Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Eléments de la reproduction sociale dans la baie de Cancale (Ille-et-Vilaine) : la transmission des parcelles de l’Estran

Michelle Salitot

Texte intégral

1Les pêcheurs assimilent la baie de Cancale, qui comprend la partie des côtes de Bretagne-Nord depuis la pointe de Grouin à l'Ouest jusqu'à l'embouchure du Couesnon séparant Bretagne et Normandie, à la baie du Mont-St-Michel qui s'étend jusqu'au hâvre de St-Germain au nord-est en passant par Avranches, Granville et Régnéville en comprenant les îles Chausey et les îlots qui en dépendent. Cette définition inexacte géographiquement est fonctionnelle du point de vue de la répartition d'une richesse naturelle, les bancs huîtriers qui donnent leur unité à la baie. Cette assimilation de la baie de Cancale à la baie du Mont St-Michel procède d'une appropriation imaginaire conquérante de cet espace productif par les pêcheurs bretons.

2Après la Seconde Guerre mondiale les activités halieutiques de cette baie font l'objet d'une transformation caractérisée par la mise en culture de l'estran.

  • 1 P.M. Juret, Le Domaine public maritime, Paris, Dalloz 1964. L'auteur fait référence à un édit du 1 (...)
  • 2 L.E.Arcèce, Histoire de la Rochelle et du pays d'Aulnis, La Rochelle chez R.J. Desbordes, 1756, p. (...)

3L'estran (de l'anglais strand, rivage) est une notion postérieure aux réglementations de l'Etat qui dès le début du XVIe siècle fixent les limites du rivage et sont reprises dans l'Ordonnance de la Marine de 16811. Elle remplace l'expression "les grèves de la mer" et est usitée par les historiens locaux. Ainsi selon Arcère2, du nord d'Esnandes jusqu'à l'embouchure de la Sèvre, dans la baie de l'Aiguillon, "l'estran est une vase très molle". Dans son usage courant c'est la zone comprise dans le balancement des marées dont l'extension est ici importante en raison des différences très élevées entre les coefficients des hautes mers et des basses mers. Aujourd'hui il ressort juridiquement du domaine public maritime, et l'Etat continue à en définir l'exploitation. Il faut donc se demander en quoi la reproduction sociale porte les marques d'un droit particulier, celui "des gens de mer".

i - La recomposition de la base productive dans la baie de cancale : l'expansion de la culture des huitres et des moules

  • 3 R. Piboubes, Pêche et conchyliculture en Bretagne-Nord., Biarritz, CERS, Société des Amis du Musée (...)

4Jusqu'à la guerre de 40, la côte de Bretagne-Nord offre l'image classique d'une côte déchue3" où les marins tirent un maigre parti de la mer, où la pêche n'est qu'un élément accessoire et temporaire de l'activité paysanne.

5Pour la baie de Cancale, la grande pêche sur les bancs de Terre Neuve avec sécherie à St-Pierre-et-Miquelon, la pêche côtière et la pêche des huîtres sur les gisements naturels de la baie constituent au début de ce siècle les différentes formes de l'activité halieutique. Les "gens de mer" forment une catégorie composite où nombre de terre-neuvas sont originaires de familles paysannes et sont eux-mêmes à la fois paysans et pêcheurs tandis que les autres pêcheurs appartiennent sricto sensu à la catégorie des marins.

6La pêche des huîtres sur les bancs de la baie du Mont St Michel situés à 7 ou 8 mètres de fond est une activité complémentaire de la pêche côtière pour laquelle on utilise les mêmes bateaux, cotres, sloops et surtout bisquines, un bateau très voilé devenu aujourd'hui l'emblème de Cancale. Cette pêche fournit aux familles - hommes, femmes et enfants participent aux différentes séquences de cette activité - des ressources appréciées, plus ou moins importantes selon le résultat de la pêche ; son caractère aléatoire leur donne une dimension providentielle, celle "d'une manne tombée du ciel".

  • 4 Piboubes, Pêches et conchyliculture, op. cit., p. 63.

7Cancale est l’un des plus anciens centres huîtriers de cette côte et c'est précisément dans la transformation de cette activité huîtrière, dans l'apparition d'une nouvelle culture à partir de 1954, et dans le développement du tourisme que réside la recomposition de la base productive de cette baie. Or "nul ne saurait prévoir la phase coquillière qui s'annonce après la Seconde Guerre4" ; l'armement pour la grande pêche disparaît de Cancale en 1925, les bancs huîtriers sont anéantis à partir des années 1921-22 et l'armement pour la petite pêche décroît. A Cancale l'effectif des chefs de ménages des professions de la mer passe de 62 et 63 % en 1866 et 1906 à 36 % en 1962.

8La substitution de la pêche des huîtres à leur culture, son expansion à partir des années 50, l'implantation de la culture des moules un peu plus tard, constituent une véritable conquête des rivages caractérisée par la transformation des vastes estrans de la baie de Cancale en un espace productif ayant pour limites la laisse des basses-mers.

9La pêche des huîtres a été pratiquée en de nombreux points de la côte de Bretagne-Nord depuis des siècles mais elle n’a acquis une certaine envergure et une grande renommée qu’à Cancale et Granville autour des gisements de la baie du Mont St-Michel. Cette réputation d'ancien centre huîtrier sert aujourd'hui à promouvoir aussi bien le tourisme que les nouvelles formes de l'activité huîtrière.

