Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

La succession et l'héritage masculins en Franche-Comté : histoire et logiques d'une mutation

Bernard Derouet

Texte intégral

1Exclure les filles de la majeure partie de l'héritage et en particulier de la terre, mais en même temps réaliser entre les successeurs masculins la plus grande égalité possible, fut un comportement beaucoup plus répandu qu'on ne le croit, dans la société rurale française, tout au moins jusqu’au XIXe siècle.

2L'effacement presque complet de telles pratiques aujourd'hui pose problème. Pourquoi ce contraste avec la résistance bien connue d'autres pratiques anciennes ? Pourquoi cette disparition, alors que de nombreux indices donnent pourtant à penser que des solutions d'inégalité partielle de l'héritage ont aujourd'hui la faveur du monde paysan ?

i - La primauté de la ligne masculine

3Le cadre d'analyse sera ici la société rurale en Franche-Comté, observée pendant le XVIIIe siècle, la Révolution et le XIXe siècle jusqu'aux années 1880. Plus précisément, on s'attachera à l'étude d'une petite région située au coeur du plateau franc-comtois, correspondant à peu près à l'actuel canton d'Orchamps-Vennes (département du Doubs, à une trentaine de km à l'est de Besançon).

4Au XVIIIe siècle, les contrats de mariage constituaient la clé de voûte du système de reproduction sociale. Dans le modèle le plus souvent suivi, les filles étaient dotées au moyen d'une somme en argent et d'objets mobiliers : trousseau, effets personnels, parfois quelques têtes de petit bétail. Il s'agissait d'une "dot divis" : la fille qui la recevait de ses parents renonçait en contre-partie à tout droit sur leur succession future, au profit le plus souvent de ses frères. Ceux-ci étaient parfois expressément chargés, en cas de mort prématurée des parents, de doter à un même niveau toutes leurs sœurs qui se marieraient ou quitteraient la maison plus tard.

5Naturellement, cette dot était inférieure à ce qu'une fille aurait reçue de l'héritage en cas de partage strictement égalitaire entre tous les enfants. La répartition voulue par les parents ne pouvait être attaquée qu'en cas de lésion par rapport à la légitime. Cette dot ne comprenait presque jamais de bien immobilier (terres ou maison).

6Un garçon, lui, ne recevait généralement pas de dot à son mariage, mais était institué héritier dans la succession future de ses parents, à égalité avec ses frères. Il recevra la terre avec eux, ainsi que les autres biens restants, mais seulement au moment de la disparition de la génération précédente. En attendant - et c’est là le deuxième aspect essentiel de ce système de reproduction sociale - ces frères vont rester même après leur mariage au sein de la maison parentale, en "communion" (communauté) avec leurs parents et, avec celles de leurs sœurs qui sont encore célibataires.

7Le système implique naturellement la patri-virilocalité : la femme suit son mari dans sa maison et sur ses terres, mais celles-ci sont aussi ou sont encore la maison et les terres des parents de celui-ci (et de ses frères). Les contrats de mariage ne manquent pas de prévoir les modalités de cette cohabitation. Fait intéressant à noter, la cohabitation et l'indivision de biens qui l'accompagne ne cessent pas toujours à la mort des parents, et la société franc-comtoise connaît une bonne proportion de "frères communiers", dont l'un ou plusieurs peuvent être mariés, qui ne décident de se séparer que quelques années ou quelques dizaines d'années plus tard.

8La stratégie de conservation de la terre aux descendants mâles passait principalement par les contrats de mariage, mais elle était renforcée par quelques moyens complémentaires, en particulier les testaments. Ceux-ci ne jouaient qu'un rôle mineur dans la dévolution des biens en ligne directe, mais étaient utilisés fréquemment pour ramener vers le ou les frères héritiers-successeurs (ou leur descendance) les biens qui s'en étaient écartés, ou ceux qui risquaient de le faire. Ainsi un frère marié mais n'ayant pas eu lui-même d’enfants prenait-il soin de faire "revenir" le plus clair de ses biens, et notamment ceux de nature immobilière, dans le giron agnatique en testant au profit de ses frères et non pas de ses sœurs, ou au profit de ses neveux enfants de frères. Des testaments semblables émanaient aussi des frères restés célibataires, et même souvent également - ce qui en dit long sur le niveau d'intégration du modèle masculin - de la part des sœurs restées célibataires, qui elles-mêmes préféraient tester au profit de leurs frères plutôt que de leurs sœurs. D est vrai (et cela n'est pas indifférent au problème) que dans une telle société rurale où les célibataires vivant isolés et indépendants étaient très rares, ces frères et sœurs non mariés restaient le plus souvent au foyer de leurs frères mariés au profit desquels ils testeront, demeurant toute leur vie dans une situation qui n’est pas sans évoquer le sort des cadets célibataires dans les systèmes "à maison" (à ceci près que ces derniers ne sont pas investis de droits officiels sur le patrimoine).

9D'autres formules existaient aussi, qui avaient pour effet la "récupération" de biens échus à une ligne collatérale de la parenté par les mâles : donations entre vifs, licitations, retraits lignagers concouraient également pour leur part à cette action centrifuge qui endiguait la dispersion du patrimoine (même déjà partagé) au sein de cercles trop éloignés.

ii - La révolution : un tournant décisif

10En Franche-Comté, la Révolution marqua pour le système familial le début d'un changement décisif. Chaque mot ici est important : "changement", mais aussi "début".

11Changement, d'abord. De façon évidente, l'égalité entre garçons et filles commence alors à pénétrer sérieusement les pratiques d'héritage. Les lois révolutionnaires ont eu un effet direct et important. Certes, ici comme ailleurs, on observe une période de flottement et d’hésitations, comme en témoignent (entre autres) ces actes où les parents instituent leurs enfants mâles héritiers de tout ce dont les lois futures leur permettront de disposer à titre de préciput. D'autres astuces sont parfois trouvées pour tourner la loi. Mais dans l'ensemble, les pratiques commencent à virer de bord. La dotation-exclusion des filles disparaît ; les contrats de mariage, qui au XIXe siècle instaureront un régime de communauté réduite aux acquêts, verront les époux arriver à l'union avec des apports de valeur équivalente (soit au titre de l'avance d'hoirie, soit comme espérance successorale).

