Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

L'accaparement foncier et la reproduction sociale dans la vallée du Saint-Laurent au xviiie siècle1

Jacques Mathieu, Alain Laberge, Lina Gouger, Geneviève Postolec et Johanne Noël

Texte intégral

  • 1 Cette recherche est subventionnée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et par (...)
  • 2 Evolution et éclatement du monde rural. Actes du colloque franco-québécois d'histoire rurale compar (...)

1Dans cette Nouvelle-France que l'on se plaît à décrire comme un monde neuf et vide, par comparaison au monde plein qu'offre l'image de la vieille France rurale aux XVIIe et XVIIIe siècles, la reproduction sociale devrait pouvoir s'exprimer clairement dans l'espace investi2 S'il est vrai, comme le laissent entendre plusieurs témoignages et discours sur les pratiques sociales et sur les stratégies familiales d'alliance et de transmission, qu'existe dans les familles une ferme volonté d'assurer l'établissement des nombreux enfants, on devrait observer des pratiques d'accaparement de la propriété foncière.

2Que ce soit pour des raisons strictement économiques, pour des considérations de rang et statut de la famille, en réponse à des motivations plus diffuses de cohésion sociale, ou simplement comme manifestation de valeurs culturelles, l'accaparement des terres par les premières familles d'une seigneurie s'inscrit dans la problématique de la reproduction sociale. Notre analyse vise ainsi à vérifier jusqu'à quel point les familles établies cherchent à se réserver les terres disponibles dans les limites de leur seigneurie, afin d'y établir leur descendance. Elle esquisse, enfin, la façon dont ces pratiques d'appropriation se définissent.

i - Le discours de la reproduction sociale et l'idée de l'accaparement des terres

  • 3 G Bouchard, "Les systèmes de transmission des avoirs familiaux et le cycle de la société rurale au (...)

3L'accaparement des terres découle logiquement des impératifs de reproduction sociale dans le contexte de la Nouvelle-France et du Québec3. Des témoignages, des indices, des symboles ont servi d’assises à l'énoncé de concepts de nature semblable ou complémentaire. Tout convergeait vers la transmission familiale des biens fonciers et l’établissement de la descendance.

  • 4 M.-B. Collet, "Procès-verbaux sur la commodité et incommodité dressés dans chacune des paroisses de (...)
  • 5 A. Greer, Peasant, Lord, and Merchant. Rural Society in Three Quebec Parishes 1740-1840, Toronto, U (...)
  • 6 G. Postolec, "La reproduction sociale à Neuville au XVIIIe siècle : l'apport foncier au mariage", c (...)
  • 7 G. Bouchard, "Sur la reproduction familiale en milieu rural : systèmes ouverts et systèmes clos", R (...)
  • 8 G. Bouchard, "Sur la reproduction familiale...", op.cit. ; S. Courville, "Espace, territoire et cul (...)

4A propos de Longueuil, par exemple, Mathieu-Benoît Collet affirme "qu'il n'y a aucun establissement dans les profondeurs de la ditte seigneurie, les concessions qui y ont esté faites estant à des habitants qui les ont prises en veue d'y establir leurs enfans4". De même, une simple lecture diagonale des recensements, des aveux et dénombrements ou des papiers-terriers laisse croire à la fois au regroupement des familles et à l'importance de la présence d'enfants masculins de 15 ans et plus dans les stratégies foncières des familles5. D'ailleurs, d'autres documents d'époque donnent largement prise à ces concepts. Ainsi, plusieurs contrats de mariage sont associés à une transmission de biens6 ou des modalités de résidence temporaire sont offertes aux nouveaux époux pour un certain laps de temps. Les représentations d'un monde rural fermé où dominait l'esprit de clocher ont accentué ces impressions et les ont ancrées dans les valeurs culturelles québécoises. Les notions de terre paternelle, de patrimoine familial ou de transmission de père en fils vont dans le même sens. Elles incarnent le poids et le rôle des familles dans l'évolution de la société québécoise. Les modes et les règles de partage successoraux, la nature exogame ou endogame des alliances et les destins des enfants semblaient confirmer ces perceptions7. Les concepts de cohésion sociale et d'aire domestique ont pris appui sur les concentrations patronymiques dans les seigneuries et les régions8. Presque tout, en somme, convie à établir un lien étroit entre l'accaparement des terres et la reproduction sociale par le biais des familles. Dans cette vallée laurentienne en voie de saturation progressive au XVIIIe siècle, tout porte donc à croire que les pratiques d'accaparement des biens fonciers jouaient pleinement et peuvent être aisément détectées.

