Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

La reproduction familiale et sociale dans les campagnes helvétiques (xviiie-xixe siècles)

Anne-Lise Head-König

Texte intégral

1Le monde rural helvétique connaît aujourd'hui une crise profonde, mais qui ne se résout pas seulement en une crise d'identité. L'urbanisation rapide du pays, l'exiguïté du territoire et la configuration du paysage ont entraîné l'émergence de modes de production peu rentables et qui remettent en question les conditions d'existence de la paysannerie et de sa reproduction sociale. Le problème de la survie et du renouvellement de la paysannerie n'est cependant pas un problème nouveau. Il s'inscrit dans une longue tradition, celle d'une pression démographique presque toujours trop forte par rapport aux terres disponibles et aux risques de surexploitation.

i - La confrontation d'impératifs opposés : le poids urbain dans la structuration de l'espace rural avant la seconde moitié du xixe siècle (le poids urbain dans la structuration de l'espace rural)

  • 1 A titre d'illustration, l'évolution démographique des villes alémaniques principales :

2Depuis le XVIe siècle, la croissance de la population a imposé à la société rurale la mise en œuvre de procédés d'ajustements toujours renouvelés. Ceci d'autant plus en raison du rôle qu'ont joué les villes helvétiques dans la structuration des campagnes. Leur poids sur les campagnes a pesé lourd, tant du point de vue institutionnel qu'économique. Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, voire jusqu'au milieu du XIXe siècle, l'attitude des pôles urbains n'est pas dénuée d’ambiguïté, car ils sont caractérisés par une croissance urbaine qui est sans commune mesure avec leur influence économique. C'est que si bon nombre de chefs-lieux des seigneuries urbaines sont des centres économiques puissants qui distribuent et contrôlent le travail dans les campagnes, tout en étant par ailleurs des foyers de corporations puissantes et malthusiennes, attentives au moindre empiètement de leur monopole spatial, ils s'emploient aussi à limiter l'accès et l'installation en ville aux populations rurales en surplus. D'où la double stratégie, celle d'imaginer une série d'entraves dressées contre d'éventuels nouveaux venus qui pourraient concurrencer la population bourgeoisiale ou peser sur ses ressources, et celle aussi de tolérer une certaine mobilité géographique, mais en réduisant alors fortement les possibilités de reproduction démographique, sociale et économique pour ceux qui veulent s'y établir durablement. Aussi observe-t-on, dès le milieu du XVIIe siècle, une faible progression voire un tassement des effectifs urbains, caractéristique des villes surtout alémaniques, qui pratiquent un système d'établissement limité1. Ceci jusqu'au moment où la liberté d'établissement tend à se généraliser après 1848, sans pourtant devenir inconditionnelle, puisque assortie, dans bien des cas, de clauses qui préviennent la mobilité effective d'une fraction de la population jusqu'à la mise en vigueur de la Constitution de 1874.

3On ne peut cependant qu’être frappé par le fait que, si la ville n'est pas le lieu privilégié de l'immigration rurale avant la seconde moitié du XIXe siècle, son poids s'est fait sentir de bien d'autres façons. C'est dans quatre domaines affectant le destin des individus et des familles que l’intervention de la ville a été décisive surtout.

4Il faut probablement imputer aux villes la diffusion d'un modèle de fermeture des bourgeoisies dans les campagnes dont l'objectif est de restreindre le nombre des ayants droit à la jouissance des biens de la communauté et de prévenir une surcharge de pauvres qui ne sont pas originaires de la paroisse. Les conséquences de ce système : un enracinement nécessaire des lignées sur un terroir, parce que les activités extérieures à l'agriculture engendrent bien souvent des revenus insuffisants si elles ne sont pas accompagnées simultanément de l'accès aux ressources du patrimoine de la communauté.

  • 2 Ulrich PFISTER, "Protoindustrialisierung : die Herausbildung von Gewerberegionen, 15.-18. Jahrhunde (...)

