Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Deuxième partie. Le temps de la mobilisation conscriptive

Chapitre V. Des relais éducatifs institutionnels

Texte intégral

  • 71 Foucault M., Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 141.

1L’œuvre de scolarisation du la IIIème République, entre 1880 et 1890, ne saurait être comprise si on ne la lie pas intimement à l’entreprise d’acculturation conduite par les responsables locaux et les mouvements ou sociétés patriotiques. L’extraordinaire développement des sociétés conscriptives en est un témoignage : leur action se situe entre l’Ecole et l’Armée. L’erreur, pédagogique plus que politique, que constitue la création des bataillons scolaires, marquera pour de nombreuses décennies, l’histoire de la gymnastique scolaire puis de l’éducation physique. Mais elle provoquera, la naissance de puissantes sociétés de gymnastique, de tir et d’instruction militaire dont le rôle sera de poursuivre l’œuvre scolaire d’incorporation de l’enfant. Car la gymnastique se confond pas avec une préparation au service national, apte à faire des sujets disciplinés et endurants, instruits et rustiques. Elle est encore une appropriation, par la force ou par la ruse, d’une discipline. "La discipline est une anatomie politique du détail"71. Ainsi l’enfant, l’adolescent, sont-ils pris dans un réseau conscriptif qui les façonnera corps et âme sous les yeux d’une population le plus souvent ravie. Car loin d’être une pratique confidentielle, la gymnastique se donne à voir. La fête conscriptive, assortie de défilés, de démonstrations collectives sera un instrument d’édification des masses : le spectacle vivant et visible de la conscience nationale naissante.

2La lente constitution de cette unité (culturelle et pédagogique) requiert une mise en correspondance des pratiques d’exercices et de l’idéologie républicaine. Elle correspond également à l’apparition d’une nouvelle forme de sociabilité, apte à promouvoir une certaine organisation des pratiques d’exercices. Dans ses manifestations les plus ostentatoires, l’idéologie est une pratique et réciproquement. Il y a dans leur union l’expression métaphorique de la patrie, de la nation, de la communauté indivisible et indestructible, la conscience d’une force à tout moment mobilisable exprimée dans un intense acte de foi (une communion) dans les valeurs républicaines. Elle sera cependant limitée dans le temps... comme si les plus grandes ardeurs, les plus fortes passions devaient s’épuiser sous l’effet de la durée. En réalité, les plus grandes convictions résistent mal aux railleries et aux oppositions. Ce temps de la mobilisation annonce également celui des conflits et des concurrences.

A - ALLONS ENFANTS... ! GRANDEUR ET MISÈRE DES BATAILLONS SCOLAIRES

3Le premier relais institutionnel est municipal. La politique scolaire n’avait de chances de succès que si elle trouvait, localement, de fervents défenseurs. Alors que l’enseignement de la gymnastique et de l’instruction militaire s’essouffle en dépit des efforts des municipalités, le décret portant création des bataillons scolaires va brusquement créer une dynamique mobilisatrice dont l’Ecole, sera, pour un temps, la principale bénéficiaire.

  • 72 Décret du 677/1882, article 1, portant création des batillons scolaires. Signé conjointement par J. (...)

"Tout établissement public d’instruction primaire ou secondaire ou toute réunion d’écoles publiques comptant de 200 à 600 élèves âgés de 12 ans et au-dessus, pourra, sous le nom de bataillon scolaire, rassembler ses élèves pour les exercices gymnastiques et militaires pendant toute la durée de leur séjour dans les établissements d’instruction"72

4Nous ne reviendrons pas sur les conditions générales qui ont présidé à cette décision. Il convient cependant d’en apprécier la portée, d’autant que nous manquons singulièrement de données précises et comparatives.

1 - Prestige de la ville et allégeance à la République

  • 73 Délibération du Conseil municipal (D.C.M.) du 15/6/1882.

5C’est le 15 Juin 1882 que le conseil municipal de Lyon décide, sur proposition du maire, le docteur Gailleton, d’organiser un bataillon scolaire. Initialement son effectif doit être de 300 enfants de 10 à 13 ans, choisis parmi les élèves des écoles communales. Il doit symboliser le patriotisme de la jeunesse et la fidélité républicaine de la ville : de ce fait, il devra, selon les termes du maire, se présenter de façon convenable, c’est à dire habillé, équipé, armé. Une somme de 10 000 Frs sera d’ailleurs prélevée sur le budget de 50 000 Frs que la ville consacre chaque année pour l’enseignement de la gymnastique73. Dès l’annonce de sa création, Lucien Jantet, journaliste au Lyon Républicain exulte :

  • 74 Lyon Républicain du 10/7/1882.

"Grâce à cette création, inspirée par une pensée éminemment patriotique, les cadres de notre armée nationale ne recevront plus, dans peu d’années, que des jeunes gens possédant la théorie et la pratique des armes de guerre, déjà façonnés à la discipline et merveilleusement préparés, en somme, tant au point de vue physique qu’au point de vue moral, à remplir tous leurs devoirs militaires. Avec des générations ainsi formées par leur passage dans les bataillons scolaires il n’y aura plus d’objections possibles contre le service de trois ans ; ce ne seront plus des conscrits qui rejoindront le drapeaux et ils n’auront même pas besoin de cette durée de temps pour devenir d’excellents soldats.
Nous ne saurions trop applaudir à une innovation qui aura pour résultat certain de donner une valeur exceptionnelle à notre organisation militaire, qui contribuera puissamment en un mot, à assurer envers et contre tous, l’indépendance et la sécurité de notre chère patrie"74.

6Le bataillon scolaire est formé au mois de juin 1882. Il défilera d’ailleurs pour le 14 Juillet. Son organisation est confiée à M. Marey, instituteur adjoint et ancien sous-officier, ayant sous ses ordres les sieurs Lepin, Werler et Honore, tous professeurs de gymnastique et anciens sous-officiers. Le bataillon est placé sous l’autorité militaire et il comprend en 1882-1883 :

  • un commandant, M. Mege

  • un capitaine d’infanterie territoriale,

  • dix sous lieutenants de réserve, commandants de compagnie

  • soixante sous officiers, chefs de section.

7Le Maire estima à environ 2 600 élèves les effectifs possibles du bataillon scolaire, y compris les élèves de l’école de la Martinière. Mais, en réalité 1 200 à 1 500 élèves seront touchés. Ils seront regroupés chaque semaine pour les exercices de section et de compagnie sur les champs de manoeuvre des différents quartiers de Lyon. Ainsi en 1883

  • au clos Jouve pour les écoles des 1er et 4ème arrondissements, plus l’école de la Martinière,

  • à la Sarra pour les écoles du 5ème arrondissement,

  • sur le cours du Midi pour les écoles du 2ème arrondissement et celles de l’avenue des Ponts et du Colombier,

  • au fort de Villeurbanne pour les écoles du 3ème arrondissement (partie est), de Monplaisir et de Montchat,

  • Place de l’Abondance pour les écoles du 3ème arrondissement (partie ouest),

  • Place des Hospices pour les écoles du 6ème arrondissement.

8Cette organisation sera remaniée. D’autant que la loi n’avait sans doute guère prévue la mobilité des effectifs. En effet nombre d’enfants sont voués à quitter le bataillon scolaire dès qu’ils atteignent la fin de la scolarité obligatoire. Ce qui semble inquiéter l’Inspecteur d’Académie. Dans une lettre manuscrite qu’il adresse au Préfet de la Marne (celui-ci lui ayant demandé des explications sur les moyens employés par la ville de Lyon pour enseigner les exercices militaires et gymnastiques), il lui fait savoir que :

  • 75 Quelques années plus tard, le vice président de l’Union Arbrestoise (société de gymnastique et de p (...)

"en ce qui concerne le département du Rhône, il n’y a qu’à Lyon, où il a été possible d’arriver jusqu’à présent à des résultats. Le succès est expliqué par la nombreuse population scolaire qui permet de rassembler les nombres d’élèves inscrits par le décret du 6/7/1882, et par le dévouement dont ont fait preuve les sous-officiers de réserve ou de l’armée territoriale, et même les officiers auxquels on a fait appel. Un commandant de gendarmerie ayant sous ses ordres un capitaine a assuré l’unité d’action et d’ensemble des manœuvres d’instruction pour le but qu’on s’était proposé. Les directeurs des écoles communales ont mis de l’empressement à conduire, tous les dimanches dans la matinée, pendant deux heures, les compagnies d’élèves aux divers lieux de rassemblement désignés par le commandant, et un certain nombre de maîtres reconnus aptes à faire de bons instructeurs ont secondé efficacement les officiers et sous officiers.
Il fut formé un bataillon scolaire l’année dernière à Lyon, mais composé d’enfants de 12 à 13 ans, il dut cesser d’exister à la rentrée scolaire d’octobre, presque tous les enfants qui le composaient ayant quitté les écoles. Chaque année il faudra bien envisager les inconvénients résultant de ces désertions ; et, pour y parer, il sera nécessaire d’exercer les jeunes recrues de moins de 12 ans pour remplacer à un moment donné les enfants dont les études primaires auront pris fin, et qui, malheureusement, resteront pour la plupart jusqu’au tirage au sort, privés d’instruction militaire...
Quant à la formation des bataillons scolaires dans les communes rurales, la chose n’est pas aussi facile75. D’abord les écoles sont peu nombreuses, 200 enfants ne peuvent s’y trouver. Les communes du canton doivent donc fournir chacune leur contingent d’élèves pour atteindre ce chiffre ; mais alors, il y a à compter sur l’éloignement ou sur les difficultés de communication. Dès lors, l’ensemble disparaît, les enfants étant exercés isolément. Peut-être constituerait-on plus sûrement un bataillon cantonal si, comme cela se fait dans le canton de l’Arbresle, un instructeur en chef, étendant son action sur le canton tout entier, apportait ainsi remède à l’insuffisance des commandements partiels".

  • 76 Décret du 6/7/1882, art. 12 : "Les établissement libres d’instruction primaire et secondaire, qui d (...)

9En fait, il semble bien que chaque commune ait eu à cœur de posséder "son" bataillon scolaire, même si celui-ci ne pouvait prétendre atteindre les effectifs prescrits par la loi. D’autant plus que l’arrêté du 27/02/1882 permettra de donner l’instruction miliaire aux enfants des écoles qui ne sont pas assez nombreux pour former un bataillon. De plus, les écoles libres, primaires et secondaire, pourront apporter leur contribution grâce au décret du 6/7/188276. Les résultats ne se font point attendre : les maires multiplient les demandes d’instructeurs miliaires et, à défaut, n’hésitent pas à s’appuyer sur une interprétation optimiste d’un texte du Ministère de la Guerre de 1882 accordant des dispenses d’appel pour les instructeurs militaires scolaires.

  • 77 A.D.R. T 59/2 - en fait, la dispense des 28 jours n’était accordée que sur avis d’une commission mi (...)