ii - La réalité au sol

  • 9 L. Dechêne, "La rente du faubourg Saint-Roch à Québec 1750-1850", RHAF, vol. 34, no 4, mars 1981, p (...)
  • 10 L. Michel, "Un marchand rural en Nouvelle-France. F.-A. Bailly de Messein, 1709-1771", RHAF, vol. 3 (...)
  • 11 G. Bouchard, "Les systèmes de transmission...", op. cit.

5L'accaparement foncier peut se manifester de plusieurs façons. Il arrive, près des villes, qu'il soit pure accumulation de terres et stratégie d'approvisionnement ou de financement, notamment par les communautés religieuses. Certains particuliers s'approprient également de grandes superficies dans des perspectives de spéculation et à des fins de lotissement puis de vente9. Dans l’espace seigneurial rural, l'accaparement peut résulter de la récupération de biens hypothéqués10 ou d’acquisitions sous forme d’achat ou de concession pour augmenter le patrimoine foncier familial avant de le répartir entre les enfants11. Pour une collectivité, cette appropriation peut prendre l'allure de pratiques destinées à réserver aux communautés familiales initiales et à leur descendance les terres disponibles en vue des développements ultérieurs. Dans tous les cas, l'accaparement foncier se présente comme un processus par lequel un ou des individus en viennent à posséder pour eux-mêmes ou leur famille un espace de terres excédant leur capacité d’exploitation ou permettant la constitution éventuelle de deux exploitations ou plus.

  • 12 J. Mathieu, Alain Laberge et al., "Les aveux et dénombrements du Régime français (1723-1745)", RHAF (...)
  • 13 Les critères qui ont présidé à cette sélection sont plus précisément les suivants : des seigneuries (...)
  • 14 R. Jetté, Dictionnaire généalogique des familles du Québec des origines à 1730, Montréal, PUM, 1983 (...)

6Pour conduire cette vérification, nous nous sommes appuyés principalement sur les aveux et dénombrements du XVIIIe siècle (1723-1745) qui décrivent terre par terre l'occupation de la vallée laurentienne12. Ces documents fournissent, pour chaque censive, le nom du propriétaire, les dimensions de la censive, la superficie mise en valeur et les bâtiments construits. Notre étude s’attache aux liens entre les propriétaires et les superficies possédées. Elle repose sur une sélection de sept seigneuries, relativement développées, mais où il reste des terres disponibles dans la profondeur. Situées dans chacun des gouvernements, sur les deux rives du fleuve, elles diffèrent selon leur ancienneté et leur proximité de la ville13. Au total, notre échantillon rejoint 10 % de toutes les terres de la vallée laurentienne. Ainsi la diversité des situations fait de la première moitié du XVIIIe siècle une période particulièrement pertinente à la vérification. En un deuxième temps, nous avons approfondi la connaissance de la situation et des liens de famille de chacun des propriétaires de terre dans ces seigneuries, à l'aide des données de l’état-civil14. Cette opération a permis d'élargir notre analyse, de lui donner une plus grande perspective dans le temps et de considérer l'ensemble des relations de parenté.

7Les faits d'accaparement peuvent se mesurer de plusieurs façons, mais particulièrement par la possession de plusieurs unités cadastrales ou d’une très grande superficie par une même personne.

Tableau 1. Répartition des propriétaires selon le nombre de terres possédées 1723-1738

Tableau 1. Répartition des propriétaires selon le nombre de terres possédées 1723-1738

Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.

