Version classiqueVersion mobile

Mémoire de la Terreur

 | 
Sergio Luzzato

VI. Être fils de conventionnel*

Texte intégral

  • * Une version abrégée de ce chapitre a paru, en français, dans les actes du colloque de Clermont-Fer (...)

1L’appel lancé aux nouvelles générations était-il fondé ? Dans une étude consacrée à Filippo Buonarroti, Galante Garrone a montré comment les vocations révolutionnaires de la nouvelle génération républicaine ont pu s’éveiller et définir leur voie au contact d’un livre tel que La Conspiration pour l’Egalité. Suivant à la trace la mémoire des conventionnels dans les voix qui la communiquent et dans les ouvrages qui l’expriment, nous nous demanderons, dans les prochains chapitres, si l’histoire n’aurait pas également fait un sort à des voix moins puissantes que celle de Buonarroti, à des ouvrages moins vénérés que le sien.

  • 1 V. A. Kriegel, « Le concept politique de génération: apogée et déclin », Commentaire, 1979, p. 390 (...)
  • 2 Voir A. Gérard, La Révolution française, mythes et interprétations 1789-1970, Paris, Flammarion, 1 (...)

2Si l’on admet que la durée d’un phénomène historique est donnée par la capacité dont il fait preuve d’amener toute une génération à s’identifier à lui et surtout de plier à sa logique chacune des générations successives1, alors, en vérité, peu d’événements historiques sont comparables en durée à la Révolution française. Pendant tout le dix-neuvième siècle, et jusqu’à la fin de la troisième République, c’est essentiellement autour des “mythes” et des “interprétations” de la Révolution que les nouvelles générations, successivement, définissent leur identité politique2.

3Partant de ces considérations, j’ai entrepris d’examiner une génération particulière, étroitement liée à celle des conventionnels puisqu’il s’agit de leurs enfants, ainsi que le mythe qu’elle élabore autour de la figure paternelle, mythe ambivalent, qui unit à la légende dorée du révolutionnaire la légende noire du régicide.

– 1 –

  • 3 La Révellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 16.
  • 4 Voir E. Jaquemet, Destins des révolutionnaires (1792-1816), mémoire de licence soutenu à la Facult (...)
  • 5 Je renvoie, naturellement, à A. de Musset, La Confession d’un enfant du siècle [1836], in œuvres c (...)

4C'est dans la jeunesse qu’on se forme au vice et à la vertu, et l’exemple des parents [...] sera toujours la leçon la plus puissante »3. Qu’en plein dix-neuvième siècle, un conventionnel juge bon de rappeler dans ses Mémoires un principe qui porte nettement l’empreinte du dix-huitième siècle ne doit pas nous étonner : ce principe est d’actualité. Après le 9 novembre 1799 – le 18 brumaire, si l’on préfère – un bon nombre de conventionnels (notamment, la plupart des régicides) sont exclus de la vie politique ou se retirent de leur plein gré ; le dix-neuvième siècle les trouve donc désœuvrés pour la plupart après dix ans d’engagement politique et la Restauration rend l’exclusion définitive4. Mais pour ces hommes qui avaient trente ans en moyenne à l’époque de la Convention, les années de l’Empire et de la Restauration sont aussi celles de l’enfance et de l’adolescence de leurs enfants ; il leur faut éduquer ces “enfants du siècle”5. C’est ainsi que les conventionnels ont l’occasion de donner une réalisation concrète au discours pédagogique de leur siècle, au profit des jeunes gens du siècle suivant.

  • 6 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 6. C’est moi qui souligne.
  • 7 C’est l’extrait d’une lettre de Fouché qui date de novembre 1819, citée par Madelin, Fouché..., op (...)
  • 8 Voir Bailleul, Examen critique..., op. cit., vol. I, p. 172 : « Aujourd’hui il ne doit être questi (...)

5Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un transfert d’intérêt forcé de la politique à la pédagogie. « N’ayant autre chose à faire qu’à élever son premier enfant »6, l’ex-conventionnel Chasles s’y consacre à plein temps pendant la période napoléonienne ; un peu plus tard, en 1819, Joseph Fouché – le terrible Fouché ! – exilé à Trieste, déclare qu’« [il] n’[a] d’autre plaisir dans la vie que de la rendre douce à [sa] femme et à [ses] enfants »7. L’intérêt pour la pédagogie paraît donc prendre la place laissée vacante par l’engagement politique qui avait si longtemps et si intensément absorbé les conventionnels. Le Contrat social ayant échoué, il s’agit aussi, pour les révolutionnaires les plus conscients8, de redonner, de toute urgence, une actualité à l’Émile ; l’ignorance fournit une explication à l’échec de la Révolution, ce qui conduit à mettre au centre de toute réflexion la question de l’éducation, voire à en souligner le caractère prioritaire.

  • 9 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 32.

6Toutefois, faire de l’activité pédagogique des conventionnels une simple valeur de substitution, au mieux, une valeur secondaire, serait prendre en compte de manière superficielle leur univers mental ainsi que les choix auxquels il conduit dans le monde d’après la Révolution. L’Histoire elle-même, du reste, se charge d’apporter le démenti de ses moindres épisodes, d’une quantité de menues vérités négligées par les historiens. Voici un enfant dans sa petite voiture, dans les rues de l’île de la Cité, le 2 décembre 1804 ; les cloches de Notre-Dame résonnent solennellement ; un homme – un ancien conventionnel – conduit la voiture, il penche son visage contracté et brûlant vers l’enfant et lui dit d’une voix grave, désespérée : « On couronne un empereur ! ». Trente ans plus tard, l’enfant devenu adulte évoquera dramatiquement le souvenir de cet instant : « Ce fut ainsi que je vis mon père pour la première fois »9.

  • 10 Voir Vidal, « Cassanyès... », op. cit., p. 970 ; et Fockedey, Souvenirs, op. cit., p. 109.
  • 11 Voir Baudot, Notes historiques., op. cit., p. 289 ; et Id., ms. cité, f. 31.

7Cette scène inaugurale, premier exemple d’une longue série de vies précocement marquées, révèle aussi l’importance décisive que revêt l’existence des enfants dans la vie de leurs pères. Toute l’activité des conventionnels, en particulier le geste de la mémoire, paraît se définir en relation à leur statut de père et n’acquérir un sens qu’en tant qu’elle s’adresse à leur enfant. Qu’un Cassanyès ou un Fockedey justifient la rédaction de leurs Mémoires par le désir de transmettre un message à leurs enfants10 n’a rien qui puisse nous surprendre. Mais quand un conventionnel de la stature de Baudot – dont les Notes historiques constituent un document authentiquement politique de la mémoire montagnarde – voit essentiellement dans ses Mémoires « une relation en quelque sorte domestique », quand il affirme : « C’est ici un livre de famille, je ne pense pas que le public puisse y prendre un grand intérêt »11, alors cet aveu se charge de signification.

  • 12 Voir Ph. Ariès, Le Temps de l’histoire [1954], Paris, Seuil, 1986, p. 72-75.
  • 13 Une seule exception, les Mémoires de Louvet, qui représentent d’ailleurs le texte le plus littérai (...)

8Philippe Ariès a montré ce qui distingue les Mémoires d’État de l’homme moderne jusqu’au dix-neuvième siècle des témoignages de l’homme contemporain. Les Mémoires de l’homme moderne relèvent d’une conception de la vie publique et de la vie privée considérées comme deux domaines totalement indépendants ; ils fournissent une documentation sur les aspects publics de la vie et excluent systématiquement la vie privée12. Les Mémoires des conventionnels paraissent au premier abord confirmer ce point de vue ; le mémorialiste ouvre immanquablement son discours en rejetant le moi ou, du moins, en assurant qu’il ne parlera de lui-même que dans la mesure où les événements de sa propre vie ont intéressé la collectivité13. Mais cette déclaration d’intentions, qui exclut l’autobiographie personnelle ou familiale, entre en contradiction avec la révélation d’un projet domestique et privé. La reductio ad filium de l’expérience politique des conventionnels ne fait que brouiller les cartes une fois de plus.

  • 14 Je renvoie, en particulier, aux deux recueils de D. Julia, Les Trois Couleurs du tableau noir. La (...)
  • 15 Voir les indications de M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard (...)

9L’emploi du terme reductio risque de nous entraîner dans l’examen d’un vaste sujet qu’il n’est pas pensable d’aborder ici. Supposant l’existence d’une situation antérieure différente, l’idée de « réduction » demanderait que soient pris en considération les écrits théoriques de Billaud-Varenne et de Saint-Just, les rapports sur l’éducation de Lepelletier et de Lakanal, aussi bien que les données statistiques sur la politique scolaire de la Révolution14. Il faudrait envisager tous les aspects de la théorie et de la pratique révolutionnaire concernant la famille et la figure paternelle : débats sur les tribunaux de famille, sur les punitions paternelles et sur le droit pour le père de faire emprisonner ses enfants, d’une part ; culte sans-culotte du père de famille, cérémonial des âges à l’époque du Directoire, fonction des patres familias lors de la fête anniversaire du parricide – 21 janvier –, d’autre part15.

  • 16 Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, op. cit., vol. I, p. 292.
  • 17 Voir Michelet, Histoire de la Révolution..., op. cit., vol. II, p. 126.
  • 18 Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 45.

10Chateaubriand frissonne d’horreur devant ces conventionnels « bons pères » qui envoyaient les membres de leur famille à la guillotine aussi bien que les parents de leurs collègues, sans renier, pour autant, leurs convictions philanthropiques16. Michelet regrette que leurs préoccupations pédagogiques ne reposent sur aucun principe moral solide17. Edgar Quinet, quant à lui, suspend son jugement : il reconnaît que « les enfants préoccupent la Convention plus que les hommes » mais il s’abstient de commenter l’incroyable spectacle de ces enfants si bien défendus, si protégés par les rudes mains qui dressent les échafauds18.

  • 19 Les éléments de continuité avec les attitudes et la sensibilité des milieux philosophiques du dix- (...)
  • 20 Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 143 et 163. C’est moi qui souligne.

11En dépit de ses réticences, Quinet souligne un aspect essentiel de la pensée révolutionnaire. Les préoccupations pédagogiques sont intensément ressenties pendant la Révolution et, dans une certaine mesure, quoique de façon assez vague, elles fondent le discours jacobin19. Aussi les conventionnels qui doivent éduquer leurs enfants après la Révolution sont-ils, en quelque manière, préparés à cette tâche. Reprenant les termes de Dubois-Crancé, représentant typique de la mentalité de sa génération, nous dirons que « le père de famille honnête qui n’aurait jamais dû quitter ses foyers », placé dans l’évidente impossibilité de poursuivre par la lutte politique le projet d’un gouvernement « paternel et fort »20, l’adapte désormais à la société restreinte qu’est la famille, sans que les deux adjectifs, « paternel » et « fort », impliquent à ses yeux la moindre contradiction.

  • 21 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 6 et 11-30.

12Les enfants deviennent un projet. « Mon père [...] me traita comme une République à fonder ». L’éducation que l’ex-conventionnel Chasles prodigue à son aîné a valeur symbolique. Malgré les excès de rhétorique de la victime, Philarète qui, devenu un écrivain connu, raconte les années de sa formation, on voit se dessiner la réalité d’une éducation plus spartiate que nature : des journées entières passées dans des salles obscures ; le bain pris dans la cuve de vin nouveau bouillant ; chaque soir, le registre des actions ; la lecture à haute voix de Plutarque et de Rousseau ; la copie journalière d’une page au moins de prose latine de l’époque républicaine21. La nouvelle Sparte, qu’il avait été impossible de construire dans un pays corrompu de vingt-six millions d’habitants, semble se réaliser – revanche heureuse et paradoxale – dans l’étroite société de la cellule familiale, dans un enfant innocent car éduqué dès sa naissance.

  • 22 Garnier de Saintes, La Dette d’un exilé..., op. cit., p. 15.
  • 23 Ibidem, p. 14.
  • 24 Ce sont les termes et l’esprit de la célèbre épigraphe de Sieyès, dans le pamphlet Qu’est-ce que l (...)

13Le législateur lacédémonien Lycurgue n’est plus d’actualité. Il était cher à l’imaginaire politique du dix-huitième siècle pour avoir exercé avec rigueur sa fonction, ainsi que pour avoir su renoncer au pouvoir et s’éloigner de la polis afin de rendre éternelles les lois elles-mêmes ; la comparaison qu’il suggère aux conventionnels est pleine d’amertume : ils sont, eux aussi, exilés mais ils ne le sont pas de leur plein gré ; les lois qu’ils ont dictées ne gouvernent pas l’État. Cependant, Lycurgue est aussi pédagogue et c’est son héritage que recueille l’ancien conventionnel Garnier de Saintes lorsqu’il publie, à Bruxelles en 1816, La Dette d’un exilé, ou Plan nouveau d’éducation nationale22. Bien qu’il paraisse reprendre, assez platement, la pédagogie spartiate de Lepelletier, ce texte révèle, à une lecture attentive, la leçon des déceptions révolutionnaires. « L’homme est condamné à n’arriver que pas à pas au but de perfection qu’il veut atteindre »23 : volens nolens, la palingénésie « en un seul jour » s’étant avérée impossible, le gradualisme s’impose ; la priorité donnée à la pédagogie sur la politique a aussi cette signification24.