10Nous avons pu ainsi retrouver les demandes des maires des communes de Villefranche, Juliénas, Ste Foy lès Lyon, St Jean de Touslas, Pouilly le Monial, Pommiers, Gleizé, St Romans en Gier, Jarnioux, Letra, Ronno, Mornant, St Maurice de Dargoire77. De même lors d’une délibération du conseil municipal de Collonges (canton de Limonest), le maire indique que "pour faire donner l’instruction militaire aux jeunes gens de la commune, conformément aux dispositions de la loi du 28/3/1882, il conviendrait d’avoir un instructeur spécial dont la compétence serait une garantie des progrès à réaliser en matière d’exercices militaires et gymnastique". Il soumet donc aux choix du conseil municipal les candidatures de trois réservistes de l’armée territoriale. En fait, le sieur Leglise Bernard, Maréchal des logis, sera d’autant plus facilement retenu qu’il à déjà exercé ces fonctions pour la commune de Collonges : il a en effet donné plus de 60 séances de gymnastique et d’instruction militaire aux jeunes gens de la commune ayant moins de 20 ans "fréquentant ou non les écoles". Et, pour le conseil municipal, il ne s’agit que de régulariser une situation :

11Le Conseil municipal délibère :

1° M. Leglise Bernard, réserviste territorial, avec le grade de Maréchal des logis, domicilié à St Cyr au Mont d’Or, lieu des Rivières, est choisi pour remplir à Collonges, les fonctions d’instructeur militaire ;
2° Le choix dont il s’agit est soumis à l’Autorité supérieure dans l’espoir d’obtenir incessamment la nomination de M. Léglise...
3° L’instructeur nommé donnera dans le préau de l’école publique de garçons une séance par semaine ; elle aura lieu le dimanche de 11 h 30 du matin à 1h30 du soir ;
3° Une indemnité de trois francs par chaque séance sera allouée sur les fonds libres communaux...

  • 78 A.D.R. T 59/2, document manuscrit du 5/8/1883.

12Le Conseil municipal prie Monsieur le Préfet du Rhône de vouloir bien être favorable..."78.

13De telles initiatives sont légion, et le zèle déployé, souvent dans la précipitation, suscite fréquemment des conflits ou des rancœurs. En effet, si l’ardeur patriotique est certaine, elle ne manque pas d’ambiguïtés. En témoigne cette lettre envoyée par le sieur Célestin Chignier au Préfet du Rhône :

  • 79 A.D.R. T 59/2, lettre manuscrite du 20/8/1883.

"... Je suis maître instructeur du bataillon scolaire de Poule (Rhône). En acceptant cette fonction, on m’avait formellement promis de m’exempter de mes 28 jours. L’arrêté ministériel, dont j’ignorais l’existence qui fixe un maximum de 30 leçons données pour l’exemption de ce service, ainsi que le certifiera M. le Maire, n’a pas été communiqué à Poule, et je n’en appris l’existence que par un collègue d’une commune voisine. (l’auteur explique alors qu’à la date du 16/7/1883, il n’a donné que 18 leçons, mais qu’il en a augmenté le nombre dès qu’il a connu l’existence de l’arrêté. A la date de sa lettre il a donné 32 leçons)... Je viens du bureau de recrutement de Mâcon et j’ai malheureusement appris que ma demande a été refusée... Je suis boulanger, j’ai un commerce à gérer et personne pour me remplacer. Ce serait pour moi un préjudice inappréciable (sic). Vous voyez, Monsieur le Préfet, ma fâcheuse situation. J’ai été de bonne foi, mon service est fait régulièrement, je crois avoir rempli mes engagements et demande pour cela les promesses à moi faites par l’administration départementale..."79.

14Les maires, peu informés, ou soucieux de recruter rapidement des instructeurs en usant de promesses alléchantes, ne peuvent faire autrement que de prendre la défense de leurs employés devant le Préfet. Parmi les nombreux cas rencontrés, nous présentons la lettre du maire de Quincieux.

  • 80 A.D.R. T 59/2, lettre manuscrite du maire de Quincieux au Préfet du Rhône, du 31/8/1883.

"J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que le sieur Troney Edouard, caporal de réserve, nommé par décision du Général commandant la place de Lyon, instructeur militaire des enfants de l’école de Quincieux, vient d’être incorporé pour une période de 28 jours, malgré la présentation de sa nomination... Ce jeune homme est le seul de la commune, parmi tous les militaires libérés, qui ait voulu accepter les fonctions d’instructeur, espérant ainsi être exonéré des 28 jours que tout réserviste doit accomplir ; or, il est certain qu’il donnera sa démission lorsqu’il verra que l’autorité militaire ne tient pas la promesse du Ministre, et que la désorganisation du bataillon scolaire en sera la conséquence... il est regrettable que tous les efforts et sacrifices que la municipalité fait pour seconder les vues du gouvernement, soient rendus inutiles par suite du retrait des avantages promis à ceux qui en avaient l’été l’objet..."80.

15En dépit de ces avatars, les documents d’archives attestent d’un engouement spectaculaire des communes pour la constitution de bataillon scolaire. Phénomène d’autant plus saisissant que, ne disposant pas de subventions gouvernementales, elles ont dû financer par souscription ou par prélèvement sur le budget communal, l’encadrement, l’équipement et l’armement des élèves.

  • 81 Le département compte 267 communes entre 1882 et 1889. Notre estimation est d’environ 15 à 20 % si (...)

16C’est ainsi que, dans la plupart des communes du département du Rhône, les enfants défilaient le jour de la fête nationale, précédés par la fanfare locale ou par celle de l’armée, et suivis par les membres des sections de gymnastique de la commune. Car, si les campagnes ne veulent pas être en retard, elles doivent témoigner de leur ferveur républicaine et patriotique d’une façon ostentatoire. Certes, toutes les communes du département du Rhône n’ont pas un bataillon scolaire81. En réalité, seule la ville de Lyon, sous l’impulsion du Dr Gailleton, dispose des moyens de réaliser une entreprise soucieuse (selon les termes mêmes du maire) d’aider à la politique gouvernementale et d’égaler Paris (le conseil municipal de Lyon sera toujours soucieux d’imiter la capitale, tant pour ce qui concerne les fêtes de la République que pour ce qui relève du prestige des bataillons scolaires) :

  • 82 D.C.M. du 14/12/1883, intervention du Dr Gailleton.

"L’organisation des bataillons scolaires est un des services qui doivent le plus contribuer au redressement de la patrie et à la mise en exécution des réformes que tous demandent avec insistance. La diminution de cet écrasant budget de la guerre, la réduction aussi limitée que possible de la guerre, la réduction aussi limitée que possible du service militaire, la sécurité absolue de la nation instruite, armée et sûre alors seulement de ses destinées, ne seront possibles que le jour où les enfants du pays arriveront à leur majorité, rompus à ces exercices militaires qui sont pour eux, un plaisir et un entraînement"82.

17Pour arriver à ce but, la ville ne ménagera ni ses efforts, ni ses deniers. On peut même affirmer aujourd’hui que l’essentiel de la politique municipale en matière d’instruction militaire et de gymnastique a largement privilégié (au moins jusqu’en 1889) les bataillons scolaires.

2 - Le prix d’une armée scolaire

18Cette politique de prestige, désireuse de s’attribuer tous les symboles de l’idéal républicain et patriotique, se remarque d’abord dans le budget de la ville de Lyon. Le Nouvelliste, journal clérical d’opposition, ne manque pas d’ironiser à la date du 15 juillet 1880 : "La république fait les choses royalement". Entre 1882 et 1890, les dépenses ordinaires (budget général) de la ville ont une très grande stabilité. Elles sont comprises entre 11 800 000 et 12 300 000 Francs. Dans cette enveloppe, les dépenses consacrées pour l’instruction publique sont également constantes (en très légère augmentation jusqu’en 1887, mais subissant une diminution lente, remarquable cependant à partir de 1888) : elles passent de 2 388 207 Frs en 1885 à 2 491 407 Frs en 1887 pour tomber à 1 934 444 Frs en 1890 et 1 859 544 Frs en 1891. Soit environ 20 % des dépenses ordinaires, ce qui est considérable. Ces précisions ne sont pas inutiles pour situer l’importance (toute relative) des dépenses consenties pour l’enseignement de la gymnastique et l’instruction militaire dans les écoles municipales. Ces dépenses sont mentionnées sous la rubrique "enseignement de la gymnastique, de la musique, du dessin et des langues vivantes" à laquelle s’ajoute à partir de 1883, la mention "bataillon scolaire". Elles représentent très exactement une somme de 50 000 Frs entre 1882 et 1889... pour retomber à 12 000 Frs à partir de 1890 lorsque les bataillons scolaires, supprimés, ne grèveront plus les dépenses municipales ! En conséquence, le budget global consacré à la gymnastique et à l’instruction militaire représente environ 2 % du budget municipal de l’instruction publique et 0,30 % des dépenses ordinaires de la ville. Ce qui n’est pas dérisoire ! On peut ainsi apprécier l’ampleur des efforts consentis par la municipalité pour satisfaire à la volonté politique du gouvernement de la République. Il convient cependant de remarquer que l’essentiel des dépenses en matière de gymnastique et d’instruction militaire est consacré au fonctionnement du bataillon scolaire pendant la durée de son existence : rémunération des instructeurs, habillement et équipement en armes des élèves :

- en 1883, il n’a été dépensé par la ville que 10 000 Frs sur le budget de la gymnastique. Le reliquat est reporté sur l’année 1884, ce qui permet de commander 1616 fusils à la Société Générale de fournitures militaires (dont le siège social est à Paris). Ces fusils ne seront d’ailleurs livrés qu’en 1887. Avant 1883, la ville de Lyon possédait déjà 384 fusils : 84 donnés par l’Etat (il s’agit des fusils distribués en janvier 1882, à raison de 3 par école et 300 achetés par la ville en 1883 pour équiper une partie du bataillon scolaire. A cela s’ajoute les uniformes. Bref, en 1884, la ville aura dépensé 62 000 Frs uniquement pour équiper les élèves du bataillon scolaire.

- Chaque année des dépense nouvelles viendront grever le budget de l’enseignement de la gymnastique, essentiellement d’ailleurs pour l’achat d’uniformes. D’autant qu’une part importante de ceux-ci sont remis gratuitement aux élèves les plus nécessiteux (et cela chaque année). Ainsi :

  • 371 enfants plus les 43 sous officiers sont entièrement habillés en 1884.

  • 138 élèves en 1889

- Il faut ajouter encore les indemnités versées aux instructeurs militaires. Elles seront d’ailleurs constantes entre 1882 et 1890 :

  • 1 000 Frs au commandant des bataillons scolaires

  • 500 Frs à chacun des deux capitaines,

  • 300 Frs à chacun des 11 officiers,

  • 100 Frs à chacun des 48 sous officiers,

- Il faut ajouter enfin les dépenses occasionnées par les fêtes du 14 juillet qui consacraient l’apothéose des bataillons scolaires.

19Au total, donc, et sans qu’il soit possible de donner un nombre précis (compte tenu de la variabilité des dépenses d’une année sur l’autre), on peut estimer que l’entretien du bataillon scolaire ampute le budget de 50 000 Frs de près de 30 %. Encore sommes-nous vraisemblablement en dessous de la réalité, puisque, en 1891, alors que les bataillons n’existent plus à Lyon, lors du vote du budget municipal, les répartitions seront les suivantes :

dépenses ordinaires :

11 896 015 Frs

budget de l’instruction publique :

dont :

1 859 544 Frs

enseignement de la gymnastique,

de la musique et du dessin :

12 000 Frs

20Ces 12 000 Frs couvrent presque entièrement les rémunérations des quatre professeurs de gymnastique des écoles municipales publiques (traitement annuel : 1 500 Frs par professeur). En 1893, ils seront six et le budget alloué à l’enseignement de la gymnastique sera toujours de 12 000 Frs.

