Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

La transmission du patrimoine selon le mode de partage dans la seigneurie de La Prairie sous le régime français

Louis Lavallée

Texte intégral

i - Approches du problème : questions posées, méthodologie, documentation

  • 1 Archives nationales du Québec à Montréal (ANQM), P. Raimbault, 8 mars 1719, accord entre Jean Lefor (...)

"Par devant les notaires royaux furent présents sieur Jean Lefort dit la-prairie habitant de la Tortue dans la seigneurie de la prairie de la Magdelaine, veuf de deffunte Marguerite Moreau vivante sa femme, auparavant veusve de feu Mathieu Faye dit lafayette tant en son nom que comme tuteur de Jean et Pierre Lefort enfans mineurs issus de son mariage avec ladite Moreau d’une part et sieur Gille Papin au nom et comme procureur de Joseph Benard et Marguerite Faye sa femme, Pierre Roy au nom et comme ayant épousé Angélique Faye, et encor ledit sieur Papin au nom et comme procureur de Jeanne, Marie Anne et Elisabet Faye, [...] et aussy lesdits sieurs Papin et Roy faisant pour et au nom de Pierre Moquin tuteur des enfans mineurs de deffunts Pierre Bourdeaux et Marie Faye tous habiles à se dire et porter héritiers desdits deffunts Mathieu Faye et ladite Marguerite Moreau [...] lesquelles parties [...] ont fait les comptes, et partages, reprises, déclarations, estimés, compensations et accords qui suivent1."

  • 2 M. Lemire, préface à La Terre paternelle de P. Lacombe, Montréal, 1981, p. 9.

1Cet accord en forme de partage impliquant deux communautés, huit héritiers issus de deux lits, un veuf qui a reçu en mariage une part d'enfant de sa femme déjà mère de six enfants, va obliger le notaire Pierre Raimbault à compléter huit feuilles d'une écriture serrée pour démêler la part des biens meubles et immeubles revenant à chacun des héritiers. Cette sorte de réunion, qui n'est pas exempte de discordes entre les parties, surtout lorsqu'elles sont le fruit de deux mariages, et qui suppose d'inévitables compromis pour aboutir à une solution acceptable pour tous, est familière aux habitants de La Prairie puisqu'il y a de bonnes chances qu'au cours de leur existence ils aient été témoins d'une telle assemblée familiale (quelquefois moins complexe, il est vrai) à laquelle, malheureusement pour nous, le notaire n'a pas toujours été convié. Ce document de premier plan pose le problème de la transmission du patrimoine (immobilier qui seul nous intéresse ici) qu'ont souvent vécu douloureusement les paysans de la seigneurie de La Prairie et que, pour d'autres raisons que les historiens du patrimoine sont les seuls à comprendre, l’auteur de ces lignes, qui a tenté d'en saisir toute l'essence et de le résoudre, n'a pas vécu avec moins d'angoisse. Étudier le mouvement des biens et leur circulation, c'est vouloir identifier les modalités diverses de leur transmission d'une génération à l’autre et observer la reproduction sociale des groupes domestiques assurée ou non par les pratiques de dévolution des avoirs familiaux. Préoccupation légitime et fondamentale qui est au coeur de la société paysanne d'Ancien Régime et à laquelle n'a pas été indifférente la littérature québécoise. Entre La Terre paternelle de Patrice Lacombe paru en 1846 et les Trente arpents de Ringuet publié un peu moins d'un siècle plus tard, la plupart des romans de la terre sont des romans de succession2 où le sujet de la transmission du patrimoine est continuellement présent et occupe une place à la mesure de sa portée dans une société agricole dont l'un des principaux soucis demeure la constitution et la conservation dans la famille du bien patrimonial.

  • 3 Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (XVIIe-XXe siècle), Actes du collogu (...)
  • 4 E. Claverie et P. Lamaison, L'Impossible Mariage. Violence et parenté en Gévaudan. XVIIe, XVIlIe et (...)
  • 5 A. Collomp, La Maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Pa (...)
  • 6 J. Goy, "Norme et pratiques successorales dans la France paysanne des XVIIIe et XIXe siècles. Propo (...)
  • 7 Signalons parmi les quelques études que nous avons recensées dont certaines ne s'appliquent qu'à la (...)

2Le thème d'analyse ici retenu s'inscrit dans le cadre des recherches menées des deux côtés de l'Atlantique par des historiens de la famille soucieux d'étudier la reproduction sociale et de confronter le droit et la pratique3. Il faut souligner du côté français les ouvrages de Claverie et Lamaison4, de Collomp5 et les enquêtes conduites par Joseph Goy et son équipe6. Travaux fouillés et convaincants mais qui s'attachent principalement aux sociétés du Midi de la France, réputées inégalitaires, dont les modèles de transmission des biens conviennent mal à la société canadienne régie sous le Régime français par une coutume profondément égalitariste. Au Canada, les études de cas à l'intérieur du cadre seigneurial sont peu nombreuses et le terrain d'exploration pour la période qui a précédé la Conquête demeure à toutes fins pratiques vierge7. Faute d’enquêtes exhaustives avant 1760, les bornes de référence et les points d'appui manquent pour comparer nos résultats et les confronter à d'autres obtenus à partir d'un échantillon régional semblable à celui de La Prairie. Aussi, faut-il ne voir ici qu'un bilan qui de par sa taille n'a pas valeur de modèle pour l'ensemble de la colonie laurentienne.

3Notre démarche qui a demandé beaucoup de temps et a nécessité de très longs dépouillements (pas toujours féconds) est cependant modeste. A partir des ménages que nous avons isolés, nous avons tenté de suivre pour chacun d'eux la destinée du bien patrimonial autour duquel s'est constitué à l'origine le noyau familial. Plus précisément, nous avons voulu savoir comment s’opère la transmission du patrimoine par mode de partage et qui en sont les bénéficiaires et les exclus. Derrière ces questions se cachent des réponses nombreuses et contrastées que mettent en lumière les dossiers familiaux que nous avons construits.

  • 8 Ces données sont extraites de notre livre intitulé : La Prairie en Nouvelle-France (1647-1760) : ét (...)

