Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Première partie. Le temps des hésitations

Chapitre II. Aide-toi, la république t’aidera !

Texte intégral

1Dans quelles conditions la gymnastique s’est-elle intégrée dans les nouveaux plans d’études ? De quels moyens disposait le pouvoir politique et administratif pour mettre en place cette organisation pédagogique ? Et quel a été l’accueil des collectivités locales, des institutions privées, des enseignants à ces dispositions réglementaires ? L’exemple de Lyon et du Département du Rhône nous permet d’apporter quelques réponses à ces questions.

2Il est probable que l’application du décret du 3/2/1869 a été d’autant mieux suivie que la ville de Lyon et les communes du Rhône désiraient prouver leur allégeance aux valeurs républicaines. Toute politique gouvernementale a besoin de relais institutionnels. De ce point de vue, il est indispensable de définir les forces en présence. Mais il faut aussi compter avec les conditions matérielles d’enseignement à une époque où l’Ecole dispose rarement de locaux appropriés, et également avec une tradition qui veut que la salle de classe soit le centre stratégique de la maison d’école.

3L’apparition de la gymnastique dans le champ scolaire a dû profondément perturber une pédagogie traditionnelle tout entière tournée vers des acquisitions instrumentales. Il fallait alors définir un mode d’enseignement conforme aux usages scolaires en vigueur : ni jeu, ni récréation, la gymnastique devait s’inscrire dans une logique du travail (scolaire) alliant l’instruction (l’acquisition de connaissances proprement physiques) et l’éducation (la formation morale et civique du citoyen) tout en ayant soin d’évacuer tout plaisir. Bref, l’enseignement de la gymnastique avait d’autant plus de chances d’être accepté qu’il reproduisait les caractéristiques scolaires du cours magistral dans un espace balisé et selon des techniques éprouvées de gestion des groupes. Mais il faut encore compter avec les résistances au changement qui tiennent autant à l’impréparation des maîtres (ou à l’absence d’enseignants qualifiés) qu’aux attitudes à l’égard de l’Ecole. Les adversaires de la République n’ont-ils pas dénoncé la politique de construction des "palais scolaires" ? Comment envisager dans ces conditions leur approbation lorsque la commune ou l’Etat dépensent l’argent des contribuables pour édifier des gymnases, acheter du matériel de gymnastique ou des fusils pour un enseignement si peu scolaire ? Il reste que, pour des républicains convaincus, l’enseignement de la gymnastique peut être un symbole de leur politique scolaire en ce qu’elle concrétise une vision nouvelle des rapports de l’homme et de la culture.

4L’apparition d’une nouvelle discipline d’enseignement n’est pas le simple effet mécanique des rapports du politique et du pédagogique. Deux autres facteurs sont à considérer : d’une part les rapports du culturel et du pédagogique, d’autre part l’autonomie du pédagogique. Dans le premier cas, c’est prendre en compte les liens qui peuvent exister entre les différentes formes de la pratique sociale des activités physiques et la consécration d’une forme scolaire légitime de cette pratique. C’est donc mettre l’accent sur des pré-dispositions qui seront d’autant plus favorables à la légitimité scolaire de la gymnastique que la population concernée est familiarisée avec les usages de la culture physique. Quant au second facteur, il postule l’existence d’une contrainte scolaire normative, qui place l’enseignement de la gymnastique dans une situation d’assujettissement. Etrangère dans la maison Ecole, la gymnastique n’a de chances de la conquérir durablement que si elle respecte les règles du jeu pédagogique et didactique qui n’ont pas été faites pour elle.

5C’est donc de cet ensemble de facteurs politiques, culturels, pédagogiques que dépendent les chances de succès de cette première tentative organisée et rationalisée de conquête de l’Ecole. Le citoyen cultivé (physiquement) est un homme qui aura été scolarisé.

A - UN TABLEAU NUANCÉ

  • 31 De Vaucelles L., Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse, Paris, Soc. d’édit. Les Belles Le (...)

6Lyon est républicaine. Sans doute, le jugement mériterait-il des nuances, selon les quartiers de la ville ou les circonstances. Mais il est incontestable que, sous la Troisième République, la municipalité n’a jamais été conquise que par des républicains d’obédience radicale. De J.L. Hénon, élu maire entre 1870 et 1872, à Barodet (1872-1874), A. Gailleton (1881-1900), V. Augagneur (1900-1905) et E. Herriot (1905-1957), la ville n’a jamais manqué d’honorer massivement ses sentiments républicains. La personnalité et les convictions politiques de ces magistrats, ont sans doute favorisé les intérêts des milieux aisés, mais elles ont toujours oeuvré à l’émancipation des classes populaires. C’est peut-être à Lyon que l’oeuvre municipale en faveur de l’Ecole est la plus remarquable. Ainsi que l’exprime L. de Vaucelles, les radicaux de l’Hôtel de Ville "expédient les affaires courantes sans prendre les moyens d’une politique plus sociale, sauf en matière d’enseignement. Très attachés à l’école du peuple, qui permet l’évolution de la société dans un sens plus démocratique, les édiles lyonnais travaillent avec succès à développer l’instruction primaire et à multiplier les constructions scolaires"31. Les élections législatives de 1876 à 1881 confirment cette faveur républicaine. Mais, paradoxalement, il faut remarquer que cette sollicitude pour l’Ecole n’a guère profité à l’enseignement secondaire. Lyon ne dispose que d’un lycée de garçons, le lycée Ampère, doté d’une annexe à St-Rambert à partir de 1865, et il faudra attendre 1882-1883 pour que s’ouvre un lycée de jeunes filles, le lycée des Brotteaux. Quant au lycée du Parc, il ne sera construit qu’en 1909.

