Version classiqueVersion mobile

Mémoire de la Terreur

 | 
Sergio Luzzato

V. Comme de vieux sangliers

Texte intégral

  • 1 Voir A. Jardin-J. Tudesq, La France des notables, 1815-1848, Paris, Seuil, 1973, vol. I, p. 39.
  • 2 Le texte de la loi d’amnistie a été publié par Bliard, Les Conventionnels régicides, op. cit., p.  (...)

1Le 12 janvier 1816, les Chambres de la seconde Restauration approuvent la dernière et la plus restrictive des mesures liberticides auxquelles on a donné le nom de « Terreur blanche légale »1 : la loi d’amnistie. Celle-ci s’ajoute aux lois contre les suspects, contre les proclamations et les actes séditieux et à la loi instituant les cours prevôtales ; elle ne s’étend en réalité ni aux personnes qui se trouvent déjà sous le coup de l’ordonnance de résidence forcée du 24 juillet 1815, ni aux conventionnels qui, après avoir voté la mort du roi, s’étaient ralliés à Napoléon durant les Cent-Jours ne serait-ce qu’en signant l’Acte additionnel ; tous sont condamnés à l’exil2.

2Plus de cent-cinquante régicides sur les quelque deux cents qui étaient encore en vie se trouvent frappés par cette mesure. On voit fleurir alors certificats d’indigence et certificats médicaux dans le but d’échapper à l’exil ; les certificats d’indigence, en effet, ne sont pas suffisants, le gouvernement français étant prêt à se charger des frais de voyage des proscrits jusqu’à la frontière la plus proche... Seuls quelques rares heureux parviennent à faire suspendre l’ordre d’exil ; la plupart doivent partir.

  • 3 Voir ibidem, p. 391-471.
  • 4 AN, F7 6710, dossier Bousquet.
  • 5 Voir Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., s.v. Bousquet.

3Avec le mépris satisfait du contre-révolutionnaire, l’historien Bliard a narré, en son temps, les aspects peu reluisants et plus ou moins grotesques de cette histoire3. Le primat de la farce revient à un régicide septuagénaire, Bousquet. Dans un premier temps, il écrit au ministre de la Police pour nier qu’il eût été régicide ; il soutient avoir crié : « Ni la détention ni la mort », mais dans le vacarme de la Convention, seul le dernier mot aurait été entendu – en fait, en janvier 1793, il avait voté contre l’appel au peuple, pour la mort, contre le sursis – ; Bousquet n’hésite pas ensuite à en appeler au testament par lequel Louis XVI, après sa condamnation, pardonnait à ses bourreaux ; il prétend enfin être immobilisé par une grave maladie, mais une visite de contrôle inopinée le trouve « se promenant sans aide ni appui dans un grenier élevé où il était monté tout seul »4 ! On lui enjoint de partir, il reste en France et échappe aux recherches. Il est finalement arrêté à Toulouse en 1817. Le coup de théâtre le plus éclatant se produit en cour d’assises ; Bousquet parvient à convaincre ses juges qu’au « oui » consigné sous son nom dans le registre des signataires de l’Acte additionnel correspond une fausse signature ; il est donc acquitté : il s’éteindra paisiblement dans sa maison de Montcassin5.

  • 6 Voir AN, F7 6712, dossiers Escudier et Du Bouchet.
  • 7 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. III, p. 248.
  • 8 Le 31 mai 1816, Nessenbrode envoie à son ambassadeur Pozzo da Borgo, pour qu’il la transmette au g (...)
  • 9 Voir F. Lepelletier, « Notes » à M. Lepelletier, Œuvres, Bruxelles, Langlet & Cie, 1826, p. 385.

4Cependant, l’exil attend le plus grand nombre des victimes de la loi d’amnistie ; c’est une expérience douloureuse, dramatique pour certains. Une conspiration générale se tisse contre les régicides, ils sont rejetés de la communauté humaine. Escudier, chassé de Nice, de Gênes, de Livourne, ne trouve asile qu’à Tunis. L’octogénaire Du Bouchet est renvoyé d’un lieu à l’autre à travers les neiges de Suisse6. Les victimes de la persécution dénoncent la longa manus et l’esprit vindicatif du duc de Wellington7 ; ce n’est pas pure imagination, la police entend, de fait, opérer au niveau européen. Les services secrets russes ayant intercepté à Saint-Pétersbourg une correspondance adressée sous un faux nom à Carnot, en Prusse, la renvoient en France, faisant valoir en style redondant la sollicitude du tsar à l’égard des Bourbons8. Félix Lepelletier, considéré à juste titre comme l’héritier spirituel du conventionnel Michel Lepelletier, son frère, est exilé dès juillet 1815 ; il est rejeté d’un coin à l’autre de la Belgique d’abord, de l’Allemagne ensuite, au nom d’un « traité entre les quatre grandes puissances » qui est une pure et simple invention des fonctionnaires responsables de l’ordre9.

  • 10 Voir ibidem, F. Lepelletier, « Epître dédicatoire au peuple français », p. 6.
  • 11 J’utilise la catégorie de “révolutionnaire professionnel” avec la signification historique que lui (...)
  • 12 AN, F7 6782, dossier Lepelletier, rapport daté de septembre 1827.

5Ce personnage, Félix Lepelletier, nous permet d’aborder la question qui fait l’objet du présent chapitre. Depuis le jour de janvier 1793 où il a recueilli, avec le dernier soupir de son frère assassiné, l’invitation de celui-ci à poursuivre l’action10, Lepelletier est un révolutionnaire professionnel11. Compromis dans la conjuration égalitaire du Panthéon, père adoptif de l’un des enfants de Babeuf, il est longuement emprisonné sous l’Empire ; il se rallie pendant les Cent-Jours, ce qui lui vaut d’être exilé à la Restauration. Quand, enfin, il peut rentrer en France, il continue à être contrôlé, on le craint encore ; en 1827, un rapport de police remarque avec inquiétude : « Depuis son retour, il a été signalé plusieurs fois comme réunissant chez lui d’anciens révolutionnaires »12. Lepelletier interprète de manière bien plus dynamique qu’un vieillard comme Du Bouchet le rôle de survivant de la Révolution, pourtant la police ne surveille pas avec moins d’attention le malheureux Du Bouchet.

  • 13 Voir R. Cobb, The Police and the People. French Popular Protest, 1789-1820, Oxford, Oxford Univers (...)

6Nous réserverons, avec Richard Cobb13, notre jugement sur les aléas de la perspicacité policière. Il convient toutefois de s’interroger sur la réalité du danger représenté par les conventionnels survivants. La mémoire chez eux était-elle assez puissante pour les conduire aussi nécessairement à l’action qu’elle les portait au souvenir et à l’écriture ? C’est un point qu’il nous faut éclaircir avant de poursuivre notre enquête sur l’accueil que les nouvelles générations réservent aux souvenirs que certains révolutionnaires ne se lassent pas de dicter.

