Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Les migrations de réallocation comme stratégie de reproduction familiale en terroir neuf

Gérard Bouchard

Texte intégral

Les travaux qui ont conduit à la rédaction de ce texte ont pu être réalisés grâce à l'appui financier du Fonds FCAR (Québec), du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et de l'Université du Québec à Chicoutimi. L'auteur remercie également Marc Saint-Hilaire, Régis Thibeault, Jeannette Larouche, Lise Bergeron, Josée Houde et Danielle Lavoie qui ont collaboré à la collecte et à l'élaboration des données.

i - La reproduction familiale en contexte de peuplement : un système ouvert

1A partir d'un exemple québécois, ce texte fait ressortir la fonction que la mobilité géographique pouvait remplir dans un système de reproduction familiale en terroir neuf. Certes, la mobilité a toujours exercé un rôle important également dans les vieux terroirs européens ; toutefois, elle y est surtout représentée comme soupape permettant de disposer des exclu(e)s de la terre. En regard, les migrations intra-régionales en terroir neuf paraissent remplir une fonction très spécifique reliée directement à l'établissement des héritiers.

  • 1 Voir notamment G. Bouchard (1983,1987, 1990b, 1991b).
  • 2 Nous pensons que dans un contexte rural ou paysan, l'enjeu principal de la reproduction familiale (...)
  • 3 On trouvera un commentaire préliminaire sur ce thème dans G. Bouchard (1990a). Un essai plus élabo (...)

2Dans plusieurs écrits antérieurs, nous avons tenté de reconstituer un système de reproduction familiale caractéristique des régions de peuplement de l'Amérique du Nord au XIXe siècle1. En référence avec le monde paysan, ce concept de reproduction familiale désigne ici l'ensemble des dispositions et stratégies au moyen desquelles les agriculteurs tentaient d'établir leurs enfants sur des terres. Dans cet esprit, le succès ou l'efficacité de la reproduction familiale est mesuré ici globalement par la proportion des enfants établis comme agriculteurs, indépendamment de la qualité de ces établissements en termes de niveaux de prospérité ultérieurement atteints2. Prenant comme exemple la région du Saguenay, nous avons été frappé par l'ampleur des analogies et ressemblances avec de nombreuses autres régions de peuplement du Québec, du Canada et des Etats-Unis3. Sous forme schématisée, les principaux traits de ce système peuvent être présentés comme suit :

  • Au Saguenay, comme dans la plupart des régions de peuplement en Amérique du Nord, la contradiction qui survenait à chaque génération (comment pourvoir à plusieurs établissements à partir d'un seul ?) était accentuée par une fécondité très élevée4.
  • L'abondance de terre non défrichée représentait une première soupape.
  • Une deuxième résidait dans l'accès relativement aisé à la propriété foncière ou à des formes d'exploitation qui conféraient une grande autonomie aux usagers. Ce facteur, combiné au précédent, ouvrait la voie à diverses stratégies d'expansion des assises matérielles de la famille. En conséquence, au Saguenay par exemple, trois fils sur quatre en moyenne étaient établis parmi les familles formées avant 18815.
  • Dans l'ensemble, pour tout ce qui concernait la transmission ou la dévolution de leurs biens, les parents jouissaient soit d'une liberté totale, soit des moyens de contourner assez efficacement les contraintes juridiques existantes.
  • Dans la majorité des cas, un idéal à tendance égalitaire inspirait les pratiques de transmission, les parents essayant d'établir les fils sur des terres et de marier les filles à des garçons eux-mêmes établis.
  • Ce trait souffrait toutefois d'importantes exceptions, concernant tout particulièrement les filles.
  • Le sort des enfants était déterminé indépendamment de tout modèle préférentiel fondé sur le rang de naissance.
  • Les fils étaient établis selon des modalités très diverses : cession, vente (la plupart du temps à prix réduit), dot, prêt d'argent, avancement d'hoirie, donation, testament, partage successoral...
  • Le processus de transmission des avoirs familiaux était étalé sur quelques décennies et comportait diverses étapes découpées en fonction de l'état du cycle familial et de la nature des biens transmis (voir Tableau 1, infra).
  • Ordinairement, au cours d'une génération, les avoirs fonciers de la famille connaissaient une succession d'agrandissements (par défrichement, achat, héritage, concession...) et de contractions commandée par la volonté d’établir les fils à mesure qu'ils arrivaient à l'âge de se marier.
  • Il s'ensuivait une sorte de cycle du "patrimoine" lui-même, entre le moment de la formation de la famille et celui de sa dissolution (Graphique 1).
  • Les choix et stratégies inhérentes à la reproduction familiale, tout particulièrement à l'expansion des avoirs fonciers, se traduisaient souvent par une mobilité élevée des enfants et de leurs parents, au gré d'une réallocation des ressources économiques familiales (cf. infra).
  • Il en résultait une grande instabilité ou flexibilité dans la forme des avoirs fonciers, ce qui rend peu appropriée la notion de patrimoine entendu au sens d'une entité durable et bien identifiée, associée à une famille ou à un lignage.
  • Ce mode de reproduction supposait une sorte de pacte de solidarité entre parents et enfants. En retour des avantages que ceux-ci (surtout les garçons, à vrai dire) recevaient au moment de se marier, ils se devaient d'apporter à leur famille une contribution constante sous forme de main-d’œuvre ou de numéraire, et ce pendant la dizaine d'années qui précédaient leur mariage.
  • Que la famille soit sédentaire ou mobile, il était d'usage que la majorité des enfants s'établisse à proximité. Cette règle était du reste à l'origine d'une grande partie de la mobilité observée chez les enfants ou chez les parents.
  • Au total, deux principes antinomiques se trouvaient ainsi conciliés, tant bien que mal : d'une part, un grand nombre d'enfants étaient établis ; d'autre part, les parents assuraient la sécurité de leur vieillesse en se confiant aux soins d'un fils à qui ils octroyaient de leur vivant ce qu'on appelait le "vieux bien" et qui correspondait à la terre principale qu’ils avaient exploitée jusque-là.

Graphique 1. Cycle de la reproduction familiale en contexte de peuplement

Graphique 1. Cycle de la reproduction familiale en contexte de peuplement

Centre interuniversitaire SOREP

3On notera enfin qu'à lui seul, ce système présentait l'originalité de remplir les fonctions essentielles caractéristiques des trois systèmes successoraux européens, soit : établir le plus grand nombre d'enfants (famille nucléaire), assurer la continuité de la lignée (famille-souche), préserver la solidarité entre les membres de la famille (type communautaire).

ii - Mobilité géographique et extension des avoirs fonciers

  • 6 En considérant comme établies les filles ayant épousé des agriculteurs.
  • 7 Au Saguenay, en tenant compte d'un sous-enregistrement de naissances dû à des migrations temporair (...)

