Version classiqueVersion mobile

Le Militaire, l'écolier, le gymnaste

 | 
Pierre Arnaud

Préface

Maurice Agulhon

Texte intégral

1Il semble que l’on ait tout dit sur l’union étroite du patriotisme et de l’esprit républicain dans les débuts ardents de la troisième République. La patrie, la République, auxquelles il convient aussitôt d’ajouter un troisième terme, l’Ecole. Au carrefour de ces trois valeurs, ou de ces trois institutions, un homme, Jules Ferry. Mais il est le symbole de toute une époque, ou, pour mieux dire, le représentant de toute cette moitié de la France qui a porté à ces valeurs, consolidées par leur intime conjonction, un attachement que l’on a peine, cent ans après, à concevoir. La "Grande guerre" de 1914-1918 est passée par là en effet, et l’horreur qu’elle a inspirée aux meilleurs consciences de la Nation n’a pas été sans compromettre le patriotisme sans lequel elle n’aurait pu être si longtemps endurée, avant d’être finalement gagnée. A tort ou à raison, pour le meilleur ou pour le pire, la France de 1989 considère celle de 1889 comme formidablement lointaine.

2La République (la plus durable, la Troisième, celle qui se pensait comme la République tout court, et sans numéro) n’avait pas seulement fondé des institutions de démocratie libérale, qui sont entrées dans nos moeurs. Elle avait donc aussi préparé la France à un redressement national, éventuellement guerrier, dont l’école primaire était l’un des moyens. Et, parmi les moyens de cette pédagogie nationale, avec l’histoire, la géographie, l’instruction civique, et les poèmes de Victor Hugo, on faisait figurer la culture du corps, la marche au pas et les fusils de bois des bataillons scolaires.

3Que pouvait-on apprendre de neuf sur ce moment de notre histoire ?

4Bien des choses, que l’on découvrira en lisant l’ouvrage de Pierre Arnaud.

***

5C’est à Paris, et de Paris, que Jules Ferry gouverne, mais les gymnastes d’Arnaud sont lyonnais, bressans, ou foréziens.

6Ce sont là choses complémentaires, et non contradictoires. On n’écrit plus aujourd’hui l’histoire des institutions avec seulement les textes de loi qui les régissent, les idées qui les sous-tendent, et les structures officielles mises en place pour leur fonctionnement ; on étudie sur le terrain ce fonctionnement lui-même, avec ses zèles ou ses refus, ses avances ou ses retards, ses infléchissements ou ses réfractions au prisme des diversités probablement irréductibles des pays.

7Ce parti pris de réalité concrète implique la relative étroitesse du champ géographique, il n’en constitue pas moins un indispensable progrès.

8Limitant son terrain d’étude à la région lyonnaise, l’auteur a limité sa période aux vingt années qui vont de 1869 à 1889. C’est une heureuse et utile surprise. La gymnastique scolaire plus ou moins prémilitaire ne date donc pas entièrement de l’arrivée des républicains au gouvernement, elle ne date même pas des lendemains de Sedan ; on y pensait déjà au temps de l’Empire libéral, avec ce grand précurseur auquel on rend de plus en plus justice (et que la République a toujours honoré, bien qu’il eût été ministre et ami de Napoléon III), Victor Duruy. C’est rappeler que la pédagogie de la fin du siècle dernier ne fut pas seulement un outil de l’entreprise politique républicaine mais l’étape d’une histoire longue de la pédagogie libérale. Pédagogie, voilà le grand mot lâché. L’ouvrage de Pierre Arnaud n’appartient pas seulement aux domaines classiques de l’histoire politique républicaine et de celle du sentiment national, il relève tout autant d’une spécialité plus rare, encore qu’en plein essor, l’histoire de l’enseignement. Or celle-ci a sa part d’autonomie, elle n’est pas absolument parallèle à celle des régimes politiques, et, bien entendu, elle ne leur est pas réductible.

