Version classiqueVersion mobile

Mémoire de la Terreur

 | 
Sergio Luzzato

Introduction

Texte intégral

Aimons les héros [de la Révolution] comme ils s’aimaient. Aimons, rappelons-nous, rappelons au monde les héros, célébrons les héros comme ils s’aimaient, comme ils se rappelaient, eux-mêmes à eux-mêmes, ceux qui le purent, ceux qui devinrent (assez) vieux, et il en y eut (beaucoup) plus qu’on ne le croit, beaucoup plus qu’on se rappelle, ou que l’on croit se rappeler, comme eux-mêmes se rappelaient au monde, ceux qui eurent le temps d’écrire, comme ils se célébraient eux-mêmes (dans leurs fêtes). Y compris dans leurs fêtes intérieures, dans les grandes fêtes secrètes de leur esprit, de leur pensée, de leur mémoire, dans leurs mémoires, pensés, parlés, dictés, écrits. [...] Au moins nous indignes, nous petits, ne leur faisons point l’injure de les démarquer, de les défaire, de les dénaturer. Ne les défigurons point. Ne les rendons point méconnaissables.
Charles Péguy

  • 1 C’est la célèbre image proposée par le député girondin Vergniaud, à la tribune de la Convention, e (...)

1La Révolution française est vouée à la violence ; impitoyable envers ses victimes, elle ne l’est pas moins envers ses meneurs. Émule de Saturne, elle dévore ses enfants l’un après l’autre1. Une succession de morts violentes rythme sa croissance et paraît résumer son action : Mirabeau, Barnave, Marat, les girondins, Danton et Desmoulins, Robespierre et Saint-Just, Romme et les martyrs de prairial. Cette prolifération de la mort jette le doute sur l’éventualité de survie de la génération révolutionnaire.

  • 2 Voir A. Dieuleveult, « Mort des Conventionnels », Annales historiques de la Révolution française, (...)
  • 3 On sait que la monarchie adopte une attitude de clémence envers l’ancien personnel politique de la (...)

2Mais, en réalité, la plupart des acteurs de la Révolution lui survivent. Sur les huit cents députés de la Convention, dont la fonction parlementaire a coïncidé avec la phase la plus critique de la guerre civile, quatre-vingt d’entre eux “seulement” – dix pour cent – meurent de mort violente durant leur mandat. La vie continue pour les autres. Ceux-ci, nés dans les années 1750-1760, meurent assez avant dans le dix-neuvième siècle, ayant quelquefois participé à des événements marquants2. Un certain nombre d’entre eux mènent une existence encore prestigieuse sous l’Empire mais, au retour des Bourbons, en 1815, les Conventionnels régicides qui avaient collaboré avec Napoléon pendant les Cent-Jours, sont bannis du sol de France. Seuls ceux qui sont encore en vie en 1830 obtiennent enfin, après les Trois Glorieuses, le droit de revenir. La génération des révolutionnaires devient donc, après la Révolution, une génération d’exilés3.

3Bruxelles est la capitale de la Convention en exil. La proximité de la frontière française et l’hospitalité relative offerte par le gouvernement de Guillaume Ier conduisent, en effet, les révolutionnaires à élire la capitale belge comme lieu de séjour. Nous nous proposons en premier lieu, dans cet ouvrage, de faire connaître le mode de vie des exilés ainsi que leurs débats sur l’actualité européenne et, surtout, sur le passé national récent dans lequel un grand nombre d’entre eux a joué un rôle de premier plan. Le problème essentiel que nous abordons est celui du repérage des éléments de continuité et des facteurs de rupture dans le discours politique des Conventionnels ; continuité et rupture, par rapport, d’une part, à leur point de départ Ancien Régime, d’autre part, à la théorie et à la pratique de la période révolutionnaire proprement dite. En un mot, l’analyse porte sur les avatars de l’imaginaire politique du dix-huitième siècle dans le discours des proscrits, au siècle suivant.

  • 4 Voir E. Quinet, La Révolution [1865], Paris, Imprimerie Nationale, 1889, vol. II, p. 280.
  • 5 Je reprends ici le récit de Heinrich Heine, dans ses Französische Zustände (in Id., Sämtliche Werk (...)
  • 6 Voir L. Guerci, Libertà degli antichi e libertà dei moderni. Sparta, Atene e i'phibsophes’nella Fr (...)

