Version classiqueVersion mobile

Mémoire de la Terreur

 | 
Sergio Luzzato

I. L’Antiquité ne reviendra pas*

Texte intégral

  • * Une première version française de ce chapitre a paru dans les Annales historiques de la Révolution (...)

– 1 –

  • 1 La Convention en exil était le titre du livre – jamais achevé – que Jules Claretie se proposait de (...)
  • 2 H. B. Grégoire, Mémoires, Paris, 1837, vol. I, p. 425.
  • 3 Sur le Bruxelles de l’époque, on peut lire les pages déjà anciennes de A. Saint-Ferréol, Les Prosc (...)
  • 4 Mais le jugement de Baudot sur Sieyès, son collègue à la Convention, reste sans indulgence : « Sie (...)
  • 5 Voir A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Rieder, 1916, p. 572.
  • 6 P. L. Prieur de la Marne, Notes et souvenirs inédits, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1912, p. 104.

1L'histoire de la Convention en exil à Bruxelles offre, au premier abord, une image édifiante1. Ceux que Grégoire appelait la « famille » et dont les liens se resserrent à mesure que la mort moissonne dans leurs rangs2 vivent par dizaines dans une ville qui les accueille froidement, bien qu'elle considère avec respect les survivants d’un passé grandiose et terrible3. Nombre d’entre eux sont pauvres ; aussi les plus aisés, y compris le glacial Sieyès, n’hésitent-ils pas à fonder une caisse de secours, pour subvenir de quelque manière aux besoins des indigents4 ; à sa mort, Souhait, l’un des plus riches, lègue ses biens, à titre viager, en faveur des collègues en difficulté5. Certains exilés, comme Merlin de Douai et Ramel, mènent encore une vie mondaine ; d’autres, notamment David et Barère, fréquentent régulièrement le théâtre. Tous se retrouvent, l’après-midi, au Café des Mille Colonnes, devisant sur les faits du jour – une causerie presque sans but, tolérante et amicale Barère y tient le haut du pavé, toujours charmeur malgré son âge. Il y a aussi le parc où les anciens conventionnels se retrouvent et se promènent longuement, bras dessus bras dessous, parlant tout bas de choses proches et lointaines. A moins qu’ils ne s’y rendent seuls après une longue matinée passée au lit dans l’espoir que la léthargie des sens soulagera leur souffrance ; voici Prieur de la Marne qui regarde tomber les feuilles par un après-midi d’automne ; leur chute l’incite à méditer sur la vanité de l’écho que les révolutionnaires ont éveillé dans le monde sans que, pour autant, ils aient pu se soustraire au « grand tour de la nature » qui les appelle maintenant à de nouvelles métamorphoses, au gré de ses caprices6.

  • 7 Voir Saint-Ferréol, Les Proscrits français..., op. cit., p. 15.
  • 8 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 77.
  • 9 Voir ibid.

2Chaque jour, on peut voir aussi un homme en habit marron, portant perruque, son livre d’heures dans la poche ; suivi de sa gouvernante, il se rend à la messe à Sainte-Gudule, il se prosterne à genoux sur les dalles. Un observateur attentif reconnaîtrait Cambacérès, conventionnel régicide et ancien archichancelier de l’Empire7. « Plusieurs de nous se sont faits saints pendant l’exil », note, non sans ironie, le montagnard Baudot8. L’un de ces saints est Ramel, il demande à l’Église l’absolution pour son passé de ministre révolutionnaire9.

  • 10 Selon l’image de Baudot, ibid., p. 9.
  • 11 Voir ibid., p. 39.

3En dépit de ces bons sentiments et bien que les fourches caudines de l’exil aient tout nivelé10, les conventionnels restent divisés à plusieurs égards. Baudot nous fournit un témoignage utile pour apprécier la nature de leurs désaccords. Les membres de l’Assemblée constituante, écrit-il, avaient conservé un sentiment réciproque d’amitié malgré leurs divergences d’opinion ; en revanche, le foisonnement d’accusations et d’exécutions, les haines virulentes qui avaient opposé les conventionnels réduisaient tragiquement, parmi eux, le cercle des amitiés11. La Constituante et la Législative ne sont donc pas en cause, c’est la Convention qui divise encore les conventionnels.

  • 12 Ibid, p. 215.
  • 13 Voir J. D. Lanjuinais, Les 31 mai, Ieret 2 juin 1793. Fragment, à la suite de l’Histoire de la Con (...)

4Certaines responsabilités de la Convention sont toutefois assumées et continuent à être défendues d’une voix à peu près unanime par les anciens députés : la guerre, tout d’abord, lourd fardeau hérité de la Législative, mais aussi viatique indispensable au succès de la Révolution ; le régicide même, car on considère en général que la mort du roi était, tout compte fait, méritée ou, du moins, qu’elle était l’inévitable fruit des circonstances. Le véritable enjeu de la polémique est constitué par la lutte politique de 1793. L’affrontement entre Montagne et Gironde occupe encore et toujours les esprits. 11 faut y ajouter la collaboration avec Napoléon. Certains conventionnels, qui n’ont pas hésité à accepter charges et décorations sous l’Empire – Cambacérès, Sieyès, Ramel, Thibaudeau, ceux que l’on nomme sarcastiquement les magnats – sont méprisés par ceux qui, refusant tout compromis avec l’usurpateur, s’étaient retirés de la vie publique. « Les magnats étaient comme les Bourbons, ils n’avaient rien appris et rien oublié », déclare un conventionnel intransigeant12. Les rancœurs de la Montagne contre la Gironde restent cependant l’élément essentiel de division entre les exilés ; les ressentiments de la Gironde contre la Montagne sont moins aisément repérables dans les Mémoires. Il est rare que la voix de quelque survivant girondin se fasse entendre – si l’on excepte Lanjuinais13 – passées les premières années de la Restauration, au cours desquelles paraissent un grand nombre de mémoires posthumes ; nous aurons l’occasion de revenir sur les raisons de ce silence relatif de la mémoire girondine.

  • 14 Une édition critique des Notes historiques, que la veuve Quinet n’a publiées que d’une façon très (...)

5Dans la mesure où la pensée d’un individu peut représenter celle d’un groupe, Marc-Antoine Baudot peut être considéré comme le principal interprète de ces oppositions encore brûlantes. Révolutionnaire ardent, il a été, dans sa prime jeunesse, membre suppléant à la Législative, puis député de l’Ailier à la Convention, enfin représentant en mission – courageux et implacable – dans les départements et aux armées ; tombé en disgrace après Thermidor, bien que n’ayant jamais été robespierriste, il se retire de la vie publique sous l’Empire ; il est condamné à l’exil par la Restauration. Après un passage en Suisse, Baudot s’installe en Belgique, où il rédige des Notes historiques qui constituent un document d’un extraordinaire intérêt sur la réflexion a posteriori d’un conventionnel sur la Révolution française14.

  • 15 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 147. C’est moi qui souligne.
  • 16 Voir ibid., p. 132 et 136.
  • 17 Ibid., p. 158. C’est moi qui souligne.

6A une première lecture, les critiques du montagnard Baudot à l’égard des girondins paraissent essentiellement d’ordre social, presque des critiques de classe. « Les girondins voulaient transporter l’action du pouvoir dans les classes comprises dans l’aristocratie secondaire de la société, la Montagne voulait y faire participer la nation entière », écrit-il15. Les girondins ont constitué un obstacle à la volonté d’une république qui entendait garantir les intérêts de l’ensemble de la population ; ils voulaient limiter considérablement la participation au pouvoir ou, du moins, la délégation de pouvoir, contrairement aux intentions démocratiques de la Montagne16. « Les girondins voulaient arrêter la Révolution sur la bourgeoisie, mais cette révolution était alors impossible et impolitique dans le temps »17. Les historiens qui, récemment, ont dénoncé l’anachronisme de la dialectique de classe appliquée à l’histoire de la Révolution, semblent démentis par la voix même d’un protagoniste.

  • 18 Ibid., p. 9.
  • 19 P. Choudieu, Mémoires et notes, Paris, Plon, 1897, p. 232. Voir aussi Baudot, Notes historiques... (...)
  • 20 Voir la correspondance de Billaud-Varenne, publiée par A. Bégis, Curiosités révolutionnaires. Bill (...)
  • 21 Voir ibid. ; et G. Walter, La Conjuration du Neuf Thermidor, Paris, Gallimard, 1974, p. 453-496.
  • 22 Courtois, « Notes... », op. cit., p. 1017.

