Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

Nuptialité et industrialisation : éléments de comparaison entre l'ancien et le nouveau monde1

Danielle Gauvreau

Texte intégral

i - Les questions à la base de l'approche comparative

  • 1 Ce texte est la version modifiée d'une communication présentée au Colloque France Québec tenu à An (...)

1Le mariage constitue un événement majeur dans la vie des individus comme dans le cycle de vie des familles. Dans les sociétés du passé, il marque le plus souvent la formation d'une nouvelle unité de production et de consommation, en même temps que le début de la constitution de la descendance du couple. L'âge auquel il se produit (calendrier) ainsi que sa fréquence (intensité) dépendent donc des possibilités qu'ont les couples de s'établir, en même temps que des lois, règles et coutumes propres à chaque société.

  • 2 Dans un contexte, il est vrai, où la structure des ménages faisait une plus large place aux ménage (...)
  • 3 Dans le premier cas, les femmes se marient avant 20 ans ou peu après et à peine 5 % de la populati (...)
  • 4 Même au-delà des débuts du peuplement, marqués le plus souvent par un déséquilibre des sexes en fa (...)

2Les travaux de Hajnal (1965) sur la nuptialité ont permis de constater des différences importantes dans les modèles européens de nuptialité. Il est maintenant bien connu qu'en Europe de l'Est, la nuptialité fut précoce et quasi universelle2, tandis qu'en Europe de l'Ouest, elle s’est caractérisée par un calendrier tardif et l'ampleur du célibat définitif3. Dans les sociétés de colonisation, la disponibilité des terres et les plus grandes facilités d'établissement des couples ont généralement favorisé la nuptialité (intensité et calendrier). Historiquement, au Canada et aux Etats-Unis, les modèles de nuptialité se sont apparentés à la situation observée en Europe de l'Ouest, dont les populations étaient issues. Les âges au premier mariage y étaient toutefois plus précoces et le célibat définitif moins fréquent4.

3En Europe comme dans les territoires de peuplement plus récent, le passage des sociétés majoritairement rurales à des sociétés industrialisées et urbaines est susceptible d'avoir modifié les comportements en matière de nuptialité. Cela s'explique aisément du fait de l'importance des facteurs socio-économiques pour la formation des nouveaux couples et du fait de l'ampleur des changements ayant affecté les structures sociales. Ainsi, en Europe où les opportunités d'établissement sur des terres étaient restreintes, l'industrialisation a été vue comme favorable à la nuptialité dans la mesure où le travail salarié a permis aux conjoints de s'établir plus facilement.

  • 5 Voir par exemple Spagnoli (1983), Gutman (1987), Kertzer et Hogan (1989), de même que le récent nu (...)

4Jusqu'à maintenant, l'effet positif de l'industrialisation sur la nuptialité a pu être établi pour l'Angleterre au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle (Levine, 1977 ; Hill, 1984). Agissant dans le sens d'augmenter les possibilités d'établissement des couples, le processus de proto-industrialisation a affecté à la baisse les âges au premier mariage et augmenté du même coup la capacité des couples de se reproduire. Ailleurs en Europe, l'analyse récente des modèles de nuptialité aux XIXe siècle a conduit à une remise en question de cette thèse générale, en même temps qu'à un réexamen du modèle proposé par Hajnal pour l'Europe de l'Ouest5.

5Malgré ces divergences, les études précédentes s'accordent généralement sur la complexité des modèles de nuptialité et sur l'importance des variables socio-économiques pour comprendre l'effet de l'industrialisation sur ceux-ci. Comme Medick (1976) l'a bien formulé, l'industrialisation apporte des changements dans la dynamique même de la reproduction familiale, autant en ce qui a trait aux rapports hommes/femmes qu'aux relations parents/enfants dans le cadre de la famille. Le travail salarié transforme la nature du travail et sa répartition entre les conjoints, de façon variable suivant les possibilités d'emplois pour les femmes. Du point de vue des enfants, il peut faciliter l'établissement en couples des jeunes adultes, mais peut aussi à l'inverse rendre leur contribution encore plus essentielle à l'économie familiale et retarder ainsi le mariage. Le travail salarié contribue alors à maintenir la cohésion familiale, comme le démontre Alter pour les femmes de Verviers en Belgique (1988). L'analyse de l'effet de l'industrialisation sur la nuptialité doit donc prendre en compte la nature des changements liés à l'industrialisation, leur impact sur les différentes classes sociales ainsi que sur la dynamique familiale propres à chaque contexte et à chaque classe.

