Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Cycles des exploitations et reproduction sociale en lorraine de 1660 à 1900

Laurence Joignon

Texte intégral

1Le village de M., situé dans le bailliage de Pont-à-Mousson, est, sous l’Ancien Régime, régi par la coutume égalitaire de St-Mihiel. En 1660, la famille M. y possédait les trois quarts des terres de roture et le pouvoir politique. Aujourd'hui, plus de trois siècles ont passé et la situation est demeurée inchangée. Pourtant, dix générations se sont succédé en respectant strictement l'esprit de la coutume. Loin d'être exceptionnel, cet exemple se retrouve dans les villages alentour. Quels sont les mécanismes de la reproduction sociale qui évitent, dans le cadre d'une coutume de partage, le démantèlement des exploitations et la paupérisation des cultivateurs ?

i - Démographie, économie, justice et patrimoines a m.

  • 1 Archives Départementales de Meurthe et Moselle (ADMM), BJ 677, procès successoraux, pieds terriers (...)
  • 2 ADMM, affaires de tutelles de M., Etat-civil (AC 369), BJ 911. AM. et dans les villages des alento (...)
  • 3 ADMM, B 8163 (1613 : 42 feux), BJ 911(1668 : 20 feux, 84 habitants), AC 369 (1708 : 259 habitants) (...)

2A l'image de la Lorraine, le village de M. subit les contrecoups de la guerre de Trente Ans et la saignée démographique qui s'ensuit. Entre 1613 et 1668, la moitié de la population disparaît du fait de la guerre, des épidémies et des disettes. En 1662, une vingtaine de ménages, jeunes pour la plupart, reconstruisent le village et défrichent les terres laissées à l'abandon1. Issus des anciennes familles du lieu, ils remembrent les successions et constituent la base du peuplement, dont sont issus les futurs habitants. La colonisation de la Lorraine dévastée est encouragée par ses Ducs qui exonèrent d'impôts durant cinq années toute personne désireuse de s’y implanter. La Lorraine de la fin du XVIIe siècle prend alors des allures de Nouveau Monde où les terres sont abondantes et en friches et les hommes rares. Ainsi, entre 1660 et 1708, assiste-t-on à une véritable flambée démographique, liée d'une part à un solde naturel positif et d'autre part à la venue de migrants, vite intégrés2. Passée l'euphorie de la reconstruction, la croissance de la population ralentit, puis s’arrête après 17483. On tente alors de préserver un équilibre entre les hommes et la terre. Après 1846, le contrôle des naissances et l'exode rural vident le village.

3Essentiellement agricole, M. est voué à la polyculture et à l’élevage. Sur les champs en assolement triennal, sont cultivées les céréales : blé, orge et avoine. Une partie de la production sert à l’autoconsommation des ménages et le surplus, quand il existe, est commercialisé. Sur les pâtures communales, les terres en jachère et les lopins privés, on élève des chevaux, bovins, ovins et caprins. A cela s'ajoute l'économie domestique : élevage des porcins et des volailles, produits du jardin, des chènevières et des vergers.

  • 4 ADMM, BJ 677.

4Une partie de la population se consacre aux activités artisanales liées à l'agriculture (maréchalerie, forgeage, charronnage), à la viticulture (tonnellerie), au bâtiment (maçonnerie, charpenterie, menuiserie), aux activités textiles (tissage, habillement) et à la cordonnerie. On note également l'existence d'une entreprise familiale de salpêtrage. Le commerce, quant à lui, est limité aux auberges et cabarets. Quelques colporteurs desservent le village et y vendent divers objets tels que des chaudrons, de la ferblanterie ou des tissus4. Foires et marchés se tiennent dans les villages alentour, notamment dans le bourg voisin où une seigneurie dynamique permet l'existence de nombreux commerces de détail : boulangerie, boucherie, épicerie....

  • 5 Coutume de St-Mihiel, anciennes coutumes, pp 58, art. 19 ; titre IV, art.5 ; titre IV, art.1 ; tit (...)

