Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Conclusion générale

L’École est la nation ou l’union du culturel, du politique et du pédagogique

Texte intégral

  • 1 Furet F. et Ozouf J., Lire et écrire..., op.cit., tome 1, p. 349.

1En une décennie environ, la France est entrée dans la modernité et édifié les bases de son renouveau culturel. La politique scolaire de J. Ferry et de ses successeurs, en est à la fois l’indice et l’agent dynamisant. D’une façon générale, le temps de la mobilisation correspond à l’union de l’Ecole et de la Nation, la première étant l’initiatrice d’une acculturation généralisée des masses. En apprenant à lire, à écrire, à compter, mais aussi à se servir de leur corps, les jeunes Français ont, dans l’Ecole, engendré un processus irréversible d’unification et d’homogénéisation culturelle. Certes, comme l’écrivent J. Furet et J. Ozouf, "l’alphabétisation n’est pas l’école et l’histoire de l’école ne suffit pas à épuiser celle de l’alphabétisation"1.

  • 2 Defrance J., La fortification des corps..., op.cit., p. 152.
  • 3 Thibault J., Sport et éducation physique..., op.cit., p. 55.

2La remarque vaut pour l’enseignement de la gymnastique, avec quelques nuances cependant. Car c’est bien l’Ecole qui a imposé, souvent contre la volonté des parents, une alphabétisation motrice de la jeunesse. Alphabétisation : le mot n’est pas trop fort, car l’usage scolaire du corps est conçu et construit en fonction d’un rapport rationnel aux savoir-faire. La gymnastique est bien une grammaire du mouvement, une sorte d’abécédaire constitué de gestes décontextualisés. Jusqu’en 1880, la pratique sociale des activités physiques était presque confidentielle, qu’elle soit l’apanage des élites ou traduise en actes la convivialité des groupes familiaux ou socioprofessionnels. La vie quotidienne, en dehors du travail manuel et des activités domestiques, ne donnait guère l’occasion de se cultiver physiquement. L’introduction de la gymnastique dans les programmes scolaires, liée à son obligation (au moins formelle) prend une signification particulière dans le projet politique et éducatif des républicains ; elle complète le plan d’études, précise les contours de l’éducation intégrale et assure l’efficacité d’une acculturation globale. L’Ecole apparaît ainsi comme un foyer de contamination culturelle : c’est d’elle que naissent et se diffusent savoirs et savoir-faire, attitudes et valeurs, jusque dans les zones les plus reculées. S’agissant de la gymnastique, il existe une collusion tacite, sinon explicite, entre le vote de la loi du 27/1/1880 et les orientations délibérément conscriptives de la politique de J. Ferry. Sa légitimité et sa dignité sont acquises dès lors qu’elle a conquis la citadelle de la IIIème République... mais son utilité et son efficacité sont étrangères aux finalités traditionnelles de l’Ecole. Les finalités de la gymnastique sont rapportées à l’application de la loi sur le recrutement de l’Armée et la réduction du service militaire, et la création des bataillons scolaires semble apporter une dynamique nouvelle à un enseignement vraisemblablement condamné. L’installation de la gymnastique dans l’Ecole aurait été pour le moins retardée si elle n’avait bénéficié de la propagande conscriptive. Sous les couleurs d’une éducation humaniste, les républicains ont réussi le tour de force d’imposer l’instruction du guerrier et du citoyen. La loi du 27/1/1880 ne suffit pas en effet à expliquer l’essor considérable des sociétés conscriptives. Un enseignement ne s’impose pas. Or, la gymnastique, sous ses différentes formes de pratique (militaire, médicale, pédagogique, commerciale) ne bénéficie pas d’une image valorisante2. D’autre part, J. Thibault pense qu’elle est discréditée par ses excès antérieurs3. Marquée par ses origines militaires, flétrie par ses allures acrobatiques et funambulesques, elle souffre encore de l’incompétence de ses maîtres. Son entrée dans les programmes scolaires est bien l’expression d’une volonté politique. En dépit de ces handicaps, la gymnastique scolaire diffusera largement le modèle pédagogique sur lequel repose son enseignement. Pourquoi ?

