Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Niveau de vie et reproduction sociale dans la plaine de Montréal 1740 - 1804

Christian Dessureault et John A. Dickinson

Texte intégral

  • 1 "L'historiographie du Québec rural et la problématique nord-américaine avant la révolution tranqui (...)
  • 2 "... Ce qu'il faut surtout retenir, c'est que ce système de transmission des héritages crée un end (...)
  • 3 C. Dessureault, "L'égalitarisme paysan dans l'ancienne société rurale de la vallée du Saint-Lauren (...)
  • 4 S. Dépatie, "La transmission des patrimoines dans les terroirs en expansion : un exemple canadien (...)

1L'un des traits historiques communs à la plupart des sociétés rurales nord-américaines, dont celle du Québec, est le mode de reproduction familiale par lequel ces sociétés paysannes ont réussi, grâce un redéploiement, dans l'espace, de terroirs déjà colonisés vers des régions de terres neuves, à assurer l'établissement de surplus démographiques considérables, sur plusieurs générations, et à conserver une structure agraire fondée sur la propriété paysanne1. L’égalitarisme de ces sociétés paysannes, qui découlait présumément de ce modèle de reproduction sociale2, a toutefois été critiqué3. et les derniers travaux sur la reproduction sociale sont plus nuancés sur cet aspect de la question4. Par ailleurs, l’équilibre du système repose sur le flux presque continu des migrants vers les régions de terres neuves - ou pour reprendre l'expression consacrée de l’historiographie américaine - vers "la frontière".

2La dynamique communautaire et familiale spécifique aux régions de peuplement récent, ainsi que ses répercussions sur la structure sociale et sur les mentalités, ont suscité plusieurs recherches et attirent encore les historiens. En revanche, la différenciation économique entre les terroirs anciens et les régions de peuplement récent a beaucoup moins retenu l'attention. Pourtant, il s'agit là, à notre avis, d’un élément indispensable pour mieux saisir les implications socio-économiques du système de reproduction sociale. Dans quelle mesure les paysans qui vont s'établir dans les régions de terres neuves réussissent-ils à reproduire un mode et un niveau de vie comparables à ceux qui se sont implantés dans les vieux terroirs ? Par ailleurs, l’ancienneté des terroirs représente-t-il le principal facteur de différenciation du niveau de vie ? Notre étude tentera d'apporter quelques éléments de réflexion à cette problématique connexe aux travaux sur la reproduction sociale.

i - Présentation de l'échantillon

  • 5 R.C. Harris, The Seigneurial System in Early Canada. A Geographical Study, Madison, 1968, p. 113.

3L'ensemble du corpus documentaire regroupe 234 inventaires après-décès, soit tous ceux des paysans des seigneuries de l’île de Montréal et de Boucherville pour les années 1740 à 1749, 1770 à 1774 et 1800 à 1804, ainsi que ceux des paysans de la seigneurie de Saint-Hyacinthe pour les années 1800 à 1804. D'une part, les inventaires après-décès des paysans de Montréal et de Boucherville vont permettre de suivre l'évolution des niveaux de fortune et du niveau de vie sur plus de 60 ans, dans les plus anciens terroirs de la région de Montréal. Certes, les débuts du peuplement de l’île de Montréal, qui s'amorce dès le milieu du XVIIe siècle, sont antérieurs d’environ vingt-cinq ans à ceux de Boucherville. Mais, étant donné la faiblesse de l'immigration initiale, la conquête du sol progresse lentement sur l'île de Montréal et, au milieu du XVIIIe siècle, certains secteurs de l'île comptent encore plusieurs terres peu ou pas défrichées. Par contre, le peuplement de Boucherville s'effectue beaucoup plus rapidement sous l'impulsion de l'un des rares exemples de seigneurs directement impliqués dans le peuplement de son fief5. Quant à la seigneurie de Saint-Hyacinthe, elle constitue au début du XIXe siècle l'un des derniers secteurs de peuplement sur le versant sud-est de la plaine de Montréal. Le climat et la qualité des sols sont sensiblement comparables et figurent parmi les meilleurs du Québec.