10La transformation de l'activité huîtrière fut facilitée dans cette baie par la présence d'une économie des "étalages" complémentaire au dragage des huîtres sur les bancs. Elle apparaît à la fin du XVIIIe siècle et se développe au XIXe siècle. Les "étalages" sont des parcs situés sur l'estran, c'est-à-dire des parcelles entourées de clayonnages où sont "parquées" les huîtres pour en étaler la vente (parcs les plus proches de la terre) ou pour achever leur grossissement. Toutes les huîtres draguées ne sont pas marchandes ; celles qui n'ont pas la taille réglementaire (6 cm et plus) doivent être reportées sur les bancs, seules les huîtres recueillies à pied et à la main peuvent être déposées sur les étalages. Puis, sous la pression des patrons de pêche, l'Etat autorise à partir de 1862 le dépôt, sur ces étalages, des petites huîtres provenant du dragage. De quelques ares seulement, ces parcelles ressortissent à une véritable économie parcellaire très dépendante des résultats de la pêche. Leur superficie totale passe de 38ha en 1853 à 194 en 1895 puis à 17ha en 1928 et 55ha en 1945. Entre les deux guerres, en effet, les gisements français d'huîtres plates sont ravagés par la "maladie", ceux de la baie de Cancale sont anéantis entre 1922 et 1940. En dépit de cette crise, ce mode de production parcellaire constitue la base à partir de laquelle va se développer la culture des huîtres indépendamment de la pêche.

  • 5 Les pêcheries de Cancale sont des parcs fixes en forme de V constitués de deux "pannes" ou haies é (...)

11Si les moules, "huîtres du pauvre", ont moins de lettres de noblesse, elles ont aussi une longue tradition que signale sur cette côte la fréquence du terme de "moulière" dans la toponymie des roches et des îles. Dans la baie de Cancale "une sorte de mytiliculture (terme savant) spontanée" existait déjà sur les pêcheries5 depuis plusieurs siècles, les moules grossissaient naturellement dans le clayonnage de ces barrages à poissons ; mais étant plutôt regardées comme des parasites, elles ne bénéficiaient pas d'une considération économique. Le développement de cette culture est le résultat de la convergence d'initiatives locales cherchant à remédier à la crise des activités maritimes (déclin de la pêche des huîtres, des pêcheries, ruine du petit cabotage et misère des pêches à pied (coques et crevettes) et de celles de Charentais cherchant une solution à la crise affectant cette culture traditionnelle sur les côtes atlantiques, plus précisément dans la baie de l'Aiguillon.

12Aussi, alors que Cancale conserve sa réputation, le Vivier-sur-mer distant d’une dizaine de kilomètres devient la "nouvelle capitale de la moule de bouchot". La recomposition de la base productive de la baie de Cancale aboutit ainsi à la spécialisation de deux centres, la petite ville de Cancale pour les huîtres et le bourg du Vivier pour les moules, activités auxquelles s'ajoutent sur l'estran, celle des pêcheries ancestrales, et, dans la limite des eaux territoriales des trois milles, la pêche au chalut.

A. Les facteurs culturels de cette recomposition

13Parmi les facteurs culturels ayant contribué à la transformation de cette économie locale, deux paraissent avoir joué un rôle important, l'un concernant le lien tissé entre les hommes et la ressource, le gisement d'huîtres, l'autre le rapport entre les hommes et l'espace productif.

B. Dimension culturelle de la reproduction de la ressource

14Cette dimension prend forme dans les expériences de repeuplement des bancs huîtriers conduites en divers points du territoire français à partir du milieu du XIXe siècle. La variabilité de productivité des bancs huîtriers dès la fin du XVIIIe siècle conduit l'Etat à édicter des règlements successifs (1766 - 1816 - 1853) ayant pour objet de protéger la ressource contre les "abus des pêcheurs", par des limitations diverses.

15A cette conception s’ajoute ensuite l'idée de régénérer les bancs, de les repeupler à partir de larves d'huîtres recueillies artificiellement sur des supports. Les expériences conduites par l'administration s'appuient sur les observations des pêcheurs locaux et des "savants" du Collège de France. Elles échoueront pour des raisons diverses mais mettent en évidence la solidarité établie implicitement entre centre de reproduction naturel - les gisements - et reproduction artificielle, en supposant que ces expériences ne peuvent réussir que dans le voisinage des foyers naturels de reproduction. De l'avis de certains il faudra une cinquantaine d'années pour rompre le lien ainsi postulé entre foyer de reproduction et culture de l'huître et passer à leur culture à partir de naissain (larves) indépendamment des gisements naturels.

16A Cancale la tentative en 1908 d'un ostréiculteur d'introduire des huîtres en provenance du Morbihan pour les déposer sur les parcs de la baie fit grand bruit dans la ville ; ce sera "l'affaire du Jacques Cartier" (du nom du bateau affrété pour ce transport) consécutive à la destruction d'une partie de la cargaison d'huîtres par les Cancalais, "affaire" dans laquelle la commune sera impliquée. Ce rejet des "huîtres étrangères", comme les nomment les autochtones, stigmatise la place des gisements comme lieux de reproduction dans l'imaginaire cancalais et leur attachement aux huîtres en provenant - de l'espèce ostrea edulis appelée "pied de cheval" quand elle a vieilli -, comme s'il existait entre eux et elles un rapport symbolique d'appartenance de l'ordre de la filiation. Dès lors, accepter des huîtres de la même espèce, certes, mais provenant de lieux exogènes de reproduction, n'appartenant pas à l'espace dans lequel ils se projettent, rompait ce lien. Il est dans ces conditions compréhensible que le développement de la culture d'huîtres d'une autre espèce (gryphea angulata appelée "portugaise"), à partir de larves provenant d’autres régions, ait été facilité par l'installation de Morbihanais et de Charentais dans la baie de Cancale après 1960. Etant déjà eux-mêmes producteurs de leur naissain ou l'apportant de leur propre région d'origine, il n'y avait pas pour eux rupture du lien social entre eux et leur produit, tandis que les Cancalais devaient en construire un nouveau et adopter une nouvelle huître, la "portugaise" d'abord, puis “la japonaise".