6En Amérique du Nord, les analyses concernant la nuptialité en période d'industrialisation ont généralement mis en évidence l'augmentation de l’âge au premier mariage et celle de la fréquence du célibat définitif. Au Québec et au Canada, ce résultat ressort autant des mesures globales (Pouyez et alii, 1983 ; Gee, 1980 et 1982) que d'études de type micro-historique menées sur quelques paroissiens (Ward, 1990 ; Gossage, 1991). L'analyse détaillée menée par Gossage pour Saint-Hyacinthe démontre par ailleurs l'existence d’une différenciation professionnelle en matière d'âge au premier mariage, laquelle se situe dans le prolongement de mesures établies pour le XVIIIe siècle (Gauvreau, 1991). Les tendances observées en contexte d'industrialisation varient suivant les groupes professionnels : augmentation de l'âge au premier mariage pour les cultivateurs et les bourgeois ainsi que pour leurs filles, tendance opposée chez les journaliers qui se mariaient déjà plus tôt. Ce dernier résultat rappelle celui de Greer (1985) pour Sorel dans la première moitié du XIXe siècle, au moment où s'y installe une compagnie de voyageurs engageant des jeunes hommes.

7Aux Etats-Unis, Modelle et alii (1978) font état d'une remarquable stabilité des âges au mariage jusqu'au moment de la Crise puis de la Deuxième Guerre mondiale, ceci malgré des changements sociaux et économiques majeurs. Utilisant un échantillon du recensement américain de 1900 et des variables à l'échelle des individus et des comtés, Landale (1989) a, quant à elle, montré l'effet négatif sur la nuptialité masculine d'un resserrement des possibilités d'établissement des cultivateurs en milieu rural. Ce resserrement se produit souvent dans les territoires de peuplement récent en même temps que s’amorce l’industrialisation, ce qui renforce l’hypothèse d'une évolution spécifique de la nuptialité dans ces sociétés comparativement à l’Europe.

  • 6 A cause des sorties d'observation dans le premier cas et des hypothèses sous-jacentes à l'estimati (...)

8La contribution qui suit vise à alimenter les réflexions sur ces questions. Elle livre des résultats pour le Saguenay (voir carte du Québec), une région ouverte à la colonisation au milieu du XIXe siècle et dont l'industrialisation, basée essentiellement sur l'exploitation de ressources naturelles (le bois et l’énergie hydro-électrique) a débuté à la fin du siècle dernier. L'analyse porte exclusivement sur l’âge au premier mariage, c'est-à-dire sur le calendrier de la nuptialité. L'autre aspect de celle-ci,, l'intensité, s'avère en effet plus difficile à évaluer, que ce soit à partir d'un fichier de population ou même de recensements6.

  • 7 Voir à ce propos Henry et Houdaille (1978 et 1979) et, plus récemment encore, Alter (1991).

9De façon générale, la nuptialité demeure un phénomène encore mal connu7. L'approche comparative utilisée ici s'applique en fait à un ensemble de résultats sans cesse en évolution et son apport ne peut être vu que comme une contribution modeste aux nombreuses réflexions encore en cours sur ce sujet. Soulignons de plus que, d'un point de vue méthodologique, l'analyse de la nuptiabilité s'avère encore plus délicate en période d'industrialisation à cause de la mobilité géographique, l'expérience migratoire étant généralement associée à un âge au mariage plus tardif.

ii - Le cadre de l'analyse

10M'inspirant du cadre adopté par plusieurs des auteurs précédents, j'analyserai ici la nuptialité suivant une approche générale liant les composantes du régime démographique aux structures sociales et à leurs transformations historiques. Trois éléments principaux sont à retenir dans ce cadre :

  1. La décision de se marier doit être examinée en rapport avec les règles de l’économie familiale : d'une part le couple doit avoir les moyens de s'établir pour se marier, et d'autre part, la contribution de chacun des conjoints à l'économie de sa famille d'origine ne doit plus être essentielle à celle-ci pour que le mariage soit possible.
  2. Les rôles spécifiques et complémentaires des hommes et des femmes conduisent à une analyse différenciée de la nuptialité dans le cadre de l’économie familiale. Pour le couple qui cherche à s'établir, les exigences économiques sont susceptibles d'affecter plus directement l'âge au mariage de l'homme. La nature et l'importance de la contribution respective des filles et des garçons au revenu de leur famille d’origine sont également susceptibles d'influencer l'âge au premier mariage.
  3. Tout aussi important que le précédent, un second élément de différenciation concerne les structures sociales. En effet, on peut faire l'hypothèse que les règles de l'économie familiale n'agissent pas de la même façon sur les comportements de nuptialité des cultivateurs, des journaliers ou des marchands. Encore une fois, cela vaut pour le nouveau couple qui cherche à s'établir pour les familles d'origine.

