Version classiqueVersion mobile

Le Premier Rimbaud

 | 
Steve Murphy

La Volonté de [ne rien] savoir

Texte intégral

1. Etapes de la lecture et de la délecture

  • 1 Nous avons respecté l'orthographe et la ponctuation de ce rapport.

Comme moral et comme talent, ce Raimbaud, âgé de 15 ou 16 ans, était et est une monstruosité. Il a la mécanique des vers comme personne seulement ses oeuvres, sont absolument inintelligibles et repoussantes [...]1.

  • 2 V. surtout Martin s.d., De Graaf 1956b, Guillemin 1956, Murphy 1984 et Postal 1989.

1Ainsi parlait l'Officier de Paix Lombard, le 1er août 1873/Martin, s.d./. Son rapport, malgré les nombreuses erreurs qu'il contient, donne une idée éloquente des réactions suscitées par le poète de dix-neuf ans à cette époque. Pendant longtemps, l'image de Rimbaud sera inséparable de sa liaison avec Verlaine et d’une réputation de cruauté et de saleté. On lui reprochait ses penchants « pédérastiques », son abus de l'absinthe, ses propos révolutionnaires. Dans les rapports gardés dans les Archives de police de Paris et de Bruxelles, Rimbaud est considéré comme un ancien franc-tireur2 et, quel que soit le degré de vérité dans les affirmations de certains de ces amis — Delahaye, Forain et Verlaine — suivant lesquelles il aurait assisté à une courte période de la vie de la Commune, il est certain qu’il passait pour un Communard, et il est légitime de penser qu’il a lui-même encouragé cette supposition.

2Pendant assez longtemps, Rimbaud a donc été tenu surtout pour un poète subversif, pour une sorte d'anarchiste de la poésie, créateur d'œuvres « absolument inintelligibles et repoussantes ». Ses adversaires racontaient complaisamment des histoires scabreuses à son sujet, dont certaines ont été probablement mises en circulation par le poète lui-même, afin d'« épater la bourgeoisie ». En effet, si Rimbaud a joué presque systématiquement la provocation, on peut dire que pendant une cinquantaine d'années au moins, sa capacité de choquer le lecteur traditionnel de la poésie est restée à peu près intacte. Très tôt il a su adopter tous les styles poétiques de son époque, la caricature et l'invective des Châtiments de Hugo, le réalisme de Coppée, la fantaisie funambulesque du Parnassien Théodore de Banville, l'interrogation existentielle et l'imagerie de Baudelaire. Cependant, s'il a pu adopter ces styles, il ne s'y est jamais platement adapté. Intègre, il n'est jamais devenu, comme il aurait pu le faire, un auteur à succès, un François Coppée. Ainsi, dans une rapide spirale stylistique, son œuvre proposera un dépassement de ces modèles, pour mettre en cause jusqu'aux prémisses de la prosodie contemporaine. Or, pour les lecteurs contemporains, sa subversion la plus flagrante portait sur le contenu même de ses textes, sur leur déploiement d'images insaisissables ou opaques, d'éléments en principe étrangers à la « poéticité ». Ecrire un poème consacré à l'épouillage ou un hommage à Vénus qui dote celle-ci d'un ulcère à l'anus, n'était-ce pas pousser l'extravagance baudelairienne vers de nouvelles limites provocatrices ? Rimbaud est donc resté pendant longtemps l'auteur de Voyelles, poème tenu pour une fumisterie par Coppée — et aussi, jusqu'à un certain point, par Verlaine — mais aussi des Chercheuses de poux. Et lorsque Félicien Champsaur met Rimbaud en scène sous le nom d'Arthur Cimber dans son roman à clefs Dinah Samuel, en 1882, une année avant Les Poètes maudits de Verlaine, il citera justement deux strophes des Chercheuses de poux. Verlaine, en 1883, en fournira le texte intégral.