17Si ce facteur culturel constitué par l'attachement des Cancalais aux huîtres qui poussaient sur leurs bancs a pendant plusieurs années entravé le développement de l'activité huîtrière dans la baie, un facteur favorable à la transformation de la pêche des huîtres en leur culture sur l'estran a été la modification du rapport juridique à l'espace formé par les parcs et étalages.

C. Modification juridique du rapport à l'espace de production

  • 6 B. Dubreuil, L'Industrie coquillière en France. Etude administrative et économique. Imprimeries ré (...)
  • 7 B. Dubreuil, L'Industrie coquillière en France, op. cit., p. 74.
  • 8 R. Pottier, Les Huîtres comestibles et l'ostréiculture, Paris, Société d'éditions scientifiques et (...)
  • 9 Dubreuil, L'Industrie coquillière en France, op. cit., p. 74 sq.
  • 10 Pottier, Les Huîtres comestibles et l'ostréiculture, op. cit., p. 236.
  • 11 Dubreuil, L'Industrie coquillière, op. cit., p. 48.50.

18Jusqu’en 1911, les parcs et étalages sont considérés comme des "établissements de pêche6" dont l’Etat autorise la création. Ces autorisations relèvent de deux principes : personnalité et précarité7. Il en découle que l'exploitation de tels établissements doit être personnelle et effective ; par conséquent la location à des tiers est interdite. Ces autorisations sont accordées à titre précaire et révocable car elles portent atteinte à la liberté de la pêche. Cette précarité dérive du principe d'inaliénabilité du domaine public maritime8 proclamé par l'Edit de Moulins en 1566, confirmé par celui de mars 1584 puis par l'ordonnance de la Marine en 1681, reprise dans le décret-loi du 9 janvier 1852. La durée de ces autorisations, n'étant pas limitée, se poursuivait en principe jusqu'au décès du bénéficiaire mais elles pouvaient lui être retirées sans préavis et sans aucune justification de la part de l'administration. En 1911 puis 1915, à ce régime de l'autorisation fait place le régime de la "concession" d’établissement de pêche avec un droit inscrit et réglementaire de transfert du bénéfice de cette autorisation et substitution d'une stabilité à la précarité pour une durée préfixée (25 ans). Ce droit de transfert ou "droit de suite" offre deux volets : la mutation aux héritiers et la cession à des tiers. Dans le premier cas, le bénéfice de l'autorisation jusqu'à la fin de la concession peut être maintenu, en cas de décès du concessionnaire "dans la mesure de leurs droits successoraux au veuf ou à la veuve, aux héritiers en ligne directe, aux frères et sœurs et à leurs héritiers en ligne directe"9. En 1931, l'autorisation de détenir un établissement de pêche n'est accordée qu'aux héritiers susceptibles de recueillir ultérieurement la concession et, s'il y a plusieurs héritiers, l'un d'eux doit être désigné à l’administration comme futur concessionnaire. La demande de concession peut donc être individuelle ou collective ; dans ce cas plusieurs personnes s'associent pour solliciter ensemble une autorisation d'exploiter un établissement mais il est, selon R. Pottier, "de jurisprudence que la concession accordée dans ces conditions reste indivise, les détenteurs formant une société définie par les articles 1841 et 1842 du Code civil"10. Cette forme de concession porte le nom de codétention, elle peut être ou ne pas être familiale. L'usage du terme "successorale" affecté à l'une des modalités de ce droit de suite défini en 1915 est, selon B. Dubreuil, "impropre11" dans la mesure où l'ordre des bénéficiaires diffère de celui qui est institué dans le Code civil en matière de transmission des biens et dans celle également où le conjoint survivant devient bénéficiaire de toute la parcelle, alors que dans la mesure de ses droits successoraux (supposant la propriété et l’usufruit), il en aurait une part plus réduite. Dans cette critique l'auteur corrèle de façon exclusive propriété privée et droit successoral, celui-ci ne pouvant que découler de ce rapport de propriété. Or dans le cas présent le rapport juridique à cet espace est d'un autre ordre puisqu’il s'agit du domaine public maritime, c'est-à-dire d'une partie du littoral dont l'Etat détient la propriété, disons "éminente" (le terme de domaine est significatif à cet égard), et en concède l'usage à des particuliers. Ce droit de transfert concerne l'usage, la jouissance et non la propriété et, à ce titre, il se rapproche à la fois de l'ancien droit où l’on tenait la terre de quelqu'un avec la possibilité de la transmettre et du droit de bail actuel. Il entre ainsi dans l'ordre de la succession "anomale" qui l'affecte. Les modalités successorales prévues sont la mutation après décès en faveur d'un héritier, les partages, la modification du nombre de détenteurs, l'abandon, l'agrandissement ou la réduction (de la superficie) et le changement de nature et de genre d'exploitation.

19Cette transformation du régime de l'autorisation selon une conception successorale juridiquement établie inscrit cette forme sociale dans un mode de reproduction spécifique où le conjoint occupe une place privilégiée, où la succession prend des formes différentes, unique, multiple, sans différence de sexe.

D. Les détenteurs de parcs

  • 12 Spécifique à la France, le régime de l'inscription maritime créé par la loi du 3 brumaires an IV r (...)