  • 32 "Observations et demandes relatives à l’enseignement primaire à Lyon, présentées à Monsieur le Min (...)
  • 33 Ce comité de défense rassemblera à partir de 1879, une quarantaine de membres (industriels, avocat (...)

7A vrai dire, cette obédience républicaine cache mal une réalité sociale et politique plus nuancée : Lyon est une ville de contrastes, où la flamme cléricale se consume au milieu de l’âtre républicain. Foyer d’une sociabilité bourgeoise et familiale intense qui tranche avec l’isolement et le déracinement d’un nombre toujours plus grand d’ouvriers, Lyon reste un grand couvent enserré dans une châsse républicaine. La Marianne de l’Hôtel de Ville cohabite difficilement avec la Vierge de Fourvière et les occasions ne manquent pas d’affrontements parfois sanglants. Un exemple parmi tant d’autres : l’arrivée de J.L. Hénon à la mairie a entraîné des mesures de rétorsion contre les écoles catholiques de la ville. Aussitôt se constitue un Comité de défense des écoles catholiques de la ville de Lyon formé de 38 membres, qui entreprend de réagir contre les provocations d’un journal l’Excommunié, défenseur des écoles libres et laïques et organe du Comité de Salut Public qui tient lieu de conseil municipal. Son programme : interdire toute activité d’enseignement aux congrégations religieuses et demander l’expulsion des Frères de la Doctrine chrétienne32. Ainsi, dès l’automne de 1870, la ville de Lyon avait réalisé la laïcisation de ses écoles. Le coup de force échouera, mais l’anticléricalisme aura encore de beaux jours devant lui, d’autant que la réaction s’organise sous l’impulsion du Comité de défense des intérêts catholiques du diocèse de Lyon, et du journal Le Nouvelliste33.

  • 34 Furet F. et Ozouf J., Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à J. Ferry, Paris, é (...)

8Ce climat de tension a finalement profité à l’Ecole, qui a vu le nombre de ses locaux augmenter du fait d’une concurrence acharnée. Les statistiques que nous avons pu rassembler sont assez contradictoires et semblent témoigner des difficultés à réaliser un dénombrement exhaustif. Malgré tout, elles autorisent quelques commentaires dans la mesure où elles confirment les indications données par F. Furet et J. Ozouf34. Ce qui frappe, tout d’abord, c’est la couverture géographique du réseau des écoles primaires. Dans une note complémentaire relative à la "Situation matérielle des maisons d’école et des salles d’asile" rédigée le 31/12/1879, on constate que la totalité des communes du département du Rhône (sauf une) dispose d’une école.

9Il reste que les conditions matérielles et sanitaires sont le plus souvent critiques... et, lorsque l’école dispose de locaux convenables, leur destination n’est pas toujours respectée. Les rapports de l’inspection générale signalent "l’état lamentable et déplorable des locaux et des installations de certaines écoles du département du Rhône". Et la ville de Lyon est loin d’être exemplaire en ce domaine. Dans l’enquête du 21/2/1879, le rapport met en évidence l’insalubrité des écoles : manque de lumière, manque d’hygiène et d’aération, absence d’entretien, etc... A Lyon, sur 161 écoles inspectées, la plupart devraient être fermées... défaut d’éclairage (26), trop de bruit dans la rue, hygiène défectueuse, latrines infectes (30), locaux ou école à reconstruire entièrement (21) etc... Un bilan minutieux sur le département du Rhône nous permet d’estimer à plus de 50 % le pourcentage des écoles primaires exigeant des réparations ou des reconstructions coûteuses.

  • 35 Délibération du Conseil général du Rhône (D.C.G.) du 10/4/1878. Situation de l’inspection primaire

10Ajoutons à cela un taux d’absentéisme élevé : proche de 15 %35, que la scolarisation est assurée majoritairement par les écoles congréganistes) et d’institutrices (il n’y a pas d’Ecole Normale d’institutrices dans le département du Rhône en 1879) n’ont pas de qualification, l’on aura ainsi un tableau général de la situation précaire et conflictuelle de l’enseignement primaire dans le Rhône.

11Dans ces conditions, quel peut bien être l’impact d’une décision "venue d’en haut", qui contraint les enseignants à faire figurer la gymnastique dans les plans d’études et les emplois du temps ? Comment l’Etat peut-il espérer le succès de sa politique maximaliste alors que l’enseignement traditionnel (lire, écrire, compter) ne dispose même pas des compétences et des locaux indispensables ? En dépit des subventions ou des aides pécuniaires et matérielles allouées par le gouvernement, malgré les projets de formation des enseignants, il reste que les communes sont les principales auxiliaires d’une politique volontariste qui requiert de plus l’adhésion simultanée des enseignants, des parents et des élèves. La clef de la réussite passe inévitablement par un soutien massif et inconditionnel des populations concernées.

B - DES APPLICATIONS LABORIEUSES...