  • 6 L. Dechêne. "La croissance de Montréal au XVIIIe siècle", RHAF vol. 24, no 2, septembre 1973, p. 1 (...)
  • 7 J.-C. Robert, Montréal 1821-1871. Aspects de l'urbanisation. Thèse de doctorat 3e cycle. Paris, 19 (...)

4La proximité de la ville a certainement constitué un facteur important de différenciation des niveaux de fortune et du niveau de vie entre les paysans de ces trois seigneuries. Vers 1740, la ville de Montréal compte un peu plus de 4000 habitants et, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, la croissance de sa population demeure lente6. Puis au tournant du XIXe siècle, la croissance démographique de la ville reprend désormais à un rythme plus accéléré et elle compte vers 1805 environ 9000 habitants7. Quant aux bourgs de Boucherville et de Saint-Hyacinthe, ils n'ont certainement ni le même impact économique, ni la même influence culturelle, sur la campagne environnante. Toutefois, si Saint-Hyacinthe est relativement éloignée de la ville de Montréal, à environ 60 km, Boucherville se situe une dizaine de kilomètres au nord-ouest de celle-ci, sur les bords du fleuve Saint-Laurent.

ii - Méthodologie

5Notre recherche propose deux voies distinctes, mais complémentaires, pour mesurer l'évolution des conditions de vie matérielle des paysans. La première, plus traditionnelle, consiste à calculer la valeur des actifs mobiliers et des dettes relevés dans les inventaires après-décès. Le succès de l'entreprise repose d'abord sur la fiabilité de l'évaluation monétaire des biens et ensuite sur la pertinence de la classification proposée pour suivre l'évolution des composantes de cette fortune. De plus, la comparaison sur le long terme des valeurs monétaires nécessiterait de pouvoir s'ajuster aux différentes conjonctures d'inflation et de déflation des prix. Ceci dit, ce type de mesure est toujours pertinent pour suivre les grandes tendances de l'évolution des fortunes mobilières ; mais l'historien doit demeurer prudent dans l'interprétation des résultats.

  • 8 Nous pensons ici aux travaux dirigés par G. Paquet et J.P. Wallot. Voir la grille d’analyse dans l (...)

6Notre classification des fortunes mobilières comprend deux grands volets : les actifs mobiliers et les dettes. Par ailleurs, nous décomposons les actifs mobiliers des paysans en sept grandes catégories de biens : 1 : les biens de consommation durable, 2 : les biens de production durable, 3 : le cheptel, 4 : les stocks, 5 : le numéraire, 6 : l'argenterie et 7 : les créances. Cette répartition demeure flexible et nous pouvons procéder facilement à divers regroupements de biens afin de faciliter la comparaison de nos résultats avec ceux d'autres recherches8. Par ailleurs, dans cette enquête, nous accordons une attention particulière aux biens de consommation durables afin de mieux saisir l'évolution du niveau de vie. Nous divisons donc cette catégorie de biens mobiliers en six sous catégories : 1 : les meubles et le chauffage domestique, 2 : la vaisselle, les ustensiles de cuisine et les objets ménagers, 3 : les armes, les jeux, les livres et les objets personnels, 4 : les véhicules de promenade, 5 : les vêtements et 6 : le linge.

7La deuxième voie, plus novatrice, utilise la méthode d'analyse du niveau de vie de Micheline Baulant, qui consiste à synthétiser dans un indice le contenu d'un inventaire après-décès pour mesurer non pas tant la richesse que le degré de bien-être. La construction de cet indice repose sur le repérage dans chacun des inventaires après-décès d'un certain nombre d'objets et de matériaux, ainsi que sur le témoignage indirect de certains usages comme l'écriture, la lecture ou le calcul. Les différents critères, (c'est-à-dire des objets, matériaux ou usages) sont répartis dans cinq séries distinctes qui vont, pour utiliser un raccourci utile, du nécessaire au surperflu : 1 : le nécessaire, 2 : la vie domestique, 3 : le confort, 4 : la civilisation et 5 : le luxe. Pour chacune des séries, chaque inventaire reçoit une note sur 20 proportionnelle au nombre de critères relevés. Le total des cinq séries correspond à l'indice du niveau de vie, calculé sur une base 100. Néanmoins, les cinq séries conservent leur spécificité et elles peuvent être analysées séparément.

