Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Genèse du patrimoine et superficie de l'exploitation : l'apport des inventaires successoraux du xviiie siècle en basse bourgogne rurale

Jean-Paul Desaive

Texte intégral

i - L'impasse du patrimoine

  • 1 DESAIVE, J.-P., "Le bail à nourriture et le statut de l'enfant sous l'Ancien Régime en Basse-Bourgo (...)

1Qu'il soit rural ou urbain, un patrimoine se construit par étapes. En Basse-Bourgogne, la première est fréquemment le bail à nourriture des enfants mineurs, suite au décès de leur père ou de leur mère1. La part de patrimoine de chaque orphelin est alors évaluée, avec estimation du revenu correspondant. Les mineurs sont adjugés au conjoint survivant (ou à tel ou tel autre adulte de la parenté), qui dispose aussitôt de leurs meubles. Mais il se charge de gérer leur part d'immeubles, qu'il devra leur rétrocéder à l'âge de 18 ans pour les filles ou de 20 ans pour les garçons. La seconde étape est le mariage, toujours précédé d'un contrat qui précise l'apport des futurs à la communauté. Souvent, les parents donnent à leurs enfants, en avance d'hoirie, quelques parcelles de terre, un peu de bétail, quelques meubles. Les biens du ménage s'accroissent progressivement, moins par achats que par l’effet des successions directes ou collatérales dont il bénéficie. A la mort des conjoints, ou quand le veuf ou la veuve, en raison de sa caducité, ne peut plus faire valoir le peu de bien que Dieu lui a donné, le patrimoine ainsi constitué des propres des deux époux et des acquêts durant leur communauté, est partagé de façon strictement égalitaire entre les héritiers des deux sexes. Le processus de reconstitution progressive d’autant de patrimoines distincts qu'il y a d'héritiers recommence alors, et ainsi de suite à chaque génération. Dans un système fonctionnant de la sorte, nul ne transmet à ses enfants un héritage identique à celui qu'il a reçu de ses parents.

  • 2 GUICHARD, V., "Statistique du morcellement de la propriété dans le département de l'Yonne", Bulleti (...)

2Or, en ce qui concerne spécialement la paysannerie, le problème est que le mécanisme alternatif que l'on vient de décrire (formation/dissolution du patrimoine) affecte des biens fonciers dont la superficie globale ne cesse de s'amenuiser. Au cours des deux siècles (1660-1860 environ) qui vont des lendemains de la Fronde au début de l'exode rural du Second Empire, les patrimoines paysans subissent le double contrecoup de la croissance démographique (forte au début du XVIIe siècle et dans la seconde moitié du XVIIIe) et de la concurrence des notables urbains ou ruraux, grands rassembleurs de parcelles. Au milieu du XIXe siècle, la dimension moyenne des articles du rôle foncier dans cinq arrondissements du département de l'Yonne était comprise entre 2,7 et 3,6 hectares2.

3Par ailleurs, les prix des terrains rendent impossible l'acquisition, par un ménage-type de manouvriers-vignerons, des parcelles supplémentaires dont il aurait besoin pour arrondir son héritage :

PRIX DE L’ARPENT (livres tournois) 1670

vers 1750

Terre

21

65-125

Pré

182

200-500

Vigne

143

200-500

Bois

40

75-280

Sources : Enquête de l'intendant Bouchu (comté d'Auxerre), centième dernier et notariat (vallée d'Aillant).

  • 3 Archives départementales de l'Yonne, 3 E 75/498, 22 janvier 1752.

