Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Usine et le Bureau

 | 
Yves Lequin
, 
Sylvie Vandecasteele-Schweitzer
, 
Bourdelais
, 
et al.

Des représentations aux réalités, les contremaitres du Creusot (1850-1900)

Patrice Bourdelais

Texte intégral

1Par la place nouvelle et décisive qu’ils occupent dans l’organisation du travail au XIXe siècle, les contremaîtres méritent de faire leur entrée sur la scène des études sociales de la France industrielle du XIXe siècle et du début du XXe siècle. L’image qui a été transmise de ces hommes par leurs contemporains, puis par les historiens, est suffisamment négative pour que l’on essaie de retrouver les réalités derrière les représentations, afin de mieux comprendre ces dernières. La place des contremaîtres dans la constitution de ces catégories intermédiaires, dont on sait qu’elles sont le lieu des mobilités professionnelles et sociales, doit aussi être précisée. Mais sur ce terrain, les difficultés apparaissent dès l’abord : par nature, les contremaîtres sont peu nombreux dans la plupart des petites et moyennes entreprises que l’on a pu étudier, et les documents demeurent rares et épars. Le cas de l’entreprise Schneider au Creusot, exemple emblématique du développement de la très grande industrie au XIXe siècle, permet-il d’aller au-delà d’un qualitatif impressionniste ? Pendant plusieurs décennies, l’usine a constitué, par ses effectifs de 6 500 à 9 000 ouvriers au milieu du XIXe siècle, la plus forte concentration de France, sinon d’Europe. Le nombre des contremaîtres, logiquement plus élevé que dans de plus petites unités, devrait offrir des possibilités d’analyse plus assurées, même si elles sont en contrepartie limitées à un seul site. On cherchera donc à répondre à plusieurs questions précises sur l’origine géographique et la formation de ce premier encadrement de proximité, l’âge auquel on devient contremaître. On tentera aussi de mieux cerner son rôle dans l’organisation de la production, la carrière ultérieure à cette promotion, et les privilèges financiers si fréquemment dénoncés à cette époque.

2Tout d’abord, et au-delà de la dénomination, le personnage du contremaître n’a pas émergé subitement du néant vers les années 1840. Dès le XVIIIe siècle, les manufactures, de textile par exemple, rassemblaient suffisamment de main-d’œuvre en un même lieu pour qu’une organisation de la production et un contrôle aient été mis en place. L’encadrement n’en était pas moins limité au concierge, ou portier, qui surveillait les accès du lieu, et au « visiteur de pièces » qui contrôlait la qualité des produits finis. Ni l’un ni l’autre n’avaient plus d’entraînement et de compétences techniques que les « commis » employés aux comptes et aux écritures. Leurs statuts étaient proches de celui des domestiques, à tel point que leur salaire était annuel, et que, parfois, le port de l’uniforme soulignait l’appartenance à la « maison » de l’employeur.

3Dans l’industrie métallurgique qui nous intéresse directement ici, la situation était quelque peu différente. L’autonomie ouvrière y était plus forte, fondée sur un haut degré de savoir-faire professionnel et sur la connaissance de secrets de fabrication..

  • 1 Cette affirmation serait à nuancer, voir par exemple les travaux de D. Woronoff, L'industrie sidér (...)
  • 2 M. Perrot, « The three ages of industrial discipline in nineteenth-century France », in Consciousn (...)
  • 3 C.L. Bergery, Economie industrielle ou science de l’industrie, 3 vol., Metz, 1829-1831.

4.1 Qu’on pense par exemple aux fondeurs, aux souffleurs, aux puddleurs ou aux lamineurs. Au lendemain des guerres napoléoniennes de nombreux officiers demi-soldes avaient été recrutés comme contremaîtres, car le développement du machinisme avait fait naître de nouveaux besoins : le personnel d’encadrement et de surveillance devait désormais faire preuve de compétences techniques, ce qui était le cas de certains officiers. Mais cet apport ne suffit pas, si bien que 12 à 15 000 techniciens anglais travaillaient en France en 18222. Plusieurs familles étaient encore présentes au Creusot en 1836. Mais, les relations entre ces Anglais, le patronat et les ouvriers n’étaient pas bonnes, si bien que peu à peu ce furent des contremaîtres français que l’on nomma aux postes occupés par les Anglais. Dans son ouvrage paru en 1829 et 1831, Économie industrielle ou science de l’industrie, Bergery conseillait d’organiser l’usine en divisant prudemment le travail en une succession de tâches dont la durée avait été précisément évaluée, et de recruter des surveillants, contremaîtres, bénéficiant de hauts salaires3. Ce dernier point lui paraissait essentiel à la rentabilité du travail dans une grande entreprise. Au Creusot, le démarrage assuré de la croissance, qui suit la conjoncture nationale du secteur d’activités, s’effectue à partir de 1836, date d’arrivée des frères Schneider. Quelle est ensuite la situation ?