***

9Il n’allait pas de soi que la pédagogie dût inclure un jour, avec la gymnastique, la culture du corps.

10On pouvait concevoir tout un enseignement de contenu exclusivement intellectuel et moral, qui s’accompagne de l’ignorance ou du mépris de l’exercice physique, apparenté à l’ordre de la Chair, de la matière, ou de la nature. On aimerait mieux savoir si la gymnastique n’a pas été parfois un enjeu entre une conception du monde, d’origine religieuse, tendant, à la limite, à l’ascétisme, et une conception plus philosophique valorisant davantage la nature et tendant à l’hédonisme. Ce qui nous mènerait bien loin de Sedan et de la Revanche.

11Qu’en était-il, au fait, de la culture du corps, dans l’ancienne France ? Certes elle n’était pas absente de la vie quotidienne, mais avec quelle diversité ! Au sommet de l’échelle sociale, les exercices nobles, "les armes" (l’escrime, etc...) et l’équitation. A la base, l’immense gamme des jeux traditionnels, dans leur infinie variété provinciale, les courses, les sauts, les luttes, les combats en équipe, même, comme la soule, jeux très prisés, très folkloriques, souvent très brutaux, et tout à fait éloignés de l’idée de développement rationnel de toutes les ressources corporelles. A ces héritages plus ou moins refusés, la gymnastique prétendait substituer les travaux et les jeux nouveaux de la rationalité médicale. Pierre Arnaud compare quelque part l’opposition de la gymnastique aux jeux traditionnels à celle de la langue nationale aux "patois" - suggestif parallélisme.

12A cet égard, la gymnastique devait gagner la partie... mais pas pour longtemps. Lorsqu’en effet, à la fin du XIXème siècle, le vélocipède vient donner un nouvel outil à la fois à la promenade et à la compétition, ou lorsque surtout le football ou le rugby arrivent d’Angleterre codifiés et valorisés par la mode et le spectacle, les pratiques sportives de notre modernité viennent faire à l’austérité des exercices gymniques une concurrence de type nouveau.

13Ainsi l’histoire du corps, et l’histoire du sport ne cessent-elles d’évoluer comme évoluent, dans leur ensemble, nos civilisations désormais nationales et urbaines.

***

14Toutes ces pratiques, enfin, sont sociales. C’est en groupe que l’on joue, que l’on s’exerce, que l’on rivalise. Il n’y a pas de pratiques sportives post-scolaires qui ne soient incorporées à une association. C’est encore un mérite de Pierre Arnaud, ou - si l’on préfère - l’un de ses caractères épistémologiques, que d’avoir intégré dans cette histoire complexe la notion de sociabilité, sans laquelle les réalités socio-culturelles se laisseraient mal déchiffrer.

15Pierre Arnaud nous apporte ainsi des éclairages nouveaux, - ou renouvelés-, précis et suggestifs, sur une brève mais intense phase de l’histoire de France.

16Les antécédents et les premières créations militantes de la Troisième République, avec l’école de Jules Ferry, y sont au premier rang, mais on y rencontre aussi l’armée du service militaire (qui va devenir véritablement universel avec, précisément, une loi de 1889), et encore Boulanger, et Déroulède, participants de ce grand œuvre avant de devenir des opposants au nouveau pouvoir ; et encore, et surtout, un peuple provincial remarquablement réceptif à ces expériences.

***

17Toutefois l’histoire de France, à laquelle il apporte une heureuse contribution, n’est pas son seul objet d’intérêt, peut-être même pas le principal. Pierre Arnaud est plus encore un pédagogue, doublé d’un historien et même d’un philosophe de la pédagogie. Faute de familiarité avec ce dernier champ de réflexion, nous avons conscience de l’avoir sous-estimé dans ces quelques mots de préface. Mais le lecteur saura le repérer et le parcourir avec profit. Notre propos liminaire visait seulement à signaler un ouvrage de grande portée et de riches ouvertures.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search