Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Deux conceptions de la légitimité des métiers

Georges Augustins

Texte intégral

1L'une des caractéristiques les plus souvent invoquées de la modernité réside sans doute en ce que les positions sociales d'influence ou de prestige sont, dit-on, conquises plutôt que transmises. Les qualités individuelles - énergie, talent, esprit d'entreprise, etc. - constitueraient à elles seules les forces sur lesquelles s'exercerait une sélection dont la nature demeurerait variable, mais le principe certain. Ainsi, la hiérarchie sociale résulterait-elle, pour une part du moins, des mécanismes d'un marché de l’emploi où seraient mises en présence des tâches et des compétences. Nul, sans doute, n’a jamais été assez naïf pour adhérer à ce tableau et croire qu'un tel marché pût être dénué de rigidités et de contraintes. L'on a vraisemblablement affaire non pas à un marché global de l'emploi, mais à une multitude de systèmes d'embauche et de promotion au sein desquels jouent de multiples facteurs, souvent imprévus, parfois occultes et généralement irréductibles à la simple compétence.

2Ces réserves admises, il n'en demeure pas moins que l'une des valeurs essentielles du monde moderne est bien la déconnection de principe entre position sociale et hérédité. En théorie et, dans une mesure variable, en fait les positions sociales sont conquises plutôt que transmises. Cet état de choses a au moins deux conséquences importantes : le première est que la mobilité sociale doit être l'une des caractéristiques essentielles du monde moderne, aussi longtemps du moins que celui-ci demeure hiérarchisé selon des critères simples ; la seconde est que l'instruction, c'est à-dire la machine à forger des compétences, s’avère nécessairement un enjeu essentiel.

3Si les positions sociales sont conquises, les professions doivent nécessairement être attribuées en fonction de la compétence, laquelle, à son tour, ne peut être qu'un produit de l'école. Dans cette optique, l'instruction agirait comme une sorte de mécanisme compensateur de la hiérarchie sociale et favoriserait donc la mobilité ascendante. On sait maintenant, grâce à plusieurs études que l'on évoquera plus loin, que les choses sont loin d’être aussi simples. Toutefois, ces études ont en commun d'envisager les professions en les classant selon un ordre de prestige simple et en établissant une relation entre position de départ (laquelle est fonction de la profession du père) et position d'arrivée (laquelle est fonction de la profession du sujet), le niveau d'études constituant un médiateur dont l'efficacité est ce qui doit être testé.

4On se placera ici d'un point de vue assez différent, commandé, partiellement du moins, par une méthode d'investigation elle aussi différente : l'on admettra comme postulat que toute profession ne saurait être exercée qu'en fonction d'une certaine légitimité, et que celle-ci allie de manière variable compétence et apparence, qualité acquise et qualité transmise. Il semble que l'ethnographie offre un moyen privilégié d'observer ces variations. Tel sera le point de vue adopté dans cet article.

i - Le problème sociologique de la mobilité

5Il convient de rappeler brièvement quelques éléments du débat relatif au rôle de l'école vis-à-vis de la mobilité sociale. Observant qu'un très petit pourcentage d'étudiants des grandes écoles étaient d'origine ouvrière ou paysanne, P. Bourdieu et J.-C. Passeron faisaient valoir que, malgré ses prétentions à compenser la hiérarchie sociale et en dépit des intentions des maîtres, le système d'instruction aboutissait inexorablement à une reproduction des élites, non pas en vertu de quelque calcul cynique, mais simplement en raison du fait que la culture transmise étant celle des élites, elle ne pouvait être assimilée que par les ressortissants de celle-ci.

6Dans un ouvrage plus récent, R. Boudon reprenait la question sous un angle différent en construisant un modèle destiné à tester les diverses variables. Il en ressort que l’héritage culturel ne joue qu'un rôle relativement secondaire dans l'inégalité des chances en défavorisant légèrement les enfants de statut moins élevé ; en revanche, la position sociale apparaît comme un élément déterminant, d'une part parce qu'elle influe sur l'évaluation du coût que représente la poursuite des études, d'autre part, parce qu’elle offre des facilités variées tant dans la vie scolaire que dans l'exploitation des diplômes. Si inégalité des chances il y a, elle tient moins à une sorte de fatalité perverse infligeant une sélection universelle fondée sur une culture particulière (celle des lettrés bourgeois) qu'à un cumul de facteurs variés qui dérivent cependant tous de la position sociale des parents.