  • 4 Sur ces questions de classification socio-professionnelle, on se reportera aux articles devenus cl (...)

5Les listes nominatives des recensements offrent des instantanés de la population du Creusot tous les cinq ans, si bien que l’on peut y suivre l’effectif des contremaîtres. Les résultats des comptages effectués dans ces documents sont néanmoins à interpréter avec prudence. L’exactitude des indications professionnelles dépend des exigences de l’agent recenseur et de la précision des déclarations de la personne recensée. Dans une période de forte croissance de la population d’une bourgade qui devient ville, les recenseurs ne connaissent pas tous les individus, et le grand nombre des nouveaux arrivés contribue aussi à rendre plus lâche le contrôle social. Enfin, parmi les dénominations professionnelles nouvelles qui se multiplient avec la diversification et la complexification des activités industrielles, certains individus peuvent rencontrer quelques difficultés à énoncer, dans les nouveaux termes utilisés, quel est leur emploi. L’historien hésite au moment de construire ses catégories d’analyse : l’« homme d’équipe » par exemple, se différencie-t-il clairement du manœuvre ?4

  • 5 J’avais déjà attiré l’attention sur cette précaution lorsqu’on étudie les structures des ménages p (...)

6Par ailleurs, même si l’usine dominait largement le marché de l’emploi de la ville, il existait quelques professions qui échappaient à son emprise directe. Il n’est pas exclu, même si la probabilité demeure très faible en ce qui concerne cet exemple, qu’un ou deux « contremaîtres » aient pu exercer leur activité en dehors de l’usine. L’approximation des déclarations peut aussi conduire à de fausses interprétations : par exemple, on dénombre 26 « surveillants » en 1872, et 2 « surveillants d’usine » ainsi que 28 « surveillants d’octroi » en 1881 ! La prudence élémentaire indique donc de travailler sur plusieurs listes nominatives, elles s’éclairent les unes les autres, et dévoilent les incohérences principales qu’elles recèlent5.

7L’analyse des effectifs de contremaîtres peut sembler échapper pour partie à ces difficultés, car il s’agit d’un poste de travail bien identifié, et qui suppose des unités de production suffisamment vastes pour nécessiter un tel encadrement. Pourtant, on ne saurait traiter du nombre des contremaîtres sans tenir compte de celui des « chefs » fondeurs, lamineurs, tourneurs, peseurs, ou tenailleurs, car des modifications de dénomination d’une date à l’autre ne sont pas exclues. Le chef modeleur, par exemple, présent en 1846, disparaît des déclarations de professions jusqu’à son retour en 1881. Pourtant, on compte 18 modeleurs en 1861, puis 19 en 1872. Ont-ils été dirigés entre ces deux dates par un homme qui s’est déclaré contremaître lors des recensements ? Ce n’est pas impossible.

8En dépit de ces biais, probablement moins nombreux, toutefois en ce qui concerne les contremaîtres que lorsqu’il s’agit d’emplois moins bien définis sur les plans professionnel et social, le sens de l’évolution est suffisamment marqué pour qu’il ne laisse subsister aucun doute :

  • 6 Ont été retenus les « chefs » modeleur, fondeur, puddleur, tenailleur, peseur, lamineur, tourneur.

Note 66

  • 7 Calculs réalisés par Melle Degivry, à partir des registres des Archives de l’usine du Creusot.
  • 8 J.A. Roy, Histoire de la famille Schneider et du Creusot, Paris, 1962.

