Version classiqueVersion mobile

Les Débuts de l'instruction civique en France

 | 
Alain Mougniotte

Troisième partie. L'instituteur, agent de l'instruction civique, devient acteur

Chapitre XI. L'instituteur devient acteur : 1902-1914

Texte intégral

1La dernière période, de 1902 à 1914, voit naître une critique de l'instruction civique ou, plus exactement, une réflexion critique sur la philosophie politique incarnée dans son programme et ses développements. L'instituteur n'est plus un agent solitaire. Il est membre d'un corps de l'Etat, et prend conscience de sa réalité et de son rôle à travers les étapes des groupes amicaux, des associations syndicales et des congrès. Dès lors, une critique des manuels d'instruction civique va naître à partir d'autres philosophies politiques, radicalisme et socialisme. Pourtant, le sens de la Nation et de la Patrie, saisi sur l'air de la Marseillaise, se fortifie lui aussi à travers les succès et les épreuves de la République, sur les théâtres intérieur et extérieur.

2Les voix du mécontentement prennent davantage de force. Deux groupes s'opposent de plus en plus durement : ouvriers et bourgeois. La Confédération générale du travail rassemble de plus en plus d'adhérents. Quant au gouvernement, il se raidit et réprime les grévistes, qui sont sévèrement matés. Les troupes servent à casser les mouvements de grève. Une vaste campagne va commencer : l'antimilitarisme. Les cégétistes invitent leurs frères de sang sous les drapeaux à ne pas répondre aux ordres des officiers lorsqu'on leur demandera de tirer sur les ouvriers ou d'assurer la marche d'une usine. En 1907, le 17ème régiment de ligne se mutine et refuse de charger les vignerons du midi en révolte ; les mutins seront envoyés dans le sud algérien, mais leur action sera érigée en symbole par les opposants à cette armée, perçue comme l'instrument des patrons : l'Etat protège le puissant, opprime le pauvre. Ainsi, les anarchistes auront des arguments. Les socialistes sont pour la suppression du militarisme ; si une loi militaire avait ramené le service légal à deux ans pour tous en 1905, il repasse à trois en 1913. Des deux côtés du Rhin, on prépare un conflit qu'on juge inévitable. En France, une droite nationaliste se fortifie.

3A partir de 1905, la lutte sociale est organisée, l'affrontement idéologique est virulent, de jeunes instituteurs se lancent dans la bataille, dont les plus connus sont Marius Nègre et les Mailloux. Nous chercherons si cette conjoncture influença ou non l'enseignement civique.

I. L'ACTIVITE SYNDICALE DES INSTITUTEURS

L'amicalisme

4En pleine affaire Dreyfus, les élections de mai 1898 marquent une défaite pour la droite. De nombreuses associations d'instituteurs naissent à la faveur de ce climat politique nouveau. Le rapport Jeannenet dénombre :

30

sociétés

d'instituteurs

en 1885

25

sociétés

d'instituteurs

en 1891

60

sociétés

d'instituteurs

en 1899

77

sociétés

d'instituteurs

en 1900

115

sociétés

d'instituteurs

en 1903

5Le congrès de Paris (1900) signifie une rupture avec la thèse gouvernementale, hostile aux associations d'instituteurs. Georges Leygues reconnaît officiellement les amicales. C'est "un corporatisme de compromis, de négociation, de collaboration confiante avec l'administration". Seule une minorité d'instituteurs adhérait. "Les amicales étaient inféodées d'assez près au parti radical et aux loges maçonniques. Elles n'avaient pas su encore se dégager de la tutelle politique, à l'exemple du syndicalisme ouvrier". Cette tolérance gouvernementale, sous la pression des événements politiques, n'intervient donc qu'à propos de la pédagogie ou d'activités philanthropiques.

6Ces amicales constitueront une sorte de relais gouvernemental ; en majorité, elles sont très respectueuses de l'ordre établi et de la hiérarchie. Elles soutiennent très fermement le régime républicain radical. Pour leurs adhérents, l’école laïque est l'école de la Troisième République. Beaucoup de directeurs sont amicalistes. De 1902 à 1912, "la vie des syndicats et des amicales est très intimement mêlée. Avant la guerre de 14-18, elles "parvenaient difficilement à secouer la torpeur du personnel enseignant primaire". En 1907, la Fédération des amicales comptait 109 associations et regroupait 85 000 adhérents sur 115 000 fonctionnaires en exercice (74 %) ? On trouvait trois tendances :

  • une tendance "vieil instituteur" jusque vers 1908-1909,

  • une tendance plus avancée "syndicaliste-réformiste", formée d'éléments plus jeunes,

  • une tendance encore plus avancée : les syndicalistes révolutionnaires, qui, le plus souvent, avaient rompu avec l'Amicale.

7Mais, à partir de 1909-1910, les instituteurs perdent "leur confiance naïve dans les députés et dans l'autorité". Les amicales se transforment et prennent une allure plus indépendante et plus revendicatrice, tandis que leurs effectifs montent à 97 000 membres.

Les causes du syndicalisme

8"Chez les fonctionnaires, de même que chez les ouvriers, le syndicalisme, à l'origine, est un réflexe de défense. Puis, il devient une doctrine qui se propose, au-dessus et au-delà de la satisfaction de besoins immédiats, de transformer l'Etat et de promouvoir une société plus humaine et plus juste". Les instituteurs s’élèvent contre l'intrusion croissante de la politique et le népotisme érigé en doctrine d'Etat. Ils veulent affirmer leur indépendance et prendre la parole. Ils critiquent la conception de l'Etat-roi, dont la doctrine de gouvernement est celle d'un pouvoir autoritaire et infaillible. Ils revendiquent un Etat-patron.

9L'Etat infaillible et puissant est ébranlé. Il craint pour son autorité, qu'il refuse de partager avec les élus d'une corporation. Il assimile le syndicat à un instrument de révolution. De fait, celui-ci "contribue à saper et détruire l'ancienne notion de l'Etat".

10Le "dogme de l'infaillibilité" gouvernementale tombe. Le gouvernement n'est que l'expression d'une majorité ; il peut se tromper mais, surtout, il "trompe sciemment les fonctionnaires et le public par des campagnes de presse, afin de maintenir ses prérogatives". La bonne marche du service public n'exige plus l’obéissance servile. Les syndicalistes proposent une sorte de co-gestion des services publics. A la pointe du combat, ils sont convaincus de défendre la cause juste. Ils sont suivis par "l'Humanité" et, à la Chambre, par les socialistes unifiés, qui livrent bataille pour les instituteurs et la reconnaissance du droit syndical. La droite et les républicains modérés s'opposent fermement à des principes qui conduiraient, selon eux, à l'anarchie. Ils s'érigent en défenseurs des lois, de la République et de la Patrie. La revendication et l'accaparement des valeurs nationales par un parti sont, affirment-ils, source de malentendus et de divisions, ils amènent à troubler la conscience du citoyen non averti.