4Un point en particulier de ce système de reproduction familiale fait l'objet de la présente analyse, en l'occurrence les modalités d'accroissement des assises matérielles de la famille et le rôle qu'y tenait la mobilité géographique. A moins de procéder à de minutieuses reconstitutions d'histoires patrimoniales à l'aide des actes notariés - tâche difficilement réalisable sur plus d'un siècle à l'échelle d'une région entière - il est impossible de connaître précisément la proportion des familles paysannes qui sont parvenues d'une manière ou d'une autre à accroître leurs avoirs fonciers et de mesurer l'ampleur de ces expansions. A cet égard, les sources qualitatives, même lorsqu’elles sont nombreuses et de grande qualité comme c'est le cas pour le Saguenay, n'autorisent guère plus que d’utiles présomptions. Toutefois, l’étude des itinéraires professionnels appuyée sur les fiches de familles reconstituées permet d'aller plus loin, la profession de cultivateur (ou agriculteur) déclarée dans les actes immédiatement postérieurs au mariage faisant foi de l'établissement d'un enfant. Il nous a été possible de calculer de cette façon qu'avant la décennie 1921-30, les couples paysans avaient établie près des trois quarts de leurs enfants6. Etant donné qu'en moyenne, trois fils sur quatre survivaient jusqu'à l’âge de se marier, on peut conclure que ces agriculteurs ont réussi à pourvoir directement à plus de trois établissements à partir d'un seul (G. Bouchard, 1987)7. En elle-même, cette mesure fournit une bonne approximation de la proportion recherchée, attestant qu'une très forte majorité d'agriculteurs arrivaient à étendre leurs avoirs fonciers.

5Environ le tiers d'entre eux (vraisemblablement parmi les plus riches) y parvenaient dans la sédentarité la plus stricte. Certains de leurs enfants étaient établis sur des pièces détachées de l'exploitation principale, d'autres sur des terres achetées dans le voisinage immédiat ou ailleurs dans la paroisse. Ces agriculteurs étaient en général plus alphabétisés que les migrants et c'est parmi eux qu’on retrouve les premiers signes d’émancipation d'un capitalisme agraire. Situés dans les plus vieilles zones de peuplement à l'est du Saguenay (Carte 1), ils exerçaient une agriculture plus prospère, très tôt intégrée au marché extra-régional (par le biais de l'industrie laitière), ce qui servait leurs pratiques d’expansion et d'accumulation foncière. Hors du Saguenay, ce phénomène a fait l'objet de quelques études monographiques. Mentionnons celles de Y. Otis (1985, 1988) sur huit comtés ruraux de la région de Montréal au 19e siècle, ou de H. J. Mays sur un comté du sud de l'Ontario, également au XIXe siècle. On dispose aussi d’analyses très détaillées pour la Nouvelle-Angleterre des XVIIe-XIXe siècles (P. Greven, D. S. Smith, H. S. Barron, N. R. Folbre.

  • 8 Par exemple : Document de la Session (provinciale), No. 3, A. D. 1899-1900, "Concours de Mérite Ag (...)
  • 9 Le cas des familles Bergeron et Lapointe est particulièrement éloquent sous ce rapport. Voir aussi (...)

6Pour le Saguenay, les plus vieilles sources orales et quelques reconstitutions monographiques (par exemple : M. Saint-Hilaire, 1984 ; D. Larouche) livrent de nombreux exemples d'expansions patrimoniales dans la sédentarité. Pour la période postérieure à 1840, une première forme est illustrée par les pionniers qui, profitant de l'abondance de terre non défrichée dans un canton ou une micro-région donnée, s'y faisaient concéder plusieurs lots par le gouvernement. De véritables domaines étaient ainsi constitués, grâce auxquels la génération suivante trouvait aisément à s'établir. Lors des concours du "mérite agricole" organisés par le Département de l'agriculture et de la colonisation, il arrivait même que les juges condamnent cette habitude. Tout en louant la volonté de ces pionniers d'établir leurs enfants à proximité, on soulignait que des propriétés trop étendues ne pouvaient être exploitées avec tout le soin requis8. Une seconde forme d'expansion empruntait la voie familière de l'accumulation par achats successifs. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, ce fut le cas, par exemple, de Roger Bouchard à Bagotville (à l'est du Saguenay) qui réussit à établir ses quatre fils à proximité, ou d’Alfred Gagnon de Saint-Fulgence (près de Chicoutimi). Ce dernier, dont l'histoire a été étudiée de près (M. Saint-Hilaire, 1984), parvint à se constituer au gré de nombreuses transactions un domaine de près d'un millier d'acres (ou près de 500 hectares) qui fut distribué en totalité à ses fils par voie de vente et de donation. Des enquêtes orales auxquelles nous avons procédé, par exemple sur le canton de Jonquière au début du XXe siècle, révèlent que ces exemples étaient relativement fréquents9.

7Toutefois, ces modèles d'expansion dans la sédentarité ne représentent qu'un cas parmi d'autres. Il arrivait par exemple que, tout en demeurant eux-mêmes sur leur terre, les parents établissaient leurs enfants à distance, dans une paroisse voisine ou même très éloignée. Mais plus fréquemment, les parents et enfants migraient ensemble, généralement vers le front pionnier, là où les terres non défrichées étaient encore abondantes et pouvaient être acquises à bas prix. Jusqu'au début du XXe siècle en effet, la plupart des migrations intra-saguenayennes allaient dans le sens est-ouest, soit des plus vieilles paroisses de colonisation vers les plus récentes. Ainsi dans ces vieilles paroisses, le mouvement des départs donnait lieu à un marché foncier dont se nourrissait justement le processus d'expansion dans la sédentarité évoqué plus haut.

  • 10 Rappelons que les trois étapes de la transmission représentées au Tableau 1 s'observaient dans les (...)
  • 11 En outre, et finalement sans surprise, les familles mobiles arrivaient à établir plus de fils en m (...)
  • 12 Données non encore publiées, aimablement transmises à l'auteur par Marc Saint-Hilaire et Martine H (...)