9Des trois catégories retenues, celle des contremaîtres paraît la mieux établie et ses effectifs évoluent parallèlement à ceux de l’usine. En 1846, celle-ci comptait moins de 2 000 ouvriers, dix années plus tard ils sont 6 300 d’après la reconstitution des effectifs ouvriers que nous avons effectuée7. Au cours des années suivantes, la croissance se fait moins régulière : après la diminution des effectifs de 1858 et 1859, la reprise de l’embauche conduit à une population ouvrière de 6 900 personnes en 1861, 8 600 en 1866. En 1872, les effets des premières grandes grèves de 1870 sont encore sensibles, on compte environ 6 900 ouvriers, le haut niveau de la fin de l’Empire n’est toujours pas retrouvé en 1881 (8 300). Au cours de la période de forte croissance, de 1860 à 1869, sont aussi intervenus de grands changements dans la dimension de l’usine et dans l’organisation de la production. Entre 1860 et 1865, la capacité de production avait été accrue par la mise en service de 10 nouveaux hauts-fourneaux. Mais surtout, c’est toute l’organisation, y compris spatiale, de la production, qui s’est trouvée profondément modifiée par la construction d’une grande forge. Il s’agissait d’une halle recouvrant 12 hectares, cinq cents mètres de long et 240 m de large, merveille technique de l’époque8. Elle rassemblait, sous un même toit, et dans une logique spatiale conforme à celle des stades de la production, deux halls de puddlage, un hall de laminage de 360 mètres de long sur 100 de large, avec cinq travées, un hall de fabrication de rails et un atelier de réparation. Achevée en 1867, la « grande forge » doubla la capacité de production de l’usine. Et l’accroissement de 50 % du nombre des contremaîtres de 1861 à 1872 constituait l’une des conséquences de cette nouvelle organisation. On notera que les grèves de 1870 n’affectèrent pas le nombre des contremaîtres, alors que celui des chefs d’équipe, catégorie récente et encore peu fournie, subit plus directement les effets de la réduction du nombre des ouvriers. L’importance de la baisse relevée en 1881, illustre bien la précarité et la brièveté de la reprise des années 1872-75, mais on doit aussi s’interroger sur les conséquences de la présence nouvelle de 5 « contrôleurs d’usine », et de 9 « ingénieurs contrôle ». Ne compenseraient-elles pas dans les faits la raréfaction des contremaîtres ?

  • 9 Relire à ce propos les quelques pages bien informées de G. Du veau, La vie ouvrière en France sous (...)

10Cette pesée globale ne permet guère de revenir avec assurance sur l’affirmation de G. Duveau, qui pensait qu’il y avait en France, par rapport à l’Angleterre, une multiplication des contremaîtres dans les usines. Il y voyait deux origines : les ouvriers français auraient été moins soumis que leurs camarades britanniques, et, en France, « on a le goût des états-majors, des petites fonctions »9. Impératifs de la production, ou tendance à la différenciation sociale ? La réponse est d’autant plus difficile à fournir qu’au Creusot le nombre des contremaîtres ne paraît pas exagéré : un pour 150 à 160 ouvriers en moyenne. Mais cette moyenne a-t-elle un sens ? Certains ensembles ne sont-ils pas plus « encadrés » que d’autres ? Le rôle des contremaîtres, que l’on tentera de préciser ci-après, orientera vers quelques hypothèses.

11L’analyse de la croissance des effectifs par grands ensembles confirme le très faible rôle des houillères, et souligne les rythmes différents des ateliers de construction et de la « grande forge ». Les effectifs des forges croissent très fortement jusqu’à la mise en service du nouveau bâtiment (de 1 500 à 3 000 personnes de 1859 à 1867), puis ils s’avèrent très sensibles à la conjoncture économique. En revanche, les effectifs des ateliers de construction, après une première période de croissance jusqu’en 1869 et la récupération de 1872-73, demeurent à un niveau très stable de 2 000 personnes jusqu’en 1905. C’est la combinaison de ces deux évolutions qui rend compte de celle du nombre des contremaîtres et des chefs d’équipes.

12Certes, le suivi des individus permettrait de mieux comprendre à la fois les modifications dans le classement et la dénomination des emplois, et conduirait à cerner des types de carrières. Cette analyse longitudinale est actuellement en cours et nous ne pouvons donc en présenter ici les conclusions. Heureusement, un autre type de source, les registres du personnel « employé », permet de combler partiellement cette lacune. Dans ces documents, probablement élaborés à la fin du XIXe siècle, la formation de chaque individu est mentionnée. La carrière des « employés » recrutés à partir de la fin des années 1850 a été reconstituée, précisant aussi bien les différents postes occupés que le montant de la rétribution annuelle, héritée du privilège dont jouissaient les « cadres » des manufactures du XVIIIe siècle. Mais, aux yeux de l'historien, rares sont les sources parfaites. Ces registres ne font pas exception. La contrepartie de la richesse des mentions a été la non exhaustivité volontaire des relevés. On a en effet pu récemment mettre en évidence que seuls les employés ayant été plusieurs années en fonction avaient été retenus. Peut-être ce choix n’était-il pas sans rapport avec l’avantage dont jouissait, après trois ans de service, tout employé ou ouvrier de plus de 23 ans. Depuis 1877, MM. Schneider et Cie effectuaient à la Caisse des retraites pour la vieillesse les versements nécessaires pour assurer à leur personnel le bénéfice d’une retraite proportionnelle à l’ancienneté et aux salaires. Quoi qu’il en soit, une analyse précise du groupe des contremaîtres qui demeurèrent pendant une longue période au Creusot peut être entreprise. Certes, il s’agit probablement d’une sous-population non représentative de la population totale des contremaîtres. Mais, aussi longtemps que nous n’aurons pu mener la comparaison avec les caractéristiques de l’ensemble des contremaîtres présents lors des recensements, il sera difficile de dire en quoi et dans quelle mesure l’échantillon non aléatoire diffère de l’ensemble.