20En 1911 comme en 1855, l'attribution d’un parc ressort sur le plan légal de la qualité d'inscrit maritime12. La pêche et la détention subséquente d'un parc ou étalage constituent au milieu du XIXe siècle un des avantages accordés "aux gens de mer" en contrepartie des obligations militaires qui leur sont imposées. Ce système, issu du régime des classes institué par Colbert en 1668, fut créé par la loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795).

  • 13 Selon le décret-loi de 1853, les bénéficiaires d'étalages sont successivement les marins inscrits, (...)

21En 1855, 75 % des détenteurs de parcs et étalages de Cancale sont des hommes et 25 % des femmes. Parmi les hommes, 15 % sont des marins et 71 % des matelots (en service, hors service ou pensionnés) ; parmi les femmes, 4 % sont des épouses de marins, 53 % des veuves de marins, 20 % des veuves (sans autres précisions) et 10 % des enfants13.

22En 1911, 66 % des concessionnaires sont des inscrits maritimes et 25 % des veuves d'inscrits.

23Jusqu'à la Deuxième Guerre, la détention d'une parcelle de l'estran est donc fortement dépendante à la fois du droit des gens de mer et de son idéologie paternaliste et des effets induits par les rapports sociaux dans la pêche, en particulier l'occurrence de veuves en plus grand nombre en raison d’un taux de mortalité plus élevé chez les pêcheurs que dans les autres activités.

24La place des femmes détentrices d'un étalage ou d'une concession constitue une spécificité de cette forme de production induite par la nature de l'activité dont elle est complémentaire, la pêche. Ce trait structurel va marquer de son sceau les modalités de la reproduction sociale dans l'ostréiculture et la distinguer de celle de la mytiliculture dont le développement fut précisément exogène et indépendant de la pêche.

  • 14 A ces concessionnaires individuels s'ajoutent 4 concessionnaires collectifs (une coopérative, une (...)

25L'organisation de l'espace productif consacré à la culture de ces deux coquillages est aujourd'hui à la fois simple, géographiquement concentrée et contrastée. La culture des huîtres - essentiellement dans des poches en plastique posées sur des tables en ferraille - recouvre 378 hectares. En 1983, les concessions au nombre de 97014 réparties entre 468 concessionnaires ont une superficie médiane de 287 ares. La qualité du fond (plus ou moins vaseux), la facilité d'accès aux parcelles qui donnent l'importance du matériel nécessaire (pour les parcelles les plus proches de la terre un tracteur suffit, pour celles qui sont au large un bateau ou un engin amphibie est nécessaire), les qualités de leurs détenteurs (certains sont "soigneux", d'autres "s’en foutent") déterminent la valeur des parcelles, valeur "privée”, "cachée", différente de celle déclarée à l'administration lors d'un transfert mais non moins réelle et efficiente dans la reproduction économique de ce type d'exploitation.

26Depuis la pointe de Cancale jusqu'à St-Méloir-des-Ondes, où sont regroupés "les chantiers" (d'exploitation) les plus modernes sur l’emplacement de l'ancienne ferme des Nieilles, le paysage formé par cet entrelac de dépôts à huîtres, d'étalages anciens et de concessions nouvelles très morcelés et plus ou moins entretenus offre l'image d'un échiquier bousculé.

  • 15 Monographie conchylicole et aquacole 1982-1983. 31 % des exploitations ont moins de 1000 mètres, 2 (...)

27Dans le prolongement de cette forme d'occupation, celle des bouchots à moules, dont les pêcheries constituent la limite la plus à terre : 474 concessions d'une longueur totale de 211,900 km sous la forme de "lignes" perpendiculaires au rivage sur plus de dix kilomètres, sont réparties entre 180 concessionnaires ; 70 % des exploitations atteignent la dimension viable pour une famille à cette date, soit 1500 m15.

28L'organisation de cet espace fut conçue par les Charentais "arrivés en famille" à partir de 1954. Il est formé de "lignes" de 100 mètres (six à l'origine) comptant un nombre déterminé de pieux en chêne (190 à l'origine, 150 aujourd'hui), plantés dans le sol, autour desquels on enroule les "cordes" portant le naissain (larves d'huîtres) importé d'autres centres de production à partir de mai-juin. De l'alternance de groupes de lignes et de passages, de leur orientation pour que le "pieu attrape le courant" résulte un espace géométrique dont la verticalité - pieux en enfilade - s’oppose à l'horizontalité des étalages, le Mont-St-Michel constituant dans le lointain la ligne de fuite de ces deux paysages coexistant dans la baie.

  • 16 Monographie conchylicole et aquacole 1982-1983.
  • 17 L'administration des Affaires maritimes et les autochtones via leurs délégués aux commissions prof (...)

29Ces deux activités sont exercées de plusieurs façons16 : pour les uns à titre exclusif, d'autres jointes à une activité complémentaire, la restauration par exemple. Pour certains enfin, il s’agit plus d'une occupation que d'une activité ; c'est le cas des retraités, des petits "parqueurs" et de codétenteurs qui trouvent là un moyen d'alimenter leurs tables et celles de leurs voisins et amis et de gagner quelque argent en vendant le surplus à des professionnels17.

Répartition des concessionnaires selon le type d'activité (1983)

Répartition des concessionnaires selon le type d'activité (1983)

30A la différence de la mytiliculture, l'insertion des concessionnaires dans l'ostréiculture reflète la présence aujourd'hui encore de deux modes de production des huîtres, l'un à finalité exclusivement marchande et l'autre de nature parcellaire qui rassemble, lui, près de six concessionnaires sur dix. Le souci de certains professionnels est de voir disparaître ce type de concessionnaires ; d'autres considèrent leur présence comme bénéfique car ils ne sur-exploitent pas la mer.