5La coutume de St-Mihiel, rédigée entre 1506 et 1507, appartient au groupe des coutumes d'égalité avec rapport des avancements lors des partages. Afin de renforcer l'autorité parentale, les juristes semblent avoir introduit une clause de déshérence et la possibilité de donner par testament ses meubles, dettes, gagières, acquêts et conquêts. Les biens de lignes obéissent à la règle Paterna-paternis, Materna-maternis et sont protégés par les retraits lignagers. Dès la célébration du mariage, les conjoints contractent la communauté de biens dont le partage s’effectue par moitié entre le survivant et les héritiers du prémourant. La femme survivante emporte en guise de douaire, l'usufruit sur la moitié des biens propres de son mari. Cette disposition bloque partiellement les successions jusqu'au décès de l'épouse5.

  • 6 L'ensemble des résultats présentés dans cette étude a pour sources les documents suivants : ADMM : (...)

6Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle6, les habitants de M. ont pour habitude de se rendre une fois l'an chez les notaires de Pont-à-Mousson pour y passer l'ensemble de leurs contrats. Au XIXe siècle, un notaire s'installe dans le village voisin et draine désormais cette clientèle rurale. La lecture des actes notariés atteste une observation stricte de l'égalité entre héritiers, exception faite cependant des successions collatérales, pour lesquelles les testateurs disposent parfois de leurs meubles ou argent pour avantager un proche. Néanmoins, l'usage du testament et les préciputs ainsi accordés demeurent très limités.

7A travers les actes de vente, apparaît une pratique archaïque qui ne figure pas dans la coutume de St-Mihiel, à savoir l'indivision des successions sur plusieurs générations procédant d'une même ligne. Cette habitude ne peut être rompue que par les lots de partage qui se multiplient à la fin de l'Ancien Régime. Néanmoins, et en dépit du cadastre au XIXe siècle, elle perdure sur l'ensemble de la période considérée.

  • 7 ADMM, G 269 et BJ 677.

8Les seigneurs justiciers pour la basse, moyenne et haute justice, sont les chanoines du chapitre St-Gengoult de Toul pour moitié, portant procuration des ducs de Lorraine pour l'autre moitié. Les chanoines, aidés de leur greffier et des gens de police du lieu, n'ont en rien changé les pratiques locales, bien qu'appliquant à la lettre la coutume. En cas de désaccord, les procès peuvent être renvoyés devant la juridiction ducale7. L'une des tâches principales du greffier consiste à protéger les biens des mineurs devenus orphelins. Il convoque alors un conseil de famille pour désigner un tuteur et un curateur, rédige un inventaire après-décès décrivant l'ensemble des biens procédant de la succession, même les plus infimes, et estime la valeur marchande de chaque objet. Lorsque la communauté de biens se trouve endettée, il procède à l'adjudication de la succession jusqu'à extinction des dettes. Cette pratique nuit à la stabilité des patrimoines déjà fragilisés par le décès de leurs propriétaires.

9Souvent la justice locale est appelée pour trancher les conflits familiaux, pour rétablir le droit des héritiers, pour résoudre des successions difficiles et ainsi éviter haines et rancunes. Elle joue un rôle de médiation pour les familles. Ces procès successoraux se font l'écho de la mentalité rurale qui condamne tout préciput et revendique l'égalité absolue. Néanmoins certaines personnes, averties de leurs droits, disposent parfois de leurs biens meubles ou acquêts pour s'assurer la protection de l'un de leurs enfants et se trouvent ainsi traduites devant la justice par leurs propres descendants. Aussi, la majorité de la population préfère-t-elle respecter le principe d'égalité absolue plutôt que de tenter de faire valoir ses droits devant une cour de justice.

10En 1708, la superficie des terres se serait élevée à deux cent cinquante hectares exploités, tant en fermage qu'en faire-valoir direct par vingt-huit ménages. Malheureusement ce document ne recense que la moitié de la population locale. En 1836, le cadastre, quant à lui, enregistre huit cent soixante-douze hectares appartenant en majorité aux cultivateurs du lieu.

