Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

La famille et l'urbanisation en Mauricie de 1900 à 1950 : le cas de la petite bourgeoisie francophone à Shawinigan1

Pierre Lanthier

Texte intégral

  • 1 Les recherches qui ont mené à cette communication font partie d'un projet consacré à la production (...)
  • 2 Après les travaux pionniers de L. Gérin ("L'habitant de Saint-Justin. Contribution à la géographie (...)

1Cet article a pour objet l'insertion de l'évolution de familles petites bourgeoises d'origine rurale dans une ville, Shawinigan, née de la grande industrie au tournant du siècle. Bien des travaux consacrés à la famille canadienne-française ont mis l'accent sur la continuité de ses caractéristiques de la campagne à la ville2. La plupart en ont souligné l'aspect communautaire, la cohabitation, les mariages consanguins et la solidarité économique de ses membres. Et si certains ont exposé l'efficacité du système communautaire en milieu ouvrier pour s’adapter aux exigences du travail industriel, en revanche, d'autres ont déploré les entraves à "l'entrepreneurship" posées par ce système en milieu petit-bourgeois. Tout se passe comme si la famille traditionnelle avait permis aux francophones d'Amérique du Nord de survivre en tant que collectivité, mais freiné leur accession à la modernité.

  • 3 P. Lanthier et N. Brouillette, "De la campagne à la ville : formation de la petite bourgeoisie à S (...)

2Il ne fait pas de doute qu'à travers la famille, le monde rural a pénétré en profondeur le monde urbain. A Shawinigan, bien des pratiques de sociabilité ont été transplantées d'un milieu à l'autre ; les urbains ont pendant longtemps continué à fréquenter leurs frères, sœurs et cousins restés à la campagne3. Toutefois, il n'est pas sûr que les assises familiales de la petite bourgeoisie de cette ville reposent sur la seule fidélité au passé. Depuis leurs racines rurales dans le dernier quart du XIXe siècle jusqu'à l'aube de la Révolution tranquille, les familles petites-bourgeoises implantées à Shawinigan ont vécu diverses transformations par suite du tiraillement de plus en plus accaparant entre la tradition et la modernité. Et cette tension était d'autant plus forte qu'elle résultait non pas seulement de pressions extérieures, mais aussi du profond désir, présent dès la fin du siècle dernier en milieu rural, de tirer profit aussi bien de la tradition que de la modernité. C'est ce que nous voudrions exposer par l'ana¬ lyse des origines, de la migration de la campagne à la ville, de la vie familiale et extra-familiale à Shawinigan, et du sort des enfants.

  • 4 Sur la constitution de ce corpus, voir P. Lanthier et N. Brouillette, "De la campagne...", op. cit

3Pour mener à bien cette étude, nous avons choisi, à partir d'un corpus biographique des élites shawiniganaises4, de reconstituer les familles d'une trentaine d'individus nés en milieu rural. Nous avons sélectionné de préférence les familles de ceux qui, en plus d'avoir une situation professionnelle les rangeant dans la petite bourgeoisie, se mêlaient activement à la vie politique et associative (voir le tableau 1). Nous avons effectué notre choix en tenant compte des lieux de naissance : d'abord nous avons retenu dix-neuf personnes nées dans la région, et dont nous pouvions repérer les familles d'origine dans les recensements nominatifs, en particulier ceux de 1871, riches en indications précises sur les activités économiques des parents ; ensuite, une dizaine d'individus nés hors de la région, mais sur les antécédents desquels nous ne possédons que de bien maigres renseignements. Au total, 29 individus nés entre 1868 et 1884 et décédés entre 1918 et 1970, parmi lesquels on trouve neuf commerçants, cinq petits entrepreneurs, sept membres des professions libérales, quatre fonctionnaires gouvernementaux ou municipaux, trois cadres de grandes entreprises et un cultivateur.

4Nos renseignements proviennent de cinq sources :

  • les recueils biographiques et historiques régionaux5 qui offrent les données chronologiques de base, condition essentielle pour utiliser intelligemment les autres sources ;
  • les recensements décennaux nominatifs, principalement ceux de 1871 et de 1881, pour les comtés de Champlain, Saint-Maurice, Maskinongé et Nicolet ;
  • les "notes locales" de trois journaux régionaux, Le Nouvelliste, L'Écho du Saint-Maurice et le St. Maurice Valley Chronicle, pour l'étude de la sociabilité extra-familiale ;
  • les bottins d'adresses de la ville de Shawinigan pour les années 1907, 1911-12, 1924-25 et 1925-26, 1947 et 1950, et qui donnent, en plus des adresses des individus, leur profession ;
  • les notices nécrologiques publiées par la presse, mines d'informations sur la composition de la famille et sur la localisation de ses membres, en plus d'être souvent accompagnées d'utiles articles biographiques. Aucune de ces sources ne permet de reconstituer de façon absolument satisfaisante les familles. Cependant, en les confrontant, il y a moyen de combler de nombreuses lacunes, de tirer un tableau assez fidèle des familles, et de proposer quelques réflexions à titre d'hypothèses.

Tableau 1. Liste des individus retenus

Tableau 1. Liste des individus retenus

i - Les familles d’origine

5En tout premier lieu, il importe d'étudier l'origine sociale et économique des élites shawiniganaises. Le tableau 2 donne la profession du père.

Tableau 2. La profession du père

Tableau 2. La profession du père

1. Renseignements tirés du Recensement de 1871 ; ceux dont le nombre d'acres est inconnu ne figuraient pas dans ce recensement.
Source : Recensements nominatifs de 1871 et de 1881 ; F. Larochelle, Shawinigan, 75 ans, 1976.