  • 4 Mamoz D., De la gymnastique en France au 19ème siècle, Angoulème 1891. Ces chiffres semblent de bon (...)
  • 5 Barrul R., Les étapes de la gymnastique..., op.cit.

3Le véritable moteur de la dynamique conscriptive est le bataillon scolaire : sa création, dans l’enthousiasme, donne un visage concret au discours mobilisateur des républicains. Il en est la représentation théâtralisée. Institution périscolaire, son fonctionnement n’est pas véritablement intégré au plan d’études. Le bataillon scolaire se substitue à un enseignement de la gymnastique (et de l’instruction militaire) beaucoup plus qu’il ne le complète. L’agitation boulangiste, les déviations de la politique conduite par la Ligue des Patriotes ajoutées aux critiques virulentes des adversaires de cette mascarade militaire, ont contribué à sa disparition. Or l’échec des bataillons scolaires a largement servi la cause de la gymnastique scolaire. On est en face d’une situation paradoxale : alors que la gymnastique ne parvient pas à véritablement s’installer dans l’Ecole, c’est en dehors d’elle, dans les sociétés conscriptives, qu’elle va diffuser. L’essor de ces dernières est d’ailleurs consécutif à la disparition des bataillons scolaires. Mais ce phénomène, constaté à Lyon, dans le département du Rhône ou de l’Ain, semble plus général. L’U.S.G.F., fondée en 1873, ne rassemble guère, à cette date, que 9 sociétés. Leur nombre passera à 100 en 1882, à 269 en 1890 pour dépasser le millier après 19004. Or, force est de constater l’extrême proximité de l’école et des sociétés conscriptives. D’abord celle des hommes : l’union de l’instituteur, du gymnaste et du militaire souhaitée par Gambetta est réalisée. Ensuite celle de la pédagogie : le modèle scolaire de l’enseignement de la gymnastique se répand largement au point de faire de l’enfant, de l’adolescent, de l’adulte un éternel scolarisé5. Enfin celle de leurs finalités : la gymnastique, quel que soit le lieu où elle est dispensée, promeut toujours les mêmes valeurs patriotiques, civiques et disciplinaires. Elle est un instrument pédagogique au service du nouvel ordre social.

4L’Ecole est ainsi devenue, progressivement, le réservoir des sociétés conscriptives, celles-ci constituant une structure d’accueil de transition entre l’Ecole et l’Armée. L’assouplissement de la législation en matière de droit de réunion et d’association les a d’ailleurs sélectivement privilégiées. En prenant l’enfant dès son entrée à l’Ecole, en le conduisant jusqu’au terme de sa scolarité, en la prolongeant par l’intervention de nombreux relais éducatifs institutionnels, les Républicains ont fondé le succès de leur politique sur la durée, la cohérence, l’unité du travail pédagogique d’incorporation des masses. L’Ecole, les sociétés conscriptives et l’Armée sont ainsi les principaux instruments d’une propagande en faveur de la culture physique. La gymnastique, le tir et l’instruction militaire valent, en définitive, moins pour les apprentissages techniques que pour les habitudes de discipline et de soumission qu’ils imposent d’une façon systématique. L’avènement d’une culture physique nationale correspond à un usage rationnel et méthodique de l’exercice. Il est alors difficile de dire si, comme le veut le schéma classique, l’éducation est l’expression de la culture. On peut tout aussi bien, dans le cas de l’éducation physique, affirmer l’inverse. Car l’Ecole est créatrice d’une culture physique spécifique, même si, réciproquement, la gymnastique scolaire tient en partie sa légitimité de l’essor des sociétés conscriptives.