4Les éléments de continuité l’emportent. En plein dix-neuvième siècle, les conventionnels restent des hommes du dix-huitième siècle ; ils ne sont qu’effleurés par la métamorphose des idées et des passions, comme le granit est à peine égratigné par les intempéries, pour reprendre l’image de Quinet4. On retrouve intact, chez eux, le langage du dix-huitième siècle dès qu’il s’agit de rendre compte des décisions les plus graves prises à la Convention. En 1832, un vieux montagnard déclare encore que l’exécution des dantonistes et des hébertistes a été une mesure de salubrité, car « ils étaient tous des hommes pourris, frivoles, sans croyance et sans vertu »5. La continuité est également sensible au plan idéologique. Les catégories politiques à propos desquelles les conventionnels ne cessent de s’affronter sont celles d’antiquité et de modernité, opposition typique de la pensée des Lumières6.

  • 7 Voir R. Koselleck, Kritik und Krise. Ein Beitrag zur Pathogenese der bürgerlichen Welt [1959], don (...)
  • 8 Définition de l’ex-conventionnel Courtois ; voir P. Robinet (éd.), « Notes et souvenirs de Courtoi (...)

5Les révolutionnaires se rendent bien compte que l’antiquité de Rome et de Sparte – autour desquelles gravite, au dix-huitième siècle, le mythe du bon gouvernement – ne reviendra pas ; mais quelques uns seulement parviennent à s’adapter aux mots d’ordre “modernes” du siècle nouveau. La morale se faisant politique, tel a été le thème dominant des Lumières7. La Révolution française paraît couronner cette aspiration. En dix ans, elle expérimente toutes les formes politiques possibles pour le gouvernement d’un pays largement peuplé ; mais la rapidité avec laquelle elle brûle ses propres expériences finit par donner aux conventionnels le sentiment des limites de la politique, « cette déplorable maladie des gouvernements modernes »8, et les renvoie à leur point de départ, la morale. Comme l’ont fait autrefois les dantonistes emprisonnés au Luxembourg en attente de l’exécution, les conventionnels se persuadent qu’il vaut mieux être d’humbles pêcheurs plutôt que de gouverner les hommes.

  • 9 Je renvoie, ici encore, à une formulation de Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 383.

6Les survivants de la Convention ont une conscience aiguë de l’échec du pari politique lancé par leur génération ; qu’ils soient ou non exilés, la plupart d’entre eux s’enferment dans un silence obstiné qui manifeste la volonté d’oublier et de faire oublier leur activité politique passée. De son côté, la Restauration ne veut pas entendre parler d’eux. Mais l’acceptation de l’oubli comme refuge apaisant ou comme assignation à résidence ne convient pas à tous. Certains conventionnels manifestent dans le souvenir leur vertu la plus authentique9. La conscience de l’échec de la Révolution s’accompagne chez eux du sentiment exaltant d’avoir vécu une période d’accélération du temps historique. Parcourir cette expérience exceptionnelle au fil de la mémoire devient alors un moyen pour tenter d’en dégager la signification a posteriori et pour s’opposer aux jugements sommaires du monde de la Restauration. Des dizaines d’anciens conventionnels écrivent ou dictent leurs Mémoires ; c’est pour eux une façon de se pourvoir en appel devant la postérité.

  • 10 Montesquieu, Dialogue de Sylla et d’Eucrate [1748], in Id., Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallima (...)
  • 11 Voir P. Nora, « Les Mémoires d’Etat », in Id. (éd.), Les Lieux de mémoire, vol. II, La Nation**, P (...)

7Les révolutionnaires connaissent bien le Dialogue de Sylla et d’Eucrate de Montesquieu ; comme Sylla, ils ont la conscience tranquille, en dépit des sanglantes tragédies auxquelles ils ont pris part ; ses paroles sont les leurs : « Si j’avais vécu dans ces jours heureux [...] où les citoyens, tranquilles dans leurs maisons, y rendaient aux dieux une âme libre, vous m’auriez vu passer ma vie dans cette retraite, que je n’ai obtenue que par tant de sang et de sueur »10. On ne peut reprocher au juste les fautes qu’il a commises pour que justice triomphe. Les Mémoires des conventionnels contreviennent donc à la loi générale selon laquelle l’acte de mémoire constitue une tentative et, dans une certaine mesure, un moyen de se rattacher encore au pouvoir dont on a été privé11. La mentalité politique des anciens conventionnels se fonde désormais sur le refus de la politique et sur le culte de personnages – Sylla ou Cincinnatus – qui l’ont finalement reniée.