  • 6 Selon les maigres renseignements que nous possédons sur ceux dont la profession du père est inconn (...)
  • 7 Les nombres d'acres moyens occupés étaient de 86,4 dans le comté de Nicolet, de 97,1 dans le comté (...)

6Parmi les cas dont nous connaissons les antécédents, nous ne comptons que deux fils de journaliers. Plus nombreux sont les fils de membres de professions libérales et de marchands d'une certaine envergure, propriétaires de magasins généraux et/ou pratiquant à moyenne échelle le commerce du bois. Entre ces deux catégories, se situent les autres individus, qui avaient majoritairement pour pères des cultivateurs6. Selon les renseignements fournis par le recensement de 1871, ces derniers, en région, étaient tous propriétaires et la dimension moyenne de leurs terres occupées était de 106 acres et celle des terres améliorées de 66 acres. En comparant ces chiffres au nombre moyen d'acres de terre possédées par l'ensemble des cultivateurs dans les comtés de la région7, on voit que les pères des individus de notre échantillon se situaient nettement au-dessus de la moyenne. D'ailleurs, parmi eux et leurs épouses, les recensements n'en révèlent que deux ne sachant pas lire ou écrire. De plus, tous ont envoyé leurs enfants à l'école, garçons comme filles. Certains d'entre eux avaient même les moyens de payer à leurs enfants des études avancées, pouvant aller jusqu'à l'université. La plupart tiraient un revenu substantiel de la vente de foin et d'avoine et, dans certains cas, de produits d'élevage. Tous étaient donc bien intégrés à l'économie de marché. L'éducation qu’ils possédaient et celle qu'ils assurèrent à leurs enfants contribuaient à les démarquer socialement du reste du monde rural et surtout les rendaient plus ouverts aux progrès techniques et matériels qui ponctuaient la vie nord-américaine à la fin du XIXe siècle.

7Par ailleurs, il n'est pas impossible que les antécédents familiaux aient exercé une influence sur la carrière de chacun. Le tableau 3, qui regroupe les individus selon leur profession et celle de leur père, montre que les enfants de parents fortunés préféraient les PME et les professions libérales au commerce, lequel recrutait principalement parmi les fils de cultivateurs possédant des terres de moins de 200 acres.

Tableau 3. Répartition des individus selon leur profession et celle de leur père

Tableau 3. Répartition des individus selon leur profession et celle de leur père

1. Professions libérales, marchands, entrepreneurs, cultivateurs possédant 200 acres et plus de terres occupées.
2. Cultivateurs possédant moins de 200 acres de terres occupées et ceux dont le nombre d'actes est inconnu.
Source : Annexe 1 et tableau 1.

8Cette démarcation est d'autant plus significative que bien des fils de cultivateurs durent exercer d'autres emplois, notamment dans la grande industrie, avant de se lancer dans les affaires ou d'obtenir le poste convoité. C'est ainsi que Lucien Bourassa travailla une douzaine d'années dans les usines de la Belgo Pulp and Paper Co. avant de fonder avec son frère un commerce de bois et charbon ; et que Napoléon Longval fut contremaître à l'aluminerie locale pendant plus de vingt ans avant de devenir chef de police de Shawinigan. Ceux dont la famille était riche pouvaient créer immédiatement des affaires exigeant un minimum d'investissement ou bénéficier d'une éducation supérieure. Les autres devaient amasser un pécule minimal ou ouvrir un commerce exigeant peu de capitaux fixes. La fortune familiale avait donc de l’importance.

9Dans l'ensemble, en tout cas, il fallait bien que ces familles disposent de quelques ressources, car, si l'on s'en remet aux cas connus, elles avaient en moyenne entre neuf et dix enfants, de sexe masculin à 56 %. Il va de soi que tous ces enfants n'allaient pas pouvoir, ni même vouloir, s'établir sur la terre familiale.

ii - Les modèles migratoires

  • 8 L.-E. Hamelin, "Émigration rurale à l’échelon paroissial", in Le Géographe canadien/The Canadien G (...)

10Il est périlleux d’établir un modèle global pouvant déterminer les causes et la nature du processus migratoire des élites shawiniganaises. D'une manière générale, la migration faisait partie intégrante de la vie familiale des Québécois au siècle dernier. Comme on le sait, cette migration avait une envergure continentale. L.-E. Hamelin et G. Bouchard8 ont montré qu'elle pouvait s'effectuer par familles entières, à la recherche de terres plus grandes ou plus fertiles. Mais elle était également chose courante dans les milieux professionnels : médecins et notaires, surtout dans les premières années de leur carrière, pouvaient pratiquer en deux ou trois endroits. Les prêtres eux-mêmes pouvaient exercer leur ministère dans cinq ou six paroisses tout au long de leur vie.

11On ne saurait donc être surpris de ce que les processus migratoires ne soient pas les mêmes d'un individu à l'autre. Dans le cas des élites shawiniganaises, deux traits toutefois les rapprochent : tous ont quitté leur milieu d'origine pour ne jamais plus y revenir, sauf bien entendu en visite ; et tous, à l’exception de deux, moururent à Shawinigan. Ces caractéristiques mises à part, les individus de notre échantillon migrèrent selon l'un ou l'autre des trois schémas ci-dessous.