31Les femmes n'en sont pas exclues ; en effet, la population des concessionnaires comprend 40 % de femmes (et 60 % d’hommes). Mais à la différence des hommes, elles y sont essentiellement à titre non professionnel comme l'indique le tableau ci-dessous.

Répartition sexuelle des concessionnaires selon le critère professionnel (1983)

Répartition sexuelle des concessionnaires selon le critère professionnel (1983)

32Ce sont donc les femmes qui s'intègrent surtout dans le mode de production parcellaire.

33Bien que la population féminine exerçant l'une ou l'autre de ces activités à titre professionnel soit peu importante (18 femmes seulement), sa répartition varie selon le type d’activité.

Répartition des professionnels selon le sexe (1983)

Répartition des professionnels selon le sexe (1983)

PO = professionnel dans l'ostréiculture ; PM = professionnel dans la myticulture.

34Les femmes sont quasiment exclues à titre professionnel de la mytiliculture qui apparaît ainsi comme une activité masculine, à la différence de l'ostréiculture où les femmes s'intègrent dans les deux modes de production qui composent cette activité.

35Parmi les femmes, 89 % sont mariées et 11 % célibataires et, parmi les femmes mariées, dans l'ostréiculture 6 % sont classées dans la catégorie "épouse de professionnel" et 19 % dans la mytiliculture. Cette insertion des femmes à titre d'épouse, plus importante dans la mytiliculture, tempère leur faible insertion professionnelle à la différence de l'ostréiculture où elles accèdent au statut en plus forte proportion.

36La participation des femmes dans ces deux activités procède donc de deux indicateurs : l'un professionnel, l'autre découlant de leur statut d'épouse.

37L'analyse du statut professionnel des conjoints met en évidence la différence d'intégration des épouses dans ces activités.

Statut professionnel des conjoints (1983)

Statut professionnel des conjoints (1983)

38Plus de la moitié des épouses de mytiliculteurs n'ont pas de statut professionnel (selon les normes officielles de la statistique en France, elles n'ont pas de profession) et les autres sont intégrées à titre d'épouses tandis que dans l'ostréiculture près d'un cinquième des femmes sont ostréicultrices et se sont mariés dans 6 % des cas avec un ostréiculteur, dans 15 % des cas avec un conjoint exerçant une autre activité.

39Cette place spécifique des femmes dans l'ostréiculture cancalaise fortement corrélée à l'économie antérieure des étalages conforte une représentation de la parenté fortement répandue parmi les Cancalais, celle d'un "matriarcat" efficient dont la marchande d'huîtres ou de poissons, la pêcheuse et la trieuse d'huîtres, l'épouse du patron de bateau, la patronne, sont autant de figures marquantes alimentant une représentation surannée mais très valorisée des femmes, mais aussi des rapports du masculin et du féminin, que remplace aujourd'hui "le patriarcat". A l'opposé, la représentation de tels rapports dans la mytiliculture est donnée en terme de "patriarcat".

ii - Quelques aspects de la reproduction sociale

40Ces deux formes de cultures dont l'une, l'ostréiculture, est d'abord le résultat d'une transformation du mode de production antérieur des huîtres sur un espace déjà partiellement occupé, l'autre, la mytiliculture, la création d'une culture sur un espace non exploité, présentent-elles des différences culturelles dans l'ordre d’une reproduction sociale assise sur des formes d’accès à un espace, pré-déterminées par une réglementation étatique serrée et commune aux deux qui dès 1915 lui affecte une dimension familiale ? Y a-t-il conformité entre la règle et la pratique ?

A. Les modalités de la première installation

Modalités de la première installation chez les professionnels selon le type d'activité (1984)

Ostréiculture %

Mytiliculture %

Création

21

32

Codétention

38

32

Mutation

16

8

Cessions

18

23

Autres formes

7

5

100

100

Nombre

76

122

Source : Fichier des concessionnaires. Affaires maritimes de St-Malo.

41Elles soulignent l'importance plus grande des créations dans la mytiliculture qui apparaît ainsi comme une activité plus dynamique, capable d'un plus fort renouvellement alors que l’ostréiculture semble plus fermée. Toutefois la codétention est un mode préférentiel d'installation (38 % dans l'ostréiculture et 32 % dans la mytiliculture) attestant ainsi le poids du "droit de suite".

B. La codétention familiale

42Un concessionnaire peut détenir une parcelle individuellement ou bien avec d'autres personnes dont le nombre varie généralement de deux à quatre. Depuis 1915, ces personnes peuvent être apparentées ou non. Chacune a les mêmes droits sur la parcelle mais l'administration leur demande de désigner un "chef de file" pour le paiement de la redevance à laquelle donne lieu la concession car d'eux-mêmes "ils n'en désignent pas". Du point de vue du droit d'usage, c'est un système d'indivision. La codétention avec l'épouse et un fils (ou plusieurs fils) est une étape transitoire vers la succession au fils ; elle se clôt par la séparation d’une partie de la concession pour le fils qui sollicite sur cette base prêt d'installation et subvention. L'indivision du droit d'usage que suppose la codétention n'implique pas obligatoirement celle de l'organisation économique ; chacun peut "mener sa part ou bien ils mènent le tout indivis", le travail peut être fait en commun ou séparément, la gestion individuelle ou non, par exemple chacun peut faire une déclaration de calamité pour sa part ou en faire une commune.

43En 1984, la codétention concerne 77 % des établissements dans l'ostréiculture et 85 % dans la mytiliculture. Elle présente une dimension familiale plus accentuée dans l'ostréiculture (où seulement 10 % des codétenteurs ne sont pas apparentés) - que dans la mytiliculture (22 % de non apparentés). Au sein d'un même établissement, d'une même exploitation, la codétention concerne soit la totalité des parcelles soit une fraction seulement ; elle est partielle ou totale. Les partenaires en sont des alliés ou des parents : le tableau ci-dessous en donne la répartition dans chacune de ces cultures.