11Voyons maintenant comment ces éléments généraux s'appliquent au contexte historique de la société saguenayenne. L'agriculture occupe dès le départ une place centrale dans les structures économiques de cette région où la terre est relativement disponible jusqu'au début du XXe siècle (Bouchard, 1990). Les activités d’abattage liées à l'industrie du bois procurent des revenus supplémentaires à de nombreux ménages, tout comme plusieurs autres activités secondaires qui s'inscrivent dans un modèle de co-intégration décrit ailleurs par Bouchard (1988). La main-d’œuvre constituée par les enfants est alors essentielle à la bonne marche de l'exploitation familiale mais, dans la mesure où la terre est disponible, il y a peu de frein au mariage précoce des enfants ainsi qu’à des niveaux de fécondité élevés. La population croît donc à un rythme élevé, passant de 5 000 en 1852 à 40 000 à la fin du XIXe siècle, puis de 100 000 en 1931 à 265 000 en 1971 (Pouyez et alii 1983). Le régime démographique se caractérise par une forte natalité, en baisse seulement à la fin des années 1950, alors que la mortalité diminue depuis les années 1920.

12La situation précédente se modifie à mesure que la région s'industrialise et que sont réduites les possibilités d'établissement sur des terres. L'industrialisation s'amorce au Saguenay au cours de la dernière décennie du XIXe siècle, avec l'ouverture d'usines de pâtes à papier utilisant les ressources naturelles que sont le bois et l'énergie hydro-électrique. Le chemin de fer reliant la région au reste de la province à partir de la même époque agit comme catalyseur de cette évolution. Il s'ensuit une différenciation grandissante des structures sociales. La proportion de cultivateurs parmi la population à l'étude ne cesse de baisser durant cette période, passant ainsi de 80 % au début à 30 % en 1930, puis à moins de 10 % en 1960. Cette diminution se fait évidemment au profit de toutes les autres catégories professionnelles. Parallèlement à cela, la région s'urbanise. La part de la population urbaine augmente donc progressivement : elle atteint 50 % au cours des années 1920 pour plafonner à près de 80 % peu avant 1960 (Guérin et Bouchard, 1988).

  • 8 Voir Bouchard (1986). Un argument semblable a été invoqué récemment pour expliquer la surfécondité (...)

13L'industrialisation saguenayenne implique une industrie lourde basée sur des matières premières, largement commandée par des leviers extérieurs à la région. Cette situation n'est pas étrangère à un type particulier d'urbanisation peu lié au développement et aux transformations internes propres à la région. Il en découle un certain hiatus entre les changements en cours dans les structures économiques et la persistance d'un modèle social faisant une large place aux solidarités familiales8. Ce dernier élément conduit à poser l'hypothèse d'un effet mineur de ces changements sur les modèles de nuptialité. Cette hypothèse paraît encore plus appropriée pour les femmes dont les occasions d'emploi à l'extérieur sont à peine modifiées par les transformations précédentes. Pour des raisons différentes liées à la saturation des terres, l'âge au premier mariage des cultivateurs pourrait quant à lui connaître une évolution à la hausse durant la même période.

iii - L'âge au premier mariage en contexte de transition

  • 9 Soit au moins 85 % des mariages tout au long de la période. L'exclusion des mariages impliquant de (...)

14L'analyse concerne ici les 75 246 mariages impliquant deux célibataires et ayant été célébrés dans une paroisse de Saguenay avant 19609. Le nombre des mariages suit l'évolution de la population durant la même période, avec une proportion plus élevée de mariages célébrés au cours des années les plus récentes. Les informations s'y rapportant sont celles inscrites dans l'acte lui-même ainsi que celles figurant dans le fichier-réseau BALSAC, produit de la reconstitution automatique des familles à partir des registres paroissiaux (Bouchard, Casgrain et Roy, 1985).

