Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Niveau de vie comparé des paysans briards et québécois 1700-1804

Micheline Baulant, Christian Dessureault et John A. Dickinson

Texte intégral

  • 1 M. Baulant, "L'appréciation du niveau de vie. Un problème, une solution", Histoire et mesure, vol. (...)
  • 2 C. Dessureault, "Niveau de vie dans le Richelieu-Yamaska, 1800-1840. Etude préliminaire pour une c (...)
  • 3 J.A. Dickinson, loc.cit.

1L'un des objectifs de la création, par Micheline Baulant, d'un indice du niveau de vie était de rendre possible une comparaison des conditions de vie matérielle, dans le temps et dans l’espace, de populations aussi différenciées que celles de la France et du Québec1. En 1990, dans le cadre d'un colloque d'histoire comparée France-Québec, nous avons présenté trois communications utilisant cette méthode d'analyse2. Ces premières contributions ont montré la nécessité d'adapter le contenu de l'indice aux contextes culturels et matériels des sociétés. Elles ont par ailleurs validé cette méthode d'analyse qui permet, à partir des inventaires après-décès, sans avoir recours aux valeurs monétaires des biens, de mesurer l'évolution du niveau de vie dans le temps et de comparer le mode de vie, voire le degré de bien-être, des divers groupes sociaux. Toutefois, une seule des trois contributions relevait véritablement le défi comparatif entre la France et le Québec3.

2Dans le cadre du projet d'histoire comparée des sociétés rurales de la France et du Québec, nous avons poursuivi nos recherches sur le niveau de vie. A ce colloque, nous avons présenté deux communications distinctes, l'une sur la Brie de 1700 à 1790 et l'autre sur la plaine de Montréal de 1740 à 1804. Ces travaux s'insèrent dans leur historiographie respective sur l'évolution du monde rural et sur les modalités spécifiques de reproduction sociale en France et au Québec. De plus, la même méthode d'analyse a donné lieu à des applications différenciées. Néanmoins, les modifications apportées à l'indice du niveau de vie de M. Baulant pour l'étude des paysans de la plaine de Montréal n'empêchent pas la comparaison de leurs conditions de vie matérielle avec les paysans briards du XVIIIe siècle.

3Certaines modifications de l’indice illustrent déjà les différences dans le mode de vie de ces populations. La rudesse du climat québécois nécessite l'utilisation de moyens de chauffage plus efficaces que le foyer. La présence d'un poêle de chauffage devient ainsi l’un des critères de la série Première nécessité dans l'indice québécois tandis qu'en France, l'emploi d'un poêle de chauffage est considéré comme un critère du Confort. Au Québec, la notion de confort est réservée spécifiquement au poêle en fer ou en fonte dont la diffusion s'effectue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Par ailleurs la possession d'un poêle de chauffage entraîne la diminution de l'usage des objets plus directement liés à la présence du foyer comme les chenets et la crémaillère.

4L’absence complète de tapisserie dans les inventaires après-décès des paysans de la plaine de Montréal justifie l'abandon de ce critère dans la grille québécoise tandis qu'en Brie la tapisserie s'insère comme critère de la série Vie domestique et la tapisserie de qualité comme critère de la série Luxe. Cette importance très inégale apportée à la décoration des intérieurs domestiques révèle déjà la plus grande simplicité du mode de vie dans la société rurale du Québec. Par contre, le Québec, à l'instar des autres régions nord-américaines, est un pays de grand espace où les distances à parcourir sont plus longues et les déplacements des personnes plus fréquents. Au Québec, dès le milieu du XVIIIe siècle, la plupart des familles paysannes possèdent un cheval et au moins un véhicule de promenade plus rare et habituellement assez dispendieux.

  • 4 Nous avons également intégré comme critères dans le nouvel indice comparé France-Québec certains o (...)

5Nous avons par ailleurs utilisé dans nos recherches respectives plusieurs critères communs. A partir de ces critères, nous avons construit un indice comparé du niveau de vie4. Compte tenu du nombre plus restreint de critères, le nouvel indice du niveau de vie est divisé en quatre séries : le Nécessaire, le Confort, la Civilisation et le Luxe. La première série, qui regroupe plusieurs critères de séries Première nécessité et Vie domestique de l'indice originel, contribue pour 40 points dans l’indice comparé France-Québec tandis que les trois autres séries comptent pour chacune 20 points.

6Le nouvel indice fournit de manière générale des résultats plus élevés que les indices du niveau de vie utilisés dans nos travaux respectifs ; mais, dans une société comme dans l'autre, l’évolution du nouvel indice demeure cohérente par rapport aux résultats globaux des anciens indices.