11Avant 1780, la plupart des exploitations sont composées de terres en faire-valoir direct, qui assurent l'autoconsommation des ménages, et de fermes dont les loyers s'élèvent en moyenne, les bonnes années, au quart de la récolte. Les propriétaires de ces fermes sont les bourgeois des villes proches, souvent descendants des habitants du lieu, l'aristocratie, les institutions religieuses, les rentiers ou les membres de la famille. Les patrimoines des laboureurs comprennent une maison de culture, les moyens de production (charme, charrettes, instruments agricoles, chevaux), le bétail et les terres de survie : champs, prés, jardins, chènevières et vergers, plus ou moins abondantes selon la richesse de la famille.

12Entre 1780 et 1820, les cultivateurs jusqu'alors fermiers deviennent propriétaires de leurs anciennes fermes grâce à la vente volontaire des propriétés bourgeoises, à la confiscation des biens ecclésiastiques et à l’adjudication du domaine ducal. Ainsi à M., plus d'une centaine d'hectares de terres sont acquis par les paysans. Après 1820, la majorité des exploitations sont désormais en faire-valoir direct ou en fermage familial. Seule une centaine d'hectares reste aux mains de quelques bourgeois des alentours ou de rentiers issus du village.

ii - Cycles domestiques et cycles des exploitations

  • 8 Au XVIIIe siècle, sur 5,6 enfants nés, seuls 3,3 restent en vie, contre 2,9 nés et 2 en vie au XIX (...)

13A M., la forme principale de maisonnées est la famille nucléaire. Dès la célébration du mariage, le jeune ménage s'installe de façon autonome. Toute forme de cohabitation (famille-souche ou communauté de germains) est généralement conflictuelle en dépit des précautions prises par les contractants. Si un enfant marié veut demeurer au foyer parental sans s’opposer à ses frères et sœurs, il doit payer loyer et pension à ses parents ou travailler pour le compte de ces derniers comme ouvrier agricole. Dans le cadre de la cohabitation entre germains, on procède au partage effectif des logis pour que chacun puisse manger à un pot différent. Cependant, l'existence de parties communes (granges, greniers, couloirs ou allées de jardin) est souvent cause de tensions. Aussi, préfère-t-on, chaque fois que cela est possible, éviter la cohabitation8.

A. L'installation

14Dès l’âge de seize ans, garçons et filles secondent utilement leurs parents dans le travail agricole. Leurs peines sont rétribuées par un salaire. Dotés de revenus propres, les jeunes gens se constituent patiemment un pécule qui servira lors de leur installation. Les hommes se marient entre vingt-sept et trente ans et les femmes vers vingt-cinq ans. Généralement, l'un des conjoints a déjà obtenu une succession. Aidé des avancements d'hoiries parentaux, le jeune ménage dispose d'un hectare et demi de terres, de semences, d'une demi-charrue (trois chevaux), de bétail et de mobilier. Le nouveau foyer d'exploitants loue ou achète une maison de culture et afferme les terres complémentaires nécessaires. L’acquisition d'un domicile se fait souvent à crédit, les taux d'intérêts étant compris entre 5 et 7 % l'an.

B. La phase de capitalisation (2 à 20 ans)

15Le remboursement des dettes contractées pour l'achat de la maison s'effectue durant les dix premières années de mariage. Progressivement le bétail se développe et le nombre de chevaux permet d'utiliser une, puis deux charrues et ainsi d'accroître la superficie de l'exploitation grâce à la location de fermes supplémentaires et à l'arrivée de l'ensemble des successions. Bon an, mal an, les surplus céréaliers et le bétail en surnombre alimentent l'épargne des cultivateurs. Parallèlement, les premiers enfants apparaissent et grandissent, puis secondent leurs parents. La présence d'un fils, âgé d'une quinzaine d'années évite le recours à la main d'œuvre mercenaire.

C. La phase d'expansion (20 à 30 ans)

16Le chef de famille décide alors de doubler, voire de tripler la superficie de son exploitation en augmentant le nombre de fermes. Les surplus céréaliers, réinvestis dans l'acquisition de terres en faire-valoir direct augmentent de façon brutale. Le capital immobilier s'accroit très rapidement et le fermage devient inutile. Mais cette phase d'expansion est courte : les premiers enfants arrivent en âge de mariage au moment où les forces des parents commencent à décliner.