3Ce qui pouvait énerver et agacer des lecteurs férus des jouissances timides du Parnasse a en revanche subjugué quelques esprits larges de l’époque. Malgré ses réticences fort compréhensibles, Banville lui-même aidera Rimbaud. Mais c'est surtout du côté des poètes les plus anti-bourgeois, de plus en plus en marge sans doute de la société littéraire de l'époque, qu'il trouvera un accueil favorable. Dans une lettre du 5 octobre 1871, Léon Valade décrit l'arrivée de Rimbaud au dîner du cercle des « Affreux Bonshommes » :

Là fut exhibé, sous les auspices de Verlaine, son inventeur, et de moi, son Jean-Baptiste sur la rive gauche, un effrayant poète de moins de 18 ans, qui a nom Arthur Rimbaud. Grandes mains, grands pieds, figure absolument enfantine et qui pourrait convenir à un enfant de treize ans, yeux bleus profonds, caractère plus sauvage que timide, tel est ce môme dont l'imagination, pleine de puissances et de corruptions inouïes, a fasciné ou terrifié tous nos amis. [...] A moins de la pierre sur la tête que le Destin nous tient souvent en réserve, c'est un génie qui se lève/Maupassant, 13/.

4Fasciné ou terrifié. D'où, presque dès son arrivée, la division en deux camps de ceux qui ont connu Rimbaud. Comme l'a observé Verlaine :

[...] il enthousiasma Cros, charma Cabaner, inquiéta et ravit une foule d'autres, épouvanta nombre d'imbéciles, contristant même, dit-on, des familles qu'on assure s'être complètement rassises depuis/OePr 800/.

5La division sera très vite rendue encore plus tranchée par l'incident où Rimbaud blessa Carjat avec une canne-épée et par ses rapports avec Verlaine. Parmi les adversaires, figuraient Edmond Lepelletier qui, malgré sa grande amitié pour Verlaine, laissa clairement entendre l'homosexualité des rapports de celui-ci avec Rimbaud, et Albert Mérat, qui refusa d'être représenté dans Un Coin de table de Fantin-Latour à cause de la présence de Rimbaud. Parmi les premiers amis de Rimbaud à Paris, on nommera Verlaine, Valade, Richepin, Ponchon, Cabaner, Forain et pendant un certain moment, Charles Cros. Retenons toutefois que ni les amis, ni les adversaires de Rimbaud n'auraient songé à mettre en doute un instant le caractère subversif de son œuvre et de sa conduite.

6Par la suite, grâce à une série de médiations poétiques et critiques, on a réussi, sinon à rendre intelligible l'œuvre de Rimbaud, du moins à lui conférer une manière de lisibilité. Dans les années 1880, les effets conjugués de Verlaine dans Les Poètes maudits et du mouvement décadent donnèrent à Rimbaud une certaine notoriété. Il était toujours considéré comme un écrivain incompréhensible, fumiste ou fou, sinon les deux à la fois. Louis Desprez, un jeune critique naturaliste, disait par exemple :

M. Rimbaud me semble le produit le plus typique du byzantinisme baudelairien, aboutissant à la folie. De la mystification grave et convaincue, une recherche morbide des « verts de plaie » et des incompréhensibilités psychiques et linguistiques, du rêve biscornu, démentiel/cité par De Graaf 1955, 124/.

  • 3 V. Parade sauvage, 3, 1986, p. 118-119.