13Sur les 45 contremaîtres embauchés jusqu’en 1895, 38 sont originaires de Saône-et-Loire, soit une proportion de 4 sur 5, légèrement supérieure à celle qu’on a pu calculer pour le personnel ouvrier (70 %). Sans doute, ce très haut niveau de recrutement local correspond-il à la volonté de la direction de l’usine, et au biais d’observation signalé plus haut. Les contremaîtres qui sont restés plusieurs années au Creusot sont aussi plus souvent ceux qui étaient originaires du lieu.

  • 10 Ch. Day, Education for the Industrial World, les Ecoles des Arts et Métiers and the rise of French (...)

14En ce qui concerne la formation ou l’expérience professionnelle préalable de ceux qui sont promus contremaîtres, on doit souligner deux caractéristiques principales. Sur les 45 personnes observées, 28 ont suivi le groupe spécial des Ecoles Schneider, soit 3 sur 5. Sans être exclusive, cette préparation spécifique à une qualification recherchée par l’usine s’avère donc très efficace dans les faits. En revanche, et à l’inverse de ce que l’on peut observer à l’échelle nationale, au Creusot aucun contremaître n’est passé par les Ecoles des Arts et Métiers10. Constituer une catégorie d’analyse au sein de laquelle on regroupe les ouvriers qualifiés, les employés, les contremaîtres et les dessinateurs, comme le propose Charles Day dans son étude sur les diplômés des Ecoles des Arts et Métiers, présente par conséquent des dangers certains. En particulier parce que les carrières des uns et celles des autres étaient très différentes. Au cours des trente dernières années qui précédèrent la Grande guerre, la filière de la mobilité professionnelle ascendante au Creusot fut principalement celle des dessinateurs, beaucoup plus que celle des contremaîtres. Un dessinateur sur deux était sorti d’une Ecole des Arts et Métiers, et il était assuré de connaître une carrière qui le conduirait vers des responsabilités de chef d’atelier ou d’ingénieur. Cette probabilité de promotion n’était que de 0,38 pour les dessinateurs issus simplement du Groupe Spécial.

15La comparaison des carrières des contremaîtres souligne l’ampleur des écarts : 3 sur un ensemble de 45 ont connu un accroissement significatif de leurs responsabilités après la promotion au poste de contremaître (probabilité de 0,07). Celle-ci paraît bien représenter, dans de nombreux cas, une fin de carrière. L’étude des âges lors de la promotion confirme le diagnostic : on devenait en moyenne dessinateur à 22 ans (la moitié d’entre eux sont nommés entre 20 et 23,3 ans), on ne passait contremaître qu’à 35,5 ans en moyenne (la moitié des promotions intervenait entre 31 et 41 ans).

16Mais les spécialités nouvelles permettaient de devenir un jeune contremaître, en particulier une compétence en électricité. Les deux promotions qui interviennent avant l’âge de 25 ans concernent des électriciens. Le premier, promis à la plus belle carrière du groupe, est nommé contremaître en 1874. Il a 24 ans, et après avoir suivi les cours du groupe spécial au Creusot jusqu’en 1ère classe, il a travaillé comme électricien à Paris, puis en Allemagne. Il est aussi passé par la Belgique avant de revenir au Creusot. Devenu contremaître aux « services divers », il est nommé chef des travaux à l’atelier de l’artillerie en 1888, puis ingénieur à la Direction du Creusot en 1888, avant de rejoindre la Direction générale de Paris dès 1892. A l’opposé, ceux qui deviennent contremaîtres après 42 ans se situent plus souvent dans des secteurs devenus traditionnels : la forge ou l’aciérie. Leurs nominations interviennent toutes à partir de 1890. On ne peut donc exclure que la crise des années 1880, qui se traduit par une baisse des effectifs, en particulier aux forges et aux aciéries, de 1882 à 1887, n’ait retardé cette promotion. La mauvaise conjoncture pèse certainement sur les carrières en ajournant les promotions à des jours meilleurs.

  • 11 Pour apprécier les « carrières » et l’évolution des rétributions nous avons retenu trois critères (...)

