Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Deuxième partie. Le temps de la mobilisation conscriptive

Chapitre VI. Un territoire pédagogique

Texte intégral

  • 105 Nicollet C., L’idée républicaine en France, Paris, Gallimard, 1982, p. 34.

1Ce temps de la mobilisation est aussi celui de la "nationalisation" des masses : patient travail éducatif de conformation des consciences et des corps. Qu’il s’agisse de dresser les citoyens pour forger le corps politique ou de créer les conditions d’une prochaine unité nationale, il faut voir dans l’essor des pratiques conscriptives en France la reproduction tardive du modèle allemand de l’éducation physique. La gymnastique, le tir et la préparation militaire seront l’un des ferments de l’idéologie républicaine, l’une des sources de la verve oratoire des défenseurs (ou des adversaires) du nouveau régime. Langage donc, mais langage mis en action et inversement. Si, selon C. Nicollet, "les mots et les idées constituent les doctrines républicaines" c’est pour aussitôt ajouter que "ces idées sont devenues des pratiques et des réalités"105. L’histoire officielle des débuts de la IIIème République souffre, selon nous, de deux critiques : d’une part, elle fait trop souvent la part belle aux idées et aux décisions politiques ; d’autre part, elle fait de l’Ecole l’agent quasi exclusif de l’acculturation des masses, sans omettre l’obsolescence dont elle fait preuve en ce qui concerne les pratiques d’activités physiques. Or, il est probable qu’il n’y a jamais eu, dans l’histoire de la société française, une aussi étroite convergence d’intentions et d’actions entre le monde scolaire et son environnement. La gymnastique entre dans la culture légitime ; elle est une pratique attachée à des attitudes mentales, à une conception de l’ordre social et de la démocratie républicaine, elle est un état d’esprit avant que d’être un simple exercice hygiénique. Mais c’est parce que sa pratique reste attachée à des vertus civiques, roboratives et patriotiques, qu’elle a pu acquérir une dignité certaine. Ce n’est pas là le seul fait de l’Ecole, mais celui de l’action conjointe de nombreux relais éducatifs institutionnels. Encore fallait-il mettre en œuvre une stratégie conquérante et unitaire, et obtenir la participation des édiles locaux et l’adhésion des masses.

2L’essor des sociétés conscriptives s’accompagne d’une stratégie d’incorporation, de contrôle, de moralisation et de civilisation de la jeunesse. Actions d’abord discrètes, limitées à l’aire du quartier ou du village, puis progressivement conduites et amplifiées par les responsables politiques et les notables locaux. La société conscriptive devient peu à peu le lieu d’une éducation politique et civique, où chaque membre fait l’apprentissage des règles de la vie sociale sous l’œil vigilant de ses pairs.

***

3Si la gymnastique scolaire reste une construction pédagogique, elle n’en demeure pas moins le modèle auquel se réfèreront les sociétés conscriptives. Il faut y voir sans doute moins les effets d’une nécessité que le poids d’une société militaire héritant des institutions rigides de l’Empire. Méthodique et disciplinée, la gymnastique s’allie l’autorité prescriptive des hommes de science (essentiellement les médecins), la morale austère des hommes politiques (qu’ils soient d’ailleurs républicains ou d’opposition) et l’assentiment des classes bourgeoises. Qu’elle soit républicaine ou cléricale, la gymnastique est pourvoyeuse d’ordre et de discipline, de civisme et de patriotisme : valeurs sûres pour des idéologies concurrentes. Si les premières sociétés conscriptives sont spontanément fondées sous l’emprise d’un patriotisme défensif, elles ne tarderont pas à intéresser les élus (conseillers municipaux et généraux, députés), les chefs d’entreprise ou les cadres religieux. Seule la loi fixe les bornes d’une sociabilité formelle sans avoir véritablement prise sur un procès de sociabilisation étroitement dépendant de réseaux affinitaires.

A - UNE SOCIABILITÉ FERMÉE

  • 106 Laly C., N’oublions pas et préparons l’avenir, in Parant L., Les sociétés de gymnastique..., op.cit (...)

"S’il est du devoir d’un gouvernement de décréter les choses utiles, il est surtout du devoir des citoyens de les mettre en pratique. Trop souvent, disons-le, il a été prouvé que l’Etat ne peut rien par lui seul, et que sans le secours de l’initiative privée, ses meilleures réformes restent longtemps lettres mortes"106.

4Ainsi s’exprime un professeur de gymnastique, ancien directeur du journal "Le gymnaste" moniteur de l’U.S.G.F.

5La multiplication des sociétés conscriptives semble répondre autant à des nécessités éducatives qu’au désir de promouvoir les bases d’une culture physique nationale : elle exprime une volonté d’encadrement de la jeunesse, principalement à sa sortie de l’Ecole. Et ce n’est pas un hasard si les méthodes pédagogiques en usage dans l’Ecole s’y diffusent largement : elles favorisent la mise en œuvre d’une rationalité éducative qui s’allie fort bien avec l’exercice d’une sociabilité fermée. Cette proximité pédagogique qui marque les relations privilégiées de l’Ecole et des sociétés conscriptives (alors que la distance est nettement plus grande dans le cas des clubs sportifs) ne préjuge cependant pas d’une totale homogénéité des finalités, des structures et des pratiques d’exercices. Les sociétés conscriptives ne se réfèrent point à une organisation pédagogique au sens strict, même si elles disposent de programmes, de techniques de groupement des élèves et d’utilisation de l’espace. Mais elles seront très tôt sensibles aux avantages que procure la répartition des sociétaires en groupes d’âges et de niveaux, illustrant ainsi les nécessaires adaptations de la gymnastique aux caractéristiques du développement. Il faut y voir l’influence des manuels de gymnastique, indifféremment utilisés en milieu scolaire ou non. Mais aussi celle de l’encadrement des sociétaires par des moniteurs qui sont, le plus souvent des professeurs de gymnastique. Toutes les conditions sont donc remplies pour que se perpétue une certaine confusion entre les compétences, les finalités, les méthodes que requiert l’enseignement de la gymnastique. Cependant, un trait essentiel opposera la gymnastique "civile" à la gymnastique scolaire, même si elle ne l’acquiert que très lentement : c’est son caractère sportif et compétitif. Les sociétés conscriptives ne tarderont pas à privilégier (avec la gymnastique et le tir) et à ériger en principe de fonctionnement, le spectacle de leurs affrontements pacifiques. Lieux de prouesse et d’agilité, elles feront de la lutte et de la compétition réglée l’objectif principal d’un travail répétitif et austère. Au nom de valeurs morales et de finalités éducatives certes, car les pratiques gymnastiques ne parviendront pas à se couper de l’idéologie qui les a promues.

1 - Une prétention éducative

  • 107 Archives de la société.

