Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Première partie. Le temps des hésitations

Chapitre III. Les raisons d’un échec

Texte intégral

1Une volonté politique a-t-elle quelque chance de se concrétiser si elle ne s’appuie pas sur un consensus social ? Si elle ne correspond pas à des attentes, à des demandes ? Si elle ignore les manières de vivre et de penser des populations qu’elle vise ? Peut-on vouloir "leur bien" contre la volonté des intéressés ?

  • 44 ADL T 751 - rapport sur la situation du service de l’instruction primaire au 1er juillet 1885 dans (...)
  • 45 Rapport du Docteur Hillairet, op.cit. p. 81 "Il n’y a pas très longtemps, le goût de la musique éta (...)
  • 46 Ostenc M., Histoire de l’éducation en France, Bulletin de la société Binet-Simon, no 594, V, 1983, (...)

2On sait déjà que l’application de la loi Ferry sur l’instruction obligatoire se heurte à l’indifférence des familles. Les inspecteurs primaires et les inspecteurs d’académie n’ont pas manqué (et cela jusqu’aux premières années du XXème siècle) de cerner les raisons de ces difficultés. Si "les populations n’apprécient pas les bienfaits de l’instruction"44, c’est parce que celle-ci est perçue comme inutile et non rentable, particulièrement dans les cantons ruraux où les enfants représentent une main d’œuvre appréciée. Il apparaît alors clairement qu’une politique, particulièrement en matière scolaire, a besoin de s’appuyer sur des besoins de formation ou d’instruction dont les intéressés puissent évaluer les avantages. Les nécessités d’une instruction physique peuvent s’imposer avec évidence aux responsables d’une politique scolaire et, néanmoins, susciter l’indifférence ou l’hostilité. Certes, le maximalisme scolaire ne pouvait ignorer le corps. Mais de telles décisions risquent d’ignorer complètement la distance culturelle qui sépare les pratiques scolaires de la gymnastique et les habitus populaires. Notre hypothèse consiste à dire que l’offre de l’Ecole en matière de culture physique anticipe de beaucoup sur les capacités d’adhésion de la population, et cela d’autant plus que la pratique organisée et systématique des activités physiques est inexistante. N’est-il pas symptomatique de constater que le Docteur Hillairet, dans son rapport, prend l’exemple à propos de l’enseignement de la musique, de l’influence bénéfique des société orphéoniques ? Le succès de l’enseignement de gymnastique n’est-il pas également suspendu à l’existence de relais éducatifs institutionnels (en l’occurrence les sociétés de gymnastique) aptes à propager "le goût des exercices corporels" et à former des instructeurs45 ? Ainsi, l’échec des lois successives relatives à l’enseignement de la gymnastique peut-il s’expliquer par l’absence d’une demande ou d’une attente explicites. Dans un autre domaine, proche pourtant de celui qui nous préoccupe, F. Furet et J. Ozouf ont montré qu’il y avait un parallélisme entre la carte de l’alphabétisation et la demande sociale d’instruction. La création d’un réseau scolaire répond dans ce cas, à une logique des rapports de l’offre et de la demande, la seconde semblant le plus souvent précéder la première : "Leur thèse démontre surtout que l’école ne se conçoit pas en dehors d’un contexte social. C’est la demande sociale d’instruction qui incite à la création d’écoles, qui pousse les parents à y envoyer leurs enfants, qui motive les élèves et permet à la scolarisation de déboucher sur l’alphabétisation"46. Pouvons-nous constater le même phénomène en ce qui concerne les rapports de la pratique sociale des activités physiques et l’offre scolaire de gymnastique ? Et pourquoi la gymnastique ? Doit-on considérer qu’elle représente le versant légitime de la culture physique ? Se poser la question, c’est nécessairement tenter une ouverture dans les territoires extra-scolaires des pratiques d’exercices. C’est interroger la vie quotidienne dans ses aspects les moins connus. L’entreprise est délicate car, jusqu’en 1880 au moins, les pratiques d’activités physiques échappent, pour l’essentiel, à toute organisation structurée. Les associations de toute sorte sont victimes d’une surveillance drastique, tant de la part de l’Empire libéral que de la République naissante. Quant aux formes spontanées de l’activité physique, ludique ou récréative, elles s’inscrivent dans le folklore populaire et, à ce titre, échappent le plus souvent à la mémoire collective.

A - UN PATCHWORK CULTUREL

3Il est bien difficile de trouver une unité dans la profusion des formes plus ou moins spontanées des pratiques physiques. Si Lyon fait figure de métropole attractive, le reste du département du Rhône est essentiellement rural. Et rien ne permet de confondre les modes de vie citadin et villageois. Avec le développement de l’industrialisation et du commerce, naissent de nouvelles formes de sociabilité dont les pratiques physiques récréatives peuvent fournir des indices. Le passage du monde rural aux grandes agglomérations s’accompagne d’une modification des rythmes de vie et d’une désintégration des activités quotidiennes. La naissance des sociétés sportives, sous une forme légale et formelle, est sans doute à mettre au compte des ruptures occasionnées par le passage d’un temps cyclique, marqué par les rythmes des saisons et des fêtes religieuses à un temps linéaire fondé sur l’organisation rationnelle du travail. Leur existence peut encore s’expliquer par le besoin impérieux de retrouver au sein de la ville (étrangère et hostile) un havre de paix et de sécurisation : la majorité des ouvriers et employés sont déracinés. La vie associative peut permettre de se retrouver entre soi, gens du pays ou exerçant la même profession, et de pratiquer ensemble des jeux qui ont des vertus conviviales beaucoup plus que sportives.

  • 47 Loux F., Le corps dans la société traditionnelle, Paris, Berger-Levraut, 1979, p. 114.

4A l’opposé, les campagnes perpétuent les traditions autour d’une sociabilité familiale, domestique ou communautaire. Soit qu’il s’agisse de réunions entre intimes du voisinage, soit que la fête officielle (le plus souvent patronale), rassemble dans la liesse et l’exubérance les populations locales. Cercle fermé, protégé, confidentiel dans le premier cas. Rassemblement populaire, désordonné et prétexte à toutes les transgressions dans le second. Ils ont cependant en commun de donner aux jeux et aux pratiques physiques d’agrément (quilles, boules, tir à l’arc...) une signification existentielle. Comme le souligne F. Loux, ces jeux ne sont pas encore des sports ; ce qui domine, c’est l’implication dans la communauté et l’intégration de chacun dans la vie locale : "dans la fête traditionnelle, le spectacle a une place importante : dans la lutte, les jeux de force et d’adresse, il y a des assistants, mais ceux qui concourent et ceux qui les regardent appartiennent à la même catégorie sociale"47.

5Ainsi la solidarité communautaire semble-t-elle être le principe fondateur de la sociabilité sportive, que celle-ci s’exprime sous sa forme conviviale ou séculière : rassemblement de personnes ayant en commun des affinités et les exprimant au travers d’activités communes en des lieux spécifiques (le café principalement, mais aussi la "maison" ou la "maisonnée" dans certaines activités traditionnelles comme le tir à l’arc ou le jeu de sarbacane). Cependant, de la fête villageoise à la société sportive, on voit se transformer les formes de sociabilité. Alors que les fêtes traditionnelles avaient fixé les gens dans leur milieu dans leurs habitudes ancestrales, les jeux d’agréments transposent dans les zones urbanisées et sous une forme symbolique, les principes de la solidarité communautaire. Progressivement, et c’est évident lorsque naissent les premières sociétés sportives, on assiste à une "sécularisation" de la sociabilité : tout se passe comme si la rationalisation du travail industriel, la rupture entre temps de travail et temps de loisir avaient engendré des tonnes nouvelles de pratiques physiques et de sociabilité. Paradoxalement, le processus d’intégration nationale a été rendu possible par la désintégration de la vie communautaire.

1 - La liesse et le désordre

6Dans une société traditionnelle la vie quotidienne est tout entière consacrée au labeur. Les conditions d’existence sont dures, les plaisirs rares. Il reste que les réjouissances publiques offraient des possibilités uniques de se livrer à des jeux physiques dans lesquels pouvaient s’exprimer la force ou l’adresse de chacun. La fête, religieuse le plus souvent, ou bien née d’une initiative locale afin de marquer un événement extraordinaire, était le prétexte à des débordements souvent incontrôlables. Elle instaure une rupture et, de ce fait, "autorise" d’une façon éphémère la transgression de certains interdits. Qu’elle s’inscrive dans la tradition, c’est-à-dire dans la répétition cyclique (c’est le cas pour les fêtes baladoires ou vogues à Lyon et dans l’espace lyonnais) ou dans l’occasionnel (c’est le cas lorsque, à St-Genis Laval, à Givors ou dans les communes bordant le Rhône, des fêtes sont organisées au profit des inondés), elles participent de l’identité locale et de la solidarité communautaire. Elles étaient également l’occasion d’une transgression culturelle spontanée (donc, selon l’expression de M. Grubellier, non organisée, non dirigée de l’extérieur) favorisant l’intégration des personnes et forgeant leur identité locale ou régionale.

7Mais ce qui caractérise la fête laïque, c’est d’abord sa violence, son désordre. Lorsque, en 1841, 6 000 personnes assistent à la fête en faveur des inondés de St-Genis Laval, l’intérêt pour le lâcher du ballon tricolore emportant avec lui une statue colossale de Napoléon, est vite remplacé par le spectacle des rixes et des pugilats. Le phénomène, loin d’être exceptionnel nourrit tous les rapports de police jusqu’à la fin du XIXème siècle : toute manifestation populaire se traduit inéluctablement par des désordres difficilement maîtrisables. Ce qui conduit les autorités préfectorales à refuser systématiquement toute autorisation de fête à cause des plaintes régulièrement déposées par les propriétaires de champs ou de plantations qui voient leur outil de travail saccagé, les arbres cassés ou arrachés. De plus, le spectacle offert par ces rassemblements froisse la morale publique ; les rivalités entre clans de jeunes gens ou entre villages dégénèrent en bagarres, et le temps éphémère de la fête autorise toutes les licences : ivresse, débauche, insultes, etc... Les maires s’insurgent contre de tels agissements : "Comment obtenir des invités étrangers (à la commune) l’ordre et la tranquillité si eux mêmes (les habitants autochtones) sont en division et en disputes". Les jeux physiques eux-mêmes sont prétextes à des tricheries qui excitent participants et spectateurs. C’est le cas à St Rambert où "les dernières fêtes de l’Ile Barbe ont été l’occasion de désordres graves" opposant mariniers et forces de l’ordre. A Villechenève, la fête baladoire est le prétexte chaque année à des batailles rangées : "C’est une fête de querelles et de disputes, d’inimitié". La ville n’est pas épargnée et le maire de la Guillotière en arrivera à interdire "la danse au son de la musette dans les établissements publics parce qu’ils sont le repaire des filles publiques et des vagabonds".

