Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Niveau de vie des familles rurales dans la Brie du xviiie siècle

Micheline Baulant

Texte intégral

  • 1 Sur la méthode voir M. Baulant, "L'appréciation du niveau de vie. Un problème, une solution." in Hi (...)
  • 2 Je parlerai de Brie, quoique, stricto sensu, les villages situés au nord de la Marne appartiennent (...)

1Cette étude, qui repose sur un indice utilisant les données fournies par les inventaires après-décès1, a été consacrée à l'examen du niveau de vie des familles rurales de Brie2 au XVIIIe siècle, de son évolution et les progrès accomplis au cours de cette période.

  • 3 Voir M. Baulant, "Typologie des inventaires après décès" in A.M. van der Woude et A.J. Schuurman ed (...)
  • 4 D'autre possibilités existent : Blandine Vue a montré qu'en Haute-Marne on n'établit guère jusqu'à (...)

2La large diffusion de la pratique de l'inventaire mobilier dans différents pays et à différentes époques, le patron similaire3 sur lequel la plupart d'entre eux sont construits offrent d'intéressantes possibilités de comparaison. La finalité de cet acte, cependant, peut différer sensiblement selon qu'il s'agit, comme en Brie et au Québec, de protéger les droits éventuels des mineurs, de procéder à un partage en nature entre cohéritiers, de justifier des ressources éventuelles d'un jeune ménage, comme dans certaines régions d’Allemagne où l'on pratique l’inventaire avant mariage, ou d'asseoir les droits du fisc comme en Crète ou dans l'empire ottoman4.

  • 5 Au nord de la Marne, Barcy, Etrepilly, Marcilly, Varreddes, Crégy, au sud, Villenoy, Boutigny et Ge (...)
  • 6 Giremoutiers, Pierre-Levée et surtout Maisoncelles et La Hautemaison.

3Parallèlement à l'enquête sur les villages qui entourent Meaux, notamment ceux qui dépendaient de l'Evêché et du Chapitre de la cathédrale5 et ceux qui relevaient de la juridiction de l'abbaye de Saint-Denis6, j'ai analysé une quantité à peu près égale d’inventaires urbains, mais il ne sera question ici que des campagnes. En outre j'ai laissé provisoirement de côté les laboureurs et j'ai éliminé, quoiqu'elles habitent au village, un certain nombre de familles dont les activités ne sont pas proprement rurales, notamment les hôteliers et les ouvriers ou entrepreneurs du bâtiment, qui ont été rattachés aux hôteliers et gens du bâtiment de la ville. L'échantillon comprend donc essentiellement des paysans, vignerons ou manouvriers, propriétaires ou locataires de quelques arpents de vignes ou de terres et des artisans ruraux, maréchaux, charrons, bourreliers. L'ensemble de 302 inventaires réunis se rapporte à la frange la moins riche, mais numériquement la plus importante de la population rurale de la région. La qualité des sols, les ressources en eau, la salubrité du site, la proximité d'une route, le type de seigneurie et son mode de gestion qui ont influé sur le morcellement du territoire, le comportement des propriétaires sont autant de variables qui ont contribué à donner à chaque village une physionomie particulière. La région a cependant son unité, renforcée par le rôle central de Meaux, marché et siège de juridictions.

4Il convient de noter, qu'à de rares exceptions près, ces familles ne sont pas autosuffisantes sur le plan alimentaire. En cas de hauts prix des grains, elles sont donc particulièrement vulnérables.

5La période retenue est le XVIIIe siècle. Pour des raisons archivistiques, elle s'arrête en Brie à la Révolution. Deux périodes ont été distinguées : 1701-1750 et 1751-1790 mais tous les calculs ont été effectués par décennies ce qui permet de suivre de plus près l'évolution.

i - Un siècle de changement

  • 7 Ce qui réduit les effets d'une négligence éventuelle du notaire.

6Pour chaque inventaire, on a calculé un Indice de niveau de vie. Rappelons que cet indice repose sur un pari, celui qu'il est possible de déterminer le niveau de vie d'un groupe ou d'une famille (réduite parfois à un individu) à partir de la présence ou de l'absence dans les inventaires mobiliers d'un nombre limité, mais important7, de caractéristiques préalablement sélectionnées.

  • 8 En ce qui me concerne, je suis partie de listes de fréquence d'apparition d'objets dans un échantil (...)
  • 9 Que le conjoint survivant, en vertu du contrat de mariage ou même de la "coutume", a le droit de "r (...)