7Félicien Champsaur n’était pas le seul à tenir Rimbaud pour un poète décadent. Les Décadents s'amusèrent d'ailleurs à fabriquer des Rimbaud apocryphes, dont certains sont fort intéressants pour une analyse de l'image contemporaine du poète. Parfois, comme dans Instrumentation, sonnet publié dans Le Décadent en 1888, les auteurs étaient extrêmement bien renseignés sur Rimbaud au point de pouvoir citer des poèmes qui resteront pendant très longtemps inédits3. Verlaine lui-même parlera de « zolismes » inavouables, Georges Izambard de « petit prodige détraqué »/21/, Félix Fénéon d’« exaltations tôt acescentes et âcres, et déviées en érotismes suraigus », Rémy de Gourmont d'« une violence magnifiquement obscène ». Plus tard, Gide creusait avec beaucoup d'intérêt les apparentes allusions homosexuelles d'Antique. Quant aux psychiatres, ils ont bien senti les références sexuelles de l'œuvre, mais pour en faire une abondante documentation psychopathologique. Robert Goffin écrivait en 1937 : « Un docteur spécialiste en matière psychanalytique me disait il n'y a pas longtemps, que les premières poésies de Rimbaud démontraient de façon absolue la masturbation »/113/. Les provocations qui mettaient en colère la critique catholique, ne pouvaient que plaire aux écrivains et artistes d'avant-garde de l'époque et ce n'est sans doute pas un hasard si les Cézanne, Fénéon, Gauguin et Pissarro de l'art libertaire s'intéressaient tant à l'anarchiste littéraire qu'était, selon la plupart des commentateurs, Arthur Rimbaud. Le terrain était désormais propice pour la lecture surréaliste.

8Un quart de siècle après la renonciation à la poésie de Rimbaud, ceux qui se targuaient d'être ses véritables défenseurs ont cru qu’il était de leur devoir de le protéger contre toutes les accusations des Lepelletier, Rollinat et Goncourt. Que s'est-il passé pour produire un tel retournement brutal ? D'abord, beaucoup des anciens amis de Rimbaud avaient, comme lui d'ailleurs, « viré de bord ». Forain et Verlaine, par exemple, avaient depuis longtemps répudié leurs idées politiques d'extrême gauche ; Forain était même devenu un caricaturiste anti-dreyfusard notoire. Aucun de ces poètes ne voulait maintenant qu'on lui rappelle son passé de membre du très subversif cercle zutique au début des années 1870. Le plus simple, pour éviter toute accusation, était de nier l'homosexualité de Rimbaud, de minimiser l'importance de ses idées politiques. Ou, souvent, de ne pas en parler.

9Néanmoins, si c'est surtout Verlaine qui a mis en route cette euphémisation, non sans laisser entendre parfois, par des insinuations désinvoltes, le caractère mystificateur de ses propres propos, c'est avec l'arrivée sur scène d'Isabelle Rimbaud, après la mort de son frère, que l'entreprise de récupération et de délecture prendra une forme vraiment agressive. Rimbaud est mort à peu près au moment où l'éditeur Genonceaux a publié un recueil de ses poèmes, édité par Rodolphe Darzens, le Reliquaire. Le contenu de ce volume a fait scandale, moins à cause des poèmes qu'il proposait au public que grâce à certains détails de sa préface. Genonceaux avait publié le volume très vite, sans que son auteur ait pu terminer son travail d'éditeur et de préfacier. Ainsi la préface contenait-elle certains détails que Darzens aurait assurément censurés avant sa publication. Scandalisée d'apprendre la nature de la notoriété poétique de son frère, Isabelle Rimbaud a tout de suite cherché à contrecarrer et à réfuter toutes les accusations dont on chargeait la mémoire de son frère. Mais son entreprise de blanchissage familial ne pouvait se confiner à une réfutation des propos de la critique. Quelques semaines à peine après la mort de son frère, elle voulait présider à l'enterrement de son corps poétique. Elle disait, dans une lettre à un ancien ami de Rimbaud, Louis Pierquin — sans que l'on puisse deviner si elle percevait l'humour noir de ses mots — qu'elle avait parfaitement le droit d'amputer cette œuvre, que son frère avait lui-même reniée.

  • 4 En particulier, comme nous le montrons dans un travail en cours, Isabelle est l'auteur, et non Art (...)
  • 5 Nous publierons sous peu une série de lettres inédites de Vanier à Pierquin dans le bulletin de la (...)