7En réalité, la première impression est trompeuse ; la sensibilité montagnarde n’est pas spécialement proto-classiste, loin de là. Ceci est sensible, en particulier, dans le souvenir que les conventionnels conservent d’une grande ombre du passé, Danton, le « souverain révolutionnaire » selon Baudot18. Parler de Danton, c’est ouvrir le répertoire de la mémoire à la page de la nostalgie. Dubois-Crancé et Choudieu manifestent un inconsolable regret : Danton était Caïus Gracchus, un géant politique capable de faire à lui seul une révolution ; surtout, il était, comme les Gracques, un véritable tribun du peuple19. Quand il prenait la parole, on croyait voir un tribun exhortant les Romains sur la place publique ; Danton et ses amis étaient des patriotes habiles au barreau, invincibles dans l’action20. « Et nous les avons massacrés ! » : ce n’est pas un dantoniste, c’est Billaud-Varenne qui pleure sur germinal an II, sur le sacrifice dont il a été l’un des principaux responsables21. La biographie de Danton est faite de liberté et d’héroïsme ; Courtois, exilé lui aussi en Belgique, serait tenté de l’écrire mais il y renonce : « Que gagne-t-on à parler d’un géant des terres magellaniques devant un groupe de Lapons22 ? »

  • 23 Une analyse historique bien équilibrée du rôle de Danton le 10 août et pendant les journées de sep (...)
  • 24 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 120. C’est moi qui souligne.
  • 25 Ibid., p. 136.

8Danton est l’incarnation du peuple. Il est vivant dans les mémoires comme l’homme du 10 août plutôt que du 2 septembre23 ; il représente, dans le souvenir, l’image même de la Révolution populaire. Les girondins, au contraire, « étaient des tribuns sans peuple »24. L’anti-girondinisme de la Montagne apparaît ici sous son vrai jour ; il s’agit moins de conscience de classe que de la conviction – incertaine parfois : « c’est peut-être une illusion »25 -, d’avoir, mieux que la Gironde, représenté les intérêts des masses. En réalité, ces masses ont disparu des rues de Paris lors de l’installation des conventionnels aux Tuileries, et elles ne se manifesteront de nouveau que lors des journées de prairial, en une épiphanie aussi redoutable qu’éphémère.

  • 26 Ibid., p. 147. C’est moi qui souligne.
  • 27 Ibid., p. 29. C’est moi qui souligne.
  • 28 Voir J. Michelet, Histoire de la Révolution française, Paris, Gallimard, 1958, vol. II, p. 347.

9La polémique des montagnards survivants à l’encontre des girondins témoigne donc de la persistance de l’une des tendances fondamentales de la Révolution : le populisme. Elle reflète le rêve pathétique, de la part de ces représentants du peuple sans peuple, d’un 89, ou mieux d’un 92 qui n’aurait pas de fin, selon le mythe rousseauiste d’une représentation de la « population entière »26. Elle reprend, d’autre part, la plainte commune aux chefs populaires qui se sont sacrifiés pour la juste cause. « Tous les hommes qui ont pris le parti du peuple ont tour à tour été victimes de leur zèle et de leurs sentiments généreux » ; ces regrets du montagnard Baudot27 pourraient être ceux de n’importe quel adepte de Mirabeau. L’amour pour le peuple s’oppose à la méfiance envers le peuple et fournit la clé de l’anti-jacobinisme de la Montagne – Jules Michelet aurait été montagnard, non jacobin28 ! – Ainsi, le discours de la mémoire fait paraître au grand jour la distance qui sépare la mentalité du montagnard “moyen” de celle du jacobin “pur”.

  • 29 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 234.
  • 30 Voir B. Barère, Mémoires, Paris, Labitte, 1842-1844, vol. II, p. 234 ; Baudot, Notes historiques.. (...)
  • 31 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 235 ; Courtois, « Notes... », op. cit., p. 932.
  • 32 L’image chez Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 114.
  • 33 Ibid., p. 7. Saint-Just était plus subtil et rusé que Robespierre : voir Barère, Mémoires, op. cit (...)
  • 34 Ibid. Sur la place de la nuit et des ténèbres dans l’imaginaire symbolique de la conspiration, voi (...)

10Les jugements que portent les montagnards sur l’action et sur les personnes de Robespierre et Saint-Just offrent la perspective la plus favorable pour apprécier les divergences entre les deux factions. L’unanimité montagnarde est impressionnante, en effet ; c’est une condamnation sans circonstances atténuantes et sans appel. Le commentaire le plus courtois est celui de Choudieu, qui déclare n’avoir jamais aimé Robespierre, mais qui lui reconnaît des intentions sincères29. La mémoire montagnarde, dans son ensemble, dresse un réquisitoire sans pitié contre les deux chefs jacobins. Robespierre est un fanatique, un usurpateur, un monstre malin et vorace, il rappelle à la fois Marius et Sylla, Mahomet et Cromwell, il est la Terreur personnifiée30. Saint-Just est un incorrigible présomptueux, jeune encore et pourtant cruel à l’extrême31 ; du reste, ingénu, il ne parle que de mort pour fonder la République, comme ces amants qui se donnent la mort croyant faire l’amour et qui ne font que vers et poussière...32. Mais il est aussi perspicace et terrible : « Saint-Just était un petit Montesquieu avec le cœur de Néron homme fait »33. Baudot peint avec des couleurs sinistres les deux dictateurs attendant les heures nocturnes pour arracher à leurs collègues du Comité de salut public l'assentiment à des décisions atroces, car les grands coups se portent dans les ténèbres34.

  • 35 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 125.
  • 36 Ibid.
  • 37 Voir E. Quinet, La Révolution, op. cit., vol. I, p. 999.

11Qu’il ait été sincère ou non, le jacobinisme de Robespierre paraît suspect à la Montagne, car il lui est incompréhensible. « Il faut tout dire. Robespierre n’a point été compris dans la Convention nationale, et moins encore dans les départements »35. Les députés et les gens du commun ne comprenaient pas ce que Robespierre disait ; ses discours trop complexes finissaient par perdre jusqu’à l’attrait propre aux principes vagues et abstraits. A un certain moment, l’on ne vit plus en lui qu’un tyran assoiffé de sang humain, et ce fut Thermidor36. Edgar Quinet aura des paroles admirables pour dire la solitude de Robespierre ce jour où le tocsin ne fut entendu que par ses adversaires37.

  • 38 Baudot écrit (Notes historiques..., op. cit., p. 33) : « Tout ce que vous dites sur Robespierre, m (...)
  • 39 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., passim ; et l’article de R. Pozzi, « La nas (...)
  • 40 Voir la Préface de Ch. Peyrard à l’édition (incomplète) des Mémoires de Levasseur publiée par les (...)
  • 41 Uranelt de Leuze (pseud.), Réfutation de l’histoire de France de l’abbé de Montgaillard, Paris, 18 (...)
  • 42 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 4L

12Cette prise de distance, urgente38, absolue, qui caractérise le discours de la mémoire montagnarde sur Robespierre a d’autant plus d’importance que les années au cours desquelles sont rédigés les Mémoires des conventionnels – fin des années vingt, début des années trente du XIXe siècle – connaissent une réévaluation notoire et féconde du personnage. Les coryphées de la nouvelle génération républicaine et révolutionnaire fondent historiquement leur engagement politique de l’heure sur le culte de l’incorruptible39. Il est symptomatique que le seul exemple de Mémoires montagnards, qui louent le rôle de Robespierre dans la Révolution, soit fourni par les Mémoires de René Levasseur, qui sont dus en grande partie au jeune révolutionnaire Achille Roche40. Baudot se charge, une fois de plus, d’exprimer on ne peut plus clairement la pensée de la Montagne, lorsqu’il écrit, à propos de la Réfutation de l’Histoire de France de Laurent de l’Ardèche41, véritable manifeste du néo-robespierrisme : « M. Laurent en a fait un dieu [de Robespierre]. Mais autrefois on avait érigé des autels à la peste »42.

  • 43 Elle rejoint à la fois celle des girondins proscrits en l’an II, les survivants étant réintégrés e (...)
  • 44 Voir Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 115.
  • 45 R. La Revellière-Lépeaux, Mémoires, Paris, Plon-Nourrit, 1895, vol. II, p. 189.
  • 46 Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 123.
  • 47 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 159.
  • 48 Durand de Maillane, Histoire de la Convention..., op. cit., p. 100.
  • 49 Entre autres, chez Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 4, et chez Barère, Mémoires, op. cit (...)