8Pour notre recherche, nous avons modifié la grille d'analyse initiale de M. Baulant. Nous présentons succinctement ces adaptations. D'abord, nous avons inversé la logique de construction des deux premières séries en privilégiant le repérage des fonctions et des usages dans la série 1 (première nécessité) et en reportant dans la série 2 (vie domestique) la liste de vingt objets parmi les plus communs de la vie quotidienne. Par ailleurs, nous n’avons conservé dans l'indice que les matériaux témoins du luxe excluant ainsi l'étain, le cuivre, le fer-blanc et la faïence des séries Vie domestique et Confort. Les autres modifications consistent simplement dans la substitution de tel ou tel objet à un autre afin d'adapter le contenu de chacune des séries au contexte culturel et matériel du Québec pré-industriel.

iii - La fortune mobilière

Tableau 1. Les fortunes mobilières moyennes 1740-1804

CATÉGORIES DE BIENS MOBILIERS

1740-1749 (en livres)

1770-1774 (en livres)

1800-1804 (en livres)

1. Biens de consommation

228

224

317

2. Biens de production

97

126

156

3. Cheptel

364

415

559

4. Stocks

123

92

430

5. Numéraire

16

26

117

6. Argenterie

8

7

8

7. Créances

75

145

348

Actifs mobiliers

911

1 035

1 937

Dettes

502

437

777

Nb inventaires après-décès

94

94

146

9Les actifs mobiliers connaissent une croissance plutôt lente de 1740-49 à 1770-74, puis ils augmentent beaucoup plus rapidement au tournant du XIXe siècle. La hausse considérable des stocks, constitués pour l’essentiel de produits agricoles dont le volume peut varier beaucoup selon la date de l'inventaire, amplifie certainement le mouvement réel de croissance au tournant du XIXe siècle. Néanmoins, l'évolution des catégories moins sensibles aux variations saisonnières montre également une progression vigoureuse au tournant du XIXe siècle. Enfin, l'accroissement important du numéraire et des créances, ainsi que des dettes, dans les inventaires paysans, suggère une pénétration plus poussée de l'économie marchande dans les campagnes de la région de Montréal.

10Au début du XIXe siècle, les fortunes paysannes sont inégalement réparties dans l'espace, (tableau 2). Les paysans montréalais devancent nettement ceux de Boucherville et de Saint-Hyacinthe dans l'ensemble des composantes de la fortune mobilière et, à l'exception des stocks, les paysans de Boucherville occupent un rang intermédiaire. Globalement, les paysans de Saint-Hyacinthe disposent d'actifs mobiliers supérieurs, du moins en valeur nominale, à ceux des paysans de l'île de Montréal et de Boucherville au milieu du XVIIIe siècle. Toutefois, leurs avoirs de consommation et de production sont tantôt inférieurs, tantôt équivalents. Enfin, au début du 19e siècle, le volume de leurs créances et de leurs dettes montre que ces paysans de la frontière, à l'instar de ceux des vieux terroirs, évoluent dans une économie davantage pénétrée par les rapports marchands.

11Les biens de production et surtout le cheptel constituent les principales composantes de la fortune mobilière paysanne. Compte tenu de l'absence de données sur la valeur des terres, ce sont les témoins privilégiés de l'importance des exploitations agricoles et donc l’indice le plus sûr du statut économique des familles paysannes. Toutefois, la valeur et la composition des biens de consommation renseignent plus directement sur le niveau de vie et sur les conditions de vie matérielle des familles. A l'instar des autres composantes de la fortune mobilière, les biens de consommation connaissent une forte croissance au cours de la période. De façon générale, leur part dans les actifs mobiliers varie de 15 à 25 % selon l'importance relative des créances et du numéraire.