10On imagine bien l'horreur d’Isabelle en apprenant que son frère était considéré comme un homosexuel, un ivrogne, un sadique et un révolutionnaire, sinon comme un fou. Sa consternation ne fit que croître lorsqu'elle se rendit compte qu'elle ne pouvait faire obstacle à la publication de l'œuvre. Forte de ses convictions catholiques et d'un sens aigu de ses responsabilités familiales, Isabelle mit donc sur pied une véritable industrie de la déformation hagiographique. Il s'agissait pour elle de tenter une relecture ou délecture des écrits de son frère, de se donner un prestige tel que personne ne pût mettre en doute son témoignage et son interprétation. C'est à elle que revient l’honneur d’avoir faussé d'innombrables lettres de Rimbaud, d'avoir créé de toutes pièces des documents apocryphes, afin de donner une autre image de son frère4. A ceux qui, comme Henri Guillemin/1956a, 201-208/, font confiance à son récit ultérieur de la conversion de Rimbaud sur son lit de mort, il faut rappeler la lettre de l'éditeur Léon Vanier, demandant à Pierquin de lui confier le texte que Rimbaud aurait écrit sur son lit de mort dans un esprit — naturellement — de repentir5 !

  • 6 C'est le cas dans l'édition des Poésies complètes publiée par Vanier en 1895 où la préface et l'av (...)

11Ainsi, Isabelle mettra tous les atouts de son côté, et travaillera patiemment à subvertir les subversions accomplies par son frère. Elle sera aidée en cela par un allié étonnant, le poète autrefois anarchiste et décadent Paterne Berrichon qui, amoureux surtout peut-être de la poésie de Rimbaud, l'a épousée après une courte relation épistolaire et a laissé tomber pour l'occasion ses propres idées, pour adopter la perspective catholique d'Isabelle. Isabelle et Paterne Berrichon détenaient beaucoup de documents. Ils s'en sont servis pour appâter les premiers biographes de Rimbaud, Bourguignon et Houin, comme ils se sont servis de leur influence pour édulcorer les propos de Pierquin et de Delahaye, voire pour faire exprimer par Vanier et par Verlaine une vision catholique et édifiante6.

12Le « mythe » qu'ils ont élaboré a plusieurs moments forts. L'objectif primordial était de limiter le plus possible l'envergure de la révolte de Rimbaud. Pour ce faire, il était important d'empêcher la publication de certains textes anticléricaux, comme L'Homme juste et Un Cœur sous une soutane et encore plus d'établir un découpage de l'œuvre publiée. Le découpage prenait d'une part la forme d'une création d'appendices, ce qui présupposait le manque d’intérêt de certains textes « mineurs » et, d'autre part, celle d'une périodisation, que l'on peut formuler ainsi :

Poésies

1870-1871

Vers nouveaux et chansons

1872

Illuminations

1872-1873

Une Saison en enfer

1873

13Du point de vue stratégique, Une Saison en enfer devait enterrer tout ce qui le précédait, avec un Adieu formel en dernière section. Les Vers nouveaux et chansons et les Illuminations, qui avaient été publiés ensemble, formaient une étape intermédiaire entre la révolte des Poésies et la renonciation à la poésie dans Une Saison en enfer. Certes, Berrichon a eu des visées chronologiques, mais celles-ci n'étaient pas dominées par une pure exigence scientifique. Il s'agissait surtout en effet de creuser l'écart entre les « Poésies » d'une part, et les « Vers nouveaux et chansons » et Illuminations d'autre part, pour réduire dans le temps et dans l'œuvre le domaine sémantique de la révolte politique et sexuelle.

14Dans le tableau dressé par Berrichon, c'est l'arrivée à Charleville du professeur Georges Izambard qui a mis Rimbaud sur le chemin de la subversion, mais après ses expériences à Paris pendant la Commune, Rimbaud aurait récusé son inspiration révolutionnaire, pour s'adonner à une poésie lyrique et visionnaire, apolitique et pudique. Ainsi la coupure entre deux périodes de vers était-elle une excellente façon de réduire l’importance de la révolte, de la confiner dans une période d'extrême jeunesse, à laquelle l'expérience réelle, écœurante, de la révolution aurait mis fin.