  • 25 L’image est de Garnier de Saintes ; elle a été citée par M. Ozouf, « Guerre, terreur et discours r (...)
  • 26 Baudot va, une fois de plus, à contre-courant par rapport au penchant “antique” de ses collègues e (...)
  • 27 J. P. Brissot, Mémoires, publiés par son fils, avec des notes par M. de Montrol, Paris, Ladvocat, (...)
  • 28 Voir supra, p. 64.
  • 29 Ch. Barbaroux, Mémoires, avec une notice sur sa vie par M. Ogé Barbaroux, son fils..., Paris, Baud (...)
  • 30 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 17.
  • 31 Voir F. Piro, La festa della sfortuna. Con la ragione, senza le gambe : Couthon e la Rivoluzione f (...)
  • 32 Voir Bliard, Les Conventionnels régicides, op. cit., p. 487.

14L’idée d’un printemps du monde réalisé par le coup de vent qui débarrasse l’arbre des fruits gâtés et lui laisse les fruits sains25 s’était évidemment révélée de l’ordre de l’utopie. Un monde plus juste se prépare progressivement ; il ne peut être offert d’emblée par le père, la collaboration du fils est indispensable. Comment associer celui-ci au projet ? Avant même l’éducation, c’est l’acte originel qui compte, le choix du prénom. Nomen omen26. Brissot nomme son fils Sylvain « pour le [...] vouer dès son berceau à la vie rurale »27, selon le rêve géorgique qui parcourt en sourdine l’imaginaire révolutionnaire. La Revellière donne à son fils le prénom d’Ossian, innocent hommage au barde – mais qui devait plus tard lui coûter cher –28. D’autres pères élaborent pour leurs rejetons des projets autrement belliqueux. Barbaroux, âme noble, veut que son fils ait pour prénom celui de cet Ogé qui a guidé la révolte anti-esclavagiste des noirs de Saint-Domingue et s’y est sacrifié, afin que le jeune homme se souvienne à chaque instant « qu’il reste encore des esclaves à soulager » et s’engage pour leur liberté29. De manière non moins émouvante, Chasles et Goujon se font mutuellement promesse, dans les prisons de la réaction thermidorienne, après les événements de prairial, de choisir le nom grec de Philarète, dans le cas où l’un des deux survivrait et aurait un fils. Chasles, ancien prêtre, maintient la promesse, espérant que le prénom ne figure pas au calendrier catholique, de façon que son fils n’ait à partager que les idées de son père30. L’ancien oratorien Fouché choisit pour sa fille le prénom Nièvre, en souvenir du département qu’il a ravagé lors de sa mission, en 179331. Quant à Tallien, il souhaite peut-être que sa fille partage les principes paternels, quand il choisit de la prénommer Thermidor32.

  • 33 Voir M. Ozouf, « Le Panthéon », in Nora (éd.), Les Lieux..., vol. I, op. cit., p. 144.

15Le souci pédagogique et son support principal, le père de famille, sont donc des éléments constitutifs du discours révolutionnaire plutôt qu’un ensemble de valeurs substitutives élaborées après la Révolution. Mona Ozouf a pu écrire à propos du dix-huitième siècle : « De plus en plus, à mesure que s’avance le siècle, le domestique devient la pierre de touche du politique et le père de famille la figure centrale du culte des grands hommes »33. Il conviendrait même de se demander si ce transfert présumé de la politique à la pédagogie, qui succède à l’impasse révolutionnaire, ne représente pas, en réalité, un retour à la culture propre du dix-huitième siècle, par rapport à laquelle c’est la Révolution elle-même qui paraît atypique, dans la mesure où elle déplace momentanément l’intérêt de la pédagogie à la politique.

16Quoi qu’il en soit, plus que le militantisme politique, souvent abandonné, parfois renié, et toujours intermittent, c’est la pédagogie qui constitue le terrain véritable sur lequel les révolutionnaires ont su reprendre pied et donner un sens à leur vieillesse et à leurs dernières paroles. Voici donc venu le moment de les faire sortir de scène ; c’est au tour de leurs enfants de répondre.

– 2 –

  • 34 Les cartons sont ceux que j’ai déjà cités plusieurs fois, numérotés de 6709 à 6715.

17L’historien qui se met à fouiller dans les documents relatifs aux conventionnels exilés, dans la série F7 des Archives Nationales34, est saisi par une première évidence : l’abondance de lettres, requêtes, suppliques, prières que les enfants des conventionnels adressent au ministère de la Police, réclamant pour leurs pères la permission de pouvoir rentrer d’exil.

  • 35 J’ai tiré toutes les citations précédentes du carton 6715. A propos de Victorine Vadier, voir Gala (...)

18Les enfants de Jean Précy, exilé bien qu’il ait voté le sursis lors de la condamnation du roi Louis XVI, rappellent que « malheureusement pour lui » il fut appelé en 1792 à la Convention nationale : « Habitué aux mœurs simples des campagnes, il fut facilement la dupe des intrigants et des factieux ». Cependant, ajoutent-ils, après son retour au foyer familial, leur père n’avait occupé aucune charge publique. « Il est resté dans la sphère étroite d’où il n’aurait jamais dû sortir », assurent-ils avec passion. Le fils du conventionnel Projean – un régicide à part entière qui s’est rallié aux bonapartistes durant les Cent-Jours mais qui a obtenu une suspension de peine pour raisons de santé – envoie, pour plus de sécurité, des lettres qui garantissent la pleine « expiation » par son père de ses actes politiques passés. La femme et les enfants de Quiriot manifestent, au nom de leur parent exilé, toutes les formes du repentir. Une des demandes les mieux étayées est celle du fils aîné de Jacques Reverchon : « C’est un fils privé de son père, c’est un français propriétaire paisible et retiré », qui réclame pour son père, vieillard octogénaire, une remise de peine qui lui permette de ne pas terminer « sa malheureuse carrière sur un sol étranger, privé des derniers embrassements de ses enfants ». Ce fils souligne à son tour, combien la carrière dans laquelle « la tourmente révolutionnaire » avait voulu lancer son père était peu faite pour un homme aussi bon, aussi pacifique. Certes, poursuit le suppliant, les Bourbons avaient voulu prendre leur revanche en exilant les conventionnels régicides, en 1816 ; mais « loin de discuter ici la justice de ce qui fut fait alors, nous invoquons pour tous comme pour nous l’oubli du passé ». La fille de Reverchon, « veuve malheureuse et chargée de famille », fait chorus. Dans le même carton, on trouve aussi les implorations d’une autre fille de conventionnel, cette Victorine Vadier qui sera chère au révolutionnaire irréductible Filippo Buonarroti35.

19C’est donc un fort sentiment de piété filiale qui pousse ces jeunes gens à s’humilier pour la cause paternelle. Mais la distance est évidente entre la cause familiale que les fils défendent à l’époque de la Restauration et la noble cause à laquelle les pères ont voué leur existence et pour laquelle ils ont été condamnés. Au moment où les fils en appellent, avec passion, à l’oubli du passé, ils acceptent toutes les implications de cet oubli : les pères seront pardonnés et rentreront d’exil mais les batailles d’autrefois auront perdu toute valeur. La mémoire dans son intensité affective s’oppose inévitablement à la prégnance de la mémoire conçue comme exaltation de l’idéal. Le pieux devoir des héritiers paraît impliquer le renoncement total à un plus riche héritage.

  • 36 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 304 : « Il est comme ces plantes flexibles et sans (...)
  • 37 Voir Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 137.
  • 38 M. Agulhon (La République au village..., op. cit., p. 297) a raconté l’histoire typique de la fami (...)

20Les conventionnels les plus lucides ne tardent pas à se rendre compte – avant même de rentrer en France, en 1830 – du fossé qui est en train de se creuser entre les pères et leurs enfants. Baudot, par exemple, fait de cruelles remarques sur le fils de Merlin de Douai, qu’il rencontre à Bruxelles36. La distance entre les deux générations est, en fait, celle qui sépare les hommes des Lumières de ceux du dix-neuvième siècle ; on pourrait dire, avec Quinet, la génération qui a vu la liberté de celle qui ne l’a jamais connue. Rapprochées après 1830, ces deux générations vivront l’une à côté de l’autre dans l’indifférence, n’ayant rien à se dire37 ; les moindres épisodes de la vie de province reflètent cette séparation38.

  • 39 Voir P. Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 19. Et l’article ancien, très ri (...)

21La distance entre pères et enfants, si évidente sous le masque des attentions, est d’ailleurs intensément recherchée par les jeunes gens les plus concernés par les réalités politiques. Comme l’a montré Pierre Rosanvallon, l’effort pour se constituer en génération représente un moment central dans la biographie intellectuelle de la jeunesse libérale, il est ressenti comme la condition nécessaire à l’épanouissement de ses potentialités : « Et déjà ces enfants ont dépassé leurs pères, et senti le vide de leurs doctrines », proclame Jouffroy en 1825, dictant ainsi le manifeste de sa génération39.

  • 40 Voir Schnapper, David..., op. cit., p. 150.
  • 41 Je tire cette citation et les suivantes de AN, F7 671 1, dossier David.

22Durant la Restauration, certains des enfants des conventionnels se chargent de renier l’héritage paternel, d’une manière apparemment discrète qui n’est pas moins significative pour l’historien. L’information nous est fournie, une fois de plus, par les documents de police. Ils datent du printemps 1826. Le peintre David s’est éteint depuis quelques mois dans son exil belge ; à Paris, ses enfants organisent une vente publique de ses œuvres demeurées invendues. Parmi celles-ci, le portrait de Michel Lepelletier, dans lequel David avait voulu immortaliser les traits du conventionnel mourant. Cette étonnante représentation renouvelait le topos néo-classique du lit mortuaire aux lignes rigoureusement horizontales par la création d’une perspective verticale, donnée par la ligne perpendiculaire de l’épée de Damoclès menaçant le courageux auteur du vote contre le roi40. Mais le ministre de l’Intérieur de la Restauration et le préfet de police étaient pour le moins insensibles à de si subtils détails de style : l’annonce de la vente aux enchères les jette dans un état de réelle panique. En effet, la représentation, apologétique à l’évidence, d’un régicide « serait un outrage à la morale publique qui devrait être sévèrement réprimé »41. Des mesures sont prises afin que le portrait de Lepelletier ne soit pas exposé ; on s’efforce de rendre l’accès à l’appartement où les tableaux sont entreposés le plus difficile possible. Mais, le 10 avril, la police est soulagée d’un grand poids ; avant même l’ouverture effective de l’enchère, c’est-à-dire à huis clos, le tableau a été vendu à un acquéreur inconnu, pour l’énorme somme de cent mille francs.

  • 42 Voir M. Toumeux, « Une lettre inédite de Louis David sur les tableaux représentants Lepelletier et (...)
  • 43 Voir P. Daily, « Suzanne Lepelletier fille de la nation », La Révolution française, 1912, p. 17-39 (...)

23On connaît très vite l’identité de l’acheteur : il s’agit de Suzanne Lepelletier de Saint-Fargeau, madame de Mortefontaine, la propre fille du conventionnel. Les jours suivants, quand l’exposition commence enfin, il se produit – selon le langage des gardiens de l’ordre – « une scène des plus scandaleuses et tout à fait révolutionnaire » : « Des gens de fort mauvaise mine et en assez grand nombre » demandent tumultueusement et « dans des termes outrageux pour la France et pour la Monarchie » à voir le portrait de Lepelletier. Nous ne faisons que relever au passage cet épisode fâcheux ; l’acquisition de madame de Mortefontaine intéresse plus directement notre propos. On se rend compte aussitôt qu’elle est le fruit d’une interprétation pour le moins originale de la piété filiale. Du jour de cet achat, la magnifique œuvre de David disparaît, plus ou moins sans laisser de traces ; la légende veut qu’elle ait été reléguée, pendant plusieurs dizaines d’années, dans un château de famille, en province, soigneusement cachée derrière une boiserie42 ; selon d’autres témoignages, la fille du conventionnel n’aurait pas hésité à détruire un document qui immortalisait, non seulement le sacrifice de son père, mais encore sa foi jacobine43.

  • 44 M. Lepelletier, Plan d’éducation nationale [1792], in Id., Œuvres , op. cit.
  • 45 Pour la cérémonie solennelle du 23 janvier 1793, voir Moniteur, op. cit., vol. XV,
  • 46 Voir Schnapper, David..., op. cit., p. 208.