8Ces déplacements étaient largement commandés par les impératifs de la reproduction familiale, les parents se dirigeant vers les zones de défrichement pour y établir plus facilement leurs enfants. Il s’agit là du deuxième mode d'accroissement des avoirs fonciers de la famille, cette fois par le truchement de la mobilité (Tableau 1)10. C'était le mode le plus fréquent puisqu'il représentait la majorité des cas d'expansion jusqu'au début du 20e siècle11. Encore une fois, les archives saguenayennes (orales et manuscrites) livrent par centaines des exemples de ces migrations. Il faut d'abord rappeler que la plupart (90 % et plus) des individus qui ont immigré au Saguenay entre 1840 et 1911 ou qui ont migré à l'intérieur de la région ne le firent pas isolément mais accompagnés soit de leurs parents, soit de leurs conjoint et enfants (G. Bouchard, J. Larouche, 1988 ; D. Gauvreau, M. Bourque). En outre, ces familles comptaient toujours un peu plus de garçons que de filles12. Il est impossible de reproduire ici les exemples recueillis sur ce point. Plusieurs descendances ont connu un destin tout à fait représentatif du modèle du peuplement régional entre 1840 et 1940 : les plus vieux ancêtres s'établirent à l'est de la région ; une partie de leurs descendants, à chaque génération, s'est déplacée vers l'ouest, d'abord au sud du lac Saint-Jean puis vers le nord. Assez fréquemment, ces déplacements étaient le fait de familles de 14 ou 15 enfants. De nombreux témoignages attestent aussi d'une façon très explicite le motif de ces migrations, presque toujours axées sur l'établissement des enfants.

Carte 1. La région du Saguenay et ses trois sous-régions

Carte 1. La région du Saguenay et ses trois sous-régions

SOREP

  • 13 On trouvera des références à ce sujet dans G. Bouchard (1983, 1990) et B. Craig (1990).

9Le Saguenay mis à part, des cas analogues de migrations commandées par la reproduction familiale ont été rapportés pour d'autres régions du Québec à différentes périodes, par exemple en Nouvelle-France (J. Mathieu, J. Mathieu et alii), en Estrie (J. I. Little, 1989) et dans la vallée du Richelieu. Pour le Canada anglais et les Etats-Unis, on en trouve des mentions chez D. Gagan, R. W. Widdis, A. Greer, J. Atack, F. Bateman, et plusieurs auteurs13.

Tableau 1. Modalités d'expansion et de redistribution des avoirs fonciers de la famille

Tableau 1. Modalités d'expansion et de redistribution des avoirs fonciers de la famille

Note : Chronologiquement, les opérations d'expansion et de redistribution sont en partie superposées.

iii - La réallocation des ressources familiales

10Toutes ces migrations associées au processus de la reproduction familiale procédaient d'une finalité socio-culturelle mais aussi d'une rationalité micro-économique que nous avons pu faire ressortir, en nous limitant cependant au cadre saguenayen. Les premières paroisses de colonisation y furent créées à l'est, autour de la Baie des Hahas, au cours de la décennie 1840. Sous l'effet de l’immigration et de l'accroissement naturel, les bonnes terres furent vite occupées. A la troisième et même dès la deuxième génération, le prix des terres étant à la hausse, plusieurs familles s'avérèrent incapables de pourvoir sur place à l’établissement de leurs enfants. Ces familles étaient bien pourvues en main-d’œuvre mais pauvres en capital. La réallocation consistait à vendre le bien quelles possédaient dans leur paroisse déjà saturée afin d'acquérir, avec le produit de la vente, des surfaces beaucoup plus étendues dans une zone de défrichement. Là, elles pouvaient mettre à profit le travail de leurs enfants et les établir le moment venu : les grandes familles représentaient donc à la fois le facteur qui provoquait la réallocation et ce qui la rendait possible.

11Ce faisant, les colons adoptaient une stratégie parfaitement appropriée au contexte de peuplement afin d'assurer le maintien et la reproduction de leur famille. Ce type de migration, en effet, loin d'être un signe d’échec ou de rupture, visait à préserver les liens de la famille puisqu’il permettait à la majorité des enfants de s'établir à proximité de leurs parents. Du même coup, ces derniers s'assuraient un soutien étendu durant leur vieillesse (G. Bouchard, J. Larouche, 1987). Par ailleurs, instrument de la solidarité familiale, la réallocation en était aussi une résultante. Fondamentalement, elle supposait un échange de services entre les parents et leurs enfants. A partir du moment où ils quittaient l'école (11-12 ans) jusqu'à l’âge de se marier (24-25 ans), les fils travaillaient gratuitement pour leurs parents, aidant aux défrichements et aux travaux ordinaires de la ferme, ou leur apportant les modestes revenus de leurs emplois saisonniers (coupe forestière, construction de chemins, etc). En retour, au moment de se marier, ils recevaient ordinairement une pièce de terre pour s'établir. Quant aux filles, elles étaient également soumises à cette règle du service familial ; mais à leur mariage, elles recevaient très rarement une terre et étaient médiocrement dotées. Il est certain qu’elles donnaient plus à la famille qu'elles n'en retiraient.

12Ceci pour la dimension sociale de la réallocation. En ce qui concerne la rationalité strictement économique, à savoir l'échange de terres déjà mises en valeur contre des superficies plus grandes mais non défrichées, il est impossible de la quantifier entièrement ; la main-d’œuvre familiale nombreuse, gratuite et docile, est une variable essentielle qui se chiffre difficilement. Cependant, nous avons pu quantifier la dimension foncière de l’opération en comparant les prix de la terre dans des paroisses (ou cantons) saturées (ou en voie de l'être) et dans des paroisses de colonisation. Rappelons que celle-ci s’est poursuivie jusqu'en 1951 au Saguenay, si l'on en juge par l'évolution de la superficie totale des terres défrichées (Graphique 2). Pour deux sous-périodes, soit 1884-1891 et 1924-1928, nous avons comparé le prix des terres vendues dans 34 cantons choisis selon leur densité d'occupation (ou degré de saturation) de manière à constituer l'éventail le plus varié possible sous ce rapport (Cartes 2 et 3). Le relevé, qui a porté sur 1 009 contrats de vente, a été effectué d'une manière uniforme dans chaque canton sélectionné. Ont été exclus : les actes de vente a) entre parents et enfants, b) portant sur une terre de moins de 20 acres (ou moins de 8 hectares), sur un lot de village ou sur une terre à vocation non agricole en général, c) à prix symbolique, d) ne donnant pas une valeur et une superficie précises, e) à réméré (avec possibilité de rachat par le vendeur), f) faisant suite à des saisies ou faillites, g) mettant en cause des parties autres que deux individus (R. Thibeault).

