Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Première partie. Le temps des hésitations

Chapitre I. Une volonté politique

Texte intégral

1Il reste que cette volonté politique évoque plus une vision idéaliste de la culture physique que ses manifestations réelles. Le législateur ne se réfère jamais à la pratique sociale des activités physiques. Ses choix sont dictés par le système de valeurs de l’institution scolaire. La gymnastique ne deviendra-t-elle pas alors une construction pédagogique entièrement soumise à l’orthodoxie scolaire ?

A - TOUT COMMENCE AVEC L’ECOLE

2Le Décret du 3/2/1869 résulte d’un long travail de préparation que la sécheresse du document ne permet guère d’appréhender. En résumé, il est ordonné en quatre titres : les trois premiers correspondent chacun à des institutions différentes d’enseignement ; le dernier est relatif à la formation des enseignants.

3Si, pour les lycées et collèges, la gymnastique fait partie de l’enseignement (conformément à un programme annexé), elle reste soumise, pour les écoles primaires, à l’appréciation des conseils municipaux qui auront à décider des moyens en matériels et en personnels. En revanche, l’enseignement de la gymnastique est obligatoire dans les Ecoles Normales Primaires et dans les écoles primaires qui leur sont annexées. Dans tous les cas, sa pratique reste soumise à une décision médicale. Ces distinctions sont encore affirmées lorsqu’il s’agit de désigner un personnel compétent : dans les lycées et collèges, elle est enseignée par un maître de gymnastique attaché à l’établissement et nommé par le Ministre. Il en est de même pour les Ecoles Normales Primaires. En revanche, dans les Ecoles communales, les exercices sont dirigés par l’instituteur (ou un maître spécial) qui peut être formé par le maître de gymnastique des Ecoles Normales Primaires sur décision du recteur. L’enseignement primaire ne bénéficie donc pas d’une sollicitude attentive de la part du législateur puisque tout ce qui concerne l’organisation de l’enseignement de la gymnastique (à l’exception des programmes) est du ressort des municipalités et de l’Inspecteur d’Académie. Il faudra donc dissocier, lorsque nous aborderons les applications, ce qui relève de l’initiative des municipalités et ce qui reste sous l’autorité de l’Etat.

1 - Le rapport Hillairet

4Le Décret du 3/2/1869 et les programmes annexés reprennent les conclusions du rapport Hlllairet (partie non officielle du Décret). Or, la commission créée en date du 15/2/1868 a réalisé un énorme travail d’enquête, qui a fourni la base d’une argumentation décisive. Mais la composition même de la commission laisse augurer d’un partage des préoccupations : sur ses dix membres, on dénombre un représentant du Ministère de l’Instruction publique, trois membres de l’Enseignement (encore s’agit-il de notables, car il n’y a qu’un seul proviseur), trois militaires, trois médecins. Préoccupée initialement de questions d’hygiène, s’appuyant sur le rapport Bérard, la commission a dû rapidement élargir le champ de ses préoccupations : "Aujourd’hui cette question prend de bien autres proportions. Il ne s’agit pas seulement d’introduire la gymnastique dans les lycées et collèges..." et c’est la nouvelle loi sur le recrutement des armées qui a infléchi ses analyses.

"Les manœuvres militaires ne sont autre chose que des exercices gymnastiques préliminaires ; elles complètent l’enseignement. L’introduction de la gymnastique méthodique dans l’éducation de la jeunesse doit avoir pour but de compenser l’action, parfois débilitante, des travaux intellectuels ; de concourir au maintien de la santé, d’accroître les forces physiques, et surtout de donner à chacun cette confiance en soi, cette morale dont chaque homme a besoin".

5Ainsi sont définies les finalités de ce nouvel enseignement. Car ce sont bien tous les enfants qui sont concernés, à des degrés divers, par cette innovation :

  • 6 B.A.M.I.P. no 201 du 12 Mars 1869, p. 281.

"Compléter ainsi l’éducation de la jeunesse en donnant aux enfants des centres manufacturiers et aux enfants des grandes villes, dont la santé est si souvent fragile, dont la constitution est tardive, qui n’ont pas toujours l’alimentation, l’air pur et la liberté, que réclame leur développement physique et même intellectuel, les moyens convenables d’acquérir la force ; assurer aux enfants des campagnes qui, vivant à l’air libre, sont plus robustes et mieux développés, l’adresse, l’agilité, la souplesse qui leur manquent, ce n’est pas seulement résoudre une des plus grandes questions de l’hygiène générale, c’est aussi concourir à l’élévation du niveau moral et à l’augmentation de la fortune publique. L’accroissement des forces individuelles doit en effet, dans un temps donné, fournir une somme plus considérable de travail physique et intellectuel"6.

2- L’Ecole et la Caserne

  • 7 Meunier R., La gymnastique et les jeux... P. 95. Il s’agit de l’instruction du 10 mai 1864.

6Cette entreprise d’acculturation repose sur un apprentissage méthodique, raisonné, qui reste à mettre en œuvre. Et la valorisation de la culture physique tient autant aux vertus qu’elle permet d’acquérir qu’aux procédures pédagogiques qui vont définir l’usage de la gymnastique. Il apparaît alors que ce qui aurait pu participer efficacement à la lutte contre le surmenage scolaire ou à une hygiène active, pèse de peu de poids en regard des obligations intellectuelles et morales de l’instruction. R. Meunier remarque que les réformes tentées par V. Duruy pour introduire les jeux et lutter contre l’immobilisme scolaire ne pourront venir à bout des traditions françaises en matière d’enseignement7. Le législateur doit tenir compte de l’opposition des proviseurs et des enseignants, moins soucieux de répondre aux besoins de l’enfant que d’imposer une rigueur draconienne dans les études. Jeux et récréations ne pouvaient recevoir l’assentiment d’un personnel enseignant épris d’austérité et de méthode. La gymnastique doit permettre d’obtenir l’ordre scolaire, de ce fait, c’est l’Armée qui fournira les procédures les plus efficaces à des formes scolaires orthodoxes de pratique physique. Dès lors, l’obligation scolaire de la gymnastique n’avait de chance d’être effective que si elle se conformait à des normes en harmonie avec une vie scolaire tout entière réglée dans le silence des études. Le génie du rapport Hillairet est d’avoir su saisir l’occasion offerte par la nouvelle loi sur le recrutement de l’année :

  • 8 B.A.M.I.P. no 201, op.cit., p. 281.