7Pour cette sélection, on est parti, non pas d’une thématique idéale, mais de ce qu'on trouve concrètement dans les inventaires de la région étudiée8. Dans cet ensemble, il fallait éliminer les objets qui pouvaient être omis pour des raisons qui ne sont pas liées au niveau de l'inventaire, par exemple pour la Brie, les vêtements, les bijoux, les objets personnels9 ou les denrées périssables et les provisions, quoiqu'elles puissent tenir une place importante dans les inventaires. Enfin, on devait procéder à un arbitrage assez délicat entre l'importance qu'il convenait d'accorder aux objets qui tiennent une grande place dans les inventaires (pour Meaux, par exemple, la cheminée, le four, la cuisine, le lit et ses accessoires) et la nécessité d'introduire une certaine variété.

  • 10 18 sur 20 des objets de la première série apparaissent dans au moins 50 % des inventaires. Ceux de (...)

8Les critères retenus ont été regroupés en 5 séries à chacune desquelles a été attribuée une note sur 20, en fonction du nombre de critères présents dans un inventaire donné. Pour déterminer des niveaux, il fallait créer les conditions d'une hiérarchie. A cet effet trois des séries ont été constituées à partir de listes d'objets ou de caractéristiques très répandus, moyennement répandus, ou relativement rares. Elles ont été baptisées Objets de première nécessité, Confort et Luxe ; même si on peut discuter du caractère plus ou moins nécessaire ou luxueux de leurs composantes10.

  • 11 Toutes les fonctions possibles ne sont pas représentées. Il n'y a pas, par exemple, de poste Toilet (...)

9Ces premiers choix laissaient de côté une foule de choses dont certaines sont très représentatives de l'accès à un meilleur niveau de vie. En raison de leur extrême diversité, leur fréquence est rarement grande ; on a donc été amené à créer des familles d'objets. Elles ont servi à constituer les séries baptisées Vie domestique et Civilisation. Pour brider le laxisme introduit ainsi dans une construction qui se veut rigoureuse, on a réservé le procédé à deux séries seulement dont le contenu a été prédéfini11.

10Au demeurant, il faut prendre l'Indice de niveau de vie pour ce qu'il est : un indice. On ne peut pas dire, par exemple, que le niveau de vie a augmenté de 60 %, c'est l'indice qui a augmenté. La méthode ne dispense ni de revenir aux textes pour approfondir à quoi peut correspondre tel ou tel indice, ni de recourir aux autres variables disponibles.

  • 12 Je n’ai pas non plus, comme l'ont fait mes collègues québecois, entrepris une étude systématique de (...)

11D'autres paramètres ont été notés : montant de l'inventaire, date du contrat de mariage, date du décès, parfois très antérieure à celle de l'inventaire, nombre et âge des enfants vivants, parfois nombre d'enfants morts en bas âge. Mais ces renseignements (précieux pour interpréter les résultats) n'ont pu être retrouvés pour tous les cas ; on n'a donc pas pu constituer de statistiques12.

12Le premier résultat de l'enquête est l'amélioration du niveau de vie des paysans que fait apparaître la hausse sensible de l'Indice du niveau de vie (Voir graphique 1).

Graphique 1. Indice de niveau de vie paysan au xviiie siècle

Graphique 1. Indice de niveau de vie paysan au xviiie siècle

13Cette croissance, d'un peu moins de 10 points à la campagne (où l'indice est passé de 32,12 à 41,89 entre la première et la seconde moitié du siècle), n'est pas régulière. Elle est rapide de 1701 à 1730, puis de la décennie 1741-1750 à la décennie 1771-1780. Les très bas niveaux des années 1701-1710, puis le tassement autour des années 1740 sont conformes aux aléas de la conjoncture économique. Quant à la décennie 1781-1790, si l'échantillon n'est pas encore suffisant pour assurer qu'il y a eu baisse, on peut parler au moins d'un fort ralentissement.

14Une hausse analogue se manifeste en ville. Elle est, en moyenne, sensiblement égale à celle des paysans entre la première et la seconde moitié du XVIIIe siècle, même si les différentes catégories sociales en bénéficient plus ou moins.

15L'examen des indices maximum et minimum pour chaque décennie permet de nuancer cette progression. Durant la première moitié du siècle, l'indice maximum croît rapidement et régulièrement ; tout se passe comme si une minorité bénéficiait de l'arrivée sur le marché des nouveaux produits. Mais il subsiste un nombre important de pauvres, dont le sort ne s'améliore guère. Au contraire, après 1750, il n'y a plus de progrès significatif pour les plus riches, quoiqu'ils deviennent proportionnellement plus nombreux, mais l'indice minimal remonte, ce qui semble indiquer un adoucissement du sort des plus démunis.