5Les villes ont su influencer les processus d'occupation de l'espace. Le niveau des droits d'entrage dans les communautés que fixe la seigneurie urbaine zurichoise aux XVIIe et XVIIIe siècles est révélatrice de ses préoccupations agraires : droits élevés dans les régions d'emblavures à forts rendements pour prévenir un flux immigratoire, susceptible à plus ou moins longue échéance d’entraîner une division des patrimoines ; au contraire, faibles droits d’entrage sur les terroirs élevés et marginaux peu productifs qui facilitent l’établissement. Une politique efficace, à telle enseigne que les territoires boisés de moyenne altitude défrichés au fur et à mesure des nécessités se peuplent progressivement dès le milieu du XVIIe siècle sous la poussée de déplacements internes de population. Ces derniers résultent souvent d'interdits stricts de multiplication des feux dans les régions de céréaliculture dont sont issus les migrants. Les régions élevées touchées par l'immigration sont, par nécessité impérative, celles favorisées par la proto-industrie2. Cette dernière y revêt une importance décisive car l'agriculture familiale qui s'y pratique fournit des ressources insuffisantes pour assurer à l'unité familiale son auto-subistance, en raison d'un environnement peu favorable à la production agricole. Et du fait des caractères spécifiques de la démographie des populations qui s'y installent, la densité de ces aires de peuplement récent dépasse largement, au milieu du XVIIIe siècle, celle des aires d'origine et prévient l'extension des surfaces exploitées.

6Pour des raisons évidentes, les premières politiques matrimoniales ont été ébauchées et mises en pratique par les gouvernements urbains des cantons aristocratique dans le souci de contrôler la nuptialité de leurs ressortissants jugés trop pauvres pour convoler.

  • 3 D'où l'insistance mise à une politique d'expansion territoriale, qui ne saurait s'expliquer par des (...)

7Les options prises par les classes dirigeantes urbaines ont pu favoriser les comportements migratoires, tant à l'intérieur du pays qu'à l'extérieur. C’est le cas dans les pays bernois3, et ceci depuis le XVIIe siècle. Car la logique migratoire permet de remédier partiellement au sort des enfants mal lotis lors de leur désinteressement à l’occasion de la transmission des patrimoines.

8C'est seulement dans le second tiers du XIXe siècle que la ville s’ouvre sur le monde extérieur, artisanal surtout, mais dans un contexte qui est, d'abord et encore, celui d'une croissance lente. De ce fait, on a affaire à des ensembles urbains qui, à long terme, ne peuvent retenir qu'une partie des effectifs humains qu'ils ont contribué à créer. L'analyse des trajectoires géographiques des descendants d'immigrés dans la ville de Zurich dès les années 1840 est révélatrice de leur faible enracinement dans la ville à l'âge adulte (cf.Tableau 1). La mobilité traduit l'incapacité de la ville à fournir des perspectives d'établissement pour les enfants issus de la première génération immigrée. La trop faible capacité d'absorption de la ville conduit à leur émigration, en raison du manque d'emplois suffisamment adaptés aux besoins de ceux qui ont réussi leur ascension sociale par la double combinaison de l'éducation reçue en ville et de la formation professionnelle acquise souvent à l'étranger.

Tableau 1. Trajectoires géographiques et professionnelles de migrants urbains

Tableau 1. Trajectoires géographiques et professionnelles de migrants urbains

ii - Structures agraires, modes de transmission des patrimoines et leurs ajustements

9Si l'on examine la carte de la répartition des exploitations de la Suisse en fonction de leur taille au début du XXe siècle, deux zones, facilement repérables parce que fortement différenciées, sont encore en évidence. D’abord, le sud du pays où dominent les exploitations morcelées et de taille réduite et qui, en gros, correspond au territoire des cantons des Grisons, du Tessin et du Valais. Ensuite, au centre du pays, un noyau important de grandes exploitations d'un seul tenant, qui s'identifie avec certaines régions des pays bernois, fribourgeois, argoviens et lucernois. Ces deux espaces, où le faire-valoir direct est dominant dans l'un comme dans l'autre des cas, présentent une structure des patrimoines très typée qui correspond à deux systèmes de transmission successorale très distincts. La caractéristique remarquable de l’espace méridional est qu'il s'y pratique une transmission effective strictement égalitaire, sans différenciation des sexes : fils et filles héritent donc à parts égales des fonds de la succession parentale. En revanche, dans le second espace, plus ouvert au marché et qui pratique donc une agriculture plus commercialisée l'on se trouve en présence d'un système de dévolution successorale doublement inégalitaire : théoriquement, un seul des enfants, le fils puîné, est habilité à succéder à la tête de l'exploitation, et les filles ne sont pas admises à la succession directe des biens-fonds, sauf dans des circonstances que l'on peut qualifier d'extraordinaires. Ainsi, lorsque la nécessité l'exige, on fait d'un enfant qui n'est ni le cadet ni un garçon un puîné "biologique". Ce qui compte avant tout, c'est le maintien de l'exploitation dans son intégralité, de sorte que les mesures de sauvegarde peuvent prévoir la mutation du principe de privilégier le plus jeune des fils (système du minorat) en une règle de majorat au profit des filles, en l'absence de frères susceptibles de succéder. C'est donc la fille aînée qui succède dans ce cas à la tête de l’exploitation (notamment dans la région de Aarberg (canton de Berne).

