Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Reproduction sociale et crédit en milieu rural : une approche socio-économique au cas du Québec, 1790-1835

Gilles Paquet et Jean-Pierre Wallot

Texte intégral

Introduction

1Avant même que l'industrialisation ne se soit affirmée, le circuit économique se nourrit à un réseau de crédit susceptible de jeter une passerelle entre le présent et l’avenir. La reproduction familiale vise elle aussi à préparer ce passage de l'aujourd'hui aux lendemains. Mais les études sur ce procès ont mis l'accent sur la transmission des patrimoines sans tenir assez compte des marges de manœuvre que peuvent ménager les réseaux de crédit.

2La présente communication soutient que l'existence de réseaux de crédit différenciés entre groupes sociaux et régions s'est répercutée nettement à la fois sur la croissance économique et sur une certaine libération du procès de reproduction familiale par rapport aux structures d'actifs de départ. A mesure que ces réseaux se sont développés et se sont intégrés au marché, les mécanismes de reproduction sociale ont été infléchis dans le sens d'un poids moins déterminant des contraintes au point de départ. Cependant, même à l'époque pré-industrielle, les divers groupes et les divers espaces socio-économiques ne sont pas équipés d’un "capital social" au sens de Coleman qui soit identique ou comparable dans le domaine financier, et nombre de trajectoires diverses se concrétisent.

3La seconde section esquisse rapidement les contours d'une approche socio-économique à la reproduction sociale de façon à bien saisir le rôle central du crédit dans ce procès. Une troisième section examine sommairement le réseau de crédit et d'endettement dans les campagnes du Bas-Canada / Québec. Une quatrième énonce quelques hypothèses. Enfin, la conclusion présente un bilan provisoire de la valeur heuristique de notre démarche.

i - Le crédit et la reproduction sociale

4La notion de reproduction sociale recèle passablement de flou. Elle se réfère à un ensemble de pratiques et de mécanismes, plus ou moins justifiables d'une intention stratégique, par lesquels la société tend à se perpétuer même quand elle évolue. L’acquisition et la transmission du patrimoine, l'actif le plus important des ménages, constituent deux des pièces maîtresses au coeur de ce procès. Divers auteurs ont identifié l'éventail des techniques utilisées, le vaste assemblage de ressources et de réseaux que ces techniques mobilisent, le temps long qu'exige l'accomplissement normal de cette reproduction, et le caractère plus ou moins explicite de l'intention stratégique qui gère cette logique sociale.

5Dans nos travaux passés, nous avons délibérément cherché à échapper à l'hypertélie de l'intention stratégique : il n'est pas possible, en effet, de reconstruire la trame de la reproduction sociale à partir des stratégies des monades familiales. La logique sociale émerge de l'interaction entre d'une part, des processus individuels où la rationalité instrumentale joue un rôle central mais où les émotions et les valeurs s’avèrent aussi importantes, et, d'autre part, des processus collectifs incarnés dans des coutumes, habitudes, mœurs, institutions qui contraignent fermement ou encadrent les décisions individuelles. Cette interaction entre la micro-rationalité individuelle et la macro-rationalité collective est souvent mal comprise. Elle est justiciable d'une problématique socio-économique dont les éléments ont été décrits par un certain nombre de spécialistes des sciences humaines tels Amitai Etzioni, Albert O. Hirschman, Thomas Schelling et Amartya Sen.

  • 1 La communication de C. Dessureault et al. sur le "Niveau de vie comparé des paysans briards et qué (...)

6Nos travaux antérieurs sur les campagnes québécoises ont soutenu que le niveau de vie des habitants (agriculteurs, généralement propriétaires de leur terre) s'est amélioré dans le premier tiers du XIXe siècle1 lors même que l'éventail des groupes sociaux se distend et que le milieu rural se diversifie suite à la pénétration croissante du marché. Il n'y a donc pas reproduction sociale simple, à l'identique, mais dérive, complexification, diversification : les niveaux de richesse s'accroissent, mais l'inégalité entre les niveaux de richesse des seuls agriculteurs dépasse des ratios de 6, 8, 10 à 1 (voir tableaux 2 et 8).

