. Un seul a préféré un tricot. C’est le même ouvrier, un raboteur, qui a gardé la blouse. Il est l’un des aînés du groupe. L’autre vétéran se distingue aussi : casquette sur la tête, malgré sa chemise et sa cravate, ouvrier il est, ouvrier il paraît. Un autre, plus jeune, n’avait pas non plus oublié sa casquette. Mais il a préféré la poser devant lui. Le troisième personnage dont on devine le couvre-chef porte là ses galons. Inutile d’ailleurs de devoir distinguer le chapeau mou, tout plaide pour la domination : debout, le regard droit, la pose avantageuse, le cheveu (qui ne va pas tarder à se faire rare) bien ordonné, le costume trois pièces. Et pour que l’on comprenne bien que c’est lui le chef, il a pris soin de ne rien avoir dans les mains si ce n’est, justement, ce galure qui lui évite de sembler par trop emprunté. Les douze autres n’ont pas dû résoudre ce problème. Ils ont pris leur instrument de travail, qu’ils possèdent et exhibent plus ou moins ostensiblement. Ainsi le rabot que l’on tient, négligemment et verticalement de la main droite, ou bien saisi, horizontalement, entre les deux mains. Ou le niveau, blotti entre l’abdomen et le torse. Aussi l’équerre et le compas, les scies, marteaux, maillets, outils de mesure et d’ébauche que l’on arbore, auquel on s’identifie et qui identifient, représentations qui se veulent exhaustives mais ne sont que complémentaires. Instrument de travail bien plus que vêtement, le tablier du tourneur sur bois ne dépare pas. Car il y a cet habit qui ne produit pas seul l’habitus, ce système pileux accommodé à tous les goûts, qui ne laisse imberbes que le chef et le vieux en blouse, qui donne au raboteur en chemise rayée l’air de ce Zola qui vient de sortir Nana et qui fait ressembler à Proudhon son voisin. Seul, avec les deux anciens, il ne montre pas la chaîne d’une toquante, ce régulateur ostensible d’une certaine aisance et qui fait si cheminot... Il y a le gamin, porté à bouts de bras, derrière la vitre, qui semble tenir un outil dans ses mains. Trop de dérision pour que ce soit volontaire. Trop visible pour que le photographe ne l’ait remarqué. Surtout, il y a la vie que l’on ne peut cacher et qui rend les deux vieux évidents, centraux, tant pis pour le chef qui croyait s’être placé au milieu. Les deux portent le temps, le travail et leurs stigmates. Et il est tout autant malaisé d’échapper au regard fatigué, presque malade, de l’un, qu’il est impossible de saisir celui, fuyant, de son compagnon qui, perché, domine le groupe. Assis au premier rang, au milieu des chefs d’œuvre, les plus jeunes, par leur apparente sérénité, soulignent encore ces dégâts. Ce jour-là, ils n’ont pas mis leurs sabots. Ils se sont faits beaux, ont sorti leurs outils, un tour, un établi et les plus beaux modèles. Ils ont placés, bien visibles, un gros panneau sur lequel était peint « MODELAGE » et un petit qui indiquait, avec de belles lettres en relief, « PLM, Ateliers d’Oullins, 1881 ». Mais ils n’ont pas souri au photographe.

30Ceux-là peuvent se dire modeleurs. Ils se revendiquent tels, pas question que l’on puisse les confondre avec de simples ouvriers du bois car on est fier de son atelier, de là où l’on travaille. Deux cent trente-deux vocables ou expressions différents : lors des six recensements qui, avant le second conflit mondial, mentionnent l’employeur, les travailleurs des Ateliers P.L.M. d’Oullins qui répondent à l’agent du dénombrement ne manquent pas de possibilité pour caractériser leur métier. La multiplicité des activités permet celle des dénominations. Les corps de métiers qui œuvrent sur les deux sites, les types et niveaux de qualifications que cela requiert, les structures administratives qui ne sont pas directement liées à la production, tout cela met en branle sur le site une foule de travailleurs aux ouvrages, conditions de labeur, de vie, de carrière, multiples. A tel point que les appellations elles-mêmes en deviennent ambiguës lorsque sont polysémiques les signifiants. Quels sont ces corroyeurs ? Apprêtent-ils les cuirs au garnissage ? Dégrossissent-ils le bois à la menuiserie ? Soudent-ils le métal à la sortie des cubilots ? Et ces fumistes ? Est-ce les cheminées des fours, la Grande Demoiselle de la Fonderie, ou tout simplement les cheminées des locomotives qu’ils entretiennent ?

  • 70 Considérés dans la Compagnie comme peu qualifiés, les noyauteurs n'en étaient pas moins des ouvrie (...)

31Il y a d’abord tous les métiers de la fusion, des forges, de la chaudronnerie, où l’on travaille la matière incandescente ou encore chaude. Les chauffeurs entretiennent, alimentent les fours, et sont moins nombreux après l’inauguration des nouvelles Fonderies et le remplacement des fours à huile. D’autres chauffeurs, les pilonniers, les conducteurs de chaudières, tous effectuent un travail nécessitant une parfaite connaissance de la machine. Aussi bons ouvriers que les chauffeurs des locos, ils doivent pouvoir maintenir une pression suffisante sans être excessive en fonction du combustible, de la qualité de l’eau, des travaux effectués. Ils actionnent les immenses machines de la Chaudronnerie, des Forges. Là, tous les métiers parmi les plus durs du site sont exercés. De ces métiers, rares sont les pratiquants qui ont gardé l’ancienne terminologie : un seul, en 1936, se dit maréchal-ferrant, à un moment où il n’y a plus le moindre animal dans l’usine. Un seul, en 1911, se dit maître fondeur, unique ouvrier du site à arborer devant un agent du recensement ce vieux titre hérité du système corporatif. Il y a les travailleurs de la fonderie, rares à se dire fondeurs, préférant préciser leur place dans le processus : rares noyauteurs70, nombreux mouleurs, ébarbeurs qui se raréfient dans l’après-guerre sans que seules l’expliquent les nouvelles Fonderies, meuleurs et un sableur. Il y a aussi ceux qui travaillent les pièces, les forgerons, les chaudronniers, au nombre constant et au travail aussi pénible tout au long du siècle. A leurs côtés, les marteleurs, déjà ouvriers, mais pas aussi prestigieux que leurs compagnons. « Au-dessous », comme l’explique un ancien frappeur devenu chaudronnier, riveurs et frappeurs, peu qualifiés, mais fiers d’arborer un métier. Autre source de prestige, le minerai ou l’alliage que l’on travaille : l’on indique parfois que l’on est mouleur ou chaudronnier en cuivre, mouleur de bronze, mais l’on ne prend jamais la peine de préciser un labeur sur fonte ou fer.

32Tous ces travailleurs ont une réelle connaissance de ce qu’est leur travail et de ce qui le conditionne, à tel point que, à divers moments de la troisième République, ils se mobilisent pour qu’une meilleure qualité du combustible permette de meilleurs rendements, de meilleures primes. Chaudronnier, forgeron, leur qualification est celle de la pénibilité du labeur. Mais le vrai ouvrier, celui dont sont indiscutés, indiscutables, la qualification et le prestige, c’est l’ajusteur. Prince de l’aristocratie ouvrière, sa place au sein des Ateliers devient d’année en année plus importante. On en a besoin sur les deux sites, dans la plupart des ateliers, même s’il est des bâtiments où il règne en maître, comme l’Ajustage des Machines. Dans l’ancienne usine de Monsieur Clément, on en retrouve aux Roues, aux Forges, à la Robinetterie, et même au Montage. Mais sur le site de la rive droite de l’Yzeron, ce sont le Montage, la Serrurerie, qui se révèle leurs vrais domaines. Leur nombre s’accroît parce que les machines de l’entre deux-guerres nécessitent plus de travaux relevant de leurs compétences, mais la rationalisation leur donne aussi une part non négligeable, car si l’hypertrophie de la hiérarchie ferroviaire a pu empêcher l’existence même de postes de régleurs, il faut bien que quelqu’un en assure la fonction. Ce n’est d’ailleurs pas toujours un ajusteur qui joue ce rôle : l’autre grand de l’usine, c’est le tourneur sur métaux. Moins nombreux, rarement plus d’une centaine alors que les ajusteurs sont 279 en 1936, s’acquittant parfois de fonctions similaires, les tourneurs ont aussi dans l’usine cette place de vrais professionnels, d’ouvriers par excellence. Autres ouvriers à effectuer des travaux proches de ceux qui sont le lot de l’ajusteur et du tourneur, les rares aléseurs, taraudeurs, balanciers, les plus nombreux conducteurs de machines-outils, ceux qui se disent mécaniciens, tous ceux-là ne sont pas en nombre suffisant pour avoir la place des ajusteurs, des tourneurs, dans le vécu et l’imaginaire du site.

33La locomotive, ou la voiture, arrive, éclate, est répartie dans l’usine, revient, est remontée. Des équipes s’en chargent. Des monteurs se sont spécialisés. Mais la rationalisation, les nouveaux bâtiments du Montage, enlèvent une partie de la spécificité de cette tâche, plus souvent accomplie par des travailleurs peu qualifiés ou en voie de qualification. Rançon aussi d’une absence de qualification véritable, le travail de levage. A partir de la Grande Guerre apparaissent des soudeurs, à l’arc ou au chalumeau. A l’Outillage, à la Serrurerie travaillent divers spécialistes, serruriers, ferreurs, qui montent les ferrures des voitures, travail de confiance puisque les éléments de sécurité des véhicules sont de leur ressort. Ils œuvrent avec d’autres ouvriers de métier : ferblantiers, zingueurs, plombiers. Certains d’entre eux se sont fait une spécialité exclusive de certaines tâches, de certaines pièces. Anachronisme, ils travaillent presque seuls dans cette usine de plus en plus organisée, « envoient bouler les chefs ». Est-ce pour cela que l’on retrouve parmi eux nombre de syndicalistes-révolutionnaires plus ou moins anars ? Oullins alimente une bonne partie du réseau en outils, réparés ou fabriqués aux Ateliers. Ce sont surtout des ajusteurs et des tourneurs qui en assurent l’usinage, et les affuteurs, trempeurs, limeurs, tailleurs de limes sont pour le moins rares. Quant au tout aussi rares distributeurs, ils jouent surtout un rôle de magasinier, et n’interviennent pas pour contrôler ou superviser le processus de fabrication ou de réparation. Vétérans du monde du travail, toujours fortement attachés au mouvement ouvrier, les travailleurs du bois sont les professionnels des Voitures. C’est un peu à ce titre que, individuellement, beaucoup sympathisent avec des ajusteurs... Charrons de toutes espèces, scieurs, charpentiers, toupilleurs, tourneurs sur bois, mais surtout ébénistes et menuisiers, ce sont eux qui remettent à neuf les voitures, dont la plupart sont encore en bois, malgré la réparation dans l’entre-deux-guerres des premières voitures métalliques.

34Ebéniste ou menuisier ? Le menuisier travaille de manière plus grossière un bois moins précieux. L’ébéniste fait la finition, fignole, travaille les bois exotiques. La différence en est claire au début du siècle : on se dit l’un, ou l’autre, et on le reste, sauf si une promotion permet au menuisier de devenir ébéniste, comme le charron peut devenir menuisier. Trente années plus tard, on ne sait plus bien où l’on en est, les tâches sont indifférenciées au sein des équipes, chacun peut travailler n’importe quel type de bois. Rapide, efficace, en moins d’une quinzaine d’années la rationalisation a en partie ôté à ces ouvriers du bois leur identité. Ils n’ont pas perdu leur tour de main, mais c’est plutôt en perruques qu’ils en apportent alors la preuve. Ni travailleurs du métal, ni travailleurs du bois, d’autres ouvriers tout aussi qualifiés apparaissent parfois moins nobles, moins ouvriers. C’est peut-être dans les représentations des luttes ouvrières qu’il faut aller chercher cette disqualification. Bourreliers, tapissiers, dégraisseurs, teinturiers, mais surtout selliers, garnisseurs, se disant indistinctement les deux, lorsque ce n’est un peu tout à la fois, ces ouvriers, aux Voitures, réparent, nettoient, s’occupent des fauteuils, banquettes, tapis, rideaux.

35Autres ouvriers qui subissent cette dévalorisation, les peintres. Plus que bien des métallurgistes, ils sont ouvriers de métier. Leur coup de pinceau est déterminant pour la qualité de l’ouvrage, mais l’on peint de plus en plus au pistolet... Et certains travaux peu valorisants, comme le nettoyage des couloirs des voitures, se font en équipe. Comme leurs compagnons du bourrelage, ils voient leurs effectifs diminuer au début des années vingt pour croître lors de la décennie suivante. Et puis, plus nombreux dès l’après-guerre et surtout les années trente, les électriciens, chargés tout autant de l’entretien et de la maintenance du matériel du site que des premiers travaux sur des véhicules.

36Ouvriers de métiers, métallos en bleus, peintres en casquettes, chaudronniers et fondeurs le litron dans la musette, une image des ouvriers des Ateliers qui ne prendrait en compte que ceux qui sont directement à la production, dans les grands ateliers, serait réductrice. En dehors même des cadres, des employés de bureau, tout un petit monde d’ouvriers de toutes qualifications font vivre le site, l’animent, complètent par leur travail celui de grands corps de métiers. Il y a tous ces conducteurs et chauffeurs de charrettes hippomobiles d’abord, puis d’automobiles ou de camionnettes. Il y a les gardes, gardiens et surveillants, chacun son rôle, ceux qui effectuent leurs rondes et ceux qui restent dans leur petite cabane à l’entrée de l’usine. Chacun sa place aussi : aux Machines, un garde de la porte de l’Yzeron ne va pas en remplacer un autre à celle du Rhône. Il y a ceux qui s’occupent des bâtiments, les maçons, les vitriers, les plâtriers. Il y a des jardiniers, les gaziers qui vérifient et entretiennent les installations d’éclairage. Il y a tous les travailleurs des magasins, qui jouent à l’employé de bureau mais qui ne sont que rarement assis face à une table.

Laveur de bogies à Oullins-Voitures. Un métier ?
Une qualification ? Une qualification reconnue ?