Tableau 2. Les fortunes mobilières moyennes dans les seigneuries de Montréal, Boucherville et Saint-Hyacinthe 1800-1804

CATÉGORIES DE BIENS MOBILIERS

MONTRÉAL (en livres)

BOUCHERVILLE (en livres)

ST-HYACINTHE (en livres)

1. Biens de consommation

430

307

222

2. Biens de production

211

138

114

3. Cheptel

809

543

346

4. Stocks

597

184

345

5. Numéraire

210

120

36

6. Argenterie

18

7

-

7. Créances

474

283

255

Actifs mobiliers

2 749

1 582

1 318

Dettes

799

702

777

Nb inventaires après-décès

60

17

69

12L'analyse des différentes catégories de biens de consommation permet de mieux mesurer l'évolution réelle de cette composante de la fortune paysanne et d'en saisir les implications sur le niveau de vie. Notons d'abord le sous-enregistrement systématique des vêtements dans les inventaires après-décès qui rend plus aléatoire les données concernant cette sous-catégorie. Pour les groupes étudiés, l'exclusion de cette rubrique amplifie l'accroissement de la valeur nominale des biens de consommation au tournant du XIXe siècle et élimine du même coup la légère baisse observée entre 1740-49 et 1770-74.

13Au milieu du XIXe siècle, le principal poste d'investissement de consommation durable des familles paysannes est le mobilier et le chauffage domestique. La croissance régulière de cette sous-catégorie durant la période étudiée correspond, grosso modo, à la diffusion du poêle en fer ou en fonte et à une certaine diversification des meubles de rangement. La seconde sous-catégorie - la vaisselle, ustensiles de cuisine et objets ménagers - constitue également un poste d'investissement assez important pour les familles paysannes au milieu du XVIIIe siècle. La substitution de la faïence pour l'étain comme matériau le plus usuel dans la fabrication de la vaisselle explique la diminution de la valeur nominale de cette sous-catégorie. Cette baisse ne reflète donc pas une évolution négative du niveau de vie. La possession de véhicules de promenade, c'est-à-dire de véhicules qui ne sont pas directement liés à des activités productives, constitue l’une des caractéristiques nouvelles de la vie matérielle paysanne comme le montre bien l'accroissement rapide de cette sous-catégorie qui, encore marginale au milieu du XVIIIe siècle, représente la seconde catégorie des actifs de consommation au début du XIXe siècle.

Tableau 3. Évolution des catégories de biens de consommation 1740-1804

CATÉGORIES DE BIENS MOBILIERS

1740-1749 (en livres)

1770-1774 (en livres)

1800-1804 (en livres)

1. Mobilier et chauffage

94

125

157

2. Vaisselle, Ustensiles de cuisine et Objets ménagers

68

45

45

3. Divers : Armes, Jeux, Livres et Objets personnels

6

2

8

4. Véhicules de promenade

4

3

50

5. Linge de maison

23

19

47

6. Vêtements

33

23

10

Nb inventaires après-décès

94

94

146

14A l'exception du linge de maison, la hiérarchie des terroirs se vérifie dans chacune des sous-catégories de biens de consommation. Globalement, la valeur des biens de consommation des paysans de Saint-Hyacinthe est inférieure à celle des paysans des terroirs plus anciens de Boucherville et de l'île de Montréal au milieu du XVIIIe siècle. Toutefois, la composition de cette catégorie d'actifs n'est plus la même et, à l'exception du mobilier, elle renvoie aux modifications d'ensemble de la période : diminution de la valeur de la vaisselle, croissance de celle du linge de maison et, enfin, essor des véhicules de promenade.