7En outre, une stratégie foncière très nette se dessine : l'habitant choisit d'investir dans la terre parce que cet investissement requiert peu de crédit, que le paysan détient dans ce secteur un avantage comparatif au plan de l'information et que cette voie s'avère efficace pour mieux vivre et établir les enfants. Si la richesse mobilière nette s’accroît en moyenne avec le temps, mais de façon inégale selon les individus et les sous-régions, une corrélation étroite la lie à la superficie du patrimoine foncier. En général, les plus riches possèdent à la fois plus de biens meubles, plus de terre, plus d'animaux et...plus d'enfants !

8On ne saurait expliquer entièrement ces inégalités par des différences entre les habiletés tactiques des agents économiques ou entre les circonstances de départ (famille, classe sociale, qualités variables des sols). À notre avis, une autre variable contextuelle importante y contribue : la nature du réseau de crédit permettant à certains agents économiques de progresser plus rapidement que leurs collègues moins "branchés". La qualité d’un réseau de crédit constitue un facteur ambiant qui dépend de deux facteurs : (1) l'existence d'un surplus à prêter et (2) la présence d'institutions (formelles ou informelles) susceptibles de canaliser facilement les épargnes vers les emprunteurs potentiels.

9A une époque où les réseaux financiers reflètent les lacis familiaux et les filières socio-politiques et économiques, les habitants québécois des années 1790-1835 opèrent largement hors des circuits financiers officiels dominés par les Anglo-Saxons. En fait, on peut parler dans ce cas de réseaux financiers plutôt étanches entre les deux groupes ethniques (Britanniques et Canadiens) : un réseau de crédit assez développé dans les villes que contrôlent les Anglo-Saxons et un réseau plus primitif, plus local, plus familial, mais néanmoins d'une certaine importance, qui alimente les campagnes en parallèle.

10Le fait que les filières de crédit soient plus restreintes et plus locales pour les habitants aboutit à des environnements plus ou moins porteurs dans les régions et sous-régions, selon la taille du surplus disponible, la richesse des filières locales de crédit et la fluidité des mécanismes d'allocation des épargnes. Une sous-région capable de dégager un surplus de plus grande taille (qualité du sol, âge des établissements, équipement, proximité du marché, etc.), mieux intégrée socialement en réseaux familiaux et plus riche capital social facilitant des transactions socioéconomiques plus fluides, munira plus facilement les agents économiques qui désirent augmenter rapidement leur patrimoine, des possibilités de crédit qu'une autre sous-région n'offrira pas ceteris paribus.

11C'est donc dans l'interaction entre l'individuel et le collectif, entre la stratégie foncière plus ou moins astucieuse et l'environnement plus ou moins bien réticulé et riche financièrement que se joue la reproduction sociale. Le crédit et l'endettement apparaissent dans ce contexte comme des multiplicateurs puissants, comme un mécanisme élargissant l'éventail des possibles dans le procès de la reproduction sociale, permettant l'élargissement ou l'amenuisement du patrimoine selon les astuces et les circonstances.

12Il serait difficile de jauger, dans chaque cas particulier, la portion de la "performance" attribuable aux facteurs individuels ou collectifs. Mais en examinant un nombre assez important de cas et des variations de contextes suffisamment contrastés, on devrait pouvoir calibrer l'impact d'environnements relativement plus ou moins porteurs ou, à tout le moins, saisir qualitativement les différences vraisemblablement attribuables à des maillages financiers différents.

13Nous avons évoqué ailleurs diverses approches au crédit dans l'historiographie canadienne. Pour notre part, nous avons constitué un échantillon de près de 1 000 inventaires après décès pour les régions de Québec et de Montréal (ville, rive nord, rive sud), dont 552 d'habitants pour les sous-périodes 1792-1796, 1807-1812, 1820-1825 et 1830-1835. Cet échantillon porte sur des paroisses bien établies et évite les années de guerre. Il représente de 15 à 25 % environ des inventaires des habitants. Nous en avons validé les conclusions générales à partir d’un second échantillon portant la représentativité totale de notre corpus à des taux de 40 à 53 %. Ces inventaires comprennent des informations sur les dettes actives et passives des communautés au moment de leur dissolution par décès.