  • 12 La constitution de notre corpus a posé de sérieux problèmes en ce qui concerne la crédibilité des (...)
  • 13 F. Furet, La gauche et le jacobinisme au milieu du XIXe  siècle. Edgar Quinet et la question du ja (...)
  • 14 Le nom de Lafayette est le seul nom de révolutionnaire qui figure dans l’onomastique des rues pari (...)

8On peut répartir les mémorialistes de la Révolution en différents groupes : les conventionnels ; les députés qui ont siégé également dans d’autres assemblées révolutionnaires ; les contre-révolutionnaires ; des gens du commun. L’objet de notre étude est constitué par le groupe des conventionnels ; leurs écrits composent un corpus plus cohérent que ceux des autres groupes, ils présentent d’autre part l’intérêt de ne pas avoir été étudiés jusqu’ici12. En outre, des motifs d’ordre proprement historique justifient ce choix. La France du dix-neuvième siècle n’a pas une vision monolithique de la Révolution. Evoquer le souvenir de la Constituante est une chose, rappeler la Convention en est une autre. L’effort constant des intellectuels et des hommes politiques français, pendant toute la première moitié du dix-neuvième siècle, a été de séparer le bon grain de l’ivraie, l’héritage positif de la première assemblée du fardeau effrayant de la Convention, de recommencer 89 en évitant 93. Quitte à découvrir en 1830, puis à vérifier avec épouvante en juin 1848, qu’une révolution déclenche toujours une dynamique incontrôlable et qu’« il y a du 93 dans tout 89 »13. Mais ce n’est que très tard, à l’époque de Taine, que 89 se charge de signes inquiétants ; dans la première moitié du siècle, au contraire, on n’a pas honte d’avoir prêté serment au Jeu de Paume, les vainqueurs de la Bastille reçoivent une pension, Lafayette est encore un héros populaire incontesté14. Les difficultés commencent avec la participation à la prise des Tuileries, le 10 août 1792 ; la condamnation à mort de Louis XVI, le 21 janvier 1793 ; l’arrestation des girondins, le 2 juin ; la loi sur les suspects en septembre, en somme avec la Terreur à l’ordre du jour. La Révolution donne ainsi naissance à deux traditions différentes : la mémoire de 89 alimente le courant fécond du libéralisme (que nous ne prenons pas en considération dans cet ouvrage), la mémoire de 93 a un destin plus tourmenté dont nous nous proposons de dégager certains aspects par l’étude de l’histoire de la Terreur telle qu’elle est retracée dans les Mémoires des conventionnels.

  • 15 J’ai tiré d’utiles suggestions de méthode de l’œuvre du fondateur de la moderne prosopographie his (...)
  • 16 Dans l’esprit de R. Cobb, « The Biographical Approach and the Personal Case History », in Id., Rea (...)
  • 17 On sait que Furet a contesté l’usage acritique qu’en ont fait certains historiens : voir Penser la (...)

9La catégorie – ici, les conventionnels exilés – ne doit pas faire perdre de vue les individus qui la composent15 ; un corpus du type des Mémoires des révolutionnaires doit être traité selon des critères qualitatifs, non quantitatifs. Les pourcentages et les tableaux passent à côté des aspects humain et historique du problème qui nous intéresse et que l’on peut formuler en ces termes : comment un révolutionnaire considère-t-il a posteriori la révolution qu’il a faite ou qu’il a cru faire ? La réponse ne peut être fournie que par une analyse de type biographique16. Nous abordons donc les Mémoires sous l’angle de leur spécificité individuelle ; nous entendons retrouver le contexte particulier et les motivations personnelles en fonction desquelles tel ou tel conventionnel choisit de donner libre cours à ses souvenirs. Il ne faut pas attendre des Mémoires des conventionnels qu’ils jettent un jour nouveau sur les événements qui ont suivi l’année 1789. Les intentions des révolutionnaires17 seraient, en l’occurrence, d’autant plus sujettes à caution qu’elles se présentent déformées par le temps, la distance, le malheur, peut-être, encore, par les calculs politiques. Ces textes sont au contraire éclairants dans la mesure où ils offrent un point de vue inédit sur la manière dont leurs auteurs vécurent les événements de la Révolution et les vivent, en quelque sorte, une seconde fois, par la mémoire. Il est malaisé de distinguer, dans les eaux bouillonnantes de la Révolution, les éléments constitutifs de la mentalité politique des révolutionnaires ; en revanche, la déformation imprimée par la mémoire, opérant une sorte de sédimentation, les libère en surface.