"Depuis la promulgation de la loi sur le recrutement de l’armée, l’opinion publique est devenue très favorable à cette mesure (il s’agit de l’introduction de la gymnastique dans les programmes d’enseignement) qui est considérée comme indispensable"8.

7D’autant qu’une liaison intéressante est établie entre la gymnastique scolaire et l’incorporation : l’article 9 de la Loi du 1er février 1868 sur l’organisation de l’armée précise que les jeunes gens qui peuvent justifier d’une connaissance suffisante du maniement des armes et de l’école du soldat seront exemptés de service militaire. Hésitant longuement sur la nécessité d’introduire l’instruction militaire dans les écoles, le rapport Hillairet finit par céder à la pression politique :

  • 9 B.A.M.I.P. no 201, op.cit., p. 331.

"... Le plus grand nombre de jeunes doivent faire partie de la garde mobile, et ils seront dispensés des appels, s’ils justifient d’une instruction spéciale suffisante ; beaucoup d’entre eux peuvent même devenir officiers, et il importe qu’ils connaissent de longue main tous les détails du maniement des armes ; enfin la manœuvre du fusil comprend une série d’exercices qui touchent de très près à la gymnastique et qui ont une utilité incontestable"9.

8Ces recommandations ne sont recevables pour l’enseignement secondaire qu’au prix d’une argumentation spécieuse selon laquelle les élèves du primaire sont trop jeunes et insuffisamment développés pour manier des armes. Il est probable cependant que, les instituteurs étant exemptés du service militaire, les raisons avancées devaient couper court à toute application problématique !

  • 10 B.A.M.I.P. circulaire aux recteurs sur l’enseignement de la gymnastique dans les établissements pu (...)

9Ce n’est donc pas la défaite de 1870 qui a justifié cet engouement pour l’instruction militaire. Ce que remarque d’ailleurs J. Thibault : "La militarisation de la gymnastique en cette fin de 19ème siècle, n’est pas un phénomène isolé dans l’enseignement et ce n’est pas non plus, comme on peut le lire trop souvent, un phénomène uniquement lié à l’esprit de revanche...". Ainsi V. Duruy pourra-t-il se féliciter, quelques mois plus tard, de cette heureuse conjonction : "au point de vue de l’éducation, il ne faut point dédaigner le moyen de donner au corps une meilleure tenue, à l’âme plus d’assurance. On a dit que certaines vertus tenaient aux armes"10.

3 - Un programme et une méthode d’enseignement

  • 11 Buisson F., Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1882 (article Obl (...)
  • 12 Appel du 21/10/1863. Cf. Dupuy A., Sedan et l’enseignement de la Revanche... op.cit. et Maccario B (...)

10Cette militarisation de l’Ecole était, en fait, revendiquée depuis une dizaine d’années en France. Les hommes politiques avaient pu étudier l’organisation scolaire de l’Allemagne : les élèves étaient contraints à huit années de présence dans les Volksschulen. Les républicains ne devaient cesser, à partir de 1857, de réclamer l’instruction obligatoire, tout en se heurtant à l’opposition du gouvernement11, J. Macé, après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, se réfugie à Beblenheim et lance dans l’opinion son appel : il faut organiser, à côté de l’armée régulière, la Landwehr de l’enseignement12. La défaite autrichienne de Sadowa, en 1866, allait accélérer la fondation de la Ligue de l’enseignement (la même année) et renforcer l’idée d’une instruction militaire obligatoire dans les écoles.

11Ces objectifs fixés, encore fallait-il mettre en œuvre un programme. A défaut d’en trouver les principes dans l’organisation militaire de la gymnastique, le législateur s’inspire, simultanément de la science médicale et du cadre récemment adopté pour l’organisation pédagogique et l’enseignement. Le programme "repose entièrement sur des données anatomo-physiologiques" et compose avec deux données novatrices : une différenciation des programmes en fonction des niveaux de scolarité et une progression "mesurée, méthodique et proportionnée à l’âge, à la force et au développement intellectuel des élèves".

  • 13 Tableau construit d’après les programmes annexés au Décret du 3/2/1869 (cf. p. suivante).

12Cette division du programme13 en parties hiérarchisées correspond bien à une nécessité scolaire : la succession des classes et des divisions. L’idée est d’établir un classement des élèves où dominent pour la gymnastique des critères d’ordre anatomique et physiologique. Ainsi l’enseignement simultané est-il rendu possible. Or, le principe de la division (c’est-à-dire du groupement des élèves) est récent. Son application quasi généralisée est contemporaine de Gréard à partir de 1868.

  • 14 Giolitto P., Histoire de l’enseignement primaire..., op.cit., p. 79 sqq.

"Pour Gréard, il n’y a classe, que lorsqu’il y a à la fois unité (relative) de niveau des élèves, de maître et de local. Ces trois conditions étant rarement réunies, Gréard exclut ce mot pour désigner les différents groupements d’élèves qu’il propose de réaliser à l’intérieur des écoles primaires. Il exclut de même le mot division, utilisé par ses devanciers, lui préférant celui de cours, qui exprime mieux l’idée d’un enseignement où les élèves sont de même force, ont les mêmes livres, font les mêmes exercices, doivent atteindre les mêmes résultats"14.