  • 14 Le nombre maximum d'exploitations à avoir été dénombrées dans un canton entre 1852 et 1971 a servi (...)
  • 15 Sur ce point, voir aussi G. Bouchard (1991a).

13Les résultats sont présentés aux Tableaux 2 et 3. Pour la période 1884-1891, en ne considérant que les terres avec bâtiments, on voit qu’avec le produit d'une vente dans un canton déjà saturé14, il était possible d'acquérir sur le front pionnier une exploitation de six à sept fois plus étendue. On observe aussi une corrélation parfaite entre le prix des terres et l'ancienneté du peuplement (ici exprimée par la date de saturation de l'écoumène agraire)15. Ce dernier résultat témoigne d'un marché foncier typique d'une région de peuplement, commandé principalement par l’état de la mise en valeur des terres et du développement des communautés paroissiales (chemins, église, écoles, etc). Par contre, pour la période 1924-1928, le coefficient de réallocation n'est plus que de 2,5 (à sa valeur maximale) et la corrélation entre les prix fonciers et la saturation n'est plus aussi nette (Tableau 3). C'est que, depuis la fin du XIXe siècle, des changements importants sont intervenus dans l’agriculture. La technologie et les procédés d'exploitation se sont affinés tandis que, par le biais de l'industrie laitière, des éléments de capitalisme agraire ont été mis en place (G. Bouchard, 1990). Le prix des terres dépend désormais d'un ensemble plus complexe de facteurs économiques, notamment la qualité des sols.

Graphique 2. Expansion de l’écoumène saguenayen (acres de terre défrichées), par sous-région et décennie

Graphique 2. Expansion de l’écoumène saguenayen (acres de terre défrichées), par sous-région et décennie

Notes : a) Les données excluent les "territoires non organisés".
b) Les données du recensement de 1901 incluent la Côte-Nord.
c) Une acre correspond à 0.405 hectare.
Source : Recensements canadiens SOREP

Carte 2. Les 11 cantons étudiés, selon la période du début du peuplement(1884-1891)

Carte 2. Les 11 cantons étudiés, selon la période du début du peuplement(1884-1891)

SOREP

Carte 3. Les 23 cantons étudiés, selon la période du début du peuplement (1924-1928)

Carte 3. Les 23 cantons étudiés, selon la période du début du peuplement (1924-1928)

SOREP

  • 16 Ainsi, pour Louison Villeneuve qui a quitté Bagotville pour le Lac-Saint-Jean vers 1880, ce facteu (...)
  • 17 Cette proportion se situe en moyenne à 6-7 % entre 1842 et 1901 chez les cultivateurs ayant au moi (...)
  • 18 Statistique établie et transmise par Marc Saint-Hilaire (données non publiées).

14Notre exposé s'en est tenu aux traits essentiels de la réallocation. Une analyse plus fine en ferait voir d'autres avantages (exemple : taxes moins coûteuses)16et aussi d'autres inconvénients (exemple : détérioration des niveaux de vie). Il est assuré par ailleurs que l'opération n'était pas toujours couronnée de succès, certains cultivateurs préférant tout simplement quitter le Saguenay plutôt que d’émigrer vers les aires de colonisation récente ou, l'ayant fait, de s'épuiser aux longs travaux de défrichement17. Seulement 15 % environ des colons établis sur de nouvelles terres provenaient de paroisses elles-mêmes pionnières18 ; c’est dire que, pour les familles de colons, la migration vers le front pionnier s'accompagnait la plupart du temps d'une régression générale dans les conditions de vie (habitat, alimentation, vêtement, etc).

Tableau 2. Valeur de la terre selon le taux d'occupation ou de saturation agraire (11 cantons de saguenay, 1884-1891)

Tableau 2. Valeur de la terre selon le taux d'occupation ou de saturation agraire (11 cantons de saguenay, 1884-1891)

Notes (a) : Cantons classés selon la période de saturation de l'écoumène agricole. (b) : 1911 : Delisle et Taillon ; 1931 : Normandin ; 1941 : Parent. (c) : Une acre correspond à 0,405 hectare

Tableau 3. Valeur de la terre selon le taux d'occupation ou de saturation agraire (23 cantons de Saguenay, 1924-1928)

Tableau 3. Valeur de la terre selon le taux d'occupation ou de saturation agraire (23 cantons de Saguenay, 1924-1928)

Notes (a) : Cantons classés selon la période de saturation de l'écoumène agricole. (b) : Une acre correspond à 0,405 hectare.

15Enfin, il est utile de souligner que, même s'il n'a guère été étudié comme tel, ce modèle de la réallocation est visible en l'une ou l’autre de ses parties dans de nombreuses études sur des régions rurales d'Amérique du Nord entre le XVIIe et le XIXe siècle. On peut citer à cet égard le cas de la Nouvelle-France (R. C. Harris), celui de la région de Saint-Hyacinthe au XIXe siècle (M. Frechette), celui de l'Ontario (J. Clarke, D. L. Brown ; E. C. Gray, B. E. Prentice), etc. Même, il pourrait bien s’agir là d'un trait inhérent à la plupart des régions de peuplement, comme le donnent à penser quelques monographies sur la société rurale brésilienne (par exemple : J. Roche ; G. Seyferth).

iv- Profil économique des migrants

  • 19 Les Villeneuve furent regrettés par leur curé qui, au moment de leur départ, leur disait : "Vous e (...)
  • 20 A partir de l'analyse d’un corpus généalogique relatif à la Nouvelle-Angleterre, J. W. Adams et A. (...)