Tableau 4. Les biens de consommation à Montréal, Boucherville et Saint-Hyacinthe 1800-1804

CATÉGORIES DE BIENS MOBILIERS

MONTRÉAL (en livres)

BOUCHERVILLE (en livres)

ST-HYACINTHE (en livres)

1. Mobilier et chauffage

230

130

99

2. Vaisselle, Ustensiles de cuisine et Objets ménagers

58

44

35

3. Divers : Armes, Jeux, Livres et Objets personnels

11

9

5

4. Véhicules de promenade

70

40

35

5. Linge de maison

46

70

43

6. Vêtements

15

14

5

Nb inventaires après-décès

60

17

69

iv - L'indice du niveau de vie

15Nous avons analysé, à partir des valeurs monétaires, l'évolution des diverses composantes de la fortune mobilière des paysans québécois du milieu du XVIIIe au début du XIXe siècle. Dans quelle mesure la croissance des fortunes mobilières se traduit-elle par une amélioration du niveau de vie des familles paysannes, de leurs conditions de vie matérielle et de leur degré de bien-être ? Par ailleurs, à la fin de notre période, les paysans de Saint-Hyacinthe, c'est-à-dire les paysans d'une région de peuplement récent, ont-ils un niveau de vie comparable aux paysans des terroirs plus anciens de Boucherville et de Montréal ? Leur mode de vie correspond-il davantage à celui des générations antérieures de ces mêmes terroirs ?

16A l’instar du niveau de fortune, l'indice général du niveau de vie s'accroît du milieu du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle. Cette croissance est particulièrement forte au tournant du XIXe siècle. Elle a touché tous les aspects de la vie matérielle mais les gains ont été proportionnellement plus forts pour les séries relatives au superflu : le confort, la civilisation et le luxe. Les paysans ont tout de même consolidé les aspects plus essentiels de la vie quotidienne et, au début du XIXe siècle, les volets du nécessaire et de la vie domestique constituent toujours les composantes prédominantes de l'indice du niveau de vie. Malgré les gains enregistrés, la place du superflu demeure plutôt réduite dans l’univers matériel des paysans du début du XIXe siècle. Parmi les trois séries témoins du superflu, celle du confort est la seule présente au milieu du XVIIIe siècle et elle amorce sa croissance plus tôt mais moins fortement que la série civilisation qui, elle, connaît un essor considérable au tournant du 19e siècle. Quant au luxe, même si le score de cette série augmente de plus de 300 % durant la période étudiée, il pénètre toujours de manière très superficielle le mode de vie des paysans.

Tableau 5. Évolution de l’indice du niveau de vie 1740-1804

SÉRIES DE L'INDICE

1740-1749

1770-1774

1800-1804

1. Première nécessité

15,20

16,13

17,56

2. Vie domestique

10,41

10,40

11,34

3. Confort

2,45

3,13

3,16

4. Civilisation

1,82

1,64

3,69

5. Luxe

0,20

0,36

0,66

Indice du niveau de vie

28,77

31,67

36,41

Nb inventaires après-décès

94

94

146

Tableau 6. L'indice du niveau de vie à Montréal, Boucherville et Saint-Hyacinthe 1800-1804

SÉRIES DE L'INDICE

MONTRÉAL

BOUCHERVILLE

ST-HYACINTHE

1. Première nécessité

18,11

17,16

17,00

2. Vie domestique

12,03

11,24

10,61

3. Confort

4,21

3,60

2,14

4. Civilisation

3,72

3,40

3,74

5. Luxe

0,88

0,92

0,41

Indice du niveau de vie

38,96

36,32

33,90

Nb inventaires après-décès

60

17

69

17Cette croissance du niveau de vie ne se répercute pas également dans l'ensemble des trois seigneuries. Au début du XIXe siècle, les paysans des terroirs plus anciens de Boucherville et de l'île de Montréal enregistrent des indices plus élevés que celui des paysans de Saint-Hyacinthe. Ainsi, toutes les séries de l'indice inscrivent des scores supérieurs dans les vieux terroirs, sauf la série civilisation concernant l'évolution des manières de table, des goûts alimentaires, des activités intellectuelles et artistiques. Par ailleurs, la différenciation entre les anciens et le nouveau terroir est proportionnellement plus grande pour les séries du confort et du luxe que pour celles relatives au nécessaire et à la vie domestique. Ce type de différenciation suggère effectivement un mode de vie plus rudimentaire, davantage axé sur le nécessaire, dans la région de frontière. Toutefois, d’après les scores respectifs de la série civilisation dans les trois seigneuries, cette différenciation ne repose pas d'abord sur une sorte de régression des valeurs culturelles, mais sur le niveau de richesse des familles. De plus, l'indice du niveau de vie des paysans de Saint-Hyacinthe est supérieur à ceux enregistrés par l'ensemble des paysans de Boucherville et de l'île de Montréal pour les périodes antérieures de 1740-49 et 1770-74. Le confort est la seule série qui enregistre, à cet égard, un score inférieur dans le nouveau secteur de peuplement. De façon générale, les paysans de Saint-Hyacinthe ne reproduisent pas un mode de vie rappelant celui vécu par les générations précédentes des vieux terroirs. La croissance de la seconde moitié du XVIIe siècle a modifié certains traits de la vie matérielle. Elle a favorisé le développement de nouvelles valeurs et de nouvelles habitudes de consommation auxquelles même les paysans établis dans les régions de frontière adhèrent. Cette dimension rejoint, à notre avis, celle de leur intégration plus poussée à l'économie de marché.