44La structure familiale de la codétention distingue ces deux cultures. Si dans l'ostréiculture la codétention entre époux constitue le mode prédominant et devance largement la codétention entre parents et enfants, dans la mytiliculture l'ordre s'en trouve inversé, les rapports intergénérationnels, auxquels s'ajoute la codétention entre frères largement majoritaire, relèguent la codétention conjugale en dernière position ; par contre la codétention y est d'une façon générale plus fréquemment totale que partielle.

La codétention dans l'ostréiculture et la mytiliculture (1984)

La codétention dans l'ostréiculture et la mytiliculture (1984)

45Y-a-t-il recouvrement entre le statut professionnel des conjoints et la codétention ? Le tableau ci-dessous en mesure le rapport selon l'intégration professionnelle des conjoints.

Comparaison entre le statut professionnel des conjoints et la codétention (1984)

Comparaison entre le statut professionnel des conjoints et la codétention (1984)

PO-PM = professionnel ; NPO-NPM = non professionnel ; EPO-EPM = épouse de professionnel. (O = ostréiculteur, M = mytiliculteur)

46Dans chacune des activités, toutes les femmes considérées comme épouses de professionnels ne sont pas systématiquement en codétention avec l'époux ; elles sont malgré tout plus nombreuses à le devenir dans l'ostréiculture. Par contre, dans les deux activités certaines épouses sont complètement évincées de la codétention.

47La logique de la codétention est différente dans ces deux activités. Dans l'ostréiculture elle s'est développée d'abord chez "les petits parqueurs" de façon à conserver l'accès à l'usage de l'estran et sa transmission familiale au conjoint, aux enfants ou aux deux. La pratique actuelle est conforme dans l'ordre des codétenteurs à celle du droit de suite érigé en 1915 (le conjoint puis les héritiers en ligne directe). A ce titre on peut la qualifier de traditionnelle sinon affirmer la permanence de la concordance entre la pratique et un droit des "gens de mer" favorable à une conjugalité assortie d'une descendance souvent nombreuse, vivier de futurs matelots.

48Dans la mytiliculture, cette concordance entre le droit et la pratique est si l'on peut dire anticipée au profit des descendants, la logique de la codétention est d'emblée successorale ; la codétention avec les épouses, qui généralement ne travaillent pas dans l'établissement et sont en majorité exclues du statut, semble une "garantie” de la transmission aux enfants en cas de décès de l'époux. Chez “les plus gros”, à moins d'être trop jeunes tous les fils sont mis en codétention.

49En cas de divorce, en droit, la codétention n'est pas "cassée". Dans l'affirmative il y a estimation du capital d’exploitation (produits et matériel) et non, en principe, du "terrain". Mais que se passe-t-il en réalité, dans la mesure où l'exclusion des femmes de l’activité professionnelle s'affirme dans le discours et la pratique ? La logique successorale d’ordre patrilinéaire à l'œuvre dans la mytiliculture corrobore la représentation d'une société "patriarcale". L’émergence depuis 1984 du choix du successeur comme effet de la volonté et non du droit-sous réserve de sa personnalité - devrait en assurer la permanence.

C. Les liens de parenté entre "professionnels"

50Observer de tels liens permet d'appréhender les choix familiaux effectués pour créer un établissement.

51Le tiers des établissements ostréicoles et 70 % des établissements mytilicoles sont liés par des liens de parenté. Si les relations de filiation et surtout les relations agnatiques - près de six établissements sur 10 dans la mytiliculture - y sont prédominantes, à la différence de nombreuses sociétés paysannes l'installation des fils ne chasse pas les pères ; en outre dans l'une comme dans l'autre de ces activités, plusieurs fils acquièrent le statut de professionnel, la succession multiple coexiste donc avec la succession unique prenant la forme, en l'absence du père, de celles de plusieurs frères (près d'un établissement sur cinq dans la mytiliculture). La différence affectant les liens de parenté entre ces deux activités tient à la présence beaucoup plus importante de relation mère-fils et mère-fille dans l'ostréiculture, cette relation étant absente de la myticulture. Cette occurrence du lien utérin constitue un trait spécifique du tissu productif dans l'ostréiculture, absent de la mytiliculture.

Liens de parenté entre les établissements (1984)

Liens de parenté entre les établissements (1984)

D. Modalités de l'installation et rang de naissance du successeur dans la mytiliculture

52Dans cette activité, la succession unique, celle d'un seul enfant, concerne 34 % des établissements et celle de plusieurs frères 30 %. Dans les deux tiers des cas l'installation unique est celle de l'aîné des garçons ou de l'aîné de la fratrie, celle d'une fille aînée ne représente pas un cas sur dix.

53Sur les 17 cas d'installations multiples, 14 sont celles de deux frères, une celle d'un frère et d'une sœur, une celle de trois frères et enfin une celle de quatre frères. La majorité sont des Charentais.

E. "La colonie charronaise, une histoire familiale"

54Si le développement du Vivier-sur-mer comme centre mytilicole part d'initiatives locales - 41 concessions de 300 m sont accordées sous l'impulsion du maire en 1954 à une trentaine d'ostréiculteurs et de pêcheurs locaux-, la croissance rapide en revient aux Charentais et d'abord à deux frères originaires de Charron dans la baie de l'Aiguillon qui viennent s'installer au Vivier à partir de 1958 avec leur famille pour former la "colonie charronaise" ou, vu du côté des autochtones, le "clan" des S.