17Les années de crise ont marqué aussi spectaculairement l’évolution des séries de salaires qui ont été reconstituées pour 15 contremaîtres nommés jusqu’en 1890. Entre 1882 et 1887, la plupart des rémunérations ne s’accroissent pas, alors que l’augmentation annuelle était de l’ordre de 200 F. jusqu’au début des années de crise. Les années de la fin du siècle ne sont guère plus propices à une amélioration des rétributions : celles-ci stagnent à partir de 1893 et jusqu’à 1902, date de l’intégration au salaire des deux avantages consentis aux « employés », la gratuité du logement et du chauffage. Les études générales sur l’évolution des salaires avaient souligné que la hausse de 1871 à 1913 n’était pas linéaire, et qu’on pouvait y distinguer quatre phases principales (1871-1875, 1878-1883, 1895-1900, 1905-1913), séparées par des périodes de stagnation liées aux crises cycliques11. Il est toutefois exceptionnel que le salaire nominal décroisse, sauf par exemple entre 1882 et 1888, et si celui des contremaîtres du Creusot ne progresse pas, il ne subit pas alors d’amputation. Dans la mesure où le coût de la vie baisse de 1881-83 jusqu’à 1910, avec des minima relevés en 1902 ou 1904, le pouvoir d’achat s’accroît donc tout au long de la période, même dans le cas de salaires nominaux stationnaires. Le contremaître promu en 1880 reçoit annuellement entre 2 200 et 3 000 F., sommes auxquelles il convient d’ajouter l’équivalent du chauffage et du logement (environ 350 F. suivant les caractéristiques, variables, du logement fourni), vingt ans plus tard son salaire est compris entre 4 200 et 5 500 F. Le développement de carrière a donc permis un accroissement de 85 % du revenu, ceci dans une période de baisse des prix.

18Outre l’avantage de bénéficier du logement et du chauffage gratuits, les contremaîtres étaient jalousés à cause de leurs hauts salaires. L’écart était-il important au Creusot ? Vers 1880, l’ajusteur aux ateliers de construction, ouvrier très qualifié, recevait 4,5 F. de prix de journée nominal, c’est-à-dire 5,4 F si l’on tient compte des gains résultant du travail à l’entreprise. A raison de 300 jours de travail par an, le salaire atteignait 1 620 F. L’écart s’élevait donc à près de 1 000 F. (soit près de 60 % du salaire de l’ajusteur), entre la rémunération de l’ouvrier qualifié bien payé et celle du contremaître débutant. La disparité était bien plus grande encore si l’on tient compte du salaire de 1 000 ou 1 100 F. des ouvriers moins bien rémunérés.

19Cependant, toutes les carrières de contremaîtres ne se valaient pas. Certes, il serait présomptueux d’établir une typologie à partir des quinze séries réunies ici. Pourtant, trois profils très différents émergent nettement (figure 1). On placera à part les deux réussites exceptionnelles citées plus haut. Le premier, promu chef des travaux à l’artillerie en 1888 gagne 5 350 F. Son salaire de contremaître s’était élevé de 2 350 F. en 1874 à 4 350 en 1883. En 1888, Gautard n’a alors que 38 ans, et les deux années suivantes, son salaire progresse de 500 F. par an. Puis son destin parisien le soustrait à l’observation. Le second devient contremaître aux ateliers de construction plus tardivement dans le siècle, en 1890, à l’âge de 37 ans. Géomètre, il a acquis sur le terrain une expérience de monteur. Il touche alors une rétribution de 3 000 F environ. Six ans plus tard, il est nommé chef d’atelier, et perçoit désormais 4 350 F. La progression de ses augmentations annuelles passe ensuite à 300 au lieu de 200 F. précédemment, ceci dans une période où de très nombreuses rémunérations stagnent.

20Le second type pourrait regrouper les trajectoires de salaires plutôt honorables. À l’âge de 45 ans, ces contremaîtres perçoivent entre 4 000 et 5 000 F. (logement et chauffage non inclus), en fonction de leur âge lors de leur promotion. Si l’on compare les salaires atteints à l’issue de dix ans de carrière comme contremaître l’éventail est moins ouvert : de 3 800 à 4 200 F. On remarque alors que ce sont les plus âgés qui, pour une même ancienneté dans la fonction, bénéficient d’un léger avantage salarial. En revanche, ce sont les plus jeunes qui franchissent le plus nettement en 1902 le seuil des 5 000 F. Ils ont des formations et des spécialités différentes, mais partagent tous la même caractéristique : celle d’avoir été promus avant 1882.

