Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Deuxième partie. Le temps de la mobilisation conscriptive

Chapitre IV. Le rôle moteur de l’école

Texte intégral

  • 13 Thibault J., Sports et éducation physique..., op.cit. pp. 79-93.
  • 14 Weber E., La fin des terroirs..., op.cit., p. 123.

1Faire face : telle est la situation de Jules Ferry lorsqu’il fait voter la loi du 27/1/1880. Car tout reste à faire. Il serait en effet excessif de voir dans les pratiques sportives parisiennes, telles que les a évoquées J. Thibault, l’exemple illustrant un phénomène général13. Si l’Ecole a pu jouer un rôle moteur dans la création et la diffusion d’une forme légitime et imposée de pratique des activités physiques (en l’occurrence de la forme scolaire de la gymnastique) c’est parce qu’elle a su promouvoir une "idéologie" tournée vers des valeurs mobilisatrices au prix d’un véritable détournement des consciences. Les idées de nation, de patrie, d’ordre, de discipline étaient étrangères à la majorité de la population française14 et l’Ecole a su insuffler un point de vue national dans des consciences régionales. La gymnastique conjuguera ses efforts avec ceux des autres disciplines d’enseignement pour atteindre cet objectif, mais avec un atout supplémentaire non négligeable : elle installera son action dans la durée, grâce au relais des sociétés conscriptives. Car c’est l’une des caractéristiques majeures de la gymnastique (qui semble la différencier des autres disciplines d’enseignement) que de voir sa pratique reprise, amplifiée en dehors de l’Ecole. Ayant appris à lire, à écrire, à compter, ayant des rudiments d’histoire et de géographie, etc... l’écolier se retrouve, dès la fin de sa scolarité obligatoire, en proie à une lente mais inexorable obsolescence de ses connaissances. Alphabétisé à l’Ecole, il redeviendra, faute de relais éducatifs, un analphabète quelques années plus tard. Rien de tel pour la gymnastique : dès la sortie de l’Ecole, il sera pris en charge par des sociétés conscriptives qui poursuivront l’œuvre d’instruction gymnastique et militaire jusqu’à ce que l’Armée prenne leur relais. Il ne faut certes pas donner à ce phénomène plus d’importance qu’il n’en a eu réellement : tous les écoliers n’ont pas été des gymnastes dans les sociétés civiles ou militaires. Mais leur nombre fut suffisamment important pour attirer l’attention. Et l’un des indices de cette pérennisation, c’est bien la création, par les sociétés de gymnastique, de catégories d’âges (les catégories pupilles), reproduisant le principe, établi par les programmes scolaires, d’une différenciation des contenus.

2Ce rôle moteur de l’Ecole dans l’édification d’une culture physique n’a pu être effectif que par un effort persévérant pour convaincre les municipalités et les responsables politiques et administratifs de la nécessité d’une instruction physique méthodique. Les injonctions réitérées de J. Ferry ne laissent aucun doute sur sa volonté d’aboutir. Il devra convaincre en faisant comprendre les raisons de cette obligation. Il devra puiser largement dans les caisses de l’Etat pour mettre en œuvre une politique d’équipement et de formation. L’exemple sera salutaire et les municipalités n’hésiteront pas à le suivre. Nous aurons à examiner les effets de cette politique volontariste qui a voulu imposer la gymnastique comme une authentique discipline d’enseignement : si la culture physique a atteint un certain degré de respectabilité, elle le doit en grande partie à son intégration scolaire. Devenant un objet d’enseignement, elle partagera dorénavant le destin de l’Ecole, puisque logée à la même enseigne.

A - LES RAISONS D’UNE OBLIGATION

  • 15 Ognier P., L’idéologie des fondateurs et des administrateurs de l’Ecole républicaine à travers la R (...)

3J. Ferry comble une lacune : le décret du 3/2/1869 avait oublié le primaire. Cette sollicitude pour l’école primaire est l’une des clés de la politique scolaire des républicains. Comme l’indique A. Prost, "ce sont les progrès de l’organisation pédagogique et des méthodes d’enseignement qui ont permis à l’école primaire d’accorder une plus grande attention aux autres disciplines". L’obligation scolaire de la gymnastique parachève l’œuvre de maximalisation des programmes et anticipe sur le vote des "lois scolaires” : J. Ferry reste, de ce point de vue, moins un novateur que le continuateur de V. Duruy, O. Gréard et J. Simon. En outre, le projet républicain veut faire de l’école primaire le symbole de sa politique d’émancipation des masses. La reproduction partielle des programmes de l’enseignement secondaire donne une respectabilité nouvelle à un formation jusque là jugée mineure. L’Ecole du peuple pour former le citoyen de demain doit forger précocement l’âme et le corps : c’est œuvre de justice et d’égalité. Etudiant l’idéologie des fondateurs de l’Ecole républicaine à travers la Revue Pédagogique, P. Ognier signale l’importance de l’Etat enseignant : "La IIIème République réalise les principes élaborés par les Révolutionnaires de 1789 en posant l’instruction primaire comme un devoir, et même comme une "dette" de l’Etat, c’est-à-dire comme un service public"15. Et l’auteur analyse l’intrication des thèmes militaires, moraux et patriotiques qui président à la défense et à l’illustration de la gymnastique scolaire, particulièrement jusqu’en 1890.

  • 16 Arnaud P., Les croisés de la République : incorporation de l’enfant, pratiques gymnastiques et conq (...)
  • 17 B.A.M.I.P., no 495, juin 1882 - Discours de J. Ferry à la fête fédérale de gymnastique de Reims, p (...)

4A plusieurs reprises, J. Ferry insiste sur la nécessité d’une conformation précoce de la jeunesse aux idéaux républicains. Si l’Etat républicain n’a pas le monopole de l’instruction, il prendra soin de s’entourer, en ce qui concerne la gymnastique et la préparation militaire, de nombreux relais éducatifs : dès lors la conformation morale et physique des "croisés de la république" pourra s’installer dans la durée16. "Prenons l’enfant petit, pour lui apprendre et lui redire qu’il n’y a plus de nation sans la notion du devoir... pour incliner l’esprit des enfants aux choses militaires, prenons-le à l’âge où tout mouvement amuse, où toute impression porte et laisse sa trace"17. Et J. Ferry conclut : "Messieurs, pour apprécier les effets d’une éducation ainsi comprise, je vous ajourne à dix ans. Dix ans d’application des lois nouvelles, dix ans d’enseignement obligatoire et d’exercices militaires donneront à la France des générations viriles, raisonnables, saines d’esprit et saines de corps".

5La gymnastique vient donc "compléter utilement les études", tout en étant "un moyen très efficace d’assurer le bon fonctionnement de nos lois militaires". Son introduction à l’Ecole répond donc à un projet politique qui suspend l’exercice du corps à l’atteinte de finalités socialement utiles. A défaut de trouver dans les pratiques d’activités physiques les contenus d’un enseignement attrayant et éducatif, elle s’impose, associée à l’instruction militaire pour se parer de ces deux qualités. Elle est une culture physique, ou l’art rationnel d’exercer son corps, qui tient sa valeur éducative des buts qui lui sont assignés. L’instruction militaire vient compléter utilement son œuvre, tout en sollicitant la motivation des élèves.

  • 18 Discours de J. Mace au Trocadéro qui marque la fondation officielle de la Ligue de l’Enseignement, (...)

6Nous devons donc prêter attention à ces finalités, en ce qu’elles traduisent (dans les discours) les préoccupations d’une société à l’égard de sa jeunesse et définissent les conditions de sa propre pérennité. "Qui tient l’Ecole, tient la France"18. Encore fallait-il préciser les perspectives de ce contrôle et s’allier l’adhésion des populations. L’introduction d’un nouvel enseignement dans les programmes, s’il correspond à une vision de l’éducation globale, exige d’en identifier les finalités (ou plus pragmatiquement l’utilité). Or, l’explicite ne rend pas nécessairement compte des raisons diffuses qui militent souterrainement en faveur de cette décision. Si l’analyse des textes officiels permet de rendre compte aisément des finalités roboratrices et patriotiques, il convient d’en expliciter aussi les présupposés. La gymnastique scolaire peut être référée à de multiples finalités : c’est question de critères. Nous n’en retiendrons que trois : entre 1880 et 1889, ces finalités fixent avec précision les attentes du législateur.

  • 19 Vigarello G., Le corps redressé..., op.cit. p. 162
  • 20 Lequin Y., Les ouvriers de la région lyonnaise..., op.cit., tome 2, en particulier le chapitre 1.
  • 21 Chassagne A. et Dally E., Influence précise de la gymnastique sur le développement de la poitrine, (...)

7- Les finalités hygiéniques ou sanitaires : Il s’agit moins d’ailleurs d’acquérir la santé que d’œuvrer à la régénération de la race. G. Vigarello a bien analysé la genèse de ce discours qui s’appuie sur les nouvelles techniques anthropométriques. Aux constats chiffrés "tentant de rendre toujours plus convaincante la gravité du dommage" s’ajoute la description des attitudes ou des comportements anormaux ainsi que l’identification de leurs causes19. La défaite de 1870 a sans doute accéléré cette prise de conscience de l’infériorité de la race française, alimentant de ce fait les politiques nationaliste. Mais, depuis la fin du XVIIIème siècle, nombre d’auteurs s’étaient inquiétés de la dégénérescence physique des populations. On sait, depuis la publication du célèbre rapport Villerme, que les conditions de vie et de travail (en particulier des enfants) contribuent à une déchéance physique alarmante. Y. Lequin n’hésite pas, parlant des ouvriers de la région lyonnaise, à invoquer une véritable "misère physiologique"20. A l’évidence, la gymnastique pédagogique peut pallier ce mal. Le Docteur Hillairet l’avait déjà signalé et E. Dally et A. Chassagne n’auront aucun mal à asseoir leur argumentation. Dans un petit ouvrage publié en 1881, ils attribuent à la "mésologie" le pouvoir de démontrer scientifiquement les effets bénéfiques de la gymnastique sur le développement corporel21 Ainsi, la science positive vient-elle au secours de la pédagogie pour fixer les normes d’une action correctrice. Fondant leur argumentation sur des milliers d’observations pratiquées sur les élèves de l’Ecole militaire de la Faisanderie à Joinville-le-Pont, ils concluent : "la gymnastique, sous ses diverses formes, doit être considérée comme une méthode d’éducation et d’hygiène dont le but est de mettre en valeur les aptitudes physiologiques et organiques de l’homme. Elle assure une plus value considérable dans une proportion comparable, quoique fort inégale, à la plus-value intellectuelle que donne l’instruction primaire. Ce qui revient à dire, somme toute, que ce n’est que par la culture que l’on obtient, dans les races civilisées, le rendement nécessaire à l’œuvre sociale". Il conviendrait donc, pour les auteurs, que la gymnastique scolaire fût dispensée au moins une heure par jour.

  • 22 Pansu H., Le travail des enfants à Lyon et dans le département du Rhône au 19ème siècle, Service éd (...)
  • 23 Cf. Fohlen C., Le travail au 19ème siècle, Paris, PUF, Que sais-je, p. 36.

8- les finalités économiques et industrielles ne sont pas dissociables des précédentes. L’essor de l’industrialisation et l’apparition de plus en plus massive d’une classe ouvrière rendent urgente une politique de rentabilisation de la force de travail. La gymnastique, comme le soulignait déjà le rapport Hillairet, doit concourir à augmenter la fortune publique et à améliorer le rendement des ouvriers. Cette préoccupation utilitaire et professionnelle est contemporaine du vote des lois protégeant le travail des enfants22. L’insalubrité des ateliers, la pestilence des quartiers industriels (tannerie, verrerie) alliées au délabrement des habitations font de la ville un pourrissoir. Les enfants sont particulièrement touchés : phtisie, scrofules, baisse de la vision, rhumatismes, varices etc... sans compter qu’ils sont la cible privilégiée des épidémies. Dans les campagnes, le tableau n’est guère plus flatteur, car ils sont associés très tôt aux travaux agricoles. Le vote des lois scolaires aura pour effet de réduire sensiblement cette exploitation du travail des enfants. Mais certains auteurs estiment que, jusqu’à la fin du XIXème siècle, près de 13 % des enfants font partie de la population active23. Selon H. Pansu, il faut y voir le poids des nécessités économiques : c’est l’intérêt des patrons de recruter une main d’oeuvre à bon marché, non revendicative, dont le salaire soit un appoint pour les familles. Certes, il n’y a plus de jeunes enfants embauchés à partir de 1880. Et, dès cette date, on constate une amélioration sensible de l’état physique de la population. Il reste que le conseil de révision écarte du service actif en 1889, près d’un canut sur deux (il n’y en aura plus qu’un sur quatre en 1911.

  • 24 Querrien A., L’ensaignement -1. L’Ecole primaire in Recherches, no 23, Paris, Juin 1976, p. 42.
  • 25 Simon J., L’ouvrier de huit ans. Cité par A. Querrien, ibid., p. 43.
  • 26 Murard L. et Zylberman P., Le petit travailleur infatigable, in Recherches, Paris 1976, p. 51. Le d (...)
  • 27 Cf. dossier Pansu. Il s’agit des circulaires du 21/11/1879 et du 20/5/1882. En réalité, l’auteur s (...)

9A. Querrien ne manque pas de rappeler que "c’est pour les enfants qui travaillent en usine que l’Ecole est d’abord obligatoire"24. La pratique de la gymnastique pour ces enfants du peuple, ne peut que contribuer à les protéger tout en leur donnant le temps de développer leurs capacités de travail : de surcroît, la gymnastique formera une main d’oeuvre acquise aux habitudes de travail, d’obéissance et de respect. Si le développement du machinisme exige un minimum d’instruction, il requiert également une bonne rusticité. L’enfance reste, le temps de la scolarisation, le réservoir dans lequel l’industrie pourra puiser : il s’agit de préparer pour la France "la glorieuse et puissante armée du travail"25. Or, les enfants des rues ouvrières sont "de petits vieillards ridés, mous, flasques, édentés, au ventre proéminent et dur, à la poitrine en carène de vaisseau, dont l’ossature fait saillie, les jambes grêles, le rictus douloureux"26. L’urgence d’une thérapeutique hygiénique s’allie parfaitement aux exigences du rendement industriel. Et l’on comprend pourquoi J. Ferry s’est préoccupé, avant de faire voter les lois scolaires, de faire appliquer la loi de 1874 sur le travail des enfants en exigeant la production d’un certificat d’instruction réglementaire27.

  • 28 Ehrenberg A., Le corps militaire..., op.cit., p. 84.
  • 29 Chambat P., Les muscles de Marianne..., op.cit., p. 142.

10- Les finalités conscriptives sont les plus évidentes : La réforme du recrutement de l’Armée, inaugurée par la loi de 1872 proclamant le service militaire obligatoire, correspond à la reconnaissance de la suprématie du modèle prussien de la conscription : "une armé de conscrits venait de mettre en déroute l’armée (autrichienne) la plus puissante d’Europe"28. L’instruction militaire, dispensée de bonne heure dans les écoles, devait préparer les générations futures à la discipline qu’exigeait la Revanche. Ainsi l’Ecole et l’Armée, en tant que point de passage obligé de la jeunesse française, restaient les plus sûres garantes de l’unité nationale, en favorisant le brassage et la cohabitation des populations. Inscrivant toutes deux leur action dans la durée (six années pour l’Ecole primaire et cinq années pour l’Armée), bénéficiant de nombreux relais conscriptifs (sociétés de gymnastique, de tir, et d’instruction militaire), elles étaient un instrument de socialisation des masses par l’apprentissage d’un code de conduite et de discipline. L’instruction physique reste, dans ce contexte, la principale auxiliaire d’une acculturation qui vise la conformation morale et patriotique du citoyen. Comme le souligne P. Chambat, "la dimension militaire n’est pas plaquée de l’extérieur ; elle est un élément constitutif du projet politique qui sous-tend le développement (de la gymnastique). La gymnastique révèle comment le discours républicain sur le peuple s’articule sur la guerre"29.