55A l'origine c'est une émigration de deux frères cadets issus d'une vieille famille de boucholeurs, héritiers après leur mère des concessions du grand-père, leur père étant décédé en 1916. L'un, conseiller technique national et responsable du syndicat local, au cours d'un voyage professionnel à Isigny dans la Manche entend parler des tentatives de développement de la mytiliculture au Vivier et "vient proposer" au maire son expérience professionnelle, cherchant une solution au problème posé par l'installation de ses cinq garçons compte-tenu de la rigidité de l'offre des parcelles dans la baie de l'Aiguillon.

56Les essais réalisés sur des concessions qui lui sont "prêtées" en 1956 se concrétisent l'année suivante par l’attribution de sept "lignes" de 300 mètres puis, “d'un bloc”, de 48 000 mètres de bouchots et si "on avait voulu "on aurait pu avoir toute la baie". De 1956 à 1958 l'un des frères et son gendre, possesseur d'une voiture, font la navette entre Charron et le Vivier, l’autre frère "reste" à Charron et "s'occupe" du naissain. A partir de 1958, d'itinérante l'exploitation devient sédentaire : les deux frères viennent s'installer avec leur famille, l’un avec ses deux fils et un gendre, l'autre avec ses quatre fils (dont l'un est déjà marié), un gendre et le fils du frère de son épouse : c’est la "colonie charronaise" (les fils travaillent avec leur père leur service militaire fini et se marient) qui regroupe onze ménages entre 58 et 64.

57Dès leur implantation ils forment une société civile d’exploitation mytilicole dont les parts sociales sont financées par un emprunt auprès d'un client de Rungis.

58En 1964, les alliés de l'un des frères sortent de la société pour se mettre à leur compte et récupèrent leurs parts sociales. Un tirage au sort de lots de 4200 m entre les hommes - les filles sont exclues - donne l'emplacement de chacun. Chacun des frères fonde sa propre société civile, l'un avec ses deux fils et un gendre à parts égales, avec exclusion de la sœur, l’autre avec ses fils, les filles étant également exclues. Le premier "quitte" sa société en 1969 (mais arrête de travailler seulement en 1975) et partage ses parts entre ses deux fils et son gendre, la sœur est exclue du partage. A partir du moment où leurs propres enfants commencent à travailler, chacun des fils forme un GAEC avec ses propres enfants, avec codétention, cession des concessions au GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun) et exclusion de l’épouse de l'exploitation et du GAEC. Ce modèle se répète pour plusieurs des fils de la 3e génération. Quant à l'autre frère fondateur, il travaille avec ses cinq fils de 1964 à 1972 puis le groupe se sépare. Son plus jeune fils deviendra de par son chiffre d’affaire le plus gros mytiliculteur de la baie d’origine extérieure. Ses responsabilités professionnelles à la fois locales et nationales en font l’héritier de son père qu’il est le seul parmi ses frères, à avoir accompagné lors de son premier voyage dans la baie de Cancale. On peut voir dans ce fait l’élément à l’origine de sa vocation professionnelle. Remarquons aussi qu’il est comme son père un cadet Dans cette famille, le puîné et plus précisément le dernier cadet constitue un élément structurant et fonctionnel de la reproduction sociale et plus largement de la reproduction économique.

59Ainsi dans "cette colonie des S", égalité entre les garçons et exclusion des filles et des épouses sont à la base de ces formes collectives d'exploitation.

  • 18 Riboubes. Pêche et conchyliculture en Bretagne-Nord, op. cit., p. 215.

60A ces premiers arrivants viendront s'ajouter en 1959, 60, 61, d'autres familles de Charentais dont les membres sont quelquefois cousins des premiers. De 1954 à 1964 les concessionnaires charentais sont au nombre de 43 pour 91 "locaux18". En 1984, ils sont 51 sur 121 auxquels s'ajoutent une dizaine de Vendéens, de sorte que la moitié des concessionnaires sont issus du marais poitevin. Sans doute ces hommes retrouvent-ils dans le marais de Dol des paysages familiers de mytiliculture qui ne sont pas sans rappeler ceux de leur propre région.

61Cette forme de développement de la mytiliculture dans la baie de Cancale à base d'une colonisation récente de l'estran contraste avec le vieil enracinement cancalais.

62Ainsi dans la baie de Cancale la reproduction sociale se présente telle sous deux formes : l'une où la place de la femme joue un rôle structurel dans l'organisation des rapports de production, l'autre où elle en est quasiment exclue.

63La comparaison des modes de développement dans ces deux activités met en définitive en évidence dans l'ostréiculture à la différence de la myticulture, la pesanteur sociologique et juridique des rapports de production antérieurs que mesure la concordance entre droit et pratique.

Annexes

Annexes

Cancale - évolution de la csp des chefs de ménage (en %)

Cancale - évolution de la csp des chefs de ménage (en %)

La culture des coquillages dans le quartier de St-Malo au 30 juin 1983

La culture des coquillages dans le quartier de St-Malo au 30 juin 1983

Situation géographique de la baie de cancale

Situation géographique de la baie de cancale

Notes

1 P.M. Juret, Le Domaine public maritime, Paris, Dalloz 1964. L'auteur fait référence à un édit du 15 juillet 1508 et deux ordonnances, l'une du 27 février 1534, l'autre du 12 février 1958. Selon l'ordonnance de 1681 (Livre IV, titre VIII, article I) : "sera réputé bord et rivage de la mer tout ce qu'elle couvre et découvre pendant les nouvelles et pleines lunes et jusqu'où le grand flot de mars se peut étendre sur les grèves."