  • 48 Weber E., La fin des terroirs, la modernisation de la France rurale, Paris, Fayard-édit. Recherches (...)

8Comme le souligne Eugen Weber, "d’une façon ou d’une autre, fêtes et désordres étaient liées"48. Sans doute parce qu’elles introduisaient une rupture dans la vie quotidienne. Elles avaient ainsi une fonction libératrice. Exutoires, instruments de régénérescence, elles introduisaient la vie au travers de combats parfois sanglants et... mortels. On comprend dans ces conditions pourquoi l’Ecole plaçait la morale et la discipline au cœur du processus d’enseignement ! Elle représentait avec l’armée et la police le symbole de l’ordre et l’espoir prochain d’une civilisation des populations. Quoi qu’il en soit, ces débordements persisteront longtemps encore comme en témoignent les nombreuses rixes qui perturbent les fêtes baladoires de la Croix-Rousse, de St-Pothin ou du quartier de Serin, systématiquement dénoncées par le Nouvelliste ou l’Echo. Jeux de lutte, mâts de cocagne, épreuves de force ou d’adresse, très rapidement le défi et le combat dégénéraient en bataille rangée où s’affrontaient les jeunes gens des différents quartiers : St-Just contre la Croix-Rousse ; les Brotteaux contre la Guillotière. Pourtant, les affiches conservées dans les archives départementales laissent augurer de réjouissances paisibles et joyeuses : "les jeunes gens qui tiennent la fête seront vêtus de pantalons et de gilets blancs, vestes bleues, chapeaux à bords relevés ornés de panaches tricolores ; ils seront, en outre, décorés d’écharpes de soie et porteront les rames et les lances destinées à la joute. Dans la matinée, ils parcourront ainsi la ville, avec tambours et musique en tête...". Le programme, copieux, fait une large place aux jeux physiques : joutes puisque nous sommes dans le quartier des mariniers, mais aussi tir de l’anguille, danses publiques, tir à la cible, à l’arbalète, à l’épée, pantomime etc...

9. Ces mêmes activités se répétaient lors des fêtes annuelles de quartier ou lors de l’inauguration d’un monument ou d’un groupe scolaire.

10. Progressivement cependant, les jeux physiques vont s’autonomiser et s’inscrire en des lieux et des temps spécifiques, fournissant aux amateurs de sensations fortes le spectacle de la force virile et de la violence. Ces "arènes athlétiques" accueillant un public populaire semblent avoir fonctionné dès les années 1830 pour disparaître progressivement lorsque se développeront les sociétés sportives.

  • 49 ADR 482 Tableau des vogues à Lyon en 1899. Cf. également AML 2 F 73-303164. Vogues et fêtes baladoi (...)
  • 50 ADR 4M 481 - Enquête du 25/1/1872 sur l’Etat des théâtres, petits théâtres, crèches, spectacles méc (...)

11Mais si la vogue tient une place importante dans les festivités et le folklore lyonnais (il y en a environ une quarantaine chaque année, entre mai et septembre, dans les différents quartiers de Lyon et les communes avoisinantes), il ne manque pas d’occasions d’organiser des festivités bruyantes49 De nombreux cabaretiers ouvrent, afin d’augmenter leurs bénéfices, des salles de danse et organisent des fêtes sans autorisation. En dépit des contrôles de police et des interdictions préfectorales, les bals se maintiendront, d’autant plus fréquentés qu’ils étaient l’occasion de jouer du poing. Il est probable que, à cette époque, mieux valait savoir se battre que savoir danser... Lorsque, quelques décennies plus tard, se multiplieront à Lyon les sociétés et les salles de danse, ce sera sans doute parce que les mœurs se seront passablement assagies, autorisant du même coup une attention nouvelle à la technique du danseur. Ces espaces spécialisés pour accueillir des pratiques physiques "urbaines" faisaient l’objet d’enquêtes régulières qui aboutissaient à l’obtention ou au retrait de l’autorisation préfectorale. Leur nombre était assez important puisque, en 1872, Lyon possédait 59 lieux de réunions publiques dont 17 pour les bals (essentiellement dans le quartier St Louis et la Part-Dieu) et 8 pour les activités de tir (tir massacre, tir à l’arbalète, tir au casse pipe, tir à la carabine Flobert) concentrées dans les quartiers de la Part-Dieu et de la Bourse50.

  • 51 ADR 4M 483 (nombreux rapports) De telles scènes de violence motiveront en 1899 l’intervention du Pr (...)

12Mais parallèlement, se dessine une production spectaculaire organisée par des professionnels. Ainsi dès les années 1830, sont organisées des courses de taureaux en plein coeur de la ville. Si l’initiative semble revenir initialement à des bouchers ou à des traiteurs, ces courses seront progressivement présentées dans des arènes spécialement conçues (arènes Mazzantini au grand Camp, arènes lyonnaises toutes deux en 1894) avec des taureaux fournis par des éleveurs ou des promoteurs du Sud-Ouest ou d’Espagne avec l’appui financier des commerçants lyonnais. Ces arènes, longtemps implantées au cœur des quartiers lyonnais (enceinte de planches avec des jardins rustiques), fourniront le spectacle de luttes sauvages entre les taureaux et les matadors... quant ce n’est pas les spectateurs. Si la mise à mort est rigoureusement interdite, les spectateurs la demandent... et finissent parfois par l’obtenir. Scènes sanglantes, où, souvent, le commissaire de police est obligé d’intervenir en descendant dans l’arène pour désarmer le matador. D’où des rixes et de nombreux incidents51.

  • 52 ADR 4M 480, rapport du commissaire spécial du 5/7/1839 ; cf. également, sur l’histoire de la lutte (...)

13Désordre et violence. Telles semblent bien être les caractéristiques essentielles des jeux physiques et du spectacle qu’ils offrent. Cette attirance pour les affrontements virils (et souvent sanguinaires) se confirme avec l’organisation de combats de lutte ou de boxe dans quelques cabarets lyonnais ou plus souvent dans des "arènes" spécialisées. Combats dans lesquels, souvent, les spectateurs deviennent acteurs. Un exemple typique permet de comprendre les modalités de passage d’un combat faiblement réglementé à la lutte codifiée. En 1839, le sieur Exbrayat organise dans "l’arène française" des combats de lutte qui finissent par provoquer la demande de fermeture de l’établissement par le Commissaire de police de la Guillotière. Là, se déroulent des matchs, annoncés par voie de presse et d’affiches, entre des lutteurs du midi et des lutteurs lyonnais. "Cette espèce de provocation avait attiré une affluence considérable dans l’arène et des paris s’y étaient établis entre les spectateurs"52. Mais de tels combats, du fait des lacunes du règlement, tournaient souvent en un pugilat général. Que l’un des combattants conteste la victoire de son adversaire et le public se partageait aussitôt en deux camps (les paris devaient y être pour quelque chose). Le spectacle était alors dans la salle. Le commissaire de police ne manque pas de souligner les carences du règlement : absence de juge de camp, de critères objectifs pour juger de la validité des coups portés. Mais, ce qui est plus intéressant, il n’hésite pas à proposer des solutions pour que de tels incidents ne se renouvellent pas. Et ce n’est pas sans surprise que l’on voit un commissaire de police décrire, avec une lumineuse prémonition, les règles de la lutte qui seront adoptées quelques décennies plus tard.

"Le spectacle de lutte est à mon avis d’une très grand immoralité ; d’un autre côté, il n’est fréquenté que par des gens qui appartiennent à la basse classe, ce qui fait craindre que des collisions engagées entre eux devinssent sanglantes..."

14Sur ces considérations qui confirment simultanément la préoccupation constante de ne promouvoir que les spectacles et les activités propres à moraliser les masses et le succès populaire des arènes, le commissaire consent à rouvrir l’établissement :

  • 53 ADR 4M 480 - rapport du commissaire de police de la Guillotière, du 5/7/1839.

"1° si des juges de camp sont désignés qui ne seraient pris ni parmi les spectateurs, ni parmi les lutteurs,
2°si l’enceinte réservée aux lutteurs est entourée de manière à ce que le public ne puisse pas y entrer ;
3° une fois les lutteurs hors de l’enceinte ils ne devront point y entrer pour parler au public comme ils le font toujours ;
4° nul ne pourra lutter si son nom n’est à l’avance indiqué sur l’affiche. Cette mesure a pour but d’éviter que des individus ivres se fassent demander par le public..."53.

15Cette simple description, en négatif, permet d’imaginer sans peine les scènes tragi-comiques qui devaient agrémenter ces combats. Mais cet exemple n’est pas unique. Il existe à Lyon, pendant tout le XIXème siècle, des arrière-salles de cabaret où l’on se livre à de véritables combats entre professionnels et amateurs, qui sont autant d’occasions de multiplier les paris. C’est sans doute pour canaliser et contrôler cette agressivité que les autorités préfectorales autoriseront l’existence d’arènes "officielles", comme celle d’Exbrayat ou de Blanchart.

16Face à ces activités physiques plus ou moins organisées, il en existe d’autres qui, pour être moins spectaculaires et brutales, témoignent encore des difficultés de l’administration à policer les mœurs. Les conflits entre baigneurs et agents de la force publique, s’ils opposent le plus souvent des enfants et des adolescents (mais aussi des adultes), relèvent tout autant du jeu "du gendarme et des voleurs" que d’habitudes profondément enracinées. La situation de Lyon, entre Rhône et Saône, incitait de nombreuses personnes, dès le retour de la belle saison, à braver les interdits municipaux et préfectoraux. Là encore, les milieux populaires et défavorisés furent les agents actifs de provocations répétées. Mais, pour autant, ils n’étaient pas les seuls et les militaires eux-mêmes devinrent la cible des gendarmes à cheval. S’il existait à Lyon quelques établissements de natation (en particulier en aval du pont Morand dans les années 1835-1836) où les baigneurs étaient autorisés et surveillés, la quasi-majorité des lyonnais préférait se livrer à leurs ébats nautiques en des lieux sauvages ou, plus souvent, sous les yeux scandalisés des promeneurs... Il apparaît nettement dans les rapports de police que le souci de la moralité et de la décence l’emporte sur la prévention des noyades ! Ainsi de nombreux procès verbaux sont-ils dressés :

"Le jeune Haond, 16 ans et demi, avait pour se baigner un tablier. Ce n’était pas une caleçon il est vrai, mais néanmoins ses parties sexuelles étaient complètement couvertes". Il sera verbalisé pour avoir adressé des gestes obscènes à des passants circulant de l’autre côté de la Saône.
D’autres rapport font état du très grand nombre de personnes se baignant en caleçon dans le Rhône en aval du chemin de fer de Lyon à Genève ou dénoncent des militaires se baignant "entièrement nus" dans les fosses d’enceinte du fort de la Vitriolerie. Et le maire de Lyon n’hésitera pas à s’adresser au Préfet pour lui signaler "des faits contraires à la morale publique"... "certaines personnes se baignant dans un état complet de nudité. Les nombreux habitants de ce quartier ne peuvent sortir de chez eux ni se mettre à la fenêtre..."