Le syndicalisme des instituteurs

  • 1 Ferré (M.), Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire chez les instituteurs (des origines (...)

11Le principe de l'action des instituteurs est la "transformation de la société", qui dépend "de la volonté des individus". Ils veulent "arracher à une administration toute puissante, un peu plus de justice, de sécurité, de bien-être". Les jeunes instituteurs, adjoints ou chargés d'école, forment le gros des troupes ; des raisons d'ordre matériel et idéalistes les animent. Max Ferré trouve les origines de cette action tenace et de cette critique virulente des institutions dans l'affaire Dreyfus. Le manque de liberté civile est durement ressenti, "Théo Bretin est censuré pour avoir fait à la Bourse du Travail une causerie sur la guerre. Ayant, par la suite, fait campagne contre le ministre Sarrien, il est déplacé d'office de Chalon-sur-Saône à Chissey-en-Morvan, à vingt-et-un kilomètres de la gare". Le Temps, pourtant peu favorable aux instituteurs, déplore qu'ils ne soient "plus au service de l'Etat" mais "du député de la circonscription1". Le journal l'Emancipation de l'Instituteur, fondé par un instituteur-adjoint de Paris, Albert Surier, prend comme devise "Sois un homme puisque tu dois faire des hommes". La Revue de l'enseignement d’E. Glay et A. Franchet, mène une ardente propagande pour la transformation des Amicales en syndicats, dont, à Paris, Marius Nègre est un farouche partisan. Le premier syndicat d'instituteurs naît dans le Var, par la transformation du "Cercle pédagogique du Var" le 16 juin 1904 (dépôt des statuts) ; il se constitue en violation de la loi mais avec l’appui de l'administration. En 1905, des sections des Amicales se transforment en syndicats d'instituteurs et adhèrent aux Bourses du travail.

  • 2 Ibid., p. 78, Manifeste des instituteurs syndicalistes, rédigé par Roussel, président des normalien (...)

12Puisqu'ils forment des hommes, les maîtres vont critiquer l'enseignement de l'école laïque. "Notre enseignement n'est pas un enseignement d'autorité. Ce n'est pas au nom du gouvernement, même républicain, ni au nom de l'Etat, ni même au nom du peuple français que l'instituteur confère son enseignement : c'est au nom de la vérité2".

L'éducation civique à l'école

13Affiliés à la C.G.T., "devenue un véritable foyer d'anarchie" selon le gouvernement, les maîtres syndicalistes prêchent-ils auprès de leurs élèves "l'antimilitarisme, la désertion, l'insurrection, la lutte des classes et la révolution1" ?

  • 3 Ibid., p. 147, Max Ferré cite un article de M. Laurin dans l'Ecole rénovée, p. 25.

14Les syndicats ouvriers et les anarchistes critiquent ouvertement l'école laïque, école de l'Etat, et contestent les valeurs qu'elle enseigne, principalement l'ordre économique, l'obéissance à la loi et la soumission aux capitalistes. Pelloutier déclara au congrès des syndicats et des Bourses du travail : "(…) Et quant au catéchisme de morale civique, il est aussi funeste, plus funeste peut-être que l'autre, puisqu'il fait aux déshérités un devoir de tuer des frères en révolte, pour le maintien des privilèges des possédants". Un autre congressiste enchaîna : "Nous devons fonder des écoles (…) où ceux, en qui est placé notre avenir, apprendront que le nationalisme, le militarisme, le cléricalisme ne peuvent être que le suppôt des erreurs du passé dirigé contre l'avenir, incarné dans la liberté, la solidarité, la justice3".

  • 4 Ibid., p. 148, Max Ferré nous apprend que Louis Bouet fit un rapport au congrès d'Angers (1910) rel (...)

15Qu'en est-il exactement de l'opinion des instituteurs syndiqués ? Ils refusent l'enseignement officiel et militant "dans le sens d'une éducation plus conforme aux aspirations de l'enfant et aux nécessités de la vie sociale4". Leur idée éducative s'inspire de trois principes :

  • respecter l'enfant, en ne le vouant pas irrémédiablement dès l'école à une tâche d'ouvrier ;

  • l'élever à l'abri de tous les préjugés religieux, bourgeois ou patriotiques ;

  • semer au coeur des fils du peuple la haine des classes spoliatrices.

16Les anarchistes, très peu nombreux parmi les instituteurs, contestent le monopole de l’Etat sur l'enseignement : c'est "le noeud gordien de la question sociale, les vainqueurs l'ont compris et font donner un enseignement tout dévoué à leur puissance". Ils critiquent la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, qui impose à la nation de "former de parfaits républicains, des citoyens soumis, des patriotes enthousiastes, des brutes". Ils prennent pour cible les manuels scolaires, particulièrement ceux d'histoire, d'instruction civique, de géographie et de morale, propres à former des patriotes républicains, chauvins et tout dévoués aux patrons. Un illettré est préférable à un "empoisonné de la laïque", "un croyant de la Sainte Trinité à un croyant de l’icône tricolore". De l'école sortent des "moutons incapables de penser en dehors du dogme des lois… d'agir en dehors des pasteurs et des bergers". Les instituteurs gouvernementaux sont les "flics intellectuels de la classe capitaliste", "l’instituteur est plus dangereux que le policier. Il fabrique un esclave, il nous ampute dès le jeune âge. C'est grâce à lui que la viande veule va remplir les usines et les casernes". L’enseignement dans les écoles de l'Etat se résume dans la devise : "Patrie - Morale - Scrutin". Son but est de faire "des hommes conformistes et dévoués à l’Etat" et son idéal laïque est "l'unité dans la masse, l'effacement dans la totalité, l'égalisation dans le médiocre, conditions sine que non de la stabilité des régimes d'ordre1"

17.Nous ne pouvons affirmer que l’enseignement civique ait été résolument engagé sur la voie d'un militantisme acharné, niant les valeurs d'ordre. En revanche, qu'il nous soit permis d'émettre des réserves sur la conviction avec laquelle celles-ci étaient enseignées ; cela pouvait se manifester par une instruction sèche, sans commentaire, même avec des omissions volontaires sur telle partie du programme. Par ailleurs, les instituteurs n'étaient pas antipatriotes ni antimilitaristes, mais résolument pacifistes, (même si les syndicats affichaient leur antimilitarisme). A partir de 1905, ils sont de vibrants apologistes de la paix.