12A. Le déménagement de toute la famille

13Ce schéma s'apparente à celui mentionné plus haut. Il peut prendre plusieurs formes. Le père et ses fils aînés viennent travailler quelque temps à Shawinigan, puis, une fois l'entreprise lancée, invitent le reste de la famille à les rejoindre. Ou encore, le fils aîné tente sa chance une ou deux années et, s'il réussit, fait venir le reste de la famille. On notera cependant que cette voie n'est empruntée que par une minorité : quatre personnes sur 29. Parmi elles, deux sont en fait des cultivateurs s'étant établis sur des terres à proximité de la ville naissante et de son marché potentiel ; et les deux autres cherchent elles aussi à profiter du développement urbain, l'une en investissant dans l'immobilier, et l'autre en trouvant de l’emploi dans une usine pour elle et sa famille. On pourrait ajouter à ces cas ceux d'artisans ou de commerçants provenant de petites villes comme Joliette et Plessis-ville et désireux d'exploiter un marché plus vaste. A l'exception d'une seule, ces familles migrantes ne sont pas pauvres. En fait, leur venue à Shawinigan relève de l'intention d'utiliser un capital accumulé en milieu villageois. Toutefois, il n'est pas dit que ces familles resteront unies une fois implantées. Prenons le cas de la famille Thibaudeau : arrivé à Shawinigan dès 1898, l'aîné J.-Edmond lança diverses affaires, y compris une petite société de production et de distribution d'électricité, et il invita son père et ses frères à le rejoindre. Si le père resta à Shawinigan, ses frères quittèrent la ville après quelques années pour aller, l'un à Trois-Rivières et l'autre aux États-Unis.

14B. Par contraste avec la migration familiale, il y a la migration de l’individu seul ou avec son épouse. Ce schéma n'est toutefois guère plus fréquent que le précédent : six cas seulement. Deux traits caractérisent ce mode. D'une part, il est typique des membres des professions libérales et industrielles. Et d'autre part, dans cinq cas sur six, ceux qui se rangent dans cette catégorie ne sont pas nés dans la région. Leur venue était bien entendu motivée par la carrière. Or, fait à remarquer, leur vie familiale à Shawinigan dépendait de leur état civil à leur arrivée. Ceux qui étaient déjà mariés eurent peu d'enfants, et ceux-ci quittaient la ville à l'âge adulte. En revanche, ceux qui étaient célibataires épousèrent des femmes de la région et furent en quelque sorte "adoptés" par leurs belles-familles. Il arrivait souvent qu'ils épousent la sœur de quelqu'un de même niveau socio-professionnel. C'est ainsi que A.-E. Paquette, avocat originaire de l'Estrie, prit pour femme la sœur du Dr J. Garceau et intégra la vie familiale de ce dernier.

15C. Le schéma le plus fréquemment rencontré (18 cas) est à mi-chemin entre les deux précédents. Il est le fait généralement du deuxième ou du troisième fils qui, à peine installé ou quelques années plus tard, est suivi d'un cadet, d'une cadette, ou de plusieurs d'entre eux, lesquels, pour la plupart, restent définitivement auprès de leur frère aîné. Ce mode d’implantation est largement pratiqué par ceux qui sont nés dans la région. Ce fut le cas de J.-A. Frigon qui, après avoir encouragé son père à venir investir à Shawinigan, incita son jeune frère, Rosaire, à venir y pratiquer la médecine. Il arrivait même que la personne aide son beau-frère à prendre racine. Par exemple, le Dr J.-A. Dufresne sut attirer à Shawinigan le frère de son épouse, R. Normandin, qui y accomplit une carrière d'artiste-peintre.

16Ce schéma migratoire peut être divisé en deux variantes. La première se rencontre lorsque les migrants laissent derrière eux le reste de la famille qui, vraisemblablement, hérite du patrimoine. C'est le cas de Jules Dumaine et de son frère, dont les six frères et sœurs sont restés à Saint-Théodore-d’Acton. Cette variante, sans doute la plus connue et la mieux décrite, n'est toutefois pas la plus fréquente parmi les cas que nous étudions. La seconde fut la plus pratiquée : en plus de ceux qui ont quitté la famille pour Shawinigan, il y en a d'autres qui ont choisi de s'implanter ailleurs en Amérique du Nord. C'est ainsi qu'après être resté quelques années sur la terre familiale, le frère aîné de celui parti pour Shawinigan déménageait à son tour dans une ville comme Montréal ou aux États-Unis. Il arrivait également que le frère aîné ait quitté la famille avant celui qui allait s'établir à Shawinigan. C'est ce qui s'est produit dans la famille Bourassa : si J.-Alphonse, son frère Lucien et sa sœur Isola avaient choisi Shawinigan pour lieu de résidence, en retour Edmond et Anna, leurs aînés, avaient auparavant élu domicile à Trois-Rivières. Ces cas de dispersion familiale sont fréquents en milieu aisé. Les filles des familles Frigon et Garceau, en se mariant, sont parties pour Trois-Rivières, La Malbaie, Québec, Montréal et Toronto. Et ceux qui se sont fixés à Shawinigan n'ont pas tous retenu cette ville comme choix initial. Certains ont d'abord passé quelques années dans d'autres villes. Albert Gigaire, par exemple, travailla onze ans aux États-Unis avant de revenir en Mauricie.