37Il y a aussi ces dizaines de chemineaux qui se chargent de la voie, de poser, d’entretenir, de changer les kilomètres de rails sillonnant les deux sites. Enfin, tous ces vérificateurs, dont quelques-uns ne sont pas toujours les plus compétents, parfois chargé de constats peu compliqués et imbus du fait qu’ils passent après le travail des autres. Mais ceux qui contrôlent au plus près la qualité du travail, ce sont les visiteurs d’ateliers, que l’on appelle parfois simplement contrôleurs. Ouvriers hautement qualifiés, parfois travailleurs de qualité que rebutait une promotion uniquement liée à la hiérarchie, ils devaient, après des années d’excellent service, subir un examen et une année de formation avant d’être affectés. Il y a le visiteur d’entrée, le visiteur de sortie. Parfois, ils accomplissent ce travail de concert avec d’autres contrôleurs, en fonction de leur qualification antérieure. Ce sont eux qui prennent en charge le véhicule ou la machine dès son arrivée, le visitent, déterminent les travaux à effectuer. Avant le départ, ils supervisent certains essais. On en trouve aussi qui contrôlent les chaînes et toutes sortes de postes de chauffage, d’éclairage. Ce sont de « très bons ouvriers dont la direction [s’aperçoit] qu’elle [peut] encore mieux les utiliser que comme très bons ouvriers ». Etape parfois sur la voie qui mène de l’apprenti au chef d’atelier, la fonction de visiteur est le plus souvent le couronnement d’une carrière, pas toujours commencée avec une qualification. Un manœuvre peut devenir visiteur pour peu qu’il ait pu être un bon ouvrier. La mission du visiteur n’est pas d’une nature sensiblement différente de celle du contrôleur technique. Celui-ci, fortement qualifié, d’un niveau de contremaître, est spécialisé dans certaines tâches, et a un champ d’action généralement plus large que celui de l’usine. C’est lui qui part en voyage quelques kilomètres avec les machines après leur sortie du montage et qui fait partie de toutes les commissions d’enquête.

38Il serait abusif, fallacieux même, de réduire le personnel des Ateliers aux ouvriers qui travaillent dans les grandes sections du site, celles que l’on voit, que l’on entend, où entrent et dont sortent locomotives et voitures. Gravite dans l’usine tout un petit monde ouvrier aux tâches et qualifications les plus diverses, les plus étranges, mais indispensables. De tous ces travaux, ceux du métal et du bois sont les plus nobles. L’antériorité, les traditions qui faisaient, au début du siècle, des menuisiers, charpentiers, ébénistes, les ouvriers les plus fiers, ont laissé la place à la qualification et au prestige du travail de l’ajusteur et du tourneur.

  • 71 A.G. - C.G.T., 16/1/1920 et 28/6/1936.

39Il est administrateur du syndicat et travaille aux Machines, dans les bureaux. Il intervient lors de la première assemblée générale de l’année et « renouvelle aux camarades ouvriers l’intention arrêtée des employés de bureau de marcher en toutes circonstances la main dans la main pour soutenir les revendications de la Fédération ». S’il en prend la peine, c’est parce qu’indéniable en est le besoin. Une quinzaine d’années plus tard, un autre leader du syndicat, Raoul Baudru, lui aussi employé de bureau, ne manque pas une occasion de souligner la solidarité entre les travailleurs des bureaux et ceux des ateliers. Mais, en bon syndicaliste réformiste, il fait en sorte de concrétiser ces bonnes intentions. C’est à son initiative que, « pour marquer leur solidarité avec les camarades ouvriers, les agents des cadres et bureaux vont s’occuper à publier ce qui est dû aux ouvriers (indemnités, gratifications, primes, etc.) que les ouvriers ne songent pas à réclamer du fait de leur connaissance superficielle des conditions de rémunération71 ». Les syndicalistes n’ont pas tout à fait tort de s’inquiéter : il y a bien un monde entre les employés de bureau et les ouvriers. Il y a ceux qui sont en bleu, et ceux qui sont en blouse. Il y a ceux qui partent les mains noires et graisseuses, et ceux dont elles ne peuvent être maculées que de quelques taches d’encre. Il y a ceux qui doivent pointer à une heure bien précise, et ceux qui n’ont qu’à apposer leur paraphe sur une feuille, une fois arrivés dans leur service. Et comme, aux Voitures ou aux Machines, il faut traverser une bonne partie de l’usine pour se rendre au bureau, le moindre retard d’un employé est aperçu par des centaines d’ouvriers, perçu comme un privilège. Alors, l’employé a beau jeu de passer pour un môssieur et les ouvriers lui en veulent d’autant plus qu’il sont persuadés qu’il est plus mal payé qu’eux.

40Lors des recensements, la plupart se déclarent, simplement, employés. Les qualifications disparaissent derrière le terme le plus générique. Sept en 1926, sept en 1931, et un en 1921 se disent expéditionnaires. Pourtant ils sont bien plus à l’être. L’expéditionnaire, c’est le plus petit employé, celui qui épluche les bulletins de travaux, gratte les papiers, les reçoit des mains des métallos ou des brigadiers. C’est ainsi que commencent la plupart des employés. Le grade vient avec l’ancienneté, avec des examens. Dans les ateliers, on commence manœuvre, et l’on peut terminer manœuvre. Mais dans les bureaux, si l’on commence expéditionnaire, on ne peut pas terminer expéditionnaire.

41Une des tâches est de produire et de reproduire les dessins techniques. A chaque pièce correspond son modèle. A chaque pièce correspond aussi son calque, énorme plan soigneusement rangé dans une boîte en bois, qui reprend la pièce sous plusieurs angles, en précise les cotes. Produire et entretenir tous ces papiers nécessite du personnel. Il y a le calqueur, qui se contente de reproduire, le dessinateur, qui dessine, le dessinateur d’étude, qui étudie sur le tas les modifications à apporter aux pièces et aux cotes. « En-dessous de l’ingénieur, mais [qui] en connaît souvent plus que lui, [il] travaille en binôme avec un technicien du niveau d’un chef d’atelier ». C’est un tel duo qui, lorsqu’il le faut, sait transformer un véhicule de seconde classe en voiture de première, changer les cendriers, adapter l’éclairage, répartir les sièges. Et puis, en dehors des vrais dessinateurs, ceux qui sont dans les bureaux pour dessiner, il y a ceux qui sont là pour acquérir du galon : dans l’entre-deux-guerres, il devient habituel de faire effectuer « une période de dessinateur » aux ouvriers qualifiés devant devenir petits chefs, de les mettre ainsi en contact avec une dimension moins pratique du travail.

  • 72 La Voix du Peuple, 16/12/1933.

42L’employé de bureau, lorsqu’il se marie à Oullins, n’est jamais fils d’agriculteur, ni d’ouvrier peu ou pas qualifié. Le plus souvent natif d’agglomération urbaine, Oullinois au début du siècle plus que ses compagnons en bleu, il les fréquente, malgré tout ce qui se raconte, et a bien des points en commun avec eux. Pas de logement distinctif, une pratique tout autant malthusienne que les ouvriers, il n’est pas aisé de le distinguer sur des critères autres que professionnels. « Qu’attendez-vous donc, vous qu’on pourrait appeler la misère en faux col ? » interpelle le rédacteur d’un communiqué de la cellule communiste des Ateliers dans un long article dénonçant la rationalisation pratiquée dans les bureaux et magasins72. Le style misérabiliste du texte qui s’adresse aux « prolétaires employés aux magasins du P.L.M. à Oullins », s’il peut prêter à sourire, rend compte de la difficulté que peuvent avoir les militants ouvriers à rallier les employés de bureau. Malgré les proclamations, les différences existent bien, et elles sont ressenties par les employés qui n’ont pas vraiment conscience d’appartenir tout à fait à la même classe que les ouvriers. Est-ce les conditions de travail, une mobilité sociale à un stade ultérieur, d’autres facteurs ? Toujours est-il que ce n’est pas avec ce discours que les militants locaux du P.C. arrivent à faire des émules. Lorsqu’ils écrivent ces lignes, il y a toutes sortes de militants parmi les employés de bureau, des socialistes comme Baudru, des radicaux-socialistes comme Aymard, des camelots du roi, des syndicalistes chrétiens, mais pas un communiste. Le seul sympathisant qu’ils pouvaient avoir dans les bureaux, Albert Commune, a laissé au mois de janvier son poste de dessinateur principal pour devenir contremaître.

43Ils sont entre un gros quart et un petit tiers des travailleurs du site à déclarer, lors des recensements qui se succèdent de 1906 à 1936, une absence de qualification ou une sous-qualification. Mais les moins ouvriers, sous-qualifiés parmi les non-qualifiés, qui n’ont à revendiquer que leur absence de statut, ce sont les journaliers. Embauchés sans être appelés à un éventuel commissionnement, ils peuvent être licenciés sans autre forme de procès. Assurant souvent des travaux, parfois pénibles, qui ne sont pas en lien direct avec la production, ils peuvent être affectés dans des ateliers, principalement pendant la Grande Guerre et lors de ses suites immédiates. Seul avantage, une certaine ancienneté dans cette situation par définition provisoire leur permet d’avoir droit à une partie de la prime de fin d’année lorsqu’ils sont remerciés. Premiers licenciés après les années de guerre ou lors de la crise des années trente, ils ne s’en estiment pas moins cheminots, se syndiquant, formant même une section syndicale au moment du Front populaire. Mais le non-qualifié par excellence, l’ouvrier qui n’est pas vraiment ouvrier, c’est le manœuvre. Ils sont entre 260 et 370 Oullinois à se dire manœuvres aux Ateliers lors des recensements, de 1906 à 1936. Le manœuvre, c’est celui qui ne sait rien faire, donc qui fait tout. Il peut être affecté dans une équipe, à démonter ou remonter les locomotives, les voitures. Certaines équipes sont exclusivement constituées de manœuvres. Mais d’autres associent ouvriers de métiers et travailleurs non qualifiés. Celles-là sont peut-être « les plus sympas, pour peu qu’on tombe avec des ouvriers pas trop cons qui [...] prennent pas [les manœuvres] pour leurs larbins ». Mais, les solidarités, d’âge, d’origine géographique, d’organisation ou tout simplement individuelles prenant souvent le dessus, on sympathise le plus communément, et le manœuvre dans une équipe d’ouvriers en arrive à faire un travail bien plus intéressant que celui qui n’est qu’avec d’autres manœuvres.

  • 73 Un nombre relativement important d'aides-chaudronniers est recensé en 1911. C'est cette année-là q (...)

44En réalité, existent deux types de manœuvres. Il y d’abord le faux manœuvre, celui qui vient d’entrer, et qui peut rapidement changer de qualification, ou mettre à profit celle qu’il avait antérieurement. Et puis il y a le vrai manœuvre, qui n’acquiert jamais une qualification. Il termine alors manœuvre spécialisé, grade inventé pour donner une chance de promotion à ceux dont l’horizon professionnel est singulièrement bouché. Le manœuvre spécialisé, c’est bien sûr celui qui n’a pas de spécialisation. Rien de commun entre le manœuvre et l’aide-ouvrier. L’aide-ouvrier, c’est le futur ouvrier, celui qui a passé avec succès un essai professionnel, qui est en voie de qualification. Mais cette différence, si elle correspond à terme à une réalité, est bien dérisoire sur le moment. Les aides-ouvriers font le plus souvent un travail semblable à celui des manœuvres, même si ceux-ci effectuent parfois celui d’un professionnel... D’ailleurs, un ouvrier se dénomme le plus souvent par sa qualification. Un aide-ouvrier, lui, se réclame de son bas niveau de qualification. Sauf en 191173, la plupart des aides se disent simplement aides-ouvriers. C’est entre le recensement de 1921 et celui de 1926 qu’ils font réellement leur apparition : c’est bien à la rationalisation qu’est liée la multiplication des postes d’aides, qui participe à une démarche d’accroissement de la sous-qualification inhérente à tout processus d’organisation du travail dans le secteur industriel de la première moitié du siècle. Il y a ceux dont la propre dénomination est floue. Qu’est-ce que cela signifie de se dire métallurgiste lorsque l’on travaille aux Ateliers à la fin des années vingt ou au début des années trente ? Au moins apprend-on que travaille le métal l’homme qui ainsi se présente... Mais celui qui se proclame spécialiste ne nous en dit pas beaucoup sur sa spécialité.

45Et ceux qui se disent ouvriers ? Ouvriers en usine... Il n’y en a pas en 1906, mais ils sont plusieurs dizaines lors des recensements suivants, 73 en 1936. Ceux qui précisent qu’ils sont ouvriers ne sont pas tous vraiment ouvriers, ne sont pas tous qualifiés, mais certains vont le devenir. En fait, ouvrier, on le devient avec le temps. Au début de l’année trente-six, 56 des 73 travailleurs se proclamant ouvriers étaient Oullinois et œuvraient sur le site quinze années plus tôt. Soit presque quatre sur cinq, alors que moins d’un travailleur des Ateliers de 1936 sur quatre travaillait aux Ateliers et habitait Oullins quinze années plus tôt. Les chiffres, cette fois, peuvent être considérés sans équivoque : c’est bien un long séjour dans l’usine qui a donné à ces hommes la conscience d’être ouvriers, démarche nouvelle dans l’entre-deux-guerres. Cette ancienneté sur le site et dans la ville, cette aspiration à une qualification sont les seuls éléments communs de ces ouvriers, qui sont de tous âges, de toutes origines géographiques, dont les ménages sont de toutes tailles, dont les pères sont de diverses catégories professionnelles. Au moins, un ouvrier, on sait ce que c’est, car il y a tous ceux qui utilisent un terme plus vague encore. Quelques-uns se disent cheminots au P.L.M.. Même les agents du P.L.M. sont peu nombreux, et n’existent qu’après le statut. Une dizaine lors des trois premiers recensements de l’entre-deux-guerres, ils sont 28 en 1936, et ont divers niveaux de qualification.

