Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Conclusion

Gérard Bouchard and Joseph Goy

Full text

  • 1 Société rurale dans la France de l'Ouest et au Québec (XVIIe-XXe siècles, Joseph GOY et Jean-Pierr (...)
  • 2 B. JEAN, Recherches sociologiques, vol. XXXII, no 2, 1991, pp. 256-258.

1Depuis le colloque de Rochefort (1982) près de dix ans se sont écoulés au cours desquels trois ouvrages ont jalonné la route difficile mais si passionnante de notre collaboration1. Ils ne sauraient rendre compte, à eux seuls, de l'activité scientifique franco-québécoise issue des projets intégrés successifs qui ont mobilisé plusieurs dizaines de chercheurs des deux côtés de l'Atlantique. Ils n'avaient pas pour objectif, non plus, de faire le recensement des mémoires de maîtrises, des thèses de doctorat ou des articles issus de notre réflexion commune. Mais ils montrent que Québécois et Français ont pris plaisir à travailler ensemble et ont aidé, dans le respect mutuel, au "rajeunissement de la recherche historique"2.

  • 3 Voir note 1 ci-dessus.

2Aboutissement d'un programme triennal de coopération marqué par un colloque tenu à Montréal en février 19903, le présent volume réunit les travaux présentés au colloque de Veyrier-du-Lac (juin 1991). L'objectif du programme était de reconstituer et de comparer les modalités de la reproduction sociale, essentiellement familiale, en milieu rural, à partir de recherches sur les formes et les mécanismes de l'accumulation et de la transmission socio-économique des exploitations. D'un point de vue comparatiste, deux interrogations principales ont orienté les travaux de chacun : dans quelle mesure, de quelle façon et à quel rythme les deux sociétés, dont l'une s'inspirait au départ de modèles français, ont-elles infléchi leurs comportements ? Dans des contextes de "monde temporairement vide" (le québécois), et de "monde plein", (le français), quelles ont été les formules ou les stratégies spécifiques mises en œuvre pour s'adapter aux contraintes de l'espace, du nombre, du cadre juridique, de l'économie ?

3Tous les membres du groupe ont accepté une règle du jeu commune fixée par une grille d'analyse composée de sept dimensions principales, indispensables à la comparaison :

  • Systèmes familiaux de transmission ou de succession sans omettre la place des filles, le destin des exclus, celui des parents après la transmission, la place du notaire...
  • Inégalités économiques et sociales soit comme produit des systèmes de transmission, soit comme facteur explicatif des systèmes.
  • Statut des avoirs fonciers (notion de propriété, droits divers, servitudes) et modalités de mutation.
  • Paramètres démographiques exerçant un impact direct sur les modalités de transmission.
  • Rôle des alliances matrimoniales dans les modes de transmission, d'établissement ou de non-établissement des enfants.
  • Modifications introduites par l'environnement urbain et, notamment, par l'action de la bourgeoisie, par l'emprise de plus en plus forte de l'Etat.
  • Contexte culturel et pratiques locales ou régionales comme facteurs de maintien, d'évolution et de différenciation des systèmes.
  • 4 H. WATELET, "Ombres et lumières d'un vaste projet : l'histoire rurale comparée de la France et du (...)
  • 5 C. DOLAN, "Nouveaux besoins, nouvelles cibles ? L'histoire rurale et la coopération France-Québec" (...)

4Certains d'entre nous, à l'occasion du colloque de Montréal en 1990, ont pu estimer que notre démarche était nettement plus directive que lors des programmes précédents. Il est vrai que c'est très consciemment que nous avons souhaité "resserrer" un peu le dispositif pour répondre aux souhaits de ceux qui avaient bien voulu examiner les résultats des phases précédentes. Hubert Watelet, à propos du colloque de 1985 à Québec ("Il ne s'agit pas encore d'un colloque d'histoire comparée"4) et Claire Dolan ("Scientifiquement on souhaiterait que les meilleurs chercheurs s'attellent à la tâche, secteur par secteur, en privilégiant un problème à la fois, et ce, des deux côtés de l'Atlantique... Espérons qu'après un tri sévère mais nécessaire, on fixera à la collaboration des objectifs plus restreints et que l’on continuera, dans le cadre d'étapes bien définies, à chercher réponse à l'interrogation de départ"5) nous ont fait des remarques très justes que nous avons d'autant plus facilement prises en compte qu'elles correspondaient très exactement à notre propre regard critique sur nos entreprises, dont chacun sait qu'elles ne pouvaient aboutir, rapidement, à de véritables comparaisons faute de recherches suffisantes sur ces questions. Il fallait d'abord bien établir les "chemins de la collaboration".