  • 18 A. Galante Garrone l’a bien montré, pour ce qui concerne le célèbre ouvrage de Buonarroti, La Cons (...)
  • 19 Je renvoie, naturellement, à Le Dix-huit brumaire de Louis Bonaparte [1852], et aussi, pour la pér (...)
  • 20 Voir Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 28 ; ou la plainte de Renan dans La Réforme inte (...)

10Par ailleurs, le destin d’un ouvrage de Mémoires ne se réduit pas à celui de l’homme qui en est l’auteur18. Habent sua fata libelli. Le message, en particulier quand il est posthume, implique ceux qui le transmettent à la postérité ; le livre entraîne l’imprimeur dans son sillage mais aussi le lecteur et le simple acheteur, sans parler de tous ceux qui le redoutent ou, le cas échéant, de ceux qui le falsifient. Les Mémoires des conventionnels forment donc un maillon essentiel dans la transmission d’une tradition politique de la part des hommes qui ont œuvré dans le gouvernement révolutionnaire. C’est une tradition bien particulière, dont la transmission s’opère selon des modalités spécifiques. S’agissant d’un échec politique, on voit se mettre en place un processus de reconstitution des événements en grande partie légendaire ainsi qu’un jeu complexe de mémoire et d’oubli. Quant à la tradition, elle présente la particularité d’inclure, à la limite, son contraire car elle sanctionne le droit absolu de chaque génération de s’affranchir de la génération précédente et de proclamer sa confiance dans l’homme nouveau. Les Français du dix-neuvième siècle, du moins les plus avertis, ont vécu de façon dramatique la contradiction entre la prégnance de la tradition révolutionnaire – véritable cauchemar, selon Marx19 – et sa faiblesse, fruit des fluctuations de la mémoire et de l’oubli. Ambiguë dans l’esprit et dans la lettre, la tradition révolutionnaire est un nouveau testament de César, elle autorise chaque génération à adjoindre de nouvelles clauses, en fonction de nouvelles idées, d’espérances nouvelles ou de nouvelles hypocrisies20.

  • 21 Voir M. Agulhon, 1848 ou l'apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1973, p. 5-6. Je n’ai pas (...)

11Nous suivons les conventionnels survivants jusqu’à leur retour en France et à leur mort, avant d’aborder la question du passage d’une génération à l’autre par l’examen de la situation des enfants des conventionnels d’abord, puis par le repérage de certaines figures d’enfants, pour ainsi dire “adoptifs”, des députés de la Convention. L’ouvrage se termine par la présentation de quelques médiateurs indirects – rédacteurs, éditeurs, libraires – animés le plus souvent de préoccupations commerciales plutôt que mus par un intérêt affectif ou idéologique. Comme l’a souligné Maurice Agulhon, la transmission de l’expérience politique individuelle de la Révolution est la condition nécessaire à la maturation des valeurs de la Révolution dans la mémoire collective21 ; c’est en ce sens que notre travail, en dépit de ses objectifs limités, peut constituer un chapitre d’une histoire vaste et complexe.

  • 22 Voir H. Heine, Französische Zustände, op. cit., p. 24.
  • 23 H. Heine, Reisebilder [1826], in Id., Sämtliche Werke, op. cit., vol. III, p. 118.