6Elle s’exprime d’abord par une étroite relation entre le monde de l’Ecole et celui des sociétés de gymnastique. Les exemples abondent d’initiatives locales qui font de l’Ecole le foyer de recrutement privilégié pour les moniteurs de sociétés. Ainsi, à Bourg, est-ce Albin Gauthier, moniteur général de la société l’Alouette des Gaules, qui détecte les meilleurs éléments des écoles de la ville107. A Lyon, c’est Koenig, professeur au lycée Ampère qui fonde en 1893 l’Association de gymnastique et d’éducation physique de Lyon et du Rhône. Quelques années plus tôt, il écrivait : "M’inspirant de la grande pensée de la Ligue des Patriotes, qui est de développer partout l’éducation militaire avec le goût de la gymnastique et du tir, j’ai groupé par mes soins personnels, trente huit jeunes gens, désireux de travailler au redressement de la Patrie. Je suis parvenu à leur inspirer le désir d’augmenter leurs forces éparses par leur constitution en une société qui prend le nom de La Française et adopte les couleurs de deuil et d’espérance ainsi que la fière devise de la Ligue des Patriotes : "Quand même !" En outre, nombre de professeurs de gymnastique exerçant dans les lycées, collèges ou écoles primaires de Lyon sont, non seulement propriétaires de salles privées et commerciales mais également moniteurs de sociétés civiles. De plus, les journaux ou bulletins des sociétés conscriptives se font largement l’écho des manifestations gymniques des écoles, lorsque celles-ci servent leurs buts. Le Gymnaste tireur du sud-est édifie ainsi ses lecteurs, lors de la fête de l’Ecole Normale de Clermont Ferrand :

  • 108 Le Gymnaste Tireur du Sud-Est, Moniteur officiel de la Fédération des sociétés de gymnastique, de (...)

"Les normaliens sont rangés en armes dans la grande allée centrale. A 10 heures, la musique entonne la Marseillaise et le défilé a lieu. Ce défilé absolument remarquable de correction, produit sur l’assistance une vive impression... nos futurs instituteurs reviennent en tenue d’exercice, tenue tout à la fois élégante et simple qui fait valoir leur souplesse et l’aisance de leurs mouvements. La tête bien dégagée des épaules, les bras nus, un justaucorps serré à la taille par une ceinture de gymnastique, les pantalons pris dans des guêtres, les jeunes gens ont vraiment bon air... On croirait en les voyant passer avec cette allure si fière et si française... assister à une revue de parade de l’Ecole de Joinville.
Le second numéro du programme est un mouvement d’ensemble, avec chant, par les élèves de première année... la musique marque les mesures... le peloton de normaliens, dont chaque mouvement est réglé par la cadence du morceau joué, se dispose en quinconces, chacun prend ses distances à des intervalles mathématiques et tirés au cordeau. On dirait un damier vivant, changeant d’aspect à chaque temps marqué, un kaléidoscope humain qui vous donne l’illusion d’un ballet. Les assouplissements des bras, des jambes, les renversements de torse, tout un enchevêtrement des combinaisons les plus étudiées de la gymnastique se déroulent sous nos yeux, scandés et rythmés par les chants et l’accompagnement..."108.

7L’enchantement du chroniqueur (membre actif de la Fédération du Rhône) est révélateur d’une étroite convergence de vue. En livrant son papier, il espère indiquer la voie à suivre. Les sociétés de gymnastique attendent de leurs moniteurs qu’ils témoignent du même zèle que les professeurs des établissements scolaires. Un bon moniteur doit avoir de l’expérience, "un dévouement à toute épreuve, être compétent, en théorie comme en pratique, sur toutes les questions concernant la gymnastique, pouvoir expliquer les exercices qu’il exécute et fait exécuter, être prudent et poli envers ses élèves, assidu et persévérant, il faut qu’il soit fort et courageux, d’un caractère souple et énergique ; fidèle observateur de la discipline, il doit savoir la faire respecter sans jamais oublier cependant qu’elle est volontaire et qu’il n’a d’autres moyens de coercition que son exemple... il fera connaître le but élevé de nos sociétés ; il parlera de la Patrie, de cette France si chère à tous, des malheurs passés, des espérances futures, des devoirs que tout citoyen se doit à lui-même et à son pays. Bref, il doit être un instituteur au sens propre, enseignant la morale dans le plus pur esprit républicain.

  • 109 Mamoz D., De l’utilité des sociétés de gymnastique..., op.cit., p. 63.

8Les sociétés de gymnastique s’inscrivent ainsi dans le direct prolongement de l’Ecole, et l’on a parfois quelque peine à croire que c’est bien le corps qui est éduqué. Œuvre disciplinaire, s’appuyant sur le respect de l’ordre et la ponctualité, œuvre moralisatrice par laquelle "la force doit se consacrer à la défense des causes justes et au soutien des faibles"109, œuvre d’acculturation par laquelle l’ouvrier et le paysan, l’employé et l’écolier sont contraints de réapprendre leur corps : "Quelques personnes s’imaginent que les jeunes gens de la campagne et que les ouvriers de certains corps d’état fatiguent assez pour muscler solidement la jeunesse et les dispenser d’aller dans les sociétés de gymnastique. C’est là une grave erreur. Sans doute il ne s’agit pas pour eux de cultiver les exercices de force, mais ils sont raides et lourds, leur attitude est gauche et défectueuse. Ce sont nos conscrits de la campagne qui donnent le plus de peine aux instructeurs ; souvent même ils ont des défauts de conformation dont on peut arrêter le développement par une gymnastique de souplesse bien approprié. Et puis, serait-il juste de les priver des avantages des citadins tant au point de vue moral et physique qu’à celui d’une préparation utile au métier des armes ?"

2 - Du contrôle à l’autosurveillance

  • 110 Arnaud P., La sociabilité sportive, jalons pour une histoire du mouvement sportif associatif, in Ar (...)

9De tels objectifs ne peuvent être atteints qu’au prix d’une stricte et sévère organisation. La jeunesse sera donc encadrée, enserrée dans une réseau relationnel d’autant plus efficace qu’il mobilise la vigilance d’un appareil législatif soupçonneux et d’élus locaux zélés. Si le développement massif des sociétés conscriptives a été possible, c’est sans doute grâce à l’assouplissement relatif de la législation en matière de droit de réunion et d’association. Nous avons par ailleurs présenté les conditions d’une transformation notable de la sociabilité110 ; nous n’y reviendrons pas ; signalons sa progressive "sécuralisation" qui rompt avec ses origines plus ou moins spontanées et conviviales : la loi du 30/6/1881 sanctionne le libre exercice du droit de réunion (qui reste cependant distinct du droit d’association) et contribue à un essor d’autant plus important des sociétés conscriptives que celles-ci sont encouragées par le gouvernement. Il n’en demeure pas moins que l’article 291 du code pénal et la loi de 1834 sont toujours appliqués :

Pour toute association, l’art. 291 du code pénal exige, avant tout fonctionnement (si la société comporte plus de 20 personnes) l’agrément du gouvernement... sous les conditions qu’il plaira à l’autorité publique. L’art. 292 fait état des peines encourues en cas d’infractions. En réalité, c’est le Préfet qui, après enquête d’un commissaire spécial de police, donne l’autorisation de création. Mais la circulaire du 29 avril 1892 définira très précisément les règles d’agrément des sociétés de gymnastique et de tir : tous les sociétaires doivent être Français, les uniformes adoptés devront différer des uniformes militaires et il sera interdit d’employer des grades ou des insignes pouvant rappeler une quelconque similitude avec ceux adoptés dans l’armée. Aucune sortie en armes ne sera autorisée sans l’autorisation du gouverneur militaire.

10En fait, l’enquête de police permet d’établir les bonnes mœurs et la respectabilité des sociétaires ainsi que l’orthodoxie de leurs opinions politiques. Les autorités compétentes attachent du prix au sérieux, à l’honnêteté, à la probité : nombre d’associations ne sont pas autorisées du fait que certains de leurs membres ont eu des démêlés avec la justice ou que leur conduite, morale, professionnelle ou conjugale enfreint la moralité publique, ou qu’ils professent des opinions politiques subversives.

  • 111 Fondée par un groupe d’avocats lyonnais, réactionnaires et cléricaux notoires et recrutant leurs s (...)