12Le Ministre de l’Instruction Publique, réitérant ses demandes d’enquêtes sur l’enseignement de la gymnastique entre 1871 et 1872, finit par obtenir une réponse de l’Inspecteur d’Académie. Le bilan est décevant : il n’y en a aucun à Lyon et dans le département du Rhône, sauf à l’Ecole Normale primaire de Villefranche et dans trois gymnases privés de Lyon. L’Inspecteur d’académie L. Aubin avoue son désarroi devant le Préfet :

"J’ai porté à la connaissance de tous les instituteurs et de toutes les institutrices des écoles publiques du département la circulaire de M. le Ministre de l’Instruction publique relative à la concession des appareils et agrès nécessaires à l’enseignement de la gymnastique... J’ai le regret de vous faire savoir qu’en dehors de l’Ecole Normale primaire de Villefranche, où un gymnase a été installé depuis quelques années seulement, et en dehors de Lyon où la municipalité a organisé trois gymnases pourvus de tout le matériel réglementaire, depuis l’année dernière, l’enseignement de la gymnastique n’existe à proprement parler nulle part. Dans une dizaine d’écoles à peine, les instituteurs ont commencé à faire faire des marches et des sauts"...

13L. Aubin indique encore que quelques rares communes possèdent un matériel rudimentaire : c’est le cas de l’école des Frères de Belleville, où les élèves disposent d’un trapèze et d’une escarpolette, ou de l’école laïque d’Ancy. D’autres communes, comme celles d’Oullins, ont voté un budget pour équiper un gymnase municipal. En fait, le décret du 3/2/1869 laisse la grande majorité des communes dans l’indifférence, même si certaines (comme Ampuis, Anse, Charly, Givors, Grandris, Tarare, Tassin, Villeurbanne, etc...) ouvrent un budget spécial sur les registres municipaux pour "seconder les intentions bienveillantes du ministre". L’application du décret se heurte en fait à de nombreuses difficultés : budgétaires, bien sûr, car, si les communes font un effort, leurs ressources propres leur interdisent de financer la totalité des constructions et des équipements. C’est pourquoi les plus zélées à aider le gouvernement l’invitent à compléter leur contribution. Des difficultés architecturales, car nombre d’écoles ne disposent pas "d’emplacements convenables pour installer un gymnase". Des difficultés de recrutement, enfin, car "une des plus grandes difficultés pratiques se trouve dans le recrutement du personnel chargé de propager la gymnastique. Les anciens instituteurs l’ignorent, les élèves-maîtres sortis depuis les deux dernières années de l’Ecole Normale y ont seuls puisé les premières notions du nouvel enseignement et on ne trouve pas de personnes capables de le donner dans les différentes communes et même dans les chefs-lieux de canton".

  • 36 A.M.L. Délibérations du Conseil Municipal (D.C.M.) du 8/5/1879.

14En fait, seule la ville de Lyon semble mieux équipée. La municipalité a fait construire trois gymnases (rue Tronchet, montée St-Barthélémy et à la Croix-Rousse) en attendant d’atteindre l’objectif d’un gymnase par arrondissement36. Et la lettre de l’Inspecteur d’académie précise que les enfants des écoles laïques (les deux premières divisions seulement) vont deux fois par semaine recevoir leur leçon de gymnastique.

15Dès lors, le Préfet n’aura de cesse de solliciter l’aide des municipalités en multipliant les circulaires et les arrêtés. Elles répondront en établissant des demandes de subventions au Conseil Général du Rhône, qui votera un budget de 25 000 Frs pour le développement de l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires pour l’année 1873. Soutenues par l’argent public, les communes ne tarderont pas à solliciter ces aides tout en faisant état de l’insuffisance de leur bonne volonté.

16D’une manière générale, l’argumentation présentée par les maires est la suivante : les communes sont prêtes à faire un effort, à trouver un emplacement pour construire des gymnases et à puiser dans leurs ressources pour acheter du matériel, dans la mesure où elles recevront une aide publique. Les Préfets répondent invariablement : aide-toi et la République t’aidera. Ce qui aurait pu se transformer en un dialogue de sourds a pratiquement toujours débouché sur un accord, quelles que soient les circonstances qui motivaient la demande de subvention. En voici un exemple entre cent :

  • 37 A.D.R. T 59 - lettre du maire de Quincieux, E. Grataloup, du 4/4/1874 au Préfet du Rhône.

"Monsieur le Préfet, depuis deux mois environ, l’école communale de garçons est en possession de tous les appareils nécessaires pour l’enseignement de la gymnastique, mais il nous manque un professeur pour cet enseignement et la commune n’a pas de ressources pour en payer un. L’instituteur qui a un brevet portant la mention de gymnastique consentirait à donner des leçons, et depuis quelques temps les enfants qui étaient déjà familiarisés aux différentes marches ont pu commencer sous sa direction les premiers exercices avec les appareils. Cependant comme ces leçons ne peuvent avoir lieu qu’en dehors des heures de classe, il me paraît convenable qu’elles soient rétribuées. Les fonds spéciaux votés par le Conseil Général pour l’enseignement de la gymnastique peuvent-ils être destinés à payer les maîtres ? S’il en était ainsi, j’oserais vous prier, Monsieur le Préfet, de vouloir bien faire participer ma commune à ces secours afin que le gymnase récemment établi dans l’école de garçons ne reste pas inutile"37.

17Le Préfet transmet la lettre du maire, pour avis, à l’Inspecteur d’académie qui lui répond :

  • 38 A.D.R. T 59 - lettre de l’Inspecteur d’académie L. Aubin du 20/4/1874.

"Monsieur le Préfet, le Conseil Général en votant 25 mille francs pour le développement et l’encouragement de l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires n’a point voulu venir en aide aux communes uniquement dans l’établissement des gymnases, dans l’achat des agrès de tout genre. Sa pensée s’est étendue nécessairement au personnel chargé de donner cet enseignement. La demande formulée par M. le Maire de Quincieux répond donc pleinement aux intentions du Conseil Général et comme l’Instituteur, M. Chambeyron a reçu à l’Ecole Normale de Villefranche des leçons théoriques et pratiques de gymnastique, et que mention de ces connaissances est faite sur son brevet de capacité, ce maître réunit les conditions voulues pour enseigner la gymnastique à ses élèves. Je serais donc d’avis qu’il fût alloué à cet instituteur une subvention de 150 à 200 Frs pour donner des leçons de gymnastique aux enfants de son école, durant toute l’année"38.