15Aujourd'hui, il est étonnant de constater que la structure élaborée par Berrichon a survécu intacte pour les vers. Presque toutes les éditions conservent la coupure entre les « Poésies » et ce qu'on appelle le plus souvent, aujourd'hui, les « Derniers vers ». Malgré la publication des poèmes que Rimbaud a inscrits dans l'Album zutique, entre octobre 1871 et juillet 1872, de quelques autres textes non moins obscènes datant probablement de 1872, la majorité des éditions ne reprennent pas ces autres textes. La coupure proposée par Berrichon a simplement été décalée quelque peu dans le temps, pour se faire après l'Album zutique. Les éditions des « Poésies » terminent généralement sur Le Bateau ivre, alors qu'il est admis que plusieurs poèmes de ce recueil factice ont été composés plus tard.

  • 7 Nous publierons bientôt une série de lettres inédites d'Isabelle Rimbaud à Jean Bourguignon qui pr (...)

16C’est dire que la critique rimbaldienne n'a jamais assez bien tenu compte de l’étendue de l’influence d'Isabelle. Si Marcel Coulon a mis en évidence la falsification des lettres africaines, en l'attribuant à Berrichon7, et si les Surréalistes se sont attaqués pour leur part à Paul Claudel, qui avait servi de caution intellectuelle aux prises de position d'Isabelle, c'est sans doute dans leur politique d'édition que les deux conspirateurs ont le mieux réussi, sous le couvert d'effectuer un travail scientifique, à faire passer en douceur leurs idées.

2. Pour l'étude des « Poésies »

17Le résultat de cette stratégie d'édition, et d'une certaine paresse de la critique, a été conforme aux espoirs d’Isabelle Rimbaud. Il aura fallu attendre la fin des années 1940 pour lire les premières études philologiques, bibliographiques et intertextuelles sérieuses de l'œuvre de Rimbaud, par Henry de Bouillane de Lacoste, Jacques Gengoux, Jules Mouquet et Pierre Petitfils, mais, après 1950, il faudra attendre longtemps un renouveau de la recherche dans les secteurs pour ainsi dire de pointe : la biographie, la recherche philologique et l'analyse du texte. Et si l'œuvre en prose a bénéficié récemment d'études extrêmement précieuses, et précises — celles d'André Guyaux, Antoine Fongaro, Roger Little et Bruno Claisse pour les Illuminations, de Danielle Bandelier, Yoshikazu Nakaji et Pierre Brunei pour Une Saison en enfer — aucun livre d'une importance comparable n'a été consacré aux vers.

18D'après Jean-Pierre Giusto :

Jusqu'aux lettres de mai 1871 la poésie de Rimbaud — dont l’essentiel est réuni dans le recueil Demeny — ne pose pas de problème de lecture particulier. L’analyse de détail du texte peut ainsi être évitée/1980, 113/.

19De nombreux commentateurs proclament de même, sans la démontrer, la transparence de textes qui, au contraire, posent d'innombrables problèmes. Certains poussent d'ailleurs cette transparence encore plus loin, pour la voir dans les textes du printemps et de l'été 1871. Nous verrons, par exemple, qu'Antoine Fongaro affirme la « clarté » des Premières Communions, avant de révéler qu'il n'en comprend pas la structure et la signification d'ensemble, qu'il s'empresse donc de mettre en doute. En effet, lorsqu'on ne comprend pas, par une réaction défensive qui n'en constitue pas moins une agression, on a tendance à imputer à Rimbaud des erreurs et contradictions. Antoine Adam croit que Rimbaud méconnaît la géographie de Paris dans Chant de guerre Parisien, W. M. Frohock pense que Rimbaud fait des erreurs de botanique dans Le Dormeur du Val. Et Charles Chadwick déclare à plusieurs reprises que des poèmes de Rimbaud n'ont aucune signification cohérente lorsqu'il ne parvient pas lui-même à en fournir une explication/1979/. Que l'on adopte le jugement de ceux pour qui tout est compréhensible, comme Robert Greer Cohn pour Chant de guerre Parisien, ou de ceux pour qui le même texte est dans l'ensemble incompréhensible parce qu'il n’a justement pas de sens précis (Charles Chadwick), c’est toujours l'analyse du texte qui s'en trouve escamotée, et à la limite nous préférons la démarche de ceux qui avouent leur incompréhension, même s'ils l’imputent parfois à Rimbaud, à celle de critiques qui postulent une clarté qu'ils sont dans l'impossibilité de démontrer dans des textes qu’en réalité ils ne comprennent pas.

