Version classiqueVersion mobile

Les Débuts de l'instruction civique en France

 | 
Alain Mougniotte

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage reprend partiellement une Thèse conduite au titre du Doctorat de Sciences de l'Educati (...)

1Les lois scolaires de 1881 et 1882 induisent l'avènement de l'Ecole de la IIIème République. Celle-ci devient d'abord gratuite, par la loi du 16 juin 1881, puis laïque, et l'instruction obligatoire, par celle du 28 mars 1882. Or, cette obligation porte sur un programme d'enseignement dans lequel, pour la première fois, apparaît "l'instruction civique". Mais, mal définie, cette notion est d'emblée l’objet de vifs échanges entre les parlementaires. De quel sens était donc porteur le remplacement de l'instruction morale et religieuse par une "instruction morale et civique" ? Quels rôles assignait-on à cette nouvelle discipline et quels résultats pensait-on en obtenir, tout au long des années qui vont de la défaite de 1870 à la première guerre mondiale ? Au total, que signifiait l'émergence de cette matière originale ? De quel projet était-elle porteuse et justifia-telle les espoirs placés en elle ? Tel est l'objet de cette recherche1.

  • 2 Ognier (P.) L'Ecole républicainefrançaise et ses miroirs Berne, Peter Lang, 1988, 299 P.
  • 3 Ibid., pp. 121-122.

2Aussi bien, ces questions nous paraissent d'autant plus légitimes que l’étude de cette discipline a sans doute été négligées. Pierre Ognier2 ne signale guère l’écho qu'y auraient trouvé les débats relatifs à son instauration. Si l'éducation civique donne lieu à quelques évocations implicites et est même explicitement rappelée3 à propos du rôle de l'Ecole dans l'adhésion à la République, l'auteur insiste davantage sur la portée de l'enseignement de l’histoire.

3Conduire une étude historique implique nécessairement la recherche et l'exploitation de documents originaux. Publics ou privés, ils revêtent un caractère national ou local. En ces cas, il s'agira toujours de textes écrits, parfois d’images. Ceux-là sont de source administrative (textes de lois - journaux officiels - circulaires - rapports), ou d'ordre médiatique (articles de journaux, tracts) ; mais nous leur accordons la même attention : les premiers sont l'expression de la volonté du législateur, alors que les seconds présentent un constat des réalités ou la reflètent.

4Les documents que nous avons consultés proviennent principalement :

  • des Archives Nationales,
  • de la Bibliothèque Nationale (section des périodiques),
  • des Archives Départementales de Saône-et-Loire,
  • de la Bibliothèque Municipale de Mâcon,
  • de la Bibliothèque de l'Institut National de la Recherche Pédagogique, rue d'Ulm (Paris), ainsi que de sa "crypte",
  • du musée Aubois d'Histoire de l'Education de Troyes (Aube),
  • du musée de l'Ecole, de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire),
  • de l'Evêché d'Autun,
  • de la Bibliothèque de la maison généralice des Frères des Ecoles Chrétiennes à Rome.

5La chronologie est une approche indispensable à la saisie d'un changement culturel brusque. Elle offre l'un des instruments nécessaires pour écrire une histoire critique et éviter les illusions de la rétrospection ou du témoignage. Elle permet d'intégrer chaque fait dans la constellation à laquelle il appartient Elle évite le cloisonnement des séries de données et fournit l'occasion d'expliciter leurs connexions temporelles et d'en dégager les sens et les effets. Le document est donc le matériau de base de notre étude. Il fournit la réponse à nos questions et illustre parfois notre propos. Il permet de percevoir le cheminement d'une idée qui est aussi un débat. Il autorise également l'expression et l'appréciation d'un contenu qui aide à sentir et à saisir, au travers des textes, les éléments requis pour répondre à la question posée.

  • 4 Digeon (Cl.), La Crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959, 568 p. citation p. 3.

6Des débuts de la IIIème République jusqu'à 1914 : tel est notre choix. Il correspond à ce que Claude Digeon appelle "la crise allemande de la pensée française". Née d'une défaite de l'Empire, la République "restera longtemps un régime de combat"4. L'ombre de 1870 plane, la revanche obsède les esprits ; une ambiance de culpabilité collective règne, la haine de l'Allemand est avouée, les sentiments patriotiques visà-vis de l'Allemagne s'exacerbent, la France change de visage : elle s'industrialise ; une classe ouvrière apparaît. C’est dans ce paysage politique, économique et social en plein bouleversement qu’il nous faut observer comment allait naître, évoluer ou stagner ce qui, par définition, était censé intégrer et éduquer le citoyen du régime républicain : l'instruction civique.

7Comment ce concept nouveau s'est-il constitué ? Comment, à partir d'un besoin et d'une visée d'éducation politique dont la pratique a précédé la définition épistémologique, s'est-il démarqué d'une simple éducation patriotique ? L'analyse des textes officiels antérieurs et des expressions annonciatrices d'un nouvel environnement idéologique et religieux nous aidera à identifier les raisons de l'apparition de "l'instruction civique" comme objet propre. Dans ce contexte, où l'on voit surgir un texte législatif concernant l’Ecole, on pourra se demander pour quelle part elle répond à un désir d'instruire, et pour quelle part elle émane d'une intention idéologique.

8Ces diverses pistes de recherche commandent les trois étapes de notre travail. Puisque l'instruction civique entre dans le programme obligatoire de l'instruction scolaire, c'est bien que son objet est devenu culturellement assez important, aux yeux du législateur, pour être enseigné. Quels sont donc les facteurs culturels, sociaux, politiques et religieux qui ont concouru, dès le XVIIIème siècle, à faire souhaiter son introduction à l'école primaire, puis ont, en 1882, entraîné son inscription dans les programmes ? Comment se déroula le débat parlementaire qui y conduisit ?

9Cette instruction civique a été l'un des piliers de la Troisième République et a été dispensée à travers certains canaux. On étudiera donc les manuels qui comportent explicitement l'énoncé de cette matière dans leur titre, tout en sachant que ces supports écrit n'ont pas été les seuls utilisés pour atteindre les objectifs posés. Vie politique, presse, événements, etc. en furent d'autres.

10Enfin, les secousses que connut la Troisième République, surtout à ses débuts, entraînèrent des changements notoires dans le mode de transmission de l'instruction civique. En outre, la vie civique personnelle de l’instituteur eut de plus en plus d'influence et de retentissement sur la participation du citoyen à la vie politique, et cela ne fut pas le moindre effet de cette "instruction civique".

Notes

1 Cet ouvrage reprend partiellement une Thèse conduite au titre du Doctorat de Sciences de l'Education et soutenue le 3 juin 1989 sous le titre : L'Emergence de l’instruction civique dans les programmes scolaires français (Des origines de la loi de 1882 à 1914) devant l'Université Lumière - Lyon II, 727 p.

2 Ognier (P.) L'Ecole républicainefrançaise et ses miroirs Berne, Peter Lang, 1988, 299 P.

3 Ibid., pp. 121-122.

4 Digeon (Cl.), La Crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959, 568 p. citation p. 3.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search