  • 15 Les aveux et dénombrements présentent un portrait sur papier de la réalité au sol. Ils omettent des (...)
  • 16 J. Mathieu et A. Laberge, "La diversité des aménagements fonciers dans la vallée du Saint-Laurent a (...)

8Dans la vallée du Saint-Laurent, au moment des aveux et dénombrements, la grande majorité des censitaires (63 à 93 %) ne possèdent qu'une seule terre. Le principe "une terre, une famille" paraît être une règle communément suivie15. La possession d'une très grande terre peut également être une indication d'accaparement et servir ultérieurement à l'établissement de plusieurs enfants. Certains individus détiennent parfois en une seule terre une superficie comparable à ceux qui en possèdent plusieurs. La diversité de la taille des censives à l'intérieur des seigneuries observées est d'ailleurs une illustration clairement visible de cette possibilité qui, pourtant, ne paraît pas accessible à tous16.

9La détermination des superficies excédentaires aux capacités maximales d’une famille est influencée par la profondeur des terres, la qualité des sols, l'éloignement ou la proximité de la ville et les stratégies des seigneurs. Ainsi l'évaluation des seuils d'accaparement varie d’une seigneurie à l'autre. Par exemple, une terre de 150 arpents en superficie n'est que de dimension moyenne à Bellechasse, tandis qu'elle double la dimension moyenne des terres de Longueuil. Une des mesures les plus significatives provient de la largeur des terres. Qu'elle soit grande ou multiple, la terre est porteuse d'un indice d'accaparement si elle compte plus de quatre arpents de front et une profondeur minimale. Dans ces cas, elle peut aisément être subdivisée et supporter éventuellement deux familles.

Tableau 2. Répartition des grandes propriétés foncières 1723-1738

Tableau 2. Répartition des grandes propriétés foncières 1723-1738

Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.

  • 17 On note en effet que les chefs de famille comprenant des enfants masculins de plus de 15 ans ont un (...)
  • 18 D. Vickers, "Competency and Competition: Economic Culture in Early America", William and Mary Quate (...)
  • 19 L. Gouger et G. Postolec, "L'occupation de l'espace, deux régions de la vallée laurentienne au XVII (...)

10Que l'on se fonde sur le nombre de terres ou sur leurs dimensions, il semble qu'environ un tiers des censitaires aient pratiqué pour eux-mêmes ou leurs descendants une certaine forme d'accaparement17. Tout au moins ont-ils voulu se doter d'un patrimoine foncier assez vaste, soit pour s'assurer une "confortable aisance18", soit pour y constituer éventuellement deux exploitations. Mais la situation varie considérablement d'une seigneurie à une autre, de 10 pour cent à Neuville à 56 pour cent à Champlain. Les modes d'accaparement paraissent également variables. Dans les plus vieilles seigneuries, situées sur les meilleurs sols, à Longueuil comme dans les autres seigneuries de la plaine de Montréal, les terres sont de petites dimensions. L'accaparement ne peut que prendre la forme de l'acquisition d'une deuxième terre. A l'inverse, à Bellechasse et à Saint-Sulpice, c'est la dimension de la concession qui produit le plus fort indice d'accaparement. Cette pratique rejoint également des tendances observées ailleurs. Enfin, à Neuville, l'indice d’accaparement des terres est très faible. Octroyées dans un court laps de temps en 1667 et 1668 à un grand nombre de censitaires, les concessions initiales ont rapidement eu pour effet de saturer la zone des meilleurs terroirs. Avec le temps, une certaine standardisation a commencé à se manifester19.