46L’imprécision la plus courante est celle de l’homme qui se dit employé. Imprécision et ambiguité : se dire employé, c’est plus ou moins vouloir se faire passer pour un employé de bureau. Et ils sont nombreux à se dire employés, surtout dans l’après-guerre, presque un travailleur du site sur cinq en 1926 et 1931. Certains sont de véritables employés, mais bien des travailleurs du site, à un moment ou un autre, lors d’actes de l’état civil, lorsqu’ils doivent faire une déclaration, se disent employés au P.L.M. Lorsqu’évoluent les déclarations d’un recensement à l’autre, l’ajusteur devient employé, mais l’employé ne se dit pas ajusteur quelques années plus tard. Faut-il voir là une usure de la fierté du travail, de la qualification ? Le jeune tout fier d’être ajusteur se dit quinze années plus tard employé parce qu’il n’y croit plus ? C’est un peu cela. Ces anciens ajusteurs qui se disent employés n’y croient plus, à tel point qu’ils ne le sont plus : l’ajusteur qui se dit employé est en réalité devenu un petit chef. La revendication d’une identité d’employé devant l’agent du recensement correspond à l’expression d’une promotion : l'image de l’employé est supérieure à celle de l’ouvrier et ceux qui reprennent à leur compte cette signification, pour s’en servir, sont justement de ces hommes qui ont été ouvriers, et ouvriers parmi les plus qualifiés.

47Flou de l’appellation : les pratiques du P.L.M. en matière de recrutement des ouvriers facilitent cela : « A la Compagnie, on n’[embauche] pas sur titre, et le titulaire d’un C.A.P. [peut] bien être employé comme aide-ouvrier ». On n’embauche pas sur titre, mais sur essai. Organisés par les ingénieurs avec, dans l’immédiat après-guerre, la participation de délégués du personnel à des commissions des essais, les essais sont toujours parmi les préoccupations du syndicat, révélateurs de l’intérêt que portent les militants ouvriers à la qualification professionnelle. Les différentes branches du mouvement ouvrier se méfient plus ou moins de ces pratiques dans lesquelles elles voient une possibilité pour la Compagnie d’embaucher qui elle désire. Il faut dire que le P.L.M. se prête à ces critiques, soumettant les ouvriers de retour des tranchées à des essais jugés trop difficiles ou reprenant comme journalier un ancien apprenti du centre au temps du Front populaire. Une telle pratique, qui fait qu’un ouvrier est embauché à une qualification inférieure à la réalité, ou qu’il travaille à un niveau supérieur au sien, déchaîne le plus souvent l’ire de ceux qui n’en font qu’indirectement les frais. Sauf s’il a auparavant acquis ou exercé la qualification qui est la sienne aux Ateliers sans que le titre ni la rémunération ne lui en soient attribués, le faisant-fonction est plutôt heureux de son sort, préférant pour le même prix effectuer un travail qualifié qu’un travail déqualifiant. Les plus chagrins sont les professionnels reconnus comme tels, déqualifiés de fait lorsqu’ils s’aperçoivent que leur travail est effectué par des ouvriers n’ayant pas leur qualification.

48Des aides-ouvriers qui se disent ouvriers, des petits chefs ou des manœuvres qui se disent employés : les termes qu’ils utilisent sont assez vagues pour que ce ne soit tricherie ; en aucun moment l’aide-ajusteur ne se prétend ajusteur ; en aucun cas le manœuvre ne se dit contremaître. L’unique mensonge décelé est celui d’un petit chef, rétrogradé à la suite d’un trafic peu avouable, et qui n’ose pas, devant l’agent du recensement, assumer la sanction. Mais l’usage de termes génériques est différencié. Celui, plus neutre, d’employé, fait référence à la Compagnie, à l’employeur. Celui, qui se veut plus précis, d’ouvrier, ne cache pas sa dimension industrielle. Si des syndicalistes n’hésitent pas à se revendiquer ouvriers devant l’agent du recensement, aucun d’entre eux, sauf bien sûr les employés de bureau, ne se prétend « employé » en de telles circonstances, et les travailleurs du site se disant employés en 1906 sont trois fois moins nombreux à être syndiqués que l’ensemble de leur compagnons oullinois. Ceux qui ne se disent pas qualifiés sont plus souvent ceux qui ne le sont pas. La sous-qualification est un véritable problème aux Ateliers. Il est résolu de manière individuelle, la plupart des ouvriers restant assez longtemps sur le site font en sorte d’acquérir une qualification, quitte pour cela à effectuer des travaux aussi pénibles que ceux de la chaudronnerie. D’autres le résolvent par leur manière de se dénommer. Lorsque l’on peut se dire ouvrier ou employé du P.L.M., l’on n’est plus tout à fait manœuvre.

Carrière de cheminot

  • 74 11 est question ici des 117 travailleurs dont les dossiers de la Caisse de retraite ont été analys (...)
  • 75 C'est le seul qui n'était plus ouvrier.

49L’ouvrier qui fait toute sa carrière aux P.L.M. puis à la S.N.C.F., travaillant aux Ateliers d’Oullins, recensé dans la commune en 193674, reste au moins 27 ans dans les chemins de fer s’il bénéficie d’une retraite normale. Aucun n’est embauché après l’âge de 29 ans, le statut est respecté, et aucun ne part avant 55 ans, mais 8 attendent cependant d’être sexagénaires pour cesser leur activité au sein de la S.N.C.F. Dix n’ont pas pu attendre l’âge de la retraite pour quitter les chemins de fer. Cinq sont décédés sans que cela soit reconnu en rapport avec le service : tous à la production, tous métallos, tous, sauf un, arrivés manœuvres aux Machines, ils ont passé toute leur carrière professionnelle là où ils furent embauchés, ayant entre 21 et 25 ans lorsqu’ils arrivèrent dans la grande usine de la rive gauche de l’Yzeron. L’un d’eux s’est suicidé ; petit chef75, il venait de subir une rétrogradation. En dehors de ce geste d’autolyse, il n’est point possible de savoir si la mort de ces hommes est liée à leur activité professionnelle. Deux autres sont décédés en service.

50Le statut prévoit le commissionnement au bout d’une année. Si le nouvel embauché n’est pas mineur, s’il ne part pas effectuer son service militaire, il est en effet titularisé une année plus tard, généralement au mois près. S’il est apprenti, il cumule ces handicaps, et passe communément, même après la fin de son apprentissage, plusieurs années dans la Compagnie avant de pouvoir bénéficier de cette titularisation lui assurant la garantie de l’emploi. Bien sûr, les journaliers sont exclus de cette voie. Ainsi, sur les 117 retraités, 14 n’ont pas été commissionnés dans l’année. La moitié d’entre eux ont fait leur apprentissage au centre des Machines. Il y eut ceux dont le commissionnement a été retardé du fait des événements sociaux ou de la situation économique : deux embauchés de la journée de huit heures, en 1919, ont vu leur titularisation retardée de quelques semaines par la Compagnie qui voulait garder ce moyen de pression en une période socialement fort troublée. Ensuite, et c’est inscrit en toutes lettres dans leur dossier, leur commissionnement fut repoussé d’une année « par suite de [leur] défection lors de la grève de mai 1920 ». Et puis il y eut la crise. A partir de la fin de l’hiver trente-trois, la Compagnie réduit ses effectifs. Ne pouvant se débarrasser des travailleurs protégés par leur statut, le P.L.M. se sépare en hâte de ses agents non encore commissionnés. Ainsi, un garçon, embauché aux Machines en mars 1930, reste sur le site. Son compagnon, arrivé un mois et demi plus tard aux Ateliers avec la même (absence de) qualification, au sortir de son service militaire, est licencié au soir du quatre avril 1931, un mois avant son mariage. Il n’est réadmis qu’en janvier 1935, et finit sa période d’essai. Pendant que l’un a eu le temps de s’intégrer, de se marier avec la fille d’un collègue, de trouver un petit appartement qu’il gardera jusqu’à la fin de ses jours, de devenir aide-ouvrier, l’autre est devenu père et a couru de petits boulots en petits boulots déqualifiés, salissants, précaires.

51Sur les 117 retraités, 4 ouvriers, ainsi que 2 anciens apprentis, ont été licenciés en 1931, et réembauchés en 1933 s’ils avaient fait leur apprentissage dans la Compagnie, en 1934, ou au retour de leur service militaire, et enfin commissionnés après avoir effectué une période d’essai réduite de la durée de celle qu’ils avaient entamée avant leurs licenciements. Période d’essai, le terme peut sembler légèrement usurpé pour cet ouvrier né en janvier 1909, entré faire son apprentissage en décembre 1923, appelé sous les drapeaux en 1929, réintégré, tourneur à l’essai, à la Toussaint 1930 et licencié pour « réduction de personnel ». Lorsqu’il revient à la Compagnie, en février 1934, il ne lui reste qu’un peu plus de sept mois pour terminer sa période d’essai. En septembre, un mois avant de pouvoir fêter le onzième anniversaire de son arrivée aux Machines, il est enfin commissionné. Il n’en reste pas moins que, si l’on excepte ces dix-huit hommes dont le retard au commissionnement est aisément élucidable, tous sont commissionnés en une année. Sur les 117 travailleurs de 1936, 74 ont eu leur premier poste aux Machines, et 27 aux Voitures. A l’exception d’un calqueur, arrivé mineur aux Voitures, et d’un ancien apprenti des Machines, tous ces agents embauchés à Oullins sont titularisés sur le lieu de leur première affectation. Les 16 autres viennent bien sûr tous du réseau. Sur les 101 ouvriers embauchés à Oullins, 68 font toute leur carrière sans changer de site : 54 restent aux Machines et 14 ne partent pas des Voitures. Presque trois sur quatre aux Machines, un sur deux aux Voitures : si le vieil Atelier de Monsieur Clément exerce un pouvoir de rétention bien plus important que celui de la rive droite de l’Yzeron, ce qu’explique au demeurant fort bien le nombre de postes existant dans la grande usine métallurgique, c’est plutôt l’important rôle des Voitures dans le recrutement des agents de la Compagnie que permet de comprendre cette plus forte attraction. Sauf deux ouvriers du bois, dont l’un finira sa carrière chef d’atelier et l’autre inspecteur du matériel, aucun travailleur entré et commissionné aux Voitures avant d’être nommé ailleurs n’a la moindre qualification prise en compte au moment de l’embauche alors que sont pourvus d’un métier, et reconnus comme tels, 9 des 16 embauchés des Machines, en dehors bien sûr de ceux qui sont venus pour le centre d’apprentissage et qui en partent ultérieurement.

52Parmi ces 117 travailleurs, une dizaine n’est pas demeurée 12 années sur le site ; aucun d’entre eux n’est passé aux Voitures. Les deux tiers de ces 117 hommes ont fait toute leur carrière à Oullins. Ils ne sont que 5 à y avoir passé moins de 5 ans, 9 moins de 10 ans, 13 moins de 15 années, 20 moins de 20 ans. 20 sont restés 32 ans à Oullins, 15 y sont restés 33 ans. Les deux ouvriers qui sont restés le plus longtemps sur le site, 39 et 40 ans, qui sont aussi ceux de notre échantillon qui sont restés le plus longtemps employés de la Compagnie, n’ont pas bougé des Machines. Apprentis, ils y ont pénétré pour la première fois à l’âge de 14 ans. Chefs de brigade d’ouvriers, ils ont quitté cet atelier l’un à 55 ans, l’autre à 57. Sur ces hommes, seuls une vingtaine, dont trois apprentis, ont fréquenté les deux Ateliers. Et un seul de ces vingt est resté à peu près aussi longtemps aux Machines qu’au Voitures. Neuf d’entre eux, pas même la moitié, ne sont pas sortis des deux Ateliers. Si l’on excepte les apprentis et un militant syndical sanctionné du fait de ses activités, tous ces itinéraires prenant en compte les Voitures et les Machines s’inscrivent dans une stratégie d’ascension professionnelle. C’est l’employé qui quitte les Voitures pour devenir chef de bureau aux Machines, le manœuvre qui quitte la Chaudronnerie pour devenir peintre sur la rive droite de l’Yzeron.

  • 76 Il n'en reste pas moins que la proximité des deux Ateliers était pour la Compagnie un atout non né (...)

53Les ouvriers des Ateliers d’Oullins sont travailleurs sur le site avant que de l’être dans la Compagnie. Ce qui surprend lorsque l’on découvre leur itinéraire géographique au sein des installations ferroviaires, c’est leur très faible mobilité. Cheminots à Oullins, ils ne partent pas du site. Mais, plus étrange encore, la très restreinte osmose entre les deux Ateliers, limitée à des cas aisément discernables, donne l’impression que, pour ces ouvriers, Voitures et Machines sont bien distinctes. N’était cette sociabilité, ces menuisiers copains avec les ajusteurs, il serait abusif de parler ainsi des Ateliers d’Oullins76.

54Sur 117 travailleurs faisant leur carrière dans les chemins de fer, présents sur le site et recensés à Oullins en 1936, 43 manœuvres à l’embauche, un peu plus d’un tiers, mais un seul au moment de la cessation de ses activités professionnelles. Tous les autres ont fait carrière, 2 d’entre eux sont devenus employés de bureau, 6 ont été promus visiteurs, chefs ou sous-chefs de brigades, 5 n’ont pu qu’acquérir une qualification d’aide ouvrier — et qui plus est, d’aide d’un professionnel peu reconnu, noyauteur, chaudronnier, frappeur — et 29 sont devenus ouvriers, qualifiés. Ces qualifications sont souvent de métiers fort pénibles, et parmi les moins reconnus du site : la moitié de ces hommes travaillent alors en fonderies, forges, chaudronneries, 4 sont peintres, mais il n’y a parmi eux aucun tourneur, un seul ajusteur. Celui-ci, entré à 23 ans au P.L.M. après avoir été agriculteur et manœuvre, a fait toute sa carrière aux Machines et est devenu ajusteur après 15 années passées sur le site. Les aides-ouvriers à l'embauche ont, pour la plupart d’entre eux, eu l’occasion d’acquérir une qualification ou de bénéficier d’une promotion. Sur les 7 qu’ils étaient, 3 sont devenu maîtres-ouvriers, 2 chefs et 1 sous-chef de brigade. Et l’un d’entre eux, d’origine ardéchoise, est resté, pendant 28 ans, aide-ouvrier frappeur. C’est aussi à cette étape du chemin de la qualification que se sont arrêtés 5 anciens manœuvres. 35 des 117 sont entrés au P.L.M. avec une qualification reconnue comme telle. 3 travailleurs sur 10 sont donc, au moment de leur embauche, d’excellents professionnels. Parmi les manœuvres, et surtout parmi les aides, se trouvent des ouvriers de métiers, ayant déjà pratiqué leur profession en d’autres entreprises. C’est le cas de 6 manœuvres et de 6 des 7 aides. Tous voient rapidement reconnue leur qualification, et 4 terminent même leur carrière dans l’encadrement. Cette embauche comme aide-ouvrier est d'ailleurs étrange, rare dans le cursus du cheminot d’Atelier.