v - Le cycle de la vie familiale

  • 9 C. Dessureault, "Niveaux de fortune paysans et cycle de la vie familiale. Le cas des paysans masko (...)

18Au-delà des tendances générales, il convient maintenant d'analyser les conséquences de l'amélioration des niveaux de fortune et du niveau de vie sur la reproduction sociale des familles. Comme l'inventaire n’intervient pas toujours au même moment dans la vie d'un couple et que le cycle de la vie familiale a une influence importante sur les niveaux de fortune9, il faut en tenir compte lorsqu'on veut savoir dans quelles conditions s’effectuent la transmission. Grâce au registre de population du Programme de recherche en démographie historique de l'Université de Montréal, nous avons pu déterminer l’étape à laquelle étaient arrivés les couples au moment de l'inventaire pour les paysans de l'île de Montréal dans la première période (tableau 7).

Tableau 7. Distribution des inventaires aprés-décès selon l'indice du niveau de vie et selon la durée de la vie conjugale 1740-1749

Tableau 7. Distribution des inventaires aprés-décès selon l'indice du niveau de vie et selon la durée de la vie conjugale 1740-1749

19Pour schématiser, disons que le niveau de vie des couples croît avec le temps et ensuite se maintient ou décroît à mesure que les enfants sont établis. Pour les couples ayant moins de vingt ans de vie conjugale, la variabilité est de règle. Certaines unions ont peu bénéficié d'apports des mariés, par héritage ou autrement, et se situent à des indices relativement bas tandis que d'autres possèdent déjà les objets usuels de la majorité des paysans. Même si les chances effectives d'accumulation sont plus grandes pour les chefs de ménage qui disposent de solides assises, les écarts s'amenuisent après une vingtaine d'années de vie commune et les efforts du couple occupent une place importante dans la détermination du niveau de vie. Les couples qui survivent pendant plus de trente ans de vie conjugale atteignent un niveau de vie maximal et l'établissement de leur progéniture s'effectue dans des conditions optimales. Cependant, à partir des seuls inventaires après-décès, il est impossible de déterminer dans quelle mesure les parents participent à l'établissement de leurs enfants et commencent à redistribuer le patrimoine amassé au cours d'une vie. Toutefois, il semble bien que la majorité des couples de notre corpus conserve l'essentiel de leurs biens meubles jusqu'au décès.

20A en juger par le niveau de vie atteint aux différentes étapes de la vie familiale, la durée de l’union a des répercussions importantes sur les possibilités de reproduction sociale. Plus de 40 % des unions de notre échantillon sont interrompues avant d’avoir passé vingt ans ensemble, c'est-à-dire avant que leurs propres efforts ne réduisent les écarts observés peu de temps après le mariage. Les enfants de ces couples sont soumis aux caprices des beaux-parents ou à l'appauvrissement qui est souvent le sort des veuves surtout si elles n'ont pas de garçon en âge de remplacer le père.