11En général, les indices d'accaparement des terres par une même personne demeurent faibles, mais ils sont très variables d'une seigneurie à une autre. Si le principe "une terre, une famille" apparaît comme une dominante fondamentale du système au XVIIIe siècle, il n'a rien de déterminant. A mesure qu'elle se raréfie, la propriété foncière tend à devenir un enjeu social. Plus on avance dans le temps et plus on habite près de la ville, plus l'accaparement semble difficile.

iii - Pratiques d'accaparement et reproduction sociale

12Lorsque l'on observe le paysage rural laurentien, l'impression première qui se dégage retient la répétition frappante des mêmes patronymes, signe d'un tissu social serré. Dans la mesure où la reproduction sociale est un processus qui s'inscrit dans la longue durée, il faut affiner l'analyse des situations de famille et des liens de parenté qui unissent les propriétaires de terre dans une même seigneurie. Nous avons privilégié, en premier lieu, les rapports entre les générations (propriétaire et fils ou gendre) et, ensuite, les liens à l'intérieur d'une parenté plus étendue.

  • 20 ANQ-Q, E21/17-20, Ministère des Terres et Forêts, Aveux et dénombrements, Régime français, vol. 1, (...)

13A l'accaparement foncier, strictement individuel, on doit donc ajouter un accaparement plus proprement familial résultant des fils et des gendres qui réussissent à se tailler une place dans la seigneurie par acquisition ou concession. En fait, plus d'une génération s'y côtoie. Les fils et les gendres représentent près de 25 % des propriétaires. A Neuville, Léonard Faucher possède deux terres, mais ses deux fils et cinq de ses gendres y sont également établis, sans compter les trois petits fils qui, à leur tour, réussissent à s'y installer. L’aveu de la seigneurie de Yamaska décrit très précisément un processus d'accaparement initial : "Que dans la censive dudit fief, et sur la devanture d'yceluy sur le fleuve St-Laurent dans la terre ferme est Paul Hus qui possède une lieue de front ou environ sur la profondeur [...] Sur laquelle terre, ledit Paul Hus a étably tous ses enfans et petits-enfans au nombre de quatorze20". De fait, Paul Hus a réparti 699 arpents entre ses sept fils, ses trois gendres et quatre de ses petits-fils. Que le quart des terres d'une seigneurie soit accaparé par des fils ou des gendres est assez significatif. Ces propriétés s'ajoutent à celles possédées par les pères. Additionnées aux grandes et multiples propriétés possédées par une même personne au même moment, elles produisent un indice d'accaparement supérieur à 50 pour cent.

14Encore faut-il ajouter la parenté. Le fait de travailler avec une source d'information ponctuelle atténue la mesure de l'effet de la lignée en même temps qu'il accentue celle de la parenté. En fait, des parents, des cousins sont le plus souvent les descendants d'un propriétaire décédé. Aussi la parenté doit-elle être vue et analysée dans une perspective lignagère. Et alors, la cohésion sociale paraît extrêmement forte. Environ 90 pour cent des propriétaires sont alliés entre eux. Les réseaux de parenté sont très denses. Les alliances entre plusieurs familles, forgées par l'entremise des mariages et répétées de génération en génération, finissent par former un véritable écheveau de réseaux familiaux qui s'entrecroisent de façon très serrée, ne laissant que peu de place à l'étranger. Du reste, les quelques rares individus qui parviennent à s'installer dans une seigneurie ne demeurent pas isolés très longtemps.

iv - Les pratiques d’accaparement des fronts pionniers

15Dans le premier quart du XVIIIe siècle, le terroir est encore relativement ouvert. Rares sont les seigneuries où le territoire seigneurial a été entièrement concédé en censives. D'une part, les zones d’occupation les plus anciennes offrent encore parfois des espaces disponibles. D'autre part, l'ouverture progressive de rangs supplémentaires à des censitaires en quête de terres à défricher offre de nouvelles possibilités d'appropriation. Nous avons défini deux types de zones à l'intérieur de chacune des seigneuries étudiées à partir d'une classification des rangs selon le degré de développement de leurs terres. Ainsi, les rangs dont plus de la moitié des censives comptent 10 arpents et plus de terre en exploitation ont été considérés comme des "zones développées". A l'inverse, les rangs qui n'atteignaient pas ce niveau d’exploitation, ont été considérés comme des "fronts pionniers". La proportion des terres situées dans chacune des deux zones varie évidemment d'une seigneurie à l'autre en raison, notamment, de l'ancienneté du peuplement, des politiques seigneuriales, de la qualité des sols, etc. Nous nous intéressons aux pratiques qui président à l'accaparement de terres dans la zone qui semble, à priori, la plus ouverte, le front pionnier.