PROGRAMME DE L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE (Décret du 3/2/1869)

PROGRAMME DE L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE (Décret du 3/2/1869)
  • 15 La Circulaire du 18/11/1871 (J. Simon) mettra en place le système des cours mis au point par Gréar (...)

13Ces précisions sont utiles, car le vocabulaire utilisé par les pédagogues, les médecins et les administrateurs de l’Ecole n’est pas toujours très clair. Ainsi le rapport Hillairet fait explicitement allusion à des divisions (qui, pour Gréard, sont des cours) : "le programme de l’enseignement de la gymnastique des écoles primaires a été divisé de la manière suivante"... et l’auteur précise que la première division rassemble les enfants de neuf ans et au-dessous ; que la seconde division est celle des enfants de 9 à 11 ans etc... Cette hiérarchisation du programme correspond approximativement au découpage de la scolarité élémentaire en trois cours par Gréard15 : cours élémentaire (6 à 8 ans), cours intermédiaire (8 à 10 ans), cours supérieur (10 à 12 ans). Quant au programme des lycées et collèges et à celui des Ecoles Normales Primaires, il fait l’objet d’un découpage similaire, dont l’auteur du rapport reconnaît qu’il se fonde essentiellement sur l’intuition. Bien souvent, les arguments manquent qui permettraient de justifier les choix effectués.

14Les programmes ainsi constitués offrent les apparences d’une progressivité. Pour chaque division, les exercices sont classés en familles ou en groupes : par exemple, pour les écoles primaires de garçons (division de 9 ans et moins) le programme comprend :

  • des mouvements préliminaires, "qui ne sont autres que des manœuvres militaires" : formation des pelotons, station régulière du corps, principes d’alignements sur la droite et la gauche, faire face à droite et à gauche, etc...
  • des exercices élémentaires : c’est à dire des mouvements simples des membres supérieurs, inférieurs et du tronc. La première série de cette famille comprend 25 exercices gradués, du simple au complexe, du facile au difficile.
  • des exercices de la barre à sphères ou de la canne : la première série comprend 11 exercices.
  • des exercices d’application, eux-mêmes précédés de mouvements élémentaires : courses cadencées, sinueuses, en spirales, sauts variés, sauts précédés d’une course, etc...
  • des exercices à l’aide de machines ou instruments : mât, cordes, échelles, etc...

15Tous ces exercices sont commentés dans le rapport Hillairet par référence à des données anatomiques qui donnent au programme une coloration pseudo-scientifique. Ainsi la gymnastique est-elle présentée, à l’imitation d’Amoros, comme "la science raisonnée des mouvements : elle a pour but le développement régulier du corps, l’accroissement et l’équilibration de toutes les forces de l’organisme".

16Le rapport Hillairet, après avoir passé en revue les principales méthodes étrangères (Suède, Suisse, Allemagne, France), puis, plus particulièrement celles que défendent Amoros, Clias, Laisné et Dally, conclut que "quoi qu’il en soit de ces différentes méthodes, ce doit être le point le plus important de l’enseignement de la gymnastique pédagogique, que de la mettre en harmonie avec l’âge, la constitution des enfants et le plan d’études des différentes écoles, ou en d’autres termes d’instituer cet enseignement de façon à ce qu’il suive une progression parallèle au programme des études sérieuses, selon la capacité physique et intellectuelle des élèves". Là encore, l’enseignant, devra fonder son action sur une connaissance précise des "sources du mouvement, comment ils sont produits, quels en sont les organes, et enfin quels résultats physiologiques locaux ou généraux ils peuvent donner". Cette relation causale entre la forme, l’intensité du mouvement et les effets produits repose sur des justifications scientifiques largement empreintes de mécanisme :

"Trois systèmes d’organes concourent à la formation des mouvements : les os, parties internes formant les leviers ; les muscles, instruments actifs, et le système nerveux cérébro-spinal. Le cerveau commande, et le cervelet coordonne les mouvements ; le cordon médullaire conduit, et les nerfs qui en émergent transmettent l’excitation volontaire aux muscles qui se contractent et produisent le mouvement. Il est donc indispensable que l’intelligence intervienne dans l’exécution d’un mouvement régulier déterminé qui constitue un mouvement gymnastique, car l’attention est éveillée, puis le jugement entre en action, et enfin la volonté. Cette série d’actes psychiques ne montre-t-elle pas que la gymnastique pédagogique n’a pas pour seul effet de développer uniquement les forces physiques, mais que, bien comprise et sérieusement appliquée, elle devient une partie intégrante et indispensable de l’éducation".

  • 16 Manuel de gymnastique, Paris, Hachette, 1869 avec 170 figures et 4 planches ; la gymnastique ensei (...)

17De telles considérations font de la gymnastique une discipline d’enseignement et la destinent à une méthode collective d’enseignement, fondée sur le rythme. Chaque année, les élèves doivent revoir les différentes parties du programme (chaque division ou cours ayant une durée minimale de deux ans) en vertu d’un enseignement concentrique, où le programme propre à chaque division ou cours est repris selon les mêmes classifications d’exercices. Ainsi, à l’imitation des autres disciplines d’enseignement, la gymnastique fait-elle la preuve, devant l’institution scolaire, de son sérieux et de son allégeance à des normes et des usages didactiques qui, initialement, n’avaient pas été conçus pour elle. Le mouvement, loin d’être spontané, doit être appris, ce qui est une façon de valoriser l’image d’une culture physique en introduisant une distance toujours plus grande entre les savoir-faire habituels des élèves et les savoir-faire légitimes de l’Ecole. Quant au maître, usant largement de l’enseignement simultané, il peut ainsi "individualiser" ses remarques, ses corrections, puisque le moindre écart à la norme est immédiatement perçu. Le rapport Hillairet fait ainsi largement référence aux règles disciplinaires, car il n’est pas question de tolérer que la leçon de gymnastique soit l’occasion de débordements intempestifs. Avant de conduire leurs élèves au gymnase, le professeur devra surveiller leur tenue et leur attitude. Il enseignera devant des "pelotons" de 25 élèves environ, placés par rang de taille "afin de donner plus d’harmonie et de régularité aux exercices d’ensemble". Bref, tout est prévu ou presque, et l’objectif avoué est bien d’unifier les méthodes et les programmes d’enseignement de la gymnastique en France. Ce souci est affirmé à plusieurs reprises dans le texte, et le législateur a hâte de rompre avec l’improvisation des chefs d’établissements. C’est dans cet ordre d’idée qu’il faut situer la publication de manuels de gymnastique dès 186916, manuels officiels doublant ceux qui étaient dus à des initiatives privées.