– 1 –

  • 14 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau. On trouve des renseignements utiles sur l’exil de Carnot dan (...)
  • 15 AN, F7 6683, lettre de Camot à Thibaudeau du 15 décembre 1816.
  • 16 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 14 décembre 1816.
  • 17 Ibidem. (Le Ha-ha ou « saut-de-loup », inventé par un certain Van Boregh, est un élément du jardin (...)
  • 18 Ibidem.

7La correspondance que deux exilés de la première heure, Thibaudeau et Carnot, entretiennent pendant quelque temps, au cours des années 1816-1817 – et que la police ne manque pas d’intercepter14 – suggère l’impression que les préoccupations policières sont fondées. C’est, entre Prague et Magdebourg, une intense circulation de références chiffrées et de noms écrits en abrégé. Thibaudeau, par¬ tant pour les thermes de Karlsbad, presse Carnot de le rejoindre ; Fouché est également attendu. Les lettres abondent en allusions et commentaires dépourvus d’ambiguïté sur la situation politique contemporaine. Le régime constitutionnel organisé par la Charte est dénoncé à la fois pour son hypocrisie, sa faiblesse et son caractère oppressif. Carnot se contente d’exprimer la satisfaction qu’il éprouve à se trouver éloigné de la France, « cette terre maudite »15 ; Thibaudeau emploie des métaphores plus énergiques : « On pourra encore longtemps changer de lit sans en être mieux couché, jusqu’à ce que le destin opère une lessive complète »16. La France, selon lui, marche à reculons dans une impasse, une fois arrivée au fond, elle se trouvera devant un ha-ha !17 La crainte qu’éprouve la police au sujet de ce Thibaudeau, auquel on attribue en outre de grands moyens, paraît donc justifiée. Il manifeste l’espoir de rentrer en France « à la suite de grands changements », lit-on dans une note de police de 1817, où l’euphémisme caractéristique du langage policier débouche sur une constatation prosaïque : « Cet homme est dangereux »18.

  • 19 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 37 ; et Boissy d’Anglas, Boissy d’Anglas..., op. c (...)
  • 20 Cité par Bonnet, « Baudot... », op. cit., p. 346.
  • 21 J.-J. Rousseau, Confessions, in Œuvres complètes, vol. IV, p. 102.

8Au cours de la même année 1817, un ordre d’expulsion est adressé à tous les conventionnels régicides réfugiés dans le canton de Vaud19 ; Gamon, Bordas, Finot, Foucher, Guillerault, Baudot découvrent brutalement le caractère mythique de la liberté dont était censée jouir l’heureuse fédération de petites républiques tant idéalisée par l’imaginaire politique du dix-huitième siècle. « J’ai été pendant six semaines dans la libre Helvétie – raconte Baudot – occupé à chercher chaque matin, à travers les neiges des Alpes, l’asile où je pourrais reposer le soir » ; il le trouve enfin, pendant cinq mois, dans un asile d’aliénés près de Fribourg20... Peut-être les conventionnels se souviennent-ils alors de Jean-Jacques Rousseau et de la désillusion qu’il confie aux Confessions : « Je croyais voir tout cela dans ma patrie, parce que je le portais dans mon cœur »21.

  • 22 Voir J. David, Le Peintre Louis David..., op. cit., p. 563.
  • 23 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., p. 6.
  • 24 Voir Bouton, Les Franc-maçons monceaux..., op. cit., p. 293.
  • 25 Voir Duvivier, L’Exil du comte Sieyès, op. cit., p. 35.

9Si les conventionnels réfugiés à Bruxelles ne sont pas jugés dangereux au point d’en être éloignés, ils n’en donnent pas moins, eux aussi, l’impression de s’agiter. Dans le salon citadin de Merlin de Douai, dans celui de Ramel, à la campagne, les visiteurs se pressent et les débats sont souvent animés. Merlin et Ramel ont d’ailleurs trouvé tous deux le moyen de revenir au barreau, à Bruxelles même ; cette activité publique attire sur eux l’attention des jeunes libéraux belges qui se réunissent le soir autour des vieux réfugiés français dont ils recueillent les enseignements22. D’autres exilés se livrent à des activités moins voyantes. Prieur de la Marne anime, avec Rouyer, la loge maçonnique des Amis philanthropes23 et on ne saurait croire que Levasseur ait renoncé à son ancienne passion pour la maçonnerie24 ; David n’hésite pas, lui non plus, dans ses moments de repos, à recevoir chez lui des groupes de proscrits pour lire et commenter ensemble les journaux reçus de France25.

  • 26 Voir O. La Revellière-Lépeaux, « Introduction » à R. La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., p. (...)
  • 27 Voir Prieur de la Marne, Notes..., op. cit., p. 128.
  • 28 Ibidem.
  • 29 Voir H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. II, p. 616.
  • 30 Voir ibidem, p. 625.
  • 31 Voir Quinet, La Révolution, op. cit., vol. I, p. 3.

10Les conventionnels suivent en effet avec une grande attention, les événements politiques européens ; l’actualité l’emporte même parfois sur la nécessité et l’urgence de la mémoire. Le fils de La Revellière a expliqué comment son père avait renoncé à publier ses Mémoires de son vivant parce qu’il y critiquait certaines personnalités qui, désormais, sous la Restauration, servaient la cause libérale à laquelle il n’entendait pas porter ombrage26. Les révolutionnaires ne vibrent pas seulement pour leur nation d’origine. Prieur participe de cœur aux luttes des Grecs pour leur indépendance et voit en eux l’espoir du genre humain27 ; mariant la tradition antique du dix-huitième siècle au mythe hellénique du siècle nouveau, il s’écrie : « Puissent les Grecs anciens être effacés par les Grecs modernes, seuls rivaux d’eux-mêmes ! »28. De même, Lazare Carnot, en Prusse, s’enthousiasme pour la cause grecque29 et, en 1823, sur son lit de mort, il s’inquiète de la mauvaise tournure que prennent les luttes libérales en Espagne30. D’ailleurs, l’intérêt que les conventionnels portent au présent les renvoie à leur propre passé. Comme l’écrit Edgar Quinet, quand les survivants de la Convention furent informés des tortures infligées par Ferdinand VII d’Espagne à Riego et Empecinado, trente ans après 1793, ils y virent une confirmation de la justice du régicide et une raison de plus pour ne pas se repentir de ce qu’ils avaient osé faire ; ils avaient été vainqueurs, ils n’avaient ni à regretter ni à se sentir coupables31.

  • 32 Voir Bailleul, Examen critique..., op. cit., vol. II, p. 449.
  • 33 Voir H. Poncelet [alias M. Chasles], Des Révolutions et du Peuple, Paris, Pélicier, 1822.
  • 34 Voir H. Carnot, « Notice historique sur Grégoire », in Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 20 (...)