24Lorsque- quelques semaines avant sa mort – Michel Lepelletier développait son vaste plan pédagogique, et prévoyait que « l’œil de la paternité » ne perdrait jamais de vue les actions de ses descendants, garantissant ainsi leur moralité republicaine44, il ne pouvait imaginer que, trente ans plus tard, sa propre fille donnerait à son projet le plus douloureux des démentis. Ses collègues de la Convention n’imaginaient pas plus que lui pareille trahison de la part de celle qu’un jour de janvier 1793, ils avaient voulu adopter et bénir comme première fille de la France45. Et David, à son tour, peignant le portrait de mademoiselle Lepelletier, en 1804, n’envisageait certes pas qu’elle détruirait le tableau dans lequel il avait représenté son père46.

  • 47 Voir Ozouf, « Le Panthéon », in op. cit., p. 158.
  • 48 Félix Lepelletier était évidemment en train de préparer cette édition en 1825'1826, lors des fréqu (...)

25Ce qui frappe surtout dans l’épisode Lepelletier, c’est le caractère systématique de la damnatio memoriae. Dès avant la fin de la Révolution, la famille avait retiré du Panthéon la dépouille mortelle de Michel Lepelletier que la Convention y avait solennellement déposée47. Mais Suzanne va bien au-delà. Elle ne se contente pas de faire disparaître le tableau de David, elle s’acharne aussi à détruire la riche bibliothèque de son père. Enfin, quand son oncle Félix parvient à publier, à Bruxelles, une édition des Œuvres de Michel, Suzanne Lepelletier s’emploie à priver cette initiative de toute résonance : elle acquiert elle-même tous les exemplaires !48. Issue paradoxale du devoir qui s’impose aux enfants des révolutionnaires : la propre fille du conventionnel alimente la légende noire des régicides.

  • 49 Billaud-Varenne, Correspondance, éditée in Curiosités révolutionnaires..., op. cit., p. 188.
  • 50 Chambre des Pairs de France, session de 1815, séance du 9 janvier 1816, T. G. Lally Tollendal, Opi (...)

26Le cas de Suzanne Lepelletier confirme l’amer pressentiment de Billaud-Varenne ; il écrivait de Cayenne qu’il était trop profondément conscient des devoirs et des sentiments qui devraient animer un fils tendre et juste, « pour ne pas redouter le titre de père, surtout dans un temps où la jeunesse paraît si fort avariée »49. Parallèlement, mais dans un esprit totalement opposé, le souhait qu’un autre ex-révolutionnaire avait formulé durant les jours, si lumineux pour lui, de la première Restauration semblait se réaliser : Lally-Tollendal – sensible à la dynamique dramatique des générations – avait pronostiqué, devant les députés de la Chambre restaurée : « Le crime des pères [...] disparaîtra sous la vertu des enfants rattachée à celle des aïeux »50.

***

  • 51 Uranelt de Leuze [Laurent de l’Ardèche], Réfutation..., op. cit., p. 285.

27Le dernier mot n’était pas encore dit. En 1828, une voix s’élève, un représentant des nouvelles générations accuse les jeunes gens de son âge, « fils ingrats » d’hommes d’une tout autre trempe51. Cette noble protestation nous fournit l’occasion de reprendre l’enquête sur ces enfants qu’une révolution sépare de leurs pères. L’héritage paternel ne suscite pas toujours le refus ou l’horreur ; le devoir filial dicte parfois des gestes dignes des héros de la Révolution.

  • 52 Voir G. Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Colin, 1932.
  • 53 Voir Bouton, Les Francs-maçons manceaux..., op. cit., p. 168.

28Un épisode lointain, fragment presque négligeable de l’Histoire, nous introduira dans cet autre univers. Nous sommes sur la place du marché d’une petite ville de province comme tant d’autres : Le Mans. Le soir tombe ; un petit groupe attend l’arrivée de la diligence de Paris ; la foule est en proie à cette animation impatiente que Georges Lefebvre nous a appris a reconnaître et qui, quelques jours plus tard, deviendra la peur, la Grande Peur52. Les gens sont nombreux, et ne cessent d’accourir, parce que nous sommes un samedi, le samedi 18 juillet 1789. Voici que la diligence arrive, les voix se mêlent, l’excitation va croissant, enfin une exclamation jaillit : “On a pris la Bastille !”. Dans l’indicible confusion qui s’ensuit, un enfant, le fils du chirurgien, se charge, le premier, de manifester solennellement l’enthousiasme général : il hisse le drapeau tricolore, en signe de jubilation des patriotes ; ses petits camarades l’imitent53.

29Rien de surprenant, dans cet épisode. Ce n’est que l’une des nombreuses scènes qui se sont succédé, à l’époque, en un véritable scénario, d’un coin à l’autre de la France, du centre à la périphérie. Mais le chirurgien du Mans – qui avait été, au cours des mois précédents, l’un des rédacteurs des Cahiers de sa province – porte un nom qui, en quelques années, deviendra célèbre et terrible : c’est Levasseur, futur député à la Convention et représentant en mission dans les départements. Le geste de l’enfant peut être vu dans sa valeur inaugurale, symbole d’un devoir précocement ressenti, si ce n’est l’annonce d’une existence désormais marquée.

  • 54 E. Delacroix, Journal, Paris, Plon, 1932, vol. II [1822-1852], p. 7.
  • 55 On disait que le père naturel de l’enfant était Talleyrand. Mais on ne sait pas si le jeune Delacr (...)
  • 56 Voir E. Delacroix, Correspondance générale, Paris, Plon, 1936-1938, vol. I [1804-1837], p. 173.
  • 57 E. Delacroix, Lettres intimes..., Paris, Gallimard, 1954, p. 103.
  • 58 Delacroix, Journal, op. cit., vol. I, p. 47.

30Laissons passer une trentaine d’années débordantes d’histoire, arrêtons-nous à la plus modeste année 1822. Ouvrons le journal intime d’un jeune peintre prématurement privé de son père, ancien conventionnel : « Nous avons parlé ce soir de mon digne père. Me rappeler plus au détail les différents traits de sa vie ». Eugène Delacroix vit son état de fils et d’orphelin de conventionnel bien différemment de la fille de Lepelletier54. Il est conscient du caractère douteux de cette paternité55, il n’en éprouve pas moins un ardent désir de trouver dans l’évocation du père présumé – à peine entrevu : l’enfant n’avait pas six ans à sa mort – l’occasion de revivre les impressions toujours chères de l’enfance56 ; surtout, dans son inquiète recherche des fondements d’une morale personnelle, il aspire à trouver dans la figure paternelle un indispensable point d’ancrage. Les lettres qu’il envoie à ses amis, pour la plupart des camarades de lycée à Louis-le-Grand – et, comme par un jeu du sort, presque tous orphelins de conventionnels : Félix Louvet, Félix et Louis Guillemardet – reviennent à plusieurs reprises sur le « bonheur de posséder un père », figure exemplaire autour de laquelle il est possible d’organiser son existence57. Chez Delacroix, la force du souvenir devient véritablement devoir de mémoire ; le journal intime livre une formule émouvante et sans équivoque : « Un homme sans mémoire ne sait sur quoi compter ; tout le trahit »58.

31Le jeune artiste s’efforce avec obstination de recueillir l’héritage paternel mais il ne dispose d’aucun élément consistant sur lequel s’appuyer. D’autres enfants de conventionnels peuvent, au contraire, compter sur de plus solides fondements et se donner une tâche précise : la publication des Mémoires laissés par leur père. Pour les conventionnels, l’acte de la mémoire a été l’équivalent d’un testament ; le devoir des enfants consiste à assumer, en toute responsabilité, le rôle d’exécuteurs testamentaires qui leur revient. Les pères avaient éprouvé l’urgence d’écrire ou, du moins, de raconter ; les enfants ressentent fortement l’urgence de rendre publique cette écriture ou cette voix.

  • 59 Voir O. Barbaroux, « Notice sur Charles Barbaroux », in Ch. Barbaroux, Mémoires, op. cit., p. I-XX (...)
  • 60 Selon l’expression de L. G. Pontécoulant, « Introduction » à L. A. Pontécoulant, Souvenirs..., op. (...)
  • 61 Voir Agulhon, 1848..., op. cit., ch. I (p. 3-26) : « Pourquoi la République ? ».

32Barbaroux, Levasseur, Brissot, Courtois, Lanjuinais, Pontécoulant, Carnot, La Revellière59 : les enfants des conventionnels réhabilitent leurs pères en rendant publique leur mémoire ; les uns très tôt, les autres plus tard, certains dès 1822, d’autres contraints par des circonstances diverses à retarder de plusieurs décennies le « soin religieux »60. Grâce à eux, la Convention girondine et la Convention montagnarde reprennent la parole, d’une certaine manière, dans les années les plus obscures de la Restauration, dans l’atmosphère un peu décevante de la monarchie de Juillet, enfin dans le grave repli du second Empire (lors de la parenthèse républicaine, en revanche, la mémoire, retrempée par l’histoire, nourrit d’autres ambitions)61.

  • 62 Voir O. Barbaroux, « Notice... », in op. cit., p. XVIII.
  • 63 Voir F. Levasseur, « Introduction », in op. cit., vol. III, p. II.
  • 64 O. La Revellière-Lépeaux, « Introduction », in op. cit., vol. I, p. VIII et XXV.

33La voix des révolutionnaires se fait entendre de nouveau par le truchement de leurs enfants, mais les modalités de l’exécution testamentaire varient selon les cas. Pour Ogé Barbaroux, faire parler l’ardent révolutionnaire qu’a été son père, c’est aussi, dans un élan d’impétuosité juvénile, redonner vie aux vertus de la Révolution62. Francis Levasseur ne fait que son « devoir » de défenseur de la mémoire paternelle63. Ossian La Revellière est déjà détaché : « Les Mémoires ne font pas l’histoire », déclare-t-il, la « tâche d’apologiste », excusable dans le cas d’un fils, est en réalité inopportune ou, du moins, inutile64.

  • 65 Voir M. Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imp (...)
  • 66 J. M. Quérard, Les Supercheries littéraires dévoilées, Paris, Daffis, 1869-1870, vol. IV.
  • 67 J. Reynaud (in Vie et correspondance de Merlin de Thionville, Paris, Fume & Cie, 1859, p. 218) a p (...)

34Les préoccupations philologiques de La Revellière, qui respecte à la lettre le manuscrit de son père quand il édite ses Mémoires, sont une exception. Le plus grand nombre des enfants de conventionnels ne manifeste pas un respect religieux de la mémoire paternelle ; leur piété filiale réorganise les textes selon des critères élastiques. De la masse de notes désordonnées laissées par son père, Ogé Barbaroux tire un récit organisé et cohérent mais, pour cette raison même, moins authentique65. Et que dire d’Anacharsis Brissot, dernier survivant des enfants du porte-drapeau des girondins, qui, à court d’argent, accepte sans trop de remords la proposition que lui fait l’habile éditeur Ladvocat : confier à deux rédacteurs le développement en quatre tomes de l’unique volume de Mémoires laissé par son père, cette modalité garantissant la publication de l’ouvrage et le paiement des droits d’auteur à Anacharsis, l’héritier66 ! Ce sont les accidents de la mémoire posthume. Il y a même des enfants de révolutionnaires qui trahissent la confiance de leur père avant même qu’il n’ait disparu : le montagnard René Levasseur se voit contraint de prendre fièrement ses distances par rapport au manuscrit de Mémoires qu’il avait chargé son fils de publier67.

  • 68 Voir P. M. Favret, « Le procès des papiers de Courtois, 1831-1833 », Revue historique de la Révolu (...)
  • 69 Voir Courtois [junior], Affaire.op. cit. ; et Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 84. décla (...)
  • 70 Voir Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., s.v. Lanjuinais ; et V. Lanjuinais, « N (...)
  • 71 Voir A. Mathiez, Etudes robespierristes. La corruption parlementaire sous la T erreur, Paris, Coli (...)
  • 72 L. A. Pontécoulant, Souvenirs..., op. cit., vol. I, p. 373.
  • 73 Voir E. Lebon, Joseph Lebon dans sa vie privée et dans sa carrière politique, par son fils, Paris, (...)