13La condamnation radicale de l’expérience robespierriste conduit la mémoire montagnarde sur des positions proches de celles de la mémoire girondine43. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point de contact entre les deux univers. Nous avons déjà signalé leur rencontre sur l’opportunité de la guerre et sur le caractère inévitable de la disgrâce de la monarchie. Une lecture attentive des Mémoires permet de relever des coïncidences, des convergences, des révisions de jugement à-demi masquées sous les accusations, et fait apparaître, enfin, un ensemble de ressemblances entre le point de vue de la Montagne et celui de la Gironde. La république, avant tout. Dubois-Crancé a beau jeu de remarquer qu’au moment de la condamnation de Louis XVI, la majorité des girondins a voté la mort et non le sursis – qui aurait obtenu la majorité par l’apport de leurs voix – ; il invite donc la Gironde à assumer la responsabilité du régicide, c’est-à-dire la responsabilité du choix républicain44. Quant à La Revellière-Lépeaux, c’est aux montagnards et aux girondins dans leur ensemble qu’il impute la responsabilité du rejet de la formule institutionnelle qui a sa préférence, la fédération : « Tous mes collègues, sans exception, ne pouvaient concevoir la liberté que dans une république, une et indivisible »45. Deuxième point de convergence entre les deux factions : la logique de la Terreur. Dubois-Crancé rapporte que l’attentat à l’inviolabilité des députés, qui finit par se retourner contre les girondins, le 31 mai 1793, a été, en réalité, inauguré par la Gironde elle-même, lorsqu’elle a tenté d’éliminer Marat46 ; c’est un constat que la chronologie ne permet pas de démentir. La religion, enfin, rapproche aussi Gironde et Montagne. Baudot nie que la Convention ait été un foyer d’incrédulité, et il signale à plusieurs reprises, dans les Notes historiques, l’unanimité presque parfaite de l’assemblée sur la question de la meilleure confession religieuse : « La religion de la Convention nationale était le déisme »47. L’ancien girondin Durand-Maillane va jusqu’à inverser les rôles : la Montagne, dit-il, était au moins déiste ; les girondins étaient bien pires, ils étaient athées...48. Chez ce vieillard devenu ultramontain, le projet néo-rousseauiste de religion civile, qui avait été le fondement de la proposition de culte de l’Être Suprême, survit sous ses aspects les plus conservateurs. La mémoire montagnarde, en revanche, ne se souvient du 20 prairial de l’an II, fête de l’Être Suprême, que pour ressasser des plaintes usées contre les ambitions dictatoriales, voire papistes, manifestées par Robespierre lors de cette journée49.

  • 50 La mémoire montagnarde renonce à comparer, par exemple, le Rousseau “spontanéiste” de la Lettre à (...)
  • 51 Voir Grégoire, Mémoires, op. cit, vol. II, p. 25.

14L’interprétation purement politique que donne la Montagne de la fête de l’Être Suprême est étrangère à l’esprit aussi bien qu’à la lettre de Rousseau50. Elle ne tient aucun compte, d’ailleurs, de la mise en scène de la cérémonie, en particulier de l’importante participation des masses populaires qui l’a caractérisée. Tant d’années après la Révolution, les questions religieuses – ici, le culte de l’Être Suprême, mais il en va de même pour la Constitution civile du clergé, la déchristianisation, le Concordat – sont encore des occasions de débats politiques pour les montagnards ; le fait religieux ne jouit à leurs yeux d’aucune espèce d’autonomie, d’aucune spécificité même, dans l’évolution des événements révolutionnaires. L’évêque Grégoire fait seul exception. Il souligne les erreurs commises par le clergé en 1789 ; en s’alliant au Tiers-État, le clergé aurait assuré la victoire de la Révolution et évité les horreurs de la déchristianisation. Cette position ne relève pas de l’analyse politique des événements ; ce que Grégoire regrette, c’est l’occasion perdue de restaurer le christianisme primitif dont il fait la panacée sociale51.

15L’historien est à même de déceler, par delà le témoignage des conventionnels, un accord moins unanime que ne le prétend Baudot, pour ce qui concerne le déisme de la Convention. Il est frappant de constater le désintérêt de cet ancien montagnard pour les implications profondes de la fête de l’Être Suprême : la cérémonie, qui avait réuni quatre-cent mille personnes au Champ de Mars, proposait une réalisation concrète du chapitre du Contrat social consacré à la religion civile. On en retire donc l’impression que la souche commune du déisme a fini par donner naissance à deux rejetons assez étrangers l’un à l’autre : un courant voltairien, caractéristique de la majorité de la Montagne, qui s’est affadi après la Révolution, et un courant inspiré de Rousseau – genre “Vicaire savoyard” – qui est le fait de Robespierre et des Jacobins les plus conséquents. Il pourrait s’agir d’un clivage supplémentaire, bien que peu senti par les protagonistes eux-mêmes, entre montagnards et jacobins, d’une autre des causes profondes de l’isolement de Robespierre, et de Thermidor.

16C’est peut-être à cause d’une réflexion trop sommaire sur les implications idéologiques et religieuses des événements révolutionnaires, que des montagnards irréductibles comme Baudot, Choudieu, Dubois-Crancé se trouvent désarmés quand il s’agit d’expliquer la chute de tension morale qui a suivi la mort de Robespierre et le scandale de la débauche thermidorienne. Incapables de dépasser le stade de la polémique et d’enquêter sur la nature intrinsèquement religieuse du moralisme jacobin ainsi que sur ses contenus effectivement moralisateurs – quoique, paradoxalement, sanguinaires – les montagnards sont condamnés à ne pouvoir expliquer que superficiellement l’écroulement des valeurs révolutionnaires après Thermidor ; ils les mettent au compte du triomphe politique d’arrivistes équivoques tels que Barras, Tallien, Fréron, comme si le curriculum vitae des Marat, des Billaud-Varenne, des Sergent avait été plus noble !

  • 52 Archives Nationales [AN], Affaires politiques (1815-1830), Police politique [Séries F7 6678-6683, (...)
  • 53 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 279 et vol. IV, p. 427 ; Baudot, Notes historiques... (...)

17L’accord se fait entre les conventionnels en exil sur un autre point qui mérite qu’on s’y arrête bien que son intérêt paraisse secondaire au premier abord. Il s’agit de l’antipathie unanimement manifestée à l’égard d’Emmanuel Sieyès ; le front est compact, de Billaud-Varenne à Baudot et Thibaudeau, en passant par La Revellière, Barras et – à Paris – Bailleul. Un ami de Thibaudeau, qui lui écrit à Prague, l’informe qu’à Bruxelles, « Sieyès est totalement abandonné : on le nomme “le Radoteur”, sobriquet dont il est très affecté »52. Dans les Mémoires, l’ancien oracle du Tiers-État est présenté tour à tour comme un prescripteur, un royaliste, un charlatan, un rêveur, un personnage présomptueux, avide ; sans parler de l’accusation principale intentée contre lui : il aurait ouvert la voie à l’usurpateur Bonaparte, afin de venger l’échec de la constitution qu’il avait proposée lui-même, en l’an III53. Il faudrait approfondir l’enquête sur les motifs d’une telle prolifération d’injures ; on les découvrirait peut-être dans la nature même de la pensée de Sieyès, qui n’est ni libérale, ni jacobine, ni populiste, bien qu’elle emprunte des éléments aux deux premiers courants au moins, dans des conceptions qui mécontentent tout le monde et ne satisfont personne.

  • 54 Voir M. Ozouf, « Guerre et terreur dans le discours révolutionnaire », in Id., L’École de la Franc (...)

18Nous mettons fin ici à notre exploration des ressemblances et des différences entre girondins et montagnards telles qu’elles apparaissent dans le miroir déformant de la mémoire des conventionnels. Une amère réalité s’est révélée à nous dans toute son évidence. En dépit des années qui se sont écoulées, en dépit des malheurs partagés, les conflits du passé entre les factions révolutionnaires restent ouverts, les blessures saignent comme aux premiers jours. La malédiction qu’en 1828 encore, Filippo Buonarroti lance contre la « malheureuse Gironde » reflète cette situation de façon dramatique. A un examen plus approfondi, toutefois, on voit se dégager une autre évidence que de récents travaux historiques ont, par ailleurs, mise en lumière. Les conflits entre Gironde et Montagne sont dus, fréquemment, à des facteurs contingents. Mona Ozouf a démontré, par exemple, que l’accusation de fédéralisme portée contre les girondins avait été montée par le front jacobin pour des raisons de pure tactique54.

  • 55 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 290.
  • 56 Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 97.

19L’historien n’est pas seul, du reste, à signaler le caractère occasionnel de nombreux conflits opposant Gironde et Montagne. Les révolutionnaires les plus perspicaces le précèdent sur cette voie – parfois à contre-cœur – lorsqu’ils reconnaissent la superficialité d’un certain nombre d’anciennes querelles. Baudot doit admettre que le fédéralisme n’a pas eu, en réalité, de programme défini, qu’on a beaucoup spéculé sur la menace qu’il était censé représenter et que Brissot a été injustement persécuté55. Dubois-Crancé écrit dans son Analyse : « A tout bien examiner, le cercle de l’intrigue était plus étroit qu’on ne pense »56. Par delà leur intarissable vocation au dénigrement des adversaires politiques, les conventionnels se demandent si l’objectif n’était pas le même pour tous et s’il n’a pas été poursuivi avec la même sincérité par tous ; en un mot, si l’échec de la Révolution ne réunit pas les uns et les autres dans une même défaite.