L’expérience répétée de ces tracasseries administratives et policières suscitera beaucoup de prudence et de ruse de la part des membres fondateurs des sociétés. Et le Ministère de l’intérieur ainsi que les services préfectoraux, trop soucieux de défendre les intérêts de la République, provoqueront l’envoi de demandes d’autorisation irréprochables, propres à donner confiance, alors qu’elles sont adressées par des opposants notoires au régime. L’exemple de La Sentinelle, pour être révélateur de ces ruses, n’est cependant pas exceptionnel111.

  • 112 En 1892, L’Union patriotique de l’Ain aura pour président un avoué, pour vice présidents, un colon (...)

11La vigilance des pouvoirs publics s’explique : il n’est pas certain, en effet, que la "pratique de la gymnastique" soit le mobile véritable de ces groupements de personnes. Le gouvernement lui-même ne suspend-t-il pas toute autorisation à une adhésion idéologique ? Pour les sociétés conscriptives, la gymnastique, le tir ou l’instruction militaire ne sont que des moyens au service d’une fin plus noble : la défense des idéaux républicains de laïcité, de démocratie, de patriotisme. Les Unions Patriotiques Départementales, souvent fondées par les notables locaux en sont une garantie puisque, selon leurs statuts mêmes, leur vocation est de "créer et d’encourager par tous les moyens en son pouvoir, les sociétés de tir, de gymnastique et, en général, toutes les associations qui ayant pour but de grouper les bonnes volontés, servent ainsi la Patrie française"112 Les buts des sociétés conscriptives sont dictés par des considérations eugéniques et hygiéniques, patriotiques et républicaines, militaires et civiques. Les valeurs du travail, de la discipline, de l’honneur, du courage, de la loyauté, de la camaraderie sont largement exaltées. D’ailleurs, lorsque quelques années plus tard, La Lyonnaise célèbrera sa 63ème fête annuelle, son président expliquera fort bien les raisons de ce succès : "Les sociétés de gymnastique ont pris leur essor et ont prospéré sous la IIIème République et elles ont toujours été fidèles au régime républicain qui a facilité leur développement".

12Il reste que les valeurs de camaraderie, d’amitié, de fraternité sont les plus souvent revendiquées. Ce sont les sociétés de gymnastique qui, les premières, ont créé des caisses de secours mutuel et d’assistance entre leurs sociétaires. Ces initiatives, presque exclusivement d’origine ouvrière, verront le jour à partir de 1891 en particulier sous l’impulsion de V. Clement à Thizy avec la fondation de la Mutuelle Lyonnaise. "Discipline et solidarité" telle semble être leur devise.

"Ce n’est pas assez de cette discipline. Il y a quelque chose de plus que cet accord des actes, c’est l’union des âmes : la discipline est une harmonie extérieure qui doit aboutir à une harmonie plus intime, plus profonde. Entre les membres d’une même société unis par des règlements communs il se communique bientôt autre chose que des habitudes corporelles... L’esprit de sociabilité, de camaraderie, d’union et de concorde, de tolérance mutuelle et de compréhension mutuelle doit être le résultat le meilleur de tout apprentissage en commun. Il faut que vos jeunes gens sortent de vos gymnases, camarades, c’est à dire amis, sachant se respecter et s’assister ; emportant avec des souvenirs communs une certaine communauté de sentiments et d’amour qui les fait tous solidaires. Si la communauté des exercices n’est possible que par la discipline, elle rend possible, elle appelle la solidarité... Ainsi conçue, et pratiquée, la gymnastique n’est pas seulement une culture physique... elle est une leçon proprement morale".

13Ce ne sont pas que des mots : l’organisation interne de la vie associative est tout entière conçue pour cultiver cette dépendance et cette discipline : la société est une petite famille, c’est l’intermédiaire entre la famille et la patrie. Rites d’entrée et d’exclusion, parrainage sont au cœur d’un processus de socialisation qui a pour objet de signifier à chaque membre son identité, son appartenance au groupe. En ce sens, les membres d’une association ne sont pas des membres nouveaux : nouveaux, certes, en tant qu’ils arrivent dans la société, mais ils sont sinon connus, au moins reconnus et, ainsi habilités ou intronisés. Adhérer à une association, payer sa cotisation, c’est à la fois accepter d’entrer dans un réseau de relations restreintes ayant un systèmes de références déjà incorporé par le nouveau membre, et aussi, être choisi. D’ailleurs, tout un appareil législatif interne règle la vie associative : avertissements, blâmes, amendes, exclusions provisoires ou définitives... sont les principaux éléments de cette police intérieure qui définit les droits et les devoirs de chacun. Ce phénomène, pour n’être pas propre aux sociétés conscriptives semble cependant avoir ses plus belles illustrations parmi elles. D’une façon générale, on doit considérer que cette réglementation redouble et accentue la normalisation d’attitudes et de comportements attendus par les pouvoirs administratifs et policiers. La société a d’autant plus de chances d’offrir une image de sérieux, d’honorabilité, de respectabilité qu’elle saura se prémunir contre une délinquance interne déjà largement réduite par l’enquête de police. Présentant une sorte de certificat de bonnes moeurs, elle pourra solliciter des appuis, des recommandations, des récompenses de la part des autorités républicaines.

3 - Patriotisme, discipline et abnégation

14C’est dans cette ambiance austère que s’exprime la sociabilité : foin de la spontanéité, du dynamisme souvent débordant de la jeunesse rassemblée. L’ordre et la discipline prévalent dans les sociétés conscriptives : l’action éducative est d’abord morale. Les exercices gymnastiques et militaires initient à la vie de groupe. Chaque sociétaire doit tenir sa place pour donner vie à la collectivité à laquelle il appartient. Il est un serviteur et, à ce titre, il doit se conformer aux règles et obéir à ses supérieurs. Le port de l’uniforme, le respect du drapeau, les mouvements d’ensemble sont autant de symboles d’une société grégaire. Cette sociabilité fermée a des caractéristiques précises que nous pouvons tenter d’identifier.

  • 113 ADR 4M 539 - rapport du commissaire spécial de police du 23/5/1888.
  • 114 Girardet R., L’idée coloniale en France... op.cit. p. 102 sqq Weber E., Gymnastique et sport en Fra (...)

15Elle prend d’abord son sens dans le militantisme patriotique qu’elle promeut, qu’il soit d’obédience républicaine ou "cléricale". Lorsque, en 1888, est fondée La Sentinelle, c’est au nom d’idéaux patriotiques et nationalistes113. C’est pourtant une société "réactionnaire et cléricale” dont le président, J. Brac de la Perriere, est le chef de file des congréganistes. Il en est de même pour les Excursionnistes lyonnais, société fondée en 1889. Si la gymnastique et les exercices militaires doivent contribuer à "augmenter les forces défensives du pays" (article 1 des statuts), le rapport de police s’empresse d’ajouter que "le véritable but que se proposent les membres fondateurs est d’organiser des cours de gymnastique et d’enseignement militaire aux élèves des séminaires et novices des écoles chrétiennes afin qu’étant appelés à faire leur service militaire, ils ne soient empruntés et puissent éviter ainsi les lazzis des autres militaires au milieu desquels ils sont placés". En réalité, les autorisations préfectorales seront toujours accordées, les fondateurs des sociétés conscriptives prenant soin de toujours mettre en avant leur militantisme patriotique tout en taisant leurs opinions cléricales ou conservatrices. La loi d’ailleurs les aide dans la mesure où elle interdit, au sein des associations, toute discussion religieuse ou politique. Dans ces conditions, la gymnastique est officiellement une pratique roborative au service de finalités patriotiques. R. Girardet, tout comme E. Weber y voient l’expression d’un nationalisme défensif et revanchard, par lequel la gymnastique participerait au relèvement national avec l’appui massif des classes laborieuses114. Ce militantisme patriotique trouve des illustrations de choix dans de nombreux comptes rendus des délibérations du Conseil général ou des conseils municipaux relatifs aux demandes de subvention. L’organisation des fêtes de gymnastique, qu’elles soient d’ampleur locale ou nationale, reste le prétexte à des envolées lyriques qui sont de véritables morceaux d’anthologie de la littérature patriotique :

  • 115 D.C.G. Rhône, du 10 mai 1889, p. 239 à 241 A.M.L.