20Il suffit en fait, pour les textes de 1871 surtout, mais même pour ceux de 1870, de comparer pour quelques poèmes les interprétations fournies par les éditions annotées et les livres et articles qu’on a publiés : on rencontre tout de suite une extraordinaire diversité de lectures, qui ne peut être expliquée simplement par la divergence méthodologique entre des approches concentriques et compatibles. En un mot, les critiques se contredisent sur des textes. Et ces contradictions ne découlent pas uniquement de la folie ou du manque d'intelligence hypothétiques de certains exégètes. Cela s'explique avant tout par le caractère impressionniste de beaucoup de ces lectures, de la part de commentateurs qui, très souvent, sous-estiment la difficulté des premiers vers, et qui par conséquent ne se croient pas obligés de justifier leurs lectures sur un plan historique ou lexicologique. On doit parler d’une certaine paresse, d'un manque de recherches dans des domaines réellement décisifs sur le plan du contenu du texte.

21De nombreux poèmes n'ont jamais été sérieusement analysés. Il n’existe, à notre connaissance, aucune étude attentive de Rêvé pour l'hiver et nous montrerons que la seule lecture d'ensemble que l'on ait consacrée aux Etrennes des orphelins /Massol 1984/, et qui a jusqu’ici emporté l’adhésion de la critique/Hackett 1986a, 29, Fongaro 1988, 49-50, Steinmetz 1989, 228/, est fondée sur une série de prémisses erronées. Pour Tête de faune et Les Remembrances du vieillard idiot, comme pour « J'occupais un wagon... » et le Sonnet du Trou du Cul, on ne peut citer aucune étude importante. Il faut donc se défaire de l’idée reçue, et fausse, que tout a déjà été accompli dans ce domaine. L’exemple des Premières Communions est instructif. Il a fallu attendre l’étude des allusions à l’hystérie, dans le poème, accomplie par Jean-Pierre Chambon/1986b/pour que l’on en parle sérieusement. Elle a été suivie de près par d’autres études/Ascione 1987a, Watson 1990 [1987], Fongaro 1989/, qui ont cerné d’autres problèmes posés par le texte.

22Mais ces progrès pour certains poèmes isolés ne font que faire ressentir plus vivement le manque d'études d’ensemble. Aujourd'hui encore, et on ne peut que s'en étonner, on ne dispose d'aucune étude sérieuse des rapports entre la poésie de Rimbaud et la politique de son époque. Pour les poèmes anti-bonapartistes il n'existe pas une seule étude sérieuse. On a l'habitude de supposer qu'on a trop étudié les rapports entre Rimbaud et la Commune. Bien sûr, le sujet a suscité beaucoup de bavardages. Mais les deux livres consacrés en principe à ce sujet, par Pierre Gascar et Kristin Ross, ne contiennent pas la moindre étude de texte cohérente et définissent les rapports entre la poésie et la révolution de façon si large que rien de très précis n'en résulte. En revanche, les diverses mises au point sous forme d'articles, malgré l'éminence de leurs auteurs — Ross Chambers/1973/, Michel Décaudin/1971/, Wallace Fowlie/1971/, Mario Matucci/1986, 59-67/— limitent symétriquement, et non moins étrangement, la définition de l'idéologie communarde, en excluant les textes anticléricaux aussi bien que des poèmes qui expriment l'idéologie révolutionnaire avant la Commune, comme Le Forgeron.