  • 10 Basée sur la profession modale et consistant en un large regroupement réalisé à partir de la grill (...)
  • 11 Défini en fonction d'un seuil de 50 % de chefs de ménage enregistrés comme cultivateurs au recense (...)

15Rarement mentionné de façon précise dans l'acte, l'âge au mariage est obtenu par différence entre la date du mariage et celle de la naissance pour les personnes nées dans la région (âge exact) et, pour les autres, par une estimation fondée sur l'âge au moment du décès, dont la fiabilité a déjà été démontrée (âge approximatif : voir Bourque, 1989). La proportion des âges connus de façons approximative diminue régulièrement avec le temps, parce que le décès des conjoints se produit de plus en plus souvent au-delà de la fin de la période d'observation (1986). La répartition varie aussi suivant le sexe, puisque l'âge exact au mariage est connu pour 79 % des femmes et seulement 55 % des hommes mariés une première fois au Saguenay. La différence s'explique à la fois par la pratique de célébrer le mariage dans la paroisse de l’épouse et par une plus grande mobilité individuelle du côté masculin. De type micro-historique, l'analyse repose sur les variables individuelles et familiales contenues dans le fichier-réseau BALSAC pour le Saguenay. Elle a été menée séparément pour les hommes et pour les femmes, en faisant intervenir les variables suivantes : la catégorie professionnelle du père ainsi que celle de l'époux10, le statut migratoire (immigrant ou natif) et l'habitat (rural ou urbain)11.

16Comme il fallait s'y attendre, les femmes et les hommes se marient tôt au Saguenay avant 1960 (Tableau 1 et Graphique 1). L’âge moyen au premier mariage se situe à 21,4 ans pour les femmes et 24,8 ans pour les hommes. Le trait le plus marquant de son évolution apparaît au cours des années 1930, au moment où sévit la Crise qui impose un frein aux projets de mariage de plusieurs jeunes. Chez les hommes, ce changement paraît surtout conjoncturel, le retour à un âge plus jeune au mariage ayant pu être facilité par une vague de mariages visant à éviter la conscription au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Le changement est plus durable du côté des femmes, probablement parce que leurs aspirations avant le mariage ont été modifiées par un allongement de la période d'éducation et par des possibilités d'emploi un peu plus nombreuses. Il s'ensuit une réduction de l'écart d'âge entre les conjoints. Autre trait spécifique aux femmes : celles-ci se marient plus précocement au début, un effet du déséquilibre des sexes enregistré au Saguenay comme dans la plupart des sociétés de la colonisation.

Tableau 1. Age moyen au premier mariage suivant la période et le sexe. Saguenay, 1840-1959

Période

Hommes

Femmes

Avant 1870

24,5 (558)

19,8 (753)

1870-1889

24,6 (1 945)

21,2 (2 411)

1890-1909

24,5 (4 218)

20,7 (4 854)

1910-1929

24,5 (6 660)

20,4 (7 765)

1930- 1939

25,4 (5 995)

21,6 (6 031)

1940-1949

25,1 (10 149)

21,8 (11571)

1950- 1959

24,7 (13 183)

22,0 (14 641)

Ensemble

24,8 (42 708)

21,4 (48 026)

Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC

Graphique 1. Age moyen au premier mariage suivant le sexe. Saguenay, 1890-1960

Graphique 1. Age moyen au premier mariage suivant le sexe. Saguenay, 1890-1960

Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC

17Les résultats précédents indiquent bien que les possibilités d'établissement sont nombreuses au Saguenay pour les nouveaux couples. Ils indiquent aussi que la contribution des enfants en âge de travailler, bien qu’essentielle à l'économie familiale, ne se traduit pas par un retard de l'âge au mariage. En situation de fécondité élevée, cela tient probablement à l'existence d'une relève chez les enfants pour remplacer ceux qui partent, en même temps qu'à la persistance, au-delà du mariage et sous une autre forme, de solidarités familiales garantissant une certaine sécurité économique aux familles d’origine. La relative stabilité du calendrier de la nuptialité témoigne du faible impact de l'industrialisation sur cet aspect du phénomène, sauf chez les femmes au cours des vingt dernières années de la période étudiée. Exception faite de cette dernière période, tout se passe comme si l'économie familiale s'adaptait aux changements alors en cours, ce qui s'accorde aussi avec l'évolution de la fécondité, qui ne fléchit guère au cours de cette période.

  • 12 Ces variables évoluent souvent de façon concomitante dans un contexte de transition, ce qui rend l (...)