Graphique 2. Indice de niveau de vie paysan au xviiie siècle

Graphique 2. Indice de niveau de vie paysan au xviiie siècle

16Le graphique 2 montre comment évoluent pour chaque décennie les composantes de l’indice. C’est la note de Confort qui a le plus augmenté (de 0,83 à 5,71 entre le début et la fin du siècle), mais les catégories Utilité, Objets domestiques et Civilisation ont gagné chacune environ 3 points.

  • 13 En ville, toutes catégories confondues, les biens de première nécessité sont passés de 70 à 60 % de (...)

17Ces augmentations se traduisent par une nouvelle répartition des biens possédés par les ménages. Quoique la part du Confort et celle de la Civilisation se soient sensiblement accrues, les biens de première nécessité (séries Utilité et Objets domestiques) qui représentaient 89 % de l’équipement domestique des paysans avant 1750, en formaient encore 77 % après 175113. On verra plus loin en quoi ont consisté ces améliorations.

ii - Les inégalités de la condition paysanne

18Pour chaque décennie, la composition de l'échantillon a été analysée et les indices triés par ordre décroissant. A toutes les périodes, et plus spécialement dans la première moitié du siècle, les graphiques en barres tirés de ces tableaux mettent en évidence les inégalités importantes propres à la société paysanne, même si, dans le cadre de cette étude, on a fait abstraction de ses membres les plus à l'aise puisqu'on n'y a pas pris en compte les laboureurs.

  • 14 Et même très élevée entre Marne et Morin : plus de 50 % des naissances dans des villages comme la H (...)

19A défaut de pouvoir incorporer de façon systématique les différents paramètres susceptibles d'expliquer ces différences, on a passé au crible les années 1701 à 1710. (Voir graphique 3). Si la misère de cette période forme un contraste, discret, avec la suite du XVIIIe siècle, elle se situe dans le prolongement direct des années précédentes. Non seulement trois crises de disette se sont succédées entre 1693 et 1709-1710, mais à plusieurs reprises des épidémies ont parcouru les campagnes, frappant de façon sélective tantôt les enfants - et dans ce cas leurs conséquences se sont ajoutées aux effets d’une mortalité infantile élevée14 -, tantôt les adultes ce qui a contribué à désorganiser les familles.

20La médiane des indices, sensiblement au niveau de la moyenne (qui se trouve elle-même à égale distance de l'indice le plus élevé et du plus faible), semble indiquer un certain équilibre entre ceux qui sont particulièrement mal lotis et ceux qui sont un peu mieux équipés que la moyenne.

Graphique 3. Indices de niveau de vie paysans (1701-1710)

Graphique 3. Indices de niveau de vie paysans (1701-1710)
  • 15 Correspondant aux numéros 29 à 33 sur le graphique 3.

21Cinq des ménages ont un indice de niveau de vie inférieur à 2015. Quelque mystère plane sur le cas de Jacques Servais, mort en 1706, voiturier par terre à la Hautemaison, et de sa femme, qui ont l'indice le plus faible, un peu plus de 13. On sait qu'ils avaient 3 enfants de 17 ans 1/2, 14 et 7 ans. L'inventaire ne mentionne aucun mobilier (table, chaise, coffre...), sauf 1 huche, aucune literie, et le greffier a pris la peine de préciser qu'il "n'a été fait mansion des hardes et linges tant du deffunt que de sa femme, attendu qu'il ne s'en trouve aucun". La maison semblait abandonnée et pourtant il y restait les chevaux, 1 vache et 8 poules. Qui les nourrissait ? Aucune des hypothèses qu'on peut raisonnablement formuler, saisie à la requête d'un propriétaire ou d’un collecteur de taille impitoyable, arrivée récente dans le pays, ne tient. Certes la famille semble originaire de Boissy-le-Châtel et de Doué à quelques dizaines de kilomètres de la Haute-maison, mais Servais semble avoir été propriétaire de sa maison depuis une dizaine d'années, moyennant une rente de 10 l. payée jusqu'en 1705. Aucun créancier ne s’est manifesté. En outre, il n’était pas vraiment pauvre. Ce qui reste de biens monte à 131 l sans parler de la récolte à faire de 7 arpents de blé froment ensemencés sur des terres appartenant à différents propriétaires. Alors, perte de la majorité des biens dans un incendie, déménagement imminent ? Impossible de le dire à l'heure actuelle.

22On est un peu mieux renseigné sur Jacques Bourjat, manouvrier à Lesches, mort en 1709. Lui était vraiment pauvre : la vente de ses biens n'a produit que 33 1 que se disputaient les créanciers. La description de ses maigres possessions témoigne largement de l'état de délabrement de son intérieur et de la précarité de sa situation. Il venait de perdre 3 enfants, avait d'autres enfants mineurs et une fille mariée.