4 - Des locaux et un matériel pédagogique spécifiques

  • 17 Enseignement de la gymnastique à l’Université, Paris, Imprimerie Nationale, 1878, pp. 1 à 4.
  • 18 B.A.M.I.P. no 201, op.cit., p. 340.

18La gymnastique, nouvelle venue dans la vie scolaire, pose cependant un problème majeur : elle exige des locaux et des matériels spécifiques, sauf à considérer que la salle de classe puisse suffire à des activités statiques. Le bilan dressé par le rapport Hillairet, fait état de manques sérieux : 67 lycées sur 82 ; 90 collèges sur 254 ; 29 Ecoles Normales Primaires sur 78, disposent d’une collection d’appareils et d’agrès ; mais 42 lycées, 22 collèges et 6 Ecoles Normales Primaires seulement ont un gymnase couvert. Quant aux écoles communales primaires, les situations sont tellement disparates que le rapporteur renonce à établir une statistique. C’est pourquoi, dès le 27/12/1866, le Dr Hillairet se voyait confier la tâche d’établir une liste des appareils et agrès nécessaires à l’enseignement de la gymnastique17. Ce rapport, établi avec l’aide du commandant de l’école de la Faisanderie à Vincennes et de Laisné, aboutit à la proposition d’une liste "minimum" d’instruments, avec indication de leur prix. Mais le rapporteur s’empresse de conclure que "c’est moins le nombre et la variété des appareils qui sont indispensables qu’une bonne direction et une méthode unique pour tous les établissements". Cette question est d’importance puisque, dès les mois qui suivent la publication du Décret du 3/12/1869, de nombreux textes officiels viendront éclairer les préfets et les recteurs sur la construction des gymnases ou l’acquisition de matériels. En dépit d’une conviction profonde sur les vertus d’une méthode unique d’enseignement, le rapport Hillairet ne peut passer sous silence les difficultés matérielles : "il ne suffit pas de faire un programme, de choisir des professeurs, de prendre des mesures si rationnelles qu’elles puissent être, pour propager l’enseignement de la gymnastique dans les lycées, collèges et écoles normales primaires. Tant qu’on n’aura pas édifié des gymnases couverts dans tous les établissements scolaires, on aura encore très peu fait, car les leçons ne peuvent être données de manière suivie dans les gymnases en plein air"18.

5 - La formation des enseignants

19Appliquer ces mesures exige de recruter un personnel compétent. "Par qui sera fait cet enseignement ? Et comment sera-t-il possible de se procurer un nombre suffisant de professeurs capables ?". S’agissant d’imposer une méthode uniforme, l’idée initiale est de recruter les enseignants dans le personnel de l’Ecole Normale de gymnastique de la Faisanderie ou le corps des sapeurs-pompiers. Mais cette option comporte ses limites... et, dans la très grande majorité des cas, les établissements scolaires ne disposent pas de professeurs de gymnastique qualifiés : 61 lycées sur 82 n’ont qu’un professeur, 4 en ont deux, 3 en ont trois, et 3 en ont plus de quatre. Soit au total 97 professeurs (34 militaires et 63 civils, parmi lesquels 31 sont d’anciens militaires). Pour les collèges, la situation se dégrade : 47 collèges sur 254 n’ont qu’un professeur, 8 en ont deux, soit 63 professeurs (dont 24 militaires et 39 civils parmi lesquels 23 sont d’anciens militaires). Les Ecoles Normales Primaires sont à peine mieux loties : 14 sur 78 ont un professeur parmi lesquels 2 sont des militaires et 12 des civils (dont 9 sont d’anciens militaires). Or, il est impératif que ce nouveau corps enseignant offre des garanties de sérieux. Il faut donner des maîtres, leur apprendre à enseigner et à connaître "la raison des différents mouvements". Ce ne "sont plus des moniteurs sans instruction qu’il convient de donner désormais à la jeunesse... mais des professeurs suffisamment lettrés, sachant par des démonstrations claires et bien dites, faire comprendre quel est le but sérieux de cet enseignement". Se référant aux expériences étrangères, le rapport conclut à la nécessité de créer des écoles normales de gymnastique où des diplômes seraient délivrés après des examens sérieux. Le Décret du 3/2/1869 se fera l’écho de ces propositions (dans ses articles 11 et 12) et instituera une commission ministérielle dans chaque chef-lieu de canton pour délivrer un "certificat spécial d’aptitude à l’enseignement de la gymnastique". En fait, le rapporteur ne néglige aucune des solutions susceptibles de faire progresser l’enseignement et il propose même d’avoir recours à des initiatives privées.