35D’autres conventionnels, en revanche, devraient, du sein du royaume des morts, remercier leurs héritiers pour les petites duperies qu’ils se permettent. Pendant quinze ans, le fils de Courtois s’efforce – de démontrer – en dénaturant les faits que son père détenait tous les droits sur les fameux documents qu’il avait volés après Thermidor68. Ce jeune homme médiocre, qui vit entre Liège et Bruxelles de quelques leçons de dessin qu’il donne par-ci par-là, est d’ailleurs connu des révolutionnaires intransigeants pour les bassesses de son caractère – héritage paternel ? -. Il ira jusqu’à accepter de faire des lithographies anti-françaises de la bataille de Waterloo, afin de gagner quelques sous69. Quant au fils de Lanjuinais, il omet d’insérer dans l’édition des Œuvres de son père le fragment d’un discours prononcé à la Convention en décembre 1792, dans lequel le girondin affirmait que les victimes des massacres de septembre étaient, pour la plupart, des criminels. Non content de supprimer ce passage – peu honorable, en effet – sans le moindre avertissement, il s’ingénie à rappeler, dans la Notice sur la vie du conventionnel qui sert d’introduction à l’ouvrage, que son père « en toute occasion tonnait contre les septembriseurs »70. Albert Mathiez a prouvé, registres des comptes en main, l’inutilité des efforts d’Antoine et Georges Danton qui s’efforçaient encore de démontrer, en 1848, la transparence de la fortune économique de leur famille, afin de doter la mémoire paternelle d’un saufconduit d’honnêteté71. Le fils de Pontécoulant est sans doute le cas le plus marquant d’usage instrumental de la mémoire. La publication des Mémoires de son père sous le second Empire constitue avant tout pour lui un moyen de souligner le caractère providentiel du pouvoir de Bonaparte après les « excès » de la Révolution72 ; on ne s’étonne donc pas de retrouver cet adulateur dans le Sénat impérial. L’habillage du souvenir demandé par les pères comme dernière volonté donne parfois l’occasion aux enfants de se livrer à une toilette radicale de la mémoire. C’est encore sous le second Empire qu’Emile Lebon, juge au tribunal de Chalon, tente de réhabiliter la mémoire de son père Joseph Lebon, le bourreau du Pas-de-Calais ; la Revue des Deux Mondes se fait l’écho des débats que cette initiative soulève73.

  • 74 Voir P. Cedan, « Orcet à la veille de la Révolution et la famille de Georges Couthon », Annales hi (...)

36Il est certes du ressort de l’historien de faire connaître le détail de ces menues faiblesses de la piété filiale, mais il lui incombe surtout de comprendre selon quelles modalités et avec quels sentiments les enfants des conventionnels vivent leur rapport à la génération précédente. Que la transmission de l’héritage soit pour eux un devoir, même en l’absence de tout manuscrit de Mémoires, le cas d’Antoine Couthon, fils du seul triumvir qui ait eu une descendance, le prouve. C’est un enfant de six ans en thermidor de l’an II. Rentré à Orcet, dans le Puy-de-Dôme, avec sa mère, il vit son enfance dans un climat de véritable “damnation” de la mémoire. Sur l’initiative de son grand-père maternel, on le prive du nom de Couthon – afin que les fils mêmes soient des Enfants sans Nom-, on lui attribue le nom de sa mère, moins effrayant. Cependant, dès qu’il peut faire valoir ses droits, le fils de Georges Couthon réclame et reprend le nom de son père ; il le porte avec orgueil sur les champs de bataille napoléoniens, où il combat comme sous-officier et il l’impose au dix-neuvième siècle74.

  • 75 Voir M. Boudet, « Maignet et ses Mémoires inédits », in Id., Les Conventionnels d’Auvergne. Dulaur (...)
  • 76 Voir Mège, op. cit., p. 336.

37Antoine Couthon n’hésite pas à répliquer lorsqu’en 1846, un journal légitimiste de Clermont-Ferrand, l’Union provinciale, attaque violemment la mémoire de Georges Couthon. La lettre qu’il adresse à la rédaction du journal s’ouvre par la citation d’un passage des Mémoires du conventionnel Maignet (ces Mémoires étaient inédits à l’époque, nous avons donc une preuve de la circulation souterraine, ne serait-ce qu’à l’échelle départementale, de ce genre de production)75. Antoine partage avec l’ancien collègue de son père l’idée que le peuple français dispose du même droit que le peuple égyptien à l’époque des Pharaons, le droit d’exiger de ses représentants qu’ils rendent compte de la façon dont ils ont rempli leur mandat ; Couthon se déclare donc favorable à une discussion ouverte sur l’œuvre politique de son père. Toutefois, la « piété filiale » lui ordonne de repousser les insultes et la diffamation76.

  • 77 Ibidem, p. 338.

38Le rédacteur de l’Union provinciale, fouillant dans le passé du conventionnel, dénonçait son comportement, impitoyable selon lui, lors du siège de Lyon, en 1793 ; Antoine croit pouvoir démontrer, au contraire, sur la foi des documents dont il dispose, que les décisions de son père, dans ces circonstances délicates, avaient été inspirées par la modération. Le journaliste accusait également Couthon de régicide ; mais sur ce point, loin de repousser l’accusation, le fils en revendique l’honneur. C’est à l’unanimité que la Convention, l’assemblée « la plus intelligente » qui ait jamais paru sous le soleil, a reconnu Louis XVI coupable de trahison, les divergences d’opinion ne concernant que l’application de la peine ; Georges Couthon a voté la mort, un choix qui n’est pas trop lourd « à nos épaules roturières », déclare Antoine, sur le ton du défi77.

39La lettre d’Antoine Couthon mérite qu’on la cite longuement. C’est le témoignage le plus poignant que nous ait livré un fils de conventionnel sur la manière dont l’encombrante filiation, devoir et honneur à la fois, pouvait être vécue par les jeunes gens du dix-neuvième siècle :

  • 78 Ibidem, p. 340.

Fils d’un bleu, je suis bleu moi-même des pieds à la tête : pendant dix ans de ma vie, j’ai combattu pour la France, et mon sang a coulé pour elle par douze blessures, dont je puis montrer les traces ineffaçables. [...] Sous la Restauration, je rentrai dans la vie privée, et ce furent encore pour moi des mauvais jours. [...] Les émigrés rentrés avaient apporté avec eux ces fables ridicules, qu’ils avaient entendu conter chez les Prussiens et les Russes : ce fut un débordement d’outrages lancés sur les hommes de la Révolution, et qui éblouit un instant la France surprise et désorientée. Mais enfin, le soleil de Juillet brilla. [...] Des jours un peu meilleurs commencèrent à luire pour la mémoire de mon père ; l’histoire fut refaite en remontant aux sources véritables ; les pièces authentiques furent retrouvées, publiées, et après vérification et examen contradictoire et sérieux, il se trouve que ces hommes tant diffamés, sur lesquels tant de boue avait été lancée, sortent triomphants de l’épreuve, pareils à ce groupe de l’art antique retrouvé dans les laves du volcan éteint78.

40Bien que figés dans la posture tragique de la mort, les députés de la Convention possèdent, comme les statues de Pompéi et d’Herculanum, une grandeur qui défie l’éternité. Un père conventionnel n’est pas n’importe quel père ; à mesure que le temps passe et que le dix-neuvième siècle s’achemine vers de nouveaux destins, la malédiction de la naissance se transmue en exaltante responsabilité :

  • 79 Ibidem, p. 337.

Tous les jours le souffle bienfaisant de la postérité balaie l’écume des pamphlets enfantés pendant des temps de trouble ou de réaction. La lumière arrive, quoique tardive. Elle éclaire ces fermes caractères coulés dans le bronze antique, et ces grandes ombres que vous aviez cru vouées pour toujours à l’exécration et jetées à la voirie, se dressent radieuses sur leur glorieux piédestal. C’est un mécompte, n’est-ce pas, mécompte qui trouble le sommeil des chouans et des fils des croisés ; mais c’est un mécompte auquel il faut se résigner. Puisqu’il vous a plu, Monsieur le rédacteur, de vous attaquer à l’une de ces grandes renommées, puisqu’il vous a plu d’attacher l’épithète d’infâme au nom de Couthon, vous me permettrez, à moi qui porte ce nom, et qui crois comprendre les devoirs qu’il impose, d’apporter une pierre à l’œuvre de réhabilitation79.

  • 80 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 23 ; et Stéphane-Pol, La Jeunesse de Napoléon III. Cor (...)

41La transmission de l’héritage est aussi un devoir pour d’autres “enfants du siècle”, comme Philarète Chasles ou Philippe Lebas – le futur professeur de l’École Normale et bibliothécaire de la Sorbonne – qui assument leur condition de fils de conventionnels. Ils s’emploient à contester la fausseté des articles biographiques consacrés à leurs pères respectifs, en particulier dans l’« infâme » dictionnaire de Michaud ; ils ont le « cœur navré » par la diffusion du mensonge et de la calomnie, au point de prendre l’engagement de consacrer leur temps libre à la réhabilitation de la mémoire paternelle ; ils travaillent, enfin, pour que « la vérité soit connue »80.

  • 81 Lettre datée d’Augsburg, le 25 juillet 1820, in Stéphane-Pol, La Jeunesse., op. cit., p. 46.
  • 82 Voir Stéphane-Pol, Autour de Robespierre. Le Conventionnel Lebas d’après...les Mémoires de sa veuv (...)
  • 83 Voir le récit précis de cette anecdote in A. Soboul, « Antoine Couthon » [1983], repris in Id., Po (...)

42Cependant, les années passant, il devient évident qu’avec l’affirmation de leur propre personnalité, ces enfants qui s’étaient voués à la réhabilitation de leur père, se détachent progressivement, sinon du souvenir, du moins de l’univers mental paternel. Objectivement, un abîme sépare ces deux générations et impose sa loi à la mémoire. Un témoignage précieux nous vient de quelques lettres du jeune Lebas qui a suivi en Allemagne un tout jeune homme – le futur Napoléon III – dont il est le précepteur. En juillet 1820, il annonçe à sa mère l’arrivée d’une amie à Paris et lui demande de la recevoir ; c’est une personne de bonne famille, mais il croit nécessaire d’ajouter une recommandation : « Évite seulement de lui parler politique ». A la vérité, des opinions conservatrices sont loin de déplaire à Philippe Lebas ; du moins les propos qu’il tient n’ont rien de révolutionnaire. « Il n’est jamais question de politique dans nos lettres », écrit-il à sa mère, comme s’il s’en réjouissait, et il poursuit : « Je ne m’écarterai jamais des bornes prescrites par la modération et la sagesse »81. En allait-t-il de même pour sa mère, la veuve de cet autre Philippe Lebas qui avait si héroïquement voulu mourir avec son ami Saint-Just en Thermidor ? Cette femme courageuse qui, après avoir été libérée des prisons de la réaction thermidorienne, avait fait des lessives aux lavoirs de la Seine pour vivre et faire vivre son enfant, cette républicaine encore indomptée – véritable “professionnelle” du veuvage82 – était probablement plus déçue que satisfaite par les assurances de modération de son fils. C’est aussi ce que suggère le témoignage du peintre Degas ; il avait eu l’occasion, dans son enfance, de rendre visite à madame Lebas et il avait pu voir, aux murs de son logis, les portraits de Robespierre, Saint-Just et Couthon, devant lesquels elle se recueillait comme s’il s’était agi d’effigies de saints83.

  • 84 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 254.
  • 85 « Vous vous trompiez, mon père, en renversant l’ordre de la nature » ; « après avoir été un enfant (...)

43L’héritage de la mémoire révolutionnaire est donc d’une pratique difficile ; l’activité intellectuelle des fils de conventionnels en offre une preuve supplémentaire. Philarète Chasles, homme de lettres, ne parvient pas à partager la passion de son père pour le monde antique. Les rêves paternels – Rome, le Sénat, Tite-Live, Cicéron, les Gracques ou Sparte – lui paraissent de pures absurdités ; « cette religion des anciens rites », « cette superstition pour le monde des esclaves » ne tendaient qu’à rejeter la civilisation dans le passé84. On peut sans doute retrouver dans ce jugement négatif sur les anciens la trace de la terrible éducation spartiate imposée par son père85. Mais ce rejet de l’Antiquité révèle surtout l’écart, plus général et plus profond, qui s’est creusé entre les anciens et les modernes. Privé de ses références morales et de ses contenus politiques, privé de Plutarque et de l’agorà, le monde antique n’est, en effet, rien d’autre que le monde des esclaves.

  • 86 Voir la lettre datée de Paris, le 19 octobre 1827, in Stéphane-Pol, La Jeunesse..., op. cit., p. 3 (...)
  • 87 Voir la lettre datée de Rome, le 22 décembre 1822 (ibidem, p. 226).

44Au dix-neuvième siècle, l’Antiquité s’offre tout au plus comme champ d’étude privilégié à l’érudition moderne. On peut parfois saisir, de façon emblématique, la divergence des deux générations contre laquelle la force de la mémoire est impuissante. David avait voulu proclamer la grandeur de l’univers antique et en transmettre les valeurs, en composant des tableaux gigantesques comme Léonidas ; le travail que s’impose son fils, Jules David, animé du désir de suivre les traces paternelles, n’est pas moins grandiose mais d’une nature bien différente : il entreprend la composition d’un dictionnaire grec-français86. Un autre fils de conventionnel, Philippe Lebas, est coopté dans l’entreprise. Le hasard rapproche d’ailleurs ces deux fils de robespierristes enflammés ; ils se sont retrouvés à Rome ; un jour de 1823 : l’un -Lebas – y séjournait comme précepteur du fils de Louis Bonaparte, naguère roi de Hollande, l’autre – David – comme précepteur du fils de Jérôme Bonaparte, naguère roi de Westphalie87 !