17En fait, malgré les rondes des gardes à cheval, les contrevenants parviennent à échapper aux amendes. Souvent aidés par les bateliers, ils rivalisent surtout d’ingéniosité pour contourner les pièges de la police ; par exemple en se déshabillant sur des pièces de bois ou de petites embarcations qu’ils emmènent avec eux à la nage. Cet article de l’Express montre que le goût pour les bains est moins le fait de l’hygiène que le plaisir de braver les forces de l’ordre.

  • 54 L’Express du 9/7/1888.

"Baigneurs et agents : plusieurs jeunes gens se baignaient, samedi vers les sept heures du soir, dans les eaux de la Saône, entre la passerelle St Vincent et le pont La Feuillée. Des gardiens de la paix, conformément aux instructions municipales, voulurent leur dresser contravention. Ils attendirent donc que les baigneurs eussent terminé leurs ébats nautiques pour les cueillir à leur arrivée au bord de l’eau. Mais ceux-ci se gardèrent bien de l’aborder. Un bateau se trouvait à leur portée. Y monter fut pour eux l’affaire d’un instant, et tranquillement, ils descendirent la Saône. Les agents ne voulant pas lâcher les délinquants, suivirent la barque. Arrivés au pont d’Ainay, nos gaillards ne sachant comment s’échapper, prirent le parti d’aborder ; après avoir amarré le bateau à une pile du pont, avisant un couloir d’égout, situé sur la rive gauche, ils s’y faufilèrent. Cinq cents personnes avaient suivi les agents ; devant cette retraite imprévue, la foule se retira et, de guerre lasse, les gardiens de la paix abandonnèrent leur poursuite. Trois quarts d’heure après, les baigneurs ressortaient par une grille d’égout de la rue St-Georges. Les gardiens de la paix ont dû se contenter de faire consigner le bateau au ponton de l’octroi voisin"54.

18Face à ces manifestations plus ou moins spontanées, mais toujours pleines d’effervescence et de désordres, les tentatives de restauration de l’ordre étaient nombreuses, tant de la part de l’Eglise que de l’Etat. Ce dernier n’hésitera pas en effet, à partir de 1880, à s’appuyer sur les sociétés locales de gymnastiques, de tir, de joutes, de régates pour contrôler et "prendre en mains" les réjouissances publiques. La fête aura alors des vertus pédagogiques, en donnant le spectacle d’un ordre qui, d’abord imposé, sera de plus en plus intériorisé. Ce n’est pas un des moindres paradoxes que de constater que la IIIème République saura organiser et rationaliser la fête alors que, dans son essence même, elle était spontanéité et désordre.

2 - Un désert associatif

  • 55 Agulhon M., Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848) ; élude d’une mutation de sociabilité, (...)

19La constitution de sociétés sportives est un bon indice pour juger de la réalité ou de la consistance de la notion de culture physique. Dans son sens générique (celui que nous adopterons dorénavant), la Société sportive désigne tous les groupements institutionnels de personnes qui, d’une façon spontanée ou organisée, partagent en commun le goût de la pratique d’une ou plusieurs activités physiques. La finalité commune de ces groupements est entièrement ordonnée à la promotion de ces pratiques d’exercices. Sociétés de gymnastique, de tir, d’escrime, de joutes, de boules etc... ont en commun de placer au centre le leurs préoccupations leur propre développement, indissociablement lié à la diffusion d’un idéal ou d’un système de valeurs. Si l’apparition de ces sociétés dans le champ culturel témoigne, comme l’indique M. Agulhon, "d’un bon indice de la sociabilité générale d’une collectivité humaine"55, elle illustre plus encore une transformation des attitudes et des mentalités. L’avènement du mouvement sportif associatif reste contemporain des mutations françaises à partir des années 1860, notamment des mutations sociodémographiques qui ont présidé aux mouvements de l’industrialisation et de l’urbanisation, particulièrement à Lyon (cf. encadré ci-dessous).

20Si la culture physique désigne des manières d’agir, d’être et de penser entièrement ordonnées à la promotion et à l’autonomisation des pratiques d’exercices, on doit constater que son avènement correspond à une phase d’organisation et de réglementation des relations sociales dans des groupements militants. Nous sommes là au cœur de notre problématique, puisque la sociabilité sportive offre un indice révélateur de l’état de la demande sociale en matière d’activités physiques. La multiplication des associations sportives répond à (et traduit) un besoin social qui peut tout aussi bien témoigner d’une sensibilité nouvelle pour le corps (et donc à son statut et à ses représentations dans la société française) que de l’émergence de nouvelles formes de relations. Créer une association sportive relève tout à la fois du désir de participer activement à la vie sociale, d’affirmer son identité (locale, professionnelle, idéologique, etc...) et d’exercer une force solidaire et sécurisante face aux pouvoirs établis. De telles initiatives se traduisent par l’institutionnalisation de nouveaux codes relationnels sanctionnant le passage d’une sociabilité spontanée, conviviale, informelle, à une sociabilité organisée, légale, formelle. Or, on peut penser que plus le mouvement sportif associatif se développera, plus il concernera de personnes dans leur vie quotidienne, et plus il participera à l’édification et à l’affirmation d’une demande sociale d’éducation scolaire. Les attitudes à l’égard des pratiques d’exercice seront d’autant plus positives qu’elles émaneront elles-mêmes de dispositions acquises au travers d’une expérience ou d’une imprégnation culturelle diffuse. Dès lors, le succès d’une politique visant à l’intégration scolaire des pratiques d’activités physiques reste étroitement solidaire du développement de la culture physique.

21Nous devons cependant nous interroger sur les rapports entre la gymnastique scolaire, telle qu’elle a été imposée par le décret du 3/2/1869, et les pratiques associatives d’activités physiques dans la société française. Il serait, en effet, pour le moins exagéré de considérer que la gymnastique est à elle seule, toute la culture physique. Ce choix législatif est-il alors lié au statut privilégié dont elle jouit dans les différentes couches de la population ? Peut-on considérer qu’elle est une pratique dominante d’activité physique ? La réponse n’est pas évidente. Que la gymnastique soit la forme légitime et sacralisée de la culture physique à l’Ecole ne fait aucun doute. Mais, en l’isolant en l’autonomisant, comme bon nombre d’historiens de l’éducation physique, on risque de lui donner une importance démesurée. Il s’agit alors de la situer dans le champ culturel des pratiques d’activités physiques puis, dans un second temps, de s’interroger sur les raisons de sa légitimité scolaire.

SOCIETES SPORTIVES ET SOCIABILITE
Par société sportive, nous désignerons génériquement, tous les groupements de personnes qui, d’une façon spontanée ou organisée, informelle ou formelle, partagent en commun le goût de la pratique des activités physiques. C’est dire que la finalité explicite de ces sociétés est entièrement ordonnée à cette pratique sans préjuger de son caractère compétitif. Les sociétés sportives regroupent donc aussi bien les sociétés de jeux traditionnels ou d’agréments (tir à l’arc, quilles, boules, gobilles, sarbacane, etc...) que les sociétés conscriptives (gymnastique, associée le plus souvent au tir et à la préparation militaire) ou les associations sportives proprement dites, expressément tournées vers la performance et la compétition réglementée.
De telles sociétés sont-elles véritablement "sportives" ? Il y a là un problème délicat. Nous nous en tiendrons aux origines du mot sport : de desport, en vieux français, qui désigne l’ensemble des activités permettant de passer le temps d’une façon agréable. Il s’agit donc d’une distraction, d’un jeu, distinct du temps de travail, se déroulant le plus souvent dans des espaces spécialisés, selon un calendrier plus ou moins fixé. Mais le sport ainsi conçu semble avoir des caractéristiques constantes ; il requiert un rassemblement de personnes dans des structures plus ou moins formelles et légales qui fourniront le cadre à des affrontements. Qu’il s’agisse de défis, de performances ou de compétitions selon des règles immémoriales (c’est le cas pour les sociétés de tir à l’arc ou de sarbacane) contractuelles ou spécifiquement inventées ; le sport est dans son essence et dans son idéologie l’action de se mesurer à autrui. Il est un jeu de règles consensuel qui a en lui-même sa propre logique, sa propre signification.
En réalité, la notion même de sport est indissociable de la sociabilité sportive dans la mesure où les formes de la seconde induisent les modalités de pratique du premier. Si la sociabilité sportive désigne l’aptitude des personnes à nouer des relations plus ou moins formelles autour des pratiques sportives, ces relations ont des traits particuliers, selon qu’elles s’expriment dans des réseaux affinitaires de type familial, communautaire ou séculier. La sociabilité c’est ce qui rapproche et unit. Mais il semble que la genèse du "mouvement sportif associatif” soit à rechercher dans la transformation et la "sécularisation" progressive des formes de la sociabilité sportive. De la simple réunion familiale ou domestique (les intimes) au rassemblement de personnes nouant entre elles des relations conviviales et affinitaires, puis à l’association légale qui formalise les rapports humains sur la base d’un code des droits et des devoirs, il y a toute la différence qui sépare les jeux de société des pratiques militantes, qu’elles soient civiques et patriotiques ou proprement agonistiques et compétitives. A l’unicité du concept de sport, il faut opposer la diversité et l’hétérogénéité de ses manifestations qui, en fin de compte, tiennent à la spécificité de ses formes de sociabilité.

  • 56 Le même constat peut être fait pour les départements de l’Ain et de la Loire.
  • 57 cf Lequin Y., Les ouvriers de la région lyonnaise (tome 1), op. cit.
  • 58 Gauthier P., L’escrime à Lyon, Lyon, 1888.

22Or, ce qui justement attire l’attention, c’est la rareté des sociétés de gymnastique à Lyon et dans le Rhône56, au moins jusque dans les années 1876-1880. Globalement les sociétés sportives sont peu nombreuses. Encore faut-il distinguer les entreprises commerciales qui semblent prospères, particulièrement dans le centre-ville, et les sociétés civiles et militaires. Si l’offre commerciale est florissante et ne cesse d’augmenter, notamment pour ce qui concerne l’équitation, la danse et l’escrime, elle ne paraît guère concerner que le milieu des affaires et du commerce. Concentrée dans la presqu’île ou le nouveau quartier des Brotteaux en 1870, elle se développe dans le même espace géographique jusqu’en 1880. Cette concentration semble dictée tout autant par la composition socioprofessionnelle des quartiers que par les commodités des communications ou la conformation du terrain57. Ainsi, les manèges d’équitation fleurissent dans le troisième arrondissement au nord et au nord-est de la ville, dans des zones qui sont largement ouvertes sur le récent parc de la Tête d’Or. Au nombre de trois en 1864, ils sont quatre en 1870 et cinq entre 1875 et 1880. Mais l’essor de l’escrime est plus spectaculaire. P. Gauthier affirme même que Lyon est au premier rang des salles d’armes de France58. Pour quatre sociétés d’escrime en 1867, il y en a six en 1872 et onze en 1879, presque toutes concentrées dans la presqu’île ou dans ses abords. Tenues par des maîtres d’armes réputés, elles accueillent une clientèle aisée.