4Moins que ces chiffres eux-mêmes (une moyenne en 1670, une "fourchette" très large autour de 1750), retenons que d'une date à l'autre, deux prix modérés (ceux de la terre et des bois) encadrent deux prix élevés (ceux des prés et de la vigne). Voyons comment la situation se présente à travers l'exemple concret de deux jeunes ménages qui se forment le même jour de janvier 1752, lors du mariage simultané d'un frère et d'une sœur3. Edme, le garçon, reçoit de ses père et mère cinq sixièmes d'arpent de terre en trois pièces et une denrée de vigne (valant aussi un sixième d'arpent), soit un arpent au total. Sa future se marie "pour ses droits acquis", c’est-à-dire qu’elle attend la part d'héritage qui lui reviendra dans la succession de ses parents. Reine, la fille, obtient en avance d'hoirie un arpent de terre en plusieurs pièces, un lit garny, trois mères brebis et un coffre "ou la somme de 15 livres". Le garçon qu'elle épouse compte, lui aussi, sur la succession future de ses parents.

  • 4 En 1777, l’inventaire d'Edmée Marsauche et de feu Pierre Soufflard, laboureur (groupe de Villemer, (...)
  • 5 DESAIVE, J.P., La Mesure du possible. Essai sur le ménage, la propriété, l'exploitation en Vallée d (...)

5Si chacun des deux jeunes ménages devait constituer, à partir du noyau initial d'un arpent, une exploitation viable de (par exemple) 10 arpents (dont 9 en terre, 1/2 en pré et 1/2 en vigne pour respecter les proportions idéales), il devrait débourser au minimum 520 livres, pour 8 arpents de terre arable, et 200 livres pour le pré ou la vigne, à condition d'en trouver à proximité, et à ce prix. Vu l'intensité de la concurrence, une dépense de 900 à 1000 livres semble plus plausible, et diminue encore la probabilité d'une telle acquisition4. Aussi nos jeunes mariés vont-ils acheter, voire louer grâce au bail à cheptel, une vache et quelques bêtes à laine, acquérir le minimum d'équipement indispensable (nous verrons qu'il ne coûte guère) et se mettre en quête de terres à louer, éventuellement d'une maison. Il ne manque pas de bailleurs potentiels dans le voisinage immédiat, au bourg ou à la ville : veuves de laboureurs, petits notables ruraux, tuteurs qui s'abstiennent prudemment de cultiver les biens de leurs pupilles, artisans et marchands urbains, curés, chanoines, châtelains. Un, ou deux, ou trois de ces propriétaires leur céderont quelques arpents au taux classique du fermage dans la région (3 boisseaux, soit 1,5 bichet à l'arpent vers 1780 dans notre échantillon d'inventaires). Ce loyer correspond, au denier vingt, à un capital qui s'inscrit parfaitement dans la fourchette des prix que nous avons donnée. Le prix courant du bichet de froment varie de 4 à 6 livres. Un bichet et demi de rente, c'est 6 à 9 livres par arpent, correspondant à un capital relativement modeste de 120 à 180 livres. Le propriétaire pourrait théoriquement exiger plus. S'il se contente de ce revenu de père de famille, c'est que la bonne gestion de son petit domaine l'intéresse plus qu'un gain spéculatif. Le paradoxe de l'exclusion de facto des paysans du marché foncier, est que l'offre de terres qui leur est faite devient considérable, mais sur le plan locatif exclusivement, ou presque. Notables en majorité, les propriétaires ne travaillent pas de leurs mains. Pour entretenir les biens qu'ils ont acquis, ils sont obligés de les faire cultiver par une paysannerie vis à vis de laquelle ils sont en position de demandeurs (la multiplicité des domaines de toutes dimensions en Basse-Bourgogne interdit, - et le fait est essentiel -, toute situation de monopole). Dans un travail précédent5, basé sur les archives du Contrôle des actes, j'ai pu constater que laboureurs et vignerons cessent d'investir prioritairement dans l'acquisition de parcelles de plus en plus onéreuses. Ils valorisent leur fonds en y construisant des bâtiments neufs, ils achètent du bétail et des biens de consommation (les observations de Micheline Baulant pour le Multien recoupent parfaitement celles que l'on peut faire pour l'Auxerrois) et ils attendent l'héritage en cultivant des biens qui ne leur appartiennent pas. Bref, le patrimoine paysan apparaît de plus en plus comme une base de repli, un capital en réserve, tandis que son rôle devient marginal pour assurer l'essentiel, c'est-à-dire la subsistance du ménage. En ce sens, il paraît légitime de parler d'impasse.

ii - Une évaluation des besoins : la pension viagère

  • 6 Ibid., p. 144 sq.

