Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Mobilité féminine et population urbaine à la fin de l'ancien régime : un essai de typologie

Antoinette Fauve-Chamoux

Texte intégral

  • 1 Cf. l'enquête nationale, sous la direction de Jacques Dupâquier, sur la mobilité sociale, géograph (...)
  • 2 Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers, espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle(...)
  • 3 Bernard Lepetit, Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Albin Michel, Paris, 1988.

1Nombreuses sont aujourd'hui les entreprises visant à modéliser les stratégies migratoires en général1, et à comprendre en particulier les processus "d'intégration urbaine" dans leurs spécificités, leurs typologies et leurs délais, suivant les milieux sociaux ou professionnels2, bref à décortiquer ce que l'on désigne communément désormais comme le fonctionnement des "réseaux urbains". Armature sociale et armature économique3 se combinent et s'ajustent d’une part l'une à l'autre, d'autre part à la composante démographique. Un récent numéro des Annales ESC (no 6, 1990) témoigne de la vitalité et de l'actualité de ce type de réflexion.

  • 4 Cf. les rapports présentés au Congrès international des sciences historiques de Madrid, en août 19 (...)

2Les facteurs démographiques sont perçus comme un des moteurs principaux du phénomène migratoire ; que l'on observe des flux centrifuges ou centripètes, on évalue l'intensité de la migration, sa durée, ses particularités, d’abord en termes démographiques. Si le rôle des structures de parenté et de toutes les formes de solidarités (familiales, corporatistes etc.) dans les processus migratoires est sans conteste considérable, et surtout visible et bien étudié dans le cas des migrations intercontinentales et à longue distance4, il est toujours difficile de quantifier ce rôle. Pour l'historien, toute étude de cas mérite l'attention, surtout lorsqu'elle porte sur ces sociétés mobiles, qui laissent peu de traces écrites, mais sont justement celles qui contribuent en milieu urbain à compenser les insuffisances chroniques en matière de main d'œuvre et de renouvellement démographique, avant la période industrielle.

  • 5 Antoinette Fauve-Chamoux, "Destins de femmes et manufacture textile à Reims avant la Révolution", (...)
  • 6 Cf A. Fauve-Chamoux, "Rémois et Rémoises d'Ancien régime", Histoire de Reims, Privat, 1983.

3Nous avons ainsi reconstruit récemment, dans le détail, l'histoire de vie de plusieurs femmes appartenant au prolétariat flottant de la ville de Reims à la fin de l’Ancien Régime et tenté d'en brosser le portrait5. Notre démarche aujourd'hui se limitera volontairement à identifier, à la lumière de notre dossier rémois, les caractères d'une population féminine mobile dans ses rapports avec une grande ville française d'Ancien Régime, centre manufacturier et marchand6.

  • 7 Cf. Nos communications respectives au congrès de la SSHA à Minneapolis, en octobre 1990, Danielle (...)

4La présente étude est conçue aussi comme un préliminaire obligé à un travail comparatif commun avec Danielle Gauvreau, de Montréal, entre l'Ancien et le Nouveau Monde, travail qui sera centré sur les modèles différentiels de nuptialité féminine et leur rôle dans les processus d’urbanisation7.

i - Les immigrées dans la population urbaine

A. L'excédent féminin urbain

  • 8 Antoinette Fauve-Chamoux, "The Importance of Women in an Urban Environment : the Example of the Rh (...)
  • 9 Commission internationale de démographie historique, EHESS-CRH, 2, rue Emile Faguet, 75014 Paris, (...)

5Le constant surplus des femmes dans les populations urbaines d'Europe occidentale est un fait reconnu. A Reims, on trouve à la fin du XVIIIe siècle 82 hommes pour 100 femmes, ce qui est une donnée moyenne pour une ville d'Europe occidentale8. Les raisons de ce déséquilibre en faveur des femmes sont encore assez mystérieuses mais les spécificités du marché du travail féminin en milieu urbain préindustriel nous laissent supposer que la variable économique joue un rôle fondamental dans la permanence de cet excédent ; je n'insisterai pas aujourd'hui sur ce sujet, d'autant plus qu'il fera l'objet d'un débat sur le plan international lors du prochain congrès international d'histoire économique qui se tiendra à Milan en 1994, dans une séance sur le poids de la population féminine active dans les débuts de l'industrialisation9.

6La pyramide des âges féminins dont je dispose pour la ville de Reims en 1802 présente bien une nette hypertrophie aux âges de la vie active, à partir du groupe d'âge 15-19 ans et jusqu'à la cinquantaine, alors que la pyramide par âge des seules femmes natives de la ville présente au contraire plutôt un déficit à ces mêmes âges, suggérant le départ, probablement après mariage, de femmes nées sur place. En contrepartie, une arrivée massive sur le marché du travail de femmes actives venant de l'extérieur de la ville s'exprime dans la pyramide des âges des femmes non natives de Reims.

B. Le poids des étrangères

7La ville abrite donc un grand nombre de femmes nées à l'extérieur : 36 % de la population féminine de Reims, dans le recensement de 1802, n’est pas native, 45 % de la population adulte féminine (15 ans et plus) est dans ce cas. En nombre sinon en proportion (34 % des hommes résidant à la même date sont immigrés), beaucoup plus d'étrangères que d'étrangers vivent dans cette capitale régionale.

Graphique 1. Proportion par groupes d'âge des femmes nées à l'extérieur de la ville de Reims à travers le recensement de 1802

Graphique 1. Proportion par groupes d'âge des femmes nées à l'extérieur de la ville de Reims à travers le recensement de 1802

8Malgré le goût des recenseurs pour les âges "ronds", en particulier les âges terminés par zéro, il est clair que la moitié des femmes actives sont nées à l'extérieur de la cité. La vieillesse n'en fait pas diminuer le nombre, ce qui est plutôt un indice d'assimilation. Mais avons-nous affaire à des femmes mariées, ou à des célibataires ? La condition matrimoniale de ces femmes immigrées doit être considérée dans le détail.

C. Le célibat féminin

  • 10 Cf mon introduction aux Annales de démographie historique 1980, section sur "la femme seule".
  • 11 Richard Wall, étude sur Bruges, manuscrit inédit aimablement communiqué par l'auteur et déposé à l (...)