23Tout n'est pas clair non plus dans le cas de Pierre Petit, vigneron ou manouvrier à Coulommes, mort en février 1707, tout jeune puisqu'il n'avait que 25 ans. Il était marié depuis 4 ans et laissait sa jeune femme, Marie Ducharne, enceinte, aux prises avec une belle mère qui lui disputait la moitié de la communauté. Ils avaient, en 1704, perdu une petite fille morte presqu'aussitôt née. L'enfant posthume, né en mai, est mort à 2 mois seulement. Restée seule, Marie Ducharne s'est remariée en novembre avec un autre vigneron qui est mort en 1708, la laissant de nouveau enceinte d'un enfant qui, lui aussi, ne vivra que 2 mois. Quoique l'inventaire ne mentionne aucun meuble sauf 1 coffre et 1 huche et qu’on n'y trouve pas de couverture, ils n'étaient pas pauvres aux normes de l'époque. Ils possédaient 2 vaches, 1 génisse, 1 âne avec son harnachement (66 1.), du vin (32 1.), 30 livres de vaisselle d'étain et on leur devait 10 1. Une hypothèse plausible serait qu'ils aient demeuré chez la belle-mère, ce qui expliquerait l'insistance de celle-ci à faire recenser ce qui appartenait réellement au jeune ménage.

24Jean Delorme, mort en 1707 à la Haute-maison, était âgé de 65 ans. Il avait été tailleur puis manouvrier. Il s'était marié à deux reprises, mais tardivement, à Louise Leduc en 1680, puis, en 1686, à Françoise Becquet (morte en 1702). Des 10 enfants que ses deux femmes lui avaient donnés, il ne subsistait plus en 1707 qu'un garçon de 13 ans. Jean Delorme ne possédait plus ni drap, ni nappe, ni serviette - le linge est d'ailleurs presque toujours ce qui disparaît le plus vite en cas de grande pauvreté -, ni bois de lit, ni chaise. Le peu qu'il avait était bien entendu qualifié de "méchant" ou "de nulle valeur". Il devait encore d'anciens loyers d'une vache qui lui avait été retirée ou à laquelle peut-être il avait renoncé à la mort de sa femme.

  • 16 La huche figure, suivant les décennies, dans 89 à 98 % des inventaires paysans.

25Il y a peu à dire sur Louis Caillot, manouvrier à Maison celles, mort en 1708, laissant une veuve et 2 enfants adolescents. Pour eux non plus, on ne peut pas parler de grande pauvreté. L'inventaire se monte à 100 1., sans compter 40 1 d’argent liquide. Les dettes se limitaient au loyer courant. Et pourtant le mobilier ne comporte que la huche16 et le coffre.

  • 17 Numéros 1 à 9 sur le graphique 3.

26A l'inverse, neuf personnes avaient un indice supérieur à 3017. L'âge de la plupart des paysans de ce groupe tournait autour de la quarantaine. Plusieurs d'entre eux en étaient à leurs secondes noces. La date de leur mariage nous est souvent inconnue. D'ailleurs quelle valeur lui attribuer quand il s'agit de remariages ?

  • 18 Sur le graphique 3 respectivement numéros 6, 4 et 5.

27Pourtant, il convient de souligner qu'on ne rencontre qu'une vieille femme : Louise Fayot, veuve d'un vigneron de Varreddes, qui était âgée de 75 ans, et deux jeunes femmes, Marie Nicole Masson, qui n'avait que 27 ans, et Marie Delaistre, sensiblement sa contemporaine18.

  • 19 Il faut rappeler quand même qu'en 1709, vin et grains sont surestimés.

28Louise Fayot était veuve depuis 4 ans et semblait vivre seule. Contrairement aux paysans du premier groupe, elle laissait une descendance relativement importante : 4 enfants adultes et mariés ; 1 autre fils, mort après deux mariages, avait eu 2 garçons. Or l'essentiel de la fortune de cette vieille femme, 700 1., tenait dans ses réserves et récoltes. Certes, elle avait pour plus de 50 l. de chanvre et de toile. Qui, à Varreddes, n'avait pas sa chénevière ? Mais elle possédait dans son grenier et son cellier 100 l. de grain et 300 l. de vin19, preuve qu'elle était encore productrice, même si elle ne travaillait plus de ses mains, sans qu'on sache si les vignes et les terres étaient cultivées bénévolement par ses enfants ou, plus vraisemblablement, faites à façon.