11Parmi les conventionnels qui, pour une raison ou une autre, ont évité l’exil et séjournent dans la « terre maudite », certains non plus n’hésitent pas à manifester publiquement leur attachement aux idéaux du passé. Nous avons déjà parlé de Bailleul ; l’idée que la génération présente a le devoir de poser les fondements de la liberté est pour lui essentielle, renvoyer la balle aux générations à venir serait se condamner irrémédiablement au despotisme à brève échéance32. Chasles est plus prudent bien qu’il ait été plus ardent que Bailleul au cours de la période révolutionnaire ; il publie sous un pseudonyme, en 1822, un pamphlet dont le titre est pour le moins inquiétant : Des Révolutions et du Peuple33. En 1819, l’élection à la Chambre de l’ancien évêque constitutionnel Grégoire fait scandale, le fait est bien connu. Est-il tolérable qu’un régicide siège au parlement du propre frère de Louis XVI ? La France bien pensante se déchaîne, mais le vieux conventionnel n’entend pas renoncer au mandat que le peuple a voulu lui confier34.

  • 35 AN, F7 6712, dossier Drouet. Voir aussi Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 217.

12La France héberge également quelques clandestins. Jean-Baptiste Drouet, le célèbre courrier de poste qui avait reconnu le roi à Varennes, en 1791, est l’un d’eux. Après avoir illustré fièrement dans les rangs de la Montagne les galons gagnés à Varennes, il a été le héros de quelques-uns des épisodes les plus romanesques de la Révolution : il a participé à la conjuration de Babeuf, il a été emprisonné au Spielberg. C’est un aventurier. Condamné à l’exil pour s’être rallié à l’Empereur durant les Cent-Jours, il se réfugie à Mâcon où il exerce – sous un faux nom, évidemment – le métier de pâtissier d’abord, de charretier ensuite ; il est également mécanicien, puis il réussit à se faire engager comme jardinier par un ultra mâconnais dont il gagne la confiance au point de devenir son lecteur attitré de la presse, ce qui lui permet de se tenir au courant de l’actualité ! La police soupçonne bien Drouet de n’être jamais sorti du territoire national, mais les recherches menées pendant dix ans restent vaines. Ce n’est qu’à la mort de cet extraordinaire personnage, en 1824, que sa concubine révèle à l’officier d’état civil venu constater le décès la véritable identité de “monsieur Mergès”. L’embarras du préfet de Saône-et-Loire est grand quand il doit communiquer à Paris les détails de cette affaire gênante, d’autant qu’il lui faut préciser que les quelques personnes fréquentées par le clandestin étaient toutes d’« opinions extrêmement révolutionnaires »35.

  • 36 AN, F7 6713, dossier Le Carpentier. Le 18 novembre 1819, on peur lire, dans le journal libéral Le (...)

13Les aventures tout aussi romanesques d’un autre ancien conventionnel, Jean-Baptiste Le Carpentier, fougueux révolutionnaire originaire de la Manche, ont des implications politiques plus sérieuses. Il est refoulé de Guernesey, où il cherchait un asile, et obligé de rentrer en France. Une véritable chasse à l’homme s’organise alors, de 1816 à 1819 ; le gouvernement recourt à tous les moyens imaginables pour se saisir de lui : il est question de mettre sa tête à prix – le préfet de la Manche et le ministre de la Police débattent de l’opportunité d’une telle mesure-, on tente d’acheter d’hypothétiques complices du fugitif ; un paysan qui l’avait hébergé est condamné à dix-huit ans de prison ferme. Le Carpentier est enfin arrêté, le 7 novembre 1819 ; on le trouve caché, en compagnie de son fils, chez un paysan de la région de Cherbourg. Selon les informations recueillies par la préfecture, il a employé ses années de clandestinité à donner des cours aux jeunes gens des campagnes et il est devenu l’homme de confiance de nombreux paysans ; « Le Carpentier cherchait à propager dans les cantons où il s’était réfugié de coupables principes et s’efforçait d’inspirer aux crédules habitants des campagnes qui lui donnaient asile, des alarmes et des inquiétudes sur les intentions du gouvernement du Roi à l’égard des ventes des domaines nationaux, du rétablissement des dîmes, des droits féodaux, etc. ». Les termes du rapport de police – « coupables », « crédules » – soulignent le caractère subversif des activités du personnage et mettent surtout en évidence l’appui qu’il a trouvé auprès des habitants des campagnes ; le préfet en est scandalisé : « Il paraît constant qu’il était le principal instigateur des divisions qui ont éclaté dans quelques communes », écrit-il36.

14Peut-être n’est-il jamais trop tard pour un révolutionnaire ?

– 2 –

15L’idée que de nombreux conventionnels auraient vécu les années sombres de la Restauration sans rien sacrifier de leur dynamisme et de leur agressivité politique paraît mettre en question les résultats auxquels notre recherche nous avait précédemment conduit. Ne faut-il pas, d’ailleurs, opérer une distinction entre la force de la mémoire, qui pousse à l’action, et le désir de se souvenir, le besoin de retour apologétique sur le passé, la nécessité de faire le point et de rédiger son testament, traits qui caractérisent – nous l’avons vu – les Mémoires des conventionnels ? Dans l’ensemble de cette production, un seul ouvrage fait exception, La Conspiration pour l’Égalité de Buonarroti, un révolutionnaire qui n’a jamais renoncé à l’action. Les deux fonctions de la mémoire convergent dans ce texte, l’une se plaçant au service de l’autre : revenir sur le passé permet de changer le présent et de se projeter dans l’avenir. Nous allons reprendre les documents que nous venons de consulter afin de vérifier si l’impression de dynamisme que nous en avons retirée, à une première analyse, est fondée.

  • 37 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau.
  • 38 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 167.
  • 39 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau.

16Revoyons en premier lieu la documentation fournie par les archives de police. Les craintes qu’éveille Thibaudeau, la surveillance dont il est l’objet sont-elles justifiées ? Les dossiers poussiéreux que manie l’historien mettent en lumière ce que la surveillance policière a d’excessif ; sous le drame, on sent percer le vaudeville. Le bruit court, en mars 1823, que les régicides Thibaudeau et Lecointe-Puyraveau, provenant l’un de Vienne, l’autre de Bruxelles, se dirigent vers Gérone en Catalogne. La nouvelle sème la panique parmi les responsables de l’ordre. Compte tenu de la situation politique en Espagne, il ne peut s’agir que d’un voyage tendant à la subversion, voire d’un complot révolutionnaire. Le1er avril, le lieutenant de police de Bordeaux fait contrôler tous les accès de la ville et mobilise ses forces pour bloquer les routes conduisant aux Pyrénées. Le 8 avril, le préfet de Tarbes annonce, avec suffisance, que tout est prêt pour assurer l’emprisonnement des régicides s’ils mettent le pied dans la ville. Les policiers regrettent de ne pas disposer de fiches signalétiques des criminels, mais ils ne s’en montrent pas moins optimistes en ce qui concerne le résultat de leurs recherches ; l’âge des deux personnages devrait, selon eux, constituer un premier indice, suffisant pour éveiller les soupçons des forces de l’ordre et de la gendarmerie, « car il y a sans doute peu de Français qui, au déclin de la vie, puissent avoir des motifs assez puissants pour aller en Espagne dans un moment comme celui-ci »37. Thibaudeau et Lecointe avaient respectivement 58 et 59 ans ; en admettant qu’ils aient eu l’intention de passer en Espagne pour prêter main forte aux révolutionnaires, ce ne sont pas des vieillards décrépits que l’on aurait vu franchir les cols pyrénéens ! En fait, ni l’un ni l’autre n’envisagent une telle équipée. A Bruxelles, Lecointe est probablement occupé à son activité préférée qui consiste à rédiger des épigrammes contre ses compagnons d’exil38. Quant à Thibaudeau, il est à Vienne et au moment, précisément, où la police s’inquiète de ses menées subversives, il fait antichambre chez l’ambassadeur Chateaubriand pour demander l’autorisation de se rapprocher de son fils qui va s’installer en France39 ; il est difficile de lui imputer des intentions subversives. En fin de compte, la police des frontières devra ranger les menottes qu’elle avait si bien préparées et le pacifique Thibaudeau obtiendra l’autorisation de se transférer à Bruxelles.