  • 5 Le mouvement féministe apparut dès 1903.

18S'agissant des filles, nous ne sommes pas sûr non plus que certaines nuances n'aient pas été introduites par les institutrices, qui revendiquaient, entre autres choses, l'égalité de leur mouvement avec celui des hommes. Le rôle de la femme est contesté ; souvent ouvrière et ménagère, elle aspire au droit de vote. Comment, donc, une jeune institutrice militante féministe5 pouvait-elle, dans ce cas, justifier la non-participation des femmes au scrutin par l'absence de l'accomplissement du service militaire ?

Le congrès de Chambéry et le malaise d'avant-guerre

  • 6 Oeuvre créée à l'initiative de la C.G.T. en 1900. Les adhérents des syndicats se cotisaient pour en (...)

19Le congrès de la Fédération des syndicats d'instituteurs de 1912 eut lieu à Chambéry. Il y fut voté une motion en faveur de la participation à l'oeuvre du "Sou du soldat"6. Tout de suite, la presse hostile aux instituteurs s'empara de l’événement pour les traiter d’antipatriotes et d'antimilitaristes. Dans la perspective d'une guerre éventuelle avec l'Allemagne, on opposa une jeunesse allemande, patriote, à une jeunesse française antipatriote et antimilitariste. On voulut épouvanter la bourgeoisie. Les instituteurs résistèrent aux attaques ; seul un tout petit nombre se disait internationaliste et pacifiste. Le 15 septembre 1912, Ferdinand Buisson prit leur défense dans le Radical en écrivant : "Il n'y a pas d'instituteurs antipatriotes". Le 13 décembre 1912, à la Chambre, Maginot les adjura "d'enseigner un patriotisme vigilant et d'inculquer aux enfants le culte de la patrie1". Le 12 janvier 1912, Poincaré avait formé un gouvernement d'union des partis et il avait remis à l'ordre du jour la mystique nationale. Un conflit armé avec l’Allemagne couvait En 1913, devenu Président de la République, il fit voter la loi militaire de trois ans et prit des sanctions disciplinaires contre les instituteurs syndicalistes.

II. LA CRITIQUE DES MANUELS D'INSTRUCTION CIVIQUE

20Les manuels donnent lieu à diverses objections, qu'on peut classer et répertorier en trois groupes principaux, celles qui émanent des milieux socialistes, celles qui procèdent du gouvernement, enfin celles que formule l'Eglise.

La critique socialiste

21La Petite République, à tendance socialiste, invita les instituteurs à concourir sur la question : "Connaissez-vous des livres scolaires qui vous semblent ne pas répondre aux exigences et aux aspirations de l'esprit moderne ? En donner la liste avec quelques citations caractéristiques". Un jury fut composé ainsi :

Président :

F. Buisson

Membre :

- Le sénateur Delpech (du Grand Orient de France)

- Le député radical Charles Beauquier (ardent prédicateur du désarmement universel)

- Le député socialiste Carnaud (ancien instituteur).

  • 7 Goyau (G.), "L'école primaire et le patriotisme, II : la crise actuelle" Revue des deux mondes, 15 (...)

22Les quatre personnalités examinèrent deux mille mémoires. Elles retinrent celui d’Antonin Franchet, cet instituteur de Paris qui avait un jour déclaré à l'Amicale de la Seine : "Si l'Alsace nous était restituée, nous devrions, nous, avec un meaculpa, restituer Madagascar"7.

Les trois dogmes

23A. Franchet dénonça les trois dogmes enseignés dans les manuels : Dieu - la patrie - le capitalisme.

24- L’idée de patrie, figée, "est capable d'évoluer et de s'épurer, de se purger de la haine et de l’injustice, du devenir pacifique et humanitaire". Au lieu d’être une école de la justice, de la Fraternité et de la Solidarité, l'école laïque est une école de haine. Elle incite à la revanche, elle glorifie la guerre, "l'éducation de la haine contre l'étranger s'étale dans les ouvrages actuellement en usage dans les écoles républicaines". De ce point de vue, furent déclarés mauvais les livres qui prêchaient cette brutale revanche :

  • COMPAYRE G. : Instruction morale et civique

  • SEIGNETTE A. : Morale et enseignement civique (livre du maître)

  • BURDEAU A. : Devoir et Patrie

  • BERT P. : L'Instruction civique à l'école

  • LALOI P. : Première année d'instruction morale et civique

  • MEZIERES A. : Education morale et instruction civique

  • CHAUMEIL : Le Livre d'instruction morale et civique

25- Enfin le capitalisme, ce dogme bourgeois, se distingue par ses idées de parti et ses sentiments d'égoïsme. Les livres atteints du mal sont :

  • BERT P. : L'Instruction civique à l’école

  • MEZIERES A. : Education morale et instruction civique (où l'auteur justifie l'inégalité d'éducation et d'instruction par la fortune des parents)

  • MABILLEAU L. : Cours supérieur d’instruction civique

26Pour Antonin Franchet, l'école laïque apprendrait "absolument, aveuglément, à aimer la Patrie" et à respecter "l’ordre" actuel de la société. "Tous ceux qui aspirent à une meilleure organisation sociale sont présentés comme des utopistes ou des malades de cervelle". Les socialistes réclament un enseignement critique et refusent les mensonges et l’antisocialisme des manuels et de l'école.

A propos des livres d'histoire

27Cet instituteur demandait que, à travers un exposé plus complet de l'histoire depuis la Révolution, on fît des comparaisons et, surtout, des tentatives d'éducation morale et civique car, disait-il, "l'enseignement actuel de l'histoire à l’école primaire ne concourt pas -ou pas suffisamment- à l'éducation civique, il importe qu'on cherche à y remédier". Selon lui, une révision des programmes serait souhaitable. Les deux cours d’histoire et d'instruction civique ne devraient pas être distincts l'un de l'autre, le premier préparant le second, qui en constituerait la conclusion. Il en tirait une conséquence pour les manuels : "Il y aurait intérêt à ce qu'on ne souffrît pas que ces deux enseignements pussent être données dans des livres différents".