14Ces données étayent une série de résultats plausibles à partir des renseignements disponibles (voir tableaux 1, 2, 3 et 4) et rejoignent d'ailleurs les conclusions de nombreux autres historiens.

15A. La richesse mobilière en termes réels s'accroît de façon substantielle entre 1792 et 1835 (entre 19 %'et 51 % selon les sous-régions et selon l'indice de prix utilisé). De même en est-il d'ailleurs de la richesse immobilière qui, malgré la stabilité relative des superficies, devrait monter rapidement avec renchérissement du sol dans les vieilles paroisses.

Tableau 1. Richesse mobilière des habitants en valeur nominale (livres françaises de 20 sols - cours de la colonie) et en prix constants (indices i et ii) (moyenne par inventaire)

Tableau 1. Richesse mobilière des habitants en valeur nominale (livres françaises de 20 sols - cours de la colonie) et en prix constants (indices i et ii) (moyenne par inventaire)

Source : Paquet-Wallot 1988.

Tableau 2. Superficie moyenne des patrimoines fonciers des habitants (en arpents)

Tableau 2. Superficie moyenne des patrimoines fonciers des habitants (en arpents)

Source : Paquet Wallot 1988.

Tableau 3. Évolution du passif et de l'actif des habitants de la région de Montréal entre 1792 et 1835 en livres de 20 sols et en arpents

1792-96

1807-12

1820-25

1830-35

A. Actif mobilier moyen

1485.9
(52)

2842-2
(58)

3688.8
(76)

1848.4
(72)

B. Créances ("dettes actives") en moyenne

102.6
(52)

473.6
(58)

1106.1
(76)

1002.2
(72)

C. Terres (en arpents) en moyenne

118.3
(51)

118.9
(57)

140.6
(74)

112.8
(69)

D. Dettes ("dettes passives") en moyenne

656.4
(52)

1441.0
(58)

2350.8
(76)

2046.6
(72)

E. A-D

829.5

1401.2

1338.0

1801.8

F. D/C

5.5

12.1

16.7

18.1

G. [B+D]/A

0.5

0.7

0.9

0.8

Source : Paquet-Wallot 1990. Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre d'observations par catégorie. Nous n'avons pas retenu les cas disposant d'informations incomplètes.

Tableau 4. Évolution du passif et de l’actif des habitants de la région de Québec entre 1792 et 1835 en livres de 20 sols et en arpents

1792-96

1807-12

1820-25

1830-35

A. Actif mobilier moyen

948.7
(84)

1964.2
(102)

1806.3
(59)

1896.2
(52)

B. Créances ("dettes actives") en moyenne

91.7
(84)

273.7
(102)

454.3
(59)

582.2
(52)

C. Terres (en arpents) en moyenne

92.4
(77)

148.8
(96)

115.4
(58)

109.2
(48)

D. Dettes ("dettes passives") en moyenne

343.5
(84)

676.4
(102)

1275.6
(59)

1515.9
(52)

E. A-D

605.2
(84)

1287.8
(102)

530.7
(59)

380.3
(52)

F. D/C

3.7

4.5

11.1

13.9

G. [B+D]/A

0.46

0.48

0.96

1.11

Source : Paquet-Wallot 1990. Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre d'observations par catégorie. Nous n'avons pas retenu les cas où les informations étaient incomplètes.