21Les inventaires après-décès constituent l'une des pièces maîtresses dans le règlement des successions et donc dans les stratégies de reproduction sociale. L'inventaire dissout la communauté de biens existante entre deux individus et fixe la fortune mobilière et immobilière à partager entre les héritiers. Normalement l'inventaire survient après le décès du premier conjoint pour garantir les droits des enfants mineurs, et avant un remariage éventuel. Ainsi la connaissance de la situation familiale est indispensable pour bien saisir les stratégies adoptées pour régler la succession. Dans quelle mesure ces stratégies se conforment-elles à la norme définie plus haut ?

22Dans seulement 55 % des cas l'inventaire survient dans un délai raisonnable (moins de deux ans après le décès d'un des conjoints) qui dépasse, la plupart du temps, largement les trois mois prévus par la coutume. Le délai entre la mort d'un conjoint et la confection de l'inventaire est beaucoup plus long dans 18 % des cas avec une moyenne de huit ans et demi. Le cas extrême est celui de Pierre Cadieu mort en octobre 1727 et dont l'inventaire ne sera rédigé que le 18 février 1746. Dans 27 % des cas le veuf ou la veuve se remarie avant de clore la première communauté. Dans deux cas le délai dépasse à peine un mois, mais il est souvent plus long. Marie-Anne Charles, veuve de Marin Bourdon, se remarie avec Charles Blondin le 28 février 1720 mais attend le mois d'août 1748 avant de faire une requête pour dresser l'inventaire de sa première communauté.

23Pourquoi tant de délais entre le décès et l'inventaire ? Peut-on y déceler des stratégies familiales ? En ce qui concerne les remariages, on pourrait croire que le nouveau couple attend la naissance du premier enfant avant de clore la communauté du premier lit. Cependant, ce ne semble pas être le cas. Certains couples n'ont aucun enfant issu du second lit, tandis que d'autres ont deux enfants ou plus avant de faire dresser l'inventaire de la première communauté et d'autres encore le font pendant la première grossesse. Les veufs et veuves remariés qui retardent l'inventaire s'assimilent à ceux qui attendent plusieurs années avant de dissoudre la communauté. Dans ces cas, la situation des enfants est-elle déterminante ? Encore une fois, il n'existe aucun modèle cohérent. Près de la moitié des survivants (15 cas) font dresser l'inventaire alors que tous les enfants sont encore mineurs. Dans cinq cas il y a des enfants majeurs, parfois mariés et parfois célibataires, et des enfants mineurs. Dans trois cas tous les enfants sont majeurs mais l'intervalle entre la majorité du cadet et l'inventaire s'échelonne entre une semaine et dix ans. Dans quatre cas tous les enfants se sont mariés depuis peu (le mariage du dernier s'échelonne entre dix jours et un an avant l'inventaire), alors que dans le cas de François Quévillon l’inventaire intervient peu après le mariage du dernier garçon (il restait encore trois filles mineures qui habitaient avec la veuve). Enfin, dans quatre cas, on procède à l'inventaire peu de temps après le mariage de l'aîné (il s'agit de garçons dans deux cas, d'une fille et d'une fille unique). Sans doute dans beaucoup de ces cas les fils ou les gendres exercent-ils des pressions pour pouvoir toucher leur part de l’héritage mais, dans l'ensemble, la décision semble revenir au parent survivant.

24Cette situation révèle une assez grande flexibilité dans la gestion des successions et un certain relâchement dans la pratique notariale. Au XIXe siècle, notre impression est que les notaires sont plus vigilants et les délais entre le décès et l'inventaire plus proches du délai légal. A Saint-Hyacinthe, les trois quarts des inventaires sont rédigés dans un délai de moins d'un an après le décès, dont plusieurs le jour même de la sépulture. Ce comportement est-il général à cette époque ? Il reste à confronter les fiches de familles et les inventaires pour les deux autres régions.

conclusion

25L’intégration plus poussée à l'économie de marché entraîne une croissance dans les niveaux de fortune paysans qui se manifeste également par une amélioration du niveau de vie. Mieux logés et mieux chauffés, les paysans du XIXe siècle possèdent un mobilier plus complet et plus spécialisé. Les paysans de Saint-Hyacinthe jouissent d’un niveau de vie plus élevé que ceux de Montréal soixante ans auparavant. Néanmoins des différences significatives séparent les habitants de la frontière de ceux des vieux terroirs. Plus on s'approche du centre économique de la région, plus on bénéficie de la commercialisation des produits de toutes sortes et plus on s'engage dans le marché.