5Mais, si la nation est une Ecole, c’est au prix d’une stratégie conquérante et unitaire d’imposition pédagogique. Que le contexte politique ait contribué à entretenir l’ambiguïté ou la confusion entre exercices gymnastiques et aux exercices militaires, cela ne doit pas occulter une réalité plus subtile mais qui, le temps aidant, se révélera décisive. Les Républicains, en dotant l’Ecole moderne d’une organisation pédagogique durable, ont fixé les conditions générales de l’intégration scolaire de toute nouvelle discipline. Et l’on ne saurait comprendre l’intégration scolaire de la gymnastique sans la rapporter aux tentatives d’assimilation dont elle a été l’objet. L’effet est double : d’une part il lui confère une dignité jusque là contestée. L’intégration scolaire est acquise dès lors que la gymnastique réfère ses finalités à une problématique axiologique valorisante et scolairement acceptable. Et l’assimilation des règles fixées par l’organisation pédagogique lui donne un statut de matière d’enseignement : programmes gigognes, enseignement concentrique, apprentissages rationnels, progressifs et répétitifs. Mais, d’autre part, cette dignité nouvellement acquise rejaillit sur le statut social de la gymnastique. L’Ecole fait école, car la diffusion du modèle scolaire ex cathedra, équivaut à une reconnaissance implicite de sa considération et de son efficacité. La gymnastique opposera dorénavant la modération aux excès, exigera une adaptation des équipements et des matériels, calculera les intensités, divisera ses exercices selon une logique cartésienne, différenciera ses effets. Bref, elle s’offrira à un traitement pédagogique que seule peut justifier sa position scolaire : peu soucieuse d’efficacité (elle n’est qu’une préparation...), son prestige et sa spécificité ne peuvent être conservés qu’au prix d’un homomorphisme scolaire toujours plus raffiné.

6Pour l’heure, si l’intégration et l’assimilation scolaires sont valorisantes, c’est sans doute parce que la gymnastique apporte sa pierre à l’édification d’une sensibilité communautaire qui puise sa force dans l’expérience vécue. Elle est aux jeux traditionnels ce que la langue française est aux patois et dialectes locaux. Elle substitue une culture physique nationale à des formes d’exercices et de récréations singulières. Le temps de la mobilisation valorise une culture physique légitime (officielle) qui se donne à voir. Elle désigne une nouvelle manière de vivre, de penser, d’agir en harmonie avec un système de valeurs morales et patriotiques. Athlète de la République, le gymnaste en est le symbole tant dans ses attitudes que dans sa manière de s’exercer. La gymnastique, et, avec elle, les pratiques conscriptives, est au cœur d’un procès de formation du citoyen.

  • 6 Hell V., L’idée de culture, Paris, Que sais-je ? PUF, 1981, p. 53 ssq.
  • 7 Cf. sur ce point Dupuy A., Sedan et l’enseignement de la Revanche, op.cit., cf Fichte J.G., Discour (...)
  • 8 Legrand F. et Ladegaillerie J., L’éducation physique au 19ème et au 20ème siècle, tome 2, Paris, Co (...)
  • 9 Se reporter à l’excellente étude de Sternell Z., La droite révolutionnaire, Paris, Seuil, 1978, en (...)
  • 10 On ne saurait négliger l’apport important d’hommes tels que N. Laisné, H. Clias ou E. Amoros. Mais (...)

7Cette situation n’est pas sans rappeler la Bildung allemande, qui définit la culture par le devenir et la finalité de l’homme nouveau dans ses rapports à une formation morale, physique, intellectuelle et (esthétique6. Le discours de Fichte à la nation allemande, s’adressait en 1808, à une nation qui n’existait pas encore7. Or l’idée de Bildung est inséparable de celle de nation : elle exprime un projet unificateur sur la base d’une communauté culturelle. Et, si la langue est le principal ferment de cette union, la gymnastique a largement démontré, dans l’histoire, sa capacité à forger les nations, à rassembler les corps et les âmes. Que l’on songe à Jahn et aux Turners ou à Tyrs et aux Sokhols8. Les gymnastes ont prouvé qu’ils étaient des meneurs d’hommes. Or, paradoxalement, la France n’a pas bénéficié, pendant cette période, de la présence d’un chef fondateur d’une théorie et d’une pratique nationaliste de la gymnastique. P. Déroulede ne peut être comparé à Jahn. Chantre du patriotisme et du nationalisme défensif, il laisse à d’autres le soin d’édifier des méthodes de gymnastique9. C’est cette singularité qui fonde la spécificité de la gymnastique française : l’édification d’un système de culture physique est l’oeuvre collective des fondateurs de l’Ecole Républicaine10. La gymnastique pédagogique inaugure et institutionnalise un rapport rationnel et fonctionnel au corps. Education physique et culture physique sont synonymes, en ce que l’art d’exercer son corps est fondateur d’une nouvelle conception de l’ordre social et politique. Et c’est bien par l’intermédiaire d’un guide que se réalise le façonnage des hommes, tant du point de vue physique qu’esthétique ou éthique.