55L’aide, c’est le plus souvent l’ancien manœuvre reconnu comme pouvant être professionnel. Si ce n’était son âge, son ancienneté, l’aide des années vingt ou trente pourrait faire penser à l’apprenti du début du siècle. L’aide est un ouvrier en devenir, même si, comme l’arpète d’avant le centre d’apprentissage, il est chargé parfois des plus basses besognes. Le professionnel reconnu comme tel lors d’un essai au moment de son embauche en est dispensé. C’est pourtant parmi ces travailleurs que se trouvent ceux dont l’immobilisme de carrière est le plus évident. Parmi ces professionnels, certains sont plus immobiles que d’autres. Les ajusteurs, les ouvriers du bois sont ceux qui bénéficient le plus aisément d’une promotion : seuls 4 des 14 embauchés comme tels ne connaissent pas une réelle ascension professionnelle, alors que c’est le cas de 15 des 21 ouvriers du garnissage, des forges, de la peinture, de la chaudronnerie. Si la « filière production » semble prometteuse de promotion, surtout pour le personnel non qualifié, la « filière bureau » offre encore plus d’avenir. Aucun des 16 travailleurs embauchés comme expéditionnaires n’en ressort sans qualification ; 15 deviennent petits chefs. En fait, derrière ces promotions se voulant avantageuses se cache aussi une carrière bien routinière. 7 partent à la retraite en tant que sous-chefs de bureau, et il y a pléthore de sous-chefs de bureau... Un sous-chef de bureau, ce n’est somme toute qu’un employé en fin de carrière, gagnant un peu mieux, ou un peu moins mal, sa vie. Comme l’explique joliment un retraité, « le P.L.M. a créé ce grade pour faire croire aux gens qu’ils étaient devenus quelque chose... » En tout état de cause, ceux pour qui une stabilité de la situation est source de frustration ont dû être satisfaits.

  • 77 Alors que ne se posait pas ce problème dans les bureaux. Dans celui où ne se trouvent que deux che (...)
  • 78 A l'exception de quelques ingénieurs, il s'agit en réalité de cadres moyens. Mais la pratique de l (...)

56L’accès aux postes d’encadrement est, pour ces hommes, la principale possibilité de promotion, la seule, à l’exception de la fonction de visiteur, pour ceux qui sont déjà pourvus d’un métier en arrivant sur le site. C’est peut-être ce qui explique la moindre progression des ouvriers de métier : on peut être réticent à l’exercice d’une profession qui ne vous donne comme responsabilité, comme fonction, que celle de donner des ordres aux autres77. Il n’en reste pas moins que la Compagnie sait générer ses petits cadres : sur 42 travailleurs qui le sont au moment de la retraite, seuls deux n’ont pas commencé à un poste d’ouvrier, d’aide, de manœuvre, d’employé. Ce sont les cadres dits supérieurs78 qui, pour beaucoup d’entre eux, sont recrutés comme tels. Embauchés comme attachés, dont il existe plusieurs catégories, les jeunes ingénieurs le sont sur titre. Leur carrière est généralement assurée du fait de leur qualification à l’embauche, alors que les ouvriers, même munis de C.A.P., sont soumis à un essai qui fait qu’un tourneur ou un peintre n’est en rien certain de débuter dans sa qualification, du moins à son niveau de rémunération : « Vous vous imaginez quand même pas que l’P.L.M. [embauche] des ouvriers pour leur faire faire un boulot d’manœuvre, même s’il leur en [donne] la paye ». Les 4 travailleurs recrutés comme attachés ont un diplôme d’ingénieur. Sur les 113 autres travailleurs, l’un se réclame de son « baccalauréat complet », 12 revendiquent une formation professionnelle, mais 52 ne déclarent qu’une instruction primaire. 10 expliquent avoir leur certificat d’étude primaire, et les dossiers des autres ne portent aucune mention dans la colonne de leur dossier de retraite intitulée « instruction générale - examens - concours », mais, tout au long du XXème siècle, et même à la fin du précédent, on sait signer lorsque l’on se marie.

  • 79 A.G. - C.G.T., 10/5/1919.

57Il est embauché à 29 ans, en août 1919, comme aide-ouvrier frappeur, travaille presque 28 ans sur le site, toujours aux Machines. Lorsqu’il part à la retraite, en avril 1947, il est encore aide-ouvrier frappeur. S’il n’a pas l’occasion de vivre la grève, conviviale, de juin quarante-sept et celle, plus tendue, de l’automne suivant, il n’en a pas moins une connaissance certaine des mouvements sociaux. Son commissionnement est retardé d’un an du fait de sa participation au conflit du printemps 1920. Mais ce n’est pas son engagement social qui semble seul expliquer une telle stagnation, exceptionnelle sur le site. Il partage avec d’autres ouvriers à la carrière fort restreinte un souvenir commun. Son histoire est celle des garçons de son âge : appelé sous les drapeaux en octobre 1911, il fait ses deux ans. Son retour à la vie civile, il ne l’effectue pas pour une année complète, et redevient soldat le 3 août 1914. Il le reste plus que de raison, ne passant pas deux mois hors du front, n’est démobilisé qu’en juillet 1919. Il ne lui faut qu’un peu plus d’un mois pour trouver une place au P.L.M., aux Ateliers d’Oullins où il est embauché comme aide-ouvrier. Fils de cultivateur, cultivateur lui-même, il avait au pays fait le maréchal-ferrant. Peut-être espérait-il que l’embauche au niveau d’aide-ouvrier frappeur serait rapidement transformée et qu’il aurait droit à une place de frappeur, au demeurant qualification bien limitée. C’est que même le syndicat, toujours prudent dès qu’il s’agit de qualification, dénonce « les essais trop difficiles demandés aux poilus qui ont, du fait de la guerre, perdu la main au travail79 ». Est-ce vraiment qu’ils ont perdu la main, ou n’est-ce pas plutôt qu’ils n’ont jamais pu ensuite s’habituer à une vie normale ? Il est vrai que l’intégration des anciens combattants n’a pas été évidente. Ce n’est pas dans les tranchées qu’ils ont trouvé du galon : seul un tiers de ceux qui se sont battus pendant la Grande Guerre ont terminé leur carrière ferroviaire dans la hiérarchie, proportion presque deux fois moindre que celle des hommes qui n’ont pas subi le conflit dans ces conditions. Cet aide-ouvrier à l’embauche, qui termine sa carrière aide-ouvrier, n’a connu qu’un seul atelier, la Chaudronnerie des Machines.

58Les changements d’affectation se font souvent à l’occasion d’une promotion. 68 sur les 117 restent tout au long de leur carrière dans le même établissement, et, parmi eux, ceux qui ne dépassent pas le grade d’aide-ouvrier. Plus de la moitié des 49 autres n’ont que deux ou trois affectations, mais ceux qui en ont plus de trois différentes achèvent leur carrière en étant cadres. Un seul des cadres supérieurs a moins de trois déplacements géographiques au cours de sa carrière. C’est que le changement du lieu de travail fait partie de la politique de promotion du P.L.M. Si un ouvrier peut devenir sur place chef d’équipe, il doit le plus souvent changer au moins de site, même si ce n’est que provisoirement, au moment où il devient contremaître. Quant au contremaître qui devient chef d’atelier, lui aussi se doit de subir un déménagement. Il ne s’agit là que de la carrière de travailleurs présents sur le site au temps du Front populaire. Mais les itinéraires professionnels semblent correspondre depuis le début du siècle à cette dynamique ascendante, relativisée au demeurant par l’évolution de l’organisation du travail et plus restreinte chez les ouvriers embauchés déjà munis d’une qualification. Ainsi, 109 manœuvres recensés à Oullins en 1906 habitent la localité et travaillent toujours sur le site 15 années plus tard ; 48 sont restés manœuvres, mais parmi ces anciens travailleurs sans qualification, l’on trouve deux brigadiers, un vérificateur, un employé de bureau et 51 ouvriers de métier. 89 manœuvres Oullinois de 1921 sont encore sur le site 15 années plus tard ; 15 sont toujours manœuvres, mais 19 sont devenus aides, 23 déclarent une spécialité, et l’un d’entre eux est sous-chef de brigade ; 11 se disent ouvriers sans plus de précision. Si ce n’est cet ancien combattant, aide-ouvrier qui n’a pu bénéficier de la moindre promotion, et un manœuvre revenu à son niveau d’embauche, chacun des travailleurs entrés aux Ateliers peu ou pas qualifiés a pu bénéficier d’une promotion, aussi infime fut-elle. Mais les ouvriers qualifiés, ceux dont le métier était déjà affirmé en entrant dans la Compagnie, ont beaucoup moins mis à profit leur temps passé dans les chemins de fer pour une ascension sociale, alors que les employés ont tous bénéficié d’une promotion, quand bien même elle ne fut que symbolique en ce qui concerne la réalité du travail. Entrer au P.L.M., à Oullins, est synonyme d’ascension sociale, sauf pour beaucoup d’ouvriers professionnels.

Cheminot toujours ?

59Rarement avant vingt ans : l’embauche des ouvriers se fait alors qu’ils ont déjà vécu, et c’est terminé à cinquante-cinq, ou quelques années après. Le travailleur des Ateliers a une autre expérience professionnelle que celle du P.L.M. Et n’est-il pas alors quelque peu abusif de parler de fils de cheminots, même lorsque leurs pères le sont : à l’exception des apprentis qui entrent adolescents dans les chemins de fer, ce sont des adultes qui prennent la décision de travailler au P.L.M. Ces recrutements tardifs comme ces départs tôt venus expliquent la répartition des générations au sein du personnel du site. C’est ainsi que, en moins de cinq années de crise, une population industrielle peut tant vieillir, même lorsque sont mis sans pardon à la retraite les anciens. Entrer tard au P.L.M., cela veut dire avoir auparavant travaillé ailleurs. Rares sont les travailleurs embauchés sur le site qui ne déclarent pas un emploi antérieur. Seuls ont leur premier emploi au P.L.M. les apprentis et les attachés au sortir de leurs études. Si beaucoup ont déjà travaillé dans la spécialité qu’ils mettent en œuvre sur le site, certains viennent d’autres branches. D’anciens travailleurs de la terre arrivent pour s’embaucher sur le site, et ils sont alors recrutés en tant que manœuvres ou aides. D’autres sont aussi engagés comme manœuvres, absence de qualification qui correspond à leur ancien emploi, mais certains viennent de toutes branches, du bâtiment, des tanneries, de l’imprimerie, du textile, des métiers du commerce, de l’artisanat.

60Les cheminots du temps du Front populaire semblent avoir une expérience encore plus restreinte que leurs prédécesseurs du début du siècle. Un seul des 43 travailleurs de l’entre-deux-guerres qui se marient à Oullins exerce une profession qui ne peut l’être sur le site, mais c’est le cas de 23 des 202 travailleurs de 1906 qui se marient dans la localité. Seuls 5 de ceux-ci ne se disent pas manœuvres lors du recensement, et aucun des 8 travailleurs de l’agriculture ne se trouve bien sûr parmi eux. Mais si un ajusteur quitte Trayvou pour les Machines, si un treillagiste délaisse Canard Volland pour la Chaudronnerie de fer, si un clerc de notaire devient employé aux écritures dans les bureaux du P.L.M., si un gardien de la paix quitte la caserne de la rue Molière la veille même de son mariage pour finir sa vie professionnelle sur le site des bords de l’Yzeron, où travaillent trois témoins de ses noces, rares sont, somme toute, ces travailleurs d’autres branches. Seuls un cocher, deux maçons, deux boulangers, un cristallier, qui en 1906 sont tous les six manœuvres sur le site, ainsi qu’un tailleur d’habits qui devient garnisseur, ont connu les autres activités industrielles de la commune. Une telle liste, restreinte, pourrait faire croire à une activité de tous temps ferroviaire pour la plupart d’entre eux. C’est oublier que les actes de mariage ne donnent que les professions exercées lors des noces et que l’on attend souvent d’être embauché à la Compagnie, ne serait-ce que depuis quelques semaines, pour convoler, à moins que l’on ne se fasse embaucher au P.L.M. parce que l’on va se marier. Au moins connaît-on ces pratiques. Le travail ultérieur au départ en retraite est plus discret. Il est certain que tous ces hommes relativement jeunes, sans activité professionnelle, se trouvant dans la commune et ses alentours, constituent un élément important de l’économie locale, vivier d’une main-d’œuvre souvent clandestine. Si beaucoup cultivent leur jardin (et celui des autres), des activités de type professionnel sont effectuées par des retraités de la Compagnie. Il n’est pas très difficile, à Oullins dans l’entre-deux-guerres, de trouver de la main-d’œuvre capable d’effectuer des travaux de peinture à des prix défiant toute concurrence. C’est même une première étape, qui permet d’arrondir le pécule accumulé du temps du labeur aux Ateliers, avant un retour au pays. L’ampleur de telles pratiques est malaisée à cerner, et les travaux déclarés sont rares après le départ. Et combien sont-ils à prendre un autre emploi ou à s’installer après leur retraite, ces « retraités P.L.M. » d’un recensement retrouvés cinq ans plus tard patrons de bistrot ou épiciers ? Connaître un autre milieu professionnel avant d’intégrer la Compagnie, exercer une activité de type professionnel après son départ en retraite : les cheminots d’Oullins ne le sont pas toute leur vie. Paradoxalement, cet aspect de leur carrière renforce leur identité, l’insertion du groupe professionnel dans la localité : c’est un « retraité des Bœufs » qui tient le bistrot, qui repeint le salon de coiffure, qui installe les terrains des jeux de boules.

  • 80 A.G. - C.G.T., 1/3/1920.
  • 81 Autre élément malaisé à cerner : la participation à des activités professionnelles qui ne sont pas (...)