12Pourtant, aussi nette que soit la transformation d'ensemble, elle est loin d'être tout de suite complète. Elle ne constitue que le début - certes spectaculaire, mais le début seulement - d'une évolution qui, pour se parachever, va demander du temps, en fait pratiquement l'ensemble du XIXe siècle, Il est difficile de donner une évaluation quantitative de la proportion des héritages dont l'organisation reste influencée par le modèle ancien, à la fois parce que cette recherche est encore en cours, et à cause de la variété des moyens et des types d'actes par lesquels peut passer cette volonté d'avantager les héritiers mâles. Dans le seul but de fixer les idées, on peut les évaluer à 20 ou à 30 % au début du XIXe siècle (avec une grande marge d'incertitude). Ces pratiques ne sont donc plus majoritaires, mais elles forment quand même une minorité qui est loin d'être négligeable. Leur fréquence va ensuite progressivement s'amenuiser au fil du siècle, sûrement mais lentement. Dans les années 1880 (terme de mon observation) on réussit à en trouver encore quelques exemples ; mais elles sont alors devenues négligeables et ne sont plus réellement que des exceptions. On a l'impression d'un système qui meurt en douceur.

13Ici, il est donc possible d'affirmer - une fois n'est pas coutume - que la Révolution a eu une influence décisive sur les pratiques familiales, au moins pour déclencher ou pour amorcer une transformation importante. Mais ne risque-t-on pas, cependant, de surestimer ainsi le pouvoir et l'effet de la contrainte légale ? Comme on vient de le voir, une minorité non négligeable de familles a su très bien trouver les moyens appropriés pour perpétuer, pendant plusieurs décennies encore, les pratiques anciennes ou en sauvegarder une partie. Pourquoi les autres familles n'auraient-elles pas pu agir de même, surtout à partir du moment où le Code civil donna le moyen légal de créer une inégalité partielle entre ses enfants, par le quart préciputaire ? Or la majorité des familles s'abstint tout bonnement de faire usage de cette possibilité. Quant aux donations-partages, lentes à entrer dans les mœurs au XIXe siècle, bon nombre d'entre elles ne font que répartir égalitairement les biens entre l'ensemble des héritiers des deux sexes.

14Ainsi amenés à mettre en doute l'effet que le changement de législation a pu avoir par son caractère contraignant, on en vient à se demander quelle part assigner dans le succès du nouveau système d'héritage à ce qu'il faut bien appeler une "adhésion" à l'esprit de celui-ci, sinon lors de son introduction brutale, du moins dans le long terme du XIXe siècle. Dans quelle mesure la société franc-comtoise fut-elle, finalement, plus complice que victime d'une transformation dont on serait peut-être naïf de croire qu'elle se l'est complètement laissée imposer du dehors ?

15La résistance, au fond plutôt modérée et surtout de plus en plus faible, que cette société va opposer pour conserver son ancien mode de reproduction sociale, contraste fortement avec l'acharnement forcené que vont mettre d'autres sociétés inégalitaires - celles à héritier unique ou principal - dans leur lutte pour sauvegarder leurs pratiques traditionnelles. Or ce contraste entre deux types de réactions aussi divergentes ne pourra jamais trouver d'explication satisfaisante si l'on se cantonne à l'intérieur des concepts habituellement mis en avant pour rendre compte des phénomènes de résistance : force des traditions locales, imprégnation culturelle, identité ethnique ou régionale, etc. Car pourquoi de tels concepts ne vaudraient-ils pas aussi pour la Franche-Comté ? Ceux qui connaissent un peu cette région savent bien que sur la plupart des autres plans, elle a su conserver très longtemps ses caractères propres et une forte personnalité : province rattachée tardivement à la France sous Louis XIV, pays de montagne pour les deux-tiers et comme toujours dans ce cas marqué par nombre de particularismes, la région a gardé longtemps tous les indices d'une forte identité culturelle, tels que des patois vivaces, un style architectural propre, une forte pratique religieuse, etc. et la vive conscience d'une spécificité tenant à la fois à la géographie et à l'histoire. Pourquoi aurait-elle, sur le plan du système familial, accepté une "assimilation" ou une "intégration" non désirées, alors même que d'autres régions les repoussaient vigoureusement ?

iii - Motifs et limites d'une adhésion

16Nous sommes amenés à porter notre attention sur la vraie différence entre la Franche-Comté et ces autres régions, c’est-à-dire le contenu même de ces systèmes inégalitaires : masculinité de l'héritage et de la succession dans un cas, unicité de la succession et de l'héritage dans l’autre.

17De cette manière, nous allons être mieux à même de comprendre pourquoi l'adaptation au système d'égalité complète proposé par les lois nouvelles s'est faite plus facilement en Franche-Comté qu'on n'aurait pu le penser, sans le même traumatisme que celui qui pouvait s'ensuivre ailleurs, et comment au prix de quelques réaménagements complémentaires du mode de circulation des biens toute déchirure trop profonde du tissu social a été évitée.

18Il faut remarquer en premier lieu que, tout inégalitaire qu'il ait été, l'ancien système successoral franc-comtois n'empêchait aucunement la parcellisation de la terre et la fragmentation des patrimoines. Son objectif n'était pas celui-là. Donc de ce point de vue, le passage à l'égalité complète entre les sexes n'apportait pas de bouleversement majeur à l'ancien ordre des choses. A l’exception d'un certain nombre de "granges" (exploitations-blocs de 10 à 50 hectares), la terre était ici majoritairement une propriété paysanne. Les exploitations, de taille petite ou moyenne (quelques hectares à 15 hectares), étaient des agrégats composés de multiples pièces disséminées aux quatre coins du finage, avec souvent plus de dix parcelles, parfois même plus de vingt ou trente par exploitation. La fragmentation du sol était un fait ancien, et on l'observe encore très bien au XVIIIe siècle s'opérer à travers : les partages successoraux entre frères.

19Le phénomène des "communions" fréquentes entre frères n'avait pas pour effet, malgré la cohabitation et l'indivision patrimoniale maintenues ainsi pendant un certain temps, d'entraver à long terme ces processus de parcellisation. Sans doute leur effet immédiat n’était-il pas négligeable, puisque l'unité conservée un moment par les frères "annulait" en quelque sorte la mort du père et retardait l'éclatement de la famille, du patrimoine et de l'exploitation. Mais les échéances n'étaient ainsi que différées.