20La formation des professeurs est la clef de voûte d’une authentique intégration scolaire de la gymnastique. La valorisation de la culture physique légitime exige que le corps enseignant chargé de la diffuser dispose d’une formation égale en qualité et en temps à celle des professeurs des disciplines intellectuelles. Ce souci de référer les contenus de l’enseignement de la gymnastique à des valeurs intellectuelles et scolaires imprègne tout le texte du rapport Hillairet. Le programme et la méthode sont rationnels, dosés ; les objectifs sont toujours rapportés à des valeurs nobles : maîtrise de soi, compréhension du mouvement, discipline etc... Ce n’est pas le corps qui est véritablement cultivé, mais, par son intermédiaire, la personne morale et intellectuelle. Cette subordination du corps à l’âme, de la machine animale à la pensée qui la dirige, est une garantie nécessaire mais à peine suffisante que le personnel chargé de l’enseigner soit à la hauteur de la tâche. C’est pourquoi le législateur a dû vite organiser un service d’inspection spéciale. Le Décret du 3/2/1869 sera complété par un arrêté du 26/3/1877 chargeant le lieutenant colonel de Féraudy de l’inspection des exercices militaires et de gymnastique dans les lycées, collèges et écoles normales primaires de l’Académie de Paris.

21En dépit de ces mesures, la gymnastique aura du mal à s’imposer. Les universitaires accepteront mal un programme, une méthode, un personnel, totalement inadaptés aux exigences d’une scolarité tout entière appliquée aux études. Il suffit d’observer le taux et la qualité du recrutement pour se persuader à la fois de son insuffisance et de l’incompétence scolaire des maîtres. Entre 1872 et 1878, la Commission d’examen délivrant les certificats d’aptitude à l’enseignement de la gymnastique a nommé 194 enseignants :

13 en 1872 ; 7 en 1873 ; 13 en 1874 ; 22 en 1875 ; 34 en 1876 ; 40 en 1877 ; 65 en 1878

22mais "un nombre considérable de ces candidats sont des sous-officiers de l’armée formés par l’école de gymnastique militaire de Joinville-le-Pont".

23Le Décret du 3/2/1869 fixe pour la première fois le cadre précis ainsi que les conditions minimales de l’intégration scolaire de la gymnastique. Mais, si les formes sont respectées, garantissant une apparente orthodoxie scolaire, l’essentiel reste à construire. La décennie suivante verra se multiplier les recommandations officielles susceptibles de garantir le succès d’une entreprise de normalisation scolaire de la gymnastique.

B - L’OPINIATRE ET LES RECALCITRANTS

24Si 1869 marque le point de départ incontestable d’une intégration scolaire formelle de la gymnastique, la décennie suivante verra se dérouler une véritable épreuve de force entre le Ministère de l’Instruction publique et les autorités locales et départementales. Le Décret du 3/2/1869 définit certes les contenus et les formes d’organisation du nouvel enseignement, mais il reste à le mettre en application. Or, les pratiques d’activités physiques sont quasiment inexistantes dans la société française. Seule l’armée et quelques sociétés civiles et commerciales parviennent à cultiver physiquement la rare population qui dispose de temps de loisir. Bref, la culture physique n’existe guère que dans le discours : ses valeurs sont, sinon reconnues, pour le moins légitimées. C’est d’ailleurs à elles et non aux pratiques récréatives que se réfère le rapport Hillairet : hygiène, santé, régénération, ordre, discipline, civisme, patriotisme. Pour quelques hommes éclairés, l’Ecole apparaît comme un réservoir économique : il faut profiter du temps relativement long de la scolarité pour former une génération d’hommes forts, disciplinés, aptes à servir les intérêts du pays. Mais les décideurs ne sont pas les exécutants. Et les plus belles intentions restent lettre morte devant l’incompréhension, l’indifférence, voire l’hostilité des responsables locaux.

TEXTES OFFICIELS RELATIFS A L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE (1869-1879)

Date

nature *

Objet

Contenu

3/2/1869

D

Organisation de l’enseignement de la gymnastique et programme

organisationprogrammes

9/3/1869

C

lettre aux Recteurs sur l’enseignement de la gymnastique

organisation

9/3/1869

C

lettre aux Préfets sur l’installation du matériel dans les E.N.P. et les écoles primaires

incitation

21/4/1869

A

achats d’appareils et d’agrès pour l’enseignement de la gymnastique

équipement

4/5/1869

C

précautions à prendre pour l’admission des élèves...

organisationincitationcontrôle

11/5/1869

R

rapport annuel sur l’enseignement de la gymnastique

enquête

15/5/1869

C

traitement des professeurs de gymnastique

organisation

12/7/1869

C

organisation de l’enseignement de la gymnastique

organisationincitation

17/7/1869

C

emplois de professeurs de gymnastique à réserver aux anciens militaires

recrutement

25/11/1869

A

certificat d’aptitude à l’enseignement de la gymnastique

recrutement

2/11/1871

C

enseignement de la gymnastique

enquêteincitation

18/11/1871

I

organisation de l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires publiques

bilanorganisation

13/12/1871

C

exercices militaires et leçons d’équitation dans les lycées et collèges

organisationprogramme

27/4/1872

C

enseignement de la gymnastique

enquête (rappel)

17/5/1872

C

enseignement de la gymnastique

organisationbilanenquête

27/9/1872

c

gymnastique, exercices militaires, équitation, escrime, natation

incitation

28/10/1872

c

exercices corporels dans les lycées

organisation

5/11/1872

c

catalogue des objets nécessaires à l’enseignement de la gymnastique

équipement

9/4/1873

A

fourniture des appareils et agrès

équipement

28/7/1873

C

prix de gymnastique

incitation

21/1/1875

C

enseignement de la gymnastique

bilanenquête

31/1/1875

C

suppression d’appareils dangereux

équipementorganisationenquête

25/2/1876

C

remplacement des fusils SNIDER

équipement

25/6/1876

C

exercices gymnastiques dans les lycées collèges et écoles primaires

programme

10/6/1879

A

certificat spécial d’aptitude

recrutement

21/6/1879

certificat d’aptitude

recrutement

5/4/1879

A

gymnastique et exercices militaires dans l’enseignement primaire

enquête

* A= Arrêté ; C= Circulaire ; D= Décret ; L= Loi ; R= Rapport ; I= Instructions.