17De tous ces cas, trois points peuvent être déduits :

  • D'abord, la migration, fréquente et variée dans ses manifestations, ne saurait être reliée à la seule transmission du patrimoine. La ville, en tant que marché potentiel ou lieu d’exercice d'une profession, attirait les individus que la terre, manifestement, n’intéressait pas (ou plus). Sans doute faut-il être sensible aux arguments de P.-A. Rosental, qui insiste sur la nécessité d'analyser et de répertorier les attentes des individus face à la migration9.
  • Il y avait bel et bien continuité familiale de la campagne à la ville, ce qui confirme, pour la petite bourgeoisie de Shawinigan, les thèses traditionnelles sur la famille canadienne-française. On prendra note toutefois que la famille ne conservait pas, dans un nombre appréciable de cas, de noyau solide dans le village d'origine : on assiste en effet à des migrations parallèles dans plusieurs villes, ce qui dilate le tissu familial.
  • Néanmoins, comme le montre le cas des migrants isolés ayant été "adoptés" par des familles shawiniganaises, il existe au sein même de la ville des réseaux de parenté qui tendent à se solidifier au fil des années, forts dans la plupart des cas de leurs assises régionales.

iii - Les familles shawiniganaises

  • 10 T. K. Hareven, "The History of the Family and the Complexity of Social Change”, in American Histor (...)

18Il a suffi de quelques décennies aux élites francophones de Shawinigan pour créer une petite bourgeoisie avec ses institutions, ses alliances et sa sociabilité. Sans doute cette classe n'aurait pas connu sa cohésion sans le support de ses réseaux familiaux. Comme le rappelle T. K. Hareven10, il existe des rapports certains de réciprocité entre la famille et la société. Mais ces rapports sont complexes. S'il est certain que la petite bourgeoisie a perpétué en ville la cohésion familiale qu'elle avait en campagne, elle a également fait preuve de pratiques sociales qui ne relevaient pas seulement de la famille et qui parfois prenaient des allures tout à fait modernes.

  • 11 Dans dix cas sur vingt-neuf, il n'a pas été possible de déterminer si le mariage a eu lieu au vill (...)

19Cela se voit déjà dans le mariage. Malgré les lacunes de nos recherches sur cette question11, il est permis de supposer que les mariages contractés au village étaient minoritaires : parmi les 19 cas connus, six seulement avaient uni deux personnes du même village. À l'inverse, douze mariages avaient été célébrés hors du village d'origine, à Shawinigan dans la plupart des cas. Bien que nous n'ayons pas les moyens, à ce stade-ci de notre recherche, de le vérifier, il ne semble pas que les mariages consanguins, s'il y en a eu, aient été nombreux. Par ailleurs, on notera qu'aucun membre des professions libérales ne s’est marié dans son village. Dans bien des cas, le professionnel a pris épouse là où il a fait ses études universitaires. Par exemple, R. Frigon, au terme de ses études médicales, a épousé la fille d'un avocat montréalais bien en vue, futur juge de la Cour supérieure. Cet exemple laisse entendre qu'à un certain niveau d'éducation, les solidarités familiales laissent libre place aux solidarités sociales. Ce n'est pas dire que le mariage est un outil stratégique d'ascension sociale, mais qu'il confirme le statut social déjà atteint par l'individu.

20Il ne faudrait toutefois pas déduire du comportement matrimonial que la solidarité familiale était faible dans la petite bourgeoisie shawiniganaise. En fait, si l'on excepte les sept ou huit cas pour lesquels cette entraide était nulle faute d'acteurs ou par suite du départ des cadets, les membres d'une même famille restaient unis. Cette solidarité revêtait plusieurs formes suivant le niveau de fortune et la nature des membres de la famille présents à Shawinigan. C'est ainsi que dans les familles les plus riches, la solidarité pouvait prendre l'aspect d'une aide monétaire à l'occasion des études ou du lancement d'une affaire. Sans le soutien financier de sa famille, le Dr J. Garceau n'aurait jamais pu parfaire, entre 1904 et 1906, ses connaissances médicales en Europe. Il est certain que J.-A. Frigon et J.-E. Thibaudeau ont bénéficié de la fortune familiale pour financer leurs opérations immobilières avant 1905 à Shawinigan. Cependant, de tels cas d'aide monétaire ne semblent pas la règle, ou du moins leur influence sur la future carrière de la plupart des individus ne paraît pas avoir été décisive.

  • 12 Sur la petite bourgeoisie occidentale à la fin du XIXe siècle, on consultera A. Burguière, C. Klap (...)

21Plus importante semble avoir été l'aide par contact personnel. Un individu qui aide son frère à s’installer, ou qui lui procure un emploi : c'est ce que fit E. Gélinas, contremaître à la Belgo pour son frère, qu'il fit entrer à la papeterie. Ou encore, un individu qui aide sa jeune sœur à se marier. Plus nombreux sont les cas de lancements collectifs d'affaires commerciales : épouses, frères, sœurs, beaux-frères et, plus tard, enfants sont mis à contribution comme commis, assistants, parfois même comptables. Un exemple : Rémi Lafrenière, à sa venue à Shawinigan, lance une bijouterie tandis que son frère poursuit des études dans ce domaine à Montréal pour ensuite le rejoindre à Shawinigan. Et plus tard, leur jeune frère, Paul, viendra prêter main-forte. Avec les morts prématurées de Rémi en 1918 et de Joseph en 1926, Paul accroîtra sa participation dans l'affaire familiale pour finalement en prendre la tête. Après lui, ses enfants et neveux, garçons comme filles, se partageront les tâches d’horloger, de bijoutier et de commis, pendant qu'un autre sera aux études pour devenir lui aussi bijoutier. Sur le plan précis de la lancée et de la consolidation des activités économiques, la famille, fidèle en cela à la tradition, a joué un rôle essentiel. L'esprit communautaire n'a en aucune manière ralenti le développement de l'entreprise familiale. Bien au contraire, il s'est avéré crucial à la survie de l'affaire : faibles salaires à verser, flexibilité dans le partage des tâches, réduction des frais généraux, etc. La petite bourgeoisie de Shawinigan, sur ce point, ne se démarquait pas de manière sensible des autres petites bourgeoisies en Occident à la même époque12.