3 - La panoplie du parfait soldat

21Dès 1883-1884, Lyon possède deux bataillons scolaires. Leur effectif se maintiendra pendant quelques temps autour de 1 200 élèves (y compris les 500 élèves de l’école de la Martinière). Mais, dès 1885-1886, les effectifs fondent, de même que l’encadrement : en 1889 le bataillon ne parvient à réunir que 800 élèves, et encore, à l’engouement des premiers jours succèdent la passivité, le désintérêt, voire l’opposition.

22La question essentielle qui se pose dès le printemps de 1882, c’est celle de la dotation en équipements militaires. Troupe d’enfants ou enfants de troupe ? Si l’enfant doit rompre avec tout ce qui fait sa condition, il n’est cependant pas encore un soldat. Il doit apprendre à le devenir. Et rien n’est plus éclairant à ce sujet que le rapport de la Commission de l’instruction publique lu en conseil municipal.

"Les bataillons scolaires sont appelés un jour à rendre de grands services à la nation. Ils préparent de bonne heure d’ardents défenseurs de la patrie. Les enfants qui en font partie sont, dès leur jeune âge, dans l’obligation d’acquérir de la raison ; les exercices militaires remplacent pour eux, et avec honneur, les jeux enfantins. La virilité s’impose, et la moralité, les vertus civique doivent nécessairement devenir le corollaire de cette belle institution. Nous devons nous inspirer de l’ardent patriotisme de nos pères en 93, et songer à élever des citoyens possédant des idées généreuses, le courage et l’abnégation. Nous devons faire des hommes, de bons Français, détruire en eux le germe fatal du ramollissement, de l’égoïsme... en un mot, nous devons nous souvenir.
Sans pour cela mériter le titre de chauvins, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour préparer à notre armée nationale des soldats déjà aguerris, forts et instruis dès leur entrée au service. Pour cela, il appartient à la municipalité de les encourager en leur accordant le prestige de l’armée, c’est à dire, l’armement et l’uniforme".

23Et le Maire de Lyon n’est pas le moins enthousiaste, qui réclame dès 1883 les crédits nécessaires pour armer et habiller "les jeunes petits soldats" pour "entretenir l’émulation" et la flamme patriotique. Certes, l’article 11 du décret du 6/7/1882 précise "qu’aucun uniforme ne sera obligatoire". Mais c’est pour ajouter aussitôt que cette éventualité n’est pas exclue... il faudra seulement recevoir l’autorisation du ministre de l’instruction publique. Dès 1884, les élèves soldats lyonnais sont dotés des parures distinctives de toute armée :

Képi en drap bleu foncé avec liseré rouge, veston en toile de coton bleu indigo, avec un trèfle en laine rouge sur les épaulettes et 5 boutons de cuivre poli sur le devant et les poignets, pantalon de drap gris de fer et passepoil rouge, ceinturon en cuir mat avec plaque de cuivre uni, fusil scolaire réglementaire.

24Cette symbolisation à la fois subtile et violente des manières militaires comportait en elle-même les germes de tous les excès possibles. A jouer au petit soldat chacun, enfants comme adultes, élèves troupiers comme instructeurs, a fini par se croire véritablement un soldat incorporé. Ainsi à Lyon, à Villeurbanne, à Villefranche, les élèves défilent-ils par sections ou par compagnies dans les rues de la ville, et même souvent en dehors des limites de la commune. De telles sorties ont pour but, comme le maire de Villeurbanne l’écrit au Préfet, "de développer la force physique des enfants et d’amener les municipalités environnantes à imiter l’exemple de Villeurbanne, en vue d’arriver à la formation régulière d’un bataillon cantonal".

4 - La parade militaire et l’ostentation patriotique

  • 83 Cf. l’ouvrage de R. Sanson, les 14 juillet, Fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammar (...)
  • 84 Lyon Républicain du 15/7/1884.

25Quelle est en effet la plus belle occasion de montrer son zèle et son ardeur patriotique sinon celle de la fête nationale ?83. Célébrée officiellement pour la première fois en France le 14 Juillet 1880, elle a été à Lyon, dès cette date, le moment fort de la fête républicaine et le moyen de témoigner sa confiance dans l’Armée. La retraite aux flambeaux (le 13 au soir) et la Revue (le défilé) place Bellecour ont toujours été le clou d’un spectacle populaire et laïque. Le 14 juillet 1880, alors que les bataillons scolaires n’existaient pas, c’est celui des Cadets, la Société Militaire de gymnastique "Les Touristes Lyonnais", la "Société Lyonnaise de Gymnastique" qui défilaient, armés de fusils "chassepot" délivrés par l’autorité militaire. Et c’était la première occasion officielle qui était donnée au Dr Gailleton, d’exalter publiquement le patriotisme de la ville, le culte du drapeau et les vertus civiques de la jeunesse lyonnaise84.

26A partir de 1882, le bataillon scolaire défilera et sera passé en revue chaque année, sur la place des Terreaux. Mais lisons le compte rendu des journaux : et tout d’abord celui du Lyon Républicain.

Deux drapeaux sont remis aux bataillons scolaires, puis le Maire fait une allocution. Le journaliste explique que "sur tout le parcours, ces petits troupiers, marchant d’un pas allègre au son des clairons de la compagnie, étaient l’objet d’un véritable ovation (p.2). "M. le Capitaine adjudant major Dumont a donné le signal du départ... Pleins d’entrain et de gaieté, le fusil sur l’épaule, les soldats de nos écoles se sont rendus sur la place des Terreaux, par la rue de la République au milieu d’une triple haie de curieux... (p. 1)... ; "en tête, les clairons des compagnies précédant un détachement du bataillon scolaire, derrière, les instituteurs. De chaque côté de la place étaient groupés sur deux rangs, les élèves des bataillons scolaires. Le côté gauche était renforcé par les soldats de la section de gymnastique, sous les ordres de M. Lepin, maître de gymnastique. Au fond de la place se trouvaient les élèves de la Martinière. Deux cents soldats portaient la même tenue... trois cents étaient armés de fusils scolaires... le bataillon de la Martinière avait aussi 84 fusils. Enfin les élèves de la section de gymnastique étaient vêtus du pantalon blanc, de la vareuse bleue, avec écharpe tricolore et, de la toque rouge" (p. 1).
Mais, la revue passée, les élèves avaient à coeur de montrer leur savoir faire : "le bataillon scolaire exécuta quelques mouvements avec une régularité et une précision qui prouvent bien que ces exercices plaisent à ces jeunes gens, que c’est gaiement et presque sans s’en apercevoir qu’ils apprennent le métier de soldat" (p.2).

  • 85 Le Nouvelliste de Lyon du 15/7/18/0.

27Cette fête de la République, célébrée quasi religieusement n’était cependant pas du goût des "cléricaux" ! Et Le Nouvelliste de Lyon traduit les mêmes événements sous une plume agressive. Il s’agit de tourner la fête en dérision, d’en minimiser la portée et le sens85.

."Partout un calme parfait ; pas d’enthousiasme ; pas de joie, pas d’entrain... On veut voir... Cà et là, quelques ouvriers éméchés de bonne heure, chantent ou essayent de chanter des bribes de la Marseillaise... Les rues, les quais, les places sont envahies : les tables des cafés sont bondées. On se coudoie, on se regarde passer, on s’interroge ; chacun a même l’air de se demander s’il manifeste ou s’il se promène en oisif ; mais de signification quelconque à cette cohue populaire n’en cherchons pas... C’est à faire croire que les habitants ignorent qu’on fête le sanglant anniversaire de la prise de la Bastille. Non, ils ne l’ignorent pas, mais les habitants... tout disposés qu’ils sont à participer à la fête nationale ne peuvent se résoudre à célébrer l’anniversaire de l’une des plus tristes émeutes de notre histoire..."

28Quant aux bataillons scolaires, ils ne sont point épargnés :

"Nous avons toujours placé au-dessus de toutes les compétitions ou plutôt, nous avons toujours écarté de nos querelles l’armée de la France. Dans sa gloire, comme dans ses défaites, elle représente pour nous l’âme de la patrie, forte et fière... Nous ne voudrions pas, pour tout au monde, paraître désagréable aux petits jeunes gens qui, fort mal commandés, ont exécuté hier cette parade qui n’avait de militaire que le nom... c’était burlesque".

29Et ce sont encore eux qui sont visés lorsque le journaliste dénonce "un nouveau fléau" : il s’agit de la "trompettomanie"

"Depuis que les bataillons scolaires ont été inventés, Lyon est infesté par les trompettes. Dans les rues, sur les quais, sur les boulevard, depuis l’aube jusqu’à la nuit... l’air ne résonne que de "La casquette du Père Bugeaud", de "la soupe au choux" et autres sonneries qui n’ont pas précisément pour effet d’adoucir les mœurs... La République, avec sa manie de tout démocratiser a vulgarisé le clairon et l’a démoralisé".

30Ils sont encore ridiculisés, lorsque les enfants soldats font l’objet d’une satire méchante :

"Cette fête du 14 Juillet n’est pas seulement la plus patriotique (!!) des fêtes, c’est encore une fête gaie. On a chanté, on a bu, on s’est déguisé. Il y avait bien eu quelques essais individuels de déguisement les années précédentes... mais cette année on a fait les choses en grand : on a déguisé beaucoup de gamins en soldats... Devant ces bambins armés, qui auraient dû nous faire rêver au mardi gras, nous n’avons pas souri... nous avons vu, la mort dans l’âme, applaudir une foule en délire, les enfants de choeur de la révolution qui passaient".

31Cette opposition cléricale n’est pas seulement le fait des journaux nostalgiques de l’Ancien Régime. Elle s’exprime tout aussi bien par l’inertie, voire l’obstruction systématique des instituteurs de l’enseignement libre et congréganiste. Le maire de Villeurbanne n’hésite d’ailleurs pas à confier ses difficultés à l’inspecteur d’académie.

  • 86 Werler est professeur de gymnastique à l’Ecole Normale d’instituteurs de Lyon, à l’école primaire s (...)

32Vu qu’il avait désigné des officiers de l’armée territoriale comme instructeurs d’un bataillon scolaire en voie de formation, l’un de ceux-ci a demandé au général commandant la subdivision du Rhône à être relevé de ses fonctions à cause de l’insuffisance des effectifs et du ridicule armement des enfants (ils étaient à cette date dotés de fusils en bois). Or l’insuffisance des effectifs n’explique pas le refus des instituteurs libres et congréganistes d’offrir "leur concours à la création officielle d’un bataillon scolaire" (ibid.). Le maire de Villeurbanne est donc contraint de se contenter des 80 enfants des quatre écoles communales de la ville, ayant l’âge réglementaire. Ce mini bataillon fonctionnera sous les ordres de M. Werler, sous lieutenant de l’armée territoriale, déjà chargé des leçons de gymnastique dans les écoles de Villeurbanne86.

5 - Voici la Revanche qui passe...

33La véritable mobilisation de la population et des notabilités lors des fêtes locales et nationales, le cérémonial qui entoure le défilé et la revue de cette troupe d’enfants traduisent d’une façon naïve et souvent maladroite les valeurs nouvelles que veut imposer la politique de la IIIème République. Car le bataillon scolaire, en sept ans, a su traduire et insuffler l’esprit d’une ville tout entière acquise aux orientations républicaines, laïques et civiques du pouvoir central.