29L'inventaire de Marie Nicole Masson, qui était femme d'un plâtrier de Crégy, Etienne Debuis, est un exemple significatif de l'écart entre le montant d'un inventaire et le confort permis par son niveau élevé. Sur les 1470 l. de la prisée, il y avait 600 1 d'argent liquide et 530 1 de créances (pour fourniture de plâtre), sans compter les ânes nécessaires au transport du plâtre. Dans ce qui restait, la part du mobilier et surtout celle du linge étaient moins élevées que dans l'inventaire de Marie Delaistre : 63 l pour les meubles et 64 l pour le linge au lieu de 84 et 125 1 chez la seconde. Pour celle-ci, qui était femme de vigneron, le gros de la fortune mobilière était représenté par les réserves et récoltes (662 1.), l'outillage (170 1.) et les animaux (100 1.).

  • 20 Sur le graphique 3 respectivement numéros 31 et 1.

30Que conclure de cet examen ? D'abord que la hiérarchie des fortunes, même si on s'en tient aux fortunes mobilières, n'est pas parallèle à celle des indices de niveau de vie (Voir graphique 4). On a calculé pour cette décennie le montant de tous les inventaires. Sept d'entre eux n'arrivent pas à 100 1., 15 se répartissent entre 100 et 300 1. Quant aux 11 autres, 7 se situent entre 300 et 703 l. et les 4 derniers dépassent 1000 l (autour de 1500 l.). Le plus pauvre est Jean Delorme avec un peu plus de 161., le plus riche, Etienne Bourgoing avec 1647 l. (soit 100 fois plus)20.

Graphique 4. Fortunes de paysans (1701-1710) en livres tournois (échelle logarithmique)

Graphique 4. Fortunes de paysans (1701-1710) en livres tournois (échelle logarithmique)

31Si les plus riches avaient généralement un niveau de vie meilleur et si les gens très pauvres normalement un niveau faible, il n'est pas rare de découvrir que dans telle maison mal équipée se cachait un petit magot. C'est souvent le cas de vieilles femmes qui thésaurisaient pour égaliser la part d'un enfant qui n'avait pas reçu de dot ou pour établir un petit-fils ou une nièce tendrement aimés. Mais il ne faut pas oublier non plus qu'à niveau de vie égal, il fallait plus d'argent pour équiper une maison où vivaient 6 personnes que celle d'une personne seule.

32D'autre part, les exemples donnés montrent que les objets qui apparaissent dans l’indice sont loin de constituer la totalité des biens meubles des paysans. La possession d'une (ou même de plusieurs) vaches, de récoltes, d'une cuve pour les vignerons, parfois d'un cheval et d'une charrette y compte souvent pour une part importante. Dans la région entre Marne et Morin où les pâturages sont abondants et où, au début du XVIIIe siècle, les propriétaires d’étangs n'étaient pas encore trop regardants, il est probable que la possession de ces vaches a permis de subsister à un certain nombre de familles, par ailleurs démunies de presque tout.

  • 21 Le fait est surtout fréquent en ville.

33Mais d'autres facteurs ont pu entrer en jeu, par exemple le fait que le décès ait été en réalité très antérieur à l'inventaire. Dans ce cas, il n'y avait plus aucune trace du métier du défunt et l'intérieur examiné n'était plus celui d'un ménage, mais d'une veuve qui pouvait exercer une activité toute différente ou vivoter comme elle pouvait21.

34L'âge joue un rôle ambivalent. Les ménages qui jouissaient d'une certaine aisance, disposaient d'emblée de l’essentiel et acquéraient progressivement quelques objets qui amélioraient leur existence quotidienne, des oreillers par exemple ou une bassinoire pour chauffer le lit, ou encore, à la fin du XVIIIe siècle, de quelques douceurs, du sucre, du café. Même si, en établissant les enfants, on leur donnait un lit, une armoire, du linge, il en restait suffisamment et le niveau de vie se maintenait ou s'améliorait même. Cependant, dans certains intérieurs de personnes âgées, tout, meubles, ustensiles, linge, était qualifié de très vieux et très usé, donc sans grande valeur.

35Quant aux pauvres, ils se mettaient en ménage avec un équipement minimum, en espérant pouvoir fabriquer ou acquérir peu à peu le mobilier qui leur manquait. Et quand venait la maladie ou la vieillesse, il devenait parfois impossible de remplacer ce qui était brisé ou en lambeaux, ou nécessaire de vendre pour subsister, l'étain, une partie du linge ou des vêtements.