16La disparité du nombre de propriétés, entre les seigneuries et entre les deux zones à l'intérieur de chaque seigneurie, n’est pas négligeable. De fait, les fronts pionniers n’offrent pas tous le même potentiel. Ainsi, à Neuville, Saint-Gabriel et Champlain, les zones développées rassemblent 75 % des terres, alors que les fronts pionniers ne regroupent que relativement peu de terres, de l’ordre de 25 %. C'est donc un bassin de terres disponibles réduit qui est ouvert aux censitaires de la zone développée qui sont assez nombreux. A l'inverse, dans des seigneuries comme Bellechasse, Yamaska, Longueuil et Saint-Sulpice, les fronts pionniers sont beaucoup plus importants, de l'ordre de 50 % des terres de la seigneurie. Il faut donc considérer les processus d’accaparement sous l'angle d’un rapport entre le peuplement et les terres disponibles en terme de marché foncier où l'offre et la demande commandent les mécanismes d’appropriation

Tableau 3. Répartition des propriétés entre la zone développée et le front pionnier de leur seigneurie 1723-1738

Tableau 3. Répartition des propriétés entre la zone développée et le front pionnier de leur seigneurie 1723-1738

Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.

  • 21 Dans trois seigneuries, des propriétaires du front pionnier n'ont pu être identifiés : à Yamaska, L (...)

Tableau 4. Répartition des terres du front pionnier selon leurs propriétaires 1723-173821

Tableau 4. Répartition des terres du front pionnier selon leurs propriétaires 1723-173821

Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.

  • 22 Y. Beauregard et al., op.cit., p. 404.

17Les terres du front pionnier paraissent donc faire l'objet d'enjeux différents d'une seigneurie à une autre. Toutefois, au-delà de la grande diversité des situations, deux tendances se dégagent avec plus de netteté. Dans les seigneuries ayant de petits fronts pionniers, comme Neuville, Saint-Gabriel et Champlain, les mêmes noyaux familiaux détiennent de 80 à 100 % des terres, réussissant ainsi à se réserver la très grande majorité des terres disponibles. La cohésion familiale se fait par l’intermédiaire des fils, des gendres et de la parenté étendue (oncles, cousins...). En fait, les nombreux censitaires des zones les plus anciennes se partagent relativement peu de nouvelles terres. Le front pionnier y devient facilement une chasse gardée au bénéfice des premiers occupants. Au contraire, des seigneuries ayant un bassin de terres disponibles assez large, comme Bellechasse et Saint-Sulpice, montrent une plus grande ouverture à l’étranger en recevant dans leur front pionnier respectivement 47 et 33 % de nouveaux censitaires non alliés aux vieilles familles de la seigneurie. Les anciennes familles ne peuvent à elles seules accaparer toutes les terres disponibles. Yamaska est un cas particulier ; elle constitue, dans son ensemble, un front pionnier. Seigneurie en plein essor, la cohésion sociale y est très forte puisque 93 % des censitaires sont apparentés. Cette cas illustre bien "la dynamique de la parenté dans la formation d'une nouvelle communauté22".

18Trois pratiques sociales de l'espace, dont l'une jouit d'une prépondérance certaine peuvent expliquer ces différences. De toute évidence, la disponibilité de terres joue un rôle primordial. Au-delà d'un certain seuil, les collectivités locales ne peuvent accaparer l'ensemble des terres disponibles. Si tant d'étrangers réussissent à s'établir à Bellechasse, Yamaska et Saint-Sulpice, c’est que le nombre de terres offertes dépasse les capacités de la reproduction sociale locale. Les processus d'accaparement de terres s'intègrent donc dans une dynamique foncière liant, de manière étroite, bassin de population et bassin de terres disponibles. Inversement, l’attrait des agglomérations urbaines aurait créé des densités de population plus élevées, laissant des fronts pionniers réduits et plus difficilement accessibles.