7Ces conclusions invitent à des investigations ethnographiques de nature à permettre de comprendre ce qui dans l'exercice d'un métier constitue un obstacle à la mobilité, c'est-à-dire à son exercice par quelqu'un qui n'en connaîtrait que les aspects techniques. En définitive l'inégalité des chances tient à des évaluations différentes selon les milieux de l'opportunité d'une poursuite des études : si la finalité est professionnelle, encore faut-il que la profession soit perçue comme accessible, or, dans tous les milieux, il est des professions tenues pour inaccessibles, moins par modestie que par un sentiment d'absolue étrangeté : jamais fils de paysan ne s'imagina notaire ! S'il s’agit bien, en définitive, d’analyser les décisions des acteurs, encore faut-il mettre au jour ce que signifie, à leurs yeux, la notion même de profession.

8Tout métier ne saurait être exercé durablement que si ceux qui le représentent sont perçus comme légitimes, y compris à leurs propres yeux. Cette légitimité repose sur une appréciation portée soit par le client s'il s'agit d’une profession libérale, soit par l’employeur s’il s'agit d'une profession salariée. Or la légitimité de l'exercice d'une profession n'est pas une notion simple, mais, au contraire, composite puisqu'elle comporte de nombreux éléments.

9Un premier ensemble de facteurs, souvent le plus évident, peut être regroupé sous le terme de compétence, il comprend tous les gestes et toutes les actions dont les conséquences perceptibles sont conformes aux attentes des clients ou des employeurs. On conçoit du reste que, dans bien des cas, cette notion soit elle-même ambiguë, dans toutes les situations notamment où l'effet attendu n'est pas mesurable de manière objective.

10Un second ensemble de facteurs, le moins aisé à caractériser, mais non le moins important, pourrait être baptisé du terme, emprunté à E. Goffman, de façade. Il comprend les apparences vestimentaires et personnelles (coupe de cheveux, port d'insignes ou de décorations, de titres ou de diplômes sur le papier à lettres ou la porte d'entrée, etc) et des manières d'être (connaissance et emploi opportun des usages et rituels d'interaction propres au milieu professionnel).

11Un dernier ensemble d'éléments pourrait résider en l'insertion dans un milieu plus ou moins fermé, possédant ses mœurs, ses usages, son étiquette. Cet ensemble d'éléments sera d'autant plus important que la clientèle sera adressée par des confrères (du médecin généraliste au spécialiste par exemple) ou que l'exercice de la profession reposera sur l'appréciation des pairs ou de critiques professionnels.

12On conçoit aisément que ces différentes variables puissent affecter très différemment les professions et les milieux (donc varier aussi selon les époques).

13La compétence peut être ramenée à une combinaison de savoir et de jugement, donc de diplôme et d'expérience. On peut, par conséquent, supposer qu'elle sera valorisée dans les professions qui reposent soit sur un savoir hautement spécialisé (ingénieur, technicien, artisan) soit sur une aptitude intellectuelle élevée cautionnée par un diplôme sélectif.

14La façade peut être ramenée à l'ensemble des marques qui lient sans ambiguïté l'acteur à un milieu professionnel. On peut donc supposer qu’elle jouera un rôle d'autant plus important que le milieu en question sera plus fermé et donc plus aisément identifiable. On pense naturellement à la médecine dont l'exercice est jalonné de rituels hautement différenciés selon la position sociale des patients : il n'est pas jusqu'au ton de la secrétaire médicale qui ne soit ritualisé. Quant à l'apparence, elle utilise mille détails, certains liés à des exigences techniques (comme le stéthoscope en sautoir) et d'autres à des considérations purement sociales (comme le portrait d’ancêtre ou la gravure anglaise dans le cabinet de consultation ou la salle d'attente). Nul doute que bien d'autres professions se prêteraient aux mêmes observations. On constaterait cependant que bon nombre y font exception, notamment beaucoup de professions salariées qui requièrent des rituels de civilité non spécifiques. C'est que, sans doute, seules les professions imprégnées d'une longue tradition ont développé cet ensemble de marqueurs individuels et de rituels d'interaction qui font de leur exercice non seulement la mise en jeu d'une compétence, mais aussi, et parfois surtout, la mise en scène d'une apparence.