18Cette situation semble en fait rarissime : très peu d’instituteurs ont les compétences requises pour enseigner la gymnastique. En ont-ils seulement le goût ? Mais cette lettre témoigne que, dans le meilleur des cas, la gymnastique est bien loin d’être intégrée au plan d’études et à l’emploi du temps des écoles primaires ! C’est un enseignement supplémentaire, et à ce titre l’instituteur veut bien le dispenser contre rétribution. Sa compétence, attestée par le diplôme de l’Ecole Normale de Villefranche, devrait garantir sa polyvalence et par conséquent l’intégration de la totalité de ses enseignements dans l’horaire et le programme normal des études. Mais l’Inspecteur d’Académie ne peut l’exiger, car il est sans doute conscient des conséquences désastreuses de sa décision. En effet, les élèves-maîtres de l’Ecole Normale de Villefranche ne reçoivent une formation à l’enseignement de la gymnastique que depuis l’année scolaire 1868-1869 et cela "du fait d’un décret récent rendant obligatoire dans les Ecoles Normales l’enseignement de la gymnastique, l’école du soldat et le maniement du fusil". Dans le rapport du 18/7/1874, on lit : "Les exercices de gymnastique continuent régulièrement au profit du développement des forces physiques, de la souplesse et de l’adresse des mouvements. Un autre effet, mais moral et non moins précieux, est d’habituer les jeunes gens à écouter un ordre et à l’éxécuter ensuite avec célérité et précision".

19Indépendamment de ces considérations, il faut noter que les effectifs d’instituteurs sortant chaque année de l’Ecole Normale sont insuffisants pour propager rapidement l’enseignement de la gymnastique dans les écoles du département :

  • en 1860, l’Ecole Normale abritait 30 élèves-maîtres, dont 9 en troisième année.
  • la situation ne varie guère jusqu’en 1877 : les effectifs globaux oscillent autour de 30, avec un point de chute en 1871 (n=23) et un point fort en 1875 (n=35).
  • le rapport du 26/6/1877 indique que l’Ecole Normale de Villefranche fournit 11 à 12 instituteurs par an pour le département du Rhône, soit les deux tiers de ce qui est nécessaire (n=18).

20Dans ces conditions, il est nécessaire de recourir à l’aide privée : ou bien en autorisant des personnes physiques à enseigner dans les locaux scolaires (ou en dehors) en des moments qui ne sauraient gêner le cours normal des études ; ou bien en acceptant l’aide bénévole ou intéressée de sociétés civiles, militaires ou commerciales. Cette ingérence du privé dans l’enseignement public inaugure une situation conflictuelle, qui empoisonnera pour longtemps l’histoire de l’éducation physique...

C - L’INSTITUTEUR, LE GYMNASTE ET LE MILITAIRE

  • 39 Discours de Gambetta à Bordeaux, du 26/6/1871, Gambetta, Discours (1868-1882), Monaco, Ed. Hemera (...)

"Le jour où il sera bien entendu que nous n’avons pas d’œuvre plus grande et plus pressante à faire, que nous devrons laisser de côté, ajourner toutes les autres réformes, que nous n’avons qu’une tâche, instruire le peuple, répandre l’éducation et la science à flots, ce jour, une grande étape sera marquée vers notre régénération. Mais il faut que notre action soit double, qu’elle porte sur le développement de l’esprit et du corps ; il faut, selon une exacte définition, que dans chaque homme elle nous donne l’intelligence réellement servie par les organes. Je ne veux pas seulement que cet homme pense, lise et raisonne, je veux qu’il puisse agir et combattre. Il faut mettre partout, à côté de l’instituteur, le gymnaste et le militaire, afin que nos enfants, nos soldats, nos concitoyens, soient tous aptes à tenir une épée, à manier un fusil, à faire de longues marches, à passer les nuits à la belle étoile, à supporter vaillamment toutes les épreuves pour la Patrie. (Mouvements) Il faut pousser de front ces deux éducations, car autrement vous ferez une œuvre de lettrés, vous ne ferez pas une œuvre de patriotes"39

1 - Lorsque nécessité fait loi...