16B. Les créances et les dettes augmentent en valeur tout au long de la période à Québec et ne diminuent légèrement que dans les années 1830 dans la région de Montréal - période d'instabilité politique. De même en est-il du ratio de la somme des créances et des dettes sur l'actif mobilier ou encore du ratio des dettes par arpent de terre, ce qui démontre l'importance accrue du crédit dans la vie des habitants.

ii - Réseaux de crédit et endettement

17Un examen plus attentif du segment dettes actives/dettes passives dans les inventaires après décès débouche sur deux familles de conclusions, les unes, quantitatives, les autres, plus qualitatives, qui viennent compléter les résultats énoncés ci-haut.

A. Constatations

181) Avec le temps, il y a une diminution constante et radicale du nombre et de la proportion d'inventaires sans dettes passives et actives (par exemple, à Québec, pour la rive sud, de 34,4 % à 5,2 % pour les dettes passives et de 62 % à 21 % pour les dettes actives), indice clair de la généralisation du crédit avec le temps et de la pénétration du marché jusque dans les campagnes.

192) Malgré un enrichissement net, le niveau d’endettement des habitants tend à croître dramatiquement au cours des trois premières périodes, à Québec et à Montréal, pour régresser ou monter encore selon les lieux au cours de la quatrième sous-période (voir tableau 5).

  • 2 Ibid., tableau 7.

203) Tout au long de la période, on note un accroissement du ratio des dettes par arpent de terre, ce qui indique l'importance rehaussée du crédit dans la stratégie de maintien, d'accroissement et de transmission des patrimoines ainsi que dans le règlement des affaires de famille. Déjà, en 1988, nous avions démontré que le passif moyen s'alourdit avec la taille du patrimoine foncier et en 1986, que la superficie des terres augmente avec le nombre d’enfants et selon le moment dans le cycle familial2.

B. Conjectures

211) Le gros des dettes des habitants est lié à l'achat de terre et aux règlements familiaux, eux-mêmes partie intégrante de la transmission des patrimoines. Les tableaux 6 et 7 révèlent que dans la répartition de leurs dettes, tant à Montréal qu'à Québec, la catégorie 6 (achat de terres) s’impose au premier rang, avec des pourcentages pouvant atteindre plus de 50 %, suivie immédiatement de la catégorie 9 (dettes dues à des membres de la famille) dont les pourcentages varient de moins de 10 % à plus de 40 %. Nous cernons ici l'essentiel des dettes des habitants (plus de 50 % dans la majorité des cas). Il faut considérer ces chiffres comme indicatifs des tendances lourdes, non comme des pourcentages exacts, compte tenu de la méthodologie suivie. Pour reconstruire minutieusement la structure des dettes, il faudrait identifier tous les créanciers/débiteurs et éliminer toute incertitude pour un certain nombre de dettes, donc retracer tous les actes notariés concernant chaque ménage inventorié. Une telle entreprise demeure possible à l'échelle d'une ou de deux paroisses, non à celle de deux grandes régions. Mais l'analyse des dettes actives, tant à Québec qu'à Montréal, confirme elle aussi la prédominance du crédit lié à l'achat de terres et aux transactions familiales.

Tableau 5. Créances et dettes moyennes par habitant à Québec et à Montréal, 1792-1835

Tableau 5. Créances et dettes moyennes par habitant à Québec et à Montréal, 1792-1835

Tableau 6. Répartition des dettes des habitants de Montréal en pourcentage de la valeur des dettes totales, 1792-1835

Tableau 6. Répartition des dettes des habitants de Montréal en pourcentage de la valeur des dettes totales, 1792-1835

1 : dettes au seigneurs ; 2 : au clergé ; 3 : aux membres des professions libérales et experts ; 4 : aux marchands ; 5 : autres achats ; 6 : achat de terres ; 7 : travaux effectués et fermage ; 8 : obligations et prêts ; 9 : dettes à la famille ; 10 : dettes non identifiées.

Tableau 7. Répartition des dettes des habitants de Québec en pourcentage de la valeur des dettes totales, 1792-1835

Tableau 7. Répartition des dettes des habitants de Québec en pourcentage de la valeur des dettes totales, 1792-1835

1 : dettes au seigneurs ; 2 : au clergé ; 3 : aux membres des professions libérales et experts ; 4 : aux marchands ; 5 : autres achats ; 6 : achat de terres ; 7 : travaux effectués et fermage ; 8 : obligations et prêts ; 9 : dettes à la famille ; 10 : dettes non identifiées.