16Cette dernière partie vise à montrer que les migrations considérées ici n'étaient pas, pour un très grand nombre d'entre elles, synonymes de difficultés financières, de pauvreté ou d'échecs, mais qu'elles étaient plutôt commandées par le modèle de la reproduction familiale, par le biais de la réallocation. En ce qui concerne d'abord les immigrants cultivateurs venus de la région voisine de Charlevoix entre 1852 et 1861, les données manuscrites des recensements canadiens permettent d'établir que 87 % d'entre eux possédaient plus de 50 acres (20 hectares) de terre dans leur paroisse d’origine, et 28 % en possédaient plus de 150 acres (60 hectares). Chez les sédentaires durant la même période, ces deux proportions étaient respectivement de 84 % et 32,5 %. Les deux groupes ne se démarquent donc guère sous ce rapport. Toutefois, dans le premier groupe, on disposait en moyenne de 4,1 acres (1,7 ha) de terre cultivée par personne contre 4,8 (1,9 ha) dans le deuxième. Enfin, les familles migrantes possédaient en moyenne 18 têtes de bétail (7 bovins, 11 ovins), comparativement à 21 (9 bovins, 12 ovins) pour les autres. Ces données invitent à nuancer fortement les énoncés selon lesquels le prélèvement migratoire dans Charlevoix s'est généralement porté sur les familles les plus pauvres. Il semble avoir plutôt touché un éventail assez diversifié quant aux conditions économiques, variant selon les lieux de départ et les circonstances immédiates des migrations. Il est assuré que des familles prospères y ont été engagées, telle la famille d'Isidore Gauthier de Saint-Irénée étudiée par Léon Gérin (G. Bouchard, 1978 ; aussi : M. Saint-Hilaire, 1988) ou celle de Timothée Harvey établie à Saint-Fulgence (M. Saint-Hilaire, 1984), ou encore celle de Léon Villeneuve de Sainte-Agnès19. Dans le même sens, dans une étude sur l'Ile-aux-Coudres au XIXe siècle, Y. Martin remarquait que l'émigration ne semble pas avoir été "le résultat d'un appauvrissement des habitants" (p. 176). On a dit la même chose des émigrants de la grande région de Québec venus s’établir à Saint-Prime (Lac-Saint-Jean) à la fin du 19e siècle (C.-H. Clément)20.

  • 21 Réalisé sur la totalité de la terre possédée, le même calcul a donné des résultats semblables, ave (...)

17Quant aux familles saguenayennes ayant migré d'une vieille paroisse de colonisation vers le front pionnier, elles ont aussi fait l'objet d’une étude visant à éclairer les paramètres économiques de ces déplacements. A cette fin, nous avons utilisé les données manuscrites du recensement canadien de 1871 en les jumelant avec les fiches de familles reconstituées (tirées du fichier BALSAC-Saguenay). Ainsi, il a été possible de répartir les familles d'agriculteurs selon qu'elles avaient migré ou non dans les cinq années suivant le recensement, et de comparer la dimension des terres (défrichées) possédées par les deux groupes en 1871. Il s'avère que les sédentaires possédaient des superficies un peu plus étendues que les migrants intra-régionaux (65,1 acres ou 26,3 ha en moyenne par exploitation contre 56,3 acres ou 22,8 ha voir Tableau 4). Mais encore là, ce dernier groupe était très hétérogène ; soulignons seulement que 36,7 % d'entre eux possédaient plus de 70 acres (28 ha) défrichées contre 35,8 % chez les sédentaires21. Certes, cette comparaison ne prend pas directement en compte la qualité et la valeur économique des terres ; elle fournit néanmoins un profil approximatif de la situation des migrants et des sédentaires et elle invite à remettre en question l'équation mobilité-pauvreté lorsqu’il s'agit de migrations de réallocation. En outre, ces conclusions sont confirmées par de très nombreuses notations tirées de divers corpus saguenayens de données orales.

Tableau 4. Superficie moyenne des terres défrichées au Saguenay en 1871 selon que la famille avait migré ou non en 1876. (Echantillon de 5 cantons de l'est du Saguenay)

Tableau 4. Superficie moyenne des terres défrichées au Saguenay en 1871 selon que la famille avait migré ou non en 1876. (Echantillon de 5 cantons de l'est du Saguenay)

Note (a) : Une acre correspondant à 0,405 hectare.
Sources : Recensement manuscrit de 1871. Fichier-réseau BALSAC (Saguenay)

  • 22 Du reste, il est intéressant de noter que dans ce dernier cas, les paysans sont dits avoir émigré (...)

18Par ailleurs, il est utile de signaler que ces résultats ne sont pas spécifiques à Charlevoix et au Saguenay. Certes, de nombreuses études ont établi une corrélation entre sédentarité et richesse, celle-ci étant mesurée à l'aide de divers indicateurs (accès au statut de propriétaire, valeur des avoirs, etc). Mais il faut tenir compte ici des contextes géographiques. Lorsqu’on ne retient que les données relatives aux terroirs neufs, la corrélation s'atténue et fait place à une grande diversité. On connaît même des cas où la migration emportait principalement soit des agriculteurs aisés, soit des représentants de la couche intermédiaire dans la paysannerie ; c'est ce qui a été observé, par exemple, dans le comté de Peel en Ontario (D. Gagan), dans le Mid-west américain (M. Curti ; R.E. Bieder), en Nouvelle-Angleterre (J. W. Adams, A. B. Kasakoff, 1985) et en Norvège parmi les paysans ayant émigré aux Etats-Unis au XIXe siècle (J. Gjerde)22

Conclusion

  • 23 On connaît des cas qui ne se conforment pas au modèle présenté ici. Ainsi, dans la vallée du Haut- (...)

19Dans la mesure où ce système de reproduction ouvert a caractérisé à différentes périodes un grand nombre de régions de l'Amérique du Nord23, il aide à faire ressortir quelques différences importantes par rapport aux systèmes observés dans les vieux terroirs européens (E. Le Roy Ladurie, J.-L. Flandrin, G. Augustins). Là où la terre se fait rare et chère, les processus d’expansion ne sont le fait que d'une minorité et il est plutôt rare que des parents arrivent à établir plus d'un enfant. De ces systèmes de transmission, on peut dire qu’ils privilégient des stratégies défensives, en ce sens que, d'une manière générale, ils visent plus à exclure des candidats à la terre qu'à en établir. On songe ici aux phénomènes de "surchauffe" bien étudiés pour de nombreuses régions françaises, en particulier celles des Pyrénées ou de la Bretagne.