19Dans ces dernières seigneuries, c’est-à-dire Bellechasse et Saint-Sulpice, nous observons en fait les comportements propres aux fronts pionniers, caractérisés par un accaparement initial des terres. A Saint-Sulpice, la famille Chevaudier dit Lépine rassemble six frères qui possèdent sept terres dans le front pionnier. A Bellechasse, Jean-Jacques Talbot dit Gervais et ses trois fils célibataires se font concéder chacun une terre dans le front pionnier. Ces réseaux illustrent bien le caractère familial des peuplements fondateurs et l'utilité des liens pour une installation facile et un établissement réussi puisqu'ils sont garants d'une entraide et d'une solidarité essentielles. Le seigneur et le censitaire y trouvaient d'ailleurs leur avantage. Le premier s’assurait d'une présence significative en nombre et d'un développement assez rapide. Ce noyau initial de population était susceptible d'attirer d'autres censitaires. A l'inverse, ces familles pionnières dotées de nombreux enfants dont, souvent, les premiers atteignaient déjà l'âge de s'installer, s'assuraient ainsi d'une vaste portion de terre pour l'avenir. Du reste, au bout d'une génération les liens avec les anciennes familles ont toutes les chances de s'être multipliés et de faire de la famille le ciment de la cohésion sociale. Les mouvements rappellent d'ailleurs l'importance de la mobilité extra-seigneuriale et lui donnent l’apparence d'une forme particulière ou primitive de reproduction sociale.

20Enfin, l'appropriation des terres par les anciennes familles semble obéir à d'autres règles. Dans la mesure où il demeure possible d'acquérir des terres productives dans la zone développée, c’est là que vont les préférences des fils et des gendres. A Neuville, notamment, sept des huit individus de la zone développée qui possèdent plus d'une terre l'ont acquise dans la même zone. A Saint-Gabriel, le front pionnier est complètement ignoré par les vieilles familles. Ainsi la famille de Simon Alain, établie dans cette seigneurie, compte quatre descendants, deux fils, un gendre et un petit-fils, tous installés dans la zone développée. Par contre, à Longueuil, la zone d'occupation ancienne, complètement saturée, ne permet pas de nouvelles installations ; il n'y a d'autre alternative que d'accaparer les nouvelles zones de développement ou de partir s'installer dans une autre seigneurie, seul ou avec des alliés.

  • 23 D. Gauvreau et G. Bouchard, "Du Québec au Saguenay : Les paramètres de la formation des populations (...)

21L'occupation des fronts pionniers du monde rural laurentien au XVIIIe siècle paraît sous l'influence de deux systèmes distincts. D'une part, à cause du bassin de terres disponibles, on y retrouve encore des comportements propres aux fronts pionniers. Dans le peuplement initial, les familles nombreuses et les alliances matrimoniales jouent un rôle prépondérant. Elles permettent de comprendre qu'à moyen terme, tous ou presque tous sont parents à des degrés divers et que les mêmes patronymes se retrouvent en majorité. C'est ce que Gérard Bouchard a appelé "l'effet fondateur" puisqu'on y retrouve, bien que sous une forme particulière, les mêmes principes de reproduction sociale23. Cela correspondrait à un cycle particulier de la formation des collectivités locales. Dans les espaces plus anciens et en voie de saturation, la reproduction sociale s'exprimerait différemment. Une certaine standardisation, notamment de la part des seigneurs, l'ancienneté de l’établissement et la proximité de la ville réduiraient la possibilité d'expression de telles pratiques pionnières et illustreraient une réaction à l'urbanité naissante et croissante. Le principe une terre, une famille, serait devenu un processus social actif, voire contraignant, mais qui imposerait ses propres règles du jeu face à l'accaparement des terres.