  • 40 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 7 décembre 1816.
  • 41 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 14 décembre 1816.
  • 42 Ibidem, lettre de Carnot à Thibaudeau du 15 décembre 1816.
  • 43 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 7 décembre 1816.
  • 44 Rapports de Prague, datés de décembre 1816 et de février 1817, ibidem.

17Renonçons à démasquer les ridicules et les inévitables naïvetés de la machine policière et parcourons la correspondance qu’échangent Thibaudeau et Carnot ; son caractère inoffensif saute aux yeux. Thibaudeau, à Prague, manifeste avant tout le désir de s’adapter, il se résigne « avec une bonne conscience et un peu de philosophie »40. Il s’en remet à un vague « destin » du soin de faire place nette et parle de lui-même comme d’une « ombre » qui demande désormais bien peu de chose à la vie41. Quant au vieux savant installé à Magdebourg, il se contente lui aussi des consolations que lui procure sa « bonne conscience »42. Au fond, l’échange épistolaire entre les Conventionnels n’a qu’une motivation : le besoin irrépressible chez ces hommes que la société considère comme des criminels et rejette hors de son sein, de trouver chez leurs collègues d’autrefois la compréhension que peuvent offrir ceux qui partagent le même sort. Ce besoin leur dicte des accents pathétiques : « Mon cher camarade, [...] je ne puis résister [...] au désir de causer un peu avec vous »43. La police elle-même devra finalement admettre que Thibaudeau paraît résigné en ce qui concerne la situation politique française et qu’il ne s’occupe plus que d’affaires commerciales. Après avoir crié au complot révolutionnaire contre la monarchie, elle doit reconnaître le « peu de confiance qu’ont les exilés dans l’avenir »44.

  • 45 Voir AN, F7 6710, dossier Bourdon de l’Oise.
  • 46 Ibidem, dossier Alquier.

18Ceux qu’avec sa manie du soupçon la police considère comme d’abominables fauteurs de révolutions, ne sont plus, en fait, que des fantômes du passé. Mais, en matière de régicides, la police croit tout et n’importe quoi. En mai 1816, une « Note confidentiel » (sic !) laisse entendre que Bourdon de l’Oise, mort à Sinnamary, où il avait été déporté après le 18 fructidor, est bien vivant et qu’il réside à son domicile parisien. La police s’en inquiète sérieusement avant de se rendre compte de l’invraisemblance du renseignement45. Un rapport du 1er novembre 1823 énumère les dispositions prises pour surveiller l’exconventionnel Alquier qui rentre de Bruxelles en France à la suite d’une amnistie ; l’agent affecté au contrôle ajoute : « Le sieur Alquier est un vieillard, presque aveugle ; sa langue est à demi paralysée ; et son état est tel qu’il peut à peine parler et qu’il ne peut ni lire, ni écrire» ; il n’en conclut pas moins, avec une absence d’humour assez caractéristique de sa profession : « On ne le perdra pas de vue »46. On pourrait multiplier les exemples. Dans la plupart des cas, les mesures de sécurité prises par les services chargés de réprimer la subversion sont largement disproportionnées au danger effectivement représenté par les conventionnels survivants.

  • 47 AN, F7 6712, dossier Finot.
  • 48 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 37.

19Les anciens révolutionnaires chassés du pays de Vaud ne sont pas plus belliqueux qu’Alquier le paralytique. Guillerault est lui aussi paralysé. Comme Gamon, comme Foucher, comme Finot, il obtient du reste de rentrer en France dès 1818, en raison de son caractère manifestement inoffensif. Pour ce qui est de Finot, il a fait acte de repentir, il a bassement supplié pour obtenir l’autorisation de rentrer dans sa chère « chaumière »47. D’ailleurs, les mesures prises en Suisse à l’encontre des conventionnels sont dues moins à la crainte d’activités de type révolutionnaire qu’à des questions de politique intérieure relevant des rapports inter-cantonaux ; comme l’explique Baudot, le canton de Vaud « persécutait par faiblesse », dans la crainte de tomber sous la coupe de Berne qui en revendiquait la possession48.

  • 49 Voir Prieur de la Marne, Notes..., op. cit., p. 106-121.
  • 50 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., p. 6.
  • 51 Voir AN, F7 6711, dossier Choudieu.
  • 52 Cité par A. Galante Garrone, « Buonarroti e i Convenzionali in esilio », Movimento operaio, 1953, (...)
  • 53 Cité ibidem, p. 407.

20On découvre, à un examen plus approfondi, qu’à Bruxelles même, capitale des exilés, bien des indices qui paraissaient indiquer l’existence d’un certain dynamisme politique, sont en fait décevants. Un jour d’octobre 1819, dans l’obscure loge des Amis philanthropes, Prieur de la Marne prononce un discours à la mémoire du “frère” Rouyer. Le vieux montagnard parle avec affection du girondin d’autrefois49 ; malgré l’émotion que ses paroles peuvent susciter, on ne peut qu’être frappé de leur modération, de leur vague tonalité “89”50. Choudieu, autre montagnard qui, lui aussi, rédige des Mémoires, écrit, sans le moindre scrupule, au ministre Decazes, en 1819, pour se féliciter de « l’esprit des lois » qui semble enfin régner en France ; il profite de l’occasion pour demander la fin d’un exil immérité, pour lui-même et pour ses compagnons d’infortune51. L’attention même que les conventionnels prêtent aux événements contemporains est, en général, passive. Oudot l’avoue ouvertement : « Nous prenons le moins de part possible à ce qui se passe autour de nous »52. Cet homme doux, sociable, ami de tous, peut se permettre de parler à la première personne du pluriel car il exprime un état d’âme diffus. Il incarne avec élégance le destin de tout un groupe dont il traduit le caractère à la fois inoffensif et pathétique. Dans une lettre à Espert, autre conventionnel, Oudot confesse que les échanges épistolaires sont sa seule consolation, « l’élixir contre l’inclémence de la saison, l’ennui de la solitude, les dégoûts de la politique et les progrès de [sa propre] caducité »53.

  • 54 H. Carnot, Mémoires sur Camot..., op. cit., vol. Il, p. 623.
  • 55 E. Dubois-Crancé, Analyse de la Revolution..., op. cit., p. 298.
  • 56 Voir J. Gros, « Le conventionnel Picqué, d’après ses Mémoires inédits », Bulletin historique et ph (...)
  • 57 Bastid (Sieyès..., op. cit., vol. I, p. 283) attribue cette phrase à Daunou.
  • 58 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 37.