12Un étranger, Heine, a mieux exprimé qu’aucun Français la contradiction fondamentale de la tradition révolutionnaire, entre la force de suggestion et l’effet puissamment dissolvant exercés par les formules de la vieille Convention sur la France du dix-neuvième siècle ; ces formules qui font surgir les morts de leur tombe et qui envoient les vivants à la mort, qui transforment les nains en géants et font s’entretuer les géants22. Aucun Français n’a mieux compris que Heine le rôle que devait jouer, à long terme, le cycle de traditions et de légendes qui s’élaborait autour des Mémoires des révolutionnaires : « Diese Memoiren von Staatsleuten [...] bilden einen Sagenkreis, woran die Nachwelt genug zu denken und zu singen hat »23. La mémoire de la Révolution est devenue, en effet, sujet de réflexion et de poésie pour un grand nombre de militants et d’intellectuels, au dix-neuvième siècle. L’écho tenace qu’elle éveille ne se transmet pourtant que difficilement. Il se modifie sous l’effet des situations sociales et politiques ; il est souvent altéré par ceux-là mêmes qui s’emploient à le recueillir parce qu’ils y perçoivent encore une certaine mélodie, promesse d’un monde différent, peut-être meilleur. Rappeler la Terreur, dans la France du dix-neuvième siècle, c’est tenter une greffe particulièrement délicate et sujette à rejet.

***

13De nombreuses personnes m’ont aidé dans mes recherches. Je tiens à remercier particulièrement le professeur Mario Rosa, de l’université de Rome, qui a été mon premier maître ès dix-huitième siècle. Mme Mona Ozouf, de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, et le professeur Francis Haskell, de l’université d’Oxford, ont bien voulu lire certaines parties de mon manuscrit et en ont suivi la rédaction définitive. L’enseignement de Furio Diaz, professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Pise, m’a appris que l’on ne devient pas dix-huitièmiste par hasard. Je dois enfin plus qu’un remerciement à Paolo Viola, enseignant à la même école ; j’ai constamment pu m’appuyer sur lui et son aide scientifique s’est toujours doublée d’un soutien intellectuel et humain.

14Par rapport à la version italienne originale [1988], cet ouvrage ne comporte que quelques précisions complémentaires et des corrections stylistiques. Les renvois bibliographiques dans les notes ont été adaptés, dans la mesure du possible, aux lecteurs de langue française. A part quelques rares exceptions, j’ai renoncé à la mise à jour de la bibliographie à l’année 1991. Autant que je puisse en juger, en effet, les publications du bicentenaire n’ont pas apporté d’éléments majeurs de nouveauté concernant la génération des conventionnels qui ont survécu à la Révolution et leur production de Mémoires. Laissant volontairement de côté les travaux d’importance secondaire, je me limite à signaler la réédition de certains textes de Mémoires, en version intégrale ou en version partielle selon les cas (ceux de Louvet, de Grégoire, de Levasseur), ainsi que le très utile répertoire de A. Fierro, Mémoires de la Révolution (Paris, Service des travaux historiques de la Ville de Paris, 1989) dont la consultation aurait facilité ma recherche.

15Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à Madame Simone Carpentari Messina qui a apporté, dans le travail de traduction, la compétence de son propre bagage de connaissances, tout en supportant avec indulgence mes exigences d’auteur quelque peu insistant.

Annexes

Tableau I

Nous résumons ici les résultats auxquels nous sommes parvenus concernant la crédibilité des textes de notre corpus (pour une analyse plus détaillée, voir l’édition originale de ce livre, S. Luzzatto, Il Terrore ricordato. Memoria e tradizione dell’esperienza rivoluzionaria, Genova, Marietti 1988, p. 9-12), selon les critères suivants : catégorie A : textes dont l’authenticité est démontrée ou ne fait aucun doute ; cat. B : textes ayant fait l’objet d’interventions extérieures lors de la rédaction, mais que l’on peut cependant considérer comme largement fidèles à l’original ; cat. C : textes pour lesquels aucun contrôle critique n’est possible bien que l’intervention d’un ou plusieurs rédacteurs externes apparaisse décisive ; cat. D : textes entièrement remaniés.

