Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Trajectoires professionnelles et trajectoires familiales : l'exemple des marchands de bestiaux (1866-1980)

Rolande Bonnain

Texto completo

  • 1 Le contexte d'urbanisation sera pris ici au sens démographique et spatial, mais aussi au sens cult (...)

1A propos des marchands de bestiaux et plutôt que de parler de reproduction sociale, terme trop ambitieux à ce stade de mon travail - et qui pose en outre l'épineux problème de la traduction des équivalences statutaires et professionnelles entre activités - je voudrais évoquer ici les conditions nécessaires pour la continuité intra et intergénérationnelle d'une profession qui s'inscrit dans le cadre général des échanges1. En dehors des conditions économiques (l'offre de travail), existe-t-il des caractéristiques qui rendent plus faciles ou plus difficiles la poursuite du métier par un héritier ? En quoi consiste le capital nécessaire à l’exercice de l'activité ? Est-il transmissible ou cessible et à quelles conditions ? Autres questions, naître dans une famille de commerçants en bestiaux, est-ce un avantage pour poursuivre une carrière dans une autre branche du commerce ou l'expérience acquise n'est-elle pas transférable ? Que deviennent les recalés de la reproduction à l'identique alors que l’agriculture ne peut plus les accueillir comme au siècle précédent ? L’examen des effectifs de la profession dans le département des Hautes-Pyrénées en 1866, 1930, 1982 fournira les cadres quantitatifs de cette réflexion. Dans un second temps, l'étude des trajectoires familiales des marchands de bestiaux de Rabastens-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) devrait apporter des éléments de réponse aux questions posées plus haut.

2Cette étude sera également l'occasion de montrer comment la micro-histoire d’un groupe professionnel, retracée à l'aide des apports des différentes disciplines (concepts et méthodes), rejoint l'histoire tout court en dégageant les contaminations d'ordre sociétal qui jouent dans le devenir du groupe.

i - Les sources

  • 2 A.D.H.P. 6M29 et 6M36-47.
  • 3 Abadie de Sarrancolin, L'Indicateur des Hautes-Pyrénées, Paris, 1856.

3Pour la partie plus générale, j'ai d'abord utilisé les recensements de 1856 et 18662 et j'ai recoupé ces sources avec les enquêtes d'Abadie de Sarrancolin3. Malheureusement, d'une part, les sources varient énormément entre les minimalistes des recensements de 1856 et 1866 qui n'ont relevé que les marchands officiels, patentés, ayant pignon sur rue et les maximalistes des localités interrogés par Abadie qui ont déclaré toutes les personnes qui vendaient ou échangeaient des animaux destinés à l'élevage ou à la boucherie ; finalement, je m'en suis tenue aux chiffres de 1866 pour le département pris dans sa globalité, tout en les sachant inférieurs de beaucoup à la réalité. D'autre part, les recensements ne font pas mention des marchands d'animaux de travail ou d'élevage ; cette absence renvoie à la difficulté de saisir les conditions d'exercice de la profession.

  • 4 A.D.H.P. 6M54.

4Pour 1930, je me suis servie des récépissés de demandes de carte d'acheteur professionnel, conservés aux archives départementales4, et j’ai croisé ces informations avec celles provenant de la consultation des registres des tribunaux de commerce de Tarbes et de Bagnères-de-Bigorre, où chaque commerçant est tenu de s'inscrire.

5Les éléments portés sur les fiches ne peuvent pas remplacer la consultation des recensements ni celle de l'état civil, mais permettent d'y suppléer lorsqu'elle est interdite par la loi. En outre, grâce à elles, on peut repérer très vite les professionnels de telle ou telle branche d'activité et la longévité de leur carrière, ainsi que les causes de l'abandon de la profession (cession, faillite, abandon simple).

6Je me suis également servie des histoires de vie des marchands haut-pyrénéens recueillies entre 1979 et 1981. Pour Rabastens, à la consultation de l'état civil et des recensements j'ai ajouté des entretiens avec des habitants qui avaient bien connu le bourg avant 1960.

ii - Les marchands, un groupe fluctuant et composite

  • 5 A.D.H.P. 6M143.