9Nous avons, à d'autres occasions, à partir des mêmes sources, montré l’importance numérique en milieu urbain d'Ancien Régime des femmes célibataires et des veuves, face aux femmes mariées10 : la moitié des femmes d'âge adulte, en ville, vit sans conjoint. Toutes les études urbaines récentes sur l'Europe préindustrielle confirment cette importance des femmes non mariées dans la vie urbaine, par exemple le recensement de Bruges pour 1814, étudié par Richard Wall11. Résumons les caractères principaux de notre population urbaine de femmes immigrées.

10Il y a chez les célibataires autant de femmes nées à l'extérieur (47 %) que chez les femmes mariées (46,2 %). La répartition par âge de ces femmes étrangères à la ville est particulièrement intéressante.

Graphique 2. Pourcentage par âge des femmes nées à l'extérieur dans la population féminine adulte célibataire (10 ans et plus), Reims, 1805

Graphique 2. Pourcentage par âge des femmes nées à l'extérieur dans la population féminine adulte célibataire (10 ans et plus), Reims, 1805

11Jusqu'à la quarantaine, les célibataires, arrivées probablement d'assez fraîche date, sont de plus en plus nombreuses dans leur catégorie : c'est une main d’œuvre immigrée qui peut gagner son pain en toute indépendance dans l'un des trois secteurs économiques urbains, demandeurs à l'époque de main d'œuvre féminine : manufacture textile, petit commerce ou service domestique. Nous avons affaire en effet à des ouvrières en laine, des filles de boutique et des servantes, dont l'occupation est bien indiquée dans le recensement, ainsi que le type de résidence (résidence indépendante ou hébergement chez un maître ou un parent).

  • 12 Cf le journal de Jean Maillefert, publié par Henry Jadart, Travaux de l'Académie nationale de Reim (...)

12Passé 40 ans, les immigrées célibataires représentent encore 30 à 40 % de l'ensemble des femmes non natives. Ces femmes d'âge mûr, qui n'ont pas pu ou pas voulu se marier, vivent de leur travail, installées seules ou vivant avec une compagne, généralement apparentée. Curieusement ce n'est pas tellement la part des servantes avec l'âge qui diminue, mais c'est celle des petites ouvrières : on compte encore, chez les femmes qui ont passé la cinquantaine, 35 % de célibataires placées comme servantes, et 10 % sont déclarées en cet état à 70 ans. C'est dire que toutes les servantes n'ont pas trouvé de mari. Petites ouvrières et filles de boutique auraient-elles, du fait de leur mode de vie, plus de chance de trouver un mari qu'une servante, contrainte à des tâches domestiques en circuit plus fermé ? Chez les servantes, les Rémoises sont d'ailleurs en fort petit nombre (11 %, tous âges confondus). Le service domestique est toujours une activité aux mains des immigrés : c'est une des particularités de cet emploi, aujourd'hui comme hier, l'autre particularité étant qu'il est toujours vécu comme un emploi temporaire, puisqu'il repose sur un contrat moral non écrit, généralement annuel mais renouvelable. Lorsque la situation se prolonge, des liens de dépendance se créent, des obligations morales réciproques finissent par lier maître et serviteur, maîtresse et servante : on n'envoie pas une vieille domestique sans parenté mourir à l’hôpital12.

D. Les femmes mariées non natives de la ville

  • 13 Antoinette Fauve-Chamoux, "La femme seule, une réalité urbaine : l'exemple de Reims au début du XI (...)

13Revenons à la part importante que jouent dans la population urbaine les femmes non natives de la ville et comparons ce groupe des célibataires, que nous venons d'examiner, au groupe des femmes mariées, laissant provisoirement les veuves de côté, bien qu'elles forment, avec le poids des ans, un groupe fort important13. Pour les femmes vivant avec un conjoint la proportion d'étrangères est tout aussi impressionnante que chez les célibataires, quoique répartie différemment suivant les groupes d'âge. Pratiquement cette proportion des immigrées chez les femmes mariées ne cesse de croître avec l'âge au niveau de la ville (de 25 à 55 %, frôlant même les 60 % pour les femmes mariées d'âge mûr).

Graphique 3. Pourcentage par âge des femmes nées à l'extérieur dans la population féminine adulte mariée (depuis 10 ans et plus), Reims, 1802

Graphique 3. Pourcentage par âge des femmes nées à l'extérieur dans la population féminine adulte mariée (depuis 10 ans et plus), Reims, 1802

14Nous parlons ici, je le rappelle, de femmes résidant à Reims en 1802, donc installées dans la ville, connues nominativement à travers un bon recensement. Il n'est malheureusement pas possible pour cette période de savoir exactement depuis quand dure leur résidence locale. Pour l'Ancien Régime, nous avons tenté pour quelques figures féminines la rétro-reconstitution de leur itinéraire de vie d'immigrée. La tâche était apparemment facilitée par le fait que nous avions déjà croisé systématiquement registres paroissiaux et rôles de capitation pour notre étude des taux de fécondité différentiels. Mais identifier la date d'arrivée en ville s'est révélé pratiquement impossible : malgré la richesse des indications nominatives, la qualité des sources, c'est toujours au mariage, à la naissance d'un enfant ou au décès que la femme immigrée est le plus facilement identifiée, ce n'est pas dans son activité professionnelle. Lorsque les jeunes filles arrivent en ville, elles commencent par se faire héberger, qu’elles soient ouvrières ou domestiques et elles n'apparaissent pas nominativement dans la capitation, la mention habituelle étant : M. Untel et me servante, X livres d'imposition annuelle.

  • 14 Le fichier des familles complètes reconstituées par sondage "B" pour la ville de Reims (1668-1802) (...)

15Une seule issue demeure, en l'absence de recensements nominatifs pour l'Ancien Régime : c'est, grâce à l'ample reconstitution des familles, de regarder combien de ces femmes "urbanisées" s'étaient de fait mariées dans la ville même. Nous n'avons malheureusement pas eu le loisir d’effectuer cette recherche rétrospective pour les femmes mariées figurant sur la liste des habitants de 1802. Elle supposerait un balayage systématique de tout le fichier alphabétique des familles reconstituées sur l'ensemble de la ville - et non seulement du fichier des 2 500 familles complètes (MF1 et MF2), qui est le seul actuellement informatisé, encore que peu commodément14. Nous disposons cependant d'une évaluation presque équivalente, qui viendra éclairer suffisamment notre propos.

  • 15 Roderick Phillips, Putting Asunder, a History of Divorce in Western Society, Cambridge University (...)