34Le bataillon scolaire cristallise autour de lui de multiples symboles et significations. C’est d’abord la volonté de participer au redressement national. Or celui-ci passe par l’armée. Et c’est bien le prestige dont elle est l’objet qui rejaillit sur "les petits soldats de l’avenir". Et c’est encore l’armée qui est mise à l’honneur, donnée en exemple par le maire de Lyon, lorsqu’il s’adresse, le 14 juillet aux apprentis soldats :

"Jeunes gens, que cette cérémonie reste gravée dans votre cœur ! Apprenez, par l’exemple de vos aînés, à rester fidèles à l’honneur et au drapeau ! Souvenez-vous que le premier devoir du citoyen français est de répondre à la voix de la Patrie, quand elle appelle ses enfants, et que la République met en vous ses plus chères espérances !".

35Il s’agit, bien sûr de préparer l’avenir. Or, pour certains, l’avenir reste marqué par la perspective de la Revanche. Les cléricaux ne manquent d’ailleurs pas d’ironiser lorsqu’ils constatent que le 14 juillet coïncide toujours avec des événements militaires, des conflits :

  • 87 Le Nouvelliste de Lyon du 15/7/1883.

"Voilà quatre ans que les républicains célèbrent l’anniversaire du 14 Juillet... En 1881, le 14 Juillet, c’était la France, engagée dans l’expédition de Tunis ; en 1882, le même jour notre drapeau était humilié en Egypte où l’Angleterre nous enlevait notre prestige séculaire. Cette année, c’est Madagascar, c’est le Tonkin, autant de campagnes désastreuses, pleines de périls et sans gloire, où se répand le sang de nos soldats, où s’engloutit la fortune du pays..."87.

36Ce tableau est noir, bien sûr. Mais, quelle que soit l’opinion, républicaine ou cléricale, force est de constater que le gouvernement fait de l’expansion coloniale un moyen d’entraînement et d’affirmation de sa force. Et dans la perspective de la réforme du recrutement qui se prépare, l’idée est de faire de l’Ecole un centre de préparation et d’instruction militaire, où les élèves apprendront le devoir et la discipline ; l’abnégation de soi au profit du groupe, les technique rudimentaires de manœuvres : formations déplacements, maniement des armes, tir...

37Un tel objectif s’allie fort bien avec la conviction selon laquelle il faut construire l’unité nationale : le patriotisme sera le ciment de la République, et c’est dans cette perspective que, dès 1882, les écoles publiques de Lyon seront dotées du drapeau national "afin d’associer les enfants de nos écoles à nos fêtes nationales et de placer sous leurs yeux, ainsi que cela existe dans toutes villes, le symbole de la Patrie". Et, dans cette construction tous les thèmes s’entremêlent : la laïcité, bien sûr, et c’est bien pourquoi l’instituteur est engagé à participer activement à l’enseignement de la gymnastique, à l’instruction militaire et à l’encadrement des bataillons scolaires. La famille aussi qui, prise à témoin, encourage ses enfants à faire don de leur vie : n’est-ce pas le patriotisme de la mère de famille et de la femme que loue la "Ligue des patriotes" dans son hebdomadaire "Le Drapeau".

"Femme, si l’être en qui tu mets ton espérance,
Ne met son espérance et son bonheur qu’en toi,
Si, Français, il peut vivre étranger à la France,
Ne connaissant partout que son amour pour loi ;
Si, sans te croire indigne et sans se croire infâme,
Quand tout son pays s’arme, il n’accourt pas s’armer,

  • 88 P. Déroulède, Chants du soldat, Paris, Calmann Lévy, 1888 (ouvrage couronné par l’Académie Français (...)

O femme, ta tendresse a déformé cette âme :
S’il ne sait pas mourir, tu ne sais pas aimer !
Mère, si ton enfant grandit sans être un homme,
S’il marche efféminé vers son devoir viril ;
Si, d’un instinct pratique et d’un sang économe,
Sa chair épouvantée a horreur du péril :
Si, quand viendra le jour que notre honneur réclame,
Il n’est pas là, soldat, marchant sans maugréer,
O mère, ta tendresse a mal formé cette âme :
S’il ne sait pas mourir, tu n’as pas su créer !88.

  • 89 Le Drapeau, no 50 du 15/12/1883.

38Et lorsque le comité de propagande de la Ligue des Patriotes se constitue à Lyon, le 9/12/1883, au Palais de la Bourse, il est significatif pour l’époque, de compter cinq femmes dans la comité directeur, aux côtés des présidents des sociétés de gymnastique et des conseillers municipaux89.

39Bref, en dépit de quelques voix discordantes, il semble que les bataillons scolaires ont su rallier les suffrages d’une grande partie de la population. Lorsque le 15/12/1883, au lendemain de la mort de Henri Martin, Président de la Ligue des Patriotes, se constitue à Lyon le comité de propagande de la Ligue, c’est une véritable célébration du culte patriotique des Lyonnais. En quatre mois, le comité réunit 4424 adhésions. C’est le 23/3/1884 que seront déposés les statuts du comité régional de la Ligue des Patriotes (21 membres élus) et, au 1/12/1884, il comprendra 10 141 adhérents ainsi répartis :

  • 90 Le Drapeau no 3 du 17/1/1885 p. 28.

membres directeurs :

7

membres fondateurs :

88

membres associés :

116

membres adhérents :

2248

adhésions collectives :

39 sociétés regroupant 7682 adhérents90.

  • 91 Le Drapeau no 50 du 15/12/1883 ; no 16 du 19/4/1884 ; no 3 du 17/1/1885 ; no 29 du 19/7/1884.

40La visite de Déroulède, le 19/4/1884, à l’occasion d’une conférence donnée par le comité régional au bénéfice de la Société Lyonnaise de Gymnastique, prend alors valeur de symbole : si au 1/12/1884, la Ligue des Patriotes regroupe nationalement 35 comités régionaux, 425 sociétés et 60 805 adhérents, il est facile de constater que Lyon et sa région représente à elle seule un peu plus de 9 % des sociétés et... 20 % des effectifs91 !

  • 92 "La Ligue des Patriotes a pour but la propagande et le développement de l’éducation patriotique et (...)

41Le Comité régional de la Ligue des Patriotes, fidèle en cela aux objectifs qu’elle fixe92, semble avoir joué un rôle non négligeable dans la formation et le rayonnement des bataillons scolaires. Et d’autant plus facilement que les responsables de l’éducation gymnastique-patriotique des enfants, tant dans le domaine scolaire qu’extra-scolaire étaient tous liés dans un vaste réseau de relations locales, fondées sur des affinités idéologiques sans doute plus que politiques : ces sont les mêmes noms que l’on voit apparaître dans la presse locale, dans les comptes rendus des assemblées générales des sociétés ou des fédérations régionales de gymnastique, dans les rapports de l’inspection primaire. Tous ces hommes, députés ou conseillers municipaux, présidents de sociétés de gymnastique et de tir, ou moniteurs ont en commun un idéal patriotique, nationaliste et revanchard. Ce sont de plus des républicains convaincus, des "jacobins" dans le contexte de l’époque, compte tenu de leur anticléricalisme notoire. En fait, laïcité, patriotisme, nationalisme participent étroitement à l’édification de la République. Dans cette période mouvementée de notre histoire, les convictions politiques ont souvent eu à s’effacer pour sauvegarder l’unité nationale. Pour l’heure (nous sommes entre 1882 et 1889) l’avenir de la France est largement lié à la construction de l’Ecole ; et les bataillons scolaires représentent (provisoirement) l’appendice le plus visible de ce dressage scolaire des corps et des âmes par l’instruction gymnastique et militaire :

"France, regarde défiler
ce mâle bataillon imberbe.
Les vieux ont peine à l’égaler,
Il marche au pas, crâne et superbe.

Regarde le s’amonceler,
compte les épis de ta gerbe
Et des grands yeux vont se voiler
Devant tous ces soldats en herbe !

Vers l’Est... - vers le Rhin allemand,
Leurs clairons lancent fièrement
De hautains défis dans l’espace...

  • 93 Poème de Louis Bretonniere, in Le Drapeau, no 28 du 12/7/1884.

Ton sol sacré tremble à leurs pas...
- Allons, debout et chapeau bas !
Voici la Revanche qui passe !93

6 - Tout doit commencer à l’Ecole

42Sous les coups de boutoir de leurs détracteurs, (Le Nouvelliste de Lyon en tête), les bataillons scolaires vont peu à peu quitter l’avant-scène de la cité. Des signes précurseurs laissaient d’ailleurs présager cette issue, et Lyon ne fait surement pas figure d’exception. En effet, la situation des bataillons était ambigüe. Placés sous la tutelle simultanée de trois ministères (l’Instruction Publique, la Guerre, l’Intérieur) leur organisation et leur gestion revenaient en fait aux municipalités. Avec le temps, c’était inévitablement s’exposer à des difficultés de coordination dans le commandement à des sources de conflit dans la détermination des objectifs et des moyens. Les rapports du conseil municipal de la ville de Lyon font souvent état de ces problèmes : les fournitures d’uniformes et d’armes coûtent cher et entraînent des problèmes de maintenance, de gestion, de stockage. Les fusils doivent par exemple être réintégrés après chaque sortie dans le magasin de la gendarmerie, mais souvent les écoles les gardent. D’autre part, l’administration croule sous les demandes émanant de quelques 267 communes du département... et celles-ci, de guerre lasse, finissent par acheter les fusils tant convoités, en puisant dans leur propre budget. A terme, cette militarisation de la jeunesse inquiète nombre de responsables locaux : cette instruction militaire ne risque-telle pas de se retourner contre la République ? Mais il y a aussi la question des uniformes, d’autant plus que la ville de Lyon a opté pour la fourniture gratuite d’un grand nombre de ces vêtements : d’où des problèmes d’usure, de taille, de stockage, de réintégration lorsqu’ils sont seulement prêtés. Enfin, et ce n’est pas le moins grave, il semble bien que la fréquentation des bataillons scolaires laisse à désirer de la part tant des enfants que des cadres instructeurs militaires. Ces derniers, bien qu’ayant obtenu une rémunération et des indemnités substantielles, ne semblent pas manifester beaucoup de zèle pour l’encadrement et l’instruction des écoliers.

43Dès 1884, deux ans seulement après leur création, les plus ardents propagandistes de la foi patriotique et républicaine mettaient en doute l’efficacité de l’entreprise. La revue de la Ligue des Patriotes, pourtant acquise à toute décision confortant le patriotisme, s’efforce, dans un article plein de lucidité, de dresser le bilan :

  • 94 Le Drapeau no 3 du 19/1/1884 p. 32.

"... Il est nécessaire que les jeunes soldats arrivent au régiment, bien préparés, physiquement et moralement à l’accomplissement de leurs devoirs. Ce n’est qu’à ces conditions que le service de trois ans nous donnera une armée solide. C’est le seul moyen d’avoir à la fois de bons soldats et un bon recrutement de sous officiers"94.

44Mais, si tous sont d’accord sur le but à atteindre, il y a divergence sur les moyens à employer...

"Depuis quelques années, l’autorité militaire, les municipalités, les administrations scolaires et même l’initiative privée ont fait, chacun en ce qui les concerne, des efforts sérieux. Des bataillons scolaires sont déjà organisés sur tout le territoire, on fait l’exercice dans les lycées, de nombreuses sociétés militaires se sont fondées, les sociétés de gymnastique se multiplient, un certain nombre de stands sont ouverts, de concours de tir ont été créés..."