4Pour répondre à ces interrogations, il faut au départ définir le lieu et le temps de l'enquête et choisir la documentation appropriée. Cette étude a été menée dans le cadre de la seigneurie de La Prairie, propriété des Jésuites, située sur la rive sud du Saint-Laurent en face de Montréal. Elle a été colonisée dès 1667 et sa population, constituée pour l'essentiel de paysans propriétaires, présente entre 1673 et 1752 les chiffres suivants8 : 1673 : 99 habitants, 1697 : 321 habitants, 1721 : 550 habitants, 1752 : 1 650 habitants. Par ailleurs, l'étude de la transmission du patrimoine est allergique au temps court et seule la longue durée du Régime français pouvait convenir à une observation continue. Une longue durée presque séculaire (1667 marque le début de la colonisation à La Prairie) qui nous a cependant semblé trop brève puisqu'il a été possible de suivre tout au plus deux générations pour les familles établies dans la seigneurie dès le XVIIe siècle et une seule pour toutes les autres venues au siècle suivant. C'est dire toutes les limites de notre recherche qui, pour être davantage soutenue, aurait dû nous conduire jusqu'à la fin du XVIIIe siècle et à l'aube du XIXe. Approche sans doute souhaitée et réalisable par une équipe nombreuse mais hors de portée d'un chercheur isolé rapidement noyé dans l'océan des minutes notariales.

5Deuxième étape : reconstituer à l’aide des registres paroissiaux et des ouvrages de généalogie l'histoire démographique de chaque famille retenue en portant une attention particulière au nombre d'enfants (à la proportion des filles et garçons parvenus à l'âge adulte), aux dates de leurs mariages, à l'âge du décès des parents et enfin à la durée du cycle familial entre la naissance du premier enfant et le mariage du dernier.

6Finalement, et c'est le travail le plus long, suivre le destin patrimonial de nos unités familiales et refaire l’histoire foncière de chaque ménage. Pour y arriver, quelquefois après d'invraisemblables détours, nous avons réuni quelques milliers d'actes notariés, de qualité fort inégale mais tous indispensables, pour suivre sur une longue période la trajectoire empruntée par chacune des familles. L'approche est simple : il faut ordonner chronologiquement tous les documents des parents et des enfants qui permettent d'établir la formation du patrimoine et distinguer les manières de le transmettre. Figurent habituellement dans cette liste, les concessions, les contrats de mariage, les donations, les ventes, les échanges et toute la littérature notariée relative aux successions : abandons, partages, inventaires après-décès et accords divers. Cette histoire de la propriété foncière, qui normalement prend naissance avec les concessions de terres, est enrichie plus tard par les achats et les échanges et se trouve ensuite complétée par les abandons et les partages, se heurte trop souvent aux silences de la documentation notariée dont il est nécessaire de rappeler ici les lacunes.

  • 9 Nous avons eu la chance de trouver à Québec, aux Archives nationales, ce terrier perdu depuis longt (...)

7Si les contrats de concession, d’échange, de vente, les abandons et les inventaires sont communs et si les habitants les font d’ordinaire rédiger devant notaire, les partages, quant à eux, si précieux pour reconstituer les chaînes de titres, sont trop souvent verbaux ou quelquefois faits sous seing privé. Combien d'échanges, de ventes ou d'accords notariés font référence à des partages non écrits réglés à l’amiable entre les héritiers qui veulent ainsi selon les termes énoncés dans ces actes éviter les frais du notaire ? Cette procédure ouvre la porte à une extraordinaire incertitude quand il s’agit de connaître les modalités du partage, le nombre d'héritiers et la part de terre qui échoit à chacun. On peut toujours tenter de rétablir la teneur du partage verbal en utilisant des renseignements fournis par les ventes et les échanges lors du rassemblement des parcelles. Mais beaucoup d'éléments font défaut qui rendent la tâche extrêmement difficile. S'il avait fallu s'en tenir aux seules minutes des notaires, notre tentative (et celles de tous les historiens sans doute qui voudraient poursuivre le même objectif) de refaire le puzzle patrimonial à la suite de la division des biens aurait été dans un bon nombre de cas vouée à l'échec. Sévère constat, nous dira-t-on, qui tranche sur la belle qualité des archives notariales à juste titre fréquemment proclamée, mais que l'on devait ici poser pour mettre en garde tous ceux qui se sentiraient attirés par un tel objet d'étude. Il faut cependant nuancer, pour La Prairie du moins, car le terrier que les Jésuites ont tenu nous a permis dans la plupart des cas de corriger une situation qui autrement était sans issue. Ce document unique9 refait pour un certain nombre de cotes, jusqu'à une date assez tardive au XVIIIe siècle, l’historique de chaque terre à partir des multiples transactions qui en balisent les différentes étapes. Concessions, échanges, ventes, abandons, partages écrits ou verbaux, tout y est recensé, daté, depuis le début du peuplement jusqu'à un moment, variable selon les cotes, qui se situe entre 1730 et 1760, et quelquefois au-delà. Cette comptabilité dont le but était de mieux percevoir les lods et ventes a supposé un effort considérable de la part des seigneurs ecclésiastiques dont on trouve peu d'équivalents dans les seigneuries laïques. Jumelé aux minutes notariales dont il est la synthèse spatio-temporelle, le terrier de La Prairie demeure donc le corpus indispensable sur lequel repose en partie cette étude de la transmission du patrimoine et de la reproduction sociale.

ii - Les paramètres du système

  • 10 L. Dechêne, op. cit., p. 424.

8Il convient au départ d'établir les paramètres autour desquels s'articule le mode de transmission par partage et les normes de divers ordres auxquelles il obéit. La première a trait au régime juridique que commande la coutume de Paris introduite dans la colonie en 1664. Elle stipule l'égalité des héritiers et elle n'est en ce sens que le prolongement de la tendance vers le nivellement et l'égalitarisme amorcé depuis la fin du Moyen Age dans la France du Centre et du Nord. "Que l'espace américain, l'absence de lourdes pressions fiscales et la faible représentation nobiliaire authentique aient renforcé, accéléré cette tendance, c'est probable10". Le droit auquel les habitants se conforment généralement avec une obéissance remarquable institue le partage égalitaire et suppose dans la majorité des cas un émiettement des immeubles qui oblige les rassembleurs, par le biais des échanges et des ventes, à rétablir en totalité ou en partie les dimensions primitives du patrimoine. S'il y a eu donations au préalable, les meubles ou les immeubles doivent être rapportés à la masse au moment du partage parce qu'ils sont réputés donnés en avancement d'hoirie.

  • 11 M. Segalen, Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden Sud, 1770-1 (...)

"Au contraire du système inégalitaire qui s'articule autour d'une « maison » fortement valorisée sur le plan symbolique et dont les variantes sont toujours encloses dans les limites du modèle, le système égalitaire ouvre la porte à une large gamme de stratégies qui dépendent de la situation démographique, économique, personnelle du groupe domestique [...]. Le système inégalitaire, bâti autour de la continuité de la maison, réussit, avec toutes ses variantes, à l'assurer. Le système égalitaire porte en germe son autodestruction. A chaque génération se repose le conflit entre idéologie, pratique et reproduction sociale11".