36Finalement, le trait qui me semble le plus significatif pour cette période, est le lieu d'habitation. Les 2/3 de ceux qui ont les indices les plus élevés demeuraient dans les villages du nord de la Marne, proches de Meaux. Au contraire les 5 ménages dont les indices sont les plus bas vivaient à la Hautemaison, à Maisoncelles, à Lesches ou à Coulommes.

iii - Les transformations concrètes de l'existence

  • 22 Respectivement 21 et 19 inventaires au lieu de 33 en moyenne.

37L'Indice de niveau de vie a un caractère abstrait délibéré. L’objectif plus concret de cette dernière partie est de montrer comment quelques-uns des objets se sont maintenus dans les campagnes et d'autre part d'examiner les nouveaux objets et par conséquent les nouveaux usages. Six groupes d'objets empruntés aux différentes séries ont été constitués (voir graphiques 5 à 10). Pour chacun, on a calculé le pourcentage d'inventaires dans lesquels ils apparaissent à chaque décennie. L'évolution n'est pas tout à fait linéaire, en partie parce que l'échantillon n'est pas encore assez étoffé pour certaines périodes (1721 à 1730 et 1781 à 1790)22, mais aussi parce que les nouveaux objets disparaissent dans les moments difficiles, autour de 1740 par exemple.

Graphique 5. Les objets du foyer au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 5. Les objets du foyer au xviiie siècle (% d'inventaires)

38Les objets du foyer qui tiennent une place importante dans les foyers briards, sont un bon reflet des distinctions sociales. Plus on est riche, plus l’équipement est varié. La crémaillère possédée presque universellement dans cette région se maintient vaillamment dans les campagnes durant tout le XVIIIe siècle, alors qu'à Meaux et plus encore à Paris, elle commence à décliner. La fréquence des pelles et des pincettes qui, au début du siècle, apparaissaient dans moins de la moitié des maisons, s'est rapidement accrue ; l'évolution de ces deux objets se confond d'ailleurs à la fin du siècle. Et les chenets eux-mêmes, considérés comme inutiles dans les deux tiers des foyers vers 1700, se retrouvent dans à peu près 60 % d'entre eux à la fin du siècle. A celà s'ajoutent les progrès sensibles du confort Le soufflet, le miroir, presqu'inexistants en 1701, apparaissent dans 60 % des inventaires en fin de siècle, tout comme l'oreiller. Sa percée a pourtant été un peu plus lente ; la plume était chère et, au milieu du siècle, certains pauvres avaient encore des traversins et parfois des lits garnis de "matelas d’étang", c'est-à-dire d’une sorte de roseau. La bassinoire se diffuse aussi assez largement, quoiqu'il ne s'agisse pour les paysans que de bassinoires de "cuivre jaune", moins coûteuses que celles en cuivre rouge. L'évolution du fer à repasser est moins franche ; sa petite taille, son faible prix lui permettent peut-être d'échapper plus souvent à l'inventaire.

Graphique 6. Éléments du confort au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 6. Éléments du confort au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 7 : Les meubles traditionnels au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 7 : Les meubles traditionnels au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 8. Les nouveaux meubles au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 8. Les nouveaux meubles au xviiie siècle (% d'inventaires)
  • 23 Prix empruntés aux inventaires de Marguerite Lemaistre, couturière à Maisoncelles, de Marie Delaist (...)

39Dans le mobilier, on a distingué les meubles traditionnels, la couche (c'est-à-dire le bois de lit), le coffre, la table et les chaises, et les nouveaux meubles. Le progrès est net. Au début du siècle, on ne trouve de couche que dans les 3/4 des inventaires ; en fin de période, pratiquement tous en ont. La table et les chaises, dont la relative rareté aux alentours de 1700 surprend, étant donné l'extrême modicité de leur coût (de 2 à 5 s. pour une chaise, 5 ou 10 s. pour une table, 30 s. pour une grande table de cabaret)23 apparaissent à la veille de la Révolution dans presque tous les intérieurs. L'absence de tables et de chaises est fortement corrélée au début du siècle avec un indice faible et un certain degré de pauvreté. Parmi les 13 inventaires qui ont l'indice le plus bas, 2 seulement ont une table, 3 des chaises. Inversement, pour les indices les plus élevés, une seul inventaire ne mentionne pas de chaise, deux pas de table. Cette relation n'existe pas pour le coffre et la huche. Le coffre recule à partir des années 1760. Ce recul est à mettre en relation avec la large diffusion de l'armoire dans les mêmes années. Les deux meubles coexistent cependant dans un certain nombre de foyers. Dans ce cas, le coffre est en général réservé au rangement des pièces de toile et du chanvre, filé ou non. Les autres meubles : fauteuils, pendules (ou plutôt horloges), ne tiennent qu'une place marginale. Les quelques horloges mentionnées semblent avoir été acquises pour imiter les laboureurs, très engoués de cet objet. Quant à la commode, son apparition dans les inventaires coïncide avec la fabrication par les menuisiers de village de "commodes" pourvues d'un seul tiroir et de 2 battants.