21Les voix des conventionnels se superposent ; elles parlent toutes le langage de la désillusion, de l’attente, du mépris et de l’ennui ; elles disent l’attentisme de ces hommes voués à l’élégie plutôt qu’à l’épopée. Carnot déclare végéter tranquillement, « comme un vieux chêne » qui touche à sa fin54 ; Dubois-Crancé, « dans [sa] coquille », découvre la sérénité55 ; Jean-Paul Picqué, en revanche, se plaint de vivre « en ours » ses années de maturité et de vieillesse56. A Bruxelles, les métaphores sont plus audacieuses. Un conventionnel a pu dire non sans malignité du riche Sieyès qu’il vivait dans la capitale des Pays-Bas « comme le rat de la fable dans son fromage de Hollande »57. Pour Baudot, la douloureuse situation qui est celle de tous les exilés en fait des êtres isolés, « comme les vieux sangliers » qui abandonnent leurs compagnons de jeunesse pour aller mourir dans la solitude58. Coquilles, ours, rats, sangliers, dans ce zoo de la conscience révolutionnaire, l’aventure des hommes se réduit à sa plus simple expression biologique.

  • 59 Les gouvernements doivent savoir « prévoir, calculer, suivre graduellement les effets de leur exis (...)
  • 60 Ibidem.
  • 61 Voir Pichois-Dautry, Le Conventionnel M. Chasles..., op. cit., p. 137.
  • 62 Cité par H. Camot, « Notice historique... », in op. cit., vol. I, p. 217. C’est moi qui souligne.

22Le spectacle offert par les conventionnels restés en France est également loin de confirmer notre première impression de dynamisme ; il nous faut raccourcir la liste des quelques noms que nous avions pu considérer comme inquiétants – cinq ou six sur les dizaines d’anciens membres de la Convention qui vivent sur le territoire national Dans son libelle publié sous un pseudonyme, Des Révolutions et du Peuple, Michel Chasles, conventionnel des plus ardents, livre un message qui peut être qualifié de jacobin dans le sens le plus décevant et le plus conservateur du terme59. La conclusion hésite entre « la force des circonstances », de matrice révolutionnaire, et un « laissons faire le temps » qui rappelle Benjamin Constant60. Aucun journal ne juge utile de donner un compte rendu de ce texte61 emblématique, dans son ambiguïté, des lieux communs dont se berce toute une génération. En ce qui concerne l’ancien évêque Grégoire, il incarne une cohérence que l’étroit univers politique régi par la Charte a du mal à intégrer. A la suite du scandale provoqué par son élection à la Chambre, les libéraux eux-mêmes prennent leurs distances à son égard. « Votre nom retrace à une foule d’hommes à la fois honnêtes et timides des souvenirs qui les effraient, et qui inquiètent la génération nouvelle, à qui les passions funestes d’une autre époque sont devenues étrangères », lui écrit Staël62 dont l’embarras révèle, à l’évidence, qu’il partage la perplexité de cette masse timide. Plus que jamais, leur nom – ce nom dont ils devaient être privés – pèse sur ces hommes comme une malédiction. Le Carpentier, qui avait usé avec une si grande habileté de ses relations et de son sens de la démagogie pour échapper aux poursuites, est finalement arrêté. Les dix longues années de prison qu’il passe au Mont-Saint-Michel, où il meurt en 1829, sont le signe de la victoire pleine et entière de la Restauration sur une Révolution qui s’était révélée incapable de faire monter de nouveau, sur les planches de l’histoire, ses acteurs d’autrefois.

  • 63 Voir Lepelletier, « Epître dédicatoire... », in op. cit., p. 7. Félix Lepelletier lui-même travail (...)
  • 64 Lepelletier, « Epître dédicatoire... », in op. cit., p. 11.

23Les résultats auxquels nous étions parvenu précédemment se trouvent donc confirmés. Il n’y a pas de place pour la dynamique de la mémoire dans le monde de la Restauration, les conventionnels eux-mêmes sont surtout concernés par la réflexion sur le passé. Un révolutionnaire de longue date comme Félix Lepelletier est sensible à cette absence de toute velléité de mise en pratique politique des vertus républicaines chez les protagonistes de la Révolution ; dans le moment même où il les invite à publier leurs Mémoires – un devoir qui est aussi un droit63 – il constate avec amertume : « Le feu sacré s’est éteint chez ces vieillards ! Je détourne mes regards et je verse des larmes sur la nature de l’homme »64. Loin de détourner le regard, la police restait vigilante, mais son zèle était, dans une large mesure, inutile. Le poids des souvenirs attire l’attention des responsables de l’ordre mais il ne suscite plus aucune volonté d’action chez les fauteurs de troubles présumés.

– 3 –

  • 65 A la nouvelle des journées de Juillet, l’ex-conventionnel Oudot, de Bruxelles, s’écrie : « Quels é (...)
  • 66 Voir Jardin-Tudesq, La France des notables..., op. cit., vol. I, p. 124.

24Les journées de juillet 1830 et le changement de régime dont elles sont suivies représentent, pour la quarantaine de conventionnels régicides qui ont survécu à quinze ans d’exil, une occasion inespérée de donner, in extremis, un nouveau cours à leur existence65. Les Bourbons sont chassés pour la troisième et dernière fois, le pays devient libéral. Les régicides exilés peuvent rentrer, d’autant plus que la France intronise, en la personne de Louis-Philippe d’Orléans, le fils d’un ancien conventionnel régicide, Philippe-Egalité66.

  • 67 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 174.
  • 68 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 306.
  • 69 Voir Duvivier, L’Exil du comte Sieyès, op. cit., p. 51.
  • 70 Voir Galante Garrone, « Buonarroti... », op. cit., p. 430.

25L’idée de pouvoir, enfin, s’abriter « sous le toit paternel »67 et mourir « à l’ombre des vieux arbres qui [les] ont vus naître »68 bouleverse ces vieillards, et l’image de leur joie est parvenue jusqu’à nous. Les voici qui s’étreignent en silence dans les allées du parc de Bruxelles, fêtés par la jeunesse libérale ; puis ils s’éloignent lentement sans pouvoir retenir leurs larmes69. Tous, pourtant, ne peuvent pas verser ces larmes de joie ; Roubaud agonise ; Mallarmé est un malade mental enfermé dans un asile ; ceux-là ne pourront pas faire retour dans leur patrie70.

  • 71 M. Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIeRépublique, (...)
  • 72 Ibidem, p. 258.

26Est-ce seulement pour aller mourir sur la terre de leurs pères qu’ils rentrent en France ? Non, sans doute, s’il est vrai, comme l’a écrit Maurice Agulhon, que 1830 « change tout »71. La révolution de Juillet restitue aux rescapés de la Révolution jacobine le droit de parole, elle leur permet de faire entendre de nouveau les enseignements révolutionnaires. La mémoire, si longtemps cultivée dans sa dimension subjective, acquiert une valeur publique ; au lieu de ressasser dans la solitude l’histoire de la République et de la Terreur, les Conventionnels et les vieux jacobins en général peuvent en parler autour d’eux, pendant les longs après-midi passés au café ou au cercle du village ; ils peuvent transmettre une leçon de radicalisme politique et surtout l’exemple d’un « style de vie »72.