  • 11 Weber E., La fin des terroirs..., op.cit., p. 691.

8Ainsi se concrétise l’union du politique du culturel et du pédagogique dans un usage métaphorique du concept de culture physique : usage méthodique du corps, afin d’assimiler les manières de se tenir, d’agir, de penser propres à son temps. Cette acculturation équivaut, pour reprendre l’expression d’E. Weber, à une œuvre de civilisation et de colonisation de la France. Il s’agit d’intégrer les masses dans une nation dotée d’une identité culturelle11. La gymnastique est génératrice d’ordre, mais un ordre imposé, conventionnel, conçu et construit dans, par et pour l’Ecole. Un ordre qui ne tardera pas à s’imposer en dehors de ses murs. La sociabilité tend à se séculariser, instaurant la règle et le droit là où il n’y avait que charisme et convivialité. C’est œuvre scolaire tout autant que législative. Elle illustre la cohérence de la politique républicaine, soucieuse de lier l’ordre pédagogique à l’ordre social, d’harmoniser le relationnel et le rationnel. Si la gymnastique est une construction pédagogique à usage scolaire, alliant les vertus de la discipline à celles des apprentissages rigoureusement programmés, elle fournira le modèle unique dont s’inspireront les sociétés conscriptives dans la gestion des groupes et des exercices. D’où ce sentiment d’uniformité, d’indifférenciation, de mobilisation qui caractérise cette période. Jamais sans doute, dans l’histoire de la République un tel consensus n’a pu se réaliser autour des pratiques et des valeurs conscriptives. Mais cette mutation culturelle et pédagogique sera génératrice de crise. L’Ecole a semé dans la société française les germes de la contestation. Les sociétés conscriptives ont préparé le terrain à de nouvelles formes de pratique d’exercices. Au temps de la mobilisation succède celui des concurrences, porteur de nouvelles conceptions des rapports de l’homme à son corps, de l’homme à la société. Le renouveau des pratiques sociales d’activités physiques devrait s’accompagner du renouveau de l’Ecole. Initiatrice de la culture physique, saura-t-elle, à son tour, à l’aube de 1890 importer dans ses murs, dans ses programmes et ses méthodes les valeurs et les pratiques novatrices ?

Notes

1 Furet F. et Ozouf J., Lire et écrire..., op.cit., tome 1, p. 349.

2 Defrance J., La fortification des corps..., op.cit., p. 152.

3 Thibault J., Sport et éducation physique..., op.cit., p. 55.

4 Mamoz D., De la gymnastique en France au 19ème siècle, Angoulème 1891. Ces chiffres semblent de bonnes approximations si l’on se réfère à : Sansboeuf - Les sociétés de gymnastique en France, in Tissie P., L’Education physique..., op.cit., p. 18.

5 Barrul R., Les étapes de la gymnastique..., op.cit.

6 Hell V., L’idée de culture, Paris, Que sais-je ? PUF, 1981, p. 53 ssq.

7 Cf. sur ce point Dupuy A., Sedan et l’enseignement de la Revanche, op.cit., cf Fichte J.G., Discours à la Nation allemande, trad. Philippe L., 7ème éd., Paris, Delagrave, 1942.

8 Legrand F. et Ladegaillerie J., L’éducation physique au 19ème et au 20ème siècle, tome 2, Paris, Colin-Bourrelier, 1970.

9 Se reporter à l’excellente étude de Sternell Z., La droite révolutionnaire, Paris, Seuil, 1978, en particulier le chap. 2.

10 On ne saurait négliger l’apport important d’hommes tels que N. Laisné, H. Clias ou E. Amoros. Mais s’ils ont été les inspirateurs de la gymnastique pédagogique, il revient aux hommes politiques de l’avoir systématisée et diffusée. On se reportera, pour s’en persuader, aux travaux de la commission de gymnastique et des exercices militaires en 1878 et 1879 ou à ceux de la commission d’éducation militaire du ministère de l’instruction publique en 1882.

11 Weber E., La fin des terroirs..., op.cit., p. 691.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search