6La consommation du ménage et l'évaluation de ses besoins en matière de nourriture, de vêtements et de chauffage étaient un des casse-tête traditionnels de l'historiographie, au temps où les historiens se préoccupaient de ce genre de problèmes. Il existe pourtant un type de document assez répandu dans les sociétés rurales européennes (et québécoises), le contrat de pension viagère, qui apporte un éclairage irremplaçable sur ces questions. Il a été dans l'ensemble négligé, pour diverses raisons dont la principale est la difficulté ou l'impossibilité de vérifier si une pension de tel ou tel montant a été effectivement versée à son destinataire. Rappelons d'abord de quel type de contrat il s'agit. Quand un chef de famille, veuf ou veuve le plus souvent, devient trop vieux pour travailler, il abandonne ses biens à ses héritiers, qui procèdent au partage. En échange, il réclame le versement d'une pension, stipulée tantôt en argent, tantôt en nature. Ces pensions varient sensiblement d'une région à l'autre, et à l'intérieur d'une même région, suivant l'aisance du bénéficiaire et de ses héritiers, et sans doute aussi suivant les tempéraments, (patriarche acariâtre ou aïeule résignée). Ce qui fait l'intérêt de ce type de document, c'est donc que l'on y trouve en même temps le reflet des conditions locales de vie et des variations individuelles par rapport à un modèle-type de pension devenu en quelque sorte coutumier. Ce modèle sous-jacent, on le repère très vite en comparant un nombre même restreint de contrats6.

7En étudiant les obligations des héritiers vis-à-vis de l'ex-chef de famille, on s’aperçoit que la ration de céréales reste à un niveau remarquablement constant, alors que tout le reste (vin et autres aliments, vêtements, combustible, argent monnayé) varie sensiblement suivant les ressources du démissionnaire ou celles de ses débiteurs. Parce que le pain constitue l'essentiel des subsistances, la ration annuelle de céréales est fixée dans 18 cas sur 29 pensions en nature, à 10 bichets environ. A 38 livres pesant le bichet, cette ration correspond à 190 kilos de grains par personne et par an. Le minimum est de 5 ou 6 bichets (sept mentions) et le maximum de 18 (une mention). Ce chiffre correspond (comment l'expliquer autrement ?) à une espèce de consensus : il est admis que pour manger à sa faim tout seul et toute une année, un adulte de la vallée d'Aillant a besoin de 10 bichets de grains.

  • 7 Archives départementales de l'Yonne, 8°M3/87, Questionnaire agricole établi par la Société centrale (...)
  • 8 Groupe de Courson, inventaire.
  • 9 Groupe de Courson, inventaire.
  • 10 DESAIVE, J.P., La Mesure du possible..., tableau 14, p. 187.
  • 11 Groupe de Villemer.

8Quelle est la superficie de terre requise pour produire une telle récolte ? Les calculs sont (très) aléatoires, suivant la fertilité des sols et le pourcentage des prélèvements avant ou après récolte (semences, dîme, frais de culture et de battage, etc.). Mais en se basant sur un modeste rendement de 6,5 hectolitres à l'hectare en 18507 on peut estimer en grossière approximation que, toutes déductions faites, un adulte consomme 10 bichets, ou 190 kilos de grains, produits par un arpent (de 51 ares) N'oublions pas que nous sommes en régime d'assolement triennal, et que pour un arpent de céréales panifiables, il faudrait théoriquement en supposer un pour les mars et un pour la jachère. La réalité semble un peu différente : les rares inventaires qui précisent à la fois la superficie et la nature de culture des parcelles mises en valeur, montrent que la sole des blés déborde parfois l'espace qui lui est théoriquement imparti. Tel laboureur de Courson aura 5,2 arpents emblavés en méteil et froment, contre 4,6 en orge8. Mais il arrive que ce soit l'inverse : un tuilier du même pays n'aura que 1,5 arpent de grains panifiables, contre 4 arpents d'orge9. A ces nuances près, le problème fondamental reste le même : si un adulte a besoin d'environ trois arpents pour être assuré de son pain quotidien, un ménage de trois à cinq personnes (c'est le feu moyen) doit pouvoir compter sur au moins 12 arpents, et ainsi de suite. Or, tout indique que l'immense majorité des ménages ne possèdent en pleine propriété qu'une superficie bien moindre. Elle n'est que de 5,3 arpents en moyenne pour 10 inventaires de la vallée d'Aillant entre 1751 et 176110, et vers la fin du siècle, dans un terroir vigneron particulièrement congestionné, la moyenne des biens propres de neuf défunts se réduit à 1,54 arpent11.