15Toute profession peut être caractérisée par une certaine position de compromis entre compétence et apparence. Rares sont celles qui se limitent à la simple compétence (même la dame des Postes ou le préposé de la SNCF doivent s'adresser au public avec amabilité car cela fait partie de la définition de leur situation, même le mécano doit s'exprimer dans un idiome compréhensible du magasinier s'il veut obtenir les pièces de rechange dans un délai raisonnable). Rares sont également les professions qui se limitent à l'apparence ou bien alors celle-ci devient une sorte particulière de compétence (hôtesses d'accueil, mannequins, garçons de café).

16L'insertion dans un milieu n'intervient que comme un effet secondaire des facteurs précédents : on peut imaginer qu'elle joue un rôle négligeable dans les professions reposant sur la compétence (puisque ce qui est en jeu est d’abord l'accomplissement d'une tâche) ou fort important dans celles qui valorisent l'apparence (puisque l'enjeu est alors, partiellement, le maintien d'une façade).

17Outre la nature du métier, celle du milieu revêt une importance cruciale dans la pondération de l'apparence et de la compétence. On peut sans doute admettre que, dans les sociétés traditionnelles - dans les sociétés paysannes du moins-, la compétence est moins dégagée de l'apparence que dans les sociétés dites modernes. En d'autres termes, la légitimité de l'exercice d'une profession repose autant, et sinon plus, sur l’apparence que sur la compétence, non que le geste technique y soit plus qu’ailleurs un geste rituel, mais parce que l'observance d'usages précis est un signe d'insertion dans un milieu et donc un gage de respectabilité.

18A l’inverse, on peut admettre que plus une société sera moderne et plus elle s’efforcera de faire confiance au diplôme qui, avant d'être la marque d'une éducation, est le garant d'un certain savoir-faire. Il se peut néanmoins que, dans bien des cas, les marques de l'apparence se soient simplement déplacées, puisant leur force moins dans les usages familiaux que dans ceux de milieux professionnels fermés (s'extériorisant par exemple dans les tics des promotions des grandes écoles).

19Une dernière question doit être envisagée, celle du désaccord toujours possible entre les différents partenaires quant à la définition de la légitimité. Il demeure, en effet, toujours envisageable qu’un acteur professionnel quelconque n'évalue pas la combinaison de compétence et d’apparence de la même manière que ses clients ou que ses employeurs éventuels. Dès lors l'exercice professionnel se situera dans une zone de malentendu génératrice de conflits. Cette distorsion entre prestation et attente ne voue cependant pas inexorablement l'acteur professionnel à la faillite ou au licenciement ; elle peut, au contraire, être l'origine d'une réévaluation de la légitimité propre à cette profession de la part des utilisateurs. Il est certain néanmoins que le désaccord entre prestation et attente plongera dans l'embarras aussi bien l'utilisateur que l'acteur. Or telle est bien la caractéristique la plus fréquente des rencontres entre paysans et représentants de professions diverses dans les zones rurales en déclin. Les premiers ont fréquemment conservé une attitude traditionnelle face à la légitimité professionnelle, sans doute parce que leur métier est demeuré essentiellement un état plus qu'une profession, alors que les seconds ont d'ordinaire opté pour une position moderniste, axée sur la compétence, qui ne peut que déconcerter les précédents. C'est ce hiatus entre deux conceptions que l'on observera maintenant à travers quelques figures, vieilles d'une quinzaine d'années déjà, du monde pyrénéen.

ii - L'attitude du monde traditionnel

A. L'agriculteur

20L'agriculteur des Baronnies se définissait encore, il y quinze ans, comme un paysan et ce terme, dans sa bouche, sonnait comme une malédiction puisqu'il y ajoutait aussitôt "la dernière des classes !"

21Dans le monde traditionnel, en effet, l'agriculture n'est pas une profession au sens moderne du terme, mais un état. Etre "paysan" ce n'est pas seulement posséder un savoir-faire - lequel, du reste, n'est pas véritablement censé s'apprendre au sens scolaire du terme-, c'est d'abord et avant tout, un mode de vie. Le savoir-faire résulte d'une imitation familiale, et l'apparence d'un consensus culturel. Aussi les paysans des Baronnies sont-ils remarquablement ressemblants tant en ce qui concerne leurs manières d'être qu'en ce qui a trait à leurs pratiques agricoles, même si leurs personnalités se distinguent et s'opposent sans complexe.