"La Fédération des sociétés de gymnastique, de tir, etc... du Rhône et de la région, qui compte actuellement 70 sociétés, a confié aux sociétés lyonnaises la mission d’organiser à Lyon la cinquième fête concours... En revendiquant l’honneur de cette mission, les sociétés lyonnaises ont voulu donner à notre vaillante cité l’occasion de célébrer, tout aussi bien que Paris, le centenaire de 1789... L’anniversaire des jours de gloire et de lutte pour la liberté et la République trouvera un écho profond dans leurs rangs... C’est en s’inspirant de ces sentiments que le Comité d’organisation a tracé un programme dans lequel prendront place tous les sports patriotiques... Nous montrerons ce que peut obtenir l’homme qui sait développer ce que son corps a reçu de la nature, et l’on comprendra mieux la nécessité de ne point laisser, dans la lutte universelle pour la vie, dégénérer indéfiniment notre race"115.

16Mais cette sociabilité fermée repose encore sur une volonté explicite d’encadrer, de contrôler, d’éduquer civiquement. Elle a un caractère disciplinaire, qui emprunte ses modèles à l’armée. Nombre de sociétés conscriptives ont, comme le Patriote de Lyon, reproduit ses structures hiérarchiques : "La société sera formée en une compagnie d’infanterie et elle prendra les mêmes principes d’avancement pour l’encouragement des élèves. Les grades seront ainsi répartis :

  • moniteur général : grade de capitaine,
  • second moniteur : grade de lieutenant,
  • troisième moniteur : grade de sous lieutenant,
  • porte étendard : grade d’adjudant,
  • comptable : grade de sergent major,
  • adjoint comptable : grade de sergent fourrier,

17La compagnie se compose de quatre sections, huit escouades dont quatre sergents chefs pour chacune des sections et huit caporaux et dix soldats de première classe...". Dans le même esprit, les sociétés conscriptives attachent une importance primordiale à la personnalité de leur président : détenteur d’une autorité légale beaucoup plus que charismatique, il doit être représentatif, dans tous les sens du terme, de leur honorabilité et de leur orthodoxie patriotique. Ainsi le Petit Lyonnais n’hésite-t-il pas à fustiger le malheureux président de la Société de gymnastique de Thizy :

  • 116 Le Petit Lyonnais du 29/10/1889.

"Un comble ! Nous possédons une société de gymnastique. C’est fort beau, surtout utile et encourageant pour la jeunesse... Ce qui fait ombre dans le tableau, c’est son président. Ce singulier président a été réformé n" 1 au conseil de révision. Il a les hanches démesurées, les reins cassés. A toutes les réunions, sous un képi à trois galons, il porte un pardessus de luxe sous le bras. Pensez donc, un soldat pareil ! Les femmes de Sparte l’auraient jeté dans l’Eurotas. A la moindre sortie, il tombe évanoui ; il lui faut une voiture. Inutile d’ajouter que c’est un calicot orgueilleux et prétentieux, sans sou ni maille... Cependant nos braves gymnastes n’en veulent plus ; ils reconnaissent l’erreur qu’ils ont faite en nommant un tel président qui n’a pu faire un infirmier dans l’armée française"116.

18A. Leroy et D. Mamoz donnent en contrepoint une description minutieuse du dirigeant idéal, qu’il soit président, secrétaire, trésorier ou simple moniteur. C’est un chef et un gestionnaire. Son comportement doit être exemplaire : dévoué et compétent, en théorie comme en pratique, sur toutes les questions relatives à la gymnastique et à l’instruction militaire. Il doit savoir faire respecter la discipline. Au gymnase, premier arrivé et dernier parti, il est à la fois le surveillant, l’animateur et l’ami des sociétaires. Enfin, il est le défenseur et le promoteur des idéaux patriotiques de la société : "il parlera de la Patrie, de cette France si chère à tous, des malheurs passés, des espérances futures, des devoirs que tout citoyen se doit à lui-même et à son pays". C’est ainsi que les sociétaires apprendront à respecter leurs supérieurs : "L’esprit d’obéissance inculquée dès la jeunesse..." fait la force de l’éducation et l’excellence du soldat. Dans ce contexte la discipline est "quelque chose de plus que l’accord des actes, c’est l’union des âmes : "(c’est) une harmonie extérieure... Entre les membres d’une même société unis par les mêmes règlements il se communique bientôt autre chose que des habitudes corporelles... L’esprit de sociabilité, de camaraderie, d’union et de concorde, de tolérance mutuelle doit être le meilleur de tout apprentissage en commun".

19Une telle sociabilité, et ce sera son dernier trait, fait de l’individu un instrument au service du groupe. C’est d’ailleurs bien le sacrifice de soi-même, pouvant aller jusqu’à la mort, qu’exaltent les bulletins et les revues des sociétés conscriptives ou des fédérations. Sacrifice non seulement de l’homme (du sociétaire) mais, par extension, de sa famille (femme, mère, enfants) pour la plus grande gloire de la Patrie. Les symboles abondent qui entretiennent cet esprit d’abnégation : la société conscriptive doit être la réplique, en miniature, de la société française. Le respect de son drapeau et les combats (gymniques) que l’on livre en son nom, forgent simultanément l’identité du groupe et la conscience nationale. L’attachement des dirigeants à une tenue vestimentaire uniforme n’est nullement le signe d’une obsession du détail, mais l’expression d’une volonté de confrontation des corps et des esprits. Lorsque se déroule le 27/9/1883 la fête de gymnastique de la Société Lyonnaise de gymnastique présidée par Paul Déroulède, non seulement chaque société se présente "dans sa tenue de travail" mais tous les symboles de l’union indestructible des patriotes républicains sont exposés aux yeux d’une foule subjuguée et admirative : défilés avec drapeaux, jeux tricolores des costumes des gymnastes, présence massive d’officiers, cliques et fanfares jouant "Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine" et repris en choeur par tous les assistants, mouvements d’ensemble etc... L’émotion reste le principal ferment de la conscience nationale, et elle naît du spectacle réglé.

B - UN RÉSEAU DE SOCIALISATION

  • 117 Les rapports des commissaires spéciaux, suite aux enquêtes de police s’achèvent généralement par l (...)

20La société conscriptive est le lieu d’une intégration sociale et politique de la jeunesse. Par un lent travail d’acculturation, les individus sont assujettis à des normes et des valeurs conformes à des idéaux républicains. C’est là le travail des commissaires spéciaux de police qui, au travers d’enquêtes minutieuses sont chargés de vérifier la conformité des statuts de l’association et l’orthodoxie morale et politique des sociétaires. Mais, si l’association fixe légalement les droits et les devoirs de ses membres, règles imposées avant d’être intériorisées, il est symptomatique de constater que chaque société édicte sa "police intérieure" en définissant les règles d’entrée" et d’exclusion, en statuant sur le montant des amendes. A ces prescriptions officielles s’ajoutent celles, tacites, qui concernent le maintien, la politesse, l’hygiène de vie : en tant que représentant de sa société, chaque sociétaire doit lui faire honneur en exhibant ostensiblement une conduite irréprochable. Ainsi, progressivement et inconsciemment, par prescription ou simple imprégnation et imitation, s’intériorisent des comportements, des attitudes, un langage conformes aux canons de la déontologie républicaine117.