2 L.E.Arcèce, Histoire de la Rochelle et du pays d'Aulnis, La Rochelle chez R.J. Desbordes, 1756, p. 138.

3 R. Piboubes, Pêche et conchyliculture en Bretagne-Nord., Biarritz, CERS, Société des Amis du Musée de la Mer, 1974, T. II, p. 9.

4 Piboubes, Pêches et conchyliculture, op. cit., p. 63.

5 Les pêcheries de Cancale sont des parcs fixes en forme de V constitués de deux "pannes" ou haies établies sur des pieux formant les deux côtés d'un triangle sensiblement équilatéral de 250 mètres de côté. A leur pointe elles forment un goulet fermé par un mur de branchages entrelacés s'ouvrant sur une bourrache autrefois tressée d'osier, sorte de piège à poissons et à crustacés, tourné vers la mer. Elles sont au nombre de 40 entre Cancale et la Chapelle-Ste-Anne. A la différence des autres parcs et étalages, elles sont appropriées privativement. Elles constituent une forme ancienne de pêche à pied et portent ici le nom de bouchot. ("Pêcheries de l'Ouest Cotentin et de la baie du Mont St Michel", Art de Basse Normandie n°94 - Centre régional de culture ethnologique et technique).

6 B. Dubreuil, L'Industrie coquillière en France. Etude administrative et économique. Imprimeries réunies de Senlis, 1950. "Un établissement de pêche maritime est une parcelle de terrain maritime, de surface variable, faisant partie soit du domaine public maritime, soit d’une propriété privée", op. cit., p. 29.

7 B. Dubreuil, L'Industrie coquillière en France, op. cit., p. 74.

8 R. Pottier, Les Huîtres comestibles et l'ostréiculture, Paris, Société d'éditions scientifiques et littéraires, 1902, 288 p. Selon l'auteur le domaine public est "l'ensemble des biens que la nature des choses, la loi ou la jurisprudence placent hors du commerce et qui par conséquent sont inaliénables et imprescriptibles. Le domaine public maritime est la partie de ce domaine que la mer baigne soit temporairement soit de façon continue", p. 232.

9 Dubreuil, L'Industrie coquillière en France, op. cit., p. 74 sq.

10 Pottier, Les Huîtres comestibles et l'ostréiculture, op. cit., p. 236.

11 Dubreuil, L'Industrie coquillière, op. cit., p. 48.50.

12 Spécifique à la France, le régime de l'inscription maritime créé par la loi du 3 brumaires an IV remplaça le système des "classes" institué par Colbert en 1668. A la contrainte "physique fit place un contrôle bureaucratique des gens de mer" in Mémoire de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne. Rennes, tome LXIV, 1987, p. 66.

13 Selon le décret-loi de 1853, les bénéficiaires d'étalages sont successivement les marins inscrits, les veuves de marins, les pères de famille ayant un ou plusieurs enfants au service de l'Etat, les marchands d'huîtres établis à Cancale... et les ouvriers des professions maritimes inscrits...
En 1911, les demandeurs de parcelles sont classés dans l'ordre suivant :
1. les inscrits maritimes n'ayant jamais possédé de concession
2. les ostréiculteurs n'ayant jamais possédé de concession
3. les inscrits maritimes ayant possédé ou possédant des concessions
4. les ostréiculteurs ayant possédé ou possédant des concessions
5. les demandeurs n'entrant dans aucune des catégories précédentes.
cf. Dubreuil, L'industrie coquillière, op. cit., p. 46.

14 A ces concessionnaires individuels s'ajoutent 4 concessionnaires collectifs (une coopérative, une SARL, une SA, et l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes) qui exploitent 280,55 ha "en eaux profondes", au large des "terrains découvrant".
Quartier de St-Malo. Monographie conchylicole et aquacole. Campagne 1982-1983, Affaires Maritimes St-Malo.
Pour l'ensemble du quartier de St-Malo dont relève la baie de Cancale, on compte 475 concessionnaires exploitant 382ha, 43 dans l'ostréiculture et 196 concessionnaires exploitant 247 km de bouchots à moules, la baie de Cancale représente donc l'essentiel de ces deux activités.

15 Monographie conchylicole et aquacole 1982-1983. 31 % des exploitations ont moins de 1000 mètres, 29 % de 1000 à 2000 mètres, 16 % de 2000 à 3000 mètres et 14 % plus de 5000 mètres.

16 Monographie conchylicole et aquacole 1982-1983.

17 L'administration des Affaires maritimes et les autochtones via leurs délégués aux commissions professionnelles classent dans la catégorie des professionnels ceux qui consacrent plus de la moitié de leur temps et obtiennent plus de la moitié de leurs revenus de l'une de ces activités.

18 Riboubes. Pêche et conchyliculture en Bretagne-Nord, op. cit., p. 215.

Table des illustrations

Titre Répartition des concessionnaires selon le type d'activité (1983)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Répartition sexuelle des concessionnaires selon le critère professionnel (1983)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Répartition des professionnels selon le sexe (1983)
Légende PO = professionnel dans l'ostréiculture ; PM = professionnel dans la myticulture.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Statut professionnel des conjoints (1983)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre La codétention dans l'ostréiculture et la mytiliculture (1984)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Comparaison entre le statut professionnel des conjoints et la codétention (1984)
Légende PO-PM = professionnel ; NPO-NPM = non professionnel ; EPO-EPM = épouse de professionnel. (O = ostréiculteur, M = mytiliculteur)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Liens de parenté entre les établissements (1984)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Cancale - évolution de la csp des chefs de ménage (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre La culture des coquillages dans le quartier de St-Malo au 30 juin 1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Situation géographique de la baie de cancale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16380/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Centre d'Ethnologie Française C.N.R.S.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540