222) Les dettes aux seigneurs, au clergé et même aux marchands comptent relativement peu dans l'ensemble des dettes actives et passives des habitants. On ne retrouve pas ici l'image de l'habitant ployant sous les charges seigneuriales ou encore chroniquement et profondément endetté envers le marchand.

233) Les créanciers les plus importants semblent être d’autres habitants, même pour les prêts d'argent. Certains prêteurs peuvent avancer des sommes atteignant les 7 ou 8 000 livres.

  • 3 On trouvera le même constat dans le chapitre de L. St-Georges ("Transactions foncières dans la par (...)

244) Compte tenu de l'importance du crédit au sein de la famille et de l'existence de prêteurs parmi les habitants, on peut conjecturer que le maillage financier, dans les campagnes, est un réseau de prêts aux proches, à la parenté et très majoritairement entre habitants3. Le seigneur, le marchand et le curé ne semblent guère y peser très lourdement. Le prêt, pour les marchands, concernerait surtout les marchandises.

iii - Quelques hypothèses à propos du Québec, 1790-1835

25L'idée centrale, derrière les hypothèses plus hasardeuses qui suivent, est que le contexte différent (plus ou moins riche en surplus, plus ou moins bien réticulé) devrait se refléter dans un usage plus ou moins grand de crédit comme instrument d'accumulation, avec pour effet une reproduction sociale plus ou moins élargie (effet de croissance) et un éventail plus large de richesse plus ou moins vaste chez les habitants (effet de diversification). Les paragraphes qui suivent esquissent trois comparaisons rapides entre deux grandes régions (Québec et Montréal), entre deux segments d'une même grande région (la ville et les périphéries) et entre deux segments de l'espace économique bas-canadien (vieilles paroisses et zones de colonisation).

A. Hypothèse 1 : Québec vs Montréal

26La documentation qualitative que nous avons accumulée suggère que les réseaux financiers ont été plus riches et denses à Québec qu'à Montréal au cours des deux premières périodes (au tournant du XIXe siècle), mais que la tendance s'est inversée dans les deux dernières périodes (les années 1820 et 1830) alors que Montréal a développé une filière financière de meilleure qualité. Un examen sommaire des tableaux 2 et 8 ainsi que nos textes de 1983 et de 1988 indiquent que l'effet de croissance et l'effet de diversification se sont produits dans le sens prévu : il y a eu un hausse plus rapide de la taille des patrimoines à Québec de la première à la seconde période, mais c'est le contraire après coup, i.e. Montréal croît plus vite sauf pour les années 1830 qui exigeraient une analyse plus fine ; le mouvement de diversification aussi s'accomplit plus rapidement dans la région de Québec au début, puis se montre plus tard vivace dans la région de Montréal.

Tableau 8. Répartition de la propriété foncière des habitants par taille d'exploitation en arpents (% de la répartition entre parenthèses)

Tableau 8. Répartition de la propriété foncière des habitants par taille d'exploitation en arpents (% de la répartition entre parenthèses)

* Source : Paquet-Wallot 1987.

B. Hypothèse 2 : la ville de Montréal et son pourtour immédiat vs les périphéries (rive nord et rive sud)

  • 4 C. Dessureault et al., op.cit., tableaux 2, 4 et 6.