D. La gestion du déclin (plus de 30 ans)

17Cette période voit s'opposer les intérêts des parents qui souhaitent garder leurs enfants le plus longtemps possible sur l'exploitation pour se prémunir de la misère de la vieillesse, et ceux des enfants, qui désirent acquérir leur autonomie.

18Généralement, les aînés arrivent en âge de mariage lorsque les parents sont encore en activité. Il leur faut trouver un compromis assurant la survie de l'exploitation parentale et leur indépendance. Comme la plupart des familles de cultivateurs sont en possession d'héritages indivis déforains et bénéficient d'un réseau de parenté ou de parentèle extérieur, les aînés prospectent le marché matrimonial de leur aire patrimoniale et emportent dans leur corbeille de mariage ces terres jusqu'alors affermées.

19A la mort du père, la succession est partagée entre le survivant et les héritiers du prémourant. Les enfants en âge de mariage, dotés de leur part de succession, prennent conjoint très rapidement et choisissent de préférence un habitant du village, généralement leur consanguin. La mère veuve, quant à elle, gère ses biens avec l'aide de ses cadets en âge de la seconder. La tentation de maintenir artificiellement un gendre ou un fils marié est grande et certaines douairières n'hésitent pas à s'opposer aux foudres égalitaires de leurs descendants pour se préserver une retraite heureuse. Elles peuvent également affermer leurs biens à leurs enfants et percevoir ainsi une rente. A la mort de la douairière, les autres enfants perçoivent leur héritage dans son intégralité.

20Le partage égalitaire, accompagné de l'indivision des successions, permet ainsi d'installer progressivement l'ensemble de la progéniture, dont les mariages sont espacés dans le temps. Parents et enfants sont amenés à négocier un compromis satisfaisant pour tous, qui évite aux uns la mendicité de la retraite et aux autres le célibat prolongé ou la perte du statut.

E. Après 1820

21Après 1820, la plupart des cultivateurs sont désormais propriétaires de leurs terres. En l'absence de fermes en suffisance, l’installation des enfants s'effectue avec l'aide exclusive de leurs parents. Ces derniers, devenus âgés, se retirent dans une petite maison de journaliers, abandonnent leur train de culture à leurs héritiers et afferment leurs terres à l'exception d'une réserve de survie. D'abord fermiers, les jeunes cultivateurs acquièrent progressivement, au fur et à mesure des décès, les terres qu’ils exploitent.

iii - Le mode de transmission des biens et des statuts

22Lors de leur mariage, les jeunes filles emportent leur armoire et leur lit, confectionnés de longues années auparavant en prévision de l'événement, mais aussi un cochon, une vache et des volailles. Quant aux garçons, ils reçoivent des chevaux et une charrue. Afin d'aider le jeune ménage durant sa première année d'installation, les parents leur donnent des semences et des terres. Ces avancements d'hoiries effectués durant la phase de croissance de l'exploitation parentale, stoppent momentanément son expansion.

23Le métier s'apprend au contact des parents durant l'enfance et l'adolescence. L'éducation est complétée, à l'école du village, par l'enseignement de l'écriture, de la lecture et du calcul. Mais, si dans l'ensemble un enfant de cultivateurs reprend le statut professionnel parental, il existe néanmoins des cas où l'on peut changer d'orientation. Certains fils d'agriculteurs, au contact d'un beau-père ou d'un oncle, ou placés chez un maître d’apprentissage, deviennent artisans ou hommes de loi. D'autres choisissent les ordres après des études à la ville, souvent grâce à un oncle religieux.

24La maison peut être vendue à l'un des héritiers ou à un habitant du lieu en quête de domicile. Considérée comme un acquêt de la communauté de biens, elle a rarement valeur de bien de ligne. Ainsi, la moitié des maisons se vendent ou s'achètent, tandis que l'autre moitié reste aux mains des familles. Dans le cadre d'une transmission, celui qui reprend la maison parentale est l'héritier en âge de mariage lors du décès de ses parents. Il perçoit alors sa part de succession indivise, loue celle de ses frères et sœurs précédemment installés et héberge ses cadets. Par la suite, il rachète l'ensemble des parts avec les deniers de la communauté de biens et demeure seul propriétaire du logis. Grâce à cette mobilité du parc immobilier, à la nature particulière des maisons et au recours possible à l'emprunt, la famille nucléaire peut exister.