Les bons manuels

28Les livres qui répondaient aux critères du socialiste Franchet, donc utilisables pour l'enseignement civique, étaient au nombre de trois :

  • PRIMAIRE E. : Manuel d’éducation morale, civique et sociale

  • AULARD A. : Instruction civique

  • SEIGNETTE A. : Morale et enseignement civique

Proposition de mesures

29Une série de cinq mesures à prendre était soumise à la réflexion des lecteurs :

  1. création d’une commission nationale de choix des livres ;

  2. révision des programmes pour donner une place prépondérante à l'enseignement moral et à l'enseignement civique ;

  3. concours pour la composition :

    • d'un livre de morale et de lectures éducatives

    • d'un livre d'histoire et d'éducation civique ;

  1. fourniture gratuite par l'Etat de ces deux ouvrages à tous les élèves du cours supérieur, pour devenir le guide et le compagnon de l'adulte citoyen ;

    • 8 Franchet (A.), Le Bon Dieu laïque, Comment on fait des Cléricaux et des Nationalistes, Editions de (...)

    instauration d'une épreuve de rédaction, distincte de celle de morale et d'éducation civique, au certificat d’études primaires, comme sanction de l'enseignement préconisé en 28.

  • 9 Goyau (G.), "L'école primaire et le patriotisme, II : la crise actuelle” Revue des deux mondes, 15 (...)

30Georges Goyau indique que le mémoire fut reçu dans un discret silence par la presse et les maisons d'éditions. Et il conclut : "Voilà comment Paul Bert et Gabriel Compayré ont eu l'étrange fortune de subir, à vingt ans de distance, l'Index de l'Eglise catholique et l'Index du pacifisme républicain". Il était amer de voir "l'esprit de Paul Bert, de Jules Ferry, d’Auguste Burdeau définitivement condamné par le personnel scolaire de Paris9". Le Tour de la France par deux enfants et Francinet étaient également expulsés par les Amicales de Seine-et-Oise et du Rhône. Seuls Primaire (pour l'instruction civique), Albert Bayet (pour la morale) et Gustave Hervé (pour l'histoire de France) avaient la faveur des socialistes.

Les interdictions gouvernementales

  • 10 B.I.P. Bulletin de l'instruction primaire du département de Saône-et-Loire.
  • 11 Elle se trouve dans la crypte de l'I.N.R.P., rue d'Ulm à Paris.
  • 12 Nous n'avons pas retrouvé aux Archives nationales le procès-verbal de la réunion du Conseil supérie (...)

31De 1905 à 1910, le gouvernement usa à trois reprises de son droit d'interdiction à l'endroit de manuels touchant de près notre sujet10. Nous avons pu retrouver trace des deux premiers. En revanche, nous avons découvert la 7ème édition de celui des époux Dès11, qui contient 224 pages et est composé de deux parties : l'une, de 205 pages sur l'éducation morale, divisée en six chapitres, dont un sur la Patrie ; l'autre, réduite à 8 pages, sur l'éducation civique. Il s'agit d'un résumé divisé en trois chapitres : Divisions administratives de la France (4 leçons) ; l'Etat (5 leçons) ; les services de l'Etat (18 leçons). C'est vraiment de l’instruction pure, sèchement présentée. Comment était-elle traitée dans les éditions antérieures ? Les auteurs avaient-ils été plus bavards dans leurs commentaires ?12 Nous ne le savons pas.

Les condamnations de l'Eglise

32Une nouvelle fois, l'Eglise prit les armes contre les manuels de l'école primaire laïque. Le 14 septembre 1900, les quatre-vingts archevêques et évêques de France adressèrent une lettre pastorale à tout le clergé, pour qu'il enjoigne aux parents de retirer des écoles publiques leurs enfants, afin que ceux-ci n'étudient pas dans les livres mis à l'Index par les autorités religieuses. Le ministre de l'Instruction publique, Jules Steeg, envoya une circulaire très ferme aux inspecteurs d'Académie, les engageant à résister vigoureusement aux prétentions de l'Eglise et à faire appliquer la volonté républicaine. Les syndicats participèrent eux-mêmes à l’action entreprise.

33Les évêques dressèrent des listes de manuels jugés mauvais. Ils ne justifièrent par leur opinion, mais formulèrent un avis succinct. On remarque que, en général, ils confondirent morale et instruction civique, ce qui paraît normal puisque l'une et l’autre étaient déjà plus ou moins mêlées. Le Cardinal Couillé centralisa les réponses et établit la liste des livres de morale et d'instruction civique considérés comme :

34- mauvais :

  • BAYET et AULARD : Morale et instruction civique

  • COIGNET (Mme) : De l échec de la démocratie

  • SIMON J. : Le Livre du petit citoyen

35- absolument mauvais :

- LUCIENNE

: Mes résumés

: Nouveaux résumés

: La préparation de la classe au CM

36Les autres livres mis à l'Index en 1883 le demeurent toujours en 1909.

37Les griefs étaient :

  • Ils dénaturent ou nient les dogmes formels du catholicisme.

  • Ils dénaturent, par leurs mensonges, le rôle religieux et social de l'Eglise à travers les siècles.

38Jean Guiraud, dans son Histoire partiale-Histoire vraie dénonçait "les nombreuses erreurs matérielles, preuve d'une rédaction hâtive" et les "grossières contradictions". Elles étaient logiques car les manuels condamnés étaient "presque tous l'oeuvre de "primaires" (inspecteurs primaires, professeurs d'écoles normales primaires, instituteurs)", incapables, selon lui, de consulter la plupart des documents originaux rédigés en latin, "langue inconnue des "primaires", qui sont obligés de se contenter de seconde ou troisième main. Il leur reprochait également de manquer de sens critique : "Le Moyen-âge représenté comme une époque de misère et de désespoir" et la troisième République "comme un régime de béatitude universelle". Le manque de culture des auteurs et leur impossibilité d'accéder aux textes anciens se manifestaient, entre autres, par une méconnaissance historique de l'impôt ; ils ignoraient "les précédents dans l'histoire de l'antiquité et du moyen-âge. Saura-t-il que l’impôt progressif des temps modernes, a été en usage dans les républiques antiques, dans les cités italiennes du Moyen-âge et partout une cause de gaspillage financier, de troubles civils et de décadence sociale ? Evidemment non !…".

39Compilation et documentation sans aucune originalité ni aucun discernement, le manuel était accusé d'une rédaction hasardeuse, sous l'emprise de passions politiques et religieuses. Pour Guiraud, "écrire un manuel, comme Guiot et Marne, pour faire des élèves de bons et sincères républicains, relevait d'une "tendance politique étrangère à la simple recherche historique". Les accusations portées par l’auteur à l'endroit des rédacteurs de manuels sont nombreuses :

  • exagérations, graves omissions, mutilations de toutes sortes ;

  • méconnaissance du rôle de la féodalité dans l'évolution des sociétés ;

  • méconnaissance du rôle historique de la royauté ;

  • glorification sans discernement de la Révolution ;

  • passions anti-religieuses ;

  • omissions volontaires ;

  • calomnies ou jugements haineux.