  • 30 Ehrenberg A., Le corps militaire..., op.cit., p. 97.

11C’est d’ailleurs une constante de la politique militaire des républicains. Qu’il s’agisse de J. Mace invoquant la nécessité d’organiser la landwehr de l’enseignement, ou de J. Ferry, promouvant la grandeur de l’éducation militaire de la jeunesse, chacun s’accorde à voir là un moyen de rassembler la nation. Ce n’est qu’une fois vérifiée l’efficacité du dressage de l’Ecole que la loi de 1889 établira véritablement le service universel de trois ans. Dès lors, l’Armée pourra parachever l’œuvre scolaire par un "rite initiatique qui fait passer de l’état adulte à l’état de citoyen"30.

12Ces trois aspects du discours axiologique (hygiénique, économique et conscriptif) donnent à la politique scolaire des républicains une grande cohérence. Il faut y voir simultanément la volonté de protéger l’enfant (au moins pendant le temps que dure la scolarité primaire) et de le prendre en charge durablement tout en l’intégrant de bonne heure dans les mailles de la nouvelle société. L’œuvre de redressement de la France (et l’on comprend la polysémie du terme) exige un travail d’inculcation idéologique et d’incorporation (au sens propre). Et si la gymnastique a pu conquérir l’Ecole, elle le doit moins à ses vertus propres qu’à sa capacité de rassembler autour du discours et des pratiques conscriptives. Il y a, en tout enfant, un soldat qui sommeille, prêt à prendre les armes pour la défense de la patrie et de la République. La force de conviction de J. Ferry a imposé la consensus entre "l’esprit militaire et l’esprit républicain" :

  • 31 Discours de J. Ferry à la fête fédérale de gymnastique de Reims, op.cit. p. 425-426.

"On a dit, on écrit tous les jours qu’il n’y a pas de conciliation possible entre l’esprit militaire et l’esprit républicain. Messieurs c’est une calomnie contre l’esprit militaire et contre l’esprit républicain (acclamations répétées).
L’esprit militaire est fait de deux choses : l’esprit de discipline et l’esprit de sacrifice. Mais est-ce qu’une République peut se passer de discipline ? La République sans discipline, la République fondée sur le caprice et l’anarchie des volontés ne serait qu’une poussière sans consistance, que le premier souffle du dedans ou du dehors disperserait aux quatre coins de l’horizon (applaudissements répétés)"31.

B - LES CHEMINS DE LA MOBILISATION

  • 32 Loi du 27/1/1880, art. 1 - B.A.M.I.P. no 449, pp 117-118.
  • 33 Deux pour le Sénat : le 16/6/1879 et le 25/6/1879 ; deux pour Chambre des députés : le 16/12/1879 (...)

13"L’enseignement de la gymnastique est obligatoire dans tous les établissements d’instruction publique de garçons dépendant de l’Etat, des départements et des communes"32. Cette loi, adoptée à l’unanimité par le Sénat et la Chambre des députés, après plusieurs séances de délibérations33 devra entrer en vigueur dans un délai de deux ans à dater de sa promulgation. Elle signe le véritable acte de naissance de l’histoire de l’éducation physique puisque, pour la première fois, son obligation est affirmée à tous les niveaux de l’enseignement. Cette situation ne sera jamais remise en question, au moins en droit. Dans les faits, cette obligation se heurtera à de nombreuses difficultés. Notons au passage ce point important qui, selon nous, est au principe même de l’orthodoxie pédagogique de l’éducation physique : l’affirmation de la tutelle du Ministère de l’Instruction publique. En dépit de ses finalités conscriptives, qui seront ultérieurement attestées par les décisions concernant l’enseignement du tir et la préparation militaire, la gymnastique scolaire puis l’éducation physique (et nous verrons quelle signification il faut accorder à ce changement de vocabulaire) resteront au sein de ce ministère jusqu’en 1914.

14Il faut cependant voir dans cette loi autant l’expression d’un projet politique que la pression des circonstances. Avec la victoire des républicains, acquise depuis les élections de mars 1879, la société française entre dans une ère pédagogique qui a vu successivement voter l’obligation scolaire de la gymnastique, la création du Musée pédagogique (1879) et de son organe d’expression la Revue Pédagogique (1882), le vote des lois scolaires : gratuité (16/6/1881), obligation et laïcité (28/3/1882), la création des Ecoles Normales d’institutrices (9/8/1879) et des Ecoles Normales Supérieures : Fontenay-aux-Roses (13/7/1880) ; Sèvres (26/7/1881) ; St-Cloud (30/12/1882) ainsi que la refonte des programmes de l’enseignement secondaire (2/8/1880 et 14/1/1882 pour les filles ; 22/1/1885 et 28/1/1890 pour les garçons) et de l’enseignement primaire (27/7/1882, loi Goblet du 30/10/1886 et textes d’application du 18/1/1887). Bref, en une dizaine d’années, les structures et l’organisation pédagogique de l’Ecole sont complètement bouleversées et acquièrent les traits que chacun connaît aujourd’hui.

15L’introduction de la gymnastique dans les programmes s’inscrit dans une perspective politique et pédagogique qui voit, dans l’Education intégrale, un moyen d’émancipation de l’homme citoyen. Le contexte social conduira le gouvernement républicain à traduire dans les actes les principes fondateurs de son idéologie : patriotisme et civisme ; neutralisme et laïcité ; démocratie et égalitarisme ; expansionnisme et colonialisme. Il reste que l’adhésion massive des populations à ce nouvel enseignement est suspendu à une propagande efficace qui trouvera ses ressorts dans la sollicitation conjuguée de la raison et de l’émotion. Pour le comprendre, il convient de se reporter aux conditions qui ont présidé au vote de la loi du 27/1/1880 autant qu’aux réalisations qui l’ont suivie.

  • 34 Le paradoxe est d’ailleurs cocasse car, selon la loi militaire de 1872, les instituteurs sont disp (...)

16Présentée le 24/3/1879 par le Sénateur vosgien George, la proposition de loi se réclame d’emblée d’une inspiration patriotique : l’importance de la gymnastique à l’Ecole renvoie simultanément à la réforme du service militaire et à la nécessité de moderniser le système éducatif. La loi du 27/7/1872 a institué l’obligation du service militaire national et provoqué le rassemblement d’hommes venant d’horizons et de milieux divers. L’urgence d’une instruction militaire précoce se fait sentir : l’objectif serait de dégrossir ces masses et de leur inculquer l’esprit de discipline et une conscience nationale. Pour le sénateur George, "en arrivant au régiment, les jeunes gens ont ainsi reçu déjà une instruction militaire sérieuse qu’ils n’auront plus qu’à compléter". Cette éducation du citoyen, fondée sur une instruction physique (gymnastique et militaire) rationnelle, doit être réalisée conjointement par l’Ecole et par l’Armée et exige la collaboration étroite de l’instituteur et du militaire34. L’idée s’imposera d’autant plus facilement que l’armée nationale jouit d’un prestige que n’a jamais connu l’armée de métier.

17Quant à la modernisation du système éducatif, elle est urgente et l’on se réfère aux principales expériences étrangères. Reprenant l’argumentation du Docteur Hillairet, le Sénateur vante une organisation scolaire qui déjà fait ses preuves tant en Prusse, qu’en Suisse ou en Autriche. Il faut convaincre les populations et les autorités municipales de l’état d’infériorité (militaire) du peuple français et donner à la France les moyens de son redressement. Le projet sera adopté à l’unanimité par le Sénat puis présenté à la Chambre des Députés. Son rapporteur, Barthélémy de Saint-Hilaire, aura des accents moins patriotiques : "la gymnastique n’est pas autre chose que la culture générale du corps. Elle produit sur lui l’effet que l’instruction produit sur l’intelligence et les esprits". Il s’agit donc d’en faire bénéficier toute la jeunesse scolarisée et d’étendre le principe de son obligation aux écoles primaires de filles et de garçons. Sur ce point, le rapporteur se heurte à une vive opposition. De longues discussions opposent défenseurs et adversaires de la gymnastique féminine. Les premiers, par la voix du baron Larrey et de Talandier exigent non seulement l’enseignement de la gymnastique pour tous, mais également celui de la natation. S’appuyant sur les résultats obtenus par N. Laisné, collaborateur du colonel Amoros, résultats dûment constatés lors d’une visite de l’Ecole Normale de filles des Batignolles, Talandier insiste sur le caractère simple de cette méthode gymnastique qui, de plus, bénéficie d’un manuel pratique : "Le livre de M. Laisné contient non seulement la description des exercices gymnastiques d’assouplissement, mais il contient des images qui rendent les exercices tellement saisissables qu’une institutrice, sans avoir elle-même une grande expérience de cet Art, pourrait au bout de quelques semaines d’études faire exécuter à ses élèves tous ces exercices si clairement exposés". En outre, ce manuel ayant le mérite d’exister, il pourrait avantageusement être distribué dans toutes les écoles et accélérer ainsi l’application généralisée de la loi. L’idée ne sera pas retenue... faute de maîtresses de gymnastique qualifiées. L’obligation de la gymnastique sera donc limitée aux seuls garçons ; elle aura pour objectif de cultiver le corps, afin de lutter contre la dégénérescence de la race (constatée dit B. de Saint-Hilaire, par la diminution de la taille des conscrits), d’augmenter la résistance et la force de travail.

18Nous avons, au travers de ces débats, une vision claire des motifs qui ont présidé au vote de la loi. En réalité, deux conceptions s’affrontent dans les rangs des républicains. L’une voit dans la gymnastique et l’instruction militaire un moyen de répondre efficacement aux besoins créés par la loi sur le recrutement de l’Armée ; l’obligation concerne alors moins la gymnastique que l’instruction militaire préliminaire. L’Ecole devient l’antichambre de la caserne : la mission est utilitaire, sa fonction est sociale. L’autre considère que la gymnastique doit poursuivre des finalités plus humanistes, plus éducatives, tout en conservant des objectifs pragmatiques : source de santé, agent de régénération, il s’agit de former des hommes robustes et aptes au travail ; partie intégrante de l’éducation, culture du corps équilibrant celle de l’esprit, elle contribue au développement harmonieux de chaque individu et il faut lui apporter, comme le souligne B. de Saint-Hilaire, "toute l’attention et le soin qu’on met aux études intellectuelles".

  • 35 B.A.M.I.P. no 290, Lettre aux Recteurs du 27/9/1872.

19En réalité, J. Ferry aurait pu reprendre à son compte la formule de J. Simon : "l’éducation physique est encore à créer en France, et je vous supplie de m’y aider". Mais, loin de trancher entre les deux conceptions présentées par le Sénat et la Chambre, il adoptera une attitude de compromis (tout à fait formelle). En réalité, le succès de sa politique repose sur l’adhésion des populations et il lui apparaît que celle-ci sera acquise dès lors que ce nouvel enseignement sera attrayant. Car si la loi du 27/1/1880 exprime un principe et une volonté, tout reste à faire. L’absence d’un nombre suffisant de maîtres qualifiés, l’insuffisance des locaux et du matériel, le formalisme du programme et de la méthode d’enseignement accentuent l’indifférence des élèves et de leurs familles. La gymnastique n’a guère d’impact. Au contraire, dès 1870, l’instruction militaire et le tir semblent susciter l’intérêt des élèves. C’est du moins l’avis de J. Simon : "Cet exercice (il s’agit du maniement du fusil) charmera nos jeunes gens ; il faut qu’ils prennent plaisir à la gymnastique, au tir, à l’équitation ; notre plus grand succès sera de leur en donner le goût"35. Et il est probable que la motivation sera encore plus grande dans les établissements primaires. On peut donc penser que le thème de la revanche a créé les conditions d’une mobilisation nationale d’autant plus massive qu’elle s’appuyait, à l’Ecole, sur une instruction militaire attrayante pour les élèves. Toute l’ambiguïté qui pèse sur les motifs de la nouvelle loi est révélée par cette lettre de J. Ferry aux Recteurs :

  • 36 B.A.M.I.P. no 453 - 20/5/1880, lettre de J. Ferry aux recteurs pp. 526-527.

"En votant cette loi à l’unanimité, le Sénat et la Chambre des députés ont affirmé d’une manière éclatante leur sollicitude pour un enseignement que l’on peut considérer comme le complément indispensable des études scolaires et comme un moyen très efficace d’assurer le bon fonctionnement de nos lois militaires... le double but de la gymnastique est de développer les forces physiques des jeunes gens et de leur donner en même temps des habitudes d’ordre et de discipline"36.

20Et, un an plus tard, l’option conscriptive est évidente :

  • 37 B.A.M.I.P. no 465 - 29/3/1881, p. 553.

"Il ne s’agit pas seulement ici de la santé, de la vigueur corporelle, de l’éducation physique de la jeunesse française, il s’agit aussi du bon fonctionnement de nos lois militaires, de la composition et de la force de notre armée. Tous les enfants qui fréquentent nos écoles sont appelés à servir un jour leur pays comme soldats ; c’est une oeuvre patriotique que nous poursuivons, et nous rendons un vrai service à nos élèves eux-mêmes, en cherchant à leur donner des habitudes viriles, à les familiariser dès l’enfance, avec le rôle qu’ils auront plus tard à remplir, à les initier aux devoirs qui les attendent au régiment. Si, dans toutes les écoles, l’instruction militaire était donnée comme nous le désirons... les jeunes gens, en arrivant sous les drapeaux, n’auraient plus qu’à compléter leur éducation militaire, et ainsi se trouverait résolu le problème de la réduction de la durée du service"37.

21On ne peut être plus explicite. La confusion des termes (éducation physique, gymnastique, instruction militaire) ne parvient cependant pas à occulter les finalités strictement conscriptives d’un enseignement qui, ainsi, s’inscrit parfaitement dans la logique utilitaire de l’Ecole républicaine : Le souci humaniste disparaît pour faire de l’enfant un serviteur de la société, le garant de la pérennité de la nation.

22Il faut cependant être attentif aux textes qui ont suivi le vote de la loi. S’ils sont nombreux (nous en avons relevé 43 entre 1880 et 1890, contre, rappelons-le seulement 25 pour la période 1869-1879) ils concernent essentiellement l’organisation de ce nouvel enseignement (27 textes) et les actions d’incitation (11 textes).