9Même en doublant généreusement les superficies pour tenir compte de ce que possèdent les deux conjoints on obtiendrait 10,6 arpents pour la vallée d'Aillant, et 3 pour la paroisse de Villemer. Ainsi se confirme derechef l'impasse du patrimoine. Elle impose à la majorité des habitants, c'est-à-dire à la paysannerie, un choix simple entre l'émigration (très forte en effet vers les villes et en particulier vers Paris), l'adoption d'une activité de complément ou de substitution (textile, transport, artisanat, travail saisonnier dans d'autres régions) ou l'extension des superficies cultivables. Le défrichement de terres vaines et vagues a existé, mais son ampleur semble être restée marginale. On a assisté beaucoup plus souvent à la conversion de terres arables en vignes, mais l'investissement est lourd et intéresse surtout la bourgeoisie urbaine. Reste donc, et c'est à l'évidence la solution universellement adoptée par la paysannerie de Basse-Bourgogne, le recours à la location. Voilà, sommairement caractérisé, le contexte général dans lequel il convient de situer notre double échantillon d'inventaires.

iii - De l'inventaire au Terroir : deux échantillons

  • 12 Archives départementales de l'Yonne : les 15 inventaires du groupe de Courson proviennent des minut (...)

10Les archives notariales du département de l'Yonne sont extrêmement riches en inventaires urbains (depuis le XVIe siècle) et ruraux (généralement, depuis le milieu du XVIIe siècle). Mais tous les notaires ne rédigent pas leurs actes de manière identique. Certains vont vite, d’autres prennent leur temps et mentionnent beaucoup de détails que leurs confrères négligent. Le choix des terroirs de Courson et Villemer s'est fait en partie pour bénéficier a posteriori de l'excellent travail des notaires locaux12. L'autre raison tient à ce que les deux terroirs présentaient à la fin du XVIIIe siècle un contraste marqué (cela reste vrai de nos jours). Sur les sols pierreux et secs des environs de Courson-les-Carrières, champs ouverts, bois, maigres pâturages à moutons, et peu de vignes, faute peut-être de pouvoir écouler facilement la production. Sur les bonnes terres du plateau qui domine la rive gauche de l’Yonne, champs de blé ou de méteil, près de qualité mais rares (le long des ruisseaux), vergers, vignes sur les coteaux, relativement peu d'ovins. Le groupe nord (Villemer) compte 7 vignerons, 1 manouvrier et 1 laboureur ; le groupe sud (Courson) se compose de 10 laboureurs (dont 1 fermier de seigneurie et 1 marchand-laboureur), 3 manœuvres et 2 tuiliers-chaufourniers. Au total, 24 inventaires qui apportent une quantité énorme d'informations, mais ne disent pas tout. Ils renseignent prioritairement sur les meubles d'un défunt (en fait, sur ceux de son ménage), mais ne mentionnent pas les immeubles, sauf à décrire la maison de la cave au grenier et de la cour aux écuries, au fur et à mesure que le notaire et les experts désignés pour la prisée passent d'une pièce à l'autre et du corps de logis aux dépendances. Exceptionnellement, le notaire de Villemer décrit les biens propres des défunts, parcelle par parcelle, ce qui nous a permis une modeste mais significative évaluation des superficies. Tous les inventaires suivent à peu près le même ordre : après le mobilier de la maison et son contenu (linge, vêtements, vaisselle), ils dénombrent les stocks de grains conservés dans les greniers ou dans la grange, la paille, le foin etc. Viennent ensuite le cheptel vif, l'équipement pour le labour et le charroi et la déclaration des superficies "emblavées en bleds", dont on estime, suivant la saison, ou la récolte, ou le coût des labours et semences. L'inventaire se termine par la liste des dettes actives et passives de la communauté, et par l'analyse plus ou moins détaillée des "titres et papiers".

