Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre, hériter, succéder

 | 
Rolande Bonnain
, 
Gérard Bouchard
, 
Joseph Goy

La descendance des couples en France et en Nouvelle-France : une reproduction inégale1

Yves Landry

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été préparé dans le cadre du Programme de recherche en démographie historique (P.R.D.H. (...)
  • 2 Les deux seules tentatives d'explication sont celles de Jean-Pierre Bardet et Hubert Charbonneau e (...)
  • 3 Les données canadiennes reposent sur les 8 997 unions impliquant une native célébrées avant 1730 e (...)

1Composante essentielle de la reproduction sociale, la reproduction démographique est un phénomène complexe dont le mécanisme ne se laisse pas aisément démonter. C'est pourquoi, malgré l'importance du nombre d'enfants et du cycle de la vie familiale dans l'étude comparative des systèmes de transmission des avoirs, rarement a-t-on cherché à mesurer avec précision, et encore moins à expliquer de façon satisfaisante, les différences observées dans la fécondité des Françaises et des Canadiennes aux XVIIe et XVIIIe siècles2. La difficulté de l'entreprise et la limite de nos connaissances obligeront donc la modestie de nos conclusions, même si nous disposons de données françaises et canadiennes de qualité remarquable3.

  • 4 J. Henripin, La Population canadienne au début du XVIIIe siècle. Nuptialité. Fécondité. Mortalité (...)
  • 5 Les Canadiennes mariées à 15-19 ans ont convolé en moyenne à l'âge de 17,8 ans, celles du groupe 2 (...)

2Depuis l'ouvrage pionnier de Jacques Henripin, la fécondité exceptionnelle des premières Canadiennes est un fait reconnu et incontesté4. Le calcul de la descendance complète des femmes mariées avant 1730, à partir de leurs taux de fécondité corrigés, et sa comparaison avec les résultats obtenus dans l'Ouest de la France rurale par l'enquête de l'INED confirment cette proposition (tableau 1) : à âge égal au mariage, les Canadiennes donnaient naissance, avant la fin de leur vie féconde, à un nombre d'enfants de plus de 30 % supérieur à celui de leurs contemporaines françaises5.

Tableau 1. Descendance complète selon l'age au mariage de la femme

Tableau 1. Descendance complète selon l'age au mariage de la femme

Sources : 1.. Louis Henry et Jacques Houdaille, "Fécondité des mariages dans le quart nord-ouest de la France de 1670 à 1829", Population, 28, 4-5, 1973, p. 895. 2. Louis Henry, "Fécondité des mariages dans le quart sud-ouest de la France de 1720 à 1829", Annales E.S.C., 27, 4-5, 1972, p. 983. 3. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.

  • 6 L. Henry, "Fécondité des mariages dans le quart sud-ouest de la France de 1720 à 1829", Annales E. (...)

3Comment expliquer une telle différence des comportements démographiques, qui ne relève ni de l'usage inégal de moyens contraceptifs, ni de l’emploi de méthodes d'analyse distinctes ? La sophistication des méthodes d'analyse de la fécondité mises au point par Louis Henry permet de réduire cette question à ses deux composantes essentielles qu’il suffit de mesurer de part et d'autre de l’Atlantique : l'espacement des naissances et les progrès de la stérilité définitive6.

i- L'espacement des naissances

4Le tableau 2 démontre que l’espacement plus court des naissances est la première cause de la surfécondité des Canadiennes : à 30 ans, soit à l'âge moyen à la maternité dans les populations anciennes, et pour les mêmes groupes d'âge au mariage, les accouchements se succédaient à un rythme de 15 à 30 % plus rapide au Canada qu'en France de l'Ouest. Ce phénomène est d'autant plus remarquable que la mortalité infantile, plus faible au Canada, aurait dû, à durée égale d'allaitement, contribuer à allonger sensiblement les intervalles.

