Versione classicaVersione mobile

Mémoire de la Terreur

 | 
Sergio Luzzato

Préface

Michel Vovelle

Testo integrale

1L'idée apparaît, après coup, évidente – mais pourquoi n’y avait-on pas pensé ? – de se rendre à Bruxelles, où l’exil des régicides a concentré, après 1815, ces vieux messieurs fort propres et souvent assez pauvres, que les Belges regardent à distance. Ils ont du sang sur les mains, comme on dit, celui du roi et de pas mal d’autres : ce sont les montagnards. Ils vont se raconter, et Sergio Luzzatto analyse ces Récits de la maison des (presque) morts. Ils le font sans souci excessif d’autojustification, au nom d’une culpabilisation déplacée, mais avec le désir toutefois d’expliquer et de témoigner.

2Tel quel, ce témoignage s’inscrit – nous dit l’auteur – entre deux séquences d’émergence, ou de fabrication de la mémoire révolutionnaire. La mémoire des girondins a connu son heure la première dans l’après-Thermidor, au temps des réhabilitations ; puis on pourrait parler d’une troisième phase, lorsque l’accent mis sur la révolution de l’an II par les révolutionnaires de la nouvelle génération, au temps où Laponneraye “confessera” Charlotte Robespierre, va susciter, créer même une nouvelle mémoire retravaillée. Nos vieux conventionnels de la Montagne sont seuls, eux, devant leurs souvenirs. Ne disons pas qu’ils élaborent un discours collectif unanime ; ce microcosme a ses tensions – ses exclus de l’intérieur même comme Sieyès -, mais corrigées par la solidarité de l’exil, le recul dans le temps, la communauté du souvenir.

3Sans masquer les différences, l’auteur peut donc sans artifice établir ce qui rassemble ces survivants autour de valeurs communes – la République, le Salut Public, un déisme peut-être plus près de Voltaire que du Rousseau de Robespierre, la Révolution assumée dans tous ses aspects : ce qui passe par la Terreur, revendiquée comme nécessité –, par quoi ils se distinguent des historiens leurs contemporains, comme Thiers et Mignet, qui y voient une tache dans un événement qu’ils acceptent. Au rang des valeurs positives, la revendication de l’héritage passe par l’éloge du peuple, même si ce populisme est parfois ambigu. Mais il y a aussi les rejets, d’un côté, de l’autre : la condamnation réitérée de la Gironde, au nom d’arguments que l’on dirait “de classe” – plus perspicaces que Cobban, ces témoins d’eux-mêmes savent ce qui distingue socialement girondins et montagnards – ; mais aussi la proscription réitérée de Robespierre, chez la plupart d’entre eux – Levasseur fera exception à la règle – : thermidoriens de droite ou de gauche, nos montagnards n’ont pas fini de régler ce compte.

4Ainsi, leur univers n’est point totalement pacifié, il s’en faut, car si la problématique des causes de la Révolution et de sa dynamique interne semble claire aux vieux exilés, si la Terreur même leur paraît justifiée par la guerre extérieure, mais surtout civile, si l’œuvre historique de la Révolution leur semble donc un acquis incontournable, ils ont du mal à expliquer l’après-Thermidor, ou comment s’est défait ce système (questions et réponses qui travailleront, aussi, la conscience des nouvelles générations, telle que l’auteur l’analyse dans les derniers chapitres de son livre). D’où un pessimisme, si ce n'est des remords, des occultations significatives dans le souvenir des lieux et des événements, des nostalgies aussi qui se bercent d’un retour au passé, celui lointain de l’Antiquité – nous sommes tous des Cincinnatus... – ou celui, plus proche, de la vie d’Ancien Régime, avant la Révolution.

5Réflexe peut-être de vieillards : ces hommes qui ont changé le monde avec tant d’énergie, ferment la parenthèse de l’engagement militant pour revenir à la sagesse du vieil Horace. C’est à une enquête fascinante que nous convie Sergio Luzzatto, à travers un parcours impressionnant de brillant et de culture. Il a su avoir pour ces vieux messieurs une sorte de sympathie attentive. Et l’on dirait qu’ils l’ont remercié en lui livrant leurs secrets.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search