45Voilà pour le bilan positif... Mais la Ligue des Patriotes s’inquiète du devenir des enfants après la scolarité obligatoire et s’interroge sur l’efficacité d’une telle instruction militaire dont le caractère essentiel est d’être éphémère :

"Or, que faut-il pour que le soldat rende de bons services dans la guerre moderne, qui est rapide, où le sort d’une campagne dépend souvent d’une marche plus ou moins vigoureusement exécutée (témoin Sedan) et où l’infanterie combat le plus habituellement en ordre dispersé ? Il faut en premier lieu que le soldat ait de l’adresse et de l’agilité, de la force de la résistance à la fatigue, et en second lieu qu’il sache bien tirer. On obtiendra le premier résultat en multipliant dans les écoles tous les exercices du corps, la gymnastique, la marche et aussi l’escrime qui devraient être obligatoires dans les bataillons scolaires. Par une éducation physique de ce genre, judicieusement dirigée, on développera dans des proportions considérables, à la fois la force et l’adresse des enfants, et on améliorera même leur santé, qui est trop souvent sacrifiée aux nécessités scolaires. Et ce seront des résultats durables, permanents. Tandis que nous craignons fort qu’il n’en soit pas ainsi quand on leur apprend à faire un conversion parfaite, ou à défiler comme de vieux grognards... Il est nécessaire en outre, que le jeune connaisse autant que possible son arme et sache tirer en arrivant au régiment..."

Document :
Lettre manuscrite du Maire de Villeurbanne du 28/7/1883 à l’Inspecteur d’Académie
(Source : ADR T 59/2)
Département du Rhône
Commune de Villeurbanne
Villeurbanne,
le 28 juillet 1883
Bataillon scolaire
Monsieur l’Inspecteur,
A la date du 26 courant, vous m’avez fait l’honneur de me communiquer :
1° une lettre adressée à M. le Général commandant la subdivision du Rhône, par le Me Vernay lieutenant de la territoriale domicilié rue des Charpennes 15, désigné pour instructeur du bataillon scolaire de Villeurbanne, qui demande être relevé de ses fonctions en se plaignant que l’administration municipale l’a laissé étranger à l’organisation et au fonctionnement de ce bataillon.
2° Une lettre de M. le Général Arnoux, transmettant copie de cette plainte à M. l’Inspecteur d’Académie et l’informant qu’il la signale également à M. le Préfet.
Je m’empresse, Monsieur l’Inspecteur, de vous donner selon votre désir, les explications que comporte l’affaire.
Au moment d’appliquer les instructions et règlements relatifs à l’enseignement militaire, j’avais ouvert une correspondance avec les directeurs d’institutions libres de la localité en vue de les amener à réunir leurs élèves à ceux de nos écoles publiques pour arriver au chiffre minimum nécessaire à la constitution régulière d’un bataillon scolaire. C’est alors, qu’en escomptant le succès de mes démarches, M. Vernay, Chevalier, et Coque furent désignés comme instracteurs.
Malheureusement, les instituteurs libres refusèrent leur concours et la création officielle d’un bataillon scolaire dut être abandonnée, car nos quatre écoles communales pouvaient à peine fournier 80 enfants ayant l’âge réglementaire, au lieu du chiffre nécessaire de 200 exigé par le décret du 6 Juillet 1882. Néanmoins, pour stimuler la bonne volonté des enfants et pour remplir dans la mesure du possible les obligations de l’art. 1er de la loi du 28 Mars 1882 qui met les exercices militaires au nombre des matières d’enseignement des écoles primaires publiques, le Conseil municipal décida que les élèves de nos écoles communales seraient pourvus de fusils en bois et d’un costume très simple, de manière à figurer une compagnie scolaire.
Cette réduction d’effectifs à des proportions plus modestes ne fut pas, parait-il, du goût de M. Vernay qui jugea au dessous de son mérite de donner des leçons à un si petit nombre d’enfants et refusa catégoriquement de s’en charger, tournant même en ridicule, m’a-t-on dit, les pauvres fusils de bois de nos apprentis soldats.
La force numérique de notre petit groupe ne permettant pas de le constituer en bataillon scolaire et conséquemment de le placer officiellement sous la direction d’instructeurs nommés par l’autorité militaire, j’ai dû assurer par d’autre mesures l’enseignement militaire que la loi prescrit.
Je me félicite d’y avoir réussi en confiant cette tâche à M. Werler, sous lieutenant de l’Armée territoriale, déjà chargé des leçons de gymnastique dans nos écoles, qui s’acquitte de sa double mission avec intelligence et dévouement.
Les mesures prises à ce sujet ont eu la sanction préfectorale ainsi qu’en témoigne notamment l’approbation donnée le 13 Juin dernier à une délibération du Conseil municipal du 10 Mai précédent relative au fonctionnement de la compagnie scolaire. Aussi, M. le Préfet a-t-il visé sans observations le programme indiquant la participation des élèves à la célébration de la fête nationale.
Comme vous le voyez, M. l’Inspecteur, si nos enfants ne reçoivent pas les leçons d’instructeurs militaires, c’est que leur nombre est insuffisant pour leur constitution régulière en bataillon scolaire, et ne nous autorise nullement à demander l’intervention de l’autorité militaire.
M. Vernay est une vaniteux qui a choisi un mauvais prétexte de se donner de l’importance en écrivant à M. le Général Arnoux et en montrant sa lettre à l’avance à quelques ignorants.
S’il eut mieux étudié la situation, il se fut évité les embarras d’une dénonciation aussi ridicule que mal intentionnée.
illisible.

46D’où la nécessité de développer les stands de tir et de solliciter pour cela une aide des municipalités. Ainsi s’esquisse une transformation des bataillons scolaires, par laquelle les écoliers seraient confiés d’une part à l’Ecole pour leur instruction en gymnastique, et, d’autre part aux sociétés de gymnastique, de tir et d’instruction militaire pour leur préparation militaire proprement dite.

47Les bataillons scolaires se meurent... et l’on voit bien que, à Lyon, peu à peu l’engouement initial cède la place au doute : la relation dans les journaux locaux de leurs différentes manifestations publiques devient de plus en plus discrète. Le Lyon Républicain fait-il preuve d’un optimisme forcé et volontariste ? Il est aussitôt gommé par les critiques au vitriol du Nouvelliste de Lyon. Car si la presse cléricale n’est pas antimilitariste, loin s’en faut, elle s’oppose violemment à ces exhibitions qui infantilisent et ridiculisent à la fois l’armée et la jeunesse des écoles. Dès 1886-1887, les bataillons scolaires ne semblent se maintenir à Lyon que par la volonté municipale de soutenir le prestige de la ville et de montrer sa fidélité à la République. Pourtant, dès 1890, le maire lui-même se résigne à proposer non leur suppression, mais leur réorganisation.

48Après avoir consulté le gouverneur militaire, il présente un rapport qui conclut à la nécessité de maintenir l’existence d’au moins un bataillon scolaire, constitué par les seuls élèves de l’école de la Martinière et des élèves des écoles primaires supérieures. Le coût de l’opération est estimé à 9 900 Frs, compte tenu de la rémunération des cadres. Quant aux élèves des écoles primaires, il n’est plus question qu’ils participent aux bataillons scolaires : pour eux l’enseignement de la gymnastique sera réorganisé, complété par des promenades hebdomadaires, et il sera dispensé... par les 42 sous officiers placés sous la direction du capitaine des bataillons scolaires et des professeurs de gymnastique municipaux.

49La proposition du docteur Gailleton suscite une longue controverse, car, dans son ensemble, le conseil municipal est loin de partager son avis. Les arguments affluent qui militent en faveur d’une suppression pure et simple du bataillon scolaire. Attaques contre les instructeurs militaires : manque de zèle, de ponctualité, négligences dans le service, rivalités affichées devant les enfants, incompétence. Attaques contre le ridicule et l’inefficacité de l’institution qui transforme les écoliers en petits soldats, les soumet à une discipline militaire injustifiée pour leur âge ; il faut faire des hommes avant d’en faire des soldats. Et un adjoint au maire, Augagneur, va même jusqu’à considérer comme dangereuse la discipline militaire dans les bataillons scolaires : "en jouant aux petits soldats, les enfants apprennent à considérer leurs chefs non comme des supérieurs, mais comme de simples professeurs...". Le maire tente bien d’imposer sa conception... mais il devra finalement s’incliner (non sans en être contrarié) : les bataillons scolaires seront supprimés, et les crédits ainsi libérés devront servir à réorganiser l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires municipales. L’application de cette décision lut immédiate : le bataillon scolaire ne participera pas à la fête nationale.

50Doit-on considérer que, à partir de 1890, s’ouvre une ère nouvelle pour l’enseignement de la gymnastique dans les écoles lyonnaises ? En vérité, dès 1887-1888, la ville de Lyon avait quasiment achevé la construction d’un gymnase scolaire par arrondissement. Et le maire déclarait en 1886 que "tous les groupes scolaires ont au complet leur mobilier scolaire et leurs agrès de gymnastique. Les enfants prennent leur leçon de gymnastique pendant les récréations, sous la surveillance des adjoints instituteurs". Il reste que si la municipalité a su construire des gymnases et les équiper, elle devra pendant longtemps encore recourir aux "compétences" des instructeurs militaires en matière d’enseignement. Lors du vote du budget municipal de l’instruction publique, en 1891, le maire manifeste un optimisme que l’avenir démentira : "Dans l’avenir, quand les maitres de nos écoles, conformément aux intentions de l’autorité supérieure, seront capables de donner l’enseignement de la gymnastique, comme ils le font pour les éléments de la musique, du dessin, ce crédit disparaîtra complètement du budget".

51La transformation des bataillons scolaires ne profitera donc pas à l’enseignement de la gymnastique. A partir de 1885, ce sont les sociétés de gymnastique et de préparation militaire qui bénéficieront de l’attraction que l’Ecole n’a pas su entretenir, faute de personnel motivé et compétent.

B - L’ESSOR DES SOCIÉTÉS CONSCRIPTIVES

52Le développement des bataillons scolaires n’a pas plus profité à l’enseignement de la gymnastique qu’à asseoir l’image de marque des exercices du corps à l’Ecole. Leur disparition a pu néanmoins laisser le souvenir de manœuvres propres à tremper l’âme patriotique des élèves. Le spectacle offert par ces troupes disciplinées avait suscité le goût de l’ordre. Lorsque Louis Parant, secrétaire général de l’Union Patriotique de l’Ain, entreprend une vaste campagne visant leur transformation en bataillons de gymnastique, il ne peut que constater l’extrême attachement de la population et des responsables locaux à ce qui fait la force des armées : tenue et discipline.

  • 95 Parant L., les bataillons scolaires et leur transformation en sociétés de gymnastique, Bourg, 1891. (...)

En 1891, Louis Parant publie et diffuse à ses frais, un petit ouvrage d’une cinquantaine de pages95. L’auteur présente un projet de développement des sociétés de gymnastique, et surtout de redéfinition des objectifs et des contenus de la gymnastique scolaire. Par une lettre datée du 16/6/1891, il sollicite l’avis des inspecteurs primaires et des instituteurs du département de l’Ain, l’opinion des professeurs de gymnastique, des hommes politiques et des présidents de sociétés de gymnastique, des hommes politiques et des présidents de sociétés de gymnastique de la région. De même, sont consultés quelques militaires ainsi que la presse spécialisée (Le Gymnaste de l’U.S.G.F., entre autres) et la presse politique (Courrier de l’Ain, Alliance républicaine, etc...)