20A cet égard, et dans la perspective des comparaisons à poursuivre, quatre points semblent requérir une attention prioritaire :

  • Comme l'a montré B. Derouet à propos de régions de faire-valoir indirect en France, la mobilité géographique n'était pas absente des systèmes clos où elle pouvait entrer, là aussi, dans des stratégies complexes d'établissement et de succession. Visiblement, elle obéissait alors à une dynamique assez différente de celle qui a été décrite ici en rapport avec la réallocation. Quoi qu'il en soit, cette référence fait apparaître sous un jour beaucoup plus complexe la dynamique de l'enracinement et de la reproduction familiale en terroirs pleins. Elle invite notamment à distinguer soigneusement, au sein des terroirs pleins, entre les régions de faire-valoir direct et les régions de fermage ou de métayage (ou ce que Derouet appelle le rapport à la terre).
  • Il sera utile aussi de clarifier, comme nous y invite également Dérouet, l'éventail des modalités juridiques entourant le rapport à la terre dans la mesure où celles-ci posent des contraintes à la reproduction familiale et peuvent en influencer le cours. Les travaux de notre collègue L. Lorvellec sont évidemment très éclairants sous ce rapport.
  • Du côté du Québec, il serait exagéré d'imputer les disparités observées par rapport à la France au seul facteur environnemental ou géographique. Le droit canadien et québécois a sans doute joué un rôle important à cet égard, et peut-être aussi les traditions culturelles régionales héritées de la France et éventuellement perpétuées en terre québécoise24.
  • Enfin, à mesure que le peuplement se poursuit au Québec, on assiste à la saturation progressive de terroirs régionaux entre le XVIIe et le XXe siècle, le mouvement s'étendant d'abord à l'ensemble du corridor laurentien (XVIIe-XVIIIe s.) pour gagner ensuite les arrière-pays (XIXe-XXe s.) (G. Bouchard, 1983). On pourrait ainsi observer à l'échelle régionale la "fermeture" de plusieurs systèmes de reproduction familiale selon un calendrier dont seulement les très grandes lignes sont connues présentement. Dans la perspective de la comparaison Québec/France, il serait particulièrement intéressant de faire ressortir les similitudes et les disparités qui se marquent cette fois dans les pratiques défensives (ou d'exclusion) en contexte de saturation. Ce serait aussi l'occasion de faire le point sur la question de l'homogénéité (ou de la diversité) entre les régions du Québec.

Bibliographie

Bibliographie

ADAMS John W., KASAKOFF Alice B., "Wealth and Migration in Massachusetts and Maine : 1771-1798", The Journal of Economic History, Vol. XLV, no. 2,1985, p. 363-368.

ADAMS John W., KASAKOFF Alice B., "The farm family economy in the American North, 1775-1875 : An exploration of its effects upon siblings". Communication à un colloque tenu à Sienne (Italie) en juillet 1991 sur le thème : Place et fonction des cadets dans les structures familiales en Europe.

ATACK Jeremy, BATEMAN Fred, To Their Own Soil : Agriculture in the Antebellum North. Henry A. Wallace Series : Vol. 5, Ames, Iowa State University Press, 1987.

AUGUSTINS Georges, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes. Nanterre, Société d'ethnologie, 1989.

BARRON Hal S., Those Who Stayed Behind. Rural Society in Nineteenth-Century New England. Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

BIEDER Robert E., "Kinship as a Factor in Migration", Journal of Marriage and the Family, Vol. 35, no. 3, 1973, 1973.

BOUCHARD Gérard, "Démographie et société rurale au Saguenay, 1851-1935", Recherches Sociographiques, Vol. XIX, no. 1 (janvier-avril), 1978.

BOUCHARD Gérard, "Les systèmes de transmission des avoirs familiaux et le cycle de la société rurale au Québec, du XVIIe au XXe siècle", Histoire social/Social History, Vol. XVI, no. 31, 1983, p. 35-60.

BOUCHARD Gérard, "Sur la reproduction familiale en milieu rural : systèmes ouverts et systèmes clos", Recherches sociographiques, Vol. XXVIII, nos. 2-3, 1987, p. 229-251.

BOUCHARD Gérard, a, "L'historiographie du Québec rural et la problématique nord-américaine avant la Révolution tranquille. Etude d'un refus", Revue d'histoire de l'Amérique française, Vol. 44, no. 2, 1990, p. 199-222.

BOUCHARD Gérard, b, "La donation entre vifs et la transmission familiale des avoirs fonciers au Saguenay (1870-1940)", dans G. Bouchard et J. Goy (dir.), Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècle). Actes du colloque Québec-France, Chicoutimi Paris, Centre interuniversitaire SOREP-Ecole des hautes études en sciences sociales, 1990, p. 7-33.

BOUCHARD Gérard, c, "L'agriculture saguenayenne entre 1840 et 1950 : L’évolution de la technologie", Revue d'histoire de l'Amérique française, Vol. 43, no. 3, 1990, p. 353-380.

BOUCHARD Gérard, a, "Saturation de l'espace agraire et changement social au Saguenay". A paraître dans Recherches sociographiques.

BOUCHARD Gérard, b, "Reproduction familiale et « effets multiplicateurs »", dans G. Bouchard et M. De Braekeleer (dir.). Histoire d'un génôme. Population et génétique dans Test du Québec. Québec, Presses de l'Université du Québec, 1991, p. 213-252.

BOUCHARD Gérard, LALOU Richard, "La surfécondité des couples québécois depuis le XVIIe siècle. Essai de mesure et d'interprétation". A paraître.

BOUCHARD Gérard, LAROUCHE Jeannette, "Paramètres sociaux de la reproduction familiale au Saguenay (1842-1911)", Sociologie et sociétés, Vol. XIX, no. 1,1987, p. 133-144.

BOUCHARD Gérard, LAROUCHE Jeannette, "Dynamique des populations locales : la formation des paroisses rurales au Saguenay (1840-1911)”, Revue d'histoire de l'Amérique française, Vol. 41, no. 3, 1988, p. 363-388.

BOUCHARD Gérard, ROY Raymond, "Fécondité et alphabétisation au Saguenay et au Québec (19e-20e siècle)". Annales de démographie historique, 1991, pp. 173-201.

BOUCHARD Gérard, THIBEAULT Régis, Mesure de la saturation des terres cultivables : présentation d'un indice. Mars 1990, 20 pages (Document de SOREP no. II-C-167).

CLARKE John, BROWN David L., "Land Prices in Essex County, Ontario, 1798 to 1852", The Canadian Geographer/Le Géographe Canadien, Vol. XXVI, no. 4,1982, p. 300-317.

CLEMENT Charles-Henri, Centenaire de St-Prime, 1864-1964. St-Félicien, Lithographie Granger Enr., 1964.

CRAIG Béatrice, "Pour une approche comparative de l’étude des sociétés rurales nord-américaines", Histoire sociale/Social History, Vol. XXIII, no. 46, 1990, p. 249-270.

CRAIG Béatrice, "Land transmission practices among northern Maine Canadians in the 19th-century". A paraître dans New England, New France, Boston, (Peter Benes, ed.), Boston University.

CURTI Merle, The Making of an American Community. A Case Study of Democracy in a Frontier County. Stanford, California, Stanford University Press, 1969.

DÉPATIE Sylvie, "La transmission du patrimoine dans les terroirs en expansion : un exemple canadien au XVIIIe siècle", Revue d'histoire de l'Amérique française, Vol. 44, no. 2,1990, p. 171-198.