TEXTES OFFICIELS RELATIFS A L’ENSEIGNEMENT DE LAGYMNASTIQUE
(1880-1890)

Date

Nature

Objet

Contenu

27/1/1880
18/3/1880
20/5/1880

LCC

Loi sur l’enseignement de la gymnastique
Exercices militaires dans les établissements d’instruction publique
Exercice gymnastique et militaires

organisation
organisation
contrôle
organisation

29/3/1881
19/4/1881
3/8/1881
30/8/1881

CCAC

Exercices gymnastiques et militaires
Enseignement de la gymnastique
Programme de l’enseignement de la gymnastique dans les Ecoles Normales
fusils scolaires

organisation
enquête
incitation
programme
organisation
enquête

21/1/1882
28/1/1882
21/3/1882
21/3/1882
1/4/1882
8/4/1882
13/5/1882
27/5/1882
3/6/1882
3/6/1882

ARCCACRCCR

commission de l’éducation militaire
commission de l’éducation militaire
Enseignement gymnastique et militaire dans les écoles primaires
enseignement gymnastique et militaire dans les Ecoles Normales
récompensesmission relative à l’enseignement gymnastique et militaire
discours Ecole Normale de Blois
instructeurs militaires dans les établissements d’instruction publique
instructeurs militaires
Discours fête fédérale gymnastique de Reims

organisation
organisation
incitation
bilan, enquête.
incitation
enquête
incitation
enquête
incitation
enquête
enquête
recrutement
incitation

6/7/1882
6/7/1882
8/7/1882
8/7/1882
15/7/1882
27/7/1882
28/7/1882
11/9/1882
3/11/1882
20/12/1882
20/12/1882

A
D
C
C
C
A
A
C
C
C
A

exercices de tir
création des bataillons scolaires
drapeaux pour les bataillons scolaires
cours spéciaux de gymnastique
pour les instituteurs
bataillons scolaires
organisation pédagogique et plans
d’études, écoles primaires publiques
programmes de gymnastique,admission élèves externes aux exercices gymnastiques et militaires
appareils gymnastiques, écoles primaires
professeurs de gymnastique, lycées
instruction militaire

organisation
organisation
organisation
incitation
organisation
recrutement
organisation
organisation
programme
programme
organisation
organisation
équipement
recrutement
organisation

12/4/1883
2/6/1883
25/9/1883

A
C
A

drapeaux aux bataillons scolaires
fournitures appareils gymnastique
bataillons scolaires

organisation
organisation
équipement
organisation

20/3/1884

C

prix d’instruction militaire et
de gymnastique

organisation
incitation

1885

20/4/1886
24/4/1886

CD

maîtresses de gymnastiques des lycées et collèges de jeunes filles
maîtresses de gymnastique...

organisation
recrutement
organisation
recrutement

29/1/1887
25/3/1887
26/3/1887

C
A
D

Certificat d’aptitude à l’enseignement
de la gymnastique (C.A.E.G)
C.A.E.G.
professorat des Ecoles Normales

organisation
recrutement
organisation
recrutement
recrutement

26/5/1888
13/10/1888

R
R

récompenses, concours Clermont Ferrand
commission, jeux scolaires

incitation
organisation
incitation

15/10/1888

A

commission, jeux scolaires

organisation
incitation

5/1/1889

C

programmes des Ecoles Normales primaires

programme

7/7/1890
8/8/1890

CA

emploi du temps, éducation physique hygiène dans les lycées et collèges
programme de l’enseignement de la gymnautique dans les établissements primaires

organisation
programme
programme

A= arrêté ; C= circulaire ; D= décret ; L= loi ; R= rapport ; I= Instructions

(1) le total est supérieur au nombre de textes parus, puisqu’un même texte officiel peut se référer à plusieurs rubriques.

23Le souci du gouvernement est donc beaucoup plus de veiller à la mise en oeuvre effective des dispositions législatives que de bouleverser les programmes déjà élaborés.

  • 38 B.A.M.I.P. no 477 - 28/1/1882 - partie non officielle, p. 253. Discours de P. Bert, aux membres de (...)

24Les premières années d’application de la loi consacreront le rôle prééminent de l’instruction militaire, d’autant plus que J. Ferry favorisera la création et le rayonnement des sociétés conscriptives : sans doute est-il conscient du vide existant entre la fin de la scolarité obligatoire et la période d’incorporation des recrues. Il s’agit donc de ne pas réduire à néant les efforts entrepris et d’entretenir durablement les acquis de l’instruction militaire. L’idée est avancée par la Commission de l’éducation militaire dans sa réunion du 25/1/1882 : "Je vous demande enfin, Messieurs, de porter vos regards en dehors de l’Ecole. Vous aurez à étudier les moyens de faire participer les enfants des écoles aux fêtes patriotiques et militaires, et vous devrez ici tenir compte de ce qu’ont préparé et réalisé les sociétés de tir, de gymnastique, d’excursions... Et je serai bien aise que vous me mettiez en mesure de donner à mes idées assez de précision, pour que je puisse présenter au parlement un projet de loi qui permettrait d’organiser, entre l’âge où finit l’enseignement primaire et celui où commence le service militaire, une série d’exercices, de manœuvres, afin d’empêcher l’enfant de nos écoles d’oublier avant d’entrer au régiment tout ce qu’il aura déjà appris"38.

25Quelques mois plus tard, J. Ferry exalte à Reims, lors de la fête fédérale de l’U.S.G.F., le rôle éducatif et patriotique des sociétés de gymnastique, de tir et d’instruction militaire :

  • 39 B.A.M.I.P. no 495 - 2/6/1882, pp. 424-425, op.cit.

"L’Université reconnaît comme vous que le problème de l’éducation nationale n’est pas suffisamment résolu dans un pays comme la France par la culture intellectuelle et morale ; la culture physique doit s’y ajouter. Voilà pourquoi la loi a rendu obligatoire l’enseignement de la gymnastique.
Mais la gymnastique est inséparable de l’éducation militaire, celle-ci est le but, l’autre est le moyen ; le problème que pose devant nous ce grand et heureux développement des sociétés de gymnastique, c’est un problème d’éducation militaire... Nous sommes donc bien résolus à organiser, dans toutes les écoles de tous les ordres, une sérieuse et forte éducation militaire dont l’enseignement de la gymnastique soit la base et le principe. Pour y arriver, nous comptons sur un double concours, le concours de l’instituteur et le concours de l’armée elle-même. Nous croyons que l’éducation militaire ne pénètrera complètement dans nos mœurs scolaires qu’après que l’instituteur sera devenu lui-même un professeur des exercices militaires..."39.

  • 40 Tissie P., L’éducation physique, (2ème édition), Paris, Larousse 1901, p. 18.

26C’est dans ce discours que J. Ferry pose les bases de sa politique en matière d’instruction militaire. Conscient de l’insuffisante préparation des maîtres, il prévoit "l’intervention indispensable des instructeurs militaires" afin "d’ajouter à l’autorité le prestige et la compétence spéciale du militaire". Fort du soutien du Ministre de la guerre, il veut, par cet enseignement, réaffirmer le principe de l’unité de l’Ecole, de l’Armée et de la Nation, celui de leur étroite collaboration dans la formation du citoyen. La période de 1880-1882 consacre le temps fort de cette mobilisation nationale, et la quasi-totalité des textes officiels organisant l’enseignement de la gymnastique ne concernera en réalité que l’instruction militaire. La création des bataillons scolaires par le décret du 6/7/1882 ne fera qu’accentuer cette orientation : elle inaugure la dérive de la gymnastique vers l’institution militaire et sonne le ralliement des sociétés conscriptives. Très rapidement d’ailleurs, des manuels seront publiés, fixant les contenus et la méthode de cet enseignement. Comme l’indique Y. Joseleau, le Manuel de gymnastique et d’instruction militaire riest en fait qu’une copie de l’instruction militaire de 1877. Et, selon l’expression de P. Tissié, relatant quelques décennies plus tard, les événements de cette période, "la caserne régissait toujours l’Ecole"40.

  • 41 B.A.M.I.P. no 477 - discours de P. Bert 28/1/1882, op.cit. p. 255-256. Les conférences pédagogique (...)

27Ainsi, de l’Ecole à l’Armée en passant par les bataillons scolaires et les sociétés conscriptives, l’enfant, l’adolescent, l’homme sont-ils incorporés au sein d’un vaste réseau de socialisation qui prépare "pour la nation, des citoyens dévoués, jusqu’au sacrifice suprême, dans les luttes où peuvent être engagés les intérêts de la Patrie, sa liberté, sa gloire”41. Conscient qu’il y a encore "beaucoup à faire pour réchauffer les cœurs, pour susciter des livres, des chants qui allument partout cette ardeur patriotique sans laquelle une nation n’a pas le sentiment d’elle-même ni une existence assurée" le gouvernement républicain forge, par ce biais, les bases de l’unité nationale.

28Il reste à convaincre les populations et, particulièrement les enseignants. Comment "triompher de l’indifférence ou de l’ignorance des parties de la France signalées par les statistiques comme les moins instruites, dans le Massif Central dans certaines parties du Midi et de l’Ouest, en Bretagne etc... Pour P. BERT, les conférences pédagogiques devraient pourvoir à ces lacunes : "ce service ambulant de conférences", particulièrement en milieu rural, devrait contribuer à répandre les lumières... quitte à ce qu’elles aient lieu en patois. Maigre concession devant l’ampleur d’une acculturation qui, à terme, doit désintégrer les particularismes locaux. Mais, c’est sans compter sur l’œuvre efficace des Fédérations, des Ligues, des Unions de toute nature qui, relayant et amplifiant le message républicain, feront de la France un véritable territoire pédagogique. La création de l’U.S.G.F. (le 28/9/1873) la fondation de la Ligue des Patriotes par H. Martin et P. Déroulède (le 18/5/1882), celle de la Ligue de l’Enseignement (le 18/4/1881), contribuent à l’essaimage de groupes militants toujours plus nombreux autour des ténors nationaux et locaux de l’idéologie républicaine.

29La collusion massive de la politique et de la pédagogie marque donc, au moins jusqu’en 1887-1889 l’intégration scolaire de la gymnastique, au point d’en faire l’instrument privilégié de l’unité républicaine. Intégration scolaire, mais également et surtout intégration nationale : la gymnastique participe, avec l’instruction militaire, à l’édification des masses, particulièrement dans les manifestations ostentatoires qui, à partir de 1880, marqueront la célébration annuelle de la fête nationale.

30Il reste que ces discours et ces pratiques ne concernent (et pour cause) que les hommes. L’introduction de la gymnastique dans les programmes des écoles de filles ne sera votée qu’en 1882 (et encore ne vise-t-elle que les établissements secondaires). Mais le discours patriotique ne perd pas ses droits :

  • 42 B.A.M.I.P. no 492 - 13/5/1882 - discours du colonel Riu, délégué par le Ministre de l’Instruction (...)

"Mesdemoiselles, cette tâche grande et noble, c’est surtout à vous qui, soit sur le champ de bataille, soit dans les ambulances, avez eu maintes fois à en partager les dangers, c’est à vous si bien faites pour comprendre tout ce qu’il y a de beau et de grand dans cette notion de Patrie, c’est à vous qu’il appartient de préparer ceux qui dans l’avenir seront appelés à la remplir à leur tour. Oui, il faut que vous nous prépariez des hommes, des hommes vigoureux et solides, sains de corps et d’esprit, et rien n’y est plus propre que la pratique de ces exercices physiques qui développent la force et la santé. Il faut que les jeunes filles qui sortiront de vos mains puissent, grâce à des exercices, grâce aussi à l’éducation patriotique que vous leur donnerez, devenir des mères dans la plus haute acception du mot et élever leurs enfants dans le culte de cette patrie bien-aimée dont nous sommes tous les fils..."42.

31Les bienfaits de la gymnastique ne sauraient donc concerner directement la jeune fille. Ils visent, à travers elle, la femme et la mère de famille, auxiliaires essentielles de la vitalité de la nation.

  • 43 Le règlement des écoles normales d’institutrices prévoiera la place des exercices corporels dans l (...)

32De fait, la République, sans être misogyne, ne s’est guère préoccupée de l’enseignement de la gymnastique pour les filles. Quelques décrets et circulaires pourront faire illusion43 Mais l’heure n’est pas à la promotion des valeurs humanistes.

  • 44 B.A.M.I.P. no 504 - 5/8/1882 - Arrêté réglant l’organisation pédagogique et le plan d’études des é (...)

33Il apparaît alors que cet enseignement reste assez éloigné du modèle scolaire de la pédagogie. Son orientation militaire, tout comme ses contenus, rendent difficile son intégration dans l’organisation pédagogique des écoles. Mais c’est sans compter avec le génie de J. Ferry : l’arrêté du 27/7/1882 (publié donc au moment même où s’instituaient les bataillons scolaires, où la mobilisation conscriptive était à son paroxysme) rompt radicalement avec les décisions antérieures et renoue, formellement au moins, avec les usages scolaires. Sanctionnant l’usage définitif des trois cours (cours élémentaire, moyen, supérieur), instaurant les classe enfantines (de 5 à 6 ans) et le cours complémentaire (14 ans), il précise que "l’enseignement donné dans les écoles primaires publiques se rapporte à un triple objet : éducation physique, éducation intellectuelle, éducation morale" (art. 15) et que les leçons et exercices qu’il comporte seront rationnels et gradués (art. 16). Fixant le temps consacré à chaque discipline d’enseignement et sa place dans la journée, l’arrêté indique encore (art. 16) que "la gymnastique, outre les évolutions et les exercices sur place qui peuvent accompagner les mouvements de classe, occupera tous les jours ou au moins, tous les deux jours un séance dans le courant de l’après-midi. En outre, dans les communes où les bataillons scolaires sont constitués, les exercices de bataillon ne pourront avoir lieu que le jeudi et le dimanche". Mais le programme annexé, loin de reprendre les attendus du discours patriotique et militaire, présente curieusement la gymnastique comme une pratique hygiénique et éducative faisant diversion au travail scolaire par l’usage d’une méthode attrayante. Ainsi conçue, elle sera considérée par les élèves "comme une véritable récréation"44.

34L’ambiguïté, précédemment signalée, subsiste donc, qui oppose le formalisme étroit du modèle scolaire de la pédagogie au réalisme et au pragmatisme d’une préparation militaire avouée. Les faits sont en contradiction avec les intentions éducatives et les usages pédagogiques. La légitimité scolaire de "l’éducation physique" impose l’orthodoxie du discours pédagogique. Nous devrons donc analyser, le moment venu, comment se résout cette apparente contradiction entre les mots et les faits, entre la culture physique et la pédagogie.

35Les textes officiels sanctionnent donc, entre 1880 et 1890, l’installation d’une nouvelle discipline dans les programmes, tout en inaugurant le principe d’une collaboration étroite entre l’Ecole et les institutions para et périscolaires, civiles et militaires. Suspendant le succès de sa politique éducative maximaliste à la capacité mobilisatrice des thèmes patriotiques, le législateur prend le risque de dévoyer les finalités éducatives de la gymnastique. Toute la difficulté de cette entreprise réside dans l’art de conjuguer la tradition pédagogique à la visée conscriptive. L’étude des conditions d’application de la loi du 27/1/1880 devrait nous permettre d’en mesurer l’ampleur.

C - CONSTRUIRE ET EQUIPER

  • 45 Non seulement les Ecoles Normales ne peuvent former des instituteurs en nombre suffisant faute de (...)
  • 46 Bert P., L’instruction civique à l’Ecole, Paris, Picard-Bernheim, 9ème éd., 1883.

36La situation de l’enseignement de la gymnastique n’était guère brillante en 1879. Le Décret de V. Duruy n’a pas été suivi d’effets : moins d’une école sur dix a inclus la gymnastique dans ses programmes et les instituteurs, incompétents ou trop âgés, sont réticents45. Il semble cependant que la politique de J. Ferry ait reçu à Lyon et dans le département du Rhône toute l’aide escomptée. Sans doute cet exemple, s’il n’est pas unique, ne peut-il être généralisé. Mais il témoigne des efforts de la province (particulièrement dans les zones rurales) pour soutenir le gouvernement. Il illustre également les aspects originaux de réalisations qui contribueront à nuancer quelque peu les idées reçues de l’histoire officielle (et parisienne) de l’éducation physique. Le développement de la gymnastique scolaire, souvent à cause d’un zèle rarement mis en défaut, ne sera pas sans susciter quelques difficultés. Mais l’engouement pour la gymnastique ne témoigne nullement d’un quelconque culte nouveau pour les exercices du corps. Ce ne sont point les bienfaits de l’exercice qui sont le plus souvent allégués. Mais c’est l’utilitarisme, les vertus guerrières, la volonté de plier les corps et les esprits à une discipline rigoureusement imposée. La gymnastique est une instruction civique et une morale en action, rejoignant en cela les vœux de Paul Bert : "il faut que l’amour de la France ne soit pas pour lui (l’écolier) une formule abstraite, imposée à sa mémoire comme un dogme de religion, mais qu’il en comprenne les motifs"46. La gymnastique sera l’un des auxiliaires précieux de cet enseignement.