Tableau 2. Intervalle moyen entre naissance, a 30 ans, selon l'age au mariage de la femme, en années

Tableau 2. Intervalle moyen entre naissance, a 30 ans, selon l'age au mariage de la femme, en années

Sources : 1.. Henry et Houdaill, loc.cit., p. 898. 2. Henry, loc.cit., p. 991. 3. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.

5Comment expliquer un tel état de fait ? Pour y voir plus clair, penchons-nous sur l'intervalle entre la mariage et la première naissance (tableau 3). Une fois soustraite la durée de grossesse, il reste le temps pris à concevoir l'enfant. Pour les femmes mariées avant 25 ans, ce délai de conception était environ deux fois plus court au Canada qu'en France du Nord-Ouest. Si les Canadiennes avaient des enfants plus rapprochés que les Françaises, c’est donc d'abord parce qu'elles mettaient moins de temps à les concevoir. Le concept de fécondabilité reflète cette capacité, exprimée sous forme de probabilité, de concevoir un enfant par cycle menstruel ou par mois. Comme on ne peut observer que les enfants nés vivants, on calcule ici un taux de fécondabilité effective.

  • 7 H. Leridon, Aspects biométriques de la fécondité humaine, Paris, Presses Universitaires de France, (...)

6Cet indice, présenté en dernière colonne du tableau 3, atteint des valeurs très élevées chez les Canadiennes et dépasse même, pour les femmes mariées après 20 ans, le sommet habituellement reconnu en démographie historique de 0,2507. Avec un taux de 0,331 à 25-29 ans, ces femmes ont donc conçu dans un cas sur trois leur premier enfant dès le premier mois de mariage, alors que chez les Françaises du même âge la probabilité n’était que d'un cas sur cinq.

Tableau 3. Délai de conception et fécondabilité effective selon l'âge au mariage de la femme

Tableau 3. Délai de conception et fécondabilité effective selon l'âge au mariage de la femme

* Intervalle protogénésique médian moins neuf mois de grossesse.
** Probabilité mensuelle de concevoir un enfant à naître vivant, corrigée d'une sous-estimation approximative de 15 % (Leridon, op. cit., p. 30).
Sources : l. Louis Henry. "Intervalle entre le mariage et la première naissance. Erreurs et corrections", (Population, 28, no 2, 1973, p. 263, et Henry et Houdaille, loc. cit., p. 899. 2. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.

  • 8 Voir les témoignages cités par R. Lessard, Se soigner au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles, Hull, (...)

7Si l'on pousse plus loin le raisonnement, il convient de s'interroger sur la cause de cette plus grande fécondabilité effective des Canadiennes. Faut-il l'attribuer à une plus grande fréquence des rapports sexuels ? Cela n'est pas impossible, compte tenu des conditions de morbidité favorables prévalant dans un pays où la densité de peuplement était loin d'atteindre les niveaux connus dans la métropole ; le meilleur état de santé des Canadiens8 a pu favoriser une plus grande régularité des rapports sexuels et ainsi une légère augmentation du risque de conception par cycle. On ne peut non plus exclure la possibilité d'une réduction de la mortalité intra-utérine et de la fréquence des cycles anovulaires dans un milieu où l'alimentation était assurément de meilleure qualité. Nous reviendrons plus loin sur ces hypothèses.

  • 9 Charbonneau et al., op. cit., p. 162. Antoinette Fauve-Chamoux a montré que la moindre durée d'all (...)
  • 10 J. Bongaarts, "The Proximate Determinants of Natural Marital Fertility", Determinants of Fertility (...)