iii - Le faisceau des stratégies

10Ce qui nous intéresse ici, ce sont moins les raisons qui ont poussé une société à retenir un système de transmission plutôt qu'un autre, mais les conséquences et les ajustements indispensables que la pratique de ces deux systèmes extrêmes a entraînés, ainsi que les pratiques sociales permettant la reproduction pour des couches démunies dans des régions qui ne pratiquent pas ces systèmes extrêmes, mais où s'érodent les patrimoines en raison de la pression démographique.

A. Les stratégies de pays inégalitaire instituant un seul successeur

11Il va de soi qu'un système terriblement inégalitaire, tel que celui du minorat, est producteur de tensions et de différenciations sociales énormes en raison des pratiques qui l'accompagnent. Car le minorat, qui vise au maintien de l'exploitation familiale dans son intégralité, repose sur une dynamique qui subordonne les intérêts individuels de la famille à cet objectif. Ce système, s'il ne prévoit pas l'exclusion totale de l'héritage des frères et sœurs non héritiers de l'exploitation, rend cependant peu enviable le sort des autres enfants de la famille. A double titre. L’exploitation familiale, d'un seul tenant et d’une dimension supérieure à la moyenne, repose pour une bonne partie sur la contribution de la force de travail des autres membres de la famille, mais elle ne veut - davantage qu'elle ne peut - supporter plusieurs chefs de famille. La conséquence en est que l'on observe parmi ceux qui font leur vie dans l'exploitation familiale un célibat définitif important. Ceux qui ne veulent pas participer au consensus familial et quittent le toit paternel sont défavorisés sur plusieurs plans. L'indemnisation prévue pour les fils et les filles qui ont dû prolonger leur célibat pour travailler sur le domaine familial s'élève - pour que la bonne marche de l'exploitation ne soit pas entravée - souvent à des montants dérisoires, ce qui ne facilite pas l'abandon du domicile paternel après l'attribution des biens au plus jeune. Et le meilleur de leurs forces ayant été mis au service de l'exploitation familiale dès leur plus jeune âge, ils sont souvent peu capables, passé un certain âge, d'exercer une autre activité que celle du journalier. Plus significatifs encore sont les effets structurels de la société et de l'économie englobantes qui contribuent à aggraver leur sort :

  1. La mutation sur le marché de l'emploi en raison des transformations que subit le secteur agricole. La réduction des besoins de main-d’œuvre du fait de l'avance des herbages entraîne un transfert des forces de travail dans le secteur de l'industrie rurale au cours du XVIIIe siècle. A long terme, cependant, l’offre d'emplois n'est ni suffisante ni adaptée à la hausse démographique qui s'amorce dès la seconde moitié du XVIIIe siècle du fait que d'autres segments de la société rurale ne pratiquent plus ce système et ont adopté un système de fragmentation des patrimoines.

  2. La faible urbanisation et la faible industrialisation de la région où ce type d'exploitation existe n’ouvrent que peu d'alternatives professionnelles hors du secteur agricole.

  3. L’absence presque totale de terres communales - conséquence d’un habitat souvent dispersé, mais aussi de la disparition d'une partie des communaux à la suite de la croissance démographique du XVIe siècle qui pourraient offrir un maigre revenu d'appoint à des gens sans possession terrienne.

  4. Les entraves à la mobilité intérieure et régionale dans les limites étroites du canton de Berne qui préviennent effectivement le déplacement d'une partie de la main-d’œuvre sans travail. Pour l'essentiel, ces entraves résultent de la fixation d'un droit d'habitation à verser annuellement, celle d'un droit d'entrage dans la commune et celle d'un droit pour les communes d'expulser ceux qui séjournent sur son territoire sans y posséder de biens-fonds.

12Dans un système de faible inégalité la famille met en œuvre un certain nombre de stratégies si possible compensatoires susceptibles d'améliorer le sort des enfants non établis. A plus forte raison, semble-t-il, dans un système d'héritier bénéficiaire unique.