25Les textes officiels (cf. encadrés ci-dessus) révèlent ces difficultés : enquêtes, bilans, rappels à l’ordre, incitations succèdent aux plans d’organisation de l’enseignement de la gymnastique. Préfets, Recteurs, Inspecteurs d’Académie et chefs d’établissement sont souvent mis dans des positions difficiles. Mais les Ministres successifs n’ont de cesse, parfois avec un certain agacement, de mettre en œuvre les conditions d’une véritable intégration de la gymnastique. Le tableau ci-dessous est suffisamment explicite pour se passer de commentaires : organiser, contrôler et inciter restent les préoccupations majeures des gouvernements du Second Empire et de la République naissante.

26Le processus d’organisation de l’enseignement de la gymnastique est entamé un mois après la sortie du décret du 3/2/1869. C’est par une nouvelle circulaire (du 9/3/1869) que V. Duruy sollicite les Recteurs : non seulement il insiste sur la mise en application immédiate de ses directives, mais il fournit également de multiples précisions sur les meilleurs moyens d’y parvenir.

ANALYSE DU CONTENU DES TEXTES OFFICIELS RELATIFS A L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE ENTRE 1869 ET 1879

ANALYSE DU CONTENU DES TEXTES OFFICIELS RELATIFS A L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE ENTRE 1869 ET 1879

27(Le total est supérieur au nombre de textes parus, puisqu’un même texte officiel peut se référer à plusieurs rubriques)

28La gymnastique n’a pas bonne presse, particulièrement chez les élèves. Et, si le rapport Hillairet l’a subtilement conjuguée avec les exercices militaires, c’est tout autant pour répondre aux nouvelles exigences de la loi sur l’organisation de l’armée (du 1/2/1868) que pour tenter de motiver les élèves. Mais ce n’est pas sans danger : l’Ecole peut être perçue comme l’antichambre de la caserne, donc susciter de la part des universitaires et des familles une réaction d’hostilité.

29V. Duruy pressent ce danger :

  • 19 B.A.M.I.P. no 21, circulaire du 9/3/1869.

"La gymnastique de l’armée a pour but d’habituer ceux qui s’y livrent à des exercices difficiles et même, jusqu’à un certain point, dangereux, afin que le soldat arrive à la plus grande puissance de force musculaire, d’adresse et d’agilité, en même temps qu’il s’habitue à triompher d’obstacles en apparence périlleux. La gymnastique des lycées et des écoles, au contraire, ne doit chercher qu’à développer d’une manière normale et progressive les forces du corps, à en rétablir, au besoin, l’équilibre et l’harmonie. C’est un exercice hygiénique que le médecin surveille et contrôle, et non pas un moyen de produire des prodiges d’agilité ou de hardiesse"19.

  • 20 Circulaire relative aux exercices militaires et aux leçons d’équitation dans les lycées et les col (...)
  • 21 Circulaire du 27/9/1872 relative à la gymnastique, aux exercices militaires, à l’équitation, à l’e (...)
  • 22 B.A.M.I.P. no 201 décret du 9/3/1869 p. 270.

30En réalité, ces précisions ne concernent guère les lycéens. Rares sont ceux qui bénéficient d’un enseignement régulier de la gymnastique. Quant à l’instruction militaire, elle est peu goûtée et ne s’imposera vraiment qu’après la défaite de 1870. En fait, dans les lycées, les principales activités physiques pratiquées sont, outre la gymnastique, l’escrime et l’équitation. Le phénomène reste cependant marginal malgré les circulaires qui viendront préciser entre 1871 et 1872 les règles de leur enseignement20. Là encore, il s’agit moins de sacrifier à la mode (l’engouement pour les courses de chevaux) que de combler une lacune grave dans la formation des futures élites de l’armée : "La France n’a pas été, jusqu’ici, fort bien partagée sous ce rapport. Quelques paysans, quelques fils de famille savent monter à cheval. Les fils d’ouvriers et de bourgeois, qui forment une partie considérable de la population, ne sont jamais entrés dans un manège... ce qui rend le recrutement de la cavalerie difficile"21. Mais cet enseignement échappe au contrôle pédagogique de l’Ecole, et ce n’est pas par ce biais qu’il faut espérer une véritable intégration de la culture physique dans les programmes scolaires. Alors même que l’Etat prend à sa charge l’enseignement de la gymnastique dans les lycées, il laisse paradoxalement le soin aux communes de mettre sa loi en application. Il est alors plus soucieux de fixer les règles du jeu d’une intégration scolaire de la gymnastique pour la grande masse des élèves qui relèvent des contrôles académiques et départementaux. Dans sa circulaire du 9/3/1869, un paragraphe spécial est consacré à "l’utilité de la gymnastique dans les écoles rurales". Reprenant parfois mot à mot le texte du rapport Hillairet, le Ministre insiste sur les bienfaits d’une gymnastique disciplinaire, moralisante et acculturante, évoquant "l’attitude embarrassée et lourde" des jeunes paysans, la lutte contre le désoeuvrement ou le vagabondage, la nécessité d’une activité physique réglée et disciplinée : "il faut bien remarquer que ces mouvements cadencés, dirigés par le maître, sont encore une habitude d’ordre qu’il fait prendre à ses élèves et que cette discipline du corps est aussi une discipline de l’esprit"22.