  • 24 Ce qui explique aussi les irrégularités de la courbe.

40Le graphique 9 est consacré à l'aspect de la table. Il faut noter que les fourchettes, de peu de valeur parce qu'exclusivement en fer chez les simples paysans, sont sans doute sous-enregistrées24. On peut considérer leur usage comme acquis à la fin du XVIIIe siècle, sans être tout à fait aussi répandu que l’utilisation de la vaisselle de faïence. Le retard de l'apparition des verres, par contre, correspond à une réalité, le pot à boire ayant résisté plus longtemps que les assiettes d'étain, concurrencées non seulement par la faïence mais par la vaisselle de terre plus grossière. Les cabaretiers, qui possédaient de grandes quantités de verres et qui ont été parmi les premiers à en utiliser, ont sûrement contribué à leur diffusion dans les milieux populaires. L'usage du sucre et des épices, qu'on ne repère qu'à travers les poivrières ou les râpes à sucre, est difficile à mesurer, mais, à coup sûr, il a gagné du terrain dans la seconde moitié du siècle.

Graphique 9. La table au xviiie siècle (% d’inventaires)

Graphique 9. La table au xviiie siècle (% d’inventaires)

41Le dernier graphique montre l'évolution des matériaux utilisés pour les objets courants. L'étain se maintient presque jusqu'à la fin du siècle ; mais dans ce cas précis, il faudrait pouvoir prendre en compte les quantités qui se réduisent fortement : il y a des inventaires où ne figurent plus que la seringue et les petites cuillers en étain. Les progrès de la faïence sont antérieurs à ceux de la vaisselle ; on l'a utilisée d'abord pour des saladiers et des "pots à bouquets" ; ceux du cuivre rouge, coûteux, et du fer-blanc, bon marché, sont à peu près parallèles, mais à une échelle différente.

42Ces humbles améliorations ont en commun d'avoir été permises, pour la plupart, par une meilleure ouverture sur le marché. Elles ont transformé la vie en profondeur et de façon irréversible. Les gens qui ont pris l'habitude de manger assis à une table et avec des fourchettes n'ont plus mangé sur leurs genoux et à la pointe de leur couteau. Et à coup sûr l'armoire, quand on a pu la remplir de linge, a acquis une valeur symbolique à laquelle ne se prêtait pas le coffre.

Graphique 10. Anciens et nouveaux matériaux au xviiie siècle (% d'inventaires)

Graphique 10. Anciens et nouveaux matériaux au xviiie siècle (% d'inventaires)

Conclusion

43Cette étude a été menée avec le souci de permettre une comparaison entre la situation des Briards et celle des paysans de la plaine de Montréal au moyen d'un indice commun. L'expérience tentée avec Christian Dessurault et John Dickinson a montré l'intérêt d'une comparaison préalable des objets quotidiens de chacun de ces pays et la nécessité d'adapter la composition de l'indice aux caractéristiques locales.

44Du côté de la Brie, le traitement d'un peu plus de 300 inventaires ruraux concernant une douzaine de villages fait nettement apparaître un progrès du niveau de vie entre le début et la fin du XVIIIe siècle, progrès sensiblement égal à celui de la ville, quoique, dans chaque village, d'énormes écarts entre les ménages subsistent au sein de la paysannerie. Pour une courte période, on a tenté de mettre en évidence les facteurs qui contribuent à ces inégalités que richesse ou pauvreté n'expliquent pas entièrement. L'intérêt porté à la situation précaire des plus démunis, les répercussions des crises de disette sur le niveau de vie moyen montrent que les progrès ne peuvent s'accomplir qu'une fois le pain quotidien assuré. L'examen des objets dont la possession contribue au progrès de l'indice montre de son côté qu'il y a eu une amélioration significative des conditions de l'existence, même si certains villages sont demeurés insalubres.

45Un examen plus poussé permettra de mettre en évidence bien d’autre aspect de l'évolution des campagnes briardes au XVIIIe siècle. Dès maintenant, il me semble important de souligner que la croissance qui caractérise le XVIIIe siècle - croissance de la production, croissance démographique - s'est accompagnée d'une élévation du niveau de vie.