61La pratique d’autres activités de type professionnel n’est pas seulement antérieure à l’entrée dans la Compagnie ou postérieure au départ en retraite. Il y a tous ces travaux exécutés en dehors du temps de travail, dans d’autres usines, pour des petites entreprises, sans parler même de ces ouvriers qui « le dimanche, [...] travaillent leur jardin et [...], la semaine, [...] se reposent à l’atelier80 » ou de ceux qui construisent leur maison ou celle d’un copain. Peu aisée non plus à cerner, cette activité est loin d’être négligeable. L’emploi dans une autre entreprise après le travail dans les Ateliers de la Compagnie est une pratique fortement répandue pendant le premier conflit mondial, à un moment où la misère de la population tout comme les besoins des usines font que beaucoup y trouvent avantage. Sans que n’en soient jamais précisées les raisons, comme si cela allait de soi, le syndicat réprouve ces pratiques, souvent le fait d’adhérents aux moments de forte syndicalisation. Mais cette embauche de cheminots dans d’autres boîtes de la métallurgie n’est pas le seul souci des syndicalistes. Il y a aussi les petits commerçants d’occasion, tout comme ce « syndiqué [qui] vend des vélos », convoqué par le bureau du syndicat auquel il a été dénoncé par un concurrent de la rue de la Gare, qui, lui, est dûment patenté. C’est que le commerce est aussi affaire de cheminots, et pas seulement du côté de la clientèle. Beaucoup aident leur épouse ou un parent. Au début du siècle, 20 des 48 débits de boissons de la localité parsèment la rue de la Gare : 11 sont tenus par des femmes de cheminots du site. Toujours rue de la Gare, deux merceries et une épicerie sont gérées par des épouses de travailleurs des Ateliers. Trois autres bistrots sont tenus, Grande Rue ou à la Saulaie, par des épouses d’ouvriers du P.L.M., ainsi que neuf autres commerces de la localité. Mais, dans l’entre-deux-guerres, le phénomène n’a plus l’ampleur qu’il avait au début du siècle. Ainsi, dans l’immédiat après-guerre, il ne reste plus que deux des nombreux cafés de la rue de la Gare qui soient tenus par des épouses de cheminots, deux autres, boulevard Emile-Zola, et un dernier tout au bout d’Oullins, et trois femmes de travailleurs du site sont épicières. Quinze années plus tard, au temps du Front populaire, les épouses commerçantes ne sont pas plus nombreuses81.

62Le mécanicien d’Oullins qui écrit au syndicat pour se plaindre de la concurrence déloyale d’un ouvrier des Ateliers ne choisit pas par hasard l’organisation syndicale : il a travaillé quelques temps sur le site, à la Chaudronnerie, et était alors syndiqué. Car bien des travailleurs ne restent que quelque temps dans la Compagnie. La perspective d’une carrière, l’existence d’une garantie de l’emploi, ont occulté cette évidence qu’une grande entreprise métallurgique est aussi lieu de travail passager, et pas seulement pour les journaliers. Là encore, le phénomène est peu aisé à cerner et n’apparaît que par bribes. De plus, les anciens cheminots du site, lorsqu’ils se font embaucher dans une autre entreprise, ou lorsqu’ils montent la leur, ne font pas sans cesse référence à leur passé aux Ateliers. Maurice, un jeune ajusteur qui sort, son C.A.P. en poche, de l’apprentissage, peut bien travailler à la fin des années trente chez le père Juven, qui a monté rue de la Sarrazine une petite entreprise de fabrication de garde-boues de bicyclettes et d’outillages spéciaux, sans savoir que celui-ci, et un au moins de ses fils, ont travaillé aux Ateliers du P.L.M., et que le patriarche a même été syndiqué. C’est toute une population qui est passée, un temps, dans les grands Ateliers et qui les a quittés bien avant que ne sonne l’heure de la retraite. Ces hommes, qui ne restent cheminots que quelque temps et ceux qui, franchie la porte de l’Yzeron, oublient qu’ils le sont : le caractère forcément hybride de ce personnel joue un rôle important, même s’il est malaisé à définir, à déterminer précisément dans la vie de la localité. Il permet une meilleure intégration des travailleurs de la Compagnie, qui peuvent plus difficilement être des hommes à part. Il donne la possibilité à certains entrepreneurs, s’ils ont à faire face à de grosses commandes, de pouvoir compter temporairement sur une main-d’œuvre relativement disponible en dehors de ses heures de travail.

63A la fin du siècle, pour conduire une locomotive, il faut d’abord être passé par les Ateliers. Le bâtiment dans lequel on effectue ce stage qui ne porte pas son nom, le travail que l’on y fait, tout concourt à une meilleure connaissance de la machine, de ses entrailles que l’on dissèque et recoud, de ses pathologies dont on perçoit les symptômes avant même le diagnostic. Travail gratifiant, métier prestigieux, la montée dans la loco peut apparaître à l’ouvrier d’Atelier une promotion, un but. D’ailleurs, chacun sait que des anciens ouvriers du site sont devenus mécaniciens. Mais personne ne peut en citer un seul pour l’entre-deux-guerres. Aucun des ouvriers oullinois de 1936 dont subsistent les dossiers à la Caisse de retraite S.N.C.F. n’a quitté la filière Ateliers. Aucun des cheminots de 1906 ou de 1921 qui sont encore employés de la Compagnie et habitent toujours Oullins quinze années plus tard n’est devenu tractionnaire. Malgré l’ambiguïté des termes de mécanicien ou de chauffeur qui désignent les cheminots qui conduisent les locomotives, tous les ouvriers qui se sont dénommés ainsi à l’agent du recensement sont bien des métallos des Ateliers. Si, à la fin du siècle, le futur tractionnaire fait un stage dans un Atelier, si, après le second conflit mondial, de très jeunes ouvriers se mettent à conduire des locomotives, rien de tout cela dans l’entre-deux-guerres. Dans les années dix, vingt ou trente, l’ouvrier des Ateliers P.L.M. d’Oullins ne monte pas sur une loco pour la conduire. Lorsqu’il en parle un demi-siècle plus tard, le cheminot de l’usine des bords de l’Yzeron n’en a jamais eu envie. La réponse la moins assurée est un « oui et non », immédiatement suivi par le récit d’un voyage en locomotive, lors d’une séance d’essais pour l’expérimentation dans les années trente d’un système de freinage. « J’montais sur la loco, l’premier jour j’me t’nais pas d’bout, j’me cramponnais » récite à toute allure le retraité à l’élocution d’ordinaire moins saccadée. Systématiquement, après la dénégation, vient le récit d’un voyage dans une cabine avec un mécanicien et un chauffeur. Le meilleur souvenir de ces cheminots qui ne voulaient surtout pas conduire une loco se situe précisément ces journées où ils ont conduit une loco, ou « fait comme si ». Parfois, on commence tôt : « A treize-quatorze ans, j’allais dans la loco du père à un copain. On l’attendait au virage [...], on montait. C’était... » Un ouvrier qualifié des Ateliers a toujours l’occasion de monter dans un train pour travailler, effectuer l’entretien des « crocodiles » ou convoyer un wagon. Parce que « ça [sort] de l’ordinaire », on en profite pour revenir dans la machine. Et comme le chauffeur et le mécanicien sont deux copains de Badan, ils provoquent : « Tu vas essayer de mettre deux ou trois fournées dans le poêle ». Près de soixante années plus tard, le souvenir fait encore s’enthousiasmer : « J’en mettais tout autant à côté. Tout d’un coup, on entend la cloche. On avait raté la gare de Vernaison. On a rigolé... » Le souvenir transcende les générations : lorsqu’une vieille dame parle en 1989 de son grand-père, né en 1854 et ouvrier métallurgiste sur le site, elle le raconte conduisant une loco ou alimentant la chaudière.

  • 82 Soixante ans plus tard, si l'on demande à Antoine s'il a eu un jour envie de devenir roulant, il a (...)

64Ces ouvriers des Ateliers ne sont pas devenus « roulants » et ils veulent que cette éventualité les laisse indifférents. Ils ne se font plus d’illusions et ne font pas illusion. Leur meilleur souvenir est celui d’un voyage en locomotive où ils ont joué aux tractionnaires. Nous sommes au tout début des années trente. Antoine a un peu plus de vingt ans et est, depuis peu, commissionné. Ajusteur, il travaille au nouvel atelier du Montage. Avec un copain un peu plus âgé, il propose à un troisième de venir avec son appareil photographique. Ce doit être un lundi, car leurs bleus sont impeccables. Celui du cadet est d’une seule pièce tandis que l’aîné, plus classique, porte veste et pantalon mais a, pour l’occasion, chaussé des brodequins au lieu de la traditionnelle paire de sabots. Alors, tous les deux, le plus ancien une main sur l’épaule du jeunot et la seconde sur un rivet de la loco, l’autre les deux mains sur les hanches, ils sourient. Antoine a un chiffon dans la main droite, comme s’il venait de briquer quelque chose. Et justement, elle est reluisante, la machine. On n’en voit que le côté avant sur l’image. Le photographe s’est placé à la hauteur de l’habitacle, mais on se doute bien qu’elle ne va pas tarder à sortir de l’Atelier. De l’Atelier ? L’angle est tel que l’on distingue, à gauche, la voie, mais que rien ne signale l’usine. Pendant des décennies, Antoine va garder cette image dans son portefeuille82.

Les chefs et leur image

65« Le chef d’équipe, on peut le tutoyer, et encore pas tous. Le contremaître, on le vouvoie. Le chef d’atelier, on ne peut pas le voir comme ça et l’Ingénieur en chef, il est inaccessible ». Il y a d’abord, tout en haut, inabordable, le patron, l’Ingénieur en chef, celui pour lequel le commissaire de police met un « I » majuscule à Ingénieur et un « C » majuscule à Chef. Ingénieur ou Ingénieur principal du Matériel, régnant sur la deuxième circonscription chargée des Ateliers d’Oullins, il a sous ses ordres deux ingénieurs adjoints, l’un est le Chef de l’Atelier (avec un « C » et un « A » majuscules...) des Machines, et l’autre le Chef de l’Atelier des Voitures. Par-delà la théorie administrative, la réalité sépare le plus souvent les deux sites, et l’Ingénieur en chef est pour beaucoup, ouvriers, cadres, notables locaux, celui qui dirige l’Atelier des Machines, tandis que le Chef d’Atelier des Voitures, plus indépendant, dont l’usine est moins intéressante pour un ingénieur de très haut niveau, est parfois gratifié par ses interlocuteurs du titre usurpé d’ingénieur en chef des Voitures. L’Ingénieur en chef sort des plus grandes écoles, Polytechnique le plus souvent, parfois aussi les Ponts et Chaussées, pour lesquelles le P.L.M. a une prédilection. Souvent au terme d’une carrière, comme Pierre Lavie qui a dirigé l’Atelier d’Arles et celui de Nevers, ou Joseph Petit, né dans cette ville de Nevers, et qui a fait l’essentiel de sa carrière dans la région parisienne, les Ingénieurs en chef restent longtemps à Oullins. Ainsi, tout au long du temps du P.L.M., pendant les soixante-dix-sept années qui séparent la fin du bail Parent et Schaken de la nationalisation, les Ateliers d’Oullins n’ont connu que cinq Ingénieurs en chef.

66L’ingénieur adjoint qui le seconde a, pendant presque une trentaine d’années, jusqu’à l’ouverture des Voitures, un rôle de premier plan et est d’une longévité égale à celle de son supérieur hiérarchique. Ainsi, lorsqu’il est question de fermer les Ateliers, en 1891, ce sont Hoh et Paris, le troisième Ingénieur en chef et le troisième Chef d’Atelier des Machines, qui se retrouvent protagonistes de cet étrange épisode. Les rapports ne sont d’ailleurs pas seulement de type hiérarchique, puisque Paris, l’ingénieur adjoint, arrive à faire échouer l’opération mise au point à la discrète instigation de Noblemaire, le directeur de la Compagnie, par Chabrières Arles, avec la complicité du préfet et la bienveillance de l’Ingénieur en chef d’Oullins. Puis le recrutement des Chefs d’Atelier évolue. Ainsi, en presque quarante-cinq années, alors que seuls deux Ingénieurs en chef ont dirigé les deux usines du site, se sont succédé dix Chefs des Voitures et huit Chefs des Machines. Ces ingénieurs sont de diverses origines. Parfois jeunes et brillants lauréats frais émoulus d’une école d’ingénieurs, ils sont plus souvent en milieu de carrière, attendant une promotion dans un site de moindre importance où ils n’auraient pas de tutelle proche et pesante. Si l’Ingénieur en chef habite depuis les premières années du P.L.M. dans une grande maison du chemin des Chassagnes, servi par une domestique fournie par la Compagnie, ses adjoints logent d’abord dans des appartements de fonction attenante aux Ateliers, puis, à partir des années trente, rue Charton, dans des maisons construites en même temps que la cité Jacquard. Parfois anciens employés du site ayant gravi les échelons, ils sont presque toujours originaires des départements qui fournissent aux Ateliers ses gros bataillons d’ouvriers. Tout autant que la carrière, les compétences techniques des Ingénieurs en chef, qui ont eu l’occasion de mettre au point des procédés ou des machines souvent sophistiqués, sont d’un autre niveau que celles de leurs adjoints, surtout capables d’exécution. Dans le domaine politique aussi, le partage des rôles ne laisse pas la moindre initiative aux Chefs d’Ateliers, alors que l’Ingénieur en chef peut avoir une place de choix dans la vie de la cité. Ainsi, Joseph Petit, après avoir laissé aux syndicalistes de la fin de la deuxième décennie du siècle un rôle d’importance, fit preuve d’un certain talent pour faire dégénérer les événements de 1920.

  • 83 Termes employés à l'A.G.-C.G.T du 5/8/1937 et à l'A.G.-C.F.T.C du 24/3/1934.
  • 84 « Le panier à salade est devant la porte et nous sommes chargés d'établir des listes, ce qui ne me (...)
  • 85 Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève, p. 713.