8Après avoir considéré le rôle central de la fécondabilité dans la longueur de l'intervalle entre naissances, examinons l'effet de la période de stérilité postpartum, ou d'aménorrhée, consécutive à l’accouchement. On sait que cette période de temps mort varie beaucoup en fonction de la durée de l'allaitement au sein, qui empêche ou retarde le retour de l'ovulation chez une fraction importante de femmes. Les Canadiennes allaitaient-elles leurs enfants moins longtemps que les Françaises, ce qui leur aurait permis un retour plus rapide à la fertilité après leurs couches ? On l'a cru jusqu'à maintenant, fondant cette hypothèse sur l'origine majoritairement urbaine des immigrantes9. On est aujourd'hui en mesure de calculer précisément la durée d'allaitement maternel, grâce à une formule résumant la relation entre les durées d'aménorrhée et d'allaitement observées dans une vingtaine de populations contemporaines10. Le tableau 4 fournit le résultat de nos calculs pour la population canadienne et quatre localités françaises choisies pour la qualité des études monographiques dont elles ont fait l'objet. Les Canadiennes auraient allaité leur enfant pendant un peu plus de 12 mois, soit une durée comparable aux femmes de la petite ville de Thoissey et du village de Mogneneins, dans la Dombes, et à celles de Tourouvre-au-Perche, mais moins que les Normandes de la paroisse de Crulai.

  • 11 Cette dernière valeur est identique à celle calculée par Henripin, à l'aide d'une tout autre métho (...)
  • 12 Les Filles du roi, qui représentent la moitié des immigrantes du XVIIe siècle, ont allaité pendant (...)

9Si l'on ne considère que les unions où l'allaitement n'a pas été interrompu par le décès du premier enfant avant l’âge d'un an, cette période se serait même allongée à plus de 14 mois11. Ces résultats suggèrent que les Canadiennes, comme d'ailleurs les immigrantes françaises dont elles descendaient12, ne se sont pas distinguées par une courte durée d'allaitement et que ce facteur ne peut, de ce fait, contribuer à justifier leur surfécondité.

Tableau 4. Période d'aménorrhée et durée d'allaitement chez les femmes mariées a 20-29 ans

Tableau 4. Période d'aménorrhée et durée d'allaitement chez les femmes mariées a 20-29 ans

* En l'absence de date de décès du premier enfant, on l'a considéré comme décédé avant un an si son acte de baptême constituait sa seule mention dans les registres paroissiaux et les recensements antérieurs à 1790.
** Premier intervalle intergénésique moyen moins intervalle protogénésique moyen.
***D'après la formule de John Bongaarts “The Proximate Determinants of Natural Marital Fertility”. in Determinants of Fertility in Developing Countries. vol. 1: Supply and Demand for Children. Rodolfo A. Bulatao and Ronald D. Lee eds, New York. Academic Press, 1983. p. 106-107.
Sources : 1. Etienne Gautier et Louis Henry, La population de Crulai paroisse normande. Etude historique, Paris, Presses Universitaires de France. 1958, p. 140 et 257-260. Unions d'au moins sept ans. 2. Hubert Charbonneau, Tourouvre-au-Perche aux XVIIe et XVIIIe siècles. Etude de démographie historique, Paris. Presses Universitaires de France, 1970. p. 148 et 334-359. Unions d'au moins dix ans. 3 et 4. Alain Bideau, La Châtellenie de Thoissey-en Dombes (1650-1840) : étude d'histoire démographique. Analyse différentielle des phénomènes démographiques, thèse de doctorat, Centre Pierre Léon, Université, Lyon II, 1980. p. 304 et 602-659. Unions d'au moins cinq ans. 5. PRDH. Registre de la population du Québec ancien. Unions d'au moins cinq ans.

ii- Les progrès de la stérilité définitive

  • 13 Leridon, op. cit., p. 97.

10La succession des naissances est interrompue tôt ou tard par l’atteinte d'un état de stérilité définitive. La mesure comparative de cette progression de la stérilité chez les couples français et canadiens est importante puisqu'on reconnaît en général que "le nombre moyen d'enfants par femme mariée à 20 ans (en régime de fécondité naturelle) augmenterait sans doute de 35 à 40 % si aucune femme ne devenait stérile avant 45 ans"13.

Tableau 5. Proportions de femmes désormais stériles selon l'age de la femme, en pour mille

Tableau 5. Proportions de femmes désormais stériles selon l'age de la femme, en pour mille

Sources : 1. Henry et Houdaille, loc.cit., p. 900. 2. Henry, loc.cit., p. 993. 3. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.