20En Franche-Comté l'habitude acquise de longue date des partages successoraux, le fait que les paysans n'avaient jamais connu de patrimoines et d'exploitations intangibles, a certainement préparé à accepter la législation nouvelle sans le même traumatisme qu'elle devait provoquer ailleurs. Cela pourtant n'explique pas tout. Car dans les nouveaux partages d'héritage, les filles devenant participantes au même niveau que leurs frères, cela avait pour effet de doubler le nombre des ayants droit à un capital foncier qui était ici la base même de l'exploitation paysanne. Comment cette transformation fut-elle possible, et au prix de quelles adaptations ?

21Un des moyens fut la généralisation du procédé de l'avance d'hoirie. Au lieu de recevoir d'emblée à leur mariage tout ce qui représentait leur part d'héritage, les femmes ne reçurent désormais lors de leur départ qu'une petite portion de leurs droits, à valoir sur la succession future (avec système de rapport ou de "moins prenant"). Cette avance d'hoirie comportait parfois une ou deux parcelles de terre, mais pas toujours ; le plus souvent elle était composée du trousseau et d'une petite somme d'argent, à la manière de la dot d'autrefois.

22Ainsi préservés de tout ébranlement trop violent jusqu'au décès des parents, les patrimoines couraient par contre le risque d'une réelle pulvérisation au moment où on en arriverait aux partages, auxquels à présent garçons et filles venaient en concurrence et sur un pied d'égalité.

23Or sur ce point aussi, les nouvelles règles du jeu ont créé moins de perturbations qu'on n'aurait pu le penser. On s'aperçoit que, au moins pendant la période révolutionnaire et les premières décennies du XIXe siècle, ce qui ne "passe" plus par les pratiques d'héritage passe à présent par le marché foncier, se reporte sur lui, mais pour aboutir à un résultat qui n'est pas finalement très différent. La partie de la terre que les hommes ne reçoivent plus parce qu'elle est emportée par leurs sœurs, ils la récupèrent en grande partie en la rachetant à leurs beaux-frères quelque temps plus tard, ou de toute façon à des hommes qui la tiennent eux-mêmes de leur épouse par héritage réalisé par celle-ci.

24Déjà, sous l'Ancien Régime, on a vu que les transferts de biens obéissaient à une logique qui était loin d'être celle d'un marché impersonnel, et qu'une bonne partie des ventes de terres (ainsi que de maisons ou de parties de maison) étaient en fait des transferts intra-familiaux. En harmonie avec les pratiques successorales d'alors dont ils n'étaient que le prolongement, ces transferts s'effectuaient entre frères ou descendants de frères, entre personnes apparentées en ligne masculine. Dans la première moitié du XIXe siècle le marché s'est réorganisé : il semble d'abord avoir augmenté en volume, la terre circulant davantage ; mais, sans cesser d'avoir un caractère en partie intra-familial, les transferts qu'organise ce marché s'effectuent maintenant pour beaucoup entre ligne féminine et ligne masculine d'une même parenté, au profit de cette dernière. Celle-ci récupère ainsi ce qui lui échappe maintenant au niveau de l'héritage. En surface les choses ont changé ; mais en profondeur l'essentiel du système ancien subsiste : la terre continue d'aller aux garçons, par d'autres voies. La femme continue à suivre son mari dans sa maison et sur ses terres. Si celles-ci sont situées dans un autre village, elle ira dans cet autre village, comme avant ; et les parcelles qu'elle recevra un jour elle-même à titre d'héritage dans son village d'origine serviront, une fois vendues et donc converties en valeur monétaire, à son mari pour racheter dans son village (à lui) les terres qui lui manquent (parce que sa sœur a emporté une partie de l'héritage).

25Cette étude du marché foncier est encore en cours et je ne peux en tirer des conclusions définitives. Il semble toutefois qu'en avançant dans le XIXe siècle ce marché devient plus "impersonnel", que les transactions entre non-parents se font plus nombreuses. Si cela se vérifie, la situation qui vient d'être décrite aurait donc constitué une phase de transition, pendant laquelle malgré les bouleversements apparents apportés depuis la Révolution l'essentiel des effets du système ancien auraient été préservés, ou du moins auraient continué à subsister longtemps sous une forme plus occulte avant de s’effacer en douceur, mais cette fois parce qu'il ne correspondaient plus à certaines conditions de la société nouvelle comme on le verra ci-après.

iv - Morcellement et enracinement

26On ne peut comprendre ce qui va réellement changer en profondeur, au XIXe siècle en Franche-Comté pour la reproduction sociale, que si au préalable on a dégagé quelques aspects essentiels du système traditionnel tel qu'il fonctionnait encore au XVIIIe siècle, notamment au sujet de la mobilité des biens et des personnes.

  • 1 B. Derouet, "Pratiques successorales et rapport à la terre : les sociétés paysannes d'Ancien Régim (...)

27On a vu que ce système traditionnel connaissait bien depuis longtemps la pratique des partages et la fragmentation de la terre. Pourtant, le danger pour nous ici serait de nous laisser piéger par une illusion : celle qui consisterait, en prenant appui sur cette fréquence des partages, à imaginer qu'elle est le symptôme d'une société à haut degré de mobilité interne, où la terre circule, s'échange et se redistribue, où les gens eux-mêmes se déplacent, c’est-à-dire l'ensemble des caractéristiques que nous retrouvons habituellement dans les systèmes où l'on pratique l'égalité complète, et qui sont à mon avis une des clés de leur opposition avec les systèmes à "maison1".

28Or si l'on observe comment s'organise la société rurale franc-comtoise traditionnelle, on s'aperçoit que c'est un monde profondément marqué par l'absence de mobilité à tous les niveaux, d'une manière très proche de ce que l'on trouve justement dans les sociétés à maison.

29La seule véritable circulation est celle des femmes. Encore n'a-t-elle lieu que pour celles qui se marient, et seulement à cette occasion-là ; elle ne consiste d'ailleurs qu’à quitter la maison des parents (et des frères) pour rejoindre celle du mari, qui est en même temps celle du père et éventuellement des frères de celui-ci. Les patrimoines ne "bougent" pas, les hommes échangeant finalement des sœurs contre des épouses. Eux-mêmes, les hommes, restent campés sur ce patrimoine. Ils ne le quittent guère avant le mariage pour des emplois extérieurs, et rares sont ceux qui une fois mariés choisiront d'abandonner ou de négocier leur part pour tenter l'aventure ailleurs, soit hors du monde paysan, soit même tout simplement sur d'autres terres et dans une autre commune.