DEROUET Bernard, "Pratiques successorales et rapport à la terre : les sociétés paysannes d'Ancien Régime", Annales (Economies, Sociétés, Civilisations), 44e Année, no. 1, 1989, p. 173-206.

FLANDRIN Jean-Louis, Familles : parenté, maison, sexualité dans l'ancienne société. Paris, Hachette, 1976.

FOLBRE Nancy R., "The Wealth of Patriarchs : Deerfield, Massachusetts, 1760-1840", Journal of Interdisciplinarity History, Vol. XVI, no. 2, 1985, p. 199-220.

FRECHETTE Micheline, Composition et structure des ménages en milieu rural québécois au XIXe siècle : le cas de Saint-Damase, 1852 et 1861. Montréal, mémoire de maîtrise (Démographie) 1983.

GAGAN David, Hopeful Travellers : Families, Land, and Social Change in Mid-Victorian Peel County, Canada West. Toronto, University of Toronto Press, 1989.

GAUVREAU Danielle, BOURQUE Mario, "Mouvements migratoires et familles : le peuplement du Saguenay avant 1911". Revue d'histoire de l'Amérique française, Vol. 42, no. 2, 1988, p. 167-192.

GIRARD BOUCHARD Denise, Familles et patrimoines fonciers dans un canton du Haut-Saguenay depuis la fin du dix-neuvième siècle. Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi, mémoire de maîtrise (Etudes régionales), 1980.

GJERDE Jon, From Peasants to Farmer s : The Migration from Balestrand, Norway, to the Upper Middle West. (Interdisciplinary Perspectives on Modem History). New York, Cambridge University Press, 1985.

GRAY Edward C., PRENTICE Barry E., Trends in the Price of Farm Real Estate in Central Wellington County (Ontario) since 1836. Guelph, School of Agricultural Economics and Extension Education, Ontario Agricultural College, University of Guelph, 1982.

GREER Allen, Peasant, Lord, and Merchant : Rural Society in Three Quebec Parishes, 1740-1840. Toronto/Buffalo/London, University of Toronto Press, 1985.

GREVEN Philip J., Jr., Four Generations : Population, Land, and Family in Colonial Andover. Massachusetts, Ithaca, Cornell University Press, 1970.

HARRIS R. Cole, "The Simplification of Europe Overseas", Annals of the Association of American Geographers, Vol. 67, no. 4, 1977, p. 469-483.

LAROUCHE Daniel, "Le mouvement de concession des terres à Laterrière", dans N. Séguin (dir.), Agriculture et colonisation au Québec, Montréal, Les Editions du Boréal Express, 1980, p. 165-179.

LE ROY LADURIE Emmanuel, "Système de la coutume. Structures familiales et coutume d'héritage en France au XVIe siècle", Annales (Economies, Sociétés, Civilisations), 27e Année, nos. 4-5, 1972, p. 825-846.

LITTLE J. I., Nationalism, Capitalism and Colonization in Nineteenth-Century Quebec : The Upper St. Francis District. Montreal/Kingston, McGill/Queen’s University Press, 1989.

LORVELLEC Louis, "Le droit de l'exploitation agricole face à la croissance urbaine", in G. Bouchard et J. Goy eds, Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècle), op.cit.,1990, p. 323-334.

MARTIN Yves, "L'Ile-aux-Coudres : population et économie", Cahiers de Géographie de Québec, Nouvelle série, no. 1, 1956, p. 167-195.

MATHIEU Jacques, "Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-France", Recherches sociographiques, Vol. XXVIII, nos. 2-3, 1987, p. 211-227.

MATHIEU Jacques, LESSARD Rénald, LAROUCHE Jeannette, "Peuplement colonisateur au XVIIIe siècle dans le gouvernement de Québec", dans J. Mathieu et S. Courville eds, Peuplement colonisateur aux XVIIe et XVIIIe siècles, Québec, Cahiers du Célat, no. 8,1987, p. 7-33.

MAYS H. J., "'A place to stand' : Families, land and permanence in Toronto gore township, 1820-1890", Historical Papers/Communications historiques, 1980, p. 185-211.

MICHEL Louis, "Varennes et Verchères, des origines au milieu du XIXe siècle", dans J. Goy et J.-P. Wallot eds, Evolution et éclatement du monde rural. Structures, fonctionnement et évolution différentielle des sociétés rurales françaises et québécoises, XVIIe-XXe siècles. Paris/Montréal, Editions de l'Ecole des hautes études en sciences sociales/Presses de l'Université de Montréal, 1986, p. 325-340.

OTIS Yves, Familles et exploitations agricoles : quatre paroisses de la rive sud de Montréal, 1852-1871. Montréal, Université du Québec à Montréal, mémoire de maîtrise (Histoire), 1985.

OTIS Yves, "Dépopulation rurale, essor villageois ? Les municipalités de huit comtés de la rive sud de Montréal, 1852-1931". Communication au Congrès annuel de la Société historique du Canada (Québec) 1988.

ROCHE Jean, La Colonisation allemande et le Rio Grande do Sul. Porto Alegre, Globo, 2 volumes, 1969.

SAINT-HILAIRE Marc, La structuration sociale en milieu de colonisation agro-forestière aux XIXe siècle : Saint-Fulgence, 1852-1898. Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi, mémoire de maîtrise (Etudes régionales), 1984.

SAINT-HILAIRE Marc, "Origines et destin des familles pionnières d'une paroisse saguenayenne au XIXe siècle", Cahiers de géographie du Québec, Vol. 32, no. 85,1988, pp. 5-26.

SEYFERTH Giralda, A colonizacao alema no Vale do Itajai-mirin. Porto Alegre, Movimento, 1974.

SMITH Daniel Scott, Population, Family and Society in Hingham, Massachusetts, 1635-1880. Berkeley, Ph.D. dissertation, University of California 1973.

THIBEAULT Régis, Les actes de vente des bureaux d'enregistrement de Chicoutimi, Alma et Roberval. Travail de relevé, critique, source et méthodologie. Juillet, 10 pages (Document de SOREP no. II-C-169) 1990.

WIDDIS Randy William, "The role of mobility in a developing Ontario community : A genealogical perspective”. Communication au congrès annuel de la Social Science History Association, Nouvelle-Orléans (E.U.) 1987.