– 2 –

  • 57 Voir G. Lefebvre, La Révolution française, Paris, Puf, 1951.

20Dans un ouvrage qui reste la synthèse la plus complète sur la période révolutionnaire, Georges Lefebvre identifie trois catégories de facteurs à l’origine de la radicalisation révolutionnaire, c’est-à-dire du passage de la première à la seconde révolution : la montée de la pression populaire – sans-culotte aussi bien que paysanne – face à la crise économique qui s’aggrave en 1792 ; le regain d’angoisse au sujet du complot aristocratique comme réaction du privilège bafoué ; les problèmes et les enthousiasmes suscités par la guerre qui finit par opposer la France révolutionnaire à la coalition des monarchies européennes57. Un certain nombre de conventionnels, parmi ceux qui survivent longuement aux événements, ont l’occasion de réfléchir sur l’évolution de la Révolution et, comme l’historien, de s’interroger sur les causes de la Terreur, mettant l’accent sur l’un ou sur l’autre des facteurs indiqués par Lefebvre.

21Le souvenir de la pression populaire n’est pas particulièrement présent dans les Mémoires. Certes, les attestations de sympathie et d’indulgence pour la cause du peuple – dans l’esprit des Lumières – ne manquent pas ni, à plus forte raison, les regrets, plaintes et lamentations au sujet du « délire » et des délits des masses populaires. On remarque surtout que le conventionnel, lorsqu’il raconte ses souvenirs, tend toujours à minimiser son rôle personnel dans les grandes journées révolutionnaires, si tant est qu’il y ait participé ; la scène est occupée par les masses, celles de Michelet, bien qu’elles soient dépeintes sous un jour moins favorable que chez ce dernier. Pourtant, lorsque le conventionnel invoque la “force des circonstances”, pour se décharger de ses propres responsabilités dans l’évolution de la Révolution vers la Terreur, ce n’est pas vraiment à la pression ou à l’oppression populaire qu’il fait référence.

  • 58 Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 123.

22Les Mémoires donnent une importance beaucoup plus grande à la question de la guerre étrangère, c’est-à-dire au problème que constitue l’excès de pouvoir dont s’est dotée la Convention en réponse à l’attaque des puissances européennes coalisées, dans un effort extrême et héroïque pour sauver la République. « Tous les moyens de défense générale devenaient légitimes et sacrés, puisque leur but était de soustraire le pays au sort de la malheureuse Pologne, et d’empêcher la mise en exécution des traités de partage de la France » : Barère, toujours mélodramatique malgré l’éloignement des événements dans le temps, reste fermement convaincu que la Terreur inaugurée par la Convention a été déterminée essentiellement par la menace venant de l’extérieur58.

  • 59 J. C. Bailleul, Examen critique de l’ouvrage posthume de Mmela baronne de Staël ayant pour titre : (...)
  • 60 Ibid., vol. II, p. 196.

23C’est le motif de la guerre civile qui revient le plus fréquemment dans les Mémoires pour expliquer la radicalisation révolutionnaire ; les mémorialistes les plus perspicaces y voient le moteur du processus conduisant à la Terreur. Dans son Examen critique de l’ouvrage de Mmede Staël, Bailleul, ancien girondin que les circonstances de la Restauration poussent à l’extrémisme, définit simplement le jacobinisme comme « le patriotisme organisé pour résister à la faction des privilégiés ». Le jacobinisme est donc conservateur dans son principe et dans son but, mais il n’en est pas moins l’élément dynamique de la Révolution car il exerce « la surveillance et le contrepoids moral des efforts de ses ennemis »59. « Combat à mort » déchaîné contre la conspiration du privilège60, telle est donc la Terreur pour ce publiciste parisien qui, parlant de conservation, de surveillance, de moralité, de mort, paraît décliner le paradigme de l’imaginaire jacobin.

  • 61 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 27.

24Baudot lui fait écho, de son exil belge : mieux vaut les guerres civiles de la Révolution, proclame-t-il, que la gloire stérile de l’Empire61 ! Exposant sa conception personnelle des raisons profondes de la Terreur, il écrit en 1829 :

  • 62 Ibid., p. 245.

Mignet, Thiers et autres, qui ont écrit dans ces derniers temps en faveur de la Révolution, ont admis que la Terreur avait été nécessaire, mais pour l’extérieur seulement. Cependant le gouvernement révolutionnaire avait été une grande idée, car il eût été impossible de contenir les factions au dedans avec le droit commun et la mise en activité d’une constitution quelconque ; même celle de 1793 n’aurait pas pu subsister un mois62.

  • 63 Voir F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard 1978, p. 88 et suiv. ; et la répon (...)
  • 64 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 15 et 29.

25Cette remarque présente le plus grand intérêt. Tout d’abord, elle éclaire la façon dont un ancien montagnard peut aborder les Histoires de Thiers et de Mignet. On note, en premier lieu, que Baudot a pleine conscience de la signification apologétique de ces travaux par rapport à la Révolution et de leur caractère exceptionnel dans le régime de chasse aux sorcières instauré par la Restauration. Les Notes historiques témoignent, d’autre part, de l’effort fait par les conventionnels les plus avertis pour approfondir la réflexion sur une analyse historique dont ils perçoivent le caractère tautologique ; on y voit un révolutionnaire critiquer chez les historiens l’usage de la “force des circonstances” comme passe-partout explicatif63 ! Enfin, Baudot oppose à la théorie de la Révolution comme un “bloc” élaborée par les jeunes historiens libéraux, l’interprétation radicale d’un révolutionnaire irréductible : la Révolution, c’est 93, toute autre définition ne peut que la vider de son contenu. On ne s’étonnera donc pas de retrouver, dans deux passages distincts des Notes historiques, la même formule pour qualifier les girondins d’autrefois et les écrivains libéraux de la Restauration : les uns et les autres sont des républicains et des révolutionnaires « sous bénéfice d’inventaire »64.

  • 65 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 104. La sévérité déployée par Baudot lors de ses missio (...)
  • 66 Voir sa lettre à Kloerte, citée dans les Mémoires historiques et militaires sur Carnot, Paris, Bau (...)

26Les termes « Terreur » et « gouvernement révolutionnaire » sont rigoureusement synonymes pour Baudot ; le gouvernement révolutionnaire est pour lui une « idée », une « grande idée » dont il exalte les mérites avec orgueil. Les historiens libéraux y voient, au contraire, une faute qu’à mots couverts ils s’efforcent d’occulter. Dans quelle mesure la conception léniniste de la dictature révolutionnaire est-elle présente in nuce dans la position montagnarde ? C’est une question fort débattue. Quoi qu’il en soit, à l’époque où les révolutionnaires rédigent leurs Mémoires, certains sont pleinement, et plus que jamais, conscients de la nécessité d’une rigoureuse discipline politique dans un système de dictature révolutionnaire. Dans une lettre à un ami, Baudot déclare : « J’avais pour principe, que toute mesure de Révolution une fois prise, il fallait en suivre les conséquences »65. Carnot ne s’exprime pas autrement66.

  • 67 Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 45.
  • 68 Ibid., p. 57.
  • 69 F. Furet-D. Richet, La Révolution française, [1965], Paris, Hachette 1989, p. 269.
  • 70 Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 45.
  • 71 Ibid., p. 56.
  • 72 Voir Barras, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 146.

27Le ton de Thibaudeau est bien différent. Prudemment, car il publie ses Mémoires de son vivant, il explique qu’imputer à un camp ou à l’autre l’« atroce conception » de la Terreur serait mal présumer de la nature humaine ; la Terreur pour lui n’a jamais été un système67. Mais il finit par tomber en contradiction. « La Terreur ne fut pas une conséquence nécessaire de la Révolution, elle en fut une déviation malheureuse »68 : ce que Richet et Furet considèrent comme une « déchirante révision »69 révèle une certaine médiocrité de pensée si on la replace dans le contexte d’édifiantes justifications qui lui donne tout son sens : être « entraînés » par les événements70, « emportés » par les circonstances71, etc. On se sent prêt à adhérer au jugement de Barras qui accusait Thibaudeau d’avoir passé sa vie, après Thermidor, à faire oublier combien il avait été montagnard avant72.

  • 73 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 330 ; Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., (...)
  • 74 Sur ce thème, voir J. Bouineau, Les Toges du pouvoir, ou la Révolution de droit antique, Toulouse, (...)
  • 75 Voir Ch. L. Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décad (...)