11Le tableau 5 indique à cet égard une nette différence dans les aptitudes physiologiques des Françaises et des Canadiennes. Malgré le risque supplémentaire de stérilité conféré par les grossesses plus nombreuses, les Canadiennes comportaient deux fois moins de femmes stériles à chaque âge entre 25 et 40 ans que les Françaises de l’Ouest. Plus longtemps fertiles aux âges supérieurs, les couples canadiens ont eu plus de temps pour multiplier leurs enfants.

***

12Après avoir constaté, dans un premier temps, que des différences de fécondabilité et de stérilité peuvent expliquer la plus grande taille des familles canadiennes, il convient maintenant de s'arrêter aux causes plus profondes de ce phénomène.

  • 14 R.E. Frisch, "Nutrition, Fatness and Fertility : The Effect of Food Intake on Reproductive Ability (...)

13Le médecin américain Rose Frisch a élaboré il y a une quinzaine d'années une théorie qui relie de façon convaincante la capacité reproductrice des femmes à leur statut nutritionnel14. Selon elle, l’apparition et le maintien des fonctions reproductrices seraient conditionnels au respect d'un rapport minimal poids/taille correspondant à une proportion de graisse dans le poids corporel d'environ 22 %. Au-dessus de ce seuil critique, le métabolisme agirait auprès de l'hypothalamus et du système endocrinien pour permettre l'ovulation et les menstruations. Si la femme perd 10 ou 15 % de son poids, elle éliminerait alors environ le tiers de son gras corporel et deviendrait temporairement stérile.

  • 15 P.T. Marcy, "Factors Affecting the Fecundity and Fertility of Historical Populations : A Review", (...)
  • 16 A.E. Imhof a mis en rapport la détérioration du climat (baisse des températures), les difficultés (...)

14En corollaire à cette théorie, la sous-alimentation aurait un effet direct sur la durée de la vie féconde - retard de la puberté, précocité de la ménopause - et sur son bon fonctionnement : fréquents cycles irréguliers et anovulaires (et même aménorrhée en cas de famine), importante mortalité intra-utérine, rapide déclin de la fertilité avec l'âge. Même si ce modèle reste théorique, il est difficilement contestable que l'anémie (déficience en fer) est une cause fréquente d'avortements spontanés et que la pellagre (déficience en vitamine B et en protéines) favorise l'irrégularité des cycles menstruels et la mortalité intra-utérine15. Au surplus, l'exemple de l'Islande entre le XIIIe et le XVIIIe siècle démontre l'effet de la diminution des ressources alimentaires sur la reproduction des populations16.

  • 17 Marcy, loc. cit., p. 313. A.T. Steegmann Jr. et P.A. Haseley, "Stature Variation in the British Am (...)
  • 18 F. Rousseau, L'Œuvre de chère en Nouvelle-France. Le régime des malades à l'Hôtel-Dieu de Québec, (...)
  • 19 Ce qu'ont confirmé les premières analyses démographiques de la mortalité. H Charbonneau, Vie et mo (...)

15En supposant, comme le Dr Frisch, que la fertilité soit directement proportionnelle à la qualité de l'alimentation, il reste à prouver que les Canadiennes étaient mieux nourries que les Françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le fait a été avancé pour les habitants des colonies américaines par rapport aux métropolitains britanniques et expliquerait, entre autres, la plus grande stature des coloniaux17. Plus au nord, le régime alimentaire des Canadiens n'a jamais fait l'objet d'étude systématique, en dehors de celui prévalant à l'Hôtel-Dieu de Québec18, et une comparaison entre la France et la Nouvelle-France doit se cantonner dans les généralités. Tous les témoignages convergent cependant : par l'abondance naturelle de la viande, des poissons et de l'eau pure, par les bonnes conditions de conservation des aliments permises par l’hiver, par l'autosuffisance en blé, les Canadiens jouissaient d'une alimentation apparemment exceptionnelle pour l'époque. William Eccles en a bien vu les conséquences par le niveau relativement bas de la mortalité des premiers Canadiens19.