  • 6 C'est une conclusion que L. MICHEL annonçait déjà dans le colloque de 1985, "Endettement et sociét (...)

5Avec ce colloque et ce volume, un grand pas a été effectué sur la voie d'un vrai comparatisme aussi bien au plan des méthodes ou des problématiques que de la précaution prise de ne rien comparer terme à terme ni période à période, mais plutôt de nous pencher sur les différences fines entre les processus utilisés par les familles d'un côté comme de l'autre, pour réussir à bien transmettre l'exploitation et à établir le mieux possible tous les enfants, c'est-à-dire comme on a coutume de le faire dans les différents systèmes. On notera par ailleurs que l'aire d'interrogation s'est étendue par rapport aux exercices précédents. Ainsi, le présent colloque a intégré à la problématique de la reproduction familiale des études sur le marché foncier. C'est là, croyons-nous, une heureuse alliance dans la mesure où, effectivement, le recours au marché (domaine des transactions dites consensuelles) entrait fréquemment dans les stratégies d'expansion des avoirs familiaux et d'établissement des enfants. C'est ce que montrent aussi bien Béaur, Saint-Georges et Saint-Hilaire que Wallot et Paquet. En fait, une bonne partie non seulement du marché foncier au sens strict mais aussi du crédit lui-même était mobilisée par les impératifs de la reproduction familiale6. Une deuxième extension consiste dans l'exploration des paramètres juridiques du rapport à la terre, représentée surtout par l'apport de L. Lorvellec. On apprend ainsi que l'évolution du droit rural s'est montrée sensible aux contraintes de la famille paysanne et ouverte aux influences coutumières. S’agissant par ailleurs de l'Ancien Régime, on sait l'importance qu'il y a à bien prendre en compte tous les raffinements qui entouraient la notion de propriété foncière. Enfin, l'étude de la reproduction de la famille paysanne dans les cantons suisses, due à A.-L. Head-König, représente une troisième forme d'extension, dans l'espace cette fois. La réflexion comparative s'en trouve significativement enrichie, en ce qui concerne particulièrement l'influence du rang de naissance (le minorat) et les pratiques d'exclusion (notamment les "politiques" matrimoniales de la famille).

6S'agissant plus précisément de l'exercice comparatif, on peut dire que, grâce à l'étroite collaboration entre certains participants, à cause aussi de la place importante que lui ont accordée la plupart des recherches individuelles, il a livré des aperçus très précieux sur quelques questions de fond. Sur un plan général, il a permis de mettre au jour un certain nombre de ressemblances entre les paysanneries française et québécoise. Sous ce rapport, mentionnons le rôle joué par la solidarité familiale et les réseaux de parenté, les pratiques d'égalitarisme et leur mécanique du partage/remembrement (L. Lavallée), les caractéristiques du marché foncier, l'exclusion presque généralisée des filles de la succession, même lorsque le patrimoine à transmettre n'est pas de nature agricole (M. Salitot). Au compte des similitudes il y a peut-être lieu d'ajouter certains traits de la nuptialité, les données saguenayennes suggérant qu'avec la saturation des terroirs, l'âge au mariage tend à s'aligner sur celui des vieilles paysanneries françaises (D. Gauvreau). Sur le même chapitre, il est aussi des traits qu'on croyait, à tort, exclusifs aux espaces neufs. On relève, par exemple, des éléments de système de transmission ouvert en France : malgré la densité démographique, on arrive encore parfois à établir plus d'un enfant par famille à la tête d'une exploitation. On trouve aussi, en Lorraine (L. Joignon) et en Suisse, des oecoumènes en extension en plein XVIIe et XVIIIe siècles. Mais, comme on s'y attend, les différences sont nombreuses aussi. Du côté québécois, les espaces disponibles offrent une voie de résorption des tensions démographiques (J. Mathieu et alii), même si le contexte de colonisation impose de dures restrictions en termes de niveaux de vie (C. Dessureault, J. Dickinson, M. Baulant). Le prix de la terre étant relativement peu élevé, les paysans y exercent une emprise assez généralisée ; par ailleurs, le relatif absentéisme des citadins dans cette propriété foncière y fait évidemment contraste avec la France. Autre figure de différenciation : les causes et les finalités de la mobilité géographique. En France, celle-ci est souvent signe d'échec et de rupture, mais pas nécessairement au Québec, où elle peut entrer dans des stratégies de "réallocation" (G. Bouchard) axées sur l'établissement des enfants et la continuité du groupe familial.

7Au bout du compte, une question vraiment fondamentale se pose : dans quelle mesure les terroirs neufs donnent-ils naissance à un système de reproduction familiale vraiment différent des systèmes observés en France ? Après tout, des traits importants de la reproduction familiale identifiés du côté québécois (ex. : tendances égalitaires, exclusion des filles, solidarité familiale, etc.) sont également présents dans les campagnes françaises. Nous pensons avoir su résister à la tentation d'opposer trop nettement, sous ce rapport, la France et le Québec (J. Goy).