Tableau 1. Niveau de vie comparé des paysans de la Brie et de la plaine de Montréal 1700-1804 (indice comparé du niveau de vie France Québec)

Tableau 1. Niveau de vie comparé des paysans de la Brie et de la plaine de Montréal 1700-1804 (indice comparé du niveau de vie France Québec)

7De façon générale, le niveau de vie des paysans briards est supérieur à celui des paysans de la plaine de Montréal. Entre 1740 et 1750, l'avance des paysans briards, qui est d'environ 6 points, touche surtout le nécessaire tandis que le superflu pénètre à un degré relativement comparable ces deux groupes paysans de l'Ancien et du Nouveau Monde. Au milieu du XVIIIe siècle, la croissance du niveau de vie s'accélère en Brie tandis qu'il progresse lentement dans la plaine de Montréal. L'écart s'est donc creusé entre les deux groupes et, au cours de la décennie 1770, il est désormais de 13 points. Au début du XIXe siècle, l'indice des paysans de la plaine de Montréal n'a pas encore rejoint celui des paysans briards de la décennie 1771-1780. Seule la série Civilisation obtient alors un score à peu près équivalent. L'évolution générale de l'indice des deux groupes révèle par ailleurs un mouvement continu, quoiqu’inégal, de croissance du niveau de vie durant la période étudiée. Ainsi, si les paysans de la plaine du Montréal ont un mode de vie plus rudimentaire, davantage axé sur le nécessaire, que les paysans briards, ils ont également intégré à leur univers matériel plusieurs nouveaux objets et usages. Dès le milieu du XVIIIe siècle, leur niveau de vie est moins frustre que celui des paysans briards de la première décennie de ce siècle.

8Pour tous les objets et les usages du nécessaire, les paysans briards enregistrent des scores plus élevés que les paysans de la plaine de Montréal, sauf pour le saloir et le repassage.

Tableau 2. Fréquence des critères de l'indice comparé France Québec dans les inventaires après décès des paysans de la Brie et de la plaine de Montréal 1700-1804

Tableau 2. Fréquence des critères de l'indice comparé France Québec dans les inventaires après décès des paysans de la Brie et de la plaine de Montréal 1700-1804

9Les écarts les plus prononcés en faveur des paysans briards concernent les linges de maison (linges de lit, drap, nappe) et l'étain. Mais l'imprécision du travail notarial au Québec amplifie peut-être ces écarts.

10Dans la série Confort, ce facteur peu également influencer les scores respectifs des deux groupes tant pour la présence d'au moins une chambre, la possession d'oreillers que pour le relevé de matériaux comme la faïence et le fer blanc. Pour les autres critères du confort, les paysans briards possèdent plus souvent une armoire, une bassinoire et un soufflet que les paysans de la plaine de Montréal tandis que ces derniers dominent nettement dans l'emploi d'un poêle de chauffage même si, au Québec, ce critère est réservé exclusivement au poêle en fer ou en fonte.

11Pour la série Civilisation, les campagnes briardes se caractérisent par une connaissance plus répandue du calcul, de la lecture et de l'écriture. De plus, à la fin du XVIIIe siècle, les verres à boire et les épices (dont le relevé est moins sûr), se sont diffusés plus rapidement dans les campagnes briardes que dans la région de Montréal. Par contre, les paysans québécois auraient intégré plus tôt dans leur mode de vie la consommation de boissons excitantes comme le café et le thé.

12Pour construire la série Luxe, nous avons déplacé certain critère qui, dans les indices respectifs utilisés pour la France et le Québec, faisaient partie d'une autre série. En France, l'horloge et la montre sont deux critères de la série Civilisation tandis qu'au Québec, la commode constitue l'un des critères de la série Confort. Par ailleurs, l'argenterie et la calèche qui constituaient les deux composantes majeures du Luxe au Québec ne sont pas dans le nouvel indice comparé. En employant cet indice comparé du niveau de vie, l'aspect marginal du luxe dans la vie matérielle des paysans québécois ressort encore davantage. Quant aux paysans briards, leur score dans cette série demeure également très faible et, à la fin du XVIIIe siècle, les composantes principales du luxe y sont la possession d'une commode ou d'une horloge et la présence d'au moins trois chambres.

13Au terme de cette comparaison nous pouvons conclure que l'objectif initial de M. Baulant - la création d'un outil permettant l'analyse des conditions de vie matérielle dans le temps et dans l'espace - est réalisé. Toutefois, il convient de rappeler que des comparaisons valables requièrent une étroite collaboration entre chercheurs pour écarter les distorsions que peut introduire la construction d'indices du niveau de vie qui, pour une région donnée, doivent tenir compte des spécificités culturelles et matérielles.

Notes

1 M. Baulant, "L'appréciation du niveau de vie. Un problème, une solution", Histoire et mesure, vol. 4, no 3-4, 1989, p. 267-302.

2 C. Dessureault, "Niveau de vie dans le Richelieu-Yamaska, 1800-1840. Etude préliminaire pour une comparaison France-Québec" ; M. Baulant, "Niveaux de vie et reproduction sociale. Les paysans de la région de Meaux (1751-1790)" ; J.A. Dickinson, ''Niveaux de vie des paysans normands et québécois au XVIIIe siècle" in G. Bouchard et J. Goy eds, Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècle), Chicoutimi-Paris, SOREP-EHESS, 1990, p. 185-224.

3 J.A. Dickinson, loc.cit.

4 Nous avons également intégré comme critères dans le nouvel indice comparé France-Québec certains objets, usages et matériaux qui n'ont pas été utilisés dans l'indice du niveau de vie au Québec, mais pour lesquels nous avons toutefois effectué le relevé systématique dans les inventaires après-décès.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Niveau de vie comparé des paysans de la Brie et de la plaine de Montréal 1700-1804 (indice comparé du niveau de vie France Québec)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 2. Fréquence des critères de l'indice comparé France Québec dans les inventaires après décès des paysans de la Brie et de la plaine de Montréal 1700-1804
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540