  • 73 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 304.

27Certains d’entre eux, d’ailleurs, ont annoncé, lors des journées de Juillet, des intentions plus belliqueuses. Chazal aurait quitté Bruxelles en emportant un projet de constitution exhumé des papiers de Sieyès ; mais il serait arrivé trop tard à Paris, les jeux étant déjà faits au profit de la maison d’Orléans. Les conventionnels ne sont d’ailleurs pas unanimes pour regretter l’échec de cette expédition : « On sait ce que valent les constitutions de Sieyès : en y joignant les élucubrations de Chazal, il fallait mourir de rire ou d’ennui », tel est le commentaire sarcastique de Baudot73.

  • 74 Voir Duvivier, L’Exil du comte Sieyès, op. cit., p. 52.
  • 75 C’est le cas de Manduyt, cité par Bliard, Les Conventionnels régicides, op. cit., p. 463.
  • 76 Voir H. Carnot, « Notice historique... », in Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 253.
  • 77 Voir Heine, Französische Zustande, in op. cit., vol. V, p. 55.
  • 78 Renan, Souvenirs..., op. cit., p. 111.

28En fait, l’arrivée des conventionnels à Paris passe à peu près inaperçue ; de même que leur départ de Bruxelles, en août 1830, ne suscite pas un intérêt particulier dans une ville agitée par le mouvement indépendantiste74. Ces hommes qui proposent leurs services dans les bureaux du gouvernement de Louis-Philippe sont des vieillards75, ils sollicitent une nomination à la Chambre des pairs76 ou leur réintégration dans telle ou telle Académie ; si Paris est tolérante à leur égard, elle n’est pas moins distraite, pour ne pas dire indifférente. Les conventionnels ne tardent pas à s’apercevoir qu’ils n’ont de place ni dans la nouvelle capitale ni dans le nouveau régime. On retrouve souvent leur trace dans les archives de la monarchie de Juillet à l’occasion de leurs misérables requêtes de pensions – elles leur sont presque toujours accordées – ; il est rare, en revanche, de les rencontrer dans les soirées qui réunissent les opposants de gauche au régime orléaniste77. On a d’ailleurs l’impression que ces hommes, dont les noms évoquent inévitablement un passé terrible, sont un héritage incommode pour la France libérale, un héritage dont on préférerait se défaire. C’est du moins l’impression suscitée par le retour d’Amérique de Lakanal, en 1833, selon un témoignage tardif de Renan : le doux Lakanal « apparut à ses confrères de l’Académie des sciences morales et politiques comme un fantôme »78.

  • 79 Barère rédige à Paris, de 1830 à 1832, des Tablettes parisiennes, suite de lieux communs sur les d (...)
  • 80 Voir L. Gershoy, Bertrand Barère. A Reluctant Terrorist, Princeton, Princeton University Press, 19 (...)
  • 81 Elles sont longuement citées, d’après les manuscrits, par Gershoy, ibidem ; et par Hippolyte Carno (...)
  • 82 Je tire ce passage d’une lettre de Barère datée de Tarbes, le 6 juin 1833, citée par G. L [aurent] (...)
  • 83 Voir A. Aulard, L’Éloquence parlementaire sous la Révolution. La Législative et la Convention, Par (...)

29Il faudrait suivre un à un les conventionnels qui sont rentrés dans les villes de province dont ils étaient originaires pour savoir si elles leur ont réservé un meilleur accueil que la capitale et si elles ont été plus attentives à leurs enseignements. Au premier abord, le panorama ne semble pas très encourageant. Bertrand Barère, rentré d’abord à Paris79, retourne enfin à Tarbes, sa ville d’origine, après cinquante ans d’éloignement et maintes désillusions. Il est alors âgé de 80 ans. Il parvient à se faire élire au Conseil départemental et il continue à susciter les soupçons de la police en tant qu’hypothétique ennemi des institutions80. Il n’a pas perdu l’habitude de prendre fébrilement des notes81 ; elles révèlent chez lui la persistance, presque involontaire, de la passion politique. Mais on y remarque également le caractère superficiel des critiques qu’il formule ainsi que l’incapacité dans laquelle il se trouve de saisir les mécanismes de la dialectique libérale ; les insultes qu’il déverse contre les “doctrinaires” en sont la preuve. Parfois, la souffrance devient explicite : « Tout change, et je ne sais plus que végéter et vivre au jour le jour »82. Loin de porter ombrage à sa mémoire, l’exécuteur testamentaire qui refuse de publier les derniers travaux littéraires d’un Barère converti au christianisme – Les Paroles du psalmiste, ou Consolations religieuses sur ma proscription, mes prisons, mon exil, et mon retour en France dans ma vieillesse – préserve la cohérence du personnage83.

  • 84 Voir H. Contamine, Metz et la Moselle de 1814 à 1870. Etude de la vie et de l’administration d’un (...)
  • 85 Voir Bastid, Sieyès..., op. cit., vol. I, p. 267.
  • 86 Voir Saint-Ferréol, Les Proscrits français..., op. cit., p. 20; et Quinet, La Révolution, op. cit. (...)
  • 87 Voir H. Labroue, Le Conventionnel Pinet, d’après ses Mémoires inédits, Paris, Alcan, 1907, p. 118.
  • 88 Voir P. Leuillot, « Le législateur et Conventionnel régicide P. A. Laloy », Annales historiques de (...)

30Quelques années plus tôt, en 1831, à Metz, à l’occasion d’un banquet offert par Louis-Philippe – qui voyageait dans les départements de l’Est pour surveiller les mouvements démocratiques dont ils étaient agités – on avait aperçu, parmi les convives, Bouchotte, ministre de la Guerre au temps de la Convention ; il ne semble pas que ce vieillard ait suscité un intérêt particulier de la part du monarque84. En ce qui concerne Sieyès, la tradition orale s’est employée à transmettre – de 1832 jusqu’aux biographies de notre époque – l’image pathétique d’un révolutionnaire illuminé hurlant : « La constitution c’est moi ! », devant un jeune visiteur ébahi85. On retrouve cette fidélité révolutionnaire légendaire à propos de Genevois ; il aurait en mourant confié son mépris du régime monarchique à sa gouvernante dévouée et il lui aurait ordonné de frapper trois fois sur sa tombe le jour où s’installerait enfin « cette chère république ». Un témoignage plus sûr nous est fourni par Edgar Quinet, admirateur et ami, dans sa jeunesse, de Marc-Antoine Baudot ; ce dernier, qui avait pourtant applaudi les débuts de la monarchie orléaniste, lui confie, à Moulins, son amertume et son hostilité au régime et lui avoue qu’il considère le retour en France « pire cent fois » que la pensée de la mort qui s’approche86. Quant à l’ancien conventionnel Pinet, rentré de Constance à Bergerac, il n’a certes pas lieu d’être satisfait ; lors de sa promenade quotidienne dans les rues du centre, il lui arrive d’être suivi et insulté par des adolescents qui le huent et miment devant lui la scène de la guillotine tombant sur le cou de Louis XVI87. En revanche, l’ancien conventionnel Laloy, après avoir refusé avec dignité la grâce que lui offraient les Bourbons et obtenu une pension du gouvernement orléaniste, est accueilli avec sympathie dans sa ville de Chaumont ; moins peut-être en vertu de ses idées radicales, présentes et passées, que de ses manières courtoises d’Ancien Régime. Ce personnage en veste à basques et en culotte, portant perruque, muni d’une petite planche qui lui sert à traverser les rues boueuses sans se mouiller les pieds – stratagème qu’il offre aux dames le cas échéant ! – cette silhouette d’antan avait de quoi exercer un charme tout particulier à la veille de Quarante-huit88.