21A l’inverse, plusieurs contremaîtres nommés en 1881-1883 ne perçoivent pas, en 1902, des salaires plus élevés que ceux qui ont été promus entre 1887 et 1890. En vingt ans, leurs salaires ont donc pris 6 ans de retard. Ils perçoivent tous entre 4 400 et 4 600 F. Ce sont des carrières lentes, les augmentations annuelles ne dépassent pas 100 F., même si tous n’ont pas été nommés après 40 ans. L’un est même sorti du Groupe Spécial en Classe 1, c’est-à-dire la dernière de la scolarité, mais il ne devient contremaître qu’à 41 ans puis ne connaît pas d’accroissement rapide de son salaire. N’avait-il pas l’autorité, le sens de l’organisation ou le dynamisme nécessaire ? N’était-il pas suffisamment docile aux souhaits de la direction des usines ? Dans l’état actuel des recherches sur cette population, il est difficile de rendre compte de ces différences importantes de trajectoires. Dans toutes les catégories se retrouvent des personnes directement issues de l’enseignement communal, et d’autres ayant suvi les classes du groupe spécial des écoles Schneider, sans que l’on puisse relever des fréquences différentes ou des corrélations nettes entre le niveau de formation et l’itinéraire ultérieur de contremaître.

  • 12 G. Duveau, op. cit.

22Quel était le rôle de ces hommes de plus en plus nombreux dans l’industrie française du XIXe siècle ? Les situations étaient très diverses suivant l’époque et la dimension de l’entreprise considérées. Dans un cadre de production traditionnel, le contremaître était parfois, à la suite d’un accord tacite entre les ouvriers et le patron le plus ancien des ouvriers ; il devait assurer à la fois la surveillance et l’organisation du travail. C’était, par exemple, les « grosses culottes » de la métallurgie parisienne, vieux compagnons, très vigoureux et habiles, capables de réaliser des performances sur le plan professionnel, mais qui n’étaient pas toujours exemplaires aussi bien quant à leur assiduité au travail qu’en ce qui concernait leur sobriété12. A cette domination parfois brutale de l’ancien, l’extension de la mécanisation et celle de la taille des usines dans les années 1850 met un terme. Désormais, le patron ne recherche plus la forte carrure ou l’extrême habileté manuelle ; il préfère les qualités d’organisation, d’ordre et de discipline. Ceci d’autant plus qu’une nouvelle organisation spatiale plus rationnelle (éliminant les allers et retours des matériaux en transformation au cours des étapes de la production) était mise en place. L’étude de la répartition par âges des contremaîtres du Creusot a clairement indiqué, même si plusieurs profils coexistent, que la promotion s’effectuait majoritairement entre 30 et 40 ans. Il y a donc là un rajeunissement sensible par rapport à la pratique coutumière de la première moitié du siècle.

  • 13 J.B. Dumay, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Introduction et notes par P. Po (...)

23Dans les grandes usines, le maître était de moins en moins accessible ; les ouvriers étaient donc en contact avec le directeur et surtout avec le contremaître. Celui-ci se présentait le plus souvent dans l’usine avec un double rôle. Il était agent de surveillance, il avait la tâche de faire régner l’ordre dans l’atelier, et il était aussi une sorte d’organisateur : il rassemblait les équipes qui, sous sa direction, devaient mener à bien une tâche précise, par exemple, le forgeage d’une bielle de locomotive. Dans ses mémoires, Dumay raconte comment il fut contraint par le contremaître d’une petite entreprise parisienne à remplacer le garçon puddleur absent. Blessé pendant ce travail, il ne put quitter l’usine, car le concierge, en l’absence d’un bon de sortie du contremaître de nuit, refusa de lui ouvrir la porte13. Dans de plus grandes usines, comme au Creusot, des chefs des travaux organisaient l’ensemble des opérations. Le rôle du contremaître paraît alors limité à la maîtrise de proximité des tâches de production, et à la surveillance des ouvriers.

  • 14 G. Duveau, op. cit., p. 263, à propos du célèbre ouvrage de Louis Reybaud, Le Fer et la Houille, P (...)

24Pourtant, suivant que l’ouvrier travaille à la journée ou à la tâche, les rapports qu’il entretient avec le contremaître et avec le patron prennent un caractère différent. Dans le premier cas, le contremaître est chargé d’obtenir un rendement maximum de l’ouvrier pendant sa journée de 10 à 12 heures de travail. Dans le second cas, celui du travail à la tâche, le patron n’a plus à se préoccuper aussi directement de la lenteur ou de la rapidité d’exécution dont fait preuve l’ouvrier, celui-ci ayant tout intérêt à ne pas perdre son temps. Dans les grands ateliers de la métallurgie, un groupe d’ouvriers, sous la direction d’un contremaître ou d’un tâcheron, recevait la charge d’exécuter telle ou telle pièce. On retrouve ici le délicat problème du marchandage. Le 2 mars 1848, le Gouvernement provisoire, en même temps qu’il décrétait la journée de 11 h, abolissait le marchandage. Car l’ouvrier avait toujours éprouvé un grand sentiment de répugnance à l’égard du marchandeur qui, après s’être chargé de faire telle besogne à un prix donné pour le compte d’un patron, embauchait des compagnons qu’il payait le moins possible afin que l’opération fût le plus fructueuse pour lui-même. Dans la pratique, le marchandage présentait une grande variété d’aspects. A côté de sa forme la plus brutale où le patron s’adressait en quelque sorte à un marchand d’hommes, il pouvait aussi s’adresser au mandataire d’un petit groupe d’ouvriers. Il convient donc de distinguer soigneusement le marchandage qui s’instaurait avec un marchand d’hommes et la discussion qui s’établissait avec ce qui ressemble davantage à une équipe. Georges Duveau souligne avec clairvoyance que faute d’avoir compris cette différence essentielle, Reybaud a porté sur le marchandage des jugements contradictoires et flous14.