21A. Ehrenberg, citant ce discours de Gambetta, voit dans cette triade pédagogique, le rôle prépondérant de l’armée pour la diffusion de l’idéal démocratique des républicains. Il n’hésite pas à conclure que "sur ce plan, elle occupe la même place que l’école". Nous ne partageons pas ce jugement, car, en 1871, que représente l’Ecole en regard de l’armée aux yeux de la société française ? Le discours de Gambetta, par son volontarisme, témoigne du désarroi des hommes politiques devant l’effrondrement de la nation. Cette volonté d’union nationale passe, pour nombre de républicains, par l’adoption de mesures propres à souder le corps social. L’appel au combat, à l’effort, à une vie rustique et austère ne peut que se référer à des pratiques et à des valeurs militaires. Et M. Spivak a bien montré que l’armée est, avant 1870, la seule institution qui, du fait de sa position privilégiée dans la société, "pouvait mettre en application sur une large échelle, le principe de la formation physique". C’est bien cette position de force qui lui a permis d’investir les murs de l’Ecole, ce qui démontre l’incapacité et la fragilité de l’institution scolaire à réagir promptement devant des événements gravissimes. On a trop souvent allégué les origines militaires de l’éducation physique pour expliquer le caractère disciplinaire de son enseignement, pour que nous contestions le bien-fondé de ces analyses. Mais de telles observations permettent également d’expliquer l’échec d’une authentique intégration scolaire de cette nouvelle discipline d’enseignement par l’impréparation d’une politique scolaire maximaliste. Et la défaite de 1870 a permis d’en constater les effets. Il fallait alors parer au plus pressé. Si le décret du 3/2/1869 augurait une politique de longue haleine, dont on pouvait espérer qu’elle contribuerait à former progressivement un nouveau corps d’enseignants, Sedan a provoqué une telle confusion que l’enseignement de la gymnastique a subi les effets de décisions aussi empressées qu’aberrantes. Le législateur aurait pu en effet concevoir d’organiser l’enseignement de la gymnastique et de la préparation militaire dans des groupements para - ou extra - scolaires. Cette forme d’animation, souvent mise en place, d’ailleurs, par les maires des communes, autorisait l’intervention conjointe de l’instituteur, du gymnaste et du militaire, dans la mesure où elle se déroulait en dehors du temps réservé aux études. Elle aurait également facilité la mise en place progressive d’un enseignement qui manquait singulièrement de cadres compétents et d’installations adéquates. A l’inverse, on doit considérer que l’intégration scolaire de la gymnastique était indissociable de son obligation : dans ces conditions, le législateur devait respecter impérativement les normes pédagogiques de tout enseignement : inscription de la gymnastique dans un plan d’études, définition d’un programme différencié en fonction des niveaux de la scolarité, adoption d’une méthode unique. Ce formalisme rigoureux l’a conduit à élaborer une théorie pédagogique en rupture totale avec les moyens dont il disposait. Car il faut bien remarquer que l’usage scolaire de la gymnastique se démarque totalement de son usage militaire et commercial : d’abord parce que son enseignement est obligatoire (en particulier jusqu’en 1880 dans les lycées, collèges et écoles normales), ensuite et surtout parce qu’il est "normalisé", c’est-à-dire intégré à un processus de didactisation et de légitimation du savoir scolaire. Or, rien, dans la formation des militaires, ne les préparait à répondre aux exigences d’un enseignement "universitaire". Que connaissent-ils de l’organisation pédagogique des établissements primaires et secondaires ? Habitués à instruire des adultes, de quelles compétences peuvent-ils se prévaloir pour enseigner des enfants ou des adolescents ? On peut cependant reconnaître que, spécialistes de la relation disciplinaire, ils aient pu, pour un temps, satisfaire aux exigences d’une pédagogie traditionnelle en poursuivant l’œuvre de moralisation et de caporalisation de la jeunesse. Mais cette compétence elle-même, acquise sur les champs de manœuvre ou dans les cours des casernes, devenait un obstacle, dès lors qu’elle devait s’allier à des compétences scientifiques et pédagogiques qui visaient une adaptation des contenus d’enseignement aux capacités des élèves. Bref, si, comme le soutient A. Ehrenberg, les militaires maîtrisaient un nouvel art de la relation humaine, ils n’ont jamais pu l’adapter aux nonnes de l’organisation scolaire. En dépit d’analogies factices, l’écolier n’est pas un soldat. Et la circulaire du 17/7/1869 relative à l’emploi des professeurs de gymnastique à réserver aux anciens militaires est l’un des plus mauvais coups portés à une véritable assimilation scolaire de ce nouvel enseignement.

"... les conditions à remplir par les sous officiers et soldats, pour être nommés maîtres de gymnastique, sont : 1° d’avoir suivi, pendant le temps jugé nécessaire, les leçons de l’école de la Faisanderie, établie à Joinville-le-Pont, ou de justifier, par des certificats authentiques, d’une aptitude éprouvée ; 2° de remplir les conditions de tenue et de caractère exigés de ceux qui se proposent, à un titre quelconque, d’instruire la jeunesse..."

22Quant à l’aptitude pédagogique, elle sera, quelques mois plus tard, définie par "l’aptitude théorique et pratique, c’est-à-dire la manière de démontrer les exercices et de soutenir l’élève, afin d’aider au développement progressif de ses forces et de prévenir les accidents".

2 - Les mercenaires de l’enseignement

23A défaut de maîtres ayant reçu une formation, les établissements devront se contenter des seuls cadres dont ils puissent disposer : des militaires ou d’anciens militaires, formés, dans le meilleur des cas, à l’Ecole Normale Militaire de Joinville. Ainsi, entre 1869 et 1880, quelques rares municipalités ont-elles pu s’attacher les services d’anciens soldats, promus professeurs de gymnastique dans les écoles communales, comme à Caluire, qui a choisi N. Werler, professeur à la Société de gymnastique de Lyon, et M. Pugens, directeur et propriétaire du plus ancien gymnase commercial de Lyon, fondé en 1842. Nous avons pu ainsi reconstituer les curricula de la plupart des professeurs de gymnastique des établissements scolaires et dresser une carte des établissements scolaires qui bénéficient de ce nouvel enseignement. Le bilan est assez maigre : à la veille de 1880, l’enseignement de la gymnastique est un luxe que bien peu d’établissements scolaires et de communes peuvent s’offrir.