8Un autre sujet fait problème à travers plusieurs de nos analyses, c'est celui du principe égalitaire. Avec raison, on s'en sert couramment comme d'un critère pour départager divers ensembles coutumiers sur une base spatiale ou chronologique. Mais comment ne pas percevoir ici une énorme difficulté de définition et de mesure, et comment s'assurer de ne pas confondre des situations peut-être très différentes ? Certes, il y a peu de risques de se tromper sur les pratiques les plus radicales, si incontestablement préférentielles, de certaines régions du Sud préciputaire ou sur les très méticuleuses traditions du partage breton ou normand. C'est dans l'entre-deux que le problème se pose, dans tous les cas où un seul enfant succède au père à la direction de l'exploitation contre indemnité ou compensations aux frères et sœurs : sait-on toujours évaluer correctement la part réelle et, en définitive, le destin socio-économique de l'un et des autres ? Autrement dit, arrive-t-il souvent que le sort de l'enfant établi ne soit pas plus enviable que celui des non-établis ? Dans la même veine, comment qualifier un système qui fait de tous les enfants des héritiers égaux, mais qui donne lieu à d'importantes inégalités en aval, c’est-à-dire dans les tractations et transactions qui mènent au remembrement du patrimoine, entre les mains d'un successeur ? Et un autre qui divise scrupuleusement entre tous les fils, livrant le sort des filles à des pratiques très incertaines de compensation, sous forme de dot ou autrement ?

  • 7 Voir, notamment, son texte sur la Franche-Comté dans ce livre.

9Les travaux de Bernard Derouet7, qui ouvrent plusieurs pistes nouvelles pour la réflexion, nous aident à répondre à ces questions. S'appuyant sur l'histoire des sociétés rurales européennes, il nous dit que, face à des problèmes de forte croissance démographique ou de saturation, elles utilisaient des réponses différentes. Elles se distinguaient, essentiellement, soit par des mécanismes de régulation très réfléchis intervenant très tôt au sein de la famille, soit par des "médiations agissant à un niveau social plus large, par exemple celui du marché (terre et travail)". La frontière entre les deux systèmes passerait plutôt entre les systèmes redistributeurs et les autres, entre ceux qui "ouvrent" et ceux qui organisent "l’immobilité".

10Sans doute reste-t-il beaucoup de travail à faire sur les questions qui viennent d'être mentionnées, comme les stratégies personnelles des notaires (M. Bardet), les mécanismes d'accumulation du foncier (J. P. Desaive), les modes d'acquisition et de transmission des métiers (G. Augustins), et dans d'autres directions aussi que nous évoquons rapidement en terminant. Mais signalons d’emblée que plusieurs de ces questions mènent à une autre qui a été peu abordée directement jusqu'ici et qui concerne la place et le rôle de la femme (mère, conjointe ou fille) dans ces dynamiques familiales complexes. Là encore, on devine aisément que le pouvoir paternel méridional (à nuancer lui aussi) ne résume pas toutes les situations et que la diversité doit régner ici également.

  • 8 Et auparavant par M. SEGALEN (1990), "Se reproduire ou non localement : le dilemme des Nanterriens (...)
  • 9 Même s'il s'agit là, il est vrai, d'un espace péri-québécois.
  • 10 Venant après celles de T. BARTHÉLÉMY DE SAIZIEU, dans J. Goy et J.P. Wallot, op. cit., note 1.
  • 11 Signalons par ailleurs les travaux en cours de Chantal Collard, de Marie-Josée Fortin et de Moniqu (...)