  • 13 Guiraud (J.), Histoire partiale - Histoire vraie. Tome I - : Des origines à Jeanne d'Arc, Gabriel B (...)

40En conclusion, les livres visés étaient remplis de "phrases creuses… de formules et de clichés… de faits maquillés… de documents travestis", résultat d'une calomnie sans cesse dirigée contre l'Eglise. Le gouvernement était "esclave de la maçonnerie13"…

La mise au point du gouvernement

  • 14 Chambre des députés, J.O. du 19 janvier 1910, p. 166.

41Par la voix de son ministre de l'Instruction, Gaston Doumergue, le gouvernement répondit le 18 janvier 1910 à la Chambre : "Nous n'hésitons pas à déclarer que les manuels d'histoire doivent enseigner les gloires républicaines et les conquêtes de la pensée moderne14". Le ministre cita les manuels d'histoire qui furent effectivement les plus attaqués, mais cette position engloba également l'instruction civique. Une circulaire adressée aux inspecteurs d'académie analysa la campagne dirigée contre l'école primaire publique.

  • 15 Bulletin de l'instruction primaire de Saône-et-Loire, no 356, avril 1911, pp. 154-159.

42En 1911, Le nouveau ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Théodore Steeg, voit dans ces attaques successives un dessein politique. Après avoir infructueusement tenté de "jeter l'alarme dans les consciences en représentant notre enseignement et ses maîtres comme les instruments d'une oeuvre de tyrannie intellectuelle et de démoralisation", les détracteurs de l'école avaient porté leur effort de discrédit sur les livres scolaires. T. Steeg recommanda aux maîtres de ne point s'isoler et d'appeler les parents d'élèves récalcitrants au bon sens et à l'impartialité. Il ajouta : "Nulle meilleure façon de dissiper les préventions et les préjugés qui séparent parfois les maîtres et les familles que de faire naître en eux des liens de confiance mutuelle et de sympathique estime". Ce contact avec les parents devait se compléter par un intéressement à la vie de la cité, "aux institutions d'éducation économique et sociale, aux oeuvres où se complète, se prolonge et s'affermit l'influence de l'école. Ils (les maîtres) les vivifieront en leur apportant l'impulsion de leur expérience et de leur sens pédagogique". Les instituteurs furent donc conviés à prolonger leur effort au-delà de leur classe. Cet effort est également celui de la République puisque, comme se plut à le rappeler le ministre, "solidaires dans leur évolution, nourries du même idéal, l'Ecole et la République peuvent se faire mutuellement crédit15".

  • 16 Bulletin de l'instruction primaire de Saône-et-Loire, no 386 d’août/sept. 1913, pp. 188-193 : circu (...)

43Après une réponse rapide et directe en 1910 et une adresse aux maîtres en 1911, une mise au point sur le choix des livres suivit en 1913. Enfin, une circulaire et un décret parurent sur ce dernier problème. Le ministre L. Barthou précisa aux recteurs les modalités d'inscription des livres sur les listes : "Il ne s’agit pas, bien entendu, sous prétexte de neutralité scolaire, de n'accorder votre approbation qu'à des ouvrages insignifiants, sans substance et sans doctrine… Ce que vous devez proscrire par respect de l'enfant, outre les livres contraires à la morale, à la Constitution ou aux lois, ce sont les ouvrages de polémique violente ou agressive, ceux qui provoquent ou entretiennent des haines entre les citoyens, ceux qui tendent à ébranler ou à compromettre le culte de la Patrie". On ne saurait être plus clair et direct ! Après ces lignes, fort de ces prérogatives ministérielles, il se permit d'ajouter ; "L'école publique, qui s'ouvre à tous les enfants sans distinction d'origine, de religion ou de parti, doit être, dans l'intérêt de tous et dans les voeux de chacun de nous, un asile de concorde et de paix, au seuil de laquelle se taisent les querelles qui nous divisent16".

III. LA MARSEILLAISE

  • 17 Tiersot (J.), "La Marseillaise à l'école", Revue pédagogique, 15 avril 1911, pp. 340-348.
  • 18 Nous donnons en annexe VII le texte de la circulaire, la notice et les paroles.

44La Marseillaise fut décrété chant national le 26 messidor an III (14 juillet 1795) par la Convention et, à nouveau, en 1879, par la République. Or, Edmond Goblot, alors professeur de philosophie à la Faculté des lettres de l'université de Lyon, fit observer au ministre de l'Instruction publique que le peuple de France ne connaissait pas son chant national ou, tout au moins, imparfaitement et était "incapable de le chanter d'une manière correcte17". Le ministre, après enquête, pensa qu'il était possible d'en exiger l'enseignement à l'école primaire. Maurice Faure, ministre de l'Instruction publique, par un arrêté de décembre 1910, chargea donc une commission d'établir une version officielle de la Marseillaise à l'usage des écoles. Celle-ci se réunit deux fois au ministère : les 23 janvier et 6 février 1911. Le 25 février, une circulaire parut. Un historique du chant devenu hymne national de la République accompagnait les paroles et la musique. Son enseignement devait aviver la flamme patriotique18.

IV. LE BILAN A LA VEILLE DE LA GRANDE GUERRE

Le rôle de l'objectif de l'école

45La République avait chargé ses instituteurs et ses institutrices, par l’intermédiaire de son école, de "former le citoyen d'un Etat populaire et libre". Elle avait parié sur l'intelligence de sa population électorale, éclairée dès l'enfance par un enseignement approprié aux nécessités du régime démocratique”. L'école préparait un enfant capable de comprendre la vie de la cité, éventuellement de la conduire mais, plus généralement, de s'y conduire. L'instruction et la connaissance pure des institutions et du fonctionnement de l'Etat ne représentaient qu'une partie infime d'un savoir civique beaucoup plus vaste, tout entier tourné vers l'éducation du citoyen. Les qualités morales de l'honnête homme, propres à former le bon citoyen, étaient développées. Chaque membre de la cité démocratique, acteur civique, était appelé "à démêler la vérité, le droit, l’intérêt d'un pays, tout au moins à reconnaître quels sont les hommes, les journaux les plus dignes d'être écoutés". L'histoire et la géographie aidaient à communiquer "des idées justes sur les destinées et la place de la France, ses défauts et ses fautes qui lui ont coûté cher en divers temps".