  • 4 B. SCHNEGG, Ländliche Haushalte im 18. Jahrhundert. Haushaltsstrukturen in der Kirchgemeinde Thurne (...)
  • 5 Retours dans la famille d'origine qui correspondent donc à une nécessité et qui semblent, très prob (...)

13Mais l'on constate que les systèmes de reproduction ne sont pas immuables et qu'ils se modifient notamment sous l'effet de la pression démographique et du ralentissement de la conjoncture. Les effets que ces transformations produisent sont multiples. Dans les régions de transmission inégalitaire, où un seul héritier devient maître de l'exploitation, cette prise en charge du patrimoine foncier implique cependant l'obligation d'un support durable pour ceux qui sont écartés de l'accès au patrimoine, alors même qu'ils ont contribué par leur travail pendant nombre d'années de leur vie d’adolescent et d'adulte au fonctionnement de l’exploitation. Le phénomène peut s'observer au moment de la croissance démographique rapide qui s'amorce dès les années 1780 dans certaines régions. Elle entraîne une organisation de la communauté familiale plus compliquée que par le passé4, parce que le ménage s'agrandit soit par la présence d'apparentés plus nombreux soit par le retour d'apparentés de la génération précédente dans l'exploitation dont ils sont issus (tantes et oncles en état de viduité, notamment)5 en même temps qu'une fécondité accrue produit un élargissement du ménage paysan.

  • 6 Benedikt BIETENHARD, Langnau im 18. Jahrhundert. Die Biographie einer ländlichen Kirchgemeinde im b (...)

14Transformation aussi dans le mode de passage du pouvoir : c'est l'émergence tardive, souvent seulement au XIXe siècle, de la transmission du patrimoine foncier du vivant des parents6 lorsqu'ils sentent leurs forces décliner, et ceci moyennant une pension viagère. Formule qui fonctionne dans un pays de grosses exploitations productives, mais qui se révèle totalement inadéquate en pays de transmission égalitaire des biens où les ressources sont précaires, notamment là où les exploitations, en raison de leur taille plus réduite, ne peuvent supporter cette charge supplémentaire. Il n'est pas rare d'observer, dans ces cas-là, des stratégies de parents âgés qui, pour parer à l'insécurité et assurer leur retraite, font fi de leurs obligations et procèdent à l'expulsion successive de leurs enfants, à l'exception parfois de leur dernier né qu'ils désignent comme leur héritier en dépit de règles de droit contraires.

  • 7 Jean-Paul BOVEE et Pierre CHEVRE, Cent cinquante ans d'immigration bernoise dans le Jura, Delémont, (...)

15Mais revenons aux stratégies imaginées pour que les enfants défavorisés puissent s'établir. L'originalité du système est qu'il ne peut fonctionner qu'en symbiose avec d'autres régions, de faible peuplement. Car c'est bien par l'essaimage hors des régions de transmission inégale que peuvent être assurés la survie et l'établissement même précaire des frères et sœurs, héritiers non égaux. D'où l'intérêt porté par les classes dirigeantes bernoises aux pays sujets qu'elles possèdent en Romandie jusqu'à la fin du XVIIIe siècle où peuvent émigrer les Alémaniques surnuméraires. D'où l'appel quasi irrésistible qu'exercent les régions peu peuplées du Jura sur une population expulsée de la terre dès le XVIIIe siècle. Appel qui n’est plus seulement terrien au XIXe siècle, mais qui résulte aussi du développement des industries et de la rémunération supérieure comparativement qu'elles offrent à une main-d’œuvre même peu qualifiée7. L'on observe d'ailleurs que l'espace qu'il faut intégrer dans les stratégies d'établissement va s’agrandissant au fur et à mesure que l'on se trouve confronté à un monde plus plein. Essaimage d'abord dans les régions voisines, puis dans les pays limitrophes, puis finalement outre-mer.

B. Les stratégies de pays égalitaires extrêmes

16Les pays d'égalité extrême des enfants face à l'héritage sont caractérisés par une instabilité de la structure de l'exploitation. Elle résulte de la redistribution des portions entre les enfants à chaque génération par le biais d'une participation de tous les héritiers à tous les types de propriété, chaque exploitation étant la reproduction en miniature des ressources bonnes ou mauvaises de l'ensemble du territoire. Ce système d'extrême répartition qui est à son paroxysme dans les régions d'altitudes élevées répond à un certain nombre de préoccupations que l’on peut qualifier de technologiques (répartition des risques, échelonnement des travaux dans le temps, possibilités de transport).