67Au-dessous du patron, que ce soit celui des Voitures ou l’Ingénieur en chef, il y a les « patrons », qui n’ont droit à un tel qualificatif que lorsqu’il est utilisé au pluriel, le singulier étant réservé à l’Ingénieur en chef, et usurpé par son adjoint des Voitures. Ingénieurs, inspecteurs, chefs d’ateliers (sans majuscule !), gadz’arts ou « ouvrier qui s’est élevé à la force du poignet », dirigeant une ou plusieurs sections, le Montage, la Chaudronnerie, les Méthodes, la Peinture..., ce sont eux qui organisent le travail, la production. Sans être théoriquement en rapport direct avec les ouvriers, ils les connaissent et n’hésitent pas à intervenir en cas de litige entre travailleurs, pratique pour laquelle un Ingénieur en chef aurait l’impression de déroger. En dessous, « chefaillons » et « petits chefs »83, c’est la maistrance, l’encadrement des équipes. Les contremaîtres de tous niveaux et toutes catégories, principaux, divisionnaires, ont avant tout une fonction politique, disciplinaire. Les brigadiers, ou chefs d’équipes, ou chefs de brigades, ont, eux, des fonctions tout autant techniques que d’encadrement, et dirigent l’équipe avec laquelle ils travaillent, mettant la main à l’ouvrage. Ces équipes, selon les ateliers, peuvent être mixtes ou composées uniquement d’ouvriers qualifiés, de manœuvres. Et puis il y a aussi leurs adjoints, tous ces « sous », sous-chefs d’équipes, sous contremaîtres, sous-brigadiers. Parfois, les fonctions s’entremêlent et un sous-chef d’équipe peut dans certains cas conduire plus de trente hommes. Ces cadres subalternes sont toujours d’anciens ouvriers84. Le patron est en habits de ville, les patrons sont en blouse blanche ou grise. Le contremaître, comme le brigadier ou l’ouvrier, est en bleu de travail. Mais le sien est « nettement différent de celui de l’ouvrier, bien mieux coupé ». Là n’est pas la seule différence. Dans ces Ateliers, les ingénieurs ont laissé aux contremaîtres « [l’aigreur] d’une évolution qui tend à les réduire au rôle d’agents d’exécution85». La compétence technique des ingénieurs du P.L.M. est la base de leur pouvoir politique, et relègue les contremaîtres au rôle secondaire. De même, l’impression existe que l’on est ingénieur parce qu’un diplôme sanctionne une formation alors que le contremaître doit encore porter le péché originel de la condition ouvrière. Impression qui ne correspond à aucune réalité : le cursus de certains ingénieurs les a d’abord faits contremaîtres, le parcours de certains contremaîtres les conduit à un poste d’ingénieur. Et on ne devient pas contremaître comme cela, il faut suivre plusieurs séries de cours qui sont donnés aux Machines, dans cette école de maistrance coincée entre l’Ajustage et la rue des Ateliers, à l’ouest de la porte de l’Yzeron.

  • 86 Les différentes terminologies en usage pour désigner les chefs d'équipe sont employées au même mom (...)

68Le petit chef, donc, est brigadier. Et le « grand petit chef » est contremaître. Ils ne se réclament pas toujours de leurs grades en présence de l’agent du recensement. Les chefs ou sous-chefs de brigades ont souvent tendance à se dire employés. Aussi, le nombre fourni par les recensements de ces hommes est inférieur à la réalité. L’augmentation de leurs effectifs n’en est pas moins indéniable : au nombre de 25 Oullinois à se faire recenser en 1906 sous ces différentes appellations que prennent les cadres subalternes, ils sont 88 un quart-de-siècle plus tard. La rationalisation se trouve à l’origine de cette croissance. Alors que les cadres subalternes sont 40 en 1921, ils sont 70 cinq années plus tard. Malgré l’accroissement brutal du nombre des petits cadres lors de la première moitié des années vingt, le mouvement se situe sur un plus long terme, et la progression est constante en un quart-de-siècle, qui voit ainsi multiplier par deux et demi la proportion de ces chefs subalternes. Le nombre des contremaîtres comme son évolution sont signes de la volonté d’accroître la part de l’encadrement dans le personnel. Ils témoignent aussi du manque de maîtrise sur le long terme de ces dynamiques. Alors que la progression du nombre des cadres subalternes, en chiffres absolus ou relatifs à l’ensemble du personnel, est constante, il y a une régression des effectifs des contremaîtres, modeste d’ailleurs, au début des années vingt, tandis que le nombre des chefs d'équipes s’accroît de manière impressionnante. Cela n’a rien que de très structurel : il faut plusieurs années pour faire un contremaître, et force est de pourvoir d’abord à de nombreux postes de tous petits chefs avant de pouvoir transformer ceux-ci en contremaîtres. Cette continuité est signe de mutation, et le petit chef a de plus en plus sa place dans l’entreprise86 en tant que tel. Arrivé contremaître, il a plus de chance de s’en tenir là dans l’entre-deux-guerres, c’est-à-dire au temps de la rationalisation, qu’au début du siècle. La rationalisation, en multipliant le nombre des petits chefs, a transformé en impasse ce qui, au début du siècle, était une voie vers de plus grandes responsabilités. Le deuxième effet est le blocage des possibilités de promotion. Etrangement, puisque cela s’accompagne de l’accroissement du nombre des postes d’encadrement, il y a une stagnation des capacités d’avancement. En fait, il semble que la progression du nombre des cadres dits supérieurs, fulgurante à la fin de la seconde décennie du siècle, ne serait-ce que du fait du départ de tous ceux qui avaient retardé leur retraite au cours de la guerre, ait accéléré la carrière de nombreux cadres subalternes relativement jeunes, qui se retrouvent alors à leurs postes pour de nombreuses années, bloquant ainsi les possibilités d’avancement de leurs cadets. Le seul chef d’atelier de 1936 qui était sur le site quinze ans plus tôt se trouvait déjà à ce poste alors que trois de ses collègues présents aux Ateliers depuis quinze années étaient, en 1906, contremaîtres. S’ils sont plus souvent originaires de départements dans lesquels sont implantées des industries, même s’ils viennent de villages éloignés des zones industrielles, contremaîtres et divers petits chefs ne semblent pas attachés particulièrement à l’agglomération lyonnaise. Plus qu’Oullins, le Creusot ou Saint-Etienne fournissent aux Ateliers ses contremaîtres. Bien sûr, l’accès à des fonctions d’encadrement ne se faisant pas en début de carrière, les contremaîtres sont généralement plus âgés que les brigadiers, et les brigadiers que les ouvriers. L’âge est, semble-t-il, la seule raison pour laquelle promotion ne signifie pas mutation.

  • 87 C.A.-C.G.T., 18/9/1917.

69Au commencement était le respect. Lorsque les militants des Ateliers rencontrent un ingénieur aux premiers temps du syndicat, ils sont heureux et flattés, même s’ils ne tardent pas à déchanter. Moins d’un demi-siècle plus tard, sans qu’ils soient réellement agressifs, tout sentiment d’admiration a disparu. Et encore, ce furent toujours les plus « hauts ingénieurs » qui en furent l’objet. Si l’on peut encore, dans un procès-verbal de réunion syndicale, écrire en 1917 « Mr le Chef d’Atelier » et « Mr l’Ingénieur », se dissipent rapidement ces marques de respect, dont n’ont pas bénéficié leurs subordonnés87. Sur ses chefs, petits et grands, le cheminot est plutôt désabusé. « Il y [a] de braves types comme des abrutis ». Mais c’est la seconde catégorie qui semble alimenter les conversations, forger les souvenirs, entretenir les polémiques.

  • 88 Le Petit Lyonnais, 15/11/1889.

70« Orgueilleux comme un paon, bête comme une oie, bête affolée », « mammifère », « chien de garde », « volaille de Bresse », « grenouille qui [veut] se grossir autant que le bœuf », « spécialité du règne animal », « beau merle », « chien de quartier [qui] n’en a pas le flair », « phoque », « mouche [qui s’en va] avec la venue du froid », « rapace », « mouche du coche », « homme [à la] voix de chat rossé [...ordonnant des] âneries », les articles qui sont consacrés aux cadres des Ateliers par la Voix du Peuple tiennent parfois du traité d’éthographie. Dès le début de l’année 1933, l’hebdomadaire régional du P.C. commence la publication d’une série de papiers sur les chefs, petits et grands, des Ateliers. Et, en un jeu de mots d’une éhontée facilité, à la conjonction de deux vocabulaires servant de référence à un groupe, le folklore des ouvriers des Ateliers rejoint celui des communistes du temps « classe contre classe », et tout au long de l’année se poursuit la parution de courts articles intitulés « Les Vaches chez les Bœufs », usant plus que de raison de métaphores bovines. Le « cheptel » (le mot est employé à de nombreuses reprises) présenté permet de déterminer les images négatives qui peuvent être celles des cadres de tous niveaux dans la communauté cheminote. Lort populaires, ces articles qui permettent de faire pénétrer la presse du P.C. dans des foyers ouvriers d’où elle est d'ordinaire bannie, sont rédigés le plus souvent par des subalternes du cadre mis en cause, revus par les militants et publiés sans signature. Parfois, l’auteur en est un des « rabcor » du site, ces correspondants ouvriers reprenant pour signer la terminologie en usage au Komintern. Mais le papier arrivant anonyme au journal est refusé, quitte à ce qu’un appel soit lancé afin que ses auteurs se fassent connaître, et qu’il puisse paraître. Publiés surtout au début de l’année trente-trois, mais se perpétuant jusqu’au pacte Hitler-Staline et à l’interdiction du périodique, ces articles décrivent la plupart du temps les faits et gestes du personnage, le tournant si possible en ridicule. Le cadre visé est presque toujours nommé, rarement explicitement comme dans ce papier commençant par « Les cheminots de cet atelier ont aussi leur Hitler » et se poursuivant : « Ce garde-chiourme ne se distingue que par des méthodes de répression idiotes », le plus souvent par des jeux de mots hermétiques pour les non-initiés. Comment comprendre que cette « brebis galeuse [...] honteu[se] comme dix veaux qu’une vache aurait tabassé » est le dénommé Divot, petit chef aux Voitures, qui s’était fait rosser par les compagnons lorsqu’il travaillait aux Tanneries, et qu’à Oullins les ouvriers du cuir sont appelés les Vaches ? Une consonance proche permet d’évoquer un instrument du labeur : un cadre de la Peinture, « mal moulé, [...] tout pailleux, [...] doit sortir tout chaud du Crouzet ». L’énigme, jamais ardue à élucider, doit combler d’aise les cruciverbistes : point besoin d’être fort perspicace pour deviner le patronyme de « Monsieur le contraire de maigre ». C’est un chef d’équipe des Machines qui permet de revenir au bestiaire, et l’on explique que « sous ses regards de bovidé, il ne fait pas bon bayer aux corneilles ». Est-il besoin de préciser comment il s’appelle ? Animale aussi, l’appellation des chefs d’équipes. Ne parle-t-on pas de « cabot » ? Ne les dénomme-t-on pas parfois « petits crabes » ? Même les surnoms donnés à certains cadres évoquent la ménagerie : « Moustache de phoque » et « la Grenouille » des années trente sont les dignes continuateurs de « l’homme-cheval », contremaître brocardé à la fin du siècle précédent88.

  • 89 Et qu'expriment les retraités lors du recueil des sources orales.

71La plupart de ces articles mettent en cause des petits cadres : dans l’un d’entre eux, c’est le Chef de l’Atelier des Voitures, dans deux autres, des ingénieurs ou chefs d’ateliers, dans seize d’entre eux, des contremaîtres ou des sous-contremaîtres, dans vingt-deux des chefs ou sous-chefs de brigade. Beaucoup moins agressifs que ceux consacrés à leurs subalternes, les articles sur les cadres dits supérieurs leur font grief d’une entorse à ce qui devrait être, d’après les syndicalistes, une déontologie de l’encadrement. En revanche, aucune différenciation n’est faite entre ce qui est reproché aux contremaîtres et aux chefs de brigade, signe sans aucun doute d’une confusion entre les deux rôles, pourtant distincts. Les articles publiés correspondent parfaitement à l’idée négative que peuvent avoir bien des années plus tard les ouvriers du site89. La relation de l’anecdote se termine généralement par une morale militante. « Pour empêcher [les larbins de la Compagnie] de nuire à vos intérêts et à votre personne, vous devez vous grouper dans un syndicat puissant et capable de mener la bataille contre les brimades dont vous êtes les victimes, contre les mauvaises conditions de travail que l’on veut vous imposer et aussi contre l’Administration qui est la première responsable de l’exploitation que vous subissez tous. Le Syndicat unitaire est le seul qui vous donne la garantie de cette lutte sans merci. Soyez-en les propagandistes fervents. Venez grossir ses rangs. Avec vous tous, nous irons à la victoire ». Après la réunification, la morale ne change pas : « Quant à vous, camarades, maintenant que l’unité est faite, rejoignez l’organisation syndicale qui, plus forte, pourra mieux vous défendre et vous faire respecter par ces sales larbins du rail » expliquent les militants rédacteurs. Parfois, la morale est plus agressive. Il s’agit alors d’intimider la personne mise en cause, « qui a à choisir entre la modération et une conduite de Grenoble ». Apparaissant d’autant plus minables que dérisoires, ces menaces sont amenées à se répéter si la cible n’est pas intimidée. Ainsi, le pointeur de la Chaudronnerie de fer est averti : « Recevez ce dégoûtant comme il convient. Nous sommes décidés à aller plus loin si nécessaire ». La leçon ne semble pas porter, et deux mois plus tard, le rédacteur d’un second article sur cet « ignoble individu » l’avertit de manière plus explicite : « Pour aujourd’hui encore, nous nous en tiendrons là, en lui conseillant de rester dans son rôle, simplement, s’il ne veut pas courir le risque d’avoir les oreilles gercées avant les grands froids ». Mais le « triste larbin » à la « pauvre tête vide » récidive, tout comme l’auteur qui conclut son troisième papier sur « le triste coco de la Chaudronnerie de fer » par un péremptoire : « C’est un nouvel avertissement que nous lui présentons avant de passer à de plus énergiques explications ».

  • 90 L'on retrouva les mêmes arguments à la Libération, lors des auditions de la sous-commission d'épur (...)

72D’abord, le chef ne fait rien. Cette inactivité lui est initialement reprochée, comme si les ouvriers de cette première moitié du siècle ne s’étaient pas encore habitués à voir déambuler dans l’atelier un homme dont la fonction n’est pas de produire. L’agent de maîtrise correspond toujours pour le travailleur à l’image que l’on en avait à la Belle Epoque, et c’est sur ce terrain que l’on se plaît à l’attaquer, faisant insidieusement remarquer la propreté de son bleu. On lui reproche aussi les tricheries que permet sa fonction. On juge sévèrement les chefs d’équipes travaillant quotidiennement douze heures pour pouvoir bénéficier de jours de récupération. « La moitié des contremaîtres [ne viennent] pas le samedi. » Mais l’on ne manque pas de se gausser du contremaître qui, sans utiliser ces passe-droits, même malade, est présent à l’atelier de quatre heures à vingt heures : s’il reste aussi longtemps à l’usine, il ne peut s’agir que d’un pauvre type un peu simplet ne pouvant avoir comme pôle d’intérêt que le travail... des autres90.