22Cependant, la solidarité familiale recevait un appui de taille dans la proximité des lieux de résidence des membres d'une même famille. L'examen des bottins d'adresses permet en effet de voir que frères et sœurs, quand ils n'habitaient pas le même immeuble, restaient souvent dans la même rue ou le même îlot. Aux toutes premières années d'existence de Shawinigan, il arrivait que les frères partagent le même appartement ; ou encore que le frère aîné loge le cadet dans un immeuble dont il est le propriétaire. Par la suite, avec le mûrissement des affaires, on déménageait dans des résidences plus spacieuses situées proches les unes des autres. Et dans le cas de familles propriétaires de commerces, comme une quincaillerie ou un magasin d'alimentation, les membres de la famille prenaient souvent les appartements à l'étage. Ainsi, J.-V. Dufresne possédait en 1925 une quincaillerie au 44, 5e Rue. Lui et sa famille résidaient au 42 de cette même rue, tandis que sa belle-sœur et son neveu habitaient au 45. La proximité ne pouvait que consolider la solidarité familiale.

23Et c’est sans doute ce qui fait que la petite bourgeoisie francophone de Shawinigan ne se sentait menacée d'aucune façon par la grande industrie qui évoluait à ses portes ni par le mode de vie des cadres, ingénieurs, chimistes et techniciens, pour la plupart de langue anglaise, ni même par l’influence grandissante qu'exerçait la ville de Montréal sur la région. Pour démontrer ce fait, attardons-nous à la vie sociale extra-familiale de l'ensemble de la petite bourgeoisie shawiniganaise telle que recensée par la presse régionale en 1920, c'est-à-dire à une époque où les liens de cette petite bourgeoisie avec le monde rural était encore réels. Cette vie sociale, nous allons la comparer avec celle de la population anglophone de Shawinigan, pour dresser un tableau des ressemblances et des démarcations. D'emblée, il importe de préciser que la communauté anglophone était en bonne partie composée de célibataires et de jeunes couples venus principalement des îles britanniques et des États-Unis. Leur vie familiale était donc limitée, sans compter que les épouses et les enfants de beaucoup d'entre eux passaient l'été en compagnie de leurs familles en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. Ce groupe était donc susceptible de se montrer fort ouvert aux valeurs modernes qui traversaient l'Occident au lendemain de la Première Guerre mondiale.

24Les manifestations de vie sociale consignées dans la presse sont de deux ordres : d'un côté, les déplacements hors de Shawinigan, pour raison d'affaires, de vacances, de visites ou de loisirs, ainsi que le passage dans la ville de gens venus de l'extérieur, le plus souvent des parents, des hommes d'affaires et des professionnels. Au total, nous avons repéré 594 de ces voyages. Et d'autre part, 177 événements sociaux tels que des concerts, des réceptions, des fêtes publiques et diverses cérémonies. On ne saurait bien entendu prétendre que ces manifestations constituent à elles seules la totalité de la vie sociale de la petite bourgeoisie. Mais elles sont les faits les plus marquants, dignes justement de figurer dans la presse ; et à ce titre, elles sont révélatrices de ce qui est valorisé par les élites régionales. Les activités sportives, vu leur trop grand nombre et le fait qu'elles débordent largement le cercle de la petite bourgeoisie, n'ont pas été retenues.

  • 13 P. Lanthier et N. Brouillette, "De la campagne...", op. cit., p. 148.

25Les notes locales donnent une image assez composite des déplacements de la petite bourgeoisie francophone. Tel que noté dans un précédent article13, les contacts avec le monde rural, c'est-à-dire pour l'essentiel les visites familiales, demeuraient encore importants en 1920 : ils accaparaient plus de 20 % des allées et venues enregistrées dans la presse. Ces visites, à n'en pas douter, resserraient les liens avec la famille et le village. Mais elles étaient plus nombreuses de la campagne à la ville (62 % des cas) que dans le sens inverse (38 %). La ville semblait donc attirer plus que le village. Pour leur part, les Shawiniganais francophones se déplaçaient plutôt vers d’autres villes : 31 % de leurs sorties avaient Montréal pour destination (32 % pour les anglophones), 29,5 % Trois Rivières et 6 % Québec, soit au total plus des deux tiers des déplacements. Les visites d'affaires et les congrès avaient nettement la priorité, mais on voyageait également pour les vacances et même pour assister à une soirée ou un spectacle, en particulier à Montréal. Le 30 septembre 1920, une dizaine de mélomanes, parmi lesquels on retrouve les notaires Desaulniers et Bertrand, ont pris le train pour aller entendre Caruso, de passage dans la métropole. De fait, la grande fréquence des voyages à Montréal montre l'influence grandissante de cette dernière sur Shawinigan.

26Pour ce qui concerne les activités de sociabilité à l'intérieur même de la ville, il est intéressant de constater un certain parallélisme entre les deux communautés linguistiques. C'est ainsi que l'on organisait des pique-niques en été, des mascarades en hiver, des soirées de whist et de whist-concert tout au long de l’année. Les anglophones soutenaient financièrement des troupes de scouts et de guides ; les francophones en faisaient autant avec un corps de cadets. Notons toutefois que les deux communautés pratiquaient leurs activités chacune de leur côté. Les anglophones organisaient leurs grandes soirées au Shawinigan Technical Institute, et les francophones au collège Saint-Bernard. On conviendra toutefois, pour expliquer ces activités séparées, que beaucoup d'entre elles relevaient de l'initiative du Trinity Church d'un côté et de l'Église catholique de l’autre.