11Ces documents apportent donc une contribution irremplaçable, mais incomplète, à notre connaissance de ces deux entités à la fois complémentaires et distinctes que sont le patrimoine et l'exploitation.

12Quelle que soit la région, la diversité des situations est grande d'un ménage à l'autre. Elle s'exprime aussi bien dans la valeur des stocks ou du cheptel que dans le montant des dettes actives et passives ou encore dans les superficies. Dans le groupe de Courson, la valeur du cheptel varie de 5 à 475 livres, la moyenne étant de 158 livres pour les 15 inventaires. Mais la veuve de laboureur qui déclare pour 475 livres de bétail ajoute que celui-ci est tenu en bail à cheptel, et appartient à un notable. Dans le groupe de Villemer, trois inventaires ne mentionnent pas de bétail, les six autres en possèdent pour 86 livres en moyenne. Mêmes contrastes dans la valeur de l'équipement. Quand il se réduit à presque rien, c'est le plus souvent chez les veuves, comme si tout homme, même âgé, restait malgré tout le "patron" de son exploitation. Les terres des vignerons de Villemer réclament surtout du travail à la pioche et à la serpe, le voisin laboureur passant un coup de charrue sur les champs minuscules aux saisons convenables. L’équipement décrit ne dépasse pas 60 livres (chez l'unique laboureur), tandis que la moyenne s'établit à 27 livres. Du côté de Courson, il y a à la fois plus d'animaux de trait et plus de charrues et de véhicules. La valeur de l'équipement va jusqu'à 110 livres, et la moyenne s'élève à 43 livres. De même, les surfaces emblavées en froment y sont supérieures (6 arpents en moyenne) à celles de Villemer (3,9 arpents).

13Si nous regardons d'un peu plus près les inventaires originaux, nous constatons d’abord que l'essentiel des réserves se répartit entre les grains, d'une part et le vin...quand il y en a. Les experts découvrent le grain battu, mis en tas que l'on appelle montres, ou non battu et encore en gerbe. A la suite de conversions auxquelles nous sommes bien obligés de souscrire, ils déclarent par exemple que 24 douzaines de gerbes de bléfroment pourront produire 18 bichets, à 6 livres le bichet, faisant 108 livres, tandis que la paille de ces mêmes gerbes fera deux cents, à 12 livres le cent, total 24 livres (Villemer). Dans la même paroisse, le bichet de méteil ne vaut que 4 livres, celui d'avoine 3 livres, autant que l'orge. En quantités beaucoup plus faibles, et avec une fréquence bien moindre, les pois, lentilles, vesces, noix, pommes, chanvre à toiller et chènevis reflètent une production à usage essentiellement domestique, alors que les grains, surtout le froment, sont destinés à être vendus (on mange du pain de méteil). Le vin occupe une place marginale dans les inventaires de Courson, où il n'est présent que dans trois inventaires sur quinze. A lui seul, noblesse oblige, le fermier de seigneurie en a 27 feuillettes à 60 livres le muid, estimées 810 livres, c'est-à-dire presqu'autant que les 154 bichets de froment, valant 924 livres, qu'il possède d'autre part. Chez les vignerons de Villemer, le vin tient une place évidemment plus importante, mais il est quand même remarquable que la valeur en pourcentage des grains dans les stocks des deux groupes soit exactement équivalente : 51 % dans le groupe de Courson, et 52 % dans celui de Villemer. En revanche, le vin ne représente que 19,7 % de la valeur des stocks dans les inventaires de Courson, contre 33,36 % dans ceux de Villemer. Production explicitement destinée à la vente : Pierre Fouchère a ainsi dans sa cave 9 feuillettes et 2 pièces d'Orléans, "dont sept vendues au Sr. Badenier du Coudray", à 40 livres le muid, soit 240 livres pour le tout (Villemer).