27Comme il n’y a pratiquement pas d'habitants résidant dans la ville de Québec, cette hypothèse n'a pu être examinée que pour la région de Montréal. Là, le groupe d’habitants vivant dans la ville et les faubourgs, puis sur l’île de Montréal (ces derniers sont assimilés à la "rive nord" dans nos tableaux généraux), sont beaucoup plus riches et impliqués dans le crédit que les habitants au nord ou au sud de l’île de Montréal : leurs avoirs dépassent ceux des autres par la moitié, parfois par le double. Après 1812, les habitants de l'île possèdent même des terres dont la superficie moyenne dépasse celle des habitants de la rive nord. Comme l'île est déjà densément peuplée et concédée, les habitants doivent procéder souvent par voie d'achat et recourir au crédit. Le réseau financier est donc plus dense d'abord dans la ville et ses faubourgs, puis sur l'île, enfin dans les campagnes plus proches des rives nord et sud. Plus on s’éloigne, moins on est riche et moins on a de créances. Le développement intensif au coeur de la ville n'a pas encore progressé suffisamment pour y rendre le développement agricole trop coûteux. On décèle donc un effet de croissances plus fortes et un effet de diversification plus puissant lié au phénomène urbain et à la proximité du marché. À Québec, les habitants près de la ville (ile d'Orléans, Charlesbourg, par ex.) sont plus riches que ceux des paroisses de la rive sud ou de régions un peu plus éloignées4.

C. Hypothèse 3 : vieilles paroisses vs régions de colonisation

28Il semble bien qu'une différence importante dans le niveau de richesse mobilière et dans la structure du crédit existe entre les vieilles paroisses, aux exploitations mûres et largement exploitées, et les paroisses de colonisation, où il faut commencer presque à zéro. Ainsi, même les habitants "pauvres" du pourtour de Montréal, entre 1807 et 1812, ont presque tous une charrue, au moins une ou deux paires de bœufs, la moitié, une herse. Les cultivateurs moyens et riches ont évidemment beaucoup plus d'outils, d'animaux et d'objets. Le cheptel à lui seul représente généralement de 55 à 65 % des biens meubles. Les dettes aux marchands demeurent modestes. Par contre, dans la seigneurie de Saint-Hyacinthe, Christian Dessureault a démontré qu’entre 1794 et 1815, le tiers de toutes les familles ne possèdent pas de charrue, la plupart n'ont guère de herse et seulement 40 % disposent d'une paire de bœufs. Le cheptel oscille en moyenne aux environs de 28 % et les dettes aux marchands semblent plus importantes. La proximité du marché urbain se doublerait donc d'une composante "âge" de l'établissement dans l'explication des inégalités régionales sur le plan de la richesse et du crédit : cet âge dénoterait un surplus plus grand et un maillage financier plus dense.

Conclusion

29La reproduction sociale au Québec/Bas-Canada est un processus complexe qui s'étale parfois sur plusieurs décennies. Elle suppose une série de stratégies et de pratiques qui tendent à éviter le morcellement tout en assurant une certaine égalité à tous les enfants. Le nombre d’enfants à établir, la possibilité de trouver des terres dans la même seigneurie ou des seigneuries avoisinantes par voie de concessions sont des facteurs capitaux qui jouent à fond tant que la population demeure relativement faible et les terres, abondantes. Avec le temps, l'occupation graduelle des vieilles seigneuries et le déversement des jeunes populations vers des aires de colonisation plus excentriques compliquent le processus. Mais même dans les meilleurs cas, par exemple celui de l'établissement des enfants (par obtention de concessions ou par avancement d'hoirie, etc.) et de la transmission du patrimoine principal à un seul héritier, il y a des coûts importants qui se retrouvent dans la colonne des dettes passives et des dettes actives.

30Le crédit est l'un des outils qu’utilisent les habitants canadiens pour mieux assurer la reproduction sociale et s’insérer dans une économie de plus en plus dominée par le marché. Il ne s'agit pas de tomber dans le misérabilisme - une bonne terre cultivée, même grevée de dettes à l'endroit d'autres héritiers, s'avère probablement une bonne affaire-, mais bien de comprendre que les latitudes de la Coutume ne suffisent plus au règlement des successions et qu'elles doivent s'appuyer, entre autres, sur diverses formes de crédit. Se reproduire, c’est aussi s'endetter.