23De même, on ne connaît que des études partielles du domaine sémantique de la sexualité. Bien que de nombreux commentateurs aient désigné la fréquence de détails obscènes ou érotiques dans l'œuvre de Rimbaud, avec parfois des tentatives de trouver dans l'homosexualité la clef de l'œuvre (notamment dans les travaux de Robert Goffin), c'est surtout un étrange essai de Robert Faurisson, publié en 1961, qui a soulevé la possibilité d'une codification générale du texte, qui cacherait des significations corporelles inavouables. L'auteur proposait une longue analyse de quatre textes, Voyelles, Dévotion, Bottom et H. Selon Robert Faurisson, Voyelles constitue une espèce de blason du corps de la femme, où les voyelles, par leur forme même, représenteraient des données anatomiques. Naturellement, une telle interprétation d'un sonnet si célèbre a suscité des débats passionnés, surtout dans le contexte de l'idéologie d'extrême droite de Robert Faurisson, qui s'appliqua ensuite à « démontrer » l'inexistence des chambres à gaz d'Auschwitz avec un aplomb tout aussi imperturbable et une méthodologie à maints égards identique... Certains commentateurs ont fait confiance à l'auteur, alors que d'autres, René Etiemble en particulier, récusaient en bloc ses conclusions. Mais suffit-il, pour arriver à la vérité du texte rimbaldien, d'inverser les propositions de Robert Faurisson ? Nous ne le croyons point. Et ce commentaire d'Emilie Noulet permet de comprendre l’obscurantisme qui peut

Dois-je dire que la réfutation d'Etiemble est à la fois évidente, et saine ? Et ajouter que l'intelligent et jeune gamin qu'était Rimbaud avait une ambition plus près de celle de réformateur de peuples et de civilisations comme le proclame la lettre du Voyant, que celle, amusement indécent, que lui prête M. Faurisson ?/1969, 203/

24Nous voulons bien reconnaître que Robert Faurisson déprécie parfois le sérieux des textes de Rimbaud. Mais rappelons que la lettre du Voyant contient ce que le docteur Auvinet appelle le « portrait le plus sale, le plus scatologique qui ait jamais été tracé d'un prêtre »/65/, Accroupissements, poème qu'Emilie Noulet qualifierait sans doute d'« amusement indécent » mais qui, dans la perspective idéologique de Rimbaud, n'était pas du tout sans rapport avec la révolution communarde. Autrement dit, l'essai de Robert Faurisson et le débat qui l'ont suivi ont permis une contre-attaque idéaliste.

25C’est en 1973 que Marc Ascione et Jean-Pierre Chambon ont proposé la première étude convaincante de ce domaine sémantique. Leur étude, « Les "zolismes" de Rimbaud », inspirée par l'essai de Robert Faurisson, divergeait néanmoins de celui-ci en poussant bien plus loin que leur prédécesseur des procédés de vérification des hypothèses proposées. Et si certaines des hypothèses peuvent aujourd'hui paraître fragiles, la majorité d'entre elles ne sauraient être sérieusement contestées. En particulier, les deux auteurs fondaient leur analyse sur l'intertextualité interne de l'œuvre de Rimbaud, c'est-à-dire sur une série de recoupements entre ses poèmes, corroborée ensuite par le recours au Dictionnaire érotique moderne d'Alfred Delvau, publié quelques années avant la composition des poèmes de Rimbaud. Cette combinaison d'attention aux textes et de vérifications lexicologiques a fait de leur article l'une des études les plus importantes des vers de Rimbaud.

26Or, c'est justement dans l'objectif de présenter des vérifications et non simplement de proposer des conclusions apodictiques, que nous avons choisi d'adopter une approche historique. L'analyse des coordonnées historiques de ces textes, y compris celle de leur lexique, constitue le préalable d'une lecture compétente, indispensable à toute discussion intelligente de leur place dans l'histoire littéraire de la France. L'histoire littéraire qui nous intéressera dans ce livre ne sera pas celle d'une succession d'étapes et d'Ecoles, dans l'objectif de situer Rimbaud par rapport au Parnasse, au Symbolisme, au Naturalisme. Sans écarter ce genre de perspective de l'histoire diachronique, il nous paraît indispensable d'adopter, dans un premier temps au moins, une approche historique synchronique. Ainsi, nous nous intéresserons avant tout au contexte de l'œuvre, en donnant un rôle important à l'intertextualité, la référentialité intertextuelle étant conçue comme une utilisation de pré-textes sémantiques et idéologiques, plutôt que comme une série d'emprunts ou de « sources » génétiques.