31C’est parce que V. Duruy a conscience de l’impuissance de l’Etat qu’il multiplie les recommandations à l’adresse des préfets et des recteurs, afin qu’il s’allient le concours des autorités locales. D’où son empressement à faire parvenir sa circulaire du 4/5/1869, car, à cette date "les conseils municipaux vont tenir prochainement leur session de mai", ce qui est une bonne occasion de solliciter des subventions pour créer des gymnases dans les lycées, les collèges ou les écoles. Bref l’année 1869 marque le début d’une campagne de sensibilisation dont le ministre attend des effets massifs et immédiats.

32En réalité, les textes ne mobilisent guère. Sans aucun doute, on doit considérer que la défaite de 1870, puis les événements de la Commune ont freiné l’action réformatrice. Le pays est léthargique. Si la République est proclamée le 4 septembre 1870, le thème de la revanche ne s’imposera que dix ans plus tard. Phénomène paradoxal qui, pendant ces dix années, n’a pas permis à l’enseignement de la gymnastique de conquérir les universitaires. Les appels de J. Simon, nouveau Ministre de l’Instruction publique, témoignent des difficultés qu’il rencontre pour l’imposer. Tout en maniant l’ironie, il ne manque pas de rappeler à l’ordre les Recteurs.

  • 23 Circulaire relative à l’enseignement de la gymnastique dans les établissements secondaires et prim (...)

"Je ne doute pas que, selon mes instructions, vous n’ayez appelé l’attention des chefs d’établissements secondaires et primaires sur les mesures qu’ils auraient à vous proposer pour donner aux exercices gymnastiques la place qui doit leur être désormais réservée dans le double intérêt de la santé et de la moralité de nos élèves. Je suis persuadé que la rentrée... ne s’accomplit pas en ce moment sans que le service soit complètement organisé..."23.

  • 24 Instruction aux inspecteurs d’académie sur l’organisation de l’enseignement dans les écoles primai (...)
  • 25 Circulaire du 18/11/1871 op.cit. p. 436.

33Suit une avalanche de questions qui ont manifestement pour objet de dresser un bilan de la situation. De même, sont suggérés des moyens pour susciter une émulation saine : distribution de prix de gymnastique en fin d’année, construction de gymnases par les communes qui seront de ce fait aidées par l’Etat. Quinze jours plus tard, une instruction adressée aux inspecteurs d’académie dresse un cruel constat d’échec : "nos écoles primaires, il faut le reconnaître, n’ont point de produit jusqu’ici tous les résultats qu’on est en droit d’en attendre ; les rapports qui me parviennent ne laissent aucun doute à cet égard"24. Certes la gymnastique n’est pas spécialement visée : c’est toute l’organisation pédagogique de l’école primaire publique qui est mise en cause. Mais les arguments et les directives développés par J. Simon constituent les règles fondatrices de l’orthodoxie scolaire, et, à ce titre, la gymnastique peut difficilement lui échapper, puisqu’elle devra intégrer son programme dans le plan d’études et s’inscrire dans une organisation de la semaine scolaire. En fait, J. Simon tente d’imposer le modèle d’organisation pédagogique mis en place par Gréard en 1868 dans le département de la Seine25.

  • 26 Greard O., Education et instruction, Paris, Hachette, 1887, tome 1 : enseignement primaire (il s’ag (...)

34J. Simon constate que trop d’instituteurs sont déroutés faute d’instructions précises pouvant les guider : "Tout est de nature à les embarrasser : les matières et les procédés d’enseignement, le choix des livres, le temps même qu’il faut y employer". Les solutions préconisées sont empruntées à l’organisation pédagogique des établissements secondaires, suivant en cela la même démarche que Gréard26 : pour "remédier au mal" chaque école primaire devra disposer d’un programme spécial d’enseignement, d’un emploi du temps et d’un tableau de travail. J. Simon ne cherche aucunement à normaliser et unifier l’organisation pédagogique, mais à fournir un cadre général suffisamment large pour qu’il autorise des adaptations locales. D’où des dispositions pratiques qui sont quasiment imposées à chaque chef d’établissement. Et le ministre n’hésite pas à user de l’exemple en joignant à sa circulaire un modèle de plan d’études et un tableau d’emploi du temps (Cf encadré ci-dessous).

ORGANISATION DES ETUDES DANS LES ECOLES PRIMAIRES. EMPLOI DU TEMPS.

ORGANISATION DES ETUDES DANS LES ECOLES PRIMAIRES. EMPLOI DU TEMPS.

35Nul ne doute que l’apparition officielle de la gymnastique dans le plan d’études et l’emploi du temps ne contribue à la soumettre aux mêmes exigences pédagogiques que les disciplines intellectuelles. C’est une innovation : dans l’organisation pédagogique de Gréard en 1868, la gymnastique était oubliée et seule la récréation venait entrecouper les cours des études. Avec la circulaire du 18/11/1871 s’amorce une volonté politique de l’inscrire dans une organisation pédagogique cohérente. A l’image des autres disciplines, elle devra satisfaire à des principes de progressivité et de méthode.

  • 27 Circulaire du 17/5/1872, B.A.M.I.P. no 283, p. 366.
  • 28 Circulaire du 17/9/1872 adressée aux Proviseurs, B.A.M.I.P. no 290, p. 565.

36Sur ces nouvelles bases, l’Assemblée nationale vote un crédit de 100 000 Frs sur le budget de 1872 afin d’aider au développement de l’enseignement de la gymnastique dans les écoles. Le succès de l’entreprise dépend grandement de la formation des nouveaux instituteurs. J. Simon a bien conscience que les habitudes prises par les anciens seront difficiles à transformer. Dès la rentrée de 1872-1873, les cours de gymnastique seront organisés dans toutes les Ecoles Normales27 et de nombreuses circulaires viendront corriger les imperfections constatées à la suite de nombreuses enquêtes. L’enseignement secondaire n’est pas oublié, même s’il fait l’objet de moins pressantes sollicitudes. Mais il convient, le plus souvent, de veiller à la bonne organisation matérielle de cet enseignement. De plus s’impose la nécessité de réaffirmer sans cesse la volonté d’intégration de la gymnastique : "Dans certains lycées, on a pris l’habitude, pour ne pas allonger démesurément la distribution des prix, de décerner, la veille et en quelque sorte à huis clos, les prix de gymnastique. J’entends que ces prix soient proclamés avec les autres et qu’on n’omette rien pour les rendre désirables"28.