A

B

C

D

Bailleul

Barbaroux

Barras (a)

Carnot

Barras (a)

Barère

Brissot (b)

Condorcet

Baudot (c)

Billaud-Varenne

Levasseur de la Sarthe

Buzot

Durand-Maillane

Cassanyès

Fouché

Pontécoulant

Choudieu

Courtois

Daunou

Dubois-Crancé

Dulaure

Ferroux

Fockcdey

Grégoire

Lakanal

Lanjuinais

La Revellière-Lépeaux

Louvet

Maignet

Meillan

Paganel

Pétion

Picqué

Pinet

Prieur de la Marne

Sergent

Thibaudeau

a) En ce qui concerne les Mémoires de Barras, la critique attribue à Rousselin de Saint-Albin la rédaction des trois premiers volumes (relatifs aux événements de l’ancien régime et de la Révolution jusqu’au 18 brumaire), à partir d’un texte autographe plus court de Barras. Le quatrième volume (événements postérieurs au 18 brumaire) reproduirait le manuscrit autographe de Barras ; ce serait donc le seul volume authentique : voir A. Aulard, « Les Mémoires de Barras », La Révolution française, 1895, p. 96-98, et l’« Introduction » de V. Duruy aux Mémoires, Paris, 1895-1896.

b) Quérard, puis C. Perroud (éd. critique des Mémoires, Paris, 1910) ont montré que les Mémoires de Brissot (Paris, 1830-1832) avaient été largement « gonflés » et remaniés par deux rédacteurs externes, L’Héritier et Montrol.

c) Le seul texte que j’ai pu contrôler intégralement sur le manuscrit (Paris, Bibliothèque Nationale, NAF 6526) est celui des Notes historiques de Baudot, édité d’une manière incomplète par la veuve d’Edgar Quinet (Paris, 1893).

d) Les Mémoires de Levasseur de la Sarthe (Paris, 1829-1831) ont une histoire complexe ; quoi qu’il en soit, ils ont été entièrement remaniés par le rédacteur A. Roche : ce qui fait de ce très beau texte – « travaillé » par K. Marx, entre autres – un jalon dans l’histoire de la tradition révolutionnaire en France, mais qui en interdit l’analyse en tant que témoignage de la mémoire montagnarde.

Tableau II

Date de publication des Mémoires des conventionnels :

1818 :

Bailleul

1822 :

Barbaroux

1823 :

Buzot, Meillan, Louvet

1824 :

Condorcet, Fouché, Thibaudeau

1825 :

Durand-Maillane, Lanjuinais, Dulaure

1829 :

Levasseur de la Sarthe, Ferroux

1830 :

Brissot

1834 :

Sergent

1837 :

Grégoire, Lakanal

1842 :

Barère

1848 :

Daunou

1861 :

Pontécoulant

1866 :

Pétion

1876 :

Maignet

1884 :

Fockedey

1885 :

Dubois-Crancé

1887 :

Courtois

1888 :

Cassanyès

1893 :

Billaud-Varenne, Baudot

1895 :

La Revellière-Lépeaux, Barras

1897 :

Choudieu

1899 :

Picqué

1907 :

Pinet

1912 :

Prieur de la Marne

Notes

1 C’est la célèbre image proposée par le député girondin Vergniaud, à la tribune de la Convention, en mars 1793 : « Alors, citoyens, il a été permis de craindre que la Révolution, comme Saturne dévorant successivement tous ses enfants, n’engendrât enfin le despotisme avec les calamités qui l’accompagnent » (Moniteur, Réimpression de l’ancien, depuis la réunion des États Généraux jusqu’au Consulat, Paris, Bureau central 1847-1868, vol. XV, p. 702) : Vergniaud sera, on le sait, l’une de ces victimes.

2 Voir A. Dieuleveult, « Mort des Conventionnels », Annales historiques de la Révolution française, 1983, p. 157-166, notamment les p. 161-162 : sur 897 conventionnels élus (ce chiffre comprend les suppléants), 777 sont encore vivants quand les pouvoirs de la Convention prennent fin, le 26 octobre 1795 ; 490 (à savoir 55 %) sont encore en vie à la fin de l’Empire ; 184 (21 %) en 1830, à la fin de la Restauration ; 9 anciens conventionnels assistent à la révolution de 1848, et 4 voient la fin de la Seconde République : Dumont, Fockedey, Pontécoulant (morts en 1853) et Thibaudeau (mort en 1854) connaissent ainsi les débuts du Second Empire ! Dans son article, Dieuleveult fait un large usage de l’ouvrage de A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels (Paris, Rieder, 1916), qui reste l’outil de travail indispensable pour toute recherche sur les conventionnels.