  • 12 L. Michel, loc.cit., p. 329.
  • 13 Y. Landry et J. Légaré, "Le cycle de vie familiale en Nouvelle-France : méthodologie et application (...)

9Second trait qui conditionne la formation du patrimoine, sa transmission et les tentatives de reconstitution : la démographie. Il est impensable de ne pas établir au départ la structure démographique des familles, même s'il faut se limiter à une simple esquisse. A La Prairie, la constitution des biens patrimoniaux, leur transmission, les stratégies des rassembleurs et quelquefois l'âge des enfants au mariage s'ordonnent en fonction de la dimension des familles et surtout selon l'âge au décès des parents. Cette dernière donnée "agit un peu comme une loterie en introduisant une large incertitude sur la durée des mariages et en créant de fortes différences entre les ménages. Tantôt elle précipite la transmission des biens d'une génération à l'autre. Tantôt elle la retarde12". Au total, en s'appuyant sur l'article suggestif de deux démographes, c'est le cycle complet de la vie familiale que l'on doit reproduire pour repérer "les rapports entre le cycle démographique de la vie familiale et l'organisation familiale vue à travers [...] le système de transmission des avoirs fonciers13".

  • 14 Selon l'expression de G. Bouchard, dans "L'étude des structures familiales pré-industrielles : pour (...)

10Enfin, à La Prairie comme ailleurs dans la vallée du Saint-Laurent, l'écoumène est vaste et s'offre, au début du moins, gratuitement ou presque à tous les preneurs. Perçue sous l'angle de la formation et de la transmission du patrimoine, la distinction est réelle entre la France du "monde plein" de l'Ancien Régime comprimée dans ses étroites limites et le Canada de la même époque. Le "système de transmission14" des biens que nous avons retrouvé à La Prairie aux XVIIe et XVIIIe siècles suppose une toile de fond autour de laquelle s'articulent toutes les stratégies : l'abondante réserve de terres. L'espace disponible pour s'établir dans une seigneurie qui couvre à peu près 120 km2 ne manque pas et, au début du XIXe siècle, on concède encore des terres à la périphérie de son immense territoire. Très tôt cependant, dès le premier quart du XVIIIe siècle, une certaine rigidité des structures agraires se manifeste depuis que toutes les terres en bordure du fleuve, de la rivière Saint-Jacques et celles du centre de la seigneurie sont occupées. Il devient alors nécessaire, à partir de 1720-1730, de gagner l'intérieur et surtout d'investir progressivement le fief voisin du Sault Saint-Louis, lieu d'élection de la deuxième génération des habitants nés à La Prairie et des nouveaux arrivants. Si nous avons rappelé ces vérités, c'est pour mieux saisir l'impact de la coutume qui se traduit différemment dans un espace clos fortement peuplé et dans un espace ouvert très peu habité. Il ne fait pas de doute que la structure de la dévolution et les stratégies retenues par les parents pour établir leurs enfants rendent compte de la spécificité du territoire dans lequel elles s'insèrent. En d'autres termes, cela renvoie à l'indissociable relation qui doit s’établir entre le droit (coutume et pratique), le milieu physique et la notion d'espace.

iii - La transmission des biens par partage

11Plus fréquent que tous les autres modes de transmission, le partage égalitaire écrit ou verbal demeure la procédure habituelle à laquelle ont recours les habitants de La Prairie et celle qui, à cause de l'émiettement qu'elle génère, reste la plus difficile à suivre. Si l'abandon des biens désigne d’office dans la majorité des cas un héritier bien défini en qui se résume tout le problème de la transmission du patrimoine, le partage, au contraire, refuse un tel choix et, dans le respect de la coutume, il répartit également entre tous les héritiers les biens de la succession. Alors que la démission de biens paraît un geste réfléchi des parents au terme du cycle familial, le partage, quant à lui, n'est que la solution normale prévue par la coutume de Paris lorsque, pour des raisons diverses, les parents n'ont pas voulu ou n'ont pas pu décider eux-mêmes de la forme que devait prendre la transmission de leurs biens. Rarement, il a lieu quand les parents décèdent à un âge avancé avant d'avoir choisi de "se donner" à quelqu'un. Presque toujours, il prend place quelque part à l'intérieur du cycle d'existence de la famille avant que celui-ci ait atteint sa maturité. Le décès prématuré du père ou de la mère, leur remariage, le cas échéant, qui oblige à liquider la communauté originelle, précipitent alors le processus de transmission d'un patrimoine dont la formation n'est pas nécessairement complétée.

12Il est permis de s'interroger sur les conséquences d'un régime fondamentalement égalitariste qui, à chaque génération, a de fortes chances de morceler le patrimoine. Éventualité à laquelle ne peuvent se soustraire les parents, condamnés qu’ils sont à subir les hasards trop souvent répétés d'un régime démographique brutal où la mort, selon la formule de Jean Fourastié, est au centre de la vie. Assiste-t-on à un remembrement partiel ou total des terres ainsi divisées ? Qui en sont les bénéficiaires ? L'ardeur que l'on déploie pour regrouper les parcelles et reconstituer les biens patrimoniaux transparaît dans une multitude de ventes, d'échanges et d’accords divers (ces actes occupent une place très importante dans les greffes de notaires) qui témoignent, à la suite des partages, des efforts laborieux, toujours onéreux, tentés par les enfants ou l'un d'eux, un parent, un étranger à la famille quelquefois, pour recréer l'intégralité ou une partie de l'avoir immobilier des parents. De ces tentatives n'émerge aucun modèle exclusif ; les formules sont nombreuses, les possibilités diverses et les réponses différentes. Pour saisir l'essence de cette pratique et surtout identifier les raisons (quand cela est possible) qui expliquent la présence de tel ou tel rassembleur en particulier, il faut évoquer les facteurs déterminants auxquels obéissent les acteurs du remembrement et sur lesquels se fondent les conclusions que nous avons dégagées.

  • 15 Pour être plus exact, il faudrait aussi s'arrêter sur les motifs psychologiques ou sentimentaux qui (...)