37Ce qui caractérise les années qui suivent la loi sur l’enseignement obligatoire de la gymnastique, c’est la rapidité d’exécution des directives officielles. Empressement et précipitation, zèle et enthousiasme : les municipalités rivalisent d’ardeur et rapidement, l’administration ploie sous les demandes de subventions. En réalité, l’application de la loi semble s’effectuer dans la confusion, car souvent, les élus locaux (surtout dans les communes rurales) enfreignent les textes réglementaires. En tout bonne foi d’ailleurs, ce qui provoque un abondant courrier entre l’Inspecteur d’académie, le maire, le gouverneur militaire, le préfet. L’administration semble avoir été dépassée par les événements, et elle doit plus se soucier de calmer les ardeurs que de stimuler les retardataires. Les questions de construction et d’équipement des gymnases scolaires en sont une illustration de choix.

38La ville de Lyon a d’ailleurs anticipé les décisions de J. Ferry. Dès la fin de l’année 1877, et tout au long de 1878, elle a subventionné l’achat de matériel (essentiellement des agrès) pour les écoles de la Croix-Rousse. Le 24/6/1879, le conseil municipal décide de créer des "écoles communales de gymnastique". Un plan de gymnase a d’ailleurs été déposé par Guimard, Directeur du gymnase médical (16 rue de Condé) ainsi que par l’architecte de la ville. Il s’agit d’un gymnase couvert, qui bénéficie d’une première tranche de crédits de 4 000 Frs. Mais curieusement, l’inspecteur d’académie s’oppose à ce projet... car la construction du gymnase supprimerait deux cours de récréation... et le gymnase destiné à une vingtaine d’écoles serait presque toujours occupé. De plus, vu qu’il est situé tout à côté des salles de classe, les exercices de gymnastique dérangeraient les élèves studieux. Finalement, le projet sera abandonné et la subvention sera utilisée pour l’installation d’appareils dans les cours des écoles : barres fixes, barres parallèles, échelles fixes, "haltères" et planches à rétablissements. Ce qui offre de plus l’avantage de conserver les arbres, tout en permettant aux élèves de faire de la gymnastique pendant les heures de récréation. La ville de Lyon avait d’ailleurs en projet la construction d’un gymnase par arrondissement. Après la convention signée en 1880 avec la Société lyonnaise de gymnastique, le conseil municipal se propose d’établir un gymnase dans le quartier de Perrache. Le terrain appartient à la ville :

39"Il se compose

- d’un grand hangar ayant environ 20 mètres de longueur et une profondeur de 15 mètres, soit 300 mètres de surface environ. Les appareils de gymnastique pourraient être disposés sous cette construction et pendus à la charpente, que je crois suffisamment solide.

- de petites constructions en pan de bois et briques pouvant servir de vestiaire pour les élèves et les professeurs ; on pourrait également y disposer un logement pour un concierge ou un moniteur.

  • 47 AML - D.C.M. du 4/4/1881, rapport de l’achitecte en chef de la ville.

- la cour d’environ 400 mètres de superficie, demanderait à être nivelée et débarrassée de bassins en ciment... On devrait y amener des déblais, la sabler et y planter quelques arbres. Il conviendrait également que l’eau de la Compagnie y fut installée ainsi que le gaz. Le portail a besoin de grandes réparations, les tôles sont en partie rongées et les ferrures fonctionnent difficilement..."47.

40Les travaux seront rapidement entrepris et le gymnase placé sous la surveillance et la direction d’un professeur spécial, servira à toutes les écoles communales des quartiers de Perrache et St-Georges. Les enfants y viendront tous les soirs après 16 heures pendant la belle saison. Le conseil municipal votera un crédit supplémentaire de 1 500 Frs pour installer un éclairage au gaz... ce qui permet de prolonger les séances de gymnastique jusqu’à 20 heures, même en hiver. Hélas, cette situation ne durera guère, car le directeur du gymnase semble l’utiliser à son profit personnel, en le sous-louant à des sociétés de gymnastique ou en donnant des cours particuliers.

41Rapidement, la ville de Lyon se dote d’installations pour la gymnastique dans chaque quartier, généralement des constructions légères plutôt que des équipements lourds. Les écoles de la cité Lafayette obtiennent un gymnase dès 1882 puis les groupes scolaires de la rue de l’Ordre et de la rue Mazenod, celui de Serin et de la rue de Belfort. Bref en 1886-1887, le conseil municipal estime que tous ont leur mobilier scolaire et leurs agrès de gymnastique, et que tous les enfants prennent leur leçon de gymnastique pendant les récréations, "sous la surveillance des adjoints-instituteurs".

42Selon nos estimations, 17 groupes scolaires disposaient de leur propre gymnase en 1890, compte non tenu des dotations particulières en matériels aux écoles. Ces dernières sont très nombreuses et les commandes concernent des trapèzes, des portiques, des échelles, des haltères, des cordes etc... : "il importe que les installations aient un caractère d’uniformité". D’où la mise en adjudication des fournitures.

43Un nouvel élan sera donné en 1887 du fait de la construction (et de l’ouverture) de nombreux groupes scolaires, et à chaque fois, les sommes engagées par la municipalité (uniquement pour le petit matériel fixe et mobile) sont comprises entre 2 000 et 3 000 Frs. La ville de Lyon a donc fourni un effort considérable pour l’équipement des gymnases scolaires... auxquels il faut ajouter la rémunération des professeurs de gymnastique et l’entretien du bataillon scolaire.

44Est-ce la raison pour laquelle le maire freine brutalement les dépenses à partir de 1892 ? L’enseignement de la gymnastique est d’ailleurs le seul à souffrir de cette décision : d’une façon générale, le budget de l’instruction publique de la municipalité est en constante progression (sauf entre 1890 et 1891 où il diminue de 3,88 %). Pour le maire, une telle décision se justifie : "Dans certains groupes scolaires et notamment dans les groupes rue Pailleron, Jacquard et place Morel, la construction de bâtiments spéciaux pour installation de gymnase a occasionné des frais considérables qui pourraient être évités à l’avenir ou tout au moins réduits". Il semble plutôt que le Dr. Gailleton ait mal supporté son échec devant l’opposition du conseil municipal au maintien des bataillons scolaires. Défenseur de l’instruction militaire, il manifeste dès 1889 des réserves devant la transformation des bataillons scolaires en sections de gymnastique. Sans doute parce que le bataillon scolaire témoigne plus ostensiblement des efforts de la ville pour seconder les vues de la République. Quoi qu’il en soit, le budget que la ville consacre à l’enseignement de la gymnastique tombe de 50 000 Frs par entre 1882 et 1889 à 12 000 Frs par an à partir de 1890, puis à 10 000 Frs en 1893. Il y a là manifestement une volonté d’obstruction du maire (et du conseil municipal) qui préfére désormais attribuer des subventions aux sociétés de courses hippiques et de tir, qui sont dirigées par les militaires ou par des notables.

45Malgré tout, le bilan est largement positif, d’autant plus que, si l’on en juge par l’enquête du 21/2/1879 sur la situation matérielle des écoles du Rhône, effectuée par les services de l’Inspecteur d’académie, les écoles lyonnaises étaient, dans leur grande majorité, insalubres. Le développement de l’enseignement de la gymnastique participe plus globalement d’un effort sanitaire, particulièrement dans les quartiers pauvres.

46Mais, si l’effort de la ville de Lyon a été important, à la hauteur, en tout cas, de ce que pouvait faire une grande ville disposant de revenus considérables, qu’en a-t-il été dans les communes environnantes ?

  • 48 ADR, série T 183/3.
  • 49 ADR, série T 58 et T 59.

47Dans le Rhône, la situation est différente. Une circulaire de V. Duruy recommandait aux préfets d’établir l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires48. Il ne doutait pas que, l’exemple venant des villes, les communes rurales en imitassent ces réalisations. On sait ce qu’il en fut. En 1879, l’Inspecteur d’académie dressait un tableau assez sombre des résultats obtenus. D’ailleurs J. Ferry, dès sa prise de fonction, lança de nombreuses enquêtes pour dresser un tableau statistique sur l’enseignement de la gymnastique et l’instruction militaire dans les départements. C’est sur la base de ces renseignements que furent attribués des crédits spéciaux pour équiper en gymnases ou, pour le moins en appareils et agrès, les écoles des communes. Dès la parution de la loi du 27/1/1880, l’administration est saisie de très nombreuses demandes de subventions et de concessions d’appareils. S’il est impossible de les citer toutes, il est sûr en tout cas que les municipalités rurales ne peuvent pas toujours faire face aux dépenses imposées par la circulaire du 3/11/188249. Et les crédits de l’Etat pour l’exercice 1882 sont rapidement épuisés... De fait, chaque commune parviendra à obtenir des concessions d’appareils en bénéficiant des subventions du Conseil général :

  • 50 B.A.M.I.P. no 518 du 11/11/1882. Et J. Ferry écrit aux préfets que "les demandes se multiplient da (...)

- Le 25/11/1882, Ste Foy-lès-Lyon reçoit de la direction de l’enseignement primaire : un gros mât pour le portique, une corde à consoles, une échelle de corde, une paire d’anneaux avec cordes, un trapèze à barre ferrée, une échelle de bois, des barres parallèles, 9 crochets pour fixer les agrès, une corde à nœuds, une corde lisse, une échelle orthopédique, 12 cannes devant servir de barres à sphères, 12 haltères de un kilo et 12 haltères de deux kilos. A peine ce matériel reçu, le maire s’adresse au préfet pour obtenir la livraison des deux manuels pour l’enseignement de la gymnastique dont la parution a été annoncée au journal officiel du 22/3/188250. De même il réclame la livraison du même matériel pour l’école de la Mulatière, ainsi que la dotation en fusils scolaires.

Tout se passe en fait comme si une première dotation par le ministère engageait les communes à réclamer plus encore.

- Le 4/7/1887, le Conseil général du Rhône accorde une subvention de... 55 Frs. pour l’installation d’un gymnase dans l’école de garçons de Chamelet, suite à une demande du conseil municipal :

"... sur la proposition de M. le maire, le Conseil municipal décide qu’il sera établi un gymnase à l’école de garçons, que les frais du portique et du tremplin seront à la charge de la commune et couverts par une souscription publique ou inscrits au budget de l’exercice 1888. Il prie l’administration supérieure de lui faire obtenir soit sur les ressources de l’Etat ou du département les accessoires nécessaires, tels que trapèzes, échelles de cordes, etc... portées au devis”.

48Pour obtenir satisfaction, les démarches sont nombreuses et les voies administratives tortueuses. Les demandes de concession d’appareils se font par la voie de l’inspection académique ou par la voie préfectorale. Les demandes de subventions sont adressées au Ministère ou bien au Conseil général. Réunions des conseils municipaux, discussions, rédactions des demandes, avis de l’inspecteur d’académie après consultation des devis, transmission au préfet, etc... Malgré toutes ces embûches, la plupart des communes obtiennent satisfaction dans les délais relativement courts : un à trois mois, six mois au plus !

  • 51 ADR, série T 58 - tableau récapitulatif, enseignement de la gymnastique dans le département du Rhô (...)

49En 1882, soit deux ans après la publication de la loi (et l’on sait que J. FERRY se donne un délai de deux ans pour qu’elle entre en vigueur sur tout le territoire), le bilan global est cependant loin d’être satisfaisant : 48 écoles sur 323 disposent d’un gymnase avec agrès dans le Rhône51. La lettre manuscrite de l’Inspecteur d’académie Courciere, accompagnant ce tableau, que nous transcrivons intégralement, permet de situer les progrès enregistrés depuis 1872 :

"Lyon le 12-4-1882

M. le Préfet,

Conformément à la circulaire du 21 mars dernier, j’ai l’honneur de vous exposer, à l’appui des états statistiques ci-joints, la situation de l’enseignement de la gymnastique dans les écoles du département du Rhône.
Cet enseignement a fait de grands progrès depuis l’année dernière, il s’est étendu à un plus grand nombre d’écoles et il a donné des résultats plus satisfaisants. Il reste encore bon nombre d’écoles où cet enseignement n’est pas organisé soit parce que l’instituteur est infirme ou trop âgé, soit pour cause d’indifférence de sa part. Les maîtres qui se trouvent dans ce dernier cas, connaissant l’importance que l’administration attache à cet enseignement ne tarderont pas à entrer dans ses vues.
Cet enseignement n’est pas encore accepté par toutes les familles et il fallu employer certains moyens pour ne pas froisser celles qui faisaient des réserves pour leurs enfants.
J’ajouterai toutefois que dans quelques écoles les résultats obtenus sont encore assez médiocres. Les leçons ne sont pas toujours données avec régularité et bien des maîtres se considèrent comme incompétents. Il est à désirer que des cours soient ouverts dans les écoles normales pendant les vacances, car s’il est assez facile de trouver dans les villes des instructeurs spéciaux, il n’en est pas de même dans les campagnes où l’on ne peut guère compter que sur les instituteurs. Un professeur pour un ou deux cantons ou plus rendrait de grands services sans trop de dépenses.
Les exercices militaires sont également très goûtés, les élèves et les parents et plusieurs communes sont en instance pour obtenir des fusils scolaires.
A Lyon l’enseignement gymnastique et militaire a donné déjà d’excellents résultats. Plusieurs écoles sont pourvues de gymnase avec agrès. D’autres ont à leur disposition un gymnase appartenant à la Société lyonnaise de gymnastique et y reçoivent avec fruit les leçons d’un professeur étranger au personnel des écoles. Dans d’autres écoles, non pourvues de gymnases, l’enseignement comprend des mouvements et des marches et il est donné par des maîtres attachés à ces écoles.
Cet enseignement serait donné d’une façon plus complète si la ville avait organisé les gymnases qu’elle doit établir sur des terrains qui lui appartiennent. Il est regrettable que les fusils accordés par M. le Ministre aux écoles de Lyon n’aient pas encore été distribués par les soins de la municipalité et que, par suite, les élèves n’aient pu être exercés ni au maniement des armes, ni au tir.
Si un petit nombre d’écoles ont pu bénéficier d’un enseignement complet de la gymnastique, partout les élèves ont été exercés à la gymnastique sans appareils. Les instituteurs sont unanimes à constater que ces exercices ont eu, outre l’avantage de récréer agréablement les élèves, celui de les délasser et en même temps qu’ils ont contribué puissamment à l’amélioration de la discipline rendue plus difficile par la prolongation des classes jusqu’à 6 heures du soir.
En résumé, il reste encore beaucoup à faire, mais nous devons nous montrer très satisfaits, dans le Rhône, des résultats obtenus et des progrès accomplis dans l’application de la loi du 27 janvier 1880.
Veuillez... l’Inspecteur d’Académie
signé : Courciere"

  • 52 Arrêté du 10/1/1889 pour les écoles normales et 8/8/1890 pour les écoles maternelles, primaires él (...)

50L’effort d’équipement en petit matériel ne sera pas relâché. Le 15/12/1891, une circulaire de la direction de l’Enseignement primaire, annonce que la commission qui avait été chargée, par arrêté du 18/10/1887 de la révision des programmes relatifs à l’enseignement de la gymnastique a terminé ses travaux. Les nouveaux programmes paraissent52 sous la forme de manuels, distribués dans les écoles par l’intermédiaire des préfets. De plus, une liste du matériel gymnastique a été arrêtée, elle sera envoyée aux municipalités qui en feront la demande.

51Mais l’essentiel reste encore à faire : l’application réelle de la loi exige de disposer d’un personnel spécialisé et en nombre suffisant. Les solutions d’urgence, préconisées par les républicains, feront ultérieurement la preuve de leurs limites.