25La transmission des terres, par contre, obéit à des règles différentes. Les terres reçues en héritage sont des biens de ligne indivis sur plusieurs générations. Celles que l'on achète, bien qu’étant des acquêts, procèdent généralement d'une ligne commune entre l'acheteur et le vendeur puisqu'elles sont bloquées par les retraits lignagers. Cette disposition particulière de la coutume favorise ainsi le monopole des propriétaires fonciers sur les biens du village.

26Enfin, la transmission du statut de cultivateur est fonction de la taille de l'exploitation en faire-valoir direct parental et du nombre de descendants. Sous l'Ancien Régime, le seuil de reproduction sociale se situe autour de quatre hectares. En deçà de ce seuil, un enfant de cultivateurs trouve difficilement un conjoint de même statut. Une nouvelle exploitation se construit avec les héritages respectifs des deux conjoints, et, à partir de huit hectares, elle se développe grâce à la location de fermes et à l'acquisition de terres.

27A l'époque contemporaine, la disparition quasi-absolue des fermes, renforce le poids de la propriété privée dans la transmission des statuts, et ainsi celui de la coutume. Aussi, très rapidement, voit-on apparaître un contrôle des naissances draconien. Désormais, seuls deux enfants doivent arriver au partage afin d'être assurés d'un statut semblable à celui des parents.

iv - L'exemple de la famille m.

28En 1708, les M. possèdent les deux tiers des terres en faire-valoir direct dans le village, soit environ quarante hectares. En 1836, ils en ont la moitié, soit quatre cents hectares. Pourtant entre ces deux dates, cinq générations de partageants se sont succédé sans déroger à la coutume. Cette famille, à elle seule, regroupe 90 % des cultivateurs du lieu et quatre-vingt-huit ménages d’agriculteurs. C'est également en son sein que l'on trouve les plus vastes propriétés du village. Sur l’ensemble de la période, on observe trois types d'exploitations.

A. Les trois types d'exploitations

29Six exploitations seulement, sur les quatre-vingt-huit recensées, décroissent pour diverses raisons, telles que l'exercice volontaire d'une autre profession, l'installation en gendre temporaire, la dissolution prématurée du ménage, la difficile implantation dans le village par défaut d'héritage, l'immoralité du chef de famille ou une épizootie qui décime l'ensemble du cheptel trayant.

30Vingt-trois exploitations se maintiennent. La plupart d'entre elles n'ont pu s'accroître, faute d'avoir atteint la phase d'expansion. Si le décès prématuré d'un des conjoints est une des causes majeures, d'autres explications sont possibles, comme l'exercice d'un autre métier, la faiblesse des héritages, l'absence d’héritier direct....

31La plupart des exploitations qui s'accroissent, ont atteint la phase d'expansion. La durée et la stabilité des ménages, la présence d'un fils secondant le père, l’existence de patrimoines de base supérieurs à huit hectares expliquent en partie cette expansion. Mais la réussite d’une exploitation agricole tient également compte de données qui nous échappent, telles que les qualités de gestionnaire de l’agriculteur, son esprit d'initiative, ses capacités à négocier ses productions et ses baux, son réseau de connaissances, ses alliances dans le village qui peuvent jouer lors d'adjudications, la bonne santé de sa famille... Il n'est pas rare de voir au sein d'une même fratrie apparaître de grandes différences, alors que tous ont eu au départ les mêmes atouts en main.

32On peut citer en exemple les enfants de Didier M. et de sa femme (génération 2) : sa fille aînée se marie avec un cultivateur du village de N. qui vient faire gendre et qui s’enrichit considérablement. Sa seconde fille voit mourir rapidement ses trois époux successifs et maintient difficilement son exploitation. Ses troisième et quatrième filles épousent en mariages remarquables les deux fils d'un cultivateur-tonnelier, dotés chacun de dix hectares de terres, dont l'un vendra l'ensemble de ses biens et l'autre maintiendra son statut. Enfin, le dernier-né, un fils, prend pour femme celle qui porte son enfant, issue d'une famille de pauvre cordonnier de N.. Boulanger, épicier et cabaretier, escroc du village, détenant le record absolu de procès pour traités frauduleux, il finira ses jours à la conciergerie de Pont-à-Mousson, laissant femme et enfants ruinés, obligés de mendier une cabane à la communauté d'habitants.