22Les constats et les pratiques d'accaparement que nous avons pu observer, fondés sur les superficies possédées, demanderaient d'autres développements et d’autres raffinements. Il serait utile par exemple de dégager les concordances entre l'occupation des terres et leur degré d'exploitation. Il faudrait également préciser l'influence sur l'accaparement des "accidents" démographiques, tels un veuvage précoce ou la présence de peu de descendants masculins dans une fratrie. Malgré leurs limites, ces constats rejoignent bien d'autres pistes avancées de recherche et s'insèrent aisément dans les cohérences proposées. Ils confirment, en les précisant, les comportements des peuplements fondateurs d'où ressort un cycle d'ouverture, de fermeture puis de réouverture. Ils proposent des modes et des stades d’accaparement variés, dont un des aboutissements pourrait être plus économique que foncier et reposer sur des stratégies de prêts hypothécaires. Ils remettent en question la représentation du nombre élevé d'enfants dans les familles, autant dans sa réalité que dans ses fondements ; une question qu'il faudrait probablement lier à la présence de domestiques ou de journaliers. Ils conduisent enfin sur la piste d'une autre interrogation majeure. Il s’agit des rapports villes-campagnes. Les tendances observées dans les plus vieilles zones de colonisation nous invitent à nous demander jusqu'à quel point l'ancienneté et l'urbanité pourraient favoriser le renforcement de la ruralité.

Notes

1 Cette recherche est subventionnée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et par le Fonds FCAR du Ministère de l’enseignement supérieur du Québec.

2 Evolution et éclatement du monde rural. Actes du colloque franco-québécois d'histoire rurale comparée, Rochefort 1982, Paris/Montréal, EHESS/PUM, 1986, Joseph Goy et Jean-Pierre Wallot eds, Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l'Ouest XVIIe-XXe siècle. F. Lebrun et N. Séguin, Actes du colloque franco-québécois, Québec 1985, Trois-Rivières/Rennes, Centre de Recherche en études québécoises, UQTR/Presses Universitaires de Rennes 2,1987.

3 G Bouchard, "Les systèmes de transmission des avoirs familiaux et le cycle de la société rurale au Québec, du XVIIe au XXe siècle", Histoire sociale/Social History, vol. XVI, no 31, mai-May 1983, p. 35-60.

4 M.-B. Collet, "Procès-verbaux sur la commodité et incommodité dressés dans chacune des paroisses de la Nouvelle-France", RAPQ 1921-1922, Québec, Ls-A Proulx, 1922, p. 310.

5 A. Greer, Peasant, Lord, and Merchant. Rural Society in Three Quebec Parishes 1740-1840, Toronto, University of Toronto Press, 1987.

6 G. Postolec, "La reproduction sociale à Neuville au XVIIIe siècle : l'apport foncier au mariage", communication présentée au colloque d'histoire comparée France/Québec, Veyrier-du-Lac, juin 1991.

7 G. Bouchard, "Sur la reproduction familiale en milieu rural : systèmes ouverts et systèmes clos", Recherches sociographiques, vol. XXVIII, nos 2-3, 1987, p. 229-251 ; J. Mathieu et al., "Les alliances matrimoniales exogames dans le gouvernement de Québec 1700-1760", RHAF, vol. 35, no 1, juin 1981, p. 3-32 ; Y. Beauregard et al., "Famille, parenté et colonisation en Nouvelle-France", RHAF, vol. 39, no 3, hiver 1986, p. 391-405.

8 G. Bouchard, "Sur la reproduction familiale...", op.cit. ; S. Courville, "Espace, territoire et culture en Nouvelle-France : une vision géographique", RHAF, vol. 37, no 3, décembre 1983, p. 417-429.

9 L. Dechêne, "La rente du faubourg Saint-Roch à Québec 1750-1850", RHAF, vol. 34, no 4, mars 1981, p. 569-596 ; ANQ-Q, E 21/27-28-29-30, Ministère des Terres et Forêts, Déclaration des censitaires du Roi 1750-1758.

10 L. Michel, "Un marchand rural en Nouvelle-France. F.-A. Bailly de Messein, 1709-1771", RHAF, vol. 33, no 2, septembre 1979, p. 215-262.