13Le premier de ceux-là est de nature démographique. La chance ou la possibilité pour un individu de racheter les parts des autres héritiers dépend de l'âge au décès des parents (donc de la durée du cycle familial), du nombre d'enfants, de l'écart d'âge entre chacun, de sa place respective au sein de la famille, de son statut matrimonial, de la proportion de garçons et de filles enfin. Le second élément qui conditionne les modalités du partage, en détermine les conséquences et agit sur les rassembleurs est d'ordre économique. C'est dans l'importance et l'étendue du patrimoine puis dans le pouvoir économique de ceux qui regroupent qu'il faut aussi chercher la source des succès et des échecs de ce mode de transmission et les raisons derrière lesquelles se cachent parfois les agents du remembrement. Jumelées aux conditions démographiques, les données économiques, quoique moins transparentes que celles-là et plus difficiles à capter, paraissent les seules qui soient à notre portée15 pour expliquer les résultats variables auxquels conduit la division en parts égales des avoirs familiaux. A des degrés divers, cette double causalité peut jouer et éclairer le rôle tenu par l'un des enfants ou quelqu'un d'autre lors du rachat des parcelles. Illustrons donc à l'aide de quelques exemples probants toute la complexité d'un système qui peut emprunter des voies variées au gré des caprices de la démographie et de l'économie.

  • 16 ANQM, J.-B. Adhémar, 18 octobre 1743, partage des biens de Guillaume Barette, veuf de Jeanne Gagné. (...)
  • 17 ANQM, ibid., 15 février 1745, contrat de mariage entre Augustin Barette et Marie Caillé.
  • 18 ANQM, Barette, 24 avril 1718, accord de partage dans la succession d'Antoine Caillé.

14A l'instar de l'abandon, le partage tardif risque dans bon nombre de cas de favoriser le cadet qui se trouve à ce moment mieux placé que les autres pour racheter les parts. C'est ce qu'a fait Augustin Barette, dernier-né du notaire Guillaume Barette. Lorsqu'en 1743 et 1744 il se présente aux partages des biens de ses parents16, le cycle familial est à peu près complété et tous les enfants, sauf lui, sont mariés, ce qu'il s'empressera de faire en 174517. Sa qualité de cadet célibataire et le fait que tous ses frères et sœurs fussent établis le désignaient naturellement pour remembrer le bien paternel qui n'intéressait personne d’autre et que le notaire n'avait pas cru bon d'abandonner avant sa mort. A l'occasion cependant, le statut de l'acheteur l'emporte sur son rang à l'intérieur de la famille et le modèle le plus familier que nous venons d'évoquer se trouve bouleversé. Dans la succession d'Antoine Caillé de Saint-Lambert présentant les mêmes caractéristiques que celles de la famille Barette (partage tardif, cycle familial presque terminé), c'est l'aîné qui regroupe le patrimoine et non le cadet parce que le premier est le seul célibataire quand a lieu le partage18.

  • 19 ANQM, Hodiesne, 21 mars 1755, inventaire des biens d'André Babeu.
  • 20 ANQM, Barette, 4 octobre 1730, partage des biens d'André Babeu.

15Si le partage est précoce et la transmission hâtive, accélérée par le décès de l'un ou des deux parents, l'aîné des garçons se trouve normalement le bénéficiaire et en meilleure position que les autres pour rassembler. C’est de cette manière qu'André Babeu a constitué la totalité de son patrimoine dont l'inventaire, préparé en 1755, nous livre une image presque accomplie19. Il est le premier-né d'une famille de dix-huit enfants dont treize vont se marier. Quand, en 1730, on décide de partager les immeubles de son père20, André Babeu, le fils aîné et quatre de ses sœurs sont les seuls enfants mariés. Aidé de sa femme, Madeleine Mesny, qui va poursuivre son œuvre après sa mort en 1753, il entreprend à partir de 1730 une longue et laborieuse reconstitution du patrimoine dont il réussira à regrouper la majeure partie autour de la maison paternelle établie à Saint-Lambert. Patient travail qui s'est échelonné sur près de trente ans (de 1730 à 1758), a nécessité neuf visites chez différents notaires pour conclure les ventes et les échanges requis et a obligé le couple à débourser au total 615 livres auxquelles se sont ajoutées les quelques parcelles de terre échangées.

16Le tableau sommaire que nous venons de dresser rend compte de la majorité des situations quand la transmission s'effectue au moyen du partage. Il repose sur les conditions démographiques suivantes (conditions idéales pour l'historien du patrimoine puisqu'elles lui facilitent la tâche le plus souvent et l'autorisent à proposer un modèle en partie connu et déjà accepté) : un nombre variable d'enfants qui se présentent à la succession mais la présence assurée d'au moins un garçon ; l'absence de remariage de l'un des conjoints devenu veuf. Si l'une de ces modalités n'est pas respectée, il faut alors corriger légèrement le bilan trop général esquissé plus haut et le nuancer en tenant compte des particularités du régime démographique.

  • 21 Il y a très peu d'exceptions à cette règle et, quand elles existent, elles répondent à des argument (...)

17Il arrive quelquefois, très rarement bien sûr, que l'absence d'héritier masculin favorise les filles, donc les gendres, qui autrement ont peu de chances de conserver ou de remembrer un patrimoine dont le propre est d'appartenir d’abord aux garçons. Dans cette société essentiellement patrilinéaire où tout, ou presque, s'accorde au masculin et s'ordonne en fonction des hommes, les filles sont généralement absentes des remembrements et leur rôle passif se limite habituellement à vendre à leurs frères les parts de terre qu’elles ont reçues en héritage21. Rien de plus normal que cette pratique que personne à l'époque ne prétend remettre en question et dont il est aisé de suivre la marche à travers l’histoire foncière des familles. On peut imaginer l'amertume et le regret des parents de constater que leur descendance n'est que féminine et que l’un des gendres, par héritage ou rachat, mettra la main sur le bien paternel. Non seulement une telle situation les prive-t-elle d'une main-d’œuvre à bon marché qu'auraient normalement fournie les garçons appelés à travailler sur la terre avec leur père mais surtout, et c'est là l'objet premier de leur déception, la terre paternelle sera dorénavant identifiée à un nom pas tout à fait étranger à la famille mais différent de celui qu’elle avait porté jusque-là. Cette possibilité, nous l'avons retrouvée à quelques reprises dans la seigneurie de La Prairie. Faute d'héritier masculin, un patronyme disparaît et les biens fonciers qui en constituaient l'assise passent à une autre famille.

  • 22 ANQM, Basset, 13 février 1686, vente de Jean Cailloud à Benoît Bisaillon.
  • 23 ANQM, Barette, 2 février 1718, contrat de mariage entre Etienne Deneau et Catherine-Anne Bisaillon.
  • 24 ANQM, A. Adhémar, 8 octobre 1693, inventaire des biens de Mathieu Faye.
  • 25 ANQM, ibid., 7 novembre 1696, inventaire des biens de Mathieu Faye.
  • 26 ANQM, Souste, 14 juillet 1745, cession de Jacques Caillé à Jean-Baptiste Caillé.
  • 27 ANQM, Hodiesne, 28 juin 1748, accord entre Joseph Ménesson et Jean-Baptiste Caillé.
  • 28 ANQM, ibid., 15 octobre 1751, vente de Jean-Baptiste Caillé à Eustache Diel.