  • 118 Agulhon M., Le Cercle dans la France..., op.cit., p. 59.

21En réalité, la fonction proprement sportive des sociétés se double de fonctions multiples qui ne sont pas toujours aisément identifiables. Comme l’indique M. Agulhon "la différence de fonction n’est jamais absolue, la séparation jamais complète, entre le but officiel d’une association et la fonction diffuse de sociabilité"118.

22Dans ce contexte s’exerce un lent travail d’incorporation de valeurs civiques, idéologiques et politiques, d’autant plus efficace qu’il s’exerce sur un terrain favorable : ce qui rentabilise à terme le procès de sociabilisation, c’est le réseau des affinités qui le sous tend. Ce sont d’ailleurs les ouvriers et les employés qui constituent l’essentiel des contingents des sociétés conscriptives, illustrant la parfaite cohérence et homogénéité entre les caractéristiques d’une sociabilité fermée et la forme disciplinaire et laborieuse du travail de gymnastique. Que ce soit dans l’Ecole ou en dehors de l’Ecole, la gymnastique et l’instruction militaire restent une pratique populaire, qui vise et concerne essentiellement les classe laborieuses : travailleurs manuels ou prolétaires en col blanc.

23Ce procès de sociabilisation des masse est, en fait, un procès de domestication au sens propre, c’est-à-dire qu’il fait entrer dans la maison, et invite à incorporer des attitudes, des manières d’être, d’agir et de penser (bref, une culture) en conformité avec l’ordre social du moment. Il s’agit de discipline les masses, de les soumettre, de les "nationaliser". La société française entre dans l’ère de la modernité. C’est une œuvre politique et pédagogique qui tend à s’exercer jusqu’au cœur des zones rurales. Et l’association en sera le cadre institutionnel, à peine plus souple que celui de l’Ecole.

1 - L’organisation interne des sociétés conscriptives

24L’élan patriotique imprimé par l’Ecole et par la politique des républicains a pour effet de susciter des vocations et des initiatives privées. Le désir de s’associer officiellement témoigne non seulement d’un engouement massif (nul besoin de règles écrites de fonctionnement lorsqu’on reste en famille, entre voisins ou amis), mais de la recherche d’une reconnaissance légale permettant d’avoir pignon sur rue et de solliciter des aides (subventions, prix) ou des appuis (en prévoyant l’admission de membres honoraires choisis en fonction des services qu’ils sont susceptibles de rendre à la société). Les hommes politiques de la IIIème République ne pouvaient que desserrer l’étau restreignant la liberté d’association, tout en veillant scrupuleusement à n’autoriser que les sociétés attachées à la promotion de leurs idéaux. En prenant un caractère formel et légal, organisé et hiérarchisé, les sociétés conscriptives se prémunissaient contre d’éventuelles déviations. Si la loi fixe le cadre et les règles du jeu de la sociabilité, c’est tout aussi bien pour exercer un pouvoir dissuasif (devant les démarches à effectuer et les demandes de renseignements, la volonté de s’associer doit l’emporter sur les craintes ou les tracasseries inhérentes à une déclaration officielle) que pour identifier des responsables. Les dirigeants sont alors nantis d’un pouvoir représentatif et d’une responsabilité morale et juridique. Effet de la législation ou auto-protection ? En tout cas, les sociétés conscriptives (tout comme d’ailleurs la plupart des sociétés sportives de l’époque) se doteront d’un véritable règlement interne (explicitement désigné dans les statuts sous le terme évocateur de "Police intérieure") fixant les règles d’entrée et d’exclusion, prévoyant sanctions et récompenses.

25Le principe même qui préside à la fondation d’une société sportive est l’affinité. Voisinage, conformité, ressemblance, parenté sont les termes qui caractérisent assez bien la vie associative. On privilégie l’entre soi. C’est pourquoi toute adhésion nouvelle est tributaire de la cooptation. Ce phénomène n’est pas propre aux associations sportives proprement dites (sports athlétiques, régates) : il est consubstantiel à tout phénomène associatif et on l’observe dans les sociétés de jeux traditionnels. Les archives regorgent d’exemples indiquant un recrutement affinitaire :

  • 119 ADR 4M 537 - status de 1890, articles 3 et 8 de La Sentinelle.

"Les membres actifs sont admis après enquête par le conseil d’administration... Le conseil prononce l’exclusion de tout membre qui, par sa conduite ou ses actes, trouble l’ordre intérieur ou compromet la dignité de la société au dehors. Toutefois, le délinquant est au préalable invité à présenter sa défense en temps utile devant le conseil"119.

  • 120 ADR 4M 537 - statuts de 1882 et années suivantes, art. 3 et 8.

26Les mêmes conditions sont requises à la Société Lyonnaise de gymnastique120 avec des variations plus ou moins subtiles :

  • 121 Statuts des Enfants de Valserine-Bellegarde, articles 13 et 19. Archives privées de la société.

"Pour faire partie de la société, tout membre doit se présenter au président qui soumet sa candidature à la société ; l’admission est prononcé à la majorité des suffrages... Tout sociétaire qui troublera l’ordre de la société... prononcera des paroles injurieuses... manquera à une réunion quelconque... ou n’exécutera pas les exercices... sera passible d’une amende de 0,50 Frs"121.

  • 122 ADR 4M 538 - Société Pro Patria, statuts de 1891, art. 3 et 10.

"Pour être admis dans la société il faut : être Français, être d’une moralité et d’une honorabilité reconnues officiellement par le conseil d’enquête de la société... L’exclusion est prononcée par le conseil d’administration (pour les motifs suivants) : condamnation infamante, actes contraires à la moralité et à l’honneur, voies de fait ou injures envers un sociétaire ou un supérieur, actes ou rapports mensongers pouvant déconsidérer ou désorganiser la société"122

  • 123 Notons tout de suite, que les associations sportives (régates, sports athlétiques, mais aussi escr (...)
  • 124 Bourdieu P., Les rites comme actes d’institution, in Actes de la Recherche en sciences sociales, no(...)

27Ainsi, la cooptation associée à l’enquête de police garantit-elle en quelque sorte le sérieux de la société. On est à peine surpris de constater qu’elle se prémunit contre "les indésirables ou les étrangers" en utilisant les mêmes moyens que le pouvoir politique, judiciaire ou administratif123. Ces rituels d’admission ne sont pas spécifiques d’une sociabilité formelle. Ils prolongent, par le vote, les usages de la sociabilité conviviale où tous les membres sont des proches, des intimes. L’extension de l’association à des membres "nouveaux" incite à une autoprotection de sa personnalité. De tels rites, qui sont l’équivalent d’un acte d’institution, permettent à un sujet de s’intégrer à une communauté et de s’identifier à elle sur la base d’un contrat : "Ainsi l’acte d’institution est un acte de communication, mais d’une espèce particulière : il signifie à quelqu’un son identité"124.