30Au XVIIIe siècle en Franche-Comté, l'émigration hors de la province reste encore exceptionnelle et la reproduction sociale ne peut tenir compte là d'un éventuel débouché. Tout doit se faire sur place. Or la province reste très rurale, et plus encore même que rurale la population reste très majoritairement paysanne. La terre demeure le centre principal des enjeux, le canal obligé de toute stratégie de reproduction sociale pour une majorité de Comtois. Or cela a d'autant plus d'incidences qu'on est en pays de "petite culture" et d'exploitation familiale, où en-dehors d'une frange limitée de "granges" les terres sont propriété paysanne, une exploitation se composant d'abord et avant tout de terres en faire-valoir direct.

31Le patrimoine terrien - celui à la fois que l'on cultive et que l'on possède soi-même - revêt donc ici une importance décisive. A l'absence d’émigration lointaine et à la rareté des activités extérieures à l'agriculture, s’ajoute le fait que l'agriculture familiale pratiquée ici n'engendre que très peu d'activités salariales internes à ce secteur lui-même (sous forme domestique ou non), ce qui donne une importance primordiale à ce capital terrien. Celui-ci, qui provient essentiellement de l'héritage, va contribuer à "fixer" ceux qui en sont les bénéficiaires. Une exploitation peut être complétée ultérieurement et selon les opportunités par quelques parcelles achetées ou louées, mais ce complément sera trouvé sur place et sans entraîner de mobilité car il n'est qu'un accessoire du noyau des terres héritées.

  • 2 A. Collomp, La Maison du père. Famille et village en Haute Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, P (...)
  • 3 G. Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (XVe-XIXe siècles), Rome-Paris, 1985.

32Cette fixation des hommes due au fait qu'ils héritent, et au rôle majeur que joue pour eux cet héritage comme source d'activité, aboutit à long terme à un ancrage territorial des lignages masculins. Cet enracinement se lit très clairement dans les archives, qui permettent de suivre facilement certaines descendances dans le même village tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, en ligne masculine. Les partages aidant, les descendants de frères ont pu faire souche chacun de leur côté de lignées différentes. Mais comme un grand nombre de ces lignées sont restées au pays, quelquefois dans des maisons voisines et dans un voisinage de parcelles, on aboutit à ces concentrations assez fortes de groupes de parenté en ligne masculine sur un plan local. Ce phénomène est tout à fait comparable à celui qui a été signalé par exemple pour la Haute-Provence (les "hameaux patronymiques" décrits par A. Collomp)2 ou pour les collines italiennes (les "quartiers lignagers" étudiés par G. Delille)3. La seule différence est qu’en Franche-Comté ce phénomène est moins immédiatement apparent car il s’agit d'un pays d'habitat groupé en assez gros villages et non pas d'une région de hameaux, ce qui fait qu'aucun groupe lignager ne devient dominant ni à plus forte raison exclusif au sein d'une unité territoriale.

33Sans pouvoir développer ici en détail tous les aspects de cette partie de ma recherche sur la Franche-Comté, j’indiquerai qu'elle m'amène à mettre en avant un certain nombre de concepts qu'on peut résumer par les formules suivantes : "partage sur place" ou sans mobilité, "parcellisation sans dissémination", "morcellement sans éparpillement", société non pas figée mais sans brassage interne, sans véritable redistribution des cartes malgré l'apparence de nouvelles donnes à chaque génération. On a là une turbulence extérieure qui cache finalement une profonde immobilité.

34L'important est de comprendre qu'il y a ici disjonction entre l'idée de fragmentation (de la terre, des patrimoines) et l'idée de circulation ou de mobilité qui semble impliquée par elle. Partage et enracinement sont ici compatibles et associés, tout à fait à l'opposé de ce qui se passe dans les systèmes d'égalité complète entre tous les enfants y compris les filles. Il faut donc bien se garder de l'assimilation - pourtant fréquemment faite - entre systèmes d'égalité masculine et systèmes d'égalité totale. Les classifications que l'on peut faire des systèmes sur la base de l'opposition partage/transmission intégrale, ou héritier unique/héritiers multiples, peuvent être en réalité très trompeuses, et cela devrait nous amener à réviser bien des cartes de répartition géographique des pratiques successorales, ou en tous cas à ne pas leur faire dire plus que ce qu'elles disent.

v - Masculinité et principe de résidence

35Bien que les systèmes à héritiers-successeurs masculins soient par certains côtés intermédiaires entre ceux d'égalité complète et les systèmes à "maison", les résultats de cette recherche sur la Franche-Comté me poussent surtout à souligner l’étroite parenté qu'ils ont en fait avec ces derniers. Tout se passe comme s'il n'y avait là que deux modalités ou deux variantes d'un même ensemble. Formellement leur différence n'est pas négligeable, c'est l'unicité ou la multiplicité possible des héritiers successeurs. Il ne s'agit pas de gommer cette différence, mais de la relativiser, car elle masque peut-être l'essentiel.

36L'observation de la société comtoise au XVIIIe siècle montre que la multiplicité des successeurs, tout en étant bien réelle lorsqu'il y a plusieurs garçons dans une famille, voit ses effets contrebalancés par une série de mécanismes et de limitations de type "malthusien", qui freinent l'engorgement sur place des successeurs masculins et de leur descendance : le mariage tardif est très net, l'importance du célibat aussi. Ce dernier s'appuie sur un nombre d'entrées en religion plus élevé qu'ailleurs, mais surtout sur la morphologie communautaire du groupe domestique qui, en fournissant une structure d'accueil aux garçons et aux filles auprès d'un ou de deux frères déjà mariés, a pour effet de multiplier finalement les cas de célibat définitif, y compris donc parmi les garçons successeurs. L'action de ce mécanisme de freinage s'observe particulièrement bien dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, c'est-à-dire à un moment où la croissance démographique a multiplié le nombre des garçons successeurs, sans qu'ils aient encore de réel débouché ailleurs que sur leur part d’héritage. Ce freinage démographique est complété par l'ensemble des mécanismes qui assurent le "retour" des biens qui sinon risqueraient de s'éloigner et d'irriguer des cercles plus larges : legs, donations entre vifs, reventes à la parenté, voire en bout de course retrait lignager sont quelques-uns des moyens qui "ramènent" sans cesse ces biens vers un centre, et qui font que leur circulation tient en fait plutôt du court-circuit.