46L'objectif ultime était, bien entendu, avec le secours de la morale, de faire aimer son pays comme on aime sa famille. Ce sentiment permettait d'être indulgent envers ses faiblesses et ses défauts pour lui être tout dévoué au nom de l'intérêt général et dans les moments de malheur. En effet, la peur latente d'un soulèvement populaire conduisit le pouvoir à désirer une école d'ordre car, sans cela, un peuple était "d'avance condamné à devenir la proie des rhéteurs révolutionnaires". Le sens de l'ordre définissait l'idée du progrès, il était la condition fondamentale des transformations sociales…

  • 19 Pécaul (F.), L'Education publique et la vie nationale, Hachette, Paris, 1904, 2ème éd., 376 p.

47Cependant, comme nous l'avons vu, cette conception gouvernementale n'était pas partagée par toute une frange de la population. La récitation "d'un catéchisme appris par coeur, d'une nomenclature des pièces qui composent la machine politique et administrative" ne suffisait pas. Une cité libre est un organisme complexe et délicat, qui justifie une éducation civique articulée autour du sens de la liberté, de l'idée de la cité, et du sentiment de la justice. Cette éducation devrait être pénétrée "du respect sincère de la démocratie elle-même (…) de ses institutions (…) mais d'abord du respect du peuple lui-même19".

La formation des maîtres

  • 20 AD 71, T. 70 : rapport annuel de l’Ecole normale de garçons 1900/1901, 31 mai 1901. Les passages so (...)
  • 21 AD 71, T. 219, Procès-verbal du C.A P. (épreuves pratiques et orales) de M. Panter, instituteur au (...)

48Le rôle fondamental de l'instituteur et son attitude personnelle vis-à-vis de l'enseignement civique étaient un enjeu trop important pour que l’Ecole normale négligeât cette partie de la formation. C'est pourquoi l'histoire, enseignée à raison de trois heures par semaine dans chaque année et de façon "scientifique et philosophique", servait à dégager "les leçons de civisme, voire de haute morale qui se dégagent des événements et des faits et gestes des hommes et des sociétés". L'instruction civique aussi était étudiée "dans le même esprit et selon une forme nette et précise". On indiquait les règles qu'il fallait "s'astreindre à suivre", tout en laissant une certaine liberté de présentation au maître, afin de ne pas tomber dans "la sécheresse, la monotonie20". La leçon devait avoir lieu en début de journée, en alternance avec celle de morale, comme en témoigne un procès-verbal de certificat d'aptitude pédagogique : un candidat présenta une leçon commune à tous les élèves (la classe devait comporter plusieurs cours) dont l'objet était : "la commune, le maire, le conseil municipal, l’administration de la commune". Elle fut programmée de 8H00 à 8H30. Le jury émit le commentaire suivant : "Leçon incomplète. Pour être fructueuse, elle devrait être suivie d'un résumé composé par le maître, copié par les élèves et appris par coeur pour être récité au commencement de la prochaine leçon21". Nous ne savons rien sur les matériaux utilisés, de même qu'il nous semble que le sujet à traiter était un peu trop étendu pour la durée de la leçon. Peut-être s'agissait-il là d'une leçon récapitulative ?

Le problème du personnel

49L'école visait une finalité définie par un gouvernement Les maîtres étaient formés à l'école normale pour remplir cette tâche… Mais l’Etat se heurtait à un problème de recrutement. De 1880 à 1886, il se présentait annuellement 5 à 6 000 candidats ; en 1887, il y en eut 4 638 et en 1891, 2 034. Comme le remarquait Georges Goyau : "L'école normale, depuis lors, a cessé de sourire aux ambitions juvéniles".

50Il expliquait l'effet néfaste produit par la loi de 1889 sur le recrutement de l'armée, "dont certains avaient auguré qu'elle viderait les séminaires" mais qui contribua "surtout, et d'une façon plus irréparable, au dépeuplement des écoles normales". Les causes étaient de quatre ordres :

  • l'esprit de mécontentement et d'aigreur contre la modicité des traitements ;

  • l'attrait de certaines occupations commerciales ;

  • la difficulté qu'éprouvaient beaucoup de jeunes gens pour obtenir le brevet de capacité, requis depuis l'année 1887 pour l'entrée à l'école normale ;

- "Mais la cause essentielle de ce fléchissement, ce fut la mesure qui mit sur le dos de l'instituteur, comme sur le dos du prêtre et de tous les autres Français, un sac de soldat".

  • 22 Goyau (G.), "Le péril scolaire". Revue des deux mondes, 1er janvier 1906, pp. 175-200.

51Même lorsque les candidats étaient en nombre suffisant, l'Etat ne recrutait plus suffisamment "pour cause d'économie". On continuait "dans une partie de la France à entretenir des écoles normales qui fournissent à peine la moitié des maîtres ou des maîtresses dont le département a besoin. L'autre moitié se forme où elle peut, comme elle peut22". Triste situation, en effet que celle d'un Etat qui ne s'assurait pas de la qualité de ses maîtres d'école, alors qu'il leur confiait sa jeunesse et, par conséquent, son avenir et sa pérennité.

  • 23 Pécaut (F.), L'Education publique et la vie nationale, p. 137.

52Charles Dupuy écrivait que le contraste était "décidément trop fort entre le sacerdoce civique dont on investit les instituteurs et la médiocrité de la situation qu'on leur fait". A la faveur de la désunion des républicains et vingt ans après que Jules Ferry les ait conjurés de se tenir à l'écart de la politique, ils s'engagèrent activement dans un combat syndical et politique, dans l’espoir d'un avenir meilleur. Toutefois, une voix les mit en garde : "qu'ils sachent bien que, s'ils se dérobent par indifférence ou par esprit frondeur à ce service national, lequel ne souffre plus de délai, personne, non personne ne les suppléera. Qu’ils cherchent, qu'ils regardent autour d'eux, et qu'ils disent si je me trompe23".

  • 24 Goyau (G.), "L'école primaire et la patriotisme". Revue des deux mondes, 1er septembre 1905, pp. 50 (...)

53Georges Goyau alla même plus loin : l'instituteur était "payé par la nation pour un office national" ; l'Etat formait les citoyens, les armait ; il devait "les unifier sur les bancs de ses écoles comme dans les rangs de son armée" (…), "sans jactance, mais sans timidité, dans une certaine partialité pour cette patrie24" dont il était le servant.

54A l'occasion du banquet de la Société de secours mutuel des instituteurs de son département, le 21 mai 1902, l'inspecteur d’Académie de la Nièvre prononça un discours dans lequel il énonça les préceptes qui devaient diriger la conduite de l'instituteur… sous la forme d'un "décalogue" :

  1. Portez-vous bien !

  2. Continuez votre culture personnelle !

  3. Formez des esprits actifs et réfléchis !

  4. Suscitez de libres consciences !

  5. Formez de bons républicains !

  6. Formez de bons Français !

  7. Continuez l'éducation civique de vos concitoyens !

  8. Travaillez à l'éducation sociale du peuple !

    • 25 Dessez (Ch.), "Le Décalogue d'un instituteur", Revue pédagogique, 15 juillet 1902, pp. 14-22.

