Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Première partie. Le temps des hésitations

Une intégration scolaire problématique

Texte intégral

  • 1 Giolitto P., Histoire de l’enseignement..., op.cit., p. 102.

1Quelles sont les raisons et les circonstances qui ont présidé à l’intégration scolaire de la gymnastique ? P. Giolitto indique, par exemple, que "les partisans d’une limitation du nombre des matières d’enseignement sont quantitativement minoritaires tout au long du XIXème siècle"1. De fait, la liste des matières à enseigner n’a cessé d’augmenter, sans que l’on se soucie des capacités d’assimilation des élèves. Les raisons de cet encyclopédisme tiennent autant à des impératifs socio-économiques et politiques qu’à la croyance en l’efficacité des nouvelles méthodes pédagogiques. Mais la construction des programmes d’enseignement exprime, au premier chef, une vision politique des rapports de l’homme et de la culture physique, intellectuelle et morale dont les chantres sont, sans conteste, les républicains. Porteurs d’une conception de l’Ecole libératrice, ils ont défendu les principes mêmes de l’encyclopédisme. J. Simon, J. Macé, P. Bert et, bien sûr, J. Ferry ont été les artisans de cette rénovation, relayés par des institutions puissantes comme la Ligue de l’enseignement ou la Société pour l’instruction élémentaire. P. Giolitto en conclut : "les programmes scolaires sont le reflet exact des fluctuations politiques du siècle".

  • 2 Durkheim E., L’évolution pédagogique en France, Paris, P.U.F., 2ème édition, 1969, pp. 355-356.

2L’inflation des programmes correspond à la victoire des républicains en 1879 : "ils ont fait accomplir aux programmes de l’enseignement primaire un pas irréversible en direction de l’encyclopédisme". Cette relation entre les événements politiques et l’organisation pédagogique de l’Ecole est généralement alléguée par tous les auteurs. C’est le cas de Durkheim, frappé par l’extraordinaire instabilité des plans d’études tout au long du XIXème siècle. Ainsi il attribue l’alternance entre enseignement humaniste et enseignement scientifique à celle des gouvernements monarchiques et révolutionnaires, des humanistes et des matérialistes, des catholiques et des républicains : "entre les lettres, où vient s’exprimer l’esprit humain sous les formes les plus nobles de son activité, et les sciences qui fixent et enregistrent les lois du monde physique... il y a toute la distance qui sépare l’esprit de la matière, le sacré du profane. Il en résulte que (...) pour tout chrétien (...) former l’enfant à la seule école des sciences, c’est le matérialiser, c’est le profaner, c’est empêcher de développer sa vraie nature"2. N’est-ce pas la même argumentation qu’utilise P. Giolitto, rappelant que le XIXème siècle connaît un extraordinaire développement industriel, qui exige de former une main-d’œuvre soumise (rôle de l’Ecole primaire) et des dirigeants éclairés (rôle de l’enseignement secondaire).

3Bref, l’Ecole doit préparer les élèves à assumer des fonctions sociales. Son maximalisme répond à l’évolution des connaissances scientifiques et à des finalités d’enseignement pragmatiques. Ainsi un même principe (l’encyclopédisme des programmes) peut-il maintenir l’écart des savoirs et des compétences entre des programmes radicalement différents. Si la culture scolaire des lycéens est un signe de distinction et prépare à des hautes fonctions sociales, la culture scolaire des élèves du primaire est essentiellement utilitaire.

4La loi du 27 Janvier 1880 sanctionne l’arrivée définitive de la gymnastique dans les programmes. Mais J. Defrance a montré que, durant tout le XIXème siècle, l’enseignement de la gymnastique a bénéficié de soutiens éminents ; défenseurs et promoteurs de la gymnastique (Clias, Triat, Amoros, Laisné) n’ont pas ménagé leurs efforts pour conquérir son droit de cité dans les programmes. Au contraire de ce que l’on pouvait constater à propos du dessin, des travaux à l’aiguille ou de l’histoire et de la géographie, les conditions pédagogiques d’un enseignement étaient réunies depuis le milieu du XIXème siècle. Des manuels étaient publiés, des expériences avaient eu lieu tant en France qu’à l’étranger ; rien ne pouvait expliquer cette temporisation, si ce n’est l’hostilité des milieux politiques et universitaires à l’égard d’un enseignement jugé inutile et susceptible de détourner les élèves du travail scolaire.