18Pour Benoît Bisaillon et Julien Piédalue dit Laprairie, le problème de la succession s’est posé en des termes simples. Dans les deux cas, une seule héritière est présente au décès des parents et elle recueille le patrimoine. La terre familiale des Bisaillon à la côte Saint-Jean, achetée par le père en 168622, échoit à Catherine-Anne, unique fille de Benoît, qui l'apporte en mariage en 1718 à Étienne Deneau23 C'est sous ce dernier nom qu'elle est inscrite au terrier quelques années plus tard. Celle de Julien Piédalue au rang des Prairies connaît le même sort. Elle est récupérée par Joseph Sainte-Marie, le gendre de Piédalue, qui a épousé la seule fille de son premier mariage. Le destin familial des Faye qui s'apparente aux précédents est cependant plus troublé mais il conduit, en empruntant une autre voie, au même résultat. Une première fois en 169324, on ouvre la succession de Mathieu Faye dit Lafayette et Marguerite Moreau "qu'on croit morts n'ayant aucunes nouvelles" d'eux depuis leur capture par les Iroquois au mois de septembre 1690. Apparaissent à l’inventaire cinq filles dont deux sont mariées et un garçon âgé de quinze ans. Revenu à La Prairie dans des conditions que nous connaissons mal, Mathieu Faye tombe avec son fils, André, dans une nouvelle embuscade iroquoise qui cette fois leur sera fatale. A la date du 29 août 1695, le curé de la paroisse inscrit les deux décès à son registre. L'année suivante, nouvel inventaire25 où ne sont mentionnées cette fois que les filles du défunt. La suite de l'histoire appartient tout entière à Pierre Bourdeau, voyageur aux Pays d'en-haut, l'un des gendres, qui avec son fils, plus tard, va réussir à rassembler les 150 arpents de terre que possédait la famille Faye le long de la rivière Saint-Jacques. Pour éviter que la terre familiale ne passe aux gendres quand il n'y a que des filles héritières, il faut alors avoir recours à une procédure exceptionnelle pour maintenir dans la famille un bien qui autrement lui aurait échappé en perdant son nom. C'est ce que fait en 1745, à l'âge de 66 ans, Jacques Caillé, père de deux filles, lorsqu'il abandonne à son neveu, Jean-Baptiste Caillé, moyennant pension viagère26, la terre paternelle de Saint-Lambert que la famille possédait depuis 1675. Solution éphémère qui sert mal le père puisque, trois ans plus tard, l'un des gendres conteste, au nom des droits de sa femme, la décision et oblige le neveu à lui donner des terres en compensation27. Cédant aux pressions et à la menace d'un procès, Jean Baptiste doit finalement revendre28 au second gendre, en 1751, la terre abandonnée six ans plus tôt.

19Le remariage de l'un des conjoints complique singulièrement le mode de transmission, modifie à l'occasion le jeu, l'identité des rassembleurs et engendre parfois des tensions et des querelles qui se trouvent exacerbées lorsque les enfants de plusieurs lits sont en compétition pour la succession et que la tutelle est confiée au beau-père ou à la belle-mère. Le résultat premier d'une telle pratique est habituellement une parcellisation souvent considérable causée par la création de plusieurs communautés auxquelles des partages quelquefois fort complexes mettent un terme. A l'occasion, le remariage du père ou de la mère a des conséquences négatives sur l'avenir du bien familial dont il peut signifier l'appropriation partielle par une autre famille.

  • 29 ANQQ, fonds "Biens des Jésuites", Tissot, 22 juin 1673, concession à Jean Laroche.
  • 30 ANQM, Barette, 26 mai 1714, contrat de mariage entre Jean Laroche et Catherine Dumay.
  • 31 ANQM, ibid., 15 octobre 1716, concession à Jean Laroche.
  • 32 ANQM, ibid., 5 juin 1726, inventaire des biens de Jean Laroche.
  • 33 ANQM, ibid., 18 juin 1726, contrat de mariage entre Guillaume Soucy et Catherine Dumay.
  • 34 ANQM, ibid., 18 janvier 1731, partage des biens entre les enfants de Jean Laroche et de Guillaume S (...)

20Le premier exemple que nous avons choisi, celui de la famille Laroche, illustre bien la trajectoire qu'ont suivie sous le Régime français quelques-uns des ménages de La Prairie. L'ancêtre, Jean Laroche, s'établit en 1673 à la côte Saint-Lambert sur une terre de 40 arpents29 qui sera la seule que se partageront à l'amiable ses neuf enfants lors de son décès survenu en 1715. L'aîné, marié l'année précédente avec Catherine Dumay30, entreprend alors le remembrement, reçoit de plus une terre en concession31 et quand il meurt prématurément en 1726, à l'âge de 39 ans, le notaire qui a préparé l'inventaire32 peut certifier, papiers à l'appui, qu'il a regroupé les 5/9 de la terre paternelle à laquelle s'ajoute la continuation de 40 arpents concédés en 1716. Veuve à 33 ans, Catherine Dumay se remarie la même année avec Guillaume Soucy33 sans rompre la communauté initiale et elle poursuit le regroupement qui est achevé lorsqu'elle décède peu de temps après. Quand s'ouvre la succession en 173134, sept enfants mineurs se partagent les biens immeubles de la famille Laroche mais deux d'entre eux portent un autre nom. Ainsi, en deux occasions entre 1715 et 1731, la terre familiale des Laroche a été divisée. La seconde fois lui aura été plus nocive toutefois puisque le décès subit du fils aîné et le remariage de sa veuve ont faussé le processus et laissé échapper une partie du bien familial.

  • 35 ANQM, A. Adhémar, 7 novembre 1696, contrat de mariage entre Jean Lefort et Marguerite Moreau.
  • 36 ANQM, M. Lepailleur, 23 février 1719, inventaire des biens de Jean Lefort.
  • 37 ANQM, Tailhandier, 7 août 1719, contrat de mariage entre Jean Lefort et Marguerite Bourgery.
  • 38 ANQM, Barette, 11 décembre 1726, partage des biens de Jean Lefort.
  • 39 ANQM, Hodiesne, 19 mai 1752, vente de Marguerite Bourgery à Michel Barette.