28Les règles du jeu de la sociabilité sportive fixent ainsi les bornes du procès de sociabilisation. L’appareil législatif interne protége la société conscriptive contre d’éventuelles déviances. Avertissements, blâmes, amendes, exclusions provisoires ou définitives... il existe toute une gradation dans les sanctions prononcées par un "tribunal" (le conseil d’administration, le bureau ou quelques membres désignés) qui prend généralement la précaution d’entendre le contrevenant ou le "délinquant". Cette police intérieure définit ainsi les devoirs et les obligations de chacun, tant en ce qui concerne le règlement des cotisations (sanctions en cas de retard) que les présences, les absences (consignées sur un cahier spécial) ou les usages relatifs à la bienséance. Les sociétaires sont ainsi encadrés, surveillés, sans qu’ils en aient nécessairement conscience, mais d’une manière d’autant plus efficace que ces surveillances sont insidieuses, discrètes et que les normes de la bonne conduite font partie d’un jeu relationnel que chaque membre doit intérioriser.

29Ainsi, en dépit de formulations aussi diverses que cocasses, les sociétés conscriptives s’érigent en instances disciplinaires et moralisatrices, lieux d’une sociabilisation au service de la déontologie républicaine. Nous avons publié ailleurs, des extraits du procès verbal de l’assemblée générale de la société Les Enfants de Valserine-B elle garde. Ils mettent à jour les problèmes quotidiens qui perturbent la vie associative et démontrent qu’une réglementation, aussi tatillonne soit-elle, ne peut prévoir tous les cas de figure. L’art de manier le bâton et la carotte en distribuant punitions et récompenses, offre l’image d’une entreprise disciplinaire de dressage et de correction. L’application de la "loi" exige alors une surveillance constante dans tous les instants de la vie associative. Les actes d’indiscipline ou les beuveries qui précèdent ou suivent les concours et les fêtes de gymnastique lors de déplacement lointains font l’objet de sévères réprimandes.

30Il arrive cependant que cette législation interne soit impuissante à régler tous les conflits. Le président n’hésite pas alors à faire appel à l’autorité publique, municipale ou préfectorale, pour garantir l’image de marque de sa société. C’est le cas pour l’Avenir d’Oullins, à la suite de rixes qui ont scandalisé la population lors de la fête du 14 juillet. Le maire est obligé de brandir la menace d’une dissolution pour que se calment les esprits. Même intervention à Tarare lorsque des jeunes gens font scission et fomentent une "mutinerie" contre l’Union Tararienne.

31De façon générale, on doit considérer que cette réglementation redouble et accentue la normalisation d’attitudes et de comportements qui sont attendus par les pouvoirs administratifs et policiers. L’image de la société conscriptive est en jeu : à elle de se prémunir contre une éventuelle délinquance, déjà largement réduite par l’enquête de police. Présentant, en quelque sorte, un certificat de bonnes mœurs, elle pourra solliciter des appuis, des recommandations et des récompenses de la part des autorités républicaines.

32La société conscriptive est donc une institution disciplinaire au sens où l’entend M. Foucault, disposant de techniques dissuasives pour qui ne respecterait pas les règles de la morale et de la démocratie républicaine. De telles techniques, qui s’appuient sur un appareil réglementaire extrêmement sophistiqué, sont l’exacte réplique des instances républicaines correspondantes. La société conscriptive est ainsi une microsociété, dont les pouvoirs en matière pénale sont comparables à ceux des tribunaux. Mais elle est également une courroie de transmission du pouvoir politique puisqu’elle perpétue en son sein ses règles et ses interdits. Instrument de la moralisation et de la caporalisation de la jeunesse, la société conscriptive redouble et prolonge l’action de l’Ecole tout en préparant le terrain à celle de l’Armée.

33Le succès de cette action est d’ailleurs rendu possible par l’homogénéité sociologique de chaque société conscriptive. Si la gymnastique scolaire s’inscrit dans le cadre d’une obligation et concerne une population par définition hétérogène quant à ses motivations et ses cornpétences, en matière de pratiques physiques (alors qu’elle est postulée homogène en regard de ses compétences intellectuelles) il en va tout autrement dès lors qu’il s’agit de la pratiquer dans un cadre associatif. La participation volontaire non seulement élimine le facteur motivationnel, mais présuppose une relative homogénéité des populations concernées. C’est ce système de prédisposition qui caractérise les réseaux affinitaires des pratiques conscriptives, contribuant à sceller la cohérence entre cette sociabilité fermée, les formes disciplinaires d’exercices et les profils sociologiques des pratiquants.

2 - Des réseaux affinitaires

34Qui sont donc ces gymnastes ? Si nous avons évoqué à plusieurs reprises l’action de sociabilisation et d’incorporation de la jeunesse, sommes-nous en mesure d’identifier l’âge des sociétaires ainsi que les caractéristiques du réseau relationnel dans lequel ils sont enserrés ? Si les enquêtes de police nous ont permis d’effectuer quelques recensements, c’est le plus souvent sur l’indication de statistiques partielles. Les membres actifs des sociétés conscriptives sont par définition majeurs, puisque la législation l’exige. Les mineurs peuvent y entrer munis d’une autorisation parentale. Ils bénéficient alors d’une cotisation à prix réduit, mais ne sont pas considérés comme membres actifs. L’apparition des sections "pupilles" reste, chronologiquement, difficile à situer. Elle est, vraisemblablement contemporaine de la mise en place des bataillons scolaires. Ainsi Claudius Favier apporte-t-il un témoignage éclairant :

  • 125 "Ma vie sportive à l’Alouette des Gaules" par Claudius Favier (1883-1973). Document manuscrit. Arc (...)

"1892 : j’ai 9 ans ; j’entre au bataillon scolaire. Tenue : vareuse bleu marine, pantalon long et béret bleu avec pompon rouge. Le costume était fourni je crois par l’Union patriotique.
1893 : Mr Albin Gauthier, moniteur général, me fait entrer aux pupilles de l’Alouette des Gaules... (rappelons que cette société avait été fondée en 1878 et que c’est vers 1883 ou 1884 qu’elle avait créé une section gymnastique et un bataillon scolaire).
1894 : le concours départemental a lieu à Gex, au début des grandes vacances scolaires. Un concours intérieur à l’Alouette désigne les quatre meilleurs pupilles pour former la section..."125.

35Lorsque leur existence est mentionnée, les sections pupilles ont des effectifs relativement faibles en regard du nombre des membres actifs. Ainsi, l’Avenir de Lyon est-elle composée en 1906, de 82 membres actifs, de 35 pupilles et de 16 vétérans. Quelques années plus tôt, en 1891, La Sentinelle possède 12 pupilles pour 51 membres actifs et 56 membres honoraires, alors que jusqu’à cette date il n’est jamais fait mention de leur existence. Quant à La Républicaine de Lyon, elle comptabilisera à la même date, 25 pupilles pour 60 membres actifs et 80 membres honoraires. La Française de Lyon, qui est une des plus grosses sociétés conscriptives de la région semble avoir une section pupille dès sa création en 1884-1885.

1885

1886

1889

1890

membres actifs

103

119

192

202

membres honoraires

38

43

107

85

pupilles

40

37

52

 ?

  • 126 "Les pupilles sont souvent trop grands ou trop âgés, il convient donc de leur faire faire les conc (...)

36Il reste que cette catégorie d’âge est difficile à cerner. Les statuts des sociétés sont contradictoires à ce sujet : est pupille tout sociétaire âgé de moins de 16 ans aux Volontaires Croix Roussiens. Mais il faut avoir moins de 13 ans aux Eclaireurs de l’Est en 18 89126. Et L’Avant Garde de Lyon comptabilise 70 pupilles à partir de 1890, âgés de moins de 14 ans. Ces fluctuations d’âge n’ont, en réalité, guère d’importance tant que la gymnastique échappe aux finalités proprement sportives et compétitives. Il n’en sera plus de même à partir des années 1900 : la perspective de la victoire incitera nombre de sociétés à tricher sur la date de naissance des jeunes gymnastes (comme en témoignent les mémoires déjà cités de Claudius Favier) et les Fédérations régionales auront beaucoup de difficultés à faire cesser de pareils abus.