3 On sait que la monarchie adopte une attitude de clémence envers l’ancien personnel politique de la Révolution, lors de la première Restauration ; mais à la seconde Restauration, après l’affreuse parenthèse des Cent-Jours, on arrête d’abord, par l’ordonnance du 24 juillet 1815, de bannir à vie du territoire national trente-sept personnes qui avaient déployé une activité politique particulièrement intense en faveur de Napoléon, pendant les Cent-Jours (parmi elles figurent les anciens conventionnels Carnot, Barère, Garnier de Saintes, Thibaudeau, Merlin de Douai) ; ensuite, sous la pression des « faucons » du gouvernement monarchique – Louis XVIII lui-même aurait envisagé, dit-on, des solutions plus modérées – une loi dite « d’amnistie » (12 janvier 1816), tout en amnistiant les collaborateurs les moins en vue du régime impérial, bannissait à vie les anciens conventionnels coupables, à la fois, d’avoir voté la mort de Louis XVI, en 1793, et de s’être ralliés à Napoléon, à son retour de l’île d’Elbe, ne serait-ce que par la signature de l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire. 153 régicides, sur les 206 qui sont encore vivants en 1816, sont obligés de quitter la France. Les historiens ne se sont guère attardés, récemment, sur les exilés de la Convention. La bibliographie spécifique ne comporte qu’une poignée de titres déjà anciens : E. Welwert, Lendemains révolutionnaires. Les régicides, Paris, Calmann-Lévy, s. d. [1906] ; P. Duvivier, L’exil du comte Sieyès à Bruxelles (1816-1830), Malines, Godenne, 1910 ; Id., L’exil du comte Merlin dans les Pays-Bas (1815-1830), Malines, Godenne, 1911 ; et Id., L’exil de Cambacérès à Bruxelles, Malines, Godenne, 1913 ; P. Bliard, Les Conventionnels régicides, Paris, Perrin, 1913. Je n’ai pas pu consulter G. de Froidecourt, « Les Conventionnels régicides réfugiés à Liège sous la Restauration : Thuriot de la Rosière et ses amis ». Bulletin de la société royale du vieux Liège, 1956, t. v.

4 Voir E. Quinet, La Révolution [1865], Paris, Imprimerie Nationale, 1889, vol. II, p. 280.

5 Je reprends ici le récit de Heinrich Heine, dans ses Französische Zustände (in Id., Sämtliche Werke, Leipzig-Wien, s. d., vol. V, p. 166).

6 Voir L. Guerci, Libertà degli antichi e libertà dei moderni. Sparta, Atene e i'phibsophes’nella Francia del ‘700, Napoli, Guida, 1979.

7 Voir R. Koselleck, Kritik und Krise. Ein Beitrag zur Pathogenese der bürgerlichen Welt [1959], dont je cite l’édition italienne, Critica illuminista e crisi della società borghese, Bologna, Mulino, 1972, p. 39.

8 Définition de l’ex-conventionnel Courtois ; voir P. Robinet (éd.), « Notes et souvenirs de Courtois de l’Aube », La Révolution française, 1887, p. 806-820, 922-942, 998-1020 (la citation à la p. 935).

9 Je renvoie, ici encore, à une formulation de Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 383.

10 Montesquieu, Dialogue de Sylla et d’Eucrate [1748], in Id., Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, 1949, p. 501-507 (la citation à la p. 504).

11 Voir P. Nora, « Les Mémoires d’Etat », in Id. (éd.), Les Lieux de mémoire, vol. II, La Nation**, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400.