B. Le rôle des successions

33La part des successions intervient dans les négociations matrimoniales, dans la constitution d'une nouvelle exploitation et dans sa capacité d'expansion ultérieure. Y-a-t-il effritement des patrimoines au cours de la période considérée ?

34Passée l'euphorie de la reconstruction, après 1700, le monde rural est secoué par des crises passagères, aggravées par le système successoral local (crises frumentaires, épidémies ou épizooties de 1709/10, 1717/18, 1727/28, 1733, 1743, 1766). De jeunes ménages, encore endettés par l'acquisition de la maison, sont dissous par la mort d'un des conjoints, laissant derrière eux des successions grevées de dettes. Leurs biens sont alors adjugés par décision de justice et vendus aux riches cultivateurs du lieu ou aux prêtres ruraux, qui, souvent, sont leurs créanciers (générations 3 et 4).Mais les patrimoines commencent à se morceler par les partages égalitaires (générations 4 et 5) et les héritiers à se paupériser. Entre 1780 et 1820, les cultivateurs du lieu se voient offrir la possibilité d'acquérir leurs anciennes fermes, vendues ou confisquées. Cependant, la spéculation foncière ne profite qu'aux riches laboureurs.

35Après 1820, certaines familles limitent le nombre de leurs enfants. Ces derniers, au moment du partage, se trouvent alors à la tête de vastes domaines. Par contre, d’autres ménages fonctionnent encore sous un "Ancien Régime démographique", et, compte-tenu de la baisse de la mortalité infantile, sont dotés d'une progéniture trop nombreuse. Celle-ci, nonobstant la superficie de l'exploitation parentale, connaît de grandes difficultés d'établissement. A la septième génération, nombreux sont ceux qui demeurent célibataires ou qui se marient après quarante ans.

36Après 1850, le contrôle des naissances draconien, l'arrivée des successions collatérales des oncles et tantes décédés sans enfant, du fait de leur célibat prolongé ou définitif et l'exode rural concourent au remembrement des exploitations morcelées, lequel profite alors aux rares descendants, telle cette fille et nièce unique, qui hérite de quarante hectares de sa mère, mais aussi de ses six oncles et tantes sans héritier direct.

37Entre 1700 et 1900, la tendance générale est à la concentration des patrimoines immobiliers aux mains de quelques riches cultivateurs.

38Ainsi, en 1836, 43 % des terres appartiennent à seulement 6,6 % des ménages.

C. Les correctifs apportés au partage égalitaire

39Afin d'éviter la paupérisation, les habitants du lieu ont utilisé diverses solutions pour pallier le morcellement des exploitations et des patrimoines. En dépit du fort accroissement de la population, les héritages de base ont été préservés dans une mesure acceptable. Quelles sont les causes de cette stabilité relative ?

40La première raison est un malthusianisme précoce. Dès le début du XVIIIe siècle, le mariage tardif limite naturellement le nombre d'héritiers à venir, en abrégeant d'une dizaine d'années la période de fécondité des femmes. Quant aux enfants appauvris par les partages égalitaires, ils sont condamnés au célibat prolongé (après trente-cinq ans) ou définitif et leurs terres demeurent indivises avec celles de leurs frères et sœurs mariés, alimentant ainsi les successions de leurs neveux. Le contrôle des naissances, dernier aspect du malthusianisme, semble apparaître dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et son influence sera primordiale pour la transmission des patrimoines agricoles au XIXe siècle.