  • 15 E. Cheysson, « Condition matérielle, intellectuelle, et morale de la population. Institutions et r (...)
  • 16 Rapports du Jury international, classe 102, rémunération du travail, participation aux bénéfices, (...)
  • 17 Dans nos indications du salaire ouvrier, nous avons estimé que le prix de journée inscrit sur les (...)
  • 18 J.B. Dumay, op. cit., pp. 116-125 par exemple.

25Au Creusot, les archives de l’entreprise recèlent bien peu de sources qualitatives, du moins parmi celles qu’il a été possible de consulter à ce jour. Mais plusieurs témoignages permettent néanmoins de préciser le mode de fixation des salaires. E. Cheysson, dans son étude publiée en 1869, précise en ce qui concerne l’usine Schneider du Creusot : la fixation des salaires résulte « du marchandage, et comporte un système de primes variées, suivant les cas et les spécialités, en vue de stimuler et de récompenser l’intelligence et l’activité. Si chaque ouvrier a un tarif de journée nominal, en fait il est rétribué selon ses œuvres. L’un gagne plus, parce qu’il a fait bien et habilement un travail difficile ; l’autre, parce qu’il fait vite un travail ordinaire»15. Ce système paraît s’être maintenu jusqu’au début du XXe siècle. Lors de l’Exposition Universelle Internationale de 1900, les Rapports du Jury international sont très précis à cet égard : « Le travail est exécuté soit à la journée, soit à l’entreprise ou aux pièces. MM. Schneider et Cie emploient le plus possible le salaire à l’entreprise ou aux pièces. L’entreprise est individuelle ou collective. Lorsqu’il y a entreprise, le prix du travail est fixé avant exécution, et le bénéfice journalier est constitué par l’écart entre le prix nominal de la journée et le gain réel journalier produit par l’entreprise »16. Ce bénéfice se situe le plus fréquemment entre 20 et 30 %, mais peut atteindre 40 %. Les salaires de journée qui sont mentionnés sur les états nominaux de la population ouvrière des ateliers sont donc probablement à majorer de 20 %, afin de tenir compte à la fois des gains dûs au travail « à l’entreprise » et aux journées insérées entre des « entreprises » successives, et payées au tarif nominal17. Les relations entre ouvriers et contremaîtres auraient donc pu être moins tendues au Creusot que dans d’autres centres industriels. Mais si l’embauchage leur échappait partiellement car il existait un bureau spécifique, les contremaîtres détenaient en revanche un pouvoir exorbitant : celui de renvoyer l’ouvrier, de le priver de son emploi. Les témoignages soulignent que les ouvriers n’acceptaient pas qu’un tel pouvoir patronal ait été délégué au contremaître, d’autant plus détesté qu’il disposait ainsi d’une arme qui, logiquement, ne lui appartenait pas. Au Creusot, si l’on suit le récit de Jean-Baptiste Dumay, les contremaîtres avaient aussi un rôle essentiel dans l’orientation et le contrôle de l’état d’esprit des ouvriers dans un sens conforme aux souhaits de la Direction. Lorsque la persuasion et l’incitation échouaient, les contremaîtres usaient alors de menaces, y compris celle de « donner son compte » à l’ouvrier peu réceptif ou contestataire18.