14Point d'exploitation sans cheptel, normalement, mais quel cheptel ? Tournée vers l'élevage et les céréales, la région de Courson offre à cet égard un contraste marqué avec celle de Villemer. Le "cheptel" des 24 inventaires12 a été réparti en 11 catégories : mères-vaches, taures (appellation locale des génisses), bœufs, chevaux, brebis et moutons, agneaux, porcs et porcelets, ânes, chèvres, ruches d'abeilles et volaille. Un grand silence devait régner sur le village de Villemer, tant les étables et les écuries y paraissent désertes : 10 vaches, 1 seul taureau, 3 porcs. Du côté de Courson, une image plus rassurante de ce que pouvait être une campagne d'Ancien Régime se dégage des inventaires : 24 vaches, 4 génisses, 2 bœufs, 5 chevaux, 99 brebis ou moutons, 8 agneaux, 2 porcs et 8 porcelets, 1 bourriquet (âne), 1 chèvre à lait, 16 ruches, 6 poules et 1 coq : la polyphonie est assurée... Derrière ce contraste un peu trop flagrant, il y a peut-être un problème d'interprétation de nos inventaires. Ceux de Courson mentionnent explicitement que le bétail de certains laboureurs est tenu en cheptel et n'est donc évalué que "pour mémoire". Il est possible que le notaire de Villemer, plus rigoureux, ait systématiquement omis de mentionner le bétail dès lors qu'il n'appartenait pas au ménage dont il faisait l'inventaire. On s'expliquerait ainsi l'absence totale d'ovins, tandis que celle des chevaux ou des bœufs se justifie simplement par l'exiguïté des exploitations. On se contentait parfois de la vache pour labourer.

15Terminons par l'équipement, partout médiocre, composé logiquement chez les laboureurs d'une ou deux charmes "garnies de leurs fers", et sinon d'une charrette et d'un tombereau, au moins d'une "paire de roues garnies de leur embattage et essieu de fer". La présence de véhicules ou d’instruments en pièces détachées rend difficile une évaluation exacte. En se limitant à ce qui paraît complet, on arrive à un total de 11 charrettes, 5 tombereaux, 8 paires de roues, 8 essieux et 10 charmes dans les inventaires de Courson, et 2 charrettes, 2 tombereaux, 3 gerbiers, 3 paires de roues, 2 essieux et 6 charmes dans le groupe de Villemer. Au total, les véhicules destinés au transport (23 en tout) et les 11 paires de roues avec leurs 10 essieux, traduisent l'importance des charrois dans cette économie. Malheureusement, seuls les livres de comptes, trop rarement conservés même pour des époques plus récentes, chiffrent les coûts (et les profits) substantiels de cette face cachée de l'activité productive.

  • 13 Exemples de rendements : 5 arpents de blé-méteil et froment produiront 25 bichets, soit 5 bichets/a (...)
  • 14 Archives départementales de l'Yonne, 3E27/20, 22 avril 1774.