24La plupart des professeurs engagés sont propriétaires de gymnases commerciaux ou de salles d’escrime. C’est le cas de Maître Voland, propriétaire d’une salle d’escrime à Lyon, entre 1867 et 1895 : ex-premier maître au 5ème bataillon de chasseur à pied, décoré de la médaille militaire, il est professeur au petit Séminaire de Notre-Dame des Minimes et à la Société d’escrime de Lyon fondée en 1854. C’est le cas du sieur Trigault, qui ouvre une salle d’escrime à Lyon, en 1876, ex-premier maître d’escrime au 79ème de ligne, décoré de la médaille militaire, il est professeur au collège des RR.PP. Jésuites, ainsi qu’au pensionnat des Frères des écoles chrétiennes et à celui des Frères du Sacré-Coeur.

25D’autres sont recrutés directement par les municipalités : à Villefranche, A. Lacroix est choisi par le conseil municipal. Nous disposons à son sujet de renseignements précieux : né en 1853, d’un père inconnu, adopté par un médecin qui, en 1877, est "un vieillard infirme et n’ayant aucune ressource", il effectue son service militaire au 27ème bataillon de chasseurs à pied et est libéré en 1876, muni d’un certificat de bonne conduite et d’une attestation de premier prix de gymnastique délivrée par l’Ecole Normale militaire de gymnastique de Joinville-le-Pont, en 1873. Sur la base de ces renseignements élogieux, il est recruté par la mairie de Villefranche : "Ce jeune homme est de bonnes vie et mœurs, doit travailler pour venir en aide à sa famille adoptive... il paraît remplir les conditions de capacités essentielles et indispensables pour diriger efficacement les leçons à donner aux élèves. Il jouit de plus d’une bonne moralité et sa conduite est à l’abri de tout soupçon". Il sera donc recruté sur la base de 600 francs par an.

26Ce quasi-monopole exercé par les militaires sur l’enseignement de la gymnastique démontre, d’une part que la concurrence n’existe pas (en conséquence, les municipalités n’ont pas le choix) et, d’autre part, que l’armée s’introduit assez timidement dans les établissements. L’offre d’une carrière d’enseignant ne semble guère susciter de vocations : d’une part, la grande majorité des réservistes exerce une activité professionnelle et l’on peut comprendre leur hésitation à laisser la proie pour l’ombre ; d’autre part, les traitements sont loin d’être attrayants. Avec environ 50 Frs par mois pour un service complet d’enseignement, le professeur de gymnastique est un sous-prolétaire, qui doit envier le sort (pourtant peu valorisant) de l’instituteur ! Ainsi, les militaires sont-ils loin d’occuper tous les postes vacants dans les écoles ; attirés le plus souvent par les congrégations religieuses (payent-elle mieux ?), ils désertent les écoles laïques. Aussi les professeurs de gymnastique sont-ils ou bien des mercenaires, bénéficiant d’une position connue dans le champ des offres commerciales (leur traitement d’enseignant constitue un appoint en même temps qu’une occasion d’élargir la sphère de leur influence) ou bien de pauvres hères, sans qualification professionnelle, que les nécessités de la subsistance condamnent à être exploités.

27Ainsi, les mêmes exercent souvent leurs talents dans plusieurs établissements. Dans l’enseignement secondaire à Lyon, la gymnastique ne figurera dans les programmes qu’à partir de 1879 pour le lycée Ampère (professeur M. Pugens entre 1879 et 1895) et le petit lycée de St Rambert (professeur Portail entre 1879 et 1892). Le lycée de jeunes filles des Brotteaux n’ouvrira ses portes que le 25 novembre 1882 et la gymnastique sera enseignée dès la rentrée de 1883. Il faut ajouter, pour le lycée Ampère, l’enseignement de l’escrime assuré par Voland entre 1879 et 1895.

28L’Ecole normale primaire de Villefranche paraît mieux dotée, puisque la gymnastique sera inscrite au programme des études dès 1869 et son enseignement sera assuré jusqu’en 1886 par le même professeur, Chéry. L’Ecole normale primaire d’institutrices ne sera créée à Lyon qu’en 1886, et ses élèves ne bénéficieront jamais d’un enseignement gymnastique sauf en 1886 et 1889 !

29L’application du décret du 3/2/69 souffre donc de nombreuses entorses. Dans les écoles primaires, soumises au bon vouloir des municipalités, on pare au plus pressé, selon les possibilités locales. Certaines communes envoient les élèves dans des gymnases à vocation commerciale ou dans des sociétés civiles de gymnastique. C’est le cas à Fontaines-sur-Saône... mais l’Inspecteur d’Académie en interdit le principe. D’autres enploient directement des maîtres, recrutés sur dossiers acceptés par les autorités préfectorales et académiques. La situation est, en fait, complexe, comme en témoigne l’exemple de Lyon. Afin de satisfaire aux exigences de la loi, mais surtout pour témoigner de son orthodoxie républicaine, le maire signe en 1879 une convention liant la ville à la Société Lyonnaise de gymnastique, permettant à ladite société de donner des leçons à quelques 700 élèves des écoles primaires publiques, dans le gymnase de la montée St-Barthelémy ou professe... le sieur N. Werler.

  • 40 A.D.R. T 59, lettre du 2/6/1879.
  • 41 D.C.M. du 8/5/1879.