7En 1866, soit huit ans après les apparitions de Lourdes et sept ans après l'arrivée à Tarbes de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Morcenx, le département (240 252 habitants) vivant de l'agriculture à 70 % pratique largement l'élevage (cf. tableau 1). Les ovins ne seront jamais aussi nombreux en montagne ; les chevaux sont élevés dans la plaine où prendra naissance la race tarbaise. A la même date, les effectifs des artisans et des commerçants de la viande et des animaux vivants sont faibles et inégalement répartis sur le territoire (cf. tableau 2). En pays naisseur (la montagne), il y a à la fois peu de bouchers, charcutiers, tripiers et pas de marchands d'animaux de boucherie. On retrouve ici une des caractéristiques du commerce de bétail : les marchands se trouvent tous en pays d'embouche ou d'utilisation (cf. carte 1). Cette localisation est accentuée par l'absence de villes importantes. En 1837, dans une ville de plus de 8 000 habitants dont 6 000 agglomérés, on ne tuait encore qu’un gros bovin à la fois5. L'arrondissement de Tarbes, le plus fertile et le plus peuplé, abrite une ville de 14 000 h et des localités non négligeables, aussi les bouchers y sont nombreux.

Tableau 1. Bétail des Hautes-Pyrénées

Tableau 1. Bétail des Hautes-Pyrénées

* source : 6M29
** source : recensement de 1926
*** source : RGA

Tableau 2. Les professionnels de la filière bétail en 1866

Tableau 2. Les professionnels de la filière bétail en 1866

* source : A.D.H.P. 6M36-47.

8Le commerce d'animaux de boucherie est tenu par les bouchers des villes et des bourgs qui achètent sur le foirail de leur localité. Les boucheries sont des entreprises familiales avec au plus deux employés et très rarement des domestiques.

  • 6 A. Perpillou, Les Produits de l'élevage, Paris, C.D.U., 1966, p. 79.
  • 7 M. Demonet, Tableau de l'agriculture française au milieu du 19e siècle ; l'enquête de 1852, Paris, (...)

9Les marchands d'animaux de boucherie, personnages qui apparaissent au XVIIe et au XVIIIe siècle6 lorsque l'économie bénéficie de meilleures voies de communication, ne se multiplieront que quand le bétail deviendra objet de spéculation et que les régions non seulement se seront séparées entre pays naisseurs et pays d'embouche, vieille distinction, mais aussi en pays producteurs de viande ou de lait, ou encore d'animaux de travail. Si cette spécialisation est déjà faite dans le Nord et en Normandie en raison de l’importance des centres urbains, elle n’existe pas dans le Sud-Ouest atlantique où seules les contraintes du relief dictent le type de ressources7.

  • 8 B. Lizet, Le Cheval dans la vie quotidienne, Paris, Berger-Levrault, 1982, p. 71-79.

10Les marchands de chevaux, de mulets, d'ânes qui sont un peu plus nombreux que les précédents, et se trouvent presque tous dans le nord du département, n’y sont pas localisés parce qu'ils sont plus près des élevages mais parce qu'ils sont proches de la clientèle urbaine qui désire un cheval de selle et qui, pour ne pas se tromper, fait appel à un professionnel8.

Carte 1. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1866

Carte 1. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1866

11En 1930 le département compte 190 000 habitants, les entreprises de commerce de bestiaux sont au nombre de 130, localisées à 94 % dans l'arrondissement de Tarbes. La plus forte concentration se trouve dans le canton de Rabastens (36 % de l'effectif haut-pyrénéen) et dans le bourg lui-même (30 % des marchands du département) ; ensuite viennent les cantons tarbais, centre de consommation important et marché affluent, puis le canton de Castelnau-Magnoac, proche du Gers et de la Haute-Garonne qui fournissent les bovins de trait de race gasconne (cf. carte 2). Les marchands de chevaux locaux ont pratiquement disparu malgré un élevage qui se tourne vers la compétition. Les marchands de porcelets sont nombreux : la petite région de Miélan (Gers) s'est spécialisée dans cet élevage et les porcheries industrielles voient le jour dans le Sud-Est (région de Marseille). Grâce au chemin de fer, les marchands haut-pyrénéens exportent les animaux de boucherie jusqu'à Nîmes et Montpellier. A cette époque, le marchand de bestiaux est encore un homme seul, qui travaille avec un aide familial ou un conducteur. 94 entreprises n'ont qu'un seul acheteur, le patron ; 24 travaillent à 2 (couple ascendant/enfant, frères, ménage, patron/salarié) ; 12 seulement occupent plus de deux personnes : dans 4 cas il s'agit toujours de la famille ; dans 7 cas, elle est associée à des salariés : c'est en particulier le cas des grands marchands rabastenais - à l'échelle du département -, les Gaillat, les Jourdan, les Monfort, les Dupui (cf. tableau 3).

12On continue, dans cette partie de la France et comme en 1852, à tracter la charrue par des bœufs ou des vaches qu'il faut dresser, changer, apparier, engraisser ensuite. La situation des marchands est florissante car les transports se font soit à pied soit en train, ce qui limite la concurrence extérieure.