41La seconde cause est la pratique d'alliances particulières. Les aînés, mariés du vivant de leurs parents, quittent généralement le village pour aller s'installer dans celui de leurs conjoints où ils possèdent des terres indivises. Ils baillent leur part de succession à leurs frères et sœurs demeurés au village, sans en demander partage et louent une ferme équivalente dans le lieu d'accueil. Ces échanges sans partage réel permettent de nouer des alliances futures et de différer les arrangements successoraux. Ceux qui restent au village, préfèrent, quant à eux, le mariage entre consanguins, qui remembre deux parts d'une succession indivise sise sur le même finage et limite le nombre de descendants d’une même ligne. En effet, afin de compléter leur part d'héritage et d'épouser une personne de même richesse, les enfants de cultivateurs ont un choix fort limité de conjoints potentiels. Généralement, les trois quarts d'entre eux sont des parents aux troisième ou quatrième degrés. Les autres peuvent être des alliés ou appartenir à une famille honnie. Le mariage consanguin se développe avec la reconstitution des réseaux de parenté durant le XVIIIe siècle (mariages aux troisième ou quatrième degrés) et la première moitié du XIXe siècle (unions entre cousins germains) avant de disparaître définitivement sous l’effet du contrôle des naissances.

42Les renchaînements d’alliance et les mariages remarquables, quant à eux, se maintiennent durant toute la période et obéissent à deux impératifs : trouver un conjoint de même richesse, ce qui limite forcément le nombre de familles avec lesquelles s'allier et simplifier les successions et arrangements futurs, notamment en cas de remariage.

43Malthusianisme et alliances particulières ont permis une relative stabilité des patrimoines durant toute la période et ont limité ainsi les effets du partage égalitaire. Le contrôle des naissances les rend inutiles au XIXe siècle. Dans cette région, le partage égalitaire n'engendre pas le morcellement des exploitations, la perte des statuts et la paupérisation des héritiers, grâce à un ensemble de garde-fous qui préservent l’équilibre difficile entre les hommes et leurs terres. En effet, reposant sur un système mélangeant fermage et faire-valoir direct, chaque exploitation peut se développer après une période de capitalisation et s'accroître grâce à l'acquisition de nouvelles terres. Cette capacité de "restauration” des patrimoines, jointe au malthusianisme et aux alliances, a protégé huit générations de cultivateurs des méfaits de la coutume.

Notes

1 Archives Départementales de Meurthe et Moselle (ADMM), BJ 677, procès successoraux, pieds terriers, déclarations des terres...

2 ADMM, affaires de tutelles de M., Etat-civil (AC 369), BJ 911. AM. et dans les villages des alentours, existe un réseau de migration allemande organisée autour des métiers du bâtiment.

3 ADMM, B 8163 (1613 : 42 feux), BJ 911(1668 : 20 feux, 84 habitants), AC 369 (1708 : 259 habitants), BJ 677 (1749 : 362 habitants), BJ 677 (1785 : 323 habitants), recensement (1850 : 384 habitants), recensement (1896 : 355 habitants)

4 ADMM, BJ 677.

5 Coutume de St-Mihiel, anciennes coutumes, pp 58, art. 19 ; titre IV, art.5 ; titre IV, art.1 ; titre V, art.12 ; titre IV, art.4 ; titre IV, art.7 ; titre VI, art.3 ; titre VII.

6 L'ensemble des résultats présentés dans cette étude a pour sources les documents suivants : ADMM : B J 677 et BJ 911 (registres des causes de M.), AC 369 (Etat-Civil), affaires de tutelles de M., déclaration de la communauté de M. en 1708, archives notariées (fonds des notaires de Pont-à-Mousson pour les XVIIe et XVIIIe siècles et de Noviant pour le XIXe siècle), cadastre de M....

7 ADMM, G 269 et BJ 677.

8 Au XVIIIe siècle, sur 5,6 enfants nés, seuls 3,3 restent en vie, contre 2,9 nés et 2 en vie au XIXe siècle. L'âge au mariage des hommes est compris entre 24,27 ans (vers 1830) et 30,74 (vers 1780), celui des femmes entre 24,8 ans (1700) et 26,6 (après 1750). L'âge au décès oscille entre 57,87 ans (1750) et 65,14 ans (1880) pour les hommes et 57,55 ans (vers 1750) et 68,14 (1880) pour les femmes.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540