  • 89 Baudot, Notes historiques..., in Bibliothèque Nationale, ms. cité, f. 231.

31Le retour en France des conventionnels revêt un masque bifrons : d’un côté, l’ombre des arbres de leurs pères, de l’autre, la reprise difficile du dialogue avec les jeunes générations ; les promesses du gouvernement libéral et les désillusions d’une nouvelle monarchie ; la colère qui les pousse à se tenir à distance et à protester, et la tristesse de perdre leurs forces et de sentir leur voix s’affaiblir. Une note inédite du manuscrit des Mémoires de Baudot révèle de façon significative le caractère déchirant de cette alternative. Se plaignant du personnel politique de la monarchie de Juillet – Guizot en tête Baudot écrit : « Il faudrait recommencer le combat » ; puis, dans un moment d’abattement, il biffe les trois derniers mots et corrige : « Il faudrait reprendre notre manteau »89. C’est le manteau de Diogène, celui du repli sur soi, bien connu des hommes du dix-huitième siècle. Pour certains conventionnels, le mot d’ordre de la période d’exil avait exprimé la violence de la révolte, même s’il ne s’agissait que de révolte par la mémoire ; dans les années 1830, le dénominateur commun des conventionnels est un scepticisme sans espoir.

  • 90 « Das Volk weinte », enregistre Heine dans sa correspondance du 27 mai 1832, pour l’Allgemeine Zei (...)
  • 91 Le discours a été retranscrit par H. Carnot, « Notice historique... », in Grégoire, Mémoires, op.c (...)

32Les derniers conventionnels meurent l’un après l’autre. Peu après la révolution de Juillet, l’agonie d’Henri-Baptiste Grégoire suscite les manigances habituelles de l’évêque, mais elles se heurtent au digne refus du prélat révolutionnaire. Ce décès est la dernière occasion de rencontre pour les survivants de la Convention nationale. On peut les imaginer en train de préparer pour la cérémonie leur vêtement élégant d’autrefois, le chapeau à trois pointes et la veste à basques ; ces figures démodées évoquent une gloire passée, comme les vieux républicains de L’Enterrement à Ornans de Courbet. On devine les gestes de circonstance, maladroits peut-être mais sincères, dictés par l’émotion. Durant la cérémonie à Saint-Germain-des-Prés, puis dans le silencieux cortège vers le cimetière de Montparnasse, des milliers d’étudiants entourent ces vieillards et participent à leur douleur90 : « Une génération nouvelle qui a accepté notre héritage », c’est à elle que s’adresse Thibaudeau dans le discours funèbre91.

Notes

1 Voir A. Jardin-J. Tudesq, La France des notables, 1815-1848, Paris, Seuil, 1973, vol. I, p. 39.

2 Le texte de la loi d’amnistie a été publié par Bliard, Les Conventionnels régicides, op. cit., p. 400.

3 Voir ibidem, p. 391-471.

4 AN, F7 6710, dossier Bousquet.

5 Voir Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., s.v. Bousquet.

6 Voir AN, F7 6712, dossiers Escudier et Du Bouchet.

7 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. III, p. 248.

8 Le 31 mai 1816, Nessenbrode envoie à son ambassadeur Pozzo da Borgo, pour qu’il la transmette au gouvernement français, avec la correspondance de Carnot interceptée, une lettre dont la teneur est la suivante : « [...] et Sa Majesté très chrétienne y reconnaîtra un nouveau témoignage de l’intérêt que l’Empereur ne cesse de prendre au repos de la France » (AN, F7 6679, dossier Carnot [senior])

9 Voir F. Lepelletier, « Notes » à M. Lepelletier, Œuvres, Bruxelles, Langlet & Cie, 1826, p. 385.

10 Voir ibidem, F. Lepelletier, « Epître dédicatoire au peuple français », p. 6.

11 J’utilise la catégorie de “révolutionnaire professionnel” avec la signification historique que lui a attribuée J. H. Billington, The Fire in the Mind [1980], dont je cite l’édition italienne, Con il fuoco nella mente. Le origini della fede rivoluzionaria, Bologna, Mulino, 1986, p. 41,129-136,146. A propos de Félix Lepelletier, voir P. Dally, « Félix Lepelletier », La Révolution française, 1912, p. 193-213.

12 AN, F7 6782, dossier Lepelletier, rapport daté de septembre 1827.

13 Voir R. Cobb, The Police and the People. French Popular Protest, 1789-1820, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 15-69 [édit. française chez Calmann-Lévy].

14 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau. On trouve des renseignements utiles sur l’exil de Carnot dans l’ouvrage classique de M. Reinhard, Le grand Carnot, Paris, Hachette, 1950-1952, vol. II, L’Organisateur de la victoire, 1792-1823.

15 AN, F7 6683, lettre de Camot à Thibaudeau du 15 décembre 1816.

16 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 14 décembre 1816.

17 Ibidem. (Le Ha-ha ou « saut-de-loup », inventé par un certain Van Boregh, est un élément du jardin à l’anglaise qui donne l’illusion de la continuité avec la nature ; la clôture, cachée au creux d’un ravin, produit un effet de surprise. A la même époque, Thibaudeau écrivait à une amie, à Paris : « Je ne croirai à votre changement de système que lorsque je verrai un ultra traduit à la cour prévôtale, et non tant que je verrai un pauvre diable d’ouvrier condamné comme bonapartiste ou comme conspirateur. »

18 Ibidem.

19 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 37 ; et Boissy d’Anglas, Boissy d’Anglas..., op. cit., p. 38.

20 Cité par Bonnet, « Baudot... », op. cit., p. 346.

21 J.-J. Rousseau, Confessions, in Œuvres complètes, vol. IV, p. 102.

22 Voir J. David, Le Peintre Louis David..., op. cit., p. 563.

23 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., p. 6.

24 Voir Bouton, Les Franc-maçons monceaux..., op. cit., p. 293.

25 Voir Duvivier, L’Exil du comte Sieyès, op. cit., p. 35.

26 Voir O. La Revellière-Lépeaux, « Introduction » à R. La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., p. XVIII.