  • 88 Lettre à la famille datée d'Augsbourg, le 25 juillet 1822 (ibidem, p. 129).

45Quoiqu’il ait abandonné la collaboration, mal rétribuée, au dictionnaire de Jules David, Philippe Lebas représente le nouveau type de spécialiste de l’Antiquité : les bibliothèques françaises débordent encore de nos jours des fruits de son érudition peu commune. « Moi je vis toujours au milieu des anciens, qui valent mieux, à mon sens, que les hommes d’aujourd’hui, mais que ceux de demain chercheront, j’espère, à imiter », déclare-t-il88. La formule est exemplaire ; elle réaffirme la noblesse de la vertu antique au nom de laquelle les pères s’étaient sacrifiés et reconnaît dans les anciens des modèles, mais elle renvoie l’imitation de la grandeur antique aux hommes de l’avenir.

  • 89 La lettre est retranscrite par Delacroix lui-même dans son Journal, op. cit., vol. I, p. 55.
  • 90 Lettre à l’ami Pierret, datée de Paris, le 20 octobre 1820 (Delacroix, Correspondance générale, op (...)

46Une lettre d’Eugène Delacroix à son ami Philarète Chasles – l’amitié tissant encore un lien entre deux fils de conventionnels – datée de février 1824, nous offre un dernier témoignage. Delacroix raconte une soirée pensive, passée à relire de vieilles lettres ; il dit sa mélancolie du moment ; il se félicite de la douceur de l’amitié désintéressée qui continue à l’unir à Chasles ; enfin il avoue : « Si tu étais ministre, je ne t’aurais pas écrit ce soir. J’aurai relu tes lettres, rentré mon émotion, et j’aurais dit : “C’est un homme mort, n’y pensons plus” »89. La lettre révèle la délicate sensibilité du jeune artiste qui recherche d’autres émotions que celles de la gloire et du pouvoir ; mais elle fait aussi apparaître les incertitudes et les contradictions de son univers de valeurs : n’a-t-il pas justement été ministre, cet « admirable et respectable père », cette figure exemplaire dont le jeune homme s’est tant de fois réclamé90 ?

  • 91 « J’ai entrepris un sujet moderne : une barricade, [...] et si je n’ai pas vaincu pour la patrie, (...)
  • 92 Voir, par exemple, son intervention en faveur du droit qu’ont les députés de discuter la Constitut (...)
  • 93 Voir Stéphane-Pol, La Jeunesse..., op. cit., p. 366.

47Être fils de conventionnel est un rôle difficile même pour ceux qui le vivent dans l’exaltation du devoir filial, mais c’est un rôle auquel on ne renonce pas quand on l’a assumé ; tout au long du dix-neuvième siècle des voix s’élèvent pour réaffirmer le caractère sacré de la mémoire de la Révolution. En 1830, Delacroix n’est pas monté sur les barricades aux côtés des patriotes, mais il décide de peindre au moins pour eux91 ; Philippe Lebas n’attend pas un lendemain trop vague, il se déclare « républicain de naissance », en 1848, et il proteste avec éclat contre le coup d’État et le régime de Napoléon III92 ; Victor Lanjuinais lui-même, que nous avons surpris en train de détourner sans scrupules les écrits paternels, est un courageux défenseur de la liberté dans le terne parlement du second Empire93.

  • 94 Voir Boissy d’Anglas, Boissy d’Anglas..., op. cit., p. 27.
  • 95 Voir F. Levasseur, Le Fils de Levasseur de la Sarthe à ses concitoyens, Le Mans, Beauvais, 1862.

48La tâche de la mémoire est interminable. A l’aube de notre siècle, en 1905, le petit-fils du conventionnel Boissy d’Anglas s’engage encore avec acharnement dans la défense de son ancêtre contre les accusations fallacieuses de l’arrière petit-fils du conventionnel Saint-Prix94. N’ironisons pas sur ces débats révolutionnaires sans révolution. Ce que notre promenade à travers le dix-neuvième siècle, des enfants ingrats aux enfants dévoués, nous a montré, c’est l’incorporation progressive et sans doute nécessaire de la légende à l’histoire. Le vieillard, qui dans la France de 1862, prend en charge la mémoire de son père en signant simplement Levasseur fils95, a pleinement intériorisé, à l’évidence, l’héritage du conventionnel, à la fois comme obligation morale et comme contrainte biologique.

– 3 –

49Le devoir des enfants de conventionnels devient destin. Certains enfants n’ont aucun effort à faire pour recueillir l’héritage paternel qui s’impose de lui-même, comme par une transmission génétique. La mémoire révèle son immense pouvoir, sa force effrayante ; le code du passé vécu par les pères informe l’existence présente des enfants et préfigure leur avenir.

  • 96 Voir AN, F7 6713, dossier Le Carpentier ; et supra, p. 121.
  • 97 AN, F7 6712, dossier Drouet.
  • 98 Voir Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., s. v. Garnier de Saintes. 11 faudrait r (...)

50Le destin peut être vécu aux côtés des pères, en marge de la société de la Restauration, dans le partage d’une existence plus médiocre qu’enivrante. Le fils de Le Carpentier suit son père qui s’efforce d’échapper aux griffes de la police des Bourbons de ferme en ferme, de grange en grange, par les campagne de la Manche96. Le fils d’un autre régicide embusqué en France, Drouet, crée plus d’un souci aux forces de l’ordre de Louis XVIII ; il est arrêté à Paris en 1816 et soupçonné d’avoir participé à une conjuration contre le gouvernement légitime. On a trouvé dans sa chambre des portraits de la famille Bonaparte, des chansons patriotiques, d’autres écrits séditieux et, caché dans la cheminée, un véritable arsenal : des fusils de chasse, des pistolets, un sabre, des épées, etc. Interrogé aussi au sujet de la disparition de son père, il refuse toute collaboration. En mars de l’année suivante – renouvelant le roman de la carrière paternelle – il est à Buenos Aires, impliqué dans des activités assez louches ; le consul français de Rio de Janeiro avoue l’impossibilité dans laquelle il se trouve de suivre ses déplacements trop rapides ; de toute manière, déclare le diplomate dans une dépêche adressée aux autorités métropolitaines, le gouvernement brésilien a été averti de « ce que c’est que cet individu »97. Quant au fils de Garnier de Saintes, en cette même année 1817, il est avec son père dans la barque qui se renverse accidentellement dans l’Ohio, occasionnant la noyade des deux matelots improvisés98.

  • 99 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau ; et Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 136.

51Pour la police, les vies des fils des conventionnels sont inséparables de celles de leurs pères ; dans les dossiers des affaires politiques, les chemises d’information concernant les uns et les autres sont toujours regroupées. Parfois la suspicion que nourrissent les gardiens de l’ordre à l’égard de ces jeunes gens est totalement infondée. Ainsi, de 1822 à 1830, on s’obstine à filer, à travers toute l’Europe, le fils de Thibaudeau, en raison du danger éventuel représenté par le père. Mais Thibaudeau fils n’est engagé que dans de très innocentes – et d’ailleurs malheureuses – spéculations commerciales99.

  • 100 Voir AN, F7 6666, bulletins, s. v. Quinette.
  • 101 Voir H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. II, p. 567.
  • 102 Ibidem, p. 615.
  • 103 Voir Barère, Mémoires, op. cit. (David d’Angers assura également l’édition de ce texte), et Grégoi (...)
  • 104 Voir G. Weill, Histoire du parti républicain, nouvelle édition, Paris, Alcan, 1928, passim.
  • 105 Cité par Pozzi, Gli intellettuali e il potere..., op. cit., p. 173. C’est moi qui souligne.
  • 106 H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. I, p. 1.
  • 107 Ibidem, p. 38.

52Il est certain que, dans d’autres cas, les inquiétudes du gouvernement ne sont pas excessives. En 1828, Marie-Théodore Quinette, fils de l’ancien conventionnel exilé en Belgique, rejoint Londres d’où il s’embarque en direction de l’Espagne, en mars 1823. Il ne s’agit pas d’un voyage d’agrément ; selon les imputations d’une fiche de police, il va prendre du service « dans la légion libérale » ; il retourne se réfugier en Angleterre après la défaite des républicains100. De même, l’attention avec laquelle la police, dans les années vingt, contrôle, en France et à l’étranger, les mouvements du jeune Hippolyte Carnot est largement justifiée. Carnot est un exemple célèbre de destin fixé d’avance. Dès 1815, il choisit de suivre son père, Lazare, à Varsovie puis à Magdebourg, à travers les villages incendiés et abandonnés de Pologne et d’Allemagne101 et il partage avec lui huit ans d’exil ; enfin, il lui ferme les yeux. Après son retour en France Hippolyte se lie, dans un premier temps, au mouvement saint-simonien naissant – suivant le conseil des « entretiens de [son] père102 –. Il publie ensuite les souvenirs des conventionnels Grégoire et Barère103. Il tient encore, pendant des décennies, un rôle de premier plan dans l’histoire du parti républicain104 ; il est l’incarnation même du pouvoir de la mémoire tel qu’il s’exerce chez certains fils de conventionnels. Dans les moments les plus malheureux de sa vie politique personnelle, Hippolyte Carnot est conforté par l’orgueil d’avoir honoré l’héritage et le nom paternels : « J’aurai un jour le droit de dire à mon père que j’ai transmis honorablement son nom à mes enfants », affirme-t-il dans tes mois, si éprouvants pour lui, de l’automne 1848105. Enfin, au déclin de sa vie, durant la triste époque du second Empire, il se consacre au récit de la carrière politique de son père, ultime réconfort contre les déceptions du présent : la narration restitue la complicité secrète et profonde qui avait uni le père et le fils au temps de l’exil. Hippolyte reconnaît avoir toujours cherché dans l’étude de la vie de son père « une boussole à [sa] propre vie »106. Sa conception même de l’idée républicaine est d’ascendance révolutionnaire : « Le républicanisme en effet n’est pas une opinion de parti – écrit Hippolyte-, c’est un ensemble philosophique qui offre des solutions à l’homme privé, au père de famille, comme au citoyen »107 ; ce républicanisme conçu comme une éthique – assez rétro, à nos yeux – est certes plus “antique” que “moderne”.

  • 108 AN, F7 6715, dossier Primaudière ; et Bouton, Les Francs-maçons manceaux, op. cit., p. 275.

53La police ne peut s’attarder à des subtilités d’interprétation, aussi a-t-elle bien des raisons de se préoccuper. Il arrive également que le danger surgisse d’où on ne l’attend pas. Quand, à Sablé, en janvier 1816, un prêtre, flanqué d’un notaire et de quatre témoins, se précipite au chevet du conventionnel François de la Primaudière moribond, obtient de lui, sous la menace de lui refuser les sacrements, le désaveu du vote régicide, enfin divulgue publiquement cet édifiant repentir, il ne fait qu’offrir un nouvel exemple des spéculations dont la mort des conventionnels fait l’objet. Mais quand la fille du régicide, loin de se sentir honorée, proteste auprès de la police contre les modalités de ce désaveu, quand elle écrit au Constitutionnel pour manifester son indignation, le préfet de la Sarthe ne peut qu’avouer son émotion et s’empresser de faire obstacle à la publication de la lettre. « Le clergé de Sablé se trouverait gravement compromis », explique-t-il dans une lettre qu’il écrit fiévreusement au ministre de l’Intérieur ; une enquête serait certainement ouverte dont « les résultats seraient funestes à la tranquillité publique »108.

54L’épisode est modeste et pourtant significatif. La fille du régicide se chargeant indirectement de la défense du vote paternel en dépit de l’attitude d’un père peu héroïque, c’est une nouvelle figure du jeu de rôles entre les conventionnels et leurs enfants. Les enfants, marqués par le destin, l’assument fièrement, au point de vivre des expériences politiques plus radicales que celles de leurs pères. L’héritage génétique s’enrichit pour eux de contenus moraux ; le destin redevient projet.

  • 109 Heine, Französische Zustände, in Id., op. cit., vol. V, p. 48-49.
  • 110 Voir L. A. Blanqui, Instructions pour une prise d’armes. L’Éternité par les astres [1872] et autre (...)