37En dépit de ces mesures et de ces exhortations répétées, l’enseignement de la gymnastique s’impose difficilement. La circulaire du 21/1/1875 adressée aux recteurs ne laisse planer aucun doute :

  • 29 B.A.M.I.P. no 355, p. 90.

"D’après les divers rapports d’inspection générale qui m’ont été transmis, j’ai lieu de craindre que l’enseignement de la gymnastique ne soit pas donné, dans tous les établissements secondaires et primaires, conformément aux prescriptions du Décret du 3/2/1869"29.

  • 30 Arrêté du 5 Avril 1879, signé J. Ferry

38Non seulement la gymnastique est peu enseignée, mais, quand elle l’est, les divergences entre les maîtres sont nombreuses. Il convient dès lors de rappeler les règles minimales d’un enseignement orthodoxe : "Il importe surtout que le professeur chargé du cours de gymnastique observe strictement la progression des exercices indiqués ; que les élèves ne soient jamais abandonnés seuls au gymnase ; que le plus grand ordre, que la discipline la plus sévère règnent pendant toutes les leçons". Et, lorsque J. Ferry deviendra Ministre de l’Instruction publique, le 4 février 1879, il ne pourra que constater, au travers d’enquêtes multiples, que les textes législatifs ne sont pas appliqués30.

Notes

6 B.A.M.I.P. no 201 du 12 Mars 1869, p. 281.

7 Meunier R., La gymnastique et les jeux... P. 95. Il s’agit de l’instruction du 10 mai 1864.

8 B.A.M.I.P. no 201, op.cit., p. 281.

9 B.A.M.I.P. no 201, op.cit., p. 331.

10 B.A.M.I.P. circulaire aux recteurs sur l’enseignement de la gymnastique dans les établissements publics d’instruction, 9 Mars 1869.

11 Buisson F., Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1882 (article Obligation).

12 Appel du 21/10/1863. Cf. Dupuy A., Sedan et l’enseignement de la Revanche... op.cit. et Maccario B., Gymnastique, sport et éducation populaire : le combat de la Ligue de l’enseignement, in Arnaud P., Les athlètes de la République..., op.cit.

13 Tableau construit d’après les programmes annexés au Décret du 3/2/1869 (cf. p. suivante).

14 Giolitto P., Histoire de l’enseignement primaire..., op.cit., p. 79 sqq.

15 La Circulaire du 18/11/1871 (J. Simon) mettra en place le système des cours mis au point par Gréard. Mais il faudra attendre l’Arrêté du 27/7/1882 pour que cette innovation se généralise : cours élémentaire (7 à 9 ans), cours moyen (9 à 11 ans), cours supérieur (11 à 13 ans). Cf. Gioutto P., Histoire de l’enseignement primaire, op.cit., pp. 79 à 91. et G. Compayre, Organisation pédagogique et Législation des écoles primaires, Paris, 1900.

16 Manuel de gymnastique, Paris, Hachette, 1869 avec 170 figures et 4 planches ; la gymnastique enseignée aux points de vue de l’anatomie, de la physiologie et de l’hygiène, par le Dr Hillairet et le Dr Bergeron.

17 Enseignement de la gymnastique à l’Université, Paris, Imprimerie Nationale, 1878, pp. 1 à 4.

18 B.A.M.I.P. no 201, op.cit., p. 340.

19 B.A.M.I.P. no 21, circulaire du 9/3/1869.

20 Circulaire relative aux exercices militaires et aux leçons d’équitation dans les lycées et les collège (13/12/1871) adressée par J. Simon, Ministre de l’Instruction publique et le Général de Cissey, Ministre de la guerre, aux généraux commandant les divisions.

21 Circulaire du 27/9/1872 relative à la gymnastique, aux exercices militaires, à l’équitation, à l’escrime et à la natation.

22 B.A.M.I.P. no 201 décret du 9/3/1869 p. 270.

23 Circulaire relative à l’enseignement de la gymnastique dans les établissements secondaires et primaires (2/11/1871) adressée aux Recteurs. B.A.M.I.P. no 267.

24 Instruction aux inspecteurs d’académie sur l’organisation de l’enseignement dans les écoles primaires publiques, du 18/11/1871, B.A.M.I.P. no 268.

25 Circulaire du 18/11/1871 op.cit. p. 436.

26 Greard O., Education et instruction, Paris, Hachette, 1887, tome 1 : enseignement primaire (il s’agit d’une réédition, revue et augmentée d’articles ou d’extraits d’ouvrages parus avant 1870.

27 Circulaire du 17/5/1872, B.A.M.I.P. no 283, p. 366.

28 Circulaire du 17/9/1872 adressée aux Proviseurs, B.A.M.I.P. no 290, p. 565.

29 B.A.M.I.P. no 355, p. 90.

30 Arrêté du 5 Avril 1879, signé J. Ferry

Table des illustrations

Titre PROGRAMME DE L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE (Décret du 3/2/1869)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre ANALYSE DU CONTENU DES TEXTES OFFICIELS RELATIFS A L’ENSEIGNEMENT DE LA GYMNASTIQUE ENTRE 1869 ET 1879
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre ORGANISATION DES ETUDES DANS LES ECOLES PRIMAIRES. EMPLOI DU TEMPS.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search