  • 20 W.J. Eccles, La Société canadienne sous le régime français, Montréal, Harvest House, 1968, p. 76-7 (...)

En 1699, l'intendant Champigny observait que la plupart (des) paysans vivaient bien, jouissaient du droit de chasse et de pêche, privilèges complètement inconnus de leurs équivalents européens. A une époque où le bois et le cuir étaient des marchandises vitales, les Canadiens en avaient plus qu'il ne leur en fallait, sans parler de denrées de luxe telles que la viande et le sucre. Au XVIIIe siècle, l'intendant Hocquart faisait remarquer que personne ne mourait de faim au Canada. A quelques exceptions près, on n'aurait pas pu en dire autant des pays européens. Avec un approvisionnement adéquat de nourriture, en particulier de viande, de poisson et de pain - la consommation normale de viande étant d'une demi-livre par personne par jour, et de pain, une livre et demie - il n'est pas étonnant que le taux de mortalité infantile ait été très bas pour cette époque. L'intendant de Meulles notait avec stupéfaction, qu'un plus grand nombre d’enfants mouraient victimes de noyade que de maladie. La belle allure physique des Canadiens était souvent l'objet d'éloges de la part de Français récemment arrivés au Canada - ce qui en soi est le signe d'un régime alimentaire supérieur20.

  • 21 Comme en France, plusieurs années de disette ont marqué les annales canadiennes (par exemple, en 1 (...)
  • 22 Rousseau, op. cit., p. 389. J. Lacoursière et H.-A. Bizier, Nos racines, l'histoire vivante des Qu (...)
  • 23 Il s'agit du lieutenant Jean-Baptiste d’Aleyrac arrivé avec le régiment de Languedoc en 1755. A. Y (...)

16Malgré le caractère superficiel et simplificateur de ce constat21, il semble indéniable que les Canadiens aient été généralement très bien nourris. La base de leur régime alimentaire restait certes le pain, mais en dehors des journées de jeûne ou d'abstinence, la viande d'animaux d'élevage ou de gibier devait constituer un complément régulier22 Un observateur n'a-t-il pas écrit à la fin du Régime français que les Canadiens sont "de gros mangeurs, surtout de viande (et qu') ils en font une consommation étonnante23" ?

  • 24 Esquissée par R. Lessard dans Médecins, chirurgiens et apothicaires au Canada, XVIIe et XVIIIe siè (...)
  • 25 Ibid.

17Meilleure alimentation, réserves de graisse suffisantes dans l'organisme, fécondabilité effective élevée, stérilité tardive, tel semble être le cycle primaire dominant l'explication de la forte fécondité des premières Canadiennes. A cette première série de causes s'en ajoute une seconde, qui n’est pas étrangère à la première : l'état de santé supérieur des Canadiens, qui a rehaussé leur degré de fertilité et même peut-être la fréquence de leurs rapports sexuels. L’analyse comparative de la morbidité en Nouvelle-France et en Bretagne24 révèle en effet la presque absence d'endémies meurtrières sur les rives du Saint-Laurent et la relative faiblesse des crises épidémiques qui ont freiné sans jamais compromettre la croissance démographique de la colonie. Les meilleures conditions de vie des Canadiens, un régime alimentaire plus équilibré, une densité de population plus faible, un climat relativement sain et une infrastructure hospitalière et médicale plus élaborée sont les principaux éléments qui justifient cette situation plus favorable25. Notons enfin que la fièvre typhoïde, qui contribuait à réduire les niveaux de fécondité, a dû connaître une prévalence moins élevée au Nouveau Monde à cause de la meilleure qualité de l'eau.

  • 26 Charbonneau et al., op. cit., pp. 135-136.
  • 27 Suggérée par J.-E. Igartua dans son compte rendu de "Naissance d'une population. Les Français étab (...)
  • 28 Voir à ce sujet A. Jacquard, Eloge de la différence. La génétique et les hommes, Paris, Seuil, 197 (...)