28Dubois-Crancé, Choudieu, La Revellière, sans compter Levasseur : tous s’accordent à louer l’extraordinaire capacité d’initiative et l’énergie du Comité de salut public73. Tous les montagnards qui ont été représentants en mission s’enorgueillissent du titre de proconsul que leur décernent sarcastiquement ceux qui ne comprennent pas leur culte de Plutarque, et ne savent pas reconnaître en eux les élèves des hommes illustres de la Grèce et de Rome. Une fois de plus, l’ombre de l’antiquité classique s’étend sur la mémoire de la Terreur. L’Antiquité, les révolutionnaires l’ont connue et aimée dès l’Ancien Régime, par la fréquentation de Montesquieu – les Considérations – et de Mably, entre autres74. Athènes tomba car ses erreurs lui parurent si douces qu’elle ne voulut pas s’en guérir : cet avertissement de Montesquieu75, qui avait été le leitmotiv tacite du moralisme jacobin, réapparaît dans les Mémoires lorsqu’on évoque Sparte plutôt qu’Athènes, lorsqu’on préfère les mœurs aux lois, la frugalité au luxe, la liberté par contrainte au choix de la liberté. On pourrait multiplier les citations.

  • 76 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 207.
  • 77 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 212.
  • 78 Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 12.

29Mais l’Antiquité ne reviendra pas. Cette évidence s’impose aux conventionnels et les blesse cruellement. Dès l’Ancien Régime, ils s’étaient crus les héritiers de deux au moins des héros antiques, Démosthène et Cicéron76, car le barreau avait offert à plusieurs d’entre eux l’occasion de débuter dans la vie publique. Bien des années plus tard, ils sont encore fascinés par « cette milice cicéronienne »77. Une autre catégorie sociale manifeste la même fierté du rôle qu'elle a tenu autrefois et en cultive nostalgiquement le souvenir ; ce sont les prêtres de campagne dont Burke a signalé la frustration, dès 1790. « L’époque de ma vie la plus heureuse a été celle où j’étais curé. Un curé digne de ce nom est un ange de paix », écrit l’évêque Grégoire dans ses Mémoires78.

  • 79 Voir par exemple La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 118.

30Anges et miliciens : dans l’univers de la mémoire, l’expérience de la cure et celle du barreau, avant la Révolution, gardent le séduisant attrait d’une politisation sans politique, d’une activité humanitaire, humaniste même, étrangère aux forfaits dont on considère unanimement qu’ils caractérisent l’humanisme révolutionnaire. Par contre, la Convention se présente au souvenir sous les funestes auspices de septembre qui ont présidé à son baptême79. Les assassins, soudoyés par la Commune de Paris sans que l’Assemblée intervienne, ont noyé dans le sang tout plutarquisme de la mémoire.

31L’image de la Terreur dans les Mémoires se dessine donc en traits irréguliers et contradictoires. Les anciens députés sont prêts, pour la plupart, à défendre avec acharnement l’œuvre historique de la Convention, mais ils hésitent à revendiquer leur identité politique personnelle de conventionnels. Une remarque de Barère illustre bien cette position :

  • 80 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 13.

Je n’ai point fait mon époque, époque de révolution et de tempêtes politiques [...] ; je n’ai fait et je n’ai dû que lui obéir. Elle a commandé en souveraine à tant de peuples et de rois, à tant de génies, à tant de talents, de volontés et même d’événements, que cette soumission à l’époque et cette obéissance à l’esprit du siècle ne peuvent être imputées ni à crimes ni à fautes. Nous avons tous été soumis à ces fans victricibus auxquels l’antiquité éleva des autels !80.

  • 81 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 232 ; et Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution.. (...)
  • 82 Montesquieu, Considérations..., op. cit., p. 129.

32Le souvenir de la Révolution suscite orgueil et fierté aussi bien qu’un sentiment de frustration, il rend urgent le besoin de se disculper et d’accuser à la fois ; deux composantes typiques de la mentalité politique du dix-huitième siècle réapparaissent : le scepticisme sur la bonté des révolutions, et l’amère conscience de la fragilité des institutions républicaines qu’elles instaurent. Lorsque Baudot ou Dubois-Crancé, qu’on ne saurait accuser de fuir leurs responsabilités, méditent sur les tristes lois qui assurent le triomphe des médiocres et profitent aux ambitieux dans les révolutions81, ils sont, sans doute, les interprètes de la déception de la génération révolutionnaire mais, en réalité, ils paient leur tribut à leur éducation, à l’univers culturel qui les a formés. Montesquieu avait écrit dans les Considérations : « Si César et Pompée avaient pensé comme Caton, d’autres auraient pensé comme firent César et Pompée ; et la République, destinée à périr, aurait été entraînée au précipice par une autre main »82.

  • 83 Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 457.
  • 84 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 161.
  • 85 Voir Durand de Maillane, Histoire de la Convention, op. cit., p. 38 ; Barère, Mémoires, op. cit., (...)
  • 86 On lit dans les Considérations (op. cit., p. 135) : « Brutus et Cassius se tuèrent avec une précip (...)
  • 87 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 14.

33La Révolution n’a changé ni le monde, ni les hommes. « Nos espérances ont été déçues : la révolution n’est guère qu’un change¬ ment de nom pour les choses, et de fortune pour les personnes »83. Les problèmes du genre humain restent les mêmes, ils ne sont pas résolus, ils sont peut-être insolubles, car aucune palingénésie n’est plus concevable. Dans ce crépuscule des illusions, les ombres de ceux qui n’ont pas hésité à sacrifier leur vie pour la Révolution se présentent à la mémoire des survivants comme des fantômes doublement insaisissables. D’une part, ils sont les véritables héros qui ont été capables de mener leurs principes à leurs conséquences extrêmes ; Saint-Just l’avait bien dit, les grands hommes ne meurent jamais dans leur lit. Ils sont heureux, d’une certaine manière, car ils continuent à témoigner de l’intime grandeur du révolutionnaire sans assister au triste spectacle de l’échec de la Révolution84. Mais, d’autre part, ils paraissent presque ridicules ; ils se sont si bien propulsés au premier plan de l’action qu’ils s’y sont brûlés ; c’est la loi des révolutions. Chez Durand-Maillane, chez Barère, chez Carnot même, le soulagement bien compréhensible de celui “qui s’en est sorti” prend des accents cyniques ; leur conclusion paraît être que les morts ont toujours tort85. Baudot, au contraire, cherche, et trouve, encore une fois chez Montesquieu86, une justification plus digne et une éthique pour survivre : « A quoi servit à la république romaine la mort de Cassius, de Brutus, de Caton d’Utique ? A rien. Ce généreux abandon de la vie fut un obstacle en moins au despotisme épouvantable des premiers Césars »87.

  • 88 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 132 et vol. III, p. 45 ; et Billaud-Varenne, in Curio (...)
  • 89 J. Lakanal, Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal pour sauver durant la Révolution les sci (...)

34Le recours à l’Antiquité serait-il encore salutaire, consolateur peut-être ? Aristide est le dieu tutélaire des révolutionnaires exilés ; ce choix est significatif de la manière dont ils considèrent le rôle politique qu’ils ont tenu autrefois. L’exilé athénien était sans doute un esprit borné mais il était juste88. Ce que, dans la perspective du souvenir, les conventionnels aspirent à démontrer, n’est pas la perspicacité politique particulière dont ils auraient fait preuve, mais la moralité de leurs intentions ; car la politique est un terrain glissant, une carrière ouverte aux ambitieux, alors que la morale est la véritable pierre de touche de l’humanité. Plus encore que celle d’Aristide, l’image de Cincinnatus réconforte les conventionnels, qu’ils soient retirés à la campagne sur le sol français ou réfugiés à l’étranger. On ne saurait y voir un hasard. Cincinnatus n’a quitté qu’à contre-cœur la charrue pour la dictature ; quand il revient enfin aux champs, après avoir connu les réalités de la politique, il a clairement conscience que le devoir patriotique est aussi incertain que sublime, que les chemins de la politique sont absurdes et parfois terribles, que le métier de citoyen est cruel. Une formule de Lakanal illustre de manière exemplaire le “complexe de Cincinnatus” dont souffrent les survivants de la Convention : « Le bon citoyen accourt quand la patrie est en danger, il rentre dans la foule quand le danger est passé »89.

  • 90 Voir F. Orlando, Infanzia, memoria e storia da Rousseau ai romantici, Padova, Liviana, 1966, et le (...)
  • 91 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 228 ; et Prieur de la Marne, Notes..., op. cit., p. 44.
  • 92 Voir La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, frontispice.
  • 93 Voir la lettre de Ducis citée par O. La Revellière-Lépeaux, fils du conventionnel, dans l’Introduc (...)