  • 8 Avec des taux de célibat définitif supérieurs à 30 % pour les femmes et de 20 % pour les hommes au (...)

17En raison de l'extrême répartition des terres, la création d'une nouvelle exploitation en divisant à chaque fois les héritages s’avère impossible pour l'ensemble des héritiers à chaque génération. Il faut donc recourir à des stratégies indirectes, qui tout en n'étant pas celles de l'expulsion, puisque tous les héritiers sont égaux, permettent néanmoins une redistribution foncière effective à la génération suivante servant à la reconstitution de l'exploitation. Le rouage essentiel sur lequel repose ce système est l'établissement tardif et sélectif, accompagné d'une stratégie de retour des biens décalé dans le temps et rendu possible par le fait que seuls convolent certains enfants d'une famille. Ainsi à la génération suivante pour le moins, les neveux et nièces peuvent hériter intégralement de la portion d'héritage laissée par leurs oncles et tantes non mariés, ce qui permet la survie de la cellule familiale paysanne vivant largement en auto-consommation. Dans une économie peu monétarisée où le marché foncier est très peu développé, c’est grâce à une proportion importante de célibataires dans chaque génération8 qui doivent subordonner leurs intérêts individuels à ceux de leurs frères et sœurs mariés que se font les mutations qui permettent progressivement de reconstituer une exploitation viable. Ces pratiques courantes tant dans la Basse-Engadine qu'en Valais résultent des effets néfastes à long terme qu'entraîne le principe de l'égalité successorale. Si donc du point de vue de l'héritage l'égalité réelle existe, elle n'exclut nullement le jeu des inégalités entre les enfants en ce qui concerne le droit au mariage. En fait, l'on assiste à un véritable blocage du système matrimonial qui a pu, dans certaines régions, se traduire par une stagnation, voire déboucher sur un recul démographique.

C. Autres formes de stratégies pouvant favoriser la reproduction

  • 9 Thomas MEYER, Handwerk, Hauswert, Heimarbeit. Nicht-agrarische Tätigkeiten und Erwerbsformen in ein (...)
  • 10 Thomas MEYER, Ibid.

18Un autre aspect qu'il reste à mentionner dans l'étude des stratégies élaborées pour favoriser la reproduction : celui de la substitution possible d'autres valeurs à transmettre que celles des biens matériels et qui néanmoins permettent l'intégration dans une société des couches démunies, situées au bas de l'échelle sociale, et qui n'ont que peu ou pas du tout accès au foncier. Ces autres alternatives sont celles fondées sur les pratiques sociales et les rapports que les différents groupes sociaux entretiennent entre eux. Elles se traduisent par un clientélisme bien organisé qui peut perdurer sur plusieurs générations9. Le fonctionnement de l'aide mutuelle entre les membres inégaux d'une société rurale peut être l'un des moyens permettant la survie et la reproduction des plus pauvres. Gros paysans d'une part, petits exploitants ainsi que journaliers d'autre part pratiquent-en se fondant sur des critères de réciprocité- l'échange des forces de travail et des moyens de production. En échange du travail microfundiaire, le gros paysan disposant d'un attelage prête son concours pour que la terre du petit exploitant soit labourée. Ces formes d'organisation répondent cependant aussi à d'autres préoccupations. On peut observer que, dans certains espaces très précis, ces traditions favorisent l'intégration des écartés de la terre par le rapport au sol et au travail agricole qu'elles leur permettent de maintenir mais, en même temps, elles jouent un rôle non négligeable dans le ralentissement de la reproduction sociale. La corrélation est évidente avec le maintien de structures agraires dites "traditionnelles" dans certains bailliages du canton de Zurich au XVIIIe siècle, tandis que les bailliages voisins sont le théâtre de changements fondamentaux et d’une réorganisation du mode de reproduction sociale due au développement de la proto-industrialisation, au même moment10.

iv - Restructuration de l’espace agricole, reproduction sociale et transformations liées au marché dans la seconde moitié du xixe siècle

19Ce qui nous intéresse ici, ce sont les renversements de conjoncture et leurs conséquences sur la structure sociale. Prenons le cas de l'agriculture dans le dernier tiers du XIXe siècle. La réorientation de l'économie agricole rendue nécessaire par la concurrence étrangère, la concentration sur l'élève du bétail et la production laitière qui est déterminée par rapport aux possibilités d'écouler les excédents, à savoir la capacité d'absorption du marché extérieur, font surgir une différenciation sociale qui est marquée clairement par les moyens différents dont disposent les gros et les petits exploitants pour faire face aux transformations du marché (Tableau 2).