18Doit-on greffer sur ce double schéma l'hypothèse d'un effet de la sélection des immigrantes établies au Canada au XVIIe siècle qui auraient transmis à leurs descendantes leur résistance et leur vitalité ? Cette supposition, à saveur légèrement eugénique, n'est pas impossible, tant il est vrai que l'effet de sélection (au recrutement, par survie lors de la traversée océanique et par adaptation au nouveau milieu) a probablement joué dans la faible mortalité des pionniers français26. Mais il reste à prouver que la vigueur physique des immigrants s’est non seulement étendue à la fécondité, ce qui paraît vraisemblable, mais s'est aussi transmise aux générations suivantes. L'idée27 est audacieuse mais sa vérification s’annonce difficile : comment distinguer dans la reproduction des hommes la part de l'héritabilité du patrimoine génétique de celle de l'influence du milieu28 ? La question paraît sans réponse.

Notes

1 Ce texte a été préparé dans le cadre du Programme de recherche en démographie historique (P.R.D.H.) de l'Université de Montréal, dont les travaux sont subventionnés par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, le Fonds F.C.A.R. et l'Université de Montréal. Nous remercions le Dr Jean-Noël Biraben, de l'Institut national d'études démographiques (INED), pour ses commentaires apportés à la version initiale de cette communication présentée au colloque d'histoire comparée Québec-France, Annecy, 27 juin 1991.

2 Les deux seules tentatives d'explication sont celles de Jean-Pierre Bardet et Hubert Charbonneau et de Hubert Charbonneau et al. qui font appel à la moindre durée d'allaitement des Canadiennes, à leur meilleure alimentation et a la sélection des immigrantes pour justifier la surfécondité observée au Nouveau Monde. Cf. J.P. Bardet et H. Charbonneau, in Joseph Goy et Jean-Pierre Wallot eds, Evolution et éclatement du monde rural. Structures, fonctionnement et évolution différentielle des sociétés rurales françaises et québécoises, XVIIe - XXe siècles, Joseph Goy et Jean-Pierre Wallot eds, Paris/Montréal, Editions de l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Les Presses de l'Université de Montréal, 1986, p. 80. H. Charbonneau et al, Naissance d'une population. Les Français établis au Canada au XVIIe siècle, Paris et Montréal, Presses Universitaires de France et Les Presses de l'Université de Montréal, 1987, p. 162.

3 Les données canadiennes reposent sur les 8 997 unions impliquant une native célébrées avant 1730 et présentes dans le Registre de la population du Québec ancien.

4 J. Henripin, La Population canadienne au début du XVIIIe siècle. Nuptialité. Fécondité. Mortalité infantile, Paris, Presses Universitaires de France, 1954, p. 60.

5 Les Canadiennes mariées à 15-19 ans ont convolé en moyenne à l'âge de 17,8 ans, celles du groupe 20-24 ans à l'âge de 22,1 ans et celles de 25-29 ans à l'âge de 27,0 ans. Ces âges peuvent être légèrement plus précoces que ceux des groupes équivalents chez les Françaises. Cet écart, surtout pour les femmes mariées à 15-19 ans, peut avoir contribué à accentuer sensiblement les différences de descendance observées, mais sans diminuer de façon substantielle l'importance de la surfécondité des Canadiennes.

6 L. Henry, "Fécondité des mariages dans le quart sud-ouest de la France de 1720 à 1829", Annales E.S.C., nos 3 et 4, mai-juin et juillet-octobre 1972, p. 612-640 et 977-1023.

7 H. Leridon, Aspects biométriques de la fécondité humaine, Paris, Presses Universitaires de France, 1973, p. 37.

8 Voir les témoignages cités par R. Lessard, Se soigner au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles, Hull, Musée canadien des civilisations, 1989, p. 7-8.

9 Charbonneau et al., op. cit., p. 162. Antoinette Fauve-Chamoux a montré que la moindre durée d'allaitement des citadines françaises est un phénomène reconnu dès le XVIIe siècle. "La femme devant l'allaitement", Annales de démographie historique, 1983, p. 7-22.

