Version classiqueVersion mobile

Les Débuts de l'instruction civique en France

 | 
Alain Mougniotte

Preface

Jean Vial

Texte intégral

1Ce n'est pas simple intuition d'idéologues si les politiques modernes ont fait de l'école le soubassement de toute démocratie : ce n'est pas simple hasard si les législateurs du XIXème siècle ont placé en tête des missions solennellement imputées à cette école l'enseignement moral et religieux devenu (avec l’avènement de la "laïque") l'instruction morale et civique (ce qui devait contribuer à valoriser le travail, la formation des maîtres d'écoles…)

2Certes, d'une exigence à l'autre, il n'est qu’un changement d'adjectif. En fait, ce passage du religieux au civique constitue une révolution. Ce n’est rien moins que la mise en congé de Dieu au profit d'un ensemble qui doit dépasser l'unique référence à la Cité. Il appartenait à Jules Ferry d'officialiser cette mutation, la laïcité de l'école publique étant nécessitée par son obligation et permise par la gratuité.

3Cette opération systématique et difficile représente le principal de l’apport de Jules Ferry, et ce sont les péripéties de cette bataille, d’abord politique, qu'entend retracer, entre autres apports, le travail d'Alain Mougniotte.

4En réalité, si le vote, malaisé, de la loi de 1882 constitue le corps du sujet, l'auteur s’emploie à en définir les antécédents, comme il s'efforce d’en analyser les suites jusqu'à la guerre de 1914, qui suscitera un changement profond dans les attitudes sociales et décimera les dernières générations des maîtres entrés dans le métier après 1880.

5S’agissant des approches antérieures à cette date, il convient de noter que, déjà, les petites écoles enseignaient, outre les rudiments, les règles d'une morale religieuse qui n'était pas sans prôner des "vertus sociales". C'était le cas des catéchismes qui, inspirant les "devoirs envers le Souverain" et des manuels de civilité puérile et honnête ; la civilité - mot cousin du civisme- insistait sur la meilleure manière de vivre en société. La Convention nationale alla bien plus avant quand elle demanda d'associer les enfants à la connaissance des symboles de la République et à la célébration des fêtes de la Nation. Elle demanda qu'on regroupât en un manuel la biographie des (jeunes) héros nationaux. D'ailleurs, les syllabaires distribués gratuitement se terminaient par la Déclaration des droits de l'homme, éditée en entier.

6Un autre progrès vint d'excellents ministres de l'Instruction publique, de Guizot à Duruy, dans la mesure même où, dépassant la notion d'une école élémentaire vouée au lire-écrire-compter, ils envisagèrent des disciplines spécialisées, peu à peu insérées dans les nouveaux programmes. Cependant, pour imposer un enseignement qui semblait contredire la neutralité de l'école et, en tout cas, venait se substituer à l'instruction religieuse, il fallait davantage encore.

7Vint la catastrophe militaire de 1870. Le pays fut comme écrasé de honte et de douleur. Il est plus facile d'analyser les causes d'une défaite que de l'éviter. L'une de ces causes se formule ainsi : puisque le soldat prussien a vaincu la soldat français, c'est, en définitive, l'instituteur prussien qui a vaincu le maître d’école français. Jugée inévitable (voire nécessaire), la revanche doit être préparée à l'école…

8L'Ecole ? La voilà peu à peu mise en place, avec logique, ténacité, habileté par l'avocat lorrain Jules Ferry. La bataille n'est plus entre partisans et adversaires d'un enseignement civique, mais entre le catholicisme et le gouvernement. Tous les ennemis de la République s'unissent contre les tenants d'une école sans Dieu, signe et support d'un Etat laïcisé. Le problème, du coup, se hisse au niveau d'un conflit de régime. Avec un sens exact de l'ordre et de la hiérarchie des points de force et des zones d'affrontement. Ce qui n'aurait pu être qu'une chronique journalistique devint une histoire nationalement exposée, riche d'ailleurs, grâce au style et à la composition d'un intérêt dramatique soutenu.