27Mais en plus de ces activités parallèles, on rencontre des pratiques fort différentes pour des raisons professionnelles aussi bien que familiales. Du côté anglophone, on cherchait à compenser le vide familial avec des activités plus nombreuses : chez les femmes, organisation de guilds et de teas en l'honneur d'un invité de l’extérieur, un parent ou un supérieur hiérarchique ; chez les hommes, participation à des sociétés du genre "Carnation Lodge of Oddfellows", organisations de smokers (avec parfois match de boxe), de bachelor parties, de Tuesday evening dances, constitution de clubs sportifs (bateaux à voile et surtout tennis), etc.

28Du côté francophone, la petite bourgeoisie, en pleine affirmation sociale et politique, avait besoin de "distinction", pour employer l'expression de P. Bourdieu. Ses soirées furent en général plus culturelles que celles organisées par les anglophones : récitals de musique classique, déclamations de poèmes, pièces de théâtre. Il existait même une vie littéraire et artistique à Shawinigan, au sein de laquelle évoluaient bien des épouses et des filles de nos petits-bourgeois.

  • 14 La composition de la communauté anglophone changera à partir des années 1930 : Britanniques et Amé (...)

29Ces ressemblances et divergences dans la sociabilité des deux communautés linguistiques méritent attention. On voit clairement qu'elles ne tiennent pas aux antécédents ruraux ou urbains des uns et des autres, mais au rôle social propre à chaque groupe et, dans le cas des anglophones, au mode de vie familial qui découle des contraintes professionnelles14.

30Au total les familles petites-bourgeoises de Shawinigan avaient su conserver certaines traditions rurales : esprit communautaire, entraide, proximité des lieux de résidence, maintien des contacts avec la famille restée au village. Mais ces traits, loin de nuire à l'absorption de la modernité, ont au contraire fourni la stabilité sociale et même le conservatisme politique propices à l'assimilation sans perturbation des valeurs modernes. Les enfants allaient d'ailleurs s'engager encore plus résolument dans la voie de la modernité.

iv - Les enfants15

  • 15 Partie de cette section s'inspire des travaux d'Alain Proulx qui fait un mémoire de maîtrise sur l (...)

31Nous connaissons avec plus de certitude que pour la génération précédente le nombre d’enfants que les individus de notre échantillon ont eus. En moyenne, mis à part un célibataire, ces derniers avaient cinq enfants. Si quatre couples ont eu entre huit et douze enfants, cinq autres n'en ont eu qu'un seul ou aucun. Il y a donc baisse nette par rapport à la génération antérieure.

32Il est difficile de savoir si cette chute a eu un impact décisif sur la vie familiale. Chose certaine, jusqu'au début des années 1940, la vie communautaire prévalait largement. À la mort du père, les fils prenaient la succession de l'affaire. Lorsque Jules Dumaine décéda en 1920, ses fils Armand, Télesphore et Aimé héritèrent du commerce familial. Et même du vivant du père, les enfants devenaient associés dans l'affaire familiale. Albert Gigaire eut de précieux collaborateurs en la personne de sa fille Jeanne et de celle de son gendre, James Gignac.

33Toutefois, au fil des années, se précisait une tendance à la dispersion des enfants. D’abord, sur les 136 que nous avons recensés, 41 % ont quitté Shawinigan. Dans l'ensemble, ces migrations ne débordaient qu'exceptionnellement les frontières du Québec : parmi les cas connus, trois seulement sont allés ailleurs au Canada, un aux États-Unis et une autre personne en France. À l'intérieur du Québec, Montréal avait la nette préférence. Chez les femmes, nombre d’entre elles ont suivi leur mari dans une autre ville ou sont entrées en religion. Sur les 78 femmes, 29 quittèrent ainsi la ville, soit 37 %. Treize d'entre elles allèrent dans la région de Montréal, quatre dans celle de Québec et trois seulement dans celle de Trois-Rivières. A ces femmes, ajoutons six célibataires à avoir également déserté Shawinigan. Chez les garçons, 21 ont quitté la ville, soit 36 % d'entre eux. Dix sont allés à Montréal, et deux seulement à Trois-Rivières. Parmi eux, trois étaient des religieux, et neuf des professionnels ayant fait des études supérieures (médecine et génie en particulier). Dans certains cas, ces migrations constituaient une étape dans l'ascension sociale des individus. Quelques-uns, en effet, pénétrèrent les sphères de la bourgeoisie montréalaise. On notera cependant que de tels cas d'ascension sociale ne résultaient pas de la croissance des affaires familiales en tant que telles, mais de l'obtention d'un diplôme universitaire.

34Quant à ceux restés à Shawinigan, leur situation était variable. Du côté des garçons, nous n'avons repéré que cinq professionnels. Les autres devinrent en majorité soit des commerçants, soit des entrepreneurs. Il s'agit de fils ayant pris la succession de l'affaire familiale ou s'étant établis à leur propre compte, par exemple dans le domaine de la restauration ou de la vente de voitures. Ils se maintenaient donc au même niveau social que leurs parents. Seule une minorité régressa au niveau de simple commis dans une entreprise n'appartenant pas à la famille, ou à celui d'ouvrier dans la grande industrie. On pourrait croire, que, malgré tout, la famille communautaire s'était maintenue, ou du moins que le noyau avait résisté. C'est sans doute vrai sur le plan économique. Toutefois, à partir des années cinquante, l'aspect communautaire reçoit un dur coup avec la dispersion progressive de la famille à travers la ville et en banlieue, à Grand-Mère et à Shawinigan-Sud. Déjà, le bottin d’adresses de 1950 indique que l'on désertait la maison familiale, et même la rue ou l'îlot.