23Restent les sociétés commerciales de gymnastique : tenues par d’anciens militaires, elles ont le plus souvent une clientèle d’employés (commerce, soierie). Au nombre de deux en 1864, elles seront cinq en 1880, et leur nombre s’étoffera à partir de 1884-1885, sans doute en liaison avec l’essor des sociétés conscriptives. Le statut de ces sociétés est d’ailleurs assez ambigu : lorsque se fonde par exemple le Gymnase normal civil de Pugens, en 1844, au 25 de la rue Tronchet, on ne peut déterminer avec précision ce qui relève d’une activité lucrative et ce qui témoigne d’un rassemblement associatif. Il est vraisemblable qu’une même personne pouvait, en vertu du monopole qu’elle exerçait dans le domaine de la gymnastique, mettre ses compétences au services d’intérêts divers. Cette situation n’est pas rare : la quasi totalité des professeurs de gymnastique ont une clientèle privée tout en offrant leurs services à des sociétés civiles (ou en les créant eux-mêmes) ou aux municipalités pour l’enseignement de la gymnastique dans les écoles ou les lycées.

24Le paysage associatif est plus révélateur si l’on prend en compte les sociétés civiles déclarées, c’est-à-dire soumises à enquête préfectorale. Il y a là l’indice d’une volonté participative. En réalité, ces sociétés de gymnastique sont peu nombreuses : à Lyon et dans le Rhône, nous en avons répertorié quatre jusqu’en 1880. Globalement, si nous avons dénombré 31 sociétés sportives jusqu’en 1880, elles ne représentent que 6,5 % de leur effectif total jusqu’en 1914. Encore faut-il souligner le poids de la ville et des zones urbanisées. Pendant cette même période, 26 sociétés sportives sur 31 sont créées à Lyon intra-muros, contre 5 pour le reste du département. Il semble donc que la concentration urbaine liée à l’essor de la vie industrielle et commerciale soit un facteur décisif de la dynamique associative. On peut le vérifier en constatant leur répartition dans les différents quartiers de Lyon : leur densité suit d’assez près les mouvements migratoires de la population. Le centre-ville (1er et 2ème arrondissement) en comptabilise 10 sur les 26 créées à Lyon jusqu’en 1880. Le 6ème et le 3ème arrondissements en possèdent 9, alors que les quartiers déshérités des bords de Saône et de la Croix-Rousse n’en accueillent que quatre.

25Là encore on note une spécialisation des quartiers : alors que les sociétés civiles de gymnastique ont leur siègle dans les quartiers populaires (Croix-Rousse et quartier St-Paul), les sociétés de régates, de tir, d’escrime, de vélocipède sont localisées dans le centre-ville. Nous avons là un indice de l’étroite liaison existant entre les caractéristiques sociodémographiques d’un quartier, les pratiques physiques et les formes de sociabilité qui les sous-tendent, qui nous autorise à opposer les sociétés mondaines aux sociétés populaires. Les premières ont leur siège dans les quartiers "chics" et rassemblent la population des notables autour de pratiques distinctives et coûteuses (qui exigent un matériel sophistiqué et des déplacements importants) : régates, cricket, tennis, vélocipède, escrime ; les secondes, au contraire, sont concentrées dans les quartiers populeux et regroupant autour d’affinités corporatives ou socioprofessionnelles des ouvriers, des mariniers, des employés qui se consacrent à la pratique de la gymnastique (quartiers St Jean, St Paul, La Croix-Rousse) des joutes (quartiers St Georges et St Jean de Vaise), des boules ou de la sarbacane.

26Il reste que, à la veille de 1880, le nombre total des sociétés sportives créées et fonctionnant réellement n’excède pas à Lyon la vingtaine et, dans le département du Rhône (sauf Lyon) la dizaine, toutes situées dans des centres urbains et industrialisés (textile à Villefranche et à Tarare, verrerie et industries mécaniques à Givors).

LES SOCIETES SPORTIVES A LYON ET DANS LE DEPARTEMENT DU RHONE JUSQU’EN 18801

Nom

Lieu

Année de création

Activité

Sociétaires2

LES ARCHERS DU BUISSON

Fontaines

St Martin

1843

Tir à l’arc

41 (1860)

Société LYONNAISE D’ESCRIME

Lyon

1853

Escrime

Société des REGATES LYONNAISES

Lyon

1854

Régates

Société DES AMIS DU PLAISIR

Lyon

1856

Tir à l’arc

13(1856)

Société DES JOUEURS DE QUILLES

Tarare

1857

Quilles

15(1859)

Société DES AMIS DU JEU

DE BOULES DE MONTAUBAN

Lyon

1858

Boules

LYON’S CRICKET CLUB

Lyon

1864

Cricket/Tennis

Cie MARITIME DE SAUVETAGE

DU RHONE

Lyon

1864

Sauvetage/Joutes natation

Sté ALLEMANDE DE GYMNASTIQUE

Sté D’ESCRIME

Lyon

Lyon

1866

1866

Gymnastique

Escrime

26(1866)

20 (1866)

Sté DES CARABINIERS

DE GIVORS

Givors

1867

G.T.P.M.

141 (1867)

104 (1880)

Sté DU JEU DE SARBACANE

Lyon

1867

Sarbacane

Sté LYONNAISE DE GYMNASTIQUE

Lyon

1868

Gymnastique

Escrime

54(1878)

L’HERCULEIENNE

Lyon

1868

Gymnastique

13 (1868)

Sté des TIREURS du RHONE

Lyon

1868

Sté de TIR de LYON

Lyon

1872

Tir

VELO SPORT

Lyon

1872

Vélocipèce

Sté des REGATES LYONNAISES

Lyon

1873

Régates3

Les TOURISTES LYONNAIS

Lyon

1875

G.T.P.M.

200(1878)

Sté de TIR de L’ARMEE

TERRITORIALE (M)

Lyon

1876

G.T.P.M.

1 000(1876)

2 775(1884)

Sté d’ESCRIME SALLE COMBES

Lyon

1876 Escrime

L’AVANT GARDE DE VILLEFRANCHE

Villefranche

1877

G.T.P.M.

Les FRANCS TIREURS

du BEAUJOLAIS

St Julien

Montmelas

1878

Tir

100(1878)

Club ALPIN FRANCAIS

Lyon

1878

Alpinisme

Union des JOUEURS

Lyon

1878

Joutes

25 (1880)

de la GARE D’EAU

Club NAUTIQUE

de LYON

Lyon

1878

Sports nautiques

Union NAUTIQUE

de LYON

Lyon

1880

Sports nautiques

Club des CYCLISTES DE LYON

Lyon

1880

Vélocipède

750(1884)

AUTOCYCLOPHILE LYONNAIS

Lyon

1880

Vélocipède

VELO CLUB LYONNAIS

Lyon

1880

Vélocipère

(1) il s’agit des sociétés civiles et militaires (M) dûment déclarées et recensées par les services préfectoraux, à l’exclusion des sociétés commerciales.
(2) le nombre entre parenthèse indique l’effectif des sociétaires (lorsque celui-ci peut être calculé) pour l’année considérée. Il s’agit uniquement des membres actifs.
(3) société reconstituée après disparition de celle qui avait été fondée en 1854.

27Quand aux activités pratiquées, on observe une progressive disparition des jeux traditionnels et d’agréments à partir des années 1870, au profit des pratiques conscriptives (Gymnastique, Tir, Préparation militaire) des sports nautiques et du vélocipède. Cette montée des sports mondains (dans la mesure où ils sont pratiqués par les notables et la bourgeoisie) est moins l’indice d’une transformation de la sociabilité générale que la manifestation ostentatoire d’un élitisme social.

  • 59 Nourrisson P., Histoire de la liberté d’association en France depuis 1789, Sirey, Paris, 1820 (2 to (...)

28La vitalité du mouvement sportif associatif est-elle séparable de l’évolution de la sociabilité générale ? Et il est probable, ainsi que l’indique P. Nourrisson que, avant la loi du 30/6/1881, consacrant la liberté de réunion, les contrôles pointilleux de l’administration et de la police avaient un pouvoir dissuasif59. La création d’une société sportive devait s’assortir d’un certain nombre de garanties quant aux opinions politiques des sociétaires. Ainsi, nombre de sociétés voient-elles leur agrément refusé, particulièrement dans les milieux ouvriers : "Les membres de la Société des amis du plaisir sont des démocrates et les sociétaires sont on ne peut plus mauvais ouvriers, débauchés, et tapageurs, ayant tous des opinions très avancées". Le régime républicain sera tout aussi soupçonneux à l’égard des sociétaires de la société des Carabiniers de Givors (fondée en 1866) qui appartiennent "aux partis royalistes et impérialistes". En revanche, sous le régime impérial comme sous le régime républicain, l’orthodoxie politique, non seulement favorise l’autorisation de création, mais attire la bienveillance des édiles locaux et nationaux : lorsque se crée la Société des tireurs du Rhône, c’est sous l’impulsion d’un avocat et d’un adjoint au maire de Charbonnières, et, dès 1870, la société compte parmi ses membres honoraires les plus hauts responsables politiques et municipaux du département (sénateurs, préfet).

  • 60 Arnaud P. (sous la dir. de). Les athlètes de la République..., op.cit. On notera que les "grosses" (...)

29Ces exemples renforcent l’idée que la sociabilité repose sur des affinités subtiles et complexes résultant de rapports sociaux, économiques, politiques, mais également géographiquement et historiquement situés. Au moment où la France n’est pas encore devenue une nation homogène et unifiée, la diversité des pratiques et des sociabilités sportives favorise et renforce les identités locales et régionales. La culture physique appréciée à l’aune des créations de sociétés sportives, est un habit d’Arlequin, et l’on comprend bien pourquoi, maintenant, la gymnastique scolaire peut apparaître comme une pratique étrangère aux habitudes et aux mentalités. Au moment où elle est déclarée obligatoire (au moins dans les lycées, collèges et Ecoles Normales) et s’inscrit dans une organisation pédagogique cohérente, elle ne correspond nullement à une attente ou à un besoin. Si, par ailleurs, nous avons estimé à 0,5 ou 0,8 % les effectifs régulièrement inscrits dans les sociétés sportives entre 1870 et 1880, la gymnastique est à l’évidence une pratique largement minoritaire60.

30Encore faut-il prendre en compte les formes de sociabilité qui président à la création de ces sociétés sportives. Elles permettent d’entrer plus intimement dans le fonctionnement même de la vie associative, tout en témoignant des modes de constitution des rapports sociaux. L’Ecole, dans la mesure où elle privilégie une forme particulière de sociabilité, (que nous appellerons la sociabilité scolaire), peut, là encore, s’installer en continuité ou en rupture avec les usages sociaux.