10 J. Bongaarts, "The Proximate Determinants of Natural Marital Fertility", Determinants of Fertility in Developing Countries, vol. 1 : Supply and Demand for Children, Rodolfo A. Bulatao et Ronald D. Lee eds, New York, Academic Press, 1983, p. 106-107.

11 Cette dernière valeur est identique à celle calculée par Henripin, à l'aide d'une tout autre méthode, pour les Canadiennes mariées entre 1700 et 1729, dont les enfants ont aussi vécu plus d'un an. Jacques Henripin, "La fécondité des ménages canadiens au début du XVIIIe siècle", Population, 9, 1,1954, p. 83-84.

12 Les Filles du roi, qui représentent la moitié des immigrantes du XVIIe siècle, ont allaité pendant des périodes moyennes de 13,3 mois et 14,6 mois. Y. Landry, Orphelines en France, pionnières au Canada : les Filles du roi au XVIIe siècle, Montréal, Leméac, 1991 (à paraître).

13 Leridon, op. cit., p. 97.

14 R.E. Frisch, "Nutrition, Fatness and Fertility : The Effect of Food Intake on Reproductive Ability", Nutrition and Human Reproduction, W. Henry Mosley ed., New York and London, Plenum Press, 1978, p. 91-122.

15 P.T. Marcy, "Factors Affecting the Fecundity and Fertility of Historical Populations : A Review", Journal of Family History, vol. 6, no 3, Fall 1981, p. 321. L'influence des épidémies de pellagre sur les niveaux de fécondité a été observée dans certaines régions de l'Italie au XIXe siècle ; voir M. Livi Bacci et M. Breschi, "Italian Fertility : An Historical Account", Journal of Family History, 15, 4, 1990, p. 401.

16 A.E. Imhof a mis en rapport la détérioration du climat (baisse des températures), les difficultés de l'alimentation et la réduction des effectifs de la population islandaise entre 1200 et 1800 dans Einführung in die Historische Demographie, München, Beck, 1977, p. 37.

17 Marcy, loc. cit., p. 313. A.T. Steegmann Jr. et P.A. Haseley, "Stature Variation in the British American Colonies : French and Indian War Records, 1755-1763", American Journal of Physical Anthropology, 75, 3, 1988, p. 413-421.

18 F. Rousseau, L'Œuvre de chère en Nouvelle-France. Le régime des malades à l'Hôtel-Dieu de Québec, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1983, 447 p.

19 Ce qu'ont confirmé les premières analyses démographiques de la mortalité. H Charbonneau, Vie et mort de nos ancêtres. Etude démographique, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 1975, p. 146-148. Charbonneau et al., op. cit., p. 134-136.

20 W.J. Eccles, La Société canadienne sous le régime français, Montréal, Harvest House, 1968, p. 76-77.

21 Comme en France, plusieurs années de disette ont marqué les annales canadiennes (par exemple, en 1700, 1701, 1737, 1742, 1743, 1757 et 1758) et il arrivait qu'on meure de faim. P.-G. Roy, "Un mémoire de LeRoy de la Potherie sur la Nouvelle-France adressé à M. de Pontchartrain, 1701-1702", Bulletin des recherches historiques, XXII, 7, 1916, p. 218. G. Frégault, Histoire de la Nouvelle-France, IX : La Guerre de la conquête, 1754-1760, Montréal, Fides, 1975, p. 292. Louise Dechêne en a conclu, de façon peut-être excessive, que "la population est souvent réduite aux grains de mauvaise qualité, aux soupes aux pois, au pain d’avoine, insuffisance accentuée par la carence vitaminique durant le long hiver” ; Habitants et marchands à Montréal au XVIIe siècle, Paris et Montréal, Plon, 1974, p. 120.

22 Rousseau, op. cit., p. 389. J. Lacoursière et H.-A. Bizier, Nos racines, l'histoire vivante des Québécois, Montréal, Robert Laffont, 1980, p. 281-300 et 551-560.