16Regardons donc, dans le fichier des seules familles complètes, combien de femmes résident à Reims de façon stable après au moins 5 ans de mariage, parmi celles qui se sont mariées sur place pendant la période 1780-1789. Un tiers des femmes mariées pendant cette décennie réside encore en ville après cinq ans d'union. En cinq ans, les 2/3 des épouses sont parties, sont décédées ou sont devenues veuves. L'étude de la fréquence de ces différents types de sortie d'observation, en période pré-révolutionnaire de bon enregistrement, pourrait en l'occurence facilement s'entreprendre, et être poursuivie à travers la période révolutionnaire et napoléonienne. Il faudrait y ajouter les cas de séparation et de divorce, si souvent demandés par les femmes15. Quels que soient les niveaux de mortalité, masculine et féminine, ces 2/3 de femmes mariées sur place et "disparues" après 5 ans incluent incontestablement une énorme mobilité "sortante".

17Pour la ville, au total, on peut avancer qu'au mieux un mariage urbain sur trois est "utile". Et encore, dans le contexte d'une reproduction démographique et familliale, ces femmes "utiles" ne participeront pas toutes, loin de là, à la reproduction : stérilité féminine, mortalité infantile, départ prochain ou rupture prochaine de l'union viennent diminuer encore la part des reproductrices. L'arrivée de femmes mariées à l'extérieur devra compenser en partie ces manques. Ces couples qui ont entamé leur destin conjugal à l'extérieur mériteraient, eux aussi, une étude quantitative spécifique. N'insistons pas sur les sacrifiés de la méthode de reconstitution des familles. Les historiens de la ville devront bien, un jour, finir par s'entendre pour déterrer les familles "ouvertes" qui constituent, de fait, l'essentiel de leurs familles disponibles. Paradoxalement les individus isolés, hommes et femmes, dont nous avons montré ci-dessus le nombre et l’importance dans la vie urbaine, trouvent dans nos études un sort plus enviable que ceux qui migrent en couple (même s’ils sont féconds), du fait même des sources le plus souvent utilisées pour l'étude des migrations urbaines : mariages ou sépultures. Mais les couples immigrés figurent bien, en principe, dans les recensements.

18Ainsi le regard rapide que nous avons porté, à Reims, sur un corpus de destins individuels de femmes, que l'on renonce provisoirement à étudier longitudinalement selon l'histoire de vie, conduit-il maintenant à une analyse plus fine des groupes observés, au-delà des catégories d’âges et de l'état matrimonial du moment, analyse que nous pouvons envisager par secteurs spatiaux et selon la structure socio-professionnelle urbaine.

E. La différenciation sociale

  • 16 Il reste possible techniquement d'étudier les paroisses séparément, puisqu'on les a effectivement (...)

19Les critères de différenciation sociale sont particulièrement nombreux et délicats à manier en ville. Alphabétisation, qualification professionnelle, secteur d’activité économique, quartiers et niveaux d'imposition s'entrecroisent, traçant des frontières internes, délimitant des champs à deux ou trois dimensions : au-delà du critère paroissial, le district de capitation, la rue, la portion de rue ou de trottoir constituent chacun une entité signifiante, sans parler de l’étage de maison, suivant tel ou tel flot urbain. Pour l'étude de la fécondité et des modèles familiaux nous avons choisi de sortir délibérément du cadre paroissial16 : la mobilité intra-urbaine est elle-même considérable. La population urbaine est considérée comme un tout au sein duquel on distingue des comportements différentiels des individus et des ménages, suivant le niveau de vie et l'activité, ou le type d'histoire de vie. Le terme de "cycle", qui impliquerait un mode de reproduction, implique une approche encore plus complexe et transgénérationnelle que nous n'envisageons pas pour l'instant de façon systématique, mais qui serait possible : il faudrait relier les fiches de famille entre elles en généalogies aussi souvent que possible, mais on ne pourrait travailler qu’en ligne masculine étant donné que nous partirions d'un sondage alphabétique (patronymes commençant par la lettre B).

20Aujourd'hui, cependant, pour une présentation globale de notre population urbaine et de son milieu social, conservons le cadre paroissial, le seul qui présente, tous comptes faits, l'avantage de la permanence sous l’Ancien Régime, et considérons, selon ce critère, la proportion des femmes alphabétisées pour la période prérévolutionnaire.

F. Les degrés d'alphabétisation

21Dans l'ensemble de la ville (ici 12 des 14 paroisses), 80 % des hommes signent leur acte de mariage, contre 60 % des femmes, proportions calculées d'après les mariages des années 1780-1789. Comme Rouen et Amiens, Reims est une grande ville de la France du nord marquée par l'industrie textile préindustrielle aux mains d'une aristocratie marchande. La différenciation sociale est clairement visible sur le terrain, quel que soit le critère choisi : fortune, rang social, propriété, qualification socio-professionnelle ou, comme ici, signature de l'acte de mariage.

  • 17 Nous avons publié ces données, à la suggestion de Dominique Julia, Atlas de la Révolution français (...)

22L'alphabétisation est inégale suivant les quartiers, dessinant la même répartition que les autres critères que je viens d'évoquer : dans les paroisses aisées du nord-est de la ville, 90 % des hommes signent (y compris les laboureurs de la paroisse de Saint-André, située encore hors les murs), par contre, à Saint-Julien et Saint-Timothée, paroisses habitées de petits cardeurs et d'ouvrières en laine, 40 % des mariés ne savent pas tenir la plume17.

23Mais c'est surtout aux femmes que nous nous intéressons. Chez les épouses, l'aptitude à signer l'acte de mariage obéit à des différences encore plus marquées : Saint-Julien bat vraiment des records d'ignorance pour l'époque : 21 % de signatures féminines seulement. Dans leur grande majorité, fileuses et journalières n'ont appris ni à lire ni à écrire, qu’elles soient d'ailleurs rémoises ou étrangères.

Graphique 4. Signatures des époux au 1er mariage, selon les paroisses. Reims, registres paroissiaux, 1780-1789

Graphique 4. Signatures des époux au 1er mariage, selon les paroisses. Reims, registres paroissiaux, 1780-1789

Graphique 5. Signatures des épouses au 1er mariage, selon les paroisses. Reims, registres paroissiaux, 1780-1789

Graphique 5. Signatures des épouses au 1er mariage, selon les paroisses. Reims, registres paroissiaux, 1780-1789

24Nous sommes en présence, dans cette capitale régionale, d'un prolétariat féminin ouvrier encore très peu étudié et qui doit attirer toute notre attention. Quels points communs cette population féminine préindustrielle peut-elle avoir avec la population des familles bourgeoises de la ville, ces autres femmes qui habitent un autre monde, situé à plusieurs kilomètres-Reims est une ville très vaste-à l'autre bout de la ville : les paroisses aisées de Saint-Hilaire, Saint-Pierre et Saint-Symphorien ? Et pourtant ces femmes-ci, elles aussi, sont souvent non natives de la ville ! Les femmes des bourgeois, comme les ouvrières, se déplacent. Voyons s'il est possible d'identifier des champs d'attraction différentiels et essayons de tracer le bassin démographique de la ville.

ii - Bassins démographiques urbains et différenciation sociale : pour une typologie de la mobilité

  • 18 Cf. les introductions méthodologiques toujours pertinentes de Jean-Pierre Poussou et T. Hollingswo (...)