55Le destin se mue en projet pour Auguste Blanqui plus que pour tout autre fils de conventionnel. C’est un personnage trop connu, dans la galerie des révolutionnaires français du dix-neuvième siècle, pour qu’il mérite ici plus qu’une simple mention. Son père, le conventionnel Jean-Dominique, avait pris la défense des Girondins durant l’été 93 ; arrêté par les Jacobins, il avait été sur le point de partager le sort malheureux de Brissot et Barbaroux ; le fils devient le porte-drapeau du néo-jacobinisme au dix-neuvième siècle. Avec l’impertinence de l’étranger, Heinrich Heine ironise sur ce « Sohn eines Conventionnels » en qui il voit le type de ces « Plagiarien der Vergangenheit » ingénument réactionnaires dans leur admiration pour les révolutions passées, naïfs comme ceux qui croient pouvoir recoller avec de la cire les roses tombées au printemps109. La carrière de l’Enfermé ne mérite sans doute pas ces sarcasmes ; elle se déroule sans optimisme aveugle ni culte de la personnalité, avec pleine conscience de la fragilité des résultats à laquelle toute lutte politique est condamnée. Le vieillard qui rédige L’Éternité par les astres est encore détenu à Sainte-Pélagie ; il ne peut désormais que s’en remettre aux distances sidérales des espaces cosmiques du soin de rechercher les enfants d’une humanité plus noble que l’humanité terrestre110.

  • 111 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 234.

56La lucidité qui permet à Marc-Antoine Baudot d’identifier les enfants qui trahissent le message paternel, lui fait également reconnaître que d’autres sont meilleurs que leurs pères. Les Notes historiques, bien qu’elles soient marquées par l’amer souvenir des luttes intestines de la Convention, manifestent aussi la joie qu’un révolutionnaire de la Montagne peut éprouver, dans l’affliction de son exil, en constatant l’existence de ferments positifs dans la génération des enfants : « Nous avons remarqué [...] que les fils des conventionnels valaient mieux que leurs pères. Voyez Cavaignac, Auguis, et autres »111.

  • 112 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., p. 258-261. La force des traditions et des (...)
  • 113 Voir AN, F7 6711, dossier Cavaignac.
  • 114 G. Cavaignac, La Force révolutionnaire, in Id. (éd.), Paris révolutionnaire, Paris, Guillamin, 183 (...)
  • 115 Ibidem, p. LXXV.
  • 116 Baudot, Notes historiques..., ms. cité, f. 224.

57Godefroy Cavaignac, fils de conventionnel, militant, comme Hippolyte Carnot, des mouvements républicains et révolutionnaires en France durant trente années de vicissitudes politiques, incarne l’exemple le plus représentatif de transformation de l’héritage paternel en culte de la Révolution112. Pendant les années vingt, Godefroy, étudiant à Paris, se rend souvent à Bruxelles, où son père vit son exil dans la solitude, coupé des autres conventionnels. La police ne manque pas de s’inquiéter de ces déplacements ; on recommande que le fils, plus encore que le vieux régicide, soit « l’objet de l’attention la plus particulière »113. Cette surveillance n’empêche pas Cavaignac, avant et après la révolution de juillet – dans laquelle il est aux premiers rangs – d’organiser des sociétés secrètes ou populaires, comme les Amis du Peuple et les Droits de l’Homme, ni d’écrire des libelles qui revendiquent « la part des générations » dans les révolutions114 et qui proposent les ruptures révolutionnaires comme les seules pages du livre de l’Histoire méritant d’être consultées115. En vérité, la honte de Cavaignac père, « renégat de la liberté », courtisan de Murat à Naples, est effacée ; « son fils a plus que réparé », conclut Baudot116.

  • 117 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 234.
  • 118 Voir Dictionnaire des parlementaires, Paris, Bourlaton, 1891, vol. I, s. v. Auguis.

58Le jugement que Baudot porte sur Pierre-René Auguis n’est pas moins perspicace. La modération et l’ambiguïté des positions politiques de son père, Jean-Pierre Baptiste, en avaient fait la cible des attaques polémiques des montagnards qui l’avaient surnommé... Anguis117. Le fils, au contraire, bien qu’il soit trop souvent impliqué dans de petits scandales littéraires de bas étage, adopte tout au long de sa vie une attitude de contestataire, au fond, confusément, de révolutionnaire. Pendant la première Restauration, il réussit à se procurer divers documents compromettants pour Louis XVIII à peine installé sur le trône, et il n’hésite pas à les communiquer aux libraires, qui les publient sous le titre Extrait du Moniteur. Auguis est arrêté et condamné à cinq ans de prison. Les Cent-Jours lui rendent la liberté mais, avec la seconde Restauration, il est contraint de retourner en prison, pour y purger sa peine jusqu’en 1817. Durant les années suivantes, on continue à le suspecter en raison de ses amitiés libérales. Élu à la Chambre après la révolution de Juillet, il siège sur les bancs de la gauche, interprétant sa fonction parlementaire comme un devoir tenace, pointilleux, quasiment maniaque, d’opposition au régime du fils-de-conventionnel par excellence, Louis-Philippe118.

  • 119 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 87. On trouve des renseignements complémentaires sur An (...)

59L’auteur des Notes historiques suit avec attention l’itinéraire des enfants de conventionnels ; il relève l’un des aspects les plus pathétiques de leur sort, la condamnation à la pauvreté. C’est le cas d’Anacharsis, l’unique survivant des enfants de Brissot. Son père, injustement calomnié par Robespierre à propos d’appartements londoniens dont on le disait propriétaire, était mort en réalité dans la plus totale indigence. La vente des Mémoires paternels ne suffit pas à redresser la situation financière du fils. « Petit marchand de vin à Paris », il est victime, en 1829, d’« une petite pauvre faillite ». Détenu à Sainte-Pélagie, Brissot ne trouve pour payer la caution demandée pour sa libération qu’un ami vendeur de vêtements, qui n’étale lui-même dans sa boutique que quelques malheureuses paires de pantalons119. Pauvreté des Girondins est le titre choisi par Baudot pour cette note dans laquelle on saisit non seulement l’identification des enfants aux pères, mais aussi la nuance de repentir qui détermine cette piété montagnarde.

  • 120 Baudot, Notes historiques..., ms. cité, f. 101.
  • 121 Voir Dictionnaire des parlementaires, op. cit., vol. I, s. v. Auguis.
  • 122 Voir Hugo, Les Misérables, Bruxelles, Lacroix-Verboeckhoven, 1862, vol. V, p. 136.
  • 123 Voir Ch. Barbaroux, Mémoires, op. cit. La Bibliothèque nationale possède un exemplaire de la premi (...)

60Une autre notation, biffée dans un deuxième temps, est lisible sur le manuscrit des Notes historiques : « Le fils de Barbaroux n’était guère plus riche »120. L’histoire de ces fils de conventionnels dont la vie semble déjà gravée dans le livre du destin revêt, avec Ogé Barbaroux, un caractère exemplaire et presque légendaire. Tout jeune procureur à Nîmes pendant la seconde Restauration, Ogé est victime de deux attentats à cause d’une pétition qu’il a adressée à la Chambre au nom des nombreuses familles de la ville dont les parents ont trouvé la mort lors de la répression de juillet 1815121. Il quitte Nîmes et s’installe à Paris, ne serait-ce que par souci de sécurité. Il faut imaginer le courageux orphelin de conventionnel dans ce milieu hostile ; il « dévor[e] tout », comme le Marius des Misérables122 : Mémoires, journaux, bulletins, proclamations, tout lui est bon pour s’informer sur la Révolution et pour revivre dans l’exaltation ce qui avait été l’expérience et la tragédie de son père. Puis, en 1822, un grand événement : la publication des Mémoires paternels dans la célèbre collection de Berville et Barrière. Ogé rédige une Notice sur Charles Barbaroux, si superbement et franchement révolutionnaire que les éditeurs sont contraints de tirer en toute hâte une seconde édition de l’ouvrage dans laquelle ils ne font pas figurer l’introduction biographique123.

  • 124 « Les dernières exhortations de mon père, je ne les ai point oubliées : fier d’un nom que je crois (...)
  • 125 Voir O. Barbaroux, Résumé de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique, Paris, Lecointe et Durey, 1824.

61Consciemment et explicitement, le fils dirige sa propre vie sur la voie que son père a tracée124. On l’a prénommé Ogé au nom de la liberté si désirée des esclaves noirs : le voici donc écrivant l’histoire des États-Unis dans un esprit républicain, avec l’inévitable dédicace à Lafayette ; le voici magnifiant les constitutions libertaires des États de l’Union qui, dès 1783, ont aboli l’esclavage, interdit la traite et préparé l’affranchissement progressif de la population de couleur125. Quand Ogé est nommé par les vainqueurs de Juillet procureur général de l'Ile de la Réunion et, surtout, lorsqu’il est élu représentant du peuple pour cette île à l’Assemblée législative de la deuxième République, la boucle qui relie la vie des pères à celle des enfants paraît avoir trouvé l’occasion de se refermer.

  • 126 Voir Dictionnaire des parlementaires, op. cit., vol. I, s. v. Auguis.
  • 127 Voir M. Agulhon, Marianne au combat. L’Imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Pari (...)
  • 128 Voir Agulhon, 1848..., op. cit., p. 72-74.
  • 129 O. Barbaroux, Quelques observations sur l’émancipation des esclaves, [...] par un Français d’Europ (...)
  • 130 Ces plans auraient mérité d’être analysés par Foucault ; voir O. Barbaroux, De la transportation. (...)

62D’autres signes pourtant témoignent d’une réalité moins heureuse. Le contestataire Auguis finit par accepter une fonction on ne peut plus officielle à la direction de la Bibliothèque Mazarine, où il meurt de façon fort peu épique126. Delacroix, le peintre de la Liberté en bonnet rouge, des barricades et des fusils fumants, devient un libéral de plus en plus timide, enfin conservateur sincère127. Contre les barricades de juin 1848 – des barricades bien réelles, cette fois – le pouvoir lance le général Eugène Cavaignac, fils du conventionnel Jean-Baptiste et frère cadet de Godefroy, mais « prince de sang » pour les ouvriers des faubourgs128. A l’Assemblée de la deuxième République, Ogé Barbaroux siège parmi les députés de droite, et soutient le coup d’État bonapartiste. Il fait mieux : depuis un certain temps, il met en question l’émancipation des esclaves. « Les nègres sont moutons comme les autres hommes », explique-t-il, mais plus que les autres incapables de comprendre et d’accomplir les devoirs de l’homme libre129. Ainsi, c’est le projet tracé par le prénom “Ogé” qui est trahi : Ogé Barbaroux pleure sur « les funestes journées de juin 1848 » et organise, au service de Napoléon III, des plans minutieux de déportation collective des prisonniers130.

  • 131 Voir supra, note 23 de ce même chapitre ; et cet autre passage des Notes historiques... (op. cit., (...)
  • 132 Ballanche, La Ville des expiations, op. cit., p. 54.
  • 133 Dans une lettre célèbre, adressée à son ami Champfleury, à l’automne 1854 (rééditée dans la catalo (...)
  • 134 Voir ibidem, dans la même lettre : « La scène se passe dans mon atelier à Paris. Le tableau est di (...)

63Faut-il donc donner raison à Baudot ? Les noms ne sont pas omina, comme le voulaient les anciens, mais consequentia rerum131. C’est en fait de cette manière, amèrement ironique, que la boucle se referme. Peut-être le véritable destin des projets paternels est-il d’échouer, une nouvelle fois, dans l’existence des enfants, – « ce qui est encore eux » dit Ballanche –132. Même les meilleurs des enfants échouent. Si l’aventure de certains conventionnels trouve son prolongement dans celle de leurs enfants, c’est sous le signe de la défaite que les deux vies sont réunies. Entrons au musée d’Orsay, arrêtons-nous devant l’Atelier du peintre de Courbet. Selon l’interprétation explicite de l’auteur133, le malheureux vieillard à gauche de la composition, un conventionnel las et déçu, reproduit les traits de Lazare Carnot ; mais il est aussi son fils Hippolyte, infortuné ministre de la deuxième République ; réunis sous une même et double dépouille, tous deux « vivent de la mort »134.

Notes

1 V. A. Kriegel, « Le concept politique de génération: apogée et déclin », Commentaire, 1979, p. 390-397.

2 Voir A. Gérard, La Révolution française, mythes et interprétations 1789-1970, Paris, Flammarion, 1970.

3 La Révellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 16.

4 Voir E. Jaquemet, Destins des révolutionnaires (1792-1816), mémoire de licence soutenu à la Faculté de Lettres de Genève, sous la direction de B. Baczko, 1988, p. 3-17 : sur la base d’une réélaboration statistique des données fournies par le Dictionnaire des Conventionnels de Kuscinski, l’auteur parvient à dessiner la courbe des engagements politiques des futurs exilés dans la période 1795-1815, et elle en tire un bilan historique tout à fait convaincant (je remercie Mme Jaquemet d’avoir bien voulu me communiquer un exemplaire de son travail).

5 Je renvoie, naturellement, à A. de Musset, La Confession d’un enfant du siècle [1836], in œuvres complètes, Paris, Charpentier 1866, vol. III ; voir, notamment, à la p. 5, un passage aussi représentatif que rhétorique : « Alors ces hommes de l’Empire, qui avaient tant couru et tant égorgé, embrassèrent leurs femmes amaigries et parlèrent de leurs premières amours ; ils se regardèrent dans les fontaines de leurs prairies natales, ils s’y virent si vieux, si mutilés, qu’ils se souvinrent de leurs fils, afin qu’on leur fermât les yeux. Ils demandèrent où ils étaient ; les enfants sortirent des collèges, et, ne voyant plus ni sabres ni cuirasses, ni fantassins, ni cavaliers, ils demandèrent à leur tour où étaient leurs pères ».