  • 3 Ehrenberg A., Le corps militaire, politique et pédagogie en démocratie, Paris, Aubier, 1983, p. 84 (...)

5En fait, l’introduction de la gymnastique dans les plans d’étude a bénéficié d’une politique en faveur de l’encyclopédisme. Elle parachève l’édifice construit depuis 1865. Décision soutenue d’autant plus activement que des préoccupations ponctuelles la rendaient plus urgente : Sedan, mais également Sadowa, dans la mesure où la défaite autrichienne devant la Prusse montrait la supériorité des armées de conscrits sur les armées de métier3.

6La démarche utilisée par le législateur est d’ailleurs révélatrice du souci de légitimer une décision qui, à défaut, risquait de s’attirer des antipathies. Tout comme pour l’enseignement agricole, V. Duruy a pris la précaution de créer une commission chargée d’examiner les questions relatives à l’enseignement de la gymnastique dans les écoles de l’Empire (le 15 février 1868) dont le rapport (rapport Hillairet) lui a permis de rédiger le texte législatif (décret du 3 février 1869). On peut y repérer les raisons officiellement avancées pour promouvoir la gymnastique au rang de discipline d’enseignement.

7Mais, quelles que soient ces raisons, ont-elles été suivies d’applications concrètes ? On ne manquera pas de constater que, légalement, l’enseignement de la gymnastique a été introduit depuis longtemps à l’Université... sans qu’il s’ensuive d’applications. Le 21/10/1845, Salvandy, Ministre de l’Instruction Publique, nomme une commission de sept membres, chargée de dresser un constat sur l’état de l’enseignement de la gymnastique dans les lycées et collèges de Paris et de Versailles. Mais ce n’est qu’en 1850 (Loi du 15/3/1850) que son enseignement est rendu facultatif dans les écoles primaires. Le règlement du 24/4/1851 et le décret du 2/7/1866 classent la gymnastique dans les matières obligatoires pour les Ecoles normales primaires. En 1854, le Ministre Fortoul institue une commission chargée d’indiquer les exercices les plus propres à développer les forces des enfants et à leur assurer une bonne constitution physique. A la suite de quoi, la circulaire du 18/4/1854 indiquera que la gymnastique fait partie du programme des lycées. En 1865, la loi du 21 juin sur l’enseignement secondaire spécial, lui réserve une place, mais elle reste facultative. Bref, jusqu’en 1869, les décisions témoignent de contradictions, de revirements, d’hésitations certaines. Et cette décision n’a pu être prise que sous l’influence d’une volonté politique soucieuse d’encyclopédisme : il était peu convenable que l’extension des programmes ne bénéficiât pas d’une conception humaniste et universaliste de la culture scolaire.

  • 4 Levy R.G., évoquant ses souvenirs en 1898 dans la Revue des Deux Mondes, du 15/2/1898.

8Choisir 1869 comme point de départ de nos recherches paraît donc justifié. D’une part, Sedan a suscité un désir de revanche qui a abouti (tardivement ?) à la loi du 27/1/1880. La décision de J. Ferry est souvent expliquée par le rôle que les responsables de l’époque ont fait jouer à l’instituteur prussien : "Quand j’étais enfant, j’entendais dire que c’était l’instituteur primaire qui avait battu l’Autriche à Sadowa. Quatre ans plus tard, on nous affirma que c’était lui qui nous avait vaincus à Sedan..."4. De même, la nouvelle loi sur le recrutement de l’armée (1872) aurait-elle contribué à emporter la décision : l’obligation scolaire de la gymnastique aurait été dictée par des impératifs politiques et militaires.