35Avec Cincinnatus et sa charrue, les champs que l’on cultive de ses propres mains revivent dans la mémoire et, avec eux, l’Ancien Régime, embelli par la distance et les malheurs qui le séparent du présent. Sans doute, la transfiguration du temps et des lieux de l’enfance est-elle un topos de l’écriture de la mémoire qui n’a pas nécessairement d’implications politiques90, mais dans les Mémoires de certains conventionnels perce une authentique nostalgie du monde pré-révolutionnaire. Barère regrette les « prospérités de tout genre » de l’Ancien Régime ; Prieur de la Marne s’émeut à son « délicieux souvenir »91. Le portrait par Gérard qui est reproduit en tête de l’édition des Mémoires de La Revellière92 évoque le charme d’autrefois ; l’ancien homme politique, député et Directeur, rendu aux douceurs de la vie campagnarde, est représenté assis, en plein air, ayant à la main un bouquet de myosotis que lui a offert son épouse. Le poète Ducis, homme du dix-huitième siècle lui aussi, y verra les « mœurs d’Isaac et de Jacob, ou une vie de Plutarque »93.

  • 94 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 1.
  • 95 Cité dans le recueil de textes de L. Camot, Mémoires..., op. cit., p. 254.
  • 96 Voir Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 1-5.
  • 97 Voir Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 318.
  • 98 H. Camot, « Notice historique sur Grégoire », ibid., p. 8.
  • 99 Voir Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 357.

36Toujours Plutarque, donc, si ce n’était que les conventionnels ne recherchent plus l’épopée dans les Vies mais, en revanche, l’élégie à laquelle ils tendent désormais. L’ancien montagnard Choudieu met en épigraphe à ses Mémoires des vers bucoliques d’Horace : « Beatus ille, qui, procul negotiis, / patema rura bobus exercet suis »94. Carnot, le brillant stratège des armées républicaines, exilé à Magdebourg, compose des odes – fort maladroites – dans lesquelles il chante les vertus antiques, l’innocence de l’âge d’or, les toits rustiques et le foyer de sa « vieille chaumière » d’avant la Révolution95. Dubois-Crancé, qui a abandonné la vie politique après le 18 brumaire, bénit le coup d’Etat qui lui a permis de retourner cultiver son domaine, de se promener dans les grands bois de son adolescence, de jouir de son inutilité96. Grégoire découvre qu’on ne se repent jamais d’avoir vécu dans la solitude97 ; « c’est une amère élégie que ses Mémoires », notera son éditeur et ami, Hippolyte Carnot98. Quant à Thibaudeau, il reconnaît que les années les plus heureuses de sa vie adulte ont été celles de la période napoléonienne au cours de laquelle il a repris sa profession d’avocat. Quel soulagement, explique-t-il, d’être devenu simple spectateur des mouvements du vaisseau et de laisser aux pilotes et aux événements le soin de le mener au port ! Il a si totalement renoncé à la politique qu’elle lui est devenue aussi étrangère que s’il n’y avait jamais pris part99.

  • 100 La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 414.
  • 101 Voir ibid., vol. I, p. 188.
  • 102 Voir J. J. Rousseau, Emile, in Œuvres complètes, Paris, Hachette, 1865, vol. II, p. 445.
  • 103 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 210.

37Les réminiscences qui affleurent dans ces élégies bucoliques sont évidentes, elles renvoient aux textes de Rousseau les plus susceptibles d’interprétations conservatrices. La Revellière, ayant enfin quitté la vie publique, ce « long et pénible rêve »100, s’abandonne à des rêveries qui rappellent celles du Promeneur solitaire et qui sont bien plus douces que les utopies politiques ; il herborise à longueur de journée, serein, ravi101. La conclusion de l’Émile offre, elle aussi, une consolation et un refuge : il est vain d’aspirer à la liberté sous la sauvegarde des lois, dit l’Éducateur ; les lois existent partout et sont partout trahies ; la liberté ne réside en aucune forme de gouvernement, elle est dans le cœur de l’homme libre, qui l’emporte avec lui où qu’il aille102. « Après tous les essais et toutes les épreuves de nos jours, je suis porté à croire que le plus sûr refuge de la liberté est dans le cœur de l’homme, qu’il faut attendre peu du dehors, etc. » ; ce n’est pas une phrase de Rousseau mais une remarque de Baudot, dans les Notes historiques103.

  • 104 Voir Montesquieu, Œuvres complètes, op. cit., vol. I, p. 501-507 ; et encore, dans les Considérati (...)
  • 105 Voir Michelet, Histoire de la Révolution..., op. cit., vol. II, p. 63 et 678 ; aux dires de Michel (...)
  • 106 Selon le récit de A. Bégis, Curiosités révolutionnaires..., op. cit., p. 249.

38On a de la peine à reconnaître dans ces “agneaux” les “loups” des années révolutionnaires... Le thème est cependant familier à l’imaginaire politique du dix-huitième siècle, sous les espèces du prince-loup, féroce en apparence, mais bon au fond, et qui n’est terrible que parce qu’il est sincèrement dévoué au bonheur du genre humain. Chez les vieillards de la Restauration, il fait une dernière apparition par le biais du Dialogue de Sylla et d’Eucrate de Montesquieu, dans lequel le dictateur romain est représenté comme un titan qui se charge douloureusement d’une épuration palingénétique104. Plus encore peut-être que les grands ouvrages de Montesquieu, ce petit texte extraordinaire est toujours présent à l’esprit des révolutionnaires, pendant et après la Révolution. Michelet a bien montré tout ce que Robespierre et, plus encore, Saint-Just doivent à Sylla105 ; et la légende veut que, dans la lointaine Haïti, un jour de juin 1819, les lèvres livides de Billaud-Varenne se soient tues à jamais après avoir prononcé les paroles terribles que Sylla adresse à Eucrate106.

  • 107 Voir notamment A. Billaud-Varenne, Principes régénérateurs du système social, Paris, Vatar, an III (...)
  • 108 Ibid., p. 108. Sur l’œuvre théorique de Billaud-Varenne, voir Viola, « Premesse... », op. cit., p. (...)
  • 109 Non sans équivoque : dans ses Mémoires (op. cit., vol. I, p. 227), Barère trahit, plus ou moins co (...)
  • 110 Un passage d’un discours de Lazare Carnot, prononcé dès 1783 (cité par son fils Hippolyte, Mémoire (...)

39Nous saisissons enfin un indice de cohérence dans ce panorama du souvenir de la politique, une fois passé le temps de la politique. Le dictateur romain représente, en effet, l’exemple le plus typique de ce chirurgien-thaumaturge que Billaud-Varenne invoquait dans ses œuvres théoriques107 ; de plus, Sylla a su revenir aux champs, après avoir renoncé à la dictature. Il incarne donc un idéal de concentration et de liquidation du pouvoir politique qui correspond à l’utopie de régénération « pour ainsi dire dans un même jour »108 qui avait été l’une des formes d’interprétation du politique les plus profondément senties par les hommes du dix-huitième siècle109, la seule peut-être qui, aux yeux de la plupart d’entre eux, rendait la politique acceptable. On remarquera au passage que l’on tient là une clé de lecture pour la compréhension des Fragments de Saint-Just : le triomphe de la politique a pour but un monde heureux où la politique ne sera même plus un lointain souvenir110.

  • 111 On se limitera ici à une seule citation : « L’homme qui veut être sage ne doit s’occuper que de sa (...)
  • 112 Voir Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 380 : « Il ne sera point exécuté ce tableau du Jeu d (...)
  • 113 Voir G. Rudé, La Foule dans la Révolution française, Paris, Maspéro, 1982 [prem. éd. anglaise 1959 (...)
  • 114 La Revellière a raconté (Mémoires, op. cit., vol. I, p. 231) l’horreur manifestée par le vieux Dur (...)
  • 115 Voir M. Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

40La géographie des lieux révolutionnaires qui restent présents à la mémoire des conventionnels fournit une confirmation de ces positions idéologiques. Le travail de la mémoire, dans sa dimension topographique, est un art du refoulement. Exception faite pour la salle du Jeu de Paume, image nostalgique de l’heureuse unanimité de 1789111, le refoulement s’applique à tous les lieux révolutionnaires et, en particulier, à ceux que Rudé a identifiés comme des foyers d’agitation et d’échange entre classe politique et foules populaires112 ; on ne trouve trace, dans la mémoire, ni du Pont-Neuf ni du Palais-Royal ni de la Place de la Révolution ; d’ailleurs, ces lieux, trop dramatiquement chargés de significations113 pour pouvoir se métamorphoser en symboles, avaient paru repoussants dès l’époque des événements114. De même, la salle des Tuileries, où s’était réunie la Convention, se présente à la mémoire sous l’aspect d’une fosse dantesque, où l’on parle sans se regarder, et d’où l’on voudrait disparaître comme des fantômes115.

  • 116 Voir Durand de Maillane, Histoire de la Convention, op. cit., p. 113 ; J. J. Fockedey, « Souvenirs (...)
  • 117 Voir P. Vidal, « Cassanyès et ses Mémoires inédits », La Révolution française, 1888, p. 1005.
  • 118 Selon le récit de Quinet à Michelet, dans une lettre du 17 avril 1853 (E. Quinet, Lettres d’exil à (...)
  • 119 Barère, Mémoires, op. cit., vol. III, p. 309.