DEPARTEMENT DU RHONE - ENSEIGNEMENT GYMNASTIQUE ET MILITAIRE - TABLEAU RECAPITULATIF au 1/5/1882
(A.D.R. T 58)

Nombre total d’écoles

323

de garçons

307

mixtes, dirigées par un instituteur

16

Nombre d’élèves dans ces écoles

28 933

Nombre d’instituteurs publics :

titulaires laïques

275

titulaires congréganistes

48

adjoints laïques

216

adjoints congréganistes

55

Total :

594

Nombre d’écoles qui ont :

- un gymnase avec agrès

48

- des fusils pour le tir.

63

gymn. seulement

gymn. et militaire

Tir

promenades et excursions

Nombre d’écoles dans lesquelles est donné l’enseignement

167

97

12

2

Nombre d’enfants qui participentà l’enseignement

11 996

5 948

140

135

Nombre d’instituteurs titulaires et adjoints qui donnent l’enseignement

292

133

14

4

Nombre des instituteurs titulaires et adjoints qui ne font aucun enseignement gymnastique et militaire

136

Sur ce nombre :

- incapables par incompétence physique, infirmité, âge

35

- sont susceptibles de recevoir une formation

5

84

4

28

Combien resterait-il d’écoles où l’enseignement gymnastique et militaire ne pourrait être donné que par un instructeur étranger à l’école

11

D - RECRUTER, FORMER ET RECYCLER

52La formation des maîtres demande du temps. Plus que la construction de gymnases ou l’affectation d’agrès. J. Ferry se trouve, en 1880, dans une situation paradoxale : le droit anticipe sur les faits. Si la loi fixe les devoirs de l’Etat et des communes pour promouvoir l’obligation de l’enseignement de la gymnastique, si elle précise l’organisation pédagogique, délimite les programmes et propose une méthode pédagogique, si elle se donne les moyens matériels de son application, les écoles sont néanmoins quasiment démunies en personnels d’enseignement qualifiés.

  • 53 Sur cet aspect de la question se reporter à : Luc J.N., La Formation des professeurs de maîtres d’ (...)

53Il reste donc à impulser une formation intensive. Or, en 1880, les centres de formation dont dispose l’Etat sont de deux sortes : tout d’abord, l’Ecole Normale Militaire de Gymnastique de Joinville, pour les cadres de l’armée. Mais sa vocation n’est pas de former des enseignants. Restent les Ecoles Normales d’instituteurs, dont tous les départements ne sont pas encore dotés53.

54Dans ces conditions, les municipalités et les Inspecteurs d’académie devaient improviser souvent, freiner ou contrôler l’ardeur des conseils municipaux, aptes à pallier la pénurie en introduisant dans les murs de l’Ecole un personnel de qualification douteuse. Car l’un des points important des dispositions législatives sur l’enseignement de la gymnastique, c’est l’interdiction d’entrer dans les écoles à toute personne non agréée par l’autorité académique.

55L’Ecole Normale de Villefranche ne dispose d’un gymnase qu’en 1867-1868. C’est la loi qui, là encore, a motivé cette décision, les élèves maîtres de troisième année devant être interrogés sur la gymnastique lors des prochains examens. Avant cette date, cette discipline ne figurait pas aux plans d’études, comme en témoignent les relevés de notes des élèves maîtres. De même avons-nous consulté le catalogue des livres de la Bibliothèque de l’Ecole Normale qui, d’un certain point de vue, témoigne des préoccupations pédagogiques des enseignants. Or, si les livres disponibles sont très nombreux (environ 1 800 ouvrages imprimés) un seul concerne... le fusil de guerre ! Rien sur l’enseignement de la gymnastique, aucune mention des ouvrages connus et disponibles à cette époque.

56Le renouveau de la pédagogie ne profite encore guère à la gymnastique. C’est ce qu’indique le registre d’appel journalier avec le relevé des notes des élèves de l’école primaire annexée à l’Ecole Normale de Villefranche. Ces derniers reçoivent en effet une enseignement régulier de la gymnastique dispensé par les élèves maîtres sous la direction de leur professeur de gymnastique Chery.

57Si tous les écoliers sont notés de 0 à 10 dans de très nombreuses matières, aucune note ni appréciation n’est attribuée pour la gymnastique et les exercices militaires. Or, ces cours ont bien lieu comme en témoignent l’emploi du temps des classes et les cahiers de préparation de cours des élèves maîtres.

58Les enfants de l’école primaire annexée avaient donc bien deux heures de gymnastique par semaine (tout comme les élèves maîtres d’ailleurs), placées l’après-midi entre deux cours. Mais qu’y font-ils ? En quoi consiste cet enseignement ? Pour cela, il faut se reporter aux préparations de cours des élèves maîtres. Mais nos recherches ont été décevantes. Si les cahiers de préparation sont fort bien tenus et d’une calligraphie remarquable, si les leçons font souvent l’objet de deux à trois pages de commentaires et d’appréciations, nous n’avons jamais trouvé ces mêmes développements à propos de la gymnastique. Dans la majorité des cas, l’horaire figure sur le cahier de préparation sans aucun autre commentaire ! Les quelques exemples de préparations qui figurent cidessous ne sont que l’exception :

- "cours supérieur, samedi 14 mars 1891, de 2H45 à 3H30 : sciences (les muscles et les articulations)" Suit une longue préparation qui se termine par des considérations générales sur l’hygiène : "l’exercice et ses avantages :
1- au point de vue de la force
2 -au point de vue de l’habileté, différence entre les travailleurs des bras et les gens qui vivent sans exercice ; utilité des exercices gymnastiques : jeux animés, marches, courses, natation, escrime, danse, etc...
Conclusion : il est bon de s’exercer pour préparer des hommes robustes et de bons soldats"
Suivent les "annotations" du professeur de sciences de l’Ecole Normale : "Le devoir ? la leçon ?"

ECOLE ANNEXE. Enseignement pratique - Rapport mensuel - Mois de Juin 1884

cours sup. 4

cours sup. 10

enfants inscrits

cours moy. 21

enfants inscrits

cours moy. 16

en juin 1883

cours élém. 19

en 1884

cours él. 18

Total 44

Total 44

MATIERES ENSEIGNEES PENDANT LE MOIS

MATIERES ENSEIGNEES PENDANT LE MOIS

Villefranche le 28 Juin 1884

NOTES SUR LES ELEVES MAITRES

NOTES SUR LES ELEVES MAITRES

Le directeur de l’école annexe
LA VENIR (signature)

ECOLE ANNEXE. Enseignement pratique - Notes hebdomadaires : du lundi 2 au dimanche 8 juin 1884

cours supérieur : 10

Elèves inscrits

cours moyen : 16

cours élémentaire : 18

Total : 44

MATIERES ENSEIGNEES PENDANT LA SEMAINE

MATIERES ENSEIGNEES PENDANT LA SEMAINE

L’élève maitre de 3ème année
DUPASQUIER (signature)

  • 1 ADR - non classé. Etage 4B-travée 3488. Il s’agit de liasse de documents manuscrits, concernant le (...)

Notes hebdomadaires-Gymnastique-professeur : M. Chery classe d’application de l’Ecole Normale d’instituteurs de Villefranche. 27 Janvier 18841

  • 2 Au sommet des fiches de notation il est rappelé que les notes correspondent à des appréciations. M (...)

discipline

application

barres parallèles : observations2 se balancer

Berthaut

.

.

.

Berthelier

5

5

17

Carré

5

5

14

Chardonnet

5

5

15

Cornier

6

6

3

De bernard

3

5

9

je dis 3 pour avoir répondu sur les rangs

Desroches

5

5

11

Dufoux

6

6

7

Dumoulin

5

5

16

Fontenailles

5

4

10

ne s’applique pas pour les commandements

Grandjean

6

6

8

Grenier

6

6

13

Jamion

5

5

4

Leprun

5

4

20

Pignard

5

4

19

Ponson

6

6

5

Poithy

5

5

2

Reminat

6

6

12

Ruet

6

6

1

Sonnier

5

5

18

Vacher

6

6

6

Emploi du temps des élèves du cours supérieur : 1890-1891

(remarque : les années de scolarité sont les suivantes : cours élémentaire, cours moyen, cours supérieur)

On remarquera que les cours ont une durée de 45 minutes et que les disciplines fondamentales sont placées le matin. Toutes les classes ont cet emploi du temps type, à quelques rares exceptions près. Quant aux horaires de gymnastique, ils sont assez divers : certaines années, des classes n’ont aucun cours de gymnastique dans l’année, d’autres ont un cours d’une heure, voire de deux heures par semaine.

Source : ADR, non classé

59Certes, il ne s’agit point ici d’une préparation d’un cours de gymnastique. Mais il est intéressant de constater que celui de sciences sur l’hygiène débouche sur une définition de l’utilité des exercices qui en dit long. Quant aux leçons de gymnastique, elles font l’objet de commentaires plus laconiques :

  • "cours élémentaire, lundi 15/2/1892, gymnastique de 2H45 à 3H30 : se former en rang, doubler les files, prendre ses distances, mouvements d’ensemble"
  • cours élémentaire, mercredi 17/2/1892, gymnastique de 2H45 à 3H30 : "se mettre sur deux rangs, doubler et dédoubler, marcher par le flanc, mouvements d’ensemble"
  • cours moyen, lundi 20/6/1892, gymnastique : mouvements d’ensemble" ; lundi 27/6/1892, gymnastique : mouvements divers"
  • cours élémentaire, 13/8/1888, gymnastique : gymnastique aux appareils"
  • cours élémentaire, 1892, (gymnastique deux fois par semaine le lundi et le mercredi de 3H30 à 4H00 :
    • lundi 9/3/1892 études sur les mouvements de bras
    • lundi 30/5/1892 mouvements de marche et mouvements de bras.
    • mercredi 1/6/1892 mouvements de bras et de jambes
    • mercredi 6/7/1892 mouvements de tête et de bras, de jambes et mouvements d’ensemble
    • mercredi 20/7/1892 les 4 mouvements de tête"

60Inutile de reproduire d’autres exemples. Dans leur sécheresse, ces préparations nous donnent des indications précieuses sur les horaires, les programmes et les méthodes.

61Ces quelques exemples posent avec acuité le problème de la formation des maîtres. Celle-ci ne permet pas de combler l’énorme déficit des écoles primaires des départements. A raison de dix à douze instituteurs par an, l’Ecole Normale de Villefranche, puis celle de Lyon ne peuvent satisfaire aux besoins. Il faut donc recycler les instituteurs en poste et organiser des stages comme le recommandait l’inspecteur d’académie dans sa lettre au préfet. Cette formation professionnelle sera mise en place dès l’année 1882, pendant les grandes vacances... et le besoin en était urgent comme le dévoile l’état statistique du 1/5/1882.

  • 54 ADR T 58, Etat statistique de l’enseignement de la gymnastique dans le département du Rhône. Table (...)

Sur un total de 323 écoles recensées, 48 disposent d’un gymnase avec agrès et 63 disposent de fusils. Mais 167 écoles seulement dispensent l’enseignement de la gymnastique (avec ou sans appareils) soit 51,7 % et 97 proposent à la fois un enseignement militaire et gymnastique (il y en a donc 34 qui le font sans avoir de fusils) soit 30 %. Sur 28 993 élèves, 11 996 reçoivent un enseignement gymnastique (41,5 %) et 5 948 un enseignement militaire et gymnastique (20,6 %). Quant aux 594 instituteurs laïques et congréganistes, 458 enseignent la gymnastique (sans que l’on connaisse exactement leur niveau de compétence). Il semble en fait que cette compétence ne soit guère mise en question puisque cinq seulement "sont susceptibles de recevoir une formation en gymnastique" et 84 une formation essentiellement militaire54.

  • 55 ADR. Délibérations du Conseil Général du Rhône, année 1880. Rapport du 20/7/1880 pp. 579 à 631.

62Il faut donc former des maîtres. Or, les capacités d’accueil des deux écoles normales (garçons et filles) à partir de 1885 sont extrêmement réduites. De plus, il semble que les candidats fassent défaut. Aussi sont-elles contraintes de recruter dans les départements voisins. A ces effectifs réduits, il faut ajouter une déperdition non négligeable due... à la mortalité des élèves. Ainsi par exemple, en 1878-1879, l’Ecole Normale de Villefranche abrite-t-elle 38 élèves ; 14 en première année, 11 en deuxième année et 13 en troisième année. Mais l’année suivante la promotion des troisième année ne comprend plus que 8 élèves : deux n’ont pas été admis dans la section supérieure et trois sont morts d’une épidémie de fièvre typhoïde. Dans son rapport annuel au Conseil Général, l’inspecteur d’académie Courciere indique que, pendant les vingt-cinq dernières années (donc entre 1855 et 1880) 245 élèves seulement ont terminé leurs études, soit une peu moins de dix élèves par an !55. Quelques années plus tard, la situation n’est pas plus brillante : si l’Ecole Normale de Villefranche a été transportée à Lyon à la rentrée de 1885, ses effectifs ne se sont pas étoffés : 75 élèves dont 23 en première année, 22 en seconde année et 30 en troisième année. Quant à l’Ecole Normale de filles, elle accueille 46 élèves dont 20 en première année, 14 en seconde année, et 12 en troisième année. Les conditions d’hygiène sont telles qu’il faut fenner provisoirement l’établissement. Bref, alors que les inspecteurs d’académie dénoncent simultanément dans le Rhône et dans la Loire la faiblesse des écoles de leur département, l’insuffisance de l’instruction pédagogique des maîtres, leur peu de goût pour les études personnelles et l’enseignement de la gymnastique, et formulent le vœu que les Ecoles Normales remédient au défaut numérique des maîtres laïques "en prenant des sujets capables et en nombre proportionné aux besoins des écoles du département", aucune solution efficace ne semble se dessiner.

63Quoi qu’il en soit, 95 instituteurs seront accueillis à l’Ecole Normale de Villefranche pour deux sessions de quatre jours entre le 16 et le 24 Août 1882. Il en coûtera à l’administration 549,50 Frs plus 12 Frs pour les gages d’une domestique auxiliaire. Le stage sera encadré par Chery, Professeur de gymnastique à l’Ecole Normale et "il s’en est acquitté avec beaucoup de zèle, et y a consacré au minimum quatre heures par jour... En dehors des leçons proprement dites, il a fait deux conférences sur le tir et il s’est tenu à la disposition des instituteurs pour leur donner tous les renseignements qu’ils ont demandés". Ces stages fonctionneront chaque année, au moins jusqu’en 1888. De plus, un certain nombre de directives seront données pour faciliter la formation des instituteurs pendant la durée de leur service militaire. Le Ministre de la guerre réservera des places à l’Ecole de Joinville aux instituteurs pendant leur séjour sous les drapeaux. Désignés par l’Inspecteur d’Académie (il y en aura six pour le département du Rhône à partir de 1907), ils seront familiarisés avec les méthodes rationnelles de gymnastique.

64En dépit de ces efforts, le personnel enseignant dans les écoles communales ou les collèges et lycées était insuffisant pour assurer en quantité et en qualité l’enseignement de la gymnastique. L’Etat, et surtout, les municipalités ont donc dû se tourner vers les seules personnes qui, à leurs yeux, disposaient sinon d’une compétence, au moins d’une expérience en la matière les militaires en activité et les réservistes.

  • 56 Les professeurs titulaires du C.A.E.G. sont divisés en trois classes et leur traitement est foncti (...)

65En effet, malgré les efforts de Ferry, l’Etat ne peut faire face. Par une circulaire du 21/3/1882, le ministre annonce qu’entre 1879 et 1882, il a été délivré plus de 600 diplômes (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement et de la Gymnastique ou C.A.E.G., créé en 1869). C’est beaucoup, mais c’est encore insuffisant... d’autant que l’arrêté du 13/12/1882, dans son article 1, précise que "nul ne peut être nommé professeur de gymnastique dans les lycées s’il n’est pas pourvu du C.A.E.G. et s’il ne donne pas au moins 12 heures de cours par semaine”56

66Dans ces conditions l’essentiel des maîtres de gymnastique dans les écoles comme dans les établissements secondaires, sera fourni par l’autorité militaire et recruté directement par les municipalités.