B - DES SOCIABILITÉS CONCURRENTES

  • 61 Radicalisation est pris ici au sens politique : promotion des valeurs démocratiques et laïques.

31Aux manifestations joyeuses et désordonnées des populations lors des fêtes traditionnelles, les sociétés sportives opposent une sociabilité plus calme revêtant cependant des caractéristiques différentes selon qu’elle s’organise autour de jeux traditionnels et arts d’agrément ou des pratiques physiques militantes. Deux traits semblent définir l’évolution de la sociabilité sportive dans la seconde moitié du XIXème siècle : sa "sécularisation" progressive et son autonomisation. S’agissant de la "sécularisation", on constate en effet (vraisemblablement à cause de la législation sur la liberté d’association) que la vie associative tend à s’organiser autour d’un modèle rationnel et légal, fixant explicitement droits et devoirs des sociétaires. Ce modèle tient à s’imposer au fur et à mesure qu’augmente l’effectif des sociétaires. Il s’allie d’ailleurs parfaitement au mouvement d’autonomisation qui marque les sociétés sportives : alors que les jeux traditionnels restent au sens propre des jeux de société, c’est-à-dire des pratiques intégrées à la vie quotidienne, concernant le cercle des intimes et se déroulant dans un espace privé, les pratiques sportives tendent de plus en plus à se justifier par un militantisme conquérant, apte à rassembler des adeptes pour la défense de sa cause. Ce militantisme prendra cependant deux visages, inaugurant précocement les conflits entre pratiques conscriptives et pratiques sportives proprement dites. Dans un cas, pure expression d’une volonté patriotique et nationaliste, il contribuera à répandre des pratiques para-militaires : gymnastique, tir et préparation militaire. Dans l’autre, il s’exprimera au travers de pratiques compétitives exigeant le perfectionnement simultané des techniques et des matériels. Mais, en dernier ressort, il existe une relation dialectique entre les formes de la sociabilité et les pratiques (ou les formes de pratique) sportives : des jeux traditionnels aux premières manifestations du sport moderne, on assiste véritablement à un mutation des attitudes à l’égard du corps et des pratiques d’exercices liée à une radicalisation de la sociabilité sportive61.

1 - Jeux traditionnels et sociabilité conviviale :

32Lorsque se crée officiellement, en 1860, la Société Les Archers du Buisson, une lettre adressée par son président au Sénateur nous apprend que :

"une réunion de quelques amis, voisins de campagne, avaient l’habitude, dès 1843, de s’assembler les dimanches pour s’exercer au tir à l’arc ; à cette époque ils étaient 16 sociétaires. Depuis cette époque, les familles se sont accrues, d’autres amis ont pris goût à ce genre d’amusement, enfin, aujourd’hui, la société se compose de 41 membres. Les pères de famille, fondateurs de la société, désirant continuer cet exercice, dans le but, en récréant leurs jeunes gens, de les maintenir auprès d’eux, et voulant se mettre en règle avec la loi du 10/4/1834, ont l’honneur... de vous adresser le règlement de la société, ainsi que les noms et professions... et vous prient de bien vouloir les autoriser à se constituer régulièrement en société à l’arc, sous le nom de "Chevalerie du Buisson". Cette société, toute de famille, qui s’assemble pour le tir à l’arc, et, une fois par an, pour le tir au fusil de charge ; puis fait de la musique dont les jeunes personnes profitent pour danser sous les yeux de leurs parents, ne peut être que morale..."

  • 62 C’est l’article 291 du code pénal (1810) qui conditionne l’existence même des associations : confon (...)

33Nous disposons, au travers de ce document, de quelques indices qui nous autorisent à différencier une sociabilité familiale, domestique et conviviale, d’une sociabilité formelle, légale et séculière. La société (initialement le cercle des parents et des intimes) est l’équivalent d’un microsome social, d’une cellule repliée autour de la famille et de ses habitués : elle rassemble périodiquement des personnes qui entretiennent entre elles des liens de parenté ou de voisinage pour pratiquer des jeux intégrés aux autres réjouissances. Ce qui domine c’est la convivialité, le plaisir de constituer un groupe solidaire sur des bases clairement affectives. Au départ, une réunion de quelques amis : dans ces conditions, point n’est besoin de s’ériger en une société légale. On reste entre soi. Mais l’extension du nombre des habitués oblige à se mettre en règle avec la loi62. Dès lors, de profondes modifications altèrent la vie associative. Dans un groupement où, initialement, chacun se connaît, où les invités sont reçus par cooptation, les relations sont égalitaires. Point de président, de secrétaire ou de trésorier : le chef de famille a une autorité tacitement admise et les relations ne sont ni structurées, ni hiérarchisées. Ce qui domine ce sont les règles intériorisées de la politesse et de la bienséance. Cette sociabilité spontanée, qui s’exerce dans un lieu privé, s’accommode fort bien de la diversité des âges, des sexes (on y fait de la musique et on y danse), voire des professions. Le document est, de ce point de vue, explicite : en 1860 tous les sociétaires sont originaires de Fontaines-sur-Saône ou de St-Martin-des-Fontaines et nous avons dénombré vingt propriétaires, un notaire, deux imprimeurs sur étoffe, un chaufournier, six employés ou commis, un peintre, trois rentiers, un meunier, deux architectes et quatre négociants. Il faut en conclure que, lorsque la sociabilité se "sécularise", elle tend non seulement à différencier et à hiérarchiser les statuts (désignation d’un président ou plus largement de membres responsables ou dirigeants), mais à restreindre l’éventail des sociétaires autour des hommes. La société acquiert un statut juridique qui, du même coup, lui fait perdre sa signification première.

  • 63 Tremaud H., Les sociétés de sarbacane en France, Arts et traditions populaires, XIV, 1-2, juin 1966
  • 64 Vant A., Valbenoite : le changement vu au travers de l’évolution socio-économique d’un quartier sté (...)

34Cette "sécularisation" de la sociabilité sportive, imposée en quelque sorte par la loi, affecte toutes les sociétés de jeux traditionnels. On peut le constater à Tarare, avec la Société des joueurs de quilles, lorsque le cercle des négociants, de leurs fils et de leurs employés s’élargit. Progressivement, l’extension du recrutement radicalise la vie associative et modifie la nature des relations. Aux relations familiales vont se substituer des relations affinitaires selon des critères géographiques (aire de recrutement) et professionnels ou corporatifs. Nous en avons trouvé des illustrations dans le département de la Loire où fleurissent pendant le XIXème siècle les sociétés de sarbacane. Leur composition révèle une homogénéité socio-professionnelle qui doit être mise en relation avec l’activité économique du quartier. A Lyon, par exemple, la Société du jeu de sarbacane est fondée par des ouvriers mécaniciens et un cabaretier (sachant les uns et l’autre à peine écrire). Cela confirme les analyses de H. Trélaud relatives aux sociétés de sarbacane de St-Etienne : la pratique de ce jeu prolonge l’activité professionnelle des sociétaires puisque, à cette époque, les sarbacanes étaient fabriquées à la main par des forgerons, des mécaniciens ou des armuriers63. Ainsi, la sociabilité sportive, quittant le domaine privé pour accéder à la transparence publique tend-elle à se professionnaliser et à se territorialiser. Comme l’indique A. Vant, étudiant l’activité socio-économique du quartier de Valbenoîte (St-Etienne), l’activité professionnelle du quartier tend à marquer les activités récréatives elles-mêmes64.

35En 1843, la Loire compte 23 sociétés d’agrément (dont quatre sociétés du jeu de l’arc et six sociétés de sarbacane). En 1872, elles seront 241, dont 54 sociétés de sarbacane, 19 sociétés de tir à l’arc et 2 sociétés de tir. L’analyse de la composition socio-professionnelle de ces sociétés indique une nette prédominance des affinités corporatives (cf encadré ci-dessous) : nous sommes encore dans le contexte d’une sociabilité privée qui, si elle n’est plus familiale ou domestique reste communautaire. Rassemblée dans des "maisons" ou des "maisonnées", l’espace privé (qui est également celui où s’exerce l’activité professionnelle particulièrement dans le textile) délimite l’espace ludique : "ces sociétés se réunissent l’été, le dimanche, et ne comptent en leur sein que des ouvriers et artisans aisés qui prennent quelque délassement des travaux de la semaine en se livrant au jeu de l’arc et de la sarbacane".

LES SOCIETES DE SARBACANE ET DE TIR A L’ARC
corporatisme et affinités socioprofessionnelles
La ville de St-Etienne se structure au cours du XIXème siècle en quartiers professionnels : celui des mineurs (Soleil), des armuriers (Villeboeuf) des passementiers (Valbenoite). Marquée par l’essor des industries textiles et mécaniques (rubanerie et armes puis cycles) les groupements corporatifs semblent affecter aussi bien les mouvements syndicalistes que sportifs. Cette homogénéité socio-professionnelle, si elle caractérise pour l’essentiel la frange aisée des artisans et ouvriers qualifiés, est également remarquable lorsque les mêmes jeux (par ex. le tir à l’arc) sont pratiqués par les notables de la ville : la société du jeu de l’arc de la Badoulière, fondée en 1825 comporte 60 membres en 1858, pour l’essentiel des négociants, des commerçants, des professions libérales (pharmaciens, médecins), des rentiers, des responsables de la banque, de la justice ou du commerce1.
Ces sociétés qui regroupent entre 30 et 100 personnes appartenant à plusieurs
générations, ont leur siège dans des "maisons" (Maison Fauriat, Moussy, Maisonneuve, Brunon, Perrin, etc...) portant le nom de leur propriétaire. Sur la base de la documentation disponible, nous avons extrait quelques données statistiques qui nous paraissent significatives de cette professionnalisation des activités récréatives :

Noms des sociétés avec indication de leurs effectifs pour l’année considérée : année de création entre parenthèses

- A : Société du jeu de l’arc (1844) n=35 en 1858
- B : Sté du Mont Parnasse (sarb) (1804) n=74 en 1858
- C : Sté du jeu de sarb (1836) n=78 en 1859
- D : Jeu du Sablier (sarb) (1845) n=70 en 1855
- E : Jeu de l’arc de ma campagne (1845) n=97 en 1850
- F : Sté du jeu de sarb. (1779) n=85 en 1859
- G : L’indépendance (tir sarb. (1848) 89 en 1860)
- H : Sté de sarb. (1845) n=90 en 1857
-I : Sté de sarb. (1778) n=84 en 1859
(1) ADL 31 M 1
(2) armurier, forgeur, mécanicien, fondateur, tourneur, ajusteur...
(3) passementier, veloutier, teinturier, tailleur...
(4) charpentier, menuisier, maçon, plâtrier, tailleur de pierre
(5) cafetier, boulanger, épicier, boucher...
(6) employés (aux mines, commis...) ils sont peu nombreux ; journaliers, paveur, typographe...