  • 127 Le gymnaste-Tireur du Sud-Est, no 28 du 20/12/1888.
  • 128 Cf. les Archives privées de la Société les enfants de Valserine-Bellegarde (Ain).

37Quoi qu’il en soit, les sociétés conscriptives semblent avoir été les premières, dans l’histoire du sport associatif, à créer des catégories d’âge. Il faut y voir vraisemblablement l’influence de plusieurs facteurs. C’est d’abord une reproduction, à usage interne, des caractéristiques de la pédagogie scolaire. L’idée s’impose qu’il faut grouper les élèves par âge afin qu’ils reçoivent un enseignement adapté en qualité et en quantité. Le principal initiateur de ce principe dans les sociétés de gymnastique fut indiscutablement E. Paz qui, réclamant "la gymnastique à tout âge", ; recommandait de multiplier les sections à l’intérieur des sociétés. En 1888, il demandait aux sociétés "d’ajouter des sections vétérans aux sections pupilles et cadets"127. Mais il faut prendre en compte simultanément les carences de l’Ecole (en particulier primaire) en matière d’enseignement gymnastique et l’essor des bataillons scolaires. L’afflux massif d’enfants dans des sociétés de gymnastique correspond très généralement (et c’est surtout évident dans les zones rurales) aux besoins de l’instruction militaire. Et l’on a pu constater que les bataillons scolaires ont été le principal réservoir des sociétés conscriptives. La législation sur le travail des enfants (loi de 1874 et surtout de 1892) et sur la durée de l’instruction obligatoire, convergent pour "libérer" les enfants dès l’âge de 12 à 13 ans. Echappant à la tutelle de l’Ecole et à son action protectrice et acculturante, ils étaient des cibles privilégiées pour des sociétés conscriptives soucieuses de prolonger son action éducative. En réalité, les vertus roboratives et hygiéniques des pratiques gymnastiques resteront pendant quelques temps encore des alibis commodes pour masquer une action disciplinaire et moralisatrice. Et nous aurons à montrer que la "sportivisation" de la gymnastique répond à l’essor des associations sportives et à leurs affrontements dans les compétitions qui attirent la jeunesse tout en la détournant des exercices austères et répétitifs de sociétés conscriptives128. Mais, jusque dans les années 1890-1895, les sociétés conscriptives sont totalement attachées à la promotion des idéaux républicains (à l’exception, bien sûr, des sociétés catholiques) : les fêtes, les concours, les défilés sont autant d’occasions de montrer au public les effets d’une éducation plus civique, et patriotique que véritablement physique. Instruments d’une caporalisation de la jeunesse, les sociétés conscriptives ont su créer les conditions de son intégration dans des réseaux électifs de socialisation.

38Une étude attentive de leur composition et de leur aires de recrutement est en effet révélatrice d’une sociabilité affinitaire. L’encadrement de la jeunesse est d’abord idéologique : certes, les statuts n’omettent pas de mentionner que "toute discussion politique ou religieuse est strictement interdite". Mais les enquêtes des commissaires spéciaux s’attachent à démonter les mécanismes subtils des alliances entre les sociétaires. Pour l’essentiel, les sociétés conscriptives de Lyon et du département du Rhône sont républicaines et ne tardent pas à s’attirer la bienveillance des responsables politiques et nationaux. Il y a, bien sûr, des nuances dans l’allégeance républicaine. Si la Républicaine de Lyon regroupe "des socialistes ou des membres qui sont tous favorables au gouvernement", d’autres rassemblent des "républicains modérés" ou "convaincus". Ces sociétés ne rencontrent aucune difficulté à être autorisées. En revanche, il est plus délicat d’évaluer le nombre des sociétés "cléricales" : celles qui obtiennent l’autorisation préfectorale sont généralement fondées par des notables lyonnais, (comme La Sentinelle ou Les Excursionnistes Lyonnais) qui prennent la précaution de rédiger des statuts en tous points conformes aux attentes préfectorales. Quant aux autres, dans la mesure où elle fonctionnent clandestinement, il est difficile de les identifier. Ce n’est qu’après 1895 et plus encore après 1905 qu’éclateront les conflits entre les gymnastes républicains et catholiques, ces derniers bénéficiant le plus souvent de l’appui de gros industriels lyonnais (comme F. Gillet, teinturier) ou des plus éminentes personnalités du monde universitaire (comme V. Duquaire, avocat ou Brac de la Perriere, doyen de la faculté catholique de droit). En fait, il s’agit de regrouper, au nom d’une idéologie dominante, les masses laborieuses des quartiers populaires. L’inventaire des sociétés conscriptives et leur localisation géographique indiquent la source de leur recrutement. Le fait ne doit pas surprendre dans la mesure où l’extension de l’urbanisation et de l’industrialisation aboutit à concentrer un prolétariat croissant. Y. Lequin a bien montré que Lyon accueille un nombre toujours plus important d’ouvriers salariés, particulièrement entre 1870 et 1914, tout en multipliant les emplois dans les services (banques, commerces, administration...). Il en est de même pour certaines zones du département du Rhône, en particulier dans l’axe Tarare, Amplepuis, Cours, Thizy où règne l’industrie textile : L’Etincelle d’Amplepuis, fondée en 1884, comprend 72 membres actifs dont 50 ouvriers tisseurs. La Société de gymnastique et de tir de Thizy regroupe à sa création en 1885, essentiellement des ouvriers des filatures. Il en est de même pour Les Enfants de la Trambouze de Bourg-de-Thizy, L’Espérance de Cours, ou La Joyeuse de Régny. La société conscriptive reste dans tous les cas représentative d’une population géographiquement homogène : lieu de rencontre et de sécurisation si l’on songe à la grande mobilité professionnelle de l’époque. Il est probable que l’association joue, pour des sociétaires "déracinés" une fonction d’identification et d’assimilation. C’est retrouver un lieu (le plus souvent le café, qui est presque toujours le siège de la société) de rassemblement entre gens connus, familiers et exerçant bien souvent la même profession. Ainsi se constituent des territoires associatifs par quartiers, par professions, par générations qui sont à la source même des affinités idéologiques précitées et des liens de camaraderie, de fraternité, de solidarité si souvent exaltés. A Lyon, le quartier délimite à lui seul l’espace de travail et de loisir : il est le lieu où se forge l’identité des habitants. Lorsque, par exemple, la ville fête le 14 Juillet, ce n’est pas Lyon qui est en liesse, mais une mosaïque de quartiers : Vaise, la Guillotière, la Croix-Rousse... chacun célébrant à sa manière et avec ses autochtones "son" identité. L’espace économique et industriel, loin de favoriser le brassage des populations, divise et oppose les groupes (géographiques et professionnels) : à la Croix Rousse, les métiers du tissage et du textile, dans la presqu’île ceux du commerce et de l’artisanat, à la Guillotière ceux des industries mécaniques, de la chimie, du bâtiment, etc. Chaque sociétaire est ainsi enserré dans un réseau de déterminations qui conforme son habitus social. Chaque société sportive (joute, escrime, régates, etc.) recrute spécifiquement ses membres. Pour les sociétés conscriptives, ce sont pour l’essentiel les ouvriers du textile et de la soierie : à la Croix-Rousse avec Les Volontaires Croix-Roussiens ou La Patriote de Lyon. Ce sont encore des ouvriers verriers à La Républicaine de Lyon, des ouvriers des tanneries à Oullins. Mais également des employés dans le deuxième ou le troisième arrondissement.