27Bien que cela ne représente pas le sujet principal du livre, on y lira en filigrane une tentative de démontrer comment Rimbaud utilise des renvois à une littérature antérieure, mais toujours présente dans la culture synchronique. Ces renvois ont pour fonction de guider le lecteur vers une compréhension du texte et permettent souvent au critique de vérifier les hypothèses qu'il présente. C'est précisément de lectures vérifiables qu'a besoin le lecteur, lui que la critique bombarde de jugements apodictiques, sans lui offrir toutefois les moyens de suivre dans le détail les interprétations proposées. Nous avons donc essayé, dans la mesure du possible, de donner un ensemble de justifications des nouvelles interprétations que nous proposons dans ce livre, en ayant recours notamment à des pré-textes, à des dictionnaires de l'époque et à des documents non-littéraires, parmi lesquels des écrits de policiers et de médecins-légistes.

28Si nous avons entrepris ce travail, plutôt que de nous consacrer par exemple aux Illuminations, c'est que l'étude de l'opacité dans les textes ultérieurs ne saurait être menée sérieusement en l'absence d'une compréhension de celle des premiers textes. Notre objectif est donc, en nous appuyant à la fois sur l'histoire de l’époque et sur le détail sémantique des vers, de parvenir à cette compréhension de certains textes injustement méconnus ou mal lus. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d’une œuvre d'adolescence, qui coïncide historiquement avec une période particulièrement tourmentée dans l'histoire de la France. Rimbaud commence à écrire sous le Second Empire, au moment où Napoléon III inaugure une période de plus en plus « libérale ». Les textes du « recueil Demeny » sont écrits, pour l'essentiel, pendant la guerre contre la Prusse et dans les deux mois qui suivent l'avènement de la Troisième République. Ses poèmes de mai 1871 coïncident avec la Commune de Paris et la célèbrent. Bon nombre de ses textes ultérieurs condamnent le gouvernement de Versailles, dont les soldats ont massacré plus de vingt mille Parisiens lors de la Semaine sanglante, et vilipendent aussi les écrivains qui soutiennent Versailles, ou qui, comme Hugo, Banville et Coppée, prétendent ou bien rester silencieux et neutres, ou bien adopter un chemin de médiation tenu par Rimbaud pour illusoire. En un mot, les vers de Rimbaud que nous étudierons le montrent préoccupé avant tout par la politique, la sexualité et le rôle de l'écrivain et de l'écriture face à ces dimensions capitales de la condition humaine.

Notes

1 Nous avons respecté l'orthographe et la ponctuation de ce rapport.

2 V. surtout Martin s.d., De Graaf 1956b, Guillemin 1956, Murphy 1984 et Postal 1989.

3 V. Parade sauvage, 3, 1986, p. 118-119.

4 En particulier, comme nous le montrons dans un travail en cours, Isabelle est l'auteur, et non Arthur, des quatre dessins montrant des paysages d'Aden et d'Abyssinie.

5 Nous publierons sous peu une série de lettres inédites de Vanier à Pierquin dans le bulletin de la revue Parade sauvage.

6 C'est le cas dans l'édition des Poésies complètes publiée par Vanier en 1895 où la préface et l'avis de l'éditeur ont été pour ainsi dire télécommandés par Isabelle.

7 Nous publierons bientôt une série de lettres inédites d'Isabelle Rimbaud à Jean Bourguignon qui prouvent, comme celles qu'elle a envoyées à Berrichon, que c'est Isabelle qui a commis en premier lieu ces falsifications.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search