6 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 6. C’est moi qui souligne.

7 C’est l’extrait d’une lettre de Fouché qui date de novembre 1819, citée par Madelin, Fouché..., op. cit., p. 388. C’est moi qui souligne.

8 Voir Bailleul, Examen critique..., op. cit., vol. I, p. 172 : « Aujourd’hui il ne doit être question que de former un honnête homme, un homme religieux, par rapport à sa famillle et à l’État ; en un mot, un citoyen : tel est le fond de cette incrédulité tant reprochée au dix-huitième siècle ».

9 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 32.

10 Voir Vidal, « Cassanyès... », op. cit., p. 970 ; et Fockedey, Souvenirs, op. cit., p. 109.

11 Voir Baudot, Notes historiques., op. cit., p. 289 ; et Id., ms. cité, f. 31.

12 Voir Ph. Ariès, Le Temps de l’histoire [1954], Paris, Seuil, 1986, p. 72-75.

13 Une seule exception, les Mémoires de Louvet, qui représentent d’ailleurs le texte le plus littéraire de notre corpus.

14 Je renvoie, en particulier, aux deux recueils de D. Julia, Les Trois Couleurs du tableau noir. La Révolution 5. Voir les initutions dans les fêtes de la Paris, Garnier, 1982.

15 Voir les indications de M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 304 ; et de M. Ozouf, « Utopie et institutions dans les fêtes de la Révolution française » [1982], repris in Id., L’École de la France, op. cit., p. 263-285 (voir notamment la p. 275).

16 Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, op. cit., vol. I, p. 292.

17 Voir Michelet, Histoire de la Révolution..., op. cit., vol. II, p. 126.

18 Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 45.

19 Les éléments de continuité avec les attitudes et la sensibilité des milieux philosophiques du dix-huitième siècle ont été soulignés, pour un conventionnel comme Romme, par A. Galante Garrone, Gilbert Romme. Storia di un rivoluzionario, Torino, Einaudi, 1959, p. 118-303 (édition franç. chez Flammarion).

20 Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 143 et 163. C’est moi qui souligne.

21 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 6 et 11-30.

22 Garnier de Saintes, La Dette d’un exilé..., op. cit., p. 15.

23 Ibidem, p. 14.

24 Ce sont les termes et l’esprit de la célèbre épigraphe de Sieyès, dans le pamphlet Qu’est-ce que le Tiers État ? [1789], Paris, Puf, 1982, p. 27 : « Tant que le philosophe n’excède point les limites de la vérité, ne l’accusez pas d’aller trop loin. Sa fonction est de marquer le but, il faut donc qu’il soit arrivé. [...] Le devoir de l’administrateur, au contraire, est de graduer sa marche, suivant la nature des difficultés... ».

25 L’image est de Garnier de Saintes ; elle a été citée par M. Ozouf, « Guerre, terreur et discours révolutionnaire » [1984], repris in Id., L’École de la France, op. cit., p. 127 (l’article occupe les p. 109-127).

26 Baudot va, une fois de plus, à contre-courant par rapport au penchant “antique” de ses collègues et de son temps : « Toutes les plaisanteries sur les prénoms empruntés aux principaux personnages de Rome et d’Athènes étaient de mauvais goût et sans application juste » ; quant à lui, il se nomme Marc-Antoine, prénom antirépublicain, pourtant, dit-il : « Non seulement je n’en ai jamais changé, mais je l’ai placé devant mon nom propre, dans mes lettres à la Convention et dans tous mes actes de la Révolution » (Notes historiques..., op. cit., p. 291).

27 J. P. Brissot, Mémoires, publiés par son fils, avec des notes par M. de Montrol, Paris, Ladvocat, 1830-1832, vol. II, p. 36 (il existe une édition critique de ces Mémoires, en 2 vol., éditée par C. Perroud, Paris, Picard, s. d. [1910]).

28 Voir supra, p. 64.

29 Ch. Barbaroux, Mémoires, avec une notice sur sa vie par M. Ogé Barbaroux, son fils..., Paris, Baudouin, 1822, p. 165. Il existe deux éditions critiques de ce texte : l’une, par C. Perroud, Paris, au Siège de la Société de l’Histoire de la Révolution française, Paris, Rieder, 1923 ; l’autre, par A. Chabaud, Paris, Colin, 1936.

30 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 17.

31 Voir F. Piro, La festa della sfortuna. Con la ragione, senza le gambe : Couthon e la Rivoluzione francese, Milano, Rizzoli, 1989, p. 160.

32 Voir Bliard, Les Conventionnels régicides, op. cit., p. 487.

33 Voir M. Ozouf, « Le Panthéon », in Nora (éd.), Les Lieux..., vol. I, op. cit., p. 144.

34 Les cartons sont ceux que j’ai déjà cités plusieurs fois, numérotés de 6709 à 6715.

35 J’ai tiré toutes les citations précédentes du carton 6715. A propos de Victorine Vadier, voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., passim.

36 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 304 : « Il est comme ces plantes flexibles et sans valeur que les orages paraissent dédaigner et laissent subsister environnées de grands débris de la haute végétation ». Néanmoins, ce personnage, le général Eugène Merlin, ne manquait pas de donner des soucis à la police des Bourbons ; il est dénoncé comme complice de la conjuration du mois d’août 1820, on en souligne les « opinions et liaisons fort mauvaises » (AN, F7 6666, s.v. Merlin). La famille de Baudot, par ailleurs, avait, comme beaucoup d’autres, sollicité la grâce des Bourbons pour son parent exilé : voir AN, F7 6710, dossier Baudot.

37 Voir Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 137.

38 M. Agulhon (La République au village..., op. cit., p. 297) a raconté l’histoire typique de la famille Truc de Arcs.

39 Voir P. Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 19. Et l’article ancien, très riche en renseignements et en suggestions d’interprétation, de L. Mazoyer, « Catégories d’âge et groupes sociaux : les jeunes générations françaises de 1830 », Annales d’histoire économique et sociale, 1938, p. 385-423.

40 Voir Schnapper, David..., op. cit., p. 150.

41 Je tire cette citation et les suivantes de AN, F7 671 1, dossier David.

42 Voir M. Toumeux, « Une lettre inédite de Louis David sur les tableaux représentants Lepelletier et Marat », Nouvelles archives de l’art français, 1888, p. 327-329.

43 Voir P. Daily, « Suzanne Lepelletier fille de la nation », La Révolution française, 1912, p. 17-39 ; et Schnapper, David..., op. cit., p. 151.

44 M. Lepelletier, Plan d’éducation nationale [1792], in Id., Œuvres , op. cit.

45 Pour la cérémonie solennelle du 23 janvier 1793, voir Moniteur, op. cit., vol. XV,

46 Voir Schnapper, David..., op. cit., p. 208.

47 Voir Ozouf, « Le Panthéon », in op. cit., p. 158.

48 Félix Lepelletier était évidemment en train de préparer cette édition en 1825'1826, lors des fréquents voyages à Bruxelles, qui préoccupaient tant la police des Bourbons (voir AN, F7 6782, dossier Lepelletier).

49 Billaud-Varenne, Correspondance, éditée in Curiosités révolutionnaires..., op. cit., p. 188.

50 Chambre des Pairs de France, session de 1815, séance du 9 janvier 1816, T. G. Lally Tollendal, Opinion...sur la résolution de la Chambre des Députés relative au deuil général du 21 janvier, Paris, Didot, s. d., p. 8.

51 Uranelt de Leuze [Laurent de l’Ardèche], Réfutation..., op. cit., p. 285.

52 Voir G. Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Colin, 1932.

53 Voir Bouton, Les Francs-maçons manceaux..., op. cit., p. 168.

54 E. Delacroix, Journal, Paris, Plon, 1932, vol. II [1822-1852], p. 7.

55 On disait que le père naturel de l’enfant était Talleyrand. Mais on ne sait pas si le jeune Delacroix était informé de ces suppositions ; voir L. Johnson, The Paintings of Eugène Delacroix. A Critical Catalogue 1816-1831, Oxford, Clarendon Press, 1981, vol. I, p. XV.

56 Voir E. Delacroix, Correspondance générale, Paris, Plon, 1936-1938, vol. I [1804-1837], p. 173.

57 E. Delacroix, Lettres intimes..., Paris, Gallimard, 1954, p. 103.

58 Delacroix, Journal, op. cit., vol. I, p. 47.

59 Voir O. Barbaroux, « Notice sur Charles Barbaroux », in Ch. Barbaroux, Mémoires, op. cit., p. I-XXXVI ; F. Levasseur, « Introduction » à R. Levasseur, Mémoires, op. cit., vol. III ; J. P. Brissot, Mémoires, op. cit. ; Courtois [junior], Affaire des papiers de l’ex-Conventionnel Courtois, Paris 1834 ; J. D. Lanjuinais, Œuvres , op. cit. ; L. A. Pontécoulant, Souvenirs historiques et parlementaires..., publiés par Louis Gustave Pontécoulant, Paris, M. Lévy, 1861-1865 ; H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit. ; O. La Revellière-Lépeaux, « Introduction » à R. La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. I-XLI.

60 Selon l’expression de L. G. Pontécoulant, « Introduction » à L. A. Pontécoulant, Souvenirs..., op. cit., p. 11.

61 Voir Agulhon, 1848..., op. cit., ch. I (p. 3-26) : « Pourquoi la République ? ».

62 Voir O. Barbaroux, « Notice... », in op. cit., p. XVIII.

63 Voir F. Levasseur, « Introduction », in op. cit., vol. III, p. II.

64 O. La Revellière-Lépeaux, « Introduction », in op. cit., vol. I, p. VIII et XXV.

65 Voir M. Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, vol. IV, « Notice préliminaire », p. XXVIII.

66 J. M. Quérard, Les Supercheries littéraires dévoilées, Paris, Daffis, 1869-1870, vol. IV.

67 J. Reynaud (in Vie et correspondance de Merlin de Thionville, Paris, Fume & Cie, 1859, p. 218) a publié une lettre de René Levasseur au libraire Bossange : « Je vous

68 Voir P. M. Favret, « Le procès des papiers de Courtois, 1831-1833 », Revue historique de la Révolution française, 1914, p. 161-212 ; et G. L [aurent], « Les chantages du fils du Conventionnel Courtois », Annules historiques de la Révolution française, 1925, p. 176-177.

69 Voir Courtois [junior], Affaire.op. cit. ; et Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 84. déclare, monsieur, que dans mon manuscrit il ne doit rien se trouver qui puisse blesser mes anciens collègues. J’aurais désiré qu’avant l’impression ce manuscrit, écrit en entier de la main de mon fils sous ma dictée, et qu’il s’était chargé de mettre en ordre à Paris, m’eût été communiqué. Je vous prie, monsieur, de faire part à mon fils de la présente et de lui recommander de suivre exactement mes instructions, de m’écrire et de me donner son adresse ».

70 Voir Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., s.v. Lanjuinais ; et V. Lanjuinais, « Notice sur la vie et sur les ouvrages de J. D. Lanjuinais », in J. D. Lanjuinais, Œuvres , op. cit., vol. I [p. 1-86], p. 24.

71 Voir A. Mathiez, Etudes robespierristes. La corruption parlementaire sous la T erreur, Paris, Colin, 1917, p. 98-134 (« La légende dantonienne »). Cf. E. Campagnac, « Les fils de Danton », Annales historiques de la Révolution française, 1947, p. 37-63 et 141-165, et L. Viel Castel, “Le fanatisme politique”. Joseph Le Bon, Revue des Deux Mondes, janvier 1863, p. 409-452.

72 L. A. Pontécoulant, Souvenirs..., op. cit., vol. I, p. 373.

73 Voir E. Lebon, Joseph Lebon dans sa vie privée et dans sa carrière politique, par son fils, Paris, Dentu, 1861, et L. Vieil-Castel, « Le fanatisme politique. Joseph Le Bon », Revue des Deux Mondes, janvier 1863, p. 409-452.

74 Voir P. Cedan, « Orcet à la veille de la Révolution et la famille de Georges Couthon », Annales historiques de la Révolution française, 1983, p. 228-237 (notamment p. 236) ; et F. Mège [éd. ], Correspondance inédite de Georges Couthon, député du Puy-de-Dôme à l’Assemblée Législative et à la Convention nationale, 1791-1794, Paris, Aubry, 1872, p. 336 : « On raconte que l’Empereur, ayant vu son nom [celui d’Antoine Couthon] à l’ordre du jour, avait voulu lui donner les épaulettes d’officier, pourvu toutefois qu’il consentît à changer de nom. Couthon refusa, disant qu’il n’avait pas à renier son père ; et il resta sous-officier » (c’est moi qui souligne).