53Si, dans la grande majorité, on applaudit à la disparition des bataillons scolaires, on s’inquiète (parfois) ou on se réjouit (plus souvent) de leur transformation en "bataillons" de gymnastique. Certes, il s’agit bien de rechercher les voies pouvant diriger cette institution vers son véritable but : "l’organisation sérieuse de l’éducation physique de notre jeunesse scolaire". Le mot ressurgit et commence à faire fortune. Chacun constate que "l’enfant ne peut jouer avec profit au soldat". Les bataillons scolaires sont devenus trop souvent un "jouet électoral ou un jouet patriotique" qui a largement contribué à ce que l’instruction militaire "prenne la place de l’enseignement gymnastique". Quant aux communes, elles seraient mieux inspirées de dépenser leurs deniers pour une œuvre plus utile : "elles ont dépensé beaucoup d’argent pour de maigres résultats". Mais quelles nouvelles orientations adopter ? Faut-il renoncer à une préparation militaire ? Comment concevoir la mise en œuvre pratique de l’enseignement de la gymnastique ? L’idée est d’installer entre l’Ecole et les sociétés de gymnastique une structure d’accueil (les bataillons de gymnastique) qui aura un double but : d’une part inscrire dans la durée une entreprise d’instruction morale et physique, d’autre part fournir un réservoir de recrutement aux sociétés de gymnastique.

Comme le constate L. Parant "L’Alouette des Gaules a trouvé, dans le bataillon scolaire, les principaux sujets de sa société : tous étaient rompus à la marche ; tous pratiquaient depuis longtemps les exercices d’assouplissement avec armes, l’escrime à la baïonnette, la canne, la boxe". Pelud instituteur à Cras-sur-Reyssouze indique : "il a été formé à Cras une société de gymnastique, de tir et d’escrime, formée de jeunes gens au-dessus de 12 ans et comprenant en outre, comme pupilles, tous les élèves du bataillon scolaire". Quant à Koenig, professeur au lycée Ampère de Lyon, secrétaire général de l’Union patriotique du Rhône, et membre de l’USGF il ne cache pas ses espoirs : "il nous faut maintenant une institution développant l’enseignement rudimentaire (gymnastique) reçu à l’école, faisant l’application de ses principes et préparant l’enfant à entrer dans les rangs de la société de gymnastique". Il faut donc prolonger l’œuvre scolaire par la création d’une structure d’accueil intermédiaire entre l’Ecole et l’Armée.

  • 96 L. Parant affirme qu’en 1891, 90 bataillons scolaires fonctionnent encore dans le département de l’ (...)

54Les choses sont loin d’être aussi simples et la disparition effective (quoique tardive dans les zones rurales) des bataillons scolaires, laisse entier le problème d’une nouvelle organisation96.

"Le propre de la race française est d’aimer le changement... et la mode actuelle est à la gymnastique, avec raison ajouterai-je. Né au souvenir de nos défaites et dans l’esprit d’une légitime revanche, le bataillon scolaire avait alors tous les suffrages, et celui qui l’eût critiqué aurait fait douter de son patriotisme". Il faut aujourd’hui transformer la bataillon scolaire en bataillon de gymnastique, mais "conservons le fusil qui fait le bonheur des enfants, ainsi que les clairons, les tambours et les promenades, qui font la joie des familles, et sont notre plus sûr agent de succès auprès d’elles". Un instituteur de Ferney-Voltaire défend le même point de vue, et pour nombre d’édiles locaux, le changement ne doit pas s’effectuer au détriment de l’idée patriotique et du cérémonial militaire : "C’est une erreur de dire que les bataillons scolaires ne sont d’aucune utilité. Les nécessités de notre époque nous obligent à inculquer aux enfants, dès leur jeune âge, les principes de discipline indispensables à leur éducation presque militaire... le programme des nouveaux bataillons de gymnastique devra comprendre les exercices militaires, le tir... et je serais d’avis de laisser leur caractère un peu militaire... il serait bon de donner à ces institutions un nom en rapport avec leur formation, bataillon (compagnie ou section) gymnastique, suivant le nombre des membres".

55A l’opposé, d’aures se font les adversaires résolus de toute organisation qui ressemble à l’armée. De l’ensemble des arguments, nous ne retiendrons que ceux de D. Mamoz, ancien secrétaire général de l’U.S.G.F., enfant du pays de Gex :

"Les enfants doivent avant tout devenir des hommes ; ce n’est qu’au régiment qu’on en fera des soldats. Transformer prématurément des enfants en militaires, c’est aller contre l’ordre naturel du développement physique de l’homme, auquel il faut donner une large poitrine et des muscles... Proscrivons les pantalonnades de bambins et prescrivons le perfectionnement de la race française par l’éducation physique". Mais l’auteur n’est pas d’accord avec L. Parant lui reprochant "de reporter à la gymnastique la forme et les termes eux-mêmes de l’œuvre à remplacer". Ainsi : "la logique des mots doit être en rapport avec celle des choses" et les bataillons de gymnastique ne sauraient encore une fois "singer l’armée".

56A ces divergences s’ajoutent le plus souvent des difficultés : s’il est toujours possible de constituer des bataillons de gymnastique au sein des écoles, les communes rurales manquent le plus souvent de matériel et de personnels d’encadrement. Qui enseignera la gymnastique ? Les instituteurs s’avouent incapables d’assumer cette tâche. Tel n’est pas l’avis de L. Parant : "A défaut d’instructeurs spéciaux, quoi de plus facile que d’employer les instituteurs... avec une légère augmentation de traitement”. A condition de "faire simple". Ainsi n’est-il pas besoin de donner des preuves d’agilité pour enseigner la gymnastique dans les écoles primaires : des livres et une bonne méthode suffisent. A défaut, ce travail pourra être assumé par les instituteurs adjoints, le projet (qui sera mis en œuvre à Bourg dès 1891-1892) se définit en toute cohérence :

  • 97 Ibid., p. 45. Ainsi que pour toutes les citations précédentes.

"Le cours de gymnastique actuel, insuffisant comme durée (une heure par semaine) ne peut nullement faire double emploi avec l’enseignement de la section qui, logiquement remplacera le bataillon scolaire. Ces deux enseignements doivent se compléter l’un par l’autre et être coordonnés avec soin. La Société de gymnastique accueillant l’élève à sa sortie de l’école, amplifiera et développera les premières bases établies et, à son tour, conduira le jeune homme jusqu’au seuil de la carrière militaire"97.

57Cette solution, propre au département de l’Ain, ne peut être généralisée. A Lyon et dans le Rhône, la disparition des bataillons scolaires devait théoriquement provoquer une réorganisation de l’enseignement de la gymnastique. En réalité, les carences de l’Ecole et celles des municipalités ont laissé le champ libre aux initiatives privées. Le développement des sociétés de gymnastique à Lyon et dans le département du Rhône, à partir des années 1880-1885 s’explique vraisemblablement par l’incapacité de l’Ecole d’assurer une instruction physique et militaire de masse et par la volonté, maintes fois réaffirmée, d’établir une liaison entre l’Ecole et l’Armée. Il y a là un désir explicite de contrôler et d’encadrer l’enfant et l’adolescent jusqu’à l’âge adulte :

  • 98 Mamoz D. ibid, p. 62.

"L’autorité que la famille exerce sur l’enfance tend à se partager et à se réduire lorsque l’enfant devient jeune homme. A 16 ans, plus ou moins, ceux qui ne sont pas dans les écoles et qui ont déjà recours au travail sont, les uns en fin d’apprentissage, les autres ouvriers, ou employés, dans les bureaux, les magasins ou à la culture. La surveillance des parents devient plus difficile et ils se voient forcés de lâcher un peu la main... Or, pour que le fils suive les bonnes traditions familiales, il est prudent de lui ménager, dans ses premières relations sociales, un milieu honnête et surveillé, dans lequel il puisse se plaire ; c’est alors que la société de gymnastique devient pour les parents un précieux auxiliaire"98.

58Les bataillons de gymnastique ne verront pas le jour. Ils ont pu avoir, ici ou là, une existence éphèmère, perpétuant plus que transformant, l’expérience des bataillons. Toutes les conditions semblent cependant remplies pour que se manifeste un vaste mouvement en faveur des pratiques conscriptives : la gymnastique, le tir et la préparation militaire ont une vocation patriotique et sont propres à asseoir durablement l’unité nationale. L’ampleur des créations de sociétés conscriptives est sans précédent et ne s’explique pas seulement par l’échec des bataillons scolaires. En 1889, la loi de 3 ans ne prévoyait-elle pas (article 85) le vote d’une loi spéciale imposant une préparation militaire aux jeunes gens de 17 à 20 ans ? Le processus était engagé dès 1881 : il est probable que le vote de la loi rendant la gymnastique obligatoire dans les établissements scolaires a suscité ces vocations d’autant plus solides qu’elles étaient encouragées par le Gouvernement de la gauche républicaine (cf encadré ci-dessous). L’assouplissement progressif des entraves à la liberté d’association a probablement facilité cet essor. Certes, cette souplesse n’est qu’apparente : l’article 291 du code pénal n’est pas abrogé et les sociétés ne sont autorisées que si elles comportent au moins vingt membres et satisfont à l’enquête de police préalable. Cependant, il y a dans ces procédures, les moyens de s’assurer de l’orthodoxie républicaine de ces sociétés : leur multiplication sur le territoire est un gage d’allégeance des citoyens aux valeurs promues par la nouvelle politique. Il faut ajouter à cela l’influence considérable de la Ligue de l’enseignement et de la Ligue des Patriotes (fondées respectivement en 1881 et en Mai 1882). Ainsi peut-on constater que la dynamique associative en faveur des pratiques conscriptives a son point culminant entre 1887 et 1891 : l’affaire Boulanger contribuera d’ailleurs à discréditer la Ligue des Patriotes (elle sera dissoute en mars 1889) au point qu’en mars 1888 se créera à Lyon une Union Patriotique du Rhône se substituant au Comité régional de la Ligue.

  • 1 d’après Mamoz D. De la gymnastique en France au 19ème siècle, Paris, Angoulême, 1891.
  • 2 ibid. p. 89.
  • 3 cf. pour l’analyse de l’enquête Maggiolo : Fleury M. et Valmary P., Les progrès de l’instruction él (...)

LES PREMIERES SOCIETES DE GYMNASTIQUE ET LE SOUTIEN DES GOUVERNEMENTS REPUBLICAINS1
Selon D. Mamoz il n’y avait guère que 36 sociétés de gymnastique en France avant 1870. Si la plus ancienne est Le Gymnase civil de Pugens à Lyon (l’auteur confirmant ainsi nos hypothèses) fondé en 1842, le véritable mouvement part de l’Alsace (Guebwiller en 1860, Mulhouse en 1861, Strasbourg en 1864, Soultz en 1864, Cernay en 1864, Dornach en 1866, Illach en 1866, Colmar en 1867, Ste Marie aux Mines en 1867, Benfeld en 1869, Graffenstadt en 1867, etc...) et se diffuse dans la Meurthe, les Vosges, le Doubs, la Haute Saône, la Moselle, la Côte d’Or, la Marne, la Seine et Marne, la Seine, et la Seine inférieure, le Rhône et enfin les Alpes Maritimes. Après la guerre de 1870, la plupart de ces sociétés sont reconstituées (il y en aura une vingtaine en 1873), et bénéficient de l’encouragement des républicains : "Nos sociétés ont, par leur sagesse, justifié la confiance du gouvernement qui a été bien inspiré de ne mettre aucune entrave à leur développement ; mais il faut bien reconnaître que, dans notre pays, secoué par tant de révolutions, il fallait un gouvernement populaire pour permettre l’organisation d’associations aussi nombreuses, car jamais en France, un pouvoir personnel n’aurait toléré une pareille organisation...”2
De fait, l’U.S.G.F. rassemble 106 sociétés de gymnastique en 1882 sur les 251 existant en France. Selon D. Mamoz leur concentration est la plus forte au-dessus d’une diagonale passant par la Seine Inférieure et le Jura. Au nord de cette ligne il y a 205 sociétés pour 21 départements, et au sud on n’en dénombre que 46 pour 29 départements.
Ces précisions sont intéressantes en ce qu’elles confirment, d’un certain point de vue, les données de l’enquête de Maggiolo sur l’alphabétisation des Français (celle-ci étant plus forte au nord de la fameuse ligne St-Malo - - Genève). Mais il faudrait sans doute y ajouter d’autres critères tels que l’urbanisation et l’industrialisation (plus forte au nord) ou, plus encore, l’adhésion des populations à la République3. Des recherches ultérieures devraient apporter des indications précieuses sur cette dynamique conscriptive.