23 Il s'agit du lieutenant Jean-Baptiste d’Aleyrac arrivé avec le régiment de Languedoc en 1755. A. Yon, "La "dolce vita" en Nouvelle-France à la veille de la guerre (1740-1758) " Les Cahiers des Dix, 37, 1972, p. 184.

24 Esquissée par R. Lessard dans Médecins, chirurgiens et apothicaires au Canada, XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de Ph. D., Département d'histoire, Université Laval, 1991, section 2.6.

25 Ibid.

26 Charbonneau et al., op. cit., pp. 135-136.

27 Suggérée par J.-E. Igartua dans son compte rendu de "Naissance d'une population. Les Français établis au Canada au XVIIe siècle", Revue d'histoire de l'Amérique française, 42, 3, 1989, p. 458.

28 Voir à ce sujet A. Jacquard, Eloge de la différence. La génétique et les hommes, Paris, Seuil, 1978, p. 135-162.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Descendance complète selon l'age au mariage de la femme
Légende Sources : 1.. Louis Henry et Jacques Houdaille, "Fécondité des mariages dans le quart nord-ouest de la France de 1670 à 1829", Population, 28, 4-5, 1973, p. 895. 2. Louis Henry, "Fécondité des mariages dans le quart sud-ouest de la France de 1720 à 1829", Annales E.S.C., 27, 4-5, 1972, p. 983. 3. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 2. Intervalle moyen entre naissance, a 30 ans, selon l'age au mariage de la femme, en années
Légende Sources : 1.. Henry et Houdaill, loc.cit., p. 898. 2. Henry, loc.cit., p. 991. 3. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 3. Délai de conception et fécondabilité effective selon l'âge au mariage de la femme
Légende * Intervalle protogénésique médian moins neuf mois de grossesse.** Probabilité mensuelle de concevoir un enfant à naître vivant, corrigée d'une sous-estimation approximative de 15 % (Leridon, op. cit., p. 30).Sources : l. Louis Henry. "Intervalle entre le mariage et la première naissance. Erreurs et corrections", (Population, 28, no 2, 1973, p. 263, et Henry et Houdaille, loc. cit., p. 899. 2. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Tableau 4. Période d'aménorrhée et durée d'allaitement chez les femmes mariées a 20-29 ans
Légende * En l'absence de date de décès du premier enfant, on l'a considéré comme décédé avant un an si son acte de baptême constituait sa seule mention dans les registres paroissiaux et les recensements antérieurs à 1790.** Premier intervalle intergénésique moyen moins intervalle protogénésique moyen.***D'après la formule de John Bongaarts “The Proximate Determinants of Natural Marital Fertility”. in Determinants of Fertility in Developing Countries. vol. 1: Supply and Demand for Children. Rodolfo A. Bulatao and Ronald D. Lee eds, New York. Academic Press, 1983. p. 106-107.Sources : 1. Etienne Gautier et Louis Henry, La population de Crulai paroisse normande. Etude historique, Paris, Presses Universitaires de France. 1958, p. 140 et 257-260. Unions d'au moins sept ans. 2. Hubert Charbonneau, Tourouvre-au-Perche aux XVIIe et XVIIIe siècles. Etude de démographie historique, Paris. Presses Universitaires de France, 1970. p. 148 et 334-359. Unions d'au moins dix ans. 3 et 4. Alain Bideau, La Châtellenie de Thoissey-en Dombes (1650-1840) : étude d'histoire démographique. Analyse différentielle des phénomènes démographiques, thèse de doctorat, Centre Pierre Léon, Université, Lyon II, 1980. p. 304 et 602-659. Unions d'au moins cinq ans. 5. PRDH. Registre de la population du Québec ancien. Unions d'au moins cinq ans.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tableau 5. Proportions de femmes désormais stériles selon l'age de la femme, en pour mille
Légende Sources : 1. Henry et Houdaille, loc.cit., p. 900. 2. Henry, loc.cit., p. 993. 3. PRDH, Registre de la population du Québec ancien.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Département de démographie
Université de Montréal

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540