35Du côté des femmes, la situation est toutefois différente. Si une bonne partie d'entre elles se sont installées avec leurs maris hors du foyer familial, en revanche, 31 femmes sont demeurées célibataires et, à l’exception de six d'entre elles, sont restées à Shawinigan. Il s'agit là d'un nombre important de femmes : en fait, 47 % des 78 filles ne se sont pas mariées. Et ce phénomène n'est pas artificiel : nos sources nous assurent qu'il ne s'agissait pas de jeunes filles. De plus, parmi elles, seulement six avaient choisi les ordres religieux. Si l'on compare avec la génération précédente, cet important célibat constitut un changement significatif. On le retrouve plus du côté des filles de professionnels que du côté des filles de commerçants ou d'entrepreneurs. Le plus souvent, elles habitaient la maison paternelle. Et à la mort du père, elles continuèrent de vivre avec leur mère. Il arriva même qu'elles fussent rejointes par des sœurs devenues veuves. Bien sûr, à court terme, ces femmes prolongèrent la famille communautaire. Mais à leur mort disparaissait également ce mode de vie familiale.

36Bref, la famille communautaire se maintient encore, mais diminuée et condamnée à moyenne échéance. Au passage, on ne peut s'empêcher de noter comment Montréal a bénéficié des compétences professionnelles et intellectuelles de Shawinigan. La métropole entre à cette époque dans cette effervescence intellectuelle qui va susciter tous les bouleversements des années soixante. Se pourrait-il que le processus observé à Shawinigan ait également eu lieu dans d'autres villes moyennes au Québec, ce qui aurait contribué à la formation dans Montréal d'une classe cultivée d'où est sortie la Révolution tranquille ? Hypothèse à vérifier, en tout cas. Certes, il ne faut pas voir dans ce processus un facteur de déclin pour Shawinigan, dans la mesure où il y a eu renouvellement des élites professionnelles : ceux qui partaient turent rapidement remplacés par d'autres individus de même compétence. Toutefois, ce n'est plus la famille qui assurait la reproduction des élites. Sur ce plan donc, on peut dire que Shawinigan n'a pas été en mesure de notabiliser ses élites sociales.

Conclusion

37Au terme de cette étude, quelques remarques peuvent être émises. D'abord, il est certain que la petite bourgeoisie shawiniganaise ne cadre pas avec les représentations habituelles de la famille canadienne-française. Elle provenait de familles rurales se situant au-dessus de la moyenne sur le plan social. Et ses propres membres, s'ils vivaient dans des familles d’une grande cohésion, ne manifestaient pas moins une attitude de classe ouverte à la modernité. Tout porte à croire, d'ailleurs, que cette ouverture se rencontrait également chez les parents. C'est ce qui expliquerait que le processus migratoire, au lieu d'être une fenêtre sur la modernité, procédait en réalité de cette modernité, ou du moins de l'image que l'on en avait. Car si on a migré en ville, ce n'est pas pour chercher de quoi consolider les assises de la famille rurale, mais pour y vivre et profiter au maximum des possibilités offertes par l'industrialisation.

38En ville, la famille petite-bourgeoise a agi selon une stratégie en deux temps : d'abord, elle a aidé l'industrie et la ville à prendre racine, notamment en développant un mode de vie et de pensée communautaire, moralisateur, religieux, en bonne partie tiré de pratiques rurales. C'est ce qu’on a appelé la tradition. Mais cette tradition ne se suffisait pas à elle-même. Elle avait pour fonction d'encadrer les aspects économiques de la modernité sans en subir les influences dissolvantes. Ensuite, une fois l'économie et la société consolidées, la famille assura le confort matériel de tous, promut les études supérieures de certains, si bien que la société de consommation et l'université purent davantage pénétrer les habitus familiaux et reléguer, petit à petit, la vie communautaire aux oubliettes.

39C'est ce qui explique que le passage du monde rural au monde urbain ait causé moins de bouleversements au sein de la petite bourgeoisie shawiniganaise que la maturation du monde urbain quelques décennies plus tard. Dans ce processus, la famille ne s'est pas contentée d'un rôle passif. Dès le départ, elle avait la modernité inscrite au coeur de ses traditions. Tout comme de nos jours, si l'on en croit certaines tendances, elle a la tradition inscrite au sein de sa modernité.

Notes

1 Les recherches qui ont mené à cette communication font partie d'un projet consacré à la production de l’espace urbain à Shawinigan. Le projet a reçu l'appui financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Fonds FCAR du ministère de l'Enseignement supérieur du Québec.