9L'apport de l'auteur se fait peut-être plus vif encore dans la partie consacrée aux manuels d'instruction civique. Sagement, un choix s'opère, tant les publications sont nombreuses. Par une analyse comparée (expérimentale) et fine des manuels caractéristiques retenus, l'histoire du document se fait quantitative. C'est là un haut exercice clinique de bibliographie scolaire : qu'il s'agisse de la définition du corpus ou de l'examen de la pédagogie impliquée (voire exploitée), rien n’est laissé dans l'ombre ou dans l'approximation. Cette partie du livre est particulièrement féconde : l'enrichissement porte non seulement sur l’instruction civique, discipline au demeurant entièrement renouvelée dans son objet et dans ses procédures, mais aussi sur une nouvelle conception de l'analyse bibliographique : les spécialistes ne pourront que se féliciter de cet élargisement doctrinal, de cet approfondissement méthodologique.

10D'ailleurs, cette féconde provende des manuels trouve ses justifications dans le contexte historique : sous un pseudonyme, Ernest Lavisse écrit un livret enthousiasmé et péremptoire, qui s'intitule : "Tu seras soldat" ! Peu à peu, le consensus patriotique s'étend à la majorité du pays, à l'ensemble des maîtres : les récitations elles-mêmes se tricolorisent, et le Tour de la France par deux enfants connaît une faveur qu'aucun manuel n'avait jamais eue. L'auteur, qui n'insiste guère sur les bataillons scolaires, présente de main de maître cette ambiance et ses effets.

11Arrive l'affaire Dreyfus. En ce domaine également, le changement est considérable… La majorité des instituteurs "se démobilise". Les mutuelles d'anciens normaliens deviennent des organisations syndicalisantes, orientées vers la défense du Métier et de l'école laïque. Tout se passe comme si, par un antimilitarisme croissant, se disjoignaient les images de la France et de la République. Jean Jaurès peut écrire "qu'un peu de patriotisme éloigne de l'idée d'humanité, que beaucoup y ramène" (et réciproquement). Il n'est plus d'instruction civique efficace dans l'école. Seule la conviction peut entraîner la conviction. 1905-1912 : l'auteur insiste sur les nouvelles cassures.

12Et pourtant, 1914 verra la presque unanimité des instituteurs français rejoindre les postes de combat qui leur sont confiés. Beaucoup sont d'ailleurs officiers de réserve. C'est le corps de métier qui, avec près de 8 000 tués, paiera le plus lourd écot. Ces hussards de la République, voyant la liberté menacée, ont répondu à l'appel de la République. Mais ils sont "morts pour que vive la France !"

13L'intérêt du livre est précisément, parmi d'autres traits, d'intégrer des sentiments aussi mouvants aux explications plus logiques de la vie politique et sociale. L’important est la leçon de sagesse pédagogique que nous en tirons. Toute discipline nouvelle se heurte à des difficultés imprévues… Transfusion de sang ou prothèse ? Phénomène de rejet, en tout cas. L'équilibre de l'Ecole supporte mal les changements ou, plutôt, quand il s'agit de l'instruction civique, ne les a que peu supportés. Au moment où cette discipline réapparaît, l'ouvrage d'A. Mougniotte vient, opportunément, nous asséner cette vérité : une simple greffe n'y suffira pas. L'abstention des familles, l'absence de religion, l'égoïsme social, l'indigence syndicale et politique sont tels que c'est toute l'Ecole qui doit encadrer le renouveau, le porter par une pédagogie indirecte, qui développera le travail en équipe, la coopération à l'école, les clubs… Pour former le million de militants dont le pays a besoin, il faut une génération de maîtres qui, formés en conséquence, sauront, d'abord en eux, réconcilier la France et l'Humanité, la liberté et la justice, les devoirs et les droits. Travail constant, attention en éveil, effort méthodologique coopératif (ce qui est aussi à contre-courant), c'est tout le métier qui se trouve engagé, régénéré, revalorisé par cette aide à l'éducation civique, sociale, politique, des futurs citoyens. Les servitudes et la force rayonnante d'un sacerdoce : mais entre-t-on encore en religion ?

Auteur

Professeur honoraire de Sciences de l'Education à l'Université de Caen

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search