11 G. Bouchard, "Les systèmes de transmission...", op. cit.

12 J. Mathieu, Alain Laberge et al., "Les aveux et dénombrements du Régime français (1723-1745)", RHAF, vol. 42, no 4, printemps 1989, p. 545-562.

13 Les critères qui ont présidé à cette sélection sont plus précisément les suivants : des seigneuries ayant plus de deux rangs et possédant au moins 50 censives. Notre échantillon regroupe donc des seigneuries de taille variable. Les seigneuries retenues sont, pour le gouvernement de Québec, Bellechasse (1724), Neuville (1725) et Saint-Gabriel (1723) ; pour le gouvernement de Trois-Rivières, Yamaska (1723) et Champlain (1738) ; pour le gouvernement de Montréal, Longueuil (1723) et Saint-Sulpice (1731).

14 R. Jetté, Dictionnaire généalogique des familles du Québec des origines à 1730, Montréal, PUM, 1983. C. Tanguay, Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours, Montréal, ed. Elysée, 1975, 1ère édition 1871, 7 volumes ; H. Charbonneau et J. Légaré (sous la dir.), Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien, P.R.D.H., Université de Montréal, PUM, Montréal, 47 vols (1980-1990).

15 Les aveux et dénombrements présentent un portrait sur papier de la réalité au sol. Ils omettent des réalités illisibles sur une carte, comme l'existence de parcelles d'exploitation et ne reflètent pas les subtilités juridiques qui ne s'inscrivent pas dans le paysage comme les parts d'héritage. Cf J. Mathieu, A. Laberge et al., L'occupation des terres de la vallée du Saint-Laurent : les aveux et dénombrements 1723-1745, Québec, Septentrion, (à paraître).

16 J. Mathieu et A. Laberge, "La diversité des aménagements fonciers dans la vallée du Saint-Laurent au XVIIIe siècle", Historical Papers/Communications historiques, 1989, p. 146-166.

17 On note en effet que les chefs de famille comprenant des enfants masculins de plus de 15 ans ont un peu plus tendance que les autres à augmenter leurs avoirs fonciers.

18 D. Vickers, "Competency and Competition: Economic Culture in Early America", William and Mary Quaterly, vol. XXVII, no 1, January 1990, p. 3-29.

19 L. Gouger et G. Postolec, "L'occupation de l'espace, deux régions de la vallée laurentienne au XVIIIe siècle", in Gérard Bouchard et Joseph Goy eds, Famille, économie et société rurale en contexte d'urbanisation (17e-20e siècle). Actes du colloque d'histoire comparée Québec/France, Montréal 1990, Chicoutimi/Paris, Centre interuniversitaire SOREP/EHESS, 1990, p. 371-383.

20 ANQ-Q, E21/17-20, Ministère des Terres et Forêts, Aveux et dénombrements, Régime français, vol. 1, "Fief d'Yamaska", 3 juin 1723, f. 89r.

21 Dans trois seigneuries, des propriétaires du front pionnier n'ont pu être identifiés : à Yamaska, Longueuil et Saint-Sulpice, respectivement deux, deux et seize individus.

22 Y. Beauregard et al., op.cit., p. 404.

23 D. Gauvreau et G. Bouchard, "Du Québec au Saguenay : Les paramètres de la formation des populations", in Gérard Bouchard (sous la dir.). De la dynamique de la population à l'épidémiologie génétique. Actes du Symposium international SOREP, Chicoutimi 1987, Chicoutimi, SOREP, 1988, p. 157-173.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des propriétaires selon le nombre de terres possédées 1723-1738
Légende Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2. Répartition des grandes propriétés foncières 1723-1738
Légende Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 3. Répartition des propriétés entre la zone développée et le front pionnier de leur seigneurie 1723-1738
Légende Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 4. Répartition des terres du front pionnier selon leurs propriétaires 1723-173821
Légende Sources : Aveux et dénombrements du Régime français.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540