75 Voir M. Boudet, « Maignet et ses Mémoires inédits », in Id., Les Conventionnels d’Auvergne. Dulaure, Paris, Aubry, 1874, p. 417-446 (et A. Artonne, « Les papiers de Maignet », La Révolution française, 1913, p. 351-360) ; et la lettre d’Antoine Couthon, publiée par Mège, op. cit., p. 336-340 (la citation de Maignet à la p. 336).

76 Voir Mège, op. cit., p. 336.

77 Ibidem, p. 338.

78 Ibidem, p. 340.

79 Ibidem, p. 337.

80 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 23 ; et Stéphane-Pol, La Jeunesse de Napoléon III. Correspondance inédite de son précepteur Philippe Lebas, Paris, Juven, s. d., p. 166, 268 et 283.

81 Lettre datée d’Augsburg, le 25 juillet 1820, in Stéphane-Pol, La Jeunesse., op. cit., p. 46.

82 Voir Stéphane-Pol, Autour de Robespierre. Le Conventionnel Lebas d’après...les Mémoires de sa veuve, Paris, Flammarion, s. d. ; et Cobb, Polizia e popolo, op. cit., p. 228.

83 Voir le récit précis de cette anecdote in A. Soboul, « Antoine Couthon » [1983], repris in Id., Portraits révolutionnaires, Paris, Editions sociales, 1986, p. 91-114.

84 Ph. Chasles, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 254.

85 « Vous vous trompiez, mon père, en renversant l’ordre de la nature » ; « après avoir été un enfant-homme, je suis un vieillard-jeune » (ibidem, p. 6-8). Et voir Ph. Chasles, L’Homme, in E. Thévenin (éd.), Entretiens populaires, Paris, Association Polytechnique, 1860, vol. I, p. 45, où le fils du conventionnel insiste sur le caractère abstrait de l’imaginaire des anciens et sur l’inutilité de l’éducation, puisque c’est la volonté qui compte.

86 Voir la lettre datée de Paris, le 19 octobre 1827, in Stéphane-Pol, La Jeunesse..., op. cit., p. 361.

87 Voir la lettre datée de Rome, le 22 décembre 1822 (ibidem, p. 226).

88 Lettre à la famille datée d'Augsbourg, le 25 juillet 1822 (ibidem, p. 129).

89 La lettre est retranscrite par Delacroix lui-même dans son Journal, op. cit., vol. I, p. 55.

90 Lettre à l’ami Pierret, datée de Paris, le 20 octobre 1820 (Delacroix, Correspondance générale, op. cit., vol. I, p. 89). Le père d’Eugène, Charles Delacroix, avait été ministre des Affaires étrangères sous le Directoire.

91 « J’ai entrepris un sujet moderne : une barricade, [...] et si je n’ai pas vaincu pour la patrie, au moins peindrai-je pour elle. Cela m’a remis en belle humeur » (lettre de Delacroix à son demi-frère, datée du 12 octobre 1830, in Lettres intimes..., op. cit., p. 191). Le tableau en question est naturellement celui de La Liberté guidant le peuple.

92 Voir, par exemple, son intervention en faveur du droit qu’ont les députés de discuter la Constitution (voir Lanjuinais, Discours prononcé [...] dans la séance du Corps Législatif du 25 février 1867, Paris, Panckoucke, 1867).

93 Voir Stéphane-Pol, La Jeunesse..., op. cit., p. 366.

94 Voir Boissy d’Anglas, Boissy d’Anglas..., op. cit., p. 27.

95 Voir F. Levasseur, Le Fils de Levasseur de la Sarthe à ses concitoyens, Le Mans, Beauvais, 1862.

96 Voir AN, F7 6713, dossier Le Carpentier ; et supra, p. 121.

97 AN, F7 6712, dossier Drouet.

98 Voir Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., s. v. Garnier de Saintes. 11 faudrait réserver un chapitre à part aux fils de conventionnels qui, pour des raisons d’ordre chronologique ou idéologique, furent amenés à jouer un rôle politique dès l’époque de la Convention. Le sort de Marc-Antoine Jullien, dit Jullien de Paris, fils du député Jullien de la Drôme mérite qu’on s’y arrête. (voir maintenant, à propos de son enfance et de son éducation, Pierre de Vargas, « L'éducation du “petit Jullien”... », in L’Enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Orban, 1990, p. 219-239). Jullien de Paris n’a que dix-huit ans en l’an II, quand il exerçe les fonctions d’homme de confiance du Comité de salut public, de Robespierre en particulier, dans les départements de l’Ouest et du Midi. « Purger la terre des rois, comme autrefois Hercule la purgeait des brigands et des monstres, c’est bien mériter de l’humanité », écrivait-il lors d’une mission dans le Midi (cité par H. Goetz, M. A. Jullien de Paris (1775-1848), Paris, Institut Pédagogique National, 1962 [prem. édit. allemande 1945], p. 50) ; il reprenait ainsi, presque à la lettre, la métaphore utilisée par son père à la Convention, quelques mois auparavant, pour convaincre ses collègues d’être inflexibles envers Louis Capet : « Vous n’êtes encore républicains que de nom. [...] Hercule n’intentait pas de procès aux brigands qu’il poursuivait, il en purgeait la terre et la terre bénissait son libérateur » (Moniteur, op. cit., vol. XIV, p. 851). Au début de 1799, au moment où il se prépare à entrer dans Naples à la suite du général Championnet, et à y soutenir l’effort des républicains, M. A. Jullien trouve une formule révélatrice une fois de plus : « Occupez-vous de l’éducation, qui formera des citoyens. [...] Les enfants exercent une influence puissante sur les opinions de leurs pères. En identifiant l’enfance et la jeunesse aux principes républicains, vous rendez votre révolution rapide, contagieuse et in destructible » (cité par Rousselin de Saint-Albin, Championnet, général de la République française et les campagnes de Hollande, de Rome et de Naples, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1871, p. 126 ; c’est moi qui souligne). D’autres fils de conventionnels se signalent dans le cadre de la lutte politique qui enflamme les départements, dans le courant de l’an II : les fils de Vadier, de Beauvais, de Bourgeois... (voir Cobb, Les Armées révolutionnaires, op. cit., vol. II, p. 655, 776,819).

99 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau ; et Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 136.

100 Voir AN, F7 6666, bulletins, s. v. Quinette.

101 Voir H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. II, p. 567.

102 Ibidem, p. 615.

103 Voir Barère, Mémoires, op. cit. (David d’Angers assura également l’édition de ce texte), et Grégoire, Mémoires, op. cit. A propos du culte de Carnot pour les “grands ancêtres” de la Convention, voir R. Pozzi, Gli intellettuali e il potere. Aspetti della cultura francese dell’Ottocento, Bari, De Donato, 1979, p. 174. Cet auteur prétend qu’Hippolyte opère un choix “centriste” dans la sélection des conventionnels dont il veut réhabiliter la mémoire ; l’attitude du fils de Carnot ne me semble pas aussi tendancieuse, elle me paraît relever d’un culte plus général d’Hippolyte pour la mémoire révolutionnaire ; ainsi, au soir de sa vie, Hippolyte Carnot fera l’apologie d’un conventionnel extrémiste, F. A. Sergent (voir H. Carnot, « Notes sur Sergent-Marceau », La Révolution française, 1885, p. 678-685).

104 Voir G. Weill, Histoire du parti républicain, nouvelle édition, Paris, Alcan, 1928, passim.

105 Cité par Pozzi, Gli intellettuali e il potere..., op. cit., p. 173. C’est moi qui souligne.

106 H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. I, p. 1.

107 Ibidem, p. 38.

108 AN, F7 6715, dossier Primaudière ; et Bouton, Les Francs-maçons manceaux, op. cit., p. 275.

109 Heine, Französische Zustände, in Id., op. cit., vol. V, p. 48-49.

110 Voir L. A. Blanqui, Instructions pour une prise d’armes. L’Éternité par les astres [1872] et autres textes, Paris, Société encyclopédique française, 1972, p. 168. Le caractère statique de l’idée de nature humaine chez Blanqui a bien été analysé par L. Canfora, Analogia e storia. L’uso politico dei paradigmi storici, Milano, Saggiatore, 1982 [édit, française chez Dejonquères], p. 100.

111 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 234.

112 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., p. 258-261. La force des traditions et des liens familiaux dans le républicanisme français de la première moitié du dix-neuvième siècle a été soulignée, entre autres, par Th. Zeldin, France 1848-1945 [1973-1977], dont je cite l’édition française, Histoire des passions françaises 1848-1945, Paris, Seuil, 1980-1981, vol. IV, Colère et politique, p. 160.

113 Voir AN, F7 6711, dossier Cavaignac.

114 G. Cavaignac, La Force révolutionnaire, in Id. (éd.), Paris révolutionnaire, Paris, Guillamin, 1833-1834, vol. I, p. VII-LXXXIV (la citation à la p. LXXI1I).

115 Ibidem, p. LXXV.

116 Baudot, Notes historiques..., ms. cité, f. 224.

117 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 234.

118 Voir Dictionnaire des parlementaires, Paris, Bourlaton, 1891, vol. I, s. v. Auguis.

119 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 87. On trouve des renseignements complémentaires sur Anacharsis et Sylvain Brissot in S. d’Huart, Brissot. La Gironde au pouvoir, Paris, Laffont, 1986, p. 227-231.

120 Baudot, Notes historiques..., ms. cité, f. 101.

121 Voir Dictionnaire des parlementaires, op. cit., vol. I, s. v. Auguis.

122 Voir Hugo, Les Misérables, Bruxelles, Lacroix-Verboeckhoven, 1862, vol. V, p. 136.

123 Voir Ch. Barbaroux, Mémoires, op. cit. La Bibliothèque nationale possède un exemplaire de la première édition, avec la « Notice » d’Ogé [8° La 33 9].

124 « Les dernières exhortations de mon père, je ne les ai point oubliées : fier d’un nom que je crois glorieux, je consacrerai ma vie entière à la défense des principes sacrés pour lesquels il mourut » (O. Barbaroux, « Notice », in op. cit., p. X ; c’est moi qui souligne).

125 Voir O. Barbaroux, Résumé de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique, Paris, Lecointe et Durey, 1824.

126 Voir Dictionnaire des parlementaires, op. cit., vol. I, s. v. Auguis.

127 Voir M. Agulhon, Marianne au combat. L’Imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, p. 113.

128 Voir Agulhon, 1848..., op. cit., p. 72-74.

129 O. Barbaroux, Quelques observations sur l’émancipation des esclaves, [...] par un Français d’Europe qui habite les colonies depuis vingt ans et ne possède pas d’esclaves, Paris, J. B. Gros, 1841, p. 22.

130 Ces plans auraient mérité d’être analysés par Foucault ; voir O. Barbaroux, De la transportation. Aperçus législatifs, philosophiques et politiques sur la colonisation pénitentiaire, Paris, Didot, 1857, p. VII et passim.

131 Voir supra, note 23 de ce même chapitre ; et cet autre passage des Notes historiques... (op. cit., p. 247) : « Un enfant n’est pas un saint parce qu’on l’appelle Pierre ou Paul. Il en était de même pour Brutus et Publicola ».

132 Ballanche, La Ville des expiations, op. cit., p. 54.

133 Dans une lettre célèbre, adressée à son ami Champfleury, à l’automne 1854 (rééditée dans la catalogue Gustave Courbet (1819-1877), Paris, Éditions des Musées Nationaux, 1977, p. 246-247), le personnage du tableau est décrit par Courbet lui même comme « un pauvre vieux tout grelu, un ancien républicain de 93 (ce ministre de l’Intérieur qui, par exemple, avait fait partie de l’Assemblée quand on a condamné à mort Louis XVI, celui qui suivait encore l’an passé les cours de la Sorbonne) ». Le ministre de l’Intérieur de la Convention est, selon toute évidence, Lazare Carnot, qui était mort en 1823 ; l’homme qui suit les cours de la Sorbonne en 1853 ne peut être que son fils Hippolyte, ancien ministre de l’Instruction Publique de la Deuxième République.

134 Voir ibidem, dans la même lettre : « La scène se passe dans mon atelier à Paris. Le tableau est divisé en deux parties. Je suis au milieu peignant. A droite, tous les actionnaires, c’est-à-dire les amis, les travailleurs, les amateurs du monde de l’art. A gauche, l’autre monde de la vie triviale, le peuple, la misère, la richesse, les exploités, les exploiteurs, les gens qui vivent de la mort ».

Notes de fin

* Une version abrégée de ce chapitre a paru, en français, dans les actes du colloque de Clermont-Ferrand de 1986, Ch. Croisille-J.Erhard (éd.), La Légende de la Révolution, Clermont-Ferrand, Adosa, 1988, pp. 281-292, sous le titre : « Être fils de Conventionnel : projet, tâche, destin ? ».

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search