Notes

1 Sur la méthode voir M. Baulant, "L'appréciation du niveau de vie. Un problème, une solution." in Histoire et mesure, 1989, IV-3/4, p. 267-302 ; M. Baulant, "Niveaux de vie et reproduction sociale. Les paysans de la région de Meaux (1751-1790)" ; C. Dessureault, "Niveaux de vie dans le Richelieu-Yamaska, 1800-1840. Etude préliminaire pour une comparaison France-Québec" ; J.A. Dickinson, "Niveaux de vie des paysans normands et québecois au 18e siècle" in G. Bouchard et J. Goy eds, Famille, Economie et Société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècle). Chicoutimi/Paris, SOREP/E.H.E.S.S., 1990, p. 185-224.

2 Je parlerai de Brie, quoique, stricto sensu, les villages situés au nord de la Marne appartiennent au Multien.

3 Voir M. Baulant, "Typologie des inventaires après décès" in A.M. van der Woude et A.J. Schuurman eds, Probate inventories. A new source for the historical study of wealth, material culture and agricultural development, Wageningen-Utrecht 1980. (A.A.G. Bijdragen, 23), p. 33-42 et 301.

4 D'autre possibilités existent : Blandine Vue a montré qu'en Haute-Marne on n'établit guère jusqu'à la Révolution que des inventaire avant décès, dressés quand une famille héberge "par charité" une personne généralement âgée et pauvre.

5 Au nord de la Marne, Barcy, Etrepilly, Marcilly, Varreddes, Crégy, au sud, Villenoy, Boutigny et Germigny-l'Evêque.

6 Giremoutiers, Pierre-Levée et surtout Maisoncelles et La Hautemaison.

7 Ce qui réduit les effets d'une négligence éventuelle du notaire.

8 En ce qui me concerne, je suis partie de listes de fréquence d'apparition d'objets dans un échantillon d'environ 200 inventaires.

9 Que le conjoint survivant, en vertu du contrat de mariage ou même de la "coutume", a le droit de "reprendre" sans prisée.

10 18 sur 20 des objets de la première série apparaissent dans au moins 50 % des inventaires. Ceux de la série Confort dans 20 à 30 %. Ceux de la série Luxe sont nettement plus rares et caractérisés par leur apparition plus tardive et leur usage restreint à un milieu plus limité.

11 Toutes les fonctions possibles ne sont pas représentées. Il n'y a pas, par exemple, de poste Toilette parce que, statistiquement, en Brie, les indications des inventaires ne sont pas valables sur ce point. Voir M.Baulant, "Les pratiques de l'eau dans la Brie des XVIIe et XVIIIe siècles", in Ethnologie française, XX, 1990, 2, p. 213-224.

12 Je n’ai pas non plus, comme l'ont fait mes collègues québecois, entrepris une étude systématique de la répartition du patrimoine entre différents postes, ni des relations entre niveau de vie et cycles de vie conjugale.

13 En ville, toutes catégories confondues, les biens de première nécessité sont passés de 70 à 60 % de l'équipement domestique.

14 Et même très élevée entre Marne et Morin : plus de 50 % des naissances dans des villages comme la Hautemaison ou Pierre-Levée.

15 Correspondant aux numéros 29 à 33 sur le graphique 3.

16 La huche figure, suivant les décennies, dans 89 à 98 % des inventaires paysans.

17 Numéros 1 à 9 sur le graphique 3.

18 Sur le graphique 3 respectivement numéros 6, 4 et 5.

19 Il faut rappeler quand même qu'en 1709, vin et grains sont surestimés.

20 Sur le graphique 3 respectivement numéros 31 et 1.

21 Le fait est surtout fréquent en ville.

22 Respectivement 21 et 19 inventaires au lieu de 33 en moyenne.

23 Prix empruntés aux inventaires de Marguerite Lemaistre, couturière à Maisoncelles, de Marie Delaistre, femme d'un vigneron de Crégy et de Germain Chiboust, hôtelier à Trilport.

24 Ce qui explique aussi les irrégularités de la courbe.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Indice de niveau de vie paysan au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 2. Indice de niveau de vie paysan au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 3. Indices de niveau de vie paysans (1701-1710)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 4. Fortunes de paysans (1701-1710) en livres tournois (échelle logarithmique)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 5. Les objets du foyer au xviiie siècle (% d'inventaires)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 6. Éléments du confort au xviiie siècle (% d'inventaires)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 7 : Les meubles traditionnels au xviiie siècle (% d'inventaires)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 8. Les nouveaux meubles au xviiie siècle (% d'inventaires)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 9. La table au xviiie siècle (% d’inventaires)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 10. Anciens et nouveaux matériaux au xviiie siècle (% d'inventaires)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site