25On peut tracer des cartes de mobilité pour l'ensemble d'une ville d'Ancien Régime à partir des mentions d'origines indiquées lors des décès ou de celles qui sont mentionnées au moment du mariage. Il est toujours souhaitable de croiser ces cartes avec des recensements où la population véritablement flottante n’apparaît pas. Le recensement donne une vue de la population résidente, alors que les données à partir des seuls mariages sont biaisées en particulier par la mobilité d'établissement qui suit les noces18. Comme il peut être d'usage que la cérémonie ait lieu chez l'épouse, surtout lors d'un premier mariage, étudier le lieu de mariage des seuls hommes n'a pas de sens en l'absence de données complémentaires obtenues par reconstitution des familles ou par l'étude des résidences postérieures à l'union.

26C'est pourquoi l'étude de la mobilité féminine mérite d'être tentée séparément et indépendamment de celle des hommes. On sait, au départ que des femmes mariées chez elles, suivant ensuite leur mari, pourront aller vivre ailleurs, mais on a quelque raison de supposer que les femmes originaires d'une autre localité, qui se marient dans une paroisse urbaine, avec un conjoint natif et/ou résidant, seront susceptibles de rester vivre en ville. Nous savons que nous aurons une mobilité sortante des femmes natives, mais nous pourrons évaluer avec précision une mobilité entrante des femmes non-natives (la fausse mobilité entrante pouvant être dans notre cas clairement définie, tout comme la fausse stabilité) grâce à la reconstitution des familles réalisée sur les 14 paroisses de la ville et les hôpitaux.

A. La mobilité de la faim : l'échelle nationale

27Nous laisserons volontairement de côté pour l'instant l'étude détaillée du bassin démographique large des très pauvres gens, cette "mobilité de la faim" perçue essentiellement à partir des registres de décès hospitaliers et qui, dans le cas de Reims, est d'ampleur nationale : très peu de régions ne sont pas représentées, ou sont mal représentées dans les cartes de mobilité que l'on pourrait dresser pour la fin du XVIIe et le XVIIIe siècles (Mayenne, Vendée, Basses-Pyrénées, Aveyron, Basses-Alpes). Meurent dans les hôpitaux de Reims des individus de toute provenance, ouvriers, passants et soldats : auvergnats, normands, bretons, savoyards, parisiens, alsaciens, bourguignons, lyonnais, provencaux et autres gascons. Les Limousins sont particulièrement nombreux en ces temps du siècle des Lumières où de bons maçons sont requis pour les grands travaux. Ces derniers répondent à une "mobilité du pain", plutôt qu'à une mobilité de la faim.

  • 19 Cf illustrations in Antoinette Fauve-Chamoux, "La familia multiforme", Prometeo, no 29, 1990, pp.  (...)
  • 20 Tout particulièrement, Bronislaw Geremek, La pieta e la forca, storia della miseria e della carita (...)

28Pour le XVIIe siècle, de très belles images de la mobilité de la faim nous sont données par Jacques Callot et Lagnier19’images impressionnantes de ces gueux marchant sur les routes boueuses, avec l'espoir d'une soupe le soir et d'une portion de grabat à l'hôpital urbain, figures en haillons chères à notre collègue polonais Geremek20 où les femmes sont bien souvent présentes, avec même, ce n'est pas rare, des enfants.

  • 21 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-ouest au XVIIIe siècle, croissance économique et attractio (...)
  • 22 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d'un espace social, SEDES, Pa (...)
  • 23 Ibidem, carte 86, vol. 2.

29La place des femmes dans cette migration à l'échelon national serait à définir précisément, d'autant plus que les études disponibles actuellement sur les aires d'attraction urbaine, en particulier les cartes bordelaises21, étudient peu les migrants selon le sexe dans les sépultures hospitalières. A Bordeaux, peu de femmes finissent leurs jours à l'hôpital, et ce sont des femmes de la ville et de la Gironde, ou de Guyenne et Gascogne. A Rouen, au contraire, sur un modèle plus proche du nôtre, il apparaît22 que la proportion des immigrants concerne presqu'autant les femmes que les hommes : 40 % de femmes étrangères contre 45 % d'hommes à l'hôpital à la mi-XVIIIe siècle, 38 % de femmes étrangères contre 40 % dans l'état civil post-révolutionnaire. L'aire rouennaise des immigrées est très vaste23. A Reims, on trouve beaucoup de femmes de la ville et des environs, mais des femmes d'origine lointaine aussi, surtout en temps de crise. Mais les registres hospitaliers recèlent un type de migration bien spécifiquement féminin, que nous ne pouvons pas passer sous silence et que nous appellerons "la mobilité de la honte".

B. La mobilité de la honte : simulation et non fuite

  • 24 J'ai publié cette carte dans "L'enfance abandonnée à Reims à la fin du XVIIIe siècle", Annales de (...)

30Un grand nombre des filles enceintes viennent accoucher dans les hôpitaux urbains. Reims n'échappe pas à cette règle. Nous avons tracé en particulier la carte des origines des femmes qui accouchent à l'Hôtel-Dieu et qui y abandonnent ensuite leur enfant. Elles sont fort nombreuses à la fin de l'Ancien Régime24 et l'aire d'attraction est vaste, englobant une grande partie du nord-est du royaume, de la Picardie à la Lorraine, avec une grande concentration à l’ouest de la ville, en Soissonnais et Tardenois, qui sont des régions de polyculture rurale très peuplées à l'époque.

  • 25 Antoinette Fauve-Chamoux, "Innovation et comportement parental en milieu urbain (XVe-XIXe siècles) (...)