37De tels mécanismes de "retour" des biens s'observent aussi bien dans le cas d’un frère resté célibataire, que dans celui d'un frère marié mais resté sans descendance, aussi bien si ce frère marié est resté dans la "communion" (ce qui facilite les choses) que si des partages et des séparations sont déjà intervenus. En dehors du cas des frères proprement dits, ils peuvent aussi s'appliquer entre descendants un peu plus éloignés de la même ligne masculine.

38La multiplicité des successeurs n'a donc pas par rapport au patrimoine tous les effets "désintégrateurs" qu'on aurait pu penser, ou en tous cas ces effets sont souvent compensés et rattrapés par la suite, avec un décalage dans le temps. En termes de conséquences ou d'effets sociaux du système, la distance qui le sépare des systèmes à successeur unique est moins grande que l'on ne croit.

39A cela s'ajoute - et c'est aussi fondamental - qu'entre un tel système à successeurs masculins et les systèmes "à maison" traditionnels, il y a une similarité d'esprit et de logique dans la conception qui préside à la dévolution des biens. Il faut prendre garde au fait que la dotation-exclusion est plus qu'un artifice notarial ou une technique neutre de création d’inégalités entre enfants. Elle énonce qui est exclu et comment il l'est, mais en même temps pourquoi il l'est, en fonction de quelle logique, au nom de quelle conception du droit à l'héritage : elle lie cette privation au fait de partir, de faire sa vie ailleurs, de quelque manière que cela se réalise. Départ, séparation, éloignement, établissement autonome, intégration à une entité différente, tels sont quelques-uns des concepts sous-jacents à cette pratique de la dotation-exclusion. Or ils sont présents aussi bien dans les systèmes à successeur unique que dans celui à successeurs masculins de la Franche-Comté.

40Héritage masculin, primauté de la ligne masculine, tels sont bien les caractères du système, mais ce sont ses caractères formels. Il apparaît finalement, si on approfondit un peu l'esprit des pratiques, que les mâles ne sont ainsi avantagés que parce qu'ils resteront, ou sont destinés à rester (et à faire leur vie sur place, au moyen de ce patrimoine). Leur vocation d'héritiers n'a pas de sens en dehors de leur vocation de successeurs. Ce n'est d'ailleurs que lorsque les conditions de la succession auront changé, lorsqu'un autre rapport au patrimoine sera devenu possible, que les filles pourront devenir elles aussi héritières. Ainsi ce n'est pas tant - me semble-t-il - la différence sexuelle elle-même qui est au fond de l'esprit de ce système que l'usage social assigné à cette différence. On en verra ci-après quelques illustrations.

41Il a été proposé de caractériser de tels systèmes par référence au principe ou à l'idée de "lignage". On ne peut qu'approuver l'emploi de ce terme pour les désigner ainsi au moyen d'une de leurs caractéristiques formelles manifeste. Mais n'y a-t-il là qu'une question de définition, ou bien l'emploi du terme implique-t-il beaucoup plus sur ce qui fait l'esprit de tels systèmes, leur ressort et la justification aux yeux des gens eux-mêmes de la nature de leurs pratiques ?

42Dans ce dernier cas, le terme de "système lignager" ne manque pas de poser certains problèmes. Car l'idée de lignage met l’accent sur une question de filiation, en l'occurrence en ligne masculine. Elle laisse de côté toute référence à la résidence, au rapport au patrimoine et à un lieu. Or si on néglige de tels éléments pour mettre au premier plan seulement des critères sexuels du champ de la parenté, on risque de passer à côté de ce qui fait le fond et l’originalité de nombreux systèmes "lignagers" européens, et en tous cas d'un système comme celui de la Franche-Comté. Primauté de la descendance par les mâles ? Oui, mais pour autant qu'elle reste "sur place" ou est destinée à le faire. Unité et solidarité du groupe des germains ? Oui, mais pour autant qu'ils restent "voisins", côte à côte, que ce soit avec ou sans indivision de bien et corésidence dans la même maison.

43Le registre dans lequel on se situe est moins l'opposition masculin/féminin que l'opposition dedans/dehors. Même si la première est effectivement bien réelle et spectaculaire au premier coup d'œil. Mais attention, une logique peut en cacher une autre.

44En Franche-Comté il ne semble pas qu'il y ait, entre personnes apparentées en ligne masculine, de pratiques de solidarité plus fortes qu'ailleurs si cet apparentement s'accompagne d'un éloignement géographique et patrimonial (sauf dans le cas, évidemment particulier, des lignages nobiliaires). Sur le plan des pratiques d'héritage, l'attention est attirée par certains phénomènes significatifs. Comme souvent, ils émanent de cette petite proportion d'actes qui se situent aux marges d'un système, lorsque des circonstances particulières obligent à transgresser la norme, à s'écarter des pratiques habituelles, sans s’écarter pour cela nécessairement de leur esprit. Cette petite frange d'"exceptions", marginale au point de vue quantitatif, nous en dit souvent plus long que tout le reste sur l'esprit et le sens profond d'un système. Ainsi au XVIIIe siècle on peut repérer une petite proportion d'actes qui, tout en restant inégalitaires, dérogent à la norme qui veut que l'ensemble des filles soient défavorisées par rapport à l'ensemble des garçons : soit qu’une des filles puisse exceptionnellement participer à l'héritage au même niveau que ses frères, soit qu'un ou plusieurs frères soient "exclus" au profit de leurs autres germains. Or chaque fois qu'on se trouve en présence de telles conduites, on s'aperçoit qu'elles répondent à des situations particulières qui mettent en jeu le principe de "résidence" ; et où ce principe, pour une fois, entre en contradiction avec le principe de masculinité, alors que d'ordinaire ils se superposent à tel point que l'un peut masquer entièrement l'autre. L'entrée en religion d'un garçon, par exemple, aboutira à son exclusion du patrimoine, au fait qu'il sera doté, "comme une fille". Ne devant pas être successeur, il ne sera pas héritier (privilégié). Ou bien encore, tel garçon qui aura réussi à faire sa vie tout seul au loin (cas exceptionnel, justement, et qui lui-même déroge à la norme), à la ville, dans le commerce ou même dans le monde paysan, qui se sera établi et éventuellement marié ailleurs, qui aura "coupé les ponts", et surtout s'il a réussi à se tirer d'affaire et à se débrouiller seul de manière satisfaisante, sera presque systématiquement lui aussi défavorisé au profit de ses autres frères restés auprès des parents. Dans tous ces cas, où les principes de "résidence" et de masculinité entrent (pour une fois) en concurrence l'un avec l’autre, c'est donc le principe de "résidence" qui l'emporte et qui va déterminer le contenu des pratiques d'héritage. La pratique "lignagère" passe alors au second plan, et on sait très bien s'en écarter. Même si d'habitude on la prend pour norme.