2 Après les travaux pionniers de L. Gérin ("L'habitant de Saint-Justin. Contribution à la géographie sociale du Canada" 1898, in J.-C. Falardeau et P. Garigue, éds, Léon Gérin et l'habitant de Saint-Justin, Montréal, PUM, 1968) ; H. Miner, St. Denis : a French Canadian Parish, (1re édition en 1939) Chicago, Üniversity of Chicago Press, 1963, et de E. C. Hughes, Rencontre de deux mondes, Montréal, Éditions Lucien Parizeau, 1944 ; ainsi que ceux de P. Garigue, "French Canadian Kinship and Urban Life", in American Anthropologist, vol. 58, 1956, p. 1090-1101 ; et La Vie familiale des Canadiens français, Montreal, PUM, 1962, de M.-A. Tremblay et G. Fortin, Les Comportements économiques de la famille salariée au Québec, Québec, PUL, 1964, bien des chercheurs contemporains ont mis l'accent sur cette continuité. Mentionnons en particulier : R. Piddington, "A Study of French-Canadian Kinship", in K. Ishwaran, éd., The Canadian Family Revised, Toronto et Montréal, Holt Rinehart and Winston of Canada Ltd., 1976, p. 555-574 ; T. K. Hareven, Family Time and Industrial Time : The Relationship Between the Family and Work in a New England Industrial Community, Cambridge, Cambridge university Press, 1982 ; G. Bouchard, "Les systèmes de transmission des avoirs familiaux et le cycle de la société rurale au Québec, du XVIIe au XXe siècle", in Histoire sociale/Social History, vol. XVI, no 31, mai 1983, p. 35-60 ; idem, "La dynamique communautaire et l'évolution des sociétés rurales québécoises aux 19e et 20e siècle. Construction d'un modèle", in Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 40, no 1, été 1986, p. 51-71 ; idem, "Co-intégration et reproduction de la société rurale. Pour un modèle saguenayen de la marginalité", in Recherches sociographiques, vol. XXIX, nos 2-3, 1988, p. 283-310 ; G. Caldwell, "Les industriels francophones : Victoriaville au début du siècle", in Recherches sociographiques, vol. XXIV, no1, 1983, p. 9-31 ; D. Fournier, "Consanguinité et sociabilité dans la zone de Montréal au début du siècle", in Recherches sociographiques, vol. XXIV, no.3, 1983, p. 307-323 ; idem, "Pourquoi la revanche des berceaux ? L'hypothèse de la sociabilité", in Recherches sociographiques, vol. XXX, no 2,1990, p. 171-198 ; A. Fortin, Histoires de familles et de réseaux, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1987 ; D. Lemieux et L. Mercier, Les Femmes au tournant du siècle, 1880-1940, Québec, IQRC, 1991.

3 P. Lanthier et N. Brouillette, "De la campagne à la ville : formation de la petite bourgeoisie à Shawinigan de 1898 à 1930", in G. Bouchard et J. Goy, éds, Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècle), Chicoutimi/Paris, 1990, Centre interuniversitaire SOREP - EHESS, p. 139-151.

4 Sur la constitution de ce corpus, voir P. Lanthier et N. Brouillette, "De la campagne...", op. cit.

5 En particulier ceux de F. Larochelle, Shawinigan, 75 ans, Shawinigan, 1976, et Histoires de Shawinigan, Shawinigan, 1988.

6 Selon les maigres renseignements que nous possédons sur ceux dont la profession du père est inconnue, tout porte à croire que la plupart étaient eux aussi fils de cultivateur.

7 Les nombres d'acres moyens occupés étaient de 86,4 dans le comté de Nicolet, de 97,1 dans le comté de Saint-Maurice et de 89,4 dans celui de Champlain ; et les nombres moyens d'acres de terre améliorée étaient respectivement de 41,9, 40,8 et 33,5. N. Séguin, R. Hardy et L. Verreault-Roy, L'Agriculture en Mauricie, dossier statistique, 1850-1950, Trois-Rivières, 1979, p. 67sq, 123sq et 157sq.

8 L.-E. Hamelin, "Émigration rurale à l’échelon paroissial", in Le Géographe canadien/The Canadien Geographer, no 5, 1955, p. 53-61 ; G. Bouchard, "Les systèmes de transmission...'', op. cit.

9 P.-A. Rosental, "Maintien/rupture : un nouveau couple pour l'analyse des migrations", in Annales E.S.C., nov.-déc. 1990, no.6, p. 1403-1431.

10 T. K. Hareven, "The History of the Family and the Complexity of Social Change”, in American Historical Review, vol. 96, no 1, 1991, p. 95-124.

11 Dans dix cas sur vingt-neuf, il n'a pas été possible de déterminer si le mariage a eu lieu au village natal ou ailleurs, et en particulier à Shawinigan.

12 Sur la petite bourgeoisie occidentale à la fin du XIXe siècle, on consultera A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend, Histoire de la famille, vol. 2, Paris, Colin, 1986, p. 390-393.

13 P. Lanthier et N. Brouillette, "De la campagne...", op. cit., p. 148.

14 La composition de la communauté anglophone changera à partir des années 1930 : Britanniques et Américains seront graduellement remplacés par des Canadiens anglais, et les boys célibataires par des couples mariés avec enfants. L'une de nos étudiantes, Marie-Josée Dorion, qui prépare un mémoire de maîtrise sur cette communauté, a noté qu'avec le changement dans la composition, la sociabilité a changé elle aussi.

15 Partie de cette section s'inspire des travaux d'Alain Proulx qui fait un mémoire de maîtrise sur les élites francophones de Shawinigan entre 1930 et 1960.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste des individus retenus
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 2. La profession du père
Légende 1. Renseignements tirés du Recensement de 1871 ; ceux dont le nombre d'acres est inconnu ne figuraient pas dans ce recensement.Source : Recensements nominatifs de 1871 et de 1881 ; F. Larochelle, Shawinigan, 75 ans, 1976.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 3. Répartition des individus selon leur profession et celle de leur père
Légende 1. Professions libérales, marchands, entrepreneurs, cultivateurs possédant 200 acres et plus de terres occupées.2. Cultivateurs possédant moins de 200 acres de terres occupées et ceux dont le nombre d'actes est inconnu.Source : Annexe 1 et tableau 1.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16410/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540