21Sur le double plan des relations sociales et de la transmission du patrimoine, l'histoire des Lefort de la Tortue paraît beaucoup moins heureuse que la précédente, agitée qu'elle fut par de nombreuses disputes auxquelles ne sont pas étrangers les remariages, la présence des enfants de deux lits et les questions d'héritage. Le premier de la lignée, Jean Lefort dit Laprairie, Saintongeais de naissance, épouse en 1696 Marguerite Moreau35 qui lui apporte les six enfants de son précédent mariage avec Mathieu Faye. Lorsqu'en février 1719, quelques mois après la mort de Marguerite Moreau, les héritiers se réunissent pour régler la succession36, on devine la tension qui règne dans la maison du veuf. Il faut estimer les augmentations faites sur les immeubles des deux communautés, priser tout le mobilier et en fin de séance Jean Lefort, affolé, est obligé de mentionner quarante minots de blé battus dans la grange qu'il a oublié de déclarer "estant hors de luy mesme [au moment de l'inventaire] à cause des chagrins que luy foisoient les enfans du premier lit". Le partage des biens meubles nécessite plusieurs accords entre les enfants des deux lits mais la terre de 120 arpents que possède le veuf à la côte Saint-François Xavier reste intacte. La même année, Lefort se remarie avec Marguerite Bourgery37, célibataire, de douze ans sa cadette. Pour lui faire oublier cet écart d'âge et les deux enfants de son premier mariage, il lui consent une part d'enfant à prendre dans sa succession future sans deviner l'impact énorme que cette libéralité aura sur l'histoire de son patrimoine. En effet, quand Jean Lefort décède en 1726, il ne subsiste qu'un seul garçon de son mariage avec Marguerite Moreau qui partage avec sa belle-mère la terre de la rivière Tortue38. Sa part d'enfant lui vaut donc la moitié du bien paternel des Lefort (celle qui contient les bâtiments) et, suite à une longue série de différends entre le fils unique et la veuve, celle-ci décide en 1752 de vendre pour 1 500 livres à un étranger39 les 60 arpents que lui a rapportés son mariage avec le veuf Lefort.

22A ces deux cas, s'en ajoutent beaucoup d'autres, tous plus ou moins semblables. Ils débouchent sur les mêmes conclusions surtout quand c'est la mère qui se remarie et intègre dans une seconde communauté la part d'héritage laissée par son premier mari. Il y a là, du point de vue de la transmission du patrimoine, une dimension non négligeable dont il faudra un jour mesurer la portée. Cela suppose une connaissance exacte de la fréquence des remariages et un corpus plus abondant pour en suivre à long terme les conséquences sur l'histoire patrimoniale.

23L'influence des remariages sur la dévolution des biens familiaux est aussi réelle quand, au moment du rassemblement des parcelles, ils modifient l'identité des acteurs et bouleversent les stratégies habituellement déployées. Ainsi, pour conserver la totalité ou une partie du patrimoine partagé au décès de l'un des conjoints, le survivant remarié qui fonde une nouvelle communauté peut racheter (sous forme de ventes ou d'échanges) les parts des enfants du premier lit pour être en mesure d'offrir plus tard aux enfants du second mariage un héritage convenable, quelquefois semblable à celui qu'avaient reçu les héritiers de la communauté initiale. Les rassembleurs ne sont plus cette fois les enfants mais les parents eux-mêmes devenus les bénéficiaires d’une stratégie commandée par les conditions démographiques. On aboutit à un paradoxe qui est le suivant : les auteurs de la formation d'un patrimoine, respectant les prescriptions de la coutume, doivent se soumettre au partage égalitaire de leurs biens qu'ils tentent ensuite de regrouper. Cela revient à dire qu'en certaines occasions bien particulières il aura fallu un double effort des parents dans l'espace d'une seule vie pour maintenir dans ses dimensions originelles (ou à peu près) un bien patrimonial découpé par des mariages successifs.

  • 40 ANQM, Cabazier, 4 octobre 1684, contrat de mariage entre Jérome Lonctin et Catherine Marie.
  • 41 ANQM, M. Lepailleur, 4 novembre 1704, contrat de mariage entre Jérome Lonctin et Marie-Louise Dumas
  • 42 ANQM, Barette, 25 septembre 1716, partage des biens de Jérome Lonctin.
  • 43 ANQM, ibid., 30 septembre 1737, partage des biens de Marie-Louise Dumas.
  • 44 ANQM, Hodiesne, 26 septembre 1750, inventaire des biens d'Antoine Lonctin.

24L’exemple le plus accompli de ce mécanisme appartient à la famille Lonctin, l'une des plus importantes de La Prairie. Suivons la entre 1684 et 1750 à travers les deux générations qui ont été témoins de son histoire patrimoniale. L'ancêtre, Jérome Lonctin, épouse en 1684 Catherine Marie40 qui meurt en 1703 après avoir donné naissance à une dizaine d'enfants dont six étaient encore vivants au moment de son décès. Veuf à cinquante ans, le père se remarie l'année suivante avec Marie-Louise Dumas41 qui n'a pas encore atteint la vingtaine. Lorsqu'en 1716 le partage des biens est demandé par les enfants du premier lit42, Jérome Lonctin possède deux terres à la prairie Saint-Lambert qu'il a acquises avec Catherine Marie. Il en conserve une moitié et l'autre va aux six héritiers de la première communauté. Commence alors un long travail de reconstitution du patrimoine entrepris par le père et poursuivi par sa veuve. Petit à petit, ils récupèrent toutes les parcelles en cédant aux enfants du premier lit des terres achetées ou concédées durant la seconde communauté. Par la même occasion, ces derniers renoncent à la succession future de leur père mais trouvent dans ces transactions les moyens de s'établir à la rivière Tortue. Le remembrement, très avancé à la mort du père en 1723, est achevé quand a lieu un nouveau partage en 173743. Si bien que la veuve de Jérome Lonctin peut alors offrir à ses neuf enfants, tous issus du second mariage, un patrimoine intégralement reconstitué au prix de beaucoup de temps et d'efforts répétés. Mais tout est à refaire puisque le dernier partage répète celui de 1716 et amorce un nouveau processus de rassemblement qui cette fois va profiter à l'un des cadets. Quand, en 1750, on rédige l'inventaire des biens d'Antoine Lonctin44, avant-dernier fils du second mariage de Jérome, on retrouve sous son nom à peu près la moitié des terres paternelles. Malgré deux mariages, deux communautés et deux partages, l'essentiel du bien familial des Lonctin a été préservé au fil des générations. Mais, il aura fallu toute la ténacité des parents et de l'un des fils et surtout des moyens considérables (en terres et en argent) pour protéger un patrimoine que la démographie condamnait à l'émiettement.