26On comprend mieux que les contremaîtres aient été jalousés et détestés par de très nombreux ouvriers. Outre le privilège de disposer gratuitement d’un logement chauffé, ces hommes recevaient une rétribution annuelle très supérieure à celle des ouvriers, même très qualifiés. Dans l’ensemble, le rapport était du simple au double, parfois même triple. Or les contremaîtres ne se distinguaient pas particulièrement par un solide niveau de formation ; leur recrutement devait obéir à d’autres critères, souvent dénoncés, tels que l’autorité et la sujétion au patron. En cela, de nombreux ouvriers, dociles, pouvaient espérer une promotion salariale importante, qui modifiait subitement le niveau de vie de toute la famille. Mais l’homme qui ne devait sa fonction qu’aux bonnes grâces du patron, plutôt qu’à sa formation et à ses connaissances, ne bénéficiait pas d’un respect spontané de la part des ouvriers. De plus, la particularité de la carrière du contremaître était de constituer une promotion «cul-de-sac » ; les ouvriers ne risquaient pas de les retrouver, après quelques années, à des postes de chef d’atelier ou d’ingénieur. L’hostilité qu’on leur vouait n’était-elle pas de celles que l’on réserve aux petits chefs sans avenir ? Il resterait à apprécier dans quelle mesure la vie de la famille du nouveau contremaître était modifiée par cette promotion. Il serait en particulier intéressant de vérifier si ce groupe appartient réellement aux catégories intermédiaires propices à la mobilité sociale. L’analyse actuellement en cours des trajectoires professionnelles des enfants de contremaîtres fournira quelques éléments de réponse.

Notes

1 Cette affirmation serait à nuancer, voir par exemple les travaux de D. Woronoff, L'industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, 1984 ; et ceux de B. Gille, en particulier, La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, 1968.

2 M. Perrot, « The three ages of industrial discipline in nineteenth-century France », in Consciousness and Class Experience in Nineteenth-Century Europe, ed. by. J. Merriman, New-York, 1979.

3 C.L. Bergery, Economie industrielle ou science de l’industrie, 3 vol., Metz, 1829-1831.

4 Sur ces questions de classification socio-professionnelle, on se reportera aux articles devenus classiques de P. Bourdieu, « Classement, déclassement, reclassements », Actes de la recherche en sciences sociales, no 24, novembre 1978, pp. 2-22. A. Desrosières, L. Thévenot, « Les mots et les chiffres : les nomenclatures socio-professionnelles », Économie et Statistique no 110, 1979, pp. 49-65.

5 J’avais déjà attiré l’attention sur cette précaution lorsqu’on étudie les structures des ménages par exemple. P. Bourdelais, « Vieillir dans la France des ménages complexes », Annales de démographie historique, 1985, pp. 21-38.

6 Ont été retenus les « chefs » modeleur, fondeur, puddleur, tenailleur, peseur, lamineur, tourneur.

7 Calculs réalisés par Melle Degivry, à partir des registres des Archives de l’usine du Creusot.

8 J.A. Roy, Histoire de la famille Schneider et du Creusot, Paris, 1962.

9 Relire à ce propos les quelques pages bien informées de G. Du veau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, 1946, p. 255.

10 Ch. Day, Education for the Industrial World, les Ecoles des Arts et Métiers and the rise of French engineers, Cambridge, Mass., 1987.

11 Pour apprécier les « carrières » et l’évolution des rétributions nous avons retenu trois critères simples : l’âge à la promotion, le niveau du salaire à 45 ans, le niveau de salaire après 10 ans de service en tant que contremaître ; puis nous avons tenu compte du rythme diachronique de la croissance des rémunérations.
Les principales études sur les salaires sont aujourd’hui devenues classiques :
J. Fourastié, Documents pour l’histoire et la théorie des prix, Etudes et mémoires du Centre d’études économiques, ed. Paris.
J. Lhomme, « Le pouvoir d’achat de l’ouvrier français au cours d’un siècle : 1840- 1840-1940», Le Mouvement Social, avril-juin 1968.
J. Rougerie, « Remarques sur l’histoire des salaires à Paris au XIXe siècle », Le Mouvement Social, avril-juin 1968.
J. Singer-Kérel, Le coût de la vie à Paris de 1840 à 1954, Paris, 1961.

12 G. Duveau, op. cit.

13 J.B. Dumay, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Introduction et notes par P. Ponsot, Paris, 1976.

14 G. Duveau, op. cit., p. 263, à propos du célèbre ouvrage de Louis Reybaud, Le Fer et la Houille, Paris. 1874.

15 E. Cheysson, « Condition matérielle, intellectuelle, et morale de la population. Institutions et relations sociales », Bulletin de l’Association internationale pour le développement du Commerce et des Expositions, Paris, 1869.

16 Rapports du Jury international, classe 102, rémunération du travail, participation aux bénéfices, Exposition Universelle Internationale de 1900 à Paris, Paris, 1901.

17 Dans nos indications du salaire ouvrier, nous avons estimé que le prix de journée inscrit sur les registres était augmenté de 20 % en moyenne du fait du « travail à l’entreprise ».

18 J.B. Dumay, op. cit., pp. 116-125 par exemple.

Table des illustrations

Légende Note 66
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540