45Il en va un peu ici de la masculinité comme il en va de l'aînesse dans les systèmes à successeur unique. L'aînesse est dans beaucoup de ces derniers systèmes la norme, effectivement respectée dans la majorité des cas. Mais on sait très bien s'en écarter lorsque des circonstances particulières l'exigent, et faire d'un enfant qui n'est pas le premier-né biologique un "aîné". Parce que ce qui compte, c'est moins le respect de ce critère biologique que le principe du successeur unique et la réalité du non-démembrement du patrimoine ; même si ce but est atteint, selon un usage devenu une norme, par la désignation la plus systématique possible du premier-né à cette place de successeur. De la même façon, ce serait peut-être rester aussi à la superficie des choses que de se focaliser en Franche-Comté sur cet autre critère biologique qu'est l'opposition masculin/féminin, et non plus aîné/cadet. On peut ici à la limite "faire un garçon", comme ailleurs on peut "faire un aîné".

46Ces affinités de toute nature entre les systèmes à successeurs masculins et ceux à successeur unique ne signifient pas qu'ils sont identiques. Mais il y a entre les logiques qui sous-tendent ces deux types de pratiques plus de points communs, plus d'analogies d'inspiration qu'on n'aurait pu le penser, notamment si l'on se place du point de vue des principes mêmes qui président à la dévolution du patrimoine entre les enfants.

vi - Le passage à l'unicité successorale

47La prise de conscience de la proximité de ces systèmes est fondamentale pour leur analyse, mais elle a aussi un intérêt sur un plan historique, pour mieux comprendre comment s'est déroulée une des mutations les plus importantes de système familial dans l'histoire de la France et même de l'Europe - une mutation à mon avis aussi considérable qu'est importante la méconnaissance dans laquelle elle subsiste. Bornons-nous ici au cas de la France. Bien que peu de recherches approfondies aient encore été faites sur ce point, il paraît de plus en plus certain que beaucoup de systèmes à successeur unique ou principal sont - si l'on se place sur la longue durée - beaucoup moins "anciens" qu’on ne se l'imagine souvent, et en tous cas qu'ils sont loin de représenter une tradition immémoriale propre à la culture de certaines populations régionales. Il ne s'agit pas de s'interroger sur "l'origine" de tel ou tel système ; mais de montrer que certaines mutations importantes, certains tournants ont existé (question qui, elle, a un sens historique).

48Cela est difficilement démontrable pour les sociétés pyrénéennes (ce qui ne signifie pas du reste que la question ne se pose pas, ici comme ailleurs). En revanche, pour le Massif Central et une partie des Alpes et même du Sud-Ouest non-pyrénéen, la documentation disponible permet souvent de suivre cette mutation ou d'en deviner l'ampleur. Le processus a pu s'étaler sur des périodes plus ou moins longues, à des dates qui ne sont pas forcément concordantes entre toutes ces régions. Mais globalement un même schéma peut être observé : on est passé en quelques siècles de systèmes égalitaires, ou comportant de larges éléments d’égalité, à des pratiques beaucoup plus restrictives, plus axées sur la transmission de l'essentiel du patrimoine à un seul véritable successeur. Dans certains cas on est allé jusqu'au bout de cette logique (le Rouergue notamment) ; dans d'autres cas la mutation n'a été que partielle, et sous le nouveau système on perçoit facilement des restes de l’ancien, qui subsistent : la Haute-Provence représente un cas typique à cet égard, entre autres exemples possibles.

49Cette mutation semble souvent s'être produite vers la fin du Moyen Age, mais pas toujours, et on peut même en rencontrer tel exemple encore au XVIIe siècle. Avec quoi peut-on la mettre en relation ? C'est un débat trop vaste pour être lancé ici, bien qu'on puisse indiquer pour probable le caractère de réflexe "malthusien" que représente un tel virage et un tel "raidissement" devant la montée du peuplement et le phénomène de terroir plein, en particulier dans le contexte de sociétés et d'économies rurales très refermées sur elles-mêmes comme l'étaient pour la plupart ces sociétés de montagne, qui furent le théâtre principal de cette mutation (d'autres sociétés, plus ouvertes sur l'extérieur, moins dépendantes pour leur survie du rapport terres/hommes, plus "complexes" et donc moins rigides, pourront connaître une histoire différente et ne pas prendre le même virage, malgré une conjoncture similaire).

50Il y a en tous cas un point qui est très intéressant dans la façon dont s'est déroulée cette mutation : dans presque tous les cas repérables, elle s'est produite au sein de systèmes régionaux qui au départ étaient certes plus égalitaires, et laissaient place aux partages, mais d'une égalité qui se pratiquait pour l'essentiel entre héritiers mâles. A présent que nous avons mis en évidence toutes les affinités qui rapprochent de tels systèmes des véritables systèmes "à maisons", cela nous permet de mieux comprendre comment un tel virage a été possible, pourquoi il est tout à fait concevable. Bien que le changement ait été réel et important, on peut dire aussi qu'il ne fut que partiel. Il s'est agi plus finalement de l'accentuation d'une tendance que d'un bouleversement complet. Ces sociétés fonctionnaient, déjà, dans le cadre d'un système de reproduction sociale à très faible mobilité des personnes et des terres, selon des pratiques déjà centrées sur le principe de "résidence", sur la non-distinction entre héritage et succession ainsi qu'entre propriété et usage de la terre ; avec, déjà, le principe qui identifie le départ de l'enfant et son exclusion du patrimoine, comme source de légitimation des inégalités créées ; avec enfin l'utilisation, déjà, de la technique même qui continuera de servir pour mettre en œuvre l'exclusion, celle de la dotation au moyen de valeurs non-foncières de l'enfant partant en échange de son renoncement au reste du patrimoine.