30Cette convention n’a d’ailleurs pas été signée sans difficulté... ce qui témoigne bien de la conscience qu’avaient les autorités académiques de la spécificité que devait acquérir la gymnastique scolaire. Le 8 mai 1879, le Conseil municipal de Lyon reçoit une demande de subvention de la Société Lyonnaise de gymnastique, pour l’installation d’un gymnase dans un local loué au 19, montée St-Barthélémy. La société offre en contre partie de mettre son local, son matériel et son personnel à la disposition de la ville, pour enseigner la gymnastique aux élèves des écoles municipales du 5ème arrondissement. L’Inspecteur d’académie, consulté, donne un avis défavorable, du fait qu’il "n’est pas possible de concilier le service des écoles avec celui d’un établissement libre de gymnastique"40. D’autre part, la ville a en projet, la construction d’un gymnase par arrondissement, dont elle confierait la gestion et l’organisation à des sociétés de gymnastique. Avis défavorable du Préfet pour les mêmes raisons. L’enseignement de la gymnastique doit rester une affaire strictement scolaire, et l’on ne saurait envisager de confier des élèves à des personnes démunies de toute compétence pédagogique. D’où un conflit, du fait que la Société lyonnaise de gymnastique joue un rôle important dans la ville en distrayant "une partie de la jeunesse qui s’adonne aux exercices de la gymnastique qui n’est plus de ce fait une clientèle pour les cabarets"41. Dans le même temps, la Société lyonnaise de gymnastique a demandé et obtenu une subvention (pour les mêmes motifs) de 1 000 Frs du Conseil Général du Rhône. Le Conseil municipal, passant outre la recommandation de l’Inspecteur d’académie et du Préfet, ne peut faire autrement que d’accorder une subvention de 500 Frs. (Cette somme représente approximativement le montant du salaire annuel d’un maître de gymnastique dans les écoles municipales du département.

  • 42 D.C.M. du 16/9/1879.

31Mais l’affaire n’en reste pas là : la ville se propose d’acheter le local de la montée St-Barthelémy pour y construire une école et un gymnase. Mais elle se heurte à un nouveau refus de l’Inspecteur d’académie qui juge cet emplacement trop excentré et entouré de trop peu d’habitations pour intéresser une population scolaire insuffisante42 Ce refus permettra finalement de trouver un compromis et la convention liant la Société lyonnaise de gymnastique, la Municipalité de Lyon et l’Administration académique sera signée en avril 1880. En fait, la Société lyonnaise de gymnastique réclamera un crédit annuel supplémentaire de 1 800 Frs afin de rémunérer le professeur de gymnastique (N. Werler) et ses aides. Le conseil municipal accepte, considérant que 1 800 Frs pour 700 élèves ne représente qu’une faible somme (2,75 Frs) par élève. Dès la rentrée de 1880 élèves seront accueillis par groupes de 100 à 120 et recevront deux leçons par semaine. Soit dix écoles concernées, dont certaines ne sont pas installées dans le 5ème arrondissement, ce qui occasionne des déplacements assez longs.

D - A L’AUBE DES TEMPS NOUVEAUX...

32Quelle est la situation dont hérite J. Ferry lorsqu’il devient Ministre de l’Instruction publique le 4 février 1879 ? L’une de ses premières décisions fut d’adresser une demande d’enquête (le 5/4/1879) auprès des Préfets et des Recteurs sur la situation de l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires. Or, le bilan dressé par l’Inspecteur d’académie ne suscite pas l’optimisme.

33. A l’école Normale de Villefranche : un professeur de gymnastique, pourvu du certificat d’aptitude et disposant d’un traitement de 600 Frs par an. Il donne 4 heures de leçons par semaine : 2 heures pour les élèves-maîtres et 2 heures pour les élèves de l’école primaire annexée.

34. Dans le département du Rhône : 37 écoles de garçons bénéficient d’un enseignement de la gymnastique, donné par 7 maîtres spéciaux et 26 instituteurs. Deux écoles ont un gymnase couvert, 27 écoles disposent d’agrès et 13 écoles libres ont un gymnase. Or, en 1878 il existe 654 écoles primaires dans le département. On constate donc que 5 à 6 % seulement des écoles primaires ont répondu aux directives du décret du 3/2/1869. Encore s’agit-il le plus souvent d’écoles libres congréganistes comme en témoignent les affectations des maîtres militaires de gymnastique.

35. A ces enseignements, il faut ajouter l’instruction militaire. L’Ecole Normale de Villefranche dispose de 36 fusils et les élèves-maîtres la reçoivent à raison d’une heure par semaine (39 d’entre eux sur 40 y prennent part).

36Comment rendre compte de cette faiblesse ? Nous ne disposons à ce jour d’aucune donnée comparative précise permettant de situer les réalisations lyonnaises par rapport à celles d’autres villes ou régions d’égale importance, particulièrement pour cette période, qui précède les grandes lois scolaires républicaines. Doit-on considérer Lyon et le département du Rhône comme nantis ou déshérités ? D’autres villes ont-elles été plus soucieuses de suivre les directives héritées de l’Empire ? Si, depuis le décret du 3/2/1869 beaucoup de textes ont tenté d’impulser un élan nouveau à l’enseignement de la gymnastique, force est de constater qu’ils sont restés sans suite. Les instituteurs eux-mêmes (ils sont plus de 1 100 dans le département en 1878) ne semblent guère disposés à défendre ce nouvel enseignement.

37Sans doute pouvons-nous expliquer ce manque de réalisations pour des raisons institutionnelles et pédagogiques. Nous les avons évoquées ; peu d’instituteurs ont bénéficié d’une formation à l’enseignement de la gymnastique. Alors même que les communes rivalisent pour construire des gymnases ou équiper des préaux, elles ne peuvent recruter des maîtres compétents ni convaincre les instituteurs d’intégrer cette tâche nouvelle dans leur service. Engager un personnel spécial coûte cher et le conseil général ne peut subventionner toutes les demandes. Seules quelques écoles congréganistes peuvent s’offrir ce luxe.