Tableau 3. Structures des entreprises du commerce du bétail en 1930

Chevaux

Bovins

Ovins

Porcelets

+ 2 personnes

6

6

2 personnes

1

12

1

10

1 personne

4

50

7

33

Total

5

68

8

49

Carte 2. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1930

Carte 2. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1930

13La consommation de viande a beaucoup augmenté, ainsi que la population urbaine - les deux étant liées en partie - et les bouchers n'achètent plus directement sur le marché. Seulement 102 demanderont une carte d'acheteur de bétail vivant. Depuis 1860 est apparu un autre intermédiaire, le Chevillard qui peut acheter sur pied et revendre par pièce aux bouchers détaillants. Ils sont trois dans le département.

14En 1980, le commerçant en bestiaux continue de réaliser l'adéquation entre l'offre (de la production, très hétérogène et dispersée) et la demande (de la consommation pour le bétail de boucherie, de la production pour le bétail d'élevage). Il opère la collecte, le tri, l'allotement et l'expédition des animaux. On assiste actuellement à une spécialisation des activités, soit vers les animaux de boucherie, soit vers les animaux d'élevage, soit vers l'expédition à l'étranger comme en France. Certains commerçants élèvent une partie des animaux qu'ils vendent. A l'aval, certains ajoutent une activité d’abattage, voire de découpe, en vue d'accroître la valeur ajoutée sur le produit.

15Les commerçants haut-pyrénéens, toutes catégories confondues, sont au nombre de 22 (dont 3 sociétés), pour 227 000 habitants dont 59 % vivant dans des agglomérations urbaines ; 16 s'occupent de bovins et de chevaux lourds à l’occasion. Vingt entreprises se trouvent dans l'arrondissement de Tarbes et deux à Rabastens (cf. carte 3).

  • 9 J.-F. Troin, Les Souks marocains, Aix-en-Provence, Edisud, 1975, p. 417 sq.

16Le métier s'est ruralisé : on assiste, pour le commerce comme pour les grands marchés, à une exclusion spatiale9. Quand ceux-ci prennent trop d'importance, ils gênent les voisins et ne peuvent s’étendre qu'à l'extérieur. Sur les 22 sociétés haut-pyrénéennes, un tiers d’entre elles n'ont pas été créées mais transmises. Comment expliquer cette baisse considérable des effectifs de la profession (-90 %) entre 1930 et 1980 ? Si la consommation de viande atteint aujourd’hui 28,3 kg/personne/an, on n’élève plus de bêtes de travail (mules et bovins). D'autres raisons ont été néfastes au secteur des bovins et ont poussé les marchands à quitter leur profession. En amont, l’élevage industriel s'est implanté (élevage de veaux en batterie, production de taurillons) et les animaux ne passent plus qu’une fois sur le marché. Pour l'aval, la grande distribution a instauré le paiement à 90 jours voire 120 jours. Déjà la profession avait subi l'imposition du paiement par chèque en 1960 : les marchands traditionnels habitués à payer comptant et à se faire payer sur le champ par les professionnels sont devenus dépendants des banques ; ils n'ont pu contrôler d'assez près la solvabilité de leurs clients et ont dû déposer leur bilan. Ce fait plus des règlements sanitaires nouveaux ont contraint une première vague de marchands à quitter la profession vers les années 70. Celle-ci s'est concentrée. Il y avait 6 000 marchands (chiffre de la Fédération des commerçants de bestiaux) en 1980 comme en 1837. Entre 72 et 79, le nombre d'entreprises a baissé de 23 % alors que le chiffre d'affaires progressait de 153 %. La profession s'est intégrée sur le modèle de la SOCOPA, en particulier dans le secteur de l'abattage.

Carte 3. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1982

Carte 3. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1982

17On assiste à la même chute d'effectifs dans le secteur du commerce du porcelet. Les gros éleveurs d'avant la guerre ou de juste après ont décidé de produire leurs propres porcelets. Les coopératives se sont implantées, enfin les maisons d'aliments du bétail ont décidé d'avoir leurs propres productions. A l'heure actuelle, aucun porc gras ne passe sur le marché.

18Au-delà de la centaine d'exportateurs français qui tiennent le haut du pavé dans la profession, le commerce des bestiaux est le fait d'entreprises réduites en taille où l'utilisation de la main-d’œuvre familiale, la plupart du temps non salariée ou déclarée comme aide familiale, permet de résister à une réduction extrême des marges due à une concurrence très vive : 90 % des entreprises emploient moins de 5 personnes et 20 % seulement ont un statut de société.

iii - Familles et groupe de commerçants à Rabastens

  • 10 R. Bonnain, "Transmission du métier et du patrimoine en milieu urbain (1800-1860)", in G. Bouchard (...)

19Dans un précédent article10 j'avais montré comment, dans la première moitié du XIXe siècle, le cycle de vie des commerçants en bestiaux était à la fois biologique, professionnel et statutaire. L'éventail des niveaux de fortune était extrêmement ouvert et pouvait déjà s’appréhender par les alliances. L'endogamie géographique, naturellement plus forte que dans un village, se doublait d'une endogamie professionnelle marquée ; les femmes jouaient un rôle dans la poursuite et la transmission du métier par l'importance des doubles filiations et leur compétence. J’avais aussi noté l'existence de micro-climats familiaux, ce qu'on appelle ailleurs fronts de parenté et que je qualifierais plutôt de réseaux parentèlaires, et souligné le rôle médiateur de la profession sur les plans matériel et symbolique entre les agriculteurs et les autres acteurs économiques. La transmission préférentielle du patrimoine allait de pair avec la transmission de métier quand la conjoncture était favorable, les exclus recevant cependant des modèles et une place dans les réseaux commerciaux leur permettant de rester dans le même milieu d'activité, le commerce. Je ne reviendrai pas sur ces points sauf si les changements intervenus entraînent des modifications importantes dans les comportements.

A. Une quasi-disparition en 120 ans

  • 11 A.D.H.P. 6M36-47.

20D’après Abadie de Sarrancolin, il existait à Rabastens, en 1856, 28 courtiers et marchands en animaux vivants pour une population de 1 321 habitants. Dix ans plus tard, la feuille du dénombrement de 186611 signalait cinq marchands d'animaux vivants et trois marchands de chevaux pour une population de 1.325 habitants. On a donné plus haut les possibles explications de ces chiffres divergents, ceux d'Abadie étant les plus proches de la réalité d'après une étude précédente ; il semble bien que les autres courtiers et commissionnaires manquants en 1866 ont été recensés avec les cabaretiers (20 pour le bourg) et les artisans de l'équipement de la personne.

21En 1930, pour une population de 944 habitants, les commerçants en bestiaux étaient 38, chiffre qui tombe à 2 pour une population de 1 095 habitants en 1980. Comment expliquer cette chute brutale et le maintien d'un marché au bétail très affluent, le quatrième de France pour la vente des petits veaux et dans les travées duquel déambulent les commissionnaires des marchands belges, espagnols et surtout italiens ? Ou plutôt en dehors des explications économiques globales déjà évoquées, y-a-t-il eu des conditions relevant de l'ordre familial et professionnel pour que le métier ne se soit pas transmis ? On parlera ici des facteurs démographiques, relationnels, éducationnels, géographiques, ainsi que des caractéristiques économiques spécifiques au groupe étudié.

B. Les hasards et les nécessités de la démographie

22La transmission qui s'effectue à un héritier masculin et un seul est fragile. Pour peu que celui-ci n'existe pas, disparaisse ou choisisse une autre activité, la continuité dans le métier s'interrompt.

23En premier lieu, il y a des familles où il n'y a pas eu de fils. Si celui-ci pouvait être remplacé par un gendre, ce n'est pas le cas aujourd'hui, où le métier est moins attrayant. "Si vous passez en revue les marchands de Rabastens, ils n’ont pas eu de descendant qui ait pris. Il n’y a pas beaucoup eu de garçons chez les marchands". Pierre J., né en 1866, fils d'un tailleur de Poueyferré qui avait quitté la montagne, commence l'activité de marchand que son fils Léon (1897-1955) reprend avec succès : il aura plusieurs acheteurs, trois domestiques, sera président du syndicat et acheteur officiel pendant la guerre. De son mariage avec la fille d'un négociant en bestiaux du bourg, deux fils naitront ; le cadet se mariera dans le Gers pendant que le premier reprenait avec sa mère les affaires familiales ; il n'aura que trois filles et lui-même mourra d'un accident à 43 ans. Le cousin de Léon, Pierre, courtier en porcs, n'aura également que des filles. Une lignée alliée, les D., finira également faute d'héritier mâle. Ce sera encore le cas d'Adrien M., ancien président du syndicat des commerçants en bestiaux des Hautes-Pyrénées.

24La guerre de 1914-1918, la plus éprouvante pour Rabastens (43 morts dont 5 fils de marchands pour 1.089 habitants en 1911) n'a pas ébranlé la corporation locale. Au contraire elle a favorisé l'installation de marchands venant d’autres localités : les frères M., nés à Orleix d'une mère rabastenaise, viendront s'établir au bourg au début du second quart du siècle. Louis D., courtier né en Sénac en 1877, choisit d'habiter à Rabastens pour la commodité de son négoce. Jean-Marius R., né en 1908 à Montesquiou (Gers), travaillera pour son frère inscrit au registre du commerce depuis 1928 et restera dans cette activité jusqu'en 1952. Par contre, des accidents ont frappé plusieurs familles. On a déjà évoqué celui qui a privé la famille J. de son chef. Dans la famille A., depuis Bernard (1769-1853), quatre générations s'étaient succédées dans le commerce des bestiaux et de la viande ; dans la cinquième génération deux frères ont été tués pendant la Première Guerre mondiale, le cadet qui avait repris le commerce en l'associant à un café a eu ses deux fils morts en bas-âge.

  • 12 D. Bertaux et I. Bertaux-Wiame, Le Patrimoine et sa lignée : transmission et mobilité sociale sur (...)

25Le deuil qui frappe une famille dans son héritier présomptif est d'autant plus grave pour la poursuite de l'activité que celui-ci, dès son plus jeune âge, a été "programmé" comme le successeur du père, le cadet, au cours de ce siècle plus que dans les autres, étant dirigé vers d'autres secteurs. Lorsque l'aîné disparaît, l'entreprise ne peut pas toujours "s'emparer" du cadet12 pour lui confier les responsabilités. Surtout depuis le début du siècle où le marché du travail est devenu national, alors que localement il ne pouvait répondre aux besoins des nouvelles générations et condamnait celles-ci à l’émigration.

C. L'envers de l'endogamie professionnelle

26La très forte endogamie professionnelle, nécessaire pour asseoir l'activité en assurant l'amont et l'aval des filières, a fragilisé celle-ci quand les conditions du commerce du bétail ont changé : celui-ci s'est inscrit dans le cadre de l'Europe des Neuf, avec la clause de sauvegarde de 1970. Les marchands italiens qui se fournissaient en bêtes d'élevage en Yougoslavie se sont tournés alors vers la France, dont le Sud-Ouest où existait la race Blonde, qui leur rappelait une race bovine italienne. Pour des raisons linguistiques, ils se sont adressés à des enfants de fermiers italiens installés là depuis la crise du fermage des années 30 et aussi à de gros commerçants du piémont pyrénéen.

27Trop spécialisés dans les animaux de boucherie - après les animaux de trait-, assurés de leur suprématie locale que confortait la fréquentation journalière de leurs collègues habitant le bourg, les marchands rabastenais n'ont pas su diversifier leurs activités et s'adapter au développement de l'élevage national puis européen ; ils se sont orientés vers un commerce local, faute de capitaux pour constituer des élevages de veaux en batterie et en raison de la concurrence des grosses fermes d'aliments du bétail.

28Le réseau parentèlaire n'a pu également protéger le groupe des dangers inhérents à l'exercice d'un métier trop soumis à la concurrence et aux aléas du commerce. Le groupe n'a pas la tradition ancienne d'une corporation fut-elle non inscrite comme celle des bouchers (pas de saint-patron à l'échelle de la France, pas de repas à l'occasion de la célébration). Le syndicat des commerçants en bestiaux a été créée en 1882, mais il n'y a ni mutuelle ni caisse de solidarité. En 1980, aucun organisme s'occupant d'une formation professionnelle spécifique dispensant une compétence sanctionnée par un diplôme n'existait. Plus grave, le marchand qui a besoin - dit-il - des marchands "marrons" ou "demi-marchands" (non déclarés) pour le ramassage et le marchandage crée avec eux sa propre concurrence.

D. Un apprentissage fragile

29La formation du marchand est continue. Savoir répondre aux nouvelles demandes en bétail est pour lui une condition de sa survie. Si la nouvelle demande se produit trop tard dans le cursus professionnel du commerçant, il ne peut s'adapter et renonce.

  • 13 G. Delbos et P. Jorion, La Transmission des savoirs, Paris, MSH (col. Ethnologie de la France), 19 (...)

30Au début de cette formation, l'apprentissage se fait toujours au sein d'une entreprise familiale (chez lui ou chez son patron) et au marché et l'expérience est transférable pour une partie, de l'élevage au négoce. Il n'est pas comparable dans ses principes et ses modalités aux activités productives car si il aboutit à la transmission d'un savoir "d'une nature où l'enfant va devoir mettre ses propres contenus grâce à l'amour propre13", ce n'est pas un pur apprentissage d’automatismes : ce métier passe beaucoup par la parole lors des actes d'échange et c'est sans cesse que les marchands explicitent leurs choix, leurs erreurs et leurs réussites. Ils ont d'ailleurs une langue de métier. En outre, la fierté devant le résultat obtenu, si important dans les diverses phases de l'apprentissage, n'est pas attachée à un produit mais à son transfert.

31L’apprentissage comporte l'acquisition des savoirs nécessaires : savoir estimer, savoir acheter, savoir vendre, savoir gérer. Savoir acheter (la partie la plus difficile car elle comprend le savoir-estimer et conditionne le savoir-vendre) s'apprend en compagnie du maître de l'apprentissage et se trouve immédiatement sanctionnée par le profit ou la perte. Quant à savoir gérer, jusqu'à l'imposition des paiements par chèque il était réduit à peu de choses dans la partie comptable - si l'on ne tient pas compte des placements en baux à cheptel - puisqu'on payait en numéraire et au comptant.

32Lorsqu'on lit les histoires de vie des marchands, on est frappé par la fréquence de l'identification au père. "Je veux faire comme toi" dit très souvent le fils. Le chef de famille le conduit tôt (vers 5 ans) sur le foirail, revêtu de l’uniforme de la profession, la blouse noire, avec une baguette qui tient lieu de la canne, attribut matériel à forte connotation symbolique de l'activité ; cette image du père se double alors de celle du commerçant dont le marché renvoie le reflet valorisant d'un homme faisant partie d'un groupe détenant l'argent et le pouvoir, entretenant à son profit des relations inégales avec les paysans. Lorsque l'enfant est d’origine rurale et qu'aller au marché représente le seul vrai jour de fête de la semaine - rupture avec la vie quotidienne monotone, avec le travail isolant, avec une campagne sans commerces et sans services - et que lors de la réunion hebdomadaire le père joue un rôle important, cette identification est encore plus forte. Dans un bourg commerçant comme Rabastens, l'enfant saisit également très vite l'importance et le prestige dus à l'activité.

33L'apprentissage de l'échange se fait sur le marché : le père confie très tôt des responsabilités à l'enfant, modulées selon ses possibilités et la dangerosité de l'animal. "Il me faisait vendre des veaux ici tous les jeudis. Des fois, je le suivais quand il achetait ses cochons. Il voulait que j'en achète un lot ou deux. J'osais pas me lancer. Mon père ne m'avait pas montré les gestes, je le voyais ça. Ça se disait pas, ça se voyait (sic). Il me filait le portefeuille. Il ne regardait pas ce qu'il y avait dedans. Je partais à la foire, je payais les cochons, je lui rendais le soir. Il me laissait l’entière responsabilité. Si j'avais fait une bêtise, jamais il ne me l'a dit". Grands connaisseurs des réactions individuelles, il semble bien que les marchands aient fait davantage attention à la personnalité de leur enfant A la différence des autres métiers, s'il y a des interdits (bêtes dangereuses, principes concernant les prix énoncés), les remontrances sévères sont rares, car le père connaît les difficultés de l’activité et sait aussi qu'une erreur isolée ne la met pas en danger puisque les actes sont séparés et sans conséquence les uns sur les autres. "J'avais la bosse du commerce. A quatre ans, je fouillais dans les chevaux, mon père m'en sortait avec un fouet. Il était fier de mes talents... Quand j'ai acheté une jument méchante aux Gitans et qu’il a fallu la revendre à la boucherie, il m'a dit :'Il faut faire attention, ces gens-là sont dangereux. Tu vois, cette jument a été arrangée. Tu aurais pu te faire tuer ! Il m'a grondé un peu mais il riait". Le père fait donc débuter très tôt l'apprentissage pour ne pas impressionner l'enfant par les conséquences de l'échec tout en lui imposant une pratique sur un lieu public, sous les yeux des agriculteurs et des autres marchands. La pratique du marché est également nécessaire car le novice y utilise les procédures d'échanges symboliques propres au groupe et s'y fait reconnaître. Cet apprentissage s’est-il réalisé au détriment de la scolarité prolongée ? Tout dépend du niveau de qualification du marchand et de ses relations, comme dans le reste de la société, pour une époque donnée. La grande majorité des marchands de 50 à 60 ans n'a pas dépassé le niveau du C.E.P. Leurs pères avaient trop besoin d'une main-d’œuvre non salariée pour les laisser se qualifier à l'entrée dans un autre métier. Et l'apprentissage précoce de la liberté horaire et de la vie en plein air n'a pas poussé les fils à prolonger leurs études, à suivre une école de commerce par exemple. "Moi, j'ai passé le C.E.P. à onze ans et demi. Il a fallu aider Maman, je n'en étais pas fâché. J'avais le tempérament, je n'étais pas un bureaucrate. Moi le métier m'a plu tout de suite. Il me fallait courir, voyager, circuler. J'aimais ça". Il y a eu pourtant des exceptions. "J'ai pratiqué le métier depuis l'âge de 13 ans, j'ai acheté à partir de l'âge de 18 ans. Mon père voulait que je finisse l'école d'abord. C'est pourquoi il m'emmenait pas trop sur le marché. J'ai fait de même avec mon fils [5e génération de marchands]. Il n'est sorti qu'après l'école, à 18 ans. Mais je l'avais fait suivre un peu, à 7-8 ans, sur les foires en Ariège pendant ses vacances". Dans ce témoignage, on lit non une possible technicisation du métier mais la prise en compte d'un contexte en mutation auquel l'école facilite l'"acculturation".

  • 14 G. Levi, "Carrières d'artisans et marché du travail à Turin (XVIIIe-XIXe siècles)", Annales E.S.C. (...)

34Cet apprentissage a-t-il été couronné par l’entrée dans l'activité ? Pour que ce soit le cas, il doit s'accomplir quand le métier du père est dans une phase ascendante14. La crise de 1930 n'a pas touché les enfants qui avaient 10 ans à cette époque, car il y a eu la période faste des années 1940-1950, la guerre et le retour des chevaux, l'après-guerre avec la conversion des exploitations, de la polyculture à la production laitière. Par contre, les enfants nés dans les années 50 ont eu 20 ans lorsque les marges bénéficiaires annuelles sont passées de 20 % à 1,5-2 % du chiffre d’affaires en raison des frais, des contrôles fiscaux plus efficaces, des nouvelles exigences sanitaires qui rendaient le métier plus difficile. Ils ont surtout vu la dureté des conditions de travail alors que les gens de leur âge sortaient et allaient danser en fin de semaine. "Si mon fils n’a pas continué, c'est le fait qu'on ne peut plus avoir de personnel le samedi et le dimanche. Nous étions devenus des mercenaires". Cette expérience de l'intérieur ne se transmet pas. Si d’autres commerçants prennent la relève, c'est qu'ils n'ont pas vécu de si près des événements économiques traumatisants ; ils peuvent choisir des spécialisations plus payantes puisqu’ils partent sans "héritage".

35Comme le paysan est en voie de remplacement par l’agriculteur, le maquignon se voit remplacé par le commerçant : à des effectifs beaucoup moins nombreux mais au rendement plus élevé, on exige une compétence élargie au marché européen.

E. Un marché délocalisé dans l'espace et dans la ville

36A Rabastens, on assiste au paradoxe d'un marché florissant et d'une localité qui n'abrite presque plus de marchands. En réalité, si la localité est devenue un marché important - selon les critères d'aujourd'hui - c'est que le bourg était au centre d'une aire géographique qui s'étend de l'Adour à la Garonne et de Bordeaux aux Pyrénées et que le lundi est un jour favorable. Mais le marché est loin des zones de ramassage, le nombre d'éleveurs du canton ne cesse de baisser et la conformation des animaux laisse à désirer pour qui veut exporter. C'est donc en partie par hasard que l'image locale du bourg se confond encore avec l'image professionnelle du groupe des marchands d'autrefois.

37Si j’écris "en partie par hasard", c'est parce que c'est au nom de cette tradition et de cette fierté qu'en tirent les Rabastenais que la municipalité s'est lourdement endettée pour construire un nouveau marché avec deux halles, des quais d'embarquement, des parkings, un bar, des bureaux pour les expéditeurs ; mais repoussé au-delà des remparts de la bastide, il ne joue plus son rôle de catalyseur de vocations. Avant 1980, il était au coeur de la ville, spatialement, économiquement, symboliquement, aujourd'hui, on l'espère source de recettes communales.

F. Un capital familial

38La caractéristique la plus originale du métier de commerçant et qui touche directement sa transmissibilité est que le métier n'est pas générateur d'un fonds de commerce : la position d'une entreprise est le fait de son responsable ; lorsque ce dernier cesse son activité, il n'y a pas de rachat de fonds comme dans d'autres commerces ou services. L'équipement est immobilisé dans le foncier et le capital de relations sociales, de rapports tissés en amont avec la clientèle, fondés sur la compétence et dépassant souvent la simple commercialisation, en aval avec les professionnels et constamment actualisés par les échanges, est indissociable de celui qui l'a constitué. Or le foncier appartient aux héritiers et le capital social appartient à la maison, au sens pyrénéen du terme, pour les agriculteurs avec lesquels les commerçants sont en rapport obligé, partenaires qui projettent sur eux leurs propres schémas de transmissibilité. Si l'hériter présomptif renonce à l'exercice du métier, disparaît ou n'existe pas, l'entreprise disparaît. D'où les précautions paternelles pendant l'apprentissage de l'aîné et le constant renouvellement du groupe.

G. Les recalés de la reproduction à l'identique

39Il y a aujourd’hui un moyen rapide-bien que très approximatif - de voir si les descendants de la cohorte étudiée en 1930 existent toujours sur place puisqu'on sait que deux marchands seulement exercent encore localement. En principe, il devrait rester au moins un héritier de la génération de 1930 et un autre issu de la génération suivante. Des 38 noms relevés pour 1930, 19 sont encore présents (alors qu'on devrait trouver environ 70 mentions). Près des trois quarts des héritiers sont partis : ceux qui restent se sont partagés entre les branches traditionnellement voisines ou associées que sont le commerce et l'élevage. On les trouve dans les HORECA, les travaux agricoles et l'artisanat de l'alimentation où ils ont pu entrer grâce à l'apprentissage familial orienté vers la distribution et la réputation acquise par leur lignée. Ils ont ainsi conservé leur situs professionnel. Comme dans l'agriculture, l'émigration touche les aînés après les cadets (cf. graphiques).

***

Deux exemples de lignées du commerçants en bestiaux de Rabastens

Deux exemples de lignées du commerçants en bestiaux de Rabastens

40On a surtout recherché ici les conditions de la reproduction d'un groupe professionnel dans l’étude des processus économiques et des rapports de production. L'apport des disciplines voisines de l'histoire, la sociologie et l'ethnologie a permis d'enrichir la problématique en soulignant l'importance de l’unité familiale dans la transmission du métier. Avec l'étude de Rabastens et en changeant d’échelle, on voit peut-être plus clairement les articulations entre local et global, et en particulier le rôle que joue la sphère relationnelle d'une petite ville dans la perpétuation d'une profession.

Notas

1 Le contexte d'urbanisation sera pris ici au sens démographique et spatial, mais aussi au sens culturel avec la diffusion des modèles urbains de consommation et de communication.

2 A.D.H.P. 6M29 et 6M36-47.

3 Abadie de Sarrancolin, L'Indicateur des Hautes-Pyrénées, Paris, 1856.

4 A.D.H.P. 6M54.

5 A.D.H.P. 6M143.

6 A. Perpillou, Les Produits de l'élevage, Paris, C.D.U., 1966, p. 79.

7 M. Demonet, Tableau de l'agriculture française au milieu du 19e siècle ; l'enquête de 1852, Paris, E.H.E.S.S., 1990, p. 177.

8 B. Lizet, Le Cheval dans la vie quotidienne, Paris, Berger-Levrault, 1982, p. 71-79.

9 J.-F. Troin, Les Souks marocains, Aix-en-Provence, Edisud, 1975, p. 417 sq.

10 R. Bonnain, "Transmission du métier et du patrimoine en milieu urbain (1800-1860)", in G. Bouchard et J. Goy eds, Familles, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (XVIIe-XXe siècles), Actes du colloque d'histoire comparée Québec-France, Montréal février 1990, Chicoutimi-Paris, SOREP-EHESS, 1990, p. 153-161.

11 A.D.H.P. 6M36-47.

12 D. Bertaux et I. Bertaux-Wiame, Le Patrimoine et sa lignée : transmission et mobilité sociale sur cinq générations, Lifestories/Récits de vie, 4,1988, p. 8-26.

13 G. Delbos et P. Jorion, La Transmission des savoirs, Paris, MSH (col. Ethnologie de la France), 1984, p. 127.

14 G. Levi, "Carrières d'artisans et marché du travail à Turin (XVIIIe-XIXe siècles)", Annales E.S.C., 6, 1990, p. 1351-1364.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1. Bétail des Hautes-Pyrénées
Leyenda * source : 6M29** source : recensement de 1926*** source : RGA
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16386/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 87k
Título Tableau 2. Les professionnels de la filière bétail en 1866
Leyenda * source : A.D.H.P. 6M36-47.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16386/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 88k
Título Carte 1. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1866
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16386/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 198k
Título Carte 2. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1930
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16386/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 262k
Título Carte 3. Résidence des marchands de bestiaux des Hautes-Pyrénées en 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16386/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 269k
Título Deux exemples de lignées du commerçants en bestiaux de Rabastens
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16386/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 144k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540