22Les exploitations étaient fondées sur une économie agro-pastorale qui alliait une petite polyculture à un élevage modeste faisant un usage important des pâturages d’estive. Ce type d'exploitation, qui a fait ses preuves dans le cadre d'une économie d'auto-subsistance utilisant beaucoup de main d'œuvre tout en se contentant de faibles revenus, s'est trouvé confrontée à une économie de marché dans laquelle le prix de vente des veaux et brebis n'était plus compétitif. De plus, la désertification de la région a abouti à des conséquences des plus fâcheuses : en été, en l'absence de berger l'on ne pouvait mener sur les pâturages d'estive que les brebis qui "connaissaient la montagne", et, en hiver, pendant que l'homme labourait dans une partie de la commune, la femme gardait le troupeau sur quelque pré éloigné. De fait, l'activité agricole traditionnelle n'était maintenue qu'au prix d'un emploi du temps harrassant et souvent grâce à un revenu complémentaire qui permettait de combler les failles d'une exploitation n’autorisant plus l'auto-subsistance sans pour autant fournir un revenu suffisant. Dans ces conditions, les agriculteurs - pour la plupart déjà âgés - se refusaient à tout investissement. On avait, en définitive, le sentiment que c'était un mode de vie, voire une identité, et non pas une profession, qui était préservé ; il était clair, de plus, que cette préservation s'effectuait au prix d'un labeur exténuant et peu rémunérateur. Tout autre choix cependant paraissait exclu, comme hors du champ du monde connu. Aussi ces agriculteurs jugeaient-ils très sévèrement tout changement. Accroître la surface d'exploitation ? Cela revenait, d'une part, à se mettre dans l’obligation de s'équiper d'un matériel coûteux et, d'autre part, à chasser de leurs terres quelques petits vieux contraints à une retraite qu'ils ne revendiquaient nullement. Enclore les pâturages ? L'évocation de fils de fer barbelés zébrant le paysage avait quelque chose de révoltant. Hormis le motoculteur et la tronçonneuse, qui rendaient le travail efficace sans rien changer à ses habitudes, le paysan des Baronnies ne concevait pas qu'une quelconque innovation fût possible, sinon à transformer la région en une sorte de vaste pacage extensif, vision apocalyptique qui semblait néanmoins reveler du possible sinon du probable.

23Pareillement, les usages et les apparences demeuraient d’une remarquable constance : aux hommes le bleu de travail et le béret ; aux femmes le tablier et la jupe foncée. Les uns et les autres ne quittaient la ferme que quelques heures par semaine pour le marché de Lannemezan. Tous respectaient les formes de civilité qui faisaient de l'entraide entre voisins une exigence absolue et de la conversation prolongée un plaisir quotidien.

24Face à une profession qui se définit d'abord comme une forme d'identité, la nouveauté est forcément mal vue. De fait, il y eut au moins deux types d’immigrants qui s'installèrent dans la région durant les années soixante-dix et qui échouèrent dans leur ambition à vivre de l'agriculture.

25Les premiers furent les jeunes marginaux qui s'établirent dans un vallon à l'abandon. On les soupçonna aussitôt d'avoir des mœurs dissolues et de cultiver le hachisch. Toutes choses que plusieurs visites de la gendarmerie et le survol d'un hélicoptère vinrent, semble-t-il, confirmer. Les seconds étaient, au contraire, d'anciens commerçants las de la ville, venus avec des capitaux s'installer sur des terres qu'ils comptaient exploiter "rationnellement". L'aménagement de leur intérieur, leur mode de vie peu communicatif, et surtout leur tendance à laisser leurs bêtes errer sur les terres des voisins, déplaisante habitude à laquelle s'ajoutait d'insultantes propositions de dédommagements financiers, suscitèrent les jugements les plus sévères et les pronostics les plus noirs, lesquels ne manquèrent pas de s'avérer prophétiques. Dans tous les cas, la conclusion était la même : "La terre, il faut y être né !"

26Dans ces conditions, la faillite professionnelle est aussi un cataclysme culturel puisqu'elle implique non seulement des choix d’existence décourageants, mais aussi le blocage définitif de mécanismes dévolutifs sur lesquels repose le métier, car être agriculteur cela ne s'apprend pas, cela se transmet ! Dès lors, l'objet de la transmission est évidemment moins une compétence qu'un statut social, et, lorsque celui-ci est devenu vain, la société ne peut que disparaître en tant que forme culturelle originale.