51La pratique du successeur unique représentera bien sûr un tournant décisif ; mais elle n'aura au fond qu'à se mouler dans un cadre déjà existant. Sans apporter un "esprit" fondamentalement différent, elle ne constituera que la radicalisation d’une tendance. Si l'on se place d'un point de vue historique, on pourra dire alors que les systèmes à successeur unique représentent un épiphénomène greffé à un certain moment sur d’autres systèmes. En d'autres termes, on dira plus simplement que les deux systèmes représentent deux variantes ou deux modalités particulières d'une même logique.

vii - Le xixsiècle : l'ouverture d’une société

52L'approfondissement des ressorts ; de l'ancien système de reproduction sociale franc-comtois peut à présent nous permettre de comprendre pourquoi au XIXe siècle ce système va profondément se modifier. La période révolutionnaire a sur le moment changé pas mal de choses, mais plus en surface qu'en profondeur comme nous l'avons vu. Elle a fait en quelque sorte anticiper une évolution, mais celle-ci semble-t-il se serait de toute façon produite. Rappelons que de plus en plus au XIXe siècle les familles comtoises ne chercheront même pas à utiliser le quart préciputaire, dont elles n'auraient pas manqué de se servir au moins comme premier moyen de parade si elles avaient ressenti l’égalité complète comme une contrainte imposée et insupportable. Le problème est moins de se demander si la Révolution a changé les choses, que de se demander pourquoi le tournant inauguré à ce moment-là a été durable, pourquoi il s'est même accentué par la suite.

53Dans cette communication qui porte sur une recherche en cours je me contenterai de dessiner quelques lignes importantes de cette transformation, simplement pour indiquer une tendance.

54Prenons, en contrepoint aux pratiques du XVIIIe siècle, la situation observable dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dans les années 1870-1880. De nombreux indices de déblocage et d'ouverture sont alors perceptibles au sein de la société rurale comtoise. Ils sont manifestes à la lecture de la plupart des documents d'archives, et notamment de tous ceux qui mettent en scène l'ensemble des membres d'une fratrie à titre de cohéritiers.

55Ce qui est évident, c'est que ce ne sont plus seulement des paysans. De nouvelles professions sont apparues, liées à l’industrie et à l'artisanat (horloger...), à la croissance de l'Etat et de ses institutions (fonctionnaire des douanes ou des postes, militaire, instituteur...), au développement des voies de communication (ouvrier des chantiers de chemins de fer), au commerce, à d'autres activités de type "tertiaire". On pressent que la terre, manifestement, a cessé d'être le seul des enjeux, même si son rôle reste important. Ce n'est plus la seule voie possible de l'établissement. Mais le changement est aussi géographique : on s'aperçoit que certains membres de la fratrie ont émigré au loin (Paris) ou dans les villes de la région (Besançon notamment). Ceux qui sont restés vivre dans l'univers rural habitent moins souvent dans le même village que leurs frères : même si tous les membres d'une fratrie, sont restés dans le Doubs, leur éparpillement aux quatre coins du département est nettement plus fréquent qu'autrefois, surtout si certains se sont lancés dans des professions non strictement agricoles ; autrefois dans une fratrie, seules les filles, grâce à une certaine exogamie géographique permise par le système successoral, pouvaient se retrouver dispersées dans des villages différents, alors qu'à présent le cas est de plus en plus fréquent pour les garçons. On n'insistera jamais suffisamment aussi sur le rôle qu'a joué le développement au XIXe siècle des activités "mixtes" combinant agriculture et industrie ou artisanat, dans la formation d'un rapport à la terre complètement différent.

56On observe donc tous les signes d'une mobilité plus grande, qui s'accompagne d'une bien moins grande dépendance par rapport à l'héritage, et en particulier par rapport à la terre héritée.

57A cette idée de mobilité (des personnes), j'ajouterai ce qu'on peut appeler une véritable "mobilisation" des patrimoines (en gardant à ce terme toute sa richesse de nuances diverses), concept pour moi essentiel dans le passage à un autre système de reproduction sociale.

58Les biens et les droits sur la terre s'échangent et se vendent davantage, ils circulent, et surtout cette circulation se fait moins exclusivement à l'intérieur du seul cercle de la parenté. L'héritage se traduit bien sûr très souvent par des partages (au sens strict), mais un acte typique de son règlement est aussi la licitation. Chacun des héritiers ne garde plus nécessairement pour lui-même, et pour s'en servir personnellement, la part des biens immeubles à laquelle il a droit ; certains préfèrent, en vendant ce droit à un cohéritier, emporter la valeur de la chose plus que la chose elle-même. Il semble donc bien que ce qui a changé, c'est que tout le monde n'est plus obligé de rester sur place à vivre de la terre héritée. Même si des partages effectifs ont lieu, avec constitution de lots précis, ils peuvent être trompeurs car ils n’ont plus toujours le même sens qu’autrefois : si on regarde les choses de près, on s'aperçoit qu'ils peuvent être suivis le jour même où quelque temps après par des reventes de lot ou de partie de lot d'un cohéritier à un autre, ou d'un cohéritier à une personne étrangère à la famille. Celui qui revend n'habite souvent déjà plus le village. L'acte de partage n'est alors plus que le maillon initial d'un processus plus large et plus étalé dans le temps de redistribution des cartes, soit à l’intérieur de la famille, soit à l'extérieur de celle-ci.

59Parmi les licitations elles-mêmes, une proportion non négligeable d'entre elles se déroule maintenant selon la procédure dite "les étrangers appelés", c'est-à-dire que participent aux enchères aussi bien les cohéritiers eux-mêmes que des personnes qui n'en font pas partie. Dernier degré enfin, qui aide à prendre la mesure du changement qui s'est opéré : de plus en plus de règlements d'héritage passent par l'intermédiaire de l'adjudication publique pure et simple ; les "consorts" (= les cohéritiers) se placent dans ce cas tous d'emblée en position de vendeurs d'un patrimoine foncier qui, le plus souvent dépecé en petites parcelles, va être acheté par cinq, dix ou quinze personnes étrangères à la parenté proche et en tous cas au groupe des cohéritiers. Donc non seulement il n'y a plus deux ou trois frères pour rester sur la terre héritée, mais on a même à présent des cas où aucun d'eux n'est repreneur, c'est-à-dire des héritages sans successeur. Ces cas peuvent provenir, il est vrai, de situations où le patrimoine est grevé de lourdes dettes, mais pas toujours. Ils sont symptomatiques surtout d'un nouveau rapport à la terre, et souvent les professions et les lieux de résidence de ces vendeurs par adjudication prouvent qu’ils ont simplement fait leur vie ailleurs et autrement.