31Un autre pôle centrifuge est incontestablement la vallée de la Meuse, les villes de Mézières, Charleville et Sedan, qui sont des centres jusque-là actifs de proto-industrie lainière et qui connaissent, en cette fin du XVIIIe siècle, une crise économique sans précédent. La jeune génération, en particulier les jeunes filles, ne trouve pas à s'employer, les jeunes ouvriers ne veulent pas, de leur côté, fonder prématurément un foyer ; les couples se font et se défont. Les mœurs changent, le poids d'un certain contrôle social s'affaiblit dans la population ouvrière mais subsiste encore la crainte, pour la fille enceinte, d'être mal jugée, surtout la crainte que la faute visible - la grossesse hors mariage-ne compromette l'avenir, c'est-à dire ses chances d'un établissement et d'un mariage convenables. Alors, lorsqu'il n'y a pas de mariage en vue, elle part. Suffisamment loin pour que l'accouchement soit discret, et elle se débarrasse souvent du bébé encombrant25.

  • 26 Sur les filles mères, on se reportera en particulier à J. Depaw," Amour illégitime et société à Na (...)

32Notons bien ici que la migration de la honte n’est pas, comme on a pu le croire parfois, un phénomène purement rural de migration motivée des filles vers la ville26. Ce n'est pas une simple fuite. Il s'agit de sauvegarder les chances d'avenir, en accouchant discrètement ailleurs, aussi bien pour la fille de la ville que pour la fille de la campagne. La fille ne fait que dissimuler son état en adoptant un comportement habituel aux jeunes filles de son milieu ; si ce n'était pas le cas, son absence serait interprétée de façon malveillante.

33La fille enceinte joue donc la domestique, elle simule la "mobilité de la denrée", une migration "normale", alors qu'elle est en réalité en situation d'urgence. C’est pourquoi l'aire d'attraction de la migration de la honte est beaucoup plus vaste que celle la migration de la denrée, car l’anonymat est une des conditions de la réussite du plan migratoire, un plan de plusieurs mois (au plus sept ou huit mois, ce qui peut, sans trop de difficulté, se confondre, de loin, avec un temps de service annuel. Pendant la grossesse - pour peu que la fille ne quitte pas son milieu à la dernière minute-, il faut d'ailleurs bien qu'elle travaille et se fasse héberger. La plupart des migrantes de la honte connaissent donc un temps l'état ordinaire de domestique ou de petite ouvrière immigrée, puis elles accouchent discrètement à l'hôpital urbain, où elles retrouvent, dans la salle des gisantes, les servantes séduites et abandonnées alors qu'elles étaient déjà domestiques, celles qui ont vu leurs formes s’arrondir au lieu de leur magot.

Carte 1. Le bassin démographique de Reims, dans le cadre des frontières de 1789

Carte 1. Le bassin démographique de Reims, dans le cadre des frontières de 1789

Carte 2. Localités d'où sont originaires les mères des enfants abandonnés à l'Hôtel-Dieu de Reims (1780-1789)

Carte 2. Localités d'où sont originaires les mères des enfants abandonnés à l'Hôtel-Dieu de Reims (1780-1789)

MOBILITE DE LA HONTE

C. La mobilité de la "denrée" : le petit magot

  • 27 La denrée, de "denerée", la valeur d'un denier, d'où marchandise destinée à la consommation, dans (...)

34La "denrée" est un bien propre de la femme, qui enrichit la dot27. Ce n’est pas du tout un produit de première nécessité. La mobilité des compagnons et des servantes est une mobilité initiatique et une mobilité de calcul. Ce n'est pas du tout une mobilité de la nécessité mais une mobilité d'amélioration. Dans cette catégorie se range la mobilité des nourrices vers la grande ville, en particulier Paris, migration féminine par excellence, mais à laquelle le mari participe. La jeune mère abandonne son propre enfant pour aller vendre son lait, tant qu'elle en a, à un petit bourgeois.

  • 28 "Nounou" d'Alphonse Daudet, Souvenirs d'un homme de lettres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, p. (...)

35"...Ton lait est bon, l'argent se fait cher : si t'allais à Paris faire une nourriture ?" dit le paysan28.

36C'est un choix familial. Dans le cas de la jeune servante, le choix est en apparence individuel, mais il peut bel et bien s’agir d'une stratégie familiale, pour les cadets et cadettes en particulier.

  • 29 Cf. P.A. Rosental, "Migrations de maintien et migrations de rupture", Annales (ESC), no 6, 1990, p (...)

37La rupture spatiale est vécue au départ comme temporaire, et, en principe, il n'y a pas de rupture sociale, la servante cherchant à économiser sur ses gages le pécule qui lui permettra de constituer ou d'améliorer sa dot. Ce n'est pas seulement un migration de maintien, par rapport aux migrations de rupture29 - il y a très peu de migrations qui soient des migrations de rupture vraie, avec changement délibéré d'identité du migrant-. Il ne suffit pas de se placer au point d'arrivée de la migration et de se demander s'il y a retour ou pas. Les phénomènes humains ne se résument pas à des formules linéaires. Même quand il y a retour au point de départ, il peut y avoir rupture, rupture sociale - si possible, en bien- et surtout rupture culturelle, en particulier une tendance à adopter l'innovation. Le résultat d'une migration - d'un déplacement, donc d'un changement - ne peut pas être neutre. Ce n'est jamais un "retour à la case départ", surtout pour les femmes : celle qui a vécu hors de sa famille n’est plus la même, même si elle fait au retour sa vie au pays natal, ou reprend, telle la femme un temps nourrice sur lieu à Paris, sa vie conjugale après un temps de service.

  • 30 Antoinette Fauve-Chamoux, "La femme seule, une réalité urbaine : l'exemple de Reims au début du XI (...)

38Si plus du tiers des Rémoises, nous l'avons vu, sont nées à l'extérieur de la ville, c'est 86 % des servantes qui sont non-natives de la ville. Lorsque l'on ne considère que les femmes célibataires, et que l'on se restreint encore à celles qui sont domestiques ou employées logées, c’est toujours 86 % qui sont étrangères. La part des Rémoises, qui reste faible, varie cependant suivant le groupe d'âge de la population féminine observée : elle augmente après 40 ans30.

39L’aire de recrutement des servantes est plus réduite que l'aire d'origine des filles-mères dans leur ensemble, observée précédemment, mais ce recrutement lui aussi n'est pas exclusivement rural : il en vient des petites villes en grand nombre. La ville de Reims constitue un grand marché du travail pour les servantes, qui y trouvent divers niveaux d'emploi. La répartition par groupes d'âge montre que, au départ emploi temporaire, le service domestique peut se prolonger, occuper même toute la vie.