59Mais à cette vision d’ensemble il faut apporter des nuances : les zones rurales semblent être mobilisées plus précocement que les zones urbaines : sur les 18 sociétés conscriptives créées en zones rurales entre 1882 et 1894, 11 l’ont été entre 1882 et 1886. Lyon s’éveille plus tardivement : les chiffres sont respectivement de 31 et de 7. Il convient donc de relativiser l’intérêt des populations pour la défense et le rayonnement des idées patriotiques, d’autant plus que cette période (1882-1890) voit s’amorcer une réaction timide mais tenace à ces valeurs conscriptives par l’intermédiaires des premières associations sportives. Ce sont avant tout les zones rurales qui sont globalement les plus représentatives : l’activité physique des ruraux est (presque) entièrement tournée vers une préparation militaire ou, pour le moins, une gymnastique disciplinaire, auxquelles s’ajoutent le tir.

  • 99 ADR. 4M605.
  • 100 ADR 537 - Sur les conditions de création des Touristes Lyonnais cf Touristes Lyonnais, Lettre d’un (...)

60Ce dernier, il faut le signaler, revêt des aspects différents selon qu’il s’agit d’une pratique qui prolonge la chasse (très prisée par les cultivateurs et les gros propriétaires) ou d’un entraînement militaire. Si le développement des sociétés conscriptives a connu son apogée entre 1880 et 1890, la réalité paraît plus nuancée. A Lyon et dans le Rhône, la défaite de 1870 n’a guère été suivie d’un engouement associatif pour la revanche. La première société conscriptive créée a été celle des Carabiniers de Givors en 186699. Il faudra attendre 1875 pour que se crée à Lyon la société Les Touristes Lyonnais (qui ne sera autorisée qu’en 1878), et, pour les zones rurales, 1877 et 1878, avec l’Avant Garde de Villefranche, et les Francs tireurs du Beaujolais. Donc, en tout et pour tout, quatre sociétés conscriptives jusqu’en 1880, si l’on prend pas ne compte la Société de tir de l’Armée territoriale qui, fondée en 1876, est une société militaire recrutant parmi les réservistes et les territoriaux100.

61La période 1881-1890 est un peu plus riche : 44 sociétés conscriptives créées, dont 22 pour Lyon intra muros ; 7 pour la banlieue, et 15 pour les zones rurales. Si l’on ne prend en compte le nombre total de sociétés fondées pendant cette période, toutes sociétés confondues, on obtient :

nombre de créations

dont Stés

conscriptives

Lyon

38

22

57,9 %

banlieue

8

7

87,5 %

Rhône

19

15

78,9 %

62Si Lyon fournit l’essentiel des effectifs pour une revanche souhaitée, et prometteuse, la mobilisation est loin d’être massive. Encore faut-il faire remarquer que les quartiers populaires de Lyon (la CroixRousse, Vaise, St-Jean et la Guillotière) fournissent à eux seuls la moitié des sociétés conscriptives. Quant aux zones rurales, c’est l’arrondissement de Villefranche qui se mobilise le plus avec 13 sociétés conscriptives contre 2 seulement à l’arrondissement de Lyon. C’est encore renforcer l’idée d’une mobilisation populaire, surtout ouvrière plus que paysanne, puisque dans l’arrondissement de Villefranche, c’est des secteurs de l’industrie textile (Tarare, Amplepuis, Thizy) que sont issus les plus gros contingents de sociétés. Il en est de même avec Villeurbanne. Citons, parmi les plus connues :

Lyon 1er art. :

La Sentinelle (1888) ; L’Estafette lyonnaise (1889) L’Etoile de Lyon (1890) et la Fédération des sociétés de gymnastique, de tir et d’instruction militaire du Rhône et du Sud-est (1884)

Lyon 2ème art. :

Les Excursionnistes lyonnais (1889), La Républicaine de Lyon (1888)

Lyon 3ème art. :

Les Eclaireurs de l’Est (1889), les Sauveteurs volontaires du Rhône (1888), les Enfants du Rhône (1888).

Lyon 4ème art. :

L’Avant garde de Lyon (1886), La Patriote de Lyon (1888), La Martiale de Lyon (1890), Les Volontaires Croix-Roussiens (1888)

Lyon 5ème art. :

La Vigilante fraternelle (1887) ; l’Espérance de Vaise (1884), l’Eclair de Lyon (1885)

Lyon 6ème art. :

La Française de Lyon (1884) ; L’Alsace Lorraine (1884)

Banlieue de Lyon :

L’Avant garde de la Mulatière (1890) ; Les Touristes d’Oullins (1888) ; L’Avenir d’Oullins (1887) ; La Jeunesse de Villeurbanne (1890)

Rhône (zones rurales) :

L’Espérance de Villefranche (1882), La Beaujolaise de Beaujeu (1883) ; l’Etincelle d’Amplepuis (1884) ; La Société de gymnastique et de tir de Thizy (1885) ; l’Espérance de Cours (1889), L’Union Tararienne (1886) ; L’Indépendante de Givors (1888). etc...

LYON 1880 - 1890 : les équipements scolaires municipaux.

LE MOUVEMENT ASSOCIATIF EN 1870

LE MOUVEMENT ASSOCIATIF EN 1870

LE MOUVEMENT ASSOCIATIF EN 1880

LE MOUVEMENT ASSOCIATIF EN 1880

LES SOCIETES CONSCRIPTIVES DANS LE DÉPARTEMENT DURHONE
(sauf LYON)

LES SOCIETES CONSCRIPTIVES DANS LE DÉPARTEMENT DURHONE(sauf LYON)

63Il est inutile de citer nommément toutes les sociétés conscriptives créées entre 1881 et 1890. Il est cependant un phénomène intéressant à observer : si, au lieu de prendre des périodes de cinq ou de dix ans, on enregistre les créations années par années, on s’aperçoit que la tendance générale est contripète. Les première sociétés conscriptives proviennent des zones rurales, pour gagner progressivement le Centre puis la ceinture lyonnaise. Il ne s’agit, bien sûr, que d’une tendance. Mais la vitalité associative semble suivre un mouvement qui n’est pas réductible à un effet de mode : la précocité ou la célérité de la réponse à l’appel de la patrie sont le fait du monde rural. Ce n’est que secondairement, mais avec une intensité plus grande, que la ville suit : la plupart des sociétés conscriptives lyonnaises sont fondées après 1887, alors que le mouvement était amorcé dès 1877-1878 pour les zones rurales.

64Une explication recevable peut être proposée ; la création des bataillons scolaires a freiné, dans un premier temps, la fondation de sociétés conscriptives à Lyon. Les conditions requises par la loi pour que puisse exister un bataillon scolaire a interdit aux villages ruraux d’en posséder un. Dès lors ils n’avaient d’autres solutions que de créer des sociétés accueillant simultanément des enfants et des adultes. Après 1889-1890, lorsqu’ont disparu les bataillons scolaires, il a été plus aisé de fonder des sociétés de gymnastique, de tir et de préparation militaire : il suffisait d’enrôler une jeunesse qui était toute préparée à entrer dans de nouvelles structures. Ainsi, L. Parant explique-t-il leur transformation en sociétés de gymnastique.

  • 101 La plus ancienne société conscriptive est l’Alouette des Gaules fondée en 1878. La chronique offici (...)

65Ce phénomène n’est pas particulier au Rhône : dans l’Ain, les premières sociétés conscriptives n’apparaissent qu’en 1888 (au moment où disparaissent les bataillons scolaires). Leur nombre s’élèvera à 14 en 1892101.

LES SOCIETES CONSCRIPTIVES DANS LE DEPARTEMENT DE L’AIN

année de création

Lieu

Nom

1878

Bourg

Alouette des Gaules

1882

Nantua

Touristes Bugeyssiens

1888

Cras

Bon soldat

1888

Oyonnax

Enfants du Devoir

1888

Trévoux

La Trévoltienne

1889

Miribel

Touristes Lyonnais

1889

Thoiry

Avenir Gessien

7889

Dortan

La Vaillante

1890

Bourg

Avant Garde (Lycée Lalande de Bourg)

1891

Gex

La Gexoise

1891

?

L’élan Gaulois

1892

Montmerle

La Montmerloise

1892

Meximieux

Section de gymnastique de

1892

Bourg

Union des sociétés de gymnastique de l’Ain (fédération)

66Cet engouement n’est pas sans susciter de nouvelles initiatives. La multiplication des sociétés impose la nécessité d’un contrôle par une organisation centrale. La fondation de l’Union des sociétés de gymnastique de l’Ain en 1892 a bien pour objet "de réunir les forces isolées des sociétés de gymnastique du département afin de poursuivre avec plus de succès leur but commun". Ainsi se crée une dynamique qui annonce la relative autonomisation d’un mouvement qui sera progressivement conduit à organiser des fêtes, à règlementer les concours entre sociétés, à délimiter des espaces spécialisés de pratique, à promouvoir l’identité des gymnastes.

67Cette union indispensable peut s’imposer plus ou moins tôt : elle dépend de l’état de développement des sociétés. Mais elle atteste le désir d’affirmer une identité régionale : si les Unions ou les Fédérations régionales sont affiliées à l’Union des sociétés de gymnastique de France (U.S.G.F.) créée en 1873, elles revendiquent une autonomie jalouse, d’autant plus que, au sein même du département et de la région de tels groupements peuvent entrer en concurrence.

  • 102 Elle éditera d’ailleurs dès 1885 un bulletin hebdomadaire : "Le gymnaste tireur du sud-est". Elle d (...)

68La Fédération des sociétés de gymnastique, de tir et d’instruction militaire du Rhône et du sud-est sera créée en 1884 à l’occasion de la fête de la Société lyonnaise de gymnastique102. Elle regroupera à cette date 17 sociétés dont 7 seulement ont leur siège dans le Rhône (rappelons qu’en 1884 le département ne comprend qu’une quinzaine de sociétés conscriptives) :

Lyon :

Société lyonnaise de gymnastique ; Touristes lyonnais, Espérance de Vaise, Avenir de Lyon

Rhône :

Etincelle d’Amplepuis, Avant garde de Villefranche, Beaujolaise de Beaujeu

Divers :

Annonéenne d’Annonay ; Gymnase civil de Valence ; Patriote de St Chamond ; Union viennoise de Vienne ; La joyeuse de Lorette ; La Société de gymnastique du Puy ; L’Espérance de Grenoble ; Les Enfants de la Loire de Roanne ; La Ripagienne de Rive de Gier ; La Société d’escrime et de gymnastique de Bourg ;

  • 103 Programme officiel de la 5ème fête de gymnastique, instruction militaire, tir... ADR B 333. Dans le (...)