Tableau 2. Evolution des exploitations du canton de Zurich en fonction de leur superficie (indice 100=1886)

Superficie

1886

1905

0,4 à 5 ha

100

63

5 à 10 ha

100

125

plus de 10 ha

100

224

Source : Hans Brugger, Die schweizerische Landwirtschaft (1850-1914), Frauenfeld, 1978, p. 40.

20Il apparaît à l'évidence que la restructuration a pu être supportée plus aisément par les gros exploitants. Bien davantage que les petits exploitants et mieux que les exploitants moyens, ils sont à même de supporter les risques et les incertitudes que comporte la modification des méthodes de production. Le petit cultivateur est, quant à lui, perdant sur plusieurs plans :

  • parce que les coûts de production animale sont plus élevés ;

  • parce que la superficie insuffisante de son domaine ne permet pas un élevage rationnel à moins de dépenses d'infrastructure qui restent hors de sa portée ;

    • 11 L'indice du service de la dette hypothécaire dans quatre districts du canton de Zurich passe de 100 (...)

    parce que son accumulation de capital est insuffisante, voire son endettement prononcé11 ;

    • 12 Dans ce schéma d'explication, il faut tenir compte du fait que l'industrie naissante ne se substitu (...)

    parce que l'option élevage signifie une main-d’œuvre familiale sous-employée. Et ceci au moment même où se produit le recul des industries à domicile traditionnelles. Ce qui réduit les apports possibles du travail extérieur à l'exploitation12. Il est vrai que les petits producteurs ne complètent pas exclusivement leurs activités par celles qui dérivent de l'industrie à domicile. Ils ne dédaignent pas les autres emplois rémunérés, mais la concurrence est vive.

21C'est donc bien par l'engrenage de l'endettement que se fait la restructuration du foncier, en provoquant l'éviction du petit cultivateur au profit des plus gros exploitants. L'endettement résulte tout à la fois du mode de transmission-mais il est, bien entendu, toujours moindre dans un système de transmission égalitaire-et des achats de terres pour arrondir l'exploitation.

v - Le refus de la ville

  • 13 Wilhelm BICKEL, Bevölkerungs geschichte und Bevölkerungspolitik der Schweiz seit dem Ausgang des Mi (...)

22Sans doute l'aspect le plus inattendu de la reproduction sociale de ceux qui ne peuvent trouver un établissement dans leur communauté d'origine est l'option retenue entre les différentes possibilités migratoires. Si ce sont les villes qui s'opposent jusqu'au début du XIXe siècle à l’immigration rurale, il faut bien observer aussi que, jusque tard dans le XIXe siècle, l'alternative urbaine n'est que peu envisagée par les agriculteurs. La ville est avant tout le lieu de l'immigration et de l'ascension sociale artisanale. Quant aux deux autres types d'émigration, la migration rurale intérieure ou l'émigration outre-mer, c’est la seconde qui l'emporte largement, faute d'opportunités suffisantes pour l'installation dans un autre milieu rural, mais aussi parce que la mobilité interrégionale est également associée à un déracinement. Emigrer outre-Atlantique signifie pour l'agriculteur tout à la fois une possibilité de continuation du mode de vie antérieur et des conditions de production facilitées. Dans un tel contexte, on conçoit que le petit paysan appauvri ou en possession d'un lopin de terre insuffisant à sa survie ait choisi majoritairement l'Amérique dès le milieu du XIXe siècle dans l’espoir d'accumuler les connaissances et le capital nécessaires à une existence indépendante. Quant à la mobilité intérieure entraînant une activité d'ouvrier industriel, elle est associée mentalement à la perte de l'indépendance professionnelle. L'émigration est donc jusqu'à la fin des années 1880 presque trois fois plus nombreuse que l'immigration (soit près de 287 000 émigrants contre 110 000 immigrants entre 1850 et 1888), une tendance qui se renverse ensuite, dans des proportions presque identiques, jusqu'à la veille de 191413. Pour les exploitants microfundiaires qui ne peuvent survivre sur et avec leurs terres, l'émigration lointaine est jugée, dans bien des cas, préférable à la "descente" dans le monde des salariés dépendants, d'où la préférence marquée pour un mode de vie et une position sociale que la Suisse ne semblait plus pouvoir offrir.