27 Voir Prieur de la Marne, Notes..., op. cit., p. 128.

28 Ibidem.

29 Voir H. Carnot, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. II, p. 616.

30 Voir ibidem, p. 625.

31 Voir Quinet, La Révolution, op. cit., vol. I, p. 3.

32 Voir Bailleul, Examen critique..., op. cit., vol. II, p. 449.

33 Voir H. Poncelet [alias M. Chasles], Des Révolutions et du Peuple, Paris, Pélicier, 1822.

34 Voir H. Carnot, « Notice historique sur Grégoire », in Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 208-234 ; et Jardin-Tudesq, La France des notables..., op. cit., vol. I, p. 45. Grégoire, néanmoins, rejetait l’accusation de régicide (voir Mémoires, op. cit., vol. I, p. 411).

35 AN, F7 6712, dossier Drouet. Voir aussi Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 217.

36 AN, F7 6713, dossier Le Carpentier. Le 18 novembre 1819, on peur lire, dans le journal libéral Le Constitutionnel, une protestation contre l’arrestation de Le Carpentier, qui a l’intérêt de confirmer, de manière indirecte, les appuis dont l’ancien conventionnel avait pu bénéficier pendant sa clandestinité : « Le fait est que M. Le Carpentier est un vieillard généralement estimé dans son pays ; il était connu pour ses vertus, et surtout par sa bienfaisance, quoique sa fortune fût médiocre ».

37 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau.

38 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 167.

39 Voir AN, F7 6683, dossier Thibaudeau.

40 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 7 décembre 1816.

41 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 14 décembre 1816.

42 Ibidem, lettre de Carnot à Thibaudeau du 15 décembre 1816.

43 Ibidem, lettre de Thibaudeau à Carnot du 7 décembre 1816.

44 Rapports de Prague, datés de décembre 1816 et de février 1817, ibidem.

45 Voir AN, F7 6710, dossier Bourdon de l’Oise.

46 Ibidem, dossier Alquier.

47 AN, F7 6712, dossier Finot.

48 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 37.

49 Voir Prieur de la Marne, Notes..., op. cit., p. 106-121.

50 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., p. 6.

51 Voir AN, F7 6711, dossier Choudieu.

52 Cité par A. Galante Garrone, « Buonarroti e i Convenzionali in esilio », Movimento operaio, 1953, appendice 5, p. 451.

53 Cité ibidem, p. 407.

54 H. Carnot, Mémoires sur Camot..., op. cit., vol. Il, p. 623.

55 E. Dubois-Crancé, Analyse de la Revolution..., op. cit., p. 298.

56 Voir J. Gros, « Le conventionnel Picqué, d’après ses Mémoires inédits », Bulletin historique et philologique, 1899, p. 245-258 (notamment la p. 256).

57 Bastid (Sieyès..., op. cit., vol. I, p. 283) attribue cette phrase à Daunou.

58 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 37.

59 Les gouvernements doivent savoir « prévoir, calculer, suivre graduellement les effets de leur existence », et prédire l’avenir afin d’« éviter jusqu’à l’ombre des révolutions » (Poncelet [alias M. Chasles], Des Révolutions..., op. cit., p. 24 et 33).

60 Ibidem.

61 Voir Pichois-Dautry, Le Conventionnel M. Chasles..., op. cit., p. 137.

62 Cité par H. Camot, « Notice historique... », in op. cit., vol. I, p. 217. C’est moi qui souligne.

63 Voir Lepelletier, « Epître dédicatoire... », in op. cit., p. 7. Félix Lepelletier lui-même travaille, pendant les dernières années de la Restauration et les premières de la monarchie de Juillet, à une longue Histoire de la Révolution et de la Restauration, que j’ai pu lire manuscrite, à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (6 vol., Mss. 880-885) ; il s’agit d’un ouvrage quelque peu prolixe, mais qui témoigne de la volonté de ce révolutionnaire “professionnel” de conjuguer – comme Buonarroti – l’apologie historique de la Révolution avec une inépuisable activité de conspirateur.

64 Lepelletier, « Epître dédicatoire... », in op. cit., p. 11.

65 A la nouvelle des journées de Juillet, l’ex-conventionnel Oudot, de Bruxelles, s’écrie : « Quels événements ! Ils étaient inespérables, si l’on peut parler ainsi » (cité par Galante Garrone, « Buonarroti... », op. cit., p. 457).

66 Voir Jardin-Tudesq, La France des notables..., op. cit., vol. I, p. 124.

67 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 174.

68 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 306.

69 Voir Duvivier, L’Exil du comte Sieyès, op. cit., p. 51.

70 Voir Galante Garrone, « Buonarroti... », op. cit., p. 430.

71 M. Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Seuil, 1979 [1re édit. 1970], p. 260.

72 Ibidem, p. 258.

73 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 304.

74 Voir Duvivier, L’Exil du comte Sieyès, op. cit., p. 52.

75 C’est le cas de Manduyt, cité par Bliard, Les Conventionnels régicides, op. cit., p. 463.

76 Voir H. Carnot, « Notice historique... », in Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 253.

77 Voir Heine, Französische Zustande, in op. cit., vol. V, p. 55.

78 Renan, Souvenirs..., op. cit., p. 111.

79 Barère rédige à Paris, de 1830 à 1832, des Tablettes parisiennes, suite de lieux communs sur les désordres des grandes villes ; le héros est un Tartare, émule des Persans de Montesquieu.

80 Voir L. Gershoy, Bertrand Barère. A Reluctant Terrorist, Princeton, Princeton University Press, 1962, p. 365.

81 Elles sont longuement citées, d’après les manuscrits, par Gershoy, ibidem ; et par Hippolyte Carnot, dans son « Introduction » aux Mémoires de Barère, op. cit., vol. I, passim.

82 Je tire ce passage d’une lettre de Barère datée de Tarbes, le 6 juin 1833, citée par G. L [aurent], « La vieillesse de Barère », Annales historiques de la Révolution française, 1925, p. 393.

83 Voir A. Aulard, L’Éloquence parlementaire sous la Révolution. La Législative et la Convention, Paris, Colin, 1885-1886, t. II, p. 514.

84 Voir H. Contamine, Metz et la Moselle de 1814 à 1870. Etude de la vie et de l’administration d’un département au XIXe siècle, Nancy, Soc. d’impr. typogr., 1932, vol. I, p. 267.

85 Voir Bastid, Sieyès..., op. cit., vol. I, p. 267.

86 Voir Saint-Ferréol, Les Proscrits français..., op. cit., p. 20; et Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 127.

87 Voir H. Labroue, Le Conventionnel Pinet, d’après ses Mémoires inédits, Paris, Alcan, 1907, p. 118.

88 Voir P. Leuillot, « Le législateur et Conventionnel régicide P. A. Laloy », Annales historiques de la Révolution française, 1963, p. 136-160 (notamment p. 159).

89 Baudot, Notes historiques..., in Bibliothèque Nationale, ms. cité, f. 231.

90 « Das Volk weinte », enregistre Heine dans sa correspondance du 27 mai 1832, pour l’Allgemeine Zeitung (voir Franzôsische Zustände, in op. cit., vol. V, p. 122).

91 Le discours a été retranscrit par H. Carnot, « Notice historique... », in Grégoire, Mémoires, op.cit., vol. I, p. 294.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search