41Il est vrai qu’il y a parfois des éclaircies à l’horizon de la mémoire. Voici la petite mairie de province d’où, « sans bruit et avec calme », le maire Cassanyès administre le village de Canet, pendant l’année de la Législative116 ; ou le champ de bataille de Wissembourg, cher encore à Baudot117. Plus loin dans le temps, la vie tranquille d’Ancien Régime a la même douceur dans le souvenir que l’image de la Belgique hospitalière, qu’« il eût été digne de David de représenter »118. Toutefois, les lieux de la jeunesse sous l’Ancien Régime, la ville de l’exil, la mairie de province, le champ de bataille ne sont pas les lieux distinctifs de la Révolution ni ceux où s’était forgée l’expérience politique des conventionnels en tant que représentants du peuple ; ce sont les lieux d’avant la politique, d’après la politique, du sans la politique, et il est significatif qu’ils soient les seuls susceptibles de rendre plus serein le voyage dans le passé des survivants de la Convention.119

Notes

1 La Convention en exil était le titre du livre – jamais achevé – que Jules Claretie se proposait de consacrer à l’exil des régicides sous la Restauration.

2 H. B. Grégoire, Mémoires, Paris, 1837, vol. I, p. 425.

3 Sur le Bruxelles de l’époque, on peut lire les pages déjà anciennes de A. Saint-Ferréol, Les Proscrits français en Belgique (mais le titre fait référence aux proscrits du Second Empire, dont l’auteur lui-même est un représentant), Bruxelles, 1870, p. 14-22, et celles de A. Galante Garrone, Filippo Buonarroti e i rivoluzionari dell’Ottocento, op. cit., p. 3-12.

4 Mais le jugement de Baudot sur Sieyès, son collègue à la Convention, reste sans indulgence : « Sieyès, sur la fin de sa vie, ne pouvant plus proscrire, prit la parti d’être quelque peu bienfaisant » (M. A. Baudot, Notes historiques sur la Convention Nationale, le Directoire, l’Empire et l’exil des votants, Paris, 1893 [rééd. Genève, Slatkine, 1974], p. 291).

5 Voir A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Rieder, 1916, p. 572.

6 P. L. Prieur de la Marne, Notes et souvenirs inédits, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1912, p. 104.

7 Voir Saint-Ferréol, Les Proscrits français..., op. cit., p. 15.

8 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 77.

9 Voir ibid.

10 Selon l’image de Baudot, ibid., p. 9.

11 Voir ibid., p. 39.

12 Ibid, p. 215.

13 Voir J. D. Lanjuinais, Les 31 mai, Ier et 2 juin 1793. Fragment, à la suite de l’Histoire de la Convention par Durand de Maillane, Paris, Baudouin, 1825, p. 293-302.

14 Une édition critique des Notes historiques, que la veuve Quinet n’a publiées que d’une façon très approximative, serait vivement souhaitable. Sur les aventures du manuscrit de Baudot avant sa publication, voir H. Monin, « L’histoire extraordinaire des papiers Baudot et de leur publication », Annales révolutionnaires, 1909, p. 180-200.

15 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 147. C’est moi qui souligne.

16 Voir ibid., p. 132 et 136.

17 Ibid., p. 158. C’est moi qui souligne.

18 Ibid., p. 9.

19 P. Choudieu, Mémoires et notes, Paris, Plon, 1897, p. 232. Voir aussi Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 180 ; et E. Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution française depuis l’ouverture des Etats généraux jusqu’au 6 brumaire an IV de la République, Paris, Charpentier, 1885, p. 109.

20 Voir la correspondance de Billaud-Varenne, publiée par A. Bégis, Curiosités révolutionnaires. Billaud-Varenne, membre du Comité de Salut Public. Mémoires inédits et correspondance, Paris, Librairie de la Nouvelle Revue, 1893, p. 236.

21 Voir ibid. ; et G. Walter, La Conjuration du Neuf Thermidor, Paris, Gallimard, 1974, p. 453-496.

22 Courtois, « Notes... », op. cit., p. 1017.

23 Une analyse historique bien équilibrée du rôle de Danton le 10 août et pendant les journées de septembre 1792, a été donnée par N. Hampson, Danton, London, Duckworth, 1978, p. 87-95.

24 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 120. C’est moi qui souligne.

25 Ibid., p. 136.

26 Ibid., p. 147. C’est moi qui souligne.

27 Ibid., p. 29. C’est moi qui souligne.

28 Voir J. Michelet, Histoire de la Révolution française, Paris, Gallimard, 1958, vol. II, p. 347.

29 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 234.

30 Voir B. Barère, Mémoires, Paris, Labitte, 1842-1844, vol. II, p. 234 ; Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 9 et 88 ; Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 110 et 137 ; A. C. Thibaudeau, Mémoires sur la Convention et le Directoire, Paris, Baudouin, 1824, vol. I, p. 58 ; P. F. Barras, Mémoires, Paris, Hachette, 1895-1896, vol. I, p. 146 ; Durand de Maillane, Histoire de la Convention, op. cit., p. 130.

31 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 235 ; Courtois, « Notes... », op. cit., p. 932.

32 L’image chez Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 114.

33 Ibid., p. 7. Saint-Just était plus subtil et rusé que Robespierre : voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 168.

34 Ibid. Sur la place de la nuit et des ténèbres dans l’imaginaire symbolique de la conspiration, voir R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 41-43.

35 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 125.

36 Ibid.

37 Voir E. Quinet, La Révolution, op. cit., vol. I, p. 999.

38 Baudot écrit (Notes historiques..., op. cit., p. 33) : « Tout ce que vous dites sur Robespierre, me dira-t-on, a été dit mille et mille fois. Cela est vrai, mais chacun l’a dit pour son compte, et même pour le compte des autres, mais personne ne l’a encore dit pour le mien, et moi j’ai besoin de le dire ».

39 Voir Galante Garrone, Filippo Buonarroti..., op. cit., passim ; et l’article de R. Pozzi, « La nascita di un mito : robespierrismo e giacobinismo nella Francia della rivoluzione di luglio », in M. L. Salvadori-N. Tranfaglia (édd.), Il mito politico giacobino e le rivoluzioni, Firenze, La Nuova Italia, 1984, p. 197-122.

40 Voir la Préface de Ch. Peyrard à l’édition (incomplète) des Mémoires de Levasseur publiée par les Éditions Sociales, Paris, 1989.

41 Uranelt de Leuze (pseud.), Réfutation de l’histoire de France de l’abbé de Montgaillard, Paris, 1828.

42 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 4L

43 Elle rejoint à la fois celle des girondins proscrits en l’an II, les survivants étant réintégrés en l’an III – qui ne fait pas l’objet direct de notre discours – et celle, par exemple, de Durand de Maillane, dont l’Histoire de la Convention paraît en 1825.

44 Voir Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 115.

45 R. La Revellière-Lépeaux, Mémoires, Paris, Plon-Nourrit, 1895, vol. II, p. 189.

46 Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 123.

47 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 159.

48 Durand de Maillane, Histoire de la Convention..., op. cit., p. 100.

49 Entre autres, chez Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 4, et chez Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 200.

50 La mémoire montagnarde renonce à comparer, par exemple, le Rousseau “spontanéiste” de la Lettre à d’Alembert et le Rousseau “organisateur” des Considérations sur le gouvernement de Pologne (voir B. Baczko, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, 1978, p. 84 et suiv.).

51 Voir Grégoire, Mémoires, op. cit, vol. II, p. 25.

52 Archives Nationales [AN], Affaires politiques (1815-1830), Police politique [Séries F7 6678-6683, Français exilés en vertu de l’ordonnance de juillet 1815], cart. 6683, dossier Thibaudeau.

53 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 279 et vol. IV, p. 427 ; Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 1, 51, 240, 304 ; La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 240 ; Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 177.

54 Voir M. Ozouf, « Guerre et terreur dans le discours révolutionnaire », in Id., L’École de la France. Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984, p. 109-125.

55 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 290.

56 Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 97.

57 Voir G. Lefebvre, La Révolution française, Paris, Puf, 1951.

58 Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 123.

59 J. C. Bailleul, Examen critique de l’ouvrage posthume de Mme la baronne de Staël ayant pour titre : Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, Paris, Delaunay, 1818, vol. I, p. 329 et 352.

60 Ibid., vol. II, p. 196.

61 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 27.

62 Ibid., p. 245.

63 Voir F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard 1978, p. 88 et suiv. ; et la réponse de C. Mazauric, Jacobinisme et Révolution, op. cit., p. 62 : « L’évocation des circonstances, avant d’être une “théorie”, fut une réalité tangible et durement vécue sur laquelle se greffa l’invention [...] ».

64 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 15 et 29.