16Chaque inventaire constitue un bilan, où le notaire fait le total des actifs, créances comprises, et le total, souvent incomplet, des dettes (il y manque les honoraires du chirurgien pour les soins au défunt, l'ensemble des frais funéraires, les fermages dus aux propriétaires, les impôts de l'année, etc.). A cette réserve près, on constate que la valeur moyenne des actifs dépasse celle du passif, tant au sud (818 livres contre 521), qu'au nord (648 livres contre 215). Bilan positif, certes, mais qu'il faut nuancer. Tout d'abord, l’analyse des 24 inventaires laisse une impression générale de médiocrité, qui résulte probablement des dimensions étriquées de l'exploitation moyenne. Avec des soles de blés qui varient de 1 à 8 arpents autour de Courson, d'un demi-arpent à 10 vers Villemer, et des rendements plus proches de 5 bichets l’arpent que de 10 quand les récoltes sont estimées13, la paysannerie de Basse-Bourgogne ne peut que vivoter. Il est d'ailleurs significatif que les inventaires les plus confortables soient ceux de gens qui ne dépendent pas seulement de l'agriculture pour vivre, ou qui la pratiquent à une autre échelle : l'unique fermier de terre et seigneurie a 3138 livres d'actifs. Il cultive 80 arpents (dont 30 en blés ?) pour un loyer de 900 livres, incluant la perception de nombreux revenus au nom du seigneur. Les autres ménages prospères sont ceux d'un tuilier-chaufournier (2343 livres d’actifs) et d'un marchand-laboureur (1247 livres) de Courson, d'un seul "vrai" laboureur, aux Voves près de Villemer (1520 livres). Le plus riche des sept vignerons de Villemer l’est sans doute parce que veuf d'une dame elle-même deux fois veuve (936 livres). Tous ces chiffres paraîtraient dérisoires si l'on avait inclus dans l'échantillon l'inventaire du sieur Nicolas Borne, marchand de bois pour la provision de Paris, dont la succession comporte six domaines répartis dans plusieurs paroisses, et une quantité de rentes et de baux à cheptels, le tout évalué à plus de 77 000 livres en 177414.

17La seconde réserve que l’on peut faire a été clairement exprimée par un auditeur du séminaire de Joseph Goy où ces inventaires ont d'abord été présentés. Participant à la fois aux recherches de la Société généalogique de l'Yonne et à l'enquête "3000 familles" du Laboratoire de démographie historique, M. Pierre Le Clercq a insisté sur la forte proportion de ruraux qui sont contraints au départ, faute de pouvoir vivre sur l'exploitation trop petite de leurs parents, ou faute d'un minimum d'héritage, ce noyau de patrimoine dont on a besoin pour commencer une vie de vigneron ou de laboureur. Ces exclus iront grossir, pour la plupart, le prolétariat parisien.

18De ce parcours rapide de deux terroirs bourguignons à travers 24 inventaires, on se gardera de tirer des conclusions générales. On peut toutefois suggérer ceci : confrontée à un problème majeur, l'incapacité de subsister à partir des seules ressources de son patrimoine, la "majorité paysanne" de l'Auxerrois (y compris de nombreux vignerons urbains) n'a pas cherché à concurrencer la minorité bourgeoise ou privilégiée en essayant de racheter au prix fort le terrain perdu, en l'occurrence l'espace cultivable. Elle a su tirer parti de son exclusion en jouant sur le monopole de l'offre de travail, qu'elle détenait, et par une sorte de convention collective tacite, tout un groupe social (la paysannerie, au sens de "ceux qui cultivent") s'est retrouvé associé à un autre (les notables et tous ceux qui ne cultivent pas) par les liens multiformes et souples du contrat de bail. Il me semble que l'examen attentif d'un petit nombre d'inventaires tend à confirmer cette thèse-hypothèse, même à travers les lacunes significatives qu'ils présentent. Travaillant en effet sur des inventaires urbains (ceux de la ville d'Auxerre), j'avais observé l'importance considérable du chapitre des "titres et papiers" dans les familles aisées, chapitre comportant parfois des centaines d'analyses de contrats d’acquisitions de biens fonciers, de constitutions de rentes, d'obligations et autres créances. A une échelle plus modeste, les artisans et les vignerons avaient aussi leurs archives, à partir desquelles une généalogie du patrimoine devenait possible. Mais en dépouillant des liasses de notaires ruraux, avant d'entamer la présente recherche, j’ai constaté le petit nombre, ou l'absence complète, de "titres et papiers" dans les ménages paysans, à l'exception de leur contrat de mariage : quelques actes de partage, quelques reconnaissances de rentes, quelques échanges, mais pratiquement pas d’acquisitions foncières. Et pour cause : on hérite d'une fraction de patrimoine, on l'arrondit en se mariant, on la valorise en bâtissant, et on prend le reste en location. Si d'aventure un fils entre au collège et devient marchand ou avocat, c'est lui, peut-être, qui achètera un jour le domaine dont son père a rêvé.