40Cette migration de la denrée peut devenir une migration définitive lorsqu'elle rencontre l'échec : il n'y a pas investissement du pécule dans le mariage, quelles qu'en soient les raisons. La vie en fait alors, du point de vue-extérieur-de l'histoire de vie de la femme, toujours célibataire, une migration du pain. L'immigration se pérennise.

Graphique 6. Origine des servantes vivant à Reims ; 1802

Graphique 6. Origine des servantes vivant à Reims ; 1802

Carte 3. Localités d’où sont originaires les femmes mariées dans les deux paroisses pauvres de Reims (St-Timothée, St-Julien) (1780-1789)

Carte 3. Localités d’où sont originaires les femmes mariées dans les deux paroisses pauvres de Reims (St-Timothée, St-Julien) (1780-1789)

MOBILITE DU PAIN

D. La mobilité du pain : l'indépendance

41Nous distinguerons la mobilité du pain, qui recouvre le besoin de vivre en toute indépendance, aussi bien pour l’homme que pour la femme, de la migration de la faim, cette dernière chassant véritablement l’individu affamé de son pays natal. La mobilité du pain est une migration de la confiance et non du désespoir. C'est la mobilité des cadets.

42Nous rangerons donc dans cette catégorie la mobilité des épouses de niveau social modeste, les migrantes vers la ville qui y convolent en justes noces. Au mariage, les épouses des cardeurs, tisseurs et autres ouvriers en laine sont elles aussi de petites ouvrières, précisément originaires de ces centres ruraux et semi-urbains des vallées de l'Aisne et de ses affluents, la Suippe et la Retourne, où, depuis des siècles, on lave la laine, la file et la tisse. Le lin a pratiquement disparu.

43Cette mobilité est à courte distance. C'est une aire d’attraction proche et elle touche les classes modestes, mais non misérables. Elle va de pair avec une endogamie sociale, mais correspond au fond à un très large marché matrimonial, puisqu'il s’agit d'une population aux effectifs nombreux, qui n'a aucune raison de privilégier l'alliance dans la parenté. Ce type de mobilité se distingue de la mobilité de la brioche, celle des classes aisées.

E. La mobilité de la brioche

44Considérons les trois paroisses socialement les plus aisées de la ville de Reims.

  • 31 Antoinette Fauve-Chamoux, "Ménages et niveaux de vie en France préindustrielle : pauvreté urbaine (...)

45Nous n’observons pas un réseau sur le plan national mais un bassin d'attraction cependant très étendu, où Paris est bien représenté, où les provinces lointaines apparaissent au besoin (ici, dans notre petit échantillon, Saumur et Le Mans). C'est une mobilité qui vise à conserver les avantages acquis (niveau social), si possible à les améliorer, ce qui implique des risques31. C'est une mobilité fondée en apparence plus sur des rapports d'échange que des rapports de force. Les termes de l'échange sont étalés, la solidarité obéit à des conventions plus ou moins claires qui impliquent que les coups bas sont soigneusement cachés. Mais ce qui nous frappe le plus, c’est qu'il s'agit incontestablement d'une mobilité inter-urbaine, ce qui explique que ce soit une mobilité plus lointaine que dans le type précédent.

Carte 4. Localités d'où sont originaires les femmes mariées dans les trois paroisses riches (St-Hilaire, St-Pierre et St-Symphorien) (1780-1789)

Carte 4. Localités d'où sont originaires les femmes mariées dans les trois paroisses riches (St-Hilaire, St-Pierre et St-Symphorien) (1780-1789)

MOBILITE DE LA BRIOCHE

  • 32 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-ouest au XVIIIe siècle, op.cit., p. 82.

46Enfin, et voilà une observation d'importance, c'est une mobilité plus visible, plus fréquente (12 % d'étrangères chez les pauvres contre 28 % chez les riches). Pour Bordeaux, Jean-Pierre Poussou avait bien remarqué - mais sans le commenter véritablement - le caractère massif de l'immigration en provenance des villes32. Or, il est assez facile de le comprendre, par ce biais de sur-représentation des élites. En fait les épouses d'origine extérieure sont beaucoup plus nombreuses chez les riches que chez les pauvres et elles viennent des villes. Au niveau de la ville observée comme un tout, la "mobilité de la brioche" est quantitativement écrasante, par rapport à la "mobilité du pain".

47On doit se demander immédiatement si c'est une mobilité réelle. Combien de couples résident-ils donc en ville après 5 ans d'union ? Le tiers (cf. ci-dessus). Mais, dans ce délai, 8 femmes riches sur 10 ont disparu de la circulation, contre seulement 3 femmes pauvres sur 10. Donc très peu des femmes riches mariées en ville y font souche, les femmes pauvres, au contraire y restent beaucoup plus souvent.

48Ceci s'explique aisément : il est clair qu'en grande majorité les femmes pauvres qui se marient en ville y résident déjà et y travaillent. Ce sont fréquemment, sans nul doute, d'anciennes immigrées, assimilées depuis plusieurs années, Rémoises d'adoption,... Rémoises pour le prêtre qui officie au mariage ; il y a aussi les Rémoises de première génération, nées de parents étrangers. Et la femme que le jeune ouvrier est allé chercher dans son village ne demande qu'à rester en ville. Si l'on ne regarde que les femmes nées à l'extérieur et mariées en ville, 15 % manquent à l'appel au bout de 5 ans dans le groupe des pauvres, contre 40 % dans le groupe des riches. Ainsi les nouvelles mariées de milieu modeste ont peu de raison de partir en début d'union.

49Les couples aisés, au contraire, sont beaucoup plus mobiles... et beaucoup plus précis aussi dans leurs déclarations. Si l'on considère l'ensemble des mariages, l'instabilité est encore accentuée par le fait des filles de la ville qui vont suivre leur conjoint et par les filles de l'extérieur, épousées à l'extérieur et qui vont vivre en ville après leur mariage. Tout le problème est de savoir, au niveau de la ville, qui compense quoi, en termes démographiques et en termes de reproduction sociale. Autant dire à quel point il est difficile d'évaluer les migrations à partir des actes de mariage, sans reconstitution générale et sans recensements nominatifs.

  • 33 Antoinette Fauve-Chamoux, "Ménages et niveaux de vie en France préindustrielle : pauvreté urbaine (...)
  • 34 C'était déjà clair pour la région rémoise : "L'enfance abandonnée à Reims à la fin du XVIIIe siècl (...)