iv - Réflexions et conclusions

25Au terme de cette analyse, il convient de proposer quelques réflexions et de dégager un certain nombre de conclusions. L’étude de la transmission du patrimoine que nous avons menée à l'intérieur de la seigneurie de La Prairie nous a souvent paru une folle entreprise dont les résultats s'accordent mal avec le temps considérable que nous y avons investi. Il s'agit là d'une matière passablement embrouillée et, malgré la richesse de la documentation réunie, trop d'éléments font défaut pour porter un jugement définitif. En dépit des quelques milliers de documents rassemblés, nous avons été souvent incapable de quantifier les diverses pratiques auxquelles donnait lieu la transmission par partage. Pour vérifier la justesse de notre bilan, il aurait fallu multiplier le nombre des unités familiales observées et élargir le temps de l'enquête (pourtant séculaire), ce qui aurait nécessité des dépouillements hors de notre portée. Faute d'avoir hiérarchisé les multiples modalités qui découlaient du mode de transmission par partage, nous avons été en mesure cependant d'ouvrir des pistes qu'il faudra suivre patiemment.

26Au-delà des réserves que nous venons de signaler, quelques certitudes émergent toutefois qui donnent plus de crédit à notre analyse. La première a trait au régime juridique. Nous avons pu vérifier la parfaite conformité de la pratique à la coutume. Partout est présent un égalitarisme qui est scrupuleusement observé. Une rigoureuse égalité prime et veille à ce que les intérêts de tous les héritiers soient respectés. C'est en particulier au moment des partages que l'on peut constater la parité qui a régi cette société. Le notaire chargé de préparer le document doit détailler la part des biens meubles et immeubles qui revient à chacun et effectuer les calculs nécessaires (l'opération se traduit alors en deniers et en pouces) pour diviser en parties égales les avoirs familiaux. Si le tabellion est consciencieux, il dresse la liste complète des héritiers et précise le montant d'argent et les parcelles de terre auxquels ils ont droit.

27Cet égalitarisme de droit constamment rappelé dans les actes est cependant tempéré dans les faits par une inégalité, tributaire des conditions démographiques et économiques, particulièrement visible lors des remembrements. Si tous les héritiers sont égaux devant la loi, il n'en va pas de même en pratique puisque certains d'entre eux se trouvent favorisés par le jeu très variable du régime démographique et la place qu'ils occupent dans la hiérarchie économique. Le nombre d'enfants, la proportion des garçons et des filles, le rang au sein de la famille, l'âge au décès des parents et le pouvoir économique de chacun sont autant de facteurs qui, au moment des rassemblements de parcelles postérieurs aux partages, privilégient certains individus mieux placés que d'autres pour recueillir une succession divisée en parts égales. Cette multiple causalité introduit dans un système homogène en apparence une diversification dont témoigne la variété des rassembleurs.

  • 45 Chiffres obtenus à partir de l'aveu de 1781 qui se trouve dans le fonds "Biens des Jésuites" aux AN (...)

28On peut se demander, enfin, si le mode de transmission par partage qui émiette considérablement le patrimoine foncier a eu une quelconque influence sur le paysage de La Prairie ? Ouvrons le terrier de la seigneurie aux côtes de Mouillepied et de Saint-Lambert dont les terres du premier rang sont toutes concédées avant la fin du XVIIe siècle. On y dénombre une multitude de mutations foncières qui remplissent des pages entières et que les Jésuites ont minutieusement consignées. Elles sont le reflet de l'instabilité des premiers occupants mais surtout des nombreuses transactions liées aux inévitables remembrements qui suivent les partages. Or, nous constatons qu'entre 1672 et 1730 le paysage des deux côtes n'a pas été profondément bouleversé, qu'il a résisté aux découpages successifs et présente après une soixantaine d'années la même régularité. Le Mouillepied qui s’étend sur 47 1/2 arpents contient 13 maisons, soit une à tous les 3,7 arpents ; la côte Saint-Lambert qui court sur 80 arpents possède 23 maisons à raison d'une à tous les 3,5 arpents. Il faut attendre beaucoup plus tard, en 1781, pour que la progression de la population et la raréfaction des terres dans la seigneurie de La Prairie modifient ce rapport. A cette dernière date, le taux d'occupation maisons/nombre d'arpents passe pour le Mouillepied à 2,5 arpents et pour Saint-Lambert à 2,2 arpents45. Cette constatation nous autorise à rappeler après quelques autres historiens que le dessin des campagnes canadiennes sous le Régime français n'a pas été véritablement altéré par le mode de succession. Derrière cette réalité se cache cependant un monde d'efforts, de stratégies, de moyens considérables déployés par les victimes d'un système devenus en même temps ses bénéficiaires.

Notes

1 Archives nationales du Québec à Montréal (ANQM), P. Raimbault, 8 mars 1719, accord entre Jean Lefort dit Laprairie et les héritiers Faye dit Lafayette.

2 M. Lemire, préface à La Terre paternelle de P. Lacombe, Montréal, 1981, p. 9.

3 Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (XVIIe-XXe siècle), Actes du collogue d'histoire comparée Québec-France (1990) publiés sous la direction de G. Bouchard et J. Goy, Chicoutimi et Paris, 1990, 388 p.

4 E. Claverie et P. Lamaison, L'Impossible Mariage. Violence et parenté en Gévaudan. XVIIe, XVIlIe et XIXe siècles, Paris, 1982, 361 p.

5 A. Collomp, La Maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1983, 340 p.

6 J. Goy, "Norme et pratiques successorales dans la France paysanne des XVIIIe et XIXe siècles. Propositions pour une enquête", dans Société rurale dans la France de l'Ouest et au Québec (XVIIe-XXe siècles), Actes des colloques de 1979 et 1980 publiés sous la direction de J. Goy et J.-P. Wallot, Montréal, 1981, p. 71-92.