    Ayez confiance en vos chefs25 !

Un bilan très critique

Le manque d'efficacité de l'école primaire

  • 26 Goyau (G.), "Le péril primaire", Revue des deux mondes, 1er janvier 1906, pp. 182.
  • 27 En 1904, l'inspecteur général Cazes évalua la situation : - 5 % des enfants dans les campagnes ne f (...)

55Les autorités étaient bien obligées de se rendre à l’évidence ; les effets de l'enseignement civique (et de l'enseignement général) étaient loin d'être à la mesure des efforts déployés par les maîtres. Très lucides, elles ne firent pas porter sur ceux-ci l'essentiel de la responsabilité de ce demi-échec. La cause principale était une mauvaise fréquentation scolaire. En effet, nombreux étaient "les écoliers de mauvaise volonté qui figuraient officiellement sur les listes, mais qui, dès l'âge de onze ans, disparaissaient de l'école et qui, dans la durée même de leurs brèves années d'études désertaient complètement la classe pendant plusieurs mois26". Une circulaire ministérielle de 1896 signalait déjà le phénomène ; l'enfant n’effectuait qu’aux quatre-cinquièmes et même parfois aux deux-tiers son temps de scolarité obligatoire, en commençant plus tard et en finissant plus tôt27.

  • 28 Goyau (G.), Le Péril scolaire, p. 183. On trouve le compte-rendu complet de l'évaluation ainsi que (...)

56Le taux de mémorisation à long terme, mesuré au niveau de l'arrivée dans les casernes, était alarmant. En 1902, "sur 41 conscrits provenant des diverses régions du Sème corps d'armée, et considérés comme "lettrés", plus de la moitié d’entre eux ne pouvaient rien dire de Jeanne d'Arc ; les trois quarts ne connaissaient pas la signification de la fête nationale ; près des deux tiers ne savaient rien de la guerre de 187028". Arrivés à la caserne pour servir la France, ils ignoraient tout d'elle. Deux chances s'offraient à eux : les cours d'adultes et des cours dispensés à l'intérieur de la caserne.

57Une loi du 29 juillet 1910, suivie d'un décret le 8 septembre 1912, fixa et organisa de façon systématique le contrôle de l'instruction des conscrits à leur affectation au régiment, pour tous ceux qui n'étaient pas pourvus au moins du certificat d'études primaires élémentaires. Celui-ci comportait en effet une partie d'instruction civique, où pouvaient être posées les questions suivantes :

  • 29 Bulletin de l'instruction primaire de Saône-et-Loire, no 361,1911, p. 242.

58A qui appartient, en France, le pouvoir législatif ? Le pouvoir exécutif29 ?

Pour un meilleur ciblage de l'acte éducatif

  • 30 Pécaut (F.), L'Education publique et la vie nationale.
  • 31 C'est la reconnaissance du double système en place.

59Félix Pécaut fournit des indications très lucides sur l'éducation à donner. Ce fut une des rares personnalités à traiter le problème, non pas à partir de belles idées mais à partir de ceux à qui elles devaient être enseignées. Le peuple était "une multitude, pauvre, ignorante, crédule et soupçonneuse à la fois, mobile et routinière, généreuse et cruelle, mais souveraine de fait comme de droit30". Il fallait en tenir compte. L'enseignement primaire devait également distinguer les deux catégories d'enfants auxquels il s’adressait31. Il y avait là ceux qui s'arrêtaient à onze ans et les autres. Pour les premiers (les seuls qui intéressent notre étude), il s'agissait de les mettre à même de juger ce qui composait "l'air ambiant" (presse quotidienne et écrits populaires bon marché principalement). L'action devait porter sur les moeurs, les attitudes et les réactions à avoir pour analyser et prévenir les agressions quotidiennes dont l'Etat était l'objet Pécaut vit là "une tâche urgente de l'éducation politique, au sens large et moral du mot30" ; cette éducation était la conjonction de deux actions : celle de l’école et de ses enseignants, celle de la société elle-même dans sa fonction enseignante. On venait de réaliser les limites d'une institution.

60Ainsi, après une étape de mise en place et d'adhésion, vint celle d'une moindre confiance, enfin celle d'une crise, voire d'une contestation. En définitive, tout semble s'être passé comme si c’était peu à peu produite une accentuation de l'ambiguïté initiale. Dès le vote de la loi, une dualité d'intention sépare ceux qui acceptent une instruction civique pour informer de l'état des institutions et ceux qui souhaitent une éducation civique propre à faire adhérer à la République. Au fil des années, la même équivoque demeure, mais elle s'accroît, non sans induire une sorte d’éclatement. La première perspective s’avère de plus en plus limitative, peu mobilisatrice, de faible portée, liée à une didactique froide. Et, si la seconde rencontre la faveur de certains, encore s'en faut-il que celle-ci soit unanime car de plus en plus nombreux sont ceux qui, plutôt que de célébrer la République et sa Constitution, dénoncent le caractère fallacieux et trompeur, à leurs yeux, des instances qu’elles comportent et de l’idéologie qui les sous-tend. La crise de la société nourrit celle de l'Ecole et, dans la mesure où elle est tout particulièrement liée aux formes de cette société, l'instruction civique est plus spécialement atteinte par les conflits qui la traversent.

Où l'on vante les bienfaits de la "morale civique"

61Le directeur de l'Enseignement de la Seine, reprenant lui-même les propos de l'inspecteur primaire du XIXème arrondissement, exposait les liens étroits entre civisme et morale ; mais l'éducation ou l'instruction civique était absente du rapport : il parlait de la "morale civique". Nous le laissons conclure :

  • 32 A.N., F. 17 11630 - Académie de Paris, Direction de l'enseignement primaire de la Seine, Rapport gé (...)