50La mobilité de la brioche concerne des flux considérables, à court terme, et cache ainsi de plus nombre de faux flux. La mobilité du pain est au fond plus simple et moins intense. Elle ne correspond pas non plus aux mêmes périodes de la vie : la mobilité des célibataires y joue un rôle plus important. Avec la promotion sociale d'ailleurs, on peut passer d'une mobilité du pain à une mobilité du pain blanc ou de la brioche. A l'inverse les mangeurs de brioche peuvent bien un jour être amenés à s’en passer. Les familles d’artisans et de notables sont en effet celles qui sont le plus susceptibles de connaître une baisse de leur niveau de vie33. Un mot, pour finir, sur la mobilité bien particulière qu'est celle des nourrissons et qui touche à la fois les petits enfants des riches et les petits bâtards. Il n'y a pas - toutes les études le montrent34 - de différenciation suivant le sexe.

F. La mobilité du lait : le génocide

51Petites filles et petits garçons abandonnés connaissent, tout comme nombre d'enfants légitimes, à la fin du siècle des Lumières, ces terribles transports : pour Reims nous observons un réseau rural serré, qui évite soigneusement le vignoble. Les nourrices du Tardenois et des vallées, recrutées par les services hospitaliers, se situent dans un rayon de trente kilomètres. C'est une migration de la faim, une mobilité aux conséquences dramatiques.

Carte 5. Localités où les enfants abandonnés à l'Hôtel-Dieu de Reims sont mis en nourrice (1780-1789)

Carte 5. Localités où les enfants abandonnés à l'Hôtel-Dieu de Reims sont mis en nourrice (1780-1789)

Conclusion

52Nous aboutissons, au terme de cette réflexion sur les types de mobilités féminines sous l'Ancien Régime, à distinguer trois types principaux de mouvements vers la ville : la mobilité de la faim, la mobilité du pain et la mobilité de la brioche.

53La mobilité de la faim, est irrégulière et dramatique. On la saisit à travers les archives hospitalières. La rupture spatiale est en général radicale. La part de la population féminine y varie. La migration du lait, qui touche, si souvent sans retour, les nouveau-nés mis en nourrice, en fait partie, elle devient structurelle dans la France du XVIIIe siècle, ce qui est un phénomène de société, un parfait génocide.

54La mobilité du pain est celle, à rythme lent, du petit peuple. Elle est au fond peu connue. Ce n'est ni une migration de la faim, ni une migration de la promotion. C'est une migration fondamentale de la campagne vers la ville. C'est surtout celle des cadets qui cherchent l'indépendance. La mobilité de la denrée -qui cache et englobe la mobilité de la honte-, est un type spécifique, puisqu’elle est au départ à motivation promotionnelle, et en principe temporaire. Mais elle débouche souvent sur un enracinement urbain, autant par célibat que par mariage.

55La mobilité de la brioche est une migration de la promotion. Elle concerne beaucoup de femmes des milieux aisés. Elle crée des va-et-vient et des perturbations, car elle agit sur des plans différents et des grilles distinctes les unes des autres.

Notes

1 Cf. l'enquête nationale, sous la direction de Jacques Dupâquier, sur la mobilité sociale, géographique et patrimoniale en France aux XIXe-XXe siècles, dite "enquête TRA", à l’EHESS, Laboratoire de démographie historique.

2 Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers, espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle, EHESS, Paris, 1987.

3 Bernard Lepetit, Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Albin Michel, Paris, 1988.

4 Cf. les rapports présentés au Congrès international des sciences historiques de Madrid, en août 1990, dans le cadre de la Commission internationale de démographie historique ("Long distance migrations, 1500-1900"), et ma communication à la table ronde finale : "Pour une typologie des femmes migrantes" (à paraître).

5 Antoinette Fauve-Chamoux, "Destins de femmes et manufacture textile à Reims avant la Révolution", La donna nell'economia secc. XIII-XVIII, Prato, Le Monnier, 1990, p. 225-245.
Antoinette Fauve-Chamoux, "Family Solidarity and Household Structure in 17th and 18th Century France", mimeo, University of Atlanta, 1990.

6 Cf A. Fauve-Chamoux, "Rémois et Rémoises d'Ancien régime", Histoire de Reims, Privat, 1983.

7 Cf. Nos communications respectives au congrès de la SSHA à Minneapolis, en octobre 1990, Danielle Gauvreau, ''Broken Marriages in the Saguenay Region : Women’s Experiences before 1930".
Antoinette Fauve-Chamoux, "Women Alone in a French Town before the Industrial Revolution".

8 Antoinette Fauve-Chamoux, "The Importance of Women in an Urban Environment : the Example of the Rheims Household at the Beginning of the Industrial Revolution", Family Forms in Historic Europe, R. Wall ed., Cambridge University Press, p. 475-492.

9 Commission internationale de démographie historique, EHESS-CRH, 2, rue Emile Faguet, 75014 Paris, France.

10 Cf mon introduction aux Annales de démographie historique 1980, section sur "la femme seule".

11 Richard Wall, étude sur Bruges, manuscrit inédit aimablement communiqué par l'auteur et déposé à la bibliothèque du Cambridge Group, et Richard Wall, "The Composition of Households in a Population of 6 Men to 10 Women : South-East Bruges in 1814", Family Forms in Historic Europe, R. Walled., Cambridge University Press, p. 421-474.

12 Cf le journal de Jean Maillefert, publié par Henry Jadart, Travaux de l'Académie nationale de Reims, 1887-1888, p. 231.

13 Antoinette Fauve-Chamoux, "La femme seule, une réalité urbaine : l'exemple de Reims au début du XIXe siècle", Mémoires de la société d'A.C.S.A. de la Marne, 1986, Châlons-sur-Marne, p. 298, graphique 1.

14 Le fichier des familles complètes reconstituées par sondage "B" pour la ville de Reims (1668-1802) a été analysé grâce au logiciel Casoar, mis au point par J.-P. Bardet et M. Hainsworth en 1981. L'ensemble du fichier reconstitué concernant les 14 paroisses et les hôpitaux n'est pas actuellement informatisé. Par contre, grâce à l'Académie polonaise des Sciences, on a pu formater en "Dbase III" toutes les données brutes nominatives (baptêmes, mariages, sépultures et mentions de capitation).
Pour la présente étude on a procédé à un sondage, à l'aide d'un tableur sur Macintosh, pour les mariages de 1780 à 1789.

15 Roderick Phillips, Putting Asunder, a History of Divorce in Western Society, Cambridge University press, Cambridge, 1988.

16 Il reste possible techniquement d'étudier les paroisses séparément, puisqu'on les a effectivement reconstituées d'abord séparément, avant de constituer une fiche résultante transparoissiale. Nous n'avons pas voulu effectuer une juxtaposition de monographies.