7 Signalons parmi les quelques études que nous avons recensées dont certaines ne s'appliquent qu'à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle : L. Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, Paris et Montréal, 1974, p. 294-298 et p. 424-433 ; P. Desjardins, "La coutume de Paris et la transmission des terres. Le rang de la Beauce à Calixa-Lavallée de 1730 à 1975", Revue d'histoire de l'Amérique française (RHAF), vol. 34, no 3, décembre 1980, p. 331-339 ; G. Bouchard, "L'étude des structures familiales pré-industrielles : pour un renversement des perspectives", Revue d'histoire moderne et contemporaine (RHMC), octobre-décembre 1981, p. 545-571 ; Id., "Les systèmes de transmission des avoirs familiaux et le cycle de la société rurale au Québec, du XVIle au XXe siècle". Histoire sociale (HS), vol. XVI, no 31, mai 1983, p. 35-60 ; G. Bouchard et R. Thibeault, "L'économie agraire et la reproduction sociale dans les campagnes saguenayennes (1852-1971)", ibid., vol. XVIII, no 36, novembre 1985, p. 237-257 ; L. Michel, "Varennes et Verchères des origines au milieu du XIXe siècle. Etat d'une enquête", dans Évolution et éclatement du monde rural. Structures, fonctionnement et évolution différentielle des sociétés rurales françaises et québécoises, XVIIe-XXe siècles. Actes du colloque franco-québécois d'histoire rurale comparée tenu à Rochefort (France) en 1982 et publiés sous la direction de J. Goy et J.P. Wallot, Paris et Montréal, 1986, p. 325-340 ; L. Lavallée, "La transmission du patrimoine dans la seigneurie de La Prairie. 1667-1760", ibid., p. 341-351 ; A. Greer, Peasant, Lord, and Merchant. Rural Society in three Quebec Parishes, 1740-1840, Toronto, Buffalo, London, 1985, p. 71-81 ; G. Paquet et J.-P. Wallot, "Stratégie foncière de l'habitant : Québec (1790-1835)", RHAF, vol. 39, no 4, printemps 1986, p. 551-581 ; S. Dépatie, "La transmission du patrimoine dans les terroirs en expansion : un exemple canadien au XVIIIe siècle", ibid., vol. 44, no 2, automne 1990, p. 171-198.

8 Ces données sont extraites de notre livre intitulé : La Prairie en Nouvelle-France (1647-1760) : étude d'histoire sociale (à paraître).

9 Nous avons eu la chance de trouver à Québec, aux Archives nationales, ce terrier perdu depuis longtemps et éparpillé dans plusieurs boîtes.

10 L. Dechêne, op. cit., p. 424.

11 M. Segalen, Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden Sud, 1770-1780, Paris, 1985, p. 82-83.

12 L. Michel, loc.cit., p. 329.

13 Y. Landry et J. Légaré, "Le cycle de vie familiale en Nouvelle-France : méthodologie et application à un échantillon", HS, vol. XVII, no 33, mai 1984, p. 20.

14 Selon l'expression de G. Bouchard, dans "L'étude des structures familiales pré-industrielles : pour un renversement des perspectives", RHMC, octobre-décembre 1981, p. 561.

15 Pour être plus exact, il faudrait aussi s'arrêter sur les motifs psychologiques ou sentimentaux qui ont pu influer sur la désignation d'un rassembleur. Ils devaient intervenir rarement et, quand c’est le cas, il sont insaisissables la plupart du temps. Une seule fois, de mémoire, avons-nous retrouvé la mention où l'un des parents indique dans l'acte de partage sa préférence pour l'un des enfants qu'il souhaite voir regrouper le bien familial.

16 ANQM, J.-B. Adhémar, 18 octobre 1743, partage des biens de Guillaume Barette, veuf de Jeanne Gagné. Le notaire meurt l'année suivante et le second partage est verbal.

17 ANQM, ibid., 15 février 1745, contrat de mariage entre Augustin Barette et Marie Caillé.

18 ANQM, Barette, 24 avril 1718, accord de partage dans la succession d'Antoine Caillé.

19 ANQM, Hodiesne, 21 mars 1755, inventaire des biens d'André Babeu.

20 ANQM, Barette, 4 octobre 1730, partage des biens d'André Babeu.

21 Il y a très peu d'exceptions à cette règle et, quand elles existent, elles répondent à des arguments économiques. Ainsi, dans le cas des successions de Claude Faye et de Claude Guérin, ce ne sont pas les garçons qui rassemblent mais les gendres, seuls capables de racheter les parts d'héritage.

22 ANQM, Basset, 13 février 1686, vente de Jean Cailloud à Benoît Bisaillon.

23 ANQM, Barette, 2 février 1718, contrat de mariage entre Etienne Deneau et Catherine-Anne Bisaillon.

24 ANQM, A. Adhémar, 8 octobre 1693, inventaire des biens de Mathieu Faye.

25 ANQM, ibid., 7 novembre 1696, inventaire des biens de Mathieu Faye.

26 ANQM, Souste, 14 juillet 1745, cession de Jacques Caillé à Jean-Baptiste Caillé.

27 ANQM, Hodiesne, 28 juin 1748, accord entre Joseph Ménesson et Jean-Baptiste Caillé.

28 ANQM, ibid., 15 octobre 1751, vente de Jean-Baptiste Caillé à Eustache Diel.

29 ANQQ, fonds "Biens des Jésuites", Tissot, 22 juin 1673, concession à Jean Laroche.

30 ANQM, Barette, 26 mai 1714, contrat de mariage entre Jean Laroche et Catherine Dumay.

31 ANQM, ibid., 15 octobre 1716, concession à Jean Laroche.

32 ANQM, ibid., 5 juin 1726, inventaire des biens de Jean Laroche.

33 ANQM, ibid., 18 juin 1726, contrat de mariage entre Guillaume Soucy et Catherine Dumay.

34 ANQM, ibid., 18 janvier 1731, partage des biens entre les enfants de Jean Laroche et de Guillaume Soucy.

35 ANQM, A. Adhémar, 7 novembre 1696, contrat de mariage entre Jean Lefort et Marguerite Moreau.

36 ANQM, M. Lepailleur, 23 février 1719, inventaire des biens de Jean Lefort.

37 ANQM, Tailhandier, 7 août 1719, contrat de mariage entre Jean Lefort et Marguerite Bourgery.

38 ANQM, Barette, 11 décembre 1726, partage des biens de Jean Lefort.

39 ANQM, Hodiesne, 19 mai 1752, vente de Marguerite Bourgery à Michel Barette.

40 ANQM, Cabazier, 4 octobre 1684, contrat de mariage entre Jérome Lonctin et Catherine Marie.

41 ANQM, M. Lepailleur, 4 novembre 1704, contrat de mariage entre Jérome Lonctin et Marie-Louise Dumas.

42 ANQM, Barette, 25 septembre 1716, partage des biens de Jérome Lonctin.

43 ANQM, ibid., 30 septembre 1737, partage des biens de Marie-Louise Dumas.

44 ANQM, Hodiesne, 26 septembre 1750, inventaire des biens d'Antoine Lonctin.

45 Chiffres obtenus à partir de l'aveu de 1781 qui se trouve dans le fonds "Biens des Jésuites" aux ANQQ.

Auteur

Département d'histoire, Université de Montréal

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site