18La relative stabilité du calendrier de la nuptialité ne doit pas faire oublier l'existence d'une différenciation des âges au premier mariage suivant diverses variables. Celle-ci apparaît très nettement selon la catégorie professionnelle, de même que selon l'habitat et le statut migratoire dans une moindre mesure (attestée par l'analyse de variance et les régressions réalisées en complément12).

19Tout au long de la période étudiée, un écart de près de un an sépare l'âge moyen au premier mariage des conjoints des différentes catégories professionnelles (Graphiques 2 et 3). Les filles et les fils de travailleurs semi ou non spécialisés, des journaliers pour la plupart, présentent les âges les moins élevés, l'autre position extrême étant le plus souvent occupée par les travailleurs non manuels. Rejoignant en cela d’autres études, ce résultat paraît refléter les exigences plus grandes envers les enfants des travailleurs non manuels, qu'il s'agisse de formation, de réussite sociale et financière, tout simplement d'expérience de vie avant de se marier. A l'inverse, ces exigences semblent minimales pour les enfants de journaliers, qui ont peu à gagner ou à perdre dans une société où ils occupent de toute façon une place défavorisée.

Graphique 2. Age moyen des hommes au premier mariage suivant la catégorie professionnelle du père. Saguenay, 1890-1960

Graphique 2. Age moyen des hommes au premier mariage suivant la catégorie professionnelle du père. Saguenay, 1890-1960

Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC

Graphique 3. Age moyen des femmes au premier mariage suivant la catégorie professionnelle du père. Saguenay, 1890-1960

Graphique 3. Age moyen des femmes au premier mariage suivant la catégorie professionnelle du père. Saguenay, 1890-1960

Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC

  • 13 Un tel résultat ne peut être enregistré que parce que les structures professionnelles connaissent (...)

20L’âge au premier mariage évolue avec le temps de façon semblable dans chacune des catégories professionnelles. Chez les femmes, la différenciation apparaît particulièrement nette et quasi constante depuis le début du XXe siècle. Du côté masculin, l'augmentation de l'âge au premier mariage est plus forte et plus durable pour les fils de cultivateurs, une situation qui pourrait tenir à plusieurs facteurs : la saturation des terres, la concentration des terres liée au développement du capitalisme agraire et l'espérance de vie accrue des pères, tous trois susceptibles de nuire à l'établissement des garçons. Cette tendance apparaît encore plus nettement dans l'analyse suivant la catégorie professionnelle des époux eux-mêmes13 (Graphique 4). En effet, contrairement aux autres catégories professionnelles qui toutes présentent un profil semblable à l'évolution générale de l'âge au mariage durant la période étudiée, les cultivateurs continuent d'afficher un âge plus élevé après les années 1940, reflet d’un changement spécifique dans leur modèle de nuptialité et d'établissement.

Graphique 4. Age moyen des hommes au premier mariage suivant leur catégorie professionnelle. Saguenay, 1890-1960

Graphique 4. Age moyen des hommes au premier mariage suivant leur catégorie professionnelle. Saguenay, 1890-1960

Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC

  • 14 Après cette date, l'âge au mariage des personnes immigrantes est trop rarement connu pour permettr (...)

21L'effet des autres variables considérées va dans le sens d'un âge moyen au premier mariage supérieur pour les femmes et les hommes qui ne sont pas nés au Saguenay. Avant 1930, les femmes nées à l'extérieur de la région se marient à 21,8 ans en moyenne comparativement à 20,4 ans pour les Saguenayennes de naissance, les chiffres correspondants pour les hommes étant de 25,8 ans et 24,2 ans14. Ce résultat, qui rejoint celui obtenu dans d'autres études, paraît lié à un retard dû à l'expérience migratoire elle-même et au laps de temps nécessaire pour être en mesure de s'établir en couple dans un nouveau lieu. Le fait de résider dans un milieu rural ou urbain n'est lié à aucune différence de l'âge au mariage chez les hommes (avec ou sans contrôle de la catégorie professionnelle), tandis qu'il l'est chez les femmes. Dans ce cas, les urbaines se marient plus tardivement que les rurales (un écart de près de un an), un résultat qui se vérifie pour chacune des catégories professionnelles. On peut l'associer aux possibilités plus grandes d'emploi pour les femmes en milieu urbain, lesquelles sont susceptibles de décourager la femme et sa famille de conclure un mariage précoce.