67Dans les semaines qui suivent la loi du 27/1/1880, le ministère de la guerre convie les généraux commandant les divers corps d’armée à mettre à la disposition des établissements scolaires les personnels de l’armée pour l’instruction militaire. C’est que fait le général Osmond pour les écoles rattachées à la 13ème région militaire, par une lettre datée du 27/5/1882. Il est suivi peu après par les autres commandants des différentes régions militaires concernant les écoles du Rhône.

68Le 20/5/1882, le général Billot, Ministre de la guerre, demande à ce que soit dressé un état récapitulatif des personnels de l’armée pour l’instruction militaire. Et le 30/10/1882, il se félicite du nombre des réponses reçues qui "lui permettent d’organiser aujourd’hui l’enseignement des exercices militaires dans un grand nombre de localités". Son appel a été entendu parce qu’il offrait des avantages aux candidats : dispenses accordées aux réservistes d’effectuer leur période de 28 jours lorsqu’ils avaient dirigé au moins 30 séances d’instruction (pour les hommes de la Territoriale) ou 20 séances d’instruction (pour les hommes de la Réserve), ou bien encore des "récompenses" aux hommes gradés ou non gradés de l’armée active.

  • 57 Le document original se présente sous la forme d’une liste nominative. Nous l’avons donc exploité (...)

69"L’Etat nominatif par grade et par commune des hommes de la réserve et de l’armée territoriale, domiciliés dans le département du Rhône, qui sont disposés à prêter leur concours pour donner l’instruction militaire aux élèves des établissements scolaires" ne parviendra à l’Inspecteur d’académie de Lyon que le 26/12/1882. On y trouve les nom, prénom, grade, lieu de résidence et d’affectation de 657 hommes de l’armée de réserve et de l’armée territoriale. En voici le tableau sous une forme simplifiée57.

ETAT DES HOMMES DE LA RESERVE ET DE L’ARMEE TERRITORIALE DU DEPARTEMENT DU RHONE...
(Sources : A.D.R. T 59/2, au 26/12/1882)

ETAT DES HOMMES DE LA RESERVE ET DE L’ARMEE TERRITORIALE DU DEPARTEMENT DU RHONE...(Sources : A.D.R. T 59/2, au 26/12/1882)

. arrondissement de LYON : 19 cantons, 134 communes
569731 habitants
dont 376613 à LYON
et 193118 (sauf LYON)
. arrondissement de VILLEFRANCHE : 10 cantons, 134 communes
171739 habitants
. TOTAL du département du Rhône : 741470 habitants

ETAT DES HOMMES DE LA RESERVE ET DE L’ARMEE TERRITORIALE DU DEPARTEMENT DU RHONE...
(Sources : A.D.R. T 59/2, au 26/12/1882)

ETAT DES HOMMES DE LA RESERVE ET DE L’ARMEE TERRITORIALE DU DEPARTEMENT DU RHONE...(Sources : A.D.R. T 59/2, au 26/12/1882)

. 7° Corps d’Armée : La Croix-Rousse ; Neuville sur Saône
. 8° Corps d’Armée : Villefranche ; St Etienne les O. ; Anse ; Monsols Beaujeu ;
Fleurie ; Belleville ; Lamure s/Az. ; Tarare ; Amplepuis ; Le Bois d’Oingt ; Thizy
. 13° Corps d’Armée : Vaise ; St Laurent de Ch. ; St Symphorien-sur-C. ; L’Arbresle ; Limonest ; Tassin ; Vaugneray ; Condrieu ; Ste Colombe ;
Mornant ; Sept-Chemins
. 14° Corps d’Armée : Sept-Chemins ; LYON (du 1er au 6ème arrondissement) ; Villeurbanne ; Givors ; La Mulatière ; St Genis-Laval

70L’étude statistique permet de constater que, sur les 264 communes du département, 188 figurent sur l’état récapitulatif, soit 66,2 %. Compte tenu de sa population (376 613 habitants en 1881), Lyon est loin de fournir un contingent important de cadres. Les zones rurales demeurent les principales sources de recrutement, en particulier toute la zone nord et nord-ouest qui s’étend de Belle ville/Saône à Tarare et de Thizy à Monsols.

En fait, si l’ajoute à Lyon, l’agglomération lyonnaise, on obtient une partition révélatrice :
Lyon + Villeurbanne + La Mulatière + Vaise + Tassin + La Croix-Rousse :
Sous officiers : 149 sur un total de 624 (23,87 %)
officiers : 19 sur un total de 33 (57,58 %)
L’agglomération lyonnaise fournit en fait l’essentiel des cadres supérieurs (c’est surtout sensible pour le 2ème arrondissement). Malgré tout, Lyon ne semble guère mobilisée pour participer à l’encadrement de l’instruction militaire dans les écoles. Les officiers se recrutent parmi la population instruite et dans les quartiers d’affaires ou résidentiels ; les sous officiers ou, surtout, les simples soldats se trouvent dans les zones rurales ou les quartiers ouvriers.

  • 58 ADR T 58, lettre de l’Inspecteur d’académie du 16/5/1882.

71Sans nul doute, l’Ecole dispose très rapidement d’un contingent appréciable d’instructeurs dont on doit noter cependant que le niveau de qualification culturel, technique et pédagogique laisse à désirer. Mais le zèle des municipalités ne saurait s’encombrer de ces considérations, d’autant plus qu’il s’agit de pallier la pénurie en matière d’instruction militaire. L’Etat devra intervenir souvent pour lutter contre des recrutements intempestifs : en particulier en offrant des primes d’encouragement aux instituteurs des communes rurales qui auront organisé avec le plus de succès l’enseignement de la gymnastique et l’instruction militaire58 :

  • A Caluire-et-Cuire, c’est un ancien militaire qui est recruté : sous lieutenant de l’armée territoriale.
  • A Ste Foy-lès-Lyon, c’est encore le même Werler qui donne des cours de gymnastique à l’école primaire de La Mulatière, en attendant que l’instituteur puisse le remplacer.
  • C’est toujours le sieur Werler que l’on recrute à Villeurbanne pour l’instruction militaire des enfants des écoles primaires qui constituent le bataillon scolaire.
  • C’est encore Werler qui est professeur à l’Ecole Normale d’instituteurs de la Croix-Rousse à partir de 1886. Il y restera jusqu’en 1902. On le trouve également engagé comme professeur de gymnastique et d’instruction militaire à l’école primaire supérieure de la rue Neyret entre 1886 et 1902. De plus il tient le gymnase du 19 Montée St Barthelémy où il donne des leçons à une clientèle privée tout en dirigeant les cours pour les enfants des écoles du 5ème et du 1er arrondissements de Lyon, jusqu’à ce que la convention liant la Société lyonnaise de gymnastique soit dénoncée le 29/9/1887. Professeur d’escrime, de gymnastique, d’instruction militaire, exerçant ses fonctions aussi bien dans le secteur commercial, que dans les sociétés "civiles" de gymnastique ou dans l’enseignement, cet ancien militaire illustre typiquement les stratégies de reconversion de compétences acquises dans l’armée, de même que le véritable monopole exercé par les militaires dans l’ensemble des pratiques conscriptives. Un tel cas n’a rien d’exceptionnel.
  • A Villeurbanne, c’est le sieur Vernay, lieutenant réserviste de l’armée territoriale qui enseigne la gymnastique et l’instruction militaire dans les écoles primaires.
  • A Mornant, deux sergents et quatre caporaux sont récompensés de leurs services par le maire : des képis galonnés d’un filet d’or pour les deux sergents et des galons de laine pour les caporaux.
  • A Gleizé, le maire demande l’affectation d’un ancien militaire "ayant au moins cinq ans de service" pour "instruire les jeunes bataillons scolaires en formation"... mais aussi pour lui éviter d’effectuer ses 28 jours.
  • A Collonges, la mairie reçoit les candidatures de trois réservistes de l’armée territoriale.
  • A Poule, la municipalité recrute un réserviste de l’armée territoriale.
  • A Quincieux, c’est un caporal de réserve ; à Thurins un soldat de 1ère classe, à Saint-Clément-sous-Valsonne, un réserviste, etc...

72Ainsi, être militaire ou un ancien militaire est un laisser passer suffisant pour obtenir des fonctions d’enseignement. Certes, il s’agit normalement de ne pourvoir qu’à l’instruction militaire. Mais dans la grande majorité des cas, les instituteurs ne dispensent pas l’enseignement de la gymnastique. Et c’est tout naturellement que les écoles s’attacheront des militaires en tant que maîtres-adjoints.

73Quel bilan, donc, dresser en 1890 ?

74Ecoles primaires, laïques et libres, sont pratiquement dotées en équipements et matériels. La ville de Lyon dispose de 17 gymnases municipaux. Mais l’encadrement reste insuffisant. Dans les écoles primaires supérieures (trois de garçons et trois de filles) seuls les garçons bénéficient de cours de gymnastique : Werler pour l’école primaire supérieure de la rue Neyret, de 1886 à 1902 ; Lepin pour l’école primaire supérieure rue Adelaïde Perrin de 1893 à 1902 ; et Vial pour l’école primaire supérieure rue Chaponnay de 1888 à 1902.

  • 59 La plupart de ces enseignants, engagés sous contrat, sont tenanciers de salles commerciales de gym (...)

75Dans les lycées, l’enseignement de la gymnastique mais aussi de l’escrime et de l’équitation est donné par un personnel spécialement recruté59 : au lycée Ampère, Pugens s’en occupe jusqu’en 1895, puis Bonnardot jusqu’en 1903 y enseigneront l’escrime. Quant aux instructeurs militaires ils changeront très souvent : Alrit en 1879, Despierre de 1880 à 1882, Bimos de Bomparat de 1883 à 1890, l’adjudant Girardeau en 1895 et 1896. Quant au petit lycée de St Rambert (annexe du lycée Ampère) il n’y aura qu’un enseignement gymnastique dispensé par Portail de 1879 à 1892, puis par Baillargeat de 1893 à 1902.

  • 60 Dans son rapport, l’Inspecteur d’académie Courciere indique que la gymnastique pour les jeunes fil (...)

76Restent les filles dont nous n’avons pas parlé... et pour cause. Elles ne semblent bénéficier d’aucun enseignement gymnastique, ni dans les écoles primaires, ni dans les écoles primaires supérieures. A l’Ecole Normale d’institutrices de Lyon (ouverte rappelons-le en 1885) il n’y aura aucun professeur de gymnastique jusqu’en 1887-1888. Ce sera l’épouse de Pugens qui l’enseignera en 1889. Après cette date, nous ne disposons d’aucun renseignement jusqu’en 1902. Quant au lycée national de jeunes filles qui ouvre le 25/11/1882, la gymnastique est enseignée par... les épouses des professeurs de gymnastique tenant des salles commerciales : Madame Pugens de 1883 à 1884 ; Madame Guimard en 1885 et 1886 ; Madame Colas de 1887 à 1902. Faut-il poser le problème de leur compétence ? Disposaient-elles du C.A.E.G. ? Nous n’avons pu l’établir60.

77L’efficacité de l’ensemble de ces impositions restait suspendue à l’adoption de mesures incitatrices. En dépit de son intégration scolaire, la gymnastique ne jouit guère de considération. Aussi le législateur doit-il multiplier les stratégies de "séduction" afin de conquérir élèves et enseignants.

E - MOTIVER, STIMULER ET SANCTIONNER

  • 61 Décret du 3/2/1869, op.cit.

78La circulaire du 9/3/1869 précise les conditions de recrutement des maîtres de gymnastique dans les lycées et collèges et les Ecoles Normales : directeurs de gymnase civils, anciens sous officiers sortis de l’Ecole Normale Militaire de Joinville, instructeurs de régiments pouvaient être titularisés par le Ministre de l’Instruction publique, s’ils réussissaient le C.A.E.G. Dans les écoles primaires, l’enseignement de la gymnastique est confié aux instituteurs ou à des maîtres spéciaux nommés par le ministre61. En réalité, les responsables politiques avaient bien conscience de la difficulté de leur entreprise. Malgré un crédit de 100 000 Frs sur le budget de 1872, les cours de gymnastique sont rarement dispensés faute d’un encadrement compétent et suffisamment nombreux. Ces faits permettent de comprendre les orientations de la politique républicaine à partir de 1881-1882. La circulaire du 29/3/1881 indique que l’instituteur doit désormais dispenser l’instruction militaire et l’enseignement de la gymnastique. Cette tâche nouvelle justifie l’intervention des instructeurs militaires... d’autant que le décret du 6/7/1882 crée les bataillons scolaires. Or, en 1869, le programme annexé ne concerne que l’enseignement de la gymnastique à tous les niveaux de la scolarité. C’est en 1880 qu’est publié le Manuel d’exercices gymnastiques et militaires à l’intention des écoles primaires et "des classes inférieures des lycées et collèges".

  • 62 ADR T 58 et ADR T 185. Le directeur de l’Ecole Normale de Villefranche sollicitera l’envoi de fusi (...)

79Peu à peu, en dépit des efforts de V. Duruy pour différencier l’enseignement de la gymnastique de l’instruction militaire, il semble que la seconde ait rapidement eu la faveur des établissements scolaires. J. Ferry lui-même y voyait un moyen de motiver les élèves. Il rappelle, dans une note du 21/3/1882, que les élèves maîtres des écoles normales doivent s’appliquer à "cet exercice (le tir et l’instruction militaire) dont on attend avec tant de raisons d’importants résultats pour préparer dans l’enfant le futur soldat"62. Dès lors s’instaure une véritable "course aux armements".

80La distribution des fusils aux écoles primaires et aux écoles normales semble avoir été un facteur décisif dans le succès de l’instruction militaire. La circulaire du 22/10/1881 permet aux écoles de disposer de fusils pour l’enseignement du tir et, dès sa parution, l’administration va être submergée de demandes. L’émulation et l’enthousiasme que n’avait pas vraiment suscités l’enseignement de la gymnastique va se manifester à propos de l’instruction militaire, dès lors que celle-ci exige la dotation en équipements. Si l’habit ne fait pas le moine, le fusil fera le soldat. La simple idée de détenir des armes, semble attractive. Les demandes de fusils se multiplient, et le préfet qui centralise les demandes ne peut toutes les satisfaire. J. Ferry devra tempérer les ardeurs :

  • 63 ADR T 58 bis, lettre du 22/10/1881. La circulaire du 6/7/1882 fixera les conditions réglementaires (...)

"Monsieur le Préfet, un certain nombre de municipalités m’ont adressé des demandes en vue d’obtenir la concession gratuite de fusils pour l’instruction militaire des élèves de leurs écoles. Les fusils scolaires, pour la fabrication desquels un crédit de 1 000 000 Frs a été ouvert au budget du Ministère de la Guerre, sont exclusivement réservés à l’enseignement du tir. Toutes les écoles publiques de garçons en seront pourvues... l’administration n’est pas en mesure de fournir une autre arme aux écoles et les municipalités qui désireraient acquérir des fusils d’exercices auront à s’adresser à l’industrie privée..."63.

81La circulaire du 30/8/1881 précise en effet : pas plus de trois fusils par école ; deux pour la pratique du tir réduit et un pour la démonstration du mécanisme. Et l’Inspecteur d’Académie ne cessera d’en rappeler les termes aux maires qui espéraient ainsi mettre sur pied de guerre très rapidement et aux frais de l’Etat, une armée scolaire entièrement équipée.

82Ces fusils seront rapidement distribués dans le Rhône, mais lorsque les instituteurs les recevront, ils ne pourront les faire fonctionner faute de cartouches ! Si les directives officielles ont été rapidement exécutées, c’est le plus souvent dans la confusion : ordres, contre ordres, coups d’arrêts, incitations se succèdent trahissant le désarroi des autorités devant la dynamique qu’elles ont imprudemment insufflée.