11Il ne fait pas de doute que nos enquêtes à venir devront être plus soucieuses de faire ressortir le jeu des facteurs culturels dans la dynamique de la transmission - sur le modèle, par exemple, de l'étude réalisée par D. Gervais sur le Lot. Il faudra également poursuivre les travaux déjà amorcés par R. Bonnain et P. Lanthier8 sur le monde urbain, à propos duquel se posent toujours de nombreuses questions essentielles. Une autre priorité réside dans l'étude des formes et des pratiques d'exclusion, et plus encore peut-être, de celle des destins socio-économiques et démographiques des exclu(e)s. Cette face cachée de la reproduction familiale reçoit ici de précieux éclairages (A. Fauve-Chamoux, A.-L. HeadKönig), mais la tâche est immense et elle sera difficile soit parce que les données requises sont inexistantes, soit parce qu'elles seront longues à mettre en forme. Par ailleurs, alors que les chercheurs français se sont employés à rechercher quelques grands principes régulateurs dans l'extrême variété des coutumes et des pratiques observées dans leur pays, l'historiographie québécoise en est encore aux premières étapes de la reconnaissance monographique de son terrain, si l'on excepte l'enquête démographique appuyée, d'ores et déjà, sur des fondements solides comme le montre le texte d'Y. Landry. Ces étapes sont évidemment indispensables ; à terme, elles permettront d’évaluer le degré de diversité - régionale ou autre - qui caractérise cette paysannerie à différentes périodes de son histoire. On saura mieux alors apprécier, en particulier, le caractère plus ou moins exceptionnel du système de transmission observé par B. Craig dans la vallée du Haut-Saint-Jean9. Enfin, du côté québécois toujours, on saluera ici les études pionnières de G. Postolec10 sur les alliances conjugales ; c’est là, comme on sait, un terrain encore en friche au Québec11. Aussi, d’une façon plus générale, il y aurait d'utiles clarifications à apporter dans le dossier des stratégies matrimoniales à finalités ou à incidentes foncières. C'est un projet auquel d'importantes études ont été consacrées, surtout en France, mais qui demeure, dans l'ensemble, empreint de quelques paradoxes, sinon de contradictions.

12A la longue, nous espérons réussir à compléter un itinéraire qui préciserait non seulement l'influence de la variable géographique exprimée dans le clivage terroirs vides/terroirs pleins, ou semi-pleins, mais aussi quelques facteurs, ou mieux encore quelques relations fondamentales susceptibles de rendre compte à la fois de la diversité des systèmes et de leur évolution dans leur cadre respectif. A cet égard, il convient de mentionner tout spécialement la question des rapports entre les pratiques coutumières et le droit dans l'évolution des sociétés rurales ; entre les modalités utilisées par les familles et les communautés pour se reproduire et les règles formelles et normatives du droit, qu'il s'agisse des coutumiers rédigés sous le contrôle des divers niveaux de pouvoir, local ou régional, ou à l'initiative de l'Etat, lorsqu'il s'agit de codes. Si nous réussissions à mieux appréhender la part qui revient à l'environnement écologique, à la démographie, à l'économie, à la culture, à l’histoire dans le jeu entre droit et pratiques coutumières, notre coopération, à coup sûr, ferait progresser un peu plus la connaissance dans le long terme de nos sociétés rurales.

Notes

1 Société rurale dans la France de l'Ouest et au Québec (XVIIe-XXe siècles, Joseph GOY et Jean-Pierre WALLOT eds, Université de Montréal/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1981, 254 pages ; Evolution et Eclatement du Monde Rural (France/Québec XVIIe-XXe siècles), Joseph GOY et Jean-Pierre WALLOT eds, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris/Presses de l'Université de Montréal, 1986, 519 pages ; Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l'Ouest, XVIIe-XXe siècles, François LEBRUN et Normand SEGUIN eds, Centre de recherche en études québécoises de l'Université du Québec à Trois-Rivières/Presses Universitaires de Rennes 2, 1987, 416 pages. Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècles), Gérard BOUCHARD et Joeph GOY eds, Actes du colloque d'histoire comparée Québec/France, 1990, Chicoutimi/Paris, Centre interuniversitaire SOREP/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, pp. 165-181.

2 B. JEAN, Recherches sociologiques, vol. XXXII, no 2, 1991, pp. 256-258.

3 Voir note 1 ci-dessus.

4 H. WATELET, "Ombres et lumières d'un vaste projet : l'histoire rurale comparée de la France et du Québec", Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 43, no 2, automne 1989, p. 244.

5 C. DOLAN, "Nouveaux besoins, nouvelles cibles ? L'histoire rurale et la coopération France-Québec", R.H.A.F., vol. 42, no 4, printemps 1989, p. 596.

6 C'est une conclusion que L. MICHEL annonçait déjà dans le colloque de 1985, "Endettement et société rurale dans la région de Montréal au dix-huitième siècle. Premières approches et éléments de réflexion", Sociétés villageoises et rapports villes campagnes, op.cit.

7 Voir, notamment, son texte sur la Franche-Comté dans ce livre.

8 Et auparavant par M. SEGALEN (1990), "Se reproduire ou non localement : le dilemme des Nanterriens dans la pemière moitié du XIXe siècle", dans G. Bouchard et J. Goy eds, op.cit.

9 Même s'il s'agit là, il est vrai, d'un espace péri-québécois.

10 Venant après celles de T. BARTHÉLÉMY DE SAIZIEU, dans J. Goy et J.P. Wallot, op. cit., note 1.

11 Signalons par ailleurs les travaux en cours de Chantal Collard, de Marie-Josée Fortin et de Monique Loriselle au sein du Centre SOREP.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site