39En dehors des zones urbaines, la création de sociétés conscriptives respecte les mêmes principes d’affinité. Mais, fondées le plus souvent à l’initiative des agriculteurs ou de quelques notables villageois, elles concernent essentiellement le tir et accessoirement la préparation militaire. Les conditions objectives d’existence imposent le rassemblement de personnes qui partagent entre elles un fort lien à la terre, la connaissance de la nature et la pratique de la chasse. Une société de tir permet non seulement de sacrifier aux exigences du patriotisme, mais, surtout, de prolonger pendant l’année une pratique simulée de la chasse qui est l’équivalent du ball-trap actuel.

40Si, pour l’essentiel, les membres des sociétés conscriptives sont âgés de 12 à 30 ans, ils restent sous la coupe de leurs aînés. Il faut cependant distinguer les petites sociétés de quartier, à faible effectif, où domine l’entre soi, et les sociétés importantes jouissant d’une reconnaissance et d’une protection de la part des notables. Dans le premier cas l’élection de dirigeants aboutit à la désignation de pairs. La Jeune France de Villeurbanne est composée d’ouvriers. Leur président est marchand de vins, le vice président est dessinateur, le secrétaire et le trésorier sont ouvriers. Mais le succès de la société, corrélatif de l’augmentation de ses effectifs, ne tarde pas à attirer les convoitises. Les sociétés les plus réputées de Lyon ou du département mettent à leur tête des personnages âgés, influents, riches en relations sociales et souvent fortunés. Le nec plus ultra consiste à obtenir l’adhésion (en tant que président membre actif ou honoraire) d’un maire ou d’un député, ce qui est une façon édifiante d’impressionner les jeunes sociétaires. Médecins, avocats, industriels, officiers supérieurs, conseillers municipaux etc... ne tarderont pas à devenir les parangons (et souvent les mécènes) de ces sociétés, tout en s’appropriant les avantages symboliques de leur situation.

41La "sécularisation" de la sociabilité sportive n’a donc pas entravé les regroupements autour de réseaux affinitaires : réseaux géographiques, professionnels (quand ce n’est pas corporatifs), idéologiques, réseaux d’âges perpétuent les liens d’intimité et favorisent l’intégration au groupe. Le procès de sociabilisation se nourrit d’une sociabilité formelle qui fixe les règles du jeu relationnel. Les formes de pratique de la gymnastique et de l’instruction militaire exigeaient une hiérarchisation des rôles et des statuts de chaque sociétaire. Les relations égalitaires qui prévalaient dans la sociabilité conviviale ne pouvaient perdurer alors que se diffusait progressivement par l’Ecole, une idéologie de l’autorité et de la discipline. Les classe populaires ont reproduit, au nom de leurs convictions politiques, des formes d’organisation sociale données en modèle par les hommes politiques et les militaires. L’essor des sociétés conscriptives est contemporain du déclin des bataillons scolaires. Leur initiative sera vite confisquée au profit de notables, hommes d’expérience, manieurs d’hommes, qui, au nom de la patrie, de la République ou de l’Eglise, feront des gymnastes des propagandistes. Car le procès de socialisation ne s’épuise pas dans les relations amicales ou dans la fréquentation des gymnases, il puise sa force et sa longévité dans les vertus de l’exemple.

Notes

105 Nicollet C., L’idée républicaine en France, Paris, Gallimard, 1982, p. 34.

106 Laly C., N’oublions pas et préparons l’avenir, in Parant L., Les sociétés de gymnastique..., op.cit., p. 66.

107 Archives de la société.

108 Le Gymnaste Tireur du Sud-Est, Moniteur officiel de la Fédération des sociétés de gymnastique, de tir et d’instruction militaire du Rhône et de la région, no 20 du 16/5/1889.

109 Mamoz D., De l’utilité des sociétés de gymnastique..., op.cit., p. 63.

110 Arnaud P., La sociabilité sportive, jalons pour une histoire du mouvement sportif associatif, in Arnaud P. (sous la dir. de), Les athlètes de la République..., op.cit.

111 Fondée par un groupe d’avocats lyonnais, réactionnaires et cléricaux notoires et recrutant leurs sociétaires à l’école cléricale de La Salle... mais, selon le commissaire spécial, les statuts tels que présentés ne présentent aucune disposition de nature politique ou religieuse. La société sera donc autorisée. Mais elle n’obtiendra pas l’agrément (S.A.G.) du ministère de la guerre en 1909 ! (ADR 4M 439).

112 En 1892, L’Union patriotique de l’Ain aura pour président un avoué, pour vice présidents, un colonel, un pharmacien, un industriel (Archives de la société l’Alouette des Gaules de Bourg).

113 ADR 4M 539 - rapport du commissaire spécial de police du 23/5/1888.

114 Girardet R., L’idée coloniale en France... op.cit. p. 102 sqq Weber E., Gymnastique et sport en France à la fin du 19° siècle... in Aimez-vous les stades ?, op.cit.

115 D.C.G. Rhône, du 10 mai 1889, p. 239 à 241 A.M.L.

116 Le Petit Lyonnais du 29/10/1889.

117 Les rapports des commissaires spéciaux, suite aux enquêtes de police s’achèvent généralement par la phrase suivante : "étant entendu que les buts poursuivis par cette société ne présentent aucune disposition contraire à l’ordre public et à la morale, je suis d’avis d’autoriser etc..."

118 Agulhon M., Le Cercle dans la France..., op.cit., p. 59.

119 ADR 4M 537 - status de 1890, articles 3 et 8 de La Sentinelle.

120 ADR 4M 537 - statuts de 1882 et années suivantes, art. 3 et 8.

121 Statuts des Enfants de Valserine-Bellegarde, articles 13 et 19. Archives privées de la société.

122 ADR 4M 538 - Société Pro Patria, statuts de 1891, art. 3 et 10.

123 Notons tout de suite, que les associations sportives (régates, sports athlétiques, mais aussi escrime) n’utilisent pas à proprement parler la procédure de cooptation, mais ont recours au parrainage. Tout membre nouveau doit être présenté par un parrain (voire deux) et son nom est affiché. Au bout d’un certain laps de temps (quinze jours environ) le nouveau sociétaire est admis s’il n’y a pas eu d’opposition de la part des membres actifs.

124 Bourdieu P., Les rites comme actes d’institution, in Actes de la Recherche en sciences sociales, no 43, Juin 1982, pp. 58-63.

125 "Ma vie sportive à l’Alouette des Gaules" par Claudius Favier (1883-1973). Document manuscrit. Archives privées de la société. Publié intégralement in Arnaud P., Les Athlètes de la République..., op.cit.

126 "Les pupilles sont souvent trop grands ou trop âgés, il convient donc de leur faire faire les concours dans les sections adultes. Inversement, des adultes de taille réduite ont pu concourir dans les sections pupilles. C’est un abus qu’il y a lieu de faire cesser". Il semble donc que ce ne soit pas l’âge réel qui détermine l’inscription d’un gymnaste à un concours mais plutôt son âge apparent. Se reporter aux différents numéros du Bulletin de la Fédération des sociétés de gymnastique du Rhône et du sud-est, dans lesquels cette question fait l’objet de nombreux articles. Le texte cité est extrait du bulletin du 1/9/1905.

127 Le gymnaste-Tireur du Sud-Est, no 28 du 20/12/1888.

128 Cf. les Archives privées de la Société les enfants de Valserine-Bellegarde (Ain).

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search