17 Nous avons publié ces données, à la suggestion de Dominique Julia, Atlas de la Révolution française, t. 2, l'enseignement 1760-1815, EHESS, Paris, 1987, p. 24-25.

18 Cf. les introductions méthodologiques toujours pertinentes de Jean-Pierre Poussou et T. Hollingsworth, no spécial "Migrations", Annales de Démographie Historique, Paris, Mouton, 1970.
Cf. aussi le chapitre "Mobilité et migrations", dû à Jean-Pierre Poussou dans J. Dupâquier ed., Histoire de la population française, vol. 2, Paris, PUF, 1988.

19 Cf illustrations in Antoinette Fauve-Chamoux, "La familia multiforme", Prometeo, no 29, 1990, pp. 88-97.

20 Tout particulièrement, Bronislaw Geremek, La pieta e la forca, storia della miseria e della carita in Europa, Laterza, 1986.

21 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-ouest au XVIIIe siècle, croissance économique et attraction urbaine, Paris, EHESS, 1983, p. 104-107.

22 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d'un espace social, SEDES, Paris, 1983, p. 212.

23 Ibidem, carte 86, vol. 2.

24 J'ai publié cette carte dans "L'enfance abandonnée à Reims à la fin du XVIIIe siècle", Annales de démographie historique, Paris, 1973, p. 270. Il est maintenant fort intéressant de la comparer aux autres, tracées à partir d'autres sources.

25 Antoinette Fauve-Chamoux, "Innovation et comportement parental en milieu urbain (XVe-XIXe siècles)", Annales (ESC), Paris, no 5, 1985, p. 1023-1039.

26 Sur les filles mères, on se reportera en particulier à J. Depaw," Amour illégitime et société à Nantes au XVIIIe siècle", Annales (ESC), 1972, p. 1155-1182, et A. Lottin, "Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au XVIIIe siècle", Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1970, p. 278-322.

27 La denrée, de "denerée", la valeur d'un denier, d'où marchandise destinée à la consommation, dans la langue moderne. Or le terme, qu'Alphonse Daudet écrit aussi "denraie", pour en respecter la prononciation paysanne, désigne explicitement, ce qui nous avait intriguée, dans le vocabulaire des nourrices parisiennes du XIXe siècle, tout produit de récupération susceptible d'améliorer le pécule personnel, "à la fois les cadeaux et les gages..., le bric-à-brac et le pécule qu'aux yeux des voisins pleins d'envie on compte déballer au retour". Cf. Antoinette Fauve-Chamoux, "Nounou" d'Alphonse Daudet, Annales de démographie historique, Paris, 1974, p. 529-535.
Un vers de La Fontaine vient de nous révéler la clef de ce terme dont l'étymologie ci-dessus laissait bien supposer l'ancienneté (Contes, "La jument de Compère Pierre"-Tu ne vends pas, comme tu veux, tes herbes, ta denrée"-) : il faut voir dans "la denrée", non seulement des biens consommables en général, mais précisément ces produits frais, comme les œufs, que la femme porte au marché et dont le produit de la vente, en petite monnaie, lui appartient en propre, sans jamais tomber dans la caisse commune du ménage. Dans la société rurale traditionnelle, la femme n'a pas à rendre compte de l'utilisation de ce petit revenu.
Il est naturel que, dans la langue populaire, le terme en soit venu à designer non seulement ces produits frais, mais le produit même de leur vente. Ainsi la "denrée" de la domestique n'est, en aucun cas, un produit de première nécessité.

28 "Nounou" d'Alphonse Daudet, Souvenirs d'un homme de lettres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, p. 191-214, réédité in Annales de démographie historique, Paris, 1974, p. 530.

29 Cf. P.A. Rosental, "Migrations de maintien et migrations de rupture", Annales (ESC), no 6, 1990, p. 1403-1431.

30 Antoinette Fauve-Chamoux, "La femme seule, une réalité urbaine : l'exemple de Reims au début du XIXe siècle", Mémoires de la société d’A.C.S.A. de la Marne, 1986, Châlons-sur-Marne, p. 300.

31 Antoinette Fauve-Chamoux, "Ménages et niveaux de vie en France préindustrielle : pauvreté urbaine et pauvreté rurale", exposé fait au Collège de France, janvier 1991, 35 pages.

32 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-ouest au XVIIIe siècle, op.cit., p. 82.

33 Antoinette Fauve-Chamoux, "Ménages et niveaux de vie en France préindustrielle : pauvreté urbaine et pauvreté rurale", exposé fait au Collège de France, janvier 1991, 35 pages, en particulier la chute de niveau de vie observée chez nombre de familles aisées à la fin du XVIIIe siècle, alors que les pauvres restent pauvres.

34 C'était déjà clair pour la région rémoise : "L'enfance abandonnée à Reims à la fin du XVIIIe siècle", op.cit.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Proportion par groupes d'âge des femmes nées à l'extérieur de la ville de Reims à travers le recensement de 1802
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Graphique 2. Pourcentage par âge des femmes nées à l'extérieur dans la population féminine adulte célibataire (10 ans et plus), Reims, 1805
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Graphique 3. Pourcentage par âge des femmes nées à l'extérieur dans la population féminine adulte mariée (depuis 10 ans et plus), Reims, 1802
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Graphique 4. Signatures des époux au 1er mariage, selon les paroisses. Reims, registres paroissiaux, 1780-1789
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Graphique 5. Signatures des épouses au 1er mariage, selon les paroisses. Reims, registres paroissiaux, 1780-1789
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Carte 1. Le bassin démographique de Reims, dans le cadre des frontières de 1789
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Carte 2. Localités d'où sont originaires les mères des enfants abandonnés à l'Hôtel-Dieu de Reims (1780-1789)
Légende MOBILITE DE LA HONTE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique 6. Origine des servantes vivant à Reims ; 1802
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte 3. Localités d’où sont originaires les femmes mariées dans les deux paroisses pauvres de Reims (St-Timothée, St-Julien) (1780-1789)
Légende MOBILITE DU PAIN
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Carte 4. Localités d'où sont originaires les femmes mariées dans les trois paroisses riches (St-Hilaire, St-Pierre et St-Symphorien) (1780-1789)
Légende MOBILITE DE LA BRIOCHE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Carte 5. Localités où les enfants abandonnés à l'Hôtel-Dieu de Reims sont mis en nourrice (1780-1789)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16398/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Centre de Recherches Historiques E.H.E.S.S.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site