  • 65 Hubscher R., L’identité de l’homme et de la terre, in Lequin Y., Histoire des français, XIXème XXèm (...)
  • 66 Ces sociétés de tir à l’arc ou de sarbacane ont leurs chefs, dont les titres sont hérités de la tra (...)

36Ainsi le quartier structure la vie sociale et culturelle au travers de relations affinitaires fondées sur l’homogénéité de la famille élargie, permettant ainsi de renouer avec les formes de la sociabilité villageoise65. Sociabilité traditionnelle, qui s’accommode de la cohabitation des générations (l’éventail des âges dans les sociétés de sarbacane et de tir à l’arc va de 18 à plus de 90 ans), tout en se structurant autour des liens du travail. Elle trouve sa signification non pas dans une perspective promotionnelle de ses activités récréatives mais dans la perpétuation des traditions immémoriales : en témoigne l’édition luxueusement calligraphiée des règlements du tir à l’arc ou du jeu de sarbacane. Point de compétitions, point de calendrier scandant les temps forts d’affrontements comptabilisés, mais des défis ponctuels selon des règles complexes. Par bien des aspects, ces sociétés semblent perpétuer les rites initiatiques du compagnonnage et les traditions héritées des compagnies militaires, en ce qu’elles sont très hiérarchisées du fait des nécessités du jeu et non de celles de la vie associative66. Point de fédération non plus (celle-ci ne sera fondée qu’en 1893) dans la mesure où le processus de sportivisation des jeux traditionnels n’est pas encore entamé. Activités d’agrément au sens propre, privilégiant le plaisir et intégrées aux autres manifestations de la vie festive : jeux de boules, discussions autour de quelque boisson (cf encadré ci-dessous). Jeu, détente et divertissement, les jeux traditionnels échappent à la logique de l’effort, de l’entraînement, de la compétition. L’intérêt pour le jeu lui-même s’épuise avec sa fin et se renouvelle avec la partie suivante. Cette sociabilité communautaire et professionnelle privilégie les liens affectifs sur les règles rationnelles. C’est une sociabilité fermée, chaleureuse et familiale qui ne parvient pas encore à se "sécuraliser" totalement. Privilégiant l’intime, elle s’harmonise parfaitement avec les formes de pratiques d’exercices qu’elle engendre.

"Société du jeu de la sarbacane des ouvriers de divers corps d’Etat, située Boulevard Valbenoite, no 10, année 1860" (source ADL 31 M 2)
Les statuts de cette société ainsi que les lettres de renseignements adressées au préfet, permettent d’illustrer les précautions prises par les sociétaires pour préserver leur intimité. Réunion corporative d’ouvriers domiciliés à St-Etienne (et plus précisément dans le quartier Valbenoite), la société se prémunit statutairement contre une éventuelle inflation du nombre de ses membres en en fixant le seuil maximal. Cette sociabilité conviviale est également sauvegardée par la règle du parrainage : ainsi, malgré la loi qui oblige au formalisme, les traditions (héritées sans doute des compagnies de tir à l’arc) sont-elles maintenues, comme celle qui consiste à assister aux funérailles d’un sociétaire.
- Lettre au préfet du 25/5/1859 : le jeu de la sarbacane est un jeu de souffle qui se déroule "dans un local loué (appartement de deux pièces) plus un jardin clos au 10 Bd Valbenoite pour établir un jeu de souffle et de boules pour s’y récréer les dimanches et lundis. Ils achèteront eux-mêmes en gros leurs boissons qui seront servies par un de la société. Ne seront admis au jeu que les femmes et les enfants des exposants. Il sera formé une caisse où chacun versera les jours de réunion des secours selon les moyens qui seront employés à soulager les malheureux de la société"
- Statuts (sans date)
. art 1 : Les conditions requises pour être admis dans la société sont sans distinction de profession d’être de bonne vie et mœurs, d’être domicilié et marié à St-Etienne.
. art 2 : Le nombre des sociétaires est fixé à 200. Lorsque ce nombre sera rempli nul ne pourra être reçu qu’au fur et à mesure de vacance par morts, démissions, ou exclusions.
. art 3 : Nul ne pourra être reçu dans la société sans être présenté par un membre et ne sera admis que quinze jours après sa présentation...
. art 6 : L’administration de la société est composée de treize membres dont deux capitaines (un en premier, un en second) un trésorier, deux secrétaires, un doyen, un roi président, un servant et cinq conseillers.
. art 15 : Dispositions générales et police de la société : tout sociétaire qui se présenterait aux réunions sans avoir changé ses habits de la semaine sera amendé de 50 centimes. Lorsqu’un sociétaire sera décédé, la veuve, les parents et amis du défunt en préviendront de suite le capitaine, lequel fera faire les invitations à tour de rôle pour assister aux funérailles. Les sociétaires devront accompagner le convoi jusqu’au cimetière. Ceux qui ne s’y rendront pas payeront une amende de 1,50 F.

2 - Pratiques militantes et sociabilité séculière

37Dès le milieu du XIXème siècle, cependant, on voit poindre une nouvelle forme de sociabilité attachée à la promotion de pratiques inédites d’exercices. Son trait majeur est d’œuvrer, d’une façon militante, à la défense et à la diffusion de valeurs agonistiques : soit qu’il s’agisse d’un appel explicite à la lutte armée pour la défense des valeurs patriotiques, soit qu’il soit fait état de vertus de la compétition dans des affrontements authentiquement sportifs. Une telle sociabilité exige alors, dans les deux cas, d’avoir recours à une organisation hiérarchisée des relations, qui garantisse simultanément sa pérennité et son audience. Utilisant la législation sur le droit d’association beaucoup plus que la subissant, elle s’attachera à acquérir une reconnaissance juridique quand ce n’est pas politique, en recrutant, parmi ses membres actifs ou honoraires, de hautes personnalités ou des notables locaux.

38Quels sont les traits pertinents de cette nouvelle sociabilité sportive ? Elle sanctionne le passage d’une sociabilité privée à une sociabilité publique : c’est là le signe de sa "sécularisation". C’est une sociabilité légale, qui fonctionne au grand jour. Se soumettant aux enquêtes de police et aux démarches inhérentes à la demande d’autorisation, les responsables des sociétés sportives rompent avec l’isolement et l’intimité des sociétés de jeux traditionnels. Plus encore, ils sont contraints de faire état de leurs bonnes moeurs et de l’orthodoxie de leurs opinions. Rendue publique, l’existence de la société est suspendue à sa capacité de recruter, d’effectuer sa propre publicité. Mais, sous l’effet du nombre, les rapports de convivialité, de familiarité se transforment en rapports hiérarchiques légaux. L’élection des dirigeants (Président, secrétaire, trésorier) établit une différenciation des droits et des devoirs qui aboutit à rompre subtilement les rapports entre dirigeants et sportifs. La loi s’attache à identifier les responsables, c’est-à-dire les garants moraux et financiers de la société.

39Mais nous avons surtout affaire à une sociabilité militante en ce qu’elle s’attache à promouvoir de nouvelles pratiques (et formes de pratiques) physiques significativement porteuses de nouvelles valeurs éthiques et culturelles. Les liens de convivialité qui étaient attachés aux modalités particulières du recrutement des sociétés de jeux traditionnels vont être remplacés par des liens d’amitié, de camaraderie témoignant ainsi de l’extension du recrutement et de la banalisation des rapports interpersonnels. Nous devons cependant distinguer deux formes de militantisme : le premier est sportif (c’est-à-dire centré sur la seule défense des finalités récréatives ou compétitives attachées aux pratiques d’exercices). Le second est patriotique, en ce qu’il s’attache à la promotion de vertus civiques (et souvent nationalistes) au travers de pratiques conscritpives (gymnastique, tir et préparation militaire).

40Lorsque se crée, en 1854, la Société des régates lyonnaises on assiste à l’avènement précoce de l’association sportive moderne. S’appelant initialement Les canotiers lyonnais, elle rassemblait régulièrement sur les bords de la Saône, les membres aisés de la bourgeoisie lyonnaise. C’est d’ailleurs sous ce premier nom qu’est adressée la demande d’autorisation le 28/8/1854. Mais pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui, à un moment donné, peut motiver le passage d’une sociabilité traditionnelle à une sociabilité séculière ? Pourquoi une activité jusque là récréative se transforme-t-elle en une pratique sportive ?

  • 67 Rauch A., Le corps en éducation physique, Paris, PUF, 1982, p. 13 sqq.
  • 68 La société des courses le Lyon sera créée en 1867.
  • 69 ADR 4M 603 - status du 22/9/1854. L’analogie avec les courses de chevaux est attestée par un articl (...)

41Deux facteurs, dans ce cas, doivent être pris en considération : l’exemple parisien (La société des régates lyonnaises est créée "à l’instar de celle qui existe à Paris") et celui des sociétés de courses de chevaux. Si la fondation du Jockey club remonte à 1835, il faut noter que les courses hippiques ont fourni le modèle sur lequel vont se constituer la plupart des associations sportives. Comme le fait remarquer A. Rauch, au XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle, l’entraînement reste l’affaire des éleveurs de bétail ou de chevaux de course67. La création des sociétés d’encouragement pour l’amélioration des races de chevaux, à partir de 1833 fournit l’occasion, à Paris comme en province, d’ériger les premières règles d’un entraînement dont on évalue l’efficacité par la performance et la compétition68. Il paraît alors certain que Les Canotiers lyonnais, à l’instar des parisiens, ont eu l’idée de substituer les canots ou les embarcations aux chevaux afin d’améliorer la construction des bateaux69. Dès ses débuts, d’ailleurs, la Société organise des courses avec des prix en espèces (comme en témoigne l’article relatant les régates de Vernaison, dans le journal Le Salut Public du 21/7/1854, où les constructeurs de bateaux participent activement au succès de la manifestation en finançant les prix). Quelques années plus tard (en 1899), à l’occasion des grandes régates internationales sur la Saône, il sera mis fin à cette pratique : mais les demandes d’autorisation font explicitement état du désir d’organiser "des paris mutuels sur les régates", à l’imitation "de ce qui se fait aux courses de chevaux".

  • 70 ADR 4M 603 - Lettre du Conseiller d’Etat du 10/8/1889. Il semble pourtant que des précédents existe (...)

"En effet, si certaines sociétés de courses de chevaux sont autorisées à organiser la loterie dite "pari mutuel simple" c’est uniquement dans le but de favoriser l’élevage du cheval et l’amélioration de la race chevaline en France. Quelque intérêt que présentent les courses nautiques, les considérations qui ont déterminé les décisions prises pour les courses de chevaux ne leur sont pas applicables et il est dès lors impossible d’étendre au profit des premières une tolérance que rien en peut justifier. J’estime d’ailleurs que les courses nautiques rentrent dans la catégorie des jeux tenant "à l’adresse et à l’exercice du corps", que l’article 1966 du code civil a exceptés de la règle établie par l’article 1965 d’après laquelle la loi n’accorde aucune action "pour dette de jeux ou pour le paiement d’un pari"70.