Notes

1 DESAIVE, J.-P., "Le bail à nourriture et le statut de l'enfant sous l'Ancien Régime en Basse-Bourgogne", Bulletin de la Société des sciences de l'Yonne, t. 118, 1986, p. 1 1-21.

2 GUICHARD, V., "Statistique du morcellement de la propriété dans le département de l'Yonne", Bulletin de la Société des sciences de l'Yonne, 1862, 2e partie, p. 85-88, cité par ROCHER, J.P., Les Paysans de l'Yonne au XIXe siècle. Dossier du Service éducatif des Archives de l'Yonne, Auxerre, 1978, p.26. Un tableau compare le contenu moyen des articles du rôle foncier, en 1861, dans les arrondissements d'Auxerre (2,77 ha), Sens (2,79 ha), Avallon (3,27 ha), Tonnerre (3,51 ha) et Joigny (3,64 ha).

3 Archives départementales de l'Yonne, 3 E 75/498, 22 janvier 1752.

4 En 1777, l’inventaire d'Edmée Marsauche et de feu Pierre Soufflard, laboureur (groupe de Villemer, no 8), évalue les biens-fonds de chacun. Elle possède 0,63 arpent de terre évalué 186 livres ; il possédait 1,28 arpent de terre évalué 236 livres et 0,26 arpent de vigne, évalué 69 livres. L'arpent de terre vaut donc 295 livres dans le premier cas, 184 livres dans le second, et l'arpent de vigne, 265 livres. Par conséquent, huit arpents de terre auraient coûté à d'éventuels acheteurs, (184x8) = 1472 livres, ou (295x8)= 2360 livres, et deux arpents de vigne, (265x2)=530 livres. Investissement minimum, 2002 livres ; maximum, 2890 livres !

5 DESAIVE, J.P., La Mesure du possible. Essai sur le ménage, la propriété, l'exploitation en Vallée d'Aillant au XVIIIe siècle, thèse de doctorat de 3e cycle EHESS, multigraphiée, 1985.

6 Ibid., p. 144 sq.

7 Archives départementales de l'Yonne, 8°M3/87, Questionnaire agricole établi par la Société centrale d'agriculture et de viticulture de l'Yonne pour l'Exposition universelle de 1900 (avec enquête rétrospective sur les prix et les rendements),

8 Groupe de Courson, inventaire.

9 Groupe de Courson, inventaire.

10 DESAIVE, J.P., La Mesure du possible..., tableau 14, p. 187.

11 Groupe de Villemer.

12 Archives départementales de l'Yonne : les 15 inventaires du groupe de Courson proviennent des minutes des notaires E.Delaage (3E27/19-20) et J.F.Guerreau (3E27/126-127), pour les années 1764-1783. Les 9 inventaires du groupe de Villemer sont dans les liasses des notaires A.Gentilhomme (3E52/445) et J.A.Mocquot (3E52/447-448), pour les années 1777 à 1786.

13 Exemples de rendements : 5 arpents de blé-méteil et froment produiront 25 bichets, soit 5 bichets/arpent (gr.de Courson) ; 9,75 arpents de méteil et seigle rendront 24 bichets, soit 2,47 bichets/arpent (gr. de Courson) et 1,5 arpent de froment et méteil rendra 30 quartes, valant 7,5 bichets, soit 5 bichets/arpent (gr. de Courson). Mais à Villemer, en 1781,5 arpents rendront 60 bichets de blé, soit 12 bichets/arpent (inventaire d'Edme Hournon, non incorporé à l'échantillon, étude J.A.Mocquot).

14 Archives départementales de l'Yonne, 3E27/20, 22 avril 1774.

Auteur

Centre de Recherches Historiques E.H.E.S.S.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site