65 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 104. La sévérité déployée par Baudot lors de ses missions dans les départements a été soulignée par R. Cobb, Les Armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements, avril 1793-floréal an II, Paris-La Haye, Mouton, 1961-63, vol. I, p. 238-241.

66 Voir sa lettre à Kloerte, citée dans les Mémoires historiques et militaires sur Carnot, Paris, Baudouin, 1824.

67 Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 45.

68 Ibid., p. 57.

69 F. Furet-D. Richet, La Révolution française, [1965], Paris, Hachette 1989, p. 269.

70 Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 45.

71 Ibid., p. 56.

72 Voir Barras, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 146.

73 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 330 ; Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 169 ; La-Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 376.

74 Sur ce thème, voir J. Bouineau, Les Toges du pouvoir, ou la Révolution de droit antique, Toulouse, Eché, 1986.

75 Voir Ch. L. Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, en Id., Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1951, vol. II, p. 69-209.

76 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 207.

77 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 212.

78 Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 12.

79 Voir par exemple La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 118.

80 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 13.

81 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 232 ; et Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 83.

82 Montesquieu, Considérations..., op. cit., p. 129.

83 Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 457.

84 Voir Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 161.

85 Voir Durand de Maillane, Histoire de la Convention, op. cit., p. 38 ; Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 14 ; et les propos du vieux Carnot rapportés par son fils, H. Carnot, Mémoires sur Carnot par son fils, Paris, Pagnerre, 1861-1863, vol. I, p. 53.

86 On lit dans les Considérations (op. cit., p. 135) : « Brutus et Cassius se tuèrent avec une précipitation qui n’est pas excusable ; et l’on ne peut lire cet endroit de leur vie sans avoir pitié de la république, qui fut ainsi abandonnée ». Sur cette question, voir P. Viola, « Premesse del giacobinismo in Montesquieu et Rousseau », in Salvadori-Tranfaglia (édd.), Il modello politico giacobino, op. cit., p. 25-37.

87 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 14.

88 Voir Barère, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 132 et vol. III, p. 45 ; et Billaud-Varenne, in Curiosités révolutionnaires..., op. cit., p. 403.

89 J. Lakanal, Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal pour sauver durant la Révolution les sciences, les lettres et ceux qui honoraient leurs travaux, Paris, Firmin-Didot, 1838 (rentrant d’Amérique, en 1833, Lakanal veut se réhabiliter aux yeux de ses concitoyens). Voir aussi Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 273.

90 Voir F. Orlando, Infanzia, memoria e storia da Rousseau ai romantici, Padova, Liviana, 1966, et les nombreux travaux de Ph. Lejeune sur l’autobiographie.

91 Barère, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 228 ; et Prieur de la Marne, Notes..., op. cit., p. 44.

92 Voir La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. I, frontispice.

93 Voir la lettre de Ducis citée par O. La Revellière-Lépeaux, fils du conventionnel, dans l’Introduction aux Mémoires de son père, ibid., p. XXV.

94 Voir Choudieu, Mémoires, op. cit., p. 1.

95 Cité dans le recueil de textes de L. Camot, Mémoires..., op. cit., p. 254.

96 Voir Dubois-Crancé, Analyse de la Révolution..., op. cit., p. 1-5.

97 Voir Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 318.

98 H. Camot, « Notice historique sur Grégoire », ibid., p. 8.

99 Voir Thibaudeau, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 357.

100 La Revellière-Lépeaux, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 414.

101 Voir ibid., vol. I, p. 188.

102 Voir J. J. Rousseau, Emile, in Œuvres complètes, Paris, Hachette, 1865, vol. II, p. 445.

103 Baudot, Notes historiques..., op. cit., p. 210.

104 Voir Montesquieu, Œuvres complètes, op. cit., vol. I, p. 501-507 ; et encore, dans les Considérations (op. cit., p. 140) : « Sylla, homme emporté, mène violemment les Romains à la liberté ; Auguste, rusé tyran, les conduit doucement à la servitude. Pendant que sous Sylla la république reprenait ses forces, tout le monde criait à la tyrannie ; et pendant que sous Auguste la tyrannie se fortifiait, on ne parlait que de liberté ».

105 Voir Michelet, Histoire de la Révolution..., op. cit., vol. II, p. 63 et 678 ; aux dires de Michelet, Saint-Just connaissait le Dialogue par cœur...

106 Selon le récit de A. Bégis, Curiosités révolutionnaires..., op. cit., p. 249.

107 Voir notamment A. Billaud-Varenne, Principes régénérateurs du système social, Paris, Vatar, an III, p. 33-34 et 49-53.

108 Ibid., p. 108. Sur l’œuvre théorique de Billaud-Varenne, voir Viola, « Premesse... », op. cit., p. 25 et suiv.

109 Non sans équivoque : dans ses Mémoires (op. cit., vol. I, p. 227), Barère trahit, plus ou moins consciemment, le sens du Diabgue de Montesquieu, il en fait un pamphlet anti-tyrannique. Mais un passage des Mémoires de La Revellière (op. cit., vol. II, p. 314) témoigne de la force du mythe de la dictature dans l’imaginaire politique des hommes du dix-huitième siècle : « Lorsqu’un peuple est en dissolution, par quelque cause que ce soit, et se trouve hors d’état de se réorganiser lui-même sans de longs malheurs, et avec l’incertitude d’y réussir, le législateur ou le gouvernement qui s’empare de la dictature chez ce peuple est un coupable qui ne mérite que la haine de la postérité, si son objet est uniquement de rétablir son injuste puissance ; mais qu’il est digne, au contraire, du respect et de la reconnaissance de toutes les nations présentes et à venir, s’il a uniquement en vue de lui épargner de longues et infructueuses convulsions politiques, et de lui assurer promptement la liberté, l’ordre et la force dont il est susceptible ». Le mythe de la dictature est un facteur culturel dont le rôle n’est pas négligeable dans l’acceptation de la solution napoléonienne par de nombreux révolutionnaires parmi les plus en vue.

110 Un passage d’un discours de Lazare Carnot, prononcé dès 1783 (cité par son fils Hippolyte, Mémoires sur Carnot..., op. cit., vol. I, p. 15) manifeste de manière exemplaire l’attirance exercée par le personnage de Cincinnatus sur les hommes du dix-huitième siècle : « L’ami du peuple est celui qu’il faut chercher longtemps pour l’obliger à remplir les fonctions publiques, qui s’en retire le plus tôt qu’il peut, et plus pauvre qu’il n’y est entré, qui s’y dévoue par obligation, agit plus qu’il ne parle, et retourne avec empressement dans le sein de ses proches reprendre l’exercice de ses vertus privées ».

111 On se limitera ici à une seule citation : « L’homme qui veut être sage ne doit s’occuper que de sa propre nature, abstraction faite de toute idée politique. Dans cet état où nous vivons, la vie civile est la plus naturelle, c’est elle qu’il faut cultiver avec le plus de soin. La liberté du peuple est dans sa vie privée : ne la troublez point » (Saint-Just, L’Esprit de la Révolution, suivi de Fragments sur les institutions républicaines, Paris, Union Générale d’Éditions, 1963, p. 147.)

112 Voir Grégoire, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 380 : « Il ne sera point exécuté ce tableau du Jeu de Paume, digne du pinceau de David, conception vaste dont il avait tracé l’esquisse. Pour ériger des monuments de tyrannie et d’adulation [Grégoire écrit ses Mémoires sous l’Empire], l’argent ne manque jamais... Jamais on n’en trouve pour ceux qui intéressent la liberté et la gloire du peuple ; mais dans l’un et l’autre cas, c’est le peuple qui paie ».

113 Voir G. Rudé, La Foule dans la Révolution française, Paris, Maspéro, 1982 [prem. éd. anglaise 1959], p. 243 et suiv.

114 La Revellière a raconté (Mémoires, op. cit., vol. I, p. 231) l’horreur manifestée par le vieux Durand-Maillane, dont le visage changeait de couleur au seul nom du faubourg Saint-Antoine !

115 Voir M. Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

116 Voir Durand de Maillane, Histoire de la Convention, op. cit., p. 113 ; J. J. Fockedey, « Souvenirs », Revue de la Révolution, 1884, p. 60 ; Dubois-Crancé, op. cit., p. 137.

117 Voir P. Vidal, « Cassanyès et ses Mémoires inédits », La Révolution française, 1888, p. 1005.

118 Selon le récit de Quinet à Michelet, dans une lettre du 17 avril 1853 (E. Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, Paris, Calmann-Lévy, 1885-1886, vol. 1, p. 59).

119 Barère, Mémoires, op. cit., vol. III, p. 309.

Notes de fin

* Une première version française de ce chapitre a paru dans les Annales historiques de la Révolution française, 1989, pp. 455-475, sous le titre : « Un futur au passé. La Révolution dans les Mémoires des Conventionnels ».

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search