26Cette amélioration du niveau de vie ne signifie toutefois pas que la reproduction sociale puisse être réalisée plus facilement. Etant donné le régime démographique en vigueur, une partie appréciable des unions est interrompue avant vingt ans de vie commune et les enfants issus de ces mariages ne bénéficient pas des mêmes assises économiques et sociales que ceux dont les parents meurent plus vieux. Ce phénomène n'est pas particulier à Montréal au milieu du XVIIIe siècle.

27Les familles de Montréal semblent assez nonchalantes quant au règlement des successions vers 1740. Les inventaires ne sont pas dressés d'une manière systématique peu de temps après le décès et plusieurs veufs entrent dans une seconde communauté avant la dissolution de la première. Les comportements très individualisés rendent difficile l’application d'un modèle cohérent quant au règlement des successions. Au début du XIXe siècle, les parents prennent plus de soin à dissoudre leur première communauté pour bien asseoir les droits des héritiers. Ce changement est-il attribuable à la conjoncture économique différente qui accorde plus d'urgence au règlement des successions ?

28Les inventaires peuvent renseigner à la fois sur certaines modalités de la reproduction familiale et sur les conditions matérielles globales des sociétés où s’effectue la reproduction sociale. A cet égard, le modèle de reproduction familiale par redéploiement dans l'espace n'est pas neutre économiquement mais il n'entraîne pas, pour les habitants des régions de frontière, une régression vers un niveau de vie comparable à celui des générations précédentes. Il y a des écarts significatifs entre les anciens et les nouveaux terroirs mais leur mode de vie suit la courbe ascendante de l'économie globale.

Notes

1 "L'historiographie du Québec rural et la problématique nord-américaine avant la révolution tranquille. Étude d’un refus.", Revue d'histoire de l'Amérique française (RHAF), vol. 44, no 1, été 1990, p. 199-222.

2 "... Ce qu'il faut surtout retenir, c'est que ce système de transmission des héritages crée un endettement paysan permanent (...) A partir d'un noyau très stable, une marge mouvante pousse de plus en plus loin sur les basses terres. Le noyau est condamné à rester économiquement faible car il paie le coût de la colonisation périphérique", L. Dechêne, dans Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle. Paris, 1972, p. 298.

3 C. Dessureault, "L'égalitarisme paysan dans l'ancienne société rurale de la vallée du Saint-Laurent : éléments pur une ré-interprétation", RHAF, vol. 40, no 3, hiver 1987, p. 373-407.

4 S. Dépatie, "La transmission des patrimoines dans les terroirs en expansion : un exemple canadien au XVIIIe siècle", RHAF, vol. 44, no 2, automne 1990, p. 171-198.

5 R.C. Harris, The Seigneurial System in Early Canada. A Geographical Study, Madison, 1968, p. 113.

6 L. Dechêne. "La croissance de Montréal au XVIIIe siècle", RHAF vol. 24, no 2, septembre 1973, p. 163-179.

7 J.-C. Robert, Montréal 1821-1871. Aspects de l'urbanisation. Thèse de doctorat 3e cycle. Paris, 1974, p. 167.

8 Nous pensons ici aux travaux dirigés par G. Paquet et J.P. Wallot. Voir la grille d’analyse dans le Bulletin d'histoire de la culture matérielle, (BHCM) no 17, printemps 1983, p. 9-23.

9 C. Dessureault, "Niveaux de fortune paysans et cycle de la vie familiale. Le cas des paysans maskoutains au tournant du XIXe siècle” in M. Baulant et al., Inventaires après-décès et ventes de meubles. Apports à une histoire de la vie économique et quotidienne (XIVe-XIXe siècle) Louvain-la-Neuve, 1988, p. 89-95.

Table des illustrations

Titre Tableau 7. Distribution des inventaires aprés-décès selon l'indice du niveau de vie et selon la durée de la vie conjugale 1740-1749
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site