Bibliographie

Bibliographie

On trouvera les principales études et les meilleures bibliographies sur cette question dans les quatre ouvrages suivants (par ordre chronologique) :

J. GOY et J.-P. WALLOT, dir., Evolution et éclatement du monde rural, France-Québec, XVIIe-XXe siècles, Paris 1986 ;

F. LEBRUN et N. SÉGUIN, dir., Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l'Ouest, Trois-Rivières, 1987 ;

M. BAULANT, et al., dir., Inventaires après-décès et ventes de meubles. Apports à une histoire de la vie économique et quotidienne, XIVe-XIXe siècle, Louvain, 1988 ;

G. BOUCHARD et J. GOY, Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (XVIIe-XXe siècle), Chicoutimi-Paris, 1990 ;

Voir aussi :

J.S. COLEMAN, "Social Capital in the creation of Human Capital", American Journal of Sociology, 94 (1988) ;

C. DESSUREAULT, Les fondements de la hiérarchie sociale au sein de la paysannerie : le cas de St-Hyacinthe, 1760-1815, thèse de Ph.D. manuscrite, Université de Montréal, 1985 ;

A. ETZIONI, The Moral Dimension, New York, 1988 ;

G. PAQUET et J.-P. WALLOT, "Structures sociales et niveaux de richesse dans les campagnes du Québec, 1792-1812", Bulletin d'histoire de la culture matérielle, 17 (1983) ;

G. PAQUET et J.-P. WALLOT, "Stratégie foncière de l'habitant : Québec, 1790-1835", RHAF, 39 (1985-1986) ;

G. PAQUET et J.-P. WALLOT, "Les habitants de Montréal et de Québec (1790-1835) : contextes socio-économiques différents, même stratégie foncière", in F. Lebrun et N. Séguin, op.cit. ;

G. PAQUET et J.-P. WALLOT, "Une spectrographie des genres de vie dans la société rurale bas-canadienne", in M. Baulant et al., op.cit. ;

G. PAQUET et J.-P. WALLOT, "Crédit et endettement en milieu rural bas-canadien" in G. Bouchard et J. Goy, dir., op.cit.

Notes

1 La communication de C. Dessureault et al. sur le "Niveau de vie comparé des paysans briards et québécois 1700-1800" démontre la même tendance en utilisant plusieurs approches.

2 Ibid., tableau 7.

3 On trouvera le même constat dans le chapitre de L. St-Georges ("Transactions foncières dans la paroisse de Pointe-aux-Trembles sur l'ile de Montréal entre 1821 et 1861").

4 C. Dessureault et al., op.cit., tableaux 2, 4 et 6.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Richesse mobilière des habitants en valeur nominale (livres françaises de 20 sols - cours de la colonie) et en prix constants (indices i et ii) (moyenne par inventaire)
Légende Source : Paquet-Wallot 1988.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau 2. Superficie moyenne des patrimoines fonciers des habitants (en arpents)
Légende Source : Paquet Wallot 1988.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 5. Créances et dettes moyennes par habitant à Québec et à Montréal, 1792-1835
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 6. Répartition des dettes des habitants de Montréal en pourcentage de la valeur des dettes totales, 1792-1835
Légende 1 : dettes au seigneurs ; 2 : au clergé ; 3 : aux membres des professions libérales et experts ; 4 : aux marchands ; 5 : autres achats ; 6 : achat de terres ; 7 : travaux effectués et fermage ; 8 : obligations et prêts ; 9 : dettes à la famille ; 10 : dettes non identifiées.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Tableau 7. Répartition des dettes des habitants de Québec en pourcentage de la valeur des dettes totales, 1792-1835
Légende 1 : dettes au seigneurs ; 2 : au clergé ; 3 : aux membres des professions libérales et experts ; 4 : aux marchands ; 5 : autres achats ; 6 : achat de terres ; 7 : travaux effectués et fermage ; 8 : obligations et prêts ; 9 : dettes à la famille ; 10 : dettes non identifiées.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 8. Répartition de la propriété foncière des habitants par taille d'exploitation en arpents (% de la répartition entre parenthèses)
Légende * Source : Paquet-Wallot 1987.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16329/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540