12 La constitution de notre corpus a posé de sérieux problèmes en ce qui concerne la crédibilité des différents textes de Mémoires. Nous les avons résolus au coup par coup, sans pouvoir éliminer dans certains cas une marge d’incertitude (voir tableau I). Le corpus de Mémoires de la Convention, qui comporte plusieurs dizaines de textes, est plus riche que ceux de l’Assemblée Constituante, de la Législative et des Chambres du Directoire. C’est aussi le plus cohérent ; l’appartenance à la Convention constitue un critère de sélection net qui permet de définir un ensemble plus unitaire que ne pourrait l’être, par exemple, le corpus constitué par les Mémoires contrerévolutionnaires – Chateaubriand pourrait y voisiner avec Madame de La Rochejaquelein –. C’est, enfin, le moins étudié : quoique les textes aient été publiés dès la Troisième République, aucune étude critique ne leur a été consacrée. Ce désintérêt contraste fortement avec le renouveau d’attention pour les Mémoires de l’époque napoléonienne ainsi qu’avec l’intérêt naissant pour les témoignages des acteurs « mineurs » de la Révolution.

13 F. Furet, La gauche et le jacobinisme au milieu du XIXe  siècle. Edgar Quinet et la question du jacobinisme, 1865-1870, Paris, Hachette, 1986, p. 14.

14 Le nom de Lafayette est le seul nom de révolutionnaire qui figure dans l’onomastique des rues parisiennes entre 1815 et 1848 ; Lafayette est encore en vie, en 1830 (il ne meurt qu’en 1834), quand son nom remplace celui de Charles X, le roi « sortant » ! Danton doit attendre 1888 pour avoir une rue à son nom dans Paris, tandis que Robespierre – oublié par le Front Populaire ! – devra patienter jusqu’en 1946. Je dois ces renseignements à la courtoisie de Daniel Milo, auteur du chapitre « Les noms des rues » dans l’ouvrage de P. Nora (éd.), Les Lieux de mémoire, vol. II, La Nation*, Paris, Gallimard, 1986, p. 283-315.

15 J’ai tiré d’utiles suggestions de méthode de l’œuvre du fondateur de la moderne prosopographie historique, L. B. Namier, dont j’ai utilisé, notamment, le recueil d’articles, en italien, La rivoluzione degli intellettuali e altri saggi sull’Ottocento europeo, Torino, Einaudi, 1972, en particulier p. 267 et suivantes.

16 Dans l’esprit de R. Cobb, « The Biographical Approach and the Personal Case History », in Id., Reactions to the French Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1972, p. 62-127.

17 On sait que Furet a contesté l’usage acritique qu’en ont fait certains historiens : voir Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978, p. 18 et suiv.

18 A. Galante Garrone l’a bien montré, pour ce qui concerne le célèbre ouvrage de Buonarroti, La Conspiration pour l’Égalité : Voir Filippo Buonarroti e i rivoluzionari dell’Ottocento (1828-1837), Torino, Einaudi, 1951 [mes citations renverront à la nouvelle édition, parue chez le même éditeur en 1972 ; édit. française chez Flammarion].

19 Je renvoie, naturellement, à Le Dix-huit brumaire de Louis Bonaparte [1852], et aussi, pour la période 1852-1870, à la célèbre lettre de Marx à De Paepe (« [...] le drame des Français, [...] ce sont les grands souvenirs ») : voir, sur la question, F. Furet, Marx et la Révolution française, Paris, Flammarion, 1986, (notamment p. 118 et suiv.), et la réplique de C. Mazauric, Jacobinisme et Révolution : autour du bicentenaire de Quatre-vingt-neuf, Paris, Éd. Sociales, 1984, p. 64.

20 Voir Quinet, La Révolution, op. cit., vol. II, p. 28 ; ou la plainte de Renan dans La Réforme intellectuelle et morale de la France (Paris, M. Lévy, 1871, p. 118) : la France est « une nation fondée sur ce déplorable principe qu’une génération n’engage pas la génération suivante, si bien qu’il n’y a nulle chaîne des morts aux vivants, nulle sûreté pour l’avenir ».

21 Voir M. Agulhon, 1848 ou l'apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1973, p. 5-6. Je n’ai pas pu consulter la thèse de E. L. Eisenstein, The Evolution of the Jacobin Tradition in France : the Survival of the Ethos of 1793 under the Bourbon and Orleanist Regimes, Ph. D. Dissertation, Radcliffe College, 1952.

22 Voir H. Heine, Französische Zustände, op. cit., p. 24.

23 H. Heine, Reisebilder [1826], in Id., Sämtliche Werke, op. cit., vol. III, p. 118.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search