73Le chef est incompétent. « Tout le monde est à même de constater que sa science ferroviaire et bureaucratique est des plus restreintes ; pourtant il essaye de briller en faisant étalage d’un verbiage uniquement composé de mots sonores et creux. On s’étonne qu’avec une incompétence aussi réelle, notre homme soit arrivé à un emploi aussi élevé. Mais dans notre bon P.L.M., il faut s’attendre à tout ». Cela revient comme un leitmotiv. « Incapacité notoire, valeur professionnelle douteuse », « individu [...] se sentant incapable », « incapable lui-même d’exécuter un travail semblable à ce qu’il exige », « chef de brigade [...] qui joue au grand chef et dont les capacités professionnelles n’ont pourtant rien d’extraordinaire ». Les exemples ne manquent pas, qui veulent prouver la bêtise ou l’ignorance des petits chefs, et qui démontrent surtout une absence de capacité d’utilisation des compétences forcément acquises lorsque l’on fut ouvrier, et que l’ancien ouvrier n’est pas en mesure de mettre à profit alors qu’il se retrouve dans une fonction d’encadrement : « Le pire, c’est que pour [les pièces] qui pourraient rester brutes de fonderie, il prétend en exiger la même finition ». C’est cette insuffisance technique et professionnelle, réelle ou supposée, qui est mise à profit lorsque l’ouvrier a un compte à régler avec son contremaître, auquel il demande malicieusement des explications sur une technique qu’il possède lui-même parfaitement. Parmi les brimades qu’estiment subir les ouvriers, la plus intolérable est celle qui remet en cause le statut professionnel du travailleur. Le contremaître qui demande à un ajusteur ou à un tourneur d’effectuer une tâche ressentie comme celle d’un manœuvre est, bien que réglementairement dans son droit, presque certain d’essuyer une rebuffade. Le refus de cette déqualification symbolique exprime aussi une répulsion face à celui qui a trahi, a choisi un autre camp que celui des travailleurs. Les rappels du passé ouvrier sont constants. « Ancien compagnon n’ayant que bien peu travaillé » : la rapidité de la promotion est une tare supplémentaire. Etrangement, le fait de n’avoir point œuvré sur le site fait qu’un contremaître bénéficie quelque temps d’une certaine modération : ne venant pas du sérail, il n’en connaît pas les us et on lui pardonne d’autant plus facilement ses bourdes. On en revient d’ailleurs au bestiaire dans une révélatrice démonstration : « Ce vertébré ne se rappelle pas qu’étant compagnon, il savait comme pas un tirer la « cosse » [...]. Il est le type symbolique du braconnier devenu garde-chasse ». Classique, ce reproche de proscrire aujourd’hui ce que l’on pratiquait hier : un « cabotin [qui] fut bon à faire punir, il n’y a pas très longtemps, six de ses camarades qui avaient quitté le travail quelques minutes avant l’heure [...] oublie que lorsqu’il travaillait [...], il se trouvait souvent prêt à partir devant le Lambert ». Incompétent, inutile, ancien compagnon à la mémoire bien courte, tout se combine : « Il nous donne rarement la mesure de ses capacités. Du temps où il était compagnon, il trouvait l’excuse à ses loups retentissants, que celui qui ne fait rien ne se trompe pas. Mais actuellement, il ne l’admet pas pour les autres ».

  • 91 Toutes les citations sont tirées de la Voix du Peuple.

74Les palinodies des petits chefs en présence de leurs supérieurs irritent profondément. A propos d’un contremaître, on fait remarquer que « le monsieur en question, qui rampe si facilement devant son supérieur, n’est pas souvent de bonne humeur ; les chefs d’équipe en savent quelque chose, que de discussions orageuses, que d’algarades ! Pour les ouvriers, il ne fait pas bon avoir eu un différend avec l’ancien compagnon, la mémoire ne lui faisant pas défaut, il sait bien garder rancune et au besoin de venger de façon mesquine ». Lorsque c’est un chef du chef qui met en cause les capacités de son subordonné, l’histoire fait vite le tour de l’atelier, et peut même finir dans la Voix du Peuple : « Apprenez donc qu’il y a quelques jours, un sous-chef d’atelier reconnaissant cet incapable, lui a déclaré : « Voyons, [...] puisque vous n’êtes pas à même de remplir votre rôle de chef, voyez-vous, il y a une place d’ouvrier aux ateliers de Dijon, vous feriez bien de vous y rendre ». Le pauvre [...] n’en croyait pas ses oreilles. En s’arrachant les cheveux, ahuri de cette juste solution à son incapacité, il allait... ». A tout hasard, la Voix du Peuple moucharde les petits chefs qui sont devenus sa cible. L’un passe « des après-midi à composer des poèmes » et « a toujours sa petite bouteille de rhum sur lui ». L’on détaille les retards d’un de ses collègues, on chronomètre les siestes qu’un autre se ménage dans son bureau. En fait, il semble que tout peut être mis au débit de ces « flics », de ces « valets inférieurs », de ces « chiens de garde du patronat » : orgueil, bêtise, « vantardise de petit bourgeois », prétention, arrivisme, arrogance, « pédantisme et goujaterie », insensibilité, intransigeance pour les autres et grande mansuétude pour soi-même. Les portraits physiques rendent odieux le port d’une « moustache à la gauloise » ou le fait d’être imberbe et l’on trouve chez un jeune contremaître « le visage d’une vieille femme avare ». L’un « se charge des travaux de basse police et, ma foi, ses aptitudes se révèlent incontestables en cette branche » ; le même « n’aime pas les agents ayant des idées avancées et qui osent ne pas s’en cacher ». Dans une autre section, « le Monsieur, gonflé d’orgueil, promène son auguste personne d’un air entendu au milieu de ceux qui peinent. Il semble oublier tout le mal qu’il fit lorsqu’il était chef d’équipe à la précision ». Et c’est ce mal qui lui a permis un avancement. Point de doute, à lire ces lignes : les ouvriers qui les écrivent sont persuadés que le seul critère choisi par la Compagnie pour recruter ses petits cadres est la capacité à « embêter les compagnons », les brimer, leur faire perdre du temps, de l’argent. Et, surtout, « ce sauvage ne fait que rechercher les moyens de punir ». « Les punitions [...] infligées sans raison » sont le fait d’un autre petit chef qui « pense toujours de tarifer le travail au minimum ». Quant à un troisième de leurs collègues, « il faut le voir dans la section de l’ajustage, où il est chargé de la vérification des pièces usinées, chercher le moyen de les refuser permettant ainsi de faire punir les agents pour malfaçon et les empêcher de gagner quelque argent par le jeu de la prime91 ».

  • 92 A.G. - C.F.T.C., 24/3/1934. En fait, la prime ne semble pas avoir été la véritable raison de cet é (...)

75La majorité des litiges qui opposent agents de maîtrise et travailleurs concerne les primes fixées en fonction des différents facteurs pour l’attribution desquels les cadres peuvent avoir un rôle plus ou moins déterminant. La médiocrité du salaire renforce l’importance de l’apport des primes. Il y a d’abord la gratification, versée annuellement à tout le personnel et déterminée selon un barème qui prend largement en compte la note d’aptitude, « note d’attitude » pour bien des ouvriers puisque ce système récompense surtout la docilité envers celui qui attribue la note, et pénalise pécuniairement les travailleurs à la personnalité trop forte. Il y a la prime au rendement, réservée en théorie aux agents à la production, mais que touchent de nombreux employés de bureau. Considérée comme basse en dessous de 20 % du salaire de base, elle devient normale entre 25 et 30 %. Elle est attribuée selon le « tarif », qui est le temps, en heures et centièmes d’heure, alloué à une tâche. Si ce temps est abrégé, l’ouvrier, ou l’équipe, a droit à la prime. Certains tarifs correspondent en effet à un travail d’équipe, et ce n’est pas forcément un mode de détermination qui renforce la cohésion de ces groupes. Le « biberon », le « suceur », c’est à dire l’ouvrier qui « mange la prime », qui profite du travail de ses camarades, est loin d’être populaire. Le rôle du cadre dans l’attribution de cette prime peut être nul, comme dans certains ateliers d’Oullins-Voitures où le tarif est fixé en fonction d’études faites aux Ateliers d’Arles. Mais il est des cas où il est déterminant, à l’instar de la Fonderie de cuivre où, en 1934, un chef de brigade doit subir « une conduite dite de Grenoble [...] pour le motif d’avoir été injuste pour la prime de rendement92 ».

  • 93 Le Petit Lyonnais, 28/9/1889.

76En règle générale, l’encadrement préfère faire en sorte que le personnel sous ses ordres ait une prime importante : c’est là une manière de se rendre populaire et de désamorcer bien des conflits. Certains s’arrangent pour que soient payés des travaux « auparavant compris dans le prix global », d’autres trichent en surestimant la production, en gonflant des stocks fictifs ou en distribuant des « bulletins de complaisance pour permettre aux agents de boucler leurs fins de mois ». Il faut dire qu’ils y trouvent eux-mêmes un intérêt pécuniaire : de la prime de l’agent dépend souvent la prime du chef, ce dernier étant généralement noté sur la production de son équipe tandis que sa place au tableau d’aptitude, donc ses possibilités d’avancement, sont grandement tributaires de cette note. Ce pouvoir, très relatif, qui donne aux petits chefs une fonction fort précise dans le procès de travail, ne leur déplaît pas forcément, leur permettant de se faire bien voir de « leurs » ouvriers, ou de se donner l’impression d’une puissance, même lorsque beaucoup de choses leur échappent. Ainsi, presque un demi-siècle avant les articles de la Voix du Peuple, alors que les consignes de baisse de salaire viennent de la direction de la Compagnie, un « voyageur de commerce » aurait entendu un sous-contremaître des Ateliers se vanter dans un bistrot d’Oullins : « Je connais les ouvriers, disait-il, et je connais la manière de m’en servir et de les mener ; aussi, avec moi, ils ne feront pas les malins, je les diminuerai et ils ne diront rien, et puis s’ils avaient l’air de vouloir se rebiffer, je les f... à la porte comme des chiens, et je suis bien sûr qu’en leur parlant ainsi, ils subiront la diminution comme de bons b..., et pas un ne songera seulement à se plaindre93 ».

77Difficilement supportables, les insultes que profèrent les chefs leur valent souvent une haine mal dissimulée. La plus choquante, parce que, justement, elle vient d’un homme qui sait de quoi il parle, est l’accusation d’oisiveté. « Il ne fait que moucharder les compagnons [...] en les diminuant dans leurs capacités professionnelles et les faisant passer pour des fainéants ». « Cet incapable [...] dénigre les ouvriers [...] en arguant qu’ils sont des fainéants ». « Le chef du magasin [...] traite les camarades de fainéants alors qu’ils ont accompli leur travail consciencieusement ». « Ce sale individu ne se gêne pas pour aller dire [...] un tel est un bon à rien, ou un tel est un feignant ». Très mal supportée, l’insulte entraîne des réactions qui témoignent de la gravité des accusations : « S’il monte fréquemment les copains au bureau, cela ne lui réussit pas toujours, puisque tout dernièrement, un ouvrier traité de fainéant par lui le gifla devant le contremaître ». La violence, verbale ou physique, est loin d’être absente des rapports hiérarchiques, mais concerne avant tout les chefs les moins gradés. Les coups partent des deux côtés, du sous-chef de brigade qui décoche « un magnifique coup de poing à la face d’un compagnon qui, d’après lui, [...] ne va assez vite dans son travail » comme de l’ouvrier qui « collette rudement un brigadier » s’étant permis des remarques sur la qualité de son ouvrage. Généralement, cette violence est plus potentielle que réelle, « on se promet de lui casser la figure si on le rencontre dans la rue, et puis ça s’arrête là ». Cette manière de régler les contentieux permet, en situant le conflit comme étant d’homme à homme, de gommer la distance qu’impose l’organisation hiérarchique.

  • 94 A.D.R., 10 MP C6, rapport du 19/11/1889.

78Lors des conflits sociaux, les choses sont moins évidentes. Pas d’équivoque possible pour les Ingénieurs en chef, qui se font volontiers les auxiliaires de la police, lorsqu’ils n’estiment pas que les policiers se font insuffisamment les leurs. Les patrons restent, eux, dans une prudente expectative, attendant les ordres du patron et laissant le petit encadrement aux prises avec les ouvriers. Car ceux dont la place est la moins aisée sont sans aucun doute les divers petits chefs. Déjà, à la fin des années quatre-vingts, à en croire le commissaire spécial de la préfecture du Rhône, « les griefs formulés par les ouvriers socialistes préconisant la grève sont des plus futiles et se rattachent à des hostilités personnelles d’ouvriers contre des contremaîtres94 ». Lorsque la Compagnie parvient à casser le syndicat, ce sont des petits chefs qui lancent la pétition la plus infamante pour ses signataires. Lors des mouvements qui se produisent à la fin de la Grande Guerre, ce sont des brigadiers, dont beaucoup sont syndiqués, qui sont réfractaires à l’action, puis mènent campagne contre ce mouvement pour l’abolition du salaire aux pièces, qui remet en cause une partie de leur pouvoir. Hors de l’organisation syndicale, les contremaîtres se sont regroupés en une Amicale, à mi-chemin entre le syndicat et le club fermé. Imités par les chefs et sous-chefs de brigades, rassemblés en une Amicale distincte, ils oscillent entre la syndicalisation au sein d’une organisation commune à tous les cheminots, et la défense stricte de leurs intérêts. Lors des périodes de force du syndicat, après la Première Guerre mondiale et au temps du Front populaire, ils s’engagent dans l’organisation syndicale pour s’en détacher dès qu’elle n’a plus le vent en poupe. C’est ainsi un brigadier qui, en 1919, représente la section du Montage au conseil d’administration du syndicat. Au temps de la division, les Amicales regroupent des petits chefs non syndiqués, présentent des candidats aux élections des délégués du personnel, et obtiennent d’autant plus facilement les sièges que les syndicats ne trouvent que rarement des candidats dans ces catégories. Lors du printemps 1936, après la victoire électorale des partis du Front populaire, ils envisagent leur intégration dans le syndicat. Avant la fin de l’été, « certains échangent leurs cartes de l’Amicale contre la carte syndicale ».