B. Le médecin rural

27Rien n'est plus difficile à évaluer, même pour un citadin moderne, que la compétence d'un médecin. La nature et le lieu de délivrance d'un diplôme, le lien avec un service hospitalier et la réputation acquise auprès d'autres patients en sont quelques éléments plus ou moins objectifs. A ces facteurs d'appréciation, qui concernent la compétence proprement dite, s’en ajoutent immanquablement d’autres, qui touchent à l’apparence : mobilier de la salle d'attente et du cabinet, affabilité du praticien. Un médecin parisien qui recevrait chez lui en blouse blanche et à l'hôpital en complet veston passerait pour un rustre dans le premier cas et pour un cuistre dans le second. Le patient citadin est curieux de mille détails qui sont pour lui autant d'informations précieuses quant à la personne du médecin et donc quant à la confiance qu'il peut éventuellement lui accorder. Des appréciations objectives se mêlent à des considérations subjectives qui font de la pratique médicale un nécessaire compromis entre des compétences diagnostiques, des dons de contact et un art de la mise en scène.

28Il en va différemment dans le monde traditionnel pour lequel la compétence et l'apparence vont le plus souvent de pair. Pour le paysan des Baronnies, la médecine paraît, comme l'agriculture, liée à un état. Aussi tient-on pour normal que l'on naisse médecin comme on naît paysan ; de fait, cette profession, qui semble souvent s'organiser selon le modèle dynastique, surtout dans les régions rurales, vient confirmer ce présupposé.

29L'habitant du monde traditionnel n’attend pas seulement du médecin une compétence purement médicale, mais aussi un ensemble de conseils et de secours sociaux ou administratifs qui impliquent de la part du médecin, une bonne connaissance de la situation du patient ainsi qu'une maîtrise des mécanismes bureaucratiques tant médicaux que "sociaux". Autant dire qu'il se trouve en position de médiateur et donc virtuellement, de notable.

30Quant à la compétence purement technique, l'habitant du monde traditionnel s'en méfie, non sans raison : elle lui fait peur ("tous ces médicaments ça fatigue !") et lui semble souvent aussi présomptueuse que vaine (aussi a-t-il occasionnellement recours à des guérisseurs). Quant à l'assistance humaine et bureaucratique, elle lui semble essentielle au point de caractériser la profession médicale autant et sinon plus que la compétence. Dans ces conditions, on ne saurait volontiers changer de médecin. On dit, du reste : "Je me sers au docteur X" comme on dit : "Je me sers au boucher de Lannemezan" : dans les deux cas la fidélité s’impose si l’on veut être bien servi, mais elle joue un rôle plus fondamental encore dans le cas du médecin, lequel n'offre pas seulement des prestations, mais partage aussi des secrets.

31Comment alors choisir son médecin ? La réponse va de soi : en prenant le fils après le père ! Le choix n'est pas nécessairement durable : si le patient s'aperçoit à l'usage que, malgré la filiation, le fils n'a pas acquis les manières simples et dévouées du père, s'il se montre hautain et trop sûr de lui, technicien et peu enclin à remplir les feuilles de sécurité sociale, alors un changement d'allégeance est à prévoir. Mais vers qui se reporter alors ?

32Curieusement, une sorte de consensus semble s'opérer sur la hiérarchie des compétences et elle place en tête, à juste titre d'ailleurs, un notable. Sans doute n'est-il pas de souche locale et ne tient-il pas sa légitimité professionnelle de la filiation, mais chacun s'accorde à admettre qu'il a une parfaite maîtrise de la bureaucratie, possède une aptitude au contact humain et fait preuve d'un dévouement certain. La compétence purement médicale semble s'allier nécessairement à ces qualités. Aussi la salle d'attente est-elle toujours comble : les patients supportent sans irritation les longues attentes dues aussi bien à l'affluence qu'à la longueur des consultations parfois ponctuées de coups de téléphone requérant des diagnostics politiques. Le prestige personnel joint à l'assurance du jugement médical confèrent à ce médecin une légitimité tant dans l'exercice de son métier que dans ses fonctions électives et le placent en haut de la hiérarchie professionnelle, aux yeux des patients ruraux du moins.

33Dans le monde traditionnel une profession n’est jamais simplement l'exercice d'une compétence, mais aussi une manière d'être qui témoigne tant de qualités personnelles que de l'appartenance à un milieu. Il peut encore survenir, exceptionnellement, que la légitimité professionnelle soit issue d'une autre source : celle du don. Le guérisseur remplace alors le médecin.

34Dans cette vision du monde aucune profession ne saurait se résumer à la mise en œuvre d'une compétence : il en va d'un savoir-vivre ou d'un talent inné.

C. Le curé

35Sans doute y a-t-il quelque abus à traiter de l'activité ecclésiastique comme d'une profession, il s'agit bien davantage d’un état, et c'est bien en cela qu'un rapprochement est possible avec la condition paysanne.

36La légitimité de ce que l'on appellera "l’exercice ecclésiastique” dérive, aux yeux du représentant du monde traditionnel, de l'appartenance à l'Église et de la conformité des comportements ecclésiastiques à certains canons allant de la bonhomie à la sainteté ; elle provient donc d'une investiture et d'une apparence. Ces deux aspects ne sont pas indissociables : l'histoire récente de l'Église est faite de modifications substantielles et répétées de l'apparence des prêtres (abandon de la soutane, du latin ; implication plus prononcée dans la vie de la Cité, etc). Ces altérations imposent aux fidèles - et aux autres aussi - de reconsidérer fréquemment leur conception de la légitimité ecclésiastique ; il en découle que, devant ces changements fréquents d'apparence (c'est-à-dire également de comportements quotidiens) et d'usages, seule l'investiture apparaît comme le fondement de la légitimité ecclésiastique.

37Apparence et investiture ne sont pas non plus totalement indépendantes car un écart trop important entre comportements observés et comportements attendus entraîne une perte de légitimité : témoin une lettre trouvée dans les archives d'une mairie des Baronnies. Daté de la fin du XIXe siècle, ce brouillon d’une missive destinée à l'évêque se plaignait en termes colorés du comportement luxurieux et pugillistique du curé de la paroisse ; il est clair cependant que les plaintes formulées à l'encontre de l'attitude scandaleuse dissimulaient à peine le désir de se débarrasser d'un prêtre qui s'opposait à la construction d'une école laïque (la lettre comporte un paragraphe, judicieusement biffé, mentionnant cette revendication). Aujourd'hui encore, les paysans des Baronnies ne se signalent pas par leur zèle religieux, quelques faits épars, mais significatifs, en témoignent : en raison de la raréfaction des prêtres et du grand nombre des paroisses à desservir, la messe n'est dite au village que très épisodiquement ; or les adultes n'y vont pas pour autant, ils y déposent les enfants en voiture et reviennent les chercher à la sortie. Les plus vilaines pommes, celles qui sont ridées et racornies, sont nommées "pommes à curé". Lors d'une fête familiale, un vieillard s'écrie : "Oh, les curés, tu leur donnes ça [il montre sa main], ils prennent ça [il montre son bras] !" sans remarquer que le curé est justement assis à deux pas de lui. Ce dédain de la pratique religieuse et ce peu d'estime pour les prêtres n'en n'est pourtant pas moins exigeant : il ne tolère guère que les curés s'écartent de certaines normes idéales. Aussi voit-on d'un œil narquois plutôt qu'irrité les activités militantes de deux des desservants de la région : ils organisent, dit-on, des marches de protestation contre l'extension du camp militaire du Larzac. Ce n'est pas tant la nature de leur engagement qui est visée que le fait même de l'engagement. Ce qui, aux yeux d'un habitant du monde moderne apparaît comme une manifestation de la considération du prochain, comme une relation légitime dans son principe entre un choix existentiel (le service de Dieu et du prochain) et une action militante, n'est perçu, dans le monde traditionnel, que comme une dérogation aux comportements fixés par l'appartenance à un état.

38C'est bien en cela que l'exemple de la pratique ecclésiastique est intéressant car il existe un certain parallélisme entre sacerdoce et profession. C'est ainsi que dans le monde moderne, l'une et l'autre se caractérisent par des combinaisons comparables : la première allie un choix existentiel sanctionné par une investiture à une pratique tournée vers l’action, et la seconde une compétence sanctionnée par un diplôme à une pratique enrichie par l'expérience. C'est ainsi également que, dans le monde traditionnel, l'une et l’autre se caractérisent par des combinaisons comparables, mais différentes des précédentes : la première (le sacerdoce) allie l'intronisation et la conformité des mœurs à un idéal, et la seconde (la profession) la transmission héréditaire à la conformité de l'apparence aux normes d'un état. On voit que, quel que soit le domaine considéré, les deux conceptions sont totalement antagonistes et, apparemment, irréconciliables.

D. Le fonctionnaire

39Les professions de fonctionnaire sont les seules sans doute dont le recrutement soit opéré par concours, c'est-à-dire par un moyen dépersonnalisé qui ne prend en compte que la compétence à l'exclusion de l'apparence. Corrélativement, ce sont également les seules dont l'exercice soit conçu comme la mise en œuvre, également impersonnelle, de pratiques et de procédures parfaitement standardisées. Les fonctionnaires sont, théoriquement, interchangeables et peuvent donc être mutés sans dommage pour le service.

40Cette impersonnalité de l'exercice de la profession élimine donc l'apparence de la définition de la légitimité professionnelle. Aussi n’est-il pas surprenant que, durant tout le XIXe siècle et jusqu'à nos jours, les paysans aient encouragé leurs enfants à tenter leur chance dans ces professions : elles seules offraient une promotion sociale totalement indépendante de la transmission héréditaire d'usages et de manière d'être. Les positions sociales qu'elles offraient étaient non pas acquises, mais conquises puisque le recrutement n'était pas fondé sur la reconnaissance de traits de comportement liés à l'appartenance à un milieu.

41Le monde paysan, néanmoins, ne se satisfait pas du spectacle d'un métier qui paraît défini de manière si technique, et ce d'autant moins qu'il s'apparente, lui aussi, à un état. Aussi juge-t-il le receveur des postes ou l'instituteur non sur sa compétence supposée (et du reste impossible à évaluer), mais sur la conformité de ses manières à un certain idéal de civilité.

42Alors que le monde moderne lie la légitimité de l'exercice des professions purement techniques (administratives, par exemple) à l'efficacité et à la célérité du geste ou de l'opération, le monde traditionnel la ramène à l'acquisition de comportements nécessairement imprégnés de courtoisie et de modestie ("serviable et pas fier").

iii - Du monde traditionnel au moderne

43Quel que soit le domaine considéré, de profonds antagonismes apparaissent entre les conceptions que se font le monde traditionnel et le monde moderne de la légitimité de l'exercice professionnel.

44Pour le monde traditionnel, une profession est d'abord un état, la profession d'agriculteur offrant l'exemple le plus clair de cette conception. Une telle profession a donc tout chance de s'insérer dans un mécanisme dévolutif et ce d'autant plus qu’elle comporte un aspect patrimonial (terre, charge notariale, clientèle médicale, etc). La légitimité de l’exercice professionnel dérive alors de deux sources qui sont l'intronisation (laquelle découle elle-même fréquemment de mécanismes dévolutifs) et l'apparence (incluant les usages) qui est le gage de l'appartenance à un milieu pétri de traditions. Dans une telle conception, la légitimité principale à l'exercice d'une profession a toute chance d'être liée à un phénomène de transmission (tant de biens que d'usages), la compétence proprement dite n'intervenant que comme légitimation complémentaire.

45A l'inverse, pour le monde moderne, une profession est d'abord la mise en œuvre d'une compétence. Il en découle que la légitimité de l'exercice professionnel dérive principalement, voire exclusivement, d'un diplôme, et secondairement de la conformité à une certaine apparence, laquelle exprime bien sûr l'appartenance à un certain milieu ; mais il ne s'agit pas d'une sorte de "caste", mais plutôt d'un groupe de pression tentant de faire valoir sa particularité (anciens élèves de certaines grandes écoles, corps de fonctionnaires, corporations, etc). D'une manière générale, la légitimité sera d'autant plus attachée au diplôme que la profession fera plus appel à des connaissances techniques ; corrélativement, elle sera d'autant plus liée à une apparence qu’elle reposera sur une prestation plus personnelle et donc liée à l'acquisition de nombreux usages.

46De ces différences profondes quant à la conception de la légitimité professionnelle résultent immanquablement des situations conflictuelles. Celles-ci semblent susceptibles de prendre au moins deux formes différentes.

47Elles peuvent tout d'abord consister en une intrusion de professions du monde moderne dans le monde traditionnel (banquiers, assureurs, par exemple). Lors de ces rencontres, les représentants du monde traditionnel ne disposent pas de critères de jugement éprouvé et ne peuvent s'en remettre qu'au calcul du gain et des pertes lorsqu'il est possible ; à défaut, ils s'efforceront de "jauger" le caractère et les manières de l'interlocuteur. Inversement, les représentants du monde moderne ont le plus grand mal à comprendre que toute innovation qui vise à faire prévaloir une compétence acquise sur la reproduction d'attitudes liées à un état soit perçue d'abord comme un danger.

48Elles peuvent également survenir lorsque les acteurs et les utilisateurs ne définissent pas de la même manière la légitimité professionnelle. Tel était le cas du médecin se désintéressant des aspects non purement médicaux ou du prêtre s'engageant dans des actions non spécifiquement liturgiques. Les conséquences peuvent en être le rejet quand le hiatus se maintient ou l'acceptation des comportement nouveaux quand il disparaît ; le pronostic s'avère à chaque fois trop particulier pour autoriser une généralisation quelconque.

49La vie quotidienne de ces sociétés soumises à un changement social d'autant plus inexorable qu'il a été long à survenir est faite de ces malentendus répétés.

Conclusion

50Au-delà de conceptions opposées de la légitimité professionnelle, ce sont bien des représentations différentes de la hiérarchie sociale et de la mobilité qui se dessinent.

51Pour le représentant du monde moderne, l’univers professionnel est, dans sa forme épurée, un champ de concurrence entre des compétences individuelles. Le système éducatif est alors censé compenser les inégalités en offrant des chances égales à tous et donc en favorisant la mobilité. Aussi l'école représente-t-elle un enjeu politique fondamental, et l'éducation fait-elle l'objet de stratégies familiales et individuelles sophistiquées. En tant que vecteur essentiel de la compétence, elle se présente comme la clé de la promotion sociale. Il n'est pas exclu néanmoins que l’apparence ne joue un rôle important dans la réussite sociale, mais ce rôle est alors tenu pour secondaire. En d'autres termes, la compétence est la légitimation principale et l'apparence la légitimation complémentaire.

52Pour le représentant du monde traditionnel, l'univers social apparaît davantage comme le lieu de confrontation de différents milieux relativement clos et permanents. Et le paysan sait d'emblée que le sien n'est pas le plus enviable. Dès lors la mobilité sociale, qui est, dans ces conditions, un impératif catégorique, se doit de prendre le chemin des professions dont le recrutement ne fait, en principe, pas cas de l'apparence (les fonctionnaires). La vie sociale contemporaine apparaît, dans cette perspective, comme la confrontation entre des milieux professionnels pour lesquels l’apparence est la légitimité principale et la compétence la légitimité complémentaire. Il n'est donc pas surprenant que, pour le paysan traditionnel, le monde paraisse prodigieusement clos et hostile.

53Sans doute l’expérience quotidienne de chacun vient-elle modifier ces conceptions trop exclusives ; c'est ainsi que le représentant du monde traditionnel apprend à jouer de l'éducation et à faire valoir ses diplômes. Mais alors il se détourne immanquablement des professions dont la légitimité lui paraît indissociable d'usages qu'il ne connaît pas, de la même manière qu'on évite les restaurants trop guindés bien qu'on ait les moyens d'en payer l'addition. Aux obstacles inévitables à la mobilité qu'ont mis en lumière les études sociologiques citées en début d’article s’ajoutent une sorte d'auto-censure dictée par un sens aigu des marques de la différenciation sociale. Et les exclus en sont toujours plus conscients que les nantis.

54Il semble qu'il n'y ait guère de transition possible entre un monde qui voit la profession comme un état et un autre qui la tient pour une compétence : il faut passer brutalement de l'un à l'autre. Ce passage oblige à recourir à d'autres modèles de comportement et d'identification : le fils du paysan beauceron est chef d’entreprise et fonde sa légitimité non sur la possession de la terre, durement acquise par son père, mais sur la rationalisation de sa gestion.

55Dès lors deux voies s'offrent à la mobilité sociale, celle qui passe par la transformation d'un état en compétence, mais elle suppose que la société globale offre une niche économique permettant cette mutation, et celle qui passe par la conquête d'une profession au moyen de l'éducation, mais elle se heurte à toutes les barrières discrètes que sont les usages et l'apparence.

Bibliographie

Bibliographie

AUGUSTINS, G., "Du statut au contrat ? Ebauche d'un point de vue sur les transmissions entre générations dans le monde moderne", in Singularités. Les voies de l'émergence individuelle, textes pour Éric de Dampierre, Paris, Plon, 1989, p. 339-350.

BOUDON, R., L'Inégalité des chances : la mobilité sociale dans les sociétés industrielles, Paris, Armand Colin, 1973.

BOURDIEU, P. et Passeron, J.-C., Les Héritiers, Paris, Editions de Minuit, 1964.

GOFFMAN, E., The Presentation of Self in Everyday Life, s.l., Anchor Books, 1959.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site