38Les raisons sociologiques paraissent cependant plus décisives : elles tiennent à l’attitude des différentes fractions de la population à l’égard de la gymnastique scolaire. On ne manque pas, en effet, de constater la disparité entre l’enseignement secondaire et l’enseignement primaire : la gymnastique n’est guère enseignée que dans les lycées. Les écoles primaires y sont plus réfractaires. Enseignement rare et marginal ; en cela, il est élitiste et distinctif. Mais cette proposition doit être nuancée car, dans un cas comme dans l’autre, la gymnastique n’emporte pas toujours l’adhésion : c’est tout le problème de ses horaires, de ses méthodes et surtout de son statut dans la société.

39- Ses horaires : l’enseignement de la gymnastique n’est pas donné, dans la très grande majorité des cas, pendant les heures ouvrables de l’école primaire. Bref, il n’est pas intégré dans l’emploi du temps. Ainsi, à Caluire, les leçons données par Pugens ont-elles lieu le jeudi à partir de 7h30 le matin (pour ne pas déranger l’enseignement normal, dit l’Inspecteur d’académie). Quant aux instituteurs, ils ne peuvent assister aux leçons que sur avis favorable de ce même inspecteur.

40Le plus souvent, d’ailleurs, ce sont les instituteurs qui exercent une pression sur les autorités académiques pour faire déplacer les cours de gymnastique : "si cet enseignement est utile, il ne doit pas empiéter sur les classes. Il faut donc lui assigner un jour et une heure qui n’occasionnent aucun dérangement pour les études ordinaires".

41Dans d’autres communes, les leçons de gymnastique ont lieu l’après-midi après 16 heures, ou le soir, ou encore le dimanche matin. Il ne faut pas s’étonner, alors, que les parents manifestent quelque réticence pour envoyer leurs enfants à un cours dont ils ne perçoivent pas l’utilité.

42- Ses méthodes : non intégrée dans les emplois du temps, enseignée par des militaires, la gymnastique ne peut jouir d’un statut comparable à celui des autres disciplines d’enseignement. Ses finalités sont mal perçues et le spectacle de la leçon offert à des regards soupçonneux ou interrogateurs ne peut que susciter le doute ou l’opposition farouche :

  • 43 A.D.R. T 59, lettre du 18/10/1882 du maire et de l’Arbresle, ancien officier de la garde nationale (...)

"Monsieur le Préfet, j’ai l’honneur de venir nous rendre compte que j’ai fait faire aujourd’hui en ma présence aux élèves de l’école de garçons de l’Arbresle, les premiers exercices militaires prescrits par les instructions. J’ai trouvé de bonnes dispositions chez tous et je suis convaincu que d’ici peu de temps nous aurons de bons résultats"43.

43Dans ces conditions, nombre de parents d’élèves n’envoient pas leurs enfants aux cours de gymnastique et l’Inspecteur d’académie ne peut que signaler auprès de ses supérieurs les mentions d’absentéisme relevées par les maires. Cet enseignement disciplinaire et récitatif, fondé sur la démonstration et la répétition, ne se démarque sans doute pas beaucoup de celui qui affecte les autres disciplines. Mais il se situe en dehors de la culture scolaire et en rupture avec les pratiques sociales habituelles.

44- Son statut social : on pourrait en effet considérer que l’adhésion des usagers de l’école sera d’autant plus franche que la gymnastique (ou plus largement l’activité physique) est inscrite dans des habitudes de vie ou bénéficie d’une image gratifiante. Les rapports entre le politique et le pédagogique ne sont-ils pas tributaires des facteurs culturels ? Et ne faut-il pas voir dans l’échec de la politique de V. Duruy et de ses successeurs la conséquence d’une carence culturelle en matière de pratiques physiques ?

Notes

31 De Vaucelles L., Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse, Paris, Soc. d’édit. Les Belles Lettres, 1971, p. 11.

32 "Observations et demandes relatives à l’enseignement primaire à Lyon, présentées à Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique” Lyon, 1872. Le Comité, composé par les notables de la ville, est présidé par P. Brac De La Perriere qui sera le fondateur quelques années plus tard d’une société de gymnastique, La Sentinelle, cléricale et monarchiste.

33 Ce comité de défense rassemblera à partir de 1879, une quarantaine de membres (industriels, avocats, notables...) et son futur président sera P. Brac De La Perroere.

34 Furet F. et Ozouf J., Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à J. Ferry, Paris, édit. de Minuit, 1977, tome 1, pp. 270 sqq.

35 Délibération du Conseil général du Rhône (D.C.G.) du 10/4/1878. Situation de l’inspection primaire.

36 A.M.L. Délibérations du Conseil Municipal (D.C.M.) du 8/5/1879.

37 A.D.R. T 59 - lettre du maire de Quincieux, E. Grataloup, du 4/4/1874 au Préfet du Rhône.

38 A.D.R. T 59 - lettre de l’Inspecteur d’académie L. Aubin du 20/4/1874.

39 Discours de Gambetta à Bordeaux, du 26/6/1871, Gambetta, Discours (1868-1882), Monaco, Ed. Hemera 1949 ; et dans Gambetta, Discours et plaidoyers choisis, Paris, Fasquelle, 1930.

40 A.D.R. T 59, lettre du 2/6/1879.

41 D.C.M. du 8/5/1879.

42 D.C.M. du 16/9/1879.

43 A.D.R. T 59, lettre du 18/10/1882 du maire et de l’Arbresle, ancien officier de la garde nationale des hussards.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search