69Ses objectifs sont patriotiques (devise : "Pour la Patrie") et chacune de ses nombreuses fêtes exaltera les vertus militaires et le culte du souvenir des provinces perdues. A ce titre, elle bénéficie de l’appui des autorités locales et nationales. Lors de la 5ème fête fédérale de gymnastique, qui correspond à la commémoration du centenaire de la Révolution française (du 14 au 18 août 1889) la Fédération pourra s’enorgueillir de la présidence d’honneur du Maire de Lyon, du Gouverneur militaire, du Préfet et du Président du conseil général103.

70Nombre de sociétés vont adhérer à la Fédération, elle-même affiliée à L’Union des sociétés de Gymnastique de France (USGF).

71Cependant, cette orientation militaire déplaît à quelques uns. L’un des fondateurs de la Fédération ira même jusqu’à créer en 1893 un autre groupement de sociétés : l’Association de gymnastique et d’éducation physique de Lyon et du Rhône dont le siège est à la mairie du Ier arrondissement de Lyon. Le fait est intéressant, car le patriotisme ne fait point défaut aux nouveaux sociétaires : l’association est née à la suite d’une série de réunions de l’Union Patriotique du Rhône entre 1891 et 1893. Elle se place d’ailleurs immédiatement sous l’égide de l’USGF et grâce au succès obtenu par la 20ème fête fédérale de l’USGF en 1894 (à Lyon du 13 au 15/5/1894) elle parvient à rassembler 11 sociétés (il y en aura 56 en 1914) :

L’Alsace Lorraine ; l’Avant garde ; Les Eclaireurs de l’Est ; Les Enfants du Rhône ; la Française ; La Jeune France ; La Nationale ; Les Touristes lyonnais ; La Sentinelle ; La Vaillante ; Les Volontaires Croix-Roussiens.

  • 104 Bulletin de l’Association de gymnastique et d’éducation physique de Lyon et du Rhône : "L’Associati (...)

72Ainsi une même société peut-elle adhérer à deux Fédérations qui poursuivent cependant des buts différents. Le président de l’Association, D. Koenig, Professeur au Lycée Ampère, n’a-t-il pas été lui-même à l’origine de la fondation de la Fédération ? La plus grande confusion règne encore sur les buts de la gymnastique : est-elle une préparation militaire ? Doit-elle au contraire s’orienter vers des formes sportives acrobatiques et spectaculaires ? Ou n’est-elle qu’une auxiliaire de l’hygiène ? Il est certain, en tout cas, que l’Association développera une conception éducative de la gymnastique (mais le lien entre gymnastique et éducation physique, s’il existe, reste ambigu) au détriment d’une stricte préparation militaire. A plusieurs reprises, dans son bulletin il sera fait allusion à une conception de la patrie plus universaliste, plus humaniste et moins chauvine104 ; Aussi nous apparaît-elle comme typiquement inspirée de la tradition universitaire et radicale telle qu’elle sera plus tard incarnée par Edouard Herriot.

Notes

71 Foucault M., Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 141.

72 Décret du 677/1882, article 1, portant création des batillons scolaires. Signé conjointement par J. Grevy et J. Ferry.

73 Délibération du Conseil municipal (D.C.M.) du 15/6/1882.

74 Lyon Républicain du 10/7/1882.

75 Quelques années plus tard, le vice président de l’Union Arbrestoise (société de gymnastique et de préparation militaire de l’ouest lyonnais) fera part des difficultés rencontrées pour recruter des jeunes gens. : "à l’Arbresle, ville de 4 000 habitants, on a toutes les peines pour recruter 60 jeunes gens aptes à faire de bons gymnastes", in Le gymnaste tireur du Sud Est, Moniteur officiel de la Fédération des sociétés de gymnastique de tir et de préparation militaire du Rhône et de la région, no 27 du 12/12/1888. En 1880 à l’Arbresle, existe une société militaire qui compte une soixantaine de membres... mais elle cessera d’exister au bout d’un an. Elle sera réorganisée en 1887 et comprendra 34 membres en 1888. Sources A.D.R. Série 4 M 540 et 537.

76 Décret du 6/7/1882, art. 12 : "Les établissement libres d’instruction primaire et secondaire, qui déclareront se soumettre à toutes les prescriptions du présent décret, sont autorisés, soit à incorporer leurs élèves dans le bataillon scolaire du canton, soit, si leur effectif est insuffisant, à former des bataillons scolaires distincts qui seront à tous égards assimilés à ceux des écoles publiques". (Bulletin administratif de l’instruction publique, B.A.M.I.P. no 500 du 8/7/1882).

77 A.D.R. T 59/2 - en fait, la dispense des 28 jours n’était accordée que sur avis d’une commission militaire. Le Ministre de la guerre le rappelle dans sa lettre collective n” 66 adressée aux Gouverneurs militaires : "il convient de ne pas perdre de vue que la dispense ne saurait être considérée comme devant être acquise de droit indistinctement à tous les instructeurs ayant fait acte de présence à un certain nombre d’exercices. C’est une récompense réservée aux plus méritants, en raison de leur zèle et des résultats obtenus" (Lettre du 26/6/1885, A.D.R. T 59/2).

78 A.D.R. T 59/2, document manuscrit du 5/8/1883.

79 A.D.R. T 59/2, lettre manuscrite du 20/8/1883.

80 A.D.R. T 59/2, lettre manuscrite du maire de Quincieux au Préfet du Rhône, du 31/8/1883.

81 Le département compte 267 communes entre 1882 et 1889. Notre estimation est d’environ 15 à 20 % si l’on comptabilise les demandes d’instructeurs et de fusils adressés par les maires au Préfet (sur la base des dossiers consultés aux ADR, série T 58, 58 bis, 59, 59/2 et délibérations du CGR (années 1882-1890).

82 D.C.M. du 14/12/1883, intervention du Dr Gailleton.

83 Cf. l’ouvrage de R. Sanson, les 14 juillet, Fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976.

84 Lyon Républicain du 15/7/1884.

85 Le Nouvelliste de Lyon du 15/7/18/0.

86 Werler est professeur de gymnastique à l’Ecole Normale d’instituteurs de Lyon, à l’école primaire supérieure de la rue Neyret, à la Société Lyonnaise de gymnastique. Il a également ouvert une salle en 1878, au 19 Montée St Barthélémy où une convention, passée avec la ville de Lyon lui permet d’enseigner la gymnastique aux 700 élèves des écoles primaires publiques du 5ème arrondissement. Il enseigne également à l’école primaire de garçons de la Mulatière et exerce différentes fonctions dans plusieurs sociétés de gymnastique (sources : A.D.R. en particulier la série 4 M).

87 Le Nouvelliste de Lyon du 15/7/1883.

88 P. Déroulède, Chants du soldat, Paris, Calmann Lévy, 1888 (ouvrage couronné par l’Académie Française, dessins et aquarelles). Dans Le Drapeau, plusieurs articles seront consacrés à la femme et à son rôle et ses devoirs envers la Patrie. Cf en particulier, no 16 du 19/4/1884, p. 233. "Les femmes et le patriotisme".

89 Le Drapeau, no 50 du 15/12/1883.

90 Le Drapeau no 3 du 17/1/1885 p. 28.

91 Le Drapeau no 50 du 15/12/1883 ; no 16 du 19/4/1884 ; no 3 du 17/1/1885 ; no 29 du 19/7/1884.

92 "La Ligue des Patriotes a pour but la propagande et le développement de l’éducation patriotique et militaire. C’est par le livre, le chant, le tir et la gymnastique que cette éducation doit être donnée", in Le Drapeau, no 44 du 3/11/1883.

93 Poème de Louis Bretonniere, in Le Drapeau, no 28 du 12/7/1884.

94 Le Drapeau no 3 du 19/1/1884 p. 32.

95 Parant L., les bataillons scolaires et leur transformation en sociétés de gymnastique, Bourg, 1891. L’auteur est à cette époque non seulement secrétaire général de l’Union Patriotique de l’Ain, mais également Président de l’Alouette des Gaules (Société de gymnastique de Bourg), conseiller municipal de Bourg et membre associé de l’Union des Sociétés de Gymnastique de France (USGF). Pharmacien de profession, il est un des plus ardents défenseurs de la patrie et de l’idée nationale. La société l’Alouette des Gaules existe toujours, installée à côté du stade Louis Parant.

96 L. Parant affirme qu’en 1891, 90 bataillons scolaires fonctionnent encore dans le département de l’Ain : 22 à Bourg, 18 à Belley, 9 à Gex, 13 à Nantua, et 28 à Trévoux (ibid., p. 6).

97 Ibid., p. 45. Ainsi que pour toutes les citations précédentes.

98 Mamoz D. ibid, p. 62.

99 ADR. 4M605.

100 ADR 537 - Sur les conditions de création des Touristes Lyonnais cf Touristes Lyonnais, Lettre d’un officier des Touristes sur l’origine et les débuts de la Société, Lyon 1880. Cf également Berthet Cdt, Notice sur la Sté de tir de l’Armée Territoriale à Lyon, Lyon 1901.

101 La plus ancienne société conscriptive est l’Alouette des Gaules fondée en 1878. La chronique officielle fait remonter cette création à 1872 par des jeunes gens âgés de 15 à 18 ans ; elle s’appelait alors Sté d’escrime et de gymnastique de Bourg ; elle semble avoir fonctionné plus ou moins illégalement jusqu’à son agrément officiel en 1878 (Arch. privées de la Sté, en particulier le Journal "l’Alouette des Gaules" du 26 Mai 1889).

102 Elle éditera d’ailleurs dès 1885 un bulletin hebdomadaire : "Le gymnaste tireur du sud-est". Elle deviendra la Fédération des Sociétés de gymnastique du Rhône et du Sud-est, en 1901, et ajoutera "et de préparation militaire" en 1913.

103 Programme officiel de la 5ème fête de gymnastique, instruction militaire, tir... ADR B 333. Dans le journal Lyon Républicain du 28/10/1884, on annonce la création de la Fédération au local de la Ligue des Patriotes après une réunion des délégués des Sociétés de gymnastique de la région. Cf. Le livre d’Or des gymnastes du Sud-Est (1884-1934) publié à l’occasion de la fête du Cinquantenaire à Lyon (1 et 2/9/1934) ; cf. également ADR 4M 537,538 et 608, AML 3R4 302 095, ADR Revue 432, et BML A 495262.

104 Bulletin de l’Association de gymnastique et d’éducation physique de Lyon et du Rhône : "L’Association a pour but l’accroissement des forces économiques et défensives du pays par l’éducation physique de la jeunesse française", Devise : Union et Travail. (ADR 151).

Notes de fin

1 d’après Mamoz D. De la gymnastique en France au 19ème siècle, Paris, Angoulême, 1891.

2 ibid. p. 89.

3 cf. pour l’analyse de l’enquête Maggiolo : Fleury M. et Valmary P., Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’après l’enquête de L. Maggiolo, in Population, Janv.mars 1957 et Furet F. et Ozouf J. Lire et écrire (tome 1), Paris, Ed. de Minuit 1977 (chap. 1). Pour les données politiques et électorales, cf Mayeur J.M. Les débuts de la IIIème République, op.cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende LYON 1880 - 1890 : les équipements scolaires municipaux.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre LE MOUVEMENT ASSOCIATIF EN 1870
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15989/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre LE MOUVEMENT ASSOCIATIF EN 1880
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15989/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre LES SOCIETES CONSCRIPTIVES DANS LE DÉPARTEMENT DURHONE(sauf LYON)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15989/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search