  • 95 A.G.-C.G.T., 16/1/1920 et 20/11/1936.
  • 96 C.A.-C.G.T., 18/6/1919.
  • 97 A.G.-C.F.T.C., 24/3/1934.
  • 98 Le Cheminot syndicaliste, 25/11/1935.

79C’est généralement lorsque le syndicat est fort que le débat a lieu dans l’organisation sur le rôle et la place des petits chefs. Lors d’une assemblée de 1920, un militant « prend la parole et expose son point de vue qui est de n’accepter quelque chef dans [l'] organisation qu’après l’avis des sections sous les ordres directs des dits chefs95 ». Les accueillant, les syndicalistes ne sont pas dénués d’un certain esprit critique, ni peut-être de certaines illusions. « Je pense qu’à notre contact, certains d’entre eux apprendront à devenir meilleurs », explique Joseph Machizaud, le leader local du syndicat pendant l’été 1936. Deux mois plus tard, il utilise une métaphore malheureuse pour souligner que l’apport est aussi quantatif, au crédit du syndicat : « Ce sera une nouvelle phalange qui viendra nous épauler pour l’obtention de nos revendications ». Derrière les proclamations des syndicalistes se distingue la négation de la fonction politique de l’encadrement dans le procès de travail. Entre 1918 et 1920, les prérogatives de l’encadrement sont fortement mises en question, on s’insurge contre « la nomination sans essai d’un brigadier à la menuiserie », « on demand[e] plus de politesse de la part des chefs d’équipes » à la Fonderie de cuivre, où, décidément, il ne fait pas bon être cadre, on crée « une commission de discipline pour enquêter sur les punitions dont sont victimes les camarades », on proteste contre « une note de la direction donnant au chef d’atelier le droit d’ajouter des points à un essai que la commission [d’embauche] a noté », on dénonce une punition infligée, après un accident dû à une fausse manœuvre, par un petit cadre qui désire se donner bonne conscience, on échange avec des syndicats d’autres sites des renseignements sur les cadres mutés. Et on les rançonne en début de grève, leur demandant de manière insistante un « geste de générosité ». Parfois, les critiques se font plus pernicieuses, et l’on a dans cet après-guerre les prémices des procès intentés dans les journaux à la hiérarchie après la Libération, dans la dénonciation de « la mauvaise volonté des dirigeants pour augmenter et moderniser l’outillage commun96 ». Il ne doit pas être aisé d’être contremaître et syndicaliste. C’est rare, et le fait d’être nommé contremaître juste avant une grève ne manque pas de poser problème. En fait, les analyses font le plus souvent défaut. En dehors d’interventions du type de celle faite à une assemblée générale du syndicat chrétien, où un militant explique que « certains petits chefs ne craignent pas de brimer leurs camarades, soit par bêtise ou pour se faire remarquer ou encore par incapacité97 », et qui reflètent le sentiment de nombreux travailleurs, rares sont les tentatives d’appréhension de la place de ces hommes au sein d’un processus de production. Seul, en 1935, Joseph Chillard lie organisation du travail et hypertrophie de l’encadrement, expliquant que, « pour environ cent cinquante agents ouvriers ou manœuvres, il faut compter une dizaine de contremaîtres [...]. Auparavant trois contremaîtres [...] faisaient tout le travail98 ».

  • 99 L'Action, 15/2/1891.

80« Pour avoir la cote, un chef, il [a] qu’à envoyer [promener] un fayot », et c’est sans doute la meilleure manière de s’attirer les sympathies des ouvriers que de paraître, à bon compte, incorruptible. Le premier Chef d’Atelier des Voitures est à l’honneur dans un périodique proche des socialistes pour avoir, un jour où un ouvrier revenu de son Auvergne natale lui avait apporté un présent, fait « afficher un avis invitant l’homme à la molette de beurre à venir la reprendre, ajoutant qu’il le priait de la garder pour mettre chez lui, dans sa soupe99 ». Certes, bouc émissaire de la peine au travail, le chef est chargé de tous les maux. Mais il en est toujours un de sympathique. Il est, lui, compétent. Lorsqu’on lui demande un coup de main, il est toujours prêt à le donner, « c’[est] pas lui qui [irait] faire le con vers l’Lambert pour voir les mains des gars. Du moment qu’le boulot [est] fait... », car on ne remet pas en cause la finalité première de sa fonction, qui est, bien sûr, la production. Ce sont plutôt les incidents qui entraînent critiques et rejet. Et ce chef qui peut prétendre qu’en « plusieurs dizaines d’années de commandement, [il] n’a jamais mis une punition » n’a après tout fait que son travail, la sanction étant révélatrice d’un dysfonctionnement du groupe.

  • 100 Il semble que, pour ces anciens ouvriers, le premier discours qui puisse-qui doive ?-être tenu sur (...)

81Patrons ou chefaillons, des travailleurs des Ateliers exercent des fonctions d’encadrement. Au début du XXème siècle, leur nombre progresse. Mais, dans l’entre-deux-guerres, leur place dans l’entreprise tout comme leurs possibilités de carrière sont, plus encore que celles de leurs subalternes, fortement conditionnées par l’évolution de l’organisation du travail et la conjoncture, tant démographique qu’économique. Bien plus que celle de l’ingénieur, l’image du petit chef est globalement négative, à tel point que lorsque l’on demande à des retraités, même s’ils sont anciens cadres subalternes, de parler du contremaître de leur jeunesse, la relation est rarement plaisante. Et lorsque l’on en dit du bien, on trouve encore besoin de s’excuser. « Je pourrais difficilement vous dire du mal de mon contremaître, j’ai épousé sa fille100 ». Mais ce que l’on attend du contremaître, c’est de ne pas troubler l’ouvrier. En cela les articles des rédacteurs anonymes de la Voix du Peuple sont plus que les discours des retraités intégrés dans la logique de production. Lorsque l’on demande aux ouvriers de 1936, un demi-siècle plus tard, si les contremaîtres étaient compétents, la réponse est toujours, dans un premier temps, positive, « je n’ai jamais eu de problème », « généralement, il nous foutait la paix ». Le bon contremaître, c’est celui qui laisse travailler l’ouvrier : il n’a que cela à faire, au moins qu’il le fasse.

Notes

63 Près d'un cadre recensé comme tel sur dix est fils d'un probable ouvrier des Ateliers d'Arles déplacé à Oullins en 1889-1890, et lui-même né dans les Bouches-du Rhône.

64 Ainsi que trois gardiens, fonction peu valorisante.

65 Yves Lequin, op. cit., t. 1., p. 236.

66 Et, ces trois années-là, un ingénieur - jamais le même individu - était originaire du Creusot.

67 En fait, le travail de graissage était plutôt, sur les machines-outils ou les locos au sortir du Montage, celui des ouvriers qualifiés. Mais, ressentie comme peu gratifiante -comme souvent les travaux d'entretien de l'outillage, quelle que soit la branche d'activité- et fréquemment laissée à l'aide ou au manœuvre, voire au dernier rentré, cette tâche avait obtenu peu à peu un statut officieux avilissant.

68 Alors que la présence d'installations ferroviaires au Teil, sur la rive droite du Rhône, non loin de Montélimar, aurait pu permettre un phénomène d'osmose. Mais les trajets reconstitués des Ardéchois des Ateliers d'Oullins ne donnent aucune place à ce site.

69 Yves Lequin, op. cit., t. I, cartes pp. 528, 529 et 530. Sur Trayvou, cf François Robert, Mobilité et sociabilité ouvrière dans une entreprise lyonnaise, 1909, 1956, mémoire de D.E.A., Université Lumière-Lyon II, 1987, 162 p.

70 Considérés dans la Compagnie comme peu qualifiés, les noyauteurs n'en étaient pas moins des ouvriers de métiers, aux connaissances empiriques incontestables. C'est ce qui explique que leur revendication d'être nommés ouvriers ait été reprise à son compte par le syndicat, peu enclin à plaisanter au chapitre de la qualification des travailleurs. B.-C.G.T., 29/6/1936.

71 A.G. - C.G.T., 16/1/1920 et 28/6/1936.

72 La Voix du Peuple, 16/12/1933.

73 Un nombre relativement important d'aides-chaudronniers est recensé en 1911. C'est cette année-là que sont dénombrés peu de chaudronniers. Contrairement à celle de l'ajusteur, qui peut se faire servir lors de son travail, la fonction du chaudronnier ne nécessite pas la présence d'un aide.

74 11 est question ici des 117 travailleurs dont les dossiers de la Caisse de retraite ont été analysés.

75 C'est le seul qui n'était plus ouvrier.

76 Il n'en reste pas moins que la proximité des deux Ateliers était pour la Compagnie un atout non négligeable dans une politique de gestion du personnel. C'est ce que, à la fin du XXeme siècle, comprend la S.N.C.F., usant largement des capacités d'emploi des Machines pour fermer sans trop de vagues, un siècle après son ouverture, l'Atelier des Voitures.

77 Alors que ne se posait pas ce problème dans les bureaux. Dans celui où ne se trouvent que deux chefs et deux sous-chefs de bureaux, à l'exception de tout exécutant reconnu comme tel, on peut bien être chef sans avoir à commander.

78 A l'exception de quelques ingénieurs, il s'agit en réalité de cadres moyens. Mais la pratique de la désignation sur le site les affublait de ce qualificatif. Il n'est donc question ici que de cadres supérieurs, dans le sens que donnaient à ce vocable les cheminots des Ateliers.

79 A.G. - C.G.T., 10/5/1919.

80 A.G. - C.G.T., 1/3/1920.

81 Autre élément malaisé à cerner : la participation à des activités professionnelles qui ne sont pas celles de l'épouse. Au lendemain de la guerre, deux cheminots des Machines sont fils d'un patron de bistrot de la rue de la Gare, avec lequel ils logent. Dans quelle mesure participent-ils à la tenue de l'estaminet ? Et les travailleurs en garni ? « Y'en avait, y payaient pas d'loyer, même pas les repas mais attention, le matin, à midi, le soir après le boulot, y servaient, y servaient, y servaient. Toujours à la bourre, mais jamais en retard. Y f'saient pas ça longtemps... »

82 Soixante ans plus tard, si l'on demande à Antoine s'il a eu un jour envie de devenir roulant, il affirme que non.

83 Termes employés à l'A.G.-C.G.T du 5/8/1937 et à l'A.G.-C.F.T.C du 24/3/1934.

84 « Le panier à salade est devant la porte et nous sommes chargés d'établir des listes, ce qui ne me fait pas bien plaisir car je n'oublie pas que je suis un ancien compagnon » expliquait l'un d'eux en 1942, dossier sous-commission d'épuration.

85 Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève, p. 713.

86 Les différentes terminologies en usage pour désigner les chefs d'équipe sont employées au même moment. Le terme de chef de brigade a tendance à se substituer à celui de brigadier. Quant à celui de chef d'équipe, voué à la postérité, il retrouve à la fin du P.L.M. la vogue qu'il avait au début du siècle. Il n'en reste pas moins que les termes de chef ou sous-chef de brigade font florès aux grands moments de l'Amicale des chefs et sous-chefs de brigades.

87 C.A.-C.G.T., 18/9/1917.

88 Le Petit Lyonnais, 15/11/1889.

89 Et qu'expriment les retraités lors du recueil des sources orales.

90 L'on retrouva les mêmes arguments à la Libération, lors des auditions de la sous-commission d'épuration. Ainsi, lorsqu'un contremaître se fut hasardé à évoquer « [son] travail qu'il [aimait] », on se fit un malin plaisir d'insister sur le fait que ce furent des « heures de présence » qu'il effectua. L'étude de ces documents, qui n'est pas mise à profit dans le présent travail, révèle cependant que les reproches faits en cette occasion à ceux des membres de l'encadrement qui eurent à comparaître devant cette instance, composée en majorité de cadres et plus sévère pour les manœuvres, sont les mêmes que ceux que décèlent les sources orales et les articles de la Voix du Peuple.

91 Toutes les citations sont tirées de la Voix du Peuple.

92 A.G. - C.F.T.C., 24/3/1934. En fait, la prime ne semble pas avoir été la véritable raison de cet épisode violent, lié plus vraisemblablement aux événements parisiens de février 1934. Mais ce n'est pas par hasard que ce prétexte a été trouvé pour un cadre de cet atelier, la Fonderie de cuivre, qui a toujours été réputée pour ses basses primes, pour des raisons que je n'ai pu réussir à déterminer. Ainsi, en 1938, la moyenne du pourcentage des primes de rendement par rapport au salaire fixe a été à la Fonderie de cuivre de 20,72 % (dossier sous-commission d'épuration). Des incidents entre ouvriers et petits cadres s'étaient déjà produits dans cet atelier, au cours de l'immédiat après-guerre.

93 Le Petit Lyonnais, 28/9/1889.

94 A.D.R., 10 MP C6, rapport du 19/11/1889.

95 A.G.-C.G.T., 16/1/1920 et 20/11/1936.

96 C.A.-C.G.T., 18/6/1919.

97 A.G.-C.F.T.C., 24/3/1934.

98 Le Cheminot syndicaliste, 25/11/1935.

99 L'Action, 15/2/1891.

100 Il semble que, pour ces anciens ouvriers, le premier discours qui puisse-qui doive ?-être tenu sur l'encadrement est critique. A cet égard, l'absence totale d'identification entre le contremaître de sa jeunesse et celui que l'on a soi-même été est révélatrice. Ce discours, qui n'est bien sûr pas spécifique aux Ateliers d'Oullins, est certainement à analyser en prenant en compte celui, nostalgique, sur un prétendu laxisme. Pour ne pouvoir avoir été laxiste, le contremaître d'hier ne pouvait être sympa, même s'il « y'en avait des sympas ».

Table des illustrations

Légende Lieux de naissance des cheminots d'Oullins en 1906.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Lieux de naissance des cheminots d'Oullins en 1921.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Lieux de naissance des cheminots d'Oullins en 1936.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Laveur de bogies à Oullins-Voitures. Un métier ?Une qualification ? Une qualification reconnue ?
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search