Notes

1 Voir notamment G. Bouchard (1983,1987, 1990b, 1991b).

2 Nous pensons que dans un contexte rural ou paysan, l'enjeu principal de la reproduction familiale résidait dans le fait d'être établi ou non comme agriculteur. Il est par ailleurs assuré que, parmi les établis, des inégalités importantes se marquaient, comme nous l'avons montré ailleurs (G. Bouchard, J. Larouche, 1987).

3 On trouvera un commentaire préliminaire sur ce thème dans G. Bouchard (1990a). Un essai plus élaboré est en préparation.

4 Soit, dans la plupart des régions, une descendance finale moyenne de plus de 8 enfants chez les familles complètes (G. Bouchard, R. Lalou, 1991).

5 Dans la suite du texte, nous emploierons les concepts d'établis ou de non-établis pour désigner les enfants qui devenaient ou non agriculteurs avec le statut de propriétaires ou de quasi-propriétaires.

6 En considérant comme établies les filles ayant épousé des agriculteurs.

7 Au Saguenay, en tenant compte d'un sous-enregistrement de naissances dû à des migrations temporaires extra-régionales, on estime à près de 12 enfants la descendance finale moyenne des couples paysans formés avant 1940 (familles complètes seulement) (G. Bouchard, R. Roy, 1991).

8 Par exemple : Document de la Session (provinciale), No. 3, A. D. 1899-1900, "Concours de Mérite Agricole 1899. Rapport des juges", p. 36.

9 Le cas des familles Bergeron et Lapointe est particulièrement éloquent sous ce rapport. Voir aussi D. Girard Bouchard (1980).

10 Rappelons que les trois étapes de la transmission représentées au Tableau 1 s'observaient dans les deux cas, que l'expansion des avoirs ait été réalisée dans la sédentarité ou dans la mobilité.

11 En outre, et finalement sans surprise, les familles mobiles arrivaient à établir plus de fils en moyenne que les familles sédentaires (55 % contre 45 %).

12 Données non encore publiées, aimablement transmises à l'auteur par Marc Saint-Hilaire et Martine Hamel.

13 On trouvera des références à ce sujet dans G. Bouchard (1983, 1990) et B. Craig (1990).

14 Le nombre maximum d'exploitations à avoir été dénombrées dans un canton entre 1852 et 1971 a servi de critère pour déterminer la période de saturation. On trouvera un exposé méthodologique sur ce sujet dans G. Bouchard, R. Thibeault (1990).

15 Sur ce point, voir aussi G. Bouchard (1991a).

16 Ainsi, pour Louison Villeneuve qui a quitté Bagotville pour le Lac-Saint-Jean vers 1880, ce facteur semble avoir été très important (voir Archives nationales du Québec à Chicoutimi, Mémoires d’anciens no. 520).

17 Cette proportion se situe en moyenne à 6-7 % entre 1842 et 1901 chez les cultivateurs ayant au moins un fils à établir.

18 Statistique établie et transmise par Marc Saint-Hilaire (données non publiées).

19 Les Villeneuve furent regrettés par leur curé qui, au moment de leur départ, leur disait : "Vous emportez le bouquet de la dîme" (Archives nationales du Québec à Chicoutimi, Mémoires d'anciens no. 182).

20 A partir de l'analyse d’un corpus généalogique relatif à la Nouvelle-Angleterre, J. W. Adams et A. B. Kasakoff (1991) trouvent même que leur sous-groupe de familles migrantes a mieux réussi économiquement que celui des familles sédentaires.

21 Réalisé sur la totalité de la terre possédée, le même calcul a donné des résultats semblables, avec une variabilité importante d'un canton à l'autre.

22 Du reste, il est intéressant de noter que dans ce dernier cas, les paysans sont dits avoir émigré dans le but principal de sauvegarder les valeurs et les structures de leur société locale en voie de désintégration ("to preserve their social fabric" p. 115).

23 On connaît des cas qui ne se conforment pas au modèle présenté ici. Ainsi, dans la vallée du Haut-Saint-Jean, aux abords de la frontière entre le Québec, le Maine et le Nouveau-Brunswick, B. Craig (1991) a décrit en terroir neuf un système de reproduction familiale - qu'on serait tenté de qualifier d’"égoïste"... - où le sort des enfants était carrément subordonné à la sécurité des parents. De son côté, au terme de son enquête sur 118 familles de l'Ile Jésus au XVIIIe siècle, S. Dépatie conclut d'une manière un peu inattendue que la disponibilité des terres en contexte de peuplement ne favorisait pas nécessairement la reproduction familiale.

24 Ainsi au XVIIIe siècle, pourquoi les filles recevaient-elles des terres à l'est de Montréal (Verchères, Varennes) mais pas au nord (Ile Jésus) ? Voir sur ce sujet L. Michel et S. Dépatie.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Cycle de la reproduction familiale en contexte de peuplement
Légende Centre interuniversitaire SOREP
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Carte 1. La région du Saguenay et ses trois sous-régions
Légende SOREP
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 1. Modalités d'expansion et de redistribution des avoirs fonciers de la famille
Légende Note : Chronologiquement, les opérations d'expansion et de redistribution sont en partie superposées.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique 2. Expansion de l’écoumène saguenayen (acres de terre défrichées), par sous-région et décennie
Légende Notes : a) Les données excluent les "territoires non organisés".b) Les données du recensement de 1901 incluent la Côte-Nord.c) Une acre correspond à 0.405 hectare.Source : Recensements canadiens SOREP
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Carte 2. Les 11 cantons étudiés, selon la période du début du peuplement(1884-1891)
Légende SOREP
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Carte 3. Les 23 cantons étudiés, selon la période du début du peuplement (1924-1928)
Légende SOREP
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 2. Valeur de la terre selon le taux d'occupation ou de saturation agraire (11 cantons de saguenay, 1884-1891)
Légende Notes (a) : Cantons classés selon la période de saturation de l'écoumène agricole. (b) : 1911 : Delisle et Taillon ; 1931 : Normandin ; 1941 : Parent. (c) : Une acre correspond à 0,405 hectare
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Tableau 3. Valeur de la terre selon le taux d'occupation ou de saturation agraire (23 cantons de Saguenay, 1924-1928)
Légende Notes (a) : Cantons classés selon la période de saturation de l'écoumène agricole. (b) : Une acre correspond à 0,405 hectare.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Tableau 4. Superficie moyenne des terres défrichées au Saguenay en 1871 selon que la famille avait migré ou non en 1876. (Echantillon de 5 cantons de l'est du Saguenay)
Légende Note (a) : Une acre correspondant à 0,405 hectare.Sources : Recensement manuscrit de 1871. Fichier-réseau BALSAC (Saguenay)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16338/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540