60Le résultat de tout ceci est un marché foncier plus animé, plus nourri, et surtout où la remise en circulation se fait dans un cadre plus large. On ne fera que mentionner ici faute de place d'autres facteurs qui contribuent à alimenter ce marché : l'éclatement au XIXe siècle de la petite frange de grande propriété bourgeoise, le partage d’une partie des communaux... On laissera de côté aussi toute cette part de la "mobilisation" des patrimoines qui est liée au développement du crédit et de l'hypothèque. Je n'ai voulu indiquer ici que le sens général d'une transformation. Naturellement, il ne s’agit que de tendances, et la transformation de la société comtoise ne s'est pas faite du jour au lendemain. Mais la mutation du système familial non plus.

61Malgré la lenteur de ces évolutions, on perçoit quand même clairement au XIXe siècle - et plus nettement encore après 1840 ou 1850 une société et une économie en voie de décloisonnement, d'ouverture à la fois sur un plan extérieur (les possibilités d'émigration, l'ouverture au marché de l’agriculture comtoise) et sur un plan intérieur, avec une société qui se complexifie, qui devient moins exclusivement paysanne tout en restant rurale. Il en est résulté un relâchement progressif de la pression sur la terre, de la dépendance exclusive par rapport à la terre pour l'organisation de la reproduction sociale. Ont ainsi peu à peu cessé d'exister les conditions qui avaient jusqu'alors imposé le "partage sur place sans mobilité", ce curieux mélange d'émiettement et d'enracinement qui fait la spécificité des systèmes d'héritage masculin.

62C'est donc une modification des conditions de la succession qui a permis de nouvelles pratiques d’héritage, plus égalitaires entre tous les enfants. L'ensemble des fils n'étant plus obligés de s'accrocher à la terre héritée comme seule source d'activité possible, la succession de tous les garçons a perdu sa raison d’être, et l'héritage a pu cesser d'être calqué sur elle. Autrement dit, ce qui a changé, c'est que la terre héritée a cessé d'avoir principalement ou uniquement une valeur d'usage, du moins pour la plupart de ses ayants droit. C'est le rapport même au patrimoine qui s'est modifié. Il est devenu compatible avec un système d'égalité complète et la redistribution généralisée qu'il implique.

  • 4 Cf. l'enquête de P. Lamaison et J. Goy auprès des notaires sur les pratiques successorales paysann (...)

63Le tournant pris en Franche-Comté par le système de reproduction sociale a-t-il été définitif ? Bien des indices incitent à penser le contraire : il semble qu'on se soit orienté de plus en plus aujourd'hui vers des pratiques qui combinent l'unicité de la succession avec une inégalité (au moins partielle) de l'héritage au profit de ce successeur. Sur ce point, la région ne s'écarterait pas d'un schéma d'évolution qui paraît assez général dans le monde paysan de bien des régions françaises depuis quelques décennies, quelles que soient les traditions antérieures de ces régions4. Sont ici en cause notamment les conditions contemporaines de viabilité d’une exploitation agricole.

64Mais si répandues que soient devenues aujourd'hui de telles pratiques d'inégalité ou d'égalité mitigées, ce serait une grave erreur que de leur assimiler les systèmes à héritiers-successeurs masculins, qui s'en différencient nettement, ne serait-ce que parce qu'ils identifient toujours héritage et succession, en calquant rigoureusement le premier sur la seconde.

65L’exemple franc-comtois nous amène, en définitive, à reconsidérer les cadres d'analyse et la grille de lecture qui ont servi jusqu'ici à appréhender la diversité des modes de reproduction sociale dans la société rurale européenne. On met l'accent traditionnellement sur l'opposition majeure entre partage et transmission intégrale, entre égalité de l’héritage et transmission à un seul héritier-successeur. Cette opposition à deux termes, aussi féconde pour l'analyse qu'elle ait pu être, ne permet pas de restituer leur vraie place aux systèmes d'héritiers-successeurs masculins. Ceux-ci ont eu pourtant, avant l'époque contemporaine, un rôle fondamental non seulement en Europe orientale et méridionale (où ils furent même prépondérants), mais aussi à un moindre degré en Europe nord-occidentale, ce qui est encore insuffisamment reconnu.

66Or, à se focaliser trop exclusivement sur le problème du partage de l'égalité, on est conduit bien souvent à en faire de simples systèmes mixtes ou intermédiaires, à inégalité mitigée. Pire encore, on est tenté de les traiter parfois comme de quasi équivalents (à peine dégradés) des systèmes d'égalité complète entre tous les enfants, dans la mesure où comme ceux-ci ils donnent lieu à des partages et des fragmentations de patrimoine, et comportent une certaine dose d'égalité de l'héritage, fût-elle limitée aux héritiers mâles.

67Or, il s'agit là à mon avis d’un contre-sens sur la nature profonde de tels systèmes. Il semble plus judicieux de placer la césure essentielle entre les systèmes "redistributeurs" et les autres, entre ceux placés sous le signe de l'ouverture et ceux qui organisent l'immobilité. A ce point de vue, les sociétés à héritiers-successeurs masculins ne seront mieux comprises que si on les rapproche des sociétés "à maisons", comme s'il n'y avait là que deux modalités particulières d'un même ensemble.

68L'enjeu de ce déplacement de perspective ne se limite pas à un simple problème de classification des systèmes. Il y va, comme j'ai essayé de le montrer, de la possibilité d'interprétation des mutations, récentes ou anciennes, qui jalonnent l'histoire des systèmes familiaux. Il y va aussi de la lecture que nous pouvons faire de la carte européenne de ces systèmes. Ce déplacement de perspective est susceptible, par exemple, de nous faire porter un regard différent sur le contraste apparent entre la péninsule ibérique (où dominent dans la moitié Nord les pratiques d'héritier-successeur principal) et nombre de régions italiennes (marquées en revanche par la masculinité des pratiques et le phénomène des quartiers lignagers). C'est aussi avec profit que l'on reconsidèrera sous cet angle le bloc des sociétés alpines, qui juxtaposent des tendances à l'un ou l'autre de ces systèmes soit en des régions voisines, soit en certains cas à l'intérieur d'une même société rurale dont les pratiques combinent cette double orientation.

Notes

1 B. Derouet, "Pratiques successorales et rapport à la terre : les sociétés paysannes d'Ancien Régime", Annales E.S.C., no 1, 1989, p. 173-206.

2 A. Collomp, La Maison du père. Famille et village en Haute Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1983.

3 G. Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (XVe-XIXe siècles), Rome-Paris, 1985.

4 Cf. l'enquête de P. Lamaison et J. Goy auprès des notaires sur les pratiques successorales paysannes dans les années 1980.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540