  • 15 Voir à ce sujet pour le Saguenay : Gauvreau et Bourque (1990).

22Dans l'ensemble, le modèle de nuptialité prévalant au Saguenay entre 1838 et 1960 reflète le peu de frein imposé aux conjoints en termes de calendrier de mariage. Cela s'explique au départ par la disponibilité de terres où les nouveaux couples peuvent s'établir, dans le cadre d'un modèle de reproduction familiale qui n'hésite pas à recourir à la mobilité géographique comme stratégie d'établissement des enfants. Ces stratégies ne semblent pas avoir été compromises par l'industrialisation de la région, les familles adaptant vraisemblablement leurs pratiques au nouveau contexte urbain et industriel. Un seul point de rupture semble apparaître plus tard chez les cultivateurs, lorsque des changements dans le monde rural convergent pour limiter les possibilités d'établissement. Tout au long de la période, l'existence de différences dans le calendrier de la nuptialité suivant les catégories professionnelles témoigne des exigences et des contraintes spécifiques à chacun des groupes en matière de production et de reproduction. Il en va de même pour la différence enregistrée dans l'âge au mariage des femmes et des hommes, tributaire de leurs rôles spécifiques dans cette société15.

Conclusion

23L'exemple du Saguenay illustre bien, quoique de façon extrême, les différences fondamentales qui caractérisent les sociétés de l’Ancien et du Nouveau Monde. Ouverte au peuplement blanc au milieu du XIXe siècle seulement, la région du Saguenay offre des possibilités d'établissement favorables au mariage des jeunes. La situation est depuis longtemps différente en plusieurs régions d'Europe de l'Ouest. S'ajoutant à ce point de départ différent, l’industrialisation en cours au Québec à partir de la seconde moitié du XIXe siècle diffère souvent de celle déjà amorcée en Europe puisqu'elle repose en bonne partie sur une exploitation des ressources naturelles. Cette seconde différence se traduit elle aussi de façon spécifique dans l’évolution des âges au mariage, un aspect qu'il serait important d'approfondir au moyen d'autres études portant sur le Québec et sur la France. Enfin, le calendrier de ces changements diffère le plus souvent de ce qui se passe en Europe depuis le début du XIXe siècle. Au Saguenay en particulier, l'industrialisation atteint tardivement un seuil définitif, au moment même où le monde rural connaît des changements majeurs et que la conjoncture liée à la Crise et à la Deuxième Guerre provoque des soubresauts dans le calendrier de la nuptialité.

  • 16 Henry et Houdaille (1979). Ailleurs en Europe, Voir Watkins (1986).

24Malgré des situations différentes à l’origine et un processus de transformation propre à chaque type de société, il semble bien que l'on puisse parler d'une homogénéisation des comportements et des modèles avec le temps. L'évolution à la baisse de l'âge au mariage en France à partir de la Révolution jusqu'à la fin du XIXe siècle16 conduit à une situation proche de ce qu'on observe pour l'ensemble du Québec à la même époque, soit des âges au premier mariage de près de 24 ans pour les femmes et de 28 ans pour les hommes (Pouyez et alii, 1983). L'évolution à la baisse après la Deuxième Guerre paraît quant à elle se produire dans la plupart des pays occidentaux. Elle résulte vraisemblablement de la diffusion de modèles culturels propres aux sociétés industrielles, lesquels transcendent désormais les frontières.

Bibliographie

Bibliographie

ALTER George, 1988, Family and the Female Life Course. The Women of Verviers, Belgium, 1849-1880. Madison, The University of Wisconsin Press, 226 p.

ALTER George, 1991 "New Perspectives on European Marriage in the Nineteenth Century", Journal of Family History, vol. 16, no 1, p. 1-5.

BOUCHARD Gérard, 1986, "La dynamique communautaire et l’évolution des sociétés rurales québécoises aux XIXe et XXe siècles. Construction d’un modèle", Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 40, no 1, p. 51-71.

BOUCHARD Gérard, 1988 "Co-intégration et reproduction de la société rurale. Pour un modèle saguenayen de la marginalité", Recherches sociographiques, vol. XXIX, nos. 2-3, p. 283-310.

BOUCHARD Gérard, 1990 "Saturation de l'espace agraire et changement social au Saguenay", Recherches sociographiques, vol. 31, no 2, p. 201-225.

BOUCHARD Gérard, POUYEZ Christian, 1985, "Les catégories socio-professionnelles : une nouvelle grille de classement", Labour/Le Travail, no 15, p. 145-163.