"Si, dans l'enseignement de la morale domestique, de la morale professionnelle, de la morale sociale, le maître peut être considéré comme l'auxiliaire, le délégué, le fondé de pouvoirs de la famille, il n’en est pas de même de la morale civique, à mon sens la plus importante parce que l'école en demeure seule responsable devant la nation. J'ai donc insisté particulièrement pour que ce point du programme fût méthodiquement étudié dans nos cours supérieurs et complémentaires. Il importe que nos futurs citoyens comprennent comment la vie sociale, au fur et à mesure qu'elle se dégage, se fixe matériellement (la pensée sociale se matérialise en monuments, lois, livres, etc…) : comment un organisme social est inhérent à la constitution d'un groupe (l'organisme ou le chef représente le groupe, même dispersé), comment l'Etat est l'organisme central de la société politique (la conscience réfléchie de cette personne morale qu'est la société). On leur montrera quel est l'objet de l'activité réfléchie de l'Etat (amélioration de l'ensemble et amélioration de l'individu) (comme le croient certains philosophes et économistes), comment il est difficile de faire une dissociation entre l'Etat et la patrie (en constatant que la forme politique d'une nation n’est pas choisie par le hasard). Et pour cela étudier les diverses formes de gouvernement ; montrer qu'une démocratie est un état organisé de façon à ce que la réflexion soit aussi complète que possible, comprendre que l'Etat gouverne au nom du peuple, et mieux que lui, parce qu'il est plus réfléchi ; expliquer comment les consultations nationales sont indispensables à cette démocratie, et montrer que l'égalité du vote n'est pas le symbole de l'égalité des citoyens, mais est surtout un instrument pour savoir les besoins d’une société. Enfin appelant l'histoire en témoignage, faire l'opposition du système féodal et de la démocratie, dire comment le pouvoir royal fut déjà un progrès, et montrer que la démocratie fut la conséquence naturelle de la monarchie ; ainsi la Révolution de 1789 n'apparaît plus comme une crise soudaine et inexplicable, mais comme l'aboutissement logique d’un régime cristallisé, figé dans l’immuable ; elle n'est plus l'oeuvre de quelques hommes, elle est une forme de changement d'une société32".

Notes

1 Ferré (M.), Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire chez les instituteurs (des origines à 1922), Société universitaire d'éditions et de librairie, Paris, 1954,335 p., C'est nous qui soulignons.

2 Ibid., p. 78, Manifeste des instituteurs syndicalistes, rédigé par Roussel, président des normaliens de la Seine, Glay et Dufrenne, conseillers départementaux, c'est nous qui soulignons.

3 Ibid., p. 147, Max Ferré cite un article de M. Laurin dans l'Ecole rénovée, p. 25.

4 Ibid., p. 148, Max Ferré nous apprend que Louis Bouet fit un rapport au congrès d'Angers (1910) relatif à "l'éducation morale et civique adaptée aux besoins de la classe ouvrière". Nous n'avons pas pu retrouver la trace du document manuscrit Trente ans de combat, par L. Bouet où celui-ci relate la position de l'école, p. 27.

5 Le mouvement féministe apparut dès 1903.

6 Oeuvre créée à l'initiative de la C.G.T. en 1900. Les adhérents des syndicats se cotisaient pour envoyer des mandats (souvent 5 Frs) aux anciens syndiqués sous les drapeaux.

7 Goyau (G.), "L'école primaire et le patriotisme, II : la crise actuelle" Revue des deux mondes, 15 septembre 1905, p. 397.

8 Franchet (A.), Le Bon Dieu laïque, Comment on fait des Cléricaux et des Nationalistes, Editions de la Petite République, Paris, 1903, 120 p.

9 Goyau (G.), "L'école primaire et le patriotisme, II : la crise actuelle” Revue des deux mondes, 15 septembre 1905, p. 398.

10 B.I.P. Bulletin de l'instruction primaire du département de Saône-et-Loire.

11 Elle se trouve dans la crypte de l'I.N.R.P., rue d'Ulm à Paris.

12 Nous n'avons pas retrouvé aux Archives nationales le procès-verbal de la réunion du Conseil supérieur de l'instruction publique à propos de cette condamnation.

13 Guiraud (J.), Histoire partiale - Histoire vraie. Tome I - : Des origines à Jeanne d'Arc, Gabriel Beauchesne et Cie, Paris, 1911, 416 p.

14 Chambre des députés, J.O. du 19 janvier 1910, p. 166.

15 Bulletin de l'instruction primaire de Saône-et-Loire, no 356, avril 1911, pp. 154-159.

16 Bulletin de l'instruction primaire de Saône-et-Loire, no 386 d’août/sept. 1913, pp. 188-193 : circulaire et décrets relatifs aux choix des livres à mettre en usage dans les écoles publiques, 1er juillet 1913.

17 Tiersot (J.), "La Marseillaise à l'école", Revue pédagogique, 15 avril 1911, pp. 340-348.

18 Nous donnons en annexe VII le texte de la circulaire, la notice et les paroles.

19 Pécaul (F.), L'Education publique et la vie nationale, Hachette, Paris, 1904, 2ème éd., 376 p.

20 AD 71, T. 70 : rapport annuel de l’Ecole normale de garçons 1900/1901, 31 mai 1901. Les passages sont soulignés dans le rapport.

21 AD 71, T. 219, Procès-verbal du C.A P. (épreuves pratiques et orales) de M. Panter, instituteur au Creusot à l'école privée protestante 10 rue de Blanzy, Arrondissement d'Autun, 23 avril 1904.

22 Goyau (G.), "Le péril scolaire". Revue des deux mondes, 1er janvier 1906, pp. 175-200.

23 Pécaut (F.), L'Education publique et la vie nationale, p. 137.

24 Goyau (G.), "L'école primaire et la patriotisme". Revue des deux mondes, 1er septembre 1905, pp. 50-73.

25 Dessez (Ch.), "Le Décalogue d'un instituteur", Revue pédagogique, 15 juillet 1902, pp. 14-22.

26 Goyau (G.), "Le péril primaire", Revue des deux mondes, 1er janvier 1906, pp. 182.

27 En 1904, l'inspecteur général Cazes évalua la situation : - 5 % des enfants dans les campagnes ne fréquentaient aucune école ; - 10 % d'enfants dans les centres populeux ne fréquentaient aucune école ; - 95 % la fréquentaient d'une manière tout à fait insuffisante.

28 Goyau (G.), Le Péril scolaire, p. 183. On trouve le compte-rendu complet de l'évaluation ainsi que ses modalités dans l'article : Delorme (H.), "Petite enquête sur le degré d'instruction des conscrits", Revue pédagogique, 15 décembre 1902, p. 242.

29 Bulletin de l'instruction primaire de Saône-et-Loire, no 361,1911, p. 242.

30 Pécaut (F.), L'Education publique et la vie nationale.

31 C'est la reconnaissance du double système en place.

32 A.N., F. 17 11630 - Académie de Paris, Direction de l'enseignement primaire de la Seine, Rapport général sur l'enseignement de la morale, 1906-1909 (Le rapport de l'Inspecteur primaire cité est de 1909).

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search