  • 71 ADR 4M 604 et AML 3R 2 42 302368, concernant la création du Lyon’s cricket club en 1864 (qui devien (...)

42Ces premières sociétés sportives justifient leur existence par la défense d’un idéal fondé sur l’émulation, l’entraînement et la compétition, qui contribue à l’amélioration du matériel tout en requérant l’édification de règlements uniques. Cette perspective concurrentielle, qui doit servir le "progrès" exige en outre une instance centralisatrice et légiférante. Il est symptomatique de constater que les premières sociétés sportives partageant cet idéal s’organisent autour de pratiques instrumentales comme le tennis, le vélo71 : lorsque se crée, en 1872 la société Vélo Sport, les buts poursuivis par les membres sont les suivants : encourager et propager le vélocipède ; organiser des courses de vitesse sur un petit parcours... (ou des courses de fond) ; améliorer la construction des machines. C’est donc moins à l’origine, la performance de l’homme qui a du prix que celle de la machine.

43Cette "idéologie sportive" a vraisemblablement précipité la "sécularisation de la vie associative : les buts des sociétés dépassent de loin le simple besoin de récréation des personnes privées et s’inscrivent dans une perspective économique et technologique d’intérêt national ; en étendant son aire de recrutement, la société s’offre à la vigilance des pouvoirs publics (enquête de police) tout en apportant la preuve de son orthodoxie politique et morale qui peut lui attirer les soutiens des notabilités.

44Une autre forme de militantisme apparaît, un peu plus tardivement. Lorsque se crée, en 1866-1867 la Société des carabiniers de Givors, c’est selon un tout autre modèle et des objectifs bien différents que ceux des sociétés de tir à la sarbacane ou à l’arc. L’initiative ne naît pas de la réunion de quelques amis, non plus que de la fréquentation régulière des gens exerçant le même métier. La perspective est proprement civique et patriotique. C’est un appel pressant pour défendre la patrie en danger :

  • 72 ADR 4M 537 et 605 - Lettre des membres de la société au Conseiller d’Etat, du 26/7/1870, donc une s (...)

"Dans la grave situation où la France se trouve engagée et d’où, espérons-le, elle sortira victorieuse, il est du devoir de tout citoyen de prêter son concours. Si, à un moment donné, le Gouverneur avait besoin de tous ses soldats pour faire face à l’ennemi, la commission de la Société des carabiniers de Givors, vient vous prier, Monsieur le Conseiller d’Etat, de vouloir bien l’autoriser à faire un appel au patriotisme de tous les sociétaires”72

45Prémonition ou juste appréciation de la situation ? En tout cas, l’offre de service est déclinée par le Conseiller d’Etat : "... mais nous n’en sommes pas encore là, Dieu merci. Notre brave armée a déjà remporté un éclatant succès, l’ennemi apprendra d’elle encore qu’on ne brave pas impunément la France...".

46Mais, pour autant, les perspectives moralisatrices ne sont pas oubliées : la société a également pour but de "détourner ses membre des lieux publics où ils contractent des habitudes souvent contraires à la moralité" (article 2 des statuts). Il n’en demeure pas moins que la société a un statut public que lui confère l’appui de la municipalité de Givors, ainsi que les demandes renouvelées auprès "de son Altesse Impériale" pour en assurer la présidence d’honneur. C’est dans un contexte tout à fait similaire qu’il faut enregistrer la création de nombreuses sociétés patriotiques telles que la Société des tireurs du Rhône, la Société de tir de Lyon ou celle des Touristes lyonnais : ayant pignon sur rue, elles s’honorent du soutien actif des plus hautes personnalisés locales : Députés, Conseillers généraux et municipaux, Officiers supérieurs, etc.

47Si leurs buts ainsi que l’organisation interne de la vie associative renforcent notre hypothèse d’une "sécularisation" de la sociabilité sportive, ce n’est pas sans modifier profondément les modes de recrutement ainsi que les liens entre les sociétaires.

48Le cercle de la sociabilité familiale ou communautaire est insuffisant, dorénavant, pour assurer le rayonnement de la société, des pratiques qu’elle promeut et des idéaux qu’elle défend. L’élargissement du recrutement tend donc à modifier les affinités entre les membres, tout en garantissant une certaine homogénéité au groupe. Ainsi, l’affinité se substitue-t-elle à la notion de parenté ou d’intimité, dans la mesure où elle repose sur l’existence de réseaux de recrutement à la fois géographiques (aire de recrutement des sociétaires), professionnels (proximité des liens socio-professionnels qui évoque une sociabilité de classe), sexuels (c’est une sociabilité d’hommes), génératifs (qui appartiennent à la même génération, d’où la proximité des âges) et idéologiques (l’enquête de police témoigne généralement de l’homogénéité des opinions politiques).

49La Société des Régates lyonnaises, lorsqu’elle se reconstitue en 1874, comprend 24 Membres fondateurs (dont 7 sont les ex-membres fondateurs de la première société du même nom, fondée en 1854, qui a disparu suite à la guerre de 1870). Tous, sauf un, résident dans un rayon d’un kilomètre environ autour du siège social. Les zones de recrutement se concentrent même autour de quelques points satellites : La place Morand (4 sociétaires dont 3 appartiennent à la même famille et habitant à la même adresse ; la place Sathonay, près des Terreaux (3 personnes, dont deux font partie de la même famille et ont la même adresse) ; les pentes sud-est du plateau de la Croix-Rousse avec 7 sociétaires (dont 5 habitent la même rue ou des patés de maisons voisins).

50Les mêmes observations valent, chaque fois que les documents d’archives nous ont permis d’en faire la constatation, pour la quasi totalité des sociétés : Société lyonnaise d’escrime, et Société lyonnaise de gymnastique. Lorsque se fonde en 1866 la Société d’escrime "toutes les personnes qui figurent dans la société ont de la fortune... et leurs sentiments patriotiques offrent les plus grandes garanties d’ordre..." Les membres actifs de la société sont : 6 négociants en soierie, un notaire, un médecin, un avocat, des commis négociants et quelques employés (journaux et banques). Au total, une vingtaine de personnes âgées de 28 à 35 ans en moyenne. Mêmes observations pour ce qui concerne la Société allemande de gymnastique, l’Herculéenne, etc...

  • 73 ADR 4M 605 - L’union des jouteurs de la gare d’eau (fondée en 1878) semble fonctionner sans autoris (...)

51Ainsi, dès 1850 environ, les indices d’un changement sont perceptibles, qui annoncent le passage d’une sociabilité traditionnelle à une sociabilité moderne "sécularisée", ainsi qu’une transformation des pratiques d’exercices. Sans rompre tout à fait avec leurs justifications récréatives et hygiéniques73, ou moralisatrices, ces sociétés sportives inaugurent un militantisme qui, avec quelques décennies d’avance, anticipe sur les ruptures et conflits qui affecteront le sport et la gymnastique : les jeux de sociétés trahissent en réalité une société en jeu. Pratiques récréatives et compétitives d’une part, pratiques disciplinaires et conscriptives d’autre part qui, pour l’heure, requièrent une sociabilité fermée, inquiète de préserver son "entre soi".

52Si la culture physique, en tant que patrimoine s’apprécie par le jeu concurrentiel des pratiques sociales d’activités physiques associées aux valeurs qui les sous-tendent, elle revêt des aspects différenciés selon que persistent les caractéristiques locales ou les initiatives d’ampleur nationale. Dans sa forme spontanée et festive, elle exprime la participation effective aux récréations proprement physiques de la communauté du village ou du quartier : jeux d’adresse, de force dans lesquels le public est à la fois acteur et spectateur au risque d’aboutir à la violence et au désordre ; mais aussi spectacles réglés, organisés, par des spécialistes pour les yeux émerveillés des profanes. Ainsi peut s’allier la nécessité de la fête avec celle de l’ordre : c’est dans ce contexte que se multiplient les sociétés de joutes : fonctionnant initialement sans autorisation, leur autorisation n’est accordée que pour des raisons sociales et pragmatiques.

53Le passage de la sociabilité privée à la sociabilité publique garantit en quelque sorte (tout en permettant de le contrôler) l’ordre (et la moralité) de manifestations jusque là spontanées. Mais ce n’est pas sans affecter profondément les formes de la sociabilité tout comme la nature des activités physiques pratiquées (cf Tableau ci-dessous) :

  • La forme conscriptive de la sociabilité sportive semble naître des circonstances politiques. L’exemple de la Société des carabiniers de Givors n’en est qu’un témoignage : c’est une initiative motivée par des circonstances militaires. En conséquence, elle ne s’appuie sur aucune structure préexistante : elle n’a pas d’histoire (tout au plus peut-on, dans ce cas, évoquer un "réflexe" circonstanciel, puisque la société est fondée sous l’influence de gymnastes suisses (mais naturalisés français). Elle est donc contrainte, pour exister, de s’appuyer sur la loi et cela d’autant plus que son fonctionnement est soumis à l’approbation et à l’adhésion de la puissance publique. Qu’elle soit d’obédience impériale (avant 1870) ou républicaine (après 1871) sa légitimité est d’abord politique : elle traduit, dans les actes, la participation active de ses membres à une entreprise nationale de régénération. A ce titre, loin de répondre à une signification singulière et privée, elle est d’utilité publique. Ce n’est que bien plus tard que la gymnastique parviendra (mais y parviendra-t-elle totalement ?) à s’affranchir de ce modèle conscriptif pour rejoindre la forme compétitive de la sociabilité sportive.

    • 74 L’influence anglaise peut être appréciée au travers des articles du Journal Illustré (fondé en 1864 (...)

    La forme compétitive semble reposer, au contraire, sur une tradition héritée des sociétés des jeux traditionnels et d’agréments. Son évolution a pu prendre deux directions différentes selon qu’elle s’est attachée à pérenniser une tradition d’intimité et de convivialité ou au contraire qu’elle s’est engagée dans la conquête d’un public élargi pour la promotion de ses propres pratiques. Dans le premier cas, les sociétés de jeux traditionnels préservent l’entre soi, les relations d’intimité, de voisinage autour d’un recrutement socioprofessionnel restreint (de type corporatif). Fortement ancrées dans le quartier, ces sociétés préservent leur identité. C’est le cas avec les sociétés de sarbacane, de tir à l’arc, mais également d’escrime, de joutes et... de gymnastique, particulièrement pour ces dernières, avant 1880, c’est-à-dire avant qu’elles rejoignent la forme conscriptive de la sociabilité sportive. Dans tous les cas, les critères fondateurs et organisateurs des pratiques sont l’amitié, la camaraderie (on est entre gens connus), la création, la détente et l’hygiène. La perspective compétitive est absente ou, quand elle existe, fonctionne sur le mode ponctuel du défi.
    Dans le second cas, on assiste véritablement à l’avènement de nouvelles pratiques (sportives) et de nouvelles formes (compétitives) de pratiques : le tennis, les régates, le vélo. Il faut y voir l’influence de plus en plus grande de l’Angleterre (le Lyon’s cricket club a été créé par des Anglais et des notables lyonnais)74, et des pratiques hippiques elles-mêmes fortement empreintes d’eugénisme.