  • 64 ADR T 68 bis - lettre de l’Inspecteur d’académie au Préfet du 27/11/1881.

Dès le 16/7/1881, l’inspecteur d’académie demande 180 fusils pour le département du Rhône. Ils seront livrés en janvier 1882, et entreposés dans la salle des pas perdus de l’Hôtel de ville de Lyon. Ils seront rapidement distribués dans les différentes communes, non sans faire preuve toutefois de discriminations politiques. Ainsi, certaines communes ne sont pas en odeur de sainteté républicaine :
"... je ne suis pas d’avis d’accorder des fusils scolaires à la commune des Sauvages. C’est une population qui ne tient nullement à l’instruction et qui ne suit pas la voie du progrès. Jusqu’alors, je n’ai pu y obtenir l’enseignement de la gymnastique parce que les instituteurs se déclarent incompétents en cette matière. Je me demande alors comment ils feraient faire les exercices avec le fusil"64.
En dépit d’attributions nombreuses, les communes ne manquent pas de protester :
- Tarare reçoit le 5/1/1882 neuf fusils scolaires mais le maire demande aussitôt l’envoi de fusils supplémentaires, afin de compléter la dotation des écoles laïques. La réponse de l’inspecteur d’académie illustre parfaitement l’attitude des autorités : "cette commune possédant trois écoles a reçu, conformément aux instructions ministérielles trois fusils pour chaque école, en tout neuf armes destinées au tir et à la démonstration du mécanisme... Si la municipalité veut des fusils supplémentaires pour les exercices, elle pourra s’en procurer, sans grand sacrifice pécuniaire, chez M. Combier, libraire à Valence, qui peut livrer aux communes au prix de 2,50 Frs un fusil scolaire en bois dur, avec culasse mobile à ressort et hausse enfantine, bien suffisant pour augmenter chez les élèves l’attrait des manœuvres militaires". Le Préfet surenchérit : "... si la municipalité veut des fusils scolaires, elle pourra s’en procurer chez M. Garrigue, fabricant à Toulouse. Ce fusil, imitation type Gras, est en usage dans les écoles publiques laïques d’Ecully, où il rend d’excellents services. Il est en bois de sapin et il n’a de métal que le levier qui est mobile, et sous garde, la grenadine est simulée par une trace noire, le canon plein a une teinte de fer, la longueur totale de l’arme est de 1,17 m. Ce fusil scolaire donne aux élèves la possibilité de s’exercer à la charge et à tous les exercices le tir excepté. Il ne coûte que 1,75 Frs en fabrique..."
Mais le maire de Tarare insiste et demande 160 fusils scolaires avant le 1er Juillet 1883 afin d’organiser le bataillon scolaire : "la gymnastique et les exercices militaires ne sont plus suffisants pour leur ardeur et leur envie de bien faire, car chaque jour, lorsque j’arrive pour la leçon, leurs plaintes se renouvellent, ils me demandent les fusils qu’on leur promet depuis si longtemps et qu’ils ne reçoivent pas. Les récits dont ils entendent parler, qu’on leur fait quelquefois des bataillons scolaires de Paris, Lyon et quelques autres villes, les exaltent et leur font envier le sort de ces enfants plus favorisés...".
- Ces situations sont nombreuses et témoignent simultanément de l’engouement des municipalités à équiper leurs écoles et de l’incapacité de l’administration à en assumer totalement la charge. A Grigny, le maire sollicite, l’affectation de douze fusils. A Caluire, l’inspecteur invite la municipalité à acheter elle-même les 50 fusils réclamés. Pourtant l’argumentation des maires est constante ; il s’agit d’aller dans le sens des vœux du gouvernement, de former des soldats, d’entretenir la motivation des élèves. A défaut d’obtenir satisfaction par la voie académique et préfectorale, les municipalités se tournent, mais sans succès vers le Conseil Général du Rhône.

83Dépassé par l’enthousiasme des municipalités, le Ministère de la Guerre et celui de l’Instruction Publique devront faire machine arrière ou temporiser. Dès 1882, l’inspecteur d’académie demandera au directeur de l’Ecole Normale de Villefranche de rendre les fusils qu’elle a reçus deux ans plus tôt et ceci, en vertu des décisions de l’article 9 du décret du 6/7/1882, précisant que les écoles primaires ne peuvent être dotées de fusils "pouvant faire feu". Mais le directeur de l’Ecole Normale fait la sourde oreille. Il finira par obtempérer après deux années de lettres de rappel et les 43 fusils modèles 1874 seront réintégrés avec leurs accessoires, en janvier 1884.

  • 65 ADR T 58 bis, lettre de F. Buisson du 17/5/1882 en expliquant les raisons : "J’ai en effet été inf (...)

84Il n’y aura aucune nouvelle livraison d’armes65, et le gouvernement décide d’arrêter la fabrication des armes à feu destinées aux écoles. En revanche, les circulaires des 6 et 25/4/1883, en application du décret du 6/7/1882 portant création des bataillons scolaires, imposeront l’utilisation d’un fusil scolaire dûment poinçonné. En conséquence tous les autres fusils devront être réintégrés pour être remis aux sociétés de gymnastique.

85Cet engouement pour l’instruction militaire ne peut faire oublier les difficultés rencontrées par le gouvernement et l’administration académique pour faire appliquer la loi sur l’obligation scolaire de la gymnastique. Le prestige dont jouissait l’armée a pu donner l’illusion d’une mobilisation massive en faveur des exercices physiques. Mais si l’instruction militaire s’est propagée dans les écoles, aidée en cela par la création des bataillons scolaires, l’enseignement de la gymnastique ne semble guère avoir suscité l’ardeur et le zèle des municipalités. La situation est assez confuse, en particulier à cause des oppositions entre catholiques et républicains. Sans doute à Lyon, la sécularisation de l’enseignement s’est-elle faite rapidement. Mais, en dépit de nombreuses décisions vexatoires prises par le Conseil municipal de Lyon, on assiste à un développement important de l’enseignement libre. Or, cette situation est d’autant plus fâcheuse pour les républicains que les programmes de celui-ci font une large place à la gymnastique. De plus, les "cléricaux" avaient adopté une attitude de franche opposition à l’instruction militaire et aux bataillons scolaires. Aussi l’Inspecteur d’Académie et l’Inspection Générale, faute de pouvoir agir sur les institutions congréganistes se contentent de sanctionner les instituteurs des écoles laïques lorsque leur zèle ou leur efficacité fléchissent.

86Plus que les oppositions idéologiques, le véritable frein à l’enseignement de la gymnastique est de nature culturelle. En dépit de son obligation scolaire, il apparaît qu’elle n’est pas une matière comme les autres. Lorsque les élèves manquent, les instituteurs sont démunis : ce sont souvent des instructeurs militaires qui se substituent à eux en dehors des heures strictement réservées à l’enseignement traditionnel. Les municipalités sont alors nombreuses à écrire à l’inspecteur d’académie ou au préfet pour recevoir des directives :

  • 66 ADR T 59/2, lettre du maire de Mornant du 17/11/1883.

"J’ai l’honneur de vous faire connaître que pendant l’année scolaire qui vient de se terminer, j’ai organisé dans ma commune l’instruction militaire scolaire, et qu’elle a été donnée depuis le mois de mai aux enfants de 11 à 13 ans. Les résultats obtenus jusqu’à présent ont été trop beaux pour que je ne prenne dès aujourd’hui les dispositions nécessaires pour continuer cette œuvre à la rentrée. Je viens donc auprès de vous, vous demander que les absences aux exercices théoriques et pratiques soient passibles des mêmes peines que les absences à l’école, chose qui ne s’est pas faite cette année, quoique la loi du 28/3/1882 ait inscrit l’instruction militaire dans ses programmes... Pendant l’essai que j’ai fait cette année de l’enseignement militaire scolaire, j’ai remarqué la bonne volonté et les facultés des enfants à se prêter à cet enseignement, mais par contre l’insouciance et le peu de cas qu’en ont fait la plupart des parents. Il n’y a donc d’autre moyen pour assurer l’exécution de cet enseignement, que d’exiger l’application de la loi pour cette partie comme pour le reste du programme ; c’est ce que je prends ici la liberté de vous demander pour l’avenir, car rien ne peut s’opposer à son exécution, les intérêts et les besoins des parents n’étant nullement lésés par ces exercices, qui sont donnés le jeudi et le dimanche, à raison de : une heure chaque fois, de une heure à deux heures du soir..."66.

87Comment s’étonner de ces difficultés particulières alors que c’est l’attitude générale envers l’Ecole et l’instruction qui est en cause ? Dans le Rhône, tout comme dans la Loire "les maîtres montrent beaucoup de bonne volonté à enrayer la désertion des classes... Ils se plaignent que la loi du 28 mars ne soit pas appliquée. Ils restent complètement désarmés devant des familles récalcitrantes qui comptent trop sur l’impunité de leurs infractions". Et l’Inspecteur d’Académie fait preuve de volontarisme lorsqu’il écrit : "il n’y a pas lieu de s’arrêter à ces résistances, il faut les vaincre par la persuasion et par l’exemple". D’année en année, il ne pourra que constater l’échec : l’enseignement de la gymnastique a de la peine à s’établir partout, faute de maîtres et à cause de la déficience des familles..." car on croit y voir une préparation au service militaire". Et il s’interroge : "que sera-ce lorsqu’il sera question d’y introduire les exercices du fusil et le tir à la cible !" Il apparaît cependant que ces résistances sont moindres dans les grands centres urbains : "la gymnastique pénètre aisément dans les grandes villes plus accessibles aux idées de progrès". Le véritable obstacle vient de la réticence des instituteurs.

  • 67 Le phénomène se généralisera au point que dans sa circulaire du 7/7/1890 le ministre en rendra l’u (...)

88Comment la vaincre ? Comment persuader les familles que gymnastique et instruction militaire doivent avoir le même statut que les autres matières ? Comment susciter émulation et intérêt pour un enseignement dont le caractère utilitaire n’est pas évident ? Le Ministre de l’Instruction Publique comprend très tôt tout le bénéfice à retirer d’une distribution judicieuse des récompenses. A partir de 1883, des prix d’instruction militaire et de gymnastique sont décernés lors de la distribution des prix67.

89Les récompenses sont données par le Ministère de la Guerre proportionnellement au nombre d’élèves qui reçoivent l’instruction militaire et gymnastique. Nous disposons ainsi d’un moyen d’appréciation indirect du nombre d’élèves concernés par cet enseignement.

90Un budget de 4 000 Frs pour l’instruction militaire et de 5 000 Frs pour l’enseignement de la gymnastique est débloqué pour doter ces prix. En fait, ceux d’instruction militaire concernent les élèves des établissements de l’instruction publique, et ceux de gymnastique sont attribués en 1883 aux sociétés de gymnastique : c’est une façon convaincante de montrer que le seul et véritable enseignement donné dans les écoles à cette période est celui qui prépare au service militaire.

91Il semble que ces dispositions n’ont pas été suivies très longtemps puisque dès 1884, les écoles primaires, les lycées et les collèges sont également dotés pour ces deux enseignements.

92Une étude plus précise permet de situer la place respective de l’enseignement gymnastique et de l’instruction militaire dans les écoles primaires et dans l’enseignement secondaire. Tout d’abord, il faut constater la progression globale des prix due d’abord à l’attribution massive de ceux de gymnastique, surtout après 1889. Ce phénomène est-il à mettre en relation avec la disparition des bataillons scolaires à Lyon et, simultanément, avec l’essor des sociétés conscriptives ?

93Cependant, en ce qui concerne les prix de gymnastique l’aspect le plus marquant de leur évolution est l’opposition qui existe entre l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire : lorsque les prix de gymnastique tendent à augmenter dans le premier, ils tendent à diminuer dans le second, et inversement. Comment interpréter ces fluctuations ?

94Rappelons tout d’abord que l’attribution des prix s’effectue proportionnellement au nombre des élèves qui reçoivent une instruction militaire et gymnastique. D’où l’explication partielle du décalage entre primaire et secondaire, les élèves de celui-là étant nettement plus nombreux. Il semble cependant que la création (en 1882) puis la disparition (en 1889) des bataillons scolaires à Lyon aient joué un rôle non négligeable dans le déclin de l’instruction militaire à l’Ecole. Pendant cette période, ils concernent les élèves âgés de 12 ans et plus : c’est le moment où l’enseignement secondaire concurrence sérieusement l’enseignement primaire en matière de prix d’instruction militaire. Car peu d’élèves des écoles primaires sont en âge de participer à la formation des bataillons scolaires... ce que regrette d’ailleurs l’Inspecteur d’Académie dans sa lettre au Préfet de la Marne. Les effectifs sont alors fournis par les élèves de l’Ecole de la Martinière et des écoles primaires supérieures. La suppression des bataillons scolaires, en 1889, semble provoquer une nette diminution des prix d’instruction militaire, compensée dès 1893 par l’impulsion nouvelle donnée par l’introduction du tir à la carabine Flobcrt dans les écoles primaires.

95Mais, comment ne pas prendre encore en compte l’influence des pratiques concurrentes, en particulier avec la naissance du mouvement sportif associatif qui introduit une opposition, sinon une rupture entre les pratiques conscriptives, scolaires, civiles ou militaires, et les pratiques sportives (qu’il s’agisse des sports athlétiques ou du vélocipède).

Lorsqu’on regarde l’évolution du nombre des prix de gymnastique, on est frappé par l’opposition entre le primaire et le secondaire. On assiste d’une part à la lente augmentation des sociétés conscriptives à partir de 1885, puis à une soudaine montée en flèche de leur nombre à partir de 1889-1890. Ne peut-on pas alors considérer que la disparition des bataillons scolaires laisse disponible un vaste marché éducatif : celui représenté par la masse des enfants scolarisés. L’Ecole abandonnant la formation militaire et restant déficiente dans l’enseignement gymnastique, laisse la place libre aux sociétés civiles et militaires. Les sociétés conscriptives vont prendre le relais de l’Ecole en proposant une gymnastique qui conservera ses caractéristiques pédagogiques et didactiques et ses orientations militaires et patriotiques. Le modèle scolaire de la culture physique diffuse en dehors de l’Ecole tout en suscitant parallèlement des formes de pratiques qui s’en démarquent, avec l’apparition à partir de 1886 d’une gymnastique médicale et hygiénique dispensée dans des sociétés commerciales : gymnase Guimard en 1886 et gymnase Ponten en 1887. Dans le même temps, un autre phénomène se produit qui, à l’époque peut paraître marginal et éphémère mais qui, en réalité aura des prolongements considérables : la naissance à Lyon des premiers clubs sportifs, en particulier l’Union Sportive du Lycée Ampère en 1890, suivie en 1895 par la création du Foot Ball Club de Lyon. Dans les deux cas, il s’agit d’associations dont le recrutement est assez mondain, bourgeois ou estudiantin. Ce mouvement répond, avec à peine quelques années de décalage, aux initiatives parisiennes et fait contre poids aux pratiques gymnastiques et militaires.

96Il était nécessaire d’anticiper quelque peu sur les événements qui suivront la période de 1880-1890 afin de mettre en relief l’extraordinaire mobilisation nationale autour des thèmes patriotiques. C’est également une façon de révéler les rapports qu’entretient l’Ecole avec son environnement social et culturel : initiatrice d’un large mouvement de légitimation de la culture physique, fondé sur une pratique disciplinaire et rationnelle d’exercices, elle invite à une découverte du corps sous des formes qui rappellent fidèlement les techniques de l’alphabétisation. Mais l’Ecole seule ne peut transformer la société, les habitudes, les mentalités. Elle a besoin de puissants relais éducatifs qui reprennent et amplifient son action. Le succès de son entreprise d’acculturation est à ce prix.

  • 68 Sternhell Z. La droite révolutionnaire (1885-1914), Paris, Seuil, 1978, en particulier le chap. 2.
  • 69 Spivak M., Le développement de l’éducation physique et sport français de 1852 à 1914, op. cit., p.  (...)

97Nul doute que la politique conduite par J. Ferry entre 1880 et 1883 ait eu un rôle incitatif. Rien n’a été négligé pour imposer la gymnastique en tant que discipline d’enseignement. Et l’on devine que cet effort a largement débordé le cadre de l’Ecole. D’autant plus aisément, d’ailleurs, que cet enseignement requérait la participation (non dénuée d’intérêts) des seules personnes qui, massivement, présentaient à défaut d’une compétence pédagogique, au moins une expérience vécue : les militaires. Dans ces conditions, leur mission ne pouvait se limiter à une simple participation à l’oeuvre d’alphabétisation des écoliers. Le contexte était favorable à une amplification des thèmes et des pratiques légitimés par l’Ecole. Bénéficiant d’une reconnaissance statutaire, d’une image encore favorable dans l’opinion (au moins jusqu’à la crise boulangiste qui correspond à la radicalisation de la Ligue des Patriotes de Déroulède), ils vont trouver dans la politique républicaine un large soutien (moral et pécuniaire) à leur militantisme68. Comme le fait remarquer M. Spivak, la réforme du service militaire a incité les militaires à favoriser la pratique des activités physiques dans une perspective disciplinaire69. Dans ces conditions, l’Ecole a pu bénéficier de relais éducatifs puissants, qui ont prolongé et amplifié son action.

Notes

13 Thibault J., Sports et éducation physique..., op.cit. pp. 79-93.

14 Weber E., La fin des terroirs..., op.cit., p. 123.

15 Ognier P., L’idéologie des fondateurs et des administrateurs de l’Ecole républicaine à travers la Revue Pédagogique de 1878 à 1900, in Revue Française de Pédagogie, no 66, janv.-fév.mars 1984, p. 10.

16 Arnaud P., Les croisés de la République : incorporation de l’enfant, pratiques gymnastiques et conquête de l’Ecole républicaine à Lyon et dans le département du Rhône (1880-1890), in Bulletin de la Société Binet-Simon, VI - 1981, no 583, pp. 1004 à 1020.

17 B.A.M.I.P., no 495, juin 1882 - Discours de J. Ferry à la fête fédérale de gymnastique de Reims, p. 426.

18 Discours de J. Mace au Trocadéro qui marque la fondation officielle de la Ligue de l’Enseignement, le 21/4/1881.

19 Vigarello G., Le corps redressé..., op.cit. p. 162

20 Lequin Y., Les ouvriers de la région lyonnaise..., op.cit., tome 2, en particulier le chapitre 1.

21 Chassagne A. et Dally E., Influence précise de la gymnastique sur le développement de la poitrine, des muscles, et de la force de l’homme, Paris 1881, p. 2.

22 Pansu H., Le travail des enfants à Lyon et dans le département du Rhône au 19ème siècle, Service éducatif des Archives départementales de Rhône, 1983.

23 Cf. Fohlen C., Le travail au 19ème siècle, Paris, PUF, Que sais-je, p. 36.

24 Querrien A., L’ensaignement -1. L’Ecole primaire in Recherches, no 23, Paris, Juin 1976, p. 42.

25 Simon J., L’ouvrier de huit ans. Cité par A. Querrien, ibid., p. 43.

26 Murard L. et Zylberman P., Le petit travailleur infatigable, in Recherches, Paris 1976, p. 51. Le dossier de H. Pansu, précédemment cité, montre, au travers d’une riche iconographie, que cette description est tout à fait réaliste.

27 Cf. dossier Pansu. Il s’agit des circulaires du 21/11/1879 et du 20/5/1882. En réalité, l’auteur signale qu’à Cours (Rhône), 50 % des enfants travaillant à la filature de coton sont totalement illettrés et travaillent munis d’un certificat de complaisance délivré par les instituteurs congréganistes.

28 Ehrenberg A., Le corps militaire..., op.cit., p. 84.

29 Chambat P., Les muscles de Marianne..., op.cit., p. 142.

30 Ehrenberg A., Le corps militaire..., op.cit., p. 97.

31 Discours de J. Ferry à la fête fédérale de gymnastique de Reims, op.cit. p. 425-426.

32 Loi du 27/1/1880, art. 1 - B.A.M.I.P. no 449, pp 117-118.

33 Deux pour le Sénat : le 16/6/1879 et le 25/6/1879 ; deux pour Chambre des députés : le 16/12/1879 et le 21/1/1880.

34 Le paradoxe est d’ailleurs cocasse car, selon la loi militaire de 1872, les instituteurs sont dispensés de service militaire !

35 B.A.M.I.P. no 290, Lettre aux Recteurs du 27/9/1872.

36 B.A.M.I.P. no 453 - 20/5/1880, lettre de J. Ferry aux recteurs pp. 526-527.

37 B.A.M.I.P. no 465 - 29/3/1881, p. 553.

38 B.A.M.I.P. no 477 - 28/1/1882 - partie non officielle, p. 253. Discours de P. Bert, aux membres de la Commission de l’éducation militaire.

39 B.A.M.I.P. no 495 - 2/6/1882, pp. 424-425, op.cit.

40 Tissie P., L’éducation physique, (2ème édition), Paris, Larousse 1901, p. 18.

41 B.A.M.I.P. no 477 - discours de P. Bert 28/1/1882, op.cit. p. 255-256. Les conférences pédagogiques cantonales ont été crées par l’arrêté du 5/6/1880.

42 B.A.M.I.P. no 492 - 13/5/1882 - discours du colonel Riu, délégué par le Ministre de l’Instruction publique à l’Ecole Normale de filles de Blois.

43 Le règlement des écoles normales d’institutrices prévoiera la place des exercices corporels dans l’organisation de la journée B.A.M.I.P. du 3/8/1881, pp. 1216-1217 : "il sera donné huit heures de sommeil. Sur les heures de la journée, six environ seront employées aux soins de propreté, repas, récréations et exercices corporels". Le décret du 12/4/1886 indiquera que l’enseignement de la gymnastique doit être donne "par des dames" (art. 1) et exceptionnellement par un homme. Elles devront être pourvues du C.A.E.G. (art. 11 du décret du 3/2/1869). Cf la circulaire Goblet - BAMIP no 697 du 24/4/1886 et le décret du 12/4/1886.

44 B.A.M.I.P. no 504 - 5/8/1882 - Arrêté réglant l’organisation pédagogique et le plan d’études des écoles primaires publiques.

45 Non seulement les Ecoles Normales ne peuvent former des instituteurs en nombre suffisant faute de candidats, mais les écoles primaires publiques sont souvent dotées d’un personnel usé et âgé. Les cas sont suffisamment fréquents pour être signalés : à Arthun (Loire) une institutrice a 69 ans ; à Pouilly les Feurs une institutrice a 76 ans. Au Chambon Feugerolles, à St Agathe etc... nombre d’instituteurs ont entre 60 et 70 ans ou plus ! in ADL série T 1545 rapports des inspecteurs primaires, années 1870 à 1880.

46 Bert P., L’instruction civique à l’Ecole, Paris, Picard-Bernheim, 9ème éd., 1883.

47 AML - D.C.M. du 4/4/1881, rapport de l’achitecte en chef de la ville.

48 ADR, série T 183/3.

49 ADR, série T 58 et T 59.

50 B.A.M.I.P. no 518 du 11/11/1882. Et J. Ferry écrit aux préfets que "les demandes se multiplient dans une telle proportion qu’il m’est absolument impossible de donner suite à un grand nombre d’entre elles". Il limitera alors les subventions aux seules écoles de garçons - (sont exclues les écoles de filles et les écoles mixtes) et aux seules communes ayant effectué des "sacrifices" substantiels...

51 ADR, série T 58 - tableau récapitulatif, enseignement de la gymnastique dans le département du Rhône, au 1/5/1882. Encore faut-il remarquer que la plupart de ces gymnases sont installés à Lyon.

52 Arrêté du 10/1/1889 pour les écoles normales et 8/8/1890 pour les écoles maternelles, primaires élémentaires et primaires supérieures.

53 Sur cet aspect de la question se reporter à : Luc J.N., La Formation des professeurs de maîtres d’écoles en France avant 1914, in Revue Française de Pédagogie, no 51, juin 1980, p. 50 Laprevote G., Les Écoles Normales Primaires en France (1879-1979) op.cit.
Prost A., L’enseignement en France, op.cit. Entre 1878 et 1886 le nombre des écoles normales d’instituteurs est passé de 79 à 87, celui des écoles normales d’institutrices pour la même période de 19 à 81. Il faut dire que les Ecoles Normales de filles ont été créées longtemps après celles des garçons. La loi du 9/8779 (J. Ferry) oblige chaque département à entretenir une Ecole Normale de garçons et une Ecole Normale de filles. Dans le département du Rhône, seule existait une Ecole Normale de garçons à Villefranche créée en 1834. En 1885-1886 elle fut remplacée par l’Ecole Normale de garçons de Lyon, et l’Ecole Normale de filles fut ouverte à Lyon en 1880.

54 ADR T 58, Etat statistique de l’enseignement de la gymnastique dans le département du Rhône. Tableau récapitulatif du 1/5/1882.

55 ADR. Délibérations du Conseil Général du Rhône, année 1880. Rapport du 20/7/1880 pp. 579 à 631.

56 Les professeurs titulaires du C.A.E.G. sont divisés en trois classes et leur traitement est fonction de la classe à laquelle ils appartiennent et de la situation géographique de leur établissement. Par exemple (arrêté du 13/12/1882) :

1ère classe

3ème classe

Paris

2 000 Frs

1 600 Frs

Lyon

1 900 Frs

1 500 Frs

Quant aux filles, l’enseignement de la gymnastique est confié à des "dames" dans les lycées et les collèges qui devront disposer du C.A.E.G. (décret du 12/4/1882)..

57 Le document original se présente sous la forme d’une liste nominative. Nous l’avons donc exploité de telle manière qu’apparaissent les effectifs disponibles en fonction des grades et des communes concernées.

58 ADR T 58, lettre de l’Inspecteur d’académie du 16/5/1882.

59 La plupart de ces enseignants, engagés sous contrat, sont tenanciers de salles commerciales de gymnastique ou d’escrime. Outre Lepin, Vial et Werler, il faut signaler Combes, Trigaud, Voland, Portail, Guimard, Honore etc... (cf. dossiers associations de la série ADR 4 M ainsi que l’Indicateur lyonnais Henry, années 1879 à 1914.

60 Dans son rapport, l’Inspecteur d’académie Courciere indique que la gymnastique pour les jeunes filles ne saurait exister du fait de l’absence de personnel. Cependant les élèves-maîtresses reçoivent deux leçons par semaine et vont une fois par semaine "dans un gymnase spécial pour les jeunes filles" afin de s’initier "aux exercices particuliers aux enfants de leur sexe”. ADR, Rapport au Conseil Général, année 1888.

61 Décret du 3/2/1869, op.cit.

62 ADR T 58 et ADR T 185. Le directeur de l’Ecole Normale de Villefranche sollicitera l’envoi de fusils (courrier du 2/2/1880) et recevra satisfaction. En 1883, l’Ecole Normale disposait d’équipements militaires complets pour 43 élèves maîtres.

63 ADR T 58 bis, lettre du 22/10/1881. La circulaire du 6/7/1882 fixera les conditions réglementaires d’exécution du tir dans les écoles.

64 ADR T 68 bis - lettre de l’Inspecteur d’académie au Préfet du 27/11/1881.

65 ADR T 58 bis, lettre de F. Buisson du 17/5/1882 en expliquant les raisons : "J’ai en effet été informé que presque partout, les instituteurs ou instructeurs chargés de l’éducation militaire des enfants avaient une tendance à détourner le fusil scolaire de son véritable but, en l’utilisant comme fusil d’exercice, ce qui, par suite d’une prompte détérioration, pourrait amener dans le tir des accidents regrettables".

66 ADR T 59/2, lettre du maire de Mornant du 17/11/1883.

67 Le phénomène se généralisera au point que dans sa circulaire du 7/7/1890 le ministre en rendra l’usage obligatoire : "la distribution de ces récompenses se confondra avec celle des prix réservés aux études classiques". Et le prix d’excellence ne pourra être attribué qu’aux élèves qui auront accompli tous leurs devoirs dans toutes les disciplines.

68 Sternhell Z. La droite révolutionnaire (1885-1914), Paris, Seuil, 1978, en particulier le chap. 2.

69 Spivak M., Le développement de l’éducation physique et sport français de 1852 à 1914, op. cit., p. 41. Cf également les analyses de Ehrenberg A., Le corps militaire, op.cit.

Notes de fin

1 ADR - non classé. Etage 4B-travée 3488. Il s’agit de liasse de documents manuscrits, concernant les préparations de cours et les fiches de notes des élèves de l’école annexée.

2 Au sommet des fiches de notation il est rappelé que les notes correspondent à des appréciations. Mal=3 ; Médiocre=4 ; Passable=5 ; et Bien=6. Il semble donc que pour la discipline et l’application les notes s’étagent de 3 à 6 (sur l’ensemble des fiches nous n’avons jamais trouvé de notes inférieures à 3 ou supérieures à 6). La mention Très Bien ne figure pas. Quant aux notes relatives à l’éxécution d’un exercice (ici un balancer aux barres parallèles, mais ce peut être un rétablissement ou autre) elles s’étagent de 1 (nous n’avons jamais observé de zéro) à 31... ce qui semble indiquer l’usage d’un coefficient (cependant il n’y a jamais de notes décimales).

Table des illustrations

Légende (1) le total est supérieur au nombre de textes parus, puisqu’un même texte officiel peut se référer à plusieurs rubriques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre MATIERES ENSEIGNEES PENDANT LE MOIS
Légende Villefranche le 28 Juin 1884
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre NOTES SUR LES ELEVES MAITRES
Légende Le directeur de l’école annexeLA VENIR (signature)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre MATIERES ENSEIGNEES PENDANT LA SEMAINE
Légende L’élève maitre de 3ème annéeDUPASQUIER (signature)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre ETAT DES HOMMES DE LA RESERVE ET DE L’ARMEE TERRITORIALE DU DEPARTEMENT DU RHONE...(Sources : A.D.R. T 59/2, au 26/12/1882)
Légende . arrondissement de LYON : 19 cantons, 134 communes569731 habitantsdont 376613 à LYONet 193118 (sauf LYON). arrondissement de VILLEFRANCHE : 10 cantons, 134 communes171739 habitants. TOTAL du département du Rhône : 741470 habitants
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre ETAT DES HOMMES DE LA RESERVE ET DE L’ARMEE TERRITORIALE DU DEPARTEMENT DU RHONE...(Sources : A.D.R. T 59/2, au 26/12/1882)
Légende . 7° Corps d’Armée : La Croix-Rousse ; Neuville sur Saône. 8° Corps d’Armée : Villefranche ; St Etienne les O. ; Anse ; Monsols Beaujeu ;Fleurie ; Belleville ; Lamure s/Az. ; Tarare ; Amplepuis ; Le Bois d’Oingt ; Thizy. 13° Corps d’Armée : Vaise ; St Laurent de Ch. ; St Symphorien-sur-C. ; L’Arbresle ; Limonest ; Tassin ; Vaugneray ; Condrieu ; Ste Colombe ;Mornant ; Sept-Chemins. 14° Corps d’Armée : Sept-Chemins ; LYON (du 1er au 6ème arrondissement) ; Villeurbanne ; Givors ; La Mulatière ; St Genis-Laval
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15983/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search