Notes

1 A titre d'illustration, l'évolution démographique des villes alémaniques principales :

Image 100000000000025F0000005CB613BDF7.jpg

Source : A.-L. HEAD, "Contrastes ruraux et urbains en Suisse de 1600 au début du XIXe siècle : la croissance démographique des villes et des campagnes et ses variables", in L. Mottu-Weber et D. Zumkeller (eds), Mélanges Anne-Marie Piuz, Genève, 1989, p. 135 ; pour Genève, les données sont celles de l'agglomération urbaine (cf. Alfred Perrenoud, La Population de Genève du seizième au début du dix-neuvième siècle. Etude démographique, Genève, 1979, p. 37 (MDG, 47)).

2 Ulrich PFISTER, "Protoindustrialisierung : die Herausbildung von Gewerberegionen, 15.-18. Jahrhundert", in Revue Suisse d'Histoire, 41(1991), p. 155.

3 D'où l'insistance mise à une politique d'expansion territoriale, qui ne saurait s'expliquer par des seuls motifs économiques, mais bien aussi par des disparités démographiques engendrées en partie par des modes de transmission inégalitaires.

4 B. SCHNEGG, Ländliche Haushalte im 18. Jahrhundert. Haushaltsstrukturen in der Kirchgemeinde Thurnen, 1788. Mém.lic. Univ. Berne, Berne, 1982, p. 51 ss.

5 Retours dans la famille d'origine qui correspondent donc à une nécessité et qui semblent, très probablement, le résultat indirect de la croissance démographique et de la réorganisation familiale qu'entraîne l'éviction des vieux chefs de famille par l'héritier plus jeune qui se marie (Cf. Anton FELLER, Haushalt und Familie im Diemtigtal 1779 und 1815, Mém. lic. Univ. Berne, Berne, 1974, p.83).

6 Benedikt BIETENHARD, Langnau im 18. Jahrhundert. Die Biographie einer ländlichen Kirchgemeinde im bernischen Ancien Régime, Langnau, 1988, p.207-208.

7 Jean-Paul BOVEE et Pierre CHEVRE, Cent cinquante ans d'immigration bernoise dans le Jura, Delémont, 1985.

8 Avec des taux de célibat définitif supérieurs à 30 % pour les femmes et de 20 % pour les hommes au milieu du XVllIe siècle (Cf.Jon MATHIEU, Bauern und Bären. Eine Geschichte des Unterengadins von 1650 bis 1800, Chur 1987, p. 174) et des taux encore bien plus élevés dans certaines communautés valaisannes au XIXe siècle.

9 Thomas MEYER, Handwerk, Hauswert, Heimarbeit. Nicht-agrarische Tätigkeiten und Erwerbsformen in einem traditionellen Ackerbaugebiet des 18. Jahrhunderts (Zürcher Unterland), Zürich 1986, p. 353 ; Ulrich Pfister, "Haushalt und Familie auf der Zürcher Landschaft des Ancien Régime", in Schweiz im Wandel. Studien zur neueren Gesellschaftsgeschichte. Festschrift für Rudolf Braun zum 60. Geburtstag, Basel-Frankfurt a. Main, 1990, p. 32.

10 Thomas MEYER, Ibid.

11 L'indice du service de la dette hypothécaire dans quatre districts du canton de Zurich passe de 100 en 1870 à 179 en 1910.

12 Dans ce schéma d'explication, il faut tenir compte du fait que l'industrie naissante ne se substitute qu'imparfaitement à l'industrie à domicile : la main-d’œuvre qu'elle requiert ne compense qu'imparfaitement la perte des anciens emplois. Ses lieux d'implantation nouveaux répondent à une logique différente qui prévient, dans bon nombre de cas, une participation éventuelle aux sources de revenu qu'elle procure.

13 Wilhelm BICKEL, Bevölkerungs geschichte und Bevölkerungspolitik der Schweiz seit dem Ausgang des Mittelalters, Zürich 1947, p. 159. L'on notera que les actifs du secteur primaire forment encore plus du tiers des migrants au début du XXe siècle (Ibid., p. 209).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Trajectoires géographiques et professionnelles de migrants urbains
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site