54Dans ce contexte (qui n’est vraisemblablement pas particulier à l’espace lyonnais) les pratiques gymnastiques sont rares et élitaires : les sociétaires appartiennent aux classe fortunées ou à la frange aisée des classes moyennes. La culture physique se réfère à un ensemble disparate de pratiques et de valeurs qui contribuent à la perpétuation des particularismes. On doit se demander, dans ces conditions, si l’échec politique de V. Duruy et de ses successeurs n’est pas lié à une profonde méconnaissance de la culture physique de son temps. La gymnastique, particulièrement scolaire, est aussi étrangère aux mariniers de Vaise qu’elle peut l’être aux régatiers du quai St-Vincent ou aux escrimeurs des Brotteaux. Et que dire des ouvriers de la Croix-Rousse ou de la Guillotière...

Notes

44 ADL T 751 - rapport sur la situation du service de l’instruction primaire au 1er juillet 1885 dans l’arrondissement de Montbrison.

45 Rapport du Docteur Hillairet, op.cit. p. 81 "Il n’y a pas très longtemps, le goût de la musique était peu populaire en France. Mais depuis que les sociétés orphéoniques se sont organisées, il s’en est formé jusque dans les plus petites villes et même dans quelques villages. On comprit vite ce qu’il y a de bon et de bien à répandre dans toutes le classes de la société le goût de cet art charmant, ne serait-il pas possible d’encourager de la même façon des sociétés de gymnastes qui, à l’instar des sociétés allemandes, se réuniraient dans des concours fréquents..."

46 Ostenc M., Histoire de l’éducation en France, Bulletin de la société Binet-Simon, no 594, V, 1983, p. 158.

47 Loux F., Le corps dans la société traditionnelle, Paris, Berger-Levraut, 1979, p. 114.

48 Weber E., La fin des terroirs, la modernisation de la France rurale, Paris, Fayard-édit. Recherches, 1983 (pour l’édit. française) p. 550.

49 ADR 482 Tableau des vogues à Lyon en 1899. Cf. également AML 2 F 73-303164. Vogues et fêtes baladoires, Ville de Lyon, Réglement et Tarifs, Lyon 1898. "Sont interdits... les exhibitions de personnes en dessous de 16 ans ; Les saltimbanques devront fournir leur carnet et leur patente, un extrait de casier judiciaire, des renseignements sur la nature et le genre de leur spectacle, le nombre, l’âge et le sexe des personnes employées. Il y a en 1898, 35 vogues autorisées par la ville durant chacune entre 2 et 16 jours.

50 ADR 4M 481 - Enquête du 25/1/1872 sur l’Etat des théâtres, petits théâtres, crèches, spectacles mécaniques et de curiosités, guignols, saltimbanques, physiciens, jongleurs, bals, cafés concerts, cirques etc... existant dans différents quartiers de Lyon.

51 ADR 4M 483 (nombreux rapports) De telles scènes de violence motiveront en 1899 l’intervention du Président du Conseil pour interdire les courses de taureaux à Lyon. Mais l’ambassadeur d’Espagne à Paris parviendra à obtenir leur rétablissement sous réserve que les cornes de taureaux soient emboulées et que l’utilisation des chevaux soit interdite. Mais les mises à mort seront de plus en plus demandées et exécutées, surtout après 1900. Ces courses de taureaux semblent avoir complètement disparu quelques années avant 1914. Elles se seront donc maintenues pendant près de trois quarts de siècle.

52 ADR 4M 480, rapport du commissaire spécial du 5/7/1839 ; cf. également, sur l’histoire de la lutte à Lyon, Vingtrinier E., La vie lyonnaise, Lyon, Bernoux et Cunin, 1898, pp 229 ssq. La lutte apparaît à Lyon sous la Restauration, venant du midi (Nîmes). Biographie succincte d’Exbrayat et de quelques lutteurs célèbres ; et Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises, Lyon, Honoré, 1980, pp. 89 sqq.

53 ADR 4M 480 - rapport du commissaire de police de la Guillotière, du 5/7/1839.

54 L’Express du 9/7/1888.

55 Agulhon M., Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848) ; élude d’une mutation de sociabilité, Paris, A. Colin, 1977, p. 12.

56 Le même constat peut être fait pour les départements de l’Ain et de la Loire.

57 cf Lequin Y., Les ouvriers de la région lyonnaise (tome 1), op. cit.

58 Gauthier P., L’escrime à Lyon, Lyon, 1888.

59 Nourrisson P., Histoire de la liberté d’association en France depuis 1789, Sirey, Paris, 1820 (2 tomes).

60 Arnaud P. (sous la dir. de). Les athlètes de la République..., op.cit. On notera que les "grosses" société sont militaires (société de tir de l’armée territoriale) ou para militaires (Société des tireurs du Rhône, Société des carabiniers de Givors, Touristes lyonnais). Seule la pratique du cyclisme parvient à rompre cette logique conscriptive, tout en inaugurant précocement le partage de l’espace social et idéologique des pratiques.

61 Radicalisation est pris ici au sens politique : promotion des valeurs démocratiques et laïques.

62 C’est l’article 291 du code pénal (1810) qui conditionne l’existence même des associations : confondant la simple réunion de personnes et l’association, il définit les conditions du droit d’association, donc limite sa liberté : pour qu’une association soit licite, elle doit réunir au moins 20 personnes et obtenir l’agrément du gouvernement sous les conditions qu’il lui plaira d’imposer. M. Agulhon voit dans cette clause une forte présomption que l’association ait une finalité moins spontanée, moins naturelle, que celle du voisinage et de l’amitié (op.cit. p. 22). L’article 294 du code pénal y ajoute l’autorisation de la municipalité. En conséquence, une association n’a le droit d’exister que si elle fonctionne au grand jour et a pignon sur rue. La loi du 10/4/1834 restreint encore ce droit d’association en intensifiant les enquêtes et les contrôles. Cf Arnaud P., Les athlètes de la République..., op.cit.

63 Tremaud H., Les sociétés de sarbacane en France, Arts et traditions populaires, XIV, 1-2, juin 1966.

64 Vant A., Valbenoite : le changement vu au travers de l’évolution socio-économique d’un quartier stéphanois, in Observation du changement social et culturel - Région lyonnaise, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Université Lyon 2, CNRS, 1979, pp. 58-72.

65 Hubscher R., L’identité de l’homme et de la terre, in Lequin Y., Histoire des français, XIXème XXème siècle, tome 2. La société, Paris, Colin, 1984, p. 28 ssq.

66 Ces sociétés de tir à l’arc ou de sarbacane ont leurs chefs, dont les titres sont hérités de la tradition militaire : capitaine, prévôt, chevaliers, servants etc...

67 Rauch A., Le corps en éducation physique, Paris, PUF, 1982, p. 13 sqq.

68 La société des courses le Lyon sera créée en 1867.

69 ADR 4M 603 - status du 22/9/1854. L’analogie avec les courses de chevaux est attestée par un article de l’Illustration (no 20 du 31/7/1864) consacré aux Régates en Angleterre : "Comme dans les courses de chevaux, la couleur de la veste du jockey, suivant les différentes phases de la lutte, motive la joie ou la malédiction du parieur ; de même dans les régates anglaises, un petit drapeau placé à la proue du léger esquif indique les diverses chances qui incombent aux lutteurs".

70 ADR 4M 603 - Lettre du Conseiller d’Etat du 10/8/1889. Il semble pourtant que des précédents existent, le vice-président de la Société des régates lyonnaises en citant deux exemples (lettre du 31/7/1889).

71 ADR 4M 604 et AML 3R 2 42 302368, concernant la création du Lyon’s cricket club en 1864 (qui deviendra le Lyon’s tennis club) en 1898, puis le Tennis Club de Lyon en 1900 (existe toujours aujourd’hui, sous le même nom). A dès son origine son siège... au Grand Camp, c’est-à-dire sur les lieux mêmes où se déroulent les courses de chevaux organisées par la Société des courses de Lyon.
ADR 4M 605 : Vélo sport (A.P. 25/9/1872) suivi en 1880 par 3 autres sociétés : Club des cyclistes de Lyon, Autocyclophile lyonnais, Vélo Club lyonnais (ADR 4M 605 et 608 - Signalons encore la fondation de deux Stés Nautiques : le Club Nautique de Lyon en 1878 et l’Union Nautique de Lyon, en 1880 (AdR 4M 603 et 4M 607).

72 ADR 4M 537 et 605 - Lettre des membres de la société au Conseiller d’Etat, du 26/7/1870, donc une semaine exactement après la déclaration de guerre à la Prusse.

73 ADR 4M 605 - L’union des jouteurs de la gare d’eau (fondée en 1878) semble fonctionner sans autorisation jusqu’en 1881 (lettre du Commissaire spécial du 11/5/1881). Constituée par les jeunes gens du quartier, tous les ouvriers robustes ou mariniers (lettre du Commissaire du 25/10/1884) et dont quelques uns ont eu maille à partir avec la justice (ivrognerie, fraude, outrages...) son autorisation est accordée compte tenu de ses objectifs civiques et humanitaires : "tenir la fête annuelle du quartier, venir en aide avec les fonds recueillis à diverses infortunes populaires, notamment les victimes d’incendie et d’innondation, récréer les jeunes du quartier" (lettre du 27/7/1879).

74 L’influence anglaise peut être appréciée au travers des articles du Journal Illustré (fondé en 1864) sur le jeu de cricket (no 19 du 26/6/1864) "ancêtre du mail et pratiqué par des aristocrates". Ce jeu fait fureur à Paris et concurrence les courses de chevaux. De même peut-on lire plusieurs articles sur "l’Education en Angleterre" (no 20 du 3/7/1864) ou "Les Régates en Angleterre" (no 24 du 31/7/1864). Dans l’Illustration on peut lire, à partir de 1850 (no 15) des articles sur "La boxe et les boxeurs en Angleterre" dans lesquels on déplore la décadence de ce jeu autrefois pratiqué par des nobles - aujourd’hui "galvaude dans des tavernes" A partir de 1869, le journal a une rubrique "Sports" puis "Sports High Life" (carnet mondain) où l’on relate pour l’essentiel, les courses de chevaux et parfois des courses de vélocipèdes avec obstacles (no 2 - 1869).

Table des illustrations

Légende Noms des sociétés avec indication de leurs effectifs pour l’année considérée : année de création entre parenthèses
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search