9Mais le décret du 3/2/1869 fait, en partie, pièce à ces arguments. La défaite de 1870 a, probablement, entravé son application. Pour la première fois, en effet, la gymnastique est intégrée dans une conception pédagogique cohérente, qui définit un programme et une méthode d’enseignement au service de finalités explicites. Dès 1869, sous l’impulsion conjuguée de V. Duruy, du docteur Hillairet, d’O. Gréard, de N. Laisné et d’E. Paz, le cadre institutionnel et pédagogique de l’enseignement de la gymnastique est posé.

10La volonté politique se heurte cependant à l’inconsistance des réalisations sur le terrain. La gymnastique pédagogique reste l’affaire de quelques spécialistes parisiens qui sont eux-mêmes en conflit. Quant aux formes sociales de sa pratique, elles relèvent le plus souvent du funambulisme ou du commerce. J. Simon n’était-il pas, lui-même (et jusqu’à l’âge de 50 ans) un adepte assidu du gymnase d’E. Paz ? La culture physique exprime plus une vision abstraite d’un état idéal de développement corporel, qu’une réalité observable.

  • 5 Mayeur F., De la Révolution à l’Ecole républicaine, in Histoire générale de l’enseignement..., op.c (...)

11Dès lors, démuni de moyens matériels et de personnels compétents, l’enseignement de la gymnastique devra-t-il recourir à l’initiative privée et, plus précisément, à l’aide des municipalités ? Comme l’indique F. Mayeur, "quelle que soit la puissance qui a la haute main sur elle, l’Ecole subsiste aux frais des autorités locales : son existence et sa prospérité dépendent sans doute de la loi, mais aussi de la bonne volonté et du degré de prospérité de la communauté urbaine ou villageoise dont elle reçoit les enfants"5. Le même raisonnement vaut pour la gymnastique scolaire : son sort est intimement lié à celui de l’Ecole. Mais plus encore, il est tributaire de l’attitude des élèves et des familles, des notables locaux : dans quelle mesure l’offre de l’Ecole en matière de gymnastique répond-elle à une demande sociale ?

12Il faudra examiner les raisons de son échec. En dépit de cette volonté politique, notre hypothèse est ici d’affirmer le primat du culturel sur le pédagogique : un nouvel enseignement n’a de chances de s’installer durablement dans l’Ecole que s’il répond à une demande sociale. Encore faut-il que l’Ecole puisse justifier d’en assurer le monopole : la gymnastique n’est-elle pas une invention née des progrès de l’industrialisation et de l’urbanisation ?

13On ne saurait malgré tout imposer l’apprentissage du chinois à une population scolaire qui n’aura jamais l’occasion de le parler. Sauf à considérer qu’un tel apprentissage ait des vertus "formatives", indépendamment de toute application dans la vie courante, comme c’est encore le cas pour le latin ou le grec. En revanche, une pratique sociale massive crée des besoins en matière de formation, et l’Ecole, en tant que point de passage obligé de la jeunesse, peut sacraliser des apprentissages devenus nécessaires. L’absence d’une culture physique nationale et intégratrice ne serait-elle pas alors la principale cause du retard scolaire de la gymnastique ?

Notes

1 Giolitto P., Histoire de l’enseignement..., op.cit., p. 102.

2 Durkheim E., L’évolution pédagogique en France, Paris, P.U.F., 2ème édition, 1969, pp. 355-356.

3 Ehrenberg A., Le corps militaire, politique et pédagogie en démocratie, Paris, Aubier, 1983, p. 84 sqq.

4 Levy R.G., évoquant ses souvenirs en 1898 dans la Revue des Deux Mondes, du 15/2/1898.

5 Mayeur F., De la Révolution à l’Ecole républicaine, in Histoire générale de l’enseignement..., op.cit., p. 20.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search