BOUCHARD Gérard, ROY Raymond, CASGRAIN Bernard, 1985, Reconstitution automatique des familles. Le système SOREP. Dossier no 2, Université du Québec à Chicoutimi, 2 vol., 745 p.

BOURQUE Mario, 1989, La fiabilité des âges déclarés au décès dans le fichier de population BALSAC. Avril, 19 p.

CHARBONNEAU Hubert, 1975, Vie et mort de nos ancêtres. Etude démographique. Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 268 p.

FOURNIER Daniel, 1989, "Pourquoi la revanche des berceaux ? L’hypothèse de la sociabilité", Recherches sociographiques, vol. XXX, no 2, p. 171-198.

GAUVREAU Danielle, 1991, Québec. Une ville et sa population au temps de la Nouvelle-France. Québec, Presses universitaires du Québec, 232 p.

GAUVREAU Danielle et BOURQUE Mario, 1990, « "Jusqu'à ce que la mort nous sépare" : le destin des femmes et des hommes mariés au Saguenay avant 1930 », Canadian Historical Review, vol. LXXI, no 4, p. 441-461.

GEE Ellen M., 1980 "Female Marriage Patterns in Canada : Changes and Differentials", Journal of Comparative Family Studies, vol. XI, no 4, p. 457-473.

GEE Ellen M., 1982, "Marriage in Nineteenth Century Canada”, The Canadian Review of Sociology and Anthropology, vol. 19, no 3, p. 311-325.

GOSSAGE Peter, 1991, "Family Formation and Age at Marriage in Saint-Hyacinthe, Québec, 1854-1891". Histoire sociale/Social History, vol. 24, no 47, p. 61-84.

GREER Allan, 1985, Peasant, Lord and Merchant. Rural Society in Three Quebec Parishes 1740-1840. University of Toronto Press, Toronto / Buffalo / London, 304 p.

GREVEN Philip J. Jr., 1970, Four Generations : Population, Land and Family in Colonial Andover, Massachusetts, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, 329 p.

GUÉRIN Michel et BOUCHARD Gérard, 1988, Statistiques de l'urbanisation au Saguenay, 1852-1986. Septembre, 9 p.

GUTMANN Myron, 1987, "Protoindustrialization and Marriage Ages in Eastern Belgium”, Annales de démographie historique, p. 143-173.

HAJNAL J., 1965, "European Marriage Patterns in Perspective", in Population in History : Essays in Historical Demography, D.V. GLASS and D.E.C. EVERSLEY eds., Londres, Edward Arnold, p. 100-143.

HENRY Louis et HOUDAILLE Jacques, 1978, "Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles en France. I. Célibat définitif", Population, vol. 33, no 1, p. 43-84.

HENRY Louis et HOUDAILLE Jacques, 1979, "Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles en France. II. Age au premier mariage", Population, vol. 34, no 2, p. 403-442.

HILL Bridget, 1984, Eighteenth Century Women. An Anthology. Boston/Sidney, George Allen and Unwin, 280 p.

KERTZER David I. and HOGAN Dennis P., 1989, Family, Political Economy and Demographic Change. The Transformation of Life in Casalecchio, Italy, 1861-1921. Madison, The University of Wisconsin Press, 270 p.

LANDALE Nancy S., 1989, "Agricultural Opportunity and Marriage : The United States at the Turn of the Century", Demography, vol. 26, no 2, p. 203-218.

LEVINE David, 1977, Family Formation in an Age of Nascent Capitalism. New York, Academic Press, 194 p.

MEDICK Hans, 1976, "The proto-industrial family economy : the structural function of household and family during the transition from peasant society to industrial capitalism", Social History, vol. 3, p. 291-312.

MODELL John„ FURSTENBERG Frank F. Jr, and STRONG Douglas, 1978, "The Timing of Marriage in the Transition to Adulthood : Continuity and Change 1860-1975" in Demos John and Sarane SPENCE BOOCOCK (eds) Turning Points : Historical and Sociological Essays on the Family. Chicago and London, The University of Chicago Press, p 120-150.

POUYEZ Christian, LAVOIE Yolande, BOUCHARD Gérard, ROY Raymond et alii., 1983, Les Saguenayens. Introduction à l'histoire des populations du Saguenay, XVIe-XXe siècles. Québec, Presses de l'Université du Québec, 386 p.

SPAGNOLI P., 1983, "Industrialization, Proletarianization and Marriage : a Reconsideration”, Journal of Family History, vol. 8, p. 230-247.

WARD Peter, 1990, Courtship, Love and Marriage in Nineteenth Century English Canada. Montréal et Kingston, McGill-Queen's University Press, 219 p.

WATKINS Susan C., 1986, "Regional Patterns of Nuptiality in Western Europe, 1870-1960", in Ansley J. COALE and Susan C. WATKINS, eds The Decline of Fertility in Europe, Princeton, Princeton University Press, p. 314-336.

Notes

1 Ce texte est la version modifiée d'une communication présentée au Colloque France Québec tenu à Annecy en juin 1991. Je tiens à remercier Mariol Bourque et Claude Boucher pour l'assistance apportée dans la préparation et l'analyse statistique des données figurant dans ce texte. La réalisation de ce travail a été rendue possible grâce à des subventions du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, du Fonds FCAR du Québec ainsi que de la Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi.

2 Dans un contexte, il est vrai, où la structure des ménages faisait une plus large place aux ménages complexes.

3 Dans le premier cas, les femmes se marient avant 20 ans ou peu après et à peine 5 % de la population adulte ne se marie pas. Dans le second, l'âge moyen au premier mariage se situe autour de 25 ans et même au-delà, avec une proportion de célibat définitif de près de 20 %.

4 Même au-delà des débuts du peuplement, marqués le plus souvent par un déséquilibre des sexes en faveur des hommes. Voir entre autres pour le Québec : Charbonneau (1975), Gauvreau (1991), Pouyez et alii (1983) ; pour le Canada : Gee (1982) ; pour les Etats-Unis : Greven (1970), Modelle et alii (1978).

5 Voir par exemple Spagnoli (1983), Gutman (1987), Kertzer et Hogan (1989), de même que le récent numéro du Journal of Family History consacré à cette question (vol. 16, no 1,1991).

6 A cause des sorties d'observation dans le premier cas et des hypothèses sous-jacentes à l'estimation basée sur les recensements, facilement contredites dans un contexte de migrations intenses.

7 Voir à ce propos Henry et Houdaille (1978 et 1979) et, plus récemment encore, Alter (1991).

8 Voir Bouchard (1986). Un argument semblable a été invoqué récemment pour expliquer la surfécondité des Québécoises par rapport aux Canadiennes en période de transition (Fournier, 1989).

9 Soit au moins 85 % des mariages tout au long de la période. L'exclusion des mariages impliquant des célibataires épousant des veufs ou des veuves conduit à une légère sous-estimation de l'âge au premier mariage, d’au plus 0,5 an.

10 Basée sur la profession modale et consistant en un large regroupement réalisé à partir de la grille établie par Bouchard et Pouyez (1985).

11 Défini en fonction d'un seuil de 50 % de chefs de ménage enregistrés comme cultivateurs au recensement.

12 Ces variables évoluent souvent de façon concomitante dans un contexte de transition, ce qui rend l'interprétation des résultats parfois délicate. On a mis l'accent ici sur une présentation des résultats suivant la catégorie professionnelle, plus significative à notre avis d'un point de vue historique.

13 Un tel résultat ne peut être enregistré que parce que les structures professionnelles connaissent alors des modifications substantielles. Le groupe des pères compte ainsi 55 % de cultivateurs, le tiers de leurs fils seulement le demeurent et, dans son ensemble, le groupe des fils compte seulement 20 % de cultivateurs.

14 Après cette date, l'âge au mariage des personnes immigrantes est trop rarement connu pour permettre des analyses.

15 Voir à ce sujet pour le Saguenay : Gauvreau et Bourque (1990).

16 Henry et Houdaille (1979). Ailleurs en Europe, Voir Watkins (1986).

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Age moyen au premier mariage suivant le sexe. Saguenay, 1890-1960
Légende Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 2. Age moyen des hommes au premier mariage suivant la catégorie professionnelle du père. Saguenay, 1890-1960
Légende Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 3. Age moyen des femmes au premier mariage suivant la catégorie professionnelle du père. Saguenay, 1890-1960
Légende Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique 4. Age moyen des hommes au premier mariage suivant leur catégorie professionnelle. Saguenay, 1890-1960
Légende Source : SOREP, fichier-réseau BALSAC